Version classiqueVersion mobile

Poésie de l’Ailleurs

 | 
Estrella Massip i Graupera
, 
Yannick Gouchan

L’Ailleurs comme fondement d’une poétique

Ausiàs March (1400-1459) et l’impossible Ailleurs

Sur la déprise et l’absence revendiquées par le locuteur poétique

Marie-Claire Zimmerman

Résumé

Le Valencien Ausiàs March (1400-1459) est le premier poète qui ait écrit une œuvre en langue catalane (128 textes) et non en occitan comme ses prédécesseurs. Il y a donc en ce cas un « Ailleurs » de la langue, mais cette langue était malgré tout celle de l’« ici », parlée quotidiennement. Le locuteur reste certes marqué par la tradition troubadouresque, puisqu’il utilise le décasyllabe et le huitain, mais, il échappe à toute classification parce qu’il est en profond désaccord avec son temps et, plus généralement, avec tout. D’où un premier aspect de son œuvre qui consiste à poétiser l’idée de la fuite, loin d’ici, pour aller, spatialement Ailleurs. Les comparaisons et métaphores mettent en scène un locuteur qui s’arrache à la foule pour aller vers des lieux dangereux qui sont autant de pièges (XIII). Le moi ne peut jamais rejoindre l’Ailleurs où il penserait être sauvé : on signalera la profusion des images marines (CI, CII, CIV, CXXVIII) et la désignation des lieux secrets et obscurs. On observera en un deuxième temps que la mort, le néant (« no-res »), le problématique Au-delà, sont également d’autres formes de l’Ailleurs, mais il s’agit là de rêves inaccomplis, irréalisables, à relire en fonction de la foi exprimée dans le Cant espiritual (CV). Enfin, l’Ailleurs existe peut-être, mais il est impossible, hors-langage, et il ne saurait s’exprimer par des mots. Quelques images de retour (XLVI) laissent supposer qu’il y eut un Ailleurs, mais que l’ici reste improbable. Dans d’autres comparaisons, le locuteur décide fermement d’aller vers l’Ailleurs (CXI), mais aussitôt il est contraint de se taire. À la fin de l’œuvre, le CXIV évoque une immobilisation définitive, l’absence de tout chemin (CXXVII), mais, au même moment, le poète signe de son nom (CXIV) et rappelle que la poésie, pour être, exige le silence (CXXVII). L’Ailleurs est donc chez Ausiàs March le signe d’une poétique qui fait de l’ellipse la clef de l’intensité, ce qui laisse entendre l’absolue nécessité d’une présence des lecteurs et des auditeurs.

Texte intégral

  • 1 Ausiàs March, Poesies, a cura de Pere Bohigas, Barcelona, Editorial Barcino, vol. I, 1952 ; vol. II (...)

1Le mot « ailleurs » est un adverbe de lieu : il sous-entend que l’on part d’un lieu où l’on est, d’où l’on parle, ici, pour aller vers un autre lieu qui serait un substantif : « l’Ailleurs », ou même les Ailleurs. Mais le mouvement engagé conduit-il forcément à l’existence ou à la découverte d’un Ailleurs ? La lecture de l’œuvre poétique d’Ausiàs March1 nous incite à poser cette question, que nous allons aborder en nous attachant à certaines formes d’expression mais, au départ, étant donné la complexité des textes, leurs retournements et surtout le fait que la poésie marquienne soit encore trop peu connue en dehors de la péninsule ibérique, nous préciserons aussitôt l’axe principal ou le fil conducteur de notre réflexion : le locuteur marquien se sait, se sent et se dit contraint de quitter un ici, et il part constamment en quête d’un autre lieu, ailleurs, aux multiples apparences, mais, de contradiction en contradiction, de paradoxe en paradoxe, il constate que l’Ailleurs est, tour à tour, illusoire, inaccessible, inconnu, ontologiquement destructeur, et que, malgré son existence dans le langage du poème, par le biais des figures de rhétorique, il ne consiste qu’en une aporie, généralement voisine, dans le texte, d’une ellipse ou de la claire notification d’un retour au silence : le moi s’éloigne d’un insupportable ici, mais il n’y a pas d’Ailleurs, il n’y aura aucun lieu possible pour lui dans le monde.

Profils d’Ausiàs March

  • 2 On recommandera la très belle biographie de March rédigée par un grand poète valencien d’aujourd’hu (...)
  • 3 Ausiàs March, Poesies, op. cit., vol. V, CXXIIa, p. 114-115 ; CXXIIb, p. 117-120.

2Nous ne pouvons fournir ici qu’une esquisse biographique de ce poète qui écrit entre 1420 et 1450, à Valence2. Cependant, il paraît nécessaire de signaler un schéma vital, un itinéraire de l’auteur, en tant que personne, qui peut éclairer notre lecture sans la réduire pour autant. Né en 1400 à Gandia, Ausiàs March a brillamment guerroyé dès 1420 en Méditerranée, puis est devenu le Grand Fauconnier du souverain Alphonse le Magnanime, mais il perd cette charge, rentre au pays valencien et s’occupe de ses terres comme tant d’autres grands et moyens propriétaires de son époque. Il ne bouge plus de cet ici et meurt à Valence en 1459 : son œuvre a été exclusivement écrite en ces mêmes lieux. Or, le souverain s’est installé en Italie, à Naples, et il reçoit à sa cour tous les poètes de langue espagnole et occitane, entre autres Santillana et Jordi de Sant Jordi. La culture, le débat poétique se trouvent donc là-bas, ailleurs. Dans deux poèmes finement humoristiques, Ausiàs March demande au roi de lui envoyer un faucon pèlerin, le deuxième texte étant un rappel car Alfons n’a pas répondu au premier. Ausiàs proclame alors, que si rien ne se produit, il partira à la nage vers cet Ailleurs plaisamment désigné : CXXIIa et CXXIIb3.

