Version classiqueVersion mobile

Spinoza et les Commentateurs Juifs

 | 
Philippe Cassuto

TTP - Chapitre I.

Texte intégral

0101 1-31-617 : Exode 7,1

1Dieu dit à Moïse : Vois, je te donne Dieu de Pharaon et Aharon ton frère sera ton Prophète.

Texte princeps :

nabi,

27. v. 1. Exodi colligitur. Ubi Deus Mosi dicit, ecce te constituo Deum Pharaonis, & Aharon tuus frater erit tuus Propheta.

Nabi, c’est-à-dire orateur et interprète ; dans l’Ecriture il ne s’emploie que pour interprète de Dieu comme il est inséré dans Ex 7,1 : Voici que je te nomme Dieu de Pharaon et Aharon ton frère sera ton Prophète.

3Pourquoi Spinoza choisit-il justement ce verset dont il omet le début : Dieu dit à Moïse, parmi tous ceux qui nous parlent de Prophètes ? Il ne s’agit pas du tout ici d’une illustration, mais de la définition de base de la racine du mot ‘Prophètes’. En fait, il suffit de se référer à la Bible Rabbinique et d’y observer les Targums et les commentaires sur le mot neviékha, ‘ton Prophète’. Dans le texte princeps, Spinoza traduit bien par te constituo, “je te nomme”, ce qui n’est autre que la traduction du Targum Onqelos, il ne s’agit donc pas de sa part d’une incompréhension de l’hébreu.

Targum Onqelos :

4Dieu dit à Moïse : « Vois, je te nomme Maître de Pharaon et Aharon ton frère sera ton interprète. »

Targum Yerushalmi :

5Dieu dit à Moïse : « Pourquoi t’inquiètes-tu ? Vois que déjà je t’ai mis comme terreur pour Pharaon, comme son dieu, et Aharon ton frère sera ton prophète. »

Rashi :

6“je te donne Dieu de Pharaon”. Juge et régent pour l’asservir par des coups et des tortures : “sera ton Prophète”. Se traduit littéralement. Le sens du mot ‘prophétie’ correspond à l’action d’un homme qui annonce et fait entendre au peuple des paroles édifiantes. Ce mot est de la même racine que “le fruit des lèvres” (Isaïe 57,19), que “donne comme fruit la sagesse” (Proverbes 10,31) et que “prophétiser” dans Samuel (1 Samuel 10,13). En français, on le traduit par ‘prédiquer’.

Ibn Ezra :

  • 1 Ce terme est un euphémisme qui permet de ne pas écrire “Dieu” en toutes lettres.

7“et Dieu dit”. Bien et comment Pharaon m’écoutera-t-il alors que je bégaie ? Le Nom1 lui répondit : Vois, je te donne Dieu de Pharaon, “et dit”. Cela signifie : regarde à quel degré élevé je t’ai mis afin que tu paraisses aux yeux de Pharaon au même niveau qu’un Ange, c’est-à-dire Dieu qui parle au Prophète, et le Prophète parle à ses contemporains. Ceux qui affirment que ‘Prophète’ est dérivé de “fruit des lèvres” (Isaïe 57,19) ne sont pas dans le vrai. D’après les savants français, la racine serait NYB qui est bilitère, c’est-à-dire déficiente de la seconde lettre. Pour les savants espagnols, la racine de ‘NaBi’ comprend trois lettres comme le prouvent les formes ‘nevi’im’ et ‘we-ytnab’u’, car le Alef final est radical. De plus, “fruit des lèvres” est apparenté au fruit’, car il est dérivé de fruit’ : “ils portent encore des fruits dans la vieillesse” (Psaume 92,15), en témoigne fidèlement aussi “et son fruit est méprisé en mangeant” (Malachie 1,12). Quel est le sens de “rends la femme de cet homme, car c’est un prophète” (Genèse 20,7), si ‘prophète’ signifie ‘parleur’ ? Son sens est : il est un prophète à qui Je révèle mon secret par nature, puisque son secret est révélé à ses serviteurs, les Prophètes, et il se réjouit de Moi, c’est pour cela que l’on a : “qu’il prie pour toi, et tu vivras” (Genèse 20,7).

Rashbam :

8“ton prophète”. Il parlera à ta place.

9Spinoza présente donc ici l’origine de la racine du mot nabi, ‘prophète’, du point de vue grammatical. Pour Rashi, le Alef ne fait pas partie de la racine, puisque le verbe ‘prophétiser’ apparaît dans Samuel sans Alef. A la suite des grammairiens antérieurs à Hayuj, Rashi rapproche donc ‘prophétiser’ de la racine NYB, qui prend le sens de paroles (‘fruit des lèvres’). Ibn Ezra, qui vient après que la trilitéralité se soit partout imposée, en fait une racine trilitère indépendante. Bien évidemment, Spinoza est en accord avec Ibn Ezra et réfute l’opinion de Rashi. Cette citation vient donc bien poser la base étymologique de tout le débat qu’il va entreprendre sur la Prophétie. Elle est essentielle, car à la suite d’Ibn Ezra, Spinoza indique que l’activité essentielle du Prophète n’est pas la parole, mais la jouissance qu’a le Prophète, réceptacle du message divin. Le texte de Onqelos remplace “Dieu de Pharaon” par “maître de Pharaon” afin que le terme “Dieu” ne soit pas employé pour un homme, fût-il Moïse. Pour les mêmes raisons, le texte du Yerushalmi ajoute “comme un Dieu”. Spinoza suit donc bien ces leçons traditionnelles quand il demande d’éliminer les anthropomorphismes du texte biblique.

0102 3-33-620 : Exode 25,22

10Et je serai présent pour toi là, et je parlerai avec toi de dessus le propitiatoire, d’entre les deux chérubins qui sont sur l’arche du témoignage ; tout ce que je te commanderai pour les fils d’Israël.

Texte princeps :

paratus ero tibi ibi, & loquar tecum ex illa parte tegminis, quœ est inter duos Cherubines.et je serai dispos pour toi là et je parlerai avec toi de cette partie du couvercle qui est entre les deux chérubins.

Targum Onqelos :

11Et ma parole sera présente pour toi là et je parlerai avec toi de dessus le propitiatoire, d’entre les deux chérubins qui sont sur l’arche du témoignage ; tout ce que je te commanderai pour les fils d’Israël.

Targum Yerushalmi :

12Et ma parole sera présente pour toi là et je parlerai avec toi de dessus le propitiatoire, d’entre les deux chérubins qui sont sur l’arche du témoignage ; tout ce que je te commanderai pour les fils d’Israël.

13Le Targum Yerushalmi est pratiquement identique à Onqelos et ne présente que des variantes dialectales.

Rashi :

14“Je donnerai rendez-vous” : Quand je te fixerai une date pour parler avec toi, je fixerai l’endroit du rendez-vous où je viendrai te parler. “Je te parlerai de par dessus le rideau” : dans un autre passage, Il dit “et Dieu lui parla depuis la tente d’assignation” (Lévitique 1,1), il s’agit de la demeure devant le rideau. On trouve donc deux versets qui se contredisent. Un troisième vient trancher entre les deux : “et Moïse entendit la voix qui lui parlait d’au dessus du couvercle...” (Nombres 7,89). Moïse entrait dans la tente et quand il arrivait dans l’entrée, une voix descendait du ciel entre les deux chérubins, cette voix sortait de là et Moïse l’entendait dans la tente d’assignation. “Et tout ce que je t’ordonnerai pour les enfants d’Israël” : le Waw est superflu, comme souvent dans la Bible. Il faut donc expliquer que ‘et tout ce que je te dirai là-bas, tout ce que je t’ordonnerai’ est ‘pour les enfants d’Israël’.

Ibn Ezra :

15“Je donnerai rendez-vous” : je ne comprends pas comment ce verset pourrait contredire le verset “et Dieu lui parla depuis la tente d’assignation” (Lévitique 1,1), car la demeure, ici, comprend la tente et tout ce qui s’y trouve. On n’a donc pas besoin d’un autre verset pour trancher. La raison du Waw de “et tout ce que je t’ordonnerai” provient de ce que le mot “et je te parlerai” vient servir autre chose, comme s’il était écrit ‘et je te parlerai de par dessus le rideau, d’entre les deux chérubins’ et qu’on ne signale pas les paroles dites. De même, que la raison de ‘je parlerai avec toi’ est ‘pour annoncer mon secret et répondre à ta question’ : “Et tout ce que je t’ordonnerai pour les enfants d’Israël”. On doit se demander pourquoi Dieu mentionne d’abord l’arche ? Car il est écrit “le plan de la demeure et le plan de tous ses objets” (Exode 25,9). L’usage de la langue est d’expliciter le dernier terme qui vient achever le passage, comme dans “je donnai à Isaac, Jacob et Esaü ; je donnai à Esaü” (Josué 24,4). C’est pourquoi on commence à expliciter les objets de la demeure, du plus important, on passe à la table et au candélabre, et ensuite on a “et la demeure, tu la feras” (Exode 26,1). Or quand Moïse rassemble le peuple, il commence par leur parler de la demeure et de la tente et ensuite de l’arche. Moïse n’a besoin de leçon de personne. On peut s’étonner qu’il ne mentionne pas alors ‘l’autel de l’encens’. La réponse est la maxime que ‘la Gloire ne s’éloigne jamais’, c’est pourquoi l’arche a une forme de trône. Puisque l’on a le candélabre et la table dressée, ‘l’autel de l’encens’ n’est pas mentionné. Il ne l’est qu’après l’autel du sacrifice, pour prévenir de ne pas faire d’holocauste ou d’oblation sur l’autel des encens (Exode 30,9). Et Moïse le mentionne aux fils d’Israël après le candélabre, ce qui est dans les faits.

Parokhet, Kaporet, 2voce vera,

0103 3-33-620 : 1 Samuel 3,21

16Et Dieu continua d’apparaître à Shilo car Dieu est apparu à Samuel à Shilo par la parole de Dieu.

Texte princeps :

rursus apparuit Deus Shamuëli in Shilo, quia manifestatus fuit Deus Shamuëli in Shilo verbo Dei ; et de nouveau Dieu apparut à Samuel dans Silo car Dieu se manifesta à Samuel dans Silo par la parole de Dieu,

Targum Yonatan :

17Et Dieu continua d’apparaître à Shilo car Dieu est apparu à Samuel à Shilo par la parole de Dieu.

Rashi :

18“Dieu se révélait à Samuel” : comme il est dit plus haut “la parole de Dieu était précieuse en ce temps-là” (1 Samuel 3,1), il est dit ici qu’à partir de ce moment, il recommença à se révéler et s’habitua à apparaître.

Radaq :

19“Apparaître”. Avec un holem, de même que “apparaître à Manoah” (Juges 13,21), qui est comme les verbes entiers “sera vraiment donné” (Jérémie 38,3). “Car se révélait” : la raison d’être du mot ‘car’ vient de ce qu’il est dit “de nouveau”, car la première vision de Samuel eut lieu à Silo, dans la demeure de Dieu. Maintenant, il continue de lui apparaître à Silo. Cette vision avait pour but qu’il ordonna à Israël d’aller combattre les Philistins, c’est pourquoi il est dit “comme la parole de Dieu”, de même qu’il est dit “et la parole de Samuel s’adressait à tout Israël” (1 Samuel 4,1).

Ralbag :

20Voici une allusion au fait que de nouveau Dieu apparut à Samuel à Silo, “et la parole de Samuel s’adressait à tout Israël” (1 Samuel 4,1) du vivant de ‘Eli sur des sujets prophétiques. Ainsi, il les dirigeait déjà du vivant de ‘Eli, car tous savaient qu’il était un prophète de vérité.

345

21Et le savant Rabbi Abraham Ibn Ezra a expliqué que, du fait que seul Samuel entendait la voix, et qu’Eli ne l’entendait point, ‘Eli sut et comprit qu’il s’agissait d’une voix prophétique.

22Spinoza conclut donc : si cette voix prophétique n’est pas entendue, c’est donc qu’elle n’est pas réelle.

0104 4-34-621 : Genèse 20,6

23Et Dieu lui dit en songe : « Moi aussi je savais que tu as fait cela dans la pureté de ton cœur et je t’ai moi aussi empêché de fauter contre moi. Sur cela je ne t’ai pas laissé la toucher. »

Texte princeps :

24Vox, quam Abimelech audivit imaginaria fuit ; nam dicitur Gen. cap.20. v.6. Et dixit ipsi Deus in somnis &c.

25La voix qu’entendit Abimelech fut imaginaire car il est dit dans Genèse 20,6 : et Dieu lui dit en songe etc.

Targum Onqelos :

26Et la parole de devant Dieu lui dit en songe : « Ma présence aussi savait que tu as fait cela dans la pureté de ton cœur, je t’ai moi aussi empêché de fauter contre ma présence. C’est pourquoi je ne t’ai pas laissé l’approcher. »

Targum Yerushalmi :

27Et la parole de Dieu lui dit en songe : « Ma présence aussi savais que tu as fait cela dans la pureté de ton cœur, je t’ai moi aussi empêché de fauter contre ma présence. Sur cela je ne t’ai pas laissé l’approcher. »

28Le Targum Yerushalmi est pratiquement identique à Onqelos et ne présente que des variantes dialectales.

Rashi :

29“Je savais que tu avais fait cela dans la simplicité de ton cœur, etc” : c’est vrai qu’au départ ton intention n’était pas de fauter. Mais il n’y a pas ici de droiture car ce n’est pas de ton fait que tu ne l’as pas touché, car c’est moi qui t’ai empêché de fauter, “je ne t’ai pas permis” : je ne t’en ai pas donné la force. De même dans “Dieu ne lui permit pas” (Genèse 31,7) et “son père ne lui permit pas de venir” (Juges 15,1).

Ibn Ezra :

+6c’est comme ‘planter’,7et ‘planter’8tous sont des infinitifs.
  • 9 CGLH, ch. IV.

30Spinoza ne se réfère donc pas à ces deux commentateurs pour son assertion. Pourquoi a-t-il donc choisi ce verset ? Peut-être parce qu’il est le premier dans lequel le songe est hé à Dieu qui parle dans le même hémistiche. En effet, le premier verset où les deux sont liés, mais séparés par l’accent atnah9, est Genèse 20,3.

0105 4-34-621 : Deutéronome 5,4

31Face à face, Dieu a parlé avec vous sur le mont de l’intérieur du feu.

Texte princeps :

De facie ad faciem locutus est Deus vobiscum face à face Dieu vous a parlé etc,

Targum Onqelos :

32Parole avec parole, Dieu a parlé avec vous sur le mont de l’intérieur du feu.

Targum Yerushalmi :

33Parole avec parole, Dieu a parlé avec vous sur le mont de l’intérieur du feu.

34Le Targum Yerushalmi est pratiquement identique à Onqelos et ne présente que des variantes dialectales.

Rashi (Deutéronome 5,3) :

35Pas seulement avec nos pères, Dieu a conclu, etc : mais avec nous, face à face. Rabbi Berkhia dit : ainsi Moïse parla : ne dîtes pas que je vous abuse, car la parole n’est pas du genre de celle de l’intermédiaire entre le vendeur et l’acheteur, c’est l’acheteur lui-même qui parle avec vous.

Ibn Ezra :

36“Face à face” : sans intermédiaire et cela signifie qu’il s’exprime par une voix après face à face sans qu’il le craigne.

37Spinoza reprend ici les commentaires qui sont d’accord sur le fait que la voix n’est pas celle d’un intermédiaire, mais celle de Dieu en personne.

0106 5-35-622 : Exode 24

381 Et à Moïse, il dit : « Monte vers Dieu, toi et Aharon, Nadav et Avihu et les soixante-dix des anciens d’Israël et vous vous prosternerez de loin.

392 Et Moïse s’avancera seul vers Dieu et eux ils n’approcheront pas et le peuple ne montera pas avec lui. » 3 Moïse vint et raconta au peuple toutes les paroles de Dieu, et tous les jugements. Et tout le peuple répondit d’une seule voix et ils dirent : « Toutes les paroles qu’a dites Dieu, nous les ferons. » 4 Et Moïse écrivit toutes les paroles de Dieu et il se leva le matin et il construisit un autel sous le mont, et douze stèles pour les douze tribus d’Israël. 5 Et il envoya les jeunes gens des fils d’Israël et ils offrirent des holocaustes. Et ils sacrifièrent des sacrifices entiers à Dieu, des taureaux. 6 Et Moïse prit la moitié du sang et le mit dans des bassins. Et il jeta la moitié du sang sur l’autel. 7 Et il prit le livre de l’alliance et il lut aux oreilles du peuple. Et ils dirent : « Tout ce qu’a dit Dieu nous ferons et nous obéirons. » 8 Et Moïse prit le sang et le jeta sur le peuple. Et il dit : « Voici le sang de l’alliance que Dieu a conclu avec vous sur toutes ces paroles. » 9 Et ils montèrent Moïse et Aharon, Nadav et Avihu et soixante-dix des anciens d’Israël. 10 Et ils virent le Dieu d’Israël et sous ses pieds comme une œuvre en plaque de saphir et limpide comme la substance des cieux. 11 Et envers les chefs des fils d’Israël, il n’envoya pas sa main, et ils virent Dieu et ils mangèrent et burent. 12 Et Dieu dit à Moïse : « Monte vers moi, vers le mont et sois là. Et je te donnerai les tables de pierre et la loi et le précepte que j’ai écrits pour leur enseigner. » 13 Moïse et Yehoshua son serviteur se levèrent, et Moïse monta vers le mont de Dieu. 14 Et aux anciens, il dit : « Restez pour nous en cela jusqu’à ce que nous revenions vers vous. Voici Aharon et Hur avec vous, celui qui a une affaire ira vers eux. » 15 Moïse monta vers le mont et le nuage couvrit le mont. 16 La gloire de Dieu résida sur le mont Sinaï et le nuage le couvrit pendant six jours. Il appela Moïse le septième jour du milieu du nuage. 17 Et l’aspect de la gloire de Dieu était comme un feu dévorant au sommet du mont, aux yeux des enfants d’Israël. 18 Et Moïse est venu dans l’intérieur du nuage et monta vers le mont. Et Moïse fut dans le mont quarante jours et quarante nuits.

Texte princeps :

40Deinde Scriptura omnino indicare videtur Deum ipsum locutum fuisse, (quem ad finem è cœlo supra montem Sinai descendent,) & Judeos non tantum eum loquentem audivisse, sed Magnates eum etiam vidisse (vide Exodi cap.24.)

41De plus l’Ecriture semble tout à fait indiquer que Dieu lui-même a parlé (car à cette fin il était descendu du ciel sur le mont Sinaï) et non seulement les Juifs l’ont entendu parler, mais les Chefs l’ont également vu (voir Ex 24)

Targum Onqelos (Exode 24,10-11) :

42Et ils virent la cherté du Dieu d’Israël et sous le trône de sa cherté comme une œuvre de pierre précieuse et limpide comme la vision des cieux. 11 Et envers les chefs des fils d’Israël, il n’y eut pas de dommages, et ils virent la cherté de Dieu et ils furent ensemble pour leurs sacrifices qui furent acceptés comme s’ils mangeaient et buvaient.

Targum Yerushalmi (Exode 24,10-11) :

43Et les courageux et beaux Nadav et Avihu n’eurent pas de coups à ce moment, mais ils furent préservés jusqu’au huitième jour, à l’achèvement et à leur examen, et ils observèrent la cherté du Dieu d’Israël et ils furent ensemble pour leurs sacrifices qui furent acceptés avec plaisir, c’était comme s’ils mangeaient et buvaient.

Rashi (Exode 24,10-11) :

44“Et ils virent le Dieu d’Israël” : ils ont regardé et jeté un œil, ce qui les condamnaient à mort. Mais le Saint béni soit-il ne voulut pas mêler la fête de la Tora et attendit pour Nadav et Avihu l’inauguration de la Demeure et pour les vieillards jusqu’à “le peuple se plaint malignement... le feu de Dieu s’alluma contre eux et dévora la lisière du camp” (Nombres 11,1), la lisière, c’est-à-dire, les chefs. “Comme un ouvrage en brique de saphir” : il était devant eux quand ils étaient esclaves, pour qu’Israël se souviennent de son malheur qui était d’être soumis à faire des ouvrages de briques. “Comme une vision des cieux, la pureté” : quand ils furent sauvés, il y avaient devant eux de la lumière et de la joie. “Comme une vision” : comme son Targum, une vision. “La pureté” : signifie ‘qui est clair et limpide’.

45“Et envers les chefs” : ce sont Nadav, Avihu et les anciens. “Il n’envoya pas sa main” : car ils étaient destinés à être dominés par la main. “Et ils virent Dieu” : ils le contemplaient en leur cœur, de même qu’en mangeant et en buvant, c’est ce qu’indique le Midrash Tanhuma mais Onqelos n’a pas traduit ainsi. “Les chefs” signifie les grands comme “des grandeurs, je t’ai appelé” (Isaïe 41,9), “il écarta de l’esprit” (Nombres 11,25), “six coudées de grandeur” (Ezéchiel 41,8).

Ibn Ezra (Exode 24,10) :

46“Ils virent” : dans une vision prophétique, comme “j’ai vu Dieu assis sur le trône” (Isaïe 6,1). Le Gaon a dit que le saphir est blanc d’aspect, la ‘blancheur du saphir’, et qu’il n’est pas seulement rouge. La preuve en est l’usage de la langue qui double le sens par des mots différents, ainsi il est écrit “Ses nazirs étaient plus purs que la neige, plus blancs que le lait” (Lamentations 4,7), ainsi que “le corps plus rouge que les coraux, la figure était de saphir” (idem). Ainsi, si le saphir est comme le corail, et si ‘brique de saphir’ est en fait ‘blancheur du saphir’, pourquoi parle-t-on d’ouvrage, alors qu’on aurait dû parler de vision ? Car, en fait, ‘brique’ est de la racine ‘blancheur’, comme ‘l’obscurité des eaux’ (Psaume 18,12) est de la racine ‘obscurité’. La brique de saphir’ est comme ‘la pierre de saphir’ qu’Ezéchiel (1,26 et 10,1) a vu dans ses visions prophétiques et qui avait une forme de trône. Voici le sens de “comme une forme des cieux, la pureté”. C’est sous la ‘blancheur du saphir’, et il s’agit du ciel qui est comme une sorte de glace suspendue au-dessus des têtes des animaux que vit Ezéchiel. Voici qu’il est écrit “et ils virent le Dieu d’Israël” et là-bas, “c’est l’animal que j’ai vu sous le Dieu d’Israël” (Ezéchiel 10,20). Il s’agit d’une analogie, car comme elle (la brique de saphir) est sous le ciel, il est sous le trône, et tout est en dessous du Nom glorifié. “Et envers les chefs” : comme “des grandeurs” (Isaïe 41,9), et il n’est pas fait mention des Anciens afin de ne pas y inclure Nadav et ‘Avihu. “Il n’envoya pas sa main” signifie qu’ils virent le Nom glorieux et ne moururent pas comme je l’expliquerai dans le verset “car l’homme ne pourra me voir et vivre” (Exode 33,20). “Et ils mangèrent et ils burent” signifie qu’ils sont descendu joyeux du mont et qu’ils ont mangé des sacrifices pacifiques qu’avaient préparés leurs serviteurs et qu’ils burent des boissons.

47Et Rabbi Yehuda Halevi a dit que “Et ils mangèrent” signifie qu’ils durent manger malgré qu’ils eurent bénéficié de l’éclat de la Présence. Cela est rappelé à propos de Moïse qui resta quarante jours et quarante nuits sans nourriture comme il est écrit dans le passage suivant.

48Spinoza cite plusieurs fois ce chapitre. Dans le chapitre VIII, il en donne les versets 1 à 4, (n 0826-108.166.740) et les versets 4 à 7 (h 0824-108.166. 740), dans le chapitre XVII, il en cite le verset 7, (n 1701-191.282.848). Pour les commentaires, nous avons repris ceux du verset 10 de notre chapitre qui nous semblent les plus intéressants pour le texte du TTP. Pour les versets 1 à 7, il faut se reporter aux autres citations de Spinoza. Pour Rashi, le saphir a une forme de brique pour rappeler l’esclavage d’Israël en Égypte. Pour Ibn Ezra, la question est grammaticale : faut-il rattacher ce mot à la racine ‘brique’ ou à son homonyme ‘blancheur’ ? Il choisit la seconde solution qui lui permet d’établir un parallèle entre la blancheur et la pureté. Il justifie son choix par l’usage de la langue qu’il illustre par le verset des Lamentations. Pour lui, il est clair que c’est une vision qu’Israël a eu de son Dieu, vision de type prophétique qu’il compare à celles de Daniel. Pour Rashi, ils l’ont vraiment vu, ce qui entraînera leur mort. Spinoza s’en remet à l’avis d’Ibn Ezra, car il a bien indiqué précédemment qu’il faisait une distinction totale entre Moïse et les autres Prophètes : “Attamen, quia cogimur distinguere inter Prophetiam Mosis, & reliquarum Prophetarum ;”. Or si l’on accepte le commentaire de Rashi, les Anciens ont réellement vu Dieu, comme Moïse, ce sera la cause de leur perte.

