Version classiqueVersion mobile

Poésie de l’Ailleurs

 | 
Estrella Massip i Graupera
, 
Yannick Gouchan

Ailleurs et connaissance : visions du monde

De l’Ailleurs spatial vers un Ailleurs dans le temps

Les Serranillas de López de Mendoza

Gilles Del Vecchio

Résumé

Les Serranillas prennent systématiquement appui sur le motif du déplacement. Dans le cas des Serranillas du Marquis de Santillane, il est attesté que certaines des compositions de l’auteur ont été élaborées après un déplacement effectif. La volonté d’ancrage dans le cadre spatial en est la principale conséquence. Toutefois, nous observerons que l’effet de réel voulu par l’accumulation de toponymes ne suffit pas à masquer le traitement littéraire parfaitement codifié de l’espace. Cet Ailleurs spatial que nous découvrons rend possible une rencontre avec une série de personnages féminins. La distance impliquée par l’Ailleurs fait facilement dériver vers un processus d’idéalisation qui concerne aussi bien l’espace que les personnages féminins. La délicatesse et la beauté lumineuse des femmes dont le poète voyageur croise la route favorisent un glissement sensible de la traditionnelle montagnarde du Moyen Âge vers une dame raffinée annonçant davantage la Renaissance. L’idéalisation perceptible dans le traitement de l’Ailleurs spatial implique donc la mise en place d’un Ailleurs temporel. En franchissant les chemins, le poète voyageur ne se contente pas de parcourir un espace, mais effectue par la même occasion un déplacement qui le conduit vers un autre temps.

Texte intégral

  • 1 Georges Cirot, « La topographie amoureuse du Marquis de Santillane », Bulletin Hispanique, XXXVII, (...)
  • 2 Les citations renvoyant aux Serranillas proviennent de l’édition de Miguel Ángel Pérez Priego : Mar (...)

1Malgré l’ampleur et la diversité de l’œuvre poétique de López de Mendoza, les Serranillas occupent visiblement une place privilégiée pour la critique à en juger par le nombre considérable d’articles1 consacrés à ce corpus pourtant très réduit et que l’auteur lui-même considérait comme des œuvres de jeunesse. Ce dernier point n’est pas tout à fait exact, puisque la datation des poèmes a établi que les Serranillas furent élaborées entre 1429 et 1440, amplitude chronologique qui atteste de l’intérêt que l’auteur portait à ce genre issu de la Pastourelle. Nous ne retiendrons que huit des dix compositions2traditionnellement regroupées sous l’appellation de Serranillas étant donné que les deux dernières sont le résultat d’une création collective impliquant au moins deux poètes. Le genre est étroitement codifié et ne laisse que très peu de marge à l’initiative. Les explications fournies par Raimon Vidal synthétisent parfaitement la question :

  • 3 Raimon Vidal, Razos de Trobar, Édition de Paul Meyer, in Romania VI, 1877, p. 355, cité par Michel (...)

Si tu veux faire une pastourelle, tu dois parler d’amour de la façon que je vais t’enseigner : tu abordes une bergère et tu veux la saluer ou la requérir d’amour ou lui dire quelque chose ou la courtiser, ou discuter avec elle sur quelque point. Et tu peux lui donner un autre nom de bergère selon les bêtes qu’elle gardera. Et ce genre est assez facile à comprendre, et tu peux lui faire six ou huit couplets et une musique nouvelle ou une musique qui a déjà été utilisée3.

  • 4 « […] la récitation face à un auditoire de la cour auquel le poète s’adresse expressément […] ce qu (...)

Les travaux consacrés aux Serranillas concernent essentiellement le motif de l’espace tant il est vrai que ce dernier reste absolument incontournable. Un voyageur retrace à la première personne du singulier un déplacement ayant débouché sur une rencontre dont il conserve le souvenir. Le recours à la première personne a souvent suggéré l’idée d’un voyage effectif sans que rien ne vienne imposer un tel principe. Ces compositions doivent avant tout être considérées comme une forme de jeu littéraire dont le lieu de diffusion est en principe le palais ou la cour. Miguel Ángel Pérez Priego le rappelle partiellement dans son édition de la poésie de López de Mendoza lorsqu’il se réfère à la « ejecución ante un auditorio palaciego, al que en ocasiones se dirige expresamente el poeta […] lo que asimismo les confiere un cierto tono confidencial y cómplice4 ». La poésie issue de la Pastourelle provençale est donc un genre cultivé dans un univers urbain parfois associé à la cour. La perception du monde rustique qu’offrent ces compositions n’est en définitive qu’une perception conventionnelle de la part de poètes qui construisent dans leurs vers un Ailleurs qu’ils n’ont pas toujours besoin de connaître. Il s’agit donc d’analyser dans le corpus délimité les éléments structurants qui construisent l’Ailleurs. Nous observerons que cette mise à distance débouche aisément sur une phase d’idéalisation, idéalisation qui n’affectera pas exclusivement l’espace mais également le personnage féminin rencontré, absolument indissociable de cet Ailleurs. Ce dernier point nous servira de tremplin entre l’Ailleurs spatial et l’Ailleurs temporel.

La localisation de l’Ailleurs

2L’Ailleurs élaboré dans les Serranillas est-il localisable ? Deux éléments viennent brouiller les pistes à ce sujet. L’espace de la Pastourelle est en principe purement conventionnel, élaboré à partir de codes et de clichés dont López de Mendoza, nous le verrons, ne fait pas l’économie. Toutefois, dans le cas de notre poète, il est possible de repérer dans les textes des indices renvoyant à des déplacements effectifs :

  • 5 « […] généralement la serranilla servait pour agrémenter, de retour à la cour, un récit de voyage. (...)

[…] de ordinario la serranilla […] servía para sazonar‚ de regreso en la corte‚ el relato de un viaje. Las de Santillana jalonan buena parte de su itinerario: las campañas de Ágreda (I y II, 1429) y Huelma (V, 1438), una convalecencia en tierras de Córdoba (VI, 1431), andanzas por sus dominios de Manzanares (IV), Liébana (IX, 1430) y Buitrago (III y VIII)5.

