Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Israël/Palestine, l'illusion de la séparation

 | 
Stéphanie Latte Abdallah
, 
Cédric Parizot

Israël dans l’espace migratoire international

Migrations d’asile et nouveaux acteurs de la frontière israélo-égyptienne

Lisa Anteby-Yemini

Texte intégral

1Cet article porte sur les acteurs qui traversent, négocient et contribuent à fabriquer la frontière israélo-égyptienne dans le cadre des récentes migrations forcées en provenance d’Afrique vers Israël. Depuis 2005, un nombre croissant de demandeurs d’asile, principalement d’Érythrée et du Soudan, traversent clandestinement la frontière israélo-égyptienne ; en 2016, ils sont près de 45 000 en Israël et leur statut fait l’objet de débats virulents dans la société israélienne. Certains sont détenus, mais la majorité ont obtenu une protection temporaire et se concentrent dans certains quartiers de différentes villes. Travaillant comme main-d’œuvre bon marché – et souvent exploitée –, ils y recréent des espaces communautaires et se mobilisent pour revendiquer leurs droits. Depuis le printemps 2012, le gouvernement israélien a durci son attitude envers ces demandeurs d’asile et le climat social de plus en plus hostile à leur présence donne parfois lieu à de violentes dérives xénophobes.

  • 1 Ce terme désignait dans les années 1950 les Palestiniens qui, après l’exode suscité par la guerre d (...)

2Une première partie examinera les acteurs informels et formels qui encadrent les mobilités de ces migrants et contribuent ainsi à « fabriquer » la frontière israélo-égyptienne. Je mettrai ainsi en perspective le rôle des passeurs qui facilitent les passages clandestins avec celui de l’État d’Israël qui organise la sécurisation des infrastructures frontalières ainsi que le durcissement des mesures juridiques à l’égard des migrants. Une deuxième partie se penchera sur un second groupe d’acteurs israéliens : ceux qui s’efforcent de négocier le fonctionnement de cette frontière, en la distendant selon une logique humanitaire pour laisser traverser les « réfugiés » africains (société civile et ONG) ou au contraire en la réduisant à sa fonction de barrière pour contrer le flux « d’infiltrés1 » africains. Enfin, une dernière partie se concentrera sur les migrants eux-mêmes, qui sont le plus souvent perçus comme victimes de cette traversée (victimes de trafic d’êtres humains, criminalisés et exploités économiquement en Israël) alors qu’on pourrait également, dans une approche différente, les considérer comme des agents de globalisation et des instigateurs de nouvelles formes de citoyennetés urbaines.

  • 2 Plusieurs séjours de terrain, en partie financés par le projet d’ANR « MOFIP » dirigé par Stéphanie (...)

3Ainsi, une diversité d’acteurs (locaux, nationaux, privés, publics) fait « fonctionner » la frontière (passeurs, soldats égyptiens et israéliens, ONG, municipalités, employeurs, comités de quartier, États, demandeurs d’asile) et il s’agira de comprendre comment chacun construit, contrôle, traverse, contourne, défie, reproduit ou dissout les frontières politiques et administratives entre l’Égypte et Israël et les frontières symboliques dans la société en fonction de l’évolution des politiques répressives ou humanitaires de l’État israélien. Les printemps arabes et la révolution égyptienne ne semblent pas avoir autant influencé ces flux migratoires que la politique israélienne de sécurité et de contrôle. Cet article examinera donc de façon approfondie les dispositifs mis en place en Israël2, et non en Égypte, un pays où nous n’avons pu conduire de recherche sur les ONG et les associations de soutien aux migrants africains.

Fabriquer la frontière : passage clandestin et contrôle étatique

4Depuis le milieu des années 2000, la frontière avec le Sinaï a pris de plus en plus d’importance aux yeux de différents acteurs. Pour les passeurs bédouins, l’arrivée des migrants africains fuyant persécutions et conflits, a renforcé les enjeux économiques que recouvrait cette frontière à travers laquelle ils avaient déjà mis en place de nombreux trafics (drogue, prostituées, biens de consommation courante). Pour l’État d’Israël, elle devient une frontière migratoire doublée d’une forte dimension stratégique. En effet, en dehors des défis posés par l’arrivée des migrants subsahariens, le blocus instauré autour de la bande de Gaza en 2006 a transformé le Sinaï en corridor d’acheminement de biens de consommation courante et d’armes qui entrent par les tunnels dans la bande côtière. En outre, depuis quelques années, l’armée égyptienne se heurte à l’insurrection croissante des populations bédouines de cette région dont certains groupes sont affiliés à al‑Qaida. Israël a d’ailleurs été soumis à des attaques terroristes conduites par des islamistes liés au groupe Ansar Beit Al‑Maqdis ; ayant pénétré dans le Néguev en août 2011, ils ont tiré sur un bus israélien près d’Eilat, tuant 8 civils.

Les « entrepreneurs de la frontière » : passeurs bédouins et économie frontalière

Depuis 2005, les itinéraires des migrants africains ont rapidement évolué au point de donner lieu à des voyages de plus en plus organisés, à partir des pays d’origine et moins à partir des lieux de transit comme auparavant. Entre 2005 et 2009, c’est au Caire que les migrants forcés rencontraient le plus souvent les passeurs bédouins qui les conduisaient à travers le désert du Sinaï jusqu’à la frontière israélienne pour une somme qui variait de 500 $ à 3 000 $ environ (Anteby-Yemini, 2008). Les revenus générés par 1 500 migrants traversant chaque mois la frontière dégageraient en moyenne un chiffre d’affaires de 45 millions de dollars par an. Certains migrants avaient vécu plusieurs années en Égypte ou au Soudan alors que d’autres n’avaient quitté que quelques semaines auparavant leur pays d’origine, décidant à l’avance de tenter le passage vers Israël ou choisissant en route cette destination. Les chaînes migratoires étaient multipolaires, avec des étapes plus ou moins longues où les migrants accumulaient des ressources et des informations pour alimenter un savoir-circuler ; la ré-émigration ou la migration circulaire était aussi de mise (par ex. d’Égypte en Libye, parfois en Europe puis de retour en Libye ou en Égypte) comme pour d’autres Subsahariens (Timera, 2009). Les demandeurs d’asile traversaient donc plusieurs frontières avant de franchir celle avec Israël.

Récemment, les itinéraires se sont étendus et complexifiés tant les réseaux de certains passeurs s’organisent pour développer des activités de prédation et d’extorsion. Ainsi, avec l’aide d’intermédiaires, des membres de la tribu des Rachaïda, dispersée au Soudan et en Érythrée, pénètrent fréquemment dans des camps de réfugiés de ces pays ou entrent directement en contact avec des migrants sur les chemins de l’exil pour leur proposer d’organiser leur voyage. En réalité, ces passeurs « vendent » ces migrants aux Bédouins du Sinaï qui les mènent ensuite vers Israël – souvent sans passer par Le Caire –, établissant aussi des réseaux criminels organisés, sur le modèle de « l’industrie de la migration » ailleurs dans le monde (Gammeltoft-Hansen et Nyberg-Sorensen, 2013).

  • 3 Cf. The Dead of the Wilderness: testimonies from Sinai Desert, rapport, Hotline for Migrant Workers (...)
  • 4 « Israel does not arrest Sinai suspects », quotidien Haaretz, 30/11/2011.
  • 5 Annual country report on human rights practices, US State Department, 2011.

Depuis 2010, certains migrants rapportent qu’ils sont kidnappés en Érythrée ou au Soudan et ignorent qu’on les emmène en Israël3. D’autres sont détenus des semaines voire durant des mois par des Bédouins dans le Sinaï en échange d’une rançon dont la somme peut s’élever jusqu’à 10 000 $ voire 20 000 $ (et parfois plus). En général, les passeurs contactent par téléphone portable les familles des migrants en Europe, aux États-Unis, au Canada, en Arabie Saoudite, en Israël ou en Érythrée et leur font entendre les voix des otages qui les supplient d’envoyer la somme requise. Les paiements se font par l’intermédiaire de complices et de boutiques de transferts de fonds en Égypte ou en Israël. Récemment des ONG israéliennes ont critiqué le gouvernement pour son inaction4 et le rapport annuel du ministère de l’Intérieur américain a également demandé que ce trafic d’êtres humains soit enrayé5.

