Version classiqueVersion mobile

Poésie de l’Ailleurs

 | 
Estrella Massip i Graupera
, 
Yannick Gouchan

Ici et au-delà

L’Ailleurs, évasion mentale ou fin en soi ?

Deux poèmes de Machiavel en prison

Magali Flesia

Résumé

Suite au retour des Médicis à Florence, Machiavel, soupçonné d’avoir participé à la conjuration fomentée par Pier Paolo Boscoli en 1513, est torturé puis emprisonné. Il écrit alors deux poèmes qu’il adresse à Giuliano di Lorenzo de Médicis afin d’obtenir sa libération, y décrivant sa souffrance et les conditions de son emprisonnement. Il s’agit d’étudier les effets de la réclusion en tant que libération d’un pouvoir créatif proche de la folie, ainsi que le lien étroit entre l’ici carcéral et un Ailleurs aussi bien physique que spirituel recherché par Machiavel.

Texte intégral

  • 1 Machiavel, Œuvres, édition établie par Christian Bec, Paris, Bordas, 1987, p. CIV.

1En 1512, les Médicis reviennent au pouvoir à Florence. Au mois de février de l’année suivante, Machiavel, soupçonné d’avoir participé à la conjuration fomentée par Pier Paolo Boscoli et Agostino Capponi à l’encontre des Médicis, est emprisonné au Bargello et torturé, puis condamné à l’exil. Suite à l’élection du nouveau pape Léon X, il sera libéré le 13 mars, puis blanchi et se retirera dans sa propriété de Sant’Andrea in Percussina1.

  • 2 Ibidem, p. 1097-1098.

2Dans les deux sonnets autobiographiques composés pendant son incarcération2, Machiavel décrit l’environnement hostile à l’intérieur duquel il se trouve, exprimant sa souffrance physique et morale. Il relate sa rencontre avec une Muse qui, au lieu de soulager sa douleur, crée en lui la confusion et le condamne au silence. Enfin, il implore le pardon de Julien de Médicis, destinataire des poèmes, et revendique son innocence.

3Après un rappel du contexte historique, nous verrons comment l’Ailleurs, en tant qu’évasion mentale et tentative de fuite d’un présent insurmontable, typique de l’écriture carcérale, parvient à emporter le poète à la limite de l’au-delà et de la folie. Mais nous montrerons également comment cet Ailleurs, qui semble naître de la souffrance de l’ici, est en fait le fruit d’une utilisation réfléchie et maîtrisée des codes poétiques et rhétoriques que le poète manie sans jamais perdre de vue son principal objectif, à savoir sa libération.

  • 3 Ugo Dotti, La révolution Machiavel, Grenoble, Millon, 2006, p. 311-312.

4 Après le retour des Médicis, le 16 septembre 1512, Machiavel est soupçonné d’avoir pris part à une conjuration républicaine fomentée contre Julien par Pier Paolo Boscoli et Agostino Capponi. En effet, comme l’explique Ugo Dotti, ces derniers voulaient assassiner le nouveau seigneur de Florence mais furent arrêtés à temps « parce qu’ils avaient consigné par écrit les noms des personnes, qui, selon eux, les soutiendraient après cet assassinat, même si celles-ci ne leur avaient pas accordé leur confiance auparavant. [I]ls firent si peu attention à cette liste, qu’ils l’égarèrent par inadvertance : elle fut trouvée et apportée au Cardinal [Jean de Médicis]. » Ils furent donc arrêtés, de même que tous ceux qui figuraient sur cette liste, car ils étaient considérés comme complices. Ils furent tous emprisonnés, et « soumis à la question », mais seuls Capponi et Boscoli furent reconnus coupables et condamnés à mort3.

  • 4 Ibidem, p. 313.
  • 5 Ibidem.

