Version classiqueVersion mobile

Existe-t-il un style Minuit ?

 | 
Michel Bertrand
, 
Karine Germoni
, 
Annick Jauer

Analyses d’ensemble

Pastiche éditorial, un exercice de style ?

Pascale Hellégouarc’h

Texte intégral

  • 1 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987.

1Au croisement de la reprise et de la création, l’imitation sollicite à la fois un modèle suffisamment identifiable pour supporter le jeu stylistique et un lecteur assez initié pour le repérer. L’exercice s’enrichit d’indices à décrypter, qui n’évitent pas toujours l’égarement en dépit de garde-fous parmi lesquels se distinguent les seuils du texte ainsi nommés par Gérard Genette1. Ces indices matériels, que sont par exemple la maison d’édition, la collection, la couverture, la préface, s’élaborent en repères dans l’acte de lecture : les éléments péritextuels participent d’une garantie institutionnelle relevant de la publication, ils peuvent aussi devenir outil de sélection à l’adresse des lecteurs.

2De fait, l’imitation peut apparaître comme un signe de confirmation de l’émergence d’une signature constituée ou en train de se constituer, qu’il s’agisse d’un style, d’un genre, ou d’une structure éditoriale. C’est à ce point que le pastiche devient pertinent dans une réflexion sur la possibilité d’un « style Minuit », pastiche et non parodie puisque c’est bien une écriture et non un texte qui se trouve mise en jeu ici. Cette perspective, qui emprunte le chemin de l’imitation, procède d’un paradoxe : que saisissent de l’extérieur ceux qui n’ont pas ce style et qui tentent de le reproduire à traits plus ou moins délicats, jusqu’à l’outrance parfois ?

3Une première partie s’attachera au versant stylistique de l’imitation, à travers une réflexion sur le pastiche d’auteur s’acheminant vers une recherche d’écriture ; une deuxième partie explorera sa dimension institutionnelle qui touche cette fois à la notion d’édition par le biais du pastiche éditorial, avant de conclure sur les enjeux et les pouvoirs ainsi dégagés.

Vers un style Minuit : du pastiche d’auteur…

4Si le pastiche est classiquement associé à un auteur ou un genre, son évocation dans le cadre d’une structure d’édition souligne une identité éditoriale et stylistique identifiable, suffisamment familière pour donner lieu à un pastiche nécessitant des compétences de lecture.

  • 2 C’est le cas par exemple de Claude Simon dans Omnibus, Une biographie imaginaire de Claude Simon te (...)

5Plusieurs écrivains publiés par les éditions de Minuit ont été pastichés, dans un recueil ou un article, seuls ou accompagnés d’autres écrivains cibles2. Parfois, deux ou trois écrivains publiés chez l’éditeur se trouvent imités dans un recueil, se dessine alors l’idée d’une marque de fabrique, d’une complicité stylistique qui peuvent être perçues comme indice d’un style lié à une structure d’édition.

Une écriture en recherche

6La Nuit de Michèle Bernstein, publié en 1961 chez Buchet Chastel, se présente comme un roman inspiré de Claude Simon et Alain Robbe-Grillet. Ce n’est pas un coup d’essai puisque l’année précédente l’auteur a publié chez le même éditeur Tous les chevaux du roi, imitant le style de Françoise Sagan et reprenant l’intrigue des Liaisons dangereuses. La Nuit paraît dans la collection « Miroir », un titre à double sens en ouverture d’un roman qui s’inspire de modèles pour les saisir comme outil de création. La Nuit s’appuie sur les personnages et l’intrigue de Tous les chevaux du roi, et tisse un réseau de références intertextuelles entre les deux textes.

  • 3 G. Genette, Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982.

7La préface de l’éditeur Bernard Pingaud explique le projet d’écriture, en particulier la notion d’imitation appelée ici parodie, mais relevant davantage du pastiche puisque, sous le terme de « modèle », c’est le style qui en est la cible3, et la clé :

  • 4 La Nuit, préface, p. 12.

[…] la romancière, entre-temps, a changé de « modèle ». Elle est passée de Sagan à Robbe-Grillet. Mais la formule est simpliste et il faut se hâter de la nuancer. D’abord parce qu’il y a encore du Sagan dans ce livre : ce sont sans doute ses pages les moins heureuses. Ensuite parce que Robbe-Grillet ne joue guère, ici, que le rôle d’un intercesseur commode : on l’aperçoit aux premières pages, il disparaît peu à peu par la suite. Enfin parce que d’un modèle à l’autre, d’une parodie à l’autre, s’accomplit une remarquable métamorphose4.

