Version classiqueVersion mobile

Théâtres français et vietnamien

 | 
Corinne Flicker
, 
Nguyen Phuong Ngoc

Traductions et adaptations des pièces françaises en vietnamien

La traduction de Corneille en vietnamien dans la revue Nam Phong

Ngọc Kiên Phùng

Texte intégral

  • 1 On peut consulter l’intégralité de Nam Phong à l’adresse suivante : http://www.nguoi-viet.com/thuvi (...)

1Les deux premières tragédies de Corneille, traduites en vietnamien par Phạm Quỳnh, Le Cid et Horace, paraissent successivement dans les numéros 38-39 (1920) et 73-74 (1923) de la revue Nam Phong1. Pour les étudier, nous partons de l’idée qu’une traduction littéraire est toujours effectuée en réponse à des questions explicites concernant le contexte et à des questions implicites ancrées profondément dans le texte. Si le contexte des traductions s’associe à la revue Nam Phong tạp chí (Vent du Sud, 1917-1934) dirigée par Phạm Quỳnh, les textes d’arrivée, qui sont le fruit de la traduction, nous indiqueront quelle interprétation tirer. Ainsi, les questions explicites et implicites s’imbriquent. Néanmoins, les questions posées, relatives les unes aux autres, seront étudiées successivement.

  • 2 Phạm Quỳnh a déclaré dans une conférence à l’École coloniale de Paris en 1922 : « Il était dans la (...)
  • 3 Nous soulignons.
  • 4 Les efforts de traduction de Rousseau réalisés par Phạm Quỳnh à partir du français s’inscrivent dan (...)
  • 5 Toutes les citations en vietnamien sont traduites par nos soins.

2La revue Nam Phong compte parmi les quelques périodiques en vietnamien à être financés directement par les autorités coloniales dans l’objectif principal d’exalter la France et l’harmonie franco-indochinoise ; tous les débats politiques concernant le Vietnam en sont exclus, bien sûr. Mais, pour Phạm Quỳnh, cette occasion précieuse permettra de moderniser le pays et, plus tard, de conquérir l’indépendance nationale. Il occupe un double rôle en tant que rédacteur en chef de la revue financée par le gouvernement colonial : adjuvant dans la propagande de la culture française et médiateur pour la vulgarisation des idées modernes européennes dans la société vietnamienne de l’époque. En fait, Phạm Quỳnh a voulu commencer à chercher l’indépendance nationale de manière prudente par la culture, dont la traduction en quốc ngữ (langue nationale) est le catalyseur. Pour lui, si le français a été forgé pour moderniser la France du xviie siècle, il en est de même pour l’écriture latinisée en vietnamien, le quốc ngữ du xxe siècle. Ce caractère d’origine européenne, selon lui, peut sortir le Vietnam du monde sinisé. Le souci permanent de Phạm Quỳnh concerne les menaces chinoises à l’égard du Vietnam2 : […] « entre le péril démographique chinois, le péril militaire japonais et “le péril politique français” […], ce dernier est encore le moindre, et nous l’acceptons avec toutes ses conséquences3 ». Paradoxalement, alors que le Vietnam subit le colonialisme français qui s’attribue le prétendu devoir de civilisation, les idées françaises en particulier et européennes en général, avec Rousseau, Montesquieu, Voltaire, pénètrent au Vietnam par le biais du chinois4. Dans un article en français intitulé « Influence française », Phạm Quỳnh critique de front les lettrés réformistes qui citent à tout propos et hors de propos des philosophes occidentaux « sans bien comprendre les théories de ces écrivains et saisir exactement leurs portées philosophiques et sociales » (Nam Phong, 108). C’est dans le numéro 103 que se déploie une série d’articles qui encouragent l’emploi du quốc ngữ comme moyen de sauver l’identité nationale, de sauvegarder la culture nationale et de vulgariser la connaissance. Phạm Quỳnh avance même l’idée que la situation colonisée du pays d’alors est due partiellement à l’emploi de l’écriture étrangère, tant le chinois d’hier que le français d’aujourd’hui : « Chez nous, les intellectuels ne s’enthousiasment que pour l’écriture étrangère, peu de gens pensent à l’écriture vulgaire du pays5 » (Nam Phong, no 103).

