Version classiqueVersion mobile

Poésie de l’Ailleurs

 | 
Estrella Massip i Graupera
, 
Yannick Gouchan

Conquêtes d’un Ailleurs

L’Arioste et le Roland furieux

L’Ailleurs entre réalisme et imagination

Théa Picquet

Résumé

Au xvie siècle, la géographie était une science ferraraise. Borso d’Este possédait deux exemplaires de Ptolémée et de Strabon et montrait une mappemonde que toute la cour consultait. Hercule et son fils Hippolyte suivaient avec intérêt les grandes découvertes ; ils étaient en relation avec un cartographe distingué, Alberto Cantino. Nicolas III avait fait un pèlerinage en Terre Sainte et, avant de succéder à son père, Alphonse avait entrepris un long voyage qui l’avait conduit en France, en Angleterre, aux Pays-Bas. L’Arioste aussi a eu la passion des voyages, mais… sur les cartes car lui était plutôt d’humeur casanière. Ses héros ont voyagé pour lui, en quête d’un Ailleurs tantôt réaliste tantôt imaginaire.

Texte intégral

  • 1 Édition de référence pour les citations : Ludovico Ariosto, Orlando furioso e Cinque canti, a cura (...)

1Après une rapide présentation de l’auteur et de son chef-d’œuvre, notre propos se donne pour objectif de définir l’Ailleurs pour montrer comment l’auteur du Roland Furieux1 nous transporte tout d’abord dans un Ailleurs temporel, puis dans un Ailleurs géographique et enfin dans un Ailleurs merveilleux.

2Fils aîné du ferrarais Niccolò Ariosto, Ludovic naît à Reggio Emilia en 1474 et s’éteint à Ferrare en 1533. Son père était capitaine de la citadelle de Reggio, puis trésorier général des milices des Este et chef de l’administration communale de Ferrare. Sa mère, Doria Malaguzzi, est de Reggio. Dans un premier temps, le jeune homme fut dirigé vers des études de droit, il réussit ensuite à obtenir l’autorisation paternelle de pouvoir se consacrer aux Lettres. Il jouit d’une bonne éducation humaniste grâce au frère augustin Grégoire à Spolète. Mais, en 1500, il perd son père et se voit obligé d’interrompre ses études pour s’occuper de sa famille et de l’éducation de ses frères et soeurs. Aussi, pour des raisons financières, il prend les ordres mineurs en 1503 et, l’année suivante, il entre au service du cardinal Hippolyte d’Este, frère du duc Alphonse, qui lui confie de nombreuses missions diplomatiques à Florence, à Mantoue, à Rome auprès du pape Jules II. En 1516, la première édition du Roland Furieux, probablement commencé en 1505, est publiée à Ferrare avec une dédicace à Hippolyte d’Este. L’année suivante, licencié par le cardinal pour avoir refusé de le suivre dans sa nouvelle affectation en Hongrie, il passe à la cour du duc Alphonse. En 1522, il accepte la charge de gouverneur de la Garfagnana, région alors infestée de brigands et en proie aux luttes intestines ; il y restera jusqu’en 1525. De retour à Ferrare, il achète une maison dans le quartier Mirasole, où il se consacre aux lettres, entouré de l’affection d’Alessandra Benucci, veuve de son ami Tito Strozzi, que l’Arioste épousera en secret en 1528, et de son fils Virginio, né d’une relation antérieure. Ces années-là, il reprend le Roland Furieux, organise des représentations théâtrales pour la cour, tout en conservant des relations suivies avec ses amis humanistes.

3À Venise, il rencontre le Titien en 1531, qui brosse son portrait, et Alphonse d’Avalos, marquis de Pescara, lui attribue une pension annuelle de cent ducats d’or, ce qui témoigne d’une renommée désormais bien établie en Italie et en Europe.

4Alors que Charles VIII descendait en Italie, Boiardo interrompait son Roland Amoureux au chant IX, huitain 26 du Livre III. Le poème s’arrêtait au moment crucial du combat entre les Maures et les Chrétiens. C’est ici que débute le récit de l’Arioste, commencé vers 1505 et publié en 1516 avec pour titre Roland Furieux. Une seconde édition, pratiquement inchangée, sort en 1521 ; la troisième de 1532 augmente le poème de 40 à 46 chants et compte donc 4842 huitains. L’intrigue est résumée dans le premier, le deuxième et le quatrième huitains, alors que le troisième contient la dédicace au cardinal Hippolyte. La toile de fond des différentes aventures est la guerre entre Charlemagne et Agramant, roi des Maures d’Afrique, venu en France pour venger la mort de son père Trojan. Parmi les batailles et les amours, ressort la figure du conte Roland qui devient fou par amour. Parallèlement à l’histoire du conte, celle de Roger, le plus chevaleresque des héros païens, fondateur de la maison d’Este, est l’hommage de rigueur à Hippolyte et Alphonse. Avec ces aventures centrales, l’Arioste tresse de nombreuses interpolations, de malicieuses divagations et met en scène une foule de personnages secondaires.