3Certes, Ausiàs March était connu et admiré – Santillana parle à son propos d’un grand esprit – il était lu à Valence, divulgué (treize manuscrits nous sont restés). Il était fier d’être valencien et il le dit dans sa poésie, mais nous voyons dans cette œuvre pessimiste et amère la permanence d’un va-et-vient entre ici et ailleurs, qui est lié à un désenchantement de l’homme March occasionné par le passage du mouvement vers le lointain, donc vers des Ailleurs, associés aussi à la sédentarité de l’ici, l’Ailleurs ne pouvant plus qu’occuper la mémoire ou le rêve.

  • 4 Amadeu Pagés, Les cobles de Jacme, Pere i Arnau March, Castelló de la Plana, 1934. Pere March est l (...)
  • 5 Ausiàs March, Poesies, op. cit., vol. V, CXXVII, 432 vers, p. 137-151.
  • 6 Ibid., vol. V, CXXVIII, 697 vers, p. 155-178.

4Un autre schéma sous-jacent me semble contenir ce même mouvement entre ici et ailleurs, mais de manière encore plus complexe. En effet, le valencien Ausiàs March a délaissé la langue occitane que pratiquaient encore, vers 1420-1430, les poètes catalans et valenciens, son propre père et son oncle qui étaient eux-mêmes poètes4, et il est le premier à avoir écrit son œuvre en catalan (ce que d’aucuns appellent le catalano-valencien). Il s’agit de 128 poèmes, (10263 vers) – dix provençalismes en tout –, alors que les autres poètes catalans qui écrivaient en provençal n’ont laissé que de dix à vingt textes. March a donc abandonné la langue de l’Ailleurs, devenue langue de la poésie, depuis trois cents ans, et a choisi sa langue orale quotidienne, valencienne, celle de l’ici. Pourquoi ? Il ne le dit pas, mais on peut penser qu’il a voulu renouveler la poésie qui s’ankylosait à partir de ses modèles centenaires, sans avoir forcément conscience d’être le premier à le faire. Cependant, March reste totalement fidèle au vers décasyllabe des occitans et aux huitains et dizains, les modèles strophiques de l’Ailleurs. Il n’y a dans son œuvre que deux exceptions : le CXXVII, qui est un lai (octosyllabes + tétrasyllabes)5, tandis que le CXXVIII appartient aux Noves rimades (octosyllabes)6.

5L’on devine qu’il y a là un thème difficile à aborder, que les ausiasmarquiens reprennent fréquemment, mais nous croyons qu’il fallait montrer, dès le départ de la réflexion, que le personnage et le langage retenu pour l’œuvre se placent sous le signe de la mobilité, à la fois de l’ici vers l’Ailleurs, puis ici même, de l’Ailleurs vers ici, enfin vers l’Ailleurs ou d’autres Ailleurs.

Quitter ici, aller ailleurs : l’usage du sens littéral

  • 7 On signalera entre autres CIV, vol. IV, p. 102-112 ; CVI, vol. IV, p. 132-150 ; CXII, vol. V, p. 8- (...)
  • 8 Ibidem, XLI, vol. II, p. 139.

6Il est une première manière de souhaiter aller ailleurs, qui consiste à montrer, par contraste, la négativité de l’ici. Ausiàs est un moraliste, surtout dans les Cants morals7, mais ceci est également vrai dans les autres poèmes. Dans le poème XLI, le locuteur dénonce un monde qui, selon lui, a empiré : il constate que l’homme mauvais est bien installé ici, au grand jour, tandis que l’homme honnête est obligé de fuir et de se réfugier dans une symbolique caverne. Nous trouvons déjà les termes qui accompagnent le départ vers l’Ailleurs, c’est-à-dire le verbe actif fuig (fugir), ici porteur d’un contre-accent : « que lo mal hom fa casa prop la forqua, / e l’home just fuig e.s met en cavorqua8. » (v. 6-7).

  • 9 Ibidem, CVI, vol. IV, p. 132-150.

7Dans les très longs poèmes, où le « yo » s’attaque à l’argent et aux femmes, March se sert constamment de cette notion spatiale, l’ici, souvent désigné par « lloch », qu’il discrédite, pour railler ceux qui s’en contentent, qui ont opté pour un mauvais chemin (le mot « camí » va aussi figurer dans le langage de l’Ailleurs) et qui ne pourront jamais imaginer un Ailleurs qui leur convienne : on lira ainsi les 488 vers du poème CVI9.

  • 10 Ibidem, XVI, vol. II, p. 59.

8Cependant, l’ici n’est qu’assez rarement aussi simple, dès lors qu’il engage vers un Ailleurs. Nous ne donnerons qu’un seul exemple avant d’aborder les grandes images substantielles. Prenons le cas d’un poème d’amour, le XVI, où le moi habité par la douleur qu’occasionne une passion décevante décide de fuir un ici qui est pluriel et symbolique : « De gran tristor sobresdolor me ve : / que.m cal fugir de cascun loch escur,10 ». Mais l’on entre aussitôt dans un système allégorique, car le moi, ou plutôt son entendement, construit un mur pour empêcher l’assaut des mauvaises pensées. Il faut que celles-ci restent en conflit, en débat pour que l’entendement n’ait pas à fuir (« fugir ») ; en cas contraire se produirait la mort de l’amant, ici métaphoriquement désignée par un Ailleurs, un port ou le port qui, spatialement, symboliserait, comme chez Sénèque, le dernier jour, l’arrivée de la mort, ici vue au figuré (v. 29-32) :

  • 11 Idem.

E si.l pus flach pensament és primer,
l’enteniment forçará de fugir :
en lur debat és mon ben avenir ;
llur pau és port d’aquell jorn meu derrer11.

  • 12 Ibidem, vol. II, p. 60.

Le poème ne s’achève pas ainsi car, après le dernier huitain (v. 33-40), la tornada évoque la folie de l’amoureux qui a trop d’espoir (v. 41-42) et la condamne au nom de la raison (dernier vers, v. 44) mais, au troisième vers (v. 43), le locuteur introduit l’image spatiale et toponymique d’un Ailleurs démesuré : « car pren tal born que cerca tota França12 ».

