Version classiqueVersion mobile

Théâtres français et vietnamien

 | 
Corinne Flicker
, 
Nguyen Phuong Ngoc

Réception du théâtre français au Vietnam Rôle de la presse et des revues

Impact du théâtre français sur le théâtre vietnamien à travers la presse vietnamienne jusqu’en 1945

Thùy Linh Nguyễn

Texte intégral

  • 1 Công luận báo (Opinion publique), 27 mai 1921. Toutes les traductions des articles de presse vietna (...)

1En 1921, un des grands impresarios vietnamiens projette d’« amener sa troupe à traverser les mers pour venir participer à l’Exposition nationale coloniale de Marseille de 19221 ». Ce projet exprime non seulement l’admiration des artistes vietnamiens pour le théâtre français, mais aussi le rêve du théâtre vietnamien de s’ouvrir au monde pour se développer. Pendant la période où le mouvement d’innovation passe par tous les aspects de la vie de la société vietnamienne, de nombreux titres de journaux sont associés au mot « nouveau » (mới ou tân) : Sóng mới (Nouvelle vague), Ngày mới (Nouveau jour), Tin mới (Nouvelle information), Dân mới (Peuple nouveau), Văn mới (Nouvelle littérature), Hà Nội tân văn (Nouvelle littérature de Hanoi), Sài Gòn mới (Nouveau Saigon), Đời mới (Nouvelle vie), Việt Nam mới (Vietnam nouveau), Tân thời (Temps actuel), Gió mới (Nouveau vent).

  • 2 Les Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence en France et les Archives nationales du Vietn (...)

2Alors, comment le théâtre français a-t-il exercé son influence sur le théâtre vietnamien à l’époque coloniale ? C’est la question que nous allons traiter dans cet article en nous basant sur des informations recueillies dans la presse vietnamienne des origines jusqu’en 1945 aux Archives nationales d’outre-mer en France et aux Archives nationales du Vietnam, centre no1 à Hanoi2. Aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, les fonds Indochine conservent soixante-quinze journaux en vietnamien d’avant 1945.

Le théâtre vietnamien à l’époque coloniale française

3À cette époque, le théâtre vietnamien est influencé à la fois par le théâtre chinois et le théâtre français. Cependant, les activités théâtrales au Vietnam sont encore limitées.

  • 3 Công luận báo (Opinion publique), 25 octobre 1921.

4Dans la presse, ces influences sont bien reconnues. Beaucoup de pièces de théâtre vietnamiennes d’alors sont composées en empruntant des éléments aux théâtres chinois et français. Ainsi, Đặng Thúc Liêng observe à propos d’un spectacle de tuồng en 1921 : « Ce tuồng a été réalisé selon l’histoire d’Annam, le roman français et influencé par le roman chinois3 ».

  • 4 Phóng sự (Reportage), 1er septembre 1942.

5En ce qui concerne la chronologie, le théâtre chinois était présent au Vietnam avant l’arrivée du théâtre français. Dans les années 1920, des troupes chinoises venaient régulièrement se reproduire au Vietnam. On trouve par exemple cette annonce dans Công luận báo (Opinion publique) du 5 avril 1921 : « Ce soir a lieu du tuồng chinois. Chanter et pratiquer des arts martiaux, manipuler le couteau, faire des acrobaties ». Et dans Phóng sự (Reportage), on précise même le nom de la troupe et de la pièce représentée : « La troupe Nam Thiên est venue de Shanghai. Ce soir a lieu le tuồngLục Ứng Phụng se vend pour les funérailles de son père”. C’est une histoire vraiment passionnante4. »

6En ce qui concerne les genres, le théâtre chinois exerce des influences principalement sur le théâtre chanté au Vietnam : le tuồng et le cải lương. En expliquant cet impact, le journal Văn Mới (Nouvelle littérature) cite l’avis de l’auteur dramatique Sỹ Tiến :

  • 5 Văn Mới (Nouvelle littérature), no 6, 23 novembre 1945.

En considérant l’histoire et la géographie, notre pays se trouve entre la civilisation chinoise et celle de Chàm, le théâtre est évidemment influencé par ces deux civilisations […]. L’intrigue de cải lương est également influencée par le théâtre hát bội, alors que la plupart des intrigues du théâtre de hát bội sont basées sur le roman chinois5.

