Version classiqueVersion mobile

Poésie de l’Ailleurs

 | 
Estrella Massip i Graupera
, 
Yannick Gouchan

La séparation, l’absence, le lointain

Exil de la voix poétique et figures de l’Ailleurs

Dans la poésie lyrique espagnole du xvie siècle (Garcilaso, Cetina, De la Torre)

Christine Orobitg

Résumé

Dans la poésie lyrique espagnole du xvie siècle, plus précisément dans la poésie amoureuse, l’Ailleurs constitue quasiment un lieu commun, et dans tous les cas, un code hérité de la tradition pétrarquiste. La voix poétique s’inscrit fondamentalement dans un Ailleurs, un exil loin de la dame aimée. L’étude analysera comment trois poètes (Garcilaso de la Vega 1503-1536 ; Gutierre de Cetina 1520-1557 et Francisco de la Torre ¿1534 - 1594?) s’approprient la thématique de l’Ailleurs, en complexifiant la notion d’exil – lequel n’est plus seulement amoureux –, en développant une opposition des espaces et des personnes verbales. Cette appropriation des codes et de la poétique de l’Ailleurs débouche enfin, chez Francisco de la Torre sur la création d’un univers et d’une écriture singuliers, marqués par la « nocturnité » et la féminité (bien qu’assumés par une voix poétique masculine). Dans la poésie de Francisco de la Torre, la nuit, le paysage hivernal et lunaire, l’éloignement de la dame solaire ne sont plus seulement subis et déplorés mais aussi revendiqués, et l’opposition des espaces et des attributs masculin/féminin s’inverse pour donner naissance à un univers poétique véritablement inédit.

Texte intégral

1La poésie lyrique espagnole du xvie siècle inscrit avec une grande constance la voix poétique dans un espace décentré par rapport à des repères divers, un Ailleurs radical autant que polysémique. Au sein de cette poésie, le moi se dit perpétuellement exilé, éloigné de la dame, de la patrie, des amis, loin d’un espace regretté ou désiré. L’écriture poétique apparaît animée d’une persistante tension vers un Ailleurs dont la présente étude se propose d’analyser les modalités, l’écriture, les possibles voies d’originalité.

2L’étude de ces langages de l’Ailleurs portera sur un corpus de trois auteurs qui se succèdent dans le temps : Garcilaso de la Vega (1503-1536), Gutierre de Cetina (1520-1557) et Francisco de la Torre (¿1534 -1594 ?), ce qui permettra de mettre en évidence au fil de l’analyse une certaine évolution intergénérationnelle ainsi qu’un infléchissement vers des interprétations plus personnelles de l’Ailleurs, dans la poésie de Francisco de la Torre.

Les codes de départ

3Le point de départ de ces écritures de l’ailleurs est, bien sûr, la tradition pétrarquiste et au-delà, la poésie des troubadours, la fin’amors et les codes de l’amour courtois. La poésie de Pétrarque et de ses épigones, qui constitue, pour les poètes espagnols du xvie siècle, un véritable modèle d’écriture (au point que certaines poésies, chez Cetina ou De la Torre, notamment, sont des traductions ou des adaptations de textes italiens) est parsemée de références à l’absence, à l’exil, et habitée d’une tension permanente vers un espace autre que celui qu’occupe la voix poétique.

4Dans le code pétrarquiste, la dame, objet de désir, est toujours située dans un Ailleurs, parce qu’elle est absente, parce qu’elle est cruelle et qu’elle rejette le sujet poétique, parce qu’elle est mariée à un autre ou bien encore, comme cela se produit dans la dernière partie des poèmes de Pétrarque, parce qu’elle est morte.

5La référence constante à un Ailleurs qui habite toutes ces écritures est, surtout et avant tout, un code poétique, un langage, un système de signes dont les poètes du xvie siècle espagnol héritent et qu’ils utilisent avec des degrés variables d’originalité.

Le lexique de l’Ailleurs

  • 1 Gutierre de Cetina, Canción I, dans Obras, éd. de Joaquín Hazañas y la Rúa, Sevilla, Francisco de P (...)
  • 2 Gutierre de Cetina, Canción IV, dans Obras, éd. Hazañas, I, p. 226.
  • 3 Garcilaso de la Vega, Egloga II, v. 487, dans Poesía castellana completa, éd. de Consuelo Burell, M (...)

6Dans le corpus poétique énoncé, le lexique apparaît véritablement saturé de références au manque, à l’exil et à la perte. Nous ne proposerons pas ici un relevé exhaustif et fastidieux, mais quelques citations révélatrices. La Canción I de Cetina affirme par exemple : « Envuelto en el pesar leo la historia / del perdido placer, porque se acuerde / más veces de su mal quien su bien pierde1 ». Dans la Canción IV, le sujet poétique évoque « le triste souvenir de mon bonheur perdu » (« De mi perdido bien tristes memorias2 »). Dans la Seconde Églogue de Garcilaso, Albanio pleure « la perte du bonheur » (« la pérdida del bien3 »).

  • 4 Garcilaso de la Vega, Egloga I, v. 186-188, dans Poesía castellana completa, éd. Burell, p. 41 : «  (...)
  • 5 Gutierre de Cetina, Epístola V, dans Obras, éd. Hazañas, II, p. 49.
  • 6 Gutierre de Cetina, sonnet 36, Sonetos y madrigales completos, éd. de Begoña López Bueno, Madrid, C (...)
  • 7 Guillermo Serés, La transformación de los amantes. Imágenes del amor de la Antigüedad al Siglo de O (...)
  • 8 Cetina Estancias III, dans Obras, éd. Hazañas, I, p. 278 : « Nous laissons derrière nous, en quitta (...)

7Chez les trois poètes cités, l’écriture poétique déploie un abondant lexique de l’exil. Des termes comme comme destierro‚ apartamiento‚ desterrado‚ apartado sont particulièrement récurrents. Dans la Première Églogue de Garcilaso, le sujet poétique déplore le cruel apartamiento (l’exil, le bannissement) qui le sépare de la dame : « Si no tuvieras condición terrible, / siempre fuera tenido de ti en precio, / y no viera de ti este apartamiento4. » Dans la Cinquième Épître de Cetina, le sujet déplore « un si long exil » (« tan largo destierro »), un manque si douloureux (« una ausencia tan penosa ») : « ¿Qué diré, Iberio, en un tan largo / destierro, en una ausencia tan penosa, / que al triste padecer no quede en cargo5? Le sujet se décrit « de placer apartado y de las gentes » (« écarté / banni du plaisir et des gens »)6, et les Stances de Cetina donnent la parole à des pèlerins qui, symboliquement, s’exilent loin de la patrie, loin de la dame et loin d’eux-mêmes puisqu’en partant (on retrouve là un topos longuement étudié par Guillermo Serés7) leur cœur reste auprès de la personne aimée : « Dejamos, al dejar la patria nuestra / En ajeno poder los corazones8 ». On le voit à travers ces quelques exemples – auxquels on pourrait en ajouter bien d’autres –, le sujet poétique formule son écriture et sa plainte en termes d’expatriation : l’écriture poétique décrit un exil perpétuel, un bannissement loin d’un Ailleurs dont les visages sont multiples.

