Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Israël/Palestine, l'illusion de la séparation

 | 
Stéphanie Latte Abdallah
, 
Cédric Parizot

L’autre frontière

La frontière israélo-libanaise vécue par les réfugiés palestiniens du Liban

Entre stratégies de contournement et Palestine rêvée

Daniel Meier

Texte intégral

  • 1 Le Liban et Israël sont toujours officiellement en état de guerre, le traité d’armistice (1949) aya (...)
  • 2 Voir par exemple Lindholm Schulz, Hammer, 2003

1Cet article envisage les représentations que développent les réfugiés palestiniens à propos de la frontière séparant le Sud-Liban et le nord d’Israël. Ce lieu est particulièrement symbolique dans la mesure où il a été fortement marqué par la lutte armée palestinienne de 1969 à 1982 et parce que c’est là aussi que les réfugiés sont, en raison de la fermeture de cette frontière1, à la fois les plus proches et les plus éloignés de leur terre d’origine. J’étudie comment les circulations entre le Liban et la Palestine contribuent à produire des représentations spécifiques de cette dernière chez les réfugiés palestiniens, qualifiées par certains de « visiting returnees »2. Cela permettra de reprendre le débat sur le droit au retour du point de vue des réfugiés palestiniens du Liban du moins ceux qui ont brièvement pu se rendre sur leur terre d’origine.

  • 3 Selon une étude de la fondation de recherche norvégienne FAFO en 2005, 10% des réfugiés du Liban au (...)
  • 4 En confinant ainsi les femmes à un rôle traditionnel duquel elles se sont progressivement autonomis (...)

2Le lien primordial avec la Palestine reste pour une partie non négligeable des réfugiés du Liban celui des liens de sang. La présence de liens familiaux au-delà de la frontière3 confère une certaine matérialité dans la relation avec la Palestine et motive certains réfugiés à y effectuer un voyage. En effet, dans la représentation populaire palestinienne, la famille est perçue comme la seule institution pérenne face à l’effondrement du lien avec la terre natale ; certains en font la gardienne de la mémoire collective4. Une étude menée en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés (Hanafi, 2003) a montré que la frontière constitue un frein évident à la connectivité au sein des familles et d’autre part que les femmes jouent un rôle plus important que les hommes dans le maintien des liens familiaux. Nous verrons comment ces deux aspects apparaissent au sein de mon étude. Un autre lien est constitué par la mémoire que les gens ont construite à propos de la terre de Palestine, de leur village ou de leurs quartiers d’origine. Cette mémoire a été largement entretenue par les récits de ceux qui y ont vécu, et par la médiatisation qu’en font les autorités et partis politiques palestiniens. Ces liens ont encore été renforcés par le recours aux nouvelles technologies de l’information et de la communication – que je n’explorerai pas dans cet article. Ces technologies permettent à la fois de rester connecté avec les personnes qui vivent en Israël ou dans les Territoires palestiniens occupés et de participer à des forums animés par le besoin identitaire de remémoration (Picaudou, Rivoal, 2006 ; Aouragh, 2012).

3Cette étude explore les moyens et les stratégies mobilisés par les réfugiés pour se rendre en Palestine, les temporalités de l’accès et l’expérience qu’ils conservent d’un tel voyage. À la croisée des questions portant sur l’identité et des études sur les frontières (border studies), cette recherche s’inspire des travaux de Barth (1969) dans la mesure où cet auteur montre qu’une frontière, quelle qu’elle soit, apparaît comme constitutive de la production identitaire puisqu’elle définit le même et désigne l’altérité. Or, qu’en est-il des acteurs qui situent leur appartenance de l’autre côté de la ligne frontalière ? Comment s’opèrent ces « retours provisoires » et qu’est-ce qui les rend possibles et faisables ? Qu’est-ce que ces voyages provoquent en termes de représentations de la terre d’origine ? Quels sont les effets de la traversée sur les récits de leur pays d’origine ?

4Ma démarche s’appuie sur une trentaine d’entretiens effectués auprès de réfugiés palestiniens, vivant dans et hors des camps, ainsi que lors de visites auprès d’ONG et d’interlocuteurs investis auprès des réfugiés (militants, acteurs politiques ou chercheurs locaux). Il convient aussi de préciser que les acteurs parlent peu de ces types de voyages en Palestine. Certains voyant dans ces déplacements des formes de collaboration avec « l’ennemi sioniste », l’expérience que les personnes en tirent est souvent peu partagée.

5Je présenterai tout d’abord les transformations de la frontière libano-palestinienne/israélienne et la manière dont elles ont affecté la circulation des populations. Dans mes seconde et troisième parties, je traiterai respectivement du passage et du contournement de la frontière sud du Liban. Ceci me permettra de montrer comment la traversée de la frontière ou son contournement affecte les représentations de la Palestine, qui englobe aujourd’hui Israël et les Territoires palestiniens occupés en 1967. Dans une quatrième partie, je montrerai que les similitudes entre les récits de cette expérience, analysées à travers la notion de mythe, permettent de souligner l’ambivalence de ces « retours provisoires » en Palestine.