0107 5-36-623 : 1 Chroniques 21

491 Et Satan se tint contre Israël et incita David à dénombrer Israël. 2 Et David dit à Joab et aux princes du peuple : « Allez compter Israël de Be’er Sheva jusqu’à Dan et rapportez vers moi et je saurai leur nombre. » 3 Et Joab dit : « Que Dieu accroisse son peuple, comme eux cent fois. Est-ce que, mon seigneur le roi, tous ne sont pas des serviteurs de mon seigneur ? Pourquoi mon seigneur demande-t-il cela ? Pourquoi serait-ce une faute pour Israël ? » 4 Et la parole du roi fut forte sur Joab. Et Joab sortit et parcourut tout Israël et vint à Jérusalem. 5 Et Joab donna le nombre du recensement du peuple à David. Et tout Israël était mille milliers et cent mille hommes tirant l’épée et Juda quatre cent soixante dix mille hommes tirant l’épée. 6 Et il ne compta pas parmi eux Levi et Benjamin, car l’ordre du roi était abominable pour Joab. 7 Et ce fut mal aux yeux de Dieu à propos de cette chose et il frappa Israël. 8 Et David dit à Dieu : « J’ai beaucoup péché par la chose que j’ai faite. Et maintenant daigne pardonner la faute de ton serviteur car j’ai été très fou. » 9 Et Dieu parla à Gad, le voyant de David pour dire : 10 « Va et tu parleras à David pour dire : ainsi a dit Dieu : trois choses je te propose, choisis-toi l’une d’elles et je te la ferai. » 11 Et Gad vint vers David et lui dit : « Ainsi a parlé Dieu : accepte pour toi. 12 Soit trois ans de famine, soit trois mois de revers de la part de tes adversaires et à la portée du glaive de tes ennemis, soit trois jours du glaive de Dieu et de peste sur la terre et l’envoyé de Dieu exterminant dans tout le territoire d’Israël. Et maintenant vois la chose que je répondrai à mon envoyeur. » 13 Et David dit à Gad : « Je suis très angoissé. Que je tombe dans la main de Dieu, car ses miséricordes sont très nombreuses, et entre les mains de l’homme je ne tomberai pas. » 14 Et Dieu donna la peste en Israël. Et d’Israël tombèrent soixante-dix mille hommes. 15 Et Dieu envoya un envoyé à Jérusalem pour l’exterminer et comme il exterminait, Dieu vit et pardonna le mal. Et il dit à l’envoyé exterminateur : « Beaucoup ! Maintenant retire ta main. » Et l’envoyé de Dieu se trouvait sur l’aire de ‘Oman le jébuséen. 16 Et David leva les yeux et vit l’envoyé de Dieu se trouvant entre la terre et le ciel et son glaive était tiré dans sa main levée contre Jérusalem. Et David tomba et les anciens étaient recouverts de sacs sur leurs faces. 17 Et David dit à Dieu : « N’est-ce pas moi qui ai dit de dénombrer le peuple et je suis celui qui a péché et qui a très mal agi. Et ceux du troupeau qu’ont-ils fait ? Dieu, mon Dieu, que ta main soit contre moi et contre la maison de mon père, et pas de fléau contre ton peuple. » 18 Et l’envoyé de Dieu dit à Gad de dire à David que David montera élever un autel à Dieu dans l’aire de Ornan le jébuséen. 19 Et David monta suivant la parole de Gad qui avait parlé au nom de Dieu. 20 Et ‘Ornan revint et vit l’envoyé. Ses quatre fils se cachèrent avec lui et Ornan battait les blés. 21 Et David vint jusqu’à Ornan. Et Ornan regarda et vit David. Et il sortit de l’aire et se prosterna devant David face contre terre. 22 Et David dit à Ornan : « Donne-moi l’endroit de l’aire et j’y construirai un autel pour Dieu. En argent comptant, donne-le moi et le fléau cessera contre le peuple. » 23 Et Ornan dit à David : « Prends-le toi et mon seigneur le roi en fera ce qui est bon à ses yeux. Vois, j’ai donné les bœufs pour les holocaustes, les traîneaux pour les bois, les blés pour l’oblation, j’ai tout donné. » 24 Et le roi David dit à Ornan : « Non, car j’achète vraiment en argent comptant, car je ne porterai pas ce qui est à toi en faisant monter un holocauste gratuit. » 25 Et David donna à Ornan sur place des sicles d’or d’un poids de six cents. 26 Et David y construisit un autel pour Dieu et il fit monter des holocaustes et des pacifiques. Et il appela Dieu et il lui répondit par le feu du ciel sur l’autel de l’holocauste. 27 Et Dieu dit à l’envoyé de remettre son glaive dans son fourreau. 28 A ce moment-là, David voyant que Dieu lui répondait dans l’aire de ‘Ornan le jébuséen, il y sacrifia. 29 Et la demeure de Dieu qu’avait faite Moïse dans le désert et l’autel de l’holocauste étaient à ce moment sur le haut-lieu de Gib‘on. 30 Et David ne put aller devant lui pour consulter Dieu car il était effrayé par le glaive de l’envoyé de Dieu.

Texte princeps :

50Quod Revelatio per solas imagines contigit, patet ex primo Paralip. cap.21. ubi Deus Davidi iram suam ostendit per Angelum, gladium manu prehendentem.

51Qu’une révélation arrive par de seules visions, cela est clair dans 1 C 21 où Dieu montre sa colère à David par un Ange tenant un glaive en main.

52Spinoza cite ici les Chroniques et non le passage parallèle dans le second livre de Samuel (ch. 24). En effet, il veut attirer l’attention du lecteur sur la vision de l’ange par David. Or dans 2 Samuel 24,17, on nous dit seulement que David a vu l’ange, alors que dans 1 Chroniques 21,16, David ‘tourne ses yeux et voit’, ce qui renforce le fait qu’il est bel et bien éveillé et non pas endormi. De plus l’image du glaive est soulignée par Spinoza et elle l’est dans le texte des Chroniques. Dans le texte de Samuel, l’ange frappe Israël, mais il n’est pas précisé comment et l’image du glaive tenu par l’ange a disparu. Nous donnerons seulement les commentaires de Rashi du verset 16 et de Radaq du verset 15 qui nous semblent les plus pertinents dans le cadre du TTP.

Rashi (1 Chroniques 21,16) :

53“Levée contre Jérusalem”.C’est ce qui est écrit : “et voici un homme qui se tient contre lui, son glaive tiré dans sa main, etc, est-ce que tu es pour nous ou pour notre malheur ? ” (Josué 5,13). Josué se tenait debout le dos face à ses adversaires. L’ange est venu face à lui c’est pourquoi il fut étonné et dit “est-ce que tu es pour nous ou pour notre malheur ?”. C’est pour nous aider car tu te tiens face à moi ou pour aider nos adversaires car tu te tiens aussi face à eux. Mais ici, comme il avait vu que le glaive de l’ange était levé contre Jérusalem, il sut de lui-même qu’il était venu frapper Israël.

Radaq (1 Chroniques 21,15) :

54“Et comme il exterminait, Dieu vit et pardonna, etc.” : il vit que beaucoup étaient morts et il pardonna le mal. Dans les paroles de nos maîtres, que leur mémoire soit une bénédiction, il vit la trace d’Isaac, il vit que dans cette même aire Abraham fit monter son fils Isaac.

0108 6-36-623 : Isaïe 6

551 L’année de la mort du roi ‘Uziyahu, je vis le Seigneur assis sur un trône élevé et altier et ses pans remplissaient le temple. 2 Des séraphins se tenaient au-dessus de lui, chacun avec six ailes, avec deux il couvrait sa face et avec deux il couvrait ses pieds et avec deux pour voler. 3 Chacun appelait l’autre et il dit : « Saint, saint, saint est Dieu des armées. Sa gloire emplit la totalité de la terre. » 4 Et les poteaux des seuils bougèrent à cause de la voix de l’appelant. Et la maison s’emplit de fumée. 5 Et je dis : « Malheur à moi, car je suis anéanti, car, moi, je suis un homme impur des lèvres, et parmi un peuple impur des lèvres, je réside. Car le roi Dieu des armées j’ai vu de mes yeux. 6 Et un des séraphins vola vers moi avec dans sa main une braise. Avec des pinces, il l’avait prise de sur l’autel. 7 Et il toucha ma bouche et dit : « Voici que ceci a touché tes lèvres. Ta faute partira et ton péché sera pardonné. » 8 Et j’entendis la voix du Seigneur disant : « Qui enverrai-je et qui ira pour nous ? » Et je dis : « Me voici, envoie-moi. » 9 Et il dit : « Va et tu diras à ce peuple : écoutez bien, et ils ne comprendront pas, voyez bien, et ils ne sauront pas. 10 Engraisse le cœur de ce peuple, alourdis ses oreilles, fais mal voir ses yeux, de peur qu’il ne voie de ses yeux et n’entende de ses oreilles et que son cœur comprenne, et qu’il ne revienne et ne soit guéri. » 11 Et je dis : « Jusqu’à quand, Seigneur ? » et il dit : « Jusqu’à ce que les villes soient désolées et sans habitants, que les maisons soient sans homme et que la terre dévastée soit désolation. 12 Et Dieu éloignera l’homme. Et grand sera l’abandon au sein du pays. 13 Et encore il y aura le dixième et de nouveau il sera consumé, comme le chêne et le térébinthe à qui dans l’abattage il reste une souche. Une race sainte est sa souche. »

Texte princeps :

56Esaie etiam (ut cap.6. narratur) representatum fuit per figuras Dei providentiam populum deserere, nempe imaginando Deum ter Sanctum in throno altissimo, & Israëlitas illuvie peccatorum inquinatos, & sterquiliniis quasi immersos, adeoque à Deo maxime distantes. A Isaïe aussi (comme il est raconté au chapitre 6) il fut représenté par des figures que la providence de Dieu abandonnait le peuple ; ainsi il imagina Dieu trois fois saint sur un trône très élevé et les Israélites souillés par l’ordure des fautes et comme immergés dans le fumier, et donc extrêmement éloignés de Dieu.

57Outre qu’il cite le chapitre d’Isaïe dans son entier, Spinoza désigne précisément par ses termes mêmes le verset 1 : sur un trône très élevé, le verset 3 : trois fois saint et le verset 12 : éloignés de Dieu. Ce sont donc le Targum et les commentaires de ces versets que nous donnons.

Targum Yonatan :

581 L’année où le roi ‘Uziya fut atteint de la lèpre, le prophète dit : « Je vis la cherté de Dieu rester sur un trône élevé et suspendu dans les cieux supérieurs et le temple était rempli de la splendeur de sa gloire. 3 Et ils recevaient jugement sur jugement et disaient : « Saint dans les hauts cieux supérieurs de la maison de sa présence, saint sur la terre faisant son courage, saint pour l’éternité des éternités des éternités est Dieu des armées. La totalité de la terre est rempli de la gloire de sa cherté. » 12 Et Dieu éloignera les hommes. Et grand sera l’abandon au sein du pays.

Rashi (Isaïe 1,1) :

Isaïe 6,1

Isaïe 6,3

Isaïe 6,12

Isaïe 1,1 :

  • 10 La Mekhilta est un Midrash concernant le livre de l’Exode avec un noyau du second siècle en Palest (...)
  • 11 Genèse Rabba est un Midrash exégétique, une anthologie de commentaires sur le livre de la Genèse, (...)

59“Vision d’Isaïe, fils d’Amots, etc” : Rabbi Levi disait que nos pères nous ont transmis une tradition selon laquelle Amots et Amatsia, roi de Juda, étaient frères, “qu’il prophétisa sur Juda et Jérusalem” : et ne prophétisa-t-il pas sur plusieurs nations, oracle sur Babylone, oracle sur Moab, apprend donc qu’il ne s’agit pas du début du livre et que cet ouvrage ne tire pas son titre de cette vision. Ainsi, nous apprenons dans une barayta de la Mekhilta10 que “l’année de la mort du roi Osias” (haïe 6,1) est le début du livre, car il n’y a ni avant, ni après dans l’ordre de la Bible. Les paroles le prouvent car le jour du tremblement de terre, jour où Osias devint lépreux (voir 2 Chroniques 26,19 à 23), il est dit “et j’entendis la voix de Dieu qui disait : qui enverrais-je et qui ira pour nous ? Et je dis : me voici, envoie-moi” (Isaïe 6,8), ceci est le début de sa mission, et cette prophétie est dite après cela, c’est seulement à son sujet qu’il est dit “qu’il prophétisa sur Juda et Jérusalem”. De même qu’il est dit à propos de l’oracle sur chaque nation : ‘oracle sur la nation une telle’, il est écrit que cette vision a été prophétisée sur Juda et Jérusalem. Du fait que ce sont des réprimandes sévères, on les appelle ‘vision’ qui est le plus dur des dix noms de la prophétie comme on nous le dit dans Genèse Rabba11. Une preuve de ce fait est “une vision pénible m’a été dite’ (Isaïe 21,2).

Isaïe 6,1

60“L’année de la mort” : quand il fut atteint de la lèpre. “Et ses pans” : comme “le bas du manteau” (Exode 28,34 ; 39,24-25-26), c’est le bas. Je l’ai vu assis sur un trône dans les deux et ses pieds était dans le Temple, l’escabeau de ses pieds était dans le Temple pour discuter avec ‘Uziya qui venait prendre la couronne de la prêtrise.

Isaïe 6,3

61“Chacun appelait l’autre” : Ils se donnaient l’autorisation l’un à l’autre de ne pas sanctifier l’Un. L’un d’eux commençait et était condamné à être brûlé sauf s’ils ouvraient tous comme un seul. C’est ce qu’a établi le créateur de la lumière sainte : tous répondent comme un seul... c’est le midrash et l’œuvre du char. Ainsi Yonatan a traduit à trois reprises “saint” dans sa paraphrase.

Isaïe 6,12

62“Et grand sera l’abandon” : le pays sera abandonné par eux d’où l’expression que les lieux abandonnés dans le pays deviendront nombreux.

Ibn Ezra (Isaïe 1,1) :

Isaïe 6,3

Isaïe 6,12

63Isaïe 6,1 : “L’année de la mort” : les anciens disaient qu’il est mort de la lèpre car quand il entra dans le Temple pour faire un sacrifice d’encens il y eut un tremblement de terre, cela est vrai également. On peut comprendre littéralement que l’année où il prophétisa, ‘Uziya mourut. “Du temps de ‘Uziya” (Isaïe 1,1) indique qu’il n’y eut que quelques mois et il s’agit du début de la prophétie d’Isaïe (6,1). “Elevé et altier” : il n’a pas décrit le trône comme l’ont dit de nombreux autres car il était au-dessus de la vision comme je l’expliquerai dans le livre d’Ezéchiel. “Et ses pans” : c’est le bas du trône car c’est l’usage des rois d’être en habits royaux sur leur trône.

Isaïe 6,3

64“Et appelait” : voici qu’il n’a pas rappelé leur nombre, certains disent deux et nombreux est exact. “Saint” : trois fois afin qu’on le dise toujours, comme lui : Temple de Dieu, Temple de Dieu, Temple de Dieu (Jérémie 7,4), pays, pays, pays (Jérémie 22,29). Saint est un attribut de Dieu et la sainteté est son être et cela ne varie pas suivant les endroits. Et Dieu lui a montré cette prophétie pour qu’il se sanctifie de l’impureté de la langue car Dieu est saint, ainsi que ses serviteurs et ses envoyés. Les armées sont les anges qui sont en haut. Bien qu’il soit très saint, sa gloire emplit la terre qui est en bas. Celui qui interprète “emplit toute la terre” comme étant ceux qui y habitent, comme on a “A Dieu la terre et son contenu” (Psaume 24,1) n’a rien dit, la preuve : la gloire de Dieu remplit toute la terre (Nombres 14,21).

Isaïe 6,12

65“Eloignera” : il les éloignera et les conduira dans un pays lointain. “Abandonné” : c’est un adjectif ou un nom d’action. D’autres encore disent que Juda aura encore dix rois avant qu’ils ne soient exilés.

Radaq (Isaïe 6,1)

Isaïe 6,3

Isaïe 6,12

66Isaïe 6,1 : “L’année de la mort du roi ‘Uziyahu” : Yonatan traduit : ‘l’année où le roi ‘Uziyahu fut atteint de la lèpre’, c’est-à-dire quand il est entré dans le temple faire une offrande d’encens, alors la lèpre fleurit sur son front. Il faut comprendre une mort véritable. D’après cette explication ce n’est pas ici le début de sa prophétie et il a vu une vision car à sa mort le peuple fit le mal comme il est dit au début du règne de Yotam, il a dit : “j’ai vu Dieu”. Il a vu dans une vision de prophétie la gloire de Dieu, car Dieu indique la gloire de Dieu. C’est ainsi que traduit Yona-tan : ‘cherté de Dieu’. Ainsi est-il dit de la gloire : “et Dieu descendit sur le mont Sinaï” (Exode 19,20) qu’Onqelos traduit également : “la cherté de Dieu se révéla”. De même Ezéchiel parle de l’image du trône et sur l’image du trône il y a comme une vision d’homme sur lui, c’est ce qui est dit : “je vis Dieu assis sur un trône élevé et altier”, en fait il est haut et altier sur le trône. Tout ceci est une vision de prophétie. Nos maîtres ont vu la difficulté de ces versets et ils dirent : il est écrit “l’homme ne pourra pas me voir et vivre” (Exode 33,20) et il est écrit “je vis Dieu”, ce n’est pas difficile, ici c’est dans un miroir clair et là c’est dans un miroir qui ne l’est pas. Nos maîtres, que leur souvenir soit une bénédiction, ont dit : ce qu’avait vu Ezéchiel, Isaïe l’a vu, Ezéchiel ressemble à un paysan qui a vu le roi et Isaïe à un prince qui a vu le roi. C’est-à-dire qu’Ezéchiel a raconté le détail des événements qui était une grande nouveauté pour lui ou pour ses semblables, mais Isaïe n’a raconté que le plus gros car il était plus serein qu’Ezéchiel et cette vision n’était pas tellement une nouveauté pour lui ou pour ses semblables qui étaient plus sereins que les semblables d’Ezéchiel. Isaïe rappelle les séraphins mais pas les bêtes. “Et ses pans” : l’expression désigne la gloire. Ainsi Yonatan traduit “et le temple était rempli de la splendeur de sa gloire”. Alors l’expression désigne le trône et “les pans” sont le bas de l’habit ou autre. La parabole désigne le temple comme le trône de la gloire. “Remplissaient le temple” : comme emplissaient, ainsi “la gloire de Dieu emplissait le tabernacle” (Exode 40,34-35).

67Le temple est la salle du Temple ou alors le Temple signifie les cieux comme “Dieu est dans le temple de sa sainteté, Dieu son trône est dans les cieux” (Psaume 11,4)

Isaïe 6,3

68“Chacun appelait l’autre et il dit” : j’ai entendu que chaque séraphin appelait l’autre et disait l’un à l’autre de manière brève. Chacun appelait son confrère ‘saint, saint’ comme s’il l’appelait ‘untel, untel’. Ils disaient ‘sanctifions le Dieu ensemble’ et ils dirent : ‘saint est Dieu des armées car il est le maître des armées d’en haut et des armées d’en bas. “Sa gloire emplit la totalité de la terre” : car il a tout créé et, pour tout, les hommes intelligents le glorifieront. Il faut donc interpréter que les trois mots portent sur la totalité. Le rappel par trois fois de ‘saint’ est en rapport avec les trois mondes : le monde supérieur qui est celui des anges et des âmes, le monde intermédiaire qui est celui des planètes et des étoiles et le monde d’en bas qui est ce monde-ci. Le plus glorieux de ce monde-ci est l’homme et il dit qu’il est plus saint, élevé et altier que les trois mondes. Dans les deux mondes ils le sanctifieront et ils l’elèveront par leur prière, de même l’homme dans le monde d’en bas. Yonatan a traduit : “saint dans les hauts deux supérieurs de la maison de sa présence, saint sur la terre faisant son courage, saint pour l’éternité des éternités des éternités”. Il a inclus tous les supérieurs en un seul, ensuite il a rappelé en disant ainsi ‘la terre’ qui est le monde d’en bas, puis ce qu’il a dit : “saint pour l’éternité des éternités des éternités”, veut dire pour un très long temps, ainsi fut-il, ainsi sera-ce pour l’éternité. Ainsi Onqelos a traduit “Dieu régnera pour l’éternité” (Exode 15,18) : “Dieu, sa royauté existe pour l’éternité des éternités des éternités". Le sage Khazar a écrit ceci : ‘saint’ est l’expression du fait qu’il est sanctifié et élevé afin qu’aucune plainte d’une communauté des communautés des créatures ne lui arrive, si c’était le cas, ce serait une faute, c’est pourquoi Isaïe a entendu ‘saint, saint, saint’. Cela signifie qu’il est sanctifié et élevé afin que l’impureté du peuple parmi lequel siège sa gloire ne puisse jamais l’atteindre et ainsi il le vit sur un trône élevé et altier.

Isaïe 6,12

69“Et Dieu éloignera” : afin que tu ne puisses pas dire qu’ils seront exilés dans un lieu proche et qu’ils reviendront dans leur pays. Ce n’est pas ainsi car il éloignera la nation aux confins de la terre comme les dix tribus qui ont été exilées à Helah et à Habur (2 Rois 17,6) et Juda et Benjamin à Babel. Ainsi il dit dans la prophétie d’Amos : “et je vous exilerai au-delà de Damas” (Amos 5,27), c’est-à-dire ne pensez pas que vous serez exilés dans un lieu proche de votre pays comme Damas, mais bien très loin de Damas. Ce qu’il dit à l’homme, il ne le dit pas sur la totalité du genre, comme “j’anéantirai l’homme” (Genèse 6,7), mais sur Israël, ainsi “et le cadavre de l’homme tombera” (Jérémie 9,21). “L’abandon” : c’est un nom du paradigme ‘royauté’, c’est-à-dire l’abandon par lequel la terre vous abandonnera. “Sera grand” : c’est-à-dire un temps très long.

70Il faut ici signaler l’erreur de la traduction du TTP de la Pléiade : “A Esaïe (comme nous le raconterons en notre chapitre VI)”, alors qu’en fait il s’agit du chapitre 6 du livre d’Isaïe et non de celui du TTP. Le livre d’Isaïe y est effectivement cité deux fois : 0622 79-130-708 (Isaïe 13) et 0623 80-131-708 : Isaïe 48,21. Mais dans ces deux cas, il ne s’agit que de la prédiction de la victoire ou de la défaite dans une bataille, il n’y alors aucune figure de l’imagination. Le chapitre 6 d’Isaïe débute en disant explicitement que le Prophète a vu Dieu assis sur son trône élevé.

71Une autre raison, plus formelle, a conduit le choix de Spinoza. Tant Rashi qu’Ibn Ezra rapportent d’après des sources anciennes que le début du livre d’Isaïe se situe au chapitre 6 et que les premiers chapitres ne sont pas à leur place. En passant, il faut remarquer que la tradition indique l’origine royale d’Isaïe, Spinoza sera très attentif à l’origine sociale des prophètes. Il cite une seconde fois ce chapitre, voir n*0156-13.43.631.

0109 6-36-624 : Nombres 12,6 à 8

726 Et il dit : « Ecoutez, s’il vous plaît, mes paroles. S’il est votre prophète, moi, Dieu, dans une vision je me révèlerais à lui, dans un songe je lui parlerais. 7 Moïse, mon serviteur, n’est pas ainsi. De toute ma maison il est le plus fidèle. 8 Bouche à bouche je lui parle et par vision et non par énigmes et il regarde l’image de Dieu. Et pourquoi n’avez-vous pas craint de parler contre mon serviteur, contre Moïse ? »

Texte princeps :

Si aliquis vestri Propheta Dei erit, in visione ei revelabor in somnis loquor ipsi, Verum Mosi non sic ore ad os loquor ipsi, & visione, sed non œnigmatis, & imaginem Dei aspicit, si quelqu’un est votre Prophète de Dieu, dans une vision à lui je me révèlerai en songe je lui parlerai Mais pour Moïse ce n’est pas ainsi de bouche à bouche je parle à lui et dans une vision et non par énigmes et l’image de Dieu il voit,

Targum Onqelos :

736 Et il dit : « Ecoutez maintenant mes paroles. Si vous aviez des prophètes, moi, Dieu, dans des visions je me révèlerais à eux, dans des songes je parlerais avec eux. 7 Moïse, mon serviteur, n’est pas ainsi. De toute ma maison il est le plus fidèle. 8 Parole à parole je parle avec lui, par vision et non par énigmes et il regarde l’image de la cherté de Dieu. Et pourquoi n’avez-vous pas craint de parler contre mon serviteur, contre Moïse ? »

Targum Yerushalmi :

746 Et il dit : « Ecoutez en priant mes paroles jusqu’à ce que je proclame qu’il n’y aura pas de prophètes qui se lèvera dans les jours de l’éternité à qui il sera dit à chacun comme il sera dit à Moïse, la parole de Dieu leur sera révélée en vision, dans des songes je parlerais avec eux. 7 La voie de Moïse, mon serviteur, n’est pas ainsi. De toute la maison d’Israël, il m’est le plus fidèle. 8 Parole à parole j’ai parlé avec lui qui est distingué de l’usage du tenant, par vision et non par secrets je me suis révélé à lui dans le buisson ardent et il a vu l’image de l’arrière de ma présence. Et pourquoi n’avez-vous pas craint de dire de tels mots contre mon serviteur, contre Moïse ? »

Rashi :

75“Ecoutez, s’il vous plaît, mes paroles” : tout les ‘s’il vous plaît’ sont l’expression d’une demande. “S’il est votre prophète” : si vous avez des prophètes, “moi, Dieu, je me révélerais à lui par une vision” : la présence de mon Nom ne lui sera pas découverte dans un cristal brillant, mais dans un rêve et une vision, “bouche à bouche” : je lui ai dit de se séparer de la femme, et c’est dans le Sinaï que je lui ai dit : “va dis-leur : retournez à vos tentes ! , et, toi, tiens-toi ici avec moi.” (Deutéronome 5,26-27 ou 29-30). “en vision et non par énigmes” : c’est la vision d’une révélation. Je lui explique ma révélation par l’apparence qu’elle a et je ne la lui cache pas comme dans ce qui est dit à Ezéchiel : “compose une énigme, etc” (Ezéchiel 17,2). La vision appartient à la Présence, cela est enseigné par “tu ne pourras pas voir ma face” (Exode 33,20). “il regarde l’image de Dieu” c’est la vision du dos comme on nous dit : “et tu verras mon dos” (Exode 33,23).

Ibn Ezra :

76“Ecoutez, s’il vous plaît” : comme ‘maintenant’. “Votre prophète” : celui d’entre vous qui sera le prophète de Dieu. “Dans une vision” : cela signifie que votre prophète est un prophète de Dieu, comme dans “la prophétie, Oded le prophète” (2 Chroniques 15,8), “la tente de Sarah, sa mère” (Genèse 24,67), “ton trône, Dieu, à jamais” (Psaume 45,7). “Dans une vision” : des visions nocturnes, “dans un rêve, je lui parlerai” : redondance, à la manière des prophéties, “de toute ma maison, il est le plus fidèle” : cela a le même sens que le fils qui entre sans autorisation, s’il le doit, il dira ses besoins, et vous quand je me révèlerai à vous en rêve, apprenez-le, sinon vous n’êtes pas autorisés à demander, “bouche à bouche, je parle en lui” : cela signifie sans intermédiaire, “en vision et non par énigmes” : cela signifie que je lui montrerai la parole comme si elle avait la forme de la résidence, “et non par énigmes” : comme ‘le grand aigle’ (Ezéchiel 17,3). “et l’image de Dieu, il regarde” : cela a le même sens que dans “Fais-moi donc voir ta Gloire” (Exode 33,18) ou bien qu’il “se rassasie” (Psaume 17,15).

Ramban :

  • 12 Sifré est un recueil de Midrash sur les livres des Nombres et du Deutéronome. Cette citation est r (...)