L’imitation apparaît comme un moyen pour affirmer un style personnel : la déconstruction temporelle, la récurrence du futur prophétique, la certitude d’un dénouement prévisible et le recours aux procédés de « l’école du regard » pour teinter d’apparente objectivité les descriptions définissent un cadre d’écriture familier au lecteur du Nouveau Roman, sans s’y limiter cependant. L’écriture s’élabore dans la perspective d’un travail d’autocritique quant à l’histoire et au roman qui se déploient :

Un jour – dans quelle rue de la même ville ? – elle verra Gilles, sortant d’un café où elle entre, et ils se diront bonjour en passant, elle sera avec un jeune peintre anglais très apprivoisé, qui demandera qui était-ce qu’ils viennent de croiser ; et elle dira de la fille qui était avec Gilles, que c’est une amie, gentille, qui a écrit récemment un petit roman, tout à fait vide, donc assez drôle, appelé Tous les chevaux du roi. Il n’y aura pas de suite. (110)

  • 5 C’est Émile Henriot, critique littéraire du Monde, qui baptise cette nouvelle esthétique « Nouveau (...)

Si cette écriture en référence est affichée comme principe dans le péritexte par le biais de la préface, elle n’est pas soulignée au cœur de l’écriture, il revient donc au lecteur de confirmer ou d’infirmer des hypothèses. Celui-ci est alors doublement sollicité, par une écriture distanciée de son objet qui devient sujet d’elle-même, et par le labyrinthe du récit créateur de parcours d’errance dans Paris, renforcés par l’obscurité qui donne son titre au roman. Le lecteur peut d’autant plus s’égarer qu’un autre travail de repérage d’influences peut se glisser. Celui-ci est donc invité à rechercher à la fois le sens du récit et les influences qui construisent l’écriture et contre lesquelles elle se construit : ce refus de l’illusion romanesque et la priorité laissée à une écriture en recherche créent des échos avec certains principes du Nouveau Roman5. Ce pastiche emprunte les caractéristiques du style cible, évoque l’image de l’auteur tout en la tenant à distance et gomme peu à peu le roman en train de s’écrire. Le second degré du texte, qui lui confère cette tension entre écrire en se défendant de le faire, reste cependant soumis à la compétence stylistique et culturelle du lecteur.

Un cas d’école

8Cette notion d’esprit ou d’école s’affine encore lorsque le directeur de la maison, Jérôme Lindon, est susceptible de se prêter à l’exercice d’imitation en signant, sous le pseudonyme Louis Palomb, Correspondance et Réflexions qui prennent la forme d’un pastiche du Nouveau Roman… publiés en 1968 aux éditions de Minuit. « Susceptible » seulement car l’identité de Louis Palomb n’est pas avérée. Ce double jeu se complexifie par un pastiche qui n’est pas affirmé comme tel mais qui s’inscrit dans la lignée des indices laissés à la perspicacité du lecteur qui peut les détecter ou non. Les prières d’insérer, à la périphérie du texte, s’élaborent en contrat de lecture, à l’image de celui de Correspondance :

Un chef de gare consciencieux écrit au directeur de sa compagnie pour le tenir au courant des multiples incidents qui se déroulent chaque jour à la station. À moins qu’il ne s’agisse plutôt d’un bavard à l’esprit dérangé par la mort accidentelle d’un enfant confié à sa garde, et qui écrit au directeur de l’asile en se prenant pour un chef de gare (peut-être parce que son cri au moment du choc a été « Gare ! ») écrivant au directeur de la compagnie. Ou que ce soit un client quelque peu obsédé et mysogine s’adressant au directeur de la pension où il loge. Ou un instituteur acariâtre se plaignant à l’inspecteur d’académie. Ou madame Gandin, ou le facteur, ou la surveillante, ou le petit garçon de mademoiselle Emma (qui aurait échappé à l’accident ?) écrivant au directeur, au patron, au commissaire, à Dieu, à la compagnie d’assurances. À moins encore que tout ça ne soit carrément inventé – ce qui, à la réflexion, apparaît fort possible.

Ce contrat de lecture labyrinthique s’amuse de digressions variées avant de conclure sur une évidence : l’invention, point de départ de toute écriture, surtout quand le sous-titre est « roman ». Dans un exemplaire dédicacé, l’envoi de l’auteur à un critique peut s’interpréter comme un deuxième indice : « Pour P.O. Walzer qui est sans doute bien trop sérieux pour lire ce livre. »

L’idée d’invention se trouve reprise pour Réflexions dont le prière d’insérer s’articule en deux volets, l’un signé par « les Éditeurs », l’autre par les initiales L. P. : l’impression est faite en recto/verso, l’ordre proposé est donc arbitraire.