L’exil loin de la dame : une poésie de l’absence

  • 9 Chez Garcilaso, la dame est « ausente » (Egloga I, v. 53, Poesía castellana completa, éd. Burell, p (...)

8L’exil que déplore le sujet poétique est, en premier lieu et de manière tout à fait topique, un exil loin de la dame, objet de son amour, qui se traduit par un abondant – voire surabondant – lexique de l’absence. Le substantif ausencia ou l’adjectif ausente (qui a un double sens au xvie siècle : « qui est absent » ou « qui déplore une absence ») apparaissent dans d’innombrables poèmes9.

9Dans la Première Églogue de Garcilaso, le sujet poétique évoque la perte de l’aimée qui a été « enajenada de mí » (« arrachée à moi ») :

  • 10 Garcilaso, Egloga I, v. 147-152, Poesías castellanas completas, éd. Burell, p. 40 : « quand tu as é (...)

cuando tú enajenada
de mi cuidado fuiste,
notable causa diste
y un ejemplo a todos cuanto cubre el cielo
que el más seguro tema con recelo
perder lo que estuviera poseyendo10.

  • 11 Garcilaso, Ibidem, p. 44 et p. 195.

L’absence de la dame apparaît véritablement comme le principe, le postulat fondamental de cette poésie. Sans absence de la dame, sans tension vers un Ailleurs désiré ou regretté, point de parole poétique. Les causes de cet exil loin de la dame sont diverses : la dame peut être indifférente ou cruelle, absente, morte ou encore appartenir à un autre – comme le suggèrent les nombreux poèmes sur la jalousie. De nombreux poèmes de Garcilaso évoquent la perte de l’aimée, fauchée par la mort. La Première Églogue (v. 267-281) met en parallèle la perte d’Élise avec la mort d’Eurydice et la mort d’Adonis. Évoqué également dans le sonnet XXV, le décès de l’aimée est également incarné poétiquement par des images récurrentes, comme la fleur fanée et l’arbre abattu11. Le thème de la dame perdue s’explique, chez Garcilaso, par un référent biographique bien connu : Isabel Freyre, d’abord mariée à un autre, puis morte en couches. Mais le même thème apparaît chez d’autres poètes, ce qui montre bien qu’il s’agit avant tout d’un code. Peu importent finalement les raisons – biographiques ou autres – de cette absence omniprésente, ce qui importe, c’est que la parole poétique ne peut s’écrire que dans l’absence, la distance, l’exil.

L’opposition de deux espaces

10Ce qui est remarquable, c’est que le thème de l’exil au loin de la dame se traduit poétiquement par un traitement particulier de l’espace. La perte et l’éloignement de la dame débouchent sur une opposition spatiale sans cesse réaffirmée, qui fait l’objet de multiples variations.

L’exil loin du locus amoenus

L’exil loin de la dame est aussi, et d’abord, exil loin du locus amoenus. L’absence de l’aimée engendre un paysage corrompu, dégradé, caractérisé par le manque et la stérilité. Le locus amoenus se mue en locus horridus. Dans la Première Églogue de Garcilaso, la disparition de la dame, dispensatrice de fécondité et d’harmonie, apparaît comme la cause explicite de la transformation du lieu amène en lieu hostile :

  • 12 Garcilaso, Première Églogue, v. 296-306, ibidem, p. 45 : « Depuis que tu nous as quittés / le bétai (...)

Después que nos dejaste
nunca pace en hartura el ganado ya, ni acude
al campo el labrador con mano llena.
No hay bien que en mal no se convierta y mude:
la mala hierba al trigo ahoga, y nace
en lugar suyo la infelice avena
la tierra, que de buena
gana nos producía
flores con que solía
quitar en sólo vellas mil enojos,
produce agora, en cambio, estos abrojos,
ya de rigor de espinas intratable12.

Dans le sonnet 83 de Cetina, l’absence de la dame détermine un espace funeste, caractérisé par les ténèbres, la nuit, le soleil noir (« obscuro sol »), la présence de l’« horrible et monstrueuse lune » (« monstruosa luna horrenda »), de fauves menaçants, d’épines et de « poison mortel » :

  • 13 Cetina, sonnet 83, Sonetos y madrigales completos, éd. B. López Bueno, p. 160 : « ô mes yeux, qui s (...)

Siendo de vuestro bien, ojos ausentes,
qué véréis donde vais que no os ofenda,
obscuro sol, monstruosa luna horrenda
tigres, osos, leones y serpientes.
Oídos, ¿qué oiréis entre las gentes?
Llanto, sospiros, lágrimas, contienda.
¿Por cuál camino iréis o por cuál senda
que espinas no piséis, pies diligentes?
Boca, ¿qué gustarás? Mortal veneno13.

La Troisième Églogue de Garcilaso décrit un paysage « accablé par la stérilité » où « la malice de l’air corrompu fait mourir l’herbe », où les arbres, dépouillés de leurs feuilles, ne peuvent plus protéger le nid des oiseaux :

  • 14 Garcilaso, Troisième Églogue, v. 345-350, Poesía castellana completa, éd. Burell, p. 133 : « La mon (...)

De la esterilidad es oprimido
el monte, el campo, el soto y el ganado;
la malicia del aire corrompido
hace morir la hierba mal su grado;
las aves ven su descubierto nido,
que ya de verde hojas fue cercado14.

  • 15 Garcilaso, Troisième Églogue, v. 351-352, ibidem, p. 133.

De manière significative, les vers suivants affirment que « si Phyllis revient ici, elle fera reverdir / tout ce sur quoi elle posera son regard » (« pero si Filis por aquí tornare, / hará reverdecer cuanto mirare15 »). L’aimée est, par sa présence, la garante de l’harmonie et de la fécondité du locus amoenus, et corrélativement, son absence ou son éloignement provoquent une dégradation du paysage, qui se transforme en locus horridus.

L’exil loin de l’espace solaire

  • 16 Cetina, Canción I, dans Obras, éd. Hazañas, II, p. 215.
  • 17 Garcilaso, sonnet XVIII, Poesía castellana, éd. Burell, p. 190 : « y por sol tengo sólo vuestra vis (...)
  • 18 F. de la Torre, Poesía completa, éd. de María Luisa Cerrón Puga, Madrid, Cátedra, 1984, p. 75.
  • 19 La bucólica del Tajo, Egloga VIII, ibidem, p. 283 (« Ma chère Lícida, plus belle que le Soleil ») e (...)