77“S’il est votre prophète” : si vous avez un prophète, d’après Onqelos, Rabbi Abraham prétend que le sens de “s’il est votre prophète” est comme dans “la prophétie, Oded le prophète” (2 Chroniques 15,8), et il a raison. Cela signifie que même si votre prophète est un prophète de Dieu, il ne prophétise pas par mon grand nom, mais seulement par une vision ou par des énigmes et il rappelle que nombre des prophètes n’atteindront pas cela, mais seront des prophètes par l’esprit saint, c’est ce que dit : “l’esprit de Dieu m’a parlé” (2 Samuel 23,2) et il s’agit de l’instrument de Dieu dont on parle dans Ezéchiel et qui devient clair dans les paroles de Zacharie. “Par une vision, je me révélerai à lui” : le verset ne dit pas je me montrerai’ mais il dit je me révélerai’. Or on a le verset “et je me suis montré à Abraham, Isaac et Jacob en Dieu Shaday” (Exode 6,3). On dira que le grand nom sera dans la vision et que sa révélation au prophète ne sera pas par son grand nom comme il est dit : “et mon nom, Dieu, je leur ai pas fait savoir” (Exode 6,3). Et il dit que la parole sera dans un rêve. “Et il n’est pas ainsi mon serviteur, Moïse, car dans toute ma maison” dans laquelle les prophètes verront en rêve, “il est le plus fidèle” et il sait par lui-même toutes les sciences. De bouche à bouche il aura la parole et il contemplera l’image, il ne la verra pas en rêve. C’est la langue de Sifré : “l’image de Dieu il contemplera, c’est la vision de son arrière”12, de là le verset enseigne la différence entre la prophétie de Moïse et celle des autres de sa génération. Il a déjà rappelé ceci sur ses prédécesseurs : “et je me suis montré à Abraham, etc” (Exode 6,3), comme il l’explique et il le rappellera à la fin du Pentateuque pour ceux qui le suivront : “et il ne s’est plus levé de prophète en Israël comme Moïse que Dieu a connu face à face” (Deutéronome 34,10), et les sujets sont dans une langue similaire. Tu ne peux pas objecter par ce qui est dit de Samuel qui est comparé à Moïse, comme il est écrit : ‘quand Moïse et Samuel se tiennent devant moi, je n’ai rien envers ce peuple’, parce qu’ils ont rappelé le peuple, nos maîtres les ont considérés comme ayant fait une grande action mais ils n’ont pas comparé leur prophétie, Dieu leur en soit gré, et le sujet de ce passage mentionne Moïse qui, devant son interlocuteur, a intercédé pour qu’il revienne sur l’explosion de sa colère des cieux tant pour le veau que pour les explorateurs qui méritaient l’anéantissement et il mentionne Samuel à cause de ce passage sur les sécheresses qui avaient besoin de pluie et il dit : “Parmi les vanités des peuples, y en a-t-il qui fassent pleuvoir, etc (Jérémie 14,22). Et le nom dit que si Samuel fait tenir devant lui celui qui fait pleuvoir quand ce n’est pas le moment, pendant les moissons de blé, il ne l’écoutera pas pour faire pleuvoir au moment de leur désarroi. Et voici qu’il mentionne les grands de la tribu que le nom a choisi pour le servir et bénir son nom, priant pour Israël. Ainsi est le sens de ce qui est dit : “Moïse et Aharon par ses prêtres, et Samuel par ceux qui appellent son nom, etc” (Psaume 99,6)

vision bamar’a, umar’e. CGLH.

0110 6-36-624 : Exode 33,17

78Et Dieu dit à Moïse : « aussi cette parole que tu as dite, je la ferai, car tu as trouvé grâce à mes yeux et je t’ai connu de nom. »

Texte princeps :

Si aliquis vestri Propheta Dei erit, in visione ei revelabor in somnis loquor ipsi, Verum Mosi non sic ore ad os loquor ipsi, & visione, sed non œnigmatis, & imaginem Dei aspicit, si quelqu’un est votre Prophète de Dieu, dans une vision à lui je me révèlerai en songe je lui parlerai Mais pour Moïse ce n’est pas ainsi de bouche à bouche je parle à lui et dans une vision et non par énigmes et l’image de Dieu il voit,

Targum Onqelos :

79Et Dieu dit à Moïse : « aussi cette parole que tu as dite, je la ferai, car tu as trouvé miséricorde devant moi et je t’ai grandi de nom. »

Targum Yerushalmi :

80Et Dieu dit à Moïse : « aussi cette parole que tu as dite, je la ferai, car tu as trouvé miséricorde devant moi et je t’ai assigné d’un bon nom. »

Rashi :

81“Aussi cette parole-ci” : pour que ma Présence ne demeure plus sur les nations du monde, je ferai, les paroles de Bilam ne viennent pas du campement de la Présence, mais tombent devant les yeux comme dans “à moi, la parole fut furtive” (Job 4,12) il faut comprendre que la parole est émise par un envoyé.

Ramban :

82“Aussi cette parole que tu as dite, je la ferai” : peut-être y a-t-il eu cette volonté à la fin des seconds quarante jours. D’après l’avis de nos maîtres quand le Saint, béni soit-il, m’a agréé et a dit : “taille-toi deux tables de pierre comme les premières” (Exode 34,1 ; Deutéronome 10,1).

Rashbam :

83“Aussi cette parole que tu as dite ” : je dois être extraordinaire et apparaître comme un grand juge sur eux outre la marche que j’ai faite avec eux car j’ai déjà été agréé par toi et c’est le rayonnement du visage sur lequel il est écrit devant nous : “devant tout ton peuple je ferai des miracles” (Exode 34,10) et tout est comme c’est expliqué là-bas.

84L’édition princeps du TTP indique bien Exode 33,17. La Pléiade corrige en 33,11 en ajoutant la note explicative suivante : car Spinoza, dans une intention qu’il est permis de soupçonner, n’a lui-même pas cherché à accommoder le texte biblique. Il n’y a rien à accommoder ou à soupçonner si l’on retient la citation faite par Spinoza lui-même. Ibn Ezra n’a pas laissé de commentaire sur ce verset. Spinoza cite à de nombreuses reprises ce chapitre de l’Exode : en entier (n 0112-6.37.624), versets 2 et 3 (n 0248-26.61.647), verset 10 (n 0707-102.157.733), verset 16 (n 0249-26.61.647 et H 0333-39.78.661), verset 18 (n 0247-26.60.646) et verset 20 (H 0247*-26. 60.646). Dans ce verset 17, l’essentiel est que Dieu connaît Moïse ‘par son nom’, ceci indiquant le rapport qu’entretient Dieu avec Moïse d’après la Bible. La correction en Exode 33,11 est basée sur la présence de l’expression ‘face à face’, mais Spinoza précise ce fait par la citation suivante, donc cette correction n’est nullement nécessaire. De plus le verset 17 est en style direct, à la première personne, alors que le verset 11 utilise le style indirect du récit.

0111 6-37-624 : Deutéronome 34,10

85Et il ne s’est plus levé de prophète en Israël comme Moïse que Dieu a connu face à face.

Texte princeps :

non constitit, unquam Israèli propheta sicut Moses, quem Deus noverit de facie ad faciem ; et il n’y eut jamais de prophète en Israël qui comme Moïse connût Dieu face à face,

Targum Onqelos :

86Et il ne s’est plus levé de prophète en Israël comme Moïse à qui Dieu s’est révélé face à face.

Targum Yerushalmi :

87Et il ne s’est pas levé de nouveau de prophète en Israël comme Moïse car il était sage du commandement de Dieu, parole face à parole.

Rashi :

88“que Dieu a connu face à face” : dont le cœur était en lui et il lui parlait chaque fois qu’il le voulait comme dans l’histoire de “et maintenant je monterai vers Dieu” (Exode 32,30) “restez et j’entendrai ce que Dieu ordonnera pour vous” (Nombres 9,8).

Ibn Ezra :

  • 13 Voir le commentaire d’ibn Ezra de Deutéronome 5,4 (0105 4-34-621).

89“face à face ” : je l’ai expliqué.13

Ramban :

  • 14 Dans Deutéronome 34,10, le verbe a un pronom personnel affixe rappelant l’antécédent du relatif, a (...)
  • 15 Ce sont des formes du verbe ‘connaître’ avec un pronom personnel affixe.

90“Que Dieu a connu face à face” : dont le cœur était en lui et il lui parlait chaque fois qu’il le voulait comme dans l’histoire où il est dit : “et maintenant je monterai vers Dieu” (Exode 32,30) “restez et j’entendrai ce que Dieu ordonnera pour vous” (Nombres 9,8). C’est le langage de Rashi. Ce n’est pas exact car il aurait dit ‘que Dieu a connu14 face à face’, mais ce serait des formes du type15 de “et je t’ai connu de nom” (Exode 33,17). “Toi tu as dit je t’ai connu de nom” (Exode 33,12), il dira “et il ne s’est plus levé de prophète en Israël comme Moïse que” Dieu a grandi pour qu’il soit envers lui face à face en parole. Ainsi “qu’est-ce que l’homme que tu le connaisse” (Psaume 144,3) c’est que tu lui fasse l’honneur de lui prêter attention comme “qu’est-ce que l’homme pour que tu le grandisse” (Job 7,17). Il est possible qu’il s’agisse de deux personnes qui se voient face à face et qui se connaissent l’un l’autre dans cette vision. Il dit “il l’a connu face à face” car il n’a pas voulu rappeler qu’il connaissait Moïse ainsi à cause de la gloire d’en haut. Ne te trompe pas car ce qu’il dit est à la gloire de Moïse que “Dieu l’a connu face à face” et il dit “et Dieu parla à Moïse face à face” (Exode 33,11) et sur tout Israël il est dit également “face à face, Dieu a parlé avec vous” (Deutéronome 5,4), car là-bas il a parlé de l’intérieur du feu pour dire qu’ils ont entendu sa voix de l’intérieur du feu seulement et ils n’ont pas vu la face. Ainsi s’explique “et sur la terre, il t’a fait voir son grand feu et tu as entendu ses paroles de l’intérieur du feu” (Deutéronome 4,36). C’est la vérité que “Dieu l’a connu face à face” afin qu’il lui soit fidèle au moment où l’esprit viendrait sur notre maître Moïse. Ainsi fut-ce lors du don de la Loi mais ils n’accédèrent qu’à sa voix de l’intérieur du feu. Voici que l’intelligence comprend que les visions prophétiques de Moïse sont comme le jour du don de la Loi et sur les autres prophètes il y eut la main de Dieu. Comprend cela.

91Spinoza insiste maintenant sur le face à face. Ce qui relie cette citation à la précédente est bien sûr le verbe ‘connaître’ désignant la relation entre Dieu et Moïse en opposition avec la relation divine avec les autres prophètes. Dieu connaît donc Moïse par ‘son nom’ et ‘face à face’. Spinoza cite deux autres fois ce verset : I 0813* 107.165.738 et I 0814* 107.165.738.

0112 6-37-624 : Exode 33

921 Et Dieu dit à Moïse : « Va, monte d’ici, toi et le peuple que tu as fait monter du pays d’Égypte vers le pays que j’ai promis à Abraham, à Isaac et à Jacob, disant : je le donnerai à ta semence. 2 Et j’enverrai devant toi un messager et je chasserai le Cananéen, l’Amoréen, et le Hitéen, et le Perizéen, le Hiwéen et le Jébuséen. 3 Vers le pays coulant de lait et de miel. Car je ne monterai pas en ton sein car tu es un peuple à la nuque raide, sinon je te dévorerai en chemin. » 4 Et le peuple entendit cette mauvaise parole et se mit en deuil et personne ne mit ses ornements sur lui. 5 Et Dieu dit à Moïse : « Dis aux fils d’Israël : vous êtes un peuple à la nuque raide. En un instant je monterai en ton sein et je t’anéantirai. Et maintenant, ôte tes ornements de sur toi et je saurai ce que je te ferai. » 6 Et les fils d’Israël se dépouillèrent de leurs ornements depuis le mont Horev. 7 Et Moïse prit la tente et la planta hors du camp, loin du camp et l’appela la tente d’assignation. Et tout celui qui demandait Dieu sortait vers la tente d’assignation qui était hors du camp. 8 Et à la sortie de Moïse vers la tente, tout le peuple se levait et chacun se tenait à l’entrée de sa tente. Ils regardaient après Moïse jusqu’à son arrivée à la tente. 9 Et à l’arrivée de Moïse à la tente, la colonne de nuée descendait et se tenait à l’entrée de la tente et il parlait avec Moïse. 10 Et tout le peuple voyait la colonne de nuée se tenant à l’entrée de la tente. Et tout le peuple se leva et se prosterna, chacun devant l’entrée de sa tente. 11 Et Dieu parla à Moïse face à face comme parlerait un homme à son prochain. Et il retourna au camp et son jeune serviteur, Josué, fils de Nun, ne quittait pas l’intérieur de la tente. 12 Et Moïse dit à Dieu : « Vois, tu me dis : fais monter ce peuple. Et tu ne m’as pas fait savoir qui tu enverras avec moi. Et tu as dit : je t’ai connu de nom et aussi : tu as trouvé grâce à mes yeux. 13 Et maintenant, s’il te plaît, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, fais-moi connaître tes voies et je te connaîtrai afin que je trouve grâce à tes yeux. Et vois, c’est ton peuple, cette nation. » 14 Et il dit : « Ma face ira et je te ferai reposer. » 15 Et il lui dit : « Si ta face ne vient pas, tu ne nous feras pas monter d’ici. 16 Et comment sera-t-il donc avéré que j’ai trouvé grâce à tes yeux sinon dans ta marche avec nous. Moi et ton peuple, nous serons distingués de tous les peuples qui sont sur la surface de la terre. » 17 Et Dieu dit à Moïse : « aussi cette parole que tu as dite, je la ferai, car tu as trouvé grâce à mes yeux et je t’ai connu de nom. » 18 Et il dit : « Montre-moi donc ta gloire. » 19 Et il dit : « Moi, je ferai passer toute ma bonté sur ton visage et je proclamerai le nom de Dieu devant toi. Et je ferai grâce à celui à qui je ferai grâce et je serai miséricordieux pour qui je serai miséricordieux. » 20 Et il dit : « Tu ne pourras voir ma face car l’homme ne pourra me voir et vivre. » 21 Et Dieu dit : « Voici une place avec moi et tu te tiendras sur le rocher. 22 Et au passage de ma gloire, je te mettrai dans le creux du rocher et je te couvrirai de ma main sur toi jusqu’à mon passage. 23 Et je retirerai ma main et tu verras mon arrière et ma face ne sera pas vue. »

Texte princeps :

non constitit, unquam Israëli propheta sicut Moses, quem Deus noverit de facie ad faciem ; et il n’y eut jamais de prophète en Israël qui comme Moïse connût Dieu face à face,

93Spinoza donne ici tout le contexte qui permet d’asseoir ses assertions sur le lien unissant Dieu et Moïse. Spinoza cite à de nombreuses reprises ce chapitre de l’Exode (voir citation n 0110 et le renvoi aux autres citations) examinant point par point le texte qui l’intéresse.

0113 7-38-625 : Psaume 135,17

94Elles ont des oreilles et n’entendent pas. Il n’y a pas même de souffle dans leurs bouches.

Texte princeps :

etiam non est Spiritus in ore suo.aussi il n’y a pas d’esprit dans leur bouche.

Targum :

95Elles ont des oreilles et n’obéissent pas. Il n’y a pas de souffle de vie dans leurs bouches.

Rashi :

comme étant le souffle du nez, ce a ici la voyelle patah, alors que “ils ont un nez et ils ne sentent pas” (Psaume 115,6) a la voyelle qamats.

Ibn Ezra :

96Ensuite il rappelle le sens de la vue, ainsi que l’ouïe, qui sont les sens les plus importants, et il a délaissé les trois autres sens. “Il n’y a pas même de souffle dans leurs bouches” indique le souffle qui est un élément commun à l’homme, à la bête, à l’oiseau, à tout sensible. C’est la base des sensations, et l’herbe est le moins sensible de tous, “dans leurs bouches” indique que le souffle entre par la bouche, puis ce souffle reste dans le cœur, et en sortant du cœur, il passe par la bouche, c’est pourquoi il est dit “dans leurs bouches”.

’Af 16esprit, ruah. ha-litus,

0114 7-38-625 : 1 Samuel 30,12

97Et ils lui donnèrent une tranche de gâteau de figues et deux de raisins secs et il mangea et son esprit revint en lui. Car il n’avait pas mangé de pain et il n’avait pas bu d’eau trois jours et trois nuits.

Texte princeps :

rediit ei Spiritus, et revint en lui l’Esprit,

Targum Yonatan :

98Et ils lui donnèrent une mesure de gâteau de figues et deux de raisins secs et il mangea et son esprit revint en lui. Car il n’avait pas mangé de pain et il n’avait pas bu d’eau trois jours et trois nuits.

Radaq :

99“Une tranche de gâteau de figues” : un morceau de gâteau de figues.

100Spinoza cite un exemple où le mot ruah prend le sens de respiration et non plus seulement de l’air qui sort de la bouche. Les commentateurs traditionnels n’apportent pas de précisions. Sur cette analyse du mot ruah, Spinoza suit en partie l’entrée de ce mot dans le Lexicon Hebraicum et Chaldaicum édité à Bâle en 1607 par Johannes Buxtorf l’Ancien (1564-1629).

0115 8-38-626 : Josué 2,11

101Et nous avons entendu et notre cœur a fondu, et l’esprit ne se leva plus ensuite chez personne face à vous. Car Dieu, votre Dieu est Dieu dans les cieux d’en haut et sur la terre d’en bas.

Texte princeps :

nec constitit postea Spiritus in ullo viro.l’Esprit ne se leva plus ensuite dans aucun homme.

Targum Yonatan :

102Et nous avons entendu et notre cœur a fondu, et l’esprit ne resta plus ensuite chez personne face à vous. Car Dieu, votre Dieu est Dieu dont la présence est dans les cieux d’en haut et règne sur la terre d’en bas.

Rashi :

103“le souffle ne demeurera en aucun homme” : même pour coucher avec une femme. On dit que tu n’as ni prince, ni chef qui ne soit allé chez Rahav, la prostituée, et elle était âgée de dix ans quand Israël sortit d’Égypte et elle s’est prostituée pendant la totalité des quarante ans.

Ralbag :

104“car Dieu, votre Dieu, est Dieu” : c’est pourquoi il dirige tout, tout ce qu’il désire, celui qui sera dans sa bataille vaincra, il ne sera pas défait dans son combat avec Israël, ou il les vaincra.

Radaq :

105“et notre cœur a entendu et a fondu, et ne demeurera” : car l’homme qui a peur reste comme si son souffle était tombé comme dans “le cœur de l’homme ne tombera pas à cause de lui” (1 Samuel 17,32). Yonatan a traduit par “ne demeurera et ne restera”.

106Le commentaire de Rashi nous rappelle que ce verset fait partie du discours de Rahav, la prostituée de Jéricho qui cacha les espions de Josué pourchassés par le roi de la ville. Le commentaire de Ralbag ne se rapporte pas au mot ruah. Radaq indique que l’homme qui a peur a le souffle coupé, ce qui ne surprend pas. L’appel au Targum de Yonatan montre l’insistance sur la présence de la respiration. Spinoza passe donc du souffle, dans la citation précédente, à la respiration comme sens du mot ruah.

0116 8-38-626 : Ezéchiel 2,2

107Et un esprit est venu en moi lorsqu’il me parla et me fit tenir sur mes pieds. Et j’entendis celui qui s’entretenait avec moi.

Texte princeps :

& venit in me Spiritus qui mefacit instare pedibus meis.et est venu en moi un Esprit qui m’a fait me lever sur mes pieds.

Targum Yonatan :

108Et un esprit est arrivé en moi lorsqu’il parla avec moi et me fit tenir sur mes pieds. Et j’entendis celui qui s’entretenait avec moi.

Rashi :

109“celui qui s’entretenait avec moi” : celui qui s’entretenait avec moi et c’est un grand honneur d’écrire ‘s’entretenir avec celui qui est en haut’. Car celui qui dit ‘s’entretenir’ signifie comme l’homme qui parle à son compagnon, il se tourne vers lui, face à face. Et celui qui dit ‘s’entretenir’ indique que la Présence s’entretient elle-même et en personne et ses destinataires l’entendent. ‘Pourparler’ en langue étrangère (c’est-à-dire en français).

Radaq :

110“un esprit entra en moi, comme il m’avait dit” : quand il parla avec moi, un esprit vint en moi qui me renforça et me fit tenir sur mes jambes, “s’entretint” : de la forme pronominale, son sens est ‘s’entretenir’.

111Rashi et Radaq s’intéressent à la différence entre la forme intensive normale, ‘parler’, et la forme pronominale très rare, ‘se parler’. Chez Rashi, la langue étrangère n’est autre que l’ancien français du Nord. Radaq précise, pour sa part, le sens du mot esprit qui est lié, pour lui au renforcement. Spinoza continue sur cette voie et il le fait de manière très précise en supprimant de sa citation en hébreu les termes superflus : “comme il m’avait dit”. Il faut remarquer aussi sa traduction latine qui n’est qu’un mot à mot de l’hébreu.

0117 8-38-626 : Job 32,8

112Certes un esprit est dans l’homme et le souffle de Shaddaï les rend intelligents.

Texte princeps :

certe ipsa Spiritus est in homine, certes l’Esprit même est dans l’homme,

Targum :

113En vérité un esprit de prophétie est dans l’homme et la parole de Shaddaï les rend intelligents.

Rashi :

114“certes, cet esprit est dans l’homme” : c’est la sagesse qui ne s’acquiert pas par l’âge et la vieillesse, mais qui est un esprit de Dieu.

115Spinoza reprend mot pour mot le commentaire de Rashi, il le suit fidèlement : hoc est, scientia non prœcise apud senes est quœrenda. Spinoza n’invente donc rien, mais, bien au contraire, il suit la tradition, quand elle lui semble fondée.

0118 8-38-626 : Nombres 27, 18

116Et Dieu dit à Moïse : « Prends-toi Josué, fils de Nun, homme en qui est l’esprit. Et tu imposeras ta main sur lui. »

Texte princeps :

vir,in quo est Spiritus.un homme en qui est l’Esprit.

Targum Onqelos :

117Et Dieu dit à Moïse : « Prends-toi Josué, fils de Nun, homme en qui est l’esprit de prophétie. Et tu imposeras ta main sur lui. »

Targum Yerushalmi :

118Et Dieu dit à Moïse : « Prends-toi Josué, fils de Nun, homme sur qui demeure l’esprit de prophétie de devant Dieu. Et tu imposeras ta main sur lui. »

Rashi :

119“un homme en qui est l’esprit” : comme tu l’as demandé, qui puisse aller contre l’esprit de chacun.

Ibn Ezra :

120“un homme en qui est l’esprit” : et tout homme vivant a un souffle, et ici le sens est comme dans “prends courage et sois un homme” (1 Rois 2,2).

121Spinoza, en citant ce verset, reprend le commentaire d’Ibn Ezra qui indique que ce souffle est celui de la force, du courage, ce qui constitue bien une analogie au sens précédent, clairement établie par le commentaire.

0119 8-38-626 : Nombres 14,24

122Et mon serviteur Kaleb, parce qu’un autre esprit était avec lui et parce qu’il était plein après moi, je l’amènerai vers le pays là où il est venu et sa semence le possèdera.

Texte princeps :

quoniam ipsi alius fuit Spiritus, parce qu’il eût un autre Esprit,

Targum Onqelos :

123Et mon serviteur Kaleb est parti en ayant un autre esprit avec lui et il était plein de ma crainte, je l’amènerai vers le pays là où il est venu et ses fils le chasseront.

Targum Yerushalmi :

124Et mon serviteur Kaleb est parti en ayant un autre esprit avec lui et il était plein de ma crainte, je l’amènerai vers le pays là où il est venu et ses fils en hériteront.

Rashi :

125“Un autre esprit” : il existe deux esprits, l’un dans le cœur, l’autre dans la bouche. Il a dit aux explorateurs : je suis avec vous dans l’intention. Et son cœur était enclin à dire la vérité, c’est pour cela qu’il eut la force de les faire taire, comme il est dit : “Kaleb fit taire” (Nombres 13,30), car ils étaient convaincus qu’il dirait comme eux, c’est ce qui est dit dans le livre de Josué : “et je lui rendis compte de la parole qui était dans mon cœur” (Josué 14,7), et non de celle qui était sur ma bouche. “Il était plein après moi” : et il remplissait son cœur après moi, c’est un passage abrégé. “Où il est allé” : Hébron lui sera donnée. “Le possédera” : comme sa traduction ‘ils le chasseront’, ils chasseront les géants et le peuple qui y est et il ne faut pas traduire ‘ils chasseront’ sinon à la place de ‘ils hériteront’ en hébreu.

Ibn Ezra :

126“Et mon serviteur Kaleb” : il l’a rappelé seul à cause de “et il fit taire” (Nombres 13,30), les Lévites et les prêtres ne sont pas compris dans le serment car il n’avaient envoyé aucun de leur chef en exploration. Et encore “dans tous vos nombres, dans tout votre compte” (Nombres 14,29) bien que les prêtres et les Lévites soient nombreux. “Un autre esprit” : en rapport avec les explorateurs. “Et il était plein après moi” : il était avide de mes paroles et il était plein de l’idée que la terre était très bonne, et il n’y a pas de médisance.

Ramban :

127“Et mon serviteur Kaleb” : il n’a pas rappelé Josué car il a expliqué à Kaleb que sa récompense serait d’hériter de la terre là où il était venu. La récompense de Josué, ce n’était pas le moment de l’expliquer, car il remplacera Moïse. Le texte a avancé Kaleb, fils de Yefuné, et Josué, fils de Nun, car ce premier a devancé et s’est disputé avec les explorateurs : “et il fit taire” (Nombres 13,30), mais Moïse dit : “Kaleb, fils de Yefuné, et Josué, fils de Nun, étaient de ces gens” (Nombres 14,38). Le degré de Josué est plus élevé en sagesse car Moïse et Aharon sont tombés “sur leur faces devant l’assemblée de la communauté des fils d’Israël” (Nombres 14,5) pour l’implorer. Le passage est ici aussi pour Aharon et l’ordre est à Moïse de leur dire que c’est l’essentiel dans la prophétie.

128Rashi renvoie le mot ruah à son sens de ‘force’, vu précédemment. Spinoza ne le suit pas ici sur l’interprétation des deux esprits, celui du cœur et celui de la bouche. Rashi rapporte l’opposition de Kaleb aux autres explorateurs. De même, Ibn Ezra nous rappelle que Kaleb avait un avis différent de celui des autres explorateurs venus témoigner de ce qu’ils avaient vu en Canaan. Pour eux, il était impossible de vaincre les peuples puissants qui y habitaient. Kaleb était d’un autre avis (voir Nombres 13,30). Spinoza reprend ici ce commentaire où le mot ruah est nécessairement synonyme d’avis dans le contexte.

0120 8-38-626 : Proverbes 1,23

129Vous reviendrez de ma réprimande et voici, je vous exprimerai mon esprit. Je vous ferai connaître mes paroles.