La frontière du sud Liban : une frontière mobile

6La frontière actuelle entre le Liban et Israël est constituée par la ligne d’armistice qui a été définie en 1949 entre ces deux belligérants. Cette ligne épouse d’ailleurs la délimitation fixée en 1923 entre les zones sous le contrôle britannique et français. Jusqu’en 1949, la circulation des personnes et des marchandises, de part et d’autre de cette démarcation, se faisait librement. Après cette date, en revanche, sa fermeture a entériné un découpage frontalier aberrant au regard des processus d’interactions sociaux qui se déroulaient entre la Galilée et le Jabal Amil (Hof, 1984). Elle a effectivement imposé une coupure brutale entre les populations de la région ainsi qu’entre les Palestiniens, qui se sont réfugiés au Liban, et leurs familles restées dans les zones conquises par Israël. Au Liban, un peu plus de 100 000 réfugiés palestiniens ont été répartis dans des camps à travers tout le pays. Seuls certains Palestiniens chrétiens – environ 15 000 (Courbage, 2002, p. 193) – ainsi que les familles les plus aisées ont reçu la nationalité libanaise sous le mandat présidentiel de Camille Chamoun (1952‑1958). Bien que celui-ci ait fait voter une mesure d’éloignement des réfugiés palestiniens de la frontière de 10 km pour éviter toute infiltration civile en Israël/Palestine (Beydoun, 1992), jusque dans les années 1960, de nombreux réfugiés ont réussi à franchir clandestinement la ligne de démarcation pour retourner chercher des titres de propriétés ou des biens laissés derrière eux.

  • 5 Au terme de nombreux accrochages entre l’armée libanaise et la résistance palestinienne, ces accord (...)

7L’évolution de la situation des réfugiés palestiniens au Liban – largement déterminée par une ligne de confrontation avec les autorités libanaises – a favorisé la construction d’une identité collective en lutte. Leur politisation à la suite de la création de l’OLP (1964), puis la plus grande autonomie des camps palestiniens à la suite de l’accord du Caire (1969) qui autorisa les groupes armés à mener des opérations à travers la frontière5 ont conféré à la Résistance palestinienne une légitimité populaire élargie. Cette identité militante s’est développée sur le terreau fertile de l’échec des armées arabes face à Israël en juin 1967 et fut portée par une vague de sympathie à l’égard des fédayyins palestiniens perçus comme les derniers garants d’une dignité arabe bafouée (Meier, 2014). Cette mobilisation qui transforma des paysans en révolutionnaires (Sayigh, 1979), annonçait la montée en puissance de la centrale palestinienne, un ensemble de formations politico-militaires rassemblées sous l’égide de l’OLP, présidé depuis 1969 par Yasser Arafat. C’est d’ailleurs à Beyrouth que celle-ci transféra son siège après l’expulsion brutale de la Résistance de Jordanie (Septembre Noir en 1970). C’est dans ce contexte que la région Sud contiguë à la frontière devint progressivement une zone de combats où Israël répondait aux attaques palestiniennes par des répliques indiscriminées sur les villages du Sud-Liban, faisant ainsi de nombreuses victimes civiles tant palestiniennes que libanaises.

8En 1976, au début de la guerre civile, une large bande de terre située au nord de la région frontalière libano-israélienne passe sous le contrôle de l’Armée du Liban Libre, une milice chrétienne pro-israélienne dirigée par le major Haddad. Ses cadres étaient issus des rangs de l’armée nationale démobilisée et prit plus tard le nom d’Armée du Liban-Sud (ALS). Dès l’effondrement de l’État libanais, Israël avait saisi l’opportunité de la présence de villages chrétiens côté libanais le long de sa ligne frontalière nord pour tisser des liens et inaugurer une politique dite de « la bonne frontière ». Celle-ci était fondée sur une coopération qui, en échange de l’approvisionnement des populations locales en eau, matériel médical et armes, impliquait la surveillance de la zone frontalière de façon à repousser les assaillants palestiniens tentant de s’infiltrer en Israël. Grâce à une première invasion du Sud-Liban en 1978, Israël a consolidé cette milice et militarisé cette zone en encourageant le déploiement de check-points et en établissant une nouvelle ligne fortifiée. L’État juif a ainsi contribué à démarquer cette région du reste du Liban Sud dominé par les groupes palestiniens.

9Dans le cadre de son invasion de 1982 qui le mena jusqu’à Beyrouth, Israël s’est largement appuyé sur ces milices chrétiennes. À partir de cette période, l’accès au territoire d’Israël par la frontière libanaise devint très difficile pour les réfugiés palestiniens. Comme le dit Safa dont la famille proche est à cheval entre le Liban et Israël :

  • 6 Fournis par les autorités israéliennes à partir d’une demande déposée par le CICR.
  • 7 Entretien effectué dans le camp de Chatila, 22 juillet 2008.

Avant 1982 j’allais en Palestine pour voir ma famille, il y avait un système de permis temporaires6 permettant ces visites familiales et mon frère venait aussi avec moi. Après, ce n’était plus possible […] on a dû faire des rencontres familiales dans les pays environnants, surtout en Jordanie7.

10Le CICR (Comité international de la croix rouge) était alors chargé de jouer le rôle d’intermédiaire entre les demandeurs palestiniens et les autorités afin de permettre aux membres de la même famille (liens de premiers degrés) de pouvoir effectuer un passage entre le Liban et Israël.

  • 8 Il faut rappeler son caractère unilatéral puisque seules les marchandises israéliennes pouvaient pa (...)

11Par contre, dans le but de promouvoir l’image d’Israël et de satelliser l’économie du Sud‑Liban, l’État juif a ouvert sa frontière nord aux ressortissants libanais. Dans le cadre d’un nouveau volet de cette politique dite de la « bonne frontière », des hommes d’affaires libanais furent conviés par le ministère du Commerce israélien à assister à une foire agricole au cours de laquelle ils furent encouragés à développer des liens commerciaux avec Israël. Cette politique des portes ouvertes économiques8, qui en réalité s’apparentait à une annexion rampante (El-Ezzi, 1990, p. 152), permit aussi à plusieurs milliers de Palestiniens – dont une grande partie avaient pris/reçu la nationalité libanaise – de voyager dans leur pays natal. Toutefois, en étaient exclus tous les hommes affiliés à un groupe de la résistance palestinienne et tous les palestiniens âgés entre 15 et 60 ans. Cette ouverture prit fin en avril 1984 après une opération meurtrière menée depuis le Liban par le FDLP.