5Les événements qui précèdent sont les suivants : Roland est amoureux d’Angélique depuis longtemps et pour elle il a accompli des exploits admirables. Renaud éprouvait les mêmes sentiments pour la jeune fille. Charlemagne compte exploiter la rivalité entre les deux cousins pour la bataille imminente : le plus valeureux obtiendrait Angélique. Mais le sort des armes se révèle contraire à la foi : Angélique profite de la défaite des Chrétiens pour s’enfuir à cheval sur Bayard, le fidèle destrier de Renaud. Le paladin la poursuit, mais il est retardé par le duel avec l’espagnol Ferragus. Angélique rencontre Sacripant, roi de Circassie, qui accepte de l’escorter jusqu’en Orient, dans l’espoir de douces compensations. Sur leur chemin, un chevalier mystérieux réunit bravoure et une élégance toute féminine. Le duel est inévitable ; Sacripant est vaincu. Angélique le réconforte, mais pour le Sarrasin l’humiliation subie est trop grave, surtout lorsqu’il découvre qu’il a été battu par une femme, Bradamante.

6Certains protagonistes se sont succedés pour une rapide présentation. Maintenant, la narration se poursuit tantôt sur les traces d’un héros, tantôt sur celles d’un autre, en attendant que Roland sorte des coulisses. Cela dit, dans le Roland Furieux, l’Ailleurs est omniprésent.

  • 2 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998, t. 1, p. 70.

7Voyons à présent, pour terminer notre préambule, comment l’origine et les différentes acceptions du terme ‘ailleurs’ peuvent contribuer à mieux saisir les multiples formes de cette notion dans le poème épique de la Renaissance italienne. Pour ce qui est de la définition générale, selon le linguiste Alain Rey2, « ailleurs » adverbe signifie « dans un autre lieu » et semble venir (xie siècle) d’une forme sans « s », ‘ailleur’, issue du latin alior, dérivé de alius « autre » qui a donné alienus (aliéné) et alter (autre), dans une locution hypothétique in aliore loco, car l’adverbe latin attesté aliorsum n’aurait pas donné la voyelle - eu. Ce mot apparaît sous la forme ‘ailurs’ (vers 1050), devenu ‘aillor(s)’, ‘allors’ (vers 1200). Il s’emploie au figuré pour « autrement » depuis le début du xiiie siècle et sert à former des expressions courantes en français moderne : ‘d’ailleurs’ (1174) ‘d’un autre endroit’, puis (milieu du xviie siècle.) ‘d’autre part’ ; ‘par ailleurs’, ‘par une autre voie’ (1060), puis au figuré ‘d’une autre manière’, ‘autrement’ ; et puis ‘d’ailleurs’ (1688). Le terme renferme donc la double dimension spatiale et temporelle qui présidera à notre étude.

De Ferrare vers un Ailleurs chevaleresque

8Dès le premier huitain du Chant I, l’Arioste transporte le lecteur dans le temps et dans l’espace, dans un Ailleurs temporel tout d’abord, du Cinquecento de la cour ferraraise des Este au temps de l’épopée médiévale :

  • 3 Orlando furioso, I, 1 : « Le donne, i cavallier, l’arme, gli amori, / le cortesie, l’audaci imprese (...)

Je chante les dames, les chevaliers, les armes, les amours, les courtoisies, les audacieuses entreprises qui furent au temps où les Maures passèrent la mer d’Afrique et firent tant de ravages en France, suivant la colère et les juvéniles fureurs d’Agramant leur roi, qui s’était vanté de venger la mort de Trojan sur le roi Charles, empereur romain3.

  • 4 Ibidem, I, 2 « Dirò d’Orlando in un medesmo tratto/cosa non detta in prosa mai né in rima : / che p (...)