11Suivant une logique opposant ténèbres et lumières – que l’on a déjà pu voir à l’œuvre chez Cetina, lequel déplorait le « soleil noir », la nuit et « l’horrible lune » –, l’exil loin de la dame est aussi exil loin d’un espace solaire. Dans la Première Chanson de Cetina, l’absence de la dame s’exprime de manière récurrente à travers l’image de la nuit, du soleil caché ou du ciel peuplé de nuages (« nublado »). Le ciel de cette poésie est un ciel dont l’astre-roi est absent : « el ausencia turbó [el cielo] con mil nublados » (« L’absence a peuplé mon ciel de mille nuages16 »). La dame elle-même est un soleil. De très nombreux poèmes glosent ce topos. Le sonnet XVIII de Garcilaso affirme : « vous voir est mon seul soleil17 ». Le sonnet II du livre I de F. de la Torre compare l’apparition de la dame à un lever de soleil18. Suivant la même perspective, Lícida et Fílida sont, dans La bucólica del Tajo, assimilées au soleil et leur arrivée est comparée à une aurore : « Lícida mía, más que el Sol hermosa // Fílida mía, más resplandeciente / que al salir del Oriente la mañana19. »

  • 20 Cetina, Obras, éd. Hazañas, I, p. 241 et Sonetos y madrigales completos, éd. B. López Bueno, p. 116
  • 21 Giambattista Della Porta, La magie naturelle ou les secrets et miracles de la nature, éd. conforme (...)

12Mais c’est sans doute Gutierre de Cetina qui cultive avec le plus de constance et d’intensité l’image de la dame-soleil. Dans la Canción VI, les cheveux de Dórida sont « plus resplendissants que le soleil à midi » (« más claros que el sol de mediodía ») et le sonnet 39 fait de la dame un « nouveau soleil » : « Un nuevo sol vi yo en humano gesto » (« j’ai vu en vous un nouveau soleil, à visage humain20 »). Autour de la dame se tisse un espace chaud, lumineux et harmonieux. Il convient de se pencher sur la riche symbolique rattachée au soleil dans le système de représentation du xvie siècle pour comprendre toute la portée de ces images. La Magie naturelle de Giambattista Della Porta associe le soleil à la vie, à la puissance, à l’activité, au cœur et à l’imagerie du centre21. Être loin du soleil, c’est être décentré, c’est être loin du cœur, loin de la chaleur, loin de la vie, de l’activité, de la fécondité. C’est être dans un espace périphérique, un espace d’exclusion, caractérisé par le froid, les ténèbres, l’immobilité, la stérilité et la mort.

  • 22 Garcilaso, Poesía castellana completa, éd. Burell, p. 45-46.

13De très nombreux textes permettent d’illustrer ce propos. La Première Églogue de Garcilaso (v. 296-323) oppose l’espace solaire créé autour de la dame – lieu de lumière, de fécondité, peuplé de fleurs et caractérisé par un éternel printemps – à l’espace du moi, caractérisé par l’absence de la dame-soleil, la carence, la peur, la stérilité, l’hiver et par « la noire obscurité qui recouvre le monde, / d’où vient la frayeur qui nous glace » (« la negra escuridad que el mundo cubre / de do viene el temor que nos espanta22 »).

  • 23 Cetina, Sonetos y madrigales, éd. B. López Bueno, p. 319 : « le manque de chaleur fait que le serpe (...)

14Dans une perspective similaire, le sonnet 236 de Cetina compare le sujet poétique à un serpent dont la vie et l’activité dépendent de la présence de la dame-soleil. L’absence de l’aimée, source de chaleur et de lumière, de gloire, de force et d’inspiration, est assimilée à un hiver où le poète demeure inactif, paralysé, stérile tel le serpent engourdi par le froid : « la falta del calor hace que viva / tímida, solitaria, obscura, esquiva, / do ni lo puede ver ni vea la gente23 ».

  • 24 Voir par exemple : Endecha VIII du livre III, Poesía, éd. M. L. Cerrón Puga, p. 208-209.

15Mais c’est sans doute chez F. de la Torre que le réseau d’oppositions entre l’espace solaire et l’espace nocturne, hivernal et lunaire, entre la chaleur et le froid, entre la fécondité et la stérilité, entre la vie et la mort s’exprime avec le plus de force et de cohérence. Loin de la dame solaire, le sujet poétique vit dans un hiver permanent ou une nuit perpétuelle, et de nombreux poèmes mettent en scène une cosmogonie originale, faite d’espaces glacés, de fleurs flétries par le froid, de paysages figés par le gel24.

16L’écriture cultive à l’envi ce système d’oppositions entre l’espace de la dame et l’espace hostile – placé sous le signe de la stérilité, des ténèbres et du manque – où séjourne le sujet poétique. Au locus amoenus harmonieux et fécond tissé autour de la dame s’oppose l’espace du moi, ouvert à toutes les agressions – du froid, du temps – et à toutes les carences. À un lieu édénique, d’abondance, de perfection et d’harmonie, s’oppose un espace stérile et inhospitalier, caractérisé par la carence et le manque. Au lieu de l’amour s’oppose le lieu du désamour. Au soleil et à la chaleur s’opposent l’obscurité et le froid, à la plénitude, la carence ; au printemps éternel suscité par la présence de la dame, l’hiver glacé. Mais l’exil loin de la dame n’est pas le seul exil, et l’écriture poétique de nos auteurs évoque et explore d’autres pertes.

L’exil loin de la patrie

  • 25 Garcilaso, Poesía castellana completa, éd. Burell, p. 147-154 et p. 157.

17La tension vers un ailleurs, l’inadéquation entre le moi et l’espace qu’il occupe s’expriment et s’incarnent aussi à travers le thème de l’exil loin de la patrie, particulièrement présent chez Garcilaso et Cetina. Chez Garcilaso le thème de l’exil loin de la patrie apparaît abondamment dans la Première Élégie et dans l’Épître25. La Troisième Églogue et la Troisième chanson déplorent également le bannissement loin de la terre natale, et cultivent un lexique clairement rapporté à ces thématiques, avec des mots comme apartar (« bannir, exiler, éloigner »), tierra ajena (« terre étrangère »), desterrado (« exilé, banni ») :

  • 26 Garcilaso, Egloga III, v. 18-20, ibidem, p. 121 : « mais la Fortune, inassouvie par mon malheur / m (...)
  • 27 Garcilaso, Canción III, dans ibidem, p. 165 : « C’est ici que j’ai vécu, ou plutôt que j’ai été/ pr (...)