Ce narrateur apparaît tout le contraire du rapporteur fidèle qu’il prétend être. L’abondance des péripéties extraordinairement banales, la multitude des personnages et des dialogues ne trompent pas : il n’y a là qu’une voix qui s’invente. Asexuée, sénile ou enfantine, sans mémoire, sans connaissances et sans raison, elle tire imperturbablement son élan de sa course et son existence de sa discontinuité. Puis la voilà qui peu à peu se dédouble, se conteste, se contredit et va jusqu’à s’expulser elle-même… Mais c’est pour revenir bientôt, par-derrière et sur la pointe des pieds, réoccuper triomphalement la piste, exaspérant et lamentable Auguste qu’aucun monsieur Loyal n’arrivera à faire taire. Les Éditeurs
On reste confondu qu’un éditeur qui a publié ces dernières années quelques-uns des meilleurs écrivains contemporains puisse inscrire à son catalogue ce « roman » de M. Palomb. Indigence et relâchement, dans la pensée comme dans la forme, caractérisent un livre qui, très honnêtement, n’est ni fait ni à faire. Que l’auteur semble lui-même convaincu de ses incroyables faiblesses n’excuse rien ; je dirais même : au contraire. Son ouvrage est à déconseiller, pour des raisons variées, à toutes les catégories de lecteurs sans exception. Quant à l’éditeur, on lui accorderait peut-être un droit à l’erreur si l’on n’apprenait incidemment qu’il s’agit non pas du premier mais du deuxième livre de M. Palomb. Perseverare diabolicum. L. P.

Parallèlement au pastiche de prière d’insérer, exercice assez rare, ces textes interrogent sur le mode ludique la valeur littéraire, du point de vue de l’écrivain et de l’édition. De fait, c’est aussi la reconnaissance institutionnelle de la maison qui est interpellée, l’identité de Louis Palomb prend dans ce sens tout son relief : si Jérôme Lindon signe L. P., la perspective devient autoréflexive. De ce point de vue, des indices se repèrent sans s’imposer avec certitude, la lecture intertextuelle/hypertextuelle reste à confirmer, sous forme de pari de lecture. Elle l’est indirectement dans la Bibliographie des éditions de Minuit 1942-1972 de la librairie Henri Vignes (2010) qui décrit les ouvrages dans les notices544 et550 : l’entrée est « Louis Palomb » dans les deux cas, le nom de Jérôme Lindon apparaît entre crochets avec un point d’interrogation pour la notice544 (Correspondance) assorti d’une expression prudente : « une rumeur bibliographique tenace attribue à Jérôme Lindon ce pastiche de nouveau roman sous forme épistolaire, inspiré de l’œuvre de Robert Pinget ! ». La notice 550 (Réflexions) use du conditionnel : « Cette parodie des livres de Pinget, composée sous la forme d’une longue lettre d’un seul paragraphe, est le deuxième titre signé Louis Palomb, pseudonyme derrière lequel se cacherait Jérôme Lindon lui-même (voir notice 544). Le prière d’insérer suggère assez bien qu’il s’agit d’un canular ».

  • 6 Jan Baetens, « Le Lindon sans le savoir », http://www.vlrom.be/pdf/034lindon.pdf (consulté le 15 se (...)

9Au-delà de l’identité, une certitude demeure : les éditions de Minuit ont édité en 1968 deux volumes qui s’amusent du Nouveau Roman, à travers une imitation probable de Robert Pinget, auteur que la maison édite. Le nom d’Alain Robbe-Grillet circulerait également quant à la paternité des deux textes. La reconnaissance ne fonctionne pas toujours du reste : Jan Baetens, dans son article « Lindon sans le savoir6 », mentionne une première lecture des deux romans de Louis Palomb en tant qu’écrit au premier degré : tout jeune lecteur, il découvre au début des années 1970 les textes du catalogue des éditions de Minuit, « que je dévorais avec zèle les uns après les autres, avec une confiance aveugle dans les choix du directeur de la maison ». Jan Baetens qualifie en ces termes sa perception de Louis Palomb :

10Palomb était celui du « je-ne-sais-quoi » : un charme certain, une vraie drôlerie, le regret de perdre rétrospectivement toute trace de cet auteur après 1968, unique année de son activité littéraire attestée. Palomb était peut-être un peu trop près de Pinget, « mon » auteur dont la valeur incontestable me paraissait alors reflétée par une hausse soudaine chez Minuit, vers 1965-1970, de ses émules.