  • 6 Cité d’après Jean Rouhou, Corneille : dramaturgie et politique. Lectures de Corneille, Presses Univ (...)
  • 7 J. Rouhou, op. cit., p. 21.
  • 8 Notre traduction. Notons que dans le supplément en français du numéro 73 dans lequel est publiée la (...)

3Les deux tragédies de Corneille traduites en quốc ngữ s’inscrivent ainsi dans le contexte d’un mouvement culturel de recherche de la fondation d’un État indépendant et moderne. Il est ainsi facile de déterminer dans les pièces traduites les sujets qui intéressent Phạm Quỳnh : patriotisme, devoir civil, rôle de la monarchie absolue et volonté nationale. Les sujets, nettement politiques, des deux œuvres choisies révèlent la dimension héroïque dans l’œuvre cornélienne, comme Lanson l’a écrit : « La tragédie cornélienne c’est à peu près à la France de Louis XIII ce que le Rouge et le Noir ou les romans de Balzac sont à la France de Charles X et de Louis-Philippe6 ». Certainement, « la question du politique est centrale en ce siècle qui produit tant de tragédies et d’œuvres tragiques »7. En outre, le choix des pièces de Corneille est d’autant plus justifié que « [l]a littérature française ne s’est établie que depuis quatre cents ans, à partir de la même époque que notre dynastie Trần8 » (Nam Phong, no 53, p. 384). Malgré le décalage chronologique évident, cette comparaison de Phạm Quỳnh sous-entend un orgueil national en mentionnant l’égalité culturelle entre le pays colonisé et celui du colonisateur. D’un côté, c’est la dynastie la plus éblouissante de l’histoire vietnamienne, de l’autre c’est la dynastie du Roi Soleil à l’apogée de la monarchie absolue française. Ce point commun entre les deux nations justifie les critères de choix des textes qui semblent apparemment conservateurs. Ils concernent le début des nations modernes quand les deux champs, politique et littéraire, s’entremêlent :

  • 9 Nous traduisons et soulignons.

Notre pays est encore loin des pays occidentaux : par exemple dans le domaine littéraire, nous sommes encore à l’époque où la littérature s’attache plutôt à la morale, pas encore au moment où la littérature tend vers l’autonomie ; si nous voulons apprendre et suivre les pays européens, il faut commencer par l’apprentissage du modèle français d’il y a quatre cents ans […] Si l’on se précipite, sans tenir compte de notre capacité, dans l’imitation romanesque et théâtrale de l’Occident contemporain, on risque d’être grotesque et de faire de la littérature qui outrage les usages et la morale9. (Nam Phong, no 51, p. 183)

  • 10 P. Bénichou, op. cit., p. 21.
  • 11 Ibid., p. 23-24. Cf. Serge Doubrovsky. Corneille et la dialectique du héros. Paris : Gallimard, 196 (...)