5Sur la liste dressée par les conspirateurs, le nom de Machiavel figurait à la septième place. Il fut arrêté le 12 février 1513 et soumis trois fois à l’estrapade, une torture qui consistait à attacher les bras de la victime à des cordes, à la hisser en haut d’un poteau avec une poulie, parfois avec des poids suspendus à ses pieds, et à la relâcher brutalement. « Outre le fait qu’il n’était certainement pas coupable, les confessions des autres accusés l’innocentèrent, mais cela ne l’empêcha pas de passer des moments forts pénibles4 ». En effet, il écrivit quelques mois plus tard « qu’on ne l’avait pas seulement dépossédé de sa charge, mais qu’on avait été bien près de lui ôter la vie ». Venant d’un homme comme Machiavel, toujours très mesuré, et n’ayant pas coutume d’exagérer ses mésaventures, […] cet aveu nous révèle à quel point cette vingtaine de jours passés en prison entre la fin du mois de février et le début du mois de mars durent être difficiles5 ».

  • 6 Il s’agit de Jean de Médicis (1475-1521), second fils de Laurent de Magnifique et de Clarisse Orsin (...)
  • 7 Pierre Vettori (1499-1585) est un philologue, un humaniste italien, éditeur des auteurs antiques.
  • 8 Julien de Médicis (1478-1516) est l’un des trois fils Laurent la Magnifique, avec Jean et Pierre II (...)

6Grâce à l’amnistie qui suivit immédiatement l’élection du nouveau pape, Léon X6, il fut libéré et échappa même au bannissement, comme le témoignent les lettres qu’il envoya de Florence à Piero Vettori7. À partir de là, il essaya par tous les moyens de retrouver une place auprès de Julien de Médicis8. C’est dans ce contexte qu’il rédigea, entre l’automne 1513 et avril 1514, le célèbre De Principatibus, qui sera intitulé Le Prince au moment de son édition en 1532.

  • 9 Sonnet I, v. 4 : « poiché così si trattano e’ poeti ! ». Les deux sonnets caudati sont reproduits à (...)
  • 10 Sonnet II, v. 1-4 : « pregando le Muse, / che con con lor dolce cetra e dolci carmi / dovesser visi (...)

7Machiavel maîtrise parfaitement la prose. Pourtant, lors de son incarcération, il choisit de composer deux poèmes car il est conscient qu’il s’agit d’un exercice recherché qui honorera son destinataire. De plus, l’écriture poétique permet de mieux exprimer les émotions, et par conséquent de mettre en valeur le message qu’elle transmet. En maniant la poésie, il souhaite apparaître aux yeux de Julien davantage comme un poète que comme un homme politique. Il revendique le statut de poète9 à travers la représentation classique de la Muse qui apporte l’inspiration et le réconfort à celui qui l’invoque10. Mais il détourne habilement cette fonction première de la poésie dans le but de démontrer son innocence. Il utilise pour cela différents procédés rhétoriques qui, entremêlés au discours poétique, révèlent qu’il cherche avant tout à séduire pour convaincre. C’est après son emprisonnement que verra le jour le Prince, traité politique dans lequel Machiavel théorise ce qu’il semble avoir déjà commencé à mettre en pratique dans ces deux poèmes, à savoir la manipulation comme moyen de parvenir à ses fins. Il apparaît donc ici comme un fin stratège qui instrumentalise l’Ailleurs pour mettre en scène sa souffrance et parvenir ainsi à atteindre un Ailleurs bien réel que représente le monde extérieur à sa prison.

  • 11 I, v. 5, « ce douillet hôtel ».
  • 12 I, v. 5-6 : « Ces murailles portent des poux, / si gras et si dodus qu’on dirait des papillons. ».
  • 13 I. v. 12-14, « On enchaîne l’un, à l’autre on enlève ses fers / en cognant les clefs et les serrure (...)
  • 14 I, v. 1-2, « Io ho […] in gamba un paio di geti / con sei tratti di fune in su le spalle » : Je por (...)
  • 15 « né fu mai tanto puzzo […] / in Sardigna fra quegli alboreti » : Jamais il n’y eut autant de puant (...)
  • 16 I, v. 10-11, « un romor, che proprio par che ’n terra / fùlgori Giove e tutto Mongibello » : un vac (...)
  • 17 I, v. 17 « Per voi s’òra » : « On prie pour vous ».

