Version classiqueVersion mobile

Existe-t-il un style Minuit ?

 | 
Michel Bertrand
, 
Karine Germoni
, 
Annick Jauer

Analyses d’ensemble

Les prix littéraires des éditions de Minuit

Une paradoxale marque de style ?

Sylvie Ducas

Texte intégral

Dis-moi comment tu classes, je te dirai qui tu es.
Roland Barthes

  • 1 Jérôme Lindon, « De l’édition sans éditeurs », Le Monde, 9 juin 1998.
  • 2 Antoine de Gaudemar, « Jérôme Lindon, cinquante ans de combat littéraire », Libération, 13 avril 20 (...)
  • 3 Patrick Kéchichian, « Jérôme Lindon, cinquante ans de résistance sous l’étoile de Minuit », Le Mond (...)
  • 4 Martine de Rabaudy, « Les enfants de Minuit », L’Express, 27 décembre 2001.

1« Les œuvres littéraires les plus novatrices ne sauraient évidemment répondre aux critères de valeur en vigueur au moment où elles voient le jour. Aussi, rares sont les premiers lecteurs qui se sentent en affinité avec elles1. » Ce verdict cinglant de Jérôme Lindon suffirait à lui seul à disqualifier l’ambition de cette étude : s’intéresser aux prix littéraires – œuvrant par nature sur la littérature en train de s’écrire –, ceux que les prestigieuses éditions de Minuit ont reçus en plus de « cinquante ans de combat littéraire »2 et de « résistance sous l’étoile de Minuit »3, pour parler comme la critique, et montrer en quoi ils ont participé à l’édification d’une marque de style pour le moins paradoxale. Paradoxe, en effet, que de couronner en nombre une littérature radicalement en marge des effets de mode et des académismes littéraires que sont censés couronner les jurys ; d’attribuer ses récompenses à un éditeur qu’on imagine mal dans ce genre de compétition littéraire ; de consolider une unité d’image que contestent et contredisent les styles très différents des auteurs primés. Paradoxe et énigme aussi : comment deux instances de légitimation aussi radicalement antagonistes selon la doxa – une maison d’édition d’avant-garde et des académies et jurys littéraires à vocation purement commerciale et grand public – se flairent-elles et font-elles commerce ensemble ? De fait, les prix littéraires attribués à Minuit, on le verra, ont partie prenante dans la survie financière de la maison d’édition comme dans la création collective de la parentèle mythique déjà très riche qui l’accompagne, et c’est cette tension entre mythe et réalité d’un « style » Minuit, ou d’une « patte », ou encore d’un « esprit » ou « un air de famille »4, qu’on aimerait ici interroger.

2Autrement dit : et si le prix littéraire pouvait servir à autre chose qu’à établir un palmarès des erreurs de jugement littéraire, à illustrer autre chose que l’horrible marigot des intérêts frelatés dans lesquels tremperaient unanimement des jurés fatalement corrompus ? À quelle condition parvient-il à réussir les « noces barbares » du commerce et de l’art et comment joue-t-il surtout dans le champ littéraire un rôle structurant dont on méconnaît souvent l’importance ?

Le palmarès des prix Minuit, des avant-gardes aux industries culturelles ou de la valeur à la publiabilité

  • 5 Samuel Beckett en 1969 et Claude Simon en 1985.
  • 6 LAmant de Duras en 1984, Les Champs d’honneur de Rouaud en 1990, Je m’en vais de Echenoz en 1999.
  • 7 Claude Ollier, La Mise en scène (1958), Monique Wittig, L Opoponax (1964), Claude Simon, Histoire ( (...)
  • 8 Michel Butor, La Modification (1957).
  • 9 Vercors en 1944 pour Le Silence de la mer et tous les livres parus dans la collection « Sous l’Occu (...)
  • 10 Laurent Mauvignier, Apprendre à finir (2001) et Christian Gailly, Un soir au club (2002).
  • 11 L. Mauvignier, Des Hommes (2010).
  • 12 Dans cette étude, nous nous en tiendrons aux grands prix d’automne et aux prix du Livre Inter, Gonc (...)
  • 13 Maria Pourchet et le CREM, Les médiations de la prescription littéraire et lectorale : parcours inf (...)
  • 14 Un prix Goncourt, quatre prix Femina, un Médicis, un Renaudot et cinq prix du Livre Inter depuis sa (...)

3Les prix Minuit, rappelons-le, ce sont deux prix Nobel5, trois prix Goncourt6, sept prix Médicis7, un prix Renaudot8, trois prix Femina9, deux prix du Livre Inter10 et un prix des libraires11, soit un total de dix-neuf prix littéraires en un peu plus de soixante ans d’histoire littéraire et éditoriale, vingt, même, en ajoutant le prix de la Critique (aujourd’hui disparu)12 attribué à Alain Robbe-Grillet pour Le Voyeur en 1955, soit un score qui est loin d’être nul (deux à quatre prix par décennie). Si l’on compare, en effet, Minuit à des maisons d’édition de taille voisine, on remarque que P.O.L, par exemple, (filiale de Gallimard, certes, mais surtout éditeur souvent confondu avec Minuit aux yeux du grand public, selon une enquête récente du Ministère de la Culture13) remporte douze prix littéraires depuis sa création14 (soit le même nombre que Minuit depuis1983) et Stock (le plus vieil éditeur de France) seulement neuf prix.