  • 6 « Hamas Torturing 250 Eritreans in Egypt”, Menahem Gantz, Ynetnews, 29/10/2010 cited in the report (...)

Le trafic d’organes rapporte également des revenus aux passeurs : des migrants m’ont rapporté que certains de leurs compatriotes ont été emmenés de force dans des dispensaires au Sinaï et n’en sont jamais revenus ; certaines ONG font état de cadavres de migrants africains trouvés avec les organes arrachés. Aussi, ces passeurs sont-ils devenus de véritables « entrepreneurs informels de la frontière » (Andreas, 2000 ; Parizot, 2008) qui en tirent des sources de profits considérables ces dernières années. A ces gains générés par cette « commercialisation de la migration » (Gammeltoft-Hansen et Nyberg‑Sorensen, 2013) s’ajoutent les rançons sans précédent que les passeurs ont commencé à exiger pour la libération de migrants retenus. Ainsi, de nouvelles hiérarchies au sein des tribus bédouines émergent, où certains individus acquièrent un statut élevé par leur enrichissement ainsi qu’un rôle politique, si – comme certains articles de presse le prétendent – les revenus de cette économie informelle alimenteraient des mouvements palestiniens radicaux ainsi que des groupes djihadistes de la région6. Quoi qu’il en soit, les réseaux de passeurs bédouins contrôlent le passage vers Israël et développent, comme ailleurs, une véritable entreprise économique de la migration irrégulière avec des chaînes internationales d’intermédiaires répartis sur de multiples sites (Sassen, 2011).

Le renforcement des opérations de sécurisation et de surveillance de la frontière et le durcissement de la politique migratoire israélienne a encouragé cette économie car, en rendant la traversée clandestine de plus en plus difficile, elle rend les migrants de plus en plus précaires et vulnérables aux extorsions des passeurs.

« Sécuriser » la frontière : État-nation, contrôle et souveraineté territoriale

5Avant 2005, les autorités égyptiennes étaient assez tolérantes à l’égard de la contrebande de migrants vers Israël. Après cette date, elles ont fait preuve d’une brutalité croissante à l’égard de ceux qui tentaient de traverser la frontière (arrestations, rapatriement, tirs), ceci n’empêche pas certains officiers ou soldats de fermer les yeux contre des pots de vin payés par les passeurs. Du côté d’Israël, la gestion de cette frontière a également évolué en l’espace de quelques années. Peu regardantes, les autorités israéliennes ont progressivement adopté une posture sécuritaire en érigeant une clôture de plus en plus hermétique.

D’une frontière « ouverte » à la « barrière de sécurité »

6Compte tenu du nombre croissant de migrants subsahariens qui traversent depuis 2005 sa frontière sud, le gouvernement israélien a décidé de construire une clôture tout le long de son tracé. Cependant, ce processus a pris un certain temps. Jusqu’en 2009 cette frontière n’était délimitée que par des morceaux de grillages ou des fils barbelés peu élevés et relativement faciles à franchir. Elle contrastait donc avec les autres zones frontalières d’Israël équipées de systèmes de détection et de surveillance très sophistiqués (Liban, Syrie).

  • 7 Au total 64 464 migrants sont entrés en territoire israélien dont 43 000 se trouvaient encore en Is (...)

7L’augmentation du nombre de migrants africains en Israël s’est opérée sur un laps de temps très court : alors que jusqu’en 2006, ils étaient en tout et pour tout 2 700 à être entrés sur le territoire, en 2007 ils sont 5 383 ; en 2008, 9 142 ; en 2009, 4 437 ; en 2010, 14 746 ; en 2011, 17 201 ; en 2012, 10 441 ; en 2013, 117 ; en 2014, 62 et en 2015, 2207. Depuis 2013 les chiffres ont chuté en raison de l’instabilité politique au Sinaï, de l’achèvement de la barrière et du durcissement du traitement des migrants par les passeurs bédouins et par les autorités israéliennes.

8À la fin de 2013, la barrière frontalière (ou « clôture intelligente », comme l’appellent les officiels israéliens) a été achevée sur les 266 km de frontière. Sa construction, qui a demandé un investissement de plus de 1,5 milliard de shekels, a d’ailleurs fait l’objet en 2012 de longs débats au sein du gouvernement pour savoir quel ministère – la Défense ou l’Intérieur – en assurerait le coût. Des sociétés de construction privées ont été sélectionnées par l’État pour ériger la clôture ; elles ont fait appel à l’industrie pour les matériaux de construction (ciment, barbelés…) et ont recruté une main-d’œuvre importante dont des demandeurs d’asile africains.

9Cette barrière vient matérialiser la frontière territoriale par un grillage métallique haut de 5 m surmonté de barbelés, des tours de surveillance, des radars et des caméras infrarouges. Si la construction de cette clôture est un acte unilatéral d’Israël, l’Égypte n’a montré aucune opposition et il n’existe aucun désaccord sur le tracé de cette frontière. Les seules contestations sont venues de la Société israélienne pour la protection de la nature (SPNI), qui a dénoncé les dommages de cette barrière sur l’environnement.

10Cependant, si les flux semblent se tarir, des récits circulent déjà sur le franchissement clandestin de la frontière par-dessus la clôture, à travers des trous dans les grillages et même par des tunnels passant par dessous. Comme dans de nombreux autres pays, les passeurs organisent de nouveaux itinéraires, par voie maritime ou terrestre. Certains parlent déjà des chemins possibles à travers la frontière beaucoup moins contrôlée entre Israël et la Jordanie. Bien qu’aucune embarcation ne soit encore partie du Sinaï vers la Jordanie, la marine israélienne a déjà renforcé sa surveillance dans le golfe d’Eilat en y déployant des détecteurs ultra-sensibles. Le gouvernement israélien prévoit également de construire une barrière entre Israël et la Jordanie et des discussions sont en cours quant à ce projet. Toutefois, il est certain que les routes migratoires africaines se sont déplacées du Sinaï vers la Libye, mettant fin, dans une certaine mesure, aux « camps de torture » des passeurs bédouins, mais mettant fin aussi au trafic de drogue entre l’Égypte et Israël, trafic dont l’ampleur a redoublé de la Syrie vers Israël (via le Golan).

11Ainsi, selon une approche classique de la frontière comme barrière, le gouvernement israélien justifie la construction d’une clôture sur sa frontière avec l’Égypte par la migration africaine qualifiée d’illégale et la situation politique au Sinaï ; les relations entre territoire, souveraineté et sécurité s’en trouvent renforcées et l’État, par ce pouvoir de contrôle sur cette ligne de démarcation, « fait la frontière », comme dans d’autres pays (Bigo, 2010). Ce blindage des frontières s’inscrit dans une évolution mondiale qui voit la multiplication des clôtures et la fermeture des espaces nationaux comme un moyen de lutte contre l’immigration irrégulière, les trafics illicites et le terrorisme (Vallet, 2014). En réalité, ce processus rend les migrants de plus en plus dépendants et vulnérables à l’égard des passeurs et fait des frontières des espaces de plus en plus meurtriers. C’est le cas le long de la frontière américano-mexicaine (Durand et Massey, 2002) et encore davantage en Méditerranée où la fermeture des frontières a transformé cet espace en un véritable cimetière marin.

  • 8 En septembre 2012 un groupe de 21 demandeurs d’asile érythréens a supplié les soldats israéliens, à (...)

12Enfin, cette barrière soulève de nouveaux dilemmes éthiques et juridiques pour l’État d’Israël confronté à une migration africaine qu’il souhaite repousser car non-juive mais qu’il devrait laisser entrer afin de respecter la Convention de Genève sur les réfugiés convention dont il est signataire. Ainsi, avec des demandeurs d’asile, à présent en face de la clôture, Israël doit choisir soit de leur permettre de traverser en vertu d’une obligation morale et internationale soit de les maintenir devant la barrière, du côté égyptien, comme le propose le procureur général du gouvernement israélien (Yehuda Weinstein)8. Outre cette nouvelle barrière, l’État israélien déploie des moyens politiques, juridiques, et discursifs pour contrôler la frontière entre citoyens et non-citoyens à l’intérieur du pays.