8Dans l’écriture carcérale, l’Ailleurs existe en tant qu’évasion, en tant que fuite d’une situation insupportable. L’ici, qui n’est que souffrance, est représenté dans le premier poème à travers la description des conditions physiques du prisonnier et de la cellule dans laquelle il est enfermé. Machiavel nous donne à voir un lieu sale qu’il appelle avec ironie « [il] mio delicato ostello11 », où des insectes répugnants tapissent les murs : « Menon pidocchi queste parieti / bolsi spaccati, che paion farfalle12 ». La puanteur qui y règne est repoussante, et à cela viennent s’ajouter toutes sortes de bruits effrayants causés par les chaînes avec lesquelles sont attachés les détenus, les clés qui tournent dans les serrures, ou encore les cris de douleur des autres prisonniers torturés : « L’un si incatena e l’altro si disferra / con batter toppe, chiavi e chiavistelli : / un altro grida è troppo alto da terra13! ». Le temps employé est celui du présent de l’indicatif. C’est le temps du réel, qui sert à décrire le lieu et l’instant présent que le poète cherche à fuir pour atteindre un Ailleurs moins douloureux. Car Machiavel souffre de ses conditions de réclusion et des mauvais traitements qu’il subit14. Il fait appel au réel pour exprimer l’horreur de la situation, comme lorsqu’il compare les poux qu’il observe avec des papillons, pour que son destinataire puisse en imaginer la taille, ou encore la puanteur de sa cellule avec celle de la Sardigna15, nom d’une partie de la rive de l’Arno où l’on déposait et laissait pourrir des charognes. De la même manière, il utilise une référence historique pour décrire cette odeur nauséabonde, quand il mentionne les champs de bataille en Espagne, à Roncevaux. Enfin, le bruit dont il est question dans le premier tercet du premier poème est dit semblable à celui causé par la foudre de Jupiter qui s’abattrait sur l’Etna16. Machiavel fait donc référence à un réel connu de tous, à travers le Mongibel, mais aussi à la mythologie. Ces comparaisons ont pour but de susciter l’horreur chez le destinataire de ces poèmes, Julien de Médicis, et par la même occasion de la compassion. Mis à part les hurlements des autres prisonniers, la seule présence qui semble habiter la prison est une voix dont on n’a aucune indication. Tout ce que l’on sait d’elle, c’est qu’elle prie pour le poète, comme si ce dernier était déjà condamné à mort17. Le temps utilisé est celui du passé. C’est le même temps qui lui sert à décrire sa rencontre avec la Muse dans le poème suivant. Dans les deux cas, le passé permet de raconter l’Ailleurs mental du poète, qu’il s’agisse d’un souvenir présenté comme réel ou fantasmé, dont les deux seules issues possibles semblent être la démence ou la mort.

  • 18 II, v. 1-3, « In questa notte, pregando le Muse, / che con lor dolce cetra e dolci carmi / dovesser (...)
  • 19 II, v. 6, « Chi se’ tu ch’osi chiamarmi ? » : « Comment oses-tu m’appeler ? ».
  • 20 II, v. 8, « Niccolò non se’ ma il Dazzo… » : « Tu n’es pas Nicolas, mais Dazzo… ».
  • 21 II, v. 6, « osi chiamarmi » : « oses-tu m’appeller » ; v. 8, « la bocca mi chiuse » : « me cloua la (...)
  • 22 II, v. 11, « comme un fou ».

9Le premier poème permet à Machiavel de décrire son emprisonnement. Dans l’écriture carcérale, c’est justement l’horreur de la réclusion qui libère la créativité de l’auteur et l’aide à s’évader par l’esprit vers un Ailleurs moins douloureux. C’est en ce sens que le second poème apparaît comme la continuité du premier. Il est le fruit de l’imagination du poète qui se retrouve transporté dans un Ailleurs mental, imaginaire, proche de l’hallucination, voire même de la folie. La fonction libératrice et consolatrice de la poésie est annoncée dans le premier quatrain du second poème18, mais la vision qui s’offre au poète n’a rien de merveilleux ni de rassurant, bien au contraire. Il fait nuit, et au moment où Machiavel invoque ses Muses dont il espère recevoir un peu de réconfort, a lieu une apparition terrifiante. La Muse qui vient jusqu’à lui ne fait qu’apporter le trouble à travers les reproches qu’elle formule à son encontre19. On est alors loin du soulagement tant attendu quelques vers auparavant. Dans cet au-delà, le prisonnier est dépossédé de son identité20 ainsi que de son droit à la parole21. Il n’est plus maître de lui-même et se retrouve malmené par sa Muse qui l’accuse de démence. Le seul mot qu’il parvient à prononcer pendant cette rencontre est son nom. Ensuite, la Muse le gifle et le fait taire, l’empêchant définitivement de s’exprimer. Elle l’a effectivement pris pour Andrea Dazzi, un mauvais poète, et l’accuse de jouer la comédie, de vouloir se faire passer pour un autre. À travers la comparaison « come un pazzo22 », il insiste sur le fait qu’il semble avoir perdu l’esprit et se retrouve transporté dans un Ailleurs frôlant l’au-delà, au sens de confusion et de folie. L’Ailleurs apparaît donc comme le fruit de la pensée créatrice et de l’imagination du poète, alimentée par la douleur et la souffrance de l’ici. Mais il est également possible de considérer cette apparition de la Muse comme une mise en scène permettant à Machiavel de démontrer son innocence. L’Ailleurs décrit par le poète apparaît alors moins comme le résultat de son inspiration que comme un exercice de style volontaire et maîtrisé.