C’est Benoit Peeters qui lui révélera l’identité de Louis Palomb quinze ans plus tard. Jan Baetens tente alors une relecture qui ne serait plus innocente :

C’est en effet le terme de « voix » qui s’impose tout de suite à l’esprit ou, plus exactement peut-être, comme chez Pinget, celui de ton. À l’instar de ce dernier, mais sans le pasticher à aucun moment, Palomb est en effet un auteur à la recherche d’un ton, avide et anxieux de capter cette syntaxe parlée et sa ribambelle de clichés populaires retravaillés par le style, peut-être dans l’espoir de se distinguer un peu du Nouveau Roman chosiste à la Robbe-Grillet et du Nouveau Nouveau Roman accouché au forceps par Jean Ricardou. Or, de même que la Ligne Claire d’Hergé est tout à fait autre chose que la seule addition mécanique d’un contour et d’un aplat, de même le ton pingéto-palombien excède de toutes parts la recherche syntaxique sur la structure des phrases.

11L’hypostyle Pinget se perçoit en filigrane et c’est pourtant l’originalité de Palomb qui semble perdurer, au-delà du modèle. Jan Baetens continue d’y percevoir une voix singulière proche et lointaine de Pinget, en tout cas nettement distincte. L’interstyle devient création. La démarche apparaît très cadrée : deux textes sur une année, pas d’exploitation ultérieure ou de révélation définitive. Jan Baetens conclut sur une perspective élargie :

Pinget c’est le roman, c’est l’ensemble plus que les parties, même lorsqu’il lui arrive de faire très court. Disons que le romancier Palomb est avant tout un nouvelliste déguisé. Du patron de Minuit, la maison qui a tant fait pour brouiller et refaire en même temps le roman et le récit, on pouvait difficilement attendre autre chose.

L’hypothèse de Jérôme Lindon écrivant sous la signature de Louis Palomb suppose un hypertexte créé par un éditeur à la recherche des voix qu’il publie : est-ce pour comprendre de l’intérieur une écriture ? Il s’agirait alors d’une mise en abyme spéculaire d’un mouvement littéraire par celui qui a contribué à le créer en lui donnant un espace éditorial, témoignage d’une mise à distance par l’analyse.

La lecture peut également rester innocente, un certain mystère est repéré mais les textes en eux-mêmes ne portent pas de signes de reconnaissance absolus – la révélation pour Jan Baetens est venue de l’extérieur. Une thèse de doctorat soutenue en Hongrie par Krisztina Kaló en 2004, intitulée Romans épistolaires de langue française depuis la fin du xixe siècle : approches historique et formelle, inscrit les textes de Louis Palomb dans son corpus sous l’appellation « nouveau roman épistolaire » non sans s’étonner de cette forme hybride. L’identité de Louis Palomb n’est pas connue apparemment mais le pastiche repéré cependant, cela conduit à l’explication d’un hypertexte qui reprendrait une écriture pour en précipiter la chute :

  • 7 p 116. Irène Lindon entretient le mystère : « Ainsi, il nous reste un auteur énigmatique, Louis Pal (...)

Correspondance et Réflexions paraissent (…) au moment où le Nouveau Roman est sur le point de s’essouffler. L’auteur veut-il fournir une dernière preuve d’existence au Nouveau Roman ? Ou désire-t-il, sous forme de pastiche, lui donner un coup de grâce avant de faire une croix dessus ? Les intentions de l’auteur restent pour nous aussi énigmatiques que son identité7.

Cette analyse rejoint avec justesse l’une des fonctions de l’imitation qui accélère le temps et révèle les mécanismes stylistiques qui peuvent être à l’origine de sa disparition.

… au pastiche éditorial

12Parallèlement à ces deux déclinaisons de pastiche d’auteurs s’inscrivant dans une maison d’édition, la démarche peut également se porter plus radicalement sur le miroir éditorial que les imitateurs choisissent de construire, la cible du pastiche glisse alors de la question stylistique auctoriale à une approche orientée vers le lieu institutionnel de l’édition. Ce mode opératoire est souligné par deux parutions : un recueil de Patrick Besson et les pastiches éditoriaux accompagnant les imitations de Marguerite Duras par Patrick Rambaud.

Critique à charge

  • 8 « Contre vox », propos recueillis par Dominique Lebrun, « Brèves de critique », 1995, http://membre (...)