Mas la fortuna, de mi mal no harta,
[…] ya de la patria, ya del bien me aparta26.
Aquí estuve yo puesto,
o por mejor decillo,
preso y forzado y solo en tierra ajena; […].
Tengo sólo una pena,
si muero desterrado
y en tanta desventura,
que piensen por ventura
que juntos tantos males me han llevado27.

Les sonnets 24, 25, 26, 27, 28 de Gutierre de Cetina, écrits pour la plupart durant la campagne militaire de 1543, constituent un ensemble homogène, évoquant un double exil, loin de la patrie et de la dame. Aussi bien chez Garcilaso que chez Cetina – tous deux poètes-soldats amenés au cours de leur vie à séjourner hors d’Espagne dans le cadre de missions ou de campagnes militaires – l’exil peut et doit être relié à un référent biographique qui détermine (sans l’expliquer complètement non plus) l’écriture.

18Comme dans l’évocation de la dame absente, le thème de l’exil débouche sur une opposition d’espaces qui structure de manière fondamentale l’imaginaire poétique. Chez Garcilaso, la Seconde Élégie, écrite depuis la Sicile, oppose constamment, à travers le jeu des déictiques, un aquí, espace d’exil occupé par le moi, à un allí, la patrie regrettée.

19Chez Cetina, originaire d’Andalousie, l’opposition d’espaces devient opposition de paysages, de saisons et de fleuves, et cette vision contrastée cristallise le regret. La Onzième Chanson s’ouvre sur un espace d’exil, hostile et hivernal, et sur une description du Rhin, fleuve terrible, furieux et glacé :

  • 28 Cetina, Canción XI, dans Obras, éd. Hazañas, I, p. 262 : « Sur les ondes du Rhin furieux / couvert (...)

Sobre las ondas del furioso Reno,
lleno de nieves, turbio, helado y frío
[…] mientras Marte al furor daba un desvío
vi desmayado ya, de males lleno,
a Vandalio quejar su pena fiera28.

  • 29 Cetina, Sonetos y madrigales, éd. B. López Bueno, p. 101-102.

De manière similaire, les sonnets 24 et 25 évoquent les rives de fleuves étrangers (le Pô et le Ticin), auprès desquels le sujet poétique regrette les rives amènes de son Pisuerga natal29. Le sonnet 26 oppose deux fleuves, le Rhin – noir, trouble, violent – au Pisuerga, aimable et regretté :

  • 30 Cetina, Sonetos y madrigales completos, ibidem, p. 103 : « Contemplant comment le Rhin / orgueilleu (...)

Mirando cómo va soberbio, airado,
a pagar su tributo al mar el Reno,
de su propia alma y de su bien ajeno,
Vandalio está cuidoso, […].
Viendo partir de sí el pastor Tirreno,
dijo con un suspiro apasionado:
¡Dichoso tú, tú sólo eres dichoso,
que vuelves do verás tan presto el Tago
y el bien que te hace ir tan presuroso!
Yo, mísero, llorando me deshago
de sólo ver Pisuerga deseoso30.

Le sonnet 28 oppose un espace d’exil – les paysages hivernaux de l’Europe du Nord – à l’Espagne regrettée, associée au printemps et à la présence de la dame-soleil. La « helada nieve » (la neige glacée) s’oppose à la chaleur et à la lumière généreusement dispensées par Phébus, et le jeu des déictiques (acá / allá) cristallise cette nostalgie d’un ailleurs et d’un autrefois, chauds et ensoleillés, regrettés depuis un hic et nunc glacé et hostile :

  • 31 Cetina, Sonetos y madrigales, ibidem, p. 105 : « Je me trouve sous un climat / et dans une terre ét (...)

me hallo en otro clima, en otra tierra
de la mi cara patria diferente.
Allá Febo no tiene hora reparo;
acá muestra mudar el orden del cielo,
y con helada nieve nos castiga31.

Variations sur l’opposition je/tu : opposition de personnes et opposition d’espaces

  • 32 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966, p. 232.

20L’exil, la tension vers un Ailleurs et l’opposition spatiale qui en résulte se traduisent aussi par une opposition de personnes, dans laquelle je s’oppose à tu, particulièrement visible dans les poèmes adressés aux amis. Selon Benveniste le tu se définit face au je comme un non-je32. Suivant cette perspective, l’écriture poétique construit le destinataire – le tu – comme le contraire du je : face à un tu caractérisé par le bonheur et la prospérité, situé dans un espace de fécondité et d’abondance, le je apparaît toujours marqué par le manque, le malheur, la douleur, et l’obscurité. L’examen de quelques poèmes significatifs permet d’illustrer ces affirmations.

La Seconde Élégie et l’Épître de Garcilaso

La Seconde Élégie de Garcilaso oppose le yo, situé dans un ici (aquí) caractérisé par le malheur et la perte, à un (en l’occurrence, Juan Boscán, ami et destinataire de l’élégie), situé dans un là-bas (allí), paisible et envié. Au je secoué par la tempête marine – image topique des changements de la Fortune – s’oppose le tu situé sur une plage abritée. La quiétude et la possession dont jouit le tu (« entre quien bien te quiere ») s’oppose à l’errance du je et à son exil loin de la dame. Enfin, la position des deux pronoms sujets et yo – en tête de vers, suivis d’une forte pause – les oppose véritablement, terme à terme :

  • 33 Garcilaso, Seconde Élégie, v. 145-159, dans Poesía castellana completa éd. Burell, p. 153 : « Toi q (...)

Tú, que en la patria entre quien bien te quiere
la deleitosa playa estás mirando,
y oyendo el son del mar que en ella hiere,
y sin impedimento contemplando
la misma a quien tú vas eterna fama
en tus vivos escritos procurando;
alégrate, […].
No tienes que temer el movimiento
de la fortuna con soplar contrario,
que el puro resplandor serena el viento.
Yo, como conducido mercenario
voy do fortuna a mi pesar me envía,
si no a morir, que aquesto es voluntario33.

  • 34 Garcilaso‚ ibidem, p. 157.

L’Épître de Garcilaso développe une antithèse similaire, opposant le je poétique, exilé dans un pays hostile, au tu destinataire, Boscán, qui vit heureux en Espagne34.

Les Épîtres V et XIV de Cetina

21Adressée à Jerónimo de Urrea (baptisé poétiquement Iberio), l’Épître V de Cetina, oppose un je humble et malchanceux à un tu heureux et prospère, qui connaît le succès en amour comme en poésie :

  • 35 Cetina, Epístola V, dans Obras, éd. Hazañas, II, p. 37-38 : « Tu as placé tous tes espoirs en un li (...)

