Version classiqueVersion mobile

Poésie de l’Ailleurs

 | 
Estrella Massip i Graupera
, 
Yannick Gouchan

Conquêtes d’un Ailleurs

Les représentations de l’Ailleurs dans le poème épique médiéval

L’Entrée d’Espagne et ses continuations italiennes

Colette Collomp

Résumé

L’Entrée d’Espagne, considérée à juste titre comme le poème épique italien le plus important avant les œuvres de Pulci, Boiardo et Arioste qui s’en inspirent, connut, outre celle de Niccolò da Verona, plusieurs continuations en vers comme en prose. L’étude propose d’examiner les multiples variations – en particulier les mutations provoquées par la distance entre le milieu porteur-récepteur des sources et celui des adaptations – subies par un Ailleurs géographique et politique mais aussi imaginaire, depuis le poème padouan jusqu’aux poèmes toscans qui se rattachent à la tradition des aventures de Roland et de Charlemagne en Espagne avant Roncevaux : la « Spagna in rima » dans sa double rédaction et la « Spagna magliabechiana ».

Texte intégral

  • 1 Version latine : Historia Karoli Magni et Rotholandi, ou Chronique du Pseudo-Turpin, éd. Cyril Mere (...)

1L’histoire garde peu de traces du voyage que Charlemagne fit en Espagne entre avril et août 778. Les annales et Vitae qui mentionnent l’expédition ne font mémoire que de la prise de Pampelune, d’otages musulmans et de l’écrasement de l’arrière-garde impériale. Nous ne savons donc à peu près rien de ce qui se passa réellement entre l’entrée de Charles en Espagne et sa sortie. Cette lacune fut très largement exploitée par la littérature. À partir de la Chanson de Roland et de la Chronique du Pseudo-Turpin1 – écrites trois cents ans après les événements d’Espagne – se forgèrent des récits qui, s’engouffrant dans les replis de l’Histoire, vinrent alimenter la légende rolandienne.

  • 2 L’Entrée d’Espagne, chanson de geste franco-italienne publiée d’après le manuscrit unique de Venise (...)
  • 3 La Spagna, poema cavalleresco del secolo XIV edito e illustrato da Michele Catalano, Bologna, Commi (...)
  • 4 « Set anz tuz pleins ad estét en Espaigne » (v. 2). Pour les citations, nous utilisons le texte éta (...)

2L’Entrée d’Espagne2 et la Spagna3 en sont deux exemples pensés et écrits en Italie. Il s’agit de deux poèmes anonymes, fondés sur les vers initiaux du poème français qui déclarent que Charlemagne « est resté sept ans tout pleins en Espagne4 ».

  • 5 Ms XXI du fonds français.

3Le premier, écrit en franco-italien et en laisses monorimes à la fin du xiiie siècle ou dans les premières années du xive siècle, est l’œuvre d’un poète padouan anonyme. L’Entrée d’Espagne n’est connue que par un manuscrit qui provient de la riche bibliothèque des Gonzague de Mantoue et appartient désormais à la Biblioteca Nazionale Marciana de Venise5. Ce manuscrit précieux compte trois cents soixante quinze peintures qui occupent près de la moitié de la surface des folios qu’elles ornent. C’est à la gloire de Roland qu’a été composée cette Entrée d’Espagne qui ne réalise cependant pas le projet initial de son auteur : raconter toute l’expédition, depuis l’entrée des troupes impériales en Espagne jusqu’à la tragédie de Roncevaux et à la vengeance de Charlemagne.

  • 6 Selon Michele Catalano, plusieurs œuvres intermédiaires disparues ou encore inconnues – dont une co (...)
  • 7 Endécasyllabes de schéma ABABABCC.
  • 8 Dans la seconde rédaction, les cantari initiaux sont remplacés par la Rotta di Roncisvalle (pour l’ (...)
  • 9 « Ha, signori, rimato tutto questo / Sostegno di Zanobi da Fiorenza, / » (XL, 43). Cette dernière o (...)
  • 10 Michele Catalano, op. cit., vol. I, p. 94-95.
  • 11 Ibidem, p. 96-97 et p. 114-115.
  • 12 Spagna, II, 23, vol. II, p. 31.

4Ceci explique sans doute pourquoi ce poème a donné naissance, en Italie, à plusieurs continuations et remaniements en vers et en prose dont la Spagna6, originaire de Toscane, qui est écrite en langue vulgaire et date de la seconde moitié du xive siècle. En quarante « canti » ou « cantari » – l’auteur utilise les deux termes – composés d’octaves à rimes toscanes7, le poème original8 propose un récit complet de l’expédition d’Espagne. Il s’agit d’une œuvre considérée généralement comme anonyme car le nom de l’auteur, un certain Sostegno di Zanobi da Fiorenza, n’apparaît que dans une octave, la dernière, qui est absente des manuscrits et de la première édition9. Cependant, même si rien ne prouve que l’auteur de la Spagna soit le Sostegno di Zanobi du quartier de San Giovanni indiqué dans le « Libro del monte del comune » de Florence10 comme le défunt mari d’une Madonna Pagola ayant investi cent dix florins en 1397, il n’en demeure pas moins que le poème est sans doute l’œuvre d’un Florentin. Outre la langue, de nombreux éléments attestent de cette origine : ajout de la Toscane aux régions sur lesquelles règne le roi Didier et souhait qu’après sa mort plus aucun roi ne règne sur la Toscane et la Lombardie, éloge de la valeur des Toscans, réminiscences dantesques11. Il convient d’y ajouter le choix fait par Charles du jour de la Saint-Jean-Baptiste, fête du saint patron de Florence, pour réunir ses troupes12 et quelques autres détails sur lesquels nous reviendrons.

  • 13 Philippe Senac, L’occident médiéval face à l’Islam, l’image de l’autre, Paris, Flammarion, 1983.

5Parler de la représentation de l’Ailleurs dans une œuvre aussi tardive est pour le moins complexe. En effet, écrite à la fin du xive siècle sur un événement advenu au viiie siècle mais inspirée, comme l’Entrée et ses autres continuations, d’un poème du xie et d’une chronique du xiie, elle superpose des réalités très différentes. Réalités géopolitiques d’abord : au cours des siècles, les puissances antagonistes représentées, l’Occident chrétien et l’Islam, ont évolué et leurs frontières se sont déplacées. S’il n’y eut pas d’affrontement majeur entre le ixe et le xie siècle, vint ensuite le temps de la conquête de l’Andalousie par les Almoravides berbères d’Afrique du Nord et de la Reconquête d’Espagne qui fut aussi celui des croisades en Terre Sainte. À la fin du xive siècle, temps de l’écriture du poème, il ne reste de l’Espagne musulmane que l’émirat de Grenade et, bien que les expéditions en Terre sainte n’aient pas produit les résultats espérés, l’emprise musulmane sur la Méditerranée s’est affaiblie. Réalités culturelles ensuite : la perception de l’Islam par l’Occident chrétien s’est modifiée depuis les événements d’Espagne. Comme le rappelle Philippe Sénac13, le premier contact avait été désastreux, rendant toute entente et tout désir de connaissance impossibles, mais il avait multiplié les représentations et, de ce fait, nourri la tradition épique. Les relations ultérieures avaient nuancé les jugements et les traductions du Coran permis une meilleure approche de l’Islam, même s’il s’agissait de réfuter sa doctrine.

  • 14 Voir H. Krauss, Epica feudale e pubblico borghese, in Per la storia poetica di Carlomagno in Italia(...)
  • 15 Jean-Pierre Martin, « La chanson de geste comme construction de la mémoire », colloque internationa (...)

6Sur cette évolution, potentiellement génératrice de nouvelles représentations, pesait cependant le poids de toute la tradition épique qui imposait ses normes, en particulier lorsqu’il s’agissait de décrire le monde musulman, mais aussi lorsqu’il fallait mettre en scène l’ordre féodal. À cet égard, l’origine géographique de l’Entrée et de la Spagna joue un rôle non négligeable dans le degré de conservation ou de modification des modèles. En effet, pour les feudataires de l’Italie septentrionale, zone de composition de l’Entrée, les poèmes épiques français furent des points de cristallisation de la nostalgie, des instruments de fuite d’une réalité négative vers un passé idéal14 alors qu’ils furent, pour la bourgeoisie des Communes d’Italie centrale, autant d’occasions de modeler le passé selon ses aspirations, sinon de manifester son identité, ses normes, ses valeurs. La chanson de geste opérant une mise en perspective parallèle d’une action et d’un certain public avec sa culture propre, ses mythes et sa vision du monde15, il n’est pas étonnant de constater des différences entre deux œuvres qui racontent la même histoire à des publics différents.

  • 16 Les deux manuscrits de la Biblioteca Marciana de Venise (V7 et V4 du stemma retenu par Cesare Segre (...)
  • 17 Le manuscrit le plus fidèle de cette œuvre faisait aussi partie de la bibliothèque des Gonzague sou (...)