13Patrick Besson, dans le recueil Les ai-je bien descendus ? (Paris, Messidor, 1991), propose, parmi d’autres, des pastiches de Hervé Guibert, Jean-Philippe Toussaint et Jean Echenoz, tous trois édités par les éditions de Minuit. Les textes du recueil ont pour la plupart été publiés auparavant dans la presse, notamment dans l’Idiot international. Le recueil travaille sur l’hyperactualité et affiche une démarche de critique « alternative » en réaction à la critique que Patrick Besson juge de complaisance8. Les écrivains « Minuit » ne sont pas les seules cibles : Gallimard est présent à travers Kundera, Modiano ou Sollers. L’imitation prend comme cible moins les écrivains qu’une certaine idée de la critique et de la reconnaissance institutionnelle. Si les pastiches ont pour projet de déconstruire un formalisme désincarné, ils sollicitent fréquemment pour y parvenir la voie du cliché et du stéréotype.

14« J’attends Gilbert », présenté comme un pastiche de Hervé Guibert, emprunte l’argument narratif et le style à Fou de Vincent paru en 1989 aux éditions de Minuit. Deux textes de l’écrivain paraissent la même année, L’incognito (Gallimard) s’appuyant sur le séjour de l’auteur à la Villa Médicis, le second (Minuit) prenant la forme d’un journal à la temporalité rétrochronologique racontant la liaison tourmentée avec Vincent et sa fin tragique. Patrick Besson choisit cet hypotexte publié par Minuit et la relation tumultueuse est de fait le fil conducteur du pastiche, mise en scène par un vocabulaire cru, une construction narrative minimaliste et une juxtaposition temporelle.

  • 9 http://www.leseditionsdeminuit.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=1875 (consulté le 15 septembre 2012).

15Dans le texte « Enterrement », pastiche de Jean-Philippe Toussaint, deux protagonistes sont mis en scène, le narrateur et une femme, Julia Simpson, dans une salle de bains. Leur objectif est de résoudre l’énigme du bas filé de Julia, « de soie, un Dior » : ils découvriront en guise de chute que Julia Simpson est jambes nues. La vacuité de l’argument narratif a pour projet de renvoyer à La Salle de bain paru en 1985 et encensé par la critique dès sa parution9. Cinq paragraphes figurent les cinquante du texte original, le nom Edmondsson est dégradé en Simpson. Hors du contexte et de la construction minutieuse de l’hypotexte, les précisions deviennent un absurde bavardage, jusqu’à rendre artificielle la prééminence de la salle de bain.

16Au-delà du clin d’œil à la maison d’édition, l’espion du Lac de Jean Echenoz, roman paru en 1989, semble guider « Il est minuit Dr Echenoz » : le texte met en scène un agent secret incompétent du nom d’Amadeus Glück, les descriptions sont saturées de marques, l’argument narratif est mince – un agent secret attend un appel pour une mission urgente, prépare son sac, descend prendre sa voiture en oubliant ses clés, se rend à Lons-le-Saunier, y mange un œuf dur accompagné d’une Suze grenadine, rencontre une femme en imperméable vert, remonte dans sa voiture qui explose. L’hypertexte se révèle déjà remarquable avec les cinquante sonneries de téléphone dès l’incipit et un agent dormant du nom de Chopin, chercheur spécialiste de la mouche.

  • 10 Pierre Jourde et Éric Naulleau, Le Jourde & Naulleau : Précis de littérature du xxie siècle, Mots  (...)

17Le titre du recueil est transparent : il s’agit de descendre d’un piédestal immérité, d’anéantir une image littéraire usurpée. Ce recueil provocateur veut dénoncer ce qu’il considère comme étant de fausses valeurs littéraires, la démarche apparaît proche de ce point de vue de celle de Jourde et Naulleau dans le recueil éponyme qui reprend en le détournant le principe du Lagarde et Michard10. Ces pastiches cependant ne saisissent des styles que la surface et l’évidence, les caractéristiques les plus faciles à railler. Patrick Besson ne prend pas en compte par exemple le second degré présent chez Jean Echenoz, au risque de passer à côté de l’essence même de l’écriture : Lac est un roman palimpseste, un roman policier atypique qui est déjà une réécriture, un pastiche du genre…

Question de couverture

  • 11 Martine de Rabaudy, « Les enfants de Minuit », L Express, 27 décembre 2001. Ce premier prix Goncour (...)