Mais l’arrivée des Français sur le territoire vietnamien apporte des éléments nouveaux à la culture du pays. Dans le domaine des arts de la scène, si le théâtre chinois exerce des influences sur le théâtre chanté, la présence du théâtre français joue un rôle important dans la naissance du théâtre parlé vietnamien.

7En ce qui concerne les zones d’influence, le théâtre chinois exerce une grande influence dans le sud où le tuồng et le cải lương sont populaires, tandis que le théâtre français gagne plutôt le nord.

  • 6 Parmi les arts scéniques français, la presse vietnamienne mentionne le plus souvent le théâtre et l (...)

8Concernant la langue de représentation, les pièces chinoises sont représentées devant le public vietnamien, alors que pour le théâtre français, à côté des pièces directement traduites en vietnamien (Le Malade imaginaire (1920) de Molière par exemple), ou bien des pièces adaptées selon les règles du théâtre traditionnel (Lộ Địch (1936), première pièce tuồng d’après Le Cid de Corneille), un certain nombre est représenté en français6.

  • 7 Công luận báo (Opinion publique), 25 octobre 1921.

La préférence va au théâtre français. Dans la presse vietnamienne d’avant 1945, de nombreuses voix expriment la déception face au théâtre influencé par celui de la Chine. L’auteur de l’article « Renouvellement de la carrière de l’acteur de théâtre » remarque : « Parmi les pièces représentées sur scène, rien de nouveau sauf quelques vieilles pièces chinoises »7. Et il souligne : « Le hát bội d’An Nam doit être rénové, en particulier les pièces empruntées au théâtre chinois ». Dans Văn Mới (Nouvelle littérature) du 23 novembre 1945, l’auteur de l’article « Révolution du théâtre » déclare que la stagnation du théâtre du pays est due à l’influence exercée par le théâtre chinois : « Il faut avoir une vue globale pour réaliser que la société se reflète dans le théâtre, si cette base fondamentale n’est pas changée, le théâtre du Vietnam restera toujours le théâtre chanté ».

9Ainsi, le théâtre français apparaît après le théâtre chinois. Chacun a exercé à sa manière son impact sur le théâtre vietnamien. Quelle est donc la vie de ce dernier à l’époque coloniale française ?

  • 8 Công luận báo (Opinion publique) en 1921 donne des commentaires sur la vie du cải lương (numéros de (...)

10Au début du xxe siècle, les activités théâtrales au Vietnam sont encore limitées et modestes. Les journaux tels que Việt báo (Journal vietnamien), Tự Trị (Autonomie), Lục tỉnh tân văn (Nouvelle littérature des six provinces), Thông tin (Information) et Ngọ báo (Journal du midi) publient des informations sur le titre de la pièce, le temps, le lieu, la troupe, le but de la représentation. Le succès ou l’échec d’une pièce de théâtre, d’une troupe, attire également l’attention de la presse8. Selon l’auteur de l’article « Cải Lương », paru dans Công luận báo du 27 mai 1921 : « Le théâtre vietnamien est né il y a longtemps mais, voulant sauvegarder son style ancien tout en restant réticent à la réforme, il demeure arriéré, maladroit ». Pour l’auteur de l’article « Essayer de trouver l’art du théâtre populaire du Vietnam » paru le 11 mai 1940 dans Gió lốc (Ouragan), no 2 : « La raison principale pour laquelle le théâtre vietnamien est très en retard, c’est l’impact de la guerre qui dure et le bas niveau d’instruction des gens du peuple ».

11Plus tard, dans le Vietnam indépendant, beaucoup de gens de lettres se préoccupent de l’avenir du théâtre vietnamien. Dans le no 5 de la revue Văn Mới (Nouvelle littérature) paru le 16 novembre 1945, Bùi Huy Phồn s’interroge dans son article « La révolution théâtrale » sur le rôle du théâtre dans un Vietnam qui vient de recouvrer son indépendance : « Quelle est la tâche du théâtre vietnamien ? Comment va-t-il accomplir cette tâche ? Est-il nécessaire de rénover le théâtre et comment le rénover ? » Pour tâcher d’y répondre, il fait des entretiens avec des écrivains, des auteurs dramatiques et des acteurs célèbres pour discuter du théâtre vietnamien contemporain.

