Version classiqueVersion mobile

Poésie de l’Ailleurs

 | 
Estrella Massip i Graupera
, 
Yannick Gouchan

Langues d’ailleurs

L’Ailleurs en mouvement

Les voi(x) es plurielles de la poésie italophone du xxie siècle

Flaviano Pisanelli

Résumé

À travers l’analyse de textes d’un certain nombre de poètes étrangers s’exprimant en langue italienne (en particulier Gëzim Hajdari, Thea Laitef, Nader Ghazvinizadeh, Barbara Serdakowski et Mihai Mircea Butcovan), l’étude se focalise sur les différentes représentations de l’Ailleurs aux niveaux poétique et stylistique, tout en précisant l’impact que cette écriture exerce sur les notions de « frontière », de « limite », d’« identité », d’« altérité », de « mémoire ». Il nous appartiendra également d’expliquer comment et pourquoi cette production poétique arrive à élaborer et à mettre en place une véritable ‘poétique de la relation’ fondée sur la notion de l’interculturalité.

Texte intégral

1Les grands mouvements migratoires qui traversent notre époque contemporaine, et qui ont connu une intensification considérable au lendemain de la dissolution des différents empires coloniaux européens, le progrès scientifique et technologique des dernières décennies ainsi que les transformations politiques et économiques en acte dans un certain nombre de régions du monde, ont considérablement modifié les équilibres géopolitiques internationaux et, par conséquent, remis en question la perception de soi, de l’autre, de « l’autre-que-soi ». Ces changements soudains de modèles et de valeurs ont également entraîné une crise réelle du système culturel eurocentrique du monde qui, depuis des siècles, reposait sur un réseau de relations se fondant sur une idée de centre – marquée par l’hégémonie de l’espace géoculturel méditerranéen – et sur des modèles identitaires fixes qui concevaient les cultures dites périphériques à travers des images souvent autoréférentielles.

2La littérature et la philosophie occidentales ont largement contribué à élaborer une sorte d’« universalisme » européen légitimé par la supériorité de sa culture qui était considérée comme l’héritière directe de la pensée et de la tradition gréco-latines, sur lesquelles se sont fondées par la suite les réflexions d’intellectuels et d’écrivains tels qu’Erich Auerbach, Ernst Robert Curtius, Herman Hesse, Thomas Mann ou l’Italien Benedetto Croce. Dans l’une de ses études les plus récentes consacrée à la délicate question de l’universalisme culturel européen, Armando Gnisci écrit :

  • 1 Armando Gnisci, L’educazione del te, Roma, Sinnon, 2009, p. 113. [ « La pensée philosophique académ (...)

Il pensiero filosofico accademico europeo, autoidentificandosi nella propria continuità identitaria millenaria, rappresenta di fatto e di diritto il punto di vista, di elaborazione, di difesa, di copertura e di autolegittimazione della superiorità, “universale”, della civiltà europea1.

  • 2 Le principe de l’interculturalité se fonde sur la conviction que tout modèle identitaire ne peut co (...)

3Dans le cadre du contexte postcolonial du xxe siècle, de nouvelles perspectives théoriques et critiques – issues de l’aire pacifique des Caraïbes – ont vu le jour à partir de la moitié du siècle dernier. Les cultures périphériques des peuples colonisés ont su fonder une véritable « poétique de la relation » qui est en mesure de dépasser, une fois pour toutes, le rapport dialectique sur lequel tout échange entre les différentes civilisations, langues et identités du monde avait reposé auparavant. S’appuyant sur les principes de l’interculturalité2 et des métissages culturels, un certain nombre d’« intellectuels » et de leaders politiques ayant vécu l’expérience de la colonisation (nous pensons à Aimé Césaire, Édouard Glissant, Frantz Fanon, Walcott Derek et Alejo Carpentier, à Gandhi, Agostinho Neto ou Nelson Mandela) renversent la perspective identitaire monoculturelle et dévoilent enfin aux Européens l’autre facette de l’eurocentrisme, celle qui a produit des siècles d’oppression, de violence et d’esclavage.

4Le système identitaire in fieri élaboré par la « Nuestra América mestiza » – pour reprendre une expression utilisée par José Martí –, qui rassemble au sein du même horizon les Ailleurs les plus différents, ceux des cultures et des identités des blancs, des noirs, des indigènes, des indiens et des métis, relance avec force le modèle d’une société non seulement multiculturelle mais « interculturelle », dans laquelle il n’y a plus de place pour la dialectique entre un centre unique et un ensemble de périphéries qui y tournent autour, entre un « ici » qui nous appartient et un « Ailleurs » géographique et mental à connaître, à maîtriser, à coloniser. Dans ce carrefour de langues, d’identités et d’images culturelles reflétées, réfractées et croisées, la notion d’Ailleurs perd définitivement sa connotation de frontière, de limite, d’espace séparé, mais elle s’impose en même temps comme une « voie » à parcourir ensemble de manière centrifuge et une « voix » à prononcer par le biais de mémoires, poétiques et stylistiques distinctes.