18Point d’aboutissement de ce rôle des seuils et des marques de reconnaissance liées aux lieux d’édition, les deux reprises de couverture des éditions de Minuit pour accompagner les pastiches de Marguerite Duras par Patrick Rambaud retiennent l’attention : sous le pseudonyme de Marguerite Duraille, Virginie Q. est publié chez Balland en 1988 et Mururoa mon amour chez Jean-Claude Lattès en 1995. Le choix de Marguerite Duras a un sens particulier pour les éditions de Minuit : le prix Goncourt, le premier pour Minuit, est décerné à L’Amant en 1984,800000 exemplaires sont écoulés en quelques mois et 2360368 exemplaires seront vendus au total, record inégalé11.

  • 12 Entretien avec Patrick Rambaud.
  • 13 Livres Hebdo, 12 janvier 1996, p. 41.

19L’idée du pastiche de Marguerite Duras est venue à Patrick Rambaud un soir d’exaspération à l’égard de ce style. Virginie Q. a été écrit en cinq jours pour la première version, révisée ensuite à la demande d’André Balland qui souhaitait un texte plus long12. Ce texte appelait une couverture susceptible de densifier le propos. La reprise de celle des éditions de Minuit – l’étoile et le M étant remplacés par une marguerite et un B – s’est imposée avec la nuance du filet bleu. La répartition chromatique est la même, les polices de caractère aussi, tout comme la facture de la première de couverture, de la quatrième et de la tranche. Selon Patrick Rambaud, Jérôme Lindon s’amusa dans un premier temps de l’initiative et donna même des conseils pour la réalisation matérielle de la couverture. À la sortie du livre, il sera heurté cependant par le texte qu’il juge ordurier et s’inquiète d’un coup peut-être fatal porté à l’écrivain déjà malade. La couverture lui fut particulièrement pénible : Balland en y touchant avait attaqué la marque de fabrique des éditions de Minuit. Certains libraires ont de surcroît classé Virginie Q. avec les autres couvertures blanches à filet bleu, ignorant le second degré du volume et révélant un code de lecture qui fonctionne trop bien : le pastiche a dans ce cas changé radicalement de statut. Lorsque Mururoa mon amour est publié chez Jean-Claude Lattès en 1996, également sous le nom de Marguerite Duraille et avec la même reprise éditoriale, Jérôme Lindon demandera que le classique bandeau rouge intitulé « Le talent masqué de Patrick Rambaud » soit supprimé parce qu’il « rendait la couverture particulièrement familière aux lecteurs des éditions de Minuit et de Marguerite Duras13 ». Mais les volumes ne seront pas interdits.

20Ce pastiche éditorial peut poser des questions juridiques. L’imitation pour être autorisée doit répondre à deux exigences – l’absence de confusion et l’absence de volonté de nuire –, et dans cet exemple il y a eu confusion. Le statut est bien particulier car la maquette relève à la fois de la propriété intellectuelle – et bénéficie donc d’une protection pour le titre et le contenu tout en acceptant une liberté de détournement – et de la marque commerciale qui cette fois ne tolère aucune imitation. Au-delà du paratexte, c’est avant tout la question de la légitimité qui est posée très clairement par le biais de cette reprise.

Enjeux et pouvoirs

21Ces exemples donnent à voir les déclinaisons de cette présence éditoriale et permettent d’identifier les enjeux stylistiques et institutionnels qui s’y trouvent associés. L’ordre chronologique montre la progression d’une signature qui s’installe par l’écriture avant de s’inscrire dans un champ institutionnel qui touche à l’image éditoriale : Patrick Besson dans un cas, Patrick Rambaud et Balland dans l’autre épinglent avant tout une maison d’édition qui porte une légitimité qu’elle transmet aux auteurs qu’elle choisit d’éditer. Le trait dans ces conditions sera peut-être plus large car il ne s’agit pas tant d’œuvrer de l’intérieur sur l’émergence d’une musique stylistique que de désigner à l’extérieur les excès possibles de la reconnaissance. La communauté n’est plus la même puisqu’elle passe des lecteurs de Minuit dans le premier cas – l’exemple de Jan Baetens, lecteur attentif, est édifiant – aux possibles détracteurs des éditions, qui se doivent cependant d’avoir une connaissance suffisante du modèle pour en reconnaître l’hypertexte et activer dès lors une lecture de second degré.