  • 15 Sully Prudhomme (1901), Frédéric Mistral (1904), Romain Rolland (1915), Anatole France (1921), Henr (...)
  • 16 Claude Simon, discours de Stockholm, 1985, in Les Prix Nobel. The Nobel Prizes, Editor Wilhelm Odel (...)
  • 17 Dès 1970, ce jury trahit la même dérive médiatique et le même ferment d’hétéronomie que les autres (...)
  • 18 Sylvie Ducas, « Le Prix des Libraires : pour des libraires passeurs de livres ? », in Histoire de l (...)

4Plus intéressant encore : l’échelle de valeur des prix Minuit. L’excellence y est frappante. Tout prix littéraire n’a pas le même capital symbolique, or aucun éditeur ne peut se targuer comme Jérôme Lindon d’avoir obtenu deux prix Nobel de littérature sur les quatorze récipiendaires écrivant en français15 (en comptant le refus de Sartre), seule récompense de portée internationale entretenant la croyance en la noble idée que la Littérature puisse « apport[er] le plus grand bénéfice à l’humanité ». Deux Nobel qui, l’un – celui de Beckett – par son absence physique à Stockholm, l’autre – celui de Claude Simon – que le discours de Stockholm associe au « langage d’artisans » des auteurs du Nouveau Roman, à la syntaxe et au « travail d’écrire », tout en dénonçant la mimesis réaliste (celle-là même qui fait rage dans les palmarès des prix), deux Nobel qui portent la marque de « l’engagement de l’écriture16 ». À l’échelle nationale, les six prix Médicis attribués à des auteurs Minuit confirment, eux, la vocation première de ce jury à se faire un prix de l’avant-garde, couronnant le renouveau dans l’écriture. Placés sur le pôle de production restreinte destiné à un public lettré, ils récompensent massivement les talents novateurs du Nouveau Roman qui s’imposent dans les années cinquante, avant que les tendances lourdes du champ (hétéronomie et logiques marchandes) ne rattrapent ce jury et ne l’inféodent comme les autres à des impératifs médiatico-publicitaires17. Que des prix Goncourt, Renaudot ou Femina soient attribués aux éditions Minuit dès la fin des années 1950 est plus surprenant, ces jurys ayant réputation d’être des tribunaux du lisible couronnant des auteurs d’arrière-garde pour un lectorat de masse : contre l’idée reçue, ils sont le signe qu’ils entérinent très tôt le droit d’entrée de la qualité Minuit dans une actualité littéraire immédiate peu encline aux problématiques de la Textualité, et ils font surtout savoir à un large public, dès cette époque, que l’image de Minuit est celle d’une marque d’excellence. Comment comprendre dès lors que depuis quelques années, Minuit n’accède qu’aux palmarès de prix dits « populaires à jury tournant » ou du prix des libraires, prix pionnier, rappelons-le, dans la recherche d’une voie directe de légitimation, sans marques d’allégeance au dispositif institutionnel de la littérature dominante et des jurys littéraires, autrement dit de prix illustrant la montée en puissance d’une prescription horizontale non plus désignée par les élites lettrées18 ? Sont-ils le signe du renouvellement d’un fonds et d’un changement des auteurs Minuit, ceux du fameux « nouveau nouveau roman », comme on s’est plu à l’appeler, qui ne seraient pas à la hauteur de leurs aînés, ou bien d’un impact rétroactif des prix prestigieux des débuts ? Dans ce dernier cas, l’aura Minuit, reconnue désormais par tous, hapax d’excellence devenu une véritable institution littéraire, par un effet de contamination et de concaténation, rayonnerait encore aujourd’hui sur le palmarès de certains prix comme le Livre Inter et en quelque sorte se « vulgariserait » en émoussant son pouvoir subversif d’avant-garde, comme toutes ces évidences de l’excellence devenues des classiques qui peuplent anthologies et manuels scolaires.

  • 19 S. Ducas, « Prix littéraires en France : labels du livre, Babel des livres », in Nathalie Collé-Bak (...)
  • 20 Sur cette notion, voir Roland Barthes, « Délibération », Le Bruissement de la langue. Essais critiq (...)
  • 21 Anne Simonin, « La mise à l’épreuve du Nouveau Roman. Six cent cinquante fiches de lecture d’Alain (...)
  • 22 Tanguy Viel, in Tanguy Viel parle des éditions de Minuit, collection « Un auteur, un éditeur », Pre (...)
  • 23 Ce mot « gloire » sonne « xixe », mais Lindon n’est-il pas l’héritier d’une édition de ce temps ?

5On doit surtout pointer ce que le palmarès des prix Minuit nous apprend : non seulement le poids croissant, au fil de son histoire, des industries culturelles et leur communauté d’intérêts avec un public de masse pour qui un label vaut bien un Nobel dans la Babel des livres19, mais surtout le poids d’une sélection littéraire – par l’éditeur comme par l’instance d’un prix – qui se fonde moins sur la valeur d’un texte que sur sa publiabilité20 au sein d’un catalogue, moins sur l’évaluation critique des qualités littéraires d’un texte que sur les conditions matérielles d’une publication réussie21. De fait, les prix littéraires font écho à cette idée vivace dans le milieu éditorial, que défendait Lindon lui-même selon les propos rapportés par Tanguy Viel22, que pour être « lisible », il faut aussi être « visible », de même qu’il existe un âge idoine de la « productivité littéraire » d’un auteur qui rejoint celui de sa lisibilité et de sa reconnaissance à long terme. Ils participent de ce circuit économique et médiatique où légitimité flirte avec visibilité et confère un « succès », certes éphémère, mais qui aide à la « gloire23 » que Lindon, comme tout éditeur de fonds, brigue pour ses auteurs.

