Version classiqueVersion mobile

Poésie de l’Ailleurs

 | 
Estrella Massip i Graupera
, 
Yannick Gouchan

Préface

Yannick Gouchan

Texte intégral

1La notion d’Ailleurs dans le domaine de la littérature offre un champ d’exploration aussi vaste que complexe, eu égard à la multiplicité des formes et des modalités qu’elle peut recouvrir. Tour à tour lié au déplacement et à la découverte, au lointain et à l’évasion, mais aussi à l’altérité et à l’étrangeté, à l’exotisme et au merveilleux, l’Ailleurs littéraire a souvent été étudié suivant les axes du voyage et de la confrontation avec l’Autre. Le terrain le plus propice à ce genre de recherches et d’études semblerait être le territoire narratif, qu’il s’agisse de romans, de nouvelles ou de récits de voyages, voire d’autobiographies ou de journaux. En effet, si l’on considère le thème du voyage vers un Ailleurs plus ou moins lointain – qui peut osciller entre le rêve, la rêverie et la réalité en fonction du caractère même de cet Ailleurs –, la littérature narrative occidentale présente une richesse considérable d’exemples qui constituent autant d’objets d’analyse. Mais qu’en est-il dans le territoire de la poésie ?

  • 1 Jean-Michel Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, Paris, PUF, 1998.

2Ce volume est intitulé Poésie de l’Ailleurs, ce qui suppose une exploration dans le domaine spécifiquement poétique, au-delà donc d’une « possibilité narrative de l’Ailleurs1 », déjà régulièrement parcourue par les chercheurs depuis plusieurs années. Les études qui composent de manière complémentaire et thématique ce volume collectif proposent de présenter en revanche une « possibilité poétique de l’Ailleurs », c’est-à-dire l’ouverture d’un champ d’investigation pour trouver des constantes ou des ruptures symptomatiques en mesure d’exprimer l’Ailleurs sous toutes ses formes, à l’intérieur d’un vaste corpus de poésie. Le domaine qui a été privilégié pour orienter les recherches est celui des langues romanes en Europe occidentale – mais aussi en Amérique latine, par extension –, creuset des grandes formes métriques et de certains genres spécifiques de la poésie depuis l’époque médiévale.

3Le discours lyrique, amoureux, mystique, la dimension épique, le poème satirique, le genre mélodramatique, la poésie de type existentiel et ontologique et la poésie expérimentale offrent ainsi de multiples points d’appui pour aborder la question d’un Ailleurs qui se construit, se cherche et se découvre au cœur même de l’écriture poétique.

  • 2 L’expression vient du poète italien Giovanni Giudici (né en 1924).

4Existe-t-il une spécificité de l’Ailleurs propre au langage poétique, lui-même considéré comme « une langue étrangère par excellence2 » ? Est-il possible d’analyser la notion d’Ailleurs dans la poésie plus largement qu’à partir du voyage et de l’exotisme ? Que révèlent les différentes formes de cet Ailleurs multiple sur l’évolution de l’écriture poétique occidentale – à tout le moins romane, puisque le volume se consacre à une aire culturelle qui couvre les péninsules italienne et ibérique, la France et les pays hispanophones américains – depuis l’invention troubadouresque de « l’amour de loin » (un Ailleurs nécessaire, en quelque sorte), jusqu’aux hybridismes linguistiques de la poésie expérimentale contemporaine (un Ailleurs dans la langue et les genres) ?

  • 3 Henri Meschonnic, La rime et la vie, Lagrasse, Verdier, 1990.

5Meschonnic nous a appris que la poésie « n’invente pas un autre monde mais transforme le rapport qu’on a avec celui-ci3 ». En effet, l’étude des corpus que propose le volume Poésie de l’Ailleurs a sans cesse été motivée par l’examen attentif des modalités linguistiques, stylistiques, métriques, prosodiques afin de révéler comment l’écriture transforme véritablement, au cours des siècles, la perception que le poète – et donc son lecteur – pouvait, peut ou pourrait avoir du monde.

