Version classiqueVersion mobile

Poésie de l’Ailleurs

 | 
Estrella Massip i Graupera
, 
Yannick Gouchan

L’Ailleurs et la vision de l’Autre

L’Ailleurs dans la poésie satirique du xviiie siècle au Portugal

Le cas de la cantatrice italienne Anna Zamperini

Marie-Noëlle Ciccia

Résumé

La cantatrice italienne Anna Zamperini s’est produite sur les scènes de Lisbonne entre 1772 et 1775, avant d’être expulsée du Portugal par le marquis de Pombal, premier ministre du roi Joseph 1er. Sa conduite sulfureuse et la légèreté de ses mœurs attisèrent l’inspiration d’un certains nombre de rimailleurs au point de raviver la dite « Guerre des poètes » opposant deux camps : celui des adorateurs de la diva et celui de ses farouches détracteurs. Les vers parfois relativement mièvres des poésies laudatives à son sujet contrastent avec ceux, féroces dans certains cas, des poésies satiriques qui, sous la critique ouverte de ses manières peu recommandables, cachent de fait une véritable attaque contre cette étrangère, venue d’un Ailleurs mal défini et dont l’altérité vient heurter la politique d’identité nationale promue par le marquis de Pombal. Nous nous proposerons ici d’analyser les thèmes et les procédés rhétoriques de certaines de ces poésies satiriques, véritables armes contre l’Autre, l’étranger présenté comme une menace à l’encontre de l’harmonie sociale.

Texte intégral

  • 1 Cf. Marie-Noëlle Ciccia, « Du choc esthétique à l’onde de choc identitaire : Anna Zamperini ou Dion (...)
  • 2 Alberto Pimentel (org.), Zamperineida, segundo um manuscrito da Biblioteca Nacional de Lisboa, Lisb (...)

1C’est entre 1772 et 1775, à Lisbonne, que la cantatrice italienne Anna Zamperini se produit sur la scène lyrique du théâtre de la Rua dos Condes1. La qualité de sa voix et son charme naturel produisent aussitôt de redoutables effets sur le public portugais masculin, effets mesurables à l’aune de la production poétique importante et diversifiée dont elle fera, directement ou indirectement, l’objet et que le critique Alberto Pimentel regroupera en 1907 dans un volume intitulé Zamperineida2. La Zamperineida comporte un total de 16 textes laudatifs et 53 satiriques. La disproportion de ces chiffres est un premier indicateur de l’impact de la visite de la diva en terre portugaise. La veine satirique, expression de prédilection des poètes portugais de la seconde moitié du xviiie siècle, déversera des flots de vers drolatiques, ironiques, parfois violents, voire haineux et même obscènes, envers la Zamperini et son admirateur au premier chef, le père Manuel de Macedo, qui eut la fâcheuse idée de lui dédier une ode dans laquelle il la qualifiait de « divina ». Il n’en fallait pas davantage à ses ennemis pour le flétrir de la belle manière, lui reprochant, outre l’inadéquation de sa fonction ecclésiastique avec son adoration pour la saltimbanque, la médiocrité de sa plume et le ridicule consistant à préférer aux divas nationales une étrangère aux mœurs apparemment des plus légères, une étrangère qui plus est avide d’argent et qui choisissait ses nombreux amants en fonction de leurs capacités financières à l’entretenir luxueusement. Les poèmes inclus dans le recueil Zamperineida par l’intermédiaire desquels les rimailleurs se répondent, s’apportent un soutien mutuel ou au contraire s’étrillent, constituent l’un des témoignages de la fameuse « guerre des poètes » de la Lisbonne pombaline. Dans un contexte censorial extrêmement rigide, soumis à l’autorité implacable du marquis de Pombal, l’usage de la satire – d’une véhémence et d’une apparente immoralité parfois étonnantes – peut sembler courageux de la part des auteurs satiriques. Il n’en est pourtant rien car, d’une part, ces productions rimées n’étaient pas destinées à être publiées mais circulaient sous forme manuscrite et atteignaient fort bien ainsi leur objectif premier, celui de conspuer ou, au contraire, de louer l’objet de leur inspiration (elles n’avaient donc pas officiellement à requérir d’imprimatur de la part des députés de la Real Mesa Censória) ; d’autre part, elles se trouvaient en fait dans la droite ligne politique d’un pouvoir qui cherchait à rassembler le peuple autour des notions de correction de mœurs, d’orgueil national et de protection du pays contre les influences étrangères néfastes, la calomnie étant une pratique que Pombal ne dédaignait pas lui-même (envers les Jésuites par exemple).

  • 3 Cf. par exemple, Claude Maffre, Voyages au Portugal aux xviiie et xixe siècles, Urrugne, Édition Pi (...)

2La caractérisation de l’étranger, lié à la notion de frontière, aide à définir ce qui est en-deçà du périmètre national de ce qui ne l’est pas. Dans ces poèmes, la Zamperini est d’emblée présentée comme extérieure au Portugal (et même, selon le père Macedo, extérieure au monde terrestre) ; elle est issue d’un Ailleurs, assez vaguement délimité du reste car, si Venise est réputée être sa ville natale, on apprend au détour d’un vers qu’avant de se produire à Lisbonne, elle a fait une tournée en Angleterre où elle en a profité pour dépouiller ses admirateurs britanniques. Mais à cet Ailleurs incertain il faut, bien évidemment, associer la notion de l’Autre. La Zamperini n’est pas portugaise, ce qui, en soi, n’aurait rien de rédhibitoire (bon nombre de voyageurs étrangers parcourent le Portugal au xviiie siècle, et s’y installent même, séduits par l’accueil de la population3) si elle ne se comportait pas ‘autrement’ qu’il convient, en d’autres termes, si elle adoptait les manières vertueuses qui siéent aux femmes de cette contrée. Le désordre qui résulte de sa présence au Portugal (‘la guerre des poètes’ et le relâchement moral) est donc immédiatement imputable à l’élément extérieur qu’elle incarne. Les misères qui s’abattent sur le pays et au nombre desquelles il faut la compter, sont attribuables à la fatalité, à l’adversité, à une attaque extérieure. L’Ailleurs s’impose et provoque le trouble :

Zamparine cantora‚ que do Norte‚
C’os ossos dar vieste a Portugal‚
Somente por teu bem‚ e por seu mal‚
É que o fado te trouxe a esta Corte.

  • 4 Traduction : « Zamperini, toi la chanteuse qui, depuis le Nord / Es venue trainer tes os au Portuga (...)

Aos mylords de lá deste um bom corte‚
Vens muito ufana cá dar outro igual:
Depois de un terramoto tão fatal
Só faltava esta peste que é mais forte4. (p. 110)

  • 5 Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, Paris, PUF, 1998, p. 37.

Une étude imagologique de la Zamperini (c’est-à-dire une étude des représentations littéraires de l’étrangère) telle qu’elle transparaît dans le recueil Zamperineida dressera les contours d’une femme qui déborde le cadre strictement poétique du Portugal de l’époque pour en marquer fortement le contexte social. Ainsi que l’affirme Jean-Marc Moura, « La littérature est au moins l’expression de la société parce qu’à travers elle sont déchiffrables les illusions qu’une société nourrit sur son altérité5 ». De fait, le terme d’illusion convient parfaitement à évoquer l’Ailleurs/l’Autre fantasmé que constitue la Zamperini pour les poètes du recueil. Jean-Marc Moura souligne également que :

  • 6 Ibidem, p. 41.

[L]’imagologie, […] refuse, de tenir l’image littéraire pour la mise en présence d’un étranger préexistant au texte ou pour un double de la réalité étrangère. Elle la considère plutôt comme l’indice d’un fantasme, d’une idéologie, d’une utopie propre à une conscience rêvant d’altérité6.