12En réalité, dans le Vietnam de l’époque, la carrière théâtrale et le métier de comédien ne sont pas très appréciés. L. T. Mau écrit dans Công luận báo du 18 février 1921 un article dont le titre montre son mépris pour le métier du théâtre : « Pourquoi un intellectuel s’abaisse-t-il en faisant du hát bội ? » Ce mépris est souligné par cette question ironique : « Je ne comprends pas pourquoi, au lieu d’apprendre les manières nobles, un intellectuel apprend les manières vulgaires des gens de théâtre. » Ce jugement négatif est devenu l’un des obstacles au développement du théâtre vietnamien.

  • 9 Dân báo (Journal du peuple), 25 avril 1940.

D’autre part, il existe un préjugé selon lequel le métier d’artiste est un métier prestigieux, prometteur. À tel point que l’auteur de l’article « Est-il heureux d’être acteur9 ? » a dû réagir : « Le métier de théâtre exige toujours des efforts, et l’artiste qui a choisi ce métier doit avoir une passion pour surmonter les difficultés ».

13Un autre problème du théâtre vietnamien à l’époque coloniale est qu’il est soumis à la censure des autorités françaises. Ces dernières demandent que les pièces de théâtre vietnamiennes, avant d’être représentées, soient traduites en français afin de pouvoir en contrôler le contenu. Le gouvernement colonial a peur que le théâtre ne soit pas seulement un mode de divertissement, mais aussi un moyen de propagande politique. Selon Công luận báo du 14 octobre 1921 : « La censure est nuisible à la vie du théâtre : les dramaturges restent très réticents dans leur production ; alors les pièces de théâtre sont souvent des histoires d’amour insipides. »

  • 10 Công luận báo (Opinion publique) en 1921 publie consécutivement des lettres d’artistes travaillant (...)

14Devant cet état de choses, les intellectuels vietnamiens cherchent à promouvoir le théâtre du pays, à faire de ce théâtre spontané une activité organisée10. Ils proposent une politique d’ouverture, dont la présence du théâtre vietnamien sur la scène française à l’exposition coloniale de Marseille en 1922 serait la première expérience. Pour cela, il faut avoir des artistes dramatiques qualifiés, comme l’explique l’artiste Kim Chung : « Pour atteindre ce but, il nous faut des comédiens de qualité comme ceux d’Amérique ou d’Europe » (Gió lốc, no 2, 5 novembre 1940). On pose ainsi sérieusement la question de la professionnalisation du théâtre et la nécessité de bien former les acteurs et les actrices.

L’apport du théâtre français

15On peut dire que la présence du théâtre français au Vietnam avant 1945 est très importante et influence de nombreux aspects de la création dramatique : la composition de la pièce, la représentation et la théorie théâtrale.

16Il faut d’abord parler des traductions des œuvres théâtrales françaises largement publiées dans la presse : les traductions de Nguyễn Văn Vĩnh (Le Malade imaginaire, Le Bourgeois gentilhomme, L’Avare, Tartuffe) dans Đông Dương tạp chí (La Revue indochinoise) de 1913 à 1917 ; celles de Phạm Quỳnh (Le Cid, Horace, Andromaque) dans Nam Phong (Vent du Sud) de 1917 à 1931. Ces pièces de théâtre sont publiées en parties détachées dans des numéros consécutifs. Ensuite, elles sont regroupées en recueil : les traductions de Nguyễn Văn Vĩnh sont imprimées à La Pensée de l’Occident ; leur prix de 0,30 fr est rappelé dans les numéros 6415 à 6455 de Lục tỉnh tân văn en 1940.

  • 11 L’adaptation des œuvres françaises apparaît non seulement au théâtre, mais aussi dans d’autres genr (...)

Ce phénomène affecte la vie du théâtre vietnamien sur le plan de l’imitation et de l’innovation. En effet, on constate l’adaptation des sujets des pièces du théâtre français. Par exemple, Lộ Địch est adapté de la tragi-comédie Le Cid de Corneille11. Le rôle des traductions dans le domaine du théâtre a été souligné par Kiều Thanh Quế dans l’article intitulé « L’évolution de la littérature de la langue nationale moderne ». Selon cet auteur, « le mouvement théâtral de notre pays est fortement influencé par les traductions des pièces françaises de Nguyễn Văn Vĩnh et Phạm Quỳnh » (Đông Dương tạp chí, no 4 du 6 avril 1940).