La poésie italophone de la migration : l’Ailleurs comme dispositif de traduction des mondes

5Se développant à partir de l’ultime décennie du siècle dernier, la poésie italophone, qui comprend à son intérieur la production en vers d’auteurs étrangers venant de tous les continents du monde et s’exprimant en langue italienne, contribue grandement à la réécriture non seulement de l’espace méditerranéen, mais également de la perspective « eurocentrique » et des rapports avec l’Autre et l’Ailleurs, puisque le point de vue que l’on porte sur la réalité n’appartient plus uniquement à l’Européen, mais à celui qui appartient aux cultures périphériques. Celles-ci traduisent, transforment et agissent sur la culture européenne qu’elles ont dû connaître à force ou à raison.

6L’expérience de l’errance, de l’expatriation et du multilinguisme qui concerne l’ensemble de ces auteurs ayant choisi l’italien comme langue d’élection, fait en sorte que l’Autre, l’Ailleurs, l’altérité ne soient plus conçus comme des espaces se situant à l’extérieur, en dehors et au-delà de « nous », mais au contraire comme la « forme autre et différente » de nous-mêmes, une forme capable de relayer les imaginaires au sein d’un socle commun, partagé et partageable. Daniel-Henri Pageaux, franchissant la limite entre l’auto-image et l’hétéro-image d’une culture et se focalisant sur la dialectique qui relie l’image d’une nation ou d’une culture à celle de l’Autre et de l’Ailleurs, écrit :

  • 3 Daniel-Henri Pageaux, La littérature générale et comparée, Paris, Armand Colin, 2004, p. 61.

Je regarde l’Autre et l’image de l’Autre véhicule aussi une certaine image de ce Je qui regarde, parle, écrit. Impossible d’éviter que l’image de l’Autre, à un niveau individuel (un écrivain), collectif (une société, un pays, une nation) ou semi-collectif (une famille de pensée, une opinion, une littérature) n’apparaisse pas comme la négation de l’Autre, le complément et le prolongement du Je et de son espace. […] L’image est un fait de culture et une pratique anthropologique pour exprimer à la fois l’identité et l’altérité3.

Les premiers textes d’auteurs migrants paraissent en Italie entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, quelques années plus tard par rapport à d’autres pays de l’Europe occidentale ayant connu une plus importante expérience de colonisation. On assiste, dans un premier temps, à la publication de témoignages portant sur l’expérience personnelle de la migration puis, dans un deuxième temps, la critique recense la parution de romans d’évasion, de textes de science-fiction et de récits noirs. Quant à l’écriture en vers, il faut attendre les années 2000.

  • 4 Mia Lecomte, éd., Ai confini del verso. Poesia della migrazione in italiano, Firenze, Le Lettere, 2 (...)

7La parution des premiers recueils de poésie d’auteurs migrants ainsi que la publication croissante d’études critiques consacrées à cette production littéraire ont permis de repérer quelques-unes des caractéristiques communes aux différents poètes. Mia Lecomte, auteur de la première anthologie consacrée aux poètes italophones4, soutient que cette nouvelle poétique favorise l’élaboration d’une identité multiple qui change en permanence en raison de la stratification et de la superposition des différentes histoires, voix et modalités de représentation ; elle relève par ailleurs la présence constante d’un profond sentiment de « déterritorialisation » intérieure et extérieure. Ces voix poétiques contribueraient également à la formation progressive d’une expression qui véhicule tout un ensemble de valeurs éthiques universelles à travers la coprésence, à l’intérieur d’un même texte, de la langue maternelle et de la (des) langue(s) d’élection. L’emploi de la versification libre permet, enfin, au poète de se relier plus directement au caractère oral de sa langue maternelle et de la mélanger aux rythmes et aux sonorités du langage poétique du pays d’accueil.

8Se laissant traverser par une mouvance centrifuge et se situant dans l’espace linguistique ambigu de l’« entre-deux », cette poétique (et l’acte même de l’errance qui permet d’inscrire cette expérience littéraire au sein du système plus vaste des « littératures de la diaspora ») met en place un véritable processus de dislocation culturelle capable de renouer et de séparer sans cesse les nombreuses voi(x) es de la mémoire et de l’histoire, favorisant ainsi une nouvelle circulation de formes artistiques auxquelles le poète ne craint pas de s’ouvrir et de s’exposer.