  • 23 Christian Bec affirme : « Artisan plus qu’artiste, employant le tercet et refusant donc le huitain (...)
  • 24 DCD – DFF – FGG pour le premier, et DED – DEE pour le second.
  • 25 I, v. 5-7.
  • 26 I, v. 10-11.
  • 27 I, v. 12-14.
  • 28 I, v. 16-17.
  • 29 II, v. 1-4.
  • 30 II, v. 5-14.
  • 31 II, v. 9-11 ; II, v. 13-14.

10Par ailleurs, même si « Machiavel n’est pas un grand poète23 », il respecte l’emploi traditionnel des rimes du sonnet selon le schéma ABBA – ABBA – CDC – DCD pour le premier, et ABBA – ABBA – CDC – DED pour le second. Il y ajoute un certain nombre de tercets, comme il est d’usage de le faire pour les sonnets dits caudati, respectant la règle selon laquelle le premier vers de chaque tercet supplémentaire doit rimer avec le dernier vers du tercet précédent24. Il utilise aussi différentes figures de style, comme les allitérations et les assonances. Dans le premier sonnet, la répétition de la consonne /p/ insiste sur l’impression de dégoût du poète face à son environnement25. Celle du /r/, ainsi que l’assonance de la voyelle /o/, rappellent le grondement du tonnerre qui précède la foudre26. De la même manière, l’enchevêtrement des allitérations des consonnes /c/ et /t/ dans le second tercet insiste sur le bruit des chaînes et des clés qu’il décrit, tandis que le son /r/ sert à exprimer les cris des autres prisonniers27. Enfin, l’utilisation répétée de la voyelle /a/ dans le troisième tercet permet d’illustrer le chant entendu par le poète28. Dans le premier quatrain du second poème, la répétition des sons /d/, /r/ et /dz/29 crée un contraste avec les sons durs /k/ et /ts/ des vers suivants30, insistant ainsi sur la violence de la Muse envers le poète, tandis que l’assonance des voyelles /a/ et /o/ permet d’exprimer le ton de reproche employé par cette dernière31. Notons également l’alternance de rythmes binaires et ternaires lorsque le poète insiste sur le bruit régnant à l’intérieur de la prison, ainsi que de nombreux enjambements qui permettent une accélération du rythme et renforcent la tension dramatique.

  • 32 I, v. 3-4, « l’altre miserie mie non vo’ contalle » : « Je ne saurais conter mes autres misères ».

11Les Muses qu’invoque Machiavel dans sa cellule sont représentées, selon la tradition, avec leur lyre, destinée à accompagner leurs doux chants. Le poète adopte ainsi le topos de la personnification de la poésie, la seule consolation possible. L’apparition de la Muse est donc mise en scène dans un but plus rhétorique que poétique, et que Machiavel annonce clairement lorsqu’il lui demande de transmettre ses excuses à son seigneur. Cette allégorie n’est pas la seule figure rhétorique traditionnelle utilisée. Les exclamations, les recours à Dieu ainsi que les comparaisons expriment les émotions du poète et touchent son destinataire. Les apostrophes à travers lesquelles il s’adresse à ce dernier captent son attention et l’impliquent alors directement. Machiavel utilise également l’hyperbole, de même que la prétérition. En effet, il annonce dès le premier quatrain de son premier poème qu’il ne parlera pas de toutes ses souffrances32, mais procède à leur description dans les vers suivants.