Ce n’est pas un hasard si dans le numéro 74 où est publié Horace, Phạm Quỳnh fait paraître également sa traduction de Qu’est-ce qu’une nation ? d’Ernest Renan (1881). S’inspirant de cet exposé, Phạm Quỳnh écrit, dans le numéro 103, un article sur l’esprit de la nation et traduit un texte du sociologue Bouglé sur le patriotisme. Il est clair que Phạm Quỳnh est attiré par l’orgueil, le sublime et la passion dans les œuvres de Corneille, non seulement en tant que lecteur, mais aussi en tant qu’écrivain. Si Corneille, pour reprendre la formule de Paul Bénichou à propos du théâtre classique, « ressuscite le mythe médiéval », et si le contact de l’antiquité païenne lui a permis une affirmation plus audacieuse que jamais des valeurs aristocratiques modernisées dans une glorification de la puissance humaine10, le contact du Grand Siècle français et les figures héroïques de Corneille ont attisé la passion patriotique chez Phạm Quỳnh à tel point qu’il veut ressusciter l’atmosphère éblouissante du passé du pays. Ce patriotisme appelle l’action et refuse la faiblesse pour insister sur la virilité, selon S. Doubrovski. En fait, dans le théâtre de Corneille, « le mal résidait dans la faiblesse » et les héros sont l’incarnation de la virilité dans les conquêtes du soi et d’autrui11. C’est justement ce que Phạm Quỳnh veut valoriser, comme il l’écrit dans ses articles en 1923 (la même année que la traduction d’Horace), encourageant l’action chez la jeunesse vietnamienne :

  • 12 Nam Phong, 68 (2. 1923), p. 92-97. Nous traduisons et soulignons.

Cette mélancolie, si on ne trouve pas le médicament pour la traiter, affectera gravement l’esprit de notre race […] Alors que le pays est en péril, il y a des gens qui se plaignent et se posent des questions inutiles pour savoir si la vie mérite d’être vécue. Ce sont des ingrats et des égoïstes ! La jeunesse doit-elle être mélancolique ? Eh bien, même si on est triste, par respect de sa patrie on ne doit pas être triste12.

  • 13 P. Bénichou, op. cit., p. 203 et 209.
  • 14 Cité d’après P. Bénichou, ibid., p. 209.

La conquête du pouvoir (Cinna) et les questions théologiques (Polyeucte) n’intéressent pas encore Phạm Quỳnh. Chez Racine – P. Bénichou insiste sur ce thème – il se produit une « dégradation de l’héroïsme » et « le drame politique tient si peu de place » parce que l’auteur a transféré l’héroïsme du politique au privé. C’est pourquoi il est facile de comprendre pourquoi Racine, enseigné à l’école coloniale, n’est pas encore choisi pour être traduit alors en vietnamien par Phạm Quỳnh. Ses tragédies, bien qu’elles soient la « violence pessimiste des peintures du cœur », éveillent les tendances d’une nouvelle époque « diverse et contradictoire dans sa nouveauté, où achève de mourir et de se transformer une société ancienne13 ». Pour citer H. Heine, si « dans Racine les sentiments du Moyen Âge sont complètement éteints », dans Corneille « respire encore le Moyen Âge14 ».

  • 15 Pháp quốc văn học đại quan (Précis de l’histoire littéraire de la France), Nam Phong, 53, p. 393. I (...)

4Situé ainsi dans la perspective historique, le choix du genre et du sujet introduit implicitement le discours politique dans le discours littéraire au profit de l’action des personnages. Dans ses présentations des traductions en vietnamien, Phạm Quỳnh souligne des « leçons morales » par lesquelles il entend traditionnellement le devoir familial et national, l’éthique des hommes en face de la situation de la Patrie : « L’idée générale de ses tragédies est de raconter les actes héroïques et le conflit entre le devoir et l’amour, et où le devoir finit par l’emporter. Ses tragédies sont des leçons morales sur les valeurs15. »

  • 16 S. Doubrovsky, op. cit., p. 120. Nous soulignons.
  • 17 Nam Phong, 103, p. 149. Notre traduction.

5Il s’agit d’une situation sociale particulière qui l’obsède : le pays colonisé. Le « devoir familial » a ainsi motivé le devoir national. De même, S. Doubrovsky remarque que Rodrigue, chez Corneille, n’est pas encore le Maître après avoir triomphé du Comte et de Chimène, que son acte héroïque demeure inutile « tant que l’énergie amoureuse n’est pas convertie en énergie historique16 ». Alors, il n’y a aucun conflit entre les relations privées et publiques qui soit mis en évidence dans la traduction. C’est le grand intérêt d’État, à savoir les mœurs sociales, dont Phạm Quỳnh s’occupe particulièrement dans le texte cornélien : « Si la traduction de cette tragédie ne sert pas à la mise en scène, elle est utile indirectement aux mœurs sociales17. »

  • 18 « Le devoir de Chimène n’est plus de venger son père ; c’est de reconnaître en Rodrigue le sauveur (...)