9L’Arioste a ainsi greffé la matière du cycle breton sur la souche carolingienne, déjà mise au goût du jour par son prédécesseur Matteo Maria Boiardo dans son Roland amoureux. Les dames, les amours, les courtoisies appartiennent au cycle du roi Arthur ; les chevaliers, les armes, les audacieuses entreprises rappellent les Chansons de gestes du cycle carolingien. Ainsi, dans le Roland furieux, le monde chevaleresque participe de la générosité et de la valeur guerrière des héros carolingiens, comme des amours passionnées des chevaliers de la Table ronde avec leurs aventures périlleuses. La fusion des deux cycles médiévaux, l’amour d’un côté, la vertu guerrière de l’autre, apparaît surtout dans le personnage de Roland. Les Chansons de gestes présentent Roland comme le paladin le plus important de la cour de France, le défenseur généreux, austère et chaste de la foi chrétienne contre les Sarrasins, qui meurt auréolé de la lumière éternelle au col de Roncevaux. L’Arioste, quant à lui, lui attribue non seulement l’âme et les sentiments d’un chevalier de la table ronde, mais va jusqu’à le faire sombrer dans la folie pour la belle Angélique, tout comme dans les romans du cycle breton Lancelot pour Guenièvre ou Tristan pour Yseult : « Je dirai de Roland, par la même occasion, des choses qui n’ont jamais été dites en prose ni en rimes ; comment, par amour, il devint furieux et fou, d’homme qui auparavant avait été tenu pour si sage4 ». Cela dit, les exploits des paladins, les aventures héroïques, les noms et les caractères des héros ne font que fournir la trame du récit sur laquelle l’imagination de l’Arioste tisse les intrigues les plus variées. Bien sûr, le sentiment chevaleresque se développe avec ses passions, ses tournois, ses batailles, sa magie et ses enchantements. Mais le fait de mêler les différents cycles de l’épopée médiévale révèle la liberté du poète. En effet, Roland retrouve sa raison et redevient austère et conscient de ses responsabilités ; tous les chevaliers reviennent finalement à leur poste en soutenant la sainte cause. Mais ceci à la fin du poème.

  • 5 Cf. Henri Hauvette, L’Arioste et la poésie chevaleresque à Ferrare, Paris, Champion, 1927, et Claud (...)
  • 6 Orlando furioso, IX, 56 ; XII, 74.
  • 7 XIII, 2-43.
  • 8 XII, 73-85.
  • 9 XXIII, 133.
  • 10 XXXVI, 62.
  • 11 VII, 57.
  • 12 XLIV, 85 et vers suivants.
  • 13 XLIV, 90-91.
  • 14 XVIII, 3 et suivants ; 59 et suivants.
  • 15 XIV, 118.
  • 16 XIX, 93.
  • 17 XVIII, 106.

10Le monde de la chevalerie5 est bien présent, tout d’abord à travers ses héros. Ainsi, le visage de Roland exprime une volonté indomptable et sa personne annonce une force digne d’Hercule6. Il tue par exemple les vingt brigands qui retiennent Isabelle prisonnière7, massacre les troupes des rois maures Alzirde et Manilard8 ; au moment de sa folie, il brise les rochers, déracine les arbres, assomme les troupeaux9. Son action est bien différente de celle du Morgant de Luigi Pulci qui arrache un pin pour s’en faire un cure-dent. Roger est tout aussi redoutable : pendant vingt mois, il a bu le lait d’une lionne10, a ensuite été nourri de la moelle de lion et d’ours11. À lui seul, il massacre l’armée des Grecs devant Belgrade et sa vue réussirait à intimider Mars et Jupiter12. Le fils de l’empereur Constantin lui voue une admiration sans bornes et voit en lui un ange envoyé du ciel13. Le vaillant Renaud n’est pas en reste. Son seul nom sème la panique dans le camp ennemi. Norandin, dont les guerriers ont été vaincus, reconnaît aux blessures qu’il est en présence d’un nouvel Hector14. Rodomont représente quant à lui la vigueur guerrière. Doué d’une agilité, d’une force, d’une ténacité sans pareilles, il répand la terreur dans Paris. La présence de tels héros garantit le succès des batailles. Les armes utilisées renvoient également à cet Ailleurs chevaleresque. Ainsi, la force des chevaliers réside le plus souvent dans des armes de qualité : la massue de Didon lui confère un honneur éternel, les cuirasses sont de bonne trempe, les heaumes de fin métal. Certains chevaliers de l’Arioste se battent avec les armes des héros de l’Antiquité : Durandal, l’épée de Roland, avait appartenu à Hector et Mandricard possède le jaseran de ce dernier. Le haubert de Rodomont, fait en peau de dragon aux écailles impénétrables était celui de son aïeul Nembrod15 Le duel est la forme de combat qui domine dans la poésie chevaleresque. Il passionnait les hommes du xvie siècle et dans le Roland furieux les exemples font légion, tels celui entre Marphise et Guidon le Sauvage16, la rencontre finale entre Roger et Rodomont, où l’agilité triomphe de la masse, l’intelligence de la brutalité, la lutte entre les trois champions chrétiens et les trois sarrasins à Lampéduse, faite plutôt de chassés-croisés que de duels, ou encore le tournoi de Damas17.

  • 18 XXX, 50.

11Si chez l’Arioste le métier des armes est extrêmement sérieux, c’est aussi le plus noble, à condition toutefois que le chevalier serve une cause juste, qu’il la soutienne avec loyauté. Par exemple, désarçonner un cavalier en frappant son cheval est une honte18. La parole donnée est sacrée, même si nous ne comprenons pas que le loyal Zerbin défende l’odieuse Gabrine. La fidélité à son souverain, sans faille. Ainsi Cloridan et Médor bravent tous les dangers pour donner une digne sépulture à leur roi bien-aimé Dardinel. L’action épique est généreuse et magnanime : par exemple, Roland répugne à verser le sang de ses ennemis lorsqu’il les voit sans défense ; il maudit et fait disparaître l’arquebuse, invention diabolique du frison Cimosque, car il prévoit qu’elle détruira les traditions chevaleresques ; tout comme Astolphe, il déplore les violences inutiles.