7L’Entrée d’Espagne est considérée, à juste titre, comme une épopée tardive importante et si son auteur fait preuve d’inventivité, c’est toujours dans le plus grand respect du genre. Quand il n’emprunte pas ses personnages à La Chanson de Roland, qu’il n’a peut-être pas connue sous sa forme la plus ancienne16, il les trouve dans les épopées françaises et franco-italiennes : Aspremont, Mainet, les Quatre fils Aimon, Girard de Vienne, Girart de Roussillon17, la Chanson des Saisnes ou celle de la Reine Sebile. Il pourrait résulter de cette familiarité manifeste avec les textes une ingéniosité, voire une certaine audace, dans l’utilisation et la combinaison des thèmes et motifs épiques, mais également une certaine frilosité ou indifférence envers une possible actualisation de l’épopée.

8À cet égard, l’auteur de la Spagna, moins soucieux du respect de la tradition et politiquement plus libre, pourrait se montrer plus audacieux. S’il en était ainsi, les représentations de l’Ailleurs de la Spagna seraient davantage marquées par le présent de l’écriture. Dans la part de vérité qui accompagne la part de l’imaginaire du poème épique, les contrées parcourues seraient alors reconsidérées à la lumière des connaissances historiques et géographiques contemporaines. C’est ce que nous allons nous efforcer d’établir en examinant successivement l’Ailleurs que peuvent représenter pour un Florentin de la fin du xive siècle l’Espagne, l’Orient mais aussi la France et l’empire carolingien. Nous nous efforcerons de distinguer, autant que faire se peut, les vestiges d’une tradition déjà bien établie de ce qui est propre à l’auteur ou, à tout le moins, nous tenterons de faire le point sur l’état de la question à la fin du xive siècle, à Florence.

  • 18 La numérotation se réfère aux Cantari de la Spagna. Les traductions sont par nos soins.
  • 19 C’est à ce moment-là que l’Entrée reprend.
  • 20 Dans l’Entrée, l’ermite annonce aussi à Roland qu’il n’a plus que sept ans à vivre.

9Pour définir au mieux l’horizon dans lequel nous évoluerons, il convient de rappeler, à grands traits, les péripéties du récit. Charles a décidé de conquérir l’Espagne et d’en couronner son neveu, Roland. Il tient conseil et l’expédition est finalement décidée. Chacun s’y prépare. Roland et Olivier se rendent à Rome pour obtenir des troupes du souverain pontife. Ogieri est envoyé sur la frontière pour surveiller les ports. Le roi Marsilio, averti par ses espions, envoie deux messagers à Charles pour sonder ses intentions et, convaincu par la réponse ambiguë de l’empereur qu’il va être attaqué, il envoie son neveu Ferraù fortifier Nájera (I-II)18. L’armée impériale se met en route et arrive à Nájera, où ont lieu plusieurs combats singuliers entre les pairs et Ferraù jusqu’à ce que Roland y mette fin en tuant celui-ci au terme de trois jours de combats (II-VII). Après la reddition de la ville, Charles envoie Roland prendre position devant Pampelune (VIII-XII). Après l’échec d’une sortie générale des assiégés, Roland décide de partir avec Ogieri et tous les pairs pour Nobile dont la garnison a attaqué l’avant-garde des Francs. Ils prennent la ville mais, à leur retour au camp, Roland doit essuyer la colère de Charles qui l’accuse d’avoir agi sans ordres, mettant ainsi la vie de ses pairs en péril, et qui le frappe au visage (XII-XIV). Roland quitte le camp. Après trois jours de chevauchée, il atteint le rivage et s’embarque vers La Mecque où il sauvera d’un mariage mal assorti la fille du sultan. L’Entrée le décrit ensuite parcourant le royaume de Perse dont il est devenu le « bailli ». À son retour à La Mecque, un grand banquet est donné. C’est là que se situe, dans le manuscrit de l’Entrée, une lacune considérable qui racontait sans doute la prise de Jérusalem relatée par la Spagna qui, elle, ne mentionne pas la visite du royaume. Anseïs de Blois est proclamé roi de Jérusalem19 et Roland pense qu’il est temps pour lui de retourner en Espagne. Au cours du voyage, une tempête le pousse, avec ses compagnons, vers des rivages inconnus où il rencontre des brigands puis un ermite miraculeusement nourri par un ange qui révèle au vieil homme qu’il mourra avant l’aube (XIV-XX)20. Roland arrive au camp de Charles au moment où les barons annoncent leur départ pour la France (XXI). L’Entrée se termine ici. La Spagna se poursuit par un intermède merveilleux au cours duquel Charles, juché sur un démon, rejoint Paris pour empêcher Macario d’usurper son trône et d’épouser sa veuve présumée (XXI-XXIII). Puis les hostilités reprennent et, grâce à l’aide des Lombards, Pampelune est enfin prise (XXV). L’armée se rend à Lucerna conquise par Roland puis à Estella où les païens subissent une lourde défaite (XXVII). À partir de ce moment, les événements rejoignent ceux racontés par la Chanson de Roland : ambassade de Ganelon à Saragosse, départ de Charles pour Saint-Jean-Pied-de-Port et de Roland pour Roncevaux (XXVIII-XXX), bataille de Roncevaux et mort de Roland (XXXI-XXXVII), retour de l’armée à Roncevaux et défaite des païens (XXXVII-XXXVIII), prise de Saragosse (XXXIX), retour en France et conquête de Narbonne, mort d’Aude et écartèlement de Ganelon (XL).

L’Espagne

  • 21 Robert Laffont, La Geste de Roland, vol. I, l’épopée de la frontière, Paris, L’Harmattan, 1991.
  • 22 Lors de la divination opérée par Marsilio, la barque qui va indiquer le lieu vers lequel Charlemagn (...)
  • 23 Spagna I, 5, vol. II, p. 3. La numérotation indique le cantare et l’octave. Toutes les traductions (...)
  • 24 Entrée, v. 74-80.
  • 25 Spagna, I, 5 et I, 9-10 vol. II, p. 3, 5-6.

10Elle donne son nom au poème et correspond aux deux Espagnes déjà distinguées par Robert Laffont dans la Chanson de Roland21 : l’Espagne géographique, qui reste à définir puisqu’au Moyen Âge il n’existe pas une Espagne mais des Espagnes22 – et l’Espagne parcourue par l’armée impériale, circonscrite à la frontière du nord-ouest. La première est avant tout un royaume dont la conquête vient couronner la longue liste des conquêtes de Charles, déjà roi « d’une partie de l’univers » et vainqueur de tous ses ennemis qu’il a « rendus à la vraie foi »23. Cependant, alors que, dans l’Entrée, cette entreprise est présentée en premier lieu comme successive à un vœu fait par Charles de libérer le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle24, elle est décrite par l’auteur de la Spagna comme une idée soudaine, une lubie, qui aurait germé dans la tête du roi des Francs, qui l’aurait aussitôt mise à exécution et présentée à ses vassaux comme l’accomplissement de la promesse faite à Roland de le couronner « roi de toute l’Espagne25 ».

  • 26 Spagna XXII, 9-15, vol. II, p. 318-320.

11En effet, la Spagna ne fait pas l’apologie du christianisme et nous n’y retrouvons pas l’esprit religieux que l’Entrée possède à un haut degré comme les autres épopées qui célèbrent les luttes de Charlemagne contre les Sarrasins. Saint Jacques le Majeur et son sanctuaire ne jouent pas un rôle moteur dans le récit : ce n’est pas la voie d’étoiles que l’Apôtre a semée dans les cieux qui guide Charlemagne vers Compostelle et son nom ne sert ni de mot d’ordre ni de cri d’armes aux chrétiens. Compostelle n’est mentionné qu’une fois, au cours du voyage merveilleux de Charles à Paris, lorsque celui-ci, pour excuser son apparition, jugée trop matinale par les cuisiniers du palais, leur explique qu’il est un pauvre pèlerin venu de Saint-Jacques en Galice. Ce présumé Sésame ne lui épargnera pas le qualificatif de « coquin » et générera une bataille mémorable à coups de tisonniers et de bourdon26.

  • 27 Entrée, v. 1632-1665, 1780-1790, 2134, 2416-2417, 2578-2591, 2986-3013, 3251-3254, 3261-3270, 3406- (...)
  • 28 Antoine Thomas, op. cit., vol. I, p. LVII.

12Par ailleurs, les nombreuses prières et le long débat théologique qui, avant, pendant et après son combat avec Ferragu, font du neveu de Charles le porte-parole et le champion du christianisme, sont supprimés27. Quant aux prières des combattants, qui occupent aussi une grande place dans l’Entrée, elles disparaissent presque totalement dans la Spagna où les invocations sont surtout celles du poète, exprimées dans la première octave de chaque cantare. L’équilibre qui existe dans l’Entrée entre préoccupations religieuses et caractère guerrier et chevaleresque est ici rompu et, contrairement à ce que dit Thomas du poème du padouan où « la croix ne fait pas tort à l’épée28 », nous serions tentée de dire que, dans La Spagna, l’épée a pris le pas sur la croix.