  • 7 Paul Ricœur, Du texte à l’action, Paris, Seuil, 1986, p. 214. Cité par Jean-Marc Moura, ibidem, p.  (...)
  • 8 Moura, op. cit., p. 43 et 44.

Voyons en quoi cette réflexion s’applique à la Zamperini. L’image en soi de cette femme relève du stéréotype suivant : une étrangère, non mariée, circulant sans entraves et sans tutelle loin de son pays, donc inévitablement une libertine (au sens que le xviiie siècle donne à ce terme), dégagée des contraintes morales et des conduites applicables aux femmes vertueuses. Cependant, il est moins intéressant de déterminer si l’image renvoyée par les textes colle à la réalité du personnage de la diva que de tenter de définir en quoi l’image construite par les acteurs sociaux que sont les poètes est le signe d’un fantasme, d’une idéologie spécifique. L’imagination créatrice de l’image qui est le fruit d’une culture et d’un contexte, s’organise autour de deux axes, tels que les a définis Paul Ricœur : « du côté de l’objet, l’axe de la présence et de l’absence ; du côté du sujet, l’axe de la conscience fascinée et de la conscience critique7 ». Il y aurait donc deux manières pour le sujet de considérer l’objet imagologique : avec fascination ou au contraire avec critique. Toutefois, si cette production poétique prétend donner à voir l’image de l’étranger « comme une reproduction de cet étranger tel qu’il a été perçu par un auteur », c’est-à-dire si est apparemment à l’œuvre une « imagination reproductrice », nous verrons qu’ici, en réalité, c’est « l’imagination productrice » qui la supplante par la création ou la recréation d’une image qui peut n’avoir rien de conforme avec la réalité factuelle. L’auteur « ne voit pas l’étranger, il le (re)crée selon sa propre sensibilité […]. L’image de l’étranger est essentiellement absence de celui-ci et production d’une nouvelle pertinence le concernant8 ».

3À partir de cette notion d’imagination productrice, il sera question ici, dans un premier temps, de dessiner le profil de la Zamperini tel que les poètes arcadiens l’expriment, c’est-à-dire comme le fantasme de l’Ailleurs/de l’Autre, modelé par l’imaginaire social selon lequel :

  • 9 Ibidem, p. 45.

[L]’appréhension de la réalité étrangère par un écrivain (ou un lecteur) n’est pas directe, mais médiatisée par les représentations imaginaires du groupe ou de la société auxquels il appartient. D’où la nécessité de travailler sur l’imaginaire social environnant l’image littéraire de l’étranger. À partir de son étude seulement, l’on pourra vérifier si l’auteur a reproduit (consciemment ou non) telle représentation globale ou s’il s’est radicalement éloigné de tout schéma imaginaire collectif pour faire acte de création et, partant, de critique du réel. […] La force novatrice d’une image – sa littéralité – résidera dans l’écart qui la sépare de l’ensemble des représentations collectives (donc conventionnelles) forgées par la société où elle naît9.

Il est difficile de mesurer cet écart dans la mesure où les documents authentiques relatifs à la Zamperini font défaut à l’historien. En revanche, la figure fantasmée de l’Autre venu d’ailleurs qui émane des ces productions en vers se prête plus aisément à l’analyse.

4Dans un second temps, il importera de cerner quelles sont les ripostes identitaires de l’imaginaire social face à cet autre fantasmé, en d’autres termes, comment, sous prétexte de correction des mœurs et de progrès de la nation portugaise, l’imagination productrice va s’emparer de cette figure, faire œuvre « sociale » et susciter autour d’elle le repli identitaire associé au rejet de cette femme.

5Enfin, nous verrons que l’image produite de la Zamperini correspond à la figure sociale et littéraire de la Bohémienne, étrangère dans tous les pays et pour cette raison rejetée, tant il apparaît flagrant que leurs caractéristiques se rejoignent tout autant que les fantasmes qu’elles suscitent auprès des divers acteurs de la société.

Anna Zamperini, un Ailleurs fantasmé

6La Zamperini véhicule les images d’un Ailleurs fantasmé d’autant plus susceptible de ravages qu’elle surgit comme par « surprise » dans la société portugaise, ainsi que le suggère le verbe « aparece » dans les vers suivants tirés de l’Ode du père Macedo :

  • 10 Traduction : « France, ne te glorifie pas / De compter des actrices fameuses ; / Pour calmer ton im (...)

França‚ não te gloreies
Das actrizes que contas celebradas ;
Para que o orgulho refreies‚
Do Adriático Mar nas prateadas
Margens‚ uma aparece‚
É Zamparine bela: ouve-a, emudece10 ! (p. 51)

  • 11 « Sabes, amigo, que dama é esta, / Que há pouco aqui chegou vinda do Norte ? […] Conheço muito bem  (...)
  • 12 In « O tourear do Talaya, as paixões da Zamparine cantora e as descomposturas do Monteiro, são o ob (...)

La belle étrangère impose sa loi, force en effet le silence comme elle l’a déjà fait en Angleterre, un « Ailleurs » souvent désigné comme « o Norte », lieu relativement imprécis mais connoté de manière négative11. Elle a parcouru de nombreuses villes : elle est nomade, itinérante (« Esta corre porém climas diversos / Vendo muitos costumes e cidades12 », p. 178) ; ses nombreuses expériences font d’elle une marginale comparée à une femme portugaise, façonnée selon l’imaginaire social, qui demeure vertueusement cloîtrée chez elle et s’occupe de sa maisonnée.

7En quoi la Zamperini représente-t-elle un Ailleurs ? Parce qu’elle introduit au Portugal cette part d’ombre et d’érotisme exogène, cette liberté de comportement que s’interdisent les Portugais. De fait, comme cela a été posé en préambule, il ne s’agit pas ici de savoir si ce qui est dit de la diva dans cette production en vers doit être tenu pour vrai ou non ; ce qui intéresse c’est la « vérité » de son existence dans ces poésies. La Zamperini n’est pas le reflet d’une société, elle en est le fantasme, alimenté par la rumeur qui enfle, nourrit les conversations, les correspondances, et lui donne une visibilité et une portée au fond assez peu méritées. Même dans les couvents, arrivent les nouvelles la concernant, à l’instar de ce que l’on peut lire dans la correspondance de la marquise d’Alorna à son père, en cette année 1772 :

  • 13 Extrait de la correspondance entre Alcipe et son père D. João de Portugal, Cota [ALCPAI – CN 1] Col (...)

Uma coisa que tem feito grande bulha nesta terra e em que nunca falei a V. Exª‚ foi uma célebre atriz que exauriu as bolsas de todos os casquilhos‚ e veio pôr a vista a nossa terra‚ porque tendo (segundo entendo) pouquíssimos merecimentos, sabe encantar a todos, e tem dado assunto a todas as palestras desta terra‚ muito verso‚ muita Apologia‚ muita sátira, porém tudo junto, é papel aquentar camisas e fica com muito honrada serventia. A tal madama chama-se Zamperini‚ não é demasiadamente bonita‚ canta muito bem‚ e dizem que declara excelentemente; mas para crer isto‚ precisa-se fé‚ porque tudo quanto dizem‚ é muito apartado das regras desta arte que as necessita como qualquer outra. Dizem que é muito afectada‚ minimamente desembaraçada e outras circunstâncias que impõe para os ignorantes da nossa terra. […] Eis aqui tem V. Exª aquilo em que por cá se fala‚ Eu já estou enfastiadíssima de Zamperine; porém não quis deixar de lhe dar estas notícias‚ que tem interessado toda a nossa terra13.