9Cependant, parmi les poèmes très connus de March, chantés au xxe et au xxie siècles par Raimon et par d’autres musiciens, figurent des tableaux ou représentations qui misent sur le visuel, sur l’immédiateté et où l’on voit le moi – le locuteur parlant à la première personne – quitter l’ici et rejoindre l’Ailleurs. Leur plasticité a été soulignée très tôt, dès le xixe siècle, par les critiques qui se sont consacrés à l’étude et à la divulgation moderne de March. Prenons le cas du XIII. La première strophe s’impose comme une totalité, une description littérale d’un spectacle en deux temps, où il n’est pas du tout précisé que le poème traitera de l’amour dans la quatrième et la cinquième strophes, enfin dans l’envoi dédié à Lir entre carts (v. 1-8) :

  • 13 Ibidem, XIII, vol. II, p. 46.

Colguen les gents ab alegria festes,
loant a Déu, entremesclant deports ;
places, carrers e delitables orts
sien cerquats ab recont de grans gestes ;
e vaja yo los sepulcres cerquant,
interrogant ànimes infernades,
e respondran, car no són companyades
d’altre que mi en son contínuu plant13.

L’ici est évoqué, dans les quatre premiers vers, à la fois par la présence des gens et par celle des espaces : places, rues et jardins délectables, ces sortes de cours d’amour bien connues au xve siècle à Valence. Cet ici est exclusivement sous le signe du mouvement, du plaisir des corps et des esprits. Il n’y a donc rien qui puisse inciter à partir et à aller ailleurs. Or, dans les quatre vers suivants, donc selon une parfaite symétrie, le moi (jo), sans aucune explication, apparemment sans cause, s’éloigne vers le cimetière non nommé, vers les sépulcres qui, au xve siècle, se trouvaient rassemblés autour des églises, mais l’Ailleurs est bien autre chose, puisqu’il s’agit des damnés qui répondront au seul moi dans la mesure où la plainte non interrompue des damnés est également celle du locuteur.

10Ausiàs March, grand lecteur de la Commedia de Dante (et surtout de l’Enfer), crée une rencontre entre le visible et l’invisible : le sixième vers, qui ne comporte que trois mots, « interrogant ànimes infernades », est l’un des rares dans cette œuvre à avoir cette composition insolite et le contre-accent (« ant » est la quatrième syllabe, « à » [nimes] est la cinquième) donne à ce vers un rythme différent de celui des sept autres vers du huitain, accentués sur 4-7-10 et sur 4-8-10.

11Dans le huitain suivant, le locuteur explique qu’il a fui les vivants parce que ceux-ci sont impressionnés par son comportement et ont peur de lui comme d’un mort. L’envoi du poème fait apparaître le thème de la mort d’amour, mais l’on retrouve là un topique de la poésie occitane, alors que le lecteur garde en mémoire les subjonctifs de la première strophe : « colguen », « sien », « e vaja »… qui traduisent un violent éloignement vers cet Ailleurs, qui se construit grâce à une stricte littéralité, où les interlocuteurs du chant et le locuteur sont à l’unisson. Si le locuteur ne meurt pas, il est à l’écoute des morts, de même que ceux-ci lui répondent. Ainsi cette grande fresque qui représente un Ailleurs devient, elle aussi, le chœur des désespérés, les damnés se plaignant sans rémission, en raison des fautes commises pendant leur vie, tandis que le moi vivant et innocent incarne dans le huitain une douleur aussi intense mais dont nous ignorons jusque-là la cause, d’où ce suspens poétique.

  • 14 Ibidem, LXVIII, vol. III, p. 77.
  • 15 Ibidem, LXVIII, vol. III, p. 77.
  • 16 Ibidem, LXVIII, vol. III, p. 77.
  • 17 Référence signalée par Pere Bohigas à propos du poème CXVI., vers 130, qu’il tenait lui-même d’Amad (...)
  • 18 Ausiàs March, Poesies, op. cit., CXVI, vol. V, p. 65.

12Un autre exemple retient l’attention du lecteur, celui du poème LXVIII ; toutefois l’Ailleurs s’y présente d’une tout autre façon. En effet, les deux premiers huitains racontent le plus littéralement possible, l’histoire d’un petit valet qui a eu un bon maître, mais l’a quitté pour se repentir ensuite de l’avoir fait car jamais il n’en retrouvera un autre qui vaille le premier. Le troisième huitain, sans transition, est introduit par le « Yo » (première syllabe) et l’on découvre alors la même situation que dans le XIII, le départ volontaire du moi, d’un ici vers un Ailleurs, mais dans une tonalité différente. L’ici est un lieu fermé – maison ou auberge – où les gens se rassemblent avec bonheur autour du feu parce que le temps est mauvais, hivernal sans doute, et le moi pourrait faire de même avec eux, car aucun grief ne surgit ici, ni dans la suite du huitain, qui pourrait expliquer la décision d’aller ailleurs (« Yo són aquell qui.n lo temps de tempesta / quant les més gents festegen prop los fochs / e pusch haver ab ells los propris jochs », v. 17-1914), mais un seul vers contient la démarche du moi vers un Ailleurs indéterminé, illimité (« vaig sobre neu, descalç, ab nua testa15 », v. 20). Le moi s’en va seul, quitte les autres sans aucune justification : il a choisi d’être déchaussé, tête nue, c’est-à-dire sans protection contre le froid et de marcher sur la neige. Ce tableau peut être lu littéralement et l’on pense alors avoir affaire à l’évocation d’un pénitent, fréquent dans les textes médiévaux, du moins si l’on tient compte de « descalç » et « nua testa ». Cependant, la neige ici mentionnée suggère d’autres lectures car le vers qui suit introduit le niveau symbolique (« servint senyor que jamés fon vassall16 »), le départ vers l’Ailleurs coïncidant avec l’itinéraire du moi au service inconditionnel de l’amour. L’amant démuni a quitté le feu (« los fochs », littéraux), pour la neige, littérale et symbolique, et l’on ne peut que se souvenir de Pétrarque, « Vedrem ghiacciar il foco, arder la neve » (Sest, 2)17 et surtout d’un autre vers d’Ausiàs March, le vers 130 du CXVI, qu’éclaire le précédent (vers 129) : « No vull amar, e mon apetit ama : sobre neu veig maravellosa flama18 ». Les oxymores de Pétrarque sont remplacés par des images marquiennes plus littérales, que l’on peut certes lire comme des situations symboliques d’un Ailleurs, mais dont le pouvoir visuel, pictural et matériel, est prégnant. Le départ, puis la marche vers l’Ailleurs sont ici éternisés, donc lisibles a-temporellement.