  • 29 Spagna, I, 11-15, vol. II, p. 6-9.

13En effet, même si, conformément à la tradition épique, l’Espagne est présentée comme une terre massivement musulmane, il ne s’agit plus d’organiser une expédition contre les infidèles mais bien une guerre de conquête dont le but principal est d’imposer une souveraineté politique et non de convertir des païens. Les propos des vassaux en témoignent : bien que leur désir de servir Dieu et le Christ soit d’abord évoqué, il l’est par des formules stéréotypées et ce qui apparaît essentiel chez eux c’est leur souhait unanime d’aider Roland à conquérir un royaume29.

  • 30 Spagna, I, 18, vol. II, p. 10.
  • 31 Spagna, I, 41, vol. II, p. 22.
  • 32 Spagna, I, 20, vol. II, p. 12.

14Cependant, si la conversion des païens devient une motivation seconde, elle n’en demeure pas moins militairement essentielle car elle sert à justifier la demande faite au souverain pontife d’une aide militaire et d’un “label” anachronique qui permettra à Charles de réunir sous sa bannière la plus belle armée jamais réunie. De ce fait, le message oral destiné au pape ne parle que de guerre contre les infidèles30. Par ailleurs, la croisade constitue une menace bien plus grande pour l’ennemi, celle de voir toute la Chrétienté fondre sur lui. C’est l’avertissement que recouvre le message de Charles à Marsilio : « De moi se gardent tous ceux qui ne croient pas / au vrai Dieu et à la foi chrétienne »31. Et c’est d’ailleurs ce qu’ont bien compris Marsilio et ses frères : « sans faire halte, toute la Chrétienté suivra Charles par monts et par vaux32 ».

  • 33 Spagna, I, 38, vol. II, p. 21. Les possessions sont différentes de celles citées dans l’Entrée (v. (...)
  • 34 Spagna, VIII, 17, vol. II, p. 114.

15Cette Espagne, vers laquelle tous s’acheminent, est dessinée sous forme d’énumérations qui constituent l’un des deux modèles de la toponomastique épique, fût-elle réaliste ou fantastique. Avant même le début des hostilités, on y distingue nettement ce qui appartient à chacun et symbolise respectivement un « ici » et un « ailleurs ». Dans la lettre envoyée par Marsilio à Charles, le roi sarrasin rappelle les possessions de celui-ci puis énumère les siennes : Espagne, Grenade, Aragon, Séville, Portugal, la moitié de la Navarre et les villes de Lucerna (Luiserne), Estella, Pampelune et d’autres villes encore, non citées33. De même, après la prise de Nàjera, le comte Anselme, envoyé par Charles auprès de Marsilio pour obtenir sa reddition, rappelle les possessions de son seigneur avant de préciser les terres que le roi sarrasin doit céder : l’Aragon, le Portugal, Grenade et Filusterna (Finisterre), Nobile, Saragosse et Pampelune, Estella et Lucerna, la couronne de Minorque et de Majorque, le royaume de Séville et tout ce qu’il possède en tenures et en biens meubles34.

  • 35 Dans la chronique contemporaine d’un autre florentin, Giovanni Villani, Spagna est également accomp (...)
  • 36 Voir Solin, Collectanea rerum memorabilium, ed. Th. Mommsen, Berlin, 19582, 23.14, p. 105-106, Isid (...)
  • 37 Brunetto Latini, op. cit., I, 123, 23, p. 210 et 212.
  • 38 Notre analyse rejoint les observations d’Alberto Varvaro sur cette fonction de l’Espagne dans la po (...)

16Parmi les fiefs de Marsilio, l’Espagne figure aux côtés d’autres contrées et ne semble représenter ni la totalité de la péninsule ibérique ni le territoire – parfois appelé Spania par les chrétiens – occupé par les Maures au moment de l’expédition de Charles ou à la fin du xive siècle35. Ceci n’est guère étonnant pour peu qu’on se souvienne qu’au Moyen Age la géographie n’est pas une science autonome et que l’essentiel des connaissances est encore dû aux géographes de l’Antiquité qui font autorité malgré le travail empirique des pèlerins, marchands et autres voyageurs. Pour de nombreux pays et de nombreuses villes, les auteurs disposent d’un nom ancien et d’un nom nouveau, d’une forme savante et d’une forme populaire, ce qui les plonge dans un profond embarras. L’Espagne du xive siècle n’est certes plus l’Hispania des Romains mais il ne s’agit pas vraiment de la Spania ni de l’Isbanya qui, pour les musulmans, regroupe les royaumes chrétiens d’Espagne. Elle demeure néanmoins ce qu’elle a toujours été dans l’ordonnance de la terre : l’extrémité ouest de l’Europe36, le lieu où Afrique et Europe se font face et où la Méditerranée, destinée à les séparer, n’a que « viiim pas de large37 ». Le terme Espagne désigne toujours, en définitive, un territoire situé aux confins de l’Occident chrétien, un espace conflictuel que la langue anglaise définit par un mot, frontier38 et dont les frontières ont changé, changent et sont encore susceptibles de changer, au gré des affrontements entre chrétiens et musulmans.

17La seconde Espagne, celle parcourue par l’armée impériale, ne peut que correspondre au théâtre des opérations indiqué par l’historiographie. Les Annales signalent que Charles est passé par Le Perthus, a soumis les peuples de la future Navarre et est revenu en vainqueur après avoir écrasé, selon les sources, tantôt les Vascons, tantôt les Sarrasins à Pampelune. Le trajet de retour et, de ce fait, le lieu où l’arrière-garde fut anéantie, reste historiquement inconnu bien que validé par La Chanson de Roland. Il en va de même des villes à l’identité douteuse que Roland déclare avoir conquises :

Set anz pleins que en Espaigne venimes ;
Jo vos cunquis e Noples e Commibles,
Pris ai Valterne e la tere de Pine
E Balasguéd e Tüele e Sebilie.
(v. 197-200)

  • 39 « Ja prist il Noples seinz le vostre comant ; / Fors s’en eissirent li Sarrazins dedenz, / Si·s cum (...)
  • 40 Pseudo-Turpin, III.

Une telle imprécision laissait le champ presque totalement libre à l’imagination des poètes. Dans la Spagna, la région est présentée sous la forme d’itinéraire, autre modèle de la toponomastique épique. Toute l’action se situe dans un triangle à peu près équilatéral d’environ deux cents kilomètres de côté dont les sommets sont les villes de Nàjera et de Saragosse et le site de Roncevaux. À l’intérieur de ce périmètre, les déplacements se font au fil des combats : Nàjera, première ville assiégée et prise par les chrétiens, Pampelune, Nobile, Lucerna, Estella, Saint-Jean-Pied-de-Port et Roncevaux, Saragosse et à nouveau Roncevaux et Saint-Jean-Pied-de-Port. Parallèlement, se joue le ballet des messagers : ceux de Charles partant de Nàjera, Nobile, Pampelune ou l’Estella vers Saragosse, capitale des Sarrasins, et ceux de Marsilio faisant le chemin inverse. Les noms que nous venons de citer sont les seuls toponymes du poème relatifs à l’Espagne, si on exclut ceux qui figurent dans les patronymes des païens. Deux cités sont imaginaires mais incontournables : Nobile (Noble), car selon Ganelon, Roland y commit la faute qui provoquera son voyage en Orient39, et Lucerna (Luiserne) car attestée par le Pseudo-Turpin40.

  • 41 Entrée, v. 11527, 10794, 9505, 9612, 9599, 9584, 4743, 4426, 9422, 4752, 6857, 6858, 7632, 9069.

18En revanche, le poète a supprimé tous les lieux imaginés par l’auteur de l’Entrée et non ancrés dans la tradition : la ville de Monfrin, la montagne du Bilinais, les portes de Nobile (Paris, Greignor, Vals et Lice), de Pampelune (Belin) et de Nàjera (Satilon), les rivières Clarelle et Maurin, le val de Bonoie, le bois de Landebloie, la roche Indie (lieu-dit entre Pampelune et Estella), Jeroine (tertre entre Pampelune et Nobile)41. Cette absence n’est pas comblée par l’introduction de nouveaux toponymes réels ou imaginaires mais par celle de termes géographiques (plaines, vallées, bois, montagnes, collines) et de passages nécessaires au voyageur (ponts, gués), tous génériques. Le site de Nàjera est, par exemple, caractérisé par ses deux collines sur lesquelles se trouvent deux châteaux et par son pont. En revanche, pour atteindre Lucerna, Roland devra traverser à gué car le premier pont se trouve à deux milles de la ville. Les précisions géographiques ont toutes une valeur militaire : les lieux élevés servent à observer l’ennemi, les plaines à établir un campement, les forêts à organiser des embuscades.