6Comme le remarquent les critiques français18, pour Phạm Quỳnh, l’amour filial devient le socle de l’amour patriotique :

  • 19 Nam Phong, no 103, p. 148.

Les deux sacrifient l’amour pour venger le père. Dans Horace, le devoir envers la patrie entre en conflit avec l’amour de la famille, mais à la fin et à leur propre initiative, tous se montrent fidèles à la patrie au détriment de la famille19.

  • 20 S. Doubrovsky, op. cit., p. 145-146. Une adaptation de cette tragédie sera mise en scène trente ans (...)

C’est pourquoi il lui semble facile d’accepter que le conflit familial s’associe au conflit d’État, la valeur suprême n’est plus l’honneur de la famille, mais le salut de la patrie. Le choix d’Horace par Phạm Quỳnh réaffirme qu’Horace n’est pas brutal, voire qu’il « continue là où Rodrigue s’arrête », comme le démontre S. Doubrovsky. Horace, dans le texte vietnamien, souhaite « remplacer la vertu ordinaire par une vertu extraordinaire20 ».

  • 21 La revue accorde une place significative aux poèmes vietnamiens et présente la poésie française, Ba (...)
  • 22 En 1920, juste après la mise en scène du Malade imaginaire par l’Association Khai trí tiến đức, Phạ (...)

7Dans la perspective générique, choisir la traduction de la tragédie au lieu de la poésie est signifiant et même provocant. Bien que la poésie domine le champ littéraire du Vietnam d’alors, Phạm Quỳnh ne choisit pas les poètes du xviie siècle qui ne sont pas moins connus21. Privilégier la tragédie, genre nouveau et étranger dans le paramètre générique du champ littéraire vietnamien, montre ses efforts de renouveau. La tragédie se voit ne plus être aliénée aux canons traditionnels. En réalité, son choix n’apparaît pas soudainement du jour au lendemain. Phạm Quỳnh ne s’occupe particulièrement du théâtre français et de Corneille qu’à l’issue de la mise en scène avec succès de la comédie de Molière. Il s’agit d’une traduction (Le Malade imaginaire) de son confrère Nguyễn Văn Vĩnh, quelques mois auparavant. Certes, il pense à l’effet considérable de la mise en scène théâtrale devant le public. L’apparition successive des articles sur le théâtre français dans la revue confirme cette hypothèse22. Mais, si la préoccupation de Nguyễn Văn Vĩnh s’attache particulièrement aux traductions d’auteurs tels que La Fontaine, Molière, Hugo ou Balzac, la traduction de Corneille révèle une autre préoccupation chez Phạm Quỳnh. Il s’agit de faire le récit fondateur de la Nation moderne. Son choix différent peut avoir pour but de mettre en relief l’idéologème de la tragédie à travers l’effet, qui s’associe clairement au contexte historique et à la dimension politique :

  • 23 Nam Phong, no 51, p. 187-188. Notre traduction.

L’effet du tragique consiste à provoquer la peur ou la piété ; il provoque la peur, parce que le crime est exposé d’une façon terrible et l’assassin est puni ; il provoque la piété, parce qu’on voit le malheur des gens de bien et les pièges dans lesquels sont pris les gens honnêtes23.

De plus, on doit prendre en compte la hiérarchie générique :

  • 24 Nam Phong, no 38, p. 88. Notre traduction.