Texte princeps :

eloquar vobis Spiritum meum.je vous dirai mon Esprit

Targum :

130Vous reviendrez de ma réprimande et je vous exprimerai mon esprit, et je vous ferai connaître mes paroles.

Ibn Ezra :

131“Vous reviendrez” : quand reviendrez-vous pour écouter ma réprimande, “je déverserai” : dérivé de “un torrent qui se déverse” (Proverbes 18,4).

Ralbag :

132“je vous déverserai mon esprit” : de la racine ‘déversement’, cela signifie que je vous ferai sortir ma volonté, comme si elle se déversait de ma bouche ou de mon cœur par mes paroles que je vous communiquerai, ou cela signifie que je vous ferai en déversant ma profusion.

133Pour les deux commentateurs, l’essentiel est le rattachement de ‘déverserait’ à la racine ‘déverser’. Spinoza reprend ni plus, ni moins, Ralbag pour tirer le sens de ‘volonté’ pour le mot ruah. Par la citation de ce verset, il peut passer du sens d’avis au sens de volonté, tout en suivant le commentaire traditionnel.

0121 8-38-626 : Ezéchiel 1,12

134Et chacun en direction de sa face, ils iront. Vers là où l’esprit ira, ils iront, ils ne se détourneront pas de leur marche.

Texte princeps :

quo erat Spiritus eundi ibant.où était l’Esprit là-bas ils allaient.

Targum Yonatan :

135Et chacun vers sa face, il va vers le lieu où est la volonté d’aller, ils vont, ils ne se détournent pas de leur marche.

Rashi :

136“vers là où était l’esprit” : la volonté d’aller.

Radaq :

137“et l’homme... l’esprit” : c’est la volonté et c’est ainsi que l’a traduit Yonatan.

138Spinoza reprend donc bien les deux commentateurs qui sont unanimes sur le sens du mot ruah dans ce verset. Comme on peut le constater, leur opinion est basée sur le Targum.

0122 8-38-626 : Isaïe 30,1

139Malheur aux fils rebelles, discours de Dieu, faire le conseil mais pas de moi et fondre une fusion mais pas de mon esprit afin d’ajouter faute sur faute.

Texte princeps :

& ad fundendam fusionem & non ex meo Spiritu.et pour fondre une fusion et non par mon Esprit.

Targum Yonatan :

140Malheur aux fils rebelles, dit Dieu, faire le conseil mais pas de ma parole et consulter un conseil sans questionner mes prophètes afin d’ajouter des fautes sur les fautes de leur esprit.

Rashi :

141“Rebelles” : qui s’écarte du chemin. “Et fondre une fusion” : mettre sur eux un gouverneur, et non pas mon esprit et ma science. Qui est la fusion, c’est Pharaon.

Ibn Ezra :

142“Malheur” : malheur aux fils rebelles. “Pas de moi” : et pas de moi, ainsi “détournez-vous de moi” (Isaïe 22,4). “Et fondre une fusion” : comme “et le tissu” (Isaïe 25,7 et 28,20) et il s’agit d’une analogie du ‘dessein’. “Et pas de mon esprit” : signifie ‘de ma prophétie’.

Radaq :

143“Malheur, fils rebelles” : voici, il est dit au début du livre qu’haïe a prophétisé au temps de ‘Uziyahu, de Yotam et de ‘Ahaz, or nous n’avons pas vu que ces rois aient demandé de l’aide à l’Égypte comme il dit dans ces passages et comme il le leur reproche. S’il était dit qu’il prophétise sur la génération de Sédécias qui les suit et qu’il leur dise : ‘malheur si vous allez chercher de l’aide auprès de l’Égypte’ et ainsi firent-ils, cela n’appartiendrait pas au sujet de ces passages après lesquels il parle de la rédemption faite à l’époque d’Ezékias. Tout au contraire il est dit que tout cela a lieu à l’époque de ’Ahaz, bien que ce ne soit écrit ni dans le livre des Rois, ni dans les Chroniques, ou à l’époque d’Ezékias lui-même car les ministres de Juda n’étaient pas bon, en effet c’est seulement avec une grande contrainte qu’Ezékias les fit redevenir meilleurs. Voici que le roi d’Assyrie monte contre toutes les villes fortifiées de Juda et les prend, s’ils avaient été bons, ce ne leur serait pas arrivé. C’est ce qui est avéré par le sujet des passages proches. Il dit dans chacun de ces passages “Saint d’Israël” (Isaïe 30,11-12-15 ; 31,1, etc.) car il a été sanctifié en Israël à cause du camp assyrien et il dit : “Malheur, fils rebelles”. Malheur à ceux-là qui ont été appelés ‘fils’ comme il est écrit : “Vous êtes des fils pour Dieu, votre Dieu” (Deutéronome 14,11), mais ils sont rebelles comme “une vache rebelle” (Osée 4,16) et ils quittent le bon chemin et abandonnent leur père qui est au ciel et lorsqu’un malheur leur arrive, ils ne se tournent pas vers lui. Ils ne demandent pas de l’aide à lui mais à leurs propres ennemis. Dans tout ce qu’ils font, ils ne demandent pas au prophète de questionner Dieu sur leurs actes, mais ils agissent de leur propre initiative. “Et pas de moi” : et le conseil n’est pas de moi et c’est un doublet avec des mots différents, car il dit “et tisser un tissu”. “Et pas mon esprit” : ni de mon esprit, ni de mes paroles. “Et tisser un tissu” : c’est comme donner un conseil, car le conseil se fait en secret et en cachette. De même “et tisser un tissu” signifie couvrir et donner un conseil. Ainsi a traduit Yonatan : ‘et de consulter un conseil sans questionner mes prophètes’. Ou alors “et tisser un tissu” signifie que l’on pense se cacher à l’ombre de l’Égypte. “Afin d’ajouter faute sur faute” : leurs fautes et leurs péchés ne leur suffisent pas, ils y ajoutent la faute de demander de l’aide d’un autre que moi qui n’est pas en ma possession. La grande révolte de l’esclave contre ses maîtres c’est de dépendre d’un autre maître.

144Spinoza ne suit pas les commentaires et en reste au mot à mot : et ad fundendam fusionem, qui respecte le sens commun de cette racine qui signifie ‘couler, verser’, comme le latin fundo. Cela lui permet de passer facilement à la citation suivante où l’on retrouve cette racine ‘couler, verser’. Pour Rashi et Ibn Ezra, l’alliance avec l’Égypte est une couverture, un tissu. Ibn Ezra explique ce glissement de sens dans son commentaire sur Isaïe 28,20, il s’agit de l’inversion de deux lettres : de masékha, fusion, effusion, on passe à mékhasé, couverture, voile. Quelle que soit la traduction choisie, le sens général est que les hommes ont refusé la seule volonté de Dieu comme gouvernement.

0123 8-38-626 : Isaïe 29,10

145Car Dieu a versé sur vous l’esprit de sommeil et il a clos vos yeux. Les prophètes et vos têtes voyantes, il les a couverts.

Texte princeps :

quia fudit super ipsos Deus Spiritum dormiendi.parce que Dieu a répandu sur eux l’Esprit de dormir.

Targum Yonatan :

146Car Dieu a élevé parmi vous un esprit d’erreur et il a caché de vous les prophètes et les livres et il a caché les maîtres qui vous enseignait l’enseignement de la Loi.

Rashi :

147“car Dieu a versé etc” : du sens de ‘mélanger’ comme “mélangé son vin” (Proverbes 9,2) ou du sens de ‘couler’. Il a imposé en vous un esprit de sommeil, à cause des criminels d’Israël, il prophétisait qu’ils avaient des visions dans les étoiles.

Ibn Ezra :

148“Car il a versé” : de la racine de “la couverture est trop étroite pour y entrer” (Isaïe 28,20). C’est sur vous, hommes de Sion, que l’on donne ce jugement. “Et il a clos” : de la racine “objet”, comme s’il avait mis un objet sur vos yeux, ainsi il a couvert pour toujours avec le mot “il a versé”.

Radaq :

149“Car il a versé” : il a couvert, comme “le voile qui voile” (Isaïe 25,7), “et les plaques de couverture” (Nombres 4,7), qui ont le sens de couverture, c’est-à-dire qu’il vous a couvert par la force du sommeil qu’il a fait tomber sur vous jusqu’à ce que vous pensiez être endormis afin que vous n’entendiez pas quand il vous appellera. “Et il a clos” : et il a fermé. De même dans la conjugaison simple fermant ses yeux’. Il vous recouvre et ferme vos yeux afin que vous ne voyiez pas. “Non pas avec vous seuls” (Deutéronome 29,13) mais avec les prophètes de mensonge. “Et vos têtes voyantes, il les a couvertes” : ce sont eux qui ferment vos yeux jusqu’à ce que vous ne voyiez plus. Ce qu’il dit : “car Dieu a versé sur vous” signifie que la couverture est si forte qu’elle semble provenir de Dieu, ou alors il faut le comprendre de la même manière que “engraisse le cœur de ce peuple” (Isaïe 6,10) comme je l’ai expliqué.

150Spinoza n’a pas besoin de cette explication, comme le montre sa traduction en latin. Il ne rattache la racine ni à ‘mélanger’, comme Rashi (comparaison de nesekh et de mesekh qui désignent des boissons), ni à ‘couvrir’ par métathèse comme Ibn Ezra (voir citation précédente), il la rattache à son sens général de ‘couler, verser’. Aucun des commentateurs ne s’est attaché au sens du mot ruah dans ce verset.

0124 8-38-626 : Juges 8,3

151« Dans vos mains, Dieu a donné les princes de Madian, Orev et Zeev et que pouvais-je faire comme vous ? » Alors s’adoucit leur esprit contre lui quand il parla cette parole.

Texte princeps :

tunc mitigatus est eorum Spiritusalors s’adoucit leur Esprit,

Targum Yonatan :

152« Dans vos mains, Dieu a donné les princes de Madian, Orev et Zeev et que pouvais-je faire comme vous ? » Alors s’adoucit leur esprit contre lui quand il parla cette parole.

Rashi :

153“Que pouvais-je ? ” : faire que ce soit aussi important que votre acte.

Radaq :

154“alors s’adoucit leur esprit” : il s’agit de l’esprit de colère comme dans “ne te tourmente pas dans ton esprit pour te mettre en colère” (Ecclésiaste 7,9).

155Spinoza a donc bien raison d’indiquer qu’ici ‘esprit’ est synonyme de colère, ce faisant, il s’appuie sur Radaq.

0125 8-39-626 : Proverbes 16,32

156Le lent à la colère est mieux qu’un héros et celui qui domine son esprit est mieux que celui qui prend une ville.

Texte princeps :

qui dominatur Spiritui suo, quant qui capit civitatem.qui domine son Esprit est plus que celui qui prend une ville.

Targum :

157Le lent à la colère est mieux qu’un héros et celui qui domine son âme est mieux que celui qui prend une ville.

Rashi :

158“qui domine son esprit” : qui conquiert ses instincts.

Ibn Ezra :

159“meilleur” : au sein de meilleur, les trois sont liés. ‘Meilleur’ n’est mis qu’une seule fois pour deux. Le ‘lent à s’irriter’ est meilleur qu’un héros, car il conquiert sa colère, alors qu ‘un héros, malgré qu’il conquiert les autres, ne peut pas conquérir sa colère. Celui qui conquiert seul son esprit est meilleur que le dominateur conquérant d’une cité qui a besoin des autres. Quand sera jeté le sort à l’intérieur, comment tombera le jugement de Dieu (d’après Proverbes 16,33, seul l’ordre des mots a été changé), ainsi sera-ce de la part de Dieu à celui qui pourra dominer son esprit !

Ralbag :

160“meilleur celui qui est lent” : ainsi celui qui domine sa colère et qui est lent à s’emporter, est meilleur que le héros qui a vaincu son prochain à la guerre. Celui qui domine sa volonté et son appétit pour les mouvoir vers ce qu’il désire, est plus digne de louanges que celui qui a conquis une ville. En effet, comment dominerait-il son prochain celui qui ne peut pas dominer sa volonté ? L’apparition de certains faits est considérée comme fortuite et accidentelle, et dans ceux-ci, il y a véritablement une limitation et une disposition de Dieu à l’intérieur. C’est ce dont il s’agit quand le sort est jeté à l’intérieur (d’après Proverbes 16,33) et que le jugement sera sur un mode accidentel, et tu trouves que “de Dieu tout son jugement” (Proverbes 16,33). Cela est très connu dans les histoires de prophétie. Tu peux déjà le constater d’après l’intuition que ceux qui réussissent le font généralement grâce à une meilleure chance, et on a le contraire pour ceux qui ont des difficultés. Voici qu’il est dit, d’après ce que je pense, que la puissance militaire et la conquête d’une cité viennent de Dieu, et de cela, on ne peut se vanter. Au contraire, les valeurs éthiques de l’âme humaine sont une conséquence de son libre-arbitre, de cela, il peut se glorifier bien plus, car le bien qui est issu de la lenteur à s’irriter est plus considérable et moins périlleux que le bien qui vient de la Puissance. Ainsi en est-il de celui qui domine son ‘esprit’ face à celui qui conquiert une ville, car il parviendra plus au bien et au salut que celui qui nuit à son prochain.

161Le commentaire de Rashi n’est pas dans Bomberg, mais il indique clairement que ‘esprit’ est synonyme ici d’’instinct’. Ralbag indique plusieurs sens : volonté et appétit. Spinoza suit directement ces commentaires quand il traduit ‘esprit’ par appetitus.

0126 8-39-626 : Proverbes 25,28

162Une ville forcée sans muraille, l’homme qui n’a pas de frein à son esprit.

Texte princeps :

vir, qui non cohibet Spiritum suum.un homme qui ne réprime pas son Esprit.

Targum :

163Telle une ville forcée et qui est sans muraille, tel est l’homme qui n’a pas de frein à son esprit.

Ibn Ezra :

164“forcée” : où une percée a été faite dans ses murailles, “sans muraille” : où il n’a pas été construit de muraille là où il y a une brèche permettant à des hommes de pénétrer et de sortir suivant leur désir. Ainsi est l’homme qui n’a pas de frein à son esprit et à son âme pour arrêter ses paroles, le silence est préférable.

Ralbag :

165“ville forcée” : voici, l’homme, qui ne peut pas se dominer suivant sa volonté, ressemble à une ville forcée sans muraille qui la garderait de l’entrée des destructeurs. Celui qui ne domine pas sa volonté est prêt à de nombreux méfaits car il s’en remet à son appétit et à sa volonté, et celui qui domine son appétit est comme un rempart contre le débauché qui pourrait s’introduire du fait de ses ignominieux appétits.

166Spinoza s’appuie directement sur le commentaire de Ralbag qui répète deux fois le mot ‘appétit’ pour expliquer ‘esprit’. Ce verset et celui de la citation précédente font l’objet de renvoi réciproque de la part des commentateurs, l’un expliquant l’autre.

0127 8-39-626 : Isaïe 33,11

167Vous concevrez du foin, vous enfanterez de la paille. Votre esprit est un feu qui vous consumera.

Texte princeps :

Spiritus vester est ignis, qui vos consumit.votre Esprit est un feu qui vous consume.

Targum Yonatan :

168Vous forgerez pour vous des peuples aux desseins criminels, vous vous ferez de mauvais serviteurs pour vous servir. Ma parole est comme la tempête pour la paille, elle vous anéantira.

Rashi :

169“Du foin” : sorte de menue paille, matière facile à enflammer. “Votre esprit est un feu” : de votre corps sortira un feu qui dévorera foin et paille.

Ibn Ezra :

  • 17 C’est-à-dire en arabe.

170“Du foin” : comme dans la langue de Qedar17 : ‘foin’. “Votre esprit” : certains disent que ‘votre esprit’ est comme un feu qui vous consumera. La vérité est qu’il est lié à ‘paille’, et il n’y aura d’esprit qui transportera, que le feu qui vous dévorera.

Radaq :

171“Vous concevrez du foin” : cela est dit contre les peuples qui sont dans le camp du roi d’Assyrie et il appelle l’idée, une conception, et les faits sont à son côté. Ils ont pensé prendre Jérusalem, mais ils n’ont pas réussi. Ainsi leur idée est une vanité et vos actes sont néant, ce sont le foin et la paille, le foin étant une menue paille. “Votre esprit est un feu qui vous consumera” : vos idées seront un feu qui vous dévorera, c’est-à-dire, du fait que vous êtes venus à Jérusalem en pensant la prendre, il sortira un feu de Dieu qui vous consumera. C’est l’ange de Dieu qui est dans le camp de l’Assyrie. Et il a appelé cette épidémie ‘feu’ dans ce passage, de même qu’au-dessus dans le passage “c’est pourquoi le seigneur enverra” (Isaïe 10,16), là nous nous sommes étendu sur son interprétation.

172Spinoza a donné à ‘esprit’ le sens d’appétit dans la citation précédente, ici il désigne donc le désir, l’instinct. Le Targum qui s’éloigne et explicite ce verset indique que la raison de ce feu réside dans les faits répréhensibles qui ont été commis.

0128 9-39-627 : Ecclésiaste 3,19

173Car le sort des fils de l’homme et le sort de la bête sont un pour eux, comme la mort de celui-ci est la mort de celle-là, et un esprit pour tous. Et il n’y a pas de supériorité de l’homme sur la bête car tout est vanité.

Texte princeps :

Spiritus (siveanima) eadem est omnibusSpiritus ad Deum revertitur.un même Esprit est à tous,et l’Esprit retourne à Dieu.

Targum :

174Car le sort de l’homme coupable et le sort de la bête impure sont un pour eux. Ainsi mourra la bête impure, de même mourra celui-ci qui ne s’est pas repenti avant sa mort. L’âme de l’esprit des deux est jugée comme une seule en tout semblable. La supériorité de l’homme coupable sur la bête impure n’est rien d’autre que le cimetière, car tout est vanité.

Rashi :

175“Car le sort des hommes”, etc : c’est la raison pour laquelle Dieu a donné un destin et un sort aux hommes. Il existe aussi un destin et un sort pour l’animal. Et il a donné un seul sort aux deux : l’un et l’autre sont mortels, “l’homme n’est pas supérieur à l’animal” : la supériorité et l’avantage de l’homme sur l’animal ne se voient plus quand il meurt, car tout redevient fumée en retournant à la poussière.

Ibn Ezra :

176“Car le sort” : c’est le verset sur les pensées des hommes qui ne se sont pas instruits en voyant le sort commun de l’homme et de l’animal dans la vie et la mort. Ils ont pensé que tous ont un même ‘esprit’ et que l’homme n’est pas supérieur à l’animal. ‘Supérieur’, motar, est fait sur le paradigme de moshav, de la conjugaison lourde et le quiescent (le Waw) vient remplacer la première lettre de la racine qui est un Yod, et le mot ‘supériorité’, yetaron, appartient au paradigme simple et le Nun est ajouté.

177Spinoza cite également les versets 19 à 21 : n 0603-73.124.701. Dans cette citation, il illustre bien le cas d’esprit qui signifie âme. En effet, l’âme est ici ce qui s’en va du corps après la mort, chez l’homme et chez l’animal. Les deux commentateurs indiquent bien qu’il ne faut pas comprendre qu’homme et animal ont une âme identique de leur vivant. Le Targum va également dans ce sens puisqu’il traduit ‘esprit’ par ‘esprit de l’âme’.

0128* 9-39-627 : Ecclésiaste 12,7

178Et la poussière retournera sur la terre comme elle y était. Et l’esprit retournera à Dieu qui l’avait donné.

Texte princeps :

Spiritus (siveanima) eadem est omnibusSpiritus ad Deum revertitur.un même Esprit est à tous,et l’Esprit retourne à Dieu.

Targum :

179Et ta chair qui a été créée de la poussière retournera sur la terre comme elle y était auparavant. Et l’esprit de ton âme retournera pour être jugé devant Dieu qui te l’avait donné.

Rashi :

180“Et la poussière retournera, etc” : de Babylone, ils sont venus, à Babylone, ils sont retournés. “Et l’esprit retournera” : c’est l’esprit saint, comme l’esprit saint s’est retiré, ils ont été éxilés.

Ibn Ezra :

181“Et retournera” : il ne restera du corps que les os qui eux-mêmes redeviendront poussière. “Et l’esprit retournera” : ce verset vient contredire ceux qui affirment que l’esprit est accidentel, car l’accidentel ne revient pas.

182Spinoza ne donne que l’hébreu avec sa traduction latine, ce qui permet de retrouver aisément ce verset de l’Ecclésiaste.

0129 9-39-627: Ezéchiel 37, 9

183Et il me dit : « Prophétise à l’esprit, prophétise, fils d’homme, et tu diras à l’esprit : ainsi dit mon Seigneur Dieu : des quatre vents, viens, esprit, souffle sur ces tués et ils vivront. »

Texte princeps :

1847. Denique significat mundi plagas (propter ventos, qui inde fiant) & etiam latera cujuscunque rei, quæ illas mundi plagas respiciunt. Vide Ezechiëlem cap.37. vers.9, & cap.42. vers.16.17.18.19.&c.

1857. Enfin il signifie les régions du monde (à cause des vents qui en soufflent) et aussi les côtés d’un quelconque objet qui est tourné vers ces régions du monde. Voir Ez 37,9 et 42,16.17.18.19. etc.

Targum Yonatan :

186Et il me dit : « Prophétise à l’esprit, prophétise, fils d’homme, et tu diras à l’esprit : ainsi dit mon Seigneur Dieu : des quatre vents, viens, esprit, et entre dans ces tués et ils vivront. »

Rashi :

187“Des quatre vents” : tout lieu où leurs âmes sont allées errer aux quatre vents du monde. C’est de là qu’elles se regrouperont et viendront. “Et souffle” : comme “souffle au feu le charbon” (Isaïe 54,16).

Radaq :

188“Et il dit... des quatre vents, viens, esprit” : c’est l’esprit de vie, c’est pourquoi il est dit ‘des quatre vents’, c’est-à-dire de quelqu’endroit que ce soit, il viendra, car il vient de l’air. Quand il est dit “et je vous ai donné mon esprit” (Ezéchiel 37,14), il s’agit de l’esprit de l’intelligence, c’est pourquoi il est dit ‘l’esprit’. La preuve en est qu’il le dit après qu’il ait dit “je vous ai remonté de vos tombes” (Ezéchiel 37,12).

  • 18 Elle figure dans l’entrée du mot (...)

189Spinoza cite un verset où le mot ruah n’apparaît pas moins de quatre fois. C’est l’occurrence au pluriel, précédé du nombre quatre qui constitue la base de Spinoza18, comme on le voit bien dans les commentaires.

0130 9-39-627 : Ezéchiel 42,16 à 20

19016 Il mesura le côté de l’orient avec la canne à mesure. Il y avait autour cinq cents cannes de canne de mesure. 17 Il mesura le côté nord. Il y avait autour cinq cents cannes de canne de mesure. 18 Le côté sud, il le mesura. Il mesura autour cinq cents cannes de canne de mesure. 19 Il se tourna vers le côté de l’occident. Il mesura autour cinq cents cannes de canne de mesure. 20 Des quatre côtés, il le mesura. Une muraille était autour de lui : sa longueur, cinq cents et sa largeur, cinq cents pour séparer entre le sacré et le profane.

Texte princeps :

1917. Denique significat mundi plagas (propter ventos, qui inde fiant) & etiam latera cujuscunque rei, quæ illas mundi plagas respiciunt. Vide Ezechiëlem cap.37. vers.9, & cap.42. vers.l6.17.18.19.&c.

1927. Enfin il signifie les régions du monde (à cause des vents qui en soufflent) et aussi les côtés d’un quelconque objet qui est tourné vers ces régions du monde. Voir Ez 37,9 et 42,16.17.18.19. etc.

Targum Yonatan :

19316 Il mesura le côté de l’orient avec la canne à mesure. Il mesura cinq cents cannes de canne de mesure tout autour. 17 Il mesura le côté nord. Il mesura cinq cents cannes de canne de mesure tout autour. 18 Il mesura le côté sud. Il mesura cinq cents cannes de canne de mesure. 19 Il se tourna vers le côté de l’occident. Il mesura cinq cents cannes de canne de mesure. 20 Des quatre côtés, il le mesura. Une muraille était autour de lui : sa longueur, cinq cents et sa largeur, cinq cents pour séparer entre le sacré et le profane.

Rashi (Ezéchiel 42,20) :

  • 19 Littéralement vents.

194“Il mesura les quatre côtés”19 : trois mille coudées sur trois mille, car la perche de mesure est de six coudées. C’est ce qu’a établi Qaliri : David tendra un cordeau de trois mille coudées sur trois mille, ce qui fait trente six avec la première unité de mesure dans laquelle le mont du Temple mesure cinq cents unités sur cinq cents. Il faut diviser trois mille par trois mille en zones croisées de cinq cents coudées sur cinq cents. Tu trouveras là trente six carrés de cinq cents sur cinq cents, c’est pourquoi le poète parle de trente six et je trouve que c’est le résultat de la multiplication. “Il avait une muraille” : autour du mont du Temple, de cinq cents mesures sur cinq cents. C’est une muraille puissante qui entoure le mont du Temple. “Pour séparer” : le peuple du sacré qui est à l’intérieur du profane qui est à l’extérieur. J’ai trouvé la solution de ces mesures.

Radaq (Ezéchiel 42,16) :

  • 20 A chaque fois, littéralement vent.

195“il mesura le côté20 est” : autour de chaque côté. Ainsi, il mesura le côté du nord, le côté du sud et le côté d’ouest, et il y avait en tout cinq cents coudées de long et de large. Pour le côté d’ouest (Ezéchiel 42,19), il est dit : “il entoura”, car ce côté était entouré d’une muraille qui séparait le sacré du profane, du fait que, de Jérusalem, ne pouvaient entrer sur le mont du Temple ni les hommes et les femmes qui avaient des pertes, ni les femmes réglées, ni celles qui venaient d’accoucher.

196Il est évident que Spinoza se base sur les commentaires traditionnels où le mot ruah ne peut signifier ici que ‘côté’ d’un bâtiment que l’on mesure, c’est ce qu’il explique clairement.

0131 9-39-627 : Amos 4,11

197Je vous ai retournés comme pour le retournement par Dieu de Sodome et Gomorrhe et vous avez été comme le tison sauvé du feu. Et vous n’êtes pas revenus jusqu’à moi. Discours de Dieu.

Texte princeps :

montes Dei,somnus Dei, subverti vos, sicuti subversio Dei Sodomam & Gomorram, montagnes de Dieu, sommeil de Dieu, je vous ai renversés comme le renversement par Dieu de Sodome et Gomorrhe,

Targum Yonatan :

198Ma parole vous a écarté comme Dieu a écarté Sodome et Gomorrhe et vous avez été comme le tison sorti du feu. Et vous n’êtes pas revenus à mon culte. Dieu a dit.