  • 5 « Cette poétique de l’interculturalité et de l’“entre-deux”, proposant une identité, une culture et (...)

9Comme un certain nombre d’écrivains et de poètes migrants l’ont expliqué – nous pouvons citer à titre d’exemple Jossif Brodski, Nadine Gordimer, Assia Djebar, Tahar Ben Jelloun ou Milan Kundera – l’auteur migrant est tout d’abord quelqu’un qui change de patrie, refusant à la fois les contraintes et les conditionnements de sa culture d’origine et l’idée même de patrie. L’errance sous-entend un parcours qui, d’une dislocation géographique et mentale, conduit progressivement vers une élaboration identitaire plurielle capable de transformer le je en un « je suis l’autre ». Il s’agit donc d’un je qui, grâce à l’expérience poétique exprimant à la fois le sentiment d’appartenance et de non-appartenance, se construit, se déconstruit, se cherche et se découvre dans un Ailleurs où toute destination et toute provenance ne font que décliner les formes possibles d’une histoire, d’une identité et d’une culture en transformation permanente et qui demandent à être partagées5.

10L’aventure à outrance de l’errance vécue par les écrivains migrants les conduit à traverser et à traduire langues et espaces jusqu’à en arriver à l’élaboration d’une identité qui ne se fonde plus sur le trinôme « identité - langue - nation », mais sur les principes centrifuges de l’expatriation, de la migration et de la permanence entre deux ou plusieurs langues. Dans ce parcours de réécriture du je, du tu et du nous, dans cette tentative de « tra-duction » permanente de l’ici et de l’Ailleurs, le dispositif poétique revêt un rôle fondamental puisque la représentation littéraire arrive à développer une réflexion profonde en matière de langue, d’identité et de culture, comme Gnisci le précise dans son étude intitulée « Traducendo il mondo » :

  • 6 Armando Gnisci, « Traducendo il mondo », dans L’educazione del te, op. cit., p. 83. [ « La littérat (...)

La letteratura lavora l’immaginario, la lingua, la mente del lettore, la storia delle culture e delle civiltà. Il lavoro letterario, l’opera, traduce il mondo presso ognuno di noi-tutti in una forma linguistica che lo riassuma in una narrazione o nell’‘altra lingua’ letteraria: entrambe le vie traduttive producono senso in più rispetto al mondo che ci appare non averne, e rispetto a tutte le altre forme sociali di comunicazione umana, eccetto le altre arti, che sono governate totalmente dal mercato dell’immaginario6.

Constructions poétiques de l’Ailleurs : le regard de l’autre

11Rapprochant la force des mots à la capacité des notes musicales de composer une gamme infinie de mélodies et de vibrations, le poète roumain Mihai Mircea Butcovan, résidant depuis des années à Sesto San Giovanni, près de Milan, traduit et transpose les différentes facettes de son univers existentiel et biographique sur le fond d’un soleil méditerranéen qu’il représente dans une immobilité apparente et sourde à tout événement, à toute mémoire, à tout devenir :

  • 7 Mihai Mircea Butcovan, « Primavera italiana », dans Mia Lecomte, Ai confini del verso, op. cit., p. (...)

Una stagione come tante altre / La stessa ma più bella / Forse perché l’ultima / Sole mediterraneo / Processi di beatificazione al traguardo / E feste nazionali / Bilancio inopportuno di / Una coscienza in manette / Un prigioniero del proprio passato / Uno schiavo ribelle, rivoluzionario / Controcorrente, negativo / Recalcitrante, comunista / Cristiano, eccetera. // Eccetera vuol dire che ho fatto di tutto / Per non essere questo o quello / E quando non facevo questo ero quello / Così la mia mente si chiede dove / È morto nessuno in me / Sono vivo ma sogno / Meglio un morto sveglio / [… ]7.

Dans l’immobilité apparente de l’espace-temps et à travers une versification dépourvue de ponctuation et d’une structure discursive rigoureuse, le poète crée une suite d’images qui expriment les étapes d’un parcours individuel très hétérogène mais qui se tient par la force de la contradiction et d’un humorisme plutôt évident. Au bout de ce parcours, il est difficile de reconstituer une identité unique, cohérente, capable de comprendre à son intérieur la mémoire du passé, la conscience du présent et les désirs du futur qui n’est pas encore écrit. Avec un humour subtil, qui tend à désorienter et à fragmenter l’existence en un certain nombre de segments juxtaposés, Butcovan essaie tout de même d’esquisser le profil d’une identité et d’une mémoire ébranlées, disloquées entre l’ici de la réalité et l’Ailleurs du rêve, entre deux temps – ceux de la mort et de la régénération – qui coexistent tissant les trames d’une nouvelle identité qui attend le prochain « passage », de manière à pouvoir s’échapper de toute tentation d’achèvement.