6Le volume comporte trois grands chapitres qui permettent d’évaluer trois grandes catégories dans la notion d’Ailleurs littéraire : la poétique de l’espace dans la poésie ; le langage poétique et ses instruments ; l’altérité et la conscience poétique.

7Outre ces trois catégories qui, selon les auteurs du volume, rendent possible l’élargissement de la recherche au-delà des thèmes classiques du voyage et de la découverte, c’est-à-dire vers l’intériorité (l’Ailleurs mental) et vers l’excursion dans les langages (l’Ailleurs linguistique), un effort de transversalité scientifique a constamment été recherché, afin d’instaurer un dialogue fructueux entre les pratiques poétiques de cultures différentes, bien qu’issues du socle grec et latin. L’aire littéraire concernée correspond, on l’a annoncé, à la péninsule italienne, au domaine hispanique (Espagne de langue castillane et catalane), au domaine latino-américain (Amérique centrale), et au Portugal, mais aussi à la littérature française et occitane. Les auteurs qui font l’objet des essais appartiennent à des traditions méditerranéennes et romanes à la fois proches et lointaines (encore, sans doute, une autre dimension de l’Ailleurs qu’il faut considérer avec attention). Ainsi, malgré la parenté entre des langues ayant un ancêtre commun, le volume permet de mieux saisir, au fur et à mesure de la lecture, comment l’expression poétique d’un Ailleurs, tout d’abord partagée par la quasi-totalité des traditions littéraires au Moyen Âge et à la Renaissance (puisque la poésie se concevait surtout selon la transmission de modèles illustres, dans un mouvement constant de transferts culturels entre Italie, Espagne et France, principalement), devient peu à peu spécifique à chaque tradition locale, au gré des évolutions des langues nationales ou régionales.

8L’autre choix scientifique qui a présidé à l’élaboration de cet essai collectif concerne l’axe diachronique. Afin d’éviter une histoire de l’Ailleurs au cours des siècles et dans plusieurs pays, les auteurs ont préféré orienter le propos vers l’évolution historique au cœur même des trois grandes problématiques qui structurent le volume : l’étude de l’Ailleurs spatial des poèmes épiques et narratifs médiévaux jusqu’aux poétiques contemporaines de l’ici et de l’au-delà ; puis la prise en compte de la dimension linguistique dans l’élaboration des poétiques des xve et xvie siècles espagnols jusqu’aux formes les plus récentes de la poésie italophone d’origine étrangère ; enfin « l’Orient de l’âme » qu’Herman Hesse esquissait au siècle dernier est abordé comme une étude de la conscience de l’Ailleurs et de l’Autre depuis le cas emblématique du mélodrame italien au xviiie siècle jusqu’aux poètes latino-américains d’aujourd’hui. La structure thématique du volume suivant les trois catégories de l’Ailleurs semble montrer, mieux que la diachronie traditionnelle, les types de représentation de cette notion.

  • 4 Théophile Gautier, España.

9L’essai a pour ambition d’apporter des éléments de réponse à des problématiques qui concernent aussi bien les études littéraires que l’histoire de la culture en général. Il s’agit de comprendre, à travers de nombreux exemples emblématiques d’une aire culturelle précise, comment l’écriture poétique propose de représenter ce « désir d’être absent de moi-même4 ». La poésie est donc considérée comme langage et territoire d’un Ailleurs nécessaire pour notre horizon humain.

  • 5 Nom de pays : le nom, dans Marcel Proust, Du côté de chez Swann.

10Le premier chapitre, Ailleurs dans l’espace, propose d’aborder le déplacement du sujet poétique, déplacement qui s’avère parfois effectif (le poète voyageur et le récit de conquête en vers), mais le plus souvent imaginaire, sublimé, voire merveilleux. Ce chapitre inclut aussi, inévitablement, une analyse des Ailleurs topographiques et de leur fonction poétique, à savoir la puissance évocative contenue dans ce que Proust appelle le « nom de pays5 ». Deux premiers essais sur la poésie du Moyen Âge et de la Renaissance permettent ainsi de mieux comprendre les voyages et les conquêtes dans la littérature épique (comme L’entrée d’Espagne) et chevaleresque-courtoise (Le Roland furieux, source infinie d’inspiration pour la littérature et les arts dans l’Europe de la Renaissance et de l’âge baroque). Il s’agit ici d’espaces géographiques réels ou fantastiques, fortement conditionnés par les codes génériques des modèles alors en vigueur ou bien par les exigences spécifiques des cours princières. L’Ailleurs côtoie le réalisme guerrier et le magique, mais il dévoile aussi les implications idéologiques et politiques des poèmes de cette époque. Les trois études suivantes concernent les modalités de la séparation, de l’absence et du lointain comme expressions d’un Ailleurs spatial. Cette fois-ci il s’agit d’examiner la poésie lyrique et amoureuse, d’abord celle des troubadours (dont l’étude sur Jaufré Rudel montre la modernité), puis celle du Siècle d’Or castillan (Garcilaso, Cetina et De la Torre). Le rapport entre le sujet lyrique et la dame, ou plus largement le je et le tu, est fondé sur un éloignement ou une absence. D’autre part, un essai sur le poète italien Guido Gozzano (début du xxe siècle) contribue à fournir un pendant moderne au double problème du voyage immobile et du lointain, car le poète évoque avec ironie une « île non trouvée » dont il est absent. La transition est possible avec les trois essais suivants consacrés à la dialectique entre « ici » et « au-delà ». En effet, dans la problématique de l’Ailleurs spatial il est aussi question d’évasion au sens propre et au figuré, comme ce sera le cas de Machiavel en prison, auteur de deux poèmes. Dans la période contemporaine, l’espace étranger agit comme révélateur à la fois esthétique et moral de l’ici (chez le poète italien Vittorio Sereni, d’abord en Afrique, puis en Allemagne et en Hollande), et il permet également de mieux affirmer une insularité complexe (chez le poète minorquin Ponç Pons qui, contrairement à Guido Gozzano, cité plus haut, a bien trouvé son île édénique). L’Ailleurs dans l’espace ne se réduit donc pas seulement au déplacement du sujet mais il a trait, dès l’époque médiévale et de plus en plus dans la période contemporaine, à un sentiment de l’ici – hostile ou bien paradisiaque – qui s’éloigne et à partir duquel se construit le discours poétique.

11Le deuxième chapitre du volume, L’Ailleurs dans le langage poétique, débute par une série d’études sur l’altérité du langage (langues étrangères entremêlées, langue versus dialectes) et sur la façon dont la langue poétique peut spécifiquement exprimer l’Ailleurs (en tant que langage autre par rapport à la prose narrative). Le mélange entre langues poétiques de l’aire romane face au monde islamique au Moyen Âge fait l’objet d’une étude sur Le fou d’Elsa d’Aragon, creuset de romanité dans lequel l’Ailleurs tient une place fondamentale. Les langues venues d’ailleurs dans le monde contemporain sont représentées par un essai sur la poésie dialectale de Pier Paolo Pasolini (étape cruciale de son parcours artistique), puis un état des lieux sur la richesse incroyable de la production poétique actuelle en langue italienne de la part d’auteurs d’origine étrangère (Africains, Iraniens, Albanais, etc., autant de poètes venus « d’ailleurs » qui s’approprient la langue de leur nouvel « ici »). Mais au-delà de la langue parlée dans l’aire romane, il est aussi question de langage au sens large. L’Ailleurs parvient à trouver sa propre langue à travers la poésie, ses moyens d’expression propres, comme chez le poète espagnol et français Claude Esteban (exemple d’un exil dans le langage) ou dans les audaces aux limites d’une anti-poésie de Miguel Romero Esteo, exemple d’hybridisme. Si les différentes formes de langage de l’Ailleurs sont étudiées par le biais de la voix et du geste, un certain nombre de poétiques se sont directement fondées sur l’idée d’un Ailleurs, possible ou impossible, constructif ou ravageur. Trois exemples de poètes sont proposés pour comprendre l’intervention essentielle de l’Ailleurs intériorisé dans la constitution d’une identité littéraire : Ausiàs March, poète valencien d’expression catalane du xive siècle, l’italien Giacomo Leopardi, au xixe siècle, et Concha Méndez pour l’Espagne du xxe siècle. Le dehors linguistique qui alimente sans cesse la poésie des pays de langue romane démontre également que l’Ailleurs est une condition de l’écriture en vers, plus que jamais.