  • 19 I, 22 : « O gran bontà de’ cavalieri antiqui ! ».

12En somme, l’Arioste fait voyager ses lecteurs dans le monde légendaire de la chevalerie, monde alors en vogue dans les cours princières. Toutefois, non sans une certaine ironie. En effet, lorsque le narrateur s’exclame : « Ô grande bonté des chevaliers antiques19 », tourne-t-il en dérision les deux rivaux, le chrétien Renaud et le sarrasin Ferragus, qui, après une bataille acharnée, se réconcilient, montent sur le même cheval pour donner la chasse ensemble à Angélique, une femme sans défense ? Regrette-t-il l’heureux temps de la chevalerie où l’on luttait âprement mais toujours dans le loyal respect des règles ? Ou exprime-t-il l’amère certitude que ce monde n’existe que dans l’imagination du poète ? Ou pense-t-il peut-être qu’il s’agit seulement d’une belle mais incroyable histoire ?

Un Ailleurs géographique et merveilleux

  • 20 XLIII, 145-149.

13Au cours du poème, l’Arioste fait voyager le lecteur à travers le monde connu à son époque. Cet Ailleurs géographique le mène en Italie, en France, en Europe et même au-delà. En effet, l’Arioste avait battu les routes de la péninsule italienne. Et le voyage de Renaud, d’abord par voie fluviale entre Mantoue et Ravenne, ensuite à cheval par Rimini, Urbin notamment et les passages de l’Apennin vers l’Ombrie et Rome20, suit une des routes qu’il connaissait bien.

14Les itinéraires à travers la France sont tout aussi précis. Bradamante, qui souhaite se rendre à Montauban, passe par Cahors, le Mont-Dore, Clermont-Ferrand. Pour regagner Aigues-Mortes après la défaite des Sarrasins aux portes de Paris, Rodomont descend la Saône en bateau, mais impatienté par la lenteur de ce moyen de transport, il reprend son destrier, traverse Lyon, Vienne, Valence, Avignon, dont il admire le célèbre pont, oblique vers l’Ouest, s’arrête à quelques lieues de Montpellier, où il construit le mausolée d’Isabelle.

  • 21 XVI, 30.
  • 22 XVIII, 38-39.
  • 23 XVI, 24 : « Per quella strada che vien dritto al ponte / di san Michel, sì popolata e piena… ».
  • 24 XVI, 26 : « Le case eran, per quel che se ne intende, / quasi tutte di legno in quelli tempi : / e (...)

15L’Arioste possédait des renseignements précis sur la topographie de Paris et de ses environs. Il situe bien les portes Saint-Denis et Saint-Martin au Nord21, les portes Saint-Germain et Saint-Victor au Sud22. C’est d’ailleurs par le Sud que Rodomont pénètre dans la ville : il s’avance vers la Seine « par cette rue si peuplée et encombrée qui conduit en droite ligne au pont Saint-Michel23 ». Il s’agit du tracé de l’ancienne rue de la Harpe et du plus récent boulevard Saint-Michel. Mais alors, cette rue n’était bordée que de maisons en bois et l’Arioste écrit : « […] aujourd’hui encore, à Paris, sur dix maisons, il y en a six en bois24. » En outre, le poète propose une vue d’ensemble de la région parisienne, éclairée par la lune et limitée par les deux sommets de Montlhéry au Sud et de Montmartre au Nord, panorama insaisissable dans la réalité, en raison de la distance d’environ 25 km entre les deux points et du faible relief.

  • 25 Cf. Inès Labib, L’image de l’Orient et son évolution dans les principaux poèmes chevaleresques et h (...)
  • 26 XV, 63.

16Pour le continent européen, Roger voit la Russie, la Prusse, la Poméranie, la Pologne, la Hongrie, les terres Germaniques et arrive enfin en Angleterre, à Londres, juste au moment de la revue des troupes prêtes à porter secours à Charlemagne. Suit une longue liste de noms de lieux représentés par les gonfalons, d’Écosse, d’Irlande, d’Angleterre et des îles voisines. Cependant, le monde de l’Arioste est encore celui de l’Antiquité, composé de l’Europe, de l’Asie, appelée « India » au sens large, et de l’Afrique. Cet Orient25 est bien présent dans le poème et lui confère un exotisme attrayant. Certaines villes sont nommées avec précision, telles Memphis, célèbre pour ses pyramides, Le Caire caractérisé par sa forte densité humaine : « Le Caire n’était alors pas aussi grand que de notre temps, car dix-huit mille grandes rues ne peuvent contenir la population. Bien que les maisons aient trois étages, beaucoup d’habitants dorment dans les rues26 ».