22La diversité des exemples reflète la variété des postures à l’égard du modèle et du principe de l’imitation. Les pratiques hypertextuelles établies par Gérard Genette dans Palimpsestes rencontrent des échos : les références à Robbe-Grillet et au Nouveau Roman sont un support de création pour Michèle Bernstein qui s’est auparavant saisi de l’écriture de Françoise Sagan. La reprise devient motif pour affirmer un style original et personnel. Le projet de Patrick Besson est plus polémique puisqu’il relève ce qu’il considère être des usurpations de talent et tente de démontrer l’artifice d’une littérature portée par des garanties institutionnelles éditoriales, représentée pour Minuit par Echenoz, Guibert et Toussaint. Cette démarche n’est pas éloignée de l’esprit qui anime Patrick Rambaud lorsqu’il écrit les deux pastiches de Marguerite Duras qui prennent la forme de charges ; d’autant que le choix de reprendre une mise en page éditoriale aisément identifiable met en perspective la légitimité du succès d’une écriture. Enfin, le cas de Louis Palomb montre, au-delà de la reprise de la musique Robert Pinget, que l’hypertexte peut aussi se dépasser et être porteur d’une voix originale dont la lecture ne nécessite pas la connaissance préalable d’un hypothétique hypostyle. L’étendue des déclinaisons est redoublée par un modèle qui joue à la fois sur le fond et sur la forme et qui, surtout, autorise de multiples appropriations.

23Si la question du « style Minuit » demeure, se dessine en revanche, à travers l’imitation, la certitude d’une signature graphique, d’une garantie institutionnelle, d’un regard porté où se perçoit la notion patrimoniale de construction d’une communauté. Celle-ci se met en place avec une liberté qui n’exclut pas le contre-chant pour reprendre le sens étymologique de la parodie : à l’image de l’amusement de Jérôme Lindon quant au projet de Patrick Rambaud et André Balland avant de s’en émouvoir, même amusement, peut-être, qui lui a fait prendre la plume pour signer Louis Palomb.

Imitations d’auteurs publiés par les éditions de Minuit14

Éléments de repérage

Bibliographie

Samuel Beckett

Album programme « Une nuit à l’Alcazar de Paris », Imprimerie Mazarine, ca1960.

« Voici le discours que Beckett ne prononcera pas à Stockholm », Le Figaro littéraire, 15-21 décembre 1969.

Jean Amadou et Dadzu, Tout faux II, Robert Laffont, 1990.

Julie Bourrache, - Les Érotiques, Éditions du Rocher, 1984.

Michel-Antoine Burnier et Patrick Rambaud, Parodies, Balland, 1977.

Chifflet Jean-Loup, Suites et fins, Carrère, 1988.

Grégoire Direz, Pyramidales, Belfond, 1991.

Jacques Frances, Exercices de style, Union des bibliophiles taurins de France, 1984.

Jacques Hislaire, Dîner de tête au 16 rue de la Loi, Didier-Hatier, 1985.

Michel Perrin, Haute-fidélité, Calmann-Levy, 1963.

Michel Perrin, Pastiches, AMP ed., 1996.

Marguerite Duras
« Faux et usages de faux », Le français dans tous ses états, 40, 1999.

Camille Abaclar, Je suis le ténébreux, Quintette, 2003.

Lucien d’Azay, Nouveaux exercices de style, Climats, 1996.

Michel-Antoine Burnier et Patrick Rambaud, Parodies, Balland, 1977.

Natalie Carter, Grandes plumes, Stock, 1986.

Jacques Frances, Exercices de style, Union des bibliophiles taurins de France, 1984.

Robert Giraud, L’Académie d’argot, Denoël, 1971.

Frédéric Gobert, Bandes de stylistes, Panormitis, 1999.

Pernette Imbert, Enrichir son style par les pastiches, Retz, 1991.

Jalons, Elysez-les tous !, Olivier Orban, 1988.

Janine Le Fauconnier et Jean-Baptiste Dussert, Pastiches et parodies, Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand, 1996.

Stéphane Denis Manicamp, Les Quarante voleurs et quelques interludes, Plon, 1999.

Gérard Oberlé, « Conversation entre ELLE (écrivain) et LUI (collectionneur) » dans Jean de Gonet artefacts, 1992.

Patrick Rambaud, VIrginie Q., Balland, 1988.

Patrick Rambaud, Mururoa mon amour, J.-C. Lattès, 1995.

Patrick Rambaud, « La cuisine Duraille. Un pastiche de Marguerite Duras », Le Nouvel Observateur, 1795, 1999.

Pierre Rival, Tiens, on dirait du Pouchkine !, Éditions Blanche, 1999.

Roland Topor, Journal in Time, Ramsay, 1989.

Anne Trotereau et Philippe Dumas, Portraits devinettes d’auteurs illustres : pastiches et anagrammes, L’école des loisirs, 1994.