  • 14 José Mattoso, dir., História da Vida Privada em Portugal – A Idade Moderna, coord. Nuno Gonçalo Mon (...)
  • 15 Ibidem, p. 428. Traduction : « Et surtout livresque, même parmi les élites intellectuelles et lettr (...)
  • 16 Ibidem, p. 82. « […] segundo um desgraçado sestro do país […], sempre as (artistas) estrangeiras fo (...)

On peut repérer dans ce texte l’essentiel des traits qui transparaissent déjà dans les poèmes, ce qui semble indiquer que la réputation de la diva s’alimente sans cesse des mêmes motifs, relayés à l’envi par les potins et les médisances et que, au fond, le mystère qui l’entoure persiste. L’exotisme (au sens étymologique de « ce qui est en dehors » et qui est source de deux types de réactions antagoniques : l’approbation ou la répulsion) de cette femme tient dans un premier temps au fait qu’elle vient de ce lointain pays qu’est l’Italie et dont la riche culture, l’art, la beauté sont volontiers sacralisés au Portugal. Les Portugais sont particulièrement friands des opéras et de la musique italiens mais aussi du théâtre transalpin (Goldoni, Métastase) : la Zamperini, par la maîtrise de l’art lyrique, transporte cet Ailleurs idéalisé jusqu’au Portugal qui souffre sans doute d’une sorte de complexe collectif d’infériorité, assumé par les uns qui s’abreuvent avec délice de tout ce qui provient de l’étranger, rejeté par les autres qui optent pour le repli national. La position portugaise dans le xviiie siècle européen est celle de la « marginalização dos países da Europa do Sul14 ». Le Portugal est une nation périphérique qui importe la plupart de ses sources d’inspiration doctrinaire. Le cosmopolitisme s’y révèle un phénomène relativement marginal et « mesmo entre as elites intelectuais e letradas, acima de tudo livresco15 ». Les artistes étrangers sont toujours plus admirés que les nationaux, ainsi que le regrette Alberto Pimentel16, relayé dans le recueil par un poète anonyme :

  • 17 Traduction : « Dire que cette chanteuse est d’une grande beauté, / Que depuis longtemps chez nous e (...)

Dizer que é muito formosa esta cantora‚
Que há muito entre nós é celebrada‚
É só querer mostrar a mal fundada
Paixão‚ que nos motiva o que é de fora17. (p. 82)

Les innombrables recours à la mythologie gréco-latine (obéissant bien évidemment à l’esthétique néo-classique) contribuent à la production d’une image stéréotypée ; la mythologie codifie l’Ailleurs, le maîtrise ; la Zamperini apparaît ainsi fréquemment sous les classiques traits d’une nymphe ou d’une Vénus dans les productions louangeuses. Le vers n’offre guère d’originalité syntaxique ou métaphorique, comme le regrette le poète anonyme fustigeant les mauvais poètes enzamparinados :

  • 18 Traduction : « Si le vers ne permet pas de liberté, / Si la syntaxe de la langue manque d’effets / (...)

Se o verso não permite liberdade‚
Se a sintaxe da língua é sem figuras,
É justa a repreensão18. (p. 204)

Cette obéissance à des modèles résolument classiques, dans la forme comme dans le contenu mythologique, fige l’Ailleurs en une série d’images normées dans lesquelles n’entrent que rarement des références à la culture portugaise moderne. Dans les poèmes satiriques qui jouent sur l’usage d’effets grossiers, voire orduriers, si l’image rendue est radicalement différente, elle n’en est pas moins normée, pas moins systématique (depuis les cornes des cocus jusqu’aux images expressément sexuelles).

  • 19 Traduction : « Non, ce chant ne vient pas de cette terre ».
  • 20 Traduction : « Ton nom gravé parmi les étoiles ».

8La Zamperini représente ainsi un Autre et un Ailleurs fantasmés qui renvoient en négatif, pour ses détracteurs, à l’identité portugaise : encore une fois, ce n’est pas sa nationalité qui est mise en cause, c’est sa qualité d’étrangère, ce que le vers suivant annonce sans ambiguïté : « Deixai esta estrangeira » (et non pas « esta italiana » ou « esta francesa »). Pour ses adorateurs, la Zamperini symbolise également un Autre puissant issu d’un Ailleurs sublimé cette fois, déterminé comme un espace extra ou « supraterrestre ». Outre que sa séduction tient à sa singularité (il est généralement reconnu qu’elle dispose de caractéristiques uniques, en particulier sa voix), elle semble renfermer en elle des forces telluriques et célestes. Pour le père Macedo et ses acolytes, nous avons vu qu’elle était « divina » ; sa voix vient d’ailleurs (« Não, da terra não é aquele canto19 », p. 50), ce qui la situe, de façon implicite, dans un cosmos (« Gravado tem seu nome entre as estrelas20 », p. 51). Ses dons artistiques paraissent survenir d’une sorte d’au-delà et son pouvoir est de l’ordre de la divinité :

  • 21 Sonnet « A Zamparine, estando muito adornada ». Traduction : « D’un doux mouvement, tu peux / Si tu (...)

Com um teu gesto brando‚ levantar-te
Sobre as estrelas podes‚ se quiseres ;
Podes ao teu arbítrio submeteres
O tenro Adonis‚ o robusto Marte21. (p. 81)

  • 22 « Essa mulher de dotes superiores, / Como oiço aqui dizer, tão singular, / Entendo não devia lá pre (...)

Conditionnés par la rumeur22, ses détracteurs eux-mêmes lui reconnaissent un don singulier, de l’ordre de l’irrationnel, et c’est pourquoi celui-ci leur est suspect au point qu’ils tentent d’en minimiser les qualités :

  • 23 Traduction : « Mon damoiseau, la Zamperini / Est une étrangère à mettre en cuisine / Aussi grave qu (...)

Meu Peralta‚ a Zamparina
É fregona estrangeira‚
Tão forte como a cegueira
Com que lhe chamas divina :
Não é mais que cantarina‚
Que sabe com artifício
Da voz esconder o vício
Na graciosa execução‚
E que tem opinião
De mestre no seu ofício23. (p. 131)

  • 24 Traduction : « La discorde sème son venin ».
  • 25 Traduction : « Sais-tu à quoi je la crois habile ? / À tromper tous les idiots de Lisbonne ».

L’existence même de la satire signe l’authenticité de son pouvoir et de sa malfaisance qu’il importe de combattre par la mise en garde des hommes et des femmes (« A Discórdia semeia o seu veneno24 », p. 202) : l’étrangère est donc responsable du trouble de la société portugaise qu’elle empoisonne. C’est une mangeuse d’hommes et ceux qui tombent sous son charme, tel l’« asneirão » de père Macedo (p. 102), sont des ânes bâtés : « Sabes tu no que lhe acho habilidade ? / É de lograr os tolos de Lisboa25 » (p. 100). La réaction immédiate et simpliste, mais humaine, est le rejet xénophobe et la rétraction au profit de la préférence nationale. L’approbation et la répulsion pour l’étranger se rejoignent toutefois dans le fait qu’elles renvoient une image tout aussi fantasmée qu’irréelle de la diva.

Les ripostes de l’imaginaire social face à l’Ailleurs fantasmé

  • 26 Daniel Lançon et Patrick Née, dir., L’ailleurs depuis le romantisme – Essais sur la littérature en (...)