  • 6 Francisca Vendrell de Millás, « Una nueva interpretación de la segunda serranilla », Revista de Fil (...)
  • 7 José Terrero, « Paisajes y pastoras en las Serranillas del Marqués de Santillana », Cuadernos de Li (...)
  • 8 « Santa María : village de la région, probablement l’actuelle ville de Pedroche ; Gómez Moreno et K (...)

Le second élément perturbateur est d’ordre quantitatif. L’effet de saturation produit par l’accumulation, voire la juxtaposition de toponymes, a tendance à masquer la dimension purement littéraire et parfois symbolique de l’Ailleurs spatial construit dans ces poèmes. Selon Francisca Vendrell de Millás, l’accumulation de toponymes dans la Serranilla II correspondrait à une concentration de repères géographiques renvoyant à une série d’événements politiques dans lesquels l’auteur s’est vu impliqué6. Ces éléments sont précieux pour la datation des poèmes. La référence au statut de frontero à Ágreda dans la Serranilla I empêche de situer la composition avant 1429. Que le poète ait effectivement parcouru certains espaces présentés dans ses compositions, cela est fort possible. Que des déplacements attestés de l’auteur aient pu motiver l’élaboration de telle ou telle Serranilla, cela reste envisageable. Mais vouloir à tout prix et systématiquement faire coïncider l’espace poétique avec des données biographiques revient à refuser la dimension littéraire du texte et impose la perception de l’Ailleurs comme un Ailleurs nécessairement géographique et en aucun cas imaginaire. Certes, les points de références qui jalonnent les poèmes renvoient parfois avec précision aux provinces de Soria, Saragosse, Madrid, Jaén, Cordoue ou Santander. L’article de José Terrero7 intègre même une série de six cartes dans le but de localiser l’action des Serranillas. Or, la preuve la plus évidente pour affirmer que l’Ailleurs doit son élaboration à l’imaginaire, c’est que certains toponymes demeurent une énigme pour la critique. Santa María n’offre pas suffisamment de précision pour être localisée avec certitude. Le doute est encore plus patent dans le cas Travessaña et La Vegüela. Si bien que certains éditeurs proposent en notes des commentaires qui n’apportent strictement rien et qui ne font que révéler les limites d’une lecture carte en main : « Santa María : lugar de la comarca, probablemente la actual villa de Pedroche ; Gómez Moreno y Kerkhof sugieren que se trate de Santa María de Trassierra » ; « Travessaña : quizá nombre de un puerto de la sierra » ; « La Vegüela : puede ser el camino del ganado trashumante8 ». Cette même édition signale la ténacité de certains éditeurs qui débouche sur une adaptation forcée du poème au nom de la cohérence spatiale, sous prétexte que le chemin reliant un espace à un autre n’est pas franchissable dans la pratique :

  • 9 « J. Terrero préfère lire Ximena, puisqu’il s’agit d’un village à proximité de Torres et de Bedmar, (...)

J. Terrero cree superior la lección Ximena‚ ya que se trata de un lugar muy próximo a Torres y Bedmar‚ mientras que Canena es del partido de Úbeda y se halla al norte de Baeza‚ cerca de Linares […] muy alejada del teatro de la contienda‚ por lo que no puede ser punto de referencia9.

C’est peut-être précisément dans cet espace volontairement difficile à localiser que se situe l’Ailleurs imaginaire pour le poète. Ce qui compte dans le cas d’une Serranilla, ce n’est nullement la possibilité de repérer un espace sur une carte mais de mettre à distance un espace par rapport au cadre dans lequel le poème sera diffusé. Cette mise à distance favorisera le travail d’idéalisation sur lequel nous allons nous arrêter d’ici peu. Si l’on prend la peine de laisser volontairement de côté la multitude rassurante de toponymes repérables, plusieurs procédés nous orientent clairement vers cette indispensable mise à distance. C’est par exemple le cas du dynamisme insufflé dans ces vers dont l’objectif est de suggérer le déplacement du voyageur qui a volontairement quitté un espace qui lui était familier. Les toponymes en nombre soulignent l’activité ininterrompue du voyageur qui change systématiquement d’espace dans son cheminement inlassable. L’organisation syntaxique de certains passages y contribue tout autant. En effet, lorsqu’un toponyme est isolé sur un vers, il se situe généralement en position finale : […] Moncayo (I, 1), […] Boxmediano (I, 8), […] Sumontana (II, 1), […] Conejares (II, 4), […] Travessaña (II, 6), […] Trasovares (II, 7), et bien d’autres exemples encore repérables sur les huit compositions sans exception. En optant pour cette régularité et en rejetant systématiquement le toponyme en fin de vers, le poète souligne la valeur d’aboutissement de l’espace. Les noms associés de la sorte à la rime intègrent la notion de régularité en parfaite adéquation avec l’activité du marcheur. La longueur variable du vers exprime la longueur tout aussi variable de la route parcourue qui débouche sur un lieu identifié et nommé, faisant fonction d’étape pour le voyageur avant que ce dernier ne poursuive sur un autre chemin / vers qui l’éloigne chaque fois plus de son espace familier. Il s’oriente ainsi vers un Ailleurs en rupture avec l’espace de récitation ou de lecture du poème. Cet Ailleurs est tellement lointain que le voyageur n’y est pas familiarisé. Il lui arrive même de s’y égarer.