  • 12 Plusieurs journaux vietnamiens de cette époque publient des traductions de la littérature française (...)

17Grâce aux adaptations et à la maîtrise progressive des lois de composition des pièces du théâtre français, les auteurs vietnamiens arrivent peu à peu à composer leurs propres œuvres théâtrales en langue maternelle. Il faut ici s’arrêter sur la question spécifique des traductions du théâtre français dans la vague des traductions de la littérature française dans la presse vietnamienne de la première moitié du xxe siècle. Dans la presse vietnamienne d’avant 1945, de nombreuses œuvres poétiques et narratives françaises sont traduites12. Les traductions théâtrales entrent donc dans le mouvement de traduction général, créant un foyer de culture française qui a toujours réchauffé les pages de la presse. D’autre part, les traductions des pièces de Molière, Racine et Corneille qui étaient des œuvres de théâtre classiques, emblèmes de la littérature de la nation française, correspondent aux besoins des lecteurs de la bourgeoisie intellectuelle vietnamienne qui connaissaient déjà ces œuvres classiques.

  • 13 Lors d’une conférence à l’Espace, Centre culturel français de Hanoi (Ambassade de France), le 10 ma (...)
  • 14 Trần Việt Ngữ. Về ảnh hưởng của sân khấu Pháp với chèo (Influence du théâtre français sur le chèo). (...)
  • 15 Ibid., p. 250.

18Ensuite, il faut parler de la représentation du théâtre français au Vietnam. À l’époque coloniale, il existe un certain nombre de formes artistiques et culturelles françaises : chansons, concerts, représentations théâtrales, et plus tard cinéma. Aux débuts de la colonisation, ces activités artistiques ont eu pour but de dissiper l’ennui des soldats français exilés et de recréer pour les colons un mode de vie à l’occidentale13. Pendant les années 1920, de nombreuses pièces de théâtre françaises sont représentées sur la scène vietnamienne, notamment les comédies de Molière (Le Malade imaginaire, Le Bourgeois gentilhomme, Le Mariage forcé, L’Avare). Ce phénomène attire l’attention particulière de la presse contemporaine, qui s’intéresse notamment à la composition des scènes et à l’arrangement des décors. Dès 1916, dans la préface à sa pièce Đông A Song Phụng, Nguyễn Hữu Tiến conclut ainsi ses analyses : « Pour faire du théâtre selon le style occidental, il faut diviser la pièce en actes, en scènes et arranger les scènes étroitement14. » Et 1917, pour encourager les artistes vietnamiens, Lương Khắc Ninh, rédacteur en chef du journal Nông cổ mín đàm, leur adresse cette question : « La littérature française est difficile, mais on a pu l’apprendre. Les sciences également. Alors, pour quelle raison ne peut-on pas apprendre le théâtre français15 ? »

19L’influence du théâtre français sur le théâtre vietnamien se fait non seulement sur le plan de la composition des pièces, de la représentation, mais aussi sur le plan théorique et critique. De nombreux articles sur les théories du théâtre sont publiés : Phạm Quỳnh traduit un chapitre dans l’Histoire de la littérature française de Gustave Lanson sous le titre « Lịch sử nghề diễn kịch ở nước Pháp. Bàn về hí kịch của ông Molière » (Histoire du théâtre français. Sur la comédie de Molière) publié dans Nam Phong, no 5, de mai 1920 ; de même, on trouve des articles sur les techniques du théâtre français et sur l’application de ces techniques dans la représentation du théâtre vietnamien dans Dân báo (Journal du peuple) du 18 avril 1940 et du 25 avril 1940. Les auteurs dramatiques vietnamiens apprennent des pièces françaises les techniques de mise en scène.

20Pourquoi les Vietnamiens sont-ils si intéressés par cette nouveauté apportée par le théâtre français ?

  • 16 L’ennui réside non seulement dans les histoires chinoises, mais aussi dans les histoires populaires (...)
  • 17 Thống Nhất, no 1, 1945.