19Les détails toponymiques sont également remplacés par la mention des distances et des durées de route, inexistante dans l’Entrée. Nobile, dont seule l’existence de murailles est relevée, est à dix milles de Pampelune. Roland, parti au crépuscule de la ville assiégée, y arrive à minuit. De même, au cours de son voyage de retour de Saragosse vers Pampelune, Ghione traverse une forêt puis une vallée, franchit une montagne et chemine encore trois jours avant d’atteindre Pampelune où il arrivera à la nuit tombée. Nous pourrions ainsi multiplier les exemples qui, pris dans leur ensemble, révèlent aussi une attention particulière du poète à l’alternance jour / nuit qui rythme l’action et répond, dans le récit, au rythme de la prise de parole du poète. L’aube fait d’ailleurs très souvent l’objet de pauses descriptives, les seules que s’autorise le poète.

  • 42 Ibidem, v. 844-855.
  • 43 Exception faite des animaux rencontrés par Roland lorsqu’il traverse la forêt après avoir bu à la f (...)
  • 44 Six femmes seulement apparaissent dans le poème, elles sont toutes épouses, sœurs, filles ou mères. (...)

20En effet, aucun lieu, fût-il une ville, ne fait l’objet d’une digression descriptive. Une fois franchie l’enceinte fortifiée, toutes les villes se ressemblent : des rues bordées de maisons aux fenêtres desquelles se pressent les curieux, au centre une place que domine un palais auquel on accède par un escalier monumental. À aucun moment le poète ne semble d’ailleurs céder à la facilité de la couleur locale. Son Espagne se distingue de celle décrite par l’épopée française et franco-italienne car on n’y rencontre ni géant (Ferraù, contrairement à son modèle Ferragu42, possède une stature ordinaire), ni animaux exotiques43, ni femmes à la sexualité exubérante44.

  • 45 Spagna, VI, 29-31, vol. II, p. 89 ; XII, 37, vol. II, p. 177.

21La même sobriété guide le choix des toponymes figurant dans les noms des combattants sarrasins, qu’ils viennent d’Espagne ou d’Orient. Il s’agit de noms de villes célèbres comme Cordoue ou presque inconnues mais attestées par la tradition rolandienne comme Vauterne, Baecia, Brigal ou Tortosa et d’autres noms de lieux comme Valnegra, Valgrana, qui sont l’adaptation de patronymes païens de La Chanson de Roland (respectivement Val Neire ou Valnigre et Valangraigne). Alors qu’il conserve et transpose en Toscan le système épique des anthroponymes fondé sur des préfixes signifiant l’Islam : Ma- (Macometto ou Macon pour Mahomet ; Macabel pour un démon, Malzabù…), Al- (Albissimo, Albio, Amirante…), ou en combinaison Mal- (Malgiude, Malprimo, Mambrino…), Bal- (Balante, Balugante…), Mar- (Marsilio, Margante, Marzarise…), le poète ne s’autorise aucune fantaisie des toponymes qui obéisse à des modèles linguistiques et à une intention d’altérité culturelle. La langue n’est pas un signe d’altérité dans la Spagna, preuve en est le fait que les chrétiens n’aient pas recours à des interprètes, comme d’ordinaire, et que Roland comprenne et parle l’arabe45.

  • 46 Voir Federigo Melis, I mercanti italiani nell’Europa medievale e rinascimentale, Prato, Istituto in (...)

22Par ailleurs, les marchands italiens ont encore bien peu de choses à découvrir de la péninsule ibérique en cette fin du xive siècle ! Les hommes d’affaires génois et pisans ont été les premiers étrangers à s’établir en Catalogne, dans les Baléares et à Valence et puis au sud, au fur et à mesure que la reconquête s’opère46. Ils sont en Andalousie au moins depuis 1260. Leurs actions se concentrent sur le triangle Barcelone-Valence-Majorque où les marchands des villes italiennes de l’intérieur les rejoignent et pénètrent dans les terres. Parmi eux, les Florentins qui font commerce de la laine, de la cochenille, du cuir, du safran, de la soie et de produits venus d’Arabie par Malaga. Même si leur activité se concentre dans le quadrilatère Madrid-Saragosse-Tortosa-Valence, qui compte pas moins de cent soixante centres lainiers, il est fort probable qu’ils parcourent les routes de Navarre, ne serait-ce que pour en évaluer les richesses exploitables. Pour les Florentins, l’Espagne est avant tout un fournisseur de matières premières. Rien d’étonnant à ce que l’auteur de la Spagna ne laisse pas libre cours à son inspiration poétique et ne verse pas dans l’exotisme !

L’Orient

  • 47 Dans la Spagna, le roi de Majorque figure aux côtés des puissances de la péninsule ibérique tandis (...)
  • 48 Spagna, VI, 5, vol. II, p. 82.
  • 49 Alberto Varvaro souligne que, dans l’épopée française, Gibraltar ne semble pas constituer une front (...)
  • 50 Spagna, II, 9-10, vol. II, p. 26-27.

23Dans la Spagna, l’Orient, c’est d’abord la Paganie, ces « pays lointains » d’où proviennent les renforts « turcs » et « africains » : la Perse, la Syrie, l’Égypte, Alexandrie, Bagdad… et, si on en juge à la distinction opérée par Marsilio entre les ambassadeurs envoyés dans la péninsule ibérique47 et ceux mandés en Afrique48, cet Orient est bien différencié de l’Espagne49. Marsilio réclame l’aide des rois de Perse, Alexandrie, Syrie et autres pays musulmans au nom de Mahomet50, promettant une sorte d’indulgence plénière à tous ceux qui répondront à son appel. Le parallélisme entre les deux blocs qui doivent s’affronter en Espagne est presque parfait. Cette similitude n’est pas sans conséquences sur l’image de Charles, empereur et roi de France, car le fait que Marsilio ne fasse pas appel à des vassaux mais à des alliés fait presque oublier qu’il n’en est pas de même dans le camp chrétien.

  • 51 Entrée, v. 7437-7479.
  • 52 Historia Karoli Magni et Rotholandi, VI.
  • 53 Ibidem, IX.
  • 54 Les liens privilégiés existants entre oncle et neveux dans la société féodale sont systématiquement (...)

24En réalité, dans le poème, les souverains d’Orient n’apparaissent que très tardivement sur le champ de bataille contrairement à ce qui se produit dans l’Entrée où ils constituent les renforts que Marsile envoie à Pampelune51. Ceci instaure deux campagnes d’Espagne dans le récit : la première contre Marsilio (I-XIV, 37), la seconde contre les armées musulmanes d’Europe et surtout d’Orient (XX, 30 – XXI, 31) ; les quatre années d’absence de Roland constituant une ligne de partage entre les deux guerres (XIV, 38- XX, 29). Tout en restant globalement fidèle à l’Entrée, le poète rétablit ainsi les faits relatés dans la chronique du Pseudo-Turpin qui indique qu’après le départ de Charles, un roi païen d’Afrique nommé Agolant pénétra en Espagne et la reconquit entièrement, ce qui obligea Charles à y retourner52. Au cours de cette seconde expédition, qui devait se terminer par le désastre de Roncevaux, les chrétiens durent affronter tous les rois d’Orient53 et bon nombre d’entre eux périssent à Roncevaux. C’est très exactement ce que reproduit la Spagna. Dans la première campagne n’apparaissent que sept seigneurs sarrasins, tous parents de Marsilio : son oncle, l’Argaliffo di Baltracca (calife de Bagdad) ; ses trois frères, Falserone, Balugante, roi du Portugal, et Marzarigi, roi de Pampelune ; trois de ses neveux Ferraù, Isolieri et Serpentino54. Au cours de la seconde, près de cinquante rois païens venus d’Orient combattent aux côtés de Marsilio.

  • 55 Spagna XV, 20, vol. II, p. 214.
  • 56 Voir André Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de (...)

25C’est sur leurs terres que Roland accoste après sa querelle avec Charles. La première chose qu’il voit avant de débarquer sur les côtes de Perse, c’est « une grande ville assiégée par une armée55 ». Il s’agit pratiquement de la même situation que celle qu’il a laissée derrière lui à Pampelune même si, ici, les Sarrasins se font la guerre en eux. Cette grande ville est La Mecque que Roland rejoint à cheval. On s’est beaucoup interrogé sur les raisons de ce voyage de Roland à La Mecque. Certains y ont vu une parenté avec le Pèlerinage ou voyage de Charlemagne en Orient. Peut-être faut-il aussi y voir une extrapolation de l’auteur de l’Entrée, fervent admirateur de celui qu’il croit être Turpin, à partir du nom d’une ville de Galice prise par Charlemagne et citée dans la chronique : Lamego. En effet, dans plusieurs versions de la chronique – dont celle du Codex Callistinus de Compostelle – ainsi que dans les Grandes chroniques de France, cette ville figure sous le nom de Lamecum, Lamesque, Lamegue ou Lamesce56. Par ailleurs, la prise des villes saintes de l’Islam n’était pas impossible : en 1182, Renaud de Châtillon n’avait-il pas monté une expédition en mer Rouge et menacé La Mecque et Médine ?