Rashi :

199“Comme un tison” : ‘tison’ en français, c’est-à-dire noirs, obscurs et ténébreux.

Ibn Ezra :

200“Je vous ai renversés” : j’ai fait descendre sur vous du feu depuis les cieux.

201“Comme un tison” : comme “les bouts de tisons” (Isaïe 7,4).

Radaq :

202“Je vous ai retournés” : votre pays alors que vous y êtes encore un peu est une désolation comme Sodome et Gomorrhe. Et vous qui êtes peu à être restés, vous êtes semblable au tison sauvé de l’embrasement. Tout ceci vous le voyez et vous ne retournez pas jusqu’à moi. Et Yonatan traduit : “ma parole a écarté, etc”.

203Les commentaires ne font pas tous allusion à Sodome et Gomorrhe car le verset s’y réfère explicitement. Spinoza se réfère ici l’état de régime du mot ‘renversement’ qui a comme complément ‘Dieu’.

204Cet exemple d’anthropomorphisme pour Dieu est précédé de huit autres expressions :

force de Dieu. la force devant toi, Dieu.les yeux de Dieu. les yeux de Dieu. devant Dieu sont visibles. les yeux de Dieu.cieux de Dieu. les deux des hauteurs de Dieu.temple de Dieu. temple de Dieu. nazir de Dieu. Nazir de Dieu.pain de Dieu sacrifice de Dieu.montagnes de Dieu de très hautes montagnes sommeil de Dieu un très grand sommeil de devant Dieu.cèdres de Dieu de très grands cèdres

205On voit donc que Spinoza donne ici une interprétation que le Targum avait déjà entamé afin d’éviter les anthropomorphismes concernant Dieu.

0132 9-40-628 : 1 Samuel 11,7

206Et il prit une paire de bœufs et la coupa en morceaux et il l’envoya dans tout le territoire d’Israël par les messagers pour dire : « Qui ne sortira pas après Saül et après Samuel, ainsi sera-t-il fait à son bétail. » Et la crainte de Dieu tomba sur le peuple et ils sortirent comme un seul homme.

Texte princeps :

& cecidit metus Dei supra populum.et la crainte de Dieu tomba sur le peuple.

Targum Yonatan :

207Et il prit une paire de bœufs et la coupa en morceaux et il l’envoya dans tout le territoire d’Israël par les messagers pour dire : « Qui ne sortira pas après Saül et après Samuel, ainsi sera-t-il fait à ses bœufs. » Et la terreur de devant Dieu tomba sur le peuple et ils sortirent comme un seul homme.

Rashi :

208“A son bétail” : à ses bœufs.

Radaq :

209“Et après Samuel” : parce qu’ils ne l’avaient pas tous accepté comme roi, il est dit ‘et après Samuel’. Celui qui ne veut pas sortir après moi, sortira après Samuel, afin qu’ils se pressent à sortir.

21blâme de Dieu blâme de devant Dieu.

0133 10-40-628 : Isaïe 40,7

210L’herbe sèche, la fleur se fane car l’esprit de Dieu souffle en lui. Certainement le peuple est de l’herbe.

Texte princeps :

Spiritus Dei, &Spiritus Jehovœ ventus Jehovœ flavit in eum, l’Esprit de Dieu, l’Esprit de Jehova, et le vent de Jehova souffla sur lui,

Targum Yonatan :

211L’herbe sèche, la fleur dépérit car l’esprit de devant Dieu souffle en lui. Certainement les méchants du peuple sont considérés comme de l’herbe.

Rashi :

212“se flétrit” : se fane.

Ibn Ezra :

  • 22 En arabe.
  • 23 Ce second commentaire de ‘sèche’ appartient en fait au verset suivant.

213“l’herbe sèche” : c’est l’herbe verte, comme dans la langue d’Ismaël22. “souffle sur eux” : comme “plane” (Genèse 1,2). Cela vient de la même racine que “Abram les pourchassait” (Genèse 15,11) même s’il s’agit de deux sens. “Certes” : tout le peuple est comme de l’herbe. “Sèche” : après avoir été comme de l’herbe verte séchée et comme une fleur, il est flétri, seul le sens du mot ‘se lèvera’ est comme ‘se mettra debout’ et personne ne pourra lui répondre23. “Le vent de Dieu” : cela signifie le vent qui sera envoyé pour souffler sur l’herbe verte et la sécher.

Radaq :

214“Sèche” : c’est un passé pour un futur suivant l’usage et les paroles de prophéties en général.

0134 10-40-629 : Genèse 1,2

215Et la terre était Tohu et Bohu et l’obscurité sur l’abîme. Et l’esprit de Dieu planait sur l’eau.

Texte princeps :

216Et Geneseos cap. l. vers.2. & ventus Dei ; (sive ventus fortissimus) movebatur super aquam.

217Et dans Gn 1,2 : et le vent de Dieu (c’est-à-dire un vent très fort) se mouvait sur l’eau. Targum Onqelos :

218Et la terre était vide et désolation et l’obscurité sur l’abîme. Et l’esprit de devant Dieu soufflait sur l’eau.

Targum Yerushalmi :

219Et la terre était Tohu et Bohu, vide de tout homme et désolé de tout animal et l’obscurité sur l’abîme. Et l’esprit de miséricorde de devant Dieu soufflait sur l’eau.

Rashi :

220“Tohu et Bohu” : ‘tohu’ signifie l’ébahissement et la consternation de l’homme qui est stupéfait et déconcerté du néant qui y règne. “Tohu” : étourdissement en français. “Bohu” : signifie la désolation et le vide. “A la surface de l’abîme” : à la surface des eaux qui sont sur la terre. “Et le vent de Dieu se mouvait” : le trône divin se tenait dans l’air et se déplaçait sur l’eau grâce au vent issu de la bouche du Saint béni soit-il. Pour ce qui est dit : ‘comme un oiseau se mouvant sur son nid’ (d’après Deutéronome 32,11), accouveter en français.

Ibn Ezra :

  • 24 Il s’agit de la fin du sixième paragraphe du quatrième chapitre : (Tohu, c’est la ligne verte qui (...)
  • 25 En arabe.

221“Et la terre” : ce mot est bizarre à cause de la voyelle qamats qu’a la lettre ‘Alef dans toutes les occurrences où elle est précédée de la lettre hé. En cela il n’est pas comme “le millier est pour toi, Salomon” (Cantique 8,12) ou comme “et cette pierre” (Genèse 28,22). “Tohu” : le Gaon a dit que ce mot vient de ‘tehom’, abîme, mais cela ne se peut pas car le Mem de ‘tehom’ fait partie de la racine, comme le Mem de ‘hadom’, escabeau. Dans le livre de la Création, ‘tohu’ est une ligne verte et ‘bohu’ est des pierres trempées24. La vérité est comme ce que dit le paraphraste araméen, comme dans “le vide du hurlement du désert” (Deutéronome 32,10) et comme “après le vide” (1 Samuel 12,21) où il n’y a rien de tangible. “Et bohu” : frère de ‘tohu’. Les Waw viennent à la place de Hé, comme le Waw de “il se prosterna” (Isaïe 44,17) et de “la prairie” (Genèse 41,2-18). Cela signifie qu’au début de la création du firmament et de la terre ferme, la terre n’était pas habitée car elle était recouverte. Ainsi, Dieu y a mis la force de sa création pour qu’elle soit en dessous des eaux. Ne t’étonne pas de la particule Waw, ‘et’, de “et la terre”, elle a le même sens que la particule ‘fa’, ‘quant à’, dans la langue d’ismaël25, comme on a “quant à la vapeur, elle montait de la terre”. En effet, Moïse ne parlait pas du monde futur qui est le monde des anges, mais du monde d’ici-bas qui se corrompt. Ceux qui expliquent les deux du premier verset par ‘les deux des deux’, que feront-ils avec la terre ? Voici des preuves définitives pour les hommes raisonnables qu’il n’existe pas une seule terre, et l’interprétation des sept terres est que ce qui est habité est partagé en sept, et le Temple était au milieu de ce qui est habité, car il est éloigné du centre de la terre. “Et le vent de Dieu” : le vent s’appuie sur Dieu car il est l’envoyé de la volonté qu’a Dieu d’assécher les eaux. Les eaux sont au pluriel, aussi elles ne se sépareront pas, elles appartiennent à deux genres, car elles sont masculines et féminines, on les trouve considérées comme singulier dans “n’a pas été versée” (Nombres 19,13-20). “Se mouvait” signifie ‘soufflait en haut’, comme “se meut au-dessus de ses oisillons” (Deutéronome 32,11).

222Les commentaires utilisent la grammaire hébraïque. Ainsi Ibn Ezra signale-t-il la particularité de la vocalisation du mot ‘terre’, qui normalement se prononce ‘èrèts’, mais qui, précédé de l’article défini se prononce ‘arèts’, alors que les autres mots commençant par la même lettre, comme ‘mille’ ou ‘pierre’ conservent leur prononciation ‘è’ en début de mot malgré l’article défini. Ibn Ezra analyse aussi le mot ‘eau’ qui, tout en conservant la même forme dans la Bible, est tantôt considéré comme un singulier, tantôt comme un pluriel, tantôt comme un féminin, tantôt comme un masculin. Rashi rattache le mot ‘tohu’ à la racine ‘tahah’ qui exprime la consternation, l’étonnement. Ibn Ezra réfute l’opinion qui rattache ce mot à ‘téhom’, l’abîme, car pour lui le Mem qui finit ce mot est une lettre radicale. Les deux commentateurs sont d’accord pour suivre la paraphrase araméenne qui rend ‘tohu et bohu’ par ‘désolation et vide’. Pour le vent, on voit qu’Ibn Ezra y voit le facteur qui va sécher les eaux, comme dans son commentaire sur la citation précédente de Spinoza, Isaïe 40,7. Spinoza cite ce verset une seconde fois : n 0236-25.59.645, mais c’est alors dans un tout autre but : il ne s’agit plus du vent mais de l’ordre que va instaurer Dieu dans la nature inorganisée des origines.

esprit de Dieu, l’esprit de courage de devant Dieu.

0135 10-41-629 : Exode 31,3

223Et je le remplis de l’esprit de Dieu, de sagesse et d’intelligence et de savoir et de tout art.

Texte princeps :

Spiritus, virtus Dei, & adimplebo ipsum Spiritu Dei, Esprit vertu de Dieu, et je le remplirai de l’esprit de Dieu,

Targum Onqelos :

224Et je le remplis de l’esprit de devant Dieu, de sagesse et d’intelligence et de savoir et de tout art.

Targum Yerushalmi :

225Et je le remplis de l’esprit saint de devant Dieu, de sagesse et d’intelligence et de savoir et de tout art.

Rashi :

226“Sagesse” : ce qu’un homme comprend des autres et apprend. “Intelligence” : qui comprend de lui-même à partir de ce qu’il a appris. “Science” : l’esprit saint.

Ibn Ezra :

  • 26 En arabe.

227“Et je l’ai rempli” : comme “Josué Bin Noun était rempli de l’esprit de sagesse” (Deutéronome 34,9), “Et se posera sur lui l’esprit de Dieu” (Isaïe 11,2). Et que signifie ‘esprit de Dieu’, c’est l’esprit de sagesse et d’intelligence. La sagesse est constituée des formes emmagasinées à l’arrière du cerveau de la tête. Les mots ‘intelligence’ et ‘sagacité’ sont tous deux issus de la racine ‘comprendre’, c’est la forme qui se tient entre la forme de la science et celle de la sagesse, correspondant au trou intermédiaire du cerveau de la tête, la sagesse correspond au trou postérieur et la science est liée aux trous du cerveau frontal depuis la sensibilité. Dans la langue d’Ismaël26, on appelle la science ‘al Takhil’, l’intelligence ‘al Fikra’ et la sagesse ‘al Hikma’. Et voici Betsalel était rempli de la sagesse du calcul, les principes des rapports, l’ouvrage divin, l’intelligence de la création et le secret de l’âme. Il était supérieur à ses contemporains car il connaissait tous les métiers, car de nombreux sages n’en connaissaient même pas un seul. C’est pourquoi ‘et en tout métier’ est écrit avec un Waw, ‘et’.

228D’après le commentaire d’Ibn Ezra, on comprend pourquoi la citation suivante de Spinoza n’est autre qu’Isaïe 11,2. Alors que Rashi reste succinct, Ibn Ezra se livre à une véritable analyse philologique, passant même par l’arabe pour expliquer les trois termes importants, sagesse, intelligence et science. Isaïe 11,2 revient sur ces termes. Plus loin (citation 0146), Spinoza rapporte également Deutéronome 4,6 qui revient sur deux de ces termes. Ibn Ezra apporte à chacune de ces fonctions un lieu matériel précis dans le cerveau humain.

0136 10-41-629 : Isaïe 11,2

229Et l’Esprit de Dieu se posera sur lui : l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de courage, l’esprit de connaissance et de crainte de Dieu.

Texte princeps :

& quiescet supra ipsum Spiritus Dei, et l’Esprit de Dieu se posera sur lui,

Targum Yonatan :

230Et l’esprit de prophétie de devant Dieu se posera sur lui : l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de courage, l’esprit de connaissance et de crainte de Dieu.

Ibn Ezra :

  • 27 Voir Deutéronome 34,9.

231“s’est posé” : du paradigme de “elle est revenue à la maison de son père” (Lévitique 22,13) des racines à seconde lettre quiescente. Et voici que l’esprit de Dieu est expliqué comme l’esprit de sagesse et d’intelligence, c’est écrit ainsi dans le Pentateuque à propos de Josué27. “Et de courage” : Ezéchias était un héros car il est écrit ainsi.

Radaq :

232“Et l’Esprit de Dieu se posera sur lui” : car tout cela sera de Dieu. Il dit au début “esprit de Dieu” et ensuite il explique “l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de courage, l’esprit de connaissance et de crainte de Dieu”. ‘La sagesse’ est la chose qui instruit l’homme et qui lui permet de connaître et il sera prêt à chaque instant. ‘L’intelligence’ est la réflexion de l’homme sur ce qu’il n’a pas appris par l’enseignement. ‘Le conseil’ est la connaissance et les habitudes morales des comportements des hommes du monde l’un envers l’autre. ‘La connaissance et la crainte de Dieu’ s’appuient toutes deux sur Dieu, il faudrait dire qu’il connaît Dieu et le craint.

233Spinoza amène un verset où est expliqué ce qu’est l’esprit de Dieu. On a vu comment il était rattaché à la citation précédente. Ce chapitre d’Isaïe est une des pièces importantes de la polémique judéo-chrétienne, car chacun s’interroge sur la personnalité du rameau qui sortira de la lignée royale. Il s’agit d’un texte messianique. Ibn Ezra rattache cette description au roi Ezéchias, ce qui désamorce la polémique.

l’esprit mauvais de Dieu, l’esprit mauvais de devant Dieu.

0137 11-41-629 : Job 27,3

234Car tant que ma respiration est en moi et l’esprit de Dieu est dans mon nez.

Texte princeps :

Dei Spiritum, & Spiritus Dei in naso meo,Esprit de Dieu, et l’Esprit de Dieu dans mon nez,

Targum :

235Car tant que ma respiration est distribuée de retour en moi et l’esprit de Dieu est dans mes narines.

236Comme Spinoza l’indique, c’est Genèse 2,7 qu’il faut consulter pour l’explication. Le verset de Job ne fait pas l’objet de commentaire car il est directement rattaché à Genèse 2,7. Spinoza le cite car Dieu dans l’expression ‘esprit de Dieu’ est désigné par le nom très rare ‘Eloah’, typique du livre de Job, et non par l’un de ses noms courants. Ici, pour Spinoza, le mot ‘esprit’ est synonyme de ‘vie’.

0138 11-41-629 : Ezéchiel 37,14

237Et je donnerai mon esprit en vous et vous vivrez et je vous poserai sur votre terre. Et vous saurez que je suis Dieu, j’ai parlé et agi, discours de Dieu.

Texte princeps :

& dabo meum Spiritum vobis, & vivetis et je vous donnerai mon Esprit et vous vivrez,

Targum Yonatan :

238Et je donnerai mon esprit en vous et vous vivrez et je vous poserai sur votre terre. Et vous saurez que moi je suis Dieu, j’ai décrété par ma parole et j’ai agi, Dieu dit.

Radaq :

239“Et je donnerai mon esprit en vous” : il s’agit de l’esprit de l’entendement comme nous l’avons expliqué, car il est écrit “je vous ferai remonter” (Ezéchiel 37,13), c’est donc l’esprit de vie, car l’homme ne peut pas se mouvoir sans esprit de vie. Voici donc pourquoi il est dit ensuite “et je donnerai mon esprit en vous” à propos de l’esprit de l’entendement. Il leur a promis qu’il leur donnera la science, l’intelligence et l’entendement afin qu’ils ne fautent plus comme c’est leur destin et il est dit “car tous me connaîtront, du plus petit au plus grand” (Jérémie 31,34). “Vous vivrez” : il leur a promis une longue vie. C’est comme il est dit dans la prophétie d’Isaïe : “car les jours de l’arbre sont comme les jours de mon peuple” (Isaïe 65,22). “Et je vous poserai sur votre terre” : il leur a promis qu’ils n’en seront plus exilés.

240Spinoza nous donne à partir de cette citation des occurrences du mot ruah décliné avec un pronom personnel affixe. Jusqu’à présent, les exemples cités étaient à l’état construit avec un nom. Il offre ainsi à son lecteur un panorama complet des occurrences de ce mot du point de vue des formes grammaticales qu’il peut prendre. Ici aussi, ‘esprit’ est synonyme de ‘vie’ pour Spinoza, qui suit en cela le commentaire de Radaq. Ce dernier cite Ezéchiel 37,13 “je vous ferai remonter” dont la suite est “de vos tombes”.

0139 11-41-629 : Job 34,14

241S’il mettait vers lui son cœur, son esprit et son souffle il les réunirait vers lui.

Texte princeps :

si velit Spiritum suum, & animant suam sibi recolliget.s’il veut son Esprit et son souffle, il les réunira à lui.

Targum :

242S’il mettait sur lui son cœur, son esprit et son souffle il les réunirait à lui.

Rashi :

243“S’il mettait sur lui son cœur” : sur l’homme pour l’anéantir. Pourquoi s’acharnerait-il, puisqu’immédiatement il réunirait à lui son esprit et son souffle, son esprit et son souffle à lui et il n’y a pas de sauveur de sa main et il touche toute chair de même.

Ibn Ezra :

244“S’il mettait” : Dieu met son cœur vers les hommes, comme pour “car tu mettras vers lui ton cœur” (Job 7,17), alors immédiatement son esprit est récolté, comme dans “et l’esprit reviendra” (Ecclésiaste 12,7).

245On comprend maintenant le lien entre cette citation et celle plus haut de 0128* 9-39-627, car Spinoza y cite alors ce verset de l’Ecclésiaste signalé par Ibn Ezra.

0140 11-41-629 : Genèse 6,3

246Et Dieu dit : « Mon esprit ne raisonnera pas dans l’homme pour toujours parce qu’il est aussi chair. Et ses jours seront de cent vingt ans. »

Texte princeps :

non ratiocinabitur Spiritus meus in homine unquam, quoniam caro est, mon Esprit ne raisonnera plus jamais dans l’homme parce qu’il est chair,

Targum Onqelos :

247Et Dieu dit : « Cette génération mauvaise ne perdurera pas devant moi pour toujours car ils sont de chair et leurs actes sont mauvais. Une durée de cent vingt ans leur sera donnée s’ils se repentent. »

Targum Yerushalmi :

248Et Dieu dit dans sa parole : « Toutes les générations mauvaises à venir ne seront pas jugées devant l’ordre des juges. La génération du déluge sera détruite et anéantie pour toujours. Ne leur avais-je pas donné l’esprit de ma sainteté afin qu’ils fassent de bonnes actions. Or leurs actions ont été mauvaises. Ne leur avais-je pas donné une durée de cent vingt ans afin qu’ils fassent repentance et ils ne l’ont pas fait. »

Rashi :

  • 28 Le Midrash Seder ‘Olam est un ouvrage de type chronologique. Il part d’Adam jusqu’à la révolte de (...)

249“Mon esprit ne raisonnera plus dans l’homme” : mon esprit ne s’irritera plus et ne se disputera plus avec moi à cause de l’homme. “Pour toujours” : éternellement, voici que mon esprit discute en mon sein pour décider de sévir ou de pardonner. Ce conflit ne sera pas en moi à jamais, c’est-à-dire éternellement. “Puisqu’il est aussi” : comme ‘puisqu’il est aussi’, c’est-à-dire puisqu’il y a aussi ce fait qu’il est chair. Malgré cela, il ne se rend pas à moi, sinon par le feu ou autre chose de dur. On a la même chose avec “jusqu’à ce que je me sois levée, moi Débora, que je me sois levée” (Juges 5,7), ainsi qu’avec “que c’est toi qui parles avec moi” (Juges 6,17) qui est identique à ‘que c’est toi’. De la même manière, “puisqu’il est aussi” est comme “puisqu’il est aussi”. “Et ses jours furent” : je m’irriterai contre eux cent vingt ans, et s’ils ne se repentent pas, je leur amènerais un déluge. Si tu dis qu’entre la naissance de Jephet et le déluge, il n’y eut que cent ans, et comme il n’y a ni antérieur, ni postérieur dans le Pentateuque, alors le verdict était déjà rendu vingt ans avant que Noé n’eut une descendance. Ainsi, avons nous trouvé dans le Seder Olam28 qu’il y a de nombreux Midrashim, des paraboles, sur “il ne raisonnera plus”, mais il s’agit d’un délayage du sens littéral.

Ibn Ezra :

250“Mon esprit ne raisonnera plus” : certains disent que yadon est comme dans : “il remit son épée dans son fourreau” (1 Chroniques 21,27), car le corps serait comme un fourreau pour l’esprit, avec comme preuve “mon esprit fut troublé” (Daniel 7,15). Seulement yadon serait d’une autre racine, comme “si son éminence monte jusqu’au ciel” (Job 20,6), le mot si’o, éminence, fait partie des quiescents de la seconde lettre de la racine et il est comme le mot nasa et beaucoup d’autres. D’autres disent que son paradigme est comme “et la poussière retournera” (Ecclésiaste 12,7) et qu’il est dérivé de din, juger, car l’esprit est juge dans le corps. “Puisqu’il est aussi” : la lettre shin est comme dans “qu’ainsi” (Psaume 144,15 et Cantique 5,9). Cela signifie que mon esprit, duquel il participe, ne restera pas. Ainsi dit l’Ecclésiaste : “et l’esprit retourne à Dieu” (12,7), esprit qu’il a donné au seul homme. Voici la raison de l’outrage, c’est aussi du fait que l’homme est chair et qu’il est mortel, il en sera privé quand la créature vaincra le créateur. “Et ses jours furent de” : certains disent qu’il s’agit là de la longévité de tout homme et si l’on en trouve des plus longues ou des plus courtes, on parle ici de la majorité et ce n’est pas la vérité car Sem vécut six cents ans et les générations après lui vécurent de nombreuses années. Pendant la division, les années diminuèrent et de l’époque de David jusqu’à nos jours, la longévité est de soixante-dix ou quatre-vingts ans. C’est vrai ce qu’a dit le paraphraste araméen : il a mis un terme à l’homme a le même sens qu’encore quarante jours, s’ils se repentent, ils seront sauvés, sinon, ils mourront. Ne fais pas attention au nombre dans “et Noé était âgé de cinq cents ans” (Genèse 5,32) car il n’y a ni avant, ni après dans le Pentateuque. N’est-il pas écrit “Et Térah mourut à Haran” (Genèse 11,32) et tout de suite après “Et Dieu dit à Abram, va-t’en de ton pays” (Genèse 12,1), alors que nous savons que Térah est mort quand Isaac avait trente-cinq ans, on a de nombreux exemples semblables.

Ramban :

251“Parce qu’il est aussi chair” : comme si ‘beshegam’ était vocalisé avec ségol. Ainsi Rashi explique : parce qu’aussi cela est en lui qu’il est aussi de la chair. Mais il ne s’avoue pas vaincu devant cela et qu’y aurait-il si cela était du feu ou une matière dure ? Alors cette explication n’aurait pas de sens. Et Rabbi Abraham explique qu’il dira : ‘mon esprit ne restera pas dans l’homme pour l’éternité’ à cause de cette faute et encore parce que l’homme est chair et arrivera à son terme en manquant. Ainsi il est aussi chair, pourquoi cette affirmation ? Car on sait qu’ils sont de chair et qu’ils doivent mourir “car tu es poussière et tu retourneras à la poussière” (Genèse 3,19). Ce qui est exact à mes yeux est qu’il dira : ‘mon esprit ne restera pas dans l’homme pour l’éternité’ du fait que l’homme est aussi chair, comme toute chair qui rampe sur la terre, comme le volatile, l’animal et la bête et il n’est pas digne d’avoir en son sein l’esprit de Dieu. Le sujet c’est de dire que Dieu a fait l’homme droit pour être comme les anges de service par l’âme qu’il lui a donné. Or voici qu’il est attiré par la chair et gouverné par les appétits corporels. Il ressemble à l’animal c’est pourquoi ‘l’esprit de Dieu ne restera pas en son sein’ car il est corporel et non divin, mais il prolongera leur durée s’ils se repentent. C’est le sens de ce qu’il a rappelé qu’ils sont aussi chair, l’esprit s’en va et ne revient pas.

252Dans son texte, Spinoza reprend l’analyse grammaticale que fait Ibn Ezra du mot yadon. Il explique que certains rattachent ce mot à nadan qui désigne le fourreau. Spinoza aborde cette catégorie dans le chapitre XXX du CGLH : de verbis defectivis. Mais il penche pour la seconde solution qui fait provenir ce mot de la racine din, juger, ce qu’il appelle la sixième conjugaison dans le chapitre XXVII du CGLH. Dans le commentaire d’Ibn Ezra, on retrouve Ecclésiaste 12,7 que Spinoza a déjà cité (0128* 9-39-627), dans celui de Rashi, Juges 6,17 est cité dans le second chapitre du TTP (0202 16-50-636). Les deux commentateurs utilisent le grand principe d’exégèse traditionnelle : il n’y a ni antérieur, ni postérieur dans le Pentateuque. Il est très simple. Si l’on prend deux versets qui se suivent, le premier peut relater un fait postérieur au second, inversement, le second verset peut relater un fait antérieur au premier, c’est-à-dire que l’on ne peut rien déduire de l’ordre d’apparition des versets pour le déroulement du texte. Spinoza se conforme en tout point à cette règle. Les anachronismes qu’il cite sont déduits du vocabulaire même du verset, jamais à partir de l’ordre des versets (voir par exemple : Genèse 12,6, 0804 105-163-736).