9Sur le plan ethnologique, faire face à l’altérité et s’y opposer permet, par « un détour hyperbolique », de réaffirmer une identité propre26. La Zamperini incarnerait ainsi en creux le fantasme de l’identité portugaise. De ce fait, l’altérité constitue un véritable principe méthodologique : c’est par l’Autre que le Portugais parvient à sa propre identité, par comparaison, par rapprochement ou, à l’inverse, par rejet, par contraste. La diva est en fait un instrument de mesure, une jauge de cette identité nationale. Rappelons très brièvement que la notion d’identité, dont le développement dépasserait par trop le cadre de cette étude, est un construit intellectuel sans réalité tangible, malléable et relatif. Il n’y a pas de réalité objective donnée de l’identité mais plusieurs réalités coexistantes, construites à partir des points de vue subjectifs des différents acteurs sociaux. Il n’est pas ici question d’identité individuelle mais d’identité collective, qui correspondrait à un sentiment d’appartenance, à une communauté de valeurs, à une catégorie spécifique. Cette notion commence à se discuter au xviiie siècle en Europe par rapport à celle d’identité individuelle et, en conséquence, de liberté individuelle (l’individu est une « personne » indépendante du groupe). Toutefois, à cette période au Portugal, la philosophie rousseauiste n’est pas encore à l’œuvre pour permettre la connaissance du « moi » et de l’« autre », telle qu’elle commence à se faire perceptible en France, par exemple. L’humain n’est pas assez étudié : il est encore soit accepté tel qu’il est, soit refoulé. Même si, indéniablement, un renouvellement de certaines idées se fait sentir, notamment grâce aux traductions en portugais d’ouvrages étrangers, les esprits sont encore fortement dominés par une morale catholique et une surveillance pesante de la censure qui limite drastiquement l’émergence de courants de pensées et de nouveaux concepts philosophiques. Si l’Ailleurs fait référence à un espace matériel (l’espace extraterritorial), à l’inverse :

  • 27 Geneviève Dewulf, Elisabeth Coss, Patrick Bougy, L’autre et l’ailleurs, préparation concours 1992- (...)

l’autre évoque un espace intérieur, mental, psychologique, culturel, qui inscrit dans sa connotation tout ce qui sépare, divise, individualise les hommes. Si bien que ces deux notions renvoient à deux mouvement opposés de l’homme : un mouvement d’ouverture et un mouvement de fermeture, l’appréhension de l’ailleurs peut être compréhension, l’appréhension de l’autre peut être répulsion. La découverte de l’ailleurs est l’enrichissement de l’être, la découverte de l’autre est menace de perdre son intégrité27.

On comprend mieux à la lumière de ces indications l’usage de l’invective, de l’insulte, voire de l’obscénité dans certains des poèmes satiriques. L’Autre, l’exotique, provoque le repli identitaire : corrompu, sensuel, immoral, il doit être repoussé. Par réaction, le caractère national s’en trouve grandi. Il est affaire d’idéologie :

  • 28 Moura, op. cit., p. 48.

L’idéologie est liée à la nécessité pour un groupe quelconque de se donner une image de lui-même, de « se représenter », au sens théâtral du mot, de se mettre en jeu et en scène. Elle a une fonction d’intégration [… ]28.

  • 29 Traduction : « Parce qu’elle est d’un style étranger parmi nous, les Portugais ».

Il a déjà été dit qu’à première vue dans les poèmes satiriques que c’est son caractère d’étrangère qui rend la Zamperini indésirable au Portugal (« Por ser estilo estrangeiro / Entre a portuguesa gente29 », p. 137). Or, ce mouvement de répulsion ne s’applique pas à tous les voyageurs étrangers, globalement bien accueillis au Portugal. C’est, en revanche, l’association entre « étrange » et « étrangère » qui écorne l’image utopique de la femme vertueuse telle que l’idéalise la morale :

  • 30 Marie Treps, « Les bohémiennes de la littérature : un miroir tendu à nos fantasmes », dans Pascale (...)

[l]a présence d’une étrange étrangère, venue d’on ne sait où par on ne sait quels chemins, somptueusement vêtue, affichant un mode de vie exotique, suscite, au sein des sociétés occidentales, des fantasmes de différence […]. Cet étranger qui depuis des siècles vit autrement parmi nous, un peu à l’écart mais dans notre espace public, est un candidat idéal pour réactiver en permanence l’obsession séculaire de la différence. Cet étranger de l’intérieur éveille la curiosité, il fascine. Il suscite le mépris, il est rejeté30.

Ainsi, la diva est parfois présentée dans les satires comme une prostituée se vendant aux enchères au plus offrant (comme si elle était responsable de l’introduction au Portugal de la pratique de la prostitution et donc de l’impureté). Qu’il s’agisse des vêtements qu’elle porte (p. 112) ou de sa beauté, lui sont toujours préférés les atours des femmes portugaises :

  • 31 Traduction : « Jamais aucune étrangère plus belle / N’a atteint de hauteurs égales / Il y a des dam (...)

Nunca estrangeiras mais belas
Alcançaram pico igual ;
Há damas em Portugal
Que têm mais garbo do que elas31 (p. 158)

C’est par opposition aux femmes portugaises que la Zamperini est révélée :

  • 32 Traduction : « Pour des dames, presque tout le monde / Aujourd’hui est devenu fou, par ici, / Et co (...)

Por damas endoudeceu
Quase tudo‚ hoje‚ por cá ;
E como nenhuma já
Das nossas quer tal sofrer‚
Como és de todos mulher‚
Tudo se foi para lá32. (p. 70)

  • 33 « Damas cheias de asseio e gentileza » (« Des dames pleines d’élégance et de délicatesse »), Zamper (...)

Les Portugaises gagnent une vertu insoupçonnée lorsqu’elles lui sont comparées33 :

Damas gentis‚ a vossa formosura‚
Que nunca se rendeu ao vil suborno‚
Antepõem à farçante vil‚ e impura.

  • 34 Traduction : « Gentes dames, on oppose vos beautés / Qui jamais ne se rendirent aux subornations vi (...)

Vossa modéstia sirva-vos de adorno‚
E se alguém requestar vossa luz pura‚
Em lugar de favores‚ dai-lhe um corno34. (p. 106)

Pour dissimuler l’agression xénophobe, certains poèmes mettent en avant la défense de la langue portugaise, une autre des manifestations du repli identitaire, les satires reprochant essentiellement aux poètes amoureux de la cantatrice de massacrer leur langue en laissant, entre autres, pénétrer l’Ailleurs chez soi, tels les francesismos (gallicismes), ou en imitant de si mauvaises rimes qu’elles semblent écrites « quase em língua de Arábia e da Etiópia » (p. 210) :

  • 35 Traduction : « Mais misérable auteur, quelles preuves d’imprudences, / D’ignorance de la langue et (...)

Mas néscio autor‚ que provas de imprudência‚
De ignorância da língua e da poesia‚
Nos não dás na satírica insolência35 ! (p. 189)

  • 36 « Chupa e deixa sem sangue a tais tratantes, / Que, como têm o juízo em fazer sécia, / Sempre na as (...)

L’imagination alliée à la haine produit d’elle l’image d’une sangsue qui a vampirisé les poches des Portugais36. La Nation portugaise n’est cependant pas dupe de ce vol et préfère abandonner fièrement et dédaigneusement un peu du trésor national si son expulsion peut être obtenue :

  • 37 Traduction : « Sur ce, va-t-en ; / Tu repars riche du Portugal / Toutefois, ne le juge pas tel / Qu (...)

Nestes termos‚ vai-te embora ;
Rica vais de Portugal ;
Porém‚ nunca o julgues tal‚
Qual te parece ele agora :
Entre nós quem te namora
É certamente o pior37. (p. 71)

La Zamperini : une Bohémienne sensuelle et inquiétante

  • 38 Traduction : « Avant que de le regretter, expédie-la en Mauritanie ».

10La Zamperini mérite, comme cela a été signalé, d’être rapprochée de la figure de la Bohémienne, séductrice mais non civilisée, nomade, voleuse, libre dans une société puritaine, ou qui voudrait l’être. Ces Bohémiennes au teint brun, aux yeux noirs rappellent les traits de la Zamperini qu’un poète n’hésite pas à vouloir expulser vers la Mauritanie (la terre des Maures) : « Antes que o sintas, manda-a à Mauritânia38. » (p. 104).