  • 57 Aiol, chanson de geste publiée d’après le manuscrit unique de Paris par J. Normand et G. Raynaud, P (...)
  • 58 « grains et dolans », ibidem, p. 78, v. 2651.
  • 59 Spagna, XV, 39, vol. II, p. 220.

26Roland se rend d’abord au camp des assiégeants. Sur son chemin, tous, petits et grands, se moquent de lui car il se tient au pommeau de sa selle tant à cause de la faim qui le tenaille que pour ne pas être reconnu. Rejeté par Machidante qui refuse de le rémunérer pour qu’il assure le commandement de la troupe de cent hommes qu’il réclame, il entre dans La Mecque. Immédiatement, des aubergistes l’invitent à venir se restaurer chez eux. Roland refuse car il n’a pas d’argent pour payer son écot et il ne peut se résoudre à mettre son cheval et ses armes en gage comme le font de nombreux héros épiques. Dans ces mésaventures, nous retrouvons celles vécues par Aiol57 sur son cheval Marchegai dans sa traversée de Poitiers puis d’Orléans : hué par la foule, moqué par des ribauds, poursuivi par des garnements qui lui jettent des pierres, il chevauche « courroucé et dolent58 ». Cependant, ce qui s’explique chez Aiol comme l’apprentissage indispensable à un jeune homme de seize ans qui doit reconquérir les fiefs dont son père a été injustement dépossédé ne s’explique ici que comme une marque d’altérité. En Orient, Roland n’est plus le fier et courageux paladin, le champion de l’Occident chrétien : il monte à cheval comme un débutant, ses armes sont rouillées à cause de la tempête qu’a essuyée le bateau qui le transportait, il meurt de faim puis dévore comme un vilain, il doit faire ses preuves. Les rieurs ne s’y trompent pas, il est originaire de pays « strani », c’est-à-dire « étrangers » mais aussi « étranges »59.

  • 60 Spagna, XVII-XVIII, vol. II, p. 224-256.
  • 61 Spagna, XX, 19, vol. II, p. 291.
  • 62 Spagna, XX, 26, vol. II, p. 293.

27Roland se rend sur la grand place où se trouve le palais du sultan « décoré de bandes » – qui ne sont pas sans rappeler les marbres polychromes florentins – et des blasons de tous les païens nobles. De ce palais ne sont mentionnés que le grand escalier et la grande salle, elle aussi décorée de « bandes ». Nous n’aurons pas d’autre description de La Mecque. Les événements se précipitent : Roland, par pure chevalerie, combat pour empêcher le mariage de la fille du sultan avec un vieillard « qui a déjà les cheveux blancs ». Puis l’action se transporte à Jérusalem60, qui subira aussi un siège et dont la prise sera célébrée, comme la fête de la Saint-Jean-Baptiste à Florence, par des « giostre con armeggiata » organisées par une « brigata »61, festivités qui seront réitérées à La Mecque après le retour des troupes victorieuses62.

  • 63 Spagna, XX 22, vol. II, p. 292.
  • 64 Spagna, XX, 23, vol. II, p. 292.
  • 65 Spagna, XXXVII, 37, vol. III, p. 131.
  • 66 Jacques Le Goff, « Discours de clôture », in Popoli e paesi nella cultura altomedievale, Spoleto, C (...)

28Roland s’empresse, en effet, de quitter Jérusalem dont il ne visite aucun des lieux saints63. Il en confie la garde à Ansuigi, en lui recommandant de ne pas la laisser reprendre par bêtise ou par couardise64. Cependant, après Roncevaux, quand Ausuigi explique sa présence en Espagne en avouant qu’il a renoncé à défendre la ville sainte contre les sarrasins, son acte ne suscite ni la colère ni les reproches de Charles65. Le poète exprime ainsi le renoncement définitif de ses contemporains à ce que Jacques Le Goff appelle « la géographie de la nostalgie chrétienne » à savoir la constitution d’un espace d’identité incluant l’Europe et Jérusalem66.

29Avant d’aborder l’Occident chrétien, il convient de dire quelques mots des hommes qui peuplent cet Ailleurs païen. Nous ne nous attarderons pas sur les similitudes traditionnelles que les épopées établissent entre païens et chrétiens, qu’il s’agisse des structures féodales ou des coutumes religieuses, qui font de l’Islam un calque de l’Occident. Nous considérerons deux domaines dans lesquels le poète fait preuve d’une originalité qui révèle la réalité politique culturelle et sociale de son public : la guerre et la vie urbaine.

  • 67 Spagna, XV, 31 et XVI, 7, vol. II, p. 218 et 227.
  • 68 Spagna, XVIII, 40, vol. II, p. 268.
  • 69 Parmi les compagnies, nées en France après la bataille de Poitiers, qui passèrent en Provence avant (...)
  • 70 Spagna, XXIV, 19, vol. II, p. 351.

30Au cours des conflits qui se déroulent en Orient, nous voyons apparaître à plusieurs reprises des capitaines et des troupes mercenaires. Roland est le premier à tenter de monnayer ses talents guerriers. Il le fait à deux reprises : auprès de Machidante puis, ayant essuyé un refus, il va proposer ses services au camp ennemi67. Cette attitude est en tout point similaire à celle des condottieri que Florence prend régulièrement à son service, notamment dans la guerre qui l’opposa à sa voisine et rivale Pise. Ce n’est sans doute pas le seul fait du hasard que les mercenaires engagés, grâce à l’argent de la reine, par Ugone di Brava avant de se lancer à la recherche de Roland68 aient la même origine – France, Bourgogne, Écosse et Angleterre – que les mercenaires qui sillonnent la péninsule italienne, semant la terreur et rançonnant les états69. Les condottieri qui les commandent sont peu fiables, Florence l’a appris à ses dépens, ce qui explique la prudence que le poète prête à Isolieri qui demande à Ghione cinq cents chevaliers en otages avant de l’engager70.

  • 71 Spagna, Introduction, vol. I, p. 26.
  • 72 Voir, par exemple, la ville de Pampelune prête à soutenir le siège car approvisionnée pour dix ans (...)
  • 73 Entrée, v. 4205-4410.
  • 74 Spagna, VII, 14-20, vol. II, p. 99-101.

31Par ailleurs, il a été remarqué que les connaissances de l’auteur de la Spagna en matière de stratégie militaire et de guerre de siège étaient loin d’égaler celles du poète padouan71. Il est vrai qu’il ne s’attarde pas à décrire dans les moindres détails les étapes de la prise d’une ville. Cependant, il serait équitable de souligner le soin qu’il apporte à la description des moyens mis en œuvre non pas pour l’attaque mais pour la défense d’une ville72 et le rôle qu’y jouent les habitants. En effet, dans l’Entrée, la défense des villes païennes est assurée par les soldats et les civils se rendent et se convertissent dès que leur armée s’enfuit ou est vaincue73. Dans la Spagna, les habitants participent à la défense et combattent jusques dans les rues. C’est le cas à Nàjera où les habitants, « des gens valeureux et nobles » reconnaît le poète – qui manifeste une véritable sympathie à leur égard – refusant la présumée trahison de Ferraù qui était chargé de défendre leur ville, se révoltent et jettent une pluie de cailloux, de lances et de flèches sur les chrétiens qui tentent de s’emparer d’une porte74 puis continuent à combattre à l’intérieur de la ville, malmenant l’armée de Charles et l’obligeant à reculer.

  • 75 Spagna, IX, 6-12, vol. II, p. 125-127.
  • 76 Spagna, X, 44-47 et XI 3-12, vol. II, p. 151-152 et p. 153-156.
  • 77 Spagna, XIII, 4-14, vol. II, p. 183-186.

32Les mêmes scènes se répètent à Pampelune, obligeant encore une fois les chrétiens à battre en retraite et à commencer le siège interminable de la ville75. À chaque tentative des chrétiens, c’est toute la population qui s’arme et combat76. À Nobile, où les troupes de Roland sont entrées sans coup férir, les habitants se défendent, toujours avec des armes de jet et des pierres, armes généralement attribuées aux sarrasins par l’iconographie77.

33À chaque fois, seule la menace du feu viendra à bout des courageux habitants : les incendies constituent, en effet, une menace majeure au Moyen Age, notamment dans les villes. Florence en fut particulièrement victime : Giovanni Villani n’en dénombre pas moins de vingt, qui, de 1325 à 1345, détruisirent une bonne partie de la cité et firent de très nombreuses victimes. Aussi le public auquel s’adresse le poète peut-il aisément s’identifier aux habitants des villes sarrasines et comprendre leur renoncement.

  • 78 Spagna, VIII, 6, vol. II, p. 110-111.