0141 11-41-629 : Psaume 51,12-13

25312 Un cœur pur, crée-moi, Dieu, et un esprit décent renouvelle en mon sein. 13 Ne me jette pas de devant toi et ne me prends pas l’esprit de ta sainteté.

Texte princeps :

cor purum crea mihi Deus, & Spiritum decentem in me renova, non me rejice è tuo conspectu, nec mentem tuœ sanctiiatis ex me cape.crée-moi un cœur pur, Dieu, et un Esprit décent renouvelle en moi, ne me rejette pas à devant toi, ne me prend pas l’âme de ta sainteté.

Targum :

25412 Un cœur pur, crée-moi, Dieu, et un esprit préparé à ta crainte renouvelle en mon sein. 13 Ne me jette pas de devant toi et ne m’enlève pas l’esprit de la prophétie de ta sainteté.

Rashi :

255“Un cœur pur, crée à moi, Dieu” : pour que je ne chancelé plus. “Et ton esprit saint, ne me retire pas” : que l’esprit saint ne soit pas éloigné de moi.

Ibn Ezra :

256“Cœur” : parce qu’il rappelle qu’il profane par le péché. Cela signifie que l’appétit naturel l’amène à fauter, alors il prie Dieu pour qu’il l’aide à vaincre son instinct afin de ne pas une nouvelle fois commettre une telle faute, c’est cela le cœur pur. “Et un esprit convenable” : c’est une répétition. “Ne” : la peur de déchoir du degré des gens ayant l’esprit saint. Et on trouve qu’à la fin de sa vie, il dit : “l’esprit de Dieu parle en moi” (2 Samuel 23,2).

257On remarquera qu’Ibn Ezra suit le titre du Psaume où il est fait mention du roi David comme rédacteur. Cela explique la fin de son commentaire où il nous renvoie aux dernières paroles de David avant sa mort. Spinoza suit exactement les commentaires. Son texte est pratiquement une paraphrase de celui d’Ibn Ezra.

0142 11-42-630 : Isaïe 40,13

258Qui a disposé l’esprit de Dieu et un homme lui fait-il connaître son conseil ?

Texte princeps :

quis disposuit Dei Spiritum qui a disposé l’Esprit de Dieu

Targum Yonatan :

259Qui a disposé l’esprit de sainteté dans la bouche de tout prophète, n’est-ce pas Dieu ? Et les justes qui pratiquent ses dires et les paroles de sa volonté il leur fera savoir.

Rashi :

260“Qui a disposé” : l’esprit saint dans la bouche des prophètes ? Dieu l’a disposé pour qu’il soit digne de foi. “Et l’homme, son conseil” : il lui a fait connaître son esprit. C’est ainsi que Yonatan le traduit. La signification de ‘et l’homme, son conseil’ est lié au début du verset, ‘qui a disposé son esprit’. Et quel homme fera connaître son conseil au Saint béni soit-il ?

Ibn Ezra :

261“Qui” : le Gaon a dit que l’esprit n’était pas rappelé avec les trois fondements et que Dieu est la réponse, comme s’il était dit : qui l’esprit a disposé ? et la réponse serait Dieu. A mon avis, cela n’est pas vrai du fait que le verset est ‘l’esprit’ (précédé de la particule ‘et’ de l’accusatif). Que signifie “Et l’homme son conseil”, sinon “Et l’homme lui fera connaître son conseil”. Ainsi, il en est de “qui a disposé l’esprit de Dieu” où Dieu est complément de l’esprit, comme dans “l’esprit de Dieu se mouvait” (Genèse 1,2). Le premier ‘qui’ en implique un second : ‘et qui est l’homme qui fera connaître son avis à Dieu sur le pourquoi de la création’.

Radaq :

262“Qui a disposé l’esprit de Dieu” : quand il a fait tout cela, qui a préparé son esprit comme dans “et son âme désire et il fait” (Job 23,13). Il n’y a pas d’ange. De même l’homme réforma-t-il son esprit et lui fit-il savoir son conseil quand il fit le monde en lui disant ‘ainsi tu feras’, ainsi il dit “il plante les cieux tout seul” (Job 8,9). Et celui qui se souvient se tient à la seconde place comme s’il avait dit : quel “homme lui fera savoir son conseil”, c’est encore un doublet.

  • 29 Voir ce qu’il en dit dans le chapitre VIII du TTP : 0831 109-166-741.

263Effectivement, le texte araméen traduit le début du verset ainsi : qui a disposé l’esprit saint dans la bouche de tous les prophètes. Spinoza laisse de côté le Targum29. Spinoza suit l’explication d’Ibn Ezra contre l’avis du Gaon qui ht le verset ainsi : “Qui a disposé l’esprit : Dieu”. Cette divergence est basée sur l’accentuation, en l’espèce, le Gaon considère que l’accent tipha que porte le mot ‘esprit’ est strictement disjonctif, alors qu’il sert aussi à annoncer l’accent principal athnah, c’est-à-dire que l’on est obligé de faire ainsi même si les deux mots qui sont ainsi séparés ne doivent pas l’être. Spinoza l’indique très clairement à la fin du chapitre IV du CGLH.

0143 11-42-630 : Isaïe 63,10

264Et eux, ils ont été rebelles et ont attristé l’esprit de sa sainteté. Et il est devenu pour eux un ennemi, il les a combattu.

Texte princeps :

& ipsi amaritudine, & tristitia affecerunt Spiritum suæ sanctitatis, et ils ont affecté d’amertume et de tristesse l’Esprit de sa sainteté,

Targum Yonatan :

265Et eux, ils ont été rebelles et ont irrité sur la parole des prophètes de sa sainteté. Et il a transformé sa parole pour eux en un ennemi, il les a combattu.

Rashi :

266“Et ils ont fait amer” : ils ont offensé comme dans “vous avez été rebelles” (Deutéronome 9,7 ; 9,24 et 31,27).

Ibn Ezra :

267“Et ils ont fait amer et ils ont attristé” : de la racine ‘vous êtes attristé’ par comparaison. Certains disent que l’esprit de sa sainteté est l’ange de Dieu.

Radaq :

268“Et eux, ils ont été rebelles” : dans le sens de révolte comme “vous avez été rebelles à ma bouche” (Nombres 27,14). “Et ont attristé” : dans le sens de ‘colère’, ainsi : “combien ils se révoltèrent, etc,” (Psaume 78,40). Il dit qu’après qu’il les ait sauvé du péril ils se rebellèrent de nouveau contre sa parole et n’écoutèrent pas sa voix et l’esprit de sa sainteté qui est la parole de ses prophètes qui est dite par l’esprit saint, ainsi a traduit Yona-tan. “Et il est devenu pour eux un ennemi” : il a fait que leur sauveur de l’ennemi les combatte et leurs propos leur venait par une mauvaise voie jusqu’à ce qu’ils disent que cela venait de Dieu.

269Spinoza amène ici un exemple où les actions des hommes entraînent des affects dans l’esprit de Dieu.

0144 12-42-630 : Isaïe 63,11

270Et son peuple se souvint les jours anciens de Moïse. Où est celui qui les remonta de la mer avec le berger de son troupeau ? Où est celui qui a mis en son sein l’esprit de sa sainteté ?

Texte princeps :

Ubi est, qui posuit in medio ejus Spiritum suæ sanctitatis, , où est qui a mis en son sein l’Esprit de sa sainteté,

Targum Yonatan :

271Et que la cherté de son nom soit préservé à cause des souvenirs des bienfaits du passé qu’il a fait par Moïse pour son peuple pour qu’il soit dit : Où est celui qui les remonta de la mer ? Où est celui qui leur a parlé dans le désert comme le berger à son troupeau ? Où est celui qui a mis parmi eux la parole des prophètes de sa sainteté ?

Rashi :

272“Et son peuple se souvint les jours anciens de Moïse” : le prophète se lamente et il dit dans une langue de supplication : aujourd’hui dans l’exil, son peuple se rappelle les anciens temps, le temps de Moïse, et face à leur souffrance, il dit : où est Moïse, notre berger qui nous a fait monter de la mer du jonc. “Le berger de son troupeau” : ressemblance avec le berger qui fait monter son troupeau. Où est celui qui a placé dans le sein d’Israël l’esprit de la sainteté du Saint béni soit-il qui nous a enseigné lois et jugements ?

Ibn Ezra :

273“Et il se souvint des jours anciens” : du temps passé, du temps de Moïse et de son peuple, comme “soleil et lune reste” (Habaquq 3,11). Il est possible que ‘Moïse’ soit un verbe car il délivre Israël. La première solution est la bonne. “Où est celui qui les remonta” : la raison en est que les nations diront : où est celui qui les a fait monter de la mer de joncs à cause du paradigme de Moïse qui est le berger d’Israël. “Où est celui qui a placé” : dans le sein de Moïse. Certains disent que c’est Dieu qui était au sein d’Israël.

Radaq :

  • 30 Radaq explique ici la particule ‘et qui signifie très rarement avec par la particule ‘im dont le s (...)

274“Et il se souvint des jours anciens” : Israël dans l’exil et dans les moments de détresse se souvient des jours anciens, c’est ce que signifie ‘les jours du monde’ quand il a envoyé Moïse à son peuple. Il manque à ‘son peuple’ la particule ‘lamed’ comme “il arriva à Jérusalem” (Ezra 7,8) et ses semblables. Le prophète a dit par la voie de la prophétie qu’Israël en exil se souvient de ces mêmes jours et il dit : voici que quand Israël était en Égypte, nombreux parmi eux étaient idolâtres comme cela est explicite dans le livre d’Ezéchiel. Malgré cela, en voyant leur malheur, il leur pardonna et il dit “et Dieu entendit leur gémissement” (Exode 2,24) et il se révéla à Moïse et dit “j’ai bien vu la misère de mon peuple qui est en Égypte” (Exode 3,7) et il le leur envoya et il fit pour eux des signes et des miracles, il les fit sortir d’Égypte et les sauva. Malgré cela, quand les Egyptiens les poursuivirent, ils ne sont pas souvenu des miracles qu’il leur avait fait et ils dirent : “n’y avait-il pas de tombes en Égypte etc.” (Exode 14,11). Malgré cela il leur fit passer la mer à sec et il les remonta de la mer et les eaux recouvrirent leurs assaillants. C’est pourquoi ils sont perplexes dans l’exil et disent : “Où est celui qui les remonta de la mer avec le berger de son troupeau ?” : avec30 le berger de son troupeau, ce sont Moïse et Aharon. Bien que nous fautons devant lui, nos pères n’ont-ils pas aussi fauté, pourtant la mer les a sauvé au moment de leur détresse, pourquoi nous prolonge-t-il l’exil au point que nous devions dire : ‘où est-il celui qui a sauvé nos pères comme si aujourd’hui il n’existait pas. “Où est celui qui a mis en son sein l’esprit de sa sainteté ? ” : celui qui enverra en eux un esprit de prophétie. En dehors de Moïse, Aharon et Myriam, il y eut les soixante-dix anciens sur lequel s’était posé l’esprit de prophétie. Egalement lors de la présence au mont Sinaï, tous furent prophètes. Et celui qui a fait tout cela pour eux, où est-il maintenant ? Or maintenant voici que l’esprit de prophétie s’en est allé depuis que sont morts Aggée, Zacharie et Malachie qui furent prophètes pour nous. Ils nous ont annoncé l’approche de la rédemption et c’était un soulagement pour nous. Mais nous sommes en exil depuis beaucoup d’années et nous n’avons pas de prophètes, sans savoir jusqu’à quand. “Il les remonta” : avec la voyelle ‘tséré’, or l’usage du verbe est avec la voyelle ‘qamats’ dans la lettre ‘mem’ des verbes. Contrairement à mon opinion, les exégètes ont attribué ‘se souvint’ au Nom béni soit-il et c’est ainsi que Yonatan a traduit.

275Spinoza déduit tout simplement des commentaires son affirmation que, dans ce verset, l’esprit de sa sainteté n’est autre que la Loi de Moïse. Tous deux affirment que le sujet du verset n’est autre que Moïse. Ibn Ezra enseigne que cet esprit est présent en Moïse et Rashi nous dit que cet esprit nous a enseigné les lois.

0145 12-42-630 : Néhémie 9, 20

276Et tu leur a donné ton bon esprit pour les rendre intelligents. Et tu n’as pas refusé ta manne à leurs bouches et tu leur a donné de l’eau pour leur soif.

Texte princeps :

& Spiritimi, sive mentem tuam bonam eis dedisti, ut eos intelligentes faceres, et ton bon Esprit, tu leur a donné pour les rendre intelligents,

Ibn Ezra :

277“Et tu leur as donné ton bon esprit pour les rendre intelligents” : il s’agit de “et il mit de l’esprit sur les soixante-dix anciens” (Nombres 11,25).

278Rashi ne commente pas ce verset. Spinoza cite Nombres 11,17 qui est repris par Nombres 11,25 (citation 0158). C’est par le verbe ‘ils deviennent intelligents’ que Spinoza peut renvoyer à la citation suivante.

0146 12-42-630 : Deutéronome 4,6

279Et vous les garderez et les ferez car elle est votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples qui entendront toutes ces lois, ils diront : « Elle ne peut être qu’un peuple sage et intelligent, cette grande nation. »

Texte princeps :

280& etiam ad id Deut. cap.4. vers.6. alludit, ubi Moses ait, quoniam ipsa (nempe Lex) est vestra scientia, & prudentia &c.

281Et il y est fait aussi allusion dans Dt 4,6 où Moïse dit : car elle (la Loi) est votre science et votre sagesse, etc.

Targum Onqelos :

282Et vous les garderez et les ferez car elle est votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples qui entendront toutes ces lois et ils diront : « Elle ne peut être qu’un peuple sage et intelligent, cette grande nation. »

Targum Yerushalmi :

283Et vous garderez et ferez cette Loi car elle est votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples qui entendront toutes ces lois et ils diront : « Elle ne peut être qu’un peuple sage et intelligent, cette grande nation. »

Rashi :

284“Et vous garderez” : c’est la Mishna. “Et vous ferez” : dans son sens obvie. “Car elle est votre sagesse et votre science, etc.” : de ce fait, vous serez considères comme sages et intelligents aux yeux des nations.

285Ibn Ezra ne commente pas ce verset. Spinoza cite également les versets 4 à 7 de ce chapitre du Deutéronome : n 0302-30.69.652.

0147 12-42-630 : Psaume 143,10

286Enseigne-moi a faire ta volonté car tu es mon Dieu, ton esprit est bon. Conduis-moi dans une terre plane.

Texte princeps :

mens tua bona me ducet in terram planam, , ta bonne pensée me conduira dans une terre plane,

Targum :

287Enseigne-moi à faire ta volonté car tu es mon Dieu, l’esprit de ta sainteté est bon. Tu me conduiras dans une terre plane.

Ibn Ezra :

288“Enseigne-moi” : habitue-moi comme dans “Onagre habitué au désert” (Jérémie 2,24). Certains disent qu’il se compare à quelqu’un qui est au sein de la mer, c’est pourquoi il demande un esprit bon pour le conduire et le sortir vers la terre. Ou alors, il manque la lettre Bet et il s’agit de ce qui est droit à mes yeux par l’esprit bon, ‘conduis-moi’ a la lettre Taw à cause du Nom (Dieu). Et rabbi Shlomo Ha-sefaradi, bénie soit sa mémoire, a dit qu’il s’agissait d’une force de l’esprit supérieur.

289Rashi ne commente pas ce verset. Spinoza reprend ce commentaire quand il transpose ‘terram planam’ en ‘rectam viam’.

0148 12-42-630 : Psaume 33,6

290Par la parole de Dieu, les cieux ont été faits ; et par l’esprit de sa bouche toute leur armée.

Texte princeps :

291Significat etiam, uti diximus Spiritus Dei, Dei halitum, qui etiam improprie, sicuri mens, animus, & corpus Deo in Scriptura tribuitur, ut Psal. 33. vers.6.

292Esprit de Dieu signifie aussi, comme nous l’avons dit, haleine de Dieu qui lui est aussi improprement attribuée dans l’Ecriture comme la pensée, l’âme et le corps, comme dans Ps 33,6.

Targum :

293Par la parole de Dieu, les cieux ont été faits ; et par l’esprit de sa bouche toute leur armée.

Ibn Ezra :

294“Par la parole” : il rappelle la parole car ce ne sont pas les seules parties qui sont fidèles à la parole de Dieu, mais seulement les principes. Il rappelle les cieux et le souffle de sa bouche comme la parole de Dieu du fait que toutes les créatures de la terre et tout ce qui s’y passe dépendent du système des cieux.

in extenso 0149*).

0149 12-42-630 : Job 33,4

295L’esprit de Dieu m’a fait et le souffle de Shaday me fera vivre.

Texte princeps :

Spiritus Dei me fecit, 31l’Esprit de Dieu m’a fait,

Targum :

296L’esprit de Dieu m’a fait et la parole de Shaday me fera vivre.

Rashi :

297“L’esprit de Dieu m’a fait” : et je ne suis pas plus fort que toi.

298Ni Ralbag, ni Ibn Ezra ne commente ce verset. Spinoza donne ici des occurrences du mot ruah construit avec des noms de Dieu autres que le tétragramme YHWH, en l’occurrence, ici, ’El et Shaday.

0149* 12-42-630 : Psaume 33,6

299Par la parole de Dieu, les cieux ont été faits ; et par l’esprit de sa bouche toute leur armée.

Texte princeps :

300Nam Psaltes poetice loquendo etiam ait jussu Dei cœli facti sunt et Spiritus, sive flatu, oris sui (hoc est decreto suo, uno quasi flatu pronuntiato) omnis eorum exercitus.

301Car le Psalmiste parlant poétiquement dit aussi : par l’ordre de Dieu les cieux ont été fait et l’Esprit, ou le souffle, de sa bouche (c’est-à-dire son décret prononcé comme un souffle) toute leur armée.

302Voir plus haut la citation 0148.

0150 12-42-631 : Psaume 139,7

303Où irai-je (loin) de ton esprit et où fuirai-je de ta face ?

Texte princeps :

quo ibo extra Spiritum tuum, aut quo fugiam, extra tuum conspectum, , où irai-je hors de ton Esprit ou bien où fuirai-je hors de ta face,

Targum :

304Où irai-je (loin) de devant ta colère et où irai-je de devant ta face ?

Ibn Ezra :

305“Où” : l’homme n’a pas de capacité à aller si l’esprit de Dieu ne le conduit pas. C’est pourquoi on a “où irais-je de ton esprit”, et son sens est comme celui de “de devant toi”.

extra tuum conspectum, ex vestrâ prœsentiâ (TTP, ruah présence.

0151 12-42-631 : Michée 2,7

306Est-il dit, maison de Jacob, l’esprit de Dieu s’est-il rétréci, si ce sont ses agissements ? Est-ce que mes paroles ne feront-elles pas du bien à celui qui marche droit ?

Texte princeps :

Spiritus Dei num angustatus est Spiritus Dei ? sunt ne hœc ejus opera ?, Esprit de Dieu, est-ce qu’il s’est rétréci l’Esprit de Dieu ? ne sont-ce pas ses œuvres ?

Targum Yonatan :

307Est-il juste qu’ils disent que dans la maison de Jacob la parole de devant Dieu s’est rétrécie, ne sont-ce pas ses œuvres ? Est-ce que toutes les paroles que j’ai dites ne seront-elles pas offertes à tous ceux qui marchent dans la vérité ?

Rashi :

308“Il est dit, maison de Jacob” : la maison de Jacob a dit cela quand ils entendaient le mal que leur prohétisaient les prophètes, “l’esprit de Dieu s’est-il rétréci” : car il n’a plus de possibilité maintenant d’améliorer, et son esprit n ‘est plus assez large pour faire le bien comme aux premiers temps. “Si ce sont ses agissements” : tous pour faire le mal. “Est-ce que mes paroles ne feront pas du bien à celui qui marche droit” : mon esprit n’a pas diminué, ce ne sont mes agissements que pour les méchants, mais celui qui marche droit, je lui ferai du bien.

Ibn Ezra :

  • 32 Il s’agit de la lettre qui débute le premier mot du verset. Elle porte la voyelle ségol qu’Ibn Ezr (...)

309“Est-il dit” : la parole sera dite dans une langue simple, à vous, maison de Jacob. Rabbi Josué a dit que c’était comme s’il était écrit : ‘Ecoute, toi qui est appelé maison de Jacob’. La lettre Hé est vocalisée par un petit patah32 car elle fait partie des gutturales, comme dans “est-elle forte ou faible” (Nombres 13,18). “l’esprit de Dieu s’est-il rétréci” : c’est la prophétie et cela signifie : l’esprit de Dieu ne dit-il pas toujours la vérité et pourquoi Dieu ferait-il du mal ? “Si ceci sont ses agissements ? ” Parce que son habitude est-elle de faire inutilement le mal à ses créatures ? Il ne parle que de vous faire du bien et le bien vient à celui qui marche droit. Cela signifie qu’il fera sa bonne parole si leurs actes sont bons.

Radaq :

  • 33 Pour Radaq, il ne s’agit pas là de l’interrogatif mais de l’article défini qui a dans ce cas la mê (...)

310“Est-il dit” : la lettre ‘hé’ est l’article défini33 avec la voyelle ‘ségol’ comme “et il éloigna les insectes malfaisants” (Exode 8,27), elle sert à l’appel comme “l’assemblée, une seule loi pour vous” (Nombres 15,15), “la génération, vous, voyez la parole de Dieu (Jérémie 2,31). C’est-à-dire, à vous qui dîtes à toi, maison de Jacob, il dit : “l’esprit de Dieu s’est-il rétréci” pour que tu dises aux prophètes de Dieu de ne pas prêcher. Si la prophétie de Dieu s’est rétréci pour vous, pourquoi la faire cesser ? N’a-t-elle pas été assez large pour vous convaincre qu’elle est bonne pour vous ? Tout le temps que vous avez voulu la recevoir, je ne l’ai pas empêché. “Ne sont-ce pas ses agissements ? ” : ces malheurs qui viennent sur vous sont-ils ses actes et ses actions ? Non, ce sont vos actes car mes paroles feront du bien” et non du mal si l’homme marche dans la voie droite. “S’est-il rétréci” : verbe au passé, moitié avec la voyelle ‘qamats’ et moitié avec la voyelle ‘patah’. “Feront-elles du bien’ : la première lettre ‘yod’ est vocalisé avec un ‘tséré’ et la seconde qui est quiescente est la première lettre de la racine verbale. La vérité est qu’il faut rétablir la lettre ‘hé’ de la conjugaison factitive ‘hif’il’ comme “ses régnants crieront” (Isaïe 52,5).

311La réponse aux questions du prophètes est négative. Dieu est miséricordieux envers ceux qui font le bien, pas envers ceux qui font le mal. Spinoza se base sur Rashi, Ibn Ezra et Radaq pour montrer qu’ici il est question de la miséricorde divine. Il n’utilise le mal que pour punir les mauvaises actions.

0152 12-43-631 : Zacharie 4,6

312Et il répondit et me dit de dire : « C’est la parole de Dieu à Zerubavel de dire : non par une armée, et non par la force, mais par mon Esprit, dit Dieu des armées. »

Texte princeps :

non exercitu, nec vi, sed solo meo Spiritu, ,6 :, non par une armée, ni par la force, mais par mon seul Esprit,

Targum Yonatan :

313Et il répondit et me dit de dire : « C’est la parole de Dieu à Zerubavel de dire : non par une armée, et non par la force, mais par ma parole, dit Dieu des armées. »

Rashi :

314“C’est la parole de Dieu à Zerubavel” : c’est, pour toi, le signe promis à Zerubavel. Comme les olives et l’huile, qui s’épuisent d’elles-mêmes, sont ses paroles, ainsi ce n’est ni par votre vigueur, ni par votre force que vous reconstruirez le bâtiment de mon Temple. “Mais par mon esprit” : je donnerai mon esprit sur Darius qui vous ordonnera de construire et d’exécuter tous les besoins liés à l’émergence du bâtiment par lui-même, de vous aider avec du blé, du vin, de l’huile et des chèvres comme il est explicitement dit dans Ezra (voir Ezra 6,9) et vous n’aurez pas besoin d’intervention humaine.

Ibn Ezra :

315“Il répondit” : voici la parole de Dieu que le Temple sera reconstruit. Et il est écrit dans le Targum Yonatan que l’on doit aider le prophète de Dieu.

Radaq :

316“Et il répondit... non par une armée et non par la force” : comme tu l’as vu pour l’acte du candélabre qui a été fait seul sans homme pour arranger les lampes et en allumer l’huile. De même la reconstruction du Temple se fera sans la force de l’homme mais par l’esprit de Dieu, qu’il soit béni, et par sa volonté. Il lui expliquera encore la vision en détail.

317Spinoza déduit le sens de miséricorde qu’a ‘esprit’ dans ce verset grâce aux commentaires.

0153 12-43-631 : Zacharie 7,12

318Et leur cœur, on l’avait rendu comme le diamant pour ne pas écouter la Loi ni les paroles que Dieu des armées a envoyé par son Esprit par les premiers prophètes. Et il y eut une grande colère de la part de Dieu des armées.

Texte princeps :

& cor suum constituerunt cautum, ne obidirent Legi, & mandatis, quœ Deus misit ex suo Spiritu per primos Prophetas.et leur cœur ils l’ont rendu rusé pour ne pas obéir à la Loi ni aux commandements que Dieu a envoyés de son Esprit par les premiers Prophètes.

Targum Yonatan :

319Et leur cœur, on l’avait rendu comme le diamant pour ne pas écouter la Loi ni les paroles que Dieu des armées a envoyé par sa parole par les premiers prophètes. Et il y eut une grande colère de devant Dieu des armées.

Rashi :

  • 34 Rashi comprend le mot rare Shamir comme proche de ver. Dans tous les cas, c’est la qualité de rési (...)

320“on l’avait rendu comme un diamant” : ver34 plus dur que le roc. On l’expose sur une pierre et elle se fend.

Ibn Ezra :

321“Et leur cœur” : c’est une matière que même le fer ne peut trouer. “La loi” : la loi de Moïse et les paroles des prophètes pour les édifier. “Et il y eut une grande colère” : contre vos pères.

Radaq :

322“Et leur cœur, on l’avait rendu comme le diamant” : le diamant est une pierre forte que le fer ne peut briser. “Et les paroles” : les paroles de prêche que leur disaient les prophètes. “Par son esprit” : par l’esprit de prophétie qui parle avec les prophètes. “Et il y eut une grande colère” : contre vos pères.

323Spinoza traduit ce diamant, cette matière que la pierre, dont ils couvrent leur cœur, ne peut briser, par ‘constituerunt cautum’, sous-entendu, un cœur que rien ne peut atteindre, ne peut fendre.