  • 9 L’accord du 17 mai 1983 aussi appelé accord de Khaldé fut signé entre Israël et le gouvernement de (...)
  • 10 Entretien avec Monzer Jaber, Beyrouth, mai 2010.

12Après l’échec de l’accord de Khaldé du 17 mai 19839 et le désinvestissement américain du Liban, suite aux attentats ayant frappé son ambassade et ses Marines, Israël procéda unilatéralement à un retrait en trois phases (septembre 1983 à juin 1985), mais maintint une « zone de sécurité » qu’il occupa avec le concours de la milice supplétive de l’Armée du Liban-Sud (ALS). Entre 1985 et 2000, il y a donc eu une double frontière : celle permettant d’entrer dans la zone de sécurité depuis le Liban et l’autre d’y entrer depuis Israël. À l’intérieur de cette dernière, vivait une population évaluée à 70 000 personnes10, partagée entre la collaboration contrainte par des mesures de rétorsions et des volontaires, initialement recrutés dès les années 1976-1977 dans les villages chrétiens. À partir de 1984, la conscription des supplétifs s’étendit aux chiites résidants dans la zone occupée avec pour objectif de former une authentique armée de plusieurs milliers de soldats. Les passages entre le Liban et Israël devinrent résolument plus difficiles moins en raison de l’occupation israélienne qu’en raison de la progressive emprise syrienne sur le territoire libanais. Depuis la fin de la guerre civile (1990), la politique syrienne au Liban a ainsi affirmé son emprise sur le pays du Cèdre en interdisant tout passage. Dans les faits, selon le CICR, quelques mariages ont bel et bien eu lieu par-delà la frontière (notamment entre druzes) ainsi que des passages individuels dont il est difficile de connaître le nombre.

  • 11 Revendication par ailleurs légitime du gouvernement libanais de ne pas permettre à Israël et la com (...)

13Si les années 1980 furent pour les réfugiés palestiniens une longue traversée du désert durant lesquelles les ennemis semblèrent se multiplier (Sayigh, 2004), leur marginalisation sociale et politique connut une forme d’institutionnalisation dans l’après-guerre civile (Meier, 2008). C’est en effet à partir de la fin des années 1980 que l’État libanais mit en place des lois et des décrets qui firent apparaître de plus en plus les réfugiés palestiniens comme un fardeau que la société libanaise ne pouvait plus supporter. En effet, l’après-guerre civile a été marqué par l’apparition d’un discours politique ambigu des élites libanaises : d’un côté il stigmatisait la présence palestinienne comme responsable de la guerre civile et de l’autre il se faisait le défenseur du « droit au retour » pour les réfugiés palestiniens. Ce discours gouvernemental libanais synthétisé sous le slogan du « refus de l’implantation »11, largement alimenté par l’agenda syrien au Liban durant la période de la tutelle (1989-2005), a contribué à alimenter un sentiment de xénophobie ciblant les réfugiés palestiniens. Le terme « implantation » (tawtîn), a été utilisé comme le spectre de « l’invasion » et ainsi favorisé un climat politique qui conduisit à l’adoption de mesures (lois, décrets) restreignant les droits des réfugiés.

  • 12 Le retrait israélien, entériné par l’ONU, fut contesté par le gouvernement libanais sur plusieurs p (...)
  • 13 Il s’agit du nom officiel donné par l’ONU à la ligne séparant le Liban d’Israël et également dénomm (...)
  • 14 En vertu de la politique de défense de la cause palestinienne que le parti de Dieu a inscrit au pri (...)
  • 15 Le processus de marquage vise à consolider la ligne bleue en confrontant les mesures de sa localisa (...)
  • 16 Lors de l’édification de cette section murée de la frontière en 2012, l’armée libanaise a contribué (...)

14Le retrait israélien unilatéral du Sud-Liban en mai 2000 permit au Hezbollah de remporter une victoire politique indéniable et de s’accaparer une autorité de facto sur l’ancienne zone occupée par l’ALS au sud du territoire libanais, puisque l’Armée libanaise refusa de s’y déployer12. Depuis lors, parmi les Palestiniens, seuls des corps de combattants, décédés lors d’opération d’infiltrations antérieures, ont pu franchir la « ligne bleue »13 en direction du Liban grâce aux échanges de prisonniers que le Hezbollah mit sur pied, notamment en 2004 et 200814. La guerre de l’été 2006 lancée par Israël contre le Hezbollah suite au retrait militaire syrien du Liban (avril 2005) puis la résolution onusienne 1701, bannissant toutes les armes de toutes milices dans la zone Sud, a forcé le Hezbollah à redéployer son arsenal au nord du Litani au profit de l’armée libanaise et de la FINUL « renforcée ». La ligne bleue, dont le marquage est en cours15, semble être devenue un espace où s’actualisent des rapports de pouvoir sur de petites portions de territoire entre les armées libanaises et israéliennes, mais aussi de coopération comme l’a montré l’érection d’un segment de mur frontalier16 à Kfar Kila (Meier, 2016).

Traverser la frontière israélo-libanaise

15Dans ce qui suit, je voudrais m’intéresser à la traversée vers la Palestine à partir du Sud-Liban afin d’en voir les dimensions pratiques et symboliques. J’envisagerais d’abord les conditions et les contraintes auxquelles les réfugiés palestiniens ont fait face, à divers moments de l’histoire, et qui les renvoient à leur statut. Ensuite, je comparerais les récits portant sur leurs voyages en Israël et dans les TPO afin d’en appréhender les aspects tant empiriques que symboliques. Il convient ici de préciser que cette enquête a touché une minorité parmi les réfugiés palestiniens du Liban. En effet, pour une majorité d’entre eux, il est très difficile, voire impossible, de circuler en direction de la Palestine ou de la Jordanie. Parmi eux, on doit mentionner les bidoun (apatrides) arrivés après 1967 à la suite de la guerre des Six‑Jours et dont le statut même empêche tout déplacement. Les anciens combattants de la résistance palestinienne, d’autre part, sont toujours recherchés par la sûreté jordanienne et ne peuvent se rendre en Palestine en passant par la Jordanie. Enfin, la majorité des réfugiés n’ont ni les moyens ni les réseaux de relations nécessaires pour se rendre au moins en Jordanie ou dans d’autres pays pour y retrouver leurs proches.