34Cette identification va au-delà des faits de guerre et engendre une réelle évolution de la perception de la société païenne. En effet, si la structure féodale héritée de la tradition épique est maintenue, une autre structure vient s’y ajouter : celle de la société communale. Cet ajout se manifeste par l’attribution à la population urbaine d’une voix qui n’hésite pas à exprimer son désaccord avec les décisions prises par le roi. Les commentaires de Sarragossains qui admirent la belle allure des envoyés de Charles en sont un exemple, parmi tant d’autres : « Si les autres Chrétiens sont ainsi faits, Marsilio nous a engagés dans une entreprise périlleuse… Les Troyens furent moins détruits par les Grecs lorsque leur terre fut prise que ne le sera l’Espagne par le roi Charles. Marsilio a tort de vouloir le défier.78 »

  • 79 Spagna, VIII, 8, vol. II, p. 111.
  • 80 Spagna, XVI, 11, vol. II, p. 227.
  • 81 Spagna, XVII, 14, vol. II, p. 247.
  • 82 Spagna, XVI, 36, vol. II, p. 236 : tous les habitants de La Mecque sont sortis de la ville pour voi (...)
  • 83 À propos des « armeggiate » et tournois florentins, voir notre article « Fêtes religieuses et profa (...)

35Le modèle communal s’exprime aussi, lors d’événements importants, par la présence de la population urbaine dans le palais royal : lorsque Charles envoie un ultimatum à Marsilio, les habitants accourent au palais pour entendre « ce que le roi Charles leur envoyait dire »79 ; de même, lorsque la fille du sultan de La Mecque se marie, de nombreux Mecquois sont invités et les plus riches sont assis dans la salle d’apparat80. Un autre aspect de la société florentine se reconnaît dans l’évocation des artisans. Si le padouan honorait les maîtres charpentiers pour leurs engins de guerre, l’auteur de la Spagna n’oublie pas que les fabricants d’armes, les tailleurs, les cordonniers sont tout aussi utiles ; d’où l’ordre donné par Roland de les faire sortir de La Mecque et les installer dans le campement avant que la ville ne soit attaquée par Machidante81. Enfin, le goût que le poète prête aux païens pour les tournois82 dévoile l’attrait exercé par les rituels chevaleresques et courtois sur la société communale toscane83 et nous ramène vers la France et l’Europe carolingienne.

La France et l’empire carolingien

36Comme l’Espagne, le nom de France revêt au moins deux significations dans la Spagna : tantôt il désigne le royaume de France dans son ensemble tantôt une partie de celui-ci, le domaine royal, c’est-à-dire l’ensemble des terres relevant directement du roi au sein du royaume. Si Paris n’est pas expressément désignée comme sa capitale, elle semble en être la ville principale : Charles tient là sa cour plénière, y réunit ses troupes et reçoit les ambassadeurs. Elle se substitue à la capitale de l’Empire, Aix-la-Chapelle, à laquelle ces fonctions sont encore réservées dans l’Entrée.

  • 84 Notons, par ailleurs, qu’au moment de l’intervention de Charles en Espagne, il n’est pas encore emp (...)
  • 85 Spagna, XXII, 3-6, vol. II, p. 316-317.

37Ce sont les seuls éléments présents dans le texte qui désignent spécifiquement la France car l’auteur anonyme de la Spagna met volontairement l’accent sur l’Empire et ses composantes qu’il énumère à maintes reprises – parfois accompagnées des noms et titres des pairs – souvent sans que l’on sache à quel titre Charles règne sur ces territoires84. Tous les prétextes sont bons à l’auteur pour citer les pairs et les peuples chrétiens et ainsi fixer à jamais dans la mémoire de ses auditeurs non pas la géographie physique de l’Europe mais la géographie du pouvoir impérial : préambules aux messages des ambassadeurs chrétiens comme musulmans, malédictions lancées sur les chrétiens du haut des remparts par les habitants assiégés… même le diable qui emporte Charles de Pampelune vers Paris nomme chacun des territoires non pas survolés mais possédés par son cavalier85.

  • 86 Traditionnellement, Calais n’appartient pas à la toponymie épique. L’auteur la cite et précise que (...)
  • 87 Spagna, I, 36-37, vol. II, p. 20.

38La première énumération – et la plus complète – est donnée par la lettre de Marsilio qui décline les possessions de Charles : France, Provence, Champagne, Allemagne, Hongrie, Bretagne, Irlande, Flandre, Écosse, Normandie, Genève, Angleterre, Gascogne, Calais86, Picardie, Brabant, Frise, Danemark, Saxe, Chypre, Esclavonie, Mayence, la moitié de la Navarre, la Bourgogne et, en Italie, des villes et des châteaux87. Même si certains de ces lieux sont des conquêtes à venir, jamais l’empire carolingien n’a atteint une telle ampleur, mais l’auteur brouille habilement les cartes en jouant sur l’ambiguïté Empire / Chrétienté et traduit en une forme spatiale l’identité de sa culture chrétienne. Dans cette optique, la diversité et la fragmentation interne sont inconcevables et le centre du monde se situe là où réside l’empereur, peu importe s’il s’agit de Paris ou d’Aix-la-Chapelle.

  • 88 Spagna, I, 8-9, vol. II, p. 4-5.
  • 89 Spagna, I, 4, vol. II, p. 2-3. Cette généalogie des rois carolingiens est organisée en cycle par An (...)

39D’emblée, Charles est présenté comme celui qui a relevé la Chrétienté et, lorsqu’il réunit un parlement, c’est de toute la Chrétienté que les barons accourent. Charles reconnaît d’ailleurs cyniquement les avantages que cela lui procure : « Je ne puis que me réjouir d’être le seigneur de la loi du fils de Marie et, si je ne le suis pas, il me semble l’être puisqu’une si belle compagnie ira où je voudrai pour m’accompagner » et, afin qu’il n’y ait aucune ambiguïté, il martèle : « Chacun de vous doit bien savoir que la Chrétienté est sous mon commandement88 ». Le poète se fait ici l’écho de la lutte séculaire qui opposa Empire et Papauté pour le pouvoir temporel. D’emblée, il tranche en faveur de l’Empire qu’il proclame antérieur au Christianisme au nom d’une généalogie épique de Charlemagne qui en fait le descendant de Constantin89.

  • 90 Spagna, XIV, 10, vol. II, p. 197-198.
  • 91 Spagna, XIV, 21-22, vol. II, p. 201.

40Cependant, si Charles exerce le commandement suprême, il reste à la Papauté le privilège de transformer une expédition militaire en croisade et d’y envoyer des troupes à sa solde. Convaincre le pape de jouer ce rôle, telle est la mission confiée par Charles à Roland. Les troupes pontificales seront sous les ordres du neveu de l’empereur qui sera nommé Patrice des Romains, comme avant lui l’ont été Pépin et Charlemagne. Aussi, lors de l’altercation entre Charles et Roland à propos de la prise de Nobile, à Charles qui lui reproche d’être parti avec « ses gens », Roland répond de façon cinglante que ce ne sont pas les gens de l’empereur puisqu’il ne les paie ni en or ni en argent mais qu’ils sont payés par l’Église de Rome afin que lui, Roland, les guide toujours partout où il y aura une guerre entre sarrasins et chrétiens. Si cinq cents d’entre eux sont morts, l’Église lui en donnera le double90. Le discours sur le pouvoir absolu de l’Empereur se poursuit dans les propos d’Ogieri qui tente de raisonner Roland : l’empereur fait ce qu’il veut, personne ne peut se dresser contre celui qui règne sur la Chrétienté91.

  • 92 Spagna, II, 12-29, vol. II, p. 28-33.

41Modèle politique de stabilité et d’union, l’empire carolingien représente aussi, pour le public du poète, le berceau de la chevalerie et de son mode de vie raffiné qu’il tente d’imiter en organisant adoubements, tournois et fêtes. D’où le plaisir manifeste du poète à décrire minutieusement les destriers aux couvertures d’or et d’argent, les cimiers et les écus travaillés de pierres fines et ornés de perles et les enseignes brillantes des chevaliers rassemblés à Paris92. Aucun équipement de chevalier païen n’égale en beauté et en richesse celui des chevaliers chrétiens, même les sarrasins en sont convaincus !

  • 93 Claude Roussel, « La reine aubergiste : misère et hospitalité dans les chansons de geste du xive si (...)