  • 33 II, v. 9, « Niccolò non se’, ma il Dazzo » : « Tu n’es pas Nicolas, mais Dazzo ».

12C’est parce qu’il est enchaîné dans sa cellule et apparaît en piteux état que sa Muse le prend pour Andrea Dazzi33. Cette confusion permet à Machiavel d’affirmer que les apparences peuvent être trompeuses. En effet, Andrea Dazzi était un modeste lettré, tandis que Machiavel maîtrise les procédés stylistiques poétiques et rhétoriques. Il invite son destinataire à ne pas juger selon les apparences mais à considérer les qualités dont il fait preuve. Le fait d’être emprisonné et enchaîné ne suffit donc pas à faire de lui un traître, un assassin ou un fou. L’Ailleurs est donc mis en scène par Machiavel pour lui permettre de fuir l’ici douloureux de la prison, au sens réel et physique du terme, à travers sa libération.

En conclusion, même si l’Ailleurs permet au poète de s’évader par la pensée et l’imaginaire jusqu’à côtoyer les frontières d’un au-delà proche de la confusion et de la folie, à aucun moment Machiavel ne perd de vue son principal objectif, recouvrer la liberté. Cette mise en scène d’un Ailleurs mental est donc moins le résultat d’un élan créateur dû à son incarcération qu’un exercice de style contrôlé et bien maîtrisé. Nous pouvons donc parler de machiavélisme, au sens de stratégie mise en œuvre pour obtenir quelque chose. En effet, l’Ailleurs est instrumentalisé ici et fait partie d’un plan dont le but est de convaincre le destinataire de son innocence. Il est utilisé comme outil mais est aussi une fin en soi, représenté par le monde extérieur et synonyme de liberté.

  • 34 Ugo Dotti, op. cit., p. 335-336.
  • 35 Ibidem, p. 336.
  • 36 Ibidem, p. 335-337.
  • 37 Ibidem, p. 98.

13Dans sa lettre du 10 décembre 1513 à Pierre Vettori, Machiavel annonce sa volonté de dédier son Prince à « la Magnificence » de Julien de Médicis34. Il explique à son destinataire : « C’est la nécessité qui me pousse à le lui donner, parce que je m’use, et je ne peux rester longtemps ainsi sans que la pauvreté ne me rende méprisable, ensuite c’est parce que je désirerais que les Médicis commencent à m’employer, dussent-ils commencer par me faire rouler une pierre35 ». Mais c’est à Laurent II, fils de Pierre II de Médicis et futur duc d’Urbin, qui dirigeait Florence depuis l’été 151336, qu’il dédicacera son œuvre. En effet, son objectif étant de retrouver une fonction dans la vie politique, il est conscient de l’intérêt de s’adresser au nouveau seigneur de Florence. Il rappelle d’ailleurs dans sa préface l’importance de savoir s’attirer les bonnes grâces de son prince en lui adressant des présents qui le satisferont, tout comme il rédigeait ses sonnets dans le but de séduire Julien. Il désigne la connaissance qu’il a du monde comme sa plus grande richesse et comme le cadeau le plus précieux qu’il puisse faire à travers son livre, de la même manière qu’il mettait en avant ses qualités poétiques et rhétoriques depuis sa cellule. En revanche, dans le Prince, il insiste sur le fait qu’il n’a utilisé aucun ornement, car seul le contenu de son discours importe. Il désire avant tout montrer ses qualités de stratège plus qu’il ne cherche à démontrer son utilité auprès du gouvernement, même si, au final, l’un se révèle être au service de l’autre. Enfin, il attire l’attention de Laurent sur l’injustice dont il est victime depuis plusieurs années37, rappelant la description qu’il faisait de ses terribles conditions de vie au moment de son incarcération.

14Machiavel sait donc à qui il doit s’adresser pour parvenir à ses fins et de quelle manière il doit le faire. Le choix de la prose ou de la poésie ne se fait jamais au hasard mais fait partie de sa stratégie.