Mais notre traduction n’a pas pour objectif d’être mise en scène, comme on l’a fait avec la comédie de Molière, puisque la représentation d’une tragédie est plus difficile, nous les Vietnamiens ne sommes pas encore capables de jouer une tragédie24.

  • 25 Nam Phong, no 35, p. 381-382.

Il faut bien insister sur la reconnaissance progressive du théâtre tragique chez Phạm Quỳnh. Les termes traduits qui apparaissent pour la première fois dans la présentation générale sur le théâtre français ne sont pas encore forgés, comme c’est le cas de « la règle des unités » par exemple, qu’il traduit par « phép hợp nhất » au sens de « qualité d’un ensemble », de qualité « d’une composition ». Ce n’est que dans l’exposé suivant sur Corneille, relatif à la traduction, qu’il met au point ce terme en forgeant l’expression en vietnamien utilisée jusqu’à maintenant : « phép tam duy nhất », qui signifie : « qualité de ce qui est un, indivisible25 ». Ainsi, il faut la traduction du texte cornélien pour que Phạm Quỳnh réponde justement aux questions implicites en mettant au point son expression en vietnamien de cette règle.

  • 26 Nam Phong, no 38, p. 89.
  • 27 Nam Phong, no 38, p. 88.

8En fait, la traduction théâtrale, nouveau champ littéraire au Vietnam, suscite la préoccupation de Phạm Quỳnh pour la forme. Dans sa présentation du Cid, il fait remarquer : « Vues ainsi, l’intrigue [de Corneille] et celle de notre tuồng ne se différencient pas, avec les sentiments familiaux et filiaux, avec les vengeances et les combats contre les ennemis etc. La différence ne se situe que dans la composition26 ». Le sujet de l’œuvre est universel, et sa composition, qui marque la différence, valorise la pièce. La différence formelle est essentielle pour motiver l’acte de traduction. Il est évident que Phạm Quỳnh trouve importante la mise en forme de l’œuvre théâtrale au profit de la signification. Pour le traducteur, le renouvellement de la forme s’associe clairement au rôle de la composition de la pièce. Phạm Quỳnh en parle à plusieurs reprises, par exemple dans sa présentation générale de la traduction d’Horace : « C’est pourquoi, même s’il y a dans notre théâtre traditionnel tuồng beaucoup d’intrigues intéressantes qui peuvent servir à la création d’une grande œuvre, la mise en scène est ennuyeuse et dénuée de sens27. »

9Par cette pensée, il est évident que Phạm Quỳnh ne néglige pas la forme lors de son acte de traduction. Il trouve au contraire importante la mise en forme de l’œuvre au profit de la signification. Ce qui est « forme » tourne ainsi au « contenu », ce qui est littéraire imbrique le social et le politique, ce qui est moral devient représentation. Le renouvellement de la composition va de pair avec la réforme de la pensée, le changement du littéraire s’opère parallèlement à celui du politique.

  • 28 L’expression versifiée est une habitude fréquente chez les lettrés vietnamiens du début du xxe sièc (...)

10Sans aller trop loin dans les détails, qui mériteraient un travail plus complet, on peut remarquer le choix de la prose pour traduire les vers des tragédies de Corneille. Ce choix est signifiant puisque le genre lyrique domine le champ littéraire vietnamien au début du siècle à tel point que la création poétique, ou plutôt l’expression versifiée, tant dans la littérature que dans la vie quotidienne, est préférée à la prose28. En fait, héritée de la tradition des romans versifiés tel le célèbre Truyện Kiều, la forme poétique favorise mieux l’expression de la vie intérieure des personnages tragiques. Ce choix intentionnel de Phạm Quỳnh vise nettement à forger l’expression en prose dans la littérature moderne en vietnamien. Il s’agit à la fois d’une « conquête de soi » et d’une « conquête d’autrui » (S. Doubrovsky) comme un double effort du traducteur. Tout d’abord, cet effort souligne la recherche d’une forme littéraire moderne et l’idée de forger un nouveau langage vietnamien. Ensuite, par la prose Phạm Quỳnh a débarrassé, spontanément peut-être, la tragédie cornélienne de son contexte générique pour la mettre dans une forme différente liée au nouveau contexte. Ainsi naturalisée, la tragédie cornélienne contribue à la modernisation de la littérature vietnamienne. Clairement, cet effort de la prose choisie pour la traduction de la tragédie en vers confirme l’imbrication de deux discours, politique et littéraire.