  • 39 Bernardo de Lima e Melo Bacellar, Diccionario da Lingua Portuguesa, 1783, Lisboa, na Officina de Jo (...)
  • 40 José da Costa e Sá, Dicionário Portuguez-francez e Latino, Lisboa, na Officina de Simão Thaddeo Fer (...)

11Les dictionnaires de l’époque désignent le gitan, le bohémien de façon systématiquement péjorative comme le « vadio desta terra39 ». À l’article Cigano du dictionnaire de José da Costa e Sá (1794) on peut lire : « homem vagabundo e embusteiro ; boémien [sic] vagabond qui erre çà et là par le monde sans domicile », tandis que la Ciganice désigne la « fourberie d’un boémien40 ».

12La figure de la bohémienne parcourt l’imaginaire social portugais de cette époque car elle est fondée sur une réalité que le Chevalier de Oliveira évoque en 1751 :

  • 41 Aquilino Ribeiro, trad., O Galante Século XVIII, textos do Cavaleiro de Oliveira, Lisboa, Bertrand (...)

Os ciganos são como as aves de arribação‚ aparecem com a Primavera‚ somem-se com o Inverno. Ninguém sabe donde vêm nem para onde vão. Na verdade‚ a índole deles é detestável ; por via de regra‚ são gatunos‚ intrujões‚ traiçoeiros‚ volúveis‚ atrevidos até à temeridade. Os homens caracterizam-se pela fealdade‚ a robustez e pela capacidade em aguentar toda a espécie de fadiga. As mulheres são‚ por vezes‚ bonitas e simpáticas ; algumas mesmo dispõem de agrados‚ uma graça e formosura não vulgares. Quando acampam numa região‚ produzem elas mais estragos que o resto da tribo. Sabem fazer-se amar por seus mil atractivos selvagens e os homens largam tudo por elas. São temíveis a despertar amores fatais41.

  • 42 In Registo do Arquivo Real, António Delgado da Silva, Colecção de Legislação Portuguesa, 1750-1762,(...)
  • 43 Traduction : « considérant que pour le bien de l’ordre public, il est nécessaire d’obliger à retour (...)
  • 44 Traduction : « les femmes doivent vivre recluses et s’adonner aux mêmes tâches que celles de notre (...)
  • 45 La Bohémienne est également poursuivie dans l’ancien régime français dont les lois préconisent l’en (...)

Sur le plan historique, il importe de rappeler qu’au xviiie siècle, plusieurs lois relatives à l’expulsion des Gitans vers les colonies, notamment le Brésil, ont été promulguées, dont une en 176042 réitérant les griefs traditionnels envers les ciganos (leurs « perniciosíssimos procedimentos » – « leurs procédés des plus pernicieux » : mauvaise conduite, vols de chevaux, désordre). Les termes sans ambiguïté insistent sur la nécessité de « redresser » les mœurs de la population gitane, « considerando que para sossego público como correcção de gente tão inútil e mal educada se faz preciso obrigá-los pelos termos mais fortes e eficazes a tornar à vida civil43 ». En outre, au sujet des femmes, la loi prescrit que « as mulheres vivam recolhidas e se ocupem naqueles mesmos exercícios de que usam as do país44 ». On voit clairement par là quels sont les canons sociaux en matière de condition féminine dont les Bohémiennes semblent exemptes, incapables qu’elles sont de se fixer dans un lieu où il faudrait vivre conformément aux lois civiles45. Ces êtres frappés d’indétermination mais aussi aptes à la liberté puisque sans attaches et sans terre – si ce n’est la terre entière – sont dotés d’un :

  • 46 Pascale Auraix-Jonchière, « Avant-propos », ibidem, p. 12.

détachement redoublé lorsqu’ils se pensent au féminin, dans le sens où ces femmes contreviennent au stéréotype de la femme associée au foyer, à l’ancrage et plus fondamentalement à l’origine. […] Marginale, la bohémienne est corrélativement frappée du sceau d’une liberté subversive, apte à incarner maints fantasmes de plaisir. […] La bohémienne incarne la plupart du temps une forme de dissidence qui l’érige contre les lois46.

  • 47 Dans le domaine littéraire, certains poèmes de l’époque, par exemple, valorisent son chant (« só se (...)
  • 48 Pascale Auraix-Jonchière et Gérard Loubinoux, op. cit., p. 11.
  • 49 Ibidem, p. 12.

La Bohémienne est en conséquence une présence effective dans la société d’alors47 qui la craint car « c’est l’absence d’origine qui la fonde »48. Les caractéristiques relevées pour la définition de la bohémienne dotée d’une perversion naturelle cadrent on ne peut mieux avec la Zamperini : « chevelure enténébrée, regard de braise, carnation profonde […], la bohémienne est autre et c’est surtout cette altérité qui génère les divers paradigmes qui définissent le personnage49 ».

  • 50 Ibidem, p. 14.
  • 51 « Das danças, do falar, da melodia / Da bela Zamperini, gentil Dama, / Que ocupadas as bocas tem da (...)
  • 52 Auraix-Jonchière, op. cit., p. 18.

13Comme la Vénus rustique de Maupassant, « sans attaches et sans identité, [elle] fait don de son corps aux hommes du pays parce qu’elle incarne une puissance naturelle et cosmique50 ». C’est là typiquement la vision fantasmée que nous proposent les poètes de la Zamperineida. Quels sont donc précisément ses moyens d’action ? La zingarelle danse et chante, tout comme la Zamperini51. Or la danse et le chant qui la constituent sont langage universel. « Nombreuses sont les bohémiennes qui découvrent leur identité profonde en devenant bayadères ou cantatrices52 ». Mais cette activité fait d’elles des marchandes d’illusion qui trompent les esprits crédules et faibles en les enchantant (à tous les sens du terme) :

  • 53 Filhol, dans Auraix-Jonchière, ibidem, p. 39-40.

La bohémienne exerce une attirance troublante, fascinante, car elle symbolise l’ailleurs, le nouveau, le mystère et, plus encore, ce qui a trait au monde du désir et de la sensualité. On ne l’aime pas cependant pour ce qu’elle est mais pour les images qu’on projette sur elle, la capacité qu’elle a de les faire vivre en nous. D’un côté, il y a la Bohémienne rêvée (libre, séductrice, ce que n’autorise pas le code moral imposé à la femme), idéalisée, objet des fantasmes masculins, un personnage désiré et redouté (elle est supposée transgresser l’interdit) ; de l’autre, la femme réelle, complètement ignorée, le plus souvent détestée et rejetée53.

  • 54 H Carnot et P. Leroux, La Revue Encyclopédique, vol. LVI, Paris, 1832, p. 369. Texte cité par Emman (...)
  • 55 Zamperineida, op. cit., p. 80 ; ou cette satire en forme de Romance intitulée « Carta de pésame, es (...)
  • 56 Le site suivant tente de faire le point sur les éléments biographiques d’Anna Zamperini, sans parve (...)

La revue encyclopédique signale dans son article « Tzengari » que les femmes bohémiennes « sont portées à la lubricité la plus dégoûtante » mais ajoute qu’« il n’est pas rare de voir le père et sa fille, l’oncle et la nièce, le frère et la sœur vivre ensemble et se confondre à la manière des animaux54 ». Ce détail ne manque pas à l’image produite de la Zamperini – sans la moindre preuve – dans les satires : la diva, qui était venue au Portugal en famille, accompagnée de ses sœurs et de son père « putatif55» aurait en fait été l’amante de ce dernier. Les incertitudes qui pèsent encore aujourd’hui sur la véritable composition de sa famille56 ont nourri les pires fantasmes d’inceste et de vie dissolue à son égard.