12Le poète iranien Nader Ghazvinizadeh propose un renversement atypique des notions de l’ici et de l’Ailleurs dans un certain nombre de ses poèmes dans lesquels l’auteur revient sur la représentation de l’Italie de la plaine du Pô et en particulier sur la région de Bologne. Arrivé en Italie avec sa famille au début des années 1980 pour un court séjour de vacances, le poète s’y installe définitivement à cause de la révolution et puis de la guerre qui bouleversent le quotidien de son pays d’origine. À travers l’écriture poétique et utilisant la langue de son pays d’élection (l’italien), Ghazvinizadeh trace un portrait précis de la province bolonaise qui nous témoigne, d’une part, du lent processus d’intégration au sein d’un contexte politique et social différent, d’autre part, d’une sorte de distanciation vis-à-vis d’un monde que le poète observe et représente par le biais d’un filtre qui lui renvoie sans cesse l’impossibilité de posséder totalement cette nouvelle terre d’accueil :

  • 8 Nader Ghazvinizadeh, ibidem, p. 83. [ « Je suis sorti avec le gosier sali par l’eau du port / j’ai (...)

Sono uscito con il gozzo sporco dell’acqua di porto / ho lasciato la città di pietra / il mare prosegue l’idea di pianura / nessuno vuol capire / lo stesso discorso che faccio mille volte sul legno / e mi cucino, mentre tutto trema / e già il silenzio mi cambia l’accento / arriverò fino dall’altra parte, nei bar di legno / a capire se fanno come da questa riva / lambendo le città battute dal vento / barcaioli, legno sulla pianura d’acqua alle otto8.

Dans ce moment de passage entre les rivages opposés de la Méditerranée, les deux paysages, l’un relié à la terre d’origine et l’autre renvoyant à la terre d’accueil, tendent à se rencontrer comme si l’un était la continuation de l’autre. La parole poétique, conçue comme la seule et véritable demeure du poète-migrant, s’impose comme le trait d’union qui recoud la fracture, dont il ne reste apparemment aucune trace. Pourtant, la plaie de la mémoire demeure ouverte : pour pouvoir dire, pour pouvoir agir poétiquement à travers la rencontre-collision d’imaginaires qui se cherchent, se fondent et se con-fondent dans les différentes traductions d’un sens traversant langues, poétiques et stylistiques lointaines. Dans ce poème, la mer qui sépare et déchire se transforme paradoxalement en une plaine qui accueille (il mare prosegue l’idea di pianura) : les deux rivages méditerranéens se retrouvent reliés par une existence, celle du poète, qui demeure toutefois divisée, scindée et exprimée par la poétique de l‘ « entre-deux » qui définit avec force l’écriture du poète migrant.

13L’Ailleurs de la plaine du Pô devient, à travers la représentation poétique de Ghazvinizadeh, un espace domestique, un lieu d’appartenance livré aux lecteurs autochtones et dans leur langue maternelle. Ce regard qui vient d’ailleurs transforme cet espace à la fois en un lieu de partage et en un lieu de passage pour le poète qui y arrive et pour l’autochtone qui y vit depuis toujours :

  • 9 Nader Ghazvinizadeh, ibidem, p. 84. [ « Comme des grillons, comme des grenouilles de rivière / nous (...)

Come grilli, come rane di fiume / saltavamo a Trebbo sul traghetto che porta a Logara / poi di corsa a Bonconvento, alla locanda / strisciavamo sotto la serranda / chiudeva la cucina / mangiavamo l’affettato misto, i cantucci col vin santo / poi in cantina, a finire il vino / a legger carte, e immaginar le vigne / scappando come lucciole, con il rosso ancora in bocca9.

Le « nous » sous-entendu de ce poème témoigne d’un acte de traduction qui est en même temps poétique, sémantique et identitaire. Agissant sur l’imaginaire individuel et collectif, et traduisant incessamment le sens de la réalité, cette écriture poétique finit par enrichir le monde d’un « sens autre » capable de transformer la notion de frontière en un acte de création et en un espace de pénétration réciproque. Ce double sentiment de dépossession et de dislocation mentale et identitaire mis en place par cette écriture poétique, induit à considérer l’Ailleurs comme un véritable miroir sur lequel les images multiples du je et de l’autre se projettent jusqu’à tracer un horizon commun et partageable.