0154 12-43-631 : Aggée 2,5

324La parole que j’ai contractée avec vous à votre sortie d’Égypte et mon esprit demeure parmi vous. Vous ne craindrez pas.

Texte princeps :

& Spiritus meus permanet inter vos, nolite timere.et mon Esprit demeure parmi vous, n’ayez crainte.

Targum Yonatan :

325La parole que j’ai contractée avec vous à votre sortie d’Égypte et mes prophètes enseignent parmi vous. Vous ne craindrez pas.

Rashi :

326“la parole que j’ai contractée” : vous gardez ma loi et mon esprit est conservé par votre prophète, n’ayez pas de crainte.

Ibn Ezra :

327“Et mon esprit” : ma prophétie.

Radaq :

328“La parole” : si vous faîtes ce que j’ai conclu avec vous. “Et mon esprit demeure parmi vous” : l’esprit saint. Mais après que vous ayiez fauté et que vous n’ayiez pas fait la Loi et les préceptes, l’esprit saint a cessé et la prophétie a cessé au temps de Zacharie et Malachie. Et il dit “que j’ai conclue avec vous”, c’est-à-dire avec vos pères, c’est comme si c’était avec vous, comme il est écrit dans le Pentateuque “Dieu n’a pas conclu cette alliance avec nos pères mais avec nous (Deutéronome 5,3). Et Yonatan traduit “et mon esprit demeure parmi vous” par “et mes prophètes enseignent parmi vous”.

329Spinoza induit la miséricorde à partir de la parole ‘n’ayez pas de crainte’. Les commentaires induisent un lien fort entre l’esprit de Dieu et la prophétie.

0155 13-43-631 : Isaïe 48,16

330Approchez de moi, écoutez cela, non au commencement en secret j’ai parlé du moment de son être, là je suis. Et maintenant Seigneur Dieu m’a envoyé, moi et son Esprit.

Texte princeps :

at nunc Dominus Deus me misit, ejusque Spiritus, a principio non occulte locutus sum, ex tempore, quo ipsa fuit, ego adfui, , maintenant Seigneur Dieu m’a envoyé et son Esprit, au commencement sans secret j’ai parlé, quand elle a été j’ai été présent

Targum Yonatan :

331Approchez de ma parole, écoutez cela, non au commencement en secret j’ai parlé du moment où les peuples se sont séparés de ma crainte. Là-bas, Abraham, votre père, a été proche de mon culte. Le prophète a dit : Et maintenant Seigneur Dieu m’a envoyé moi et ses paroles.

Rashi :

  • 35 Rashi ne fait que répéter le Targum qui explique le verset.
  • 36 Voir note précédente.

332“Du moment de son être, là je suis” : depuis l’époque où les peuples se sont séparés de ma crainte là-bas, je l’ai approchée d’Abraham, votre père, pour mon culte35. “Et maintenant Seigneur Dieu m’a envoyé, moi et son esprit” : le prophète dit : ‘et maintenant Dieu m’a envoyé avec sa parole’36. C’est une confusion, celui qui a dit cela n’a pas dit ceci. Le Midrash Aggada de Rabbi Tanhouma explique “écoutez cela” par la loi de Moïse dont il est dit “cela est la loi”. “Non au commencement en secret j’ai parlé” au Sinaï et le prophète dit “du moment de son être” à propos de la même chose sur laquelle il dit “là je suis”. De là nous apprenons que tous les prophètes étaient présents au Sinaï. Et maintenant, il m’envoie prophétiser sur eux. Dans cette expression aussi se trouve une confusion. “Non au commencement en secret j’ai parlé” a dit Dieu, “du moment de son être, là je suis” dit le prophète, la solution pour qu’il n’y ait pas de confusion est de comprendre que “Approchez de moi, écoutez cela” c ‘est que je vous prédis la chute de Babylone et votre rédemption. “Non au commencement en secret j’ai parlé” de celle-ci. “Du moment de son être”, depuis que Dieu a décrété de l’amener, là-bas j’ai su que depuis le moment de ce décret, Dieu a préparé un prophète, qui devra prophétiser à ce sujet, dans le secret de la cour céleste, malgré qu’il n’ait pas encore été créé.

Ibn Ezra :

  • 37 Il s’agit d’une allusion à Daniel 10,13 : Et le prince du royaume de Perse se tint en face de moi (...)

333“Approchez” : ce sont les paroles du prophète. “Non au commencement” : à l’origine je n’ai pas dit ‘c’est le secret et c’est le décret’. “En secret j’ai parlé du moment de son être” : le Gaon a dit à partir de ceci que l’âme précède le corps. Mais il n’en est rien car l’Ecriture dit au début : “maintenant ils ont été créés et non pas depuis lors” (Isaïe 48,7) et cela signifie que le décret a été pris et est sorti de la bouche de Dieu. Ces Anges sont les princes nommés sur les royaumes comme il est écrit dans le livre de Daniel37. Là j’étais aussi, moi et son esprit, qui est un Ange. Le Gaon a dit que le Waw (conjonction “et”) venait à la place d’un Bet (préposition “dans”) et que c’est comme pour "recherchez Dieu et sa puissance" (Psaume 105.4), or ce n’est pas nécessaire.

Radaq :

334“Approchez” : ce sont les paroles du prophète. “Au commencement en secret j’ai parlé” : la prophétie sur Sanheriv qui était antérieure, je ne l’ai pas dite en secret mais j’ai parlé à découvert car ainsi en sera-t-il. “Du moment de son être” : du moment où le décret sera tel que je vous le dis et vous êtes mes témoins. Et maintenant Seigneur Dieu m’a envoyé à cause du décret futur qui va advenir et c’est la destruction de Babel. “Et son esprit” : signifie ‘son ange’. C’est-à-dire son ange est venu à moi envoyé par Dieu, béni soit-il, par la prophétie et il m’a fait savoir ce futur décret à venir. Il m’a envoyé à vous pour que je vous le fasse savoir. Et il était nécessaire de dire “et son esprit” car parfois le prophète entend une voix sans voir d’ange et parfois il voit un ange dans une vision de prophétie. Monseigneur mon père, que sa mémoire soit une bénédiction, a interprété “non au commencement” comme étant quand j’ai prophétisé la prophétie de Sanheriv, j’ai parlé à découvert et du moment que c’est la même prophétie qui dit “qui enverrai-je et qui ira pour nous” (Isaïe 6,8), là je suis convoqué. “Et maintenant Seigneur Dieu m’a envoyé, moi et son esprit” il l’a mis en mon sein pour prophétiser l’avenir. Le grand maître Sa‘adya a interprété comme si on avait ‘dans son esprit’, comme dans “et il témoigna sur eux par ton esprit par l’intermédiaire de tes prophètes” (Néhémie 9,30). De même il a interprété “consultez Dieu et sa force” (Psaume 105,4), comme étant ‘dans sa force’. Et le sage maître Abraham Ibn Ezra a interprété “et son esprit” comme étant l’ange préposé au royaume de Perse car il y a des anges préposés aux royaumes comme il est écrit dans le livre de Daniel. Yonatan a traduit : “du moment où les peuples se sont séparés, etc.”

335Spinoza suit ici le commentaire de Rashi, en particulier quand, dans sa glose entre parenthèses, il utilise le mot ‘sententia’ qui n’est autre que le mot hébreu Gezéra, rendu par ‘décret’.

0156 13-43-631 : Isaïe 6

336Pour la traduction de ce passage, voir la citation identique : 0108.

Texte princeps :

at nunc Dominus Deus me misit, ejusque Spiritus, a principio non occulte locutus sum, ex tempore, quo ipsa fuit, ego adfui, , maintenant Seigneur Dieu m’a envoyé et son Esprit, au commencement sans secret j’ai parlé, quand elle a été j’ai été présent

337Par suite d’une erreur typographique, Spinoza cite le chapitre 7 d’Isaïe. Nous proposons de le corriger en chapitre 6 à cause du mot “envoie-moi” présent dans le verset 8 et que l’on retrouve dans le verset précédemment cité (Isaïe 48,16). De plus, Spinoza a déjà cité ce chapitre 6, voir n 0108-6.36.623. Pour finir, les commentaires font débuter la prophétie d’Isaïe de ce chapitre 6 et non pas du chapitre 1 (voir n 0108-6.36.623). Nous n’amènerons que les commentaires au verset 8 de ce chapitre qui fait le lien avec la citation précédente grâce à “envoie-moi”.

Targum Yonatan :

338Et j’entendis la voix de la parole de Dieu qui disait : « Qui enverrai-je pour être prophète et qui ira enseigner ? » Et je dis : « Me voici, envoie-moi. »

Rashi :

  • 38 La Pesiqata De-Rav Kahana fait partie des recueils anciens de Midrashim homilétiques. Elle fut pro (...)

339“Qui enverrai-je” : pour convaincre Israël, j’ai envoyé Amos et ils l’ont appelé ‘bègue ‘ car il avait une élocution difficile. Il prophétisa deux ans avant le tremblement et Israël disait que le Saint, béni soit-il, avait délaissé le monde et que sa Présence est restée sur un estropié de la langue, comme on le voit dans la Pesiqata38.

Ibn Ezra :

340“Et j’entendis” : parlant aux Séraphins, c’est pourquoi il y a “pour nous”. Que signifie “Me voici, envoie-moi” ? Après que mes lèvres auront été purifiées, je serai digne d’être un envoyé. Ce n’était pas le cas auparavant, c’est pourquoi j’ai dit que ce passage était le début de la prophétie d’Isaïe.

Radaq :

  • 39 En hébreu ‘accablé’ se dit ‘amus’

341“Et j’entendis la voix de Dieu” : à partir de ce verset, on a dit que c’était le début de sa prophétie et nous avons ce problème au début du livre. “Pour nous” signifie ‘en notre faveur’. Et il dit “pour nous” au pluriel comme s’il parlait avec les séraphins et comme s’il avait été couronné avec eux pour cela, et ainsi nous allons le reconnaître. Sur “qui enverrai-je”, j’ai envoyé Michée et ils le frappèrent sur la joue. C’est ce qui est dit : “avec le sceptre ils frappèrent à la joue le juge d’Israël” (Michée 4,14). J’ai envoyé Amos et ils l’ont appelé ‘déchet’. Et le Saint, béni soit-il, ne put installer sa présence que sur ‘ce déchet’. C’est un raccourci. Rabbi Pinhas a dit qu’il s’appelait Amos car il était ‘accablé’39. “Et je dis : me voici, envoie-moi’ : le Saint, béni soit-il, a dit : Isaïe, mon fils, ce sont des impertinents et des rebelles et tu dois accepter d’être méprisé. Pour cela, il lui a dit : “j’ai donné mon dos à ceux qui me frappaient” (Isaïe 50,6).

342Spinoza rappelle ici que le livre d’Isaïe commence par ce chapitre où l’on décrit comment Isaïe est devenu prophète. Il y a contradiction entre Isaïe 48,16 où l’on nous présente un homme qui vient parler sans secret, à cœur ouvert, et Isaïe 6,9 (et suivants) où l’on voit un prophète qui parle afin de ne pas être compris.

0157 13-43-631 : Lévitique 19,17

343Tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur. Tu reprendras bien ton prochain et tu ne porteras pas sur lui de faute.

Texte princeps :

344Potest etiam, uti dixi, per Dei mentem in Lege revelatam intelligi, hoc est, quod ille jam etiam ex mandato Legis, nempe Levit. cap.19. vers.17. ad eos monendum venit.

345Il est aussi possible, comme je l’ai dit, de comprendre la pensée de Dieu révélée dans la Loi, c’est-à-dire qu’il est aussi venu pour les avertir suivant le commandement de la Loi, à savoir dans Lv 19,17.

Targum Onqelos :

346Tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur. Tu reprendras bien ton prochain et tu ne porteras pas sur celui-ci de faute.

Targum Yerushalmi :

347Vous ne parlerez d’un sujet dans votre bouche pour haïr votre frère dans votre cœur. Vous reprendrez bien vos prochains, mais sans être un fardeau, vous ne porterez pas à cause de lui de faute.

Rashi :

348“Et tu ne porteras pas sur lui de faute” : tu ne le feras pas rougir de honte en public.

Ibn Ezra :

349“Tu ne haïras pas ton frère” : au contraire, tu aimeras ton prochain. Voici que tous les commandements sont plantés dans le cœur et c’est pour les préserver que l’on siège sur la terre. Le Second Temple a été détruit à cause de la haine gratuite. “Tu devras réformer ton prochain” : de peur que tu le soupçonnes d’un fait qu’il n’a pas commis. C’est la raison de “et tu ne porteras pas sur lui de faute” car sinon tu auras une punition.

Ramban :

350“Tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur” : car c’est l’habitude des ennemis de cacher leur haine dans leur cœur comme il a dit “dans ses lèvres celui qui hait se dissimule” (Proverbes 26,24). L’écriture le rappelle au présent et dit que “tu reprendras bien ton prochain” est un autre commandement pour nous apprendre l’édification morale. “Et tu ne porteras pas sur lui de faute” : qu’il n’y ait pas de culpabilité sur toi quand il fautera sans que tu l’aies prévenu. La langue d’Onqelos penche dans ce sens en disant : “et vous ne recevrez pas sur celui-ci de faute”, que tu ne reçoives pas, toi, une punition pour sa faute. Après cela, il commande “et tu aimeras vers ton prochain comme toi-même” (Lévitique 19,18). Celui qui hait son prochain transgresse l’interdiction et celui qui l’aime obéit au commandement positif. Le vrai à mes yeux est que “tu reprendras bien” est comme “et Abraham reprit Avimelekh” (Genèse 21,25). L’écriture dit “tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur” pour ce qu’il te fait contre ta volonté mais tu lui reprocheras : pourquoi as-tu agi ainsi avec moi. “Et tu ne porteras pas sur lui de faute” pour cacher sa haine dans ton cœur et tu ne diras pas qu’en lui ayant reproché, tu est disculpé. Ou alors il se repentira de sa faute et tu lui pardonneras et ensuite il préviendra que tu ne te vengeras pas de lui, et tu ne garderas pas dans ton cœur ce qu’il t’a fait car il est possible qu’il ne le haïsse pas. Mais il se rappellera la faute dans son cœur, et de ce fait il le préviendra d’effacer le crime de son frère et sa faute de son cœur. Après cela il commandera qu’il l’aime comme lui-même. Le sens de “et tu aimeras vers ton prochain comme toi-même” (Lévitique 19,18) est la dispute car le cœur de l’homme n’acceptera pas d’aimer son prochain comme il aime sa propre vie. De plus, Rabbi Aqiba est déjà venu enseigner ‘ta vie précède la vie de ton prochain’, mais la Loi a ordonné qu’il aime son prochain en tout sujet comme il aime sa vie avec tout son bien. Il est possible que c’est la raison pour laquelle il n’a pas dit “et tu aimeras ton prochain comme toi-même” et compare avec le mot “vers ton prochain” (Lévitique 19,18). Ainsi “tu aimeras vers lui comme toi même” (Lévitique 19,34) à propos de l’étranger signifie qu’on doit comparer l’amour des deux dans son intelligence, car parfois l’homme aime son prochain pour des choses connues pour améliorer sa richesse et non sa sagesse, etc. S’il l’aime en désirant que son prochain aimé obtienne richesse, fortune, honneur, intelligence et sagesse, il ne se comparera pas à lui. Mais il désirera toujours dans son cœur plus de bien que pour lui, l’écriture ordonne que cette bassesse de la jalousie ne soit pas dans son cœur mais qu’il aime son prochain pour une multitude de bien comme l’homme le fait pour sa propre vie et qu’il ne donne pas de mesure à l’amour. C’est sur cela qu’il dit sur Yehonatan “il l’aimait de l’amour de sa vie” (1 Samuel 20,17) afin qu’il écarte la jalousie de son cœur et il dit “toi, tu régneras sur Israël, etc.” (1 Samuel 23,17). La question de la vengeance et de la rancune a déjà été expliquée par nos maîtres comme étant un acte pour lequel on ne doit pas d’argent : ‘prête-moi ta hache’. Car dans un acte pour lequel son prochain lui doit de l’argent comme en droit pénal, etc., il n’est pas tenu de le lui laisser mais il le fera comparaître au tribunal et il sera payé d’après le verset “comme il a fait... ainsi il lui sera fait” (Lévitique 4,20). Il est obligé de rembourser de lui-même quand il paie ce qu’il a emprunté ou volé. De la même manière pour la vie qu’il se doit de venger et d’en garder rancune jusqu’à ce que le sang de son frère soit racheté de sa main d’après les tribunaux qui enseignent les jugements de la Loi.

351Spinoza cite les versets 17 et 18 de ce chapitre : n 0704-90.145.719 et n 1904-219.318.888. Le verset 18 contient en particulier le fameux commandement : “Et tu aimeras vers ton prochain comme toi-même”. Le verset 17 ordonne de prévenir son prochain afin qu’il ne commette pas un péché. En effet, s’il ne sait pas, s’il n’a pas été averti que c’est un péché qu’il va commettre, il ne peut être en faute, d’où cette obligation.

0158 14-45-634 : Nombres 11,17

352Et je descendrai et je parlerai avec toi là et je retirerai de l’esprit qui est sur toi et je le mettrai sur eux. Et ils porteront avec toi la charge du peuple et tu ne porteras pas toi seul.

Texte princeps :

353Nec jam mirabimur, cur Scriptura, vel Prophetæ adeo improprie, & obscure de Dei Spiritu, sive mente loquantur, ut Numeri cap.ll. vers. 17. & Primi Regum cap.22. vers.2. &c.

354Nous ne nous étonnerons pas non plus que dans l’Ecriture ou les Prophètes on parle aussi improprement et obscurément de l’Esprit ou de la pensée de Dieu comme dans Nombres 11,17 et 1 Rois 22,2, etc.

Targum Onqelos :

355Et je me révélerai et je parlerai avec toi là et je retirerai de l’esprit qui est sur toi et je le mettrai sur eux. Et ils porteront avec toi la charge du peuple et tu ne porteras pas toi seul.

Targum Yerushalmi :

356Et je révélerai la cherté de ma présence et je parlerai avec toi là et je retirerai de l’esprit de prophétie qui est sur toi et je le mettrai sur eux. Et ils porteront avec toi la charge du peuple et tu ne porteras pas toi seul.

Rashi :

  • 40 La racine du verbe hébreu ‘retirer’ est également celle du nom ‘noblesse’, dans le sens où les nob (...)

357“Et je descendrai” : c’est une des dix descentes écrites dans le Pentateuque. “Et je parlerai avec toi” : et non pas avec eux. “Et je retirerai” : comme sa traduction araméenne, ‘et je retirerai’, comme dans “et aux nobles40 des fils d’Israël” (Exode 24,11). “Et je mettrai sur eux” : Moïse ressemble à ce moment-là à la bougie qui est posée sur le chandelier, parce qu’on allume tout avec elle et sa lumière ne manque de rien. “Et ils porteront avec toi” : conviens avec eux pour qu’ils acceptent la charge de ceux qui sont insolents et rebelles. “Et tu ne porteras pas seul” : voici la réponse à ce que tu as dit : “Je ne puis à moi seul” (Nombres 11,14).

Ibn Ezra :

358“Et je descendrai” : Dieu est descendu dans le feu au sein de la nuée. “Et je parlerai avec toi là” : et quand tu entendras la voix, ils l’entendront eux aussi. “Et je retirerai” : comme : je prendrai de ce qui est chez toi. Sache que l’esprit est comme la sagesse. Si l’on donne à Shimon de la sagesse de Re’uven, il ne manquera pas de la sagesse à Re’uven, cette dernière reste comme elle était, comme dans l’exemple de la bougie.

Ramban :

  • 41 Nombres Rabba est un long commentaire de caractère aggadique et homilétique sur le livre des Nombr (...)

359“Et je descendrai et je parlerai avec toi là et je retirerai” : le propos du verset est de dire qu’au moment de la parole avec Moïse il y aura la noblesse et qu’elle est de lui. Ainsi est-il dit sur ce fait : “et Dieu descendit dans le nuage et il lui parla” (Nombres 11,25), mais le verset n’explicite pas quelle était cette parole. C’est ce qu’il en est quand il est écrit dans tout le Pentateuque qu’il explicitera ensuite ce qu’il a dit et ce dont Dieu a parlé, car le propos ici est que les anciens, dont il dit qu’ils ont prophétisé, n’ont pas entendu la parole de la bouche de Dieu et qu’aucune vision, ni aucun rêve ne leur a été visible. Mais Dieu parle avec Moïse et grâce à la noblesse de l’esprit de Moïse ils connaissent cette prophétie. C’est le sens de “ils prophétisèrent mais ne continuèrent pas” (Nombres 11,25), ils ne continuèrent pas à prophétiser d’eux-mêmes mais par la seule prophétie que Dieu avait dite à Moïse, ils prophétisèrent. C’est le sens de “et je retirerai” : je déposerai chez moi de l’esprit que j’ai mis sur toi et je l’ai mis sur eux. Ceci est différent du propos qui est dit : “et tu donneras de ta majesté sur lui” (Nombres 27,20), car partout ‘noblesse’ est un terme mélangé avec ‘chez lui’ comme dans “et tout ce que mes yeux ont demandé, je ne leur ai pas retiré” (Ecclésiaste 2,10), “ne m’as-tu pas retiré une bénédiction” (Genèse 27,36), de même que dans “c’est pourquoi il est retiré des inférieures et des intermédiaires depuis la terre” (Ezéchiel 42,6) car il est dit : il est retiré des chambres inférieures et intermédiaires depuis la terre afin que les plus anciennes d’entre elles ne mangent pas dans les supérieures. De même : “et aux nobles des fils d’Israël” (Exode 24,11), ce sont ceux qui restent et qui sont séparés d’eux, qui sont retirés pour eux-mêmes de la généralité de la foule du peuple et qui sont appelés ainsi les ‘grands’ car tous vont chez eux. Les traducteurs en d’autres langues ont dit que ‘noblesse’ signifiait l’extraction par le créateur d’une parmi les forces, force qui se répand sur le créé et ils parlent de l’âme émanant de l’esprit saint car chez eux le terme signifie ‘retirement’. Ce n’est pas vrai pour moi que la ‘noblesse’ soit un retirement ou un dépôt et une séparation du donneur au receveur. Et Onqelos en a fait un double sens en traduisant ici “et aux nobles” (Exode 24,11) par “et aux grands” et en traduisant “ne m’as-tu pas retiré une bénédiction” (Genèse 27,36) par “ne m’as-tu pas abandonné”. Il semble que son opinion est que ‘noblesse’ signifie ‘retirement’ ou que le donneur se sépare sur le receveur. Il dit ici : je retirerai de ce qui est chez toi, de l’esprit de prophétie et je le mettrai sur eux. Et il est dit encore que le donneur retire de chez lui la chose qui est donnée. C’est le sens de “ne m’as-tu pas retiré une bénédiction” (Genèse 27,36) : tu as pris pour moi de chez toi l’une des bénédictions pour me bénir avec elle. De même pour l’ensemble des anciens, leur prophétie ne vient pas seulement de l’esprit par lequel il parle à Moïse, mais il est issu de lui pour eux. D’après cela il est dit dans le midrash Nombres Rabba41 que cela est semblable au roi qui avait transmis un verger à un gardien et qui lui avait donné le salaire de la garde. Après un certain temps, le gardien lui dit : je ne peux pas tout garder moi seul, amène-moi d’autres qui garderont avec moi. Le roi lui dit : je t’ai donné mon verger à garder et tous les fruits de sa garde je te les ai donnés et maintenant tu me dis d’amener d’autres qui garderont avec toi, voici que je t’en amène d’autres qui garderont avec toi mais sache que je ne leur donnerai pas un salaire de garde venant de moi, mais de celui que je t’ai donné, de là, ils prendront le leur. Ainsi le Saint, béni soit-il, a dit à Moïse : moi, je t’ai donné esprit et intelligence pour faire vivre mes fils et je n’en ai pas demandé d’autre que toi afin que, toi, tu te singularises dans cette garde et maintenant tu en demandes un autre. Sache que de moi, ils ne recevront rien mais “et je retirerai de l’esprit qui est sur toi et je le mettrai sur eux”, et malgré cela Moïse ne manqua de rien pour ce fait dans le midrash. Le plus probable me semble être que pendant la période des anciens, il leur fut fait de manière qu’ils connaissent tout ce que Dieu ordonne à Israël par l’intermédiaire de Moïse pour leurs besoins quotidiens et pour ce qui leur arriverait dans le désert. C’est le sens de “et ils porteront avec toi la charge du peuple”, car tout ce que dira Moïse au peuple, ils le sauront et le prophétiseront au peuple, chacun à sa tribu et à son chef, et grâce à cela Moïse ne portera pas seul leurs plaintes.

360Spinoza ne fait que reprendre les commentaires qui se devaient d’expliquer cet usage inadéquat du mot Ruah.