14Le thème de la mésalliance est sous-jacent à cette situation précise : avoir des rapports de chair avec une bohémienne est une transgression qui met en péril l’identité. De fait, ainsi que le souligne Marie Treps :

  • 57 Treps, op. cit., p. 60.

Toutes les sociétés redoutent le mélange, l’empiètement des groupes sociaux qui ne devraient pas se rencontrer. La mise en scène de cette rencontre, nécessairement transgressive, traduit une interrogation fondamentale sur l’identité. On rappelle à chacun la nécessité de respecter les règles de sa propre inscription dans la société57.

  • 58 Traduction : « Mortels, fuyez, fuyez ce serpent / qui cache en elle un venin néfaste ».
  • 59 Traduction : « Crois-en mon avis, fuis cette folie ».

Il importe donc de renvoyer la Zamperini vers un Ailleurs lointain, dont, d’une certaine façon, par son apparence, elle semble issue. Elle est une sorte d’hérétique en terre catholique, et si l’on ne peut la chasser, il faut la fuir comme une « peste », comme un serpent venimeux : « Fugi, fugi, mortais dessa serpente / que o veneno nocivo oculto encerra58. » (p. 109) ou encore « Toma o meu parecer, foge à loucura59 » (p. 112). De fait :

  • 60 Ibidem, p. 17.

La forte ambivalence qui la caractérise trouve son origine dans la position marginale que cette dernière occupe dans la société – où elle est place d’emblée au centre d’une insoluble dialectique : d’intégration et d’exclusion, d’attraction et de répulsion60.

Ce refus de l’Ailleurs/de l’Autre exprimé par la poésie satirique est donc bien une marque du repli identitaire car cet « Ailleurs » éveille les plus bas instincts : mépris, lubricité mais aussi désir plus ou moins conscient et que la morale réprouve. Certains poètes, au nom de l’identité nationale, de la cohésion sociale et de l’idée de patrie, invoquant la honte de se déchirer pour de telles fadaises, se font chantres de la modération et de la réconciliation entre poètes, en enjoignant les rimailleurs belliqueux à éviter de gaspiller leurs forces dans un combat vain : accorder le moindre crédit à la Zamperini reviendrait à diviser les forces intellectuelles de la nation qu’il faut au contraire rassembler autour d’un vrai projet national :

  • 61 Traduction : « Quel noble sujet ! Quelle féconde idée / Pour d’illustres esprits ! en futilités / N (...)

Que nobre assunto ! que fecunda ideia‚
Para ilustradas mentes ! Se consome
O tempo em ninharias‚ que pudera
Gastar-se com mais glória e mais proveito
Em descobrir a cândida verdade:
Mas esta é sempre a nossa infelicidade.
[…]
Só me lastima ver que uns homens doutos‚
Que podem úteis ser‚ a si‚ e à Pátria‚
Contendam entre si com fúria insana‚
Por motivos tão vis‚ por bagatelas !
Mas siga cada qual a sua teima‚
Que eu para declamar não tenho fleima61. (p. 205)

  • 62 “Sem dúvida, há que reconhecer nessa matéria que, nesse como em outros terrenos (designadamente no (...)
  • 63 Claude Maffre, ed., Nicolau Tolentino de Almeida – Obras Completas, vol. 1, « Sonetos e Quintilhas  (...)

La Zamperini, femme, artiste, saltimbanque, tombe bien mal dans ce Portugal qui reçoit à bras ouverts l’étranger pour peu qu’il ne rompe pas le contrat moral. La diva draine l’image d’un Ailleurs et d’un Autre incompatibles avec la politique pombaline. L’apparente liberté de ton du poète satirique ne se heurte pas en réalité à la conception d’un pouvoir contre lequel elle ne peut pas lutter (rappelons ici, à titre d’exemple, l’emprisonnement arbitraire et la mort du poète Correia Garção en prison justement en 177262) et dont elle a, en fait, besoin, les poètes étant bien souvent désargentés et soumis au mécénat parfois servile (comme Nicolau Tolentino qui l’a éreintée dans une satire particulièrement piquante63).

  • 64 Pierre Brunel, dir., Dictionnaire des mythes littéraires, Paris, Éditions du Rocher, 2003 (éd. augm (...)

15La Zamperini est la figure de la Bohémienne, de la Carmen64. Symbolisant l’altérité, l’Ailleurs, elle engendre la peur du changement, du chaos. En amour, son refus de toute contrainte, de tout attachement, son inaliénable droit à disposer d’elle-même, sa frivolité, son individualisme sont de puissants philtres mais aussi de puissants poisons. Elle est une sorte de sorcière : aimée, crainte et haïe, elle est hérétique en amour, comme l’est la sorcière face à la religion traditionnelle. Comme Carmen elle est plus proche que l’homme de la nature primitive. Elle prend la vie sous sa forme la plus immédiate, la plus éphémère. Une espèce de Circé, magicienne puissante qui transformerait en pourceaux les hommes séduits par sa voix harmonieuse. Faut-il rappeler qu’au Portugal l’inquisition a fait brûler sur le bûcher une sorcière encore au xviiie siècle ? La satire dont est victime la Zamperini est presque un autodafé puisqu’elle mènera à son expulsion un jour de 1775, lorsque le marquis de Pombal apprendra inopinément les frasques de la diva avec son propre fils qu’elle avait entrepris, semble-t-il, de débarrasser de sa fortune.

  • 65 Pascale Auraix-Jonchières et Gérard Loubinoux, op. cit., p. 18.

16À un niveau conscient, l’Ailleurs ne semble pas faire rêver le satiriste : c’est dans le Portugal d’ici et de maintenant qu’il doit trouver les forces afin de restaurer son lustre et son orgueilleuse grandeur. Pour autant, à un niveau inconscient, cette femme aux traits de bohémienne, magicienne et maléfique, n’est peut-être pas autre chose que le double du poète satirique, cette autre face de la création qui veut se rire des contraintes, qui aspire à la singularité, cette face paria du poète. Elle incarne, in fine, « l’Ailleurs même du poétique, au sens où son prosaïsme, son a-poéticité se trouvent intégrés en poésie65 ».

Notes

1 Cf. Marie-Noëlle Ciccia, « Du choc esthétique à l’onde de choc identitaire : Anna Zamperini ou Dionysos dans le Portugal pombalin », Quadrant n° 25-26, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2009, p. 79-96.

2 Alberto Pimentel (org.), Zamperineida, segundo um manuscrito da Biblioteca Nacional de Lisboa, Lisboa, Livraria Central de Gomes de Carvalho, editor, 1907, 240 p. Ce recueil est la retranscription de deux manuscrits contenant des poèmes relatifs à la Zamperini, l’un conservé à la Bibliothèque Nationale de Lisbonne (Zamparineida Métrica, laudativa, satírica ou Colecção das Obras Poéticas, pró e contra, feitas em Lisboa à Cantora Italiana Anna Zamparine e ao Padre Manuel de Macedo, 1774 - BNL, Reservados, COD. 8630), l’autre aux Archives Nationales de la Torre do Tombo (Zamperineida Macédica, Métrica, Crítica, Satírica ou Colecção das Obras Poéticas, com seu Rabo-leva prozaico que se tem feito à Cantora Italiana Anna Zamparine e seu apaixanado [sic] o Pe Manoel de Macedo em Lisboa de 1772 a 1773, 1 volume, 2 tomes de 20 et 25 feuillets recto-verso - ANTT, Livraria, n° 76). Quelques-uns des auteurs de ce recueil poétique ayant signé leur production sont passés à la postérité, tel Nicolau Tolentino de Almeida ou Basílio da Gama.

3 Cf. par exemple, Claude Maffre, Voyages au Portugal aux xviiie et xixe siècles, Urrugne, Édition Pimientos, 2005, p. X.

4 Traduction : « Zamperini, toi la chanteuse qui, depuis le Nord / Es venue trainer tes os au Portugal, / Uniquement pour ton bien et pour son mal, / C’est le destin qui t’a menée jusqu’à ces abords. // Tu as bien, de là-bas, dépouillé les mylords, / Tu viens toute fière nous faire subir le même sort. / Après un tremblement de terre si fatal, / Ne nous manquait plus que cette peste, bien plus infernale. » Désormais, tous les extraits tirés du recueil Zamperineida (unique édition de 1907) sont simplement indiqués par leur numéro de page entre parenthèses à la suite du texte.

5 Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, Paris, PUF, 1998, p. 37.

6 Ibidem, p. 41.

7 Paul Ricœur, Du texte à l’action, Paris, Seuil, 1986, p. 214. Cité par Jean-Marc Moura, ibidem, p. 43.

8 Moura, op. cit., p. 43 et 44.

9 Ibidem, p. 45.

10 Traduction : « France, ne te glorifie pas / De compter des actrices fameuses ; / Pour calmer ton immodestie, / Voilà que des rives argentées de la Mer Adriatique / l’une d’elles surgit : / C’est la belle Zamperini : écoute-la, garde le silence ! ».

11 « Sabes, amigo, que dama é esta, / Que há pouco aqui chegou vinda do Norte ? […] Conheço muito bem ; da tal se atesta / Que aos mylords de lá já deu um bom corte », dans « Diálogo entre Fileno e Dorindo », Zamperineida, op. cit., p. 109. Traduction : « Ami, sais-tu qui est cette dame / qui, depuis peu, du Nord est venue jusqu’ici ? / Je le sais fort bien ; on assure à son sujet / que les mylords de là-bas par elle ont été dépouillés ».

12 In « O tourear do Talaya, as paixões da Zamparine cantora e as descomposturas do Monteiro, são o objecto da presente sátira ». Traduction : « Celle-ci cependant court sous tous les climats / voyant de nombreuses villes et coutumes ».

13 Extrait de la correspondance entre Alcipe et son père D. João de Portugal, Cota [ALCPAI – CN 1] Collection particulière du Dr Cassiano Neves, cousin de Fernando Mascarenhas, Marquis de Fronteira. Lettre aimablement cédée par madame le professeur Vanda Anastácio.

14 José Mattoso, dir., História da Vida Privada em Portugal – A Idade Moderna, coord. Nuno Gonçalo Monteiro, Lisboa, Círculo de Leitores, Colecção Temas e Debates, 2011, p. 429. Traduction : « La marginalisation des pays du sud de l’Europe ».

15 Ibidem, p. 428. Traduction : « Et surtout livresque, même parmi les élites intellectuelles et lettrées ».

16 Ibidem, p. 82. « […] segundo um desgraçado sestro do país […], sempre as (artistas) estrangeiras foram mais preconizadas entre nós como cantoras, dançarinas e actrizes do que as nacionais. » Alberto Pimentel, « Prefácio », op. cit., p. 9. Traduction : « Selon une malheureuse manie de notre pays, les artistes étrangères ont toujours été plus estimées en tant que cantatrices, danseuses ou actrices que les artistes nationales ».

17 Traduction : « Dire que cette chanteuse est d’une grande beauté, / Que depuis longtemps chez nous elle est célébrée, / C’est montrer cette passion mal fondée / Que seul ce qui est étranger nous agrée ».

18 Traduction : « Si le vers ne permet pas de liberté, / Si la syntaxe de la langue manque d’effets / Il est juste qu’ils soient blâmés ».

19 Traduction : « Non, ce chant ne vient pas de cette terre ».

20 Traduction : « Ton nom gravé parmi les étoiles ».

21 Sonnet « A Zamparine, estando muito adornada ». Traduction : « D’un doux mouvement, tu peux / Si tu le veux, surpasser les étoiles ; / Tu peux soumettre à ton bon vouloir / Le tendre Adonis, Mars le valeureux. » De même, dans le sonnet « Diálogo entre Zamparine, Macedo e o poeta » : « Tal voz não é terrestre, é sim divina », ibidem, p. 107. Traduction : « Une telle voix n’est pas terrestre, elle est, pour sûr, divine ».

22 « Essa mulher de dotes superiores, / Como oiço aqui dizer, tão singular, / Entendo não devia lá prestar. » (« Cette femme aux dons supérieurs / si singulière, comme j’entends dire d’elle partout ici / ne doit pas valoir grand-chose, à mon avis ») Sonnet « Diálogo entre pai e filho sobre o merecimento da Zamperine », ibidem, p. 100 (souligné par nous).

23 Traduction : « Mon damoiseau, la Zamperini / Est une étrangère à mettre en cuisine / Aussi grave que le déni / Qui te la fait croire « divine » ; / Elle n’est rien d’autre qu’une chanteuse, / Qui sait avec l’artifice / De sa voix cacher ses vices / Par des exécutions gracieuses / Et qui a une bien haute opinion / De son office ».

24 Traduction : « La discorde sème son venin ».

25 Traduction : « Sais-tu à quoi je la crois habile ? / À tromper tous les idiots de Lisbonne ».

26 Daniel Lançon et Patrick Née, dir., L’ailleurs depuis le romantisme – Essais sur la littérature en français, Paris, Hermann Éditeurs, 2009, p. 10.

27 Geneviève Dewulf, Elisabeth Coss, Patrick Bougy, L’autre et l’ailleurs, préparation concours 1992- 1994, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1992, p. 66.

28 Moura, op. cit., p. 48.

29 Traduction : « Parce qu’elle est d’un style étranger parmi nous, les Portugais ».

30 Marie Treps, « Les bohémiennes de la littérature : un miroir tendu à nos fantasmes », dans Pascale Auraix-Jonchière et Gérard Loubinoux (org.), La Bohémienne, Figure poétique de l’errance aux XVIIIe et XIXe siècles, Clermond-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2005, p. 47.

31 Traduction : « Jamais aucune étrangère plus belle / N’a atteint de hauteurs égales / Il y a des dames au Portugal / Qui ont plus d’élégance qu’elle ».

32 Traduction : « Pour des dames, presque tout le monde / Aujourd’hui est devenu fou, par ici, / Et comme plus aucune des nôtres / Ne veut souffrir de telles choses, / Comme tu es femme de tout le monde / Tout le monde est allé te trouver ».

33 « Damas cheias de asseio e gentileza » (« Des dames pleines d’élégance et de délicatesse »), Zamperineida, op. cit., p. 106.

34 Traduction : « Gentes dames, on oppose vos beautés / Qui jamais ne se rendirent aux subornations viles, / À cette cabotine impure et vile. / Que votre modestie vous tienne lieu de parure, / Et si quelqu’un brigue votre lumière pure / En guise de faveurs, il vous faut l’encorner ».

35 Traduction : « Mais misérable auteur, quelles preuves d’imprudences, / D’ignorance de la langue et de la poésie, / Ne nous donnes-tu pas avec sa satirique insolence ! ».

36 « Chupa e deixa sem sangue a tais tratantes, / Que, como têm o juízo em fazer sécia, / Sempre na asneira os hás-de ter constantes. » (p. 113). Traduction : « Elle suce et vide de leur sang de tels sacripants / car, comme ils ont une jugeote à en faire une coquette / Toujours dans la bêtise, tu les verras constants ».

37 Traduction : « Sur ce, va-t-en ; / Tu repars riche du Portugal / Toutefois, ne le juge pas tel / Qu’il te paraît à présent : / Celui d’entre nous qui pour toi soupire / Est sans aucun doute le pire ! ».