3Ce que le voyageur retient essentiellement de son parcours, ce qu’il fait partager dans son poème, c’est avant tout une rencontre. L’accumulation de références topographiques vise précisément à préserver le mystère sur le lieu de la rencontre, rencontre tout aussi fictive que le déplacement du reste. Observons comment est annoncée la rencontre dans la Serranilla II :

  • 10 « Tout en haut de la montagne / près de Travessaña, / sur le chemin de Trasovares, / je rencontrai (...)

allá suso en la montaña
çerca de la Travessaña‚
camino de Trasovares‚
encontré moça loçana
poco más acá de Añón‚
riberas d’una fontana (II, 5-10)10

La présence d’un repère spatial par vers oriente en apparence vers une volonté de localisation étroite. À y regarder de près, que savons-nous exactement : que la rencontre imposée par le genre se produit dans la montagne, aux alentours de, sur le chemin de, avant d’arriver à. C’est-à-dire dans un lieu maintenu secret, un Ailleurs que le poète prend soin de préserver tout en donnant l’impression de nous abreuver d’informations. La troisième rencontre se produit sur le chemin qui mène à Loçoyuela (III, 7), la huitième rencontre s’effectue entre Gaona et Salvatierra (VIII, 5). La plus grande réussite du poète réside à mon sens dans ce paradoxe. La multiplication des toponymes trompe le lecteur ou l’auditeur qui croit partager avec le poète ce que ce dernier préserve farouchement : son Ailleurs imaginaire où l’idéalisation reste entièrement possible. L’Ailleurs de López de Mendoza est donc un espace de l’entre-deux.

L’idéalisation de l’Ailleurs

  • 11 (pinèdes V, 1) ; (pré VII, 13) ; (vallée arborée VIII, 6) ; (bois touffu V, 27).

4La localisation n’est donc qu’apparente et l’Ailleurs associé à la rencontre demeure impossible à situer avec précision. Cette imprécision habilement masquée ainsi que la mise à distance déjà observée facilitent le travail d’idéalisation mené par López de Mendoza. Dans le cadre d’un genre poétique qui impose un espace conventionnel, la diversité constatée dans la mise en place de l’Ailleurs spatial contribue grandement à cette idéalisation. Cette variété, déjà présente dans la diversité des référents toponymiques qui renvoient à des zones géographiques très distinctes est également perceptible par rapport aux reliefs suggérés avec une grande puissance évocatrice. Des références précises à la géographie physique sont intégrées dans les compositions I, II, IV, V, VII et VIII. Au-delà de la variété, source de beauté et de richesse, ces variations inscrivent au sein des poèmes le dynamisme impliqué par le déplacement conventionnel du voyageur. En effet, les plaines doivent être traversées, les reliefs contournés, les pentes gravies. La variété du relief est complétée par la diversité de la flore. La référence peut se limiter à un terme très générique (flores IV, 43 ; VII, 14) ou au contraire apporter de plus amples précisions (pinares V, 1), opposer un espace à découvert (prado VII, 13) à un espace particulièrement arboré (valle arbolado VIII, 6), ou encore suggérer le caractère inquiétant d’un lieu (espesura V, 27)11. C’est sur la diversité et l’exubérance du milieu naturel que prend appui l’élaboration de cet Ailleurs fortement idéalisé. Il s’oppose par cet aspect à l’uniformité du milieu urbain, voire de l’espace de la cour peu propice à l’admiration.

  • 12 « Je ne laisse passer aucun vacher ».
  • 13 « Elle finit par céder / sur un tapis de thym ».
  • 14 « Ainsi, nous mîmes fin / à notre affaire / sans sombrer dans l’excès, / et nous tombâmes d’accord. (...)

5L’idéalisation de l’Ailleurs passe également par un rapport privilégié entre le voyageur admiratif et l’espace traversé. En effet, tel qu’il est conçu, l’Ailleurs garantit une adéquation parfaite entre l’activité du voyageur et le cadre naturel dans lequel doit se produire l’inévitable rencontre avec la gardienne de troupeaux. La rencontre programmée se produit bien sur le chemin parcouru de telle sorte que le lien est extrêmement dense entre le personnage féminin et le milieu dont elle est issue, d’où elle semble surgir comme par enchantement. Tant et si bien que, dans la perspective idéalisatrice qui nous intéresse à présent, le chemin est assimilable à l’écrin qui protège le joyau qui force l’admiration du voyageur véritablement subjugué par la beauté ineffable de la bergère. Cette rencontre est la conséquence directe de l’unique action envisageable dans les Serranillas : le déplacement sur le chemin qui a conduit à cet Ailleurs parfaitement idéalisé. Le regroupement de deux toponymes à l’intérieur d’un même vers traduit précisément cette activité apparemment ininterrompue entre un point de départ et un lieu d’arrivée (II, 2 ; VI, 1 ; VIII, 5). Rien a priori ne peut entraver le déplacement qui justifie d’ailleurs la présence du voyageur dans ce cadre idéal. Rien, sauf évidemment la vision tout aussi idéalisée du personnage féminin rencontré. C’est en quelque sorte l’Ailleurs qui offre au « je » la bergère. Le rapport de complicité entre l’espace et le voyageur commence à prendre forme dès cette rencontre inattendue, en apparence, qui acquiert des allures de récompense face à la persévérance du voyageur déterminé à atteindre l’objectif préalablement énoncé. Ce rapport de complicité est à mettre en relation avec le travail d’idéalisation de l’Ailleurs et il adopte des formes diverses selon le poème considéré. Le cas de la Serranilla V est intéressant à observer car il révèle un exemple significatif d’adéquation totale entre le cadre spatial élaboré et la situation du voyageur telle qu’elle est exposée dans le poème. En effet, la montagnarde qui croise la route du voyageur fait momentanément obstacle à la poursuite du voyage comme le veut la tradition : « yo non dexo andar vaquero12 » (V, 18). Cette interruption va faciliter l’échange verbal entre le voyageur et la montagnarde. Peuvent alors commencer les négociations relatives au passage et une solution en nature est rapidement envisagée, solution qui n’est finalement pas pour déplaire au voyageur. La rudesse de la gardienne des lieux avait induit, dans un premier temps, un espace spécifique en parfait accord avec la situation vécue par le voyageur (espesura V, 27). Le pacte scellé entre les deux personnages se charge d’une dimension érotique non négligeable qui ne justifie plus le caractère menaçant de l’espace. La espesura disparaît donc définitivement au profit d’un cadre beaucoup plus bucolique dont les parfums enivrants soulignent le caractère érotique du dénouement : « […] cayó con su porfía / çerca d’unos tomellares13 » (V, 35-36). La nature complice des agissements du voyageur se manifeste à nouveau dans le dénouement de la quatrième composition : « Assí concluimos / el nuestro proçesso, / sin fazer exçesso, / e nos avenimos. / E fueron las flores / de cabe Espinama / los encubridores14 » (IV, 39-45). Dans le cas de la Serranilla II, la fusion est telle que l’Ailleurs élaboré acquiert un degré de féminité qui reflète une fois de plus la parfaite adéquation entre l’espace et la situation vécue par le voyageur subjugué par la beauté du paysage et surtout de la bergère. En effet, dans ce cas précis plus que dans tout autre, les repères physiques de l’espace facilitent un glissement de la représentation géographique vers la présentation du corps féminin avec la charge érotique que cela implique :