Criminalisation des demandeurs d’asile et construction de frontières politico-juridiques

13Une fois interceptés par les patrouilles israéliennes qui surveillent la frontière, les migrants sont conduits à la base militaire la plus proche. Accusés d’infiltration illégale en Israël, ils sont ensuite transférés aux services pénitentiaires. Depuis 2007, ceux-ci ont mis en place le centre de rétention de Saharonim, attenant à la prison de Ktziot, située dans le désert du Néguev, non loin de la frontière avec l’Égypte. Dans des tentes et des maisons préfabriquées, il maintient près de 1 000 « infiltrés » fin 2015. La photo, les empreintes digitales et d’autres éléments d’identification de tout migrant arrêté à la frontière sont entrés dans une base de données biométriques. Après quelques semaines de vérification d’identité et d’examens médicaux, les demandeurs d’asile, provenant des pays vers lesquels une expulsion mettrait leur vie en danger (selon une liste établie par le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations unies), en l’occurrence ici l’Érythrée et le Soudan, pourront être « libérés sous condition » et recevoir une protection collective temporaire. Les autres seront en revanche menacés d’expulsion si leur demande d’asile est jugée infondée. Saharonim constitue donc une seconde frontière à franchir où, comme dans de nombreux autres camps de détention, en Europe ou ailleurs, le tri entraîne l’expulsion ou l’admission (Agier, 2008). 

14Cette protection temporaire n’ouvre pas de droits sociaux ni médicaux ; de plus, l’accès à la procédure de détermination du statut de réfugié (DSR) n’est autorisé aux Érythréens et Soudanais que depuis 2013, bien que le taux de reconnaissance soit inférieur à 1 % ; l’objectif est de ne pas octroyer un asile statutaire (selon la Convention de Genève) qui pourrait entraîner une installation définitive dans le pays, puis justifier le dépôt de demandes de regroupement familial. Ces formes de protections temporaires signifient qu’à tout moment les visas de séjour peuvent ne plus être renouvelés (comme pour les Ivoiriens depuis 2010 et les Sud-Soudanais depuis juin 2012) et les demandeurs d’asile deviennent alors irréguliers s’ils ne quittent pas le pays. Cette condition de « déportabilité » (De Genova, 2002), à savoir la possibilité d’être expulsé(e), menace donc aussi les demandeurs d’asile « protégés temporairement ».

15Cette classification instaurée par l’État israélien, qui depuis 2009 enregistre les demandes d’asile, détermine le statut de réfugié et la délivrance des permis de séjour – procédures jusque-là gérées par le HCR (Haut-Commissariat aux Réfugiés) – crée une distinction entre ayant-droits (citoyens) et sans-droits (demandeurs d’asile). Une mesure exceptionnelle a cependant été prise, en 2007, pour porter assistance à des « survivants de génocide » : elle a permis d’octroyer le statut de résident temporaire à 500 demandeurs d’asile du Darfour, leur donnant droit à une couverture médicale et des prestations sociales.

  • 9 Ce décret de 2006 ne s’applique qu’aux enfants de migrants entrés légalement en Israël, âgés de 6 a (...)

16Le cas des enfants, qui sont nés ou ont grandi en Israël, soulève également la question de la distinction entre droit du sang et droit du sol (inexistant en Israël) : depuis la possibilité unique donnée en 2006 de demander la naturalisation d’enfants sans statut, certains migrants sont persuadés que leur progéniture leur permettra d’accéder un jour à la citoyenneté, même si les critères requis ne s’appliquent pas à leur cas9. La production de ces catégories identitaires, à partir de statuts temporaires définis en fonction de critères nationaux correspond à des modalités de reconnaissance et de prise en charge des migrants que l’on retrouve dans d’autres pays (Agier, 2008). Cependant, à la différence de la majorité de pays occidentaux, Israël n’a pas de politique d’asile, due en partie à la question épineuse des réfugiés palestiniens auxquels il ne souhaite pas donner accès à leur demande d’asile.

  • 10 B. Ravid, « Netanyahu set to present plan to tackle illegal immigration from Africa », Haaretz, 07. (...)

17On assiste toutefois depuis peu à un durcissement du pouvoir biopolitique, entendu comme facteur d’identification, de catégorisation et de contrôle (Fassin, 2011). Ainsi, dès l’été 2011, le Premier ministre Netanyahu annonce des mesures pour contrer le flux des demandeurs d’asile africains, telles que l’achèvement de la barrière frontalière, l’extension de la capacité du centre de rétention de Saharonim, la construction d’un « camp pour étrangers » inexpulsables nommé Holot, et l’imposition d’amendes aux employeurs « d’infiltrés ». Un budget de 125 millions d’euros est débloqué quelques mois plus tard, dont près de la moitié est destinée à achever la clôture et le reste à accélérer le traitement des demandeurs d’asile, avec 45 millions d’euros pour la construction du nouveau centre de rétention semi-ouvert de Holot et 20 millions pour son fonctionnement10. De même, de nombreux amendements ont été passés sur la Loi de prévention contre l’infiltration, qui pénalise l’entrée irrégulière par la détention systématique. Depuis son dernier amendement en 2016, tout « infiltré » est désormais détenu jusqu’à 12 mois dans le centre semi-ouvert de Holot ; 3 050 demandeurs d’asile érythréens et soudanais y étaient détenus début 2016. Ces décisions visent à maintenir les migrants dans de nouveaux lieux d’enfermement en plein désert, aux marges de l’espace politique, social et économique israélien, et suivent la multiplication de centres de rétention pour étrangers en Europe. Une véritable « économie de la détention » se met en place (avec des structures de rétention administrées par les services pénitentiaires israéliens, des tribunaux, des juges, des interprètes, la création d’un fichier biométrique, des services médicaux et quelques travailleurs sociaux) qui gère des milliers de migrants. Enfin, ce qu’on pourrait qualifier de « gestion du séjour » émerge aussi avec la création en 2009 de l’Autorité de la Population, de l’Immigration et du Passage des Frontières au ministère de l’Intérieur, dotée de fonctionnaires chargés de la gestion des demandeurs d’asile, d’unités spéciales qui sillonnent les villes pour contrôler et parfois arrêter les migrants irréguliers et d’une unité de Détermination du statut de réfugié (DSR). Depuis 2013 le gouvernement encourage les « départs volontaires » de demandeurs d’asile (notamment ceux détenus à Holot) vers des pays tiers (Rwanda et Uganda), ainsi plus de 9 000 ont quitté le territoire israélien.

  • 11 D. Weiler-Polak, « Eli Yishai: Infiltrators Pose Existential Threat to Israel », Haaretz, 22/11/201 (...)

18Accompagnées d’un discours officiel parfois virulent, tels les propos du ministre de l’Intérieur qualifiant les « infiltrés » africains de « menace existentielle pour Israël11 », ces mesures ont contribué, comme ailleurs (De Genova, 2002) à criminaliser les migrants alors même que la majorité de ceux qui ont été libérés des centres de rétention, ont obtenu de la part du ministère israélien de l’Intérieur des documents les autorisant à séjourner en Israël avec des visas renouvelables. La terminologie « d’infiltrés » utilisée par les autorités brouille également les distinctions entre demandeurs d’asile et sans-papiers. Cette mobilisation politico-discursive transforme la frontière topologique en ligne de démarcation entre réguliers et irréguliers et, puisqu’il est impossible de la sceller, le gouvernement rend illégaux ceux qui la traversent, contrôlant ainsi les personnes par le biais du statut juridique et moins du passage en soi (Bigo, 2010). En effet, les migrants africains apparaissent comme des étrangers irréguliers dans l’espace national alors qu’ils jouissent en réalité du statut de demandeur d’asile avec un système de protection temporaire. C’est pourquoi la gestion de cette migration s’effectue à présent sous le signe de l’enfermement des migrants présents sur le territoire et du durcissement des mesures politico-juridiques, de même qu’en France, par exemple, où la sécurisation croissante des frontières extérieures s’accompagne d’une construction de frontières intérieures – de différenciation raciale, sexuelle, ethnique ou sociale (Fassin, 2011). Des acteurs informels, au sein de la société israélienne, négocient également les limites de ces frontières, en les étirant ou en les réduisant.