0159 14-45-634 : 1 Rois 22,2 à 3842

3612 Et ce fut la troisième année. Et Yoshafat, roi de Juda, descendit vers le roi d’Israël. 3 Et le roi d’Israël dit à ses serviteurs : « Saviez-vous que Ramot du Gilad est à nous ? Et nous ne sommes pas inquiets de la prendre des mains du roi d’Aram. » 4 Et il dit à Yoshafat : « Iras-tu avec moi en guerre pour Ramot de Gilad. » Et Yoshafat dit au roi d’Israël : « Comme moi, comme toi, comme mon peuple, comme ton peuple, comme mes chevaux, comme tes chevaux. » 5 Et Yoshafat dit au roi d’Israël : « Consulte donc aujourd’hui la parole de Dieu. » 6 Et le roi d’Israël réunit les prophètes, environ quatre cents hommes, et il leur dit : « Monterai-je en guerre sur Ramot de Gilad ou renoncerai-je ? » Et ils dirent : « Monte et Dieu la donnera au roi. » 7 Et Yoshafat dit : « N’y a-t-il pas ici encore un prophète de Dieu et nous l’interrogerions ? » 8 Et le roi d’Israël dit à Yoshafat : « Il y a encore un homme pour consulter Dieu par lui et, moi, je le hais car il ne prophétise pas de bien sur moi, mais seulement du mauvais : Michée ben Yimla. » Et Yoshafat dit : « Que le roi ne dise pas cela. » 9 Et le roi d’Israël appela un eunuque, et il dit : « Vite, Michée ben Yimla. » 10 Et le roi d’Israël et Yoshafat, roi de Judée, étaient assis chacun sur son trône, vêtus d’habits, sur l’aire de l’entrée de la porte de Samarie. Et tous les prophètes prophétisaient devant eux. 11 Et Tsidqiya ben Kena’ana se fit des cornes de fer. Et il dit : « Ainsi a dit Dieu : avec celles-ci, tu frapperas Aram jusqu’à leur destruction. » 12 Et tous les prophètes prophétisaient ainsi en disant : « Monte à Ramot de Gilad et réussis, et Dieu la donnera au roi. » 13 Et le messager qui était allé appeler Michée lui parla en disant : « Voici donc, d’une seule bouche, les paroles des prophètes sont bonnes pour le roi. Que ta parole soit une avec la leur et tu parleras en bien. » 14 Et Michée dit : « Dieu est vivant ! Car ce que Dieu me dira, je le parlerai. » 15 Et il vint vers le roi et le roi lui dit : « Michée, irons-nous en guerre contre Ramot de Gilad ou renoncerons-nous ? » Et il lui dit : « Monte et réussis, et Dieu la donnera au roi. » 16 Et le roi lui dit : « Combien de fois te ferais-je jurer que tu ne me diras que la vérité au nom de Dieu. » 17 Et il dit : « J’ai vu tout Israël dispersé sur les monts comme du bétail qui n’a pas de berger. » Et Dieu dit : « Plus de maîtres pour ceux-là. Ils retourneront chacun à sa maison en paix. » 18 Et le roi d’Israël dit à Yoshafat : « Ne t’avais-je pas dit qu’il ne prophétiserait pas de bien sur moi mais bien du mal ? » 19 Et il dit : « C’est pourquoi écoute la parole de Dieu. J’ai vu Dieu assis sur son trône et toute l’armée des cieux se tient sur lui, à sa droite et à sa gauche. » 20 Et Dieu dit : « Qui tentera Ahav et il montera et il tombera à Ramot Gilad ? » Et l’un parla ainsi et l’autre parla ainsi. 21 Et l’esprit sortit et se tint devant Dieu et il dit : « Moi, je le tenterai. » Et Dieu lui dit : « Comment ? » 22 Et il dit : « Je sortirai et je serai un esprit de mensonge dans la bouche de tous ses prophètes » Et il dit : « Tu le tenteras et tu réussiras. Sors et fais ainsi » 23 Et maintenant, voici que Dieu a donné un esprit de mensonge dans la bouche de tous tes prophètes, ceux-là. Et Dieu a parlé en mal sur toi. 24 Et Tsidqiya ben Kena’ana s’approcha et frappa Michée sur la joue. Et il dit : « Par où est passé l’esprit de Dieu de moi pour te parler ? » 25 Et Michée dit : « Te voici le voyant ce jour-là où tu iras de chambre en chambre pour te cacher » 26 Le roi d’Israël dit : « Prends Michée et amène-le à Amon, prince de la ville, et à Yoash, fils du roi. 27 Et tu leur diras : « Ainsi a dit le roi, mettez celui-ci en prison et nourrissez-le du pain et de l’eau de misère jusqu’à mon retour en paix. 28 Et Michée dit : « Si tu reviens bien en paix alors Dieu ne m’a pas parlé. » Et il dit : « Ecoutez vous tous, les peuples ! »

Texte princeps :

362Nec jam mirabimur, cur Scriptura, vel Prophetæ adeo improprie, & obscure de Dei Spiritu, sive mente loquantur, ut Numeri cap.11. vers. 17. & Primi Regum cap.22. vers.2. &c.

363Nous ne nous étonnerons pas non plus que dans l’Ecriture ou les Prophètes on parle aussi improprement et obscurément de l’Esprit ou de la pensée de Dieu comme dans Nb 11,17 et 1 R 22,2, etc.

364Le verset 1 Rois 22,2 ne contient pas le mot ruah, mais dans ce chapitre ce mot apparait à quatre reprises : dans les versets 21, 22, 23 et 24. Spinoza analysant ce mot dans ce passage du TTP, il cite pratiquement tout le chapitre afin de bien comprendre le contexte. Nous allons donner les commentaires sur les versets 21 à 24. Nous donnerons également ceux du verset 19 où Michée dit qu’il voit Dieu assis sur son trône, ce que Spinoza indique en toute lettre. Nous arrêtons la citation au verset 28, bien que le chapitre en ait 54, car après ce verset, il n’est plus question de Michée.

Targum Yonatan :

36519 Et il dit : « C’est pourquoi écoute la parole de Dieu. J’ai vu la cherté de Dieu assise sur son trône et toute l’armée des cieux se tient devant lui, à sa droite et à sa gauche. » 21 Et l’esprit sortit et se tint devant Dieu et il dit : « Moi, je le tenterai. » Et Dieu lui dit : « Comment ? » 22 Et il dit : « Je sortirai et je serai un esprit de mensonge dans la bouche de tous ses prophètes » Et il dit : « Tu le tenteras et tu réussiras. Sors et fais ainsi » 23 Et maintenant, voici que Dieu a donné un esprit de mensonge dans la bouche de tous tes prophètes, ceux-là. Et Dieu a décrété du mal sur toi. 24 Et Tsidqiya bar Kena’ana s’approcha et frappa Michée sur la joue. Et il dit : « Par où s’est enfui l’esprit de prophétie de devant Dieu de moi pour parler avec toi ? »

Rashi (1 Rois 22,19) :

1 Rois 22,21

1 Rois 22,24

1 Rois 22,19

  • 43 Radaq cite également ce passage. Il se trouve dans le midrash Shir Ha-Shirim Raba (1,9). Ce recuei (...)

366“A sa droite et à sa gauche” : car il y a une gauche là-haut. N’est-il pas dit : “la droite de Dieu est sublime, la droite de Dieu accomplit de hauts faits” (Psaume 118,16), “Ta droite, Dieu, est insigne par sa puissance, ta droite, Dieu, brise l’ennemi” (Exode 15,6). Mais ceux-ci sont à droite et ceux-là à gauche. ‘Ceux de droite enseignent sur l’innocence et ceux de gauche sur la culpabilité’43.

1 Rois 22,21

367“Et l’esprit sortit” : l’esprit de Navot.

1 Rois 22,24

368“Par où est passé l’esprit de Dieu” : par quelle voie est-il passé. Il s’agit d’une ellipse et dans les Chroniques il est écrit : “Par quelle voie est passé, etc.” (2 Chroniques 18,23).

Radaq (1 Rois 22,19) :

1 Rois 22,20 :

1 Rois 22,19

  • 44 Voir note précédente.

369“J’ai vu Dieu assis sur son trône” : c’est l’allégorie du roi assis sur son trône et ses servants sont devant lui à sa droite et à sa gauche. “L’armée des deux” : ce sont les anges. “Se tient sur lui” : près de lui, de même que les préposés sur lui qui leur ressemblent. “A sa droite et à sa gauche” : c’est une allégorie. D’après les dires de nos maîtres, que leurs mémoires soient sanctifiées : ‘car il y a une droite et une gauche là-haut, ceux de droite sont pour l’innocence et ceux de gauche pour la culpabilité’44.

1 Rois 22,20

370“Et Dieu dit : qui tentera Ahav” : ces paroles sont d’une grande perplexité pour qui les comprend au sens littéral, car Dieu a éveillé un esprit dans les prophètes du mensonge afin de tenter Ahav à aller à Ramot Gil’ad car il avait été condamné à mort dans les deux. Ce n’est pas qu’il soit venu à l’un d’entre eux un esprit de prophétie, mais il s’agit de l’éveil d’un esprit du désir de dire ces paroles à Ahav. C’est ce qu’a dit Michée “voici que Dieu a donné un esprit de mensonge dans la bouche de tous tes prophètes, ceux-là. Et Dieu a parlé en mal sur toi” (1 Rois 22,23) et le reste des paroles est comme “il dit celui-ci disait cela et celui-là disait ceci” (2 Chroniques 18,19). “Et l’esprit sortit” (1 Rois 22,21), “je sortirai et je serai un esprit de mensonge” (1 Rois 22,22) ce sont toutes des paroles allégoriques. Les dires de Michée sont des suggestions, car Michée n’a ni vu ni entendu ces paroles car l’esprit de prophétie est seulement la vérité au nom de Dieu. Malgré cela, j’écrirai de manière interprétative comme ce qui est écrit dans la paraphrase de la Tossefta sur “et l’esprit sortit” : ‘et l’esprit sortit, l’esprit de Navot, et il se tint devant Dieu et il dit dans son expression de toi que mon sang soit vengé parce que je veux le tromper et le perdre à jamais. Et Dieu lui dit : « comment peux-tu ? », et il dit : « je sortirai et je serai un esprit de mensonge dans Tsidqyahu bar Kena ‘aria et dans le reste des prophètes. » En effet ce n’est pas la volonté du Saint, béni soit-il d’être mensonger pour mon serviteur et je n’en veux pas. Il dit à Navot : « Par le mensonge tu croiras laisser passer ma réponse et ta volonté sera faite car il n ‘y aura de satisfaction que quand je dirai cette parole de mensonge. » Et le maître, le sage Rambam, sa mémoire soit une bénédiction, a écrit de même : quand seront réglés les fautes et les crimes d’Ahav devant le Dieu des esprits, il ne se trouvera coupable d’aucune faute et il n’y a ici rien qui vient le dire sinon le sang de Navo, comme il est dit : “et l’esprit sortit et se tint devant Dieu, etc” (1 Rois 22,21) et l’esprit est celui de Navot.

Ralbag (1 Rois 22,19) :

371“J’ai vu Dieu assis sur son trône” : cela est dit de façon allégorique. Voici tout ce que cela vise : le Nom, béni soit-il, a mis une émanation sur les devins, celle-ci est un instrument pour faire chuter Ahab à Ramot Gilad, car c’est une émanation déficiente comme nous l’avons expliqué dans le second livre des Guerres de Dieu. Puisque la divination provient d’une émanation de l’armée du ciel, comme nous l’avons expliqué là-bas, il est dit que toute l’armée du ciel se tient à ses côtés. Puisqu’un peu de ce qui émane d’eux est dirigé de lui-même et puisqu’un peu ne l’est pas sinon de façon nécessaire, c’est ce qui émane de mauvais, il est dit que l’armée du ciel se tenait près de lui, à sa droite et à sa gauche. Car ce qui émane d’eux et qui est dirigé en soi, se tient à la droite du Nom, béni soit-il, et le reste est à sa gauche. Ce qui manque dans cette divination, c ‘est la mort d’Achab qui était dirigée par le Nom, béni, soit-il, comme en témoigne ce qui précède, sa vie contre celle de Ben Hadad.

372Spinoza cite le verset 8 (n*0215-19.53.639) et le verset 20 (n 0206-17.51. 636) de ce chapitre des Rois. C’est essentiellement le verset 19, avec la vision de Dieu sur son trône qui intéresse ici Spinoza. Ce dernier s’oppose à voir dans ces expressions des allégories, il préfère les concevoir comme des paroles impropres dues à l’imagination des hommes.

Notes

1 Ce terme est un euphémisme qui permet de ne pas écrire “Dieu” en toutes lettres.

2 Voir CD. Ginsburg, The Old Testament, Londres, 1926, Exode 25,22.

3 CGLH, ch. XXIII.

4 CGLH, ch. XV.

5 Voir CD. Ginsburg, The Old Testament, Londres, 1926, 1 Samuel 3,21.

6 2 Samuel 14,10.

7 Isaïe 51,16.

8 Ecclésiaste 3,2.

9 CGLH, ch. IV.

10 La Mekhilta est un Midrash concernant le livre de l’Exode avec un noyau du second siècle en Palestine. On a la Mekhilta de Rabbi Ishmaël et celle de Rabbi Shim’on ben Yohay. Pour plus d’informations, on se reportera à l’ouvrage de M. Taradach Le Midrash (Genève, 1991) aux pages 169-174..
Rashi cite un passage que l’on trouve dans la Mekhilta de Rabbi Ishmaël dans la Massekhta De-Shirata de la péricope Be-Shalah, paragraphe 7. On retrouve ce passage dans la Mekhilta de R. Ishmaël (péricope Be-Shalah, commentaire de Exode 15,9), c’est ce dernier que nous donnons : Image fig66.jpg“L’ennemi dit”(Exode 15,9) est le début du passage (le Cantique de la Mer), mais il n’y a ni avant, ni après dans la Bible. De même, tu dis que “et il fut au huitième jour” (Lévitique 9,1) est le début du livre (du Lévitique), mais il n’y a ni avant, ni après dans la Bible. De même, tu dis que “l’année de la mort du roi Osias” (Isaïe 6,1) est le début du livre (d’Isaïe), mais il n’y a ni avant, ni après dans la Bible. De même, tu dis que “va, et tu crieras aux oreilles du peuple” (Jérémie 2,2) est le début du livre (de Jérémie), mais etc. De même, tu dis que “fils d’homme, tiens-toi sur tes pieds etc.” (Ezéchiel 2,1), et pour d’autres “fais une énigme et émet une parabole sur la maison d’Israël” (Ezéchiel 17,2), est le début du livre (d’Ezéchiel), mais il n’y a etc. De même, tu dis que “vigne envahissante, Israël ”(Osée 10,1) est le début du livre (d’Osée), etc. De même tu dis que “moi, Qohelet, j’ai été roi (Ecclesiaste 1,12) est le début du livre (de l’Ecclesiaste), mais il n’y a ni avant, ni après dans la Bible.

11 Genèse Rabba est un Midrash exégétique, une anthologie de commentaires sur le livre de la Genèse, rédigé en Palestine vers le début du cinquième siècle. Pour plus d’informations, on se reportera à l’ouvrage de M. Taradach Le Midrash (Genève, 1991) aux pages 183-187.
Rashi mentionne ici Genèse Rabba 15,1 (référence du chapitre et du verset de la Genèse expliqué ici), chapitre 44, paragraphe 6 : Image fig67.jpg“La parole de Dieu était vers Abram en vision en disant” (Genèse 15,1). Elle est désignée par dix expressions : prophétie, vision, prédication, parole, dire, ordre, fardeau, parabole, allégorie, énigme. Quelle est la plus dure d’entre elles ? Rabbi Eli’ezer dit : « La vision, car il est dit : “Une vision dure m’a été dite” (Isaïe 21,2) » Rabbi Yohanan dit : « La parole, car il est dit : “Cet homme, seigneur du pays, a parlé durement avec nous” (Genèse 42,30) » Nos maîtres ont dit : « Le fardeau, dans son sens littéral, car il est dit : “Comme un lourd fardeau, ils pèsent sur moi” (Psaume 38,5) » Plus grande est la force d’Abram qui a la parole et la vision, car il est dit : “La parole de Dieu était vers Abram en vision en disant” (Genèse 15,1). Voir la traduction française de ce passage par B. Maruani et A. Cohen-Azari dans Mi-drach Rabba, Tome I, Genèse Rabba, Paris, 1987, p. 455.

12 Sifré est un recueil de Midrash sur les livres des Nombres et du Deutéronome. Cette citation est référencée sur ce passage des Nombres.

13 Voir le commentaire d’ibn Ezra de Deutéronome 5,4 (0105 4-34-621).

14 Dans Deutéronome 34,10, le verbe a un pronom personnel affixe rappelant l’antécédent du relatif, alors que là il n’apparaît pas. Ramban soutient donc que Rashi n’a pas pris en compte cette particularité.

15 Ce sont des formes du verbe ‘connaître’ avec un pronom personnel affixe.

16 C.D. Ginsburg dans son édition de la Bible avec divergences (Londres, 1926) n’indique pas de variantes vocaliques à cet endroit.

17 C’est-à-dire en arabe.

18 Elle figure dans l’entrée du mot Image fig248.jpg dans le Lexicon Hebraicum et Chaldaicum édité à Bâle en 1607 par Johannes Buxtorf l’Ancien.

19 Littéralement vents.

20 A chaque fois, littéralement vent.

21 Ginsburg, dans The Old Testament (Londres, 1926) signale cette divergence entre manuscrits sur ce mot dans ce verset.

22 En arabe.

23 Ce second commentaire de ‘sèche’ appartient en fait au verset suivant.

24 Il s’agit de la fin du sixième paragraphe du quatrième chapitre : (Tohu, c’est la ligne verte qui entoure le monde entier, bohu ce sont les pierres trouées et enfoncées dans l’océan, d’où sort l’eau, comme il est dit : Il étendra sur elle la ligne du tohu et les pierres de bohu). Commentaire sur le Séfer Yesira ou Livre de la Création par le Gaon Saadya de Fayyoum, traduit par M. Lambert, réédition aux éditions Bibliophane, Paris, 1986.

25 En arabe.

26 En arabe.

27 Voir Deutéronome 34,9.

28 Le Midrash Seder ‘Olam est un ouvrage de type chronologique. Il part d’Adam jusqu’à la révolte de Bar Kokhva (+135) et comprend 30 chapitres.
Pour plus d’informations, on se reportera à l’ouvrage de M. Taradach Le Midrash (Genève, 1991) aux pages 228-229.
Le passage auquel fait allusion Rashi se situe au début du chapitre 4 : Image fig350.jpg Image fig351.jpg Image fig352.jpg Traduction : Le déluge fut de douze mois, car il est dit “l’année six cent de la vie de Noé” (Genèse 7,11). Sa génération ne vivra pas dans le monde à venir et ne sera pas jugée, car il est dit “Mon esprit ne raisonnera pas dans l’homme pour toujours” (Genèse 6,3).

29 Voir ce qu’il en dit dans le chapitre VIII du TTP : 0831 109-166-741.

30 Radaq explique ici la particule ‘et qui signifie très rarement avec par la particule ‘im dont le sens courant est avec.

31 Dans l’édition princeps : pontentia, qui est bien sûr une erreur typographique.

32 Il s’agit de la lettre qui débute le premier mot du verset. Elle porte la voyelle ségol qu’Ibn Ezra nomme ‘petit patah’. La lettre Hé est utilisée comme interrogatif et s’accole au mot. Sa vocalisation normale est le Hataf-Patah. C’est devant les gutturales vocalisées avec un Qamats que le Hé porte un Ségol. Devant les gutturales autrement vocalisées et devant un Shewa, le Hé porte un Patah. Ibn Ezra renvoie donc ici à une pure règle grammaticale.

33 Pour Radaq, il ne s’agit pas là de l’interrogatif mais de l’article défini qui a dans ce cas la même vocalisation. D’après lui, il faut donc comprendre ce qui est dit et non pas est-il dit ?

34 Rashi comprend le mot rare Shamir comme proche de ver. Dans tous les cas, c’est la qualité de résistance et de dureté qui prévaut dans les autres commentaires.

35 Rashi ne fait que répéter le Targum qui explique le verset.

36 Voir note précédente.

37 Il s’agit d’une allusion à Daniel 10,13 : Et le prince du royaume de Perse se tint en face de moi vingt et un jours, et voici Mikhaël, l’un des premiers princes, qui vient à mon aide. Et je suis resté là chez les rois de Perse.

38 La Pesiqata De-Rav Kahana fait partie des recueils anciens de Midrashim homilétiques. Elle fut probablement rédigée en Palestine vers le cinquième siècle. Un autre recueil composite se nomme Pesiqata Rabbati.
Pour plus d’informations, on se reportera à l’ouvrage de M. Taradach Le Midrash (Genève, 1991) aux pages 209-218.
Rashi fait appel ici à la Pesiqata De-Rav Kahana (édition S. Buber, Lyck, 1868), il s’agit du passage Nahamu, page 125 verso (paragraphe 52) : Image fig464.jpgRabbi ‘Azarya au nom de Rabbi Yudan, au nom de Rabbi Simon expliqua les écrits d’Isaïe : Isaïe a dit : « Je me promenais dans ma maison d’études “et j’entendis la voix du Seigneur disant : « ”Qui enverrai-je et qui ira pour nous ?” (Isaïe 6,8) J’ai envoyé Amos et ils l’ont appelé bègue. » Rabbi Pinhas a dit : pourquoi a-t-il été appelé Amos, parce qu‘il bégayait. Ils ont dit : le Saint, béni soit-il, a délaissé tout son monde et sa Présence est restée sur ce bégaiement, sur cet estropié de la langue. J’ai envoyé Michée et ils l’ont frappé sur la joue : “par le bâton, ils frappèrent la joue du juge d’Israël” (Michée 4,14). Et maintenant, “qui enverrai-je et qui ira pour nous ? Et je dis : me voici, envoie-moi” (Isaïe 6,8). Le Saint, béni soit-il, lui dit : « Isaïe, mon fils, ils sont rebelles et insolents. Acceptes-tu d’être frappé et méprisé par eux ? » Pour cela, il lui dit : “Mon dos, j’ai donné aux frappeurs et mes joues aux violents” (Isaïe 50,6), et ce n’est pas la peine que j’aille comme ton envoyé parmi tes fils. Le Saint, béni soit-il, lui dit : « Isaïe, “tu aimes la justice et tu hais la méchanceté” (Psaume 45,8), tu aimes mes créatures pour la justice et tu hais les accuser, “c’est pourquoi Dieu, ton Dieu, t’a oint d’une huile de joie, plus que tes compagnons” (Psaume 45,8). Le Saint, béni soit-il, lui dit : « Sur ta vie, tous les prophètes prophétisent, chacun étant prophète de la bouche d’un prophète : “l’esprit d’Eliyahu s’est posé sur Elisha” (2 Rois 2,15), “l’esprit de Moïse s’est posé sur les soixante-dix anciens.et il retira de l’esprit qui était sur lui et le donna aux soixante-dix personnes des anciens” (Nombres 11,25). Mais, toi, tu prophétises de la bouche-même de la Puissance : “l’esprit du Seigneur Dieu est sur moi car Dieu m’a oint pour annoncer aux pauvres” (Isaïe 61,1). Non seulement cela, mais tous les prophètes prophétisent des prophéties simples, alors que, toi, tu prophétises des prophéties doubles : “éveille-toi, éveille-toi” (Isaïe 51,9), “réveille-toi, réveille toi” (Isaïe 51,17), “de réjouissement, je me réjouis” (Isaïe 61,10), “moi, moi” (Isaïe 51,12), “consolez, consolez mon peuple, dira votre Dieu (Isaïe 40,1).
Isaïe 6,8 est également cité dans un passage de la Pesiqata Rabbati (édition de M. Friedmann, Vienne, 1880), au début du chapitre 33, mais il ne fait pas alors mention du terme araméen estropié de la langue.

39 En hébreu ‘accablé’ se dit ‘amus’

40 La racine du verbe hébreu ‘retirer’ est également celle du nom ‘noblesse’, dans le sens où les nobles sont ceux qui ont été retirés du peuple. On retrouvera cette comparaison dans le commentaire de Ramban.

41 Nombres Rabba est un long commentaire de caractère aggadique et homilétique sur le livre des Nombres, Il s’agit d’une œuvre composite.
Pour plus d’informations, on se reportera à l’ouvrage de M. Taradach Le Midrash (Genève, 1991) aux pages 192-194.
A quelques détails près, Ramban cite pratiquement in extenso la péricope Beha ‘alotekha, il s’agit de la Pisqa 15 de Nombres Rabba et dans cette Pisqa (chapitre), il donne le paragraphe 25. Sa citation va de cela est semblable au roi jusqu’à et malgré cela Moïse ne manqua de rien pour ce fait.

42 Lire Image fig483.jpg c’est-à-dire ta parole et non pas tes paroles.

43 Radaq cite également ce passage. Il se trouve dans le midrash Shir Ha-Shirim Raba (1,9). Ce recueil est un midrash exégétique dont l’une des sources principales est le Talmud de Jérusalem et on le date généralement du sixième siècle.

44 Voir note précédente.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-134.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-135.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-136.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-137.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-138.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-139.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-140.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-141.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-142.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-143.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-144.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-145.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-146.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-147.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-148.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-149.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-150.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-151.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-152.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-153.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-154.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-155.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-156.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-157.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-158.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-159.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-160.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-161.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-162.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-163.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-164.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-165.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-166.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-167.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-168.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-169.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-170.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-171.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-172.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-173.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-174.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-175.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-176.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-177.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-178.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-179.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-180.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-181.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-182.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-183.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-184.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-185.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-186.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-187.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-188.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-189.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-190.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-191.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-192.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-193.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-194.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-195.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-196.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-197.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-198.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-199.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-200.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-201.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-202.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-203.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-204.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-205.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-206.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-207.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-208.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-209.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-210.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-211.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-212.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-213.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-214.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-215.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-216.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-217.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-218.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-219.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-220.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-221.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-222.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-223.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-224.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-225.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-226.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-227.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-228.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-229.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-230.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-231.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-232.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-233.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-234.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-235.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-236.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-237.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-238.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-239.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-240.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-241.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-242.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-243.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-244.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-245.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-246.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-247.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-248.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-249.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-250.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-251.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-252.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-253.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-254.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-255.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-256.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-257.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-258.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-259.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-260.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-261.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-262.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-263.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-264.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-265.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-266.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-267.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-268.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-269.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-270.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-271.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-272.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-273.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-274.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-275.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-276.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-277.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-278.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-279.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-280.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-281.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-282.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-283.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-284.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-285.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-286.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-287.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-288.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-289.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-290.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-291.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-292.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-293.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-294.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-295.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-296.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-297.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-298.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-299.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-300.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-301.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-302.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-303.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-304.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-305.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-306.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-307.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-308.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-309.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-310.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-311.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-312.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-313.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-314.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-315.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-316.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-317.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-318.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-319.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-320.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-321.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-322.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-323.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-324.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-325.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-326.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-327.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-328.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-329.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-330.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-331.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-332.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-333.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-334.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-335.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-336.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-337.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-338.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-339.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-340.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-341.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-342.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-343.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-344.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-345.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-346.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-347.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-348.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-349.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-350.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-351.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-352.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-353.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-354.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-355.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-356.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-357.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-358.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-359.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-360.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-361.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-362.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-363.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-364.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-365.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-366.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-367.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-368.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-369.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-370.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-371.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-372.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-373.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-374.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-375.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-376.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-377.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-378.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-379.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-380.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-381.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-382.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-383.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-384.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-385.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-386.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-387.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-388.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-389.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-390.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-391.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-392.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-393.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-394.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-395.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-396.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-397.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-398.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-399.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-400.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-401.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-402.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-403.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-404.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-405.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-406.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-407.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-408.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-409.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-410.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-411.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-412.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-413.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-414.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-415.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-416.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-417.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-418.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-419.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-420.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-421.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-422.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-423.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-424.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-425.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-426.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-427.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-428.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-429.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-430.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-431.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-432.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-433.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-434.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-435.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-436.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-437.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-438.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-439.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-440.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-441.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-442.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-443.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-444.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-445.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-446.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-447.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-448.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-449.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-450.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-451.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-452.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-453.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-454.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-455.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-456.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-457.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-458.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-459.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-460.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-461.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-462.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-463.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-464.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-465.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-466.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-467.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-468.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-469.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-470.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-471.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-472.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-473.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-474.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-475.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-476.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-477.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-478.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-479.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-480.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-481.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-482.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-483.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-484.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-485.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/883/img-486.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search