  • 17 Il s’agit d’un décret de naturalisation 5247 présenté par le ministre de l’Intérieur de l’époque Mi (...)

16La minorité parmi les réfugiés alors concernée par la question du franchissement de la frontière sud, ou son contournement en vue d’accéder à la Palestine se divise en trois catégories. La première, numériquement la plus faible, est composée d’individus dotés de passeports autres que libanais (européens par exemple) leur permettant d’entrer en Israël ou dans les Territoires occupés. La seconde, la plus nombreuse, regroupe des Palestiniens ne possédant que le document de voyage délivré par la sûreté libanaise. Enfin, la troisième est constituée de réfugiés ayant acquis la nationalité libanaise par mariage (pour les femmes) ou par naturalisation dans les années 1950 ou avec le décret de 199417. Si le type de document détermine l’accès à Israël et aux TPO, les choix individuels et les circonstances politico-militaires déterminent également les motivations du voyage.

  • 18 À l’exception de la période de 1995-1999 où un visa de re-entrée au Liban fut demandé à ceux des ré (...)
  • 19 Mandat marqué par une orientation étatiste connue sous le terme de « chéhabisme » dont une des dime (...)
  • 20 Les services de renseignements de l’armée ont ainsi exercé durant cette période une autorité sans p (...)
  • 21 Cf. par exemple Jaber, 2006.

17Sur le plan administratif, l’État libanais n’a pas limité les déplacements vers l’extérieur des réfugiés palestiniens18. Par contre, depuis le début du mandat présidentiel de Fouad Chéhab19 (1958) et jusqu’aux Accords du Caire (1969), le Liban a imposé des mesures limitant les déplacements à l’intérieur du pays des réfugiés des camps20. En outre, lors du lancement du processus de paix d’Oslo (1993), de nombreuses restrictions leur ont été imposées afin de minimiser les chances de leur implantation et ceci afin de prévenir une des conséquences redoutées au sein du front du refus : l’implantation forcée des réfugiés situés hors de Palestine et des TPO21. Plus récemment, une politique de contrôle des camps de réfugiés a été pensée et implémentée par le gouvernement libanais dans le cadre du projet pilote de reconstruction du camp de Nahr el-Bared, détruit en grande partie lors des affrontements qui s’y sont déroulés durant l’été 2007 entre le groupe Fatah al-Islam et l’armée libanaise.

18À l’exception de la période qui a suivi son invasion du Liban entre 1982-1984, Israël a pour sa part, constamment freiné toute circulation en provenance du Liban, n’autorisant que des regroupements entre personnes affiliées au premier degré puis, via sa politique de collaboration au Sud-Liban occupé (1985-2000), restreignant unilatéralement l’accès aux membres des familles liés par une ascendance ou descendance directes. Depuis lors, les passages ne sont possibles qu’au cas par cas et selon le bon vouloir et l’agenda sécuritaire des autorités israéliennes auxquelles le CICR soumet les dossiers.

  • 22 À moins que ce ne soient surtout les femmes qui osent parler de leurs expériences. Si l’on ne peut (...)

19Pour ce qui est des cas individuels, ce sont souvent des femmes22 qui ont pu traverser la frontière Sud et se rendre en Israël. Une chrétienne m’expliquait l’importance du réseau religieux local maronite pour obtenir les autorisations au franchissement de la frontière. Oumm Saad, une vieille femme de 88 ans, a presque tous ses parents à Haïfa ; seuls elle et son mari ont décidé de partir au cours de la Nakba. Dans les années 1970, Oumm Saad a pu revenir dans sa ville natale, à deux reprises, grâce à l’intervention de relations dans les milieux ecclésiastiques et en passant par la Jordanie. En 1982, puis en 1992 et 1993, elle est retournée en Palestine, grâce à une autorisation spéciale octroyée par l’intermédiaire du CICR.

20Une fois, après 1982, lorsque la frontière était ouverte, nous avons pu y aller par le Sud‑Liban. Je me souviens qu’on devait déposer une demande auprès d’un officier israélien en précisant que l’on avait de la famille en Palestine. C’était facile. Par contre tout avait changé en 1992 lorsque j’ai essayé à nouveau. On est passé via un officier de l’armée du Liban-Sud que l’on connaissait (notre famille), car il était de Miyé-Miyé, le village à côté du camp palestinien. Il a pu me prendre seulement jusqu’à la frontière et arranger une rencontre avec ma fille qui était venue, à Ras el-Naqoura. […] La dernière fois que j’ai réussi à y aller ce fut en 1993. C’est ma fille qui a fait une demande aux autorités israéliennes pour obtenir un permis que le CICR m’a fait parvenir et ainsi j’ai pu y aller. Ensuite je n’ai plus tenté d’y aller, vous voyez j’ai de la peine à me déplacer.

  • 23 Entretien effectué à Saïda le 24 octobre 2009.

21La première fois que je suis retournée j’ai pleuré tout le temps. Après je pleurais aussi, mais un peu moins, même maintenant je pleure rien que de penser à la Palestine. On a logé à Haïfa car notre maison avait été détruite dans le village (Tyra) où ils ont fait un kibboutz à la place. Mais on voit encore les pierres et il y a aussi l’école qui est encore debout. Je suis restée un mois la première fois, et j’ai bien visité la Palestine, Jénine, Jérusalem, Jaffa. Pour le permis, c’était simple : il suffisait de demander le renouvellement aux autorités israéliennes au bout de 2 semaines23.