  • 15 « Au départ de Conejares / là haut dans la montagne, / près de Travessaña, / sur le chemin de Traso (...)

Partiendo de Conejares‚
allá suso en la montaña‚
çerca de la Travessaña‚
camino de Trasovares‚
encontré moça loçana
poco más acá de Añón‚
riberas d’una fontana.
(II, 4-10)15

  • 16 Laura R. Bass, « Crossing borders : gender, geography and class relations in three serranillas of t (...)

Dans un de ses articles, Laura Bass16 estime que Conejares convoque sans difficulté le substantif conejo avec la référence sexuelle qui lui est traditionnellement associée, et que montaña suggère le verbe montar également fort suggestif et indissociable d’un relief qui évoque les formes généreuses de la bergère. Laura Bass voit enfin dans le substantif fontana une référence à la fertilité de la jeune fille.

6Ces quelques considérations nous ont entraînés bien au-delà d’un simple repérage géographique supposé correspondre à un déplacement attesté de l’auteur. Par la variété des références intégrées, des éléments renvoyant au relief ou à la flore, par la sollicitation des sens que nous avons pu relever, l’Ailleurs poétique de López de Mendoza implique une diversité génératrice de beauté et en totale opposition avec l’univers de diffusion des compositions. Ce cadre rural perçu à distance est libre de toute contrainte, de sorte qu’il se féminise parfois et semble parfaitement modulable au point d’évoluer en fonction des situations présentées. Le lien étroit établi entre l’Ailleurs ainsi élaboré et le personnage féminin nous permettra sous peu de considérer comment l’Ailleurs spatial évolue vers l’élaboration d’un Ailleurs chronologique.

Un Ailleurs dans l’espace et dans le temps

7Il est incontestable que l’espace de la rencontre et le personnage féminin dont le voyageur croise la route tissent entre eux des liens exceptionnellement étroits. Cette caractéristique ne repose nullement sur une initiative de notre poète. Il s’agit, au contraire, d’un héritage de la traditionnelle Pastourelle. En revanche, le poète adopte une démarche nettement plus personnelle en faisant en sorte que le traitement littéraire accordé à l’espace se répercute sur l’élaboration des personnages rencontrés. Il n’est donc pas surprenant de voir rejaillir sur le personnage de la bergère des caractéristiques attribuées dans un premier temps à l’espace parcouru. L’Ailleurs idéalisé devient le cadre spatial où se produit l’apparition du personnage féminin tout aussi idéalisé, comme nous allons le constater. Le lien établi entre les deux notions provient en premier lieu de ce que le personnage féminin ne se manifeste jamais dans le texte avant un exposé préalable de références spatiales pouvant consister en une caractérisation du paysage ou la mention de toponymes. Il est impératif, dans tous les cas, que l’Ailleurs soit au moins en partie élaboré pour que puisse se produire l’apparition de la bergère.

8En outre, si nous considérons la toute première mention de la montagnarde au sein de chaque Serranilla, une autre règle impose la volonté marquée du poète de resserrer les liens entre la femme rencontrée et le cadre idéalisé de la rencontre. Les références spatiales cernent littéralement la montagnarde lorsque cette dernière se manifeste pour la première fois dans le poème:

  • 17 « Au-dessus de Boxmediano / je vis une montagnarde […] / marcher au pied d’une butte. »
ençima de Boxmediano espace
vi serrana sin hargayo personnage féminin
andar al pie de un otero espace
(I, 8-10)17
En toda la Sumontana‚ espace
de Trasmoz a Veratón espace
  • 18 « Sur toutes les terres de Sumontana, / de Trasmoz à Veratón, / je n’ai jamais vu une si belle mont (...)

non vi tan gentil serrana. personnage féminin
(II, 1-3)18

Por todos estos pinares espace
nin en val de la Gamella espace

non vi serrana más bella personnage féminin

que Menga de Mançanares. personnage fémin et espace
[…],
contra Bóvalo tirando‚ espace
en esse valle de suso espace
  • 19 « Jamais je n’ai vu dans toutes ces pinèdes / ni dans le val de Gamella / de montagnarde aussi bell (...)

vi serrana estar cantando personnage féminin
(V, 1-8)19

  • 20 « Entre Torres et Canena / près de ces champs d’amandiers, / je rencontrai la jeune fille de Bedmar (...)
Entre Torres y Canena‚ espace
açerca des allozar‚ espace
fallé moça de Bedmar personnage féminin et espace
(VI, 1-3)20
Faziendo la vía espace
del Calatraveño espace
a Santa María‚ espace
  • 21 « En suivant le chemin / de Calatraveño / à Santa María, / […] / je perdis ma route / et découvris (...)
[…] espace
perdí la carrera espace
do vi la vaquera personnage féminin
de la Finojosa espace
(VII, 5-12)21
  • 22 « Je partais de Vitoria / un jour de cette semaine / afin de rejoindre Alegría, / lorsque je vis la (...)
De Vitoria me partía espace
un día d’esta semana
por me passar Alegría‚ espace
do vi moça lepuzcana. personnage féminin et espace
Entre Gaona e Salvatierra espace
en esse valle arbolado espace
[…],
la vi guardando ganado personnage féminin
(VIII, 1-8)22
  • 23 « Dans le style d’Estrémadure » (II, 13) ; « A la manière d’Andalousie » (VI, 7).