  • 29 Nam Phong, no 38, p. 106, scène 6, acte I. Il faut insister sur le fait que le besoin de s’exprimer (...)

11Dans une lecture approfondie du processus de traduction, on peut découvrir les imbrications un peu plus complexes entre les actes de lecture et d’écriture, entre expérience acquise et projet d’écriture. En effet, le choix rationnel de la traduction en prose n’empêche pas parfois l’émergence spontanée des expressions lyriques et versifiées dans le texte en vietnamien. Par exemple, dans le monologue de Rodrigue au moment du dilemme, apparaît un couple de vers célèbres : « Percé jusques au fond du cœur / D’une atteinte imprévue aussi bien que mortelle » (« Sự đâu sét đánh rụng rời, tin đâu như tên bắn rã rời tâm can »)29. Cette anomalie montre que, malgré sa volonté, la perception du lecteur Phạm Quỳnh échappe parfois au contrôle du traducteur et dicte spontanément son projet d’écriture. Le traducteur, embrassant les sentiments du héros, revient à ses habitudes d’expressions versifiées qui étaient très fortes dans la représentation de la vie intérieure. Il s’agit vraiment d’une trahison involontaire du traducteur, d’une transgression textuelle. Cette transgression textuelle montre nettement la distance entre l’effet et la compréhension lors de la lecture, entre le projet et le résultat de l’écriture. Cette distance est d’autant plus signifiante qu’à ce moment de la pièce le héros cornélien est à ce point écartelé entre le devoir et l’amour que le traducteur est renvoyé à ses habitudes. Le co-auteur, qui réécrit en vietnamien l’interprétation du lecteur chez le traducteur, ne se prive pas de s’incarner dans la parole du personnage. Emporté ainsi par l’émotion, le co-auteur en vietnamien fait appel aux habitudes de l’expression versifiée pour s’exprimer, pour montrer les mouvements intérieurs subtils. Autrement dit, cette transgression perçue du point de vue de l’homogénéité textuelle de la version en vietnamien montre les efforts du traducteur Phạm Quỳnh pour percer les normes anciennes, pour s’affranchir des expressions habituelles, des expériences acquises en vue d’atteindre à une perfection de la mise en forme dans la représentation intérieure en prose du personnage.

La traduction de Corneille en prose devient une occasion de forger le vietnamien littéraire moderne pour exprimer en prose la vie intérieure (nội tâm) des personnages qu’on avait l’habitude d’exprimer en vers. Par ce choix, Phạm Quỳnh met la tragédie cornélienne dans un nouveau contexte signifiant. Il s’agit non plus de la traduction mais de l’appropriation, de la création, non plus du transfert mais de l’acquisition, non plus de l’imitation mais de la recréation. Cette contribution à l’évolution littéraire vise à établir la légende de la fondation du Vietnam moderne. L’acte littéraire porte ainsi une dimension politique. Les valeurs de la famille sont rehaussées au niveau des devoirs envers la Patrie à travers la glorification de l’action et de la virilité. Alors on peut dire que les « conquêtes de soi » et « conquête d’autrui », pour emprunter les expressions de S. Doubrovsky à propos de Corneille, se produisent en même temps dans les deux actes de la traduction : lecture et réécriture. La conquête de soi libère le lecteur de Phạm Quỳnh des frustrations issues de la situation coloniale. La conquête d’autrui lui rapporte la virilité en lui confiant la passion comme moteur de l’action. Les tragédies françaises du xviie siècle rejoignent alors les valeurs vietnamiennes du xxe siècle pour stimuler le patriotisme.