Pusiste el pensamiento y acertaste,
en muy alto lugar, pero tan alto
tomaste el vuelo al fin, que lo alcanzaste.
Mísero yo, que de ventura falto,
el triste dessear en lugar queda
do será, a bien mirar, mortal el salto.
Propicia se mostró Fortuna y leda
en tus amores, y háte, al fin, dejado
seguro en lo más alto de su rueda.
¡Mísero yo que estoy desconfiado,
no sólo de gozar, mas aun diría
que lo estoy de agradarle mi cuidado35!

  • 36 Cetina, Epístola XIV, dans Obras, éd. Hazañas, II, p. 106 et suiv.

De même, l’Épître XIV de Cetina oppose le sujet poétique à Diego Hurtado de Mendoza, destinataire du poème, que le texte fait apparaître comme un poète meilleur, plus heureux et plus prospère, favorisé par la renommée et la Fortune36.

Le sonnet I, livre 1 de F. de la Torre

22Enfin, le sonnet qui ouvre le livre I du recueil poétique de F. de la Torre oppose un tu bienheureux, inspiré et glorieux (associé à la lyre, instrument noble, ainsi qu’à une « gloriosa llama », qui illustre, une fois de plus, le thème du feu et de la chaleur solaire) à un je chétif et infortuné, qui accroche sa flûte (instrument modeste et bucolique) à un arbre, geste symbolique de la stérilité poétique, du manque d’inspiration :

  • 37 F. de la Torre, Poesía completa, éd. M. L. Cerrón Puga, p. 73 : « Toi, mon cher Títiro / à qui la F (...)

Vos, a quien la fortuna dulce espira
Títiro mío, la gloriosa llama
cantando, vuestro Tajo y mi Jarama,
paráis al son de vuestra hermosa lira.
Yo aquí, donde conmigo vivo en ira,
absente de la nieve que me inflama,
cuelgo mi caramillo de una rama
de salce y lloro; lloro, y él suspira.
¡Cuánto es mejor que el mío el vuestro estado,
pues que gozáis presente del sentido,
que robó por los ojos la alma firme!
Yo, para lamentar y arder nacido,
la vida esquivo y aborrezco el hado37.

On le voit, dans ces textes, le sujet poétique se décrit toujours en contraste avec les autres, s’opposant sans cesse au tu, destinataire du poème, toujours plus glorieux et plus heureux. Et dans tous ces poèmes, l’opposition entre je et tu se ramifie en un abondant réseau d’antithèses opposant l’élévation et la bassesse, la lumière et l’obscurité, le bonheur et le malheur, l’inspiration à la stérilité, la gloire et l’oubli.

L’originalité de l’univers poétique de F. de la Torre

23Après ce parcours quelque peu rapide des figures de l’Ailleurs dans l’écriture de trois poètes de la tradition pétrarquiste espagnole, la dernière partie de cette étude s’attachera à montrer la profonde originalité de la poésie de F. de la Torre. En effet, chez De la Torre, tous les éléments – l’hiver, le froid, l’obscurité, le paysage lunaire – qui dénotent le manque, la perte, la stérilité, tous ces éléments qui disent la nostalgie d’un ailleurs meilleur, fécond et solaire, sont finalement assumés, revendiqués et adoptés par la voix poétique qui en vient à créer un univers poétique singulier, totalement opposé au locus amoenus traditionnel.

L’hiver complice

24En effet, chez F. de la Torre, l’hiver n’est pas seulement déploré, mais aussi invoqué par le sujet poétique, comme dans l’Endecha III :

  • 38 F. de la Torre, ibidem, p. 197 : « Hiver rigoureux, / je me tourne vers toi, en pleurs, / et si tu (...)

Riguroso invierno,
[…] A ti sólo agora
me vuelvo llorando,
que si te hallo blando
todo se mejora38.

L’hiver devient le lieu et l’univers du moi. Il n’est plus hostile, mais complice, protecteur et confident.

La recherche de l’obscurité et la poétique de la nuit

25Parallèlement, l’espace nocturne induit par l’absence de la dame-soleil devient lui aussi accueillant et complice du sujet poétique. L’obscurité et la nuit ne sont plus seulement déplorées en tant que symboles de l’absence ou de l’éloignement de la dame solaire, mais aussi célébrées et recherchées.

  • 39 F. de la Torre, ibidem, p. 212.

26Dans l’Endecha IX du livre III, le sujet poétique écrit « Huyo del sol » (« Je fuis le soleil39 »). Cette affirmation est fondamentale pour comprendre l’originalité de la cosmogonie de F. de la Torre. Inversant les représentations traditionnelles de l’espace dans la poésie de la Renaissance, le sujet poétique rejette la lumière, le locus amoenus et son éternel printemps, pour affirmer sa préférence pour la nuit.

  • 40 F. de la Torre, ibidem, p. 81, 95, 102, 158 et 211.

27L’écriture de F. de la Torre révèle une véritable fascination pour le thème nocturne, chanté et exalté dans les sonnets VII, XVI, XX du Livre I, dans le sonnet XV du Livre II et dans l’Endecha IX du Livre III40. Chez F. de la Torre, le poème s’écrit et s’énonce essentiellement de nuit. La nuit est complice du poète, elle est synonyme de protection et de repos comme dans l’Endecha IX :

  • 41 F. de la Torre, ibidem‚ p. 211 : « Ombre de la terre, / nuit ténébreuse, / espace du repos, / et fi (...)

Sombra de la tierra,
noche tenebrosa,
cuyo fin reposa
mi afanada guerra41.

La nuit peut être une nuit peuplée de cauchemars, d’oiseaux nocturnes effrayants, un espace inquiétant où l’on se perd :

  • 42 F. de la Torre, Livre I, sonnet XVI, ibidem, p. 95 : « Nuit trouble et obscure, qui dissimules / le (...)

Turbia y escura Noche, que el sereno
cerco del cielo tienes escondido,
el mar revuelto, el suelo entristecido,
y el aire de noturnos monstruos lleno42.

  • 43 F. de la Torre, I, sonnet XX, ibidem, p. 102 : « Que de fois, [Ô Nuit], / tu as troublé, la peuplan (...)

[…] ¡Cuántas llena
de escuridad y espanto la serena
mansedumbre del cielo me has turbado43!

La nuit peut être une nuit obscure et froide, c’est souvent une nuit hivernale qui flétrit les fleurs :

  • 44 F. de la Torre, Livre I, Ode I, ibidem, p. 83 : « Bientôt viendra l’effroyable nuit, / pleine de br (...)

Vendrá la temerosa
noche de nieblas, y de vientos llena;
marchitará la rosa
purpúrea, y la azucena
nevada mustia tornará de amena44.

  • 45 F. de la Torre, III, Endecha IX, ibidem, p. 211 : « ô Nuit, tu révèles la beauté / de tes troubles (...)
  • 46 F. de la Torre, Livre I, sonnet VII, ibidem, p. 81 : « Allume les célestes lampes, / nuit amie, tan (...)
  • 47 F. de la Torre, I, XX, ibidem, p. 102 : « Que de fois tu m’as comblé, / ô nuit claire et amie ».