Ouvrir ou fermer la frontière : entre humanitarisme et nationalisme

19Deux acteurs supplémentaires cherchent d’un côté à faciliter et de l’autre à restreindre le passage des frontières territoriales de l’État d’Israël et des frontières symboliques au sein de la société (en exigeant l’extension ou la contraction de ses limites par leurs pratiques et leur discours). Il s’agit d’une part, de la société civile et des ONG qui détiennent un rôle prépondérant dans la gestion des demandeurs d’asile et le façonnage de leur image en Israël ; de l’autre, des citoyens opposés à leur présence dont la rhétorique et plus récemment des actes violents témoignent de dérives racistes. Deux approches se confrontent : l’une demande la mise en place d’une politique d’asile pour les « réfugiés » avec des statuts juridiques donnant accès à des droits sociaux et l’autre défend les frontières territoriales de l’État face aux « infiltrés » et exige de leur interdire l’accès au territoire national ainsi que d’expulser ceux qui y sont déjà présents.

Veiller au respect des droits des réfugiés : ONG et société civile

20À l’été 2007, alors que les migrants africains commencent à être de plus en plus nombreux à traverser la frontière avec l’Égypte, on observe une mobilisation citoyenne pour assister les « réfugiés ». Ils sont alors perçus comme les victimes de persécutions ou comme survivants de génocides, notamment au Darfour. Des bénévoles les hébergent, leur apportent de la nourriture et des vêtements ; des étudiants organisent des collectes, un climat d’accueil humanitaire entoure les premiers arrivants. Des membres de la Knesset et des personnalités du monde artistique participent aussi à ce mouvement de soutien.

  • 12 Au cours de cette période, des résidents du quartier Shapira à Tel Aviv ont apporté des couvertures (...)

21Au cours des années suivantes, si un certain nombre de citoyens ont continué de se mobiliser pour leur offrir une assistance d’urgence, comme ce fut le cas pendant l’hiver 201212, la majorité de la population israélienne a développé une attitude de plus en plus méfiante et hostile à leur égard. Faute d’assistance humanitaire procurée par le gouvernement, ce sont les ONG locales et les associations de demandeurs d’asile (African Refugees Development Center) qui pourvoient aux premières nécessités (abris d’urgence, dons alimentaires) et qui organisent des formations linguistiques (hébreu, anglais) ou professionnelles, des soutiens psycho-sociaux (Association of aid for Refugees and Asylum Seekers in Israel‑ASSAF) ou encore des consultations médicales gratuites (Physicians for Human Rights-Israel). Ainsi, une véritable infrastructure de l’humanitaire émerge par le biais de ces ONG qui emploient du personnel, accueillent les migrants dans leurs locaux et s’efforcent de trouver des fonds, parfois à l’étranger, ou reçoivent un financement du HCR. Ces acteurs non gouvernementaux, qui assistent ou conseillent les migrants, constituent ce que Gammeltoft-Hansen et Nyberg Sorensen (2013) définissent comme une « industrie du secours » (rescue industry).

  • 13 Par exemple The Hotline for Refugees and Migrants : hotline.org.il consulté le 14/07/2016 ou Rabbis (...)

22Ce réseau de militants et d’ONG invoque souvent le devoir moral et religieux qu’Israël se doit d’adopter pour l’accueil des demandeurs d’asile, tout comme ce fut le cas des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale (Anteby-Yemini, 2009a ; Willen, 2008 ; Yacobi, 2010). Cette rhétorique humanitaire vise à susciter l’empathie d’une population israélienne, elle-même largement constituée de réfugiés. Comme en Europe (Fassin, 2011), s’inscrivant dans une logique de compassion, elle les fait apparaître comme proches et socialement acceptables pour légitimer leur présence dans l’espace. Sur leurs sites Internet et dans leurs brochures13, les ONG font appel à la proximité de destin des demandeurs d’asile africains actuels et des Israéliens de jadis, en tentant de faire disparaître les distinctions de statuts entre citoyens et demandeurs d’asile.

23La société civile, par le biais de ces ONG, s’efforce aussi d’étendre les limites des frontières de l’humanitaire et de veiller à ce que les droits des réfugiés soient respectés. Aussi, les ONG critiquent-elles vivement la politique de détention et les conditions d’incarcération des demandeurs d’asile. Divers recours en justice sont intentés et des représentations juridiques sont organisées bénévolement par diverses organisations, dont Hotline for Refugees and Migrants ou Anu Plitim (« Nous sommes des Réfugiés ») créée par deux avocats israéliens. Des campagnes sont aussi menées, par exemple contre l’expulsion des enfants, par une ONG s’occupant de leurs droits (Yeladim Israelim, « Enfants israéliens ») ou contre les propositions d’amendement de la Loi contre l’Infiltration ou encore pour encourager une législation sur l’asile qui permettrait une Détermination du statut de réfugié (DSR) qui soit juste et accessible à tous. Enfin, les actions liées à la frontière sud sont nombreuses : opposition des ONG aux « retours à chaud » (refoulements immédiats vers l’Égypte), demandes pour que les victimes d’abus dans le Sinaï soient traitées comme des victimes d’un trafic d’êtres humains, vives critiques contre l’expulsion brutale des Sud-Soudanais à partir de juin 2012, dénonciation des situations tragiques suscitées par des « réfugiés » qui arrivent désormais à la clôture de sécurité sans pouvoir la franchir, et condamnation d’Israël pour violations du principe de non-refoulement et de ses autres obligations légales internationales. Cependant, les campagnes de ces ONG, qui ne rallient qu’une minorité de l’opinion publique, ne semblent pas prévenir les phénomènes d’exclusion et de rejet xénophobe provenant de la population israélienne.

Les « gardiens » de la frontière nationale : acteurs étatiques et sociaux

24Pour ceux qui, au contraire, considèrent que la frontière géographique délimite le territoire et l’identité nationale, les modalités de contrôle et de fermeture de cette ligne de séparation et des statuts juridiques dans le pays doivent être renforcées, tels d’autres cas de nationalisme extrême et de peur des étrangers (Bigo, 2010).

Classes politiques et autorités religieuses locales et nationales

  • 14 R. Sinai, « Israel to expel 2000 African Refugees who fled to Eilat », Haaretz, 26/11/2008.

25Certaines municipalités se positionnent contre les demandeurs d’asile africains et essaient de les exclure de l’espace urbain en érigeant des obstacles à l’accès au logement ou aux services éducatifs. Ainsi, dès 2008, le maire d’Eilat déclare que les services sociaux, médicaux et scolaires de la ville ne peuvent plus accueillir de nouveaux demandeurs d’asile dans cette ville14 et les enfants de ceux déjà installés sont scolarisés à l’extérieur de la ville, dans une structure qui ne relève pas du ministère de l’Éducation. De même, la municipalité de Bnei Brak, proche de Tel Aviv, mène par des biais juridiques une campagne pour s’opposer à la location de logements aux demandeurs d’asile africains : à la suite d’une lettre de rabbins de la ville exhortant à ne pas leur louer d’appartements, la mairie a déposé une plainte contre les propriétaires d’appartements divisés sans autorisation et loués à des migrants africains ; la décision du Tribunal juge que les logements sont inaptes à l’habitat et en interdit la location. D’autres villes, qui étaient jusqu’alors plus accueillantes, commencent aussi à ne plus faire face à la situation, comme Tel Aviv, avec environ 40 000 demandeurs d’asile africains, dont 2 000 enfants, soit 10 % de la population de la ville. Cette ville procure des services de santé et d’éducation et investit des sommes importantes pour assister les demandeurs d’asile, mais leur afflux est tel qu’il rend la situation explosive dans les quartiers sud où se concentrent déjà des milliers de migrants.

  • 15 Les propos du député Michael Ben Ari sont notamment rapportés dans Y. Kubovich « Dozens of Israelis (...)

26Des autorités religieuses et politiques tiennent également un discours anti-migratoire qui incite à la xénophobie. Sur les murs du quartier de Shapira, à Tel Aviv, on pouvait lire à l’hiver 2010 des affiches signées de rabbins demandant de ne plus louer d’appartements aux migrants africains, à côté d’annonces pour le concert d’un chanteur éthiopien ou l’ouverture d’un nouveau restaurant soudanais. En décembre 2012, des banderoles suspendues à des fenêtres affichaient : « Rentrez au Soudan », « Retournez chez vous ». Les discours de certains membres de la Knesset sont particulièrement virulents, parlant des « infiltrés » comme s’ils constituaient une menace sécuritaire, ou des individus répandant des maladies (hépatite, tuberculose, sida) et commettent des vols, des crimes et des viols qui mettent en danger les résidents israéliens15.

  • 16 Haaretz, 07/12/2011.
  • 17 Cf. Tsurkov (2012), rapport du Hotline for Migrant Workers sur l’incitation à la haine raciale cont (...)

27Ces attitudes et ces slogans s’inscrivent dans une rhétorique qui dépeint cette migration comme une menace démographique pour l’identité nationale. En 2011, le Premier Ministre Netanyahu parle de « catastrophe nationale » : “Israël est un petit pays, on ne peut pas se permettre une inondation de migrants de travail illégaux. C’est une menace pour notre société, notre économie et notre sécurité ».16 C’est également en décryptant les protestations contre la présence de migrants qu’on observe la récupération politique par la droite et l’extrême-droite israélienne, qui attisent les sentiments racistes de la population. Cependant, la remarque la plus médiatisée a été prononcée en 2012 par une députée du parti Likoud, Miri Regev, qui a défini les migrants africains comme « un cancer dans notre corps » ”17. Cette radicalisation des propos politiques ne peut que renforcer les sentiments de rejet des résidents de quartiers fortement peuplés par les demandeurs d’asile africains.

Les résidents locaux

28Les résidents se présentent comme des victimes, à la fois abandonnés par l’État et envahis dans leur quartier par les migrants. En effet, un nombre grandissant de citoyens commencent à s’opposer à la présence des « infiltrés » dans des villes comme Eilat, Arad, Ashdod ou Tel Aviv. Ils se plaignent de l’insécurité liée à la montée de la délinquance et de la violence ; Certains accusent les migrants de voler les vélos et les ballons de gaz, de circuler en état d’ébriété, d’être violents et notamment de harceler les israéliennes. Des habitants prétendent qu’ils ne sortent plus le soir et ne laissent plus leurs enfants jouer dehors parce qu’ils ont peur. Des personnes âgées se disent effrayées de voir vingt ou trente Africains assis sur des bancs avec des cannettes de bière à la main. Les jeunes parents n’osent plus emmener leurs enfants dans les jardins publics où dorment et où se regroupent de nombreux demandeurs d’asile. D’ailleurs dans les maternelles et les écoles primaires de ces quartiers, la majorité des enfants est à présent d’origine africaine.

29Certains résidents font pression et menacent même les propriétaires qui louent des appartements aux demandeurs d’asile. Enfin, les tensions sont accentuées parce que certains considèrent être victimes de transgressions des normes religieuses dans l’espace public par des demandeurs d’asile chrétiens ou musulmans. Des résidents ont été particulièrement choqués que des Érythréens ou des Soudanais célèbrent des mariages le samedi ou au cours de fêtes religieuses avec la musique et animations, alors que l’usage de l’électricité est prohibé pendant le shabbat par le judaïsme orthodoxe.

30Des comités pour la défense des quartiers ont été mis en place, de même que des manifestations. Ces dernières ont attiré de nombreux résidents, comme celle qui a eu lieu dans le quartier Hatikva, au sud de Tel Aviv, en décembre 2010, avec pour slogan : « Arrêter la peur dans les quartiers, renvoyer les infiltrés chez eux ! ». Sur une scène improvisée, plusieurs habitants ont pris la parole, insistant sur une dégradation de leurs conditions vie depuis l’installation des migrants africains en 2008. Un rabbin a déclaré : « On a assez souffert ; ils ont conquis notre quartier ; c’est insoutenable que mes enfants ne puissent plus sortir et que les Soudanais aient tous les droits ». Certains chefs de famille ont mis en place une « police de quartier » (mishmar ha shkhounot) pour sillonner les rues. Plusieurs habitants m’ont répété qu’on est « en Afrique maintenant ».

  • 18 Pour une liste détaillée de ces crimes contre les demandeurs d’asile cf. Tsurkov (2012), op. cit.

31Depuis 2012, des Israéliens ont commis des actes criminels contre des demandeurs d’asile africains. Des cocktails Molotov ont ainsi été lancés contre des jardins d’enfants informels tenus par des demandeurs d’asile ; des appartements ont été incendiés ; plusieurs agressions ont eu lieu. La violence a atteint des proportions sans précédent lors d’une manifestation qui a eu lieu en mai 2012 pendant laquelle des commerces, appartenant à des demandeurs d’asile, ont été vandalisés et des migrants attaqués18. Des Érythréens et des Soudanais m’ont confié avoir désormais peur de se promener tard le soir et redoutent d’être agressés.

  • 19 Notons que le mouvement citoyen et nationaliste « Gader le hayyim » (frontière pour la vie) a notam (...)

32Si une partie de la société civile tente de dissoudre les différences entre Israéliens et « réfugiés africains » pour les inclure dans l’espace national, une majorité d’acteurs les envisagent, au contraire, comme des menaces directes à leur mode de vie et cherchent à les exclure. Ces différents acteurs influencent le climat social, les uns en veillant au respect des droits humains et les autres en se positionnant comme « gardiens » pour défendre la frontière territoriale et nationale19. Par ailleurs, une concurrence des victimes s’opère aussi : d’un côté les ONG présentent les « réfugiés » comme victimes de la frontière (victimes de trafic d’êtres humains et victimes de persécutions dans leur pays) ; de l’autre les résidents se présentent comme victimes de la traversée de la frontière par les migrants qui envahissent leur quartier. Il s’agit à présent de nous tourner vers les principaux acteurs de cette frontière, les migrants eux‑mêmes.

Les migrants : victimes ou acteurs de la frontière ?

33Israël est imaginé par les demandeurs d’asile comme un refuge politique et économique et, quand ils entrent en Israël, ils se présentent souvent comme victimes de la migration forcée.

Les demandeurs d’asile comme victimes

  • 20 Voir Lehouerou, 2009, sur leurs conditions de vie en Égypte.

34Les demandeurs d’asile rappellent constamment dans les entretiens leur identité de « réfugiés », victimes d’oppressions dans leur pays d’origine. Ils fuient, en effet, des persécutions religieuses ou ethniques (Sud-Soudanais, Érythréens) voire un génocide (Soudanais du Darfour), des conflits généralisés (Ivoiriens et Congolais), des violations de droits de l’Homme ou la conscription obligatoire et à durée illimitée (Érythréens). Ils m’ont raconté qu’ils sont aussi victimes de mauvais traitements dans les pays de transit, comme en Libye ou en Égypte, où ils n’obtiennent généralement pas de permis de travail, ne peuvent scolariser leurs enfants, ne bénéficient d’aucun droit social ou médical, et surtout supportent un racisme quotidien20 ; enfin, ils vivent dans la crainte d’être arrêtés, détenus ou même expulsés.

  • 21 Voir aussi les témoignages dans le rapport du Hotline for Migrant Workers The Dead of the Wildernes (...)
  • 22 Les États-Unis classent Israël dans les États qui ne répondent pas « aux conditions minimum pour l’ (...)

35Ils sont aussi vulnérables sur les routes de la migration, par exemple l’Érythrée, où ils peuvent être abattus par les soldats érythréens, ou en tentant de traverser vers l’Europe, comme nombre de leurs proches qui ont péri en mer au large de la Libye. Mais pour beaucoup, c’est la traversée du désert du Sinaï qui les expose aux formes de violence et de trafic d’êtres humains, lesquelles ont atteint des sommets inouïs depuis 2010. Dans le passé, les migrants couraient le risque d’être arrêtés par les Égyptiens avant de franchir la frontière, donc de connaître la prison, la torture ou même le rapatriement dans leur pays d’origine (ce qui signifie souvent des peines allant jusqu’à l’exécution) ; ils pouvaient aussi être harcelés ou abusés sexuellement par les passeurs bédouins, blessés par les barbelés de la frontière et les tirs des soldats égyptiens, ou, pire, tués par leurs balles (Anteby‑Yemini, 2008). Depuis 2010 la traversée du Sinaï semble plus dangereuse que jamais, en raison des séquestrations effectuées par les passeurs qui exigent une rançon, tandis que les migrants sont torturés, utilisés comme « esclaves sexuels » ou « ouvriers forcés », maltraités pour vouloir migrer vers le « pays des juifs » ou encore lorsqu’ils sont menacés par la vente de leurs organes sur le marché noir ; certains ont même été assassinés quand leur rançon n’a pas été payée21. Nombreux sont les demandeurs d’asile qui sont donc victimes de trafic d’êtres humains et à ce titre les États‑Unis et le HCR demandent explicitement à Israël de leur procurer une assistance physique et psychologique22. Pour l’heure, seules quelques femmes migrantes ont été placées dans des foyers en Israël réservées aux victimes du trafic d’êtres humains. D’ailleurs, les femmes sont d’autant plus vulnérables qu’elles subissent des viols répétés, raison pour laquelle elles demandent souvent d’avorter quand elles arrivent en Israël. Les horreurs de la traversée de cette frontière laissent ainsi des marques indélébiles sur le corps des migrant(e)s.

  • 23 Entretien, octobre 2011, Tel Aviv.

36Quand bien même les migrants seraient informés par ceux déjà arrivés en Israël qu’ils ou elles courent ces risques, nombre d’entre eux disent ne pas avoir le choix de migrer ailleurs et continuent donc de tenter la traversée vers Israël. Nombreux sont ceux à déclarer, comme Sarah, une jeune Érythréenne arrivée en Israël en 2011 et rencontrée dans un cyber-café à Tel Aviv : « Nous ne sommes pas venus pour travailler ; nous sommes venus pour trouver refuge ; tout ce que nous voulons c’est une protection »23. Soulignons que traverser la frontière israélienne rend les originaires de pays hostiles à Israël passibles de peine de mort dans leur pays, comme c’est le cas du Soudan, et les transforme de facto en demandeurs d’asile qu’on ne peut plus refouler (selon la Convention de Genève), à la différence des originaires d’autres pays qui peuvent être renvoyés chez eux sans que leur vie soit mise en danger. Enfin, les migrants s’endettent souvent pour financer leur passage et se retrouvent redevables d’une double dette envers leurs proches, lorsque ceux-ci ont payé des rançons pour les libérer.

37De plus, alors qu’ils pensent franchir la frontière d’un pays qui devrait garantir le respect des droits de l’Homme et leur offrir refuge et protection, la plupart sont détenus à leur arrivée en Israël. Un jeune Érythréen, depuis 2009 dans le pays, et après avoir passé plusieurs mois dans un centre de rétention israélien, me demande lors d’une manifestation à Tel Aviv :

  • 24 Entretien, décembre 2009, Tel Aviv.

Pourquoi on nous arrête comme des criminels? Et on nous met dans des prisons. Tout ce que nous voulons c’est un abri, un asile. Nous fuyons les persécutions et maintenant, après ce que nous avons enduré dans le Sinaï, nous sommes comme des criminels24.

  • 25 Entretien, octobre 2012, Tel Aviv.

38D’autres sont expulsés, soit parce que leur demande d’asile a été rejetée (c’est le cas de nombreux Ivoiriens) soit parce que leur protection a cessé, comme les Sud-Soudanais pour lesquels Israël a décidé que le retour dans leur pays, nouvellement indépendant depuis 2011, ne mettrait pas leur vie en danger. Une campagne d’arrestations, d’éloignement du territoire et de retours forcés des Sud-Soudanais, vivement critiquée par la société civile locale, vulnérabilise leur communauté tout entière depuis juin 2012 ; aujourd’hui il n’y a pratiquement plus de Sud-Soudanais en Israël. Certains d’entre eux sont déçus de leur traitement, tel Peter rencontré dans les locaux d’une ONG à Tel Aviv, qui avait commencé des études dans une université israélienne : « On ne veut pas de nous ici »25. Ils reprochent à Israël de ne pas leur donner accès à la procédure de détermination du statut de réfugié (DSR) et ils regrettent de ne pas avoir eu de formation professionnelle pour contribuer davantage à l’activité de leur nouveau pays. Enfin, le cas de refoulés devant la nouvelle clôture sur la frontière israélo‑égyptienne rend désormais encore plus saillant ce statut de victime et d’indésirable.

39Pour ceux qui vivent dans les villes israéliennes, certains se voient contraints de dormir dans des parcs publics et de survivre de dons alimentaires d’ONG ou d’initiatives privées, face à l’absence d’infrastructures gouvernementales d’accueil. De plus, devant la montée de sentiments xénophobes, ils sont aussi victimes d’agressions ou d’expressions de haine dans les rues. Mais c’est peut-être sur le marché du travail que leurs conditions de victimes d’exploitation est la plus claire.

40L’État est le principal acteur à réguler la distinction entre travail légal et illégal, en autorisant ou non les demandeurs d’asile à travailler. Une circulaire du ministère du Travail et de l’Industrie garantit aux employeurs de demandeurs d’asile qu’ils ne seront pas sanctionnés, bien que le gouvernement annonce régulièrement des mesures pour appliquer la loi interdisant à ces derniers de travailler. Si la politique étatique est ambivalente, le fait est que des milliers d’Érythréens et de Soudanais ne disposant pas de permis de travail sont malgré tout employés dans l’hôtellerie, la restauration, le nettoyage, le gardiennage, l’entretien des rues ou des jardins, les travaux de construction, de peinture, de livraison, de voirie et sur les marchés des grandes villes (Tel Aviv, Jérusalem). Les agences de recrutement et les sociétés d’intérim sont également assaillies par les demandeurs d’asile qui font la queue de longues heures pour obtenir un emploi (hôtellerie, restauration) ; ils fournissent également aux municipalités une main-d’œuvre, pour les services de nettoyage par exemple. Mais dans la plupart des cas, les employeurs israéliens exploitent leur statut précaire, en les embauchant par exemple à la journée ou à la semaine et en ne respectant pas le droit du travail, d’où de nombreuses plaintes de salaires impayés, de paies en-deçà du salaire minimum, de trop longues journées de travail, d’absence d’assurance médicale, d’heures supplémentaires impayées, de refus d’octroi de jours de congés, etc. Certains migrants sont au chômage ou travaillent par intermittence, alors que d’autres cumulent plusieurs emplois, comme Stéphane, qui travaille tôt le matin dans un supermarché et reprend le soir dans un restaurant.

  • 26 Tweet d’Ahmad Tibi qui s’oppose à l’entrée des migrants africains en Israël mais qui déclare qu’il (...)
  • 27 cf. H. Shaalan, « 15 Hurt in Brawl between Africans, Kfar Manda Residents », Ynet News, 14/06/2012, (...)

41On observe aussi, avec l’arrivée de cette main‑d’œuvre sous-payée et exploitée, une restructuration des relations interethniques sur le marché du travail et une concurrence, par exemple avec les Palestiniens israéliens. À ce titre, il est intéressant de noter que le député arabe Ahmed Tibi s’est prononcé pour la construction de la clôture sur la frontière israélo‑égyptienne afin de préserver le travail des Palestiniens en Israël à qui « les Africains volent les emplois à Eilat, la mer Morte, Tel Aviv et Jérusalem »26. Signalons aussi que des centaines de Soudanais sont employés dans des villages arabes en Israël, bien que certains aient récemment été « expulsés » par des habitants opposés à leur présence27. Pourtant, la majorité des demandeurs d’asile sont employés dans les centres urbains, en particulier à Tel Aviv où, comme dans toute ville globale, la demande en services (nettoyage, restauration, commerces, tourisme) augmente tout en donnant lieu à de nouvelles formes mondialisées d’inégalité et d’exploitation économique (Sassen, 2011). Pourtant, si les migrants apparaissent comme la figure de victimes, du fait de leur traversée clandestine de la frontière et de leurs conditions de vie en Israël (criminalisés, détenus, expulsés, exploités), une autre perspective pourrait aussi les considérer comme acteurs de pouvoir et de changements.

Les demandeurs d’asile comme agents de changements

42En effet, par le biais de leur entreprenariat ethnique, de leurs pratiques de consommation, de la création d’espaces diasporiques et de leur mobilisation dans la ville, les demandeurs d’asile en Israël peuvent également être considérés comme ayant un rôle économique, social et politique.