7. Page de couverture de la revue Nam Phong (1917).

7. Page de couverture de la revue Nam Phong (1917).

8. Traduction du Cid en vietnamien publiée dans Nam Phong no 38 (1920).

8. Traduction du Cid en vietnamien publiée dans Nam Phong no 38 (1920).

9a. Traduction du Cid en vietnamien publiée dans Nam Phong no 38 (1920).

9a. Traduction du Cid en vietnamien publiée dans Nam Phong no 38 (1920).

9b. Traduction du Cid en vietnamien publiée dans Nam Phong no 38 (1920).

9b. Traduction du Cid en vietnamien publiée dans Nam Phong no 38 (1920).

10. Portrait de Phạm Quỳnh (1892-1945), traducteur de Corneille.

10. Portrait de Phạm Quỳnh (1892-1945), traducteur de Corneille.

Notes

1 On peut consulter l’intégralité de Nam Phong à l’adresse suivante : http://www.nguoi-viet.com/thuviennguoiviet/namphong.asp?thuvien

2 Phạm Quỳnh a déclaré dans une conférence à l’École coloniale de Paris en 1922 : « Il était dans la destinée de notre peuple de subir, même dans les domaines les plus inattendus, l’influence chinoise », (Nam Phong, supplément en français, 67, p. 5). Ainsi, il faut faire une distinction entre la volonté de moderniser et la sinophobie qui n’existe pas chez Phạm Quỳnh. C’est lui qui a encouragé la conservation des héritages chinois au Vietnam.

3 Nous soulignons.

4 Les efforts de traduction de Rousseau réalisés par Phạm Quỳnh à partir du français s’inscrivent dans la stratégie tacite de cette revue dans le but d’affranchir la culture vietnamienne du monde sinisé (cf. : notre intervention lors de la Journée d’étude sur « Rousseau dans la modernisation asiatique », Paris-Sorbonne, 15 décembre 2012).

5 Toutes les citations en vietnamien sont traduites par nos soins.

6 Cité d’après Jean Rouhou, Corneille : dramaturgie et politique. Lectures de Corneille, Presses Universitaire de Rennes, 1997, p. 17. Cf. Paul Bénichou, « Le drame politique dans Corneille », Morales du grand siècle. Paris : Gallimard, 1948. Si Georges Forestier hésite encore devant ces conclusions, on peut invoquer facilement la phrase célèbre du premier Discours de Corneille, selon lequel la dignité de la tragédie « demande quelque grand intérêt d’État ou quelque passion plus noble et plus mâle que l’amour » (Passions tragiques et règles classiques. Paris : Armand Colin, 2010).

7 J. Rouhou, op. cit., p. 21.

8 Notre traduction. Notons que dans le supplément en français du numéro 73 dans lequel est publiée la traduction d’Horace, on trouve un article de Đặng Đình Phúc sur Trần Hưng Đạo, grand général de la dynastie Trần, qui « a sauvé la Patrie de l’invasion étrangère » de l’armée de Gengis Khan.

9 Nous traduisons et soulignons.

10 P. Bénichou, op. cit., p. 21.

11 Ibid., p. 23-24. Cf. Serge Doubrovsky. Corneille et la dialectique du héros. Paris : Gallimard, 1963, p. 37.

12 Nam Phong, 68 (2. 1923), p. 92-97. Nous traduisons et soulignons.

13 P. Bénichou, op. cit., p. 203 et 209.

14 Cité d’après P. Bénichou, ibid., p. 209.

15 Pháp quốc văn học đại quan (Précis de l’histoire littéraire de la France), Nam Phong, 53, p. 393. Il s’agit d’une conférence que Phạm Quỳnh fait à la Société d’Enseignement Mutuel le 24 novembre 1921. Notre traduction.