À l’issue de ce bref voyage, force est de constater que, contrairement aux dernières chansons de geste qui tendent à « saturer l’espace géographique en développant leur intrigue sur toute l’étendue du monde connu93 », l’horizon géographique de la Spagna et, par conséquent, de son public semble se restreindre. Certes Roland se rend en Orient, mais il ne pouvait en être autrement. Après les croisades, son image de champion de la Chrétienté ne pouvait plus se contenter d’une frontière espagnole conquise en sept ans. Cependant, tout comme l’Espagne, l’Orient qu’il visite n’est ni la terre des croisés et des pèlerins, jalonnée de lieux saints propices à la prière, ni celle des chansons de geste, débordante d’ors, de gemmes, de palais, de harems et de belles sarrasines qui troublent les héros chrétiens. Comme l’Espagne, l’Orient ne fait plus rêver. On peut tenter de trouver une raison à cela : la connaissance tue le rêve mais il en existe au moins une autre, plus prosaïque. La fin du xive siècle marque le ralentissement du commerce avec l’Orient et le début d’un repli provisoire vers l’Europe pour trouver « ici » ce que l’on ne peut plus trouver « ailleurs ». Après avoir renoncé définitivement à la formation d’un espace géographique identitaire, la Chrétienté doit maintenant renoncer à celle d’un espace géographique de pouvoir, d’où une absence temporaire d’intérêt de l’Occident chrétien pour la réalité extérieure. Ce repli géographique a-t-il engendré une nostalgie dominée par le souvenir de l’unité, à jamais perdue, de l’empire carolingien et une idéalisation de ses modes de vie courtois, destinées à remplacer les rêves évanouis ? En Italie, l’engouement pour la chevalerie et les épopées romanesques qui en naîtront semblent le montrer.

Notes

1 Version latine : Historia Karoli Magni et Rotholandi, ou Chronique du Pseudo-Turpin, éd. Cyril Meredith-Jones, Genève, Droz, 1936 ; version française : La traduction du Pseudo-Turpin du manuscrit Vatican Regina 624, éd. Claude Buridant, Genève, Droz, 1976 ; version occitane : La versione occitana dello Pseudo Turpino : Ms. Londra B.M. additional 17290, éd. Marco Piccat, Tübingen, Niemeyer (Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie, 308), 2001. Désormais Pseudo-Turpin.

2 L’Entrée d’Espagne, chanson de geste franco-italienne publiée d’après le manuscrit unique de Venise par Antoine Thomas, Paris, Firmin-Didot, 1913, 2 vol.

3 La Spagna, poema cavalleresco del secolo XIV edito e illustrato da Michele Catalano, Bologna, Commissione per i testi di lingua Casa Carducci, 1939, 3 vol. Désormais Spagna.

4 « Set anz tuz pleins ad estét en Espaigne » (v. 2). Pour les citations, nous utilisons le texte établi par C. Segre in La chanson de Roland, édition critique par Cesare Segre, Genève, Droz, 1989, 2 vol.

5 Ms XXI du fonds français.

6 Selon Michele Catalano, plusieurs œuvres intermédiaires disparues ou encore inconnues – dont une continuation en vers (1310 environ) et une en prose (1320 environ) de l’Entrée – séparent l’Entrée des continuations dont nous disposons, à savoir deux poèmes (le poème que nous examinons ici et la Spagna o conquista della Spagna) et deux récits en prose (une Spagna et le Viaggio di Carlomagno in Spagna per conquistare il cammino di San Giacomo). Voir Michele Catalano, op. cit., vol. I, p. 7-221 pour l’analyse détaillée des rapports entre ces œuvres.

7 Endécasyllabes de schéma ABABABCC.

8 Dans la seconde rédaction, les cantari initiaux sont remplacés par la Rotta di Roncisvalle (pour l’édition de ce poème, voir Michele Catalano, op. cit., vol. III, p. 227-332).

9 « Ha, signori, rimato tutto questo / Sostegno di Zanobi da Fiorenza, / » (XL, 43). Cette dernière octave n’est présente que dans l’édition vénitienne de 1488, édition qui est à l’origine des éditions suivantes.

10 Michele Catalano, op. cit., vol. I, p. 94-95.

11 Ibidem, p. 96-97 et p. 114-115.

12 Spagna, II, 23, vol. II, p. 31.

13 Philippe Senac, L’occident médiéval face à l’Islam, l’image de l’autre, Paris, Flammarion, 1983.

14 Voir H. Krauss, Epica feudale e pubblico borghese, in Per la storia poetica di Carlomagno in Italia, a cura di A. Fassò, Padova, 1980, p. 8.

15 Jean-Pierre Martin, « La chanson de geste comme construction de la mémoire », colloque international Romance : Dimensions of Time and Designs of History, organisé par J. Whitman and The Center for Literary Studies, The Hebrew University of Jerusalem, 28-31 mai 2006.

16 Les deux manuscrits de la Biblioteca Marciana de Venise (V7 et V4 du stemma retenu par Cesare Segre), respectivement de la fin du xiiie et du début du xive siècle, proviennent également de la bibliothèque des Gonzague et contiennent un texte assonancé correspondant au texte d’Oxford suivi du remaniement propre aux manuscrits rimés.

17 Le manuscrit le plus fidèle de cette œuvre faisait aussi partie de la bibliothèque des Gonzague sous le n° 48.

18 La numérotation se réfère aux Cantari de la Spagna. Les traductions sont par nos soins.

19 C’est à ce moment-là que l’Entrée reprend.

20 Dans l’Entrée, l’ermite annonce aussi à Roland qu’il n’a plus que sept ans à vivre.

21 Robert Laffont, La Geste de Roland, vol. I, l’épopée de la frontière, Paris, L’Harmattan, 1991.

22 Lors de la divination opérée par Marsilio, la barque qui va indiquer le lieu vers lequel Charlemagne ira tourne dix-sept fois avant d’échouer « dans les pays d’Espagne » (IV, 26). Sur l’Espagne médiévale, voir par exemple Adeline Rucquoi, Histoire médiévale de la péninsule ibérique, Paris, Seuil, 1993.

23 Spagna I, 5, vol. II, p. 3. La numérotation indique le cantare et l’octave. Toutes les traductions sont par nos soins.

24 Entrée, v. 74-80.

25 Spagna, I, 5 et I, 9-10 vol. II, p. 3, 5-6.

26 Spagna XXII, 9-15, vol. II, p. 318-320.

27 Entrée, v. 1632-1665, 1780-1790, 2134, 2416-2417, 2578-2591, 2986-3013, 3251-3254, 3261-3270, 3406-3412, 3415-3416, 3487-3492, 3504-3519, 3613-3626, 3636-3642, 3666-3686, 3697-3725, 3734-3755, 3760-3762, 3770-3792, 3809-3816, 3819-3822, 3826-3845, 3862-3878, 3890-3901, 3904- 3927, 3932-3954, 3967-3975, 4034-4039, 4137-4144. Roland prie encore longuement sur le bateau qui l’emmène en Orient (v. 11717-11764) et chez l’ermite (v. 14951-14972). À propos des bases religieuses de la discussion de Roland et Ferragu sur la Trinité, voir Paulette Duval. « La chronique du pseudo-Turpin et la Chanson de Roland », in Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 25, 1978, p. 25-47.

28 Antoine Thomas, op. cit., vol. I, p. LVII.

29 Spagna, I, 11-15, vol. II, p. 6-9.

30 Spagna, I, 18, vol. II, p. 10.

31 Spagna, I, 41, vol. II, p. 22.

32 Spagna, I, 20, vol. II, p. 12.

33 Spagna, I, 38, vol. II, p. 21. Les possessions sont différentes de celles citées dans l’Entrée (v. 455-457). La Dalmatie disparaît au profit du Portugal et les principales villes et places fortes sont énumérées.

34 Spagna, VIII, 17, vol. II, p. 114.

35 Dans la chronique contemporaine d’un autre florentin, Giovanni Villani, Spagna est également accompagnée de la Catalogne, l’Aragon, la Castille, la Galice, la Navarre auxquels viennent s’ajouter les noms de quelques grandes villes. Cf. Giovanni Villani, Nuova cronica a cura di Giuseppe Porta, Parma, fondazione Pietro Bembo-Ugo Guanda ed., 1990 (I, 5, vol. I, p. 9).

36 Voir Solin, Collectanea rerum memorabilium, ed. Th. Mommsen, Berlin, 19582, 23.14, p. 105-106, Isidore de Séville, Etymologiae, XIV, iv, 2. « Europa autem in tertiam partem orbis divisa incipit a flumine Tanai, descendens ad occasum per septentrionalem Oceanum usque in fines Hispaniae » et, après eux, Brunetto Latini, Trésor, I, 121 et 123 (l’édition utilisée est celle a cura di P. G. Beltrami, P. Squillacioti, P. Torri, S. Vatteroni, Torino, Einaudi, p. 186-187 et 202-213) et Giovanni Villani, op. cit., vol. I, p. 8-10.

37 Brunetto Latini, op. cit., I, 123, 23, p. 210 et 212.

38 Notre analyse rejoint les observations d’Alberto Varvaro sur cette fonction de l’Espagne dans la poésie épique française. Voir « L’Espagne et la géographie épique romane », in « Medioevo romanzo », vol. XIV, p. 3-38, 1989. Les concepts de frontier et de boundary ont été étudiés par Claude Raffestin, « Frontières », in Cartes et figures de la terre, Paris, 1980, p. 412-421.