14Le poète irakien Thea Laitef, décédé à Rome à l’âge de 41 ans, revient également sur l’idée de la distance qui unit, de la différence qui permet l’échange et surtout sur la possibilité du partage, d’habiter la frontière en la traduisant. Dans le poème « Fiori », il écrit :

  • 10 Thea Laitef, « Fiori », ibidem, p. 110. [ « Ô navires de ce matin / comme vous avez coulé cet après (...)

O navi di questa mattina / come affondaste in quel pomeriggio / nel fango dei nostri giorni, / i fiori che seguivano il giro / dell’annaffiare / improvisamente s’alzavano / tra i nostri panni / le vecchie case e l’estate / preoccupavano quel vento. / O navi di questa mattina / che hanno dato al mare / ciò che univa le due estremità10.

Le voyage et le mouvement représentent dans ce poème des métaphores exprimant la notion d’initiation : il s’agirait, plus précisément, d’un parcours nouveau qui ne conduit que rarement à une destination définitive. Le but du voyage c’est le voyage même, pendant lequel les opposés arrivent à s’entrecroiser, sans pourtant effacer ou négocier leurs différences respectives. Ainsi, le mouvement intérieur et extérieur demeure le seul dispositif qui permet de se retrouver dans un Ailleurs qui se déplace en permanence, qui se transforme en un espace commun où toute différence peut s’affirmer, se renouveler et se « traduire » dans toutes ses formes possibles. Dans ce poème, Laitef utilise métaphoriquement l’image du vent, faisant certainement référence à sa nature muable, à sa fonction de messager, à sa façon de se révéler dans la présence-absence. Le vent fait que les estremità s’entrecroisent et ne fixent leur centre provisoire qu’au sein d’une écriture qui révèle, en même temps, son style précieux et raffiné venant de la tradition lyrique orientale et celui plus desséché appartenant à une certaine tradition poétique occidentale.

15À l’intérieur de ce voyage, le sens pluriel du chant du poète semble se lever comme une sorte de prière qui est prononcée dans l’attente de la lumière, dans la fragilité d’un « discours » et d’une « parole » qui migre d’un sens à l’autre, d’une représentation à l’autre. C’est ainsi que cette production poétique italophone arrive, d’une part, à éduquer à l’interculturalité sur les plans critique et esthétique, de l’autre, à favoriser la lecture et l’interprétation, à l’intérieur d’un Ailleurs partagé, des formes possibles des mondes contemporains :

  • 11 Thea Laitef, « Passeggiata », ibidem, p. 110. [ « J’ai une prière sur la route / à parcourir / en u (...)

Ho una preghiera sulla strada / da percorrere / in una lunga serata, / la mia speranza è l’alba / dei nostri prossimi giorni. / Il mio passo è sviato dal temporale / nella sosta ho messo i finimenti ai cavalli / e d’un grido ho riempito la mia gola11.

  • 12 Pour un approfondissement ultérieur, cf. Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, Paris, (...)

Ce type de représentation en mouvement de l’Ailleurs engendre une véritable mystification des « images » que la culture eurocentrique a élaboré de manière univoque, empêchant une création et recréation réelles du soi à travers l’autre. À ce propos, Jean-Marc Moura explique l’importance de la conscience de la différence qui s’imposerait comme principe nécessaire à la définition d’une culture et d’une civilisation autres, dont l’image ne peut se construire que sur l’ensemble des relations infinies et provisoires que chacune d’entre elles est capable d’instaurer avec l’altérité12.

16Le mouvement, entendu dans son acception spatiale, mentale et existentielle, est une fois de plus évoqué par le poète italophone d’origine camerounaise Ndjock Ngana Yogo Ndjock pour exprimer son sentiment de dislocation. La condition de l’errance, qui marque le passage d’une langue à l’autre, d’une identité monoculturelle à une identité plurielle capable de se traduire et de traduire le « je » en un « nous-autre », met en place un dispositif de transformation qui ne se réalise pas sous une forme linéaire (« de / à ») mais, au contraire, dans une sorte de polarisation des opposés (« à / à », « de / de »). Le passage, quoi qu’il en soit, ne se limite pas à marquer une seule direction, mais il est en mesure, à travers le mécanisme de récupération et d’actualisation de la mémoire, de faire cohabiter les sentiments opposés au-delà d’une pure et simple synthèse définitive :

  • 13 Ndjock Ngana Yogo Ndjock, « Il fiume », dans Mia Lecomte éd., Ai confini del verso, op. cit., p. 14 (...)

