Version classiqueVersion mobile

Existe-t-il un style Minuit ?

 | 
Michel Bertrand
, 
Karine Germoni
, 
Annick Jauer

Avant-propos

Texte intégral

12012. Année du 70e anniversaire de la publication du Silence de la mer de Vercors, ouvrage fondateur des Éditions de Minuit. Elles sont fondées clandestinement dans la France occupée par Pierre de Lescure et son ami Jean Bruller, dit Vercors, et resteront (jusqu’à aujourd’hui) des éditions presque mythiques, bénéficiant en tout cas d’un capital symbolique de tout premier ordre. Les étapes principales de cette histoire qui a donné aux Éditions de Minuit l’identité forte qui est la leur sont toutes connues : la littérature de Résistance, l’apparition du Nouveau Roman dès le début des années 1950, l’engagement contre la guerre d’Algérie, l’enthousiasme pour les sciences sociales au tournant des années 1960 et 1970, et, pour finir (?), un certain renouveau du roman français contemporain.

  • 1 Paris, Imec édition, 1994.

2La première publication, quoique devant tout aux circonstances historiques, donne le la de ce qui restera toujours la caractéristique de la maison : l’exigence à la fois littéraire et politique, ainsi qu’en témoigne l’histoire de sa direction et de ses publications, remarquablement mise en lumière par Anne Simonin dans son étude Les Éditions de Minuit 1942-1955. Le Devoir d’insoumission1, pour les treize premières années d’existence de la maison, jusqu’à son installation durable voire son institutionnalisation dans le paysage éditorial français.

3Le 10 octobre 1945, les Éditions de Minuit clandestines deviennent une société anonyme. Jean Lescure est nommé au mois de mai 1946 directeur littéraire de cette nouvelle structure. Il est assisté de Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet et Georges Lambrichs. En décembre de la même année, il se retire. Lambrichs occupe alors la fonction de secrétaire du comité de lecture, mais c’est Vercors qui continue à dessiner la ligne éditoriale. Il désire que les Éditions de Minuit demeurent une maison d’édition engagée. Il publie notamment nombre d’ouvrages sur la résistance écrits par des résistants. La période couvrant les années 1945 à 1948 est financièrement difficile. En 1947, les familles Baur, Lindon et Rosenfeld injectent trois millions de francs dans la société. En mars 1948, Marcel Rosenfeld verse à nouveau deux millions de francs. Puis, en 1949, Vercors se retire des Éditions de Minuit et Jérôme Lindon en devient le directeur. La ligne éditoriale est transformée : seule la collection « Documents » demeure engagée, les œuvres littéraires publiées n’étant plus soumises à cet impératif. Depuis 1949, les Éditions de Minuit publiaient aussi la revue 84, mais son existence s’interrompt en 1951. Critique, fondée en 1946 par Georges Bataille, qui a obtenu en 1948 le prix de « la meilleure revue de l’année », et qui se situe au carrefour de la philosophie, de la littérature, de la religion et de l’économie politique, continue en revanche à paraître. De jeunes écrivains, tels Butor et Robbe-Grillet, y publient leurs premiers articles. La parution en 1951 de Molloy, roman de Samuel Beckett, bien qu’elle ne suscite pas un succès commercial, marque néanmoins le « tournant littéraire » pris par la maison d’édition.

4Cette année-là, la petite maison d’édition accroît son importance en procédant au rachat des Éditions du Sagittaire. En 1954, Georges Lambrichs est contraint à démissionner par Jérôme Lindon et l’année suivante, Alain Robbe-Grillet devient conseiller littéraire. Il le demeurera trente ans durant. C’est à son initiative que seront publiés Claude Simon, Robert Pinget, Claude Ollier, et tous ceux que l’on dénommera « les Nouveaux Romanciers ». Toutefois, la ligne éditoriale ne se détourne pas de la mission d’engagement qui fut dès l’origine la vocation de la maison. Entre 1957 et 1962, les Éditions de Minuit publient vingt-trois plaquettes concernant l’Algérie et la guerre qui se déroule sur son sol. La parution en 1958 de La Question d’Henri Alleg attire tout particulièrement l’attention du public sur la pratique de la torture à laquelle recourt régulièrement l’armée française. La présence parmi les signataires du « Manifeste des 121 » de Jérôme Lindon et des écrivains du Nouveau Roman démontre l’articulation qui existe au sein de la maison d’édition entre le souci d’un renouvellement esthétique et l’adhésion à des valeurs éthiques possédant une indéniable portée politique.

  • 2 « Entretien avec Laurent Mauvignier » in : Dialogues contemporains : Pierre Bergounioux, Régine Det (...)
  • 3 Ibid., p. 118.
  • 4 L’expression est de Martine Rabaudy à qui sont également empruntées les citations qui suivent ; « L (...)

5Cette articulation caractérise également les premiers héritiers du Nouveau Roman (Echenoz, Toussaint, Gailly, Bon, Volodine…), mais aussi les plus jeunes écrivains Minuit (Laurrent, NDiaye, Viel…), ceux que soutient Irène Lindon, qui dirige la maison d’édition depuis 2001, conformément à la ligne éditoriale définie par son défunt père. Si un romancier comme Laurent Mauvignier a choisi de publier ses œuvres aux Éditions de Minuit, ce n’est pas seulement parce qu’il s’agit d’une maison d’édition prestigieuse qui incarne une vision de grande qualité de la littérature, mais parce que pour cet auteur hostile à une « littérature bourgeoise et réconfortante », il n’y a aucune « écriture qui ne soit pas de l’engagement »2. Et s’il concède que son style « entre bien dans ce qu’on pourrait appeler la fibre Minuit », comme l’écrit le critique Hubert Guillaud, c’est à la condition expresse de considérer « la fibre Minuit » comme « l’exigence de l’écriture », c’est-à-dire au fait d’« axer la littérature sur le travail de l’écriture »3. Puis il se ravise presqu’aussitôt en ajoutant : « Mais en même temps, je ne pense pas être très révélateur de ce qui se fait aujourd’hui chez Minuit. Il y a quelque chose de très fort qui se joue en ce moment chez Minuit avec Jean Echenoz, Christian Oster, Éric Laurrent et d’autres encore. Il y a aussi des cas isolés comme Hélène Lenoir, Éric Chevillard, Tanguy Viel… mais tout de même, chacun travaille à sa manière, on peut noter des différences qui ne sont pas négligeables, y compris dans les “choses plus unitaires” ». Ce mouvement dialectique consistant à admettre son appartenance à un groupe tout en insistant sur sa différence et sa singularité est commun aux « enfants de Minuit4 ». D’autres parlent d’une « école Minuit » ou d’un « esprit Minuit » (Marie NDiaye), ou bien d’« une sensibilité commune » ou d’un « esprit de famille » (Christian Oster), chez des écrivains sans doute fédérés par « une admiration commune pour Beckett » (Éric Chevillard) ; mais il y a aussi, « à Minuit », « de très fortes personnalités, irréductibles et plutôt solitaires » (Éric Chevillard). Rappelons ainsi que l’idée mise à jour dans l’étude d’Anne Simonin est celle du primat des individualités sur les groupes organisés, conformément à une revendication essentielle d’indépendance, tant du point de vue de l’écriture que des idées. Jérôme Lindon disait d’ailleurs à propos de ses auteurs : « [J]e vois plutôt leurs différences. À la critique littéraire de voir leurs affinités ».

Les études proposées ici concernent le roman minuitard et tentent de répondre à la question de savoir s’il existe des traits ou des phénomènes stylistiques identifiables et récurrents tant en diachronie qu’en synchronie chez les romanciers publiés par Minuit qui justifieraient qu’en dépit du style, voire des styles, propre(s) à chaque auteur, se constitue un style Minuit traduisant une vision et des visées bien précises sur le plan esthétique et/ou éthique.

Notes

1 Paris, Imec édition, 1994.

2 « Entretien avec Laurent Mauvignier » in : Dialogues contemporains : Pierre Bergounioux, Régine Detambel, Laurent Mauvignier, éd. par S. Bikialo et J. Dürrenmatt, Poitiers, La Licorne, 2000, p. 97- 128, p. 115.

3 Ibid., p. 118.

4 L’expression est de Martine Rabaudy à qui sont également empruntées les citations qui suivent ; « Les enfants de Minuit », L Express, le 27 décembre 2001.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search