  • 24 Entretien effectué à Beyrouth, 1 juin 2010.

22Durant la période d’ouverture de la frontière israélo-libanaise de 1982‑1983, les permis délivrés permettaient aux visiteurs de circuler à la fois dans les territoires occupés mais aussi en Israël pour une durée allant jusqu’à deux semaines. Bien que fort peu d’hommes palestiniens aient pu accéder à cette autorisation d’entrée en raison des restrictions d’accès édictées par les autorités israéliennes, une fonctionnaire de la représentation diplomatique palestinienne à Beyrouth m’a assuré que certains visiteurs palestiniens auraient profité de cette possibilité de retourner sur leur terre natale pour y vendre des propriétés qu’ils possédaient encore en Israël24. Un Palestinien, naturalisé libanais dans les années 1950, raconte son voyage :

  • 25 Entretien effectué à Beyrouth, 24 juillet 2008.

C’est paradoxal… j’étais heureux comme jamais en entrant en Palestine, d’atteindre la maison, notre jardin. Mais lorsqu’on regarde autour, on est choqué, on est devenu des étrangers chez soi, ce n’est plus notre place même si vous savez que là (il désigne sa tête de son doigt) vous avez raison. Maintenant, j’ai oublié les immeubles, je me souviens juste du jardin et des gens… Après ce premier voyage, mon frère a voulu retourner et a pu y aller avec sa propre voiture. Moi, j’ai pas pu, j’étais cassé. Quand on est attaché à un endroit, on pense que tout est possible, ce qui n’est pas le cas en fait. Non, ce n’est pas une expérience, c’est un choc que j’ai pu oublier ; tu ne peux pas oublier. Maintenant, s’il y avait la paix et qu’on puisse retourner en Palestine, j’irai et je rachèterai le lieu. Pour mes enfants qui sont nés ici afin qu’ils continuent d’avoir ce souvenir, pour qu’ils gardent ce lieu avec eux et le transmettent25.

23Tous les acteurs rencontrés ayant pu effectuer pareil voyage en Israël sont unanimes à dire combien cette traversée avait comblé en eux un vide, tout en laissant subsister une grande frustration. Certains ont relevé que cela leur avait permis de découvrir leur pays de façon concrète, physique, palpable. Plus largement, on peut constater que cette expérience leur a permis d’objectiver une appartenance identitaire jusqu’alors plutôt théorique. Les expériences relatant cet épisode ont eu de profonds effets sur les voyageurs palestiniens, la joie se mêlant à l’incrédulité et à la souffrance, notamment à la vue de leur maison occupée ou de leur village ou quartier détruit.

Contourner la frontière par le Sud

24Compte tenu des difficultés de passage à travers la frontière libano-israélienne, la majorité des Palestiniens vont en Jordanie pour y retrouver leurs familles qui se déplacent alors jusqu’à Amman. Les plus aisés se retrouvent en Turquie, à Chypre ou en Égypte.

  • 26 Entretien avec un professeur, enseignant à l’AUB, Beyrouth, 25 août 2004.

25Certains réfugiés palestiniens du Liban possèdent des passeports européens ou américains qui leur permettent d’entrer en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés en passant par la frontière avec l’Égypte, la Jordanie ou en passant par l’aéroport de Tel Aviv. Parmi ces derniers, on peut distinguer deux catégories : celles et ceux qui choisissent de ne pas retourner en Israël/Palestine pour des motifs les plus variés26 et, à l’inverse, celles et ceux qui au contraire y retournent pour des quêtes personnelles ou par engagement pour la cause palestinienne. Les plus engagés utilisent cette liberté de circulation afin de bâtir de nouvelles relations avec des groupes locaux, associations culturelles, ou milieux académiques ou bien ils se lancent dans des projets de développement. Ils se rendent à la fois à Gaza, en Cisjordanie et en Israël et comme le disait l’un d’entre eux, le rapport à la terre de Palestine est « décomplexé », en ce qu’il ne comporte pas d’arrière-fond, de douleurs ou de rancune particulière. De récentes recherches portant sur « les modes de subjectivités » des Palestiniens ayant grandi hors de Palestine et notamment loin du Moyen-Orient soulignaient la production d’un nationalisme à distance constitué de deux tendances que l’on voit également bien à l’œuvre au Liban : « l’une fondée sur l’antagonisme, la valorisation des racines et de la tradition, et l’autre sur des assemblages identitaires divers, l’hybridité et le cosmopolitisme » (Loddo, 2008).

  • 27 Il s’agit d’un dépôt de garantie attesté sur un compte bancaire.
  • 28 Ce dépôt de garantie a été introduit en 1982 à la suite du départ des fédayins du Liban et dont un (...)

26La Jordanie est la première destination où les réfugiés venus du Liban retrouvent leurs proches. Suivant leurs moyens, ils louent des appartements, des chambres d’hôtel ou résident chez des amis afin de passer quelque temps avec leurs parents. Cependant, afin d’être autorisés à entrer sur le territoire du royaume hachémite, ils doivent effectuer un dépôt de garantie financière27 de 5 000 dinars jordaniens (environ 7 000 US$) à l’ambassade de Jordanie à Beyrouth28. En cas d’invitation transmise par une institution, la caution est de 500 dinars. Toute acceptation est assortie de l’obligation pour les réfugiés d’avoir une inscription officielle dans le registre libanais (afin de garantir son « appartenance » au Liban), ainsi que de posséder un dossier approuvé par la Sûreté jordanienne. Le canal des ONGs est parfois emprunté par ceux qui y ont des relations. Ce détour peut s’avérer décisif dès lors qu’il permet ainsi aux individus d’éviter de devoir verser le montant du dépôt de garantie, largement discriminant pour l’essentiel des réfugiés vivant au Liban. Ce dépôt de garantie est ressenti par les réfugiés comme une entrave à leurs mouvements mais aussi comme un moyen de dissuader toute prolongation du séjour (puisqu’il y a prélèvement sur ce dépôt pour chaque jour supplémentaire non autorisé) ou toute immigration palestinienne illégale, ce qui tend à faire du royaume hachémite dans l’esprit des réfugiés interviewés un « chien de garde » d’Israël.