43Si les promesses d’opportunités économiques et les salaires élevés poussent aussi les demandeurs d’asile à chercher une vie meilleure en Israël, beaucoup réussissent désormais à soutenir financièrement leur famille dans le pays d’origine ou ceux qui les ont aidés dans les pays de transit en remboursant leurs dettes. Certains connaissent une promotion économique et de plus en plus d’Érythréens et de Soudanais ouvrent, surtout à Tel Aviv, mais aussi à Jérusalem et à Eilat, des restaurants, des cybercafés, des bars, des boîtes de nuit, des salons de coiffure, des boutiques de photographies (baptêmes, mariages), des salles des fêtes, des « cinémas » improvisés et des magasins de téléphonies et de matériel informatique (Anteby‑Yemini, 2009b). Un magasin vendant des ordinateurs, tenu par des Soudanais du Darfour, emploie même un jeune juif Israélien pour les réparations. Les demandeurs d’asile créent aussi des lieux de commerce informel, tel le « marché aux puces » sur la voie piétonne de Neveh Shanan à Tel Aviv où ils vendent et achètent des habits, des ustensiles ménagers, des vélos et même des téléphones portables. Des intermédiaires parmi les migrants aident également les nouveaux venus à trouver un emploi ou prennent des commissions pour envoyer de l’argent au Soudan.

44De plus, ces communautés migrantes représentent une ressource pour le marché de biens de consommation, de loisirs et de logement. Les loyers, par exemple, deviennent une source de revenus pour de nombreux propriétaires israéliens qui n’hésitent pas à demander des sommes exorbitantes pour des appartements parfois délabrés. Tout en vivant aux marges de la société, les demandeurs d’asile contribuent donc à l’économie urbaine, comme le souligne Grabska (2006) en Égypte ou Sassen, (2011) dans les villes globales où réfugiés et migrants sont aussi consommateurs de biens et de services

45Par ailleurs, l’émergence de quartiers à dominante africaine et l’ancrage de cultures soudanaise et érythréenne dans les villes israéliennes (notamment à Tel Aviv) créent de nouveaux paysages ethniques ou ethnoscapes, qui participent à la mondialisation de l’espace urbain et contribuent ainsi à transformer encore plus Tel Aviv en une ville-monde, alors qu’elle est déjà devenue cosmopolite du fait des migrations de travail asiatiques, sud-américaines, africaines et européennes de l’Est (Berthomière, 2008 ; Liebelt, 2011). Ainsi, les demandeurs d’asile africains contribuent-ils aux processus de globalisation de la ville, à l’instar des Soudanais réfugiés au Caire (Grabska, 2006). Dans cette optique, les demandeurs d’asile peuvent être considérés comme acteurs urbains qui restructurent et donnent une nouvelle échelle globale aux villes, tout comme d’autres migrants dans le monde (Glick‑Schiller et Caglar, 2011).

46La quasi-totalité de demandeurs d’asile se mobilisent aussi pour revendiquer des droits sociaux et urbains, en tant que réfugiés mais aussi en tant que résidents des villes israéliennes ; ces demandes contraindront peut-être les autorités locales à leur reconnaître une « résidence sociale » (social residency) avec des droits afférents (accès aux services sociaux ou médicaux par exemple). Pendant le mouvement de contestation sociale de l’été 2011, des demandeurs d’asile se sont joints aux tentes plantées sur l’avenue Rothschild à Tel Aviv et à celles du mouvement féministe Ahoti au parc Levinsky, témoignant de l’émergence d’une identité urbaine et d’un sentiment d’appartenance qui pouvaient converger avec les demandes de justice sociale des protestataires israéliens. Ces processus d’incorporation dans la ville ont déjà été observés parmi des migrants de travail non juifs, venus d’Amérique latine, d’Afrique (Kemp et Raijman, 2004) ou des Philippines (Liebelt, 2011) qui revendiquaient des droits et une inclusion sociale en tant que résidents au niveau local. Ces luttes pour la reconnaissance d’une citoyenneté urbaine caractérisent dans d’autres pays les pratiques de non-citoyens, tels le mouvement des sans-papiers en France, les manifestations de Mexicains irréguliers aux USA (De Genova, 2002) ou les protestations des populations dans les camps de réfugiés (Agier, 2008) ; elles génèrent de nouvelles revendications d’appartenance et de citoyenneté par leur militantisme dans l’espace public et leur agentivité politique dans la gouvernance urbaine et humanitaire.

Conclusion

47La construction d’une barrière sur la frontière entre Israël et l’Égypte, les nouvelles mesures sécuritaires du gouvernement et le climat d’hostilité qui grandit à l’encontre des demandeurs d’asile, révèlent un processus de repli et de crispation identitaire de la société israélienne ; simultanément des processus de négociation, de contestation et d’inclusion informelle permettent aussi à la société civile et aux migrants de dissoudre ou repousser les limites de certaines frontières en suivant des logiques humanitaires.

48Nous avons tenté de montrer dans cet article qu’il existe de multiples acteurs qui font « fonctionner » la frontière et que leurs pratiques évoluent. L’État tout d’abord, avec ses politiques migratoires (octroi d’un statut ou non, rétention, possibilités d’emploi) a un impact sur les flux de migrants ; il faut aussi prendre en compte les opportunités de passage que régulent les Bédouins, mais aussi les risques (abus, séquestrations) encourus par les migrants et les événements politiques en Égypte (présence militaire accrue dans le Sinaï) qui influencent les conditions de la traversée. Les organisations non gouvernementales jouent à leur tour un rôle non négligeable dans la prise en charge des migrants en Israël, mais aussi dans les modifications des lois régissant le passage clandestin de la frontière. Les demandeurs d’asile sont aussi des acteurs, avec l’information qu’ils font circuler sur leurs conditions de vie en Israël dans les réseaux migratoires, et participent comme consommateurs, comme agents de globalisation, de changements sociaux et économiques (Grabska, 2006) et comme citoyens citadins à la redéfinition des frontières de l’appartenance et de l’identité nationale en Israël.

49Si, à l’heure actuelle, la frontière physique semble se refermer avec l’achèvement de la barrière de sécurité, il s’agira de savoir si les demandeurs d’asile dans les villes israéliennes parviendront à franchir les divisions politiques, économiques et sociales de la société ou s’ils demeureront en Israël dans une zone frontalière, qu’ils ne peuvent ni traverser en migrant ailleurs, ni retraverser en sens inverse pour retourner au Soudan ou en Érythrée.

Bibliographie

AGIER Michel, 2008, Gérer les indésirables : des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion.

ANDREAS Peter, 2000, Border Games: Policing the U.S -Mexico Divide, Ithaca, Cornell University Press.

ANTEBY-YEMINI Lisa, 2008, « Migrations africaines et nouveaux enjeux de la frontière israélo-égyptienne », Cultures & Conflits, 72, p. 7597, en ligne : [http://www.conflits.org/index13683.html].

ANTEBY-YEMINI Lisa, 2009a, « Les ‘réfugiés soudanais’ en Israël : discours, représentations, mobilisations », Maghreb‑Machrek, 199, p. 71‑83.

ANTEBY-YEMINI Lisa, 2009b, « De la traversée clandestine à la visibilité urbaine : demandeurs d’asile et réfugiés africains dans les villes israéliennes », Méditerranée, 113, p. 1324, en ligne : [http://journals.openedition.org/mediterranee/3610] consulté le 17 juillet 2019.

BERTHOMIERE William, 2008, « Les travailleurs étrangers, figures d’une ‘nouvelle mondialisation’ d’Israël », in A. Dieckhoff (dir.), L’État d’Israël, Paris, CERI−Fayard, p. 205216.

BIGO Didier, 2010, « Frontières, territoire, sécurité, souveraineté », CERISCOPE, consulté le 14/07/16.

DE GENOVA Nicholas, 2002, « Migrant ‘Illegality’ and Deportability in Everyday Life », Annual Review of Anthropology, 31, p. 419‑447.

FASSIN Didier, 2011, « Policing Borders, Producing Boundaries: the governmentality of immigration in dark times », Annual Review of Anthropology, vol. 40, p. 213‑226.