De Samuel Beckett à Jérôme Lindon : la griffe, la « patte » d’un éditeur de création… du mythe Minuit, y compris par les prix littéraires

  • 24 Martine de Rabaudy, « Les enfants de Minuit », L’Express, article cité supra.
  • 25 A. Simonin, Les éditions de Minuit 1942-1955 : le devoir d’insoumission, thèse IEP de Paris, sous l (...)
  • 26 Jean-ClaudeAnnezer, « Jérôme Lindon, éditeur », rubrique « Enmémoirede », Bulletind’informations de (...)
  • 27 Voir le site de l’ADELC : http://adelc.fr et sa Charte : « La Charte du Comité d’engagement de l’AD (...)
  • 28 Johan Faerber, « La photo Minuit, du cliché nocture à la lumière du négatif », L’idée de littératur (...)
  • 29 Dominique Viart, « Nouveau roman ou renouvellement du roman ? », La Littérature française contempor (...)

6Cette gloire, elle trouve son paradigme exemplaire dans un écrivain : Samuel Beckett. Anne Simonin rappelle très bien le choc d’une lecture capitale, celle de Molloy, et la révélation d’une vocation éditoriale. Or cette épiphanie d’éditeur nourrit un mythe Minuit qui a directement partie liée avec la problématique du « style Minuit » qui nous intéresse. Épiphanie éditoriale que relaie depuis, unanimement, la presse : « Beckett, l’étoile de Minuit, telle celle du berger, guide encore les pas des auteurs naissants, intimidés et ambitieux24 ». Or on dit moins que Jérôme Lindon a contrôlé toutes les facettes de cette mythologie à la fois littéraire et éditoriale dont l’icône est radicalement beckettienne, ce dont s’amuse un Philippe Sollers lorsqu’on lui parle du Nobel de Beckett : « le Nobel de Samuel Beckett ? Quel Nobel ? Ah, vous voulez probablement dire le Nobel de Jérôme Lindon25 ! » Figure héroïque, d’abord, d’un éditeur-culte transmuant la résistance clandestine en avant-garde esthétique, mais s’engageant aussi, en artisan du livre, en « homme livre26 », diront certains, dans la défense d’une certaine idée de la chaîne du livre (combat pour la librairie indépendante et la Loi Lang sur le prix unique du livre, création de l’ADELC27 ; luttes contre la « photocopillage », le prêt gratuit en bibliothèque et le poche…) ? Lindon est le nouveau Cassandre des dérives d’une « édition sans éditeurs » dans laquelle il ne se reconnaît pas. Catalogue exceptionnel, ensuite, cultivant les affinités entre littérature de la modernité et engagement intellectuel en faisant s’y côtoyer Claude Simon ou Robert Pinget et La Question de Henri Alleg, tout en bénéficiant de l’essor foudroyant des sciences humaines – « rupture esthétique et insoumission politique », résume à merveille Anne Simonin ; catalogue pensé aussi dans toute sa matérialité paratextuelle (il ressemble en tous points à un livre Minuit) jusqu’à faire de Beckett via En attendant Godot une signature encore visible sur la quatrième de couverture du catalogue de 2004. Cette quatrième sera celle de tous les catalogues pendant plus de vingt ans, tel un étendard, même si elle ramène Godot au rang du logo… Mais aussi livre-manifeste (Pour un nouveau roman) et photo de groupe légendaire28 ayant acquis valeur d’« escorte critique29 » de ce qui se niera pourtant toujours comme une école littéraire (le Nouveau Roman), auquel un discours critique (celui de l’universitaire Jean Ricardou entre autres) donnera valeur de légitimation et de caution d’excellence littéraire, celle-là même sur laquelle les prix littéraires fondent leur protocole et dont ils entretiennent la croyance. Or les prix Minuit accompagnent aussi toutes les étapes de l’édification de ce monument mythique. Nobel de Beckett puis de Claude Simon durant les Trente Glorieuses de la maison d’édition (1950- 1980) ; des prix Médicis formant, durant le même âge d’or, les sept branches de « l’étoile Minuit », comme on parle d’un singulier mouton à cinq pattes, ; premier prix Goncourt entérinant la classicisation de la marque Minuit avec Duras avant de couronner la nouvelle vague des Rouaud et Echenoz : une trinité sous l’égide de laquelle le catalogue Minuit, à l’heure du palmarès et de la liste, se fait œuvre d’un éditeur hors pair. Autrement dit, le prix valorise la marque Minuit. Et la question est dès lors de se demander si en parlant de « style Minuit », on n’entend pas simplement la marque, porteuse de mythe.