  • 29 Accords diplomatiques de février 2010.

27Lorsqu’elles sont plus aisées, certaines familles se retrouvent à Chypre ou en Turquie. Concernant Chypre, l’entrée du pays dans l’espace Schengen a rendu les autorités plus restrictives ; cependant la destination reste praticable quoiqu’onéreuse. Avec la Turquie, il n’y a pas de difficultés particulières, mais le visa reste nécessaire alors même qu’il avait été aboli pour les détenteurs de passeports libanais et syriens quelque temps avant les soulèvements arabes29. Des fluctuations peuvent toutefois apparaître en raison des changements politiques que la région connaît : la politique plutôt pro-palestinienne de l’AKP au pouvoir à Ankara semble connaître des fluctuations notamment en raison d’intérêts énergétiques en Méditerranée qui tendent à lier la Turquie à Israël (Trilnick, Bar-Eli, 2013). Toutefois, pour la plupart des réfugiés interviewés, Chypre et la Turquie n’offrent pas le confort linguistique et culturel que procure la Jordanie. L’Égypte est une destination bien moins empruntée. Elle semble n’avoir que peu d’intérêt pour les réfugiés rencontrés. En outre, l’arrivée au pouvoir du général Sissi a fait de l’Égypte un État qui poursuit sa coopération avec Israël aux dépens des Palestiniens, cette attitude est illustrée par la poursuite du blocus de la bande de Gaza, encouragé également par le parrain américain (Baroud, 2013).

  • 30 Après un débat interne notamment quant à la participation des Palestiniens de l’extérieur au scruti (...)
  • 31 Selon un militant du FDLP, un des participants n’aurait pas reçu le feu vert des autorités jordanie (...)
  • 32 Entretien effectué au camp de Mar Elias, 13 octobre 2009.

28En juillet 2009, un petit groupe de 70 personnalités palestiniennes, des représentants et cadres palestiniens, s’est rendu à Bethléem en Cisjordanie occupée pour le Congrès organisé par le Fatah afin de renouveler ses délégués. La liste des participants fut proposée par l’Autorité palestinienne30 à Israël qui leur autorisa le passage lors de l’entrée qui se fit par le Pont Allenby31. Cet événement fut pour certaines de ces personnalités, la seule et unique possibilité de retourner en Palestine pour y visiter et découvrir les villes palestiniennes ; toutefois, aucune ne put aller du côté israélien. Toutes reçurent un permis de séjour d’une durée d’un mois, valable uniquement pour les TPO. Un militant du Front démocratique32 détaille ces aspects techniques aux significations largement politiques :

On a dû payer chacun notre visa […] et on a obtenu aussi une garantie que nos passeports n’allaient pas recevoir de tampon israélien. Le visa lui-même est un document format A4 valable pour un mois. C’est un document similaire à celui de résidence temporaire avec des rubriques nom, prénom, âge, lieu de naissance. Pour moi ils avaient mis Israël dans cette dernière rubrique… parce que je suis né à Acre. Or, en fait, je suis né en 1947, avant la création d’Israël ! Pour beaucoup d’autres, ils avaient simplement mis leur pays d’exil, car la mention du village natal en Palestine a été niée ou est restée inconnue de la part des fonctionnaires israéliens. Du reste, détail amusant, les rubriques étaient en anglais, arabe, hébreu et le texte relatif à nos coordonnées personnelles était en hébreu. Cette autorisation était valable pour se déplacer dans toute la Cisjordanie réduite aux zones palestiniennes.

  • 33 Entretien effectué à Saida, 15 septembre 2009.

29Si, comme les autres voyageurs qui se sont rendus en Israël, les délégués du Fatah s’accordèrent à dire que ce furent des journées chargées d’émotion parce qu’elles leur avaient permis de retrouver leur terre d’origine, tous furent frappés par la dureté de l’occupation militaire israélienne. Une interlocutrice33 évoqua ainsi sa prise de conscience du joug de l’occupant israélien et de la violence qu’il exerce sur chaque Palestinien vivant dans les territoires :

  • 34 Entretien effectué a Saida, 3 septembre 2009.

Cela a changé ma compréhension de ce que signifie l’occupation au quotidien. C’est une question d’humanité et pas seulement un sujet politique34.

30Un autre interlocuteur mit l’accent sur l’effet qu’eut sa découverte de la terre palestinienne sur sa perception de la question palestinienne :

  • 35 Entretien effectué à Beyrouth, 5 mars 2010.

Soudain, j’ai senti que mon engagement pour la lutte augmentait au fur et à mesure que je réalisais que les Israéliens ne nous rendraient jamais toutes nos terres même si on acceptait de faire des compromis35.

31Enfin, une déléguée au congrès du Fatah témoigne du bouleversement provoqué en elle par sa visite dans les TPO, car elle ne croyait pas vraiment un jour voir sa terre d’origine. Elle met elle aussi en avant le nouveau souffle qui en est résulté pour son engagement après un détour symbolique par Ramallah :

  • 36 Entretien effectué à Saida avec Amneh, 28 septembre 2009.

On a été voir le monument de Arafat à Ramallah et moi j’ai senti comme s’il était là, à côté de nous, et qu’il nous disait : ‘Voilà, je vous l’avais promis que nous réussirions à prier ensemble en Palestine’ […]. Pour moi, cette visite à été comme le début de notre droit au retour, de notre retour en fait : Israël n’est pas une fatalité36.