À l’opposé du locus amoenus printanier et diurne, la nuit est le moment de la carence, du deuil, de la perte, de la mort. Mais la nuit, chez Francisco de laTorre est aussi une nuit amène, une nuit célébrée, dont le texte chante l’étrange beauté : « muestras la hermosura / de tus turbias tinieblas45 ». À l’opposé du « jour ennemi » (« el enemigo día »), la nuit est accueillante, protectrice et aimante. Elle devient la « nuit amie » (« la noche amiga »), complice du moi et destinataire privilégiée du discours poétique : « Enciende ya las lámparas del cielo, / amiga y esperada Noche46 ». Le sonnet XX du livre I de F. de la Torre s’ouvre sur une invocation à la nuit amie et amène : « ¡Cuántas veces me has engalanado, / clara y amiga Noche!47 ». L’aménité de la nuit est exprimée à travers une image aussi récurrente que remarquable, celle du manteau protecteur :

  • 48 F. de la Torre, La Bucólica del Tajo, Egloga VII, ibidem, p. 275 : « La nuit amie / qui déploie le (...)

La noche amiga que el silencio eterno,
con los dobleces de su manto tiende
en los ya graves ojos de la tierra,
las luminarias del Olimpo enciende48.

  • 49 F. de la Torre, I, sonnet XX, ibidem, p. 102 : « J’ai chanté mon malheur et le sien / enveloppé dan (...)

he contado su mal llorando el mío
envuelto en los dobleces de tu manto;
tú, con mil ojos, Noche, mis querellas
oye y esconde49.

  • 50 F. de la Torre, II, sonnet XV, ibidem, p. 158 : « ô Nuit, qui dans ton tendre et doux oubli, / diss (...)

L’écriture devient hymne à la nuit. La nuit n’est plus un simple motif, mais un univers. La nuit devient amène, protectrice, elle est refuge, giron accueillant dans lequel le sujet poétique oublie les soucis du jour : « Noche, que en tu amoroso y dulce olvido / escondes y entretienes los cuidados / del enemigo día […] »50.

  • 51 F. de la Torre, I, sonnets IV, V, VI, XX, XXXII, ibidem, p. 77, 78, 79, 102, 129.

28La nuit amène est aussi, chez F. de la Torre, une nuit lumineuse et étoilée, une nuit de sérénité et de clarté. Les étoiles et la Lune – auxquelles F. de la Torre adresse maints poèmes51 – expriment l’illumination au milieu de la nuit :

  • 52 F. de la Torre, I, sonnet IV, ibidem, p. 77 : « Claires et transparentes lampes / du ciel, compagne (...)

Claras y transparentes luminarias
del cielo, y de la noche compañeras52.

  • 53 F. de la Torre, livre II, Ode V, ibidem, p. 171 : « Claires lueurs du ciel, yeux clairs / de l’effr (...)

Claras lumbres del cielo, y ojos claros
del espantoso rostro de la Noche;
corona clara, y clara Casiopea,
Andrómeda y Perseo:
[…] escuchad vos mis quejas53.

  • 54 San Juan de la Cruz, Poesías, éd. de Domingo Ynduráin, Madrid, Cátedra, 1989, p. 206.

La nuit claire est le moment de la révélation. Comme le signale avec justesse Domingo Ynduráin, le thème de la nuit claire est un topos de la poésie mystique54, bien perceptible chez Saint Jean de la Croix, où la nuit est un moment d’illumination. Pendant le jour, on voit avec des yeux de chair, pendant la nuit on voit avec les yeux de l’esprit. Le jour est le moment de la vie active et des vaines apparences. La nuit, celui de la vie contemplative et de l’accès à l’essence. Opposée aux vaines activités et apparences diurnes, la nuit lumineuse est le moment de la révélation et de l’inspiration.

Conclusion

29Le point final de cette étude nous conduit à souligner l’originalité de la poésie de F. de la Torre. Elle s’articule en deux points.

Vers une inversion des pôles axiologiques

30L’écriture de F. de la Torre revoit et inverse les codes et les modèles traditionnels qui ordonnent la représentation du monde dans l’univers poétique. Les pôles nuit / jour sont inversés : le jour est aveuglement, nuit de l’esprit soumis aux apparences ; la nuit, moment de l’illumination, devient le vrai jour. Délaissant les valeurs solaires au profit de la nuit et des ténèbres, l’écriture poétique opère un véritable renversement des valeurs. Renonçant au locus amoenus, univers de lumière, d’abondance et d’éternel printemps, la poésie de F. de la Torre choisit, imagine et cultive un autre espace, différent, plus dépouillé. Son écriture chante au contraire la nuit, le désert, les ténèbres, l’hiver, et, finalement, renonce à cette perpétuelle tension vers un ailleurs (un ailleurs meilleur, où le sujet poétique serait plus fécond, plus heureux), pour habiter (ou inventer) un espace à son image.

La création d’un univers lyrique

  • 55 Francisca Aramburu, El héroe y el cosmos, Murcie, Université de Murcie, 1989.

31En opérant ces choix esthétiques, F. de la Torre crée un univers personnel, véritablement lyrique, qui tranche avec les codes de l’univers épique, traditionnellement considéré comme le genre majeur. Comme l’a bien montré l’étude de Francisca Aramburu, l’univers épique des chansons de geste se caractérise par une omniprésence de la lumière. Duels et batailles à la lumière aveuglante de midi, reflet des armes, éclat des armures : l’univers épique est un univers diurne et solaire55. L’écriture de F. de la Torre inverse les valeurs qui vertèbrent l’univers épique : la nuit, le froid, l’obscurité sont exaltés et deviennent accueillants tandis que la lumière est rejetée ou fuie. Le sujet poétique ne se reconnaît pas dans le cosmos héroïque, malgré son éclat, sa force, ou précisément à cause d’eux. Il crée donc un univers à sa mesure. L’un des vers les plus significatifs de cette poésie est d’ailleurs celui précédemment cité : « huyo del sol ». Par opposition à la configuration traditionnelle de l’univers épique, la poésie de F. de la Torre fait naître un héroïsme et un sublime différent de celui de l’épopée – un héroïsme et un sublime de l’obscur, de l’intime – et apparaît en quête d’une dignité et d’une consécration différentes : celles que lui prêtera le lyrisme.

Notes

1 Gutierre de Cetina, Canción I, dans Obras, éd. de Joaquín Hazañas y la Rúa, Sevilla, Francisco de P. Díaz, 1895, I, p. 216 : « enveloppé dans le chagrin, je lis / l’histoire du plaisir perdu, afin que celui qui a perdu / son bonheur se rappelle encore mieux sa douleur ». Toutes les traductions sont de nous.