  • 30 Bertrand Poirot-Delpech, Le Monde, 1973.
  • 31 Viviane Forrester, « Variations pour une rédemption », Le Monde, 8 février 2002.
  • 32 Marc Weizmann, « Zone franche », Les Inrockuptibles, 6 mars 2001.
  • 33 Jean-Pierre Salgas, « La très soutenable légèreté de l’être », La Quinzaine littéraire, 16 octobre  (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 Patrick Kéchichian, « Jean Rouaud a la grâce », Le Monde, 14 septembre 1990.
  • 36 Marie-Laure Delorme, « Portrait de Christian Oster », Livres Hebdo, 1999.
  • 37 Claude Roy, « Duras tout entière à la langue attachée », Le Nouvel Observateur, 31 août 1984.
  • 38 Marcel Alocco, Michel Butor à Nice, exposition, 11 mars-7 mai 2004, Nice, Bibliothèque Louis Nucera (...)
  • 39 Ludovic Janvier, La Quinzaine littéraire, 1er avril 1967.

7Car si sur un tel mythe Minuit se fonde et s’enracine la croyance collective en un « style Minuit » supposant l’unité d’écriture, les œuvres primées manifestent au contraire dissemblances et disparités. Quelle ressemblance, en effet, entre les poétiques turpitudes, les subversions pornographiques30 d’un Tony Duvert et la mélodie entêtante, les « variations pour une rédemption31 » d’un Christian Gailly ; entre la litanie foisonnante et hystérique d’une « inquiétante étrangeté32 » de Rosie Carpe et « la très soutenable légèreté de l’être33 » pétrie d’humour et ingénieusement construite « en triangle rectangle34 » aux petits tableaux numérotés de La Salle de bain ; entre la maîtrise toute flaubertienne du monologue intérieur et du style indirect libre de Laurent Mauvignier et l’art de la digression façon Jean Rouaud35 ou Christian Oster36 ; entre la « Durasie37 » et la « Butor Bibliothèque38 » ; entre le livre-monde tout proustien de Claude Simon39 et le « parler-enfance » de Monique Wittig ? Les auteurs Minuit eux-mêmes n’ont eu de cesse de se reconnaître un air de famille sans savoir en préciser la nature. Robbe-Grillet reconnaît même que

  • 40 A. Robbe-Grillet, Préface à une vie d’écrivain, Paris, Seuil, 2005, p. 120.

parmi ceux qui faisaient partie du Nouveau Roman, la plupart ne l’admettaient que du bout des lèvres. Pinget, qui était un des plus amicaux, des plus chaleureux envers ses amis, détestait l’idée d’appartenir à un groupe. Claude Simon lui-même l’admettait par moments, et par moments pas40.

  • 41 Éric Chevillard in « Les enfants de Minuit, art. cit. supra : « Il y a de très fortes personnalités (...)
  • 42 T. Viel, Tanguy Viel parle des éditions de Minuit, op. cit., p. 32.

Et Tanguy Viel comme Éric Chevillard41, pour n’en citer que deux, ne savent pointer l’origine de cet « esprit de famille » ni y « déceler de proximité véritablement littéraire […] rien qui puisse me le faire dire dans les textes mêmes42 ».

  • 43 Jean Echenoz, Jérôme Lindon, Minuit, 2001, p. 9.
  • 44 M. de Rabaudy, « Les enfants de Minuit », art. cit.
  • 45 Témoignage de J. Lindon, 1993. Cet aveu, l’éditeur m’interdira d’en faire état dans ma thèse, La Re (...)
  • 46 Préface du catalogue des éditions de Minuit, 1965.
  • 47 François Bon, « Énigme de ce qui fait qu’un éditeur est grand », http://www.tierslivre.net, 1re mis (...)
  • 48 T. Viel, Tanguy Viel parle des éditions de Minuit, op. cit., p. 20.
  • 49 Plusieurs premiers romans Minuit ont ainsi été couronnés : Monique Wittig (L Opoponax), Jean Rouaud (...)