Mio nonno disse: / “Nipote mio, / guarda il fiume, / sii come l’acqua: // unito e distinto, / immobile e corrente, / trasparente e coerente, / ma soprattutto tenace. / Il fiume è senza colpa”. // Mi disse: / “Non imitare il fiume / che ingoia i ruscelli / che lo fanno ingrassare! // Nipote mio: / Sii quel fiume / che fa scorrere l’acqua / nei due sensi13.”

Transformant l’Ailleurs en un espace de partage, de création et de rencontre, la poésie italophone issue de l’expérience de l’errance se propose d’accepter, mais surtout de comprendre et d’accueillir le regard que l’autre porte sur nous : cela permet à chacun d’avoir la possibilité de se voir autrement. Cette idée renversée de l’Ailleurs mise en place par Yogo Ndjock permet également à la culture italienne (et aux Italiens) de se libérer enfin de la conviction de représenter un centre autour duquel tourneraient les diverses périphéries du monde. L’image que le poète africain donne de l’Italie représente donc la possibilité de dépasser la colonisation mentale des Européens, qui a malheureusement appauvri pendant des siècles les notions de l’Ailleurs et de l’Autre, empêchant également une véritable poétique de la relation sur laquelle Glissant, entre autres, a fondé l’idée du « Tout-monde » contemporain.

  • 14 Revenant sur les notions de “barbarie” et de “civilisation”, de “culture” et d’“identité”, et prena (...)

17Dans le poème « Maghidà », Yogo Ndjock propose une autre image de l’Italie, d’où il faudrait que l’Europe commence à se repenser sans les contraintes de la honte et de la crainte du « barbare », dont Tzvetan Todorov14 nous a largement parlé :

  • 15 Ndjock Ngana Yogo Ndjock, « Maghidà », dans Mia Lecomte, éd., Ai confini del verso, op. cit., p. 14 (...)

Maghidà, / tu che viaggi tanto, / salutami l’Italia, / quando arrivi in Italia. // L’Italia, / quel paese equilibrato, / con la destra e la sinistra al potere, / con la sinistra e la destra all’opposizione. // Salutami quel paese / che vuole diventare quarta potenza del mondo, / tralasciando gli strumenti essenziali dello sviluppo: / la scuola in tutti i suoi gradi, / la sanità, sostegno reale dello sviluppo, / la giustizia giuridica e la giustizia sociale. // Non salutarmi soltanto l’Italia / degli onorevoli, dei monsignori, / dei sottosegretari, dei generali, / l’Italia dei monumenti… // Ma anche l’Italia dei barboni sotto i ponti, / delle famiglie negli alberghi, / degli anziani negli ospizi, / degli operai in cassa integrazione. // Maghidà, / […] Salutami l’Italia / dove ti daranno tutti i diritti, / negandoti quelli essenziali: / la scelta dei propri rappresentanti, / l’esercizio della libera professione. // Ti chiameranno persino “vu’ comprà”; / tu non sai nemmeno parlare la loro lingua, / più importante, più qualificante / dei nostri wolof, hausa o basaà, / dei nostri fang, swahili o lingala. / Non cercare di capirli / quando con questa mentalità, / si riterranno aversari del razzismo […]15.

L’identité plurielle exprimée par ces voix poétiques qui se lèvent de tous les continents du monde, le rapport étroit que cette langue littéraire italophone entretient avec les différentes langues maternelles des poètes migrants, la constitution permanente de relations toujours changeantes entre les Ailleurs au sein desquels s’élaborent les histoires, les poétiques et les mémoires croisées de chaque auteur, font que cette production littéraire en vers a un impact considérable sur les notions de frontière, de limite, d’élaboration identitaire, d’altérité.

  • 16 Mia Lecomte, éd., « Sempre ai confini del verso. Dispatri poetici in italiano », Prismi, hors-série (...)

18Revenant de manière centrifuge sur les idées de patrie, nation, littérature, écriture, langue et s’opposant au processus standardisant de la mondialisation en cours qui est en train d’effacer toute différence, la poésie italophone de la migration impose aujourd’hui une nouvelle poétique de la dissidence – dans son acception étymologique qui renvoie à l’impossibilité de s’asseoir nulle part – qui pousse l’individu à se sentir toujours étranger par rapport à soi et à l’autre. La force vitale de cette production poétique d’auteurs migrants – à laquelle Mia Lecomte vient de consacrer une deuxième anthologie intitulée Sempre ai confini del verso. Dispatri poetici in italiano16 – impose aujourd’hui une nouvelle réflexion critique autour de principes tels que la créolisation, le plurilinguisme, l’interculturalité, l’hybridation linguistique et l’écriture de la diaspora, dont il faudra tenir compte pour lire et comprendre différemment la complexité et la spécificité de notre “chaos-monde” contemporain.

Notes

1 Armando Gnisci, L’educazione del te, Roma, Sinnon, 2009, p. 113. [ « La pensée philosophique académique européenne, s’auto-identifiant dans sa propre continuité identitaire millénaire, représente de facto et de droit le point de vue, d’élaboration, de défense, de couverture et d’autolégitimation de la supériorité, “universelle”, de la civilisation européenne. », notre traduction].

2 Le principe de l’interculturalité se fonde sur la conviction que tout modèle identitaire ne peut constituer un terme absolu de comparaison entre cultures. Au contraire, il convient qu’il s’exprime et fonctionne comme un “lieu de transition” où l’identité des uns et des autres puisse se définir comme dans un jeu de miroirs à la fois subtil et complexe. Dans ce système, la hiérarchie des valeurs est remplacée par le parcours lent et patient de l’apprentissage, de la réception et surtout de la connaissance réciproque.

3 Daniel-Henri Pageaux, La littérature générale et comparée, Paris, Armand Colin, 2004, p. 61.

4 Mia Lecomte, éd., Ai confini del verso. Poesia della migrazione in italiano, Firenze, Le Lettere, 2006.

5 « Cette poétique de l’interculturalité et de l’“entre-deux”, proposant une identité, une culture et une langue qui changent et se métamorphosent en permanence et s’appuyant sur l’expérience de l’errance, accélère les processus de créolisation et de métissage culturel. La notion de créolisation, reposant sur l’idée d’une identité constamment in fieri et sur la rencontre entre la langue maternelle et une ou plusieurs langues d’usage, conçoit l’image d’un espace géographique et mental où la périphérie et le centre réduisent leur distance et favorise à la fois la représentation d’un temps synchronique où le passé, le présent et le futur convergent sur la notion de “frontière-charnière” qui assure la rencontre-collision et, par conséquent, le sentiment de dépossession et de dislocation. », Flaviano Pisanelli, « La frontière invisible : la poésie italienne de la migration entre diglossie et “dislocation”, identité(s) et dépossession », Italies, n° 13, Poeti d’oggi / Poètes italiens d’aujourd’hui, études réunies par Y. Gouchan, Université de Provence, 2009, p. 489-490.

6 Armando Gnisci, « Traducendo il mondo », dans L’educazione del te, op. cit., p. 83. [ « La littérature travaille l’imaginaire, la langue, l’esprit du lecteur, l’histoire des cultures et des civilisations. Le travail littéraire, l’œuvre, traduit le monde chez chacun de nous-tous en une forme linguistique capable de le résumer en une narration ou dans l’“autre langue” littéraire : les deux voies traductives produisent un surplus de sens par rapport au monde qu’il nous paraît en être privé et par rapport à toutes les autres formes sociales de communication humaine, à l’exception des autres arts qui sont entièrement gouvernés par le marché de l’imaginaire. », notre traduction].

7 Mihai Mircea Butcovan, « Primavera italiana », dans Mia Lecomte, Ai confini del verso, op. cit., p. 56. [ « Une saison comme tant d’autres / La même mais plus belle / Peut-être puisque c’est la dernière / Soleil méditerranéen / Processus de béatification à leur fin / Et fêtes nationales / Bilan inopportun de / Une conscience en menottes / Un prisonnier de son propre passé / Un esclave rebelle, révolutionnaire / Contre-courant, négatif / Récalcitrant, communiste / Chrétien, et cetera. // Et cetera veut dire que j’ai tout fait / Pour ne pas être ceci ou cela / Et quand je ne faisais pas ceci j’étais cela / Ainsi mon esprit se demande où / Donc est mort quelqu’un en moi / Je suis vivant mais je rêve / Mieux c’est un mort éveillé / […] », notre traduction].

8 Nader Ghazvinizadeh, ibidem, p. 83. [ « Je suis sorti avec le gosier sali par l’eau du port / j’ai quitté la ville en pierre / la mer poursuit l’idée de la plaine / personne ne veut comprendre / le même discours que je fais mille fois dans l’esquif / et je fais la cuisine, tandis que tout tremble autour / et le silence change déjà mon accent / j’arriverai jusqu’à l’autre côté, dans les bars en bois / pour comprendre s’ils font comme dans ce rivage / léchant les villes battues par le vent / bateliers, esquif sur la plaine d’eau à huit heures. », notre traduction].