39 « Ja prist il Noples seinz le vostre comant ; / Fors s’en eissirent li Sarrazins dedenz, / Si·s cumbatirent al bon vassal Rollant. / Puis od les ewes lavat les prez del sanc : / Pur cel le fist, ne fust aparissant. » (v. 1775-1779).

40 Pseudo-Turpin, III.

41 Entrée, v. 11527, 10794, 9505, 9612, 9599, 9584, 4743, 4426, 9422, 4752, 6857, 6858, 7632, 9069.

42 Ibidem, v. 844-855.

43 Exception faite des animaux rencontrés par Roland lorsqu’il traverse la forêt après avoir bu à la fontaine enchantée (il ne s’agit donc plus d’un lieu géographique mais d’un lieu imaginaire où le poète développe un motif). Éléphants, lions, cerfs, lynx, léopards, buffles, chevreuils et loups (Spagna, XIV, 44, vol. II, p. 208) se veulent être le détail de ce que l’Entrée, dont l’auteur s’inspire, nommait « bestes mantes de salvaxine » (v. 11397).

44 Six femmes seulement apparaissent dans le poème, elles sont toutes épouses, sœurs, filles ou mères. Il n’y a aucune amante qui susciterait des scènes de tendresse ou de séduction.

45 Spagna, VI, 29-31, vol. II, p. 89 ; XII, 37, vol. II, p. 177.

46 Voir Federigo Melis, I mercanti italiani nell’Europa medievale e rinascimentale, Prato, Istituto internazionale di storia economica « F. Datini », 1990.

47 Dans la Spagna, le roi de Majorque figure aux côtés des puissances de la péninsule ibérique tandis que la chronique du Pseudo-Turpin le place parmi les souverains orientaux qui accompagnent Agolant (Pseudo-Turpin, IX). Cette modification prend en compte la géographie politique du temps de l’écriture.

48 Spagna, VI, 5, vol. II, p. 82.

49 Alberto Varvaro souligne que, dans l’épopée française, Gibraltar ne semble pas constituer une frontière entre des états musulmans unis par la foi. Alberto Varvaro, op. cit., p. 11-12. Outre les raisons religieuses invoquées, les poètes ont pu se référer aux Étymologies d’Isidore de Séville qui indiquent deux Hispanies : « Duae sunt autem Hispaniae : Citerior, quae in septentrionis plagam a Pyrenaeo usque ad Cartaginem porrigitur ; Vlterior, quae in meridiem a Celtiberis usque ad Gaditanum fretum extenditur. », Etymologiae, XIV, iv, 30.

50 Spagna, II, 9-10, vol. II, p. 26-27.

51 Entrée, v. 7437-7479.

52 Historia Karoli Magni et Rotholandi, VI.

53 Ibidem, IX.

54 Les liens privilégiés existants entre oncle et neveux dans la société féodale sont systématiquement appliqués aux païens.

55 Spagna XV, 20, vol. II, p. 214.

56 Voir André Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères, Genève, Droz, 1986. Entrée : tome II, vol. 4, p. 603.

57 Aiol, chanson de geste publiée d’après le manuscrit unique de Paris par J. Normand et G. Raynaud, Paris, Société des Anciens Textes Français, 1877, p. 27, v. 892-897.

58 « grains et dolans », ibidem, p. 78, v. 2651.

59 Spagna, XV, 39, vol. II, p. 220.

60 Spagna, XVII-XVIII, vol. II, p. 224-256.

61 Spagna, XX, 19, vol. II, p. 291.

62 Spagna, XX, 26, vol. II, p. 293.

63 Spagna, XX 22, vol. II, p. 292.

64 Spagna, XX, 23, vol. II, p. 292.

65 Spagna, XXXVII, 37, vol. III, p. 131.

66 Jacques Le Goff, « Discours de clôture », in Popoli e paesi nella cultura altomedievale, Spoleto, Centro italiano di studi sull’Alto Medioevo, 1983, vol. II, p. 837.

67 Spagna, XV, 31 et XVI, 7, vol. II, p. 218 et 227.

68 Spagna, XVIII, 40, vol. II, p. 268.

69 Parmi les compagnies, nées en France après la bataille de Poitiers, qui passèrent en Provence avant de rejoindre l’Italie, citons la compagnie dite de « Pont-Saint-Esprit » du nom de la ville qu’elle ravagea en 1360, la compagnie dite « de Provence » qui menaça Avignon et occupa la Provence pendant dix-sept mois, la « compagnie espagnole » qui pilla Vaison ou la célèbre « Compagnie blanche ». À ces compagnies s’ajoutent celles, commandées par Currado Lupo, Fra Moriale et Francesco da Camerino, qui avaient participé à la guerre entre Louis de Hongrie et Jeanne de Naples et furent chassées du royaume de Naples par Louis de Tarente. Sur ce sujet, nous nous permettons de renvoyer à notre article « Florence en guerre au xive siècle : ‘la guerre de Pise’ », in Villes en Guerre xive-xve siècles, sous la direction de Christiane Raynaud, Aix-en-Provence, PUP, « Le temps de l’histoire », 2008, p. 85-102.

70 Spagna, XXIV, 19, vol. II, p. 351.

71 Spagna, Introduction, vol. I, p. 26.

72 Voir, par exemple, la ville de Pampelune prête à soutenir le siège car approvisionnée pour dix ans en pain, en vin et autres provisions (Spagna, IX, 18, vol. II, p. 129).

73 Entrée, v. 4205-4410.

74 Spagna, VII, 14-20, vol. II, p. 99-101.

75 Spagna, IX, 6-12, vol. II, p. 125-127.

76 Spagna, X, 44-47 et XI 3-12, vol. II, p. 151-152 et p. 153-156.

77 Spagna, XIII, 4-14, vol. II, p. 183-186.

78 Spagna, VIII, 6, vol. II, p. 110-111.

79 Spagna, VIII, 8, vol. II, p. 111.

80 Spagna, XVI, 11, vol. II, p. 227.

81 Spagna, XVII, 14, vol. II, p. 247.

82 Spagna, XVI, 36, vol. II, p. 236 : tous les habitants de La Mecque sont sortis de la ville pour voir le combat entre Roland et Amostante. XVIII, 8, vol. II, p. 259 : le sultan, sa fille et les dames de compagnie de celle-ci s’installent dans un « beau palais » pour voir, « tout à leur aise », le combat entre Polinoro et Roland.

83 À propos des « armeggiate » et tournois florentins, voir notre article « Fêtes religieuses et profanes à Florence au xive siècle », in « Cahiers d’Études Romanes » n. s. n° 18/1 Rites et rythmes urbains, Centre Aixois d’Études Romanes (E A 854), Aix-Marseille Université, 2008, p. 9-22.

84 Notons, par ailleurs, qu’au moment de l’intervention de Charles en Espagne, il n’est pas encore empereur, mais la Chanson de Roland avait déjà fait fi de ce ‘détail’.

85 Spagna, XXII, 3-6, vol. II, p. 316-317.

86 Traditionnellement, Calais n’appartient pas à la toponymie épique. L’auteur la cite et précise que Charles la possède « avec honneur », peut-être à cause de la perte de cette ville, devenue anglaise en 1347.

87 Spagna, I, 36-37, vol. II, p. 20.

88 Spagna, I, 8-9, vol. II, p. 4-5.

89 Spagna, I, 4, vol. II, p. 2-3. Cette généalogie des rois carolingiens est organisée en cycle par Andrea da Barberino dans I reali di Francia (Andrea da Barberino, I reali di Francia a cura di Giuseppe Vandelli e Giovanni Gambarin, coll. « Scrittori d’Italia », n° 193, Bari, 1947).

90 Spagna, XIV, 10, vol. II, p. 197-198.

91 Spagna, XIV, 21-22, vol. II, p. 201.

92 Spagna, II, 12-29, vol. II, p. 28-33.

93 Claude Roussel, « La reine aubergiste : misère et hospitalité dans les chansons de geste du xive siècle », in Représentations médiévales de l’hospitalité, Actes du colloque de Clermont-Ferrand (20-22 janvier 2000), Littérales n° 27, Paris X-Nanterre, 2001, p. 75-89.

Auteur

Aix-Marseille Université
Membre de la « Medieval Chronicle Society » et du Centre aixois d’Études romanes (CAER), professeur de langue et littérature médiévales de l’Italie, spécialiste de l’écriture de l’Histoire et de l’édition de textes historiques médiévaux. Ses travaux de recherche concernent l’historiographie florentine depuis ses origines ainsi que les témoins florentins de la littérature épique et les rapports entre épopée tardive et historiographie. Auteur, entre autres, des articles sur les chroniqueurs florentins de l’« Encyclopedia of The Medieval Chronicle » (éd. Brill), elle a aussi publié le volume Images de la femme dans l’historiographie florentine du XIVe siècle, Aix-en-Provence, PUP, « Le temps de l’histoire », 2009.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search