Version classiqueVersion mobile

Théâtres français et vietnamien

 | 
Corinne Flicker
, 
Nguyen Phuong Ngoc

Traductions et adaptations des pièces françaises en vietnamien

La traduction vietnamienne de Lucrèce Borgia de Victor Hugo par Vũ Trọng Phụng

Duy Bình Nguyễn

Texte intégral

  • 1 Pièce créée à Paris au Théâtre de la Porte-Saint-Martin le 2 février 1833.
  • 2 Cette recherche est financée par le Fonds national du Vietnam de développement scientifique et tech (...)

1Vũ Trọng Phụng (1912-1939), un des plus grands écrivains vietnamiens du xxe siècle, est connu surtout pour ses romans, ses reportages et ses pièces de théâtre. Mais peu savent qu’il a été aussi traducteur francophone. Il a traduit notamment Le Vagabond de Maupassant et Lucrèce Borgia1 de Victor Hugo. Cette dernière traduction, sous le titre Giết mẹ, (tức là chuyện nàng Lucrèce Borgia) (Tuer sa mère, ou l’histoire de Lucrèce Borgia) a été imprimée pour la première fois le 31 août 1936 chez Dịch thuật tùng thư (Bibliothèque des traductions). Dans le cadre de cet exposé, nous allons examiner le contexte culturel dans lequel cette traduction a été faite, étudier, en nous basant sur la traduction de fragments textuels choisis aléatoirement, la manière dont Vũ Trọng Phụng traduit l’œuvre de Victor Hugo en centrant l’analyse sur les tendances déformantes, telles que la naturalisation des noms propres, l’allongement, la suppression, l’ajout et le contresens, qu’il a suivis pour rendre sa traduction plus accessible au public vietnamien de l’époque2.

Autour de la traduction

2La traduction de Lucrèce Borgia est faite dans un contexte particulier : les Vietnamiens sont en phase d’imiter le théâtre français (en l’occurrence le théâtre romantique de Victor Hugo) pour remplir les lacunes de leur théâtre traditionnel. Dans le mot de l’éditeur, on peut lire :

  • 3 Il est à noter qu’en 1936 la pièce de théâtre Martine de Jean-Jacques Bernard, à tendance romantiqu (...)
  • 4 Victor Hugo. Giết mẹ (tức là chuyện nàng Lucrèce Borgia). Hanoi : Éditions Dich Thuat Tung Thu, 193 (...)

cette pièce de théâtre est celle que [notre] peuple peut le plus facilement comprendre, parmi les pièces de ce grand écrivain. […] On sait que depuis peu, notre peuple semble s’intéresser au théâtre. Ce qui est à plaindre, les pièces de tuồng, chèo, cải lương du Sud et notre théâtre moderne ne suivent aucune règle et sont de piètre valeur esthétique, bien qu’il y ait des pièces de théâtre publiées dans la collection Âu Tây Tư tưởng (La Pensée de l’Occident). Notre peuple comprend déjà un peu ce qu’est une pièce de théâtre classique. Maintenant, il nous faudrait comprendre ce qu’est une pièce de théâtre romantique3. Notre public doit saisir la quintessence du théâtre occidental pour que notre art théâtral (y compris tuồng, chèo, cải lương du Sud) s’y adapte et fasse des progrès4.

  • 5 Selon Antoine Berman, la « pulsion du traduire » est un « […] désir de traduire qui constitue le tr (...)
  • 6 L’horizon d’attente d’un traducteur est, selon Antoine Berman, « l’ensemble des paramètres langagie (...)