9 Nader Ghazvinizadeh, ibidem, p. 84. [ « Comme des grillons, comme des grenouilles de rivière / nous montions à Trebbo dans le bateau qui conduit à Logara / puis en courant à Bonconvento, à l’auberge / nous glissions sous le rideau de fer / la cuisine fermait / nous mangions de la charcuterie, des biscuits secs avec du vin doux / puis dans la cave, pour finir le vin / pour lire les cartes, et imaginer les vignes / s’enfuyant comme des lucioles, le vin rouge encore en bouche », notre traduction].

10 Thea Laitef, « Fiori », ibidem, p. 110. [ « Ô navires de ce matin / comme vous avez coulé cet après-midi-là / dans la fange de nos jours, / les fleurs qui suivaient le tour / de l’arrosoir / soudainement se relevaient / parmi nos vêtements / les vieilles maisons et l’été / inquiétaient le vent. / Ô navires de ce matin / qui ont su donner à la mer / ce qui a rapproché les deux extrémités. », notre traduction].

11 Thea Laitef, « Passeggiata », ibidem, p. 110. [ « J’ai une prière sur la route / à parcourir / en une longue soirée, / mon espoir c’est l’aube / de nos jours à venir. / Mon pas est fourvoyé par l’orage / à l’arrêt j’ai harnaché mes chevaux / et d’un cri j’ai rempli ma gorge. », notre traduction].

12 Pour un approfondissement ultérieur, cf. Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, Paris, PUF, 1998.

13 Ndjock Ngana Yogo Ndjock, « Il fiume », dans Mia Lecomte éd., Ai confini del verso, op. cit., p. 142- 143. [ « Mon grand-père me dit : / “Mon petit, / regarde le fleuve, / sois comme l’eau : // uni et distinct, / immobile et mouvant, / transparent et cohérent, / mais surtout tenace. / Le fleuve est dépourvu de faute”. // Il me dit : / “N’imite pas le fleuve / qui engloutit les ruisseaux / qui le font grossir ! // Mon petit : / Sois comme ce fleuve / qui fait couler l’eau / dans les deux sens.” », notre traduction].

14 Revenant sur les notions de “barbarie” et de “civilisation”, de “culture” et d’“identité”, et prenant en compte la crainte perçue et exprimée par l’Occident lorsqu’il se trouve à se confronter avec l’autre, Todorov analyse les différentes dynamiques qui contribuent à établir les relations entre les civilisations diverses et variées de notre planète. Cf. Tzvetan Todorov, La peur des barbares. Au-delà du choc des civilisations, Paris, Éditions Robert Laffont, 2008.

15 Ndjock Ngana Yogo Ndjock, « Maghidà », dans Mia Lecomte, éd., Ai confini del verso, op. cit., p. 141-142. [ « Maghidà, / toi qui voyages tant, / salue l’Italie pour moi, / quand tu arrives en Italie. // L’Italie, / ce pays équilibré, / avec la droite et la gauche au pouvoir, / avec la gauche et la droite dans l’opposition. // Salue ce pays pour moi / qui veut devenir la quatrième puissance mondiale, / négligeant les instruments essentiels du développement : / l’école à tous ses niveaux / la santé publique, soutien réel du développement, / la justice juridique et la justice sociale. // Ne salue pas uniquement l’Italie / des députés, des monseigneurs, / des sous-secrétaires, des généraux, / l’Italie des monuments…// Mais aussi l’Italie des clochards sous les ponts, / des familles abritées dans les hôtels, / des personnes âgées dans les hospices, / des ouvriers au chômage. // Maghidà, / […] Salue l’Italie pour moi / où on te donnera tous les droits, / en te niant ceux qui sont essentiels : / le choix de ses propres représentants, / l’accès à la profession libérale. // On t’appellera même “vu’ comprà” ; / tu ne sais même pas parler leur langue, / plus importante, plus digne / que nos wolof, hausa ou basàa, / que nos fang, swahili ou lingala. / Ne cherche pas à les comprendre / lorsque avec cette mentalité, / ils se diront contre le racisme. / […] », notre traduction].

16 Mia Lecomte, éd., « Sempre ai confini del verso. Dispatri poetici in italiano », Prismi, hors-série, Paris, Éditions Chemins de tr@verse, 2011.

Auteur

Université Paul Valéry - Montpellier III
Maître de conférences en Études italiennes. Spécialiste de l’œuvre littéraire de Pier Paolo Pasolini, il consacre actuellement sa recherche à l’écriture poétique italienne contemporaine, en particulier à la poésie d’auteurs étrangers s’exprimant en langue italienne. Parmi ses publications les plus récentes : In poesis nomine. Onomastique et toponymie dans Le Occasioni d’Eugenio Montale et Trasumanar e organizzar de Pier Paolo Pasolini, Grenoble, ELLUG.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search