  • 6 Antonio Prete, Trattato della lontananza, Torino, Bollati Boringhieri, 2008, p. 180.
  • 7 « Je découvre en intrus mon paysage humain », Jules Supervielle, Nocturne en plein jour.

12Le troisième et dernier chapitre aborde le problème de la conscience de l’Ailleurs en poésie. Après avoir appris comment l’écriture poétique envisage le déplacement, la dialectique avec l’ici, la gestion de l’absence par le sujet lyrique, l’appropriation de langues « autres » et la perception de l’Ailleurs comme condition même de l’écriture, il s’agit de saisir désormais la nature de la relation qui peut s’établir entre le je ici et l’autre (d’) ailleurs (L’Ailleurs et la vision de l’Autre). Deux études montrent qu’au xviiie siècle, en particulier, l’image de l’autre dans la poésie est très importante car elle suppose des implications esthétiques, politiques et idéologiques : les livrets d’opéra de Métastase, pour l’Italie, et la poésie satirique au Portugal constituent deux cas extrêmement intéressants. La connaissance et la conscience d’un Ailleurs contribuent à une vision du monde par la poésie. À cet égard, le grand critique italien Antonio Prete a déjà remarqué que « l’imagination de l’ailleurs construit un autre monde, à la fois revers et accomplissement de ce monde-ci, sa négation et sa confirmation6 ». Dans la pastorale au xviie siècle le poète castillan López de Mendoza démontre comment l’Ailleurs participe – suivant des codes génériques – de la conscience d’un espace-temps particulier. Au début du xxe siècle, en Italie, le poète Dino Campana incarne un cas presque limite de conscience de l’Ailleurs. Plus près de nous, au xxe siècle (près de nos langues romanes, mais loin de notre continent), la poésie d’Amérique centrale traite souvent d’un Ailleurs mythique dont les modalités sont évoquées dans les deux dernières études de ce volume. La spécificité des sources d’inspiration pour « dire l’Ailleurs » dans la poésie centraméricaine n’empêche cependant pas une constante, au-delà des océans : l’Ailleurs considéré comme condition – parmi d’autres – de la poésie découvre notre « paysage humain7 », comme l’affirme un poète français familier des Amériques.

  • 8 Fabrice Midal, Pourquoi la poésie ?, Paris, Agora, 2010.

13Gageons que le lecteur découvrira l’étendue du territoire poétique des pays de l’aire culturelle romane à travers le prisme révélateur de l’Ailleurs sous ses différentes formes. En somme, « C’est cet ailleurs, où seul il est possible de vivre authentiquement que la poésie nous apprend à connaître – et c’est pour cette raison qu’elle est si nécessaire8 ».

Notes

1 Jean-Michel Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, Paris, PUF, 1998.

2 L’expression vient du poète italien Giovanni Giudici (né en 1924).

3 Henri Meschonnic, La rime et la vie, Lagrasse, Verdier, 1990.

4 Théophile Gautier, España.

5 Nom de pays : le nom, dans Marcel Proust, Du côté de chez Swann.

6 Antonio Prete, Trattato della lontananza, Torino, Bollati Boringhieri, 2008, p. 180.

7 « Je découvre en intrus mon paysage humain », Jules Supervielle, Nocturne en plein jour.

8 Fabrice Midal, Pourquoi la poésie ?, Paris, Agora, 2010.

Auteur

Aix-Marseille Université
Professeur de littérature et civilisation italiennes contemporaines, membre du Centre aixois d’Études romanes (CAER), spécialiste de la production poétique (problèmes de prosodie, fusion entre lyrisme et récit, autobiographie en vers). Il a publié des travaux sur les poètes italiens Giovanni Pascoli, Gabriele D’Annunzio, Attilio Bertolucci, Vittorio Sereni, Umberto Saba, Sandro Penna, Salvatore Quasimodo et Paolo Maccari.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search