Le lien fusionnel entre l’espace et la bergère se traduit également par des caractéristiques liées au personnage féminin qui sont à rattacher à un espace spécifique. Les tenues vestimentaires des jeunes femmes embellissent ces dernières mais permettent également de les associer à un espace géographique déterminé. La bergère fascinante rappelle alors les pratiques de tel ou tel espace. C’est ce que suggèrent les vers suivants : « a guisa de Extremadura » (II, 13) et « a fuer de Andalucía » (VI, 7)23.

  • 24 « Plus lumineuse que l’aube qui se lève en mai ».
  • 25 « Je la vis en train de garder un troupeau / rayonnante comme l’aurore. »
  • 26 « Fraîche comme la rose ».
  • 27 « Le fruit précoce / me mit en appétit ».

9Le rapport tissé entre l’Ailleurs idéal et la bergère se manifeste enfin par des caractérisations susceptibles d’être appliquées indifféremment à l’espace ou au personnage féminin. La montagnarde est lumineuse de beauté : « más clara que sal’ en mayo / ell alva […] » (I, 11-12)24 ; « la vi guardando ganado, / tal como ell alvor del día » (VIII, 9)25 et son parfum est enivrant. Afin de souligner la symbiose parfaite qui les unit, le poète a recours à des comparaisons du type : « fresca como la rosa » (IV, 14)26 ou à des images suggestives : « que me fizo gana / la fruta temprana » (III, 9-10)27.

10Le lien entre espace et personnage doit en principe contribuer à la caractérisation du type de poème analysé. En effet, à chaque espace correspond une catégorie bien déterminée de personnage féminin. C’est ce que rappelle Michel Zink lorsqu’il précise :

  • 28 Michel Zink, La Pastourelle, Poésie et folklore au Moyen Âge, Paris, Éditions Bordas, études 67, 19 (...)

Lorsque l’héroïne est une bergère, la scène se passe toujours dans un champ, au bord d’un chemin, à la corne d’un bois, sur la berge d’une rivière, en un mot, dans la campagne ouverte ; au contraire, lorsque l’héroïne est une dame ou une demoiselle, le poète la rencontre le plus souvent dans un jardin ou dans un verger clos, celui-là même sans doute auquel font allusion les Leys d’Amors. Cette remarque nous permet de mettre l’accent sur un aspect nouveau de la bergère et de voir en elle, non pas une personne qui garde un troupeau, non pas une bergère, mais une femme que l’on rencontre en pleine campagne, dans une nature plus ou moins sauvage, par opposition à la dame qu’on ne rencontre que dans un jardin clos et cultivé28.

  • 29 « Entre Torellas et Fayo / nous passerons février. / Je lui dis : ce projet, / belle montagnarde, m (...)
  • 30 « Je n’ai jamais vu une aussi belle montagnarde ».
  • 31 « De ma vie / je n’ai vu une montagnarde / semblable à celle de ce matin ».
  • 32 « Si mon amour pour une autre / n’était placé en un meilleur endroit, / je n’aurais pu éviter / d’ê (...)
  • 33 « Aucune femme et aucune montagnarde / ne l’emporte sur la dame de mes pensées ».

Pour qu’il y ait pastourelle, la femme doit être une gardienne de troupeau et pas une dame. Or, les gardiennes de López de Mendoza se distinguent clairement de la traditionnelle vachère ou bergère imposée par la Pastourelle. Quelle orientation nouvelle le poète castillan a-t-il été en mesure de donner à ces personnages féminins surgis d’un Ailleurs idéalisé ? Il s’est essentiellement appliqué à réduire la rusticité de ces bergères et ce premier palier de transformation libère les personnages féminins de l’agressivité dont elles font parfois preuve. Cette agressivité conventionnelle est loin de constituer la norme chez López de Mendoza et ne se manifeste qu’à trois reprises dans le corpus sans jamais déboucher sur de longs développements : (I, 19-20) ; (II, 19-21) ; (V, 25-28). Dans le cas de la deuxième Serranilla, la bergère n’en est que magnifiée puisque son comportement revêche est une conséquence de sa ferme volonté de ne pas céder aux avances du voyageur quelques jours avant son mariage. Dans un cas comme dans l’autre, le voyageur n’exprime à aucun moment la moindre inquiétude face aux réactions des montagnardes. Il est même possible de déceler dans le texte l’expression d’une certaine satisfaction face au dénouement qui semble s’imposer à lui : « Entre Torrellas y el Fayo / passaremos el febrero. / Díxele : De tal ensayo, / serrana, soy plazentero » (I, 37-40)29. Ce travail de réappropriation du genre permet au poète de libérer la bergère de son enveloppe parfois trop grossière. Cette orientation délibérée est également perceptible dans le traitement littéraire reçu par la montagnarde en matière d’apparence physique. L’ensemble des références à l’aspect physique de ces personnages féminins conduit systématiquement vers une idée maîtresse : la beauté époustouflante de la montagnarde : « non vi tan gentil serrana » (II, 3)30 ; « Después que nasçí, / non vi tal serrana / como esta mañana » (III, 1-3)31. La montagnarde est rayonnante et lumineuse de beauté, son parfum subjugue et son pouvoir de séduction est illimité (VI-VIII). La splendeur qui s’offre au voyageur est telle qu’il lui est impossible de se remémorer un spectacle comparable. Le constat est sans appel. La force de séduction de la bergère est d’une puissance redoutable. Le voyageur n’est pas toujours en mesure d’y résister. Lorsqu’il parvient à s’en prémunir, c’est qu’il mobilise l’image de sa dame absente de cet Ailleurs de la tentation : « Si mi voluntad agena / non fuera en mejor lugar, / non me pudiera escusar / de ser preso en su cadena » (VI, 9-12)32 ; « après la señora mía, / non vi dona nin serrana » (VIII, 27-28)33.