38 Traduction : « Avant que de le regretter, expédie-la en Mauritanie ».

39 Bernardo de Lima e Melo Bacellar, Diccionario da Lingua Portuguesa, 1783, Lisboa, na Officina de José de Aquino Bulhões, p. 521. Consultable en ligne : http://books.google.fr/books?id=55ICAAAAQAAJ&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false

40 José da Costa e Sá, Dicionário Portuguez-francez e Latino, Lisboa, na Officina de Simão Thaddeo Ferreira, 1794, p. 310. Consultable en ligne : http://www.archive.org/details/diccionarioportu00sjuoft.

41 Aquilino Ribeiro, trad., O Galante Século XVIII, textos do Cavaleiro de Oliveira, Lisboa, Bertrand Editora, 2008, p. 68. Traduction : « Les Gitans sont des oiseaux de passage ; ils apparaissent au printemps ; disparaissent avec l’hiver. Personne ne sait d’où ils viennent ni où ils vont. Leur tempérament est détestable, à la vérité. Ils sont, en général, voleurs, imposteurs, traitres, instables, audacieux jusqu’à la témérité. Les femmes sont parfois jolies et sympathiques ; certaines ont même des charmes, une grâce et une beauté peu communes. Quand ils campent dans un lieu, elles font plus de dégâts que le reste de la tribu. Elles savent se faire aimer grâce à leurs attraits sauvages et les hommes abandonnent tout pour elles. Elles sont dangereuses car elles suscitent des amours fatales ».

42 In Registo do Arquivo Real, António Delgado da Silva, Colecção de Legislação Portuguesa, 1750-1762, p. 749-750. Cité par Elisa Maria Lopes da Costa, O Povo Cigano entre Portugal e Terras de Além-Mar (séc. XVI-XIX), Lisboa, Grupo de Trabalho do Ministério da Educação paras as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses, 1997, p. 262.

43 Traduction : « considérant que pour le bien de l’ordre public, il est nécessaire d’obliger à retourner à la vie civile, par les moyens les plus durs et les plus efficaces, des gens si inutiles et si mal éduqués ».

44 Traduction : « les femmes doivent vivre recluses et s’adonner aux mêmes tâches que celles de notre pays ».

45 La Bohémienne est également poursuivie dans l’ancien régime français dont les lois préconisent l’enfermement dans le but d’un redressement moral fondé sur les vertus du travail, de l’instruction et de la sédentarisation. Voir Emmanuel Filhol, « La bohémienne dans les dictionnaires français – XVIIIe-XIXe siècles », dans Pascale Auraix-Jonchière, op. cit., p. 37.

46 Pascale Auraix-Jonchière, « Avant-propos », ibidem, p. 12.

47 Dans le domaine littéraire, certains poèmes de l’époque, par exemple, valorisent son chant (« só se escuta / Da gárrula cigana o rouco canto » : António Dinis da Cruz e Silva, églogue « Elpino e Tirse », in Poesias completas, Lisboa, Tipografia Lacerdina, t. 2, 1807, p. 96), sa fougue (« Damas / Ciganas quanto ardentes » : Filinto Elísio, Ode XXIIIa. « A Délia », in Versos de Filinto Elísio, Paris, 1817, t. 3) ou sa fourberie alliée à sa beauté (« Cativados da máscara cigana, / De formosas feições, poucas posturas » : Filinto Elísio, poème « Qual é a cousa, qual é ela ? », Idem, , t. 4). Un mélodrame (« drama joco-sério »), intitulé A Vingança da Cigana et représenté en 1794, met en scène une bohémienne amoureuse dont la réputation est également stéréotypée : elle est rusée, dotée d’un charme duel qui inspire méfiance et crainte ; elle est volontiers voleuse (en tout cas elle monnaie ses dons de liseuse dans la main par des boutons en or), elle n’a aucune noblesse et est inconstante. (A Vingança da Cigana [Libreto] : drama joco serio de hum so acto, Lisboa, na Officina de Simão Thaddeo Ferreira, 1794- 1747 [1] p.). Une autre pièce destinée à être mise en musique traite d’un sujet similaire : Os Ciganos na Feira, de 1791 (Lisboa, na Officina de Simão Thaddeo Ferreira, 1791, 173 p., éd. bilingue). Cet ouvrage est une adaptation de l’italien I zingari in fiera (Naples, 1789, musique de Giovanni Paisiello, livret de Giuseppe Palomba). Une copie manuscrite est consultable en ligne : http://purl.pt/16482.

48 Pascale Auraix-Jonchière et Gérard Loubinoux, op. cit., p. 11.

49 Ibidem, p. 12.

50 Ibidem, p. 14.

51 « Das danças, do falar, da melodia / Da bela Zamperini, gentil Dama, / Que ocupadas as bocas tem da fama. » (p. 66).

52 Auraix-Jonchière, op. cit., p. 18.

53 Filhol, dans Auraix-Jonchière, ibidem, p. 39-40.

54 H Carnot et P. Leroux, La Revue Encyclopédique, vol. LVI, Paris, 1832, p. 369. Texte cité par Emmanuel Filhol, ibidem, p. 36.

55 Zamperineida, op. cit., p. 80 ; ou cette satire en forme de Romance intitulée « Carta de pésame, escripta em nome de um menino orphão, do Collegio de Jesus, à Sra Zamparine, por occasião da morte de seu appellidado pai » : « Morreu o senhor seu pai ; / Oh, que desgraça ! Oh, que perda / Para uma filha, que sempre / Amou as conveniências » (p. 122). Traduction : « Monsieur son père est mort ; Oh, quel malheur, quelle perte / Pour une fille qui, toujours / a aimé les bonnes manières ».

56 Le site suivant tente de faire le point sur les éléments biographiques d’Anna Zamperini, sans parvenir toutefois à des données totalement fiables : http://www.quellusignolo.fr/sopranos/zamperini.html

57 Treps, op. cit., p. 60.

58 Traduction : « Mortels, fuyez, fuyez ce serpent / qui cache en elle un venin néfaste ».

59 Traduction : « Crois-en mon avis, fuis cette folie ».

60 Ibidem, p. 17.

61 Traduction : « Quel noble sujet ! Quelle féconde idée / Pour d’illustres esprits ! en futilités / Nous perdons notre temps qui pourrait / S’employer avec plus de gloire et de profit / À découvrir la candide vérité : / Mais c’est là notre éternelle adversité.[…] / Le cœur me serre de voir des hommes doctes, / Qui, pouvant, être utiles à eux-mêmes et à leur patrie, / Se battent entre eux avec une folie furieuse, / Pour des motifs si vils, pour des bagatelles ! / Mais que chacun son obstination conserve, / Moi, pour déclamer des vers, je n’ai point de réserve ».

62 “Sem dúvida, há que reconhecer nessa matéria que, nesse como em outros terrenos (designadamente no campo da impressão de livros), desde o início dos anos sessenta, « Pombal impediu a manifestação de uma opinião pública ampla e esclarecida ». José Mattoso, op. cit ., p. 437. Voir également p. 432.

63 Claude Maffre, ed., Nicolau Tolentino de Almeida – Obras Completas, vol. 1, « Sonetos e Quintilhas », Porto, Campo das Letras, 2008, p. 16.

64 Pierre Brunel, dir., Dictionnaire des mythes littéraires, Paris, Éditions du Rocher, 2003 (éd. augmentée de 1988), p. 270.

65 Pascale Auraix-Jonchières et Gérard Loubinoux, op. cit., p. 18.

Auteur

Université Paul Valéry-Montpellier III
Professeur en Études portugaises. Directrice adjointe de l’UFR de Langues à l’Université de Montpellier. Elle est l’auteur de Le Théâtre de Molière au Portugal au xviiie siècle (Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian, 2003) et de Don Juan et le donjuanisme au Portugal du xviiie siècle à nos jours (Montpellier, PYLM, 2007).

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search