17Bizerte, la « reine de l’Afrique », avec son port et ses remparts et dont l’Arioste regrette la destruction. Ou encore Damas, ville prospère et agréable qui enchante les sens, avec ses jardins fleuris, avec ses eaux parfumées qui font tourner les moulins, sa rue principale recouverte de tapis aux couleurs éclatantes, le pavé jonché de fleurs odorantes, les portes et les fenêtres ornées de fines draperies, sans parler des belles dames aux robes somptueuses et richement parées de pierreries. En fait, la civilisation orientale est découverte non seulement dans tout son faste et sa richesse, mais aussi pour ses connaissances scientifiques. Ainsi, Angélique, princesse du Cathay, a appris en Inde les secrets de la chirurgie et les vertus des plantes médicinales. Et le poète évoque par ailleurs l’utilisation du pigeon voyageur pour communiquer d’une ville à l’autre. Et les références géographiques se multiplient.

18L’édition de 1532 ajoute d’autres éléments encore. Ainsi, Roland s’embarque près de Saint-Malo, passe au large de Saint-Brieuc et de Tréguier et se dirige vers l’Angleterre lorsqu’une tempête le fait dévier vers l’Ouest, jusqu’à l’embouchure de l’Escaut. Il longe alors les îles du delta de la Meuse et du Rhin et arrive à Dordrecht. De plus, les huitains ajoutés après le couronnement de Charles Quint à Bologne en novembre 1529, mettent l’accent sur les grandes découvertes des navigateurs espagnols et portugais, celles de Vasco de Gama, de Christophe Colomb, de Cortès et de Pizarro :

Mais les années se déroulant, je vois des extrémités du Ponant sortir de nouveaux Argonautes, de nouveaux Tiphys qui ouvrent la voie inconnue jusqu’à ce jour. Les uns contournant l’Afrique, suivent la côte habitée par les noirs, jusqu’à ce qu’ils dépassent ce signe où entre le soleil lorsqu’il quitte le signe du capricorne pour venir à nous. […]

  • 27 XV, 21-23.

Je vois la Sainte Croix et l’étendard impérial se dresser sur une verte plage […]. Je vois les capitaines de Charles Quint victorieux partout où ils portent leurs pas27.

  • 28 Italo Calvino, ‘Orlando furioso’ di Ludovico Ariosto raccontato da Italo Calvino, con una scelta de (...)

Le tout sous la forme de la prophétie prononcée par Andronique, la dame de compagnie de la fée Logistille. En bref, l’Arioste fait voyager ses héros à travers le monde connu à son époque. Et comme l’écrit Italo Calvino : « Le Roland furieux est une immense partie d’échecs qui se joue sur la carte de géographie du monde28 ». Mais cela ne se limite pas là. C’est aussi un Ailleurs merveilleux qu’il fait découvrir à ses lecteurs.

  • 29 X, 113.

19Ainsi, ses personnages se retrouvent souvent dans un locus amoenus topique de la littérature de la Renaissance. Dans sa fuite, Angélique galope un jour, une nuit et une matinée pour atteindre un joli bosquet, mollement agité par un léger zéphyr. Deux clairs ruisseaux font entendre un doux murmure. Rassurée, elle quitte sa monture et s’étend sur une tendre couche végétale, puis, bien à l’abri entre les rosiers, elle s’endort. Les feuilles et les rameaux sont entremêlés pour la protéger des rayons du soleil. Le même tableau apparaît au moment où, après avoir sauvé Angélique de l’orque monstrueuse, Roger et la belle demoiselle s’arrêtent en Bretagne française, où le paysage idyllique invite à la sérénité : « Sur la rive était un bois de chênes ombreux, où il semble que Philomène (c’est-à-dire le rossignol) exhale constamment sa plainte. Au milieu, il y avait un pré avec une fontaine. Sur chacun de ses côtés, s’élevait un mont solitaire29 ». Ou encore lorsque, remise de sa course effrénée, habillée en humble bergère, la princesse altière du Cathay se promène tranquillement dans la forêt et aperçoit le jeune Médor gravement blessé sur le vert gazon. C’est là qu’Amour l’attend avec son arc et ses flèches. Les noces se célèbrent sous l’humble toit d’une cabane de berger et le paysage alentour se fait complice de ces nouvelles amours : la rive, la verte prairie, une grotte, une fontaine, un « pur ruisseau ».

  • 30 XXIII, 108, qui rappelle Le Chansonnier de Pétrarque, CLXII, v. 1 : « Lieti fiori e felici e ben na (...)