DURAND Jorge et Douglas MASSEY, 2002, Beyond Smoke and Mirrors: Mexican Immigration in an Age of Economic Integration, New York, Russell Sage Foundation.

GAMMELTOFT-HANSEN et Ninna NYBERG SORENSEN (dir.), 2013, The Migration Industry and Commercialization of International Migration, Abindon New York, Routledge.

GLICK SCHILLER Nina et Aysa CAGLAR, 2011, Locating Migration: Rescaling Cities and Migrants, Ithaca, Cornell University Press.

GRABSKA Katarzyna, 2006, « Marginalization in urban Spaces of the Global South: Urban Refugees in Cairo », Journal of Refugee Studies, 19 (3), p. 287‑307.

KEMP Adriana, 2007, « Managing Migration, Reprioritizing National Citizenship: Undocumented Labor Migrants’ Children and Policy Reforms in Israel », Theoretical Inquiries in Law, 8 (2), p. 663‑691.

KEMP Adriana et Rebeca RAIJMAN, 2004, « “Tel Aviv Is Not Foreign to You”: Urban Incorporation Policy of Labor Migrants in Israel », International Migration Review, 38 (1), p. 26‑51.

LE HOUEROU Fabienne, 2009, Darfour : Le Silence de l’araignée, Paris, l’Harmattan.

LIEBELT Claudia, 2011, Caring for the “Holy Land”: Filipina Domestic Workers in Israel, Oxford, Bergahn Books.

PARIZOT Cédric, 2008, « Tightening Closure, Securing Disorder: Israeli Closure Policies and Informal Border Economy during the Second Intifada (2000-2006) », Refugee Watch, 31, p. 54‑74.

SASSEN Saskia, 2011, « Global Migrations and Economic Need », in R. SMITH (dir.) Citizenhsip, Borders and Human Needs, University of Pennsylvania Press, Philadelphie, p. 56‑91.

TIMERA Mahamet, 2009, « Aventuriers et orphelins de la migration internationale ? Nouveaux et ancien migrants ‘subsahariens’ au Maroc », Politique africaine, 115, p. 175195.

VALLET Elisabeth (dir.), 2014, Borders, Fences and Walls: State of Insecurity?, Surrey, Ashgate Publishing Company.

WILLEN Sarah, 2008, « L’hyperpolitique du ‘Plus jamais ça !’ : demandeurs d’asile soudanais, turbulence gouvernementale et politiques de contrôle des réfugiés en Israël », Cultures & Conflits, 71, 3, p. 93112.

YACOBI Haim, 2010, « Let Me Go to the City: African asylum-seekers, racialization and the politics of space in Israel », Journal of Refugee Studies, p. 47‑68. 

Notes

1 Ce terme désignait dans les années 1950 les Palestiniens qui, après l’exode suscité par la guerre de 1948, tentaient de rentrer clandestinement dans leurs maisons ou sur leurs terres, en territoire israélien.

2 Plusieurs séjours de terrain, en partie financés par le projet d’ANR « MOFIP » dirigé par Stéphanie Latte Abdallah et Cédric Parizot, ont été effectués entre 2008‑2012 parmi les demandeurs d’asile africains en Israël.

3 Cf. The Dead of the Wilderness: testimonies from Sinai Desert, rapport, Hotline for Migrant Workers, février 2011, Tel Aviv et Mirjam van Reisen et al., Human Trafficking in the Sinai: refugees between life and death, rapport Tilburg University/EEPA, Bruxelles, octobre 2012.

4 « Israel does not arrest Sinai suspects », quotidien Haaretz, 30/11/2011.

5 Annual country report on human rights practices, US State Department, 2011.

6 « Hamas Torturing 250 Eritreans in Egypt”, Menahem Gantz, Ynetnews, 29/10/2010 cited in the report of NGO Everyone, dec. 2010, [http://www.everyonegroup.com/EveryOne/MainPage/Entries/2010/12/29_Report__Hamas], consulté le 4/10/2014.

7 Au total 64 464 migrants sont entrés en territoire israélien dont 43 000 se trouvaient encore en Israë là la fin 2015. Source : Israeli Population and Immigration Authority, en ligne : [https://www..gov.il//BloblFolder/reports/2015_summary_foreign_workers/he/summary_2015_new_1 pdf], consulté le 14/07/2016.

8 En septembre 2012 un groupe de 21 demandeurs d’asile érythréens a supplié les soldats israéliens, à travers le grillage de la barrière de sécurité, de les laisser entrer en Israël ; les soldats leur ont donné de l’eau et n’ont laissé que deux femmes et un enfant traverser pour raisons humanitaires cf. G. Cohen « Police Bar Israeli Doctor’s NGO from Accessing Eritrean Refugees Trapped at the Border », Haaretz, 6/09/12.

9 Ce décret de 2006 ne s’applique qu’aux enfants de migrants entrés légalement en Israël, âgés de 6 ans et plus, nés en Israël ou y vivant depuis au moins 5 ans, parlant l’hébreu, scolarisés dans le système israélien et dont les parents ont fait une demande avant août 2006 cf. Kemp, 2007.

10 B. Ravid, « Netanyahu set to present plan to tackle illegal immigration from Africa », Haaretz, 07. 12.2011. Ce centre permet aux « détenus » de sortir pendant le jour mais ils doivent être présents pour le comptage du soir.

11 D. Weiler-Polak, « Eli Yishai: Infiltrators Pose Existential Threat to Israel », Haaretz, 22/11/2010.

12 Au cours de cette période, des résidents du quartier Shapira à Tel Aviv ont apporté des couvertures, des bâches ou des tentes aux demandeurs d’asile qui dormaient dans le froid et la pluie dans le parc Levinsky. Une « soupe populaire » a également été établie dans ce parc (Levinsky Soup Kitchen).

13 Par exemple The Hotline for Refugees and Migrants : hotline.org.il consulté le 14/07/2016 ou Rabbis for Human Rights: rhr.org.il consulté le 14/07/2016.

14 R. Sinai, « Israel to expel 2000 African Refugees who fled to Eilat », Haaretz, 26/11/2008.

15 Les propos du député Michael Ben Ari sont notamment rapportés dans Y. Kubovich « Dozens of Israelis Protest against African Migrants », Haaretz, 31/12/2012.

16 Haaretz, 07/12/2011.

17 Cf. Tsurkov (2012), rapport du Hotline for Migrant Workers sur l’incitation à la haine raciale contre les demandeurs d’asile africains en Israël.

18 Pour une liste détaillée de ces crimes contre les demandeurs d’asile cf. Tsurkov (2012), op. cit.

19 Notons que le mouvement citoyen et nationaliste « Gader le hayyim » (frontière pour la vie) a notamment fait pression pour la construction de la barrière de sécurité le long de la frontière sud d’Israël.

20 Voir Lehouerou, 2009, sur leurs conditions de vie en Égypte.

21 Voir aussi les témoignages dans le rapport du Hotline for Migrant Workers The Dead of the Wilderness: Testimonies from Sinai Desert, février 2011, Tel Aviv.

22 Les États-Unis classent Israël dans les États qui ne répondent pas « aux conditions minimum pour l’élimination du trafic humain dans ses frontières » et s’inquiètent de l’absence d’identification systématique de victimes de trafic humain pour ceux arrivant du Sinaï (US State Department Report on Trafficking in Persons, juin 2011).

23 Entretien, octobre 2011, Tel Aviv.

24 Entretien, décembre 2009, Tel Aviv.

25 Entretien, octobre 2012, Tel Aviv.

26 Tweet d’Ahmad Tibi qui s’oppose à l’entrée des migrants africains en Israël mais qui déclare qu’il faut les traiter humainement s’ils sont déjà en Israël, cf. « Arab leaders in Israel side with consensus on African immigrants », N. Shezaf, +972 Magazine, 27/05/2012, [http://www.jidaily.com/p588f], consulté le 14/10/2016.

27 cf. H. Shaalan, « 15 Hurt in Brawl between Africans, Kfar Manda Residents », Ynet News, 14/06/2012, [http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4242321,00.html], consulté le 14/10/16.

Auteur

Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, Aix-Marseille Université, CNRS, Aix-en-Provence

© Presses universitaires de Provence, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540