13Ausiàs March théorise abondamment dans toute son œuvre sur les formes de la passion amoureuse, opposant le corps et l’esprit, mais au cœur de l’argumentation souvent austère, surgissent des représentations concrètes de ce mouvement visible qui va de l’ici vers l’Ailleurs. Il n’y a pas de manichéisme dans cette démarche, car l’ici peut être négatif ou positif, de même que l’Ailleurs, qui sera aussi bien rassurant que menaçant. D’où l’impression générale qui se dégage de la poétisation, d’une incertitude fondamentale du moi, d’un flottement permanent entre deux lieux, qu’aucun poète catalan écrivant en occitan n’avait su transcrire depuis le xiiie siècle.

  • 19 Ibidem, LXXXVII, vol. III, p. 147 (v. 278-280).

14Citons le poème LXXXVII (340 vers), l’un des longs textes théoriques, plus précisément la vingt-huitième strophe où le moi fuit les lieux publics pour aller vers les lieux secrets de l’Ailleurs et ensuite retourner vers l’ici protecteur et caché de son propre lit : « cerch lochs secrets e los publics desvie ; / lanç.m. en lo llit dolor me’n gita fora ; / cuyt esclatar mentre mon hull no plora19 ». Les contradictions s’accumulent, car auparavant le moi a affirmé sa prédilection pour la vie contemplative et son hostilité à la vie active ; or, son comportement dément cette formulation, d’autant qu’avant l’image ici/ailleurs c’est l’amour qui est le déclencheur de cette fuite éperdue. Enfin, l’on remarque, et ceci est nouveau par rapport aux prédécesseurs d’Ausiàs March, toute représentation imagée de l’ici-ailleurs s’accompagne de constantes références au corps porteur de la douleur et du déchirement, ceci de manière littérale, concrète, dans un style simple, aussitôt déchiffrable, alors que la méditation antérieure et postérieure reste complexe, abstraite, d’une implacable austérité.

15Cependant, si la littéralité est fondamentale pour dire le départ de l’ici vers l’Ailleurs, le poète, en cela fidèle aux poètes occitans, ne se prive pas de l’usage de la comparaison et de la métaphore, et il utilise en particulier dans plusieurs poèmes un comparant qui lui paraît représenter à la perfection la quête d’un impossible Ailleurs : la mer, les espaces marins et maritimes.

L’Ailleurs marin et la mort

16Les images de la mer, tant elles sont nombreuses dans l’œuvre d’Ausiàs March ont fait l’objet de plusieurs études. J’en soulignerai l’extrême variété quant à la représentation et au langage, ainsi que la permanente unité sémantique car il s’agit, en effet, pour le locuteur ou ses personnages, de quitter un ici rassurant pour partir en mer vers un Ailleurs, précis ou indéfini, mais qui est clairement un but désiré ou infligé. L’on ne pourra citer que quelques exemples seulement, qui exigeraient un commentaire plus substantiel. Certains récits sont très simples : ainsi, dans le CII, le pêcheur (comparant) auquel s’identifie le moi (comparé) quitte le fleuve (ici) pour aller en mer (ailleurs), où son sort n’est guère enviable, comme le dit familièrement le locuteur (v. 65-68) :

  • 20 Ibidem, CII, vol. IV, p. 85.

Sí com aquell qu.ab flaca barca .n riu
pesca son peix e viu sats cabalós,
mas per esser de béns pus abundós
entra .n la mar e no .y espera stiu20.

  • 21 Ibidem, CII, vol. IV, p. 83.
  • 22 Ibidem, CXXVIII, vol. V, p. 164.
  • 23 Ibidem, CIV, vol. IV, p. 104.
  • 24 Ibidem, CIV, vol. IV, p. 104.

Toujours dans le CII, au vers 17, l’homme sûr de lui en mer, connaissant parfaitement l’Ailleurs où il se rend, se trouve surpris par le mauvais temps, qu’il juge aberrant, change de cap et se perd (v. 17-24)21. L’image est reprise dans le CXXVIII, où celui qui a passé sa vie en mer et qui croit ne jamais être en danger, se voit soudain en présence de la mort, ce nouvel Ailleurs (v. 288-293)22. De même, dans le CIV, les navigateurs qui se rendaient vers un Ailleurs bien concret, se voient privés de l’indispensable tramontane et partent n’importe où, victimes du hasard (« e van en loch on la ventura. ls porta », v. 75)23, comme les hommes qui, au lieu de se diriger vers la vertu, vont vers leur seul désir : « cascú va lla on l’apetit lo porta24 ».

  • 25 Ibidem, CXIII, vol. V, p 40 (v. 203).

17Le moraliste qu’est March attribue cette perte de l’Ailleurs au destin (« los fats »), mais aussi à l’incapacité, à l’excès de confiance, à l’aveuglement. L’essentiel reste donc le fait de savoir où est l’Ailleurs et comment on peut l’atteindre. Le vers prend souvent une forme proverbiale, car il est question de vérités d’ordre moral et intellectuel. Celui qui va de nuit, dans le canal de Flandre, sans carte ni boussole, ne peut qu’échouer : c’est là un exemple concret de la sentence émise juste antérieurement : « Fogint la mort, hi va per dretes vies25 ».

18Pour parvenir à l’Ailleurs en mer, il faut être intérieurement libre, capable de choisir la voie qui mène au but ; or, le moi étant la proie de violents conflits entre « voluntat » et « rahó », il s’identifie métaphoriquement au bateau pris entre deux vents contraires, alors que les marins en plein désaccord voudraient retourner à terre (l’ici) ou bien continuer en mer (l’Ailleurs) au gré d’un vent. Une strophe du XXVII rend compte de cet échec (v. 25-32) :

  • 26 Ibidem, XXVII, vol. II, p. 98.

Yo contrafaç nau en golf perillan,
l’arbre perdent e son governador,
e per contrast de dos vents no discor ;
los mariners enbadalits estan,
e cascú d’ells la sua carta tenta,
e són discorts en llur acordament :
hu volgra sser prop terra passos cent,
l’altre tan luny com vent pot dar empenta26.

Un autre poème très connu, une esparça de huit vers, le LXXXI, livre un espace marin qui est une épure. L’homme perdu en mer aperçoit au loin l’Ailleurs salvateur, mais il ne peut le rejoindre (v. 1-8) :

  • 27 Ibidem, LXXXI, vol. III, p. 125-126.

Axí com cell qui .s veu prop de la mort
corrent mal temps, perillant en la mar,
e veu lo loch on se pot restaurar
e no .y ateny per sa malvada sort,
ne pren a mé, qui vaig affanys passant,
e veig a vós bastant mos mals delir.
Desesperat de mos desigs complir,
iré pel món vostr. ergull recitant27.

Certes, l’Ailleurs est un comparant (« vós » en est le comparé), mais le tableau marin, à lire littéralement, est aussi une image en soi, une représentation de tout Ailleurs, indépendamment de l’histoire d’amour vécue par le moi et dont celui-ci fait un poème qu’il divulguera en le récitant ; ainsi donc, nous voici en présence d’un métalangage, d’une poétique qui mise tout autant sur le littéral que sur le figuré.

Littéralité et allégories. La mort est un accès à l’Ailleurs

  • 28 Ibidem, CV, vol. IV, p. 120-128 (224 vers).

19Jusqu’ici nous avons eu constamment contact avec le profane : ici et ailleurs se trouvent (ou ne se trouvent pas) en ce monde, « el món », si souvent notifié. Or, March se dit également chrétien, coupable et repentant, surtout dans le poème CV, que les éditeurs du xvie siècle ont intitulé Cant espiritual28. Et l’on se pose aussitôt la question : l’Ailleurs absolu – invisible, inconnu – n’est-il pas l’Au-delà des chrétiens, l’éternité ?

  • 29 Ibidem, XCII, vol. IV, p. 10-19 (250 vers) ; XCIII, vol. IV, 26-30 (100 vers) ; XCIV, vol. IV, p. 3 (...)
  • 30 Ibidem, XCII, vol. IV, p. 19 (v. 249-250).
  • 31 Ibidem, XCIII, vol. IV, p. 27 (v. 20).
  • 32 Ibidem, XCIII, vol. IV, p. 30 (v. 100).

20Ausiàs March a écrit six poèmes, intitulés par les premiers éditeurs Cants de mort (XCII, XCIII, XCIV, XCV, XCVI, XCVII)29, où le moi endeuillé pleure après le décès d’une femme aimée et s’interroge sur l’au-delà de cette disparue. Mais il est surtout habité par la crainte de ne jamais savoir où est l’âme de la morte. Si, dans le premier chant, XCII, il rêve de cet Ailleurs mythique, qui surviendra lors du Jugement dernier et qui permettra les retrouvailles des corps : (« Lo jorn del Juhy quant pendrem carn e ossos, / mescladament partirem nostres cossos30.), dans les autres chants il ne reprend pas du tout ce thème (ou motif), et, très anxieusement, il se demande ce qu’est cet Ailleurs ignoré, (« la Mort l’à tolt e portat no ssé on31. ») et il souhaite que l’âme de la morte revienne ici pour lui dire où est cet Ailleurs : (« perquè m’avís hon és l’estatge seu32. »).

  • 33 Ibidem, XCIV, vol. IV, p. 38 (v. 128).
  • 34 Ibidem, XCIV, vol. IV, p. 38 (v. 129).
  • 35 Ibidem, XCVII (anciennement XCVI), vol. IV, p .47 (v. 13).
  • 36 Ibidem, XCVII (anciennement XCVI), vol. IV, p. 47 (v. 20).
  • 37 Ibidem, XCVI (anciennement XCVII), vol. IV, p. 51 (v. 60).
  • 38 Ibidem, CVII, vol. IV, p. 161-165 (88 vers).

21Dans le XCIV, il désire que l’aimée soit au ciel – « sinó que Déu en lo cel la col.loque. » (v. 128)33 –, mais peut-être est-elle « en purgatori » (v. 129)34, et dans le XCVII il veut connaître « lo lloch hon est » (v. 13)35, mais l’hypothèse de l’enfer se profile (« si en infern », v. 2036). Dans le XCVI, le moi ayant survécu à la mort de la femme aimée, se condamne alors au silence : il vivra éloigné du monde – ailleurs – mais reclus en un lieu qui devient un ici, ou du moins a-t-il ce nom, ce qui est la priorité du poète : « o que almenys del món visc apartat, / que solament haja nom de resclús37». Dans le CVII38, le poète réaffirme la persistance de l’esprit après la mort, mais l’au-delà ne saurait être identifié : cet Ailleurs là restera à jamais un lieu inconnu, sans nom, d’où le fait que March lui consacre une part restreinte de son œuvre.

22Le moi ne peut-il cependant envisager sa propre mort comme un accès possible à un Ailleurs nommable ? Mourir d’amour (le suicide) étant un topique riche d’images, il s’agissait non plus d’en tirer des références à la douleur, à la subjectivité, mais de trouver des mots pour transcrire un lieu invisible, un Ailleurs d’emblée condamné par l’Église catholique.

23L’expression « camí de mort » reste d’ordre général et indéterminé : on ne peut deviner ce qu’elle désigne concrètement et le locuteur ne mentionne aucun Ailleurs, se bornant à construire un espace terrestre balisé de repères trompeurs. Le sens figuré l’emporte, mettant en exergue l’illusion du moi qui, cherchant la vie, se retrouve en présence d’une mort symbolique, un Ailleurs négatif, l’ailleurs.

  • 39 Ibidem, XCVIII, vol. IV, p. 52 (v. 1-4).

Per lo camí de mort é cercat vida,
on he trobat moltes falsses monjoyes ;
quasi guiat per les falses ensenyes,
só avengut a perillosa riba39,

Ausiàs a deux fois recours aux Anciens (« passats »), c’est-à-dire aux auteurs latins, pour évoquer leur suicide qui leur permit de fuir les douleurs de ce monde et d’entrer dans cet Ailleurs où les désirs sont exaucés. On remarque l’usage du polyptote à la rime, qui met en valeur l’unicité du processus délibérément choisi :

  • 40 Ibidem, XX, vol. II, p. 73-74 (v. 1-8).

Alguns passats donaren si a mort
per escapar als mals que .l món aporta
e per haver ubert aquella porta
on los desigs tots vénen a bon port40.

  • 41 Ibidem, LVII, vol. III, p. 41 (v. 1-8), p. 42-43 (v. 9-44).

Dans le LVII, est également proposé l’exemple de Caton, qui a choisi la mort pour échapper à un avenir mauvais (vers 1-8), mais aucun Ailleurs ne s’y dessine, et le moi se refuse à adopter cette solution, surtout parce que sa foi le lui interdit41.

  • 42 Ibidem, XXXVI, vol. II, p. 122 (v. 1-2).
  • 43 Ibidem, XXXVI, vol . II, p. 122 (v. 3-8).
  • 44 Ibidem, XXXVI, vol. II, p. 123 (v. 20).
  • 45 Ibidem, XXXVI, vol. II, p. 123 (v. 35).

24Comment explorer alors ce mot « Mort » pour inventer un Ailleurs ? Dans le XXXVI, le locuteur interpelle l’allégorie, « ¡O Mort qui est de molts mals medecina42 », dans une imploration décisive, mais la mort se dérobe car elle fuit ceux qui la cherchent, et lui-même l’avoue à la mort qu’il tutoie43. Que faire alors ? Le moi ne peut que fuir les gens, « … fuig de les gents44 », mais nous n’avons aucune précision sur la nature de l’Ailleurs en ce cas. Après avoir sollicité la pitié de la dame, il la récuse et se dit alors « resclús45 », donc à la fois ailleurs et ici.

  • 46 Ibidem, XI, vol. II, p. 40. On lira successivement les v. 1-8 , 9-16, 17-24.

25On relira de même le XI, où le moi appelle la Mort à grands cris (v. 1-8), tandis que la Mort à la voix mélodieuse se refuse à lui dans le deuxième huitain (v. 9-16), pour qu’enfin, dans le troisième huitain (v. 17-24), la Vie qui a l’allure et les cris d’une pleureuse, accueille favorablement le moi46. Il y a là des tableaux, des fresques, d’une grande qualité plastique, où le moi ne veut plus être ici mais n’a aucun espoir de trouver un Ailleurs.

Contradictions et paradoxes de l’œuvre. L’Ailleurs n’existe que dans le silence absolu, hors langage

  • 47 Ibidem, I, vol. II, p. 5 (v. 1-4).

26Si le rêveur éprouve du plaisir, c’est qu’il se représente un Ailleurs idéal situé dans un temps qui est un hors temps. Le locuteur se compare à lui dans le poème I, qui date du début de l’écriture marquienne, car son Ailleurs consiste en un souvenir d’un passé idéalisé qui occupe tout son « imaginar »47. De même que le rêveur est envahi par la déception lorsqu’il se réveille, le locuteur souffre de ne plus rien attendre de son avenir qui ne produira aucun Ailleurs à la hauteur d’un passé inégalable. La comparaison entre le rêveur et le locuteur casse le topique du passé idéal (Boèce, Dante) et laisse entendre le côté rêvé, indicible de tout Ailleurs.

27Mais nous ne sommes pas encore au bout des paradoxes et contradictions poétiques par lesquels s’élabore le schéma ici-ailleurs dans l’œuvre de March.

  • 48 Ibidem, XLVI, vol. III, p. 5 (v. 1-8)

28On relira, en effet, des textes où il semble que l’ici ait été quitté pour un Ailleurs non défini, non nommé et qu’un retour désiré ici se produise, ainsi le « retorn » du vers 8 dans le XLVI ; il s’agit d’un voyage en mer au cours duquel se produira une sorte de cataclysme, qui terrifiera les pèlerins, tandis que le moi amoureux demeurera impassible : « e que tots cinch complesquen mon retorn48 ».

  • 49 Ibidem, XXIX, vol. II, p. 101, (v. 168).

29Y-a-t-il là l’évocation de voyages dangereux en Méditerranée ? Entre Valence et l’Italie, d’Italie vers Valence ? Peut-être s’agit-il aussi d’un souvenir personnel d’Ausiàs March, revenu à Valence après avoir victorieusement combattu, mais il ne s’agit là que d’une hypothèse. L’esparça XXIX (huit vers) met en scène une comparaison entre, d’une part, le taureau qui s’enfuit « pel desert » (l’Ailleurs) pour reprendre des forces et revenir ici détruire celui qui l’a défait, et, d’autre part, le moi qui s’éloigne (« lunyar ») – vers quel Ailleurs ? – pour cesser de craindre la femme aimée : à nouveau, l’Ailleurs fait donc l’objet d’une ellipse49.

30Un autre poème, le CXI, me paraît être l’exemple même de cette quête d’un Ailleurs qui ne pourrait et ne saurait être nommé (v. 1-7) :

  • 50 Ibidem, CXI, vol. V, p. 5 (v. 1-8).

Axí com cell qui -s parteix de sa terra
ab cor tot ferm que jamés hi retorn,
deixant amichs et fills plorant entorn,
e cascú d’ells a ses faldes s’aferra,
dient plorant : -Anar volem ab vós.
O, no .ns leixeu trists e adolorits !-
e l’és forçat aquells haver jaquits,
¿Qui pot saber d’aquest les grans dolós50?

  • 51 On lira les excellents articles de Jaume Torró, entre autres : « Pròlegs al cançoner d’Ausiàs March (...)

Ces vers retiennent l’attention. Des chercheurs ont judicieusement rapproché ce texte des Tristia d’Ovide51, ce qui laisserait supposer le départ pour un Ailleurs qui est l’exil. Mais le deuxième vers complexifie cette lecture, car, et c’est là l’originalité de ce vers de March, si le personnage quitte sa terre – son pays – il est décidé à ne plus y revenir. Pourquoi ? Nous ne le saurons pas. La douleur du voyageur est vive, mais sa décision est irrévocable. L’Ailleurs est inconnu, non nommé, mais il semble voué à du définitif et implique l’entrée dans une solitude radicale du moi.

  • 52 Ausiàs March, Poesies, op. cit., LX, vol. III, p. 52 (v. 35-36).

31Le poète mise également sur le paradoxe, la contradiction, la non-coïncidence pour désigner la démarche du moi entre l’ici éludé et l’Ailleurs. Ainsi dans le LX « si vagabunt me veu lo món anar, / en tan segur port home jamés vench », (v. 35-36)52. Le moi se métaphorise et se définit comme vagabond, qui donc ne trouve pas d’ailleurs, mais qui se dit parvenu à un port, selon lui un Ailleurs protecteur, incomparable. Ici sont synthétiquement associés la distance, le mouvement et l’immobilité. On citera encore le poème LXXVI dont la première strophe (v. 1-8) ébauche les formes contradictoires et changeantes d’un Ailleurs sans cesse recherché :

  • 53 Ibidem, LXXVI, vol. III, p. 113 (v. 1-8).

On és lo loch on ma penssa repose ?
On serà, on, que mon voler contente ?
Ab escandall yo cerch tot fons e tente,
e port no trob on aturar-me gose.
Lo que, dabans, de tot vent me guardava,
és envers mi cruel plaga deserta ;
vagabunt vaig, la casa qui m’és certa ;
treball és gran en part on yo vagava53.

L’Ailleurs est encore indéfinissable, non nommé : il pourrait être le lieu d’une identification de soi, mais le port qui désignerait peut-être l’Ailleurs n’est pas abordé. La « cruelle page déserte » vient de Dante et elle ne coïncide pas avec une image passée de l’Ailleurs ; vagabond et immobile à la fois, le moi n’est plus qu’un errant solitaire, qui fait du sur-place.

  • 54 Ibidem, CXIV, vol. V, p. 49 (v. 63-64).
  • 55 Ibidem, CXIV, vol. V, p. 50 (v. 86).

32L’Ailleurs n’a donc pas de nom et les poèmes de la maturité notifient une acceptation de ce fait. Le moi étant radicalement insatisfait, parce que le monde ne lui suffit pas, ne le comble pas, ici et ailleurs sont interchangeables, d’où l’amertume qui envahit le poème CXIV : « no té lo món coses a mi bastants / a fer que dol per tostemps no.m atur54 ». Il ne lui reste plus qu’à se définir en donnant son nom, ce qui est une manière occitane de signer et de revendiquer une œuvre poétique : « yo só aquest que .m dich Ausiàs March55 ».

  • 56 Ibidem, CXXVII, vol. V, p. 139 (v. 56-57).
  • 57 Ibidem, CXXVII, vol. V, p. 141 (v. 128-129).
  • 58 Ibidem, CXXVII, vol. V, p. 142 (v. 166-168).
  • 59 Ibidem, CXXVII, vol. V, p. 143 (v. 178-180).

33Dans l’avant-dernier poème, le CXXVII, qui est un lai de 432 vers, la forme strophique et le vers changent radicalement : deux octosyllabes sont suivis d’un tétrasyllabe. J’y vois une autre perspective globale, jetée sur l’œuvre, celle de l’homme mûr qui accepte de ne plus trouver le port, ici ou ailleurs : « no. m poden més portar los vents / en algun port56 », qui reconnaît ne pas aimer le monde et qui, ayant erré, emprunté divers chemins, n’avance ni ne recule plus, « no vaig avant ne torne atràs, / camí perdut.57 ». Il cherche un Ailleurs qui serait un refuge, où il trouverait le repos, mais doute de le trouver : « ab tal dolor, que no sé hon / haja reffugi . n part del món / en què. m repós58. ». Il est entre terre et ciel, incertain de son ici : « ¡O quin estat tant graciós, / que l’om estiga sospitós, / del loch hont és59 ! ».

  • 60 Ibidem, CXXVII, vol. V, p. 149 (v. 357). La bibliographie portant sur l’œuvre d’Ausiàs March s’est (...)

34Aucun chemin n’existant plus, l’on parvient à l’oxymore décisif : « viu só e mort » (v. 357)60. Ausiàs met fin à ce long discours, qui est un bilan vital et philosophique, car il n’est pas nécessaire d’en dire davantage. Peut-être aussi l’œuvre est-elle sur le point de s’achever avec cet avant-dernier poème. L’hypothèse de l’Ailleurs tout autant que celle d’un ici est donc vouée au silence. Le moi parvient ainsi à formuler l’extrême puisqu’il n’a de place nulle part.

Notes

1 Ausiàs March, Poesies, a cura de Pere Bohigas, Barcelona, Editorial Barcino, vol. I, 1952 ; vol. II, 1952 ; vol. III, 1954 ; vol. IV, 1955 ; vol. V, 1959. Je cite toujours l’œuvre d’Ausiàs March dans cette édition, étant donné son excellence. Une réédition intégrale comportant de rares rectifications graphiques a été publiée en 2000, ENC, 18, col. B. On consultera également la remarquable édition de Robert Archer : Ausiàs March, Obra completa, Barcelona, Barcanova, 1997.

2 On recommandera la très belle biographie de March rédigée par un grand poète valencien d’aujourd’hui : Josep Piera, Jo sóc aquest que em dic Ausiàs March, Barcelona, Edicions 62, 2002.

3 Ausiàs March, Poesies, op. cit., vol. V, CXXIIa, p. 114-115 ; CXXIIb, p. 117-120.

4 Amadeu Pagés, Les cobles de Jacme, Pere i Arnau March, Castelló de la Plana, 1934. Pere March est le père d’Ausiàs, Jaume étant son oncle. On consultera : Jaume March, Obra poètica, Edició crítica de Josep Pujol, Barcelona, Editorial Barcino, 1994.