8Une appartenance aussi. De fait, le mythe Minuit repose sur le talent hors normes d’un homme de métier, discret au point que l’on sait peu de choses de ses stratégies éditoriales, ce qui, d’ailleurs, a pour effet d’entretenir le mythe. On peut toutefois pointer précisément l’ambivalence teintée de mauvaise foi de cet éditeur à l’égard des prix littéraires. Il se plaît publiquement à les dénigrer, ce qu’oblige sans doute sa posture d’éditeur gardien d’une « maison trop sérieuse, trop austère et rigoureuse, essence de la vertu littéraire », résume Jean Echenoz43, et l’éditeur de la rue Bernard-Palissy persifle volontiers : « Je ne suis pas contre les prix, mais il faut les donner aux mauvais écrivains. À ceux qui sont destinés à passer rapidement44. » C’est oublier qu’en coulisses il reconnaît qu’ils sont l’oxygène nécessaire de l’édition littéraire45, que le Nobel de Beckett le Renaudot de Butor et les prix Goncourt de Marguerite Duras et de Jean Rouaud lui ont permis d’ouvrir une librairie (la librairie Compagnie) ou l’ont sauvé du dépôt de bilan, et de façon somme toute plus glorieuse que le fonds de commerce que fut pour lui Le Dictionnaire historique des rues de Paris de Jacques Hillairet, ce « classique » de la maison vanté sans vergogne juste après le prix Médicis de Monique Wittig, dans la préface du catalogue de 1965, comme ce « monumental » ouvrage « qui a quelque chance, comme le dit Le Monde, de marquer une date dans l’histoire de notre capitale46 » ! En édition, on parle de « vache à lait » : ce livre qui se vend tout seul, qui ne nécessite aucun travail et qui, assurant un certain équilibre, permet de prendre des risques, selon le principe bien connu de la péréquation. Le même éditeur qui, selon les mots de François Bon, « le matin au courrier, hum[ait] la pile de manuscrits » et « vous assén[ait] quarante minutes de reproches où tout y passait, le titre, les virgules, la grammaire » avant de vous donner trois minutes pour signer un contrat47. Sans doute Lindon savait-il parfaitement, contrairement à un Julien Gracq ou un José Corti, que le prix littéraire est un simulacre qui fabrique de la valeur littéraire – un eidolon ou un spectrum, dirait Barthes – et qu’il peut jouer un rôle d’« accélérateur de particules48 » dans la conquête d’une consécration et la mise sur orbite d’un primo-romancier49, lui qui n’oublia jamais d’indiquer les récompenses littéraires dans ses catalogues et ne refusa jamais, pour avoir connu le chronique tracas de devoir relever les finances de sa maison, la manne financière qu’un prix représente : respectivement plus de 800000 exemplaires en édition courante à ces deux Goncourt parmi les plus gros du siècle, plus de 2 millions d’exemplaires pour Duras et plus d’un million pour Rouaud vendus à ce jour, en tenant compte des éditions dérivées (traductions, passage en club de livres et en poche) que suppose ce genre de récompense littéraire.

  • 50 Mathieu Lindon, Ce qu’aimer veut dire, P.O.L, 2011, p. 17 : « Mon père avait l’esprit de compétitio (...)
  • 51 Tanguy Viel, Tanguy Viel parle des éditions de Minuit, op. cit., p. 24.
  • 52 J.-Ph. Toussaint y consacre un chapitre de son livre L’urgence et la patience, Paris, Minuit, 2012. (...)

9Car pour cet éditeur en compétition50, l’enjeu est à la fois simple et prométhéen : comment faire exister mais surtout durer une rupture esthétique ? Par un compromis nécessaire avec la littérature brute de l’époque et les instances qui cherchent à la faire exister, à la sortir de l’ombre, à la rendre visible : les prix. De fait, le mythe Minuit tient à des stratégies éditoriales qui ne négligent pas les prix à défaut de les rechercher, stratégies parmi lesquelles ont une place de choix les relations inédites qu’il a su cultiver avec ses auteurs, particulièrement quand ils sont laurés : « humanisation des grands auteurs » pour mieux « sentir que le mythe devient réalité51 », dit Tanguy Viel, même si quand on entre chez Minuit, on entre en religion et l’icône, on l’a dit, c’est Beckett52. Figure tutélaire dont Lindon cultive la filiation et le modèle dominant, véritable ethos et éthique auctoriaux vibrant comme un impératif catégorique :

  • 53 M. de Rabaudy, « Les enfants de Minuit », art. cit.

Ils travaillent en solitaire. Ils ne se préoccupent ni d’argent, ni de prix littéraires, ni de gloire dans l’immédiat. Ils ont tous un peu l’attitude de Beckett travaillant à l’écart de Paris, de la télévision, des revues.53

  • 54 T. Viel, Tanguy Viel parle des éditions de Minuit, op. cit., p. 32-33.

Ils se lisent aussi et sont soigneusement incités à le faire par des envois systématiques des livres des uns à tous les autres, « alors on se lit tous ou presque, et forcément il y a des coups de foudre […] des connivences qui se créent54 ». Dans le même ordre d’usage, le partage d’une partie des bénéfices de l’éditeur avec tous ses auteurs – généreuse variante d’un Régis Debray, lauréat du prix Femina en 1977 pour La Neige brûle, offrant ses droits d’auteur décuplés à la LCR ! –, qui constitue la meilleure manière (et la plus singulière) d’entretenir la croyance de tous en un « esprit (ou style) Minuit » entendu comme une communauté partagée, à la fois des lauriers et des deniers, communauté idéologique et intellectuelle, aussi, où l’écriture est première et le livre vecteur d’une passion commune.

Des effets structurants du prix jusqu’au malentendu littéraire…

  • 55 Max Weber, Éthique, p. 107, traduction revue et corrigée d’après l’original, M. Weber, Gesammelte A (...)
  • 56 Philippe Maumy, Sociologie de l’édition française (1945-1978), thèse de doctorat de troisième cycle (...)
  • 57 Hostilité que dépasse heureusement sa fille Irène, même si la logique de nouveautés, signe des temp (...)
  • 58 S. Ducas, « Michel Tournier : sociogenèse d’un académicien Goncourt et d’un auteur classique », in (...)
  • 59 Jürgen Habermas, L’espace public, archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la so (...)
  • 60 Bertrand Legendre, « Évolution technique et mutation des genres éditoriaux. Le document jeunesse et (...)