  • 34 Arcipreste de Hita, Libro de Buen Amor, Edición de Gybbon-Monypenny, Madrid, Clásicos Castalia, n°  (...)
  • 35 « Les serranillas de Santillana révèlent une orientation résolument nouvelle. En partant du sujet e (...)
  • 36 « Chère montagnarde, / après vous avoir entendue / je me soumets à votre volonté ».
  • 37 « En effet, vous pourriez transformer / un simple valet en chevalier ».
  • 38 « Dès qu’elle eut entendu mes propos, / elle dit : désolée mon ami, / mais prenez donc du bon temps (...)

11Toutefois, il serait réducteur de se limiter au constat de la beauté des montagnardes. Elles sont bien plus que cela puisqu’elles sont en mesure d’allier beauté et raffinement. Le lien de parenté est devenu bien mince par rapport aux personnages rustiques de la pastourelle ou aux montagnardes parfois monstrueuses du Libro de Buen Amor34. Rafael Lapesa ne manque pas de souligner cette évolution du genre : « Las serranillas de Santillana muestran una evolución de líneas bien claras. Partiendo del tema y versificación heredados, el poeta los somete a una transformación gradual : pronto suprime los rasgos más crudos y eleva estéticamente a sus heroínas35 ». López de Mendoza a su transformer la gardienne de troupeaux en un personnage féminin largement ennobli. En outre, le rapport entre l’Ailleurs spatial et le personnage se charge également de fortes connotations sociales. L’un des principes de la Pastourelle consiste à mettre en contact deux personnages aux profils contrastants. Le voyageur traverse un Ailleurs qui ne lui est pas familier alors que la gardienne connaît parfaitement l’espace et lui est même étroitement associée. Le voyageur occupe une position sociale qui lui confère un degré de supériorité par rapport à la rusticité de la bergère. Pourtant, dans le cas des compositions de López de Mendoza, cette supériorité du voyageur est considérablement atténuée. La noblesse de sentiments de la bergère désireuse de rester fidèle à son fiancé en est un exemple. Le raffinement que confèrent aux personnages féminins les atours qui les caractérisent va dans le même sens (II, 11-14 ; III, 11-14 ; VI, 5-8 ; VIII, 10). Sa maîtrise du chant est telle qu’elle envoûte le voyageur qui succombe à tant de raffinement : « […] Serrana, estando / oyendo, yo non m’escuso / de fazer lo que mandares » (V, 10-12)36. De fait, la bergère est considérablement ennoblie et son rayonnement la rend capable de diffuser cette charge de noblesse qui émane de sa personne. C’est ce constat qui conduit le voyageur à affirmer : « ca de muy torpe lacayo / faríades caballero » (I, 3-4)37. Les échanges transcrits au style direct s’en ressentent immanquablement. La façon dont la première bergère s’adresse au voyageur atténue considérablement l’agressivité dont elle avait fait preuve à son égard au début de la rencontre. Une fois dissipée la confusion sur l’état du personnage masculin, la gardienne des lieux sait encore se montrer pressante, mais le ton employé a radicalement changé : « Desque oyó lo que dezía, / dixo : Perdonad amigo, / mas folgad hora conmigo / […] » (I, 29-35)38.

  • 39 « The traditional locale of the serranilla serves only to underline the evolution of the girl cowhe (...)
  • 40 « Je la vis en train de garder un troupeau ».
  • 41 « Elle gardait un troupeau / avec d’autres bergers ».
  • 42 « Je la trouvai si belle / que j’avais du mal à croire / qu’elle était vachère ».
  • 43 « […] un troupeau qu’on lui gardait à Raçena ».
  • 44 « Je me marie avec Antón / vacher de Morana ».
  • 45 « Depuis que j’ai perdu Mingayo, / qui gardait avec moi les brebis ».

12La façon dont le voyageur s’adresse aux bergères révèle qu’il est spécialement sensible à ce raffinement qu’il sait apprécier en tant qu’homme issu d’un espace qui, pour la bergère, est également un Ailleurs. Il s’adresse avec courtoisie à cette dame qu’il appelle « hermana » (II, 15) ou encore « señora » (V, 18). La fusion constatée entre la gardienne et l’Ailleurs idéalisé des Serranillas provient de ce que le personnage féminin considéré est en communion parfaite avec l’espace et qu’il suscite chez le voyageur la même forme d’admiration perceptible dans le travail d’idéalisation mené dans les deux cas. Par ailleurs, l’espace est également à mettre en rapport avec l’ennoblissement considérable dont la bergère fait l’objet. Le processus d’ennoblissement semble confirmé par l’association systématique du personnage rencontré à un cadre géographique qui n’est pas sans rappeler le domaine seigneurial que l’on associe avec fierté à l’identité d’une famille prestigieuse. Ceci explique que le poète ne se contente jamais d’annoncer l’apparition d’une simple “serrana”, “vaquera”, “moça”. Il ressent au contraire le besoin de compléter et de grandir cette identité : La serrana de Boxmediano‚ La vaquera de Morana‚ La serrana de Loçoyuela‚ La moçuela de Bores‚ Menga de Mançanares‚ La moça de Bedmar‚ La vaquera de la Finojosa39. La distance établie entre le personnage féminin et son troupeau en est la confirmation. Le poète a recours à différents procédés dans le but d’éloigner la dame d’un troupeau qui ne fait que rappeler la condition que lui impose la Pastourelle. Seule la huitième rencontre fait état d’une gardienne perçue dans son activité (« la vi guardando ganado » VIII, 8)40, mais sa beauté incomparable prend rapidement le pas sur ce détail compte tenu de l’étendue de l’espace dans lequel il serait vain de chercher une quelconque forme de concurrence à cette beauté spectaculaire (VIII, 17-19). Une autre option consiste à faire partager l’activité du gardiennage afin qu’elle ne retombe pas exclusivement sur la belle (« guardando ganado / con otros pastores » VII, 15-16)41. La conséquence en est du reste que le voyageur éprouve énormément de difficultés à admettre la condition de gardienne de troupeau (« la vi tan graçiosa / que apenas creyera / que fuesse vaquera » VII, 17-19)42. Il arrive également que le troupeau soit mentionné dans une formulation dont l’ambiguïté volontaire est caractéristique de la volonté du poète de libérer le personnage féminin de cette activité (« […] un ganado / quel’ guardavan en Raçena » VI, 16-17)43. Le troupeau est bien mentionné, mais strictement rien ne dit qu’elle en est la gardienne. Globalement, la rusticité imposée par le genre a tendance à retomber sur les personnages masculins, présents ou juste nommés, de cet Ailleurs idéalisé : « fago bodas con Antón‚ / vaquerizo de Morana » (II, 23-24)44, « pues me fallesçió Mingayo‚ / que era comigo ovejero » (I, 35-36)45.