5 Ausiàs March, Poesies, op. cit., vol. V, CXXVII, 432 vers, p. 137-151.

6 Ibid., vol. V, CXXVIII, 697 vers, p. 155-178.

7 On signalera entre autres CIV, vol. IV, p. 102-112 ; CVI, vol. IV, p. 132-150 ; CXII, vol. V, p. 8-23.

8 Ibidem, XLI, vol. II, p. 139.

9 Ibidem, CVI, vol. IV, p. 132-150.

10 Ibidem, XVI, vol. II, p. 59.

11 Idem.

12 Ibidem, vol. II, p. 60.

13 Ibidem, XIII, vol. II, p. 46.

14 Ibidem, LXVIII, vol. III, p. 77.

15 Ibidem, LXVIII, vol. III, p. 77.

16 Ibidem, LXVIII, vol. III, p. 77.

17 Référence signalée par Pere Bohigas à propos du poème CXVI., vers 130, qu’il tenait lui-même d’Amadeu Pagés. (op. cit., vol. V, p. 69, note 130).

18 Ausiàs March, Poesies, op. cit., CXVI, vol. V, p. 65.

19 Ibidem, LXXXVII, vol. III, p. 147 (v. 278-280).

20 Ibidem, CII, vol. IV, p. 85.

21 Ibidem, CII, vol. IV, p. 83.

22 Ibidem, CXXVIII, vol. V, p. 164.

23 Ibidem, CIV, vol. IV, p. 104.

24 Ibidem, CIV, vol. IV, p. 104.

25 Ibidem, CXIII, vol. V, p 40 (v. 203).

26 Ibidem, XXVII, vol. II, p. 98.

27 Ibidem, LXXXI, vol. III, p. 125-126.

28 Ibidem, CV, vol. IV, p. 120-128 (224 vers).

29 Ibidem, XCII, vol. IV, p. 10-19 (250 vers) ; XCIII, vol. IV, 26-30 (100 vers) ; XCIV, vol. IV, p. 33-38 (132 vers) ; XCV, vol. IV, p. 41-44 (76 vers). L’ordre initial des deux derniers Cants de mort a été rectifié par les chercheurs catalans : XCVI est en réalité le XCVII, p. 46-48, et le XCVII est en fait le XCVI, p. 49-51.

30 Ibidem, XCII, vol. IV, p. 19 (v. 249-250).

31 Ibidem, XCIII, vol. IV, p. 27 (v. 20).

32 Ibidem, XCIII, vol. IV, p. 30 (v. 100).

33 Ibidem, XCIV, vol. IV, p. 38 (v. 128).

34 Ibidem, XCIV, vol. IV, p. 38 (v. 129).

35 Ibidem, XCVII (anciennement XCVI), vol. IV, p .47 (v. 13).

36 Ibidem, XCVII (anciennement XCVI), vol. IV, p. 47 (v. 20).

37 Ibidem, XCVI (anciennement XCVII), vol. IV, p. 51 (v. 60).

38 Ibidem, CVII, vol. IV, p. 161-165 (88 vers).

39 Ibidem, XCVIII, vol. IV, p. 52 (v. 1-4).

40 Ibidem, XX, vol. II, p. 73-74 (v. 1-8).

41 Ibidem, LVII, vol. III, p. 41 (v. 1-8), p. 42-43 (v. 9-44).

42 Ibidem, XXXVI, vol. II, p. 122 (v. 1-2).

43 Ibidem, XXXVI, vol . II, p. 122 (v. 3-8).

44 Ibidem, XXXVI, vol. II, p. 123 (v. 20).

45 Ibidem, XXXVI, vol. II, p. 123 (v. 35).

46 Ibidem, XI, vol. II, p. 40. On lira successivement les v. 1-8 , 9-16, 17-24.

47 Ibidem, I, vol. II, p. 5 (v. 1-4).

48 Ibidem, XLVI, vol. III, p. 5 (v. 1-8)

49 Ibidem, XXIX, vol. II, p. 101, (v. 168).

50 Ibidem, CXI, vol. V, p. 5 (v. 1-8).

51 On lira les excellents articles de Jaume Torró, entre autres : « Pròlegs al cançoner d’Ausiàs March : Ovidi exiliat », Actes del Tretzè Col.loqui Internacional de Llengua i Literatura catalanes (Girona, 2003), III, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat (Biblioteca Abat Oliba), 2007, p. 378- 423.

52 Ausiàs March, Poesies, op. cit., LX, vol. III, p. 52 (v. 35-36).

53 Ibidem, LXXVI, vol. III, p. 113 (v. 1-8).

54 Ibidem, CXIV, vol. V, p. 49 (v. 63-64).

55 Ibidem, CXIV, vol. V, p. 50 (v. 86).

56 Ibidem, CXXVII, vol. V, p. 139 (v. 56-57).

57 Ibidem, CXXVII, vol. V, p. 141 (v. 128-129).

58 Ibidem, CXXVII, vol. V, p. 142 (v. 166-168).

59 Ibidem, CXXVII, vol. V, p. 143 (v. 178-180).

60 Ibidem, CXXVII, vol. V, p. 149 (v. 357). La bibliographie portant sur l’œuvre d’Ausiàs March s’est récemment enrichie de deux excellents ouvrages : Ausiàs March, poeta universal, vol. I, A cura de Vicent Martines, Institució Alfons el Magnànim, Valencia, 2009 (avec un recensement bibliographique parfaitement à jour : p. 44-53, p. 90-129) ; La poesia d’Ausiàs March i el seu temps, Coordinador general i editor : Ricard Bellveser, Institució Alfons el Magnànim, 2010.

Auteur

Université Paris IV-Sorbonne
Professeur émérite. Membre de l’Institut d’Estudis Catalans (Barcelone) depuis 1997. Membre correspondant de l’Acadèmia de Bones Lletres de Barcelone depuis 2010. Directrice du Centre d’Études catalanes de l’université Paris IV entre 1991 et 2002. Elle est spécialiste de la poésie catalane (Ausiàs March et Pere Gimferrer) et de la poésie espagnole.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search