10Le « style Minuit » tient donc moins d’une stylistique ou d’une poétique que d’une mythologie active et d’une communauté spirituelle et professionnelle nouée autour d’affinités électives, au sens webérien du terme55, autrement dit de choix réciproque entre un éditeur et les auteurs de son catalogue d’une religion du Texte indissociable d’un ethos artisanal en marge des circuits modernes du livre. Les prix littéraires ont contribué, on l’a vu, à la cristallisation de cette communauté d’excellence par sa diffusion massive auprès du grand public, mais leur fonction ne s’arrête pas là. Ils ont un effet structurant sur le champ littéraire et éditorial d’une époque. Or ceux de Minuit ont pour mérite de nous inviter à repenser l’histoire de l’innovation littéraire sans la couper de l’innovation éditoriale et en dépassant la logique bourdieusienne de la rentabilité qui opposerait les maisons commerciales liées au profit immédiat à celles qui misent sur l’investissement différé d’une production d’avant-garde. Tout éditeur vise à faire coexister des productions à court et à long termes, et même un Lindon n’échappe pas à ses logiques commerciales56. Il échappe toutefois grâce aux prix littéraires à d’autres contraintes : pas d’inflation de la production (quinze titres par an tout au plus), pas de multiplication des collections ni de diversification du catalogue (polar, SF…), pas de poche, et c’est là l’aspect le plus original (qui le rapproche d’un José Corti). Pourtant, les prix Minuit, ces boussoles de lecture qui aident à élargir le lectorat habituel d’un auteur, encouragent ce format de poche auquel Lindon était hostile57. Car c’est le poche aujourd’hui qui fabrique du classique scolaire58, favorise au contraire l’inscription dans le durable59 (tant convoité par Lindon), le livre s’inventant désormais avec ce format industriel « une légitimité en voie directe », pour parler comme Bertrand Legendre60.

11Sans le poche, Lindon jouera néanmoins les prix et leurs effets paradoxaux de renommée : « accélérateur de particules », on l’a dit, catalyseur de succès, le prix littéraire favorise l’exemplification, la croyance au protocole du meilleur et l’adhésion massive aux étalons d’excellence, ce qui ne peut avoir que l’effet bénéfique d’une chambre d’échos quand le palmarès fait son marché dans un catalogue aussi prestigieux que celui de Minuit. Contrepoint amer d’une telle institutionnalisation littéraire (et rappelons-nous, c’est bien cette entorse à la liberté d’agir et à l’engagement qui a convaincu Sartre de refuser le Nobel) : elle induit une inévitable normalisation du transgressif. Désigné pour classer la littérature, faire le tri dans la jungle des titres et définir par là même une certaine esthétique du roman lisible par le plus grand nombre – des « lectures pour tous », en somme –, le prix littéraire subvertit la modernité et fond l’avant-garde dans le canon. Autrement dit, il cautérise la rupture esthétique que l’éditeur entendait faire perdurer et digère la littérature comme recherche dans une littérature conçue comme modèle d’investigation sur le réel, comme mode de lecture du monde. Or le prix littéraire s’est fait l’instrument zélé de cette littérature dominante ancrée dans le canon du roman réaliste, didactique, éducateur des foules – précisément celui que condamne Claude Simon dans son discours quand il reçoit son prix Nobel –, qui empêche la « littérature lazaréenne » (Cayrol), « la parole errante » (Blanchot), « l’écriture blanche » (Barthes) de prendre le pas sur le roman bourgeois naturaliste et humaniste.

  • 61 S. Ducas, La littérature à quel(s) prix ? Essai sur les prix littéraires, éditions de la Découverte (...)
  • 62 J. Lindon, « De l’édition sans éditeurs », art. cit.

12Même s’il fut longtemps une machine de guerre de l’écrivain face à l’industrie des lettres61, comment ne pas déplorer aujourd’hui que trop souvent il ne soit plus qu’une machine à rétrécir les écrivains dans un monde éditorial conquis par le best-seller et les parts de marché, un monde où les Marc Lévy effacent les Primo Levi, où les Millenium chassent Les Gommes, où des Nothomb empêchent les Simon de demain d’exister. « Mais qui remarque l’absence d’un auteur inconnu62 ? »

Notes

1 Jérôme Lindon, « De l’édition sans éditeurs », Le Monde, 9 juin 1998.

2 Antoine de Gaudemar, « Jérôme Lindon, cinquante ans de combat littéraire », Libération, 13 avril 2001.

3 Patrick Kéchichian, « Jérôme Lindon, cinquante ans de résistance sous l’étoile de Minuit », Le Monde, 14 avril 2001.

4 Martine de Rabaudy, « Les enfants de Minuit », L’Express, 27 décembre 2001.

5 Samuel Beckett en 1969 et Claude Simon en 1985.

6 LAmant de Duras en 1984, Les Champs d’honneur de Rouaud en 1990, Je m’en vais de Echenoz en 1999.

7 Claude Ollier, La Mise en scène (1958), Monique Wittig, L Opoponax (1964), Claude Simon, Histoire (1967), Tony Duvert, Paysages de fantaisie (1973), Jean Echenoz, Cherokee (1983), et Christian Oster, Mon grand appartement (1989).

8 Michel Butor, La Modification (1957).

9 Vercors en 1944 pour Le Silence de la mer et tous les livres parus dans la collection « Sous l’Occupation », Robert Pinget, Quelqu’un (1965), et Marie NDiaye, Rosie Carpe (2001).