Conclusion

13La lecture de l’espace dans les Serranillas a fortement été conditionnée par le besoin d’associer ces compositions à des données biographiques concrètes d’Íñigo López de Mendoza. Les Serranillas prennent systématiquement appui sur le motif du déplacement et il est attesté que certaines des compositions de l’auteur ont été élaborées après un déplacement effectif. Cet Ailleurs spatial que nous découvrons rend possible une rencontre avec une série de personnages féminins. L’accumulation de toponymes ne manque pas de retenir l’attention du lecteur, mais il pourrait bien s’agir là d’un jeu destiné à ne pas révéler l’emplacement de l’Ailleurs idéal au sein duquel se produit la rencontre. On parvient ainsi à approcher cet Ailleurs élaboré par le poète mais sans jamais accéder à cet espace idéalisé. Le seul élément imposé pour la construction de cet Ailleurs reste l’incontournable mise à distance par rapport au lieu de diffusion du poème. Les caractéristiques physiques de l’espace n’en sont pas moins intéressantes. Elles contribuent largement à l’idéalisation de l’Ailleurs, idéalisation perceptible dans la variété dessinée. Par ailleurs, l’espace mis en place à partir d’une conception littéraire du monde rural est adapté aux situations créées par le poète. La femme qui croise accidentellement la route du voyageur est un élément supplémentaire du cadre idéal élaboré. Le genre de la Pastourelle imposait qu’elle fût gardienne de troupeau. López de Mendoza ne peut ignorer cette tradition. Il prend toutefois le parti résolu de doter ces gardiennes d’une beauté aveuglante, d’un raffinement subtil et d’une noblesse qu’elles tirent précisément de cet Ailleurs où tout est devenu possible. L’Ailleurs spatial systématiquement intégré à l’identité de la gardienne a permis de transformer la rude montagnarde en noble dame. La distance impliquée par l’Ailleurs fait facilement dériver vers un processus d’idéalisation qui concerne aussi bien l’espace que les personnages féminins. La délicatesse et la beauté lumineuse des femmes dont le poète voyageur croise la route favorisent un glissement sensible de la traditionnelle montagnarde du Moyen Âge vers une dame raffinée annonçant davantage la Renaissance. L’idéalisation perceptible dans le traitement de l’Ailleurs spatial implique donc la mise en place d’un Ailleurs temporel. En franchissant les chemins, le poète voyageur ne se contente pas de parcourir un espace, mais effectue par la même occasion un déplacement qui le conduit vers un autre temps.

Notes

1 Georges Cirot, « La topographie amoureuse du Marquis de Santillane », Bulletin Hispanique, XXXVII, 1935, p. 392-395.
José María de Cossío, « Geografía de una Serranilla del Marqués de Santillana », Correo Erudito, II, 1941, p. 52-53.

2 Les citations renvoyant aux Serranillas proviennent de l’édition de Miguel Ángel Pérez Priego : Marqués de Santillana, Poesía lírica, Madrid, Cátedra n° 475, 1999.

3 Raimon Vidal, Razos de Trobar, Édition de Paul Meyer, in Romania VI, 1877, p. 355, cité par Michel Zink dans La Pastourelle, Poésie et folklore au Moyen Âge, Paris, Bordas, 1972, p. 26.

4 « […] la récitation face à un auditoire de la cour auquel le poète s’adresse expressément […] ce qui dote [ces textes] d’un certain ton confidentiel et complice. » Pérez Priego, Miguel Ángel, ed., Marqués de Santillana, Poesías completas I, Madrid, Alhambra, 1983, p. 19.

5 « […] généralement la serranilla servait pour agrémenter, de retour à la cour, un récit de voyage. Les compositions de Santillana jalonnent une bonne partie de son parcours : les campagnes à Agreda (I et II, 1429) et à Huelma (V, 1438), une convalescence près de Cordoue (VI, 1431), des déplacements sur ses domaines de Manzanares (IV), Liébana (IX, 1430) et Buitrago (III et VIII). » Lapesa, Rafael, La obra literaria del Marqués de Santillana, Madrid, Ínsula, 1957, p. 52.

6 Francisca Vendrell de Millás, « Una nueva interpretación de la segunda serranilla », Revista de Filología Española, XXXIX, 1955, p. 24-45.

7 José Terrero, « Paisajes y pastoras en las Serranillas del Marqués de Santillana », Cuadernos de Literatura, VII, 1950, p. 169-202.