Annexe :

15A Giuliano di Lorenzo de’ Medici

I

Io ho‚ Giuliano‚ in gamba un paio di geti
con sei tratti di fune in su le spalle:
l’altre miserie mie non vo’ contalle‚
poiché così si trattano e’ poeti!

Menon pidocchi queste parieti
bolsi spaccati‚ che paion farfalle;
né fu mai tanto puzzo in Roncisvalle‚
o in Sardigna fra quegli alboreti‚

quanto nel mio sì delicato ostello;
con un romor‚ che proprio par che ’n terra
fùlgori Giove e tutto Mongibello.

L’un si incatena e l’altro si disferra
con batter toppe, chiavi e chiavistelli:
un altro grida è troppo alto da terra!

Quel che mi fe’ più guerra,
fu che‚ dormendo presso a la aurora‚
cantando sentii dire: – Per voi s’òra. –

Or vadin in buona ora;
purché vostra pietà ver me si voglia‚
buon padre‚ e questi rei lacciuol ne scioglia.

Je porte, Julien, à la jambe une paire de liens
et j’ai aux épaules six traits d’estrapade.
Je ne saurai conter mes autres misères,
car c’est ainsi qu’on traite les poètes.

Ces murailles portent des poux,
si gras et si dodus qu’on dirait des papillons.
Jamais il n’y eut autant de puanteur à Roncevaux
et dans les dépotoirs de la Sardigna

qu’en ce douillet hôtel.
Avec un vacarme tel qu’on croirait que sur terre
Jupiter de sa foudre ébranle Mongibello.

On enchaîne l’un, à l’autre on enlève ses fers
en cognant les clefs et les serrures ;
quelqu’un hurle : « Pas si haut, plus près de terre ! »

Ce qui m’a fait le plus de peine,
c’est que, dormant vers l’aurore,
j’entendu chanter : « On prie pour vous. »

Bah ! qu’ils aillent à la grâce de Dieu,
pourvu que votre clémence vers moi tourne ses yeux,
mon père, et détache ces chaînes.

II

In questa notte, pregando le Muse,
che con lor dolce cetra e dolci carmi
dovesser visitar‚ per consolarmi‚
Vostra Magnificenzia e far mie scuse,

una comparse a me‚ che mi confuse‚
dicendo: — Chi se’ tu, ch’osi chiamarmi? —
Dissigli il nome; e lei‚ per straziarmi‚
mi batté al volto e la bocca mi chiuse,

dicendo: — Niccolò non se’, ma il Dazzo,
poiché ha’ legato le gambe e i talloni‚
e sta’ ci incatenato come un pazzo. —

Io gli volevo dir le mie ragioni;
lei mi rispose, e disse: — Va al barlazzo,
con quella tua commedia in guazzeroni. —

Dàtegli testimoni‚
Magnifico Giulian, per l’alto Iddio,
come io non sono il Dazzo‚ ma sono io.

Cette nuit, priant les Muses
qu’avec leur douce lyre et leurs doux chants
elles aillent visiter, pour me consoler,
Votre Magnificence et lui faire mes excuses,

l’une d’elles m’apparut, qui me confondit
en me disant : « Comment oses-tu m’appeler ? »
Je lui dis mon nom, mais elle, pour m’affliger,
me frappa au visage et me cloua la bouche,
me disant : « Tu n’es pas Nicolas, mais Dazzo,
pour avoir jambes et chevilles liées
et être enchaîné comme un fou. »

Je voulus lui dire mes raisons,
Mais elle répliqua : « Va au diable
jouer ta comédie en oripeaux. »

  • 38 Traduction par Christian Bec dans Machiavel, Œuvres, op. cit.

Donnez-lui témoignage,
Magnifique Julien, au nom de Dieu tout-puissant,
que je ne suis pas Dazzo, mais bien moi-même38.

Notes

1 Machiavel, Œuvres, édition établie par Christian Bec, Paris, Bordas, 1987, p. CIV.

2 Ibidem, p. 1097-1098.

3 Ugo Dotti, La révolution Machiavel, Grenoble, Millon, 2006, p. 311-312.

4 Ibidem, p. 313.

5 Ibidem.

6 Il s’agit de Jean de Médicis (1475-1521), second fils de Laurent de Magnifique et de Clarisse Orsini. Il fut pape de 1513 à 1521.