2 Gutierre de Cetina, Canción IV, dans Obras, éd. Hazañas, I, p. 226.

3 Garcilaso de la Vega, Egloga II, v. 487, dans Poesía castellana completa, éd. de Consuelo Burell, Madrid, Cátedra, 1988, p. 68.

4 Garcilaso de la Vega, Egloga I, v. 186-188, dans Poesía castellana completa, éd. Burell, p. 41 : « Si tu n’avais pas un caractère si rigoureux / tu m’apprécierais toujours / et je ne souffrirais pas cet exil loin de toi ».

5 Gutierre de Cetina, Epístola V, dans Obras, éd. Hazañas, II, p. 49.

6 Gutierre de Cetina, sonnet 36, Sonetos y madrigales completos, éd. de Begoña López Bueno, Madrid, Cátedra, 1990, p. 113.

7 Guillermo Serés, La transformación de los amantes. Imágenes del amor de la Antigüedad al Siglo de Oro, Barcelona, Crítica, 1996.

8 Cetina Estancias III, dans Obras, éd. Hazañas, I, p. 278 : « Nous laissons derrière nous, en quittant la patrie / nos cœurs en possession d’autrui ».

9 Chez Garcilaso, la dame est « ausente » (Egloga I, v. 53, Poesía castellana completa, éd. Burell, p. 37) et la Seconde Élégie déplore une « ausencia larga » (Poesía, éd. Burell, p. 149). De même, chez Cetina et De la Torre, l’écriture emploie à plusieurs reprises l’adjectif « ausente » : « Verásme de pesar desesperando, / […] después que aquellos ojos son ausentes » (« Depuis que ces yeux sont loin de moi / tu me verras accablé de chagrin », Cetina, sonnet 36, Sonetos y madrigales completos, éd. B. López Bueno, p. 113). « […] mientras me quejo, ausente » (« tandis que je me lamente, accablé par le regret », Francisco de la Torre, II, sonnet XV, dans Poesía completa, éd. de María Luisa Cerrón Puga, Madrid, Cátedra, 1984, p. 158).

10 Garcilaso, Egloga I, v. 147-152, Poesías castellanas completas, éd. Burell, p. 40 : « quand tu as été arrachée à mon amour / tu as montré à tous ceux qui habitent sous les cieux / que même celui qui est le plus confiant / doit craindre de perdre ce qu’il possède ».

11 Garcilaso, Ibidem, p. 44 et p. 195.

12 Garcilaso, Première Églogue, v. 296-306, ibidem, p. 45 : « Depuis que tu nous as quittés / le bétail n’a plus assez de pâture, / le champ se montre avare envers le laboureur, / tout bien se transforme en mal, / la mauvaise herbe recouvre et étouffe le blé, / et à sa place pousse la funeste avoine ; / la terre qui auparavant / engendrait généreusement / des fleurs dont le spectacle/ suffisait à faire oublier mille soucis / ne produit plus maintenant que ces arbustes / aux épines cruelles ».

13 Cetina, sonnet 83, Sonetos y madrigales completos, éd. B. López Bueno, p. 160 : « ô mes yeux, qui souffrez de l’absence de l’être aimé, / que verrez-vous qui ne vous chagrine pas : / soleil noir, horrible et monstrueuse lune, / tigres, ours, lions et serpents. / ô mes oreilles, qu’entendrez-vous parmi les gens ? / Pleurs, soupirs, larmes, conflits. / ô pas diligents, quel chemin emprunterez-vous / qui ne soit pas peuplé d’épines ? / ô bouche, ¿que goûteras-tu ? Poison mortel ».

14 Garcilaso, Troisième Églogue, v. 345-350, Poesía castellana completa, éd. Burell, p. 133 : « La montagne, la campagne, les bois et le bétail / sont accablés par la stérilité, / la malice de l’air corrompu / fait mourir l’herbe contre son gré, / les oiseaux voient leur nid découvert / alors qu’il était protégé de vertes feuilles ».

15 Garcilaso, Troisième Églogue, v. 351-352, ibidem, p. 133.

16 Cetina, Canción I, dans Obras, éd. Hazañas, II, p. 215.

17 Garcilaso, sonnet XVIII, Poesía castellana, éd. Burell, p. 190 : « y por sol tengo sólo vuestra vista ».

18 F. de la Torre, Poesía completa, éd. de María Luisa Cerrón Puga, Madrid, Cátedra, 1984, p. 75.

19 La bucólica del Tajo, Egloga VIII, ibidem, p. 283 (« Ma chère Lícida, plus belle que le Soleil ») et p. 284 (« Ma Fílida, plus resplendissante / que le lever du soleil au matin »).

20 Cetina, Obras, éd. Hazañas, I, p. 241 et Sonetos y madrigales completos, éd. B. López Bueno, p. 116.

21 Giambattista Della Porta, La magie naturelle ou les secrets et miracles de la nature, éd. conforme à celle de Rouen (1631), préface de Charles-Gustave Burg, La Roche sur Yon, Guy Trédaniel Éditeur / Éditions de La Maisnie, 1975, p. 42 : « Héraclite appelle cet astre radieux la fontaine de la céleste lumière. Orphée le nomme lumière de vie, Platon feu céleste, être animé ; les physiciens le cœur du ciel, et Plotin affirme que le soleil a été révéré des Anciens comme un dieu. Voilà quant aux vertus du soleil ».

22 Garcilaso, Poesía castellana completa, éd. Burell, p. 45-46.

23 Cetina, Sonetos y madrigales, éd. B. López Bueno, p. 319 : « le manque de chaleur fait que le serpent / mène sa vie, timide, solitaire, obscur / farouche, loin des gens ».

24 Voir par exemple : Endecha VIII du livre III, Poesía, éd. M. L. Cerrón Puga, p. 208-209.

25 Garcilaso, Poesía castellana completa, éd. Burell, p. 147-154 et p. 157.

26 Garcilaso, Egloga III, v. 18-20, ibidem, p. 121 : « mais la Fortune, inassouvie par mon malheur / m’éloigne de la patrie et du bonheur ».

27 Garcilaso, Canción III, dans ibidem, p. 165 : « C’est ici que j’ai vécu, ou plutôt que j’ai été/ prisonnier, captif et seul, en terre étrangère / […]. Mais je n’ai qu’un regret / c’est que si je meurs banni, / accablé par tant de malheurs, / l’on en vienne à penser / que tous ces maux / m’ont ravi la vie ».

28 Cetina, Canción XI, dans Obras, éd. Hazañas, I, p. 262 : « Sur les ondes du Rhin furieux / couvert de neige, / trouble, froid et glacé / tandis que la fureur de Mars allait frapper ailleurs / j’ai vu défaillir, accablé de malheurs / Vandalio déplorant son cruel tourment ».