16 S. Doubrovsky, op. cit., p. 120. Nous soulignons.

17 Nam Phong, 103, p. 149. Notre traduction.

18 « Le devoir de Chimène n’est plus de venger son père ; c’est de reconnaître en Rodrigue le sauveur de la communauté », S. Doubrovsky, op.cit., p. 23.

19 Nam Phong, no 103, p. 148.

20 S. Doubrovsky, op. cit., p. 145-146. Une adaptation de cette tragédie sera mise en scène trente ans plus tard en 1951 à Hanoi, alors occupé par l’armée française.

21 La revue accorde une place significative aux poèmes vietnamiens et présente la poésie française, Baudelaire par exemple.

22 En 1920, juste après la mise en scène du Malade imaginaire par l’Association Khai trí tiến đức, Phạm Quỳnh fait paraître, dans Nam Phong no35, la traduction d’un chapitre de l’ouvrage de Lanson Histoire de la littérature française sous le titre « Lịch sử nghề diễn kịch ở nước Pháp. Bàn về hí kịch của ông Molière » (Histoire du théâtre français. Sur la comédie de Molière). Il n’y fait pas une présentation exclusive de Corneille. Un an après, Phạm Quỳnh publie des articles sur le métier de la mise en scène (no 45 et 51). La présentation générale de la littérature française paraît dans six numéros (92, 96, 103, 113, 137, 142). La revue Nam Phong présente également la traduction des pièces de Marivaux (54-55) et de M. Donnay (50).

23 Nam Phong, no 51, p. 187-188. Notre traduction.

24 Nam Phong, no 38, p. 88. Notre traduction.

25 Nam Phong, no 35, p. 381-382.

26 Nam Phong, no 38, p. 89.

27 Nam Phong, no 38, p. 88.

28 L’expression versifiée est une habitude fréquente chez les lettrés vietnamiens du début du xxe siècle, même dans la vie quotidienne, dans les échanges entre eux.

29 Nam Phong, no 38, p. 106, scène 6, acte I. Il faut insister sur le fait que le besoin de s’exprimer en prose est une tendance privilégiée de l’époque. Dans un article intitulé « L’opinion d’un jeune » (Nam Phong, 73, supplément en français, p. 5), Nguyễn Nho traduit également les vers de Musset en prose.

Table des illustrations

Titre 7. Page de couverture de la revue Nam Phong (1917).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre 8. Traduction du Cid en vietnamien publiée dans Nam Phong no 38 (1920).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre 9a. Traduction du Cid en vietnamien publiée dans Nam Phong no 38 (1920).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre 9b. Traduction du Cid en vietnamien publiée dans Nam Phong no 38 (1920).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre 10. Portrait de Phạm Quỳnh (1892-1945), traducteur de Corneille.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/9208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

Auteur

Institut de Littérature (Académie des Sciences Sociales du Vietnam)
Est chercheur à l’Institut de Littérature (Académie des sciences sociales du Vietnam). Sa thèse soutenue en 2013 à l’Université Paris VII-Diderot porte sur les Marqueurs de personnes dans les traductions de Flaubert en vietnamien. Publications principales : « Étude sociologique sur Trần Dần », in Litterary study in Việt Nam – Possibilities and Challenges. Hanoi : Éd. Thế Giới, 2009 ; « La structure du récit dans Sans famille et sa réception au Việt Nam », in Jean Foucault (dir.), L’Œuvre pour la jeunesse d’Hertor Malot (Une lecture contemporaine internationale). Paris : L’Harmatan, 2009. « Maupassant au Việt Nam », in Y. Leclerc, N. Benhamou, E. Vincent (dir.), Guy de Maupassant, Turnhout, Brepols Publishers, 2009. Il travaille sur le roman français des xixe et xxe siècles, la littérature francophone, l’interculturel et le transfert culturel, la lecture et la réception littéraire au Vietnam.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search