10 Laurent Mauvignier, Apprendre à finir (2001) et Christian Gailly, Un soir au club (2002).

11 L. Mauvignier, Des Hommes (2010).

12 Dans cette étude, nous nous en tiendrons aux grands prix d’automne et aux prix du Livre Inter, Goncourt des lycéens et prix des libraires, soit les prix les plus médiatiques et « vendeurs » sur les 2000 existants.

13 Maria Pourchet et le CREM, Les médiations de la prescription littéraire et lectorale : parcours informationnels des usagers du livre, étude commandée par le DEPS (Département des Études, de la Prospective et de la Statistique), Olivier Donnat, François Rouet, Yann Nicolas, dir., Ministère de la Culture et de la communication, 2006-2008.

14 Un prix Goncourt, quatre prix Femina, un Médicis, un Renaudot et cinq prix du Livre Inter depuis sa création en 1983.

15 Sully Prudhomme (1901), Frédéric Mistral (1904), Romain Rolland (1915), Anatole France (1921), Henri Bergson (1927), Roger Martin du Gard (1937), André Gide (1947), François Mauriac (1952), Albert Camus (1957), Sartre (prix refusé en 1964), Samuel Beckett (1969), Claude Simon (1985), Gao Xingjian (2000) et Jean-Marie Le Clézio (2008).

16 Claude Simon, discours de Stockholm, 1985, in Les Prix Nobel. The Nobel Prizes, Editor Wilhelm Odelberg, [Nobel Foundation], Stockholm, 1986.

17 Dès 1970, ce jury trahit la même dérive médiatique et le même ferment d’hétéronomie que les autres instances en préférant récompenser le conventionnel roman de Camille Bourniquel, directeur de la revue Esprit et personnage influent du milieu littéraire, au sulfureux Eden, Eden, Eden de Pierre Guyotat, d’où la démission tapageuse de Claude Simon du jury. D’autres choix ultérieurs, récompensant des auteurs ayant partie liée avec les mondes de la presse et de l’édition, confirmeront cette tendance.

18 Sylvie Ducas, « Le Prix des Libraires : pour des libraires passeurs de livres ? », in Histoire de la librairie française, sous la direction de Pascal Fouché, Frédérique Leblanc et Patricia Sore, Le Cercle de la librairie, 2008, p. 498-499.

19 S. Ducas, « Prix littéraires en France : labels du livre, Babel des livres », in Nathalie Collé-Bak, Monica Latham et David Ten Eyck, dir., Les Vies du livre/The Lives of the Book, Presses Universitaires de Nancy, 2010, p. 179-196.

20 Sur cette notion, voir Roland Barthes, « Délibération », Le Bruissement de la langue. Essais critiques IV, Paris, Le Seuil, 1984, rééd. Points/Seuil, p. 423-426. Voir aussi Anne Simonin, « Le catalogue de l’éditeur, un outil pour l’histoire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 1/2004 (n° 81), p. 119-129.

21 Anne Simonin, « La mise à l’épreuve du Nouveau Roman. Six cent cinquante fiches de lecture d’Alain Robbe-Grillet (1955-1959) », Annales HSS, mars-avril 2000, n° 2, p. 415-437.

22 Tanguy Viel, in Tanguy Viel parle des éditions de Minuit, collection « Un auteur, un éditeur », Presses de l’Université de Paris Ouest, 2002, p. 18-19.

23 Ce mot « gloire » sonne « xixe », mais Lindon n’est-il pas l’héritier d’une édition de ce temps ?

24 Martine de Rabaudy, « Les enfants de Minuit », L’Express, article cité supra.

25 A. Simonin, Les éditions de Minuit 1942-1955 : le devoir d’insoumission, thèse IEP de Paris, sous la direction de Jean-Pierre Azéma, 1993, p. 305.

26 Jean-ClaudeAnnezer, « Jérôme Lindon, éditeur », rubrique « Enmémoirede », Bulletind’informations de l’Assoxciation des Bibliothécaires de France, n° 191, p. 92-93.

27 Voir le site de l’ADELC : http://adelc.fr et sa Charte : « La Charte du Comité d’engagement de l’ADELC stipule que les librairies aidées sont celles qui concourent autant au maintien des fonds éditoriaux qu’à la défense de l’édition de création ouverte à tous les publics. »

28 Johan Faerber, « La photo Minuit, du cliché nocture à la lumière du négatif », L’idée de littérature dans les années 1950, URL : http://www.fabula.org/colloques/document64.php.

29 Dominique Viart, « Nouveau roman ou renouvellement du roman ? », La Littérature française contemporaine. Questions et perspectives, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 1993.

30 Bertrand Poirot-Delpech, Le Monde, 1973.

31 Viviane Forrester, « Variations pour une rédemption », Le Monde, 8 février 2002.

32 Marc Weizmann, « Zone franche », Les Inrockuptibles, 6 mars 2001.

33 Jean-Pierre Salgas, « La très soutenable légèreté de l’être », La Quinzaine littéraire, 16 octobre 1985.

34 Ibid.

35 Patrick Kéchichian, « Jean Rouaud a la grâce », Le Monde, 14 septembre 1990.

36 Marie-Laure Delorme, « Portrait de Christian Oster », Livres Hebdo, 1999.

37 Claude Roy, « Duras tout entière à la langue attachée », Le Nouvel Observateur, 31 août 1984.

38 Marcel Alocco, Michel Butor à Nice, exposition, 11 mars-7 mai 2004, Nice, Bibliothèque Louis Nucera, 2004, p. 25.

39 Ludovic Janvier, La Quinzaine littéraire, 1er avril 1967.

40 A. Robbe-Grillet, Préface à une vie d’écrivain, Paris, Seuil, 2005, p. 120.

41 Éric Chevillard in « Les enfants de Minuit, art. cit. supra : « Il y a de très fortes personnalités, irréductibles et plutôt solitaires. Nos points de vue sur la littérature sont parfois violemment antagoniques. »