29 Cetina, Sonetos y madrigales, éd. B. López Bueno, p. 101-102.

30 Cetina, Sonetos y madrigales completos, ibidem, p. 103 : « Contemplant comment le Rhin / orgueilleux et sauvage / s’en va payer son tribut à la mer, / éloigné de son bonheur et de lui-même/ Vandalio s’attriste.[…] / Voyant partir le berger Tirreno, / il dit avec un soupir attristé : / « Heureux toi, et toi seul, / qui retournes là où tu verras bientôt le Tage / et où tu retrouveras celle qui te rend si pressé de partir ! / Moi, infortuné, je pleure éternellement / désireux de voir mon cher Pisuerga ».

31 Cetina, Sonetos y madrigales, ibidem, p. 105 : « Je me trouve sous un climat / et dans une terre étrangers / différents de ceux de ma chère patrie. / Là-bas, Phébus resplendit toujours ; / ici, les cieux sont capricieux / et nous accablent de neige glacée ».

32 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966, p. 232.

33 Garcilaso, Seconde Élégie, v. 145-159, dans Poesía castellana completa éd. Burell, p. 153 : « Toi qui, dans la patrie, auprès de celle qui t’aime / regardes l’agréable plage / et écoutes les vagues qui y échouent, / et qui sans obstacles contemples / celle à qui tes écrits / procurent une renommée éternelle, / réjouis-toi […]./ Tu n’as pas à craindre le souffle hostile de la Fortune / car ton clair soleil apaise le vent. / Moi, errant mercenaire, je vais / là où la Fortune me conduit, / à mon grand regret, / si ce n’est vers la mort, vers laquelle j’irai de bon gré ».

34 Garcilaso‚ ibidem, p. 157.

35 Cetina, Epístola V, dans Obras, éd. Hazañas, II, p. 37-38 : « Tu as placé tous tes espoirs en un lieu élevé, et tu as eu raison / car tu t’es envolé si haut / que tu as atteint ton but. / Moi, malchanceux et infortuné, / je désire malheureusement / ce qui est hors d’atteinte. / La Fortune s’est montrée propice et souriante/ envers tes amours / et elle t’a finalement conduit / au point culminant de sa roue. / Moi, en revanche, malheureux que je suis / non seulement désespère de vivre heureux / mais je doute même que ma douleur attendrisse la Fortune ».

36 Cetina, Epístola XIV, dans Obras, éd. Hazañas, II, p. 106 et suiv.

37 F. de la Torre, Poesía completa, éd. M. L. Cerrón Puga, p. 73 : « Toi, mon cher Títiro / à qui la Fortune bienveillante / inspire une glorieuse flamme / tu arrêtes, par le son de ta belle lyre / le cours de ton Tage et de mon Jarama. / Quant à moi, / ici, où je suis mon propre ennemi, / loin de la neige qui m’enflamme / j’accroche ma flûte à une branche / de saule et je pleure ; / je pleure et il soupire. / Ô combien ton sort est meilleur que le mien / puisque tu jouis présentement de celle/ qui par son regard a ton âme ravi. / Moi, en revanche, / né pour pleurer et aimer ardemment, / je fuis la vie et abhorre mon sort ».

38 F. de la Torre, ibidem, p. 197 : « Hiver rigoureux, / je me tourne vers toi, en pleurs, / et si tu es bienveillant envers moi / tout ira mieux ».

39 F. de la Torre, ibidem, p. 212.

40 F. de la Torre, ibidem, p. 81, 95, 102, 158 et 211.

41 F. de la Torre, ibidem‚ p. 211 : « Ombre de la terre, / nuit ténébreuse, / espace du repos, / et fin de ma pénible guerre ».

42 F. de la Torre, Livre I, sonnet XVI, ibidem, p. 95 : « Nuit trouble et obscure, qui dissimules / le clair royaume du ciel, / qui agites la mer, attristes la terre, / et remplis l’air de monstres nocturnes ».

43 F. de la Torre, I, sonnet XX, ibidem, p. 102 : « Que de fois, [Ô Nuit], / tu as troublé, la peuplant d’obscurité / et d’effroi, la sereine douceur du ciel ».

44 F. de la Torre, Livre I, Ode I, ibidem, p. 83 : « Bientôt viendra l’effroyable nuit, / pleine de brumes et de vents ; / elle flétrira la rose pourpre / et le lys immaculé ».

45 F. de la Torre, III, Endecha IX, ibidem, p. 211 : « ô Nuit, tu révèles la beauté / de tes troubles ténèbres ».

46 F. de la Torre, Livre I, sonnet VII, ibidem, p. 81 : « Allume les célestes lampes, / nuit amie, tant attendue ».

47 F. de la Torre, I, XX, ibidem, p. 102 : « Que de fois tu m’as comblé, / ô nuit claire et amie ».

48 F. de la Torre, La Bucólica del Tajo, Egloga VII, ibidem, p. 275 : « La nuit amie / qui déploie le silence éternel / avec les plis de son manteau / allume sur les yeux lourds de la terre / les lampes de l’Olympe ».

49 F. de la Torre, I, sonnet XX, ibidem, p. 102 : « J’ai chanté mon malheur et le sien / enveloppé dans les plis de ton manteau ; / ô nuit, pourvue de mille yeux, / écoute et cache mes plaintes ».

50 F. de la Torre, II, sonnet XV, ibidem, p. 158 : « ô Nuit, qui dans ton tendre et doux oubli, / dissimules et atténues les malheurs / du jour ennemi ».

51 F. de la Torre, I, sonnets IV, V, VI, XX, XXXII, ibidem, p. 77, 78, 79, 102, 129.

52 F. de la Torre, I, sonnet IV, ibidem, p. 77 : « Claires et transparentes lampes / du ciel, compagnes de la nuit ».

53 F. de la Torre, livre II, Ode V, ibidem, p. 171 : « Claires lueurs du ciel, yeux clairs / de l’effrayant visage de la Nuit ; / claire couronne, claire Cassiopée, / clairs Andromède et Persée / (..) écoutez mes plaintes ».

54 San Juan de la Cruz, Poesías, éd. de Domingo Ynduráin, Madrid, Cátedra, 1989, p. 206.

55 Francisca Aramburu, El héroe y el cosmos, Murcie, Université de Murcie, 1989.

Auteur

Aix-Marseille Université
Professeur d’espagnol, ancienne élève de l’École normale supérieure, membre de l’UMR TELEMME, spécialiste de la civilisation et de la littérature de l’Espagne des xvie et xviie siècles, elle est l’auteur notamment de Garcilaso et la mélancolie‚ Toulouse, Presses Universitaires du Mirail (coll. « Anejos de Criticón », n° 10), 1997.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search