8 « Santa María : village de la région, probablement l’actuelle ville de Pedroche ; Gómez Moreno et Kerkhof suggèrent qu’il pourrait s’agir de Santa María de Trassierra ; Travessaña : peut-être le nom d’un col de montagne ; La Vegüela : pourrait être un chemin de la transhumance. », Priego, Miguel Ángel, éd., Poesía lírica, Madrid, Cátedra, 1999, p. 105-129.

9 « J. Terrero préfère lire Ximena, puisqu’il s’agit d’un village à proximité de Torres et de Bedmar, alors que Canena dépend administrativement d’Úbeda et se situe au nord de Baeza, près de Linares […] très loin du théâtre des événements, raison pour laquelle il ne peut s’agir d’une référence acceptable ».

10 « Tout en haut de la montagne / près de Travessaña, / sur le chemin de Trasovares, / je rencontrai une jeune fille vigoureuse / peu avant Añón / au bord d’une fontaine ».

11 (pinèdes V, 1) ; (pré VII, 13) ; (vallée arborée VIII, 6) ; (bois touffu V, 27).

12 « Je ne laisse passer aucun vacher ».

13 « Elle finit par céder / sur un tapis de thym ».

14 « Ainsi, nous mîmes fin / à notre affaire / sans sombrer dans l’excès, / et nous tombâmes d’accord. / Et les fleurs / aux abords d’Espinama / furent nos complices ».

15 « Au départ de Conejares / là haut dans la montagne, / près de Travessaña, / sur le chemin de Trasovares, / je rencontrai une jeune fille vigoureuse / peu avant Añón / au bord d’une fontaine ».

16 Laura R. Bass, « Crossing borders : gender, geography and class relations in three serranillas of the Marqués de Santillana », La corónica, n° 25/1, 1996, p. 69-84.

17 « Au-dessus de Boxmediano / je vis une montagnarde […] / marcher au pied d’une butte. »

18 « Sur toutes les terres de Sumontana, / de Trasmoz à Veratón, / je n’ai jamais vu une si belle montagnarde ».

19 « Jamais je n’ai vu dans toutes ces pinèdes / ni dans le val de Gamella / de montagnarde aussi belle / que Menga de Manzanares. / […] / Alors que je faisais route vers Bóvalo, / dans cette vallée élevée / je vis une montagnarde en train de chanter ».

20 « Entre Torres et Canena / près de ces champs d’amandiers, / je rencontrai la jeune fille de Bedmar ».

21 « En suivant le chemin / de Calatraveño / à Santa María, / […] / je perdis ma route / et découvris la vachère / de la Finojosa ».

22 « Je partais de Vitoria / un jour de cette semaine / afin de rejoindre Alegría, / lorsque je vis la jeune fille de Lepuzco. / Entre Gaona et Salvatierra / dans cette vallée arborée / […] / je la vis en train de garder un troupeau ».

23 « Dans le style d’Estrémadure » (II, 13) ; « A la manière d’Andalousie » (VI, 7).

24 « Plus lumineuse que l’aube qui se lève en mai ».

25 « Je la vis en train de garder un troupeau / rayonnante comme l’aurore. »

26 « Fraîche comme la rose ».

27 « Le fruit précoce / me mit en appétit ».

28 Michel Zink, La Pastourelle, Poésie et folklore au Moyen Âge, Paris, Éditions Bordas, études 67, 1972, p. 86-87.

29 « Entre Torellas et Fayo / nous passerons février. / Je lui dis : ce projet, / belle montagnarde, me comble de joie ».

30 « Je n’ai jamais vu une aussi belle montagnarde ».

31 « De ma vie / je n’ai vu une montagnarde / semblable à celle de ce matin ».

32 « Si mon amour pour une autre / n’était placé en un meilleur endroit, / je n’aurais pu éviter / d’être prisonnier de ses chaînes ».

33 « Aucune femme et aucune montagnarde / ne l’emporte sur la dame de mes pensées ».

34 Arcipreste de Hita, Libro de Buen Amor, Edición de Gybbon-Monypenny, Madrid, Clásicos Castalia, n° 161, 1988.

35 « Les serranillas de Santillana révèlent une orientation résolument nouvelle. En partant du sujet et de la forme métrique hérités de la tradition, le poète soumet l’ensemble à une transformation progressive : très vite, il supprime les traits les plus crus et élève esthétiquement ses héroïnes. » Rafael Lapesa, « Las serranillas del Marqués de Santillana », Historia crítica de la literatura española de Francisco Rico, Barcelona (t. I, Edad Media), Editorial Crítica, 1979, p. 324.

36 « Chère montagnarde, / après vous avoir entendue / je me soumets à votre volonté ».

37 « En effet, vous pourriez transformer / un simple valet en chevalier ».

38 « Dès qu’elle eut entendu mes propos, / elle dit : désolée mon ami, / mais prenez donc du bon temps avec moi ».

39 « The traditional locale of the serranilla serves only to underline the evolution of the girl cowherd to a refined lady of Renaissance. » (L’espace traditionnel de la serranilla sert uniquement à souligner l’évolution de la vachère en dame raffinée de la Renaissance) : Leo Spitzer, « A passage of Santillana’s serranilla V », Hispanic Review, vol. XXI, n° 2, 1953, p. 138.

40 « Je la vis en train de garder un troupeau ».

41 « Elle gardait un troupeau / avec d’autres bergers ».

42 « Je la trouvai si belle / que j’avais du mal à croire / qu’elle était vachère ».

43 « […] un troupeau qu’on lui gardait à Raçena ».

44 « Je me marie avec Antón / vacher de Morana ».

45 « Depuis que j’ai perdu Mingayo, / qui gardait avec moi les brebis ».

Auteur

Université de Saint-Étienne
Maître de conférences en espagnol. Il est l’auteur de travaux sur La Célestine et le Libro de Buen Amor. Ses principaux domaines de recherche sont la littérature du xve siècle, les miroirs de princes, la parémiologie et l’œuvre poétique du Marquis de Santillane.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search