7 Pierre Vettori (1499-1585) est un philologue, un humaniste italien, éditeur des auteurs antiques.

8 Julien de Médicis (1478-1516) est l’un des trois fils Laurent la Magnifique, avec Jean et Pierre II. Il devint duc de Nemours en 1515.

9 Sonnet I, v. 4 : « poiché così si trattano e’ poeti ! ». Les deux sonnets caudati sont reproduits à la fin de cette étude.

10 Sonnet II, v. 1-4 : « pregando le Muse, / che con con lor dolce cetra e dolci carmi / dovesser visitar, per consolarmi, / Vostra Magnificenzia e far le mie scuse… ».

11 I, v. 5, « ce douillet hôtel ».

12 I, v. 5-6 : « Ces murailles portent des poux, / si gras et si dodus qu’on dirait des papillons. ».

13 I. v. 12-14, « On enchaîne l’un, à l’autre on enlève ses fers / en cognant les clefs et les serrures : quelqu’un hurle : “Pas si haut, plus près de terre !” ».

14 I, v. 1-2, « Io ho […] in gamba un paio di geti / con sei tratti di fune in su le spalle » : Je porte […] à la jambe une paire de liens / et j’ai aux épaules six traits d’estrapade ; II, v. 10-11, « [ho] legato le gambe e i talloni, / e [sto] incatenato come un pazzo » : [j’ai les] jambes et les chevilles liées / et [je suis] enchaîné comme un fou.

15 « né fu mai tanto puzzo […] / in Sardigna fra quegli alboreti » : Jamais il n’y eut autant de puanteur […] / dans les dépotoirs de la Sardigna.

16 I, v. 10-11, « un romor, che proprio par che ’n terra / fùlgori Giove e tutto Mongibello » : un vacarme tel qu’on croirait que sur terre / Jupiter de sa foudre ébranle Mongibello.

17 I, v. 17 « Per voi s’òra » : « On prie pour vous ».

18 II, v. 1-3, « In questa notte, pregando le Muse, / che con lor dolce cetra e dolci carmi / dovesser visitar, per consolarmi… » : « Cette nuit, priant les Muses / qu’avec leur douce lyre et leurs doux chants / elles aillent visiter, pour me consoler… ».

19 II, v. 6, « Chi se’ tu ch’osi chiamarmi ? » : « Comment oses-tu m’appeler ? ».

20 II, v. 8, « Niccolò non se’ ma il Dazzo… » : « Tu n’es pas Nicolas, mais Dazzo… ».

21 II, v. 6, « osi chiamarmi » : « oses-tu m’appeller » ; v. 8, « la bocca mi chiuse » : « me cloua la bouche » ; v. 12, « Io gli volevo dir le mie ragioni… » : « Je voulus lui dire mes raisons… ».

22 II, v. 11, « comme un fou ».

23 Christian Bec affirme : « Artisan plus qu’artiste, employant le tercet et refusant donc le huitain de la poésie chevaleresque et courtisane, il démontre son attachement à la tradition municipale antépétrarquienne. », dans Machiavel, Œuvres, op. cit., p. 1005-1006.

24 DCD – DFF – FGG pour le premier, et DED – DEE pour le second.

25 I, v. 5-7.

26 I, v. 10-11.

27 I, v. 12-14.

28 I, v. 16-17.

29 II, v. 1-4.

30 II, v. 5-14.

31 II, v. 9-11 ; II, v. 13-14.

32 I, v. 3-4, « l’altre miserie mie non vo’ contalle » : « Je ne saurais conter mes autres misères ».

33 II, v. 9, « Niccolò non se’, ma il Dazzo » : « Tu n’es pas Nicolas, mais Dazzo ».

34 Ugo Dotti, op. cit., p. 335-336.

35 Ibidem, p. 336.

36 Ibidem, p. 335-337.

37 Ibidem, p. 98.

38 Traduction par Christian Bec dans Machiavel, Œuvres, op. cit.

Auteur

Aix-Marseille Université
Certifiée d’italien dans le secondaire, chargée de cours à Aix-Marseille Université, au département d’Études italiennes, elle prépare au sein du CAER (Centre aixois d’Études romanes) un doctorat sur l’édition critique de lettres d’ambassadeurs florentins en France en 1498 et 1499.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search