20Roland arrivera ensuite par hasard dans ce même lieu, sur les bords d’un ruisseau cristallin, au milieu d’un grand pré émaillé fleurs multicolores et ombragé par de très beaux arbres. Mais, pour lui, le locus amoenus se transforme en lieu de souffrance, puisque toute la nature porte les marques de l’amour d’Angélique et de Médor. Et Pétrarque n’est pas loin, mais rappelé à contre-courant : « Arbres joyeux, vertes herbes, eaux limpides, caverne obscure où la belle Angélique, fille de Galafron, s’est abandonnée si souvent nue dans mes bras […] » et Roland de lire l’inscription de Médor qui avait exprimé en vers le grand bonheur qu’il avait goûté dans la grotte30.

21Mais l’Ailleurs spatial de l’Arioste est également magique. Ainsi, Bradamante n’a de cesse jusqu’à ce qu’elle repère le château du magicien Atlant, où est retenu Roger, son bien-aimé. En effet, n’écoutant que sa bravoure, elle poursuit son chemin, en compagnie de Brunel, de montagne en montagne, de forêt en forêt, et parvient au sommet des Pyrénées, d’où l’on peut voir, par temps clair la France et l’Espagne et les deux mers. De là, elle descend dans une vallée profonde et voit se dresser sur un rocher le château d’acier de l’enchanteur, taillé sur ses quatre faces, coupé à pic. Ce lieu inaccessible n’est cependant que pur enchantement et la femme-guerrière sort vainqueur du pauvre vieillard bien démuni sans sa magie. Le château disparaît dans le néant et Roger, que le magicien gardait prisonnier pour le protéger d’un destin qu’il avait prédit, est maintenant délivré, tout comme ses compagnons d’infortune.

22Autre lieu, moins effrayant, mais tout aussi dangereux, l’île de la magicienne Alcine. Bradamante vient tout juste de délivrer son bien-aimé quand celui-ci se laisse imprudemment emporter par l’hippogriffe. Il franchit les colonnes d’Hercule, survole l’Océan et atterrit sur une île enchantée, où les plantes et les animaux évoluent avec une grâce telle que l’on croit s’enfoncer dans les broderies d’une tapisserie. Roger n’a jamais rien vu d’aussi beau :

  • 31 VI, 20-22.

Il vit de tous les côtés des plaines cultivées, d’agréables coteaux, des fontaines limpides, des rivages ombragés et de doux gazons.
D’agréables bosquets plantés de lauriers odoriférants, de palmiers, de myrtes, de cèdres, d’orangers chargés de fruits et de fleurs offraient les formes les plus belles et les plus variées31.

Nous trouvons là les ramures d’ombre, le chant des rossignols, une douce brise, et même les lièvres, les cerfs et les daims qui bondissent en toute tranquillité dans les bosquets champêtres.

  • 32 VI, 49 : « Quando credea d’esser felice, e quando / credea ch’amar più mi dovesse Alcina, / il cor (...)
  • 33 Cf. Virgile Énéide III et VI, et Dante Paradis terrestre, Purgatoire XXVIII et Enfer, XIII, notamme (...)

23Mais cet Ailleurs idyllique cache les plus grandes perfidies. Et le paladin Astolphe, transformé en myrte de raconter sa douloureuse aventure, comment, arrivé au château d’Alcine, situé en bord de mer, ses amis et lui virent la magicienne pêcher sans filets et sans amorce tous les poissons qu’elle voulait. Ils aperçurent aussi une énorme baleine qu’ils prirent pour une petite île. Astolphe, toujours prêt pour de nouvelles aventures, accepta l’invitation de la fée, qui lui offre une vie de délices, jusqu’au jour où, lassée de lui, elle porta son cœur vers de nouvelles amours : « Au moment où je croyais être heureux, et où je m’imaginais qu’Alcine devait m’aimer le plus, elle reprit son cœur qu’elle m’avait donné, et le porta tout entier vers un nouvel amour32 ». Il subit alors le traitement réservé à ses prédécesseurs, qu’elle avait changés en arbres, en bêtes, en fontaines, pour qu’ils n’aillent pas raconter sa vie lascive à travers le monde. Ce qui domine ici, outre les références littéraires33, c’est le contraste entre l’apparence et la réalité, entre une nature splendide, sereine, intacte, et les pièges qu’elle cache, entre l’image innocente et heureuse d’Alcine et la perfidie qu’elle révèlera. Cela dit, dans le Roland Furieux, il est aussi question de voyage extra-terrestre.

24En effet, Astolphe, l’homme-arbre de l’île d’Alcine, retrouve son apparence humaine et continue ses aventures extraordinaires. L’une d’elles le conduit au Paradis terrestre, où saint Jean l’Évangéliste lui confie la lourde tâche de retrouver la raison perdue de Roland. Pour ce faire, il doit se rendre sur la lune, où se trouvent toutes les choses qui ont été perdues sur la terre. Le paladin et le saint accomplissent leur voyage, non pas sur un vaisseau spatial, mais sur un char tiré par quatre destriers de feu, celui qui selon la Bible avait transporté Élie au ciel. Cet épisode fait référence à la Divine comédie dans le sens où saint Jean guide Astolphe comme Virgile le fait avec Dante. Le saint n’a toutefois aucune prérogative religieuse, mais celle d’un bon magicien capable de conduire un char merveilleux. De la même manière, la lune perd toute référence au ciel, toute perspective surnaturelle, et se réduit à un vaste dépotoir d’objets égarés.