Notons que cette « pulsion5 » de « traduire pour imiter » date des années 1920 avec la traduction des pièces de théâtre classique comme Le Malade imaginaire, La Jalousie du barbouillé, L’Avare, Le Bourgeois gentilhomme, Tartuffe de Molière, Arlequin poli par l’amour, Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, Horace, Le Cid de Corneille, etc. Mais il s’agit seulement du théâtre classique. Lucrèce Borgia est sans doute la première pièce de théâtre romantique à être traduite en vietnamien, ce qui donne à cette traduction une ampleur particulière. L’horizon d’attente6 de notre traducteur est aussi très intéressant à examiner. D’abord, il est à supposer que Vũ Trọng Phụng est imprégné de la langue et de la culture française parce qu’il a été très tôt formé à l’école française, bien que pendant un court temps car il a dû arrêter ses études à cause de sa pauvreté (après avoir obtenu son diplôme d’études primaires supérieures). Ensuite, jusqu’à la date où il traduit Lucrèce Borgia (1936), il a écrit en tout quinze œuvres : cinq romans, sept reportages et trois pièces de théâtre. Ces trois dernières sont : Không một tiếng vang (Aucun écho, 1931), Tài tử (L’Amateur, 1934), Chín đầu một lúc (Neuf têtes en une fois, 1934). On voit que l’expérience et la connaissance préalables qu’il a du monde littéraire en général, et de la forme dramatique en particulier, sont suffisamment riches pour la réception d’une œuvre théâtrale française. Ainsi, le choix de Vũ Trọng Phụng de traduire Lucrèce Borgia de Victor Hugo n’est pas un hasard, il vient de sa « pulsion du traduire » et du contexte culturel et historique du Vietnam des années 1930.

Une traduction ethnocentriste

  • 7 Antoine Berman. La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain. Paris : Seuil, 1999, p. 29.

3D’un point de vue général, la version vietnamienne de Lucrèce Borgia signée par Vũ Trọng Phụng est ethnocentriste dans la mesure où notre traducteur vietnamise tant que faire se peut sa traduction. Il « ramène tout à sa propre culture, à ses normes et valeurs, et considère ce qui est situé en dehors de celle-ci – l’Étranger – comme négatif ou tout juste bon à être annexé, adapté, pour accroître la richesse de cette culture7 ». Ainsi, nous pouvons remarquer que, tout au long de sa traduction, il essaie de supprimer au maximum les étrangetés linguistiques et culturelles par les procédés chers aux traducteurs vietnamiens du début du xxe siècle.

La naturalisation des noms propres

  • 8 Georges Moore. Confession d’un jeune anglais. Paris : Albert Savine. 1889, p. 132-133.

4La lecture de Lucrèce Borgia, traduite par Vũ Trọng Phụng, nous frappe d’abord par la manière dont le traducteur traite les noms propres. En général, on considère que les noms propres ne se traduisent pas. Pour George Moore, « tous les noms propres, quelque difficiles qu’ils soient à prononcer, doivent être conservés exactement8 ».

5Mais, dans cette traduction, Vũ Trọng Phụng a choisi de naturaliser les noms propres de l’œuvre originale, aussi bien les anthroponymes que les toponymes, comme on peut le voir dans le tableau suivant :

Original Traduction Original Traduction
Lucrèce Borgia Lữ-Cách-Bạo-Gia Fiametta Phi-Mỹ-Tự
Alphonse d’Est An-Phong-Điệt Alexandre VI A-Lịch-San-Lục
Gennaro Diên-Na-Lộ Barbarigo Bách-Bá-Lý
Gubetta Dũ-Bách-Tá Venise Vơ-Ni
Maffio Orsini Mã-Phi-Ô Santo-Hieronimo Săng-tô-Hiệp-mỗ
Jeppo Liveretto Giáp-Bộ Tibre Tiệp
Ascanio Petrucci Át-Ca-Liêu Italie Ý-Đại-Lợi
Apostolo Gazella Áp-Tô-Lộ Piombino Ban-Bình-Ô
Oloferno Vitelolozzo Ô-Phách-Nỗ Ferrare Phế-Lã
Astolfo A-Tôn-Phục Grenade Thành Lựu
La Princesse Negroni Nương-Lỗ-Phi Espagne Tây Ban Nha
Pierre Capra Thạch-Cập-Đã

Vũ Trọng Phụng n’a pas laissé tels quels les noms propres présents dans Lucrèce Borgia. Il les a vietnamisés en les assimilant graphiquement et phonétiquement, c’est-à-dire en se conformant aux exigences phonologiques de la langue vietnamienne : ces noms sont en quelque sorte monosyllabilisés et légèrement déformés sur le plan phonologique. S’il y a élément qui porte sens, notre traducteur n’hésite pas à le traduire en vietnamien (en utilisant surtout le sino-vietnamien). Par exemple, « la Princesse Negroni » est traduite par « Nương-Lỗ-Phi » où « nương » signifie « princesse » ; Pierre Capra est traduit par « Thạch-Cập-Đã » où « thạch » signifie « pierre » ; « Alexandre VI » est traduit par « A-Lịch-San-Lục » où « lục » signifie « six » ; « Grenade » est traduit par « thành lựu », etc. Cette manière de traduire les noms propres n’a pas contenté tous les Vietnamiens. Dans un de ses articles, Kiều Thanh Quế a critiqué cette manière de traduire :

  • 9 Kiều Thanh Quế. Dịch thuật (La traduction). Tri Tân, no 54, juillet 1942. Notre traduction.