Karl Zero, Farce nationale, Éditions du Rocher, 1998.

Jean Echenoz

Lucien d’Azay, Nouveaux exercices de style, Climats, 1996.

Patrick Besson, Les ai-je bien descendus ?, Messidor, 1991.

Hervé Guibert

Patrick Besson, Les ai-je bien descendus ?, Messidor, 1991.

Robert Pinget

Louis Palomb, [Jérôme Lindon], Correspondance et Réflexions, Minuit, 1968.

Michel Perrin, Haute-fidélité, Calmann-Levy, 1963.

Alain Robbe-Grillet

Michèle Bernstein, La Nuit, Buchet-Chastel, 1961.

Natalie Carter, Grandes plumes, Stock, 1986.

Umberto Eco, Pastiches et postiches, Messidor, 1988.

Robert Giraud, L’Académie d’argot, Denoël, 1971.

Jacques Laurent et Gérard Mourgue, « Vingt ans après », La Parisienne, 41, février 1957 (daté fictivement :1977).

Michel Perrin, Haute-fidélité, Calmann-Levy, 1963.

Raymond Queneau, Les Fleurs bleues, Gallimard, 1965.

Claude Schnerb, Je pense. Manuel du petit intellectuel, Buchet-Chastel, 1972.

Anne Trotereau et Philippe Dumas, Portraits devinettes d’auteurs illustres : pastiches et anagrammes, L’école des loisirs, 1994.

Pol Vandromme, Faux en écriture : pastiches, Éditions de la Francité, 1971.

Nathalie Sarraute

Natalie Carter, Grandes plumes, Stock, 1986.

Jean-Louis Curtis, La Chine m’inquiète, Grasset, 1972.

Claude Simon

Michèle Bernstein, La Nuit, Buchet-Chastel, 1961.

Frédéric Gobert, Bandes de stylistes, Panormitis, 1999.

Benoît Peeters, Omnibus, Minuit,1976.

Jean-Philippe Toussaint

Patrick Besson, Les ai-je bien descendus ?, Messidor, 1991.

Jean Vercors

Paul Morelle, « Briand répond à Vercors », Le Monde, 18 septembre 1981.

Notes

1 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987.

2 C’est le cas par exemple de Claude Simon dans Omnibus, Une biographie imaginaire de Claude Simon texte de Benoît Peeters, publié en 1976 aux éditions de Minuit, réédité en 2001 par les Impressions nouvelles. Une liste non exhaustive de pastiches d’auteurs publiés chez Minuit est proposée à la fin de cet article.

3 G. Genette, Palimpsestes, Paris, Seuil, 1982.

4 La Nuit, préface, p. 12.

5 C’est Émile Henriot, critique littéraire du Monde, qui baptise cette nouvelle esthétique « Nouveau Roman » avec la parution de La Jalousie de Robbe-Grillet et Tropismes de Nathalie Sarraute cf. Le Monde, 22 mai 1957. Cité par Anne Simonin, Les Éditions de Minuit 1942-1955 : le devoir d’insoumission, Paris, IMEC, 2008, p. 470.

6 Jan Baetens, « Le Lindon sans le savoir », http://www.vlrom.be/pdf/034lindon.pdf (consulté le 15 septembre 2012).

7 p 116. Irène Lindon entretient le mystère : « Ainsi, il nous reste un auteur énigmatique, Louis Palomb, qui, selon des informations reçues d’Irène Lindon, directrice des Éditions de Minuit depuis la disparition de son père, “a toujours souhaité rester le plus discret possible” ». (p 11)

8 « Contre vox », propos recueillis par Dominique Lebrun, « Brèves de critique », 1995, http://membres.multimania.fr/acg/t_01_087.pdf (consulté le 15 septembre 2012).

9 http://www.leseditionsdeminuit.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=1875 (consulté le 15 septembre 2012).

10 Pierre Jourde et Éric Naulleau, Le Jourde & Naulleau : Précis de littérature du xxie siècle, Mots & Cie, 2004. Réédition augmentée en 2008 (Mango).

11 Martine de Rabaudy, « Les enfants de Minuit », L Express, 27 décembre 2001. Ce premier prix Goncourt décerné aux éditions de Minuit permet à maison d’ouvrir la librairie Compagnie à Paris.

12 Entretien avec Patrick Rambaud.

13 Livres Hebdo, 12 janvier 1996, p. 41.

14 Avec l’aide du Répertoire des pastiches et parodies littéraires des xixe et xxe siècle de Paul Aron et Jacques Espagnon, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2009. La liste proposée est indicative.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search