25Dans leur périple, le saint et le paladin traversent la sphère de feu et arrivent au royaume de la Lune. Bien avant feu Neil Alden Armstrong, ils foulent le sol lunaire et, tels des astronautes, ils observent la Lune avec attention et la trouvent égale au globe terrestre, y compris la mer qui l’entoure. Astolphe s’étonne de voir si grande cette région qui, vue de la Terre, semble une petite assiette puis, en regardant en bas, de n’apercevoir que difficilement la Terre. Le paladin n’a jamais rien vu d’aussi beau, mais ils n’étaient pas venus pour cela. Le saint apôtre le conduit dans un vallon resserré entre deux montagnes. Là est rassemblé tout ce qui se perd sur Terre par la faute de l’homme, du temps ou de la Fortune. Dans l’univers rien ne se perd ; la Terre et la Lune assument des fonctions complémentaires : ce qui est ici n’est pas là-bas et vice versa.

26Là-haut, s’accumulent les réputations que le temps dévore comme un ver rongeur, les prières et les vœux articulés de mauvaise foi, les larmes et les soupirs des amants, le temps inutilement perdu au jeu, l’oisiveté des ignorants, les vains projets, les désirs inassouvis. En un mot, tout ce que l’homme a perdu se trouve là-haut.

27Ayant aperçu une montagne de vessies bruyantes et gonflées, il apprend qu’elles renferment l’antique gloire de ceux qui furent célèbres jadis et maintenant tombés dans l’oubli. Un amas d’hameçons d’or et d’argent représente les dons prodigués aux princes dans l’espoir d’une récompense ; des pièges cachés sous des guirlandes, sont les adulations de toute espèce ; les vers à la louange des princes sont des cigales crevées. Il voit aussi des ruines de cités et de châteaux gisant pêle-mêle avec de grands trésors : ce sont les ligues, les conjurations qu’on découvre toujours, un grand nombre de bouteilles brisées : les courbettes de malheureux courtisans. Une grande masse de soupe renversée : les aumônes que l’on laisse après la mort. Une montagne de fleurs en décomposition : la donation de Constantin au pape Sylvestre. Et ainsi de suite.

28Il arrive ensuite à ce que nous croyons posséder en grande quantité, le bon sens : une montagne aussi grande que toutes les autres réunies. C’est une liqueur subtile recueillie dans des fioles de formes variées. La plus grande contient le bon sens du seigneur d’Anglante, devenu fou et Astolphe la distingue des autres en voyant écrit dessus « bon sens de Roland ».

29La description de cet Ailleurs lunaire apparaît donc comme une façon indirecte d’établir une revue ironique des vanités et des folies des hommes, en regardant notre planète de loin, avec un regard détaché. On peut y cataloguer les défauts, les manquements, les fausses valeurs, y voir en particulier une critique de la Cour.

30En somme, dans le Roland Furieux, les différentes définitions de l’Ailleurs données par Alain Rey (y compris l’acception ‘extraterrestre’ du terme) trouvent une bonne illustration : Ailleurs comme un autre lieu, comme autrement, exotisme et même conquête de l’espace.

31En conclusion, l’Arioste transporte son lecteur dans un Ailleurs temporel, géographique et merveilleux. Cet Ailleurs permet non seulement de se divertir, mais aussi de voir les choses de loin, de prendre de la distance.

  • 34 Christian Bec, Précis de littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 145.

32Comme l’affirme Christian Bec : « l’Arioste n’a au fond pas confiance dans le monde nouveau où il est contraint de vivre ». De là provient « son sourire distanciateur34 ». Pessimiste donc la vision finale qui inspire le chef-d’œuvre de l’Arioste : vision nostalgique, non point polémique, dont l’âpreté est émoussée par la fluidité et la musicalité du huitain comme par l’humour mélancolique du poète. Chef-d’œuvre de littérature désengagée, selon Paul Renucci, le Roland Furieux vise l’amusement et le divertissement du lecteur.

33Cela dit, l’Arioste avoue sans ambages ses préférences pour une vie sédentaire dans la Satira III, Vari appetiti degli uomini, adressée à son cousin Annibale Malaguzzi, en avril 1518, après qu’il fut passé du service d’Hippolyte d’Este à celui d’Alphonse II :

Qui veut courir le monde, aille donc le courir :
Qu’il voie Hongrie, Angleterre, France et Espagne ;
Pour moi j’aime habiter dans ma contrée.