21Il faut considérer cette question dans la tendance de l’évolution esthétique qui est abordée par la presse. Le journal Công luận báo du 27 mai 1921 affirme : « La théorie du cải lương n’est pas parachevée mais les pièces de tuồng telles que Vân Tiên-Nguyệt Nga, Thúy Kiều... sont toujours représentées, et on s’ennuie des paroles d’amour ». Les pièces de théâtre ayant pour thème les amours frivoles continuent à être représentées de manière excessive. Công luận báo du 25 octobre 1921 donne aussi l’alerte : « Cette histoire a suscité tant d’images familières, ennuyeuses, et même nocives. Il s’agissait toujours d’amourettes, de choses trop romantiques qui sont devenues ridicules et nuisibles aux adolescents et à la société16 ». Les intellectuels occidentalisés s’ennuyent des allusions littéraires dans les intrigues relevant de la littérature « féodale ». Dans un Vietnam qui vient de proclamer son indépendance en 1945, le journal Thống Nhất (Union) fait le commentaire suivant : « Au théâtre, qui d’entre nous ne connaît pas l’indigence ? Les récentes pièces poétiques de Vũ Hoàng Chương présentent un caractère féodal qui n’est plus compatible avec la société contemporaine17. »

22Ainsi, le goût du public change avec le temps. Le renouveau apporté par le théâtre et la culture française au Vietnam est la raison pour laquelle le public s’ennuie désormais des histoires chinoises anciennes. Le journal Công luận báo du 25 octobre 1921 pose cette question : « Si cette scène avait été divisée en actes et représentée fidèlement comme dans le théâtre occidental, les spectateurs l’auraient-ils trouvée plus intéressante ? »

Les informations recueillies dans la presse vietnamienne jusqu’en 1945 nous ont permis d’identifier le contexte du théâtre vietnamien à l’époque coloniale française et l’impact des théâtres chinois et français sur celui du Vietnam. La présence du théâtre français joue un rôle fondamental dans la naissance du théâtre parlé vietnamien.

23Grâce à l’étude de l’influence du théâtre français sur le théâtre vietnamien dans la première moitié du xxe siècle, nous reconnaissons le rôle de la presse dans la modernisation du théâtre. En posant le problème de l’innovation du théâtre dans le mouvement de renouveau culturel et social, la presse devient un outil efficace pour stimuler une propagation de l’esprit du renouveau. De tout temps, la presse est, pour les contemporains, un mode de propagande efficace et constitue, pour les générations postérieures, des archives très précieuses. Il serait dommage de laisser de côté ce trésor d’informations que représentent ces documents d’archives poussiéreux et jaunis par le temps.

Notes

1 Công luận báo (Opinion publique), 27 mai 1921. Toutes les traductions des articles de presse vietnamienne sont les nôtres.

2 Les Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence en France et les Archives nationales du Vietnam, centre no 1 à Hanoi, sont les deux lieux majeurs qui conservent des archives en vietnamien et en français relatives à la vie culturelle du Vietnam à l’époque coloniale française. Les journaux vietnamiens sur lesquels s’appuie cet article ont été consultés aux ANOM.

3 Công luận báo (Opinion publique), 25 octobre 1921.

4 Phóng sự (Reportage), 1er septembre 1942.

5 Văn Mới (Nouvelle littérature), no 6, 23 novembre 1945.

6 Parmi les arts scéniques français, la presse vietnamienne mentionne le plus souvent le théâtre et le cinéma. Les films sont divisés en deux catégories : les films produits par la France et les films européens utilisant des sous-titres français.

7 Công luận báo (Opinion publique), 25 octobre 1921.

8 Công luận báo (Opinion publique) en 1921 donne des commentaires sur la vie du cải lương (numéros des 24 mai 1921, 27 mai 1921, 24 juin 1921, 8 juillet 1921, 27 septembre 1921, 4 octobre 1921 et 25 octobre 1921).

9 Dân báo (Journal du peuple), 25 avril 1940.

10 Công luận báo (Opinion publique) en 1921 publie consécutivement des lettres d’artistes travaillant dans le domaine du théâtre (numéros du 30 août 1921, du 7 octobre 1921 et du 14 octobre 1921). Jusqu’en 1945, le problème de la création de l’Association des artistes de théâtre vietnamien est mentionné dans Văn Mới (Nouvelle littérature, no 1 du 19 octobre 1945) à travers l’article : « Pour aller à l’Association des artistes du théâtre vietnamien », qui allègue la raison suivante : « seules les organisations sont capables d’améliorer le niveau du théâtre vietnamien et de la rehausser au niveau du théâtre mondial ».