Nous adorons lire les traductions. Mais nous ne pouvons terminer la lecture d’une page des traductions où l’on retranscrit phonétiquement les noms propres des personnages de manière ridicule. Nous nous rappelons […] que nous nous passionnons beaucoup pour la traduction de la pièce de théâtre Andromaque de Racine par Nguyen Giang, le fils de Nguyễn Văn Vĩnh, parce qu’il avait laissé tels quels les noms des personnages en français sans les retranscrire de façon ridicule. Au contraire, nous ne lisons jamais la traduction de Lucrèce Borgia de Vũ Trọng Phụng parce qu’il a retranscrit phonétiquement les noms des personnages occidentaux, bien que nous admirions beaucoup le talent littéraire de cet écrivain9.

Si cette critique semble encore discutable dans la mesure où l’on ne peut pas abandonner la lecture de la traduction d’une grande œuvre littéraire à cause de la transcription phonétique des noms propres de ses personnages, elle nous interroge sur le choix de Vũ Trọng Phụng. Apparemment, à l’image de Phạm Quỳnh et Nguyễn Văn Vĩnh, Vũ Trọng Phụng a choisi de faciliter la prononciation et la lecture des noms propres qui constituent presque la seule étrangeté du texte traduit.

L’allongement

  • 10 A. Berman. La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, op. cit., p. 56.
  • 11 Ibid., p. 53.

6Selon Antoine Berman, « toute traduction est tendanciellement plus longue que l’original10 ». Berman considère que c’est la conséquence de la rationalisation et de la clarification. La rationalisation, c’est la recomposition des phrases « de manière à les arranger selon une certaine idée de l’ordre d’un discours »11 alors que la clarification sert à rendre plus clair l’original par l’ajout des éléments linguistiques. Examinons le passage suivant :

Il est certain que toutes les princesses de l’Europe m’envient d’avoir épousé le meilleur chevalier de la chrétienté. Et moi, je vous aime vraiment comme si j’avais dix-huit ans. Vous savez que je vous aime, n’est-ce pas, Alphonse ? Vous n’en doutez jamais au moins. Je suis froide quelquefois, et distraite ; cela vient de mon caractère, non de mon cœur. Cái điều tất cả các phụ nữ thuộc hàng kim chi ngọc diệp đã ghen tức với thiếp vì thiết đa được về nương bóng một vị anh hùng thượng tướng thứ nhất của các tín đồ Thiên Chúa thì đã cố nhiên đi rồi. Thiếp đã say mê yêu quý chàng một cách ngây thơ như thiếu nữ đôi tám xuân xanh. Hẳn không bao giờ chàng ngờ vực lòng yêu của thiếp đấy chứ ? Cũng đôi khi thiếp ra chiều lãnh đạm, hững hờ, vô tâm, đãng trí, cái ấy là do tính nết của thiếp thế đấy, chứ không phải do bụng dạ thiếp vốn thế với chàng đâu.

Dans ce passage, si le nombre de mots de l’original est de 60, celui de la traduction s’élève à 113. On voit que, tout d’abord, Vũ Trọng Phụng ajoute des locutions vietnamiennes dans sa traduction : « Kim chi ngọc diệp » (branches d’or et feuilles de jade), « Anh hùng thượng tướng » (héros, général), « đôi tám xuân xanh » (dix-huit jeunes printemps). Ensuite, il explicite les mots de l’original : « aime » par « say mê, yêu quý » (se passionner, aimer) ; « froide » et « distraite » par « lãnh đạm, hững hờ, vô tâm, đãng trí » (indifférent, insensible, sans pitié, distrait). Par la recomposition des phrases, par l’ajout et l’explication, on constate aussi que la traduction est peu ou prou déformée sur le plan esthétique et rythmique. Si par exemple cette traduction était représentée sur scène, l’acteur devrait faire plus d’efforts articulatoires.