J’ai vu et Lombardie et Toscane et Romagne,
Et le mont qui partage et celui qui enserre
L’Italie, une mer et l’autre qui la baignent.

Tout cela me suffit ; le reste de la terre,
Je l’irai parcourant, sans jamais payer l’hôte,
Dans la guerre ou la paix, avec Ptolémée ;

  • 35 Traduction d’après André Rochon, dans Anthologie bilingue de la poésie italienne, Paris, Gallimard, (...)

Et par toute la mer, sans prononcer de vœux
Quand l’éclair brille au ciel, plus sûr avec les cartes
Qu’avec des vaisseaux, je partirai voguer35.

Notes

1 Édition de référence pour les citations : Ludovico Ariosto, Orlando furioso e Cinque canti, a cura di Remo Ceserani e Sergio Zatti, Torino, UTET, 1997, vol. 1 et 2.

2 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998, t. 1, p. 70.

3 Orlando furioso, I, 1 : « Le donne, i cavallier, l’arme, gli amori, / le cortesie, l’audaci imprese io canto, / che furo al tempo che passaro i Mori / d’Africa il mare, e in Francia nocquer tanto, / seguendo l’ire e i giovenil furori / d’Agramante lor re, che si diè vanto / di vendicar la morte di Troiano / sopra re Carlo imperator romano ».

4 Ibidem, I, 2 « Dirò d’Orlando in un medesmo tratto/cosa non detta in prosa mai né in rima : / che per amor venne in furore e matto, / d’uom che sì saggio era stimato prima ». Toutes les citations qui suivront sont tirées de la même édition.

5 Cf. Henri Hauvette, L’Arioste et la poésie chevaleresque à Ferrare, Paris, Champion, 1927, et Claudio Gigante et Giovanni Palumbo, La tradizione epica e cavalleresca in Italia (XII-XVI sec.), Bruxelles, Peter Lang, 2010.

6 Orlando furioso, IX, 56 ; XII, 74.

7 XIII, 2-43.

8 XII, 73-85.

9 XXIII, 133.

10 XXXVI, 62.

11 VII, 57.

12 XLIV, 85 et vers suivants.

13 XLIV, 90-91.

14 XVIII, 3 et suivants ; 59 et suivants.

15 XIV, 118.

16 XIX, 93.

17 XVIII, 106.

18 XXX, 50.

19 I, 22 : « O gran bontà de’ cavalieri antiqui ! ».

20 XLIII, 145-149.

21 XVI, 30.

22 XVIII, 38-39.

23 XVI, 24 : « Per quella strada che vien dritto al ponte / di san Michel, sì popolata e piena… ».

24 XVI, 26 : « Le case eran, per quel che se ne intende, / quasi tutte di legno in quelli tempi : / e ben creder si può ; ch’in Parigi ora / de le diece le sei son così ancora ».

25 Cf. Inès Labib, L’image de l’Orient et son évolution dans les principaux poèmes chevaleresques et héroïques ferrarais (Boiardo, l’Arioste, le Tasse), dactyl., thèse soutenue à l’Université de Provence, le 25 mars 2004.

26 XV, 63.

27 XV, 21-23.

28 Italo Calvino, ‘Orlando furioso’ di Ludovico Ariosto raccontato da Italo Calvino, con una scelta del poema, Torino, Einaudi, 1970, p. 45.

29 X, 113.

30 XXIII, 108, qui rappelle Le Chansonnier de Pétrarque, CLXII, v. 1 : « Lieti fiori e felici e ben nate erbe […] », puis XXIII, 109, à rapprocher du Chansonnier, CCCIII, v. 5 : « fior, frondi, erbe, ombre, antri, onde, aure soavi ».

31 VI, 20-22.

32 VI, 49 : « Quando credea d’esser felice, e quando / credea ch’amar più mi dovesse Alcina, / il cor che m’avea dato si ritolse, / e ad altro nuovo amor tutta si volse ».

33 Cf. Virgile Énéide III et VI, et Dante Paradis terrestre, Purgatoire XXVIII et Enfer, XIII, notamment.

34 Christian Bec, Précis de littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 145.

35 Traduction d’après André Rochon, dans Anthologie bilingue de la poésie italienne, Paris, Gallimard, 1994, p. 655-657.

Auteur

Aix-Marseille Université
Professeur d’italien, membre du Centre aixois d’Études romanes (CAER) et chargée de mission EUROPE. Elle est l’un des cinq membres français du Conseil scientifique de l’Université franco-italienne. Spécialiste de littérature et de civilisation de la Renaissance, elle a orienté ses travaux vers l’histoire des mentalités au Cinquecento. Elle a publié notamment le volume L’Humanisme italien de la Renaissance et l’Europe, Aix-en-Provence, PUP, 2010 et le De Repubblica Fiorentina de Donato Giannotti, Rome, Aracne, 2011.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search