11 L’adaptation des œuvres françaises apparaît non seulement au théâtre, mais aussi dans d’autres genres, dont le roman, qui en donne d’excellents exemples. Certains romans de Hồ Biểu Chánh, au début du xxe siècle, sont des adaptations de romans français : Cay đắng mùi đời (Amertume de la vie) est l’adaptation de Sans famille d’Hector Malot et Ngọn cỏ gió đùa (Brins d’herbe dans le vent) est influencé par Les Misérables de Victor Hugo.

12 Plusieurs journaux vietnamiens de cette époque publient des traductions de la littérature française, tels que Nông cổ mín đàm (1901-1923), Lục tỉnh tân văn (1907-1944), Đông Dương tạp chí (1913- 1919), Nam Phong tạp chí (1917-1934), An Nam tạp chí (1926-1933), Trung Bắc tân văn (1915-1945), etc. Parmi les ouvrages traduits en vietnamien, on peut citer les romans d’Alexandre Dumas, de Victor Hugo, d’Honoré de Balzac, les nouvelles de Guy de Maupassant, les contes de Perrault, les fables de La Fontaine, les poèmes d’Alfred de Vigny, les pièces de Marivaux.

13 Lors d’une conférence à l’Espace, Centre culturel français de Hanoi (Ambassade de France), le 10 mars 2010, « La politique théâtrale française en Indochine : questions de répertoire (1884-1930) », et d’une conférence à la Faculté de Littérature de l’Université des sciences sociales et humaines de Hanoi, le 6 novembre 2012, « Les formes dramatiques populaires françaises sur la scène tonkinoise (1884-1945) », Corinne Flicker a donné des analyses pertinentes de ce problème.

14 Trần Việt Ngữ. Về ảnh hưởng của sân khấu Pháp với chèo (Influence du théâtre français sur le chèo). Ảnh hưởng của sân khấu Pháp với sân khấu Việt Nam. Influence du théâtre français sur l’art dramatique vietnamien. Hanoi : Viện sân khấu (Institut du Théâtre), 1998, p. 321.

15 Ibid., p. 250.

16 L’ennui réside non seulement dans les histoires chinoises, mais aussi dans les histoires populaires et féodales qui contiennent des éléments fantastiques. « Le théâtre est un reflet de la vie réelle, il n’est pas onirique comme dans Từ Thức nhập thiên thai, Trầm Hương Đình, il n’est pas féodal comme dans Lệ Chi Viên, Sĩ khí, il n’est pas rétrograde comme dans Người mù dạo trúc, Vân muội » (Văn Mới, no 5, 6 novembre 1945).

17 Thống Nhất, no 1, 1945.

Auteur

Université des sciences sociales et humaines de Hanoi
Est enseignante au Département de Littérature, Université des sciences sociales et humaines (Université nationale du Vietnam à Hanoi) et consacre ses travaux à la littérature française. Principales publications sur le théâtre de Samuel Beckett : « Kịch Samuel Beckett trên sân khấu Avignon » (Théâtre de Samuel Beckett sur la scène d’Avignon), Diễn đàn Văn nghệ Việt Nam (Forum des lettres et arts du Vietnam), Hanoi, no 12, 2010 ; « Giải mã độc thoại của Lucky trong vở kịch Trong khi chờ Godot (Samuel Beckett) » (Décodage des monologues de Lucky dans En attendant Godot de Samuel Beckett), Tạp chí Nghiên cứu văn học (Recherches littéraires), Hanoi, no 3, 2011 ; « Các môtip không gian trong kịch phi lí » (Catégories de l’espace du théâtre absurde), Tạp chí Văn hóa nghệ thuật (Culture et Arts), Hanoi, no3, 2011 ; « Những nhân vật mặc đồng phục trong kịch của Samuel Beckett : phản kịch và chất thơ » (Personnages portant des uniformes dans le théâtre de Samuel Beckett), Tạp chí Văn học nước ngoài (Littératures étrangères). Hanoi : no 3, 2011 ; « Samuel Beckett » dans l’ouvrage Văn học Âu-Mĩ thế kỉ xx (Littératures de l’Europe et d’Amérique du xxe siècle). Hanoi : Éd. Đại học Sư phạm, 2012.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search