Suppression

7Sans doute souhaitait-il alléger le texte traduit. Vũ Trọng Phụng choisit de ne pas traduire certains mots, parties de phrase, voire phrases entières. On est étonné qu’il ne traduise pas même un passage relativement important :

GUBETTA. – Et, à ce propos, madame, il me vient une réflexion.
  DONA LUCREZIA. – Laquelle ?
GUBETTA. - C’est qu’il faut que la queue du diable lui soit soudée, chevillée et vissée à l’échine d’une façon bien triomphante pour qu’elle résiste à l’innombrable multitude de gens qui la tirent perpétuellement.
DONALUCREZIA. – Tu ris à travers tout, Gubetta.
GUBETTA. – C’est une manière comme une autre.
DONALUCREZIA. - Je crois que les voici. – Songe à tout.

On ignore pourquoi Vũ Trọng Phụng a supprimé ce passage de sa traduction. Notons que le mot de Gubetta dans ce passage : « C’est qu’il faut que la queue du diable lui soit soudée, chevillée et vissée à l’échine d’une façon bien triomphante pour qu’elle résiste à l’innombrable multitude de gens qui la tirent perpétuellement » n’est pas facile à traduire en vietnamien car Victor Hugo joue avec le proverbe « tirer le diable par la queue ».

8En outre, dès la traduction de la première didascalie de l’acte premier, notre traducteur a supprimé quelques mots : par exemple, « le canal de la Zucca » devient « con sông đào » (« le canal »). À part cela, il ne traduit pas la phrase : « Chacune de ces gondoles traverse le fond du théâtre avec une symphonie tantôt gracieuse, tantôt lugubre, qui s’éteint par degrés dans l’éloignement. » De temps à autre, il n’hésite pas à supprimer des éléments de phrases ou des phrases qui semblent sans doute superflus à ses yeux. En voici quelques exemples (nous soulignons les éléments supprimés) :

  1. « Il n’y a pas ici que des Vénitiens ; il y a des Romains, des Napolitains, des Romagnols, des Lombards, des Italiens de toute l’Italie. » → « Đây không phải chỉ có dân Vơ-Ni mà thôi. Đây lại có đủ mặt người tứ xứ, và cùng một quốc hiệu : Ý-Đại-Lợi ».
  2. « Il tire de sa poitrine un papier qu’il baise et qu’il remet à dona Lucrezia. » → « Lấy ở ngực ra một lá ».
  3. « Oh ! délivrer ma mère ! la servir, la venger, la consoler ! quel bonheur ! Je penserai à l’amour après. Tout ce que je fais, je le fais pour être digne de ma mère. » → « Chao ôi ! Nếu tôi báo thù được cho mẹ tôi, được phụng dưỡng và an ủi mẹ tôi, thì tôi sướng biết mấy ! »
  4. « Voyez-vous, madame, un lac, c’est le contraire d’une île ; une tour, c’est le contraire d’un puits ; un aqueduc, c’est le contraire d’un pont ; et moi, j’ai l’honneur d’être le contraire d’un personnage vertueux. » → « Hẳn lệnh bà cũng biết chứ ? Cái hồ đã là vật trái lại của cái đảo, cái tháp đã là vật trái lại với cái giếng, thì tôi đây, Dũ-Bách-Tá, tôi cũng cần phải giữ nguyên căn bản trái lại với người đạo đức và hiền lành. »

Dans l’exemple a), Vũ Trọng Phụng supprime ce qui lui semble étranger au public vietnamien : le Vietnamien moyen ne sait guère ce que sont des Napolitains, des Romagnols, des Lombards. D’ailleurs, le groupe de mots : « des Italiens de toute l’Italie » semble suffisant pour la compréhension du public vietnamien. Dans l’exemple b), comme il s’agit d’une didascalie, le fait de ne pas traduire « un papier qu’il baise et qu’il remet à dona Lucrezia » peut affecter les potentialités de mise en scène de la pièce car il manque des éléments informatifs. Si, dans l’exemple c), le choix de Vũ Trọng Phụng de ne pas traduire la phrase : « Tout ce que je fais, je le fais pour être digne de ma mère » ne porte guère atteinte au contenu de la pièce de théâtre, il diminue sa nuance sémantique. Cette phrase ne traduit-elle pas la profonde détermination de Gennaro à être digne de sa mère ? L’exemple d) est représentatif de la technique très souvent utilisée par Vũ Trọng Phụng : supprimer des éléments qui semblent être peu pertinents et peu informatifs.

Ajout

  • 12 Laurence Malingret. Stratégies de traduction : les lettres hispaniques en langue française. Arras : (...)
  • 13 Jean Delisle, Hannelore Lee-Jahnke et Monique C. Cormier. Terminologie de la traduction. Amsterdam (...)

9Selon L. Malingret, l’ajout « constitue un acte de liberté, d’assurance et d’autorité du traducteur plus flagrant que la suppression. Souvent lié à l’explication, il peut revêtir des formes extrêmement variées : de la classique note en bas de page au subtil commentaire fragmenté au sein du texte12 ». Selon d’autres, c’est le procédé qui consiste à « introduire de façon non justifiée dans le texte d’arrivée des éléments d’information superflus ou des effets stylistiques absents du texte de départ13 ». La plupart des ajouts que Vũ Trọng Phụng a apportés à son texte traduit servent soit à expliciter, à interpréter (notre traducteur n’a presque pas recours aux notes explicatives), soit à donner du rythme. Voyons quelques exemples (nous soulignons les éléments ajoutés) :

  1. « Il pouvait être cinq heures après minuit. » → « Giời tang tảng sáng, lúc ấy vào độ 5 giờ ». Traduction littérale : Dès les premières lueurs du jour, il était environ cinq heures.
  2. « Une lugubre aventure » → « Một chuyện bí mật và thương tâm ! » Traduction littérale : une histoire secrète et pitoyable.
  3. « La sœur que vous ne voulez pas nommer… » → « Còn người đàn bà mà chỉ nói đến tên, ta cũng đủ thấy kinh tởm ấy… » Traduction littérale : La femme dont le nom seul nous évoque déjà son horreur.
  4. « Madame Lucrèce devient platonique » → « À, có lẽ Lữ-Cách Bạo-Gia yêu lối tinh thần, cao thượng, nhiễm phải thuyết ái tình bất duy vật của cụ Platon nhà ta chăng ? » Traduction littérale : Ah, sans doute Lucrèce Borgia aime-t-elle de manière spirituelle, noble, sans doute est-elle atteinte de la théorie de l’amour immatériel de notre Platon ?

Nous voyons que par les ajouts Vũ Trọng Phụng souhaite expliquer le sens du texte original. Dans l’exemple a), il ajoute « Dès les premières lueurs du jour » comme pour traduire « après minuit » ; dans l’exemple b), nous pouvons constater que Vũ Trọng Phụng a du mal à trouver un équivalent au mot « lugubre », qui évoque plutôt une grande tristesse, un grand accablement. Il traduit ce mot par deux adjectifs : « bí mật và thương tâm » (secret et pitoyable), qui n’ont rien à voir avec « lugubre ». Si dans l’exemple c), il ajoute « l’horreur » au nom de cette femme, c’est peut-être pour expliciter ce qui est implicite. Cette technique d’explication se traduit encore plus nettement dans l’exemple d) où Vũ Trọng Phụng paraphrase l’adjectif « platonique ». Le public vietnamien a sans doute du mal à comprendre ce qu’est un amour platonique qu’on traduit souvent, dans les dictionnaires franco-vietnamiens, par « tình yêu thuần khiết » (amour chaste).

Contresens

  • 14 Ibid., p. 23.

10Selon J. Delisle, le contresens dans la traduction est une « faute de traduction qui consiste à attribuer à un segment du texte de départ un sens contraire à celui qu’a voulu exprimer l’auteur14 ». L’examen des contresens dans cette traduction n’a pas pour but de juger le niveau du traducteur. Il sert uniquement à démontrer la manière dont Vũ Trọng Phụng traduit le texte et son attitude de détachement, sa distanciation par rapport au texte original. Analysons quelques exemples :

  1. « Tenez, voulez-vous voir son écriture ? » → « Bà có muốn biết mặt mẹ tôi không ? » Traduction littérale : Voulez-vous voir son visage ?
  2. « Vous ne savez pas ce qui se passe dans leur cœur » → « Những khổ đau của họ, chàng có biết tới đâu ? » Traduction littérale : Leurs malheurs, vous les connaissez ?
  3. « Si tu le savais, toi, cela est à la fois si triste et si illustre, que tu ne pourrais pas t’en taire… » → « Nếu con biết rõ gia đình rồi, khó lòng mà sống nổi. » Traduction littérale : Si tu connaissais la famille, il te serait difficile de vivre.
  4. « Je leur emprunte de l’argent. » → « … tôi hay cho chúng vay tiền. » Traduction littérale : Je leur prête souvent de l’argent.
  5. « Il monte sur le banc de pierre qui est au-dessous du balcon, et, avec son poignard, il fait sauter la première lettre du nom de Borgia, gravé sur le mur, de façon qu’il ne reste plus que ce mot : — ORGIA. » → « Nói rồi liền nhẩy lên một chiếc ghế đá ở dưới bao lan, rút kiếm ra chém chữ Bạo-Gia cho chữ B rơi xuống. » Traduction littérale : Après l’avoir dit, il monte sur un banc de pierre qui est au-dessous du balcon, et avec son poignard il fait tomber la lettre B du mot Borgia.

Si dans l’exemple a) le traducteur se détache trop du texte de départ en traduisant « écriture » par « visage », dans l’exemple b) il interprète « ce qui se passe dans leur cœur » par « leurs malheurs », c’est-à-dire ce qui est encore implicite, inconnu par quelque chose de très concret. Dans l’exemple c), on a l’impression que notre traducteur a supprimé la phrase entière du texte de départ pour en donner une autre totalement différente. Il en est de même pour l’exemple d) dans lequel notre traducteur traduit le contraire de la phrase originale. Dans l’exemple e), le fait que Vũ Trọng Phụng ne traduit pas « il ne reste plus que ce mot : – Orgia » est bien regrettable car le mot « orgia » est très significatif. Il évoque non seulement « secret, rite, mystère, fête religieuse » (au sens étymologique du terme), mais encore « partie de débauche, où les excès de table, de boisson, s’accompagnent de plaisirs grossièrement licencieux » (au sens d’« orgie », selon Le Petit Robert).

  • 15 Hugo Victor. Cromwell. Paris : Furne et Cie, Libraires-Éditeurs, 1840, p. 40.

Victor Hugo lui-même dit dans la préface de Cromwell : « Les langues sont comme la mer, elles oscillent sans cesse15 ». Il y a, dans cette traduction, oscillation entre la langue de départ, le français du xixe siècle, et la langue d’arrivée, le vietnamien des années 1930. Entre l’original et la traduction, il y a plus de cent ans d’intervalle. Et puis, il y a oscillation entre le vietnamien du temps de Vũ Trọng Phụng et celui d’aujourd’hui. L’oscillation culturelle devrait aussi être prise en compte. L’écart linguistique et culturel entre l’original et la traduction est certes indéniable.

11La traduction littéraire n’est qu’une petite partie des activités littéraires très fécondes de Vũ Trọng Phụng. Il s’agit ici d’une de ses deux traductions alors qu’il est l’auteur, au total, de neuf romans, sept reportages, cinq pièces de théâtre et d’une trentaine de nouvelles. Ceci veut dire que Vũ Trọng Phụng ne porte pas beaucoup d’intérêt à la traduction et que le fait qu’il ne se soucie guère de rester strictement fidèle au texte original de Lucrèce Borgia de Victor Hugo est compréhensible. Néanmoins, nous pouvons affirmer qu’il s’agit ici d’une traduction réussie dans la mesure où Vũ Trọng Phụng transmet avec succès au public vietnamien, surtout à ceux qui ne peuvent pas lire le français, l’histoire de Lucrèce Borgia de Victor Hugo jusqu’alors méconnue : le contenu, les potentialités de mise en scène, etc., sont plus ou moins respectés. Vũ Trọng Phụng, tout comme les traducteurs de son temps, veille à une bonne réception par le public vietnamien. Il pensait sans doute qu’il n’aurait pas atteint son public s’il avait traduit littéralement cette pièce, s’il n’avait pas eu recours aux tendances déformantes susmentionnées.

12Par l’étude de cette traduction, on peut comprendre davantage la carrière de cet écrivain célèbre et ouvrir la voie à l’examen de l’influence de la littérature française, particulièrement celle de la pièce de théâtre que nous venons d’étudier, sur sa création littéraire. À notre connaissance, cette traduction n’a jamais été représentée au Vietnam. Pourtant, à la fin de la traduction de Vũ Trọng Phụng, on peut lire ces mots : « Ceux qui souhaitent jouer la pièce de théâtre Lucrèce Borgia sont priés d’écrire à Dich Thuat Tung Thu, 88 route de Hué, Hanoi ». L’heure n’est-elle pas de la faire jouer au Vietnam ? Pour cela, sera-t-il nécessaire de la retraduire ?

11. Traduction de Lucrèce Borgia par Vũ Trọng Phụng, édition de 1936, page de couverture.

11. Traduction de Lucrèce Borgia par Vũ Trọng Phụng, édition de 1936, page de couverture.

12. Portrait de Vũ Trọng Phụng (1912-1939).

12. Portrait de Vũ Trọng Phụng (1912-1939).

Notes

1 Pièce créée à Paris au Théâtre de la Porte-Saint-Martin le 2 février 1833.

2 Cette recherche est financée par le Fonds national du Vietnam de développement scientifique et technologique (NAFOSTED) sous le numéro de subvention VII1.3-2011.13.

3 Il est à noter qu’en 1936 la pièce de théâtre Martine de Jean-Jacques Bernard, à tendance romantique, a été également traduite en vietnamien par Vi Huyền Đắc et publiée chez Đời Nay. Il s’agit d’un autre courant de traduction théâtrale, celui du théâtre romantique, apparemment mineur par rapport à celui du théâtre classique.

4 Victor Hugo. Giết mẹ (tức là chuyện nàng Lucrèce Borgia). Hanoi : Éditions Dich Thuat Tung Thu, 1936, p. 0. Notre traduction.

5 Selon Antoine Berman, la « pulsion du traduire » est un « […] désir de traduire qui constitue le traducteur comme traducteur, et que l’on peut désigner du terme freudien de pulsion puisqu’il a, comme le soulignait Valéry Larbaud, quelque chose de “sexuel” au sens large du terme. » (Épreuve de l’étranger. Paris : Gallimard, 1995, p. 21)

6 L’horizon d’attente d’un traducteur est, selon Antoine Berman, « l’ensemble des paramètres langagiers, littéraires, culturels et historiques qui déterminent le sentir, l’agir et le penser d’un traducteur. » (Antoine Berman. Pour une critique des traductions de John Donne. Paris : Gallimard, 1995, p. 79.)

7 Antoine Berman. La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain. Paris : Seuil, 1999, p. 29.

8 Georges Moore. Confession d’un jeune anglais. Paris : Albert Savine. 1889, p. 132-133.

9 Kiều Thanh Quế. Dịch thuật (La traduction). Tri Tân, no 54, juillet 1942. Notre traduction.

10 A. Berman. La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, op. cit., p. 56.

11 Ibid., p. 53.

12 Laurence Malingret. Stratégies de traduction : les lettres hispaniques en langue française. Arras : Artois Presses Université, 2002, p. 91.

13 Jean Delisle, Hannelore Lee-Jahnke et Monique C. Cormier. Terminologie de la traduction. Amsterdam and Philadelphia : John Benjamins, 1999, p. 10.

14 Ibid., p. 23.

15 Hugo Victor. Cromwell. Paris : Furne et Cie, Libraires-Éditeurs, 1840, p. 40.

Table des illustrations

Titre 11. Traduction de Lucrèce Borgia par Vũ Trọng Phụng, édition de 1936, page de couverture.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre 12. Portrait de Vũ Trọng Phụng (1912-1939).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteur

Université de Vinh
Est traducteur et éditeur en chef des Éditions de l’Université de Vinh (Vietnam). En 1999, il gagne le Prix du Concours des traducteurs littéraires organisé par l’Ambassade de France au Vietnam et les Éditions du Monde. Il soutient en 2008 à l’Université d’Aix-Marseille I sa thèse de doctorat portant sur la réception de la littérature française au Vietnam. Il est traducteur en vietnamien de plusieurs auteurs français : Les Âmes grises de Philippe Claudel, La Promesse de l’Aube de Romain Gary, Garden of love de Marcus Malte, Nam et Sylvie de Pham Duy Khiem et Le Sermon sur la chute de Rome de Jérome Ferrari. Son domaine de recherche principal est la réception de la littérature française au Vietnam.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search