42 T. Viel, Tanguy Viel parle des éditions de Minuit, op. cit., p. 32.

43 Jean Echenoz, Jérôme Lindon, Minuit, 2001, p. 9.

44 M. de Rabaudy, « Les enfants de Minuit », art. cit.

45 Témoignage de J. Lindon, 1993. Cet aveu, l’éditeur m’interdira d’en faire état dans ma thèse, La Reconnaissance littéraire. Littérature et prix littéraires : les exemples du Goncourt et du Femina, université Paris 7-Denis Diderot, sous la direction de Nicole Mozet, septembre 1998, 2 volumes.

46 Préface du catalogue des éditions de Minuit, 1965.

47 François Bon, « Énigme de ce qui fait qu’un éditeur est grand », http://www.tierslivre.net, 1re mise en ligne et dernière modification le 14 avril 2007. Certains écrivains iront jusqu’à voir en lui « la personne la plus décourageante » qui soit, « se constitu[ant] un fonds » sur la « peau » de ses auteurs. Voir Hervé Guibert, « L’éditeur », in La piqûre d’amour, Paris, Gallimard, 1994, p. 110, cité par Olivier Bessard-Banquy, « L’édition selon Jean Echenoz », in C. Jérusalem et JB. Vray (dir.), Jean Echenoz : « une tentative modeste de description du monde », Presses de l’université de Saint-Étienne, 2006, p. 16.

48 T. Viel, Tanguy Viel parle des éditions de Minuit, op. cit., p. 20.

49 Plusieurs premiers romans Minuit ont ainsi été couronnés : Monique Wittig (L Opoponax), Jean Rouaud (Les Champs d’honneur), Jean-Philippe Toussaint (La Salle de bain) ; Mauviginier (Apprendre à finir) est un deuxième roman.

50 Mathieu Lindon, Ce qu’aimer veut dire, P.O.L, 2011, p. 17 : « Mon père avait l’esprit de compétition et cette combativité comparative s’exerçait jusque sur les relations humaines. »

51 Tanguy Viel, Tanguy Viel parle des éditions de Minuit, op. cit., p. 24.

52 J.-Ph. Toussaint y consacre un chapitre de son livre L’urgence et la patience, Paris, Minuit, 2012. Voir aussi le témoignage d’Éric Chevillard, « Les enfants de Minuit », art. cit. : « Nous sommes tous liés, je crois, par notre admiration pour Beckett. Lors de ma première rencontre avec Jérôme Lindon, je n’en menais pas large, d’autant que l’escalier qui mène à son bureau est très étroit… Irène nous a vite rejoints. Nous avons été interrompus par un coup de téléphone de Beckett, le grand jeu !… J’ai vécu ce jour-là mon heure de gloire. » Voir aussi Jean-Baptiste Harang, « Christian Oster : une figure paternelle », Libération, 13 avril 2001.

53 M. de Rabaudy, « Les enfants de Minuit », art. cit.

54 T. Viel, Tanguy Viel parle des éditions de Minuit, op. cit., p. 32-33.

55 Max Weber, Éthique, p. 107, traduction revue et corrigée d’après l’original, M. Weber, Gesammelte Aufsätze zur Religionssoziologie, p. 83.

56 Philippe Maumy, Sociologie de l’édition française (1945-1978), thèse de doctorat de troisième cycle, Paris V, 1982.

57 Hostilité que dépasse heureusement sa fille Irène, même si la logique de nouveautés, signe des temps, l’oblige, dans ses catalogues, à remplacer progressivement en quatrième de couverture l’icône Beckett par des auteurs plus récemment entrés au catalogue : encore présent sur la quatrième de couverture du catalogue de la collection Double en 2010, Beckett disparaît la même année de la quatrième de couverture du catalogue général, puis de la quatrième de couverture du catalogue de la collection Double en 2011.

58 S. Ducas, « Michel Tournier : sociogenèse d’un académicien Goncourt et d’un auteur classique », in actes du colloque international Réception de Michel Tournier, sous la direction d’Arlette Bouloumié, université d’Angers (à paraître).

59 Jürgen Habermas, L’espace public, archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Payot, 1978.

60 Bertrand Legendre, « Évolution technique et mutation des genres éditoriaux. Le document jeunesse et le livre de poche », Communication & Langages, L’empreinte de la technique dans le livre, 2005, volume 145, n° 145, p. 61-68 ; « Industrialisation et légitimité culturelle : le cas de l’édition de poche », article inédit mis en ligne le 8 décembre 1999, http://w3.ugrenoble3.fr/les_enjeux/2000/Legendre/index.php

61 S. Ducas, La littérature à quel(s) prix ? Essai sur les prix littéraires, éditions de la Découverte, 2013.

62 J. Lindon, « De l’édition sans éditeurs », art. cit.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search