  • 37 Sur cette double dimension liant statut de réfugiés palestiniens et arbitraire, cf. Bontemps, 2012 (...)

32La comparaison de ces différents récits montre combien le statut de réfugié palestinien est prégnant en termes d’identité et son corollaire, combien est perçu l’arbitraire que les autorités des différents pays de résidence, de transit ou de visite leur font sentir37. Cette assignation identitaire est perceptible dans la nature des autorisations (limite temporelle et géographique, caution rappelant la méfiance des États à l’égard de ces visiteurs) dans le processus ayant mené à leur obtention (nécessité d’un réseau de soutien, d’un financement ad hoc et d’une longue attente contraignant temporellement les Palestiniens).

  • 38 Près de 450 villages ont ainsi détruits ou rasés durant la période de la Nakba suite au plan Dalet (...)

33La vision de la Palestine est différente en fonction du voyage. Les réfugiés palestiniens qui se sont rendus en Israël rendent compte d’un fort sentiment d’aliénation. Il leur semble impossible de se projeter dans ce paysage qui ne ressemble en rien à ce dont ils se souvenaient ou qu’ils avaient imaginé. Et pour cause, quand les villages et les quartiers n’ont pas été rasés38, ils ont été profondément transformés. À l’inverse, les visiteurs des TPO ont fortement ressenti les enjeux de l’occupation dans la réalité palestinienne en Palestine comme on vient de le voir avec les cas des officiels palestiniens. Une autre différence de cette représentation est perceptible à travers le fait que ceux qui ont pu se rendre dans les TPO ont parlé du droit au retour comme principe dont la nécessité est encore plus manifeste à la lumière de l’occupation bien qu’aucun des interlocuteurs rencontrés n’ait évoqué son retour comme une éventualité raisonnable.

34Cette différence de perception met également en lumière un processus de normalisation de l’idée de relocalisation des réfugiés dans les TPO au détriment du principe de droit au retour dans toute la Palestine (incluant le territoire de l’État d’Israël). Cela témoigne de l’incorporation des logiques pragmatiques adoptées par le leadership palestinien au moment des négociations de Taba (2001), lesquelles ont mis en suspens le retour des réfugiés de 1948 dans le territoire historique de la Palestine d’avant 1948 au profit des seuls TPO (Cisjordanie et Gaza) (Bocco, Al-Husseini, 2010, p. 273). En 2003, l’Initiative de Genève proposait le retour d’un petit nombre de « returnees » en Israël à partir d’une sélection d’individus opérée par Israël dans un dessein de regroupement familial mais il n’était aucunement question d’un droit au retour (Keller, 2004). Cette année-là, un sondage effectué auprès des communautés de réfugiés en Jordanie, au Liban et dans les TPO semblait accréditer cette option stratégique (PCPSR, 2003). En moyenne, 10 % seulement des réfugiés interviewés pensaient réellement mettre en application leur droit au retour, lorsque le moment en sera venu. Pour mon propos, deux aspects de ce sondage retiennent notre attention : d’abord, les grandes variations observables d’un pays à l’autre, le Liban apparaissant comme le pays où les réfugiés palestiniens sont les plus enthousiastes à vouloir revenir en Palestine (23 %) et, ensuite, la quasi unanimité parmi les réfugiés interrogés souhaitant reconnaissance du principe du droit au retour.

L’expérience de la Palestine « rêvée » : entre mythe et réalité

  • 39 Ils ont trait tant à l’identité jordanienne qu’à celle des réfugiés palestiniens. Cf. Chatelard, 20 (...)

35Le désir de retour des Palestiniens du Liban est non seulement lié à leur difficile situation socio-économique (Jaber, 2006), mais également à la politique du Front du refus impulsé par Damas, maître du jeu libanais durant une partie significative de la période d’après‑guerre civile (1990‑2005). La Syrie a contribué à institutionnaliser la marginalisation des Palestiniens du Liban (Meier, 2008). Dans ce contexte, les acteurs politiques libanais ont semblé trop heureux de trouver un bouc émissaire en la personne des réfugiés palestiniens parce qu’ils pouvaient se défausser de leur culpabilité quant aux causes de la guerre – autant que de leurs frustrations face à l’emprise syrienne sur le pays du Cèdre – en les privant de plusieurs droits élémentaires. Le parrain syrien, quant à lui, voyait dans cette stratégie un moyen supplémentaire de faire pression sur Israël en maintenant la question des risques d’implantation permanente des réfugiés au sommet de l’agenda politique. L’emprise syrienne a toutefois connu un reflux avec le retrait en 2005 de son corps expéditionnaire et la reprise en main du dossier palestinien par les autorités libanaises et l’AP. Pour autant, la situation des réfugiés palestiniens ne s’est depuis lors guère améliorée, malgré le vote d’un assouplissement de la loi sur l’accès au marché du travail par le Parlement libanais en 2010. Par comparaison, le traitement réservé aux réfugiés palestiniens de Syrie (avant le soulèvement révolutionnaire de 2011) semble bien meilleur eu égard à leurs droits (logement, travail, déplacement intérieur) et au processus de normalisation des camps comme quartiers urbains (Fadhel, 2011). Le décalage devient encore plus marqué si l’on met en regard le cas libanais avec celui de la Jordanie, un État qui a choisi l’option de l’intégration39. Toutes les mesures discriminantes entérinées par les autorités libanaises semblent avoir créé l’effet escompté, celui de donner envie aux réfugiés de quitter le Liban. Leur émigration en Europe (Dorai, 2006) peut ainsi être interprétée comme étant un des résultats de leur marginalisation.

  • 40 Caractéristique d’autres expériences de « visiting returnees ». Cf. Lindholm Schulz, Hammer, 2003, (...)
  • 41 Nous utilisons ce terme dans une acception de croyance se rapportant à des éléments concrets exprim (...)

36Parmi les réfugiés palestiniens au Liban qui ont pu franchir la frontière libano-israélienne ou se rendre dans les TPO, il est possible de relever des formes de récurrence dans leurs discours ; ceux-ci peuvent parfois apparaître comme contradictoires avec la réalité observée et, bien souvent, ce qui prédomine lors des entretiens est une déception40. J’envisagerai, ci‑après, ces récits à travers la notion de mythe (Bidou, 1991)41 dans la mesure où, à un niveau collectif, le mouvement de libération de la Palestine et, notamment, la résistance palestinienne qui ont opéré depuis le Liban, ont produit de nombreux symboles et mythes ayant jeté les bases d’un imaginaire national autant que d’une représentation de la Palestine (Sayigh,‑1997). Ces mythes sont enchâssés dans une mémoire collective qui est « une des formes de la production de représentations socialement partagées » (Picaudou, Rivoal,‑2006, p. 19).

37Ces récits présentent une Palestine mythique faisant la part belle à la beauté de sa terre, de ses fruits et de ses paysages. Manifestement, la réalité vécue vient ici alimenter l’image d’une Palestine éternelle et immuable, chantée et promue par l’association Girab comme l’a bien montré Nicolas Puig (2006), en tant que chaînon identitaire palliant un déficit évident de lien concret avec la terre d’origine, une terre nourricière également, telle que la poésie palestinienne l’a souvent magnifiée (Lindholm Schulz, Hammer, 2003, p. 102).

  • 42 Entretien effectué à Saïda, 18 mars 2010.

38Les aliments et les produits palestiniens sont également présentés comme étant de meilleure qualité. Oum Salman42, une Palestinienne qui n’a que le souvenir de la Palestine de son enfance : « C’est mon pays : je ne sais pas si la terre est plus riche, mais les olives sont plus grosses ». L’omniprésence de la référence à l’olivier et/ou aux olives apparaît comme un trait distinctif du discours nationaliste palestinien, puisque cet arbre symbolise les racines, l’attachement à la terre de Palestine et, au-delà, à la résistance (sumûd) opiniâtre que la Centrale palestinienne a promue depuis 1967 comme stratégie face à l’occupation israélienne (Lindholm Schulz, Hammer, 2003, p. 104-106).

  • 43 Entretien effectué à Saïda, 28 septembre 2009.

39Comme Oum Salman ceux qui ont rapporté des aliments et produits achetés lors de leur visite en Palestine les voient comme dotés d’une part didentité palestinienne. Amneh43, une des déléguées au congrès du Fatah en 2009 commente justement les achats des uns et des autres lors de ce voyage où la dimension symbolique des produits palestiniens semble constitutive de la liste elle-même des produits :

Les gens ont rapporté diverses choses de Palestine, mais c’était en général toujours du savon, de l’huile, du thym et moi j’ai rapporté des bougies de l’église de la Nativité. Certains ont rapporté des pousses d’oliviers pour les planter ici.

  • 44 Entretien effectué à Beyrouth, 14 août 2009.

40Marwan44, un militant du Front populaire de libération de la Palestine, se désole ouvertement de la disparition du thym à Nahr el-Bared et établit un lien entre mémoire et terre, associant par ce fait le camp palestinien à une terre palestinienne :

  • 45 Marwan fait allusion à l’affrontement qui a opposé trois mois durant la milice de Fatah al-Islam à (...)

On avait planté du thym dans le camp, ce thym venait de Palestine ; on avait obtenu des pousses lorsque Israël s’est retiré en 2000 et qu’on a pu retrouver nos parents sur la frontière. Avec la guerre de l’été 2007, on a perdu avant tout notre mémoire45.

41Ici l’association entre une plante venue de Palestine et la mémoire collective me paraît à la fois révélatrice de cette articulation entre une terre mythique et une terre d’adoption, celle du camp au Liban.

  • 46 Entretien effectué au camp de Mar Elias, 24 mars 2010.

42Le second type de récurrences observées s’articule autour d’une démystification de la Palestine à travers une prise de conscience des enjeux locaux. C’est le cas lorsque mes interlocuteurs mentionnent les conditions d’occupation, qu’ils mettent en cause des acteurs institutionnels en les accusant de corruption ou encore quand ils évoquent l’inégalité des chances d’accès à un viatique pour voyager en Palestine pour des raisons économiques, sociales et politiques. Comme le résume Ghassan46, le chef de l’Organisation palestinienne des droits de l’Homme au Liban – une institution indépendante de l’Autorité palestinienne et des partis politiques :

[…] Hormis les organisations comme la nôtre, il y a des gens qui ont du piston et pour lesquels, c’est le ministère de l’Intérieur jordanien qui délivre un visa pour voyager en Jordanie. […] Sinon qui, parmi les réfugiés a 5 000 dinars ?

43Dans cette démystification, l’occupation militaire israélienne a une place inégale dans les récits des voyageurs palestiniens ; il est plutôt question d’une prise de conscience du degré de difficulté quotidienne enduré par les populations palestiniennes sous le régime de l’occupation. Tous les interlocuteurs rencontrés ayant pu se rendre en Israël et dans les TPO expliquent que ce fut une expérience éprouvante sur le plan identitaire et riche en émotion qui leur a paru effacer pour un temps les différences et différends politiques existant entre courants au sein du Fatah.

44Certains récits font part de prévarications, de corruption ou dans certains cas d’une sorte d’abandon institutionnel vécus par des réfugiés palestiniens, comme le raconte Sajida. Cette femme vit seule avec sa fille au Liban depuis le départ de son mari, un Palestinien de 1967. Combattant du Fatah il fut expulsé du Liban en 1991 dans le cadre de la politique de désarmement des forces palestiniennes entreprise par le gouvernement de Rafic Hariri (Brynen, 1994). Employé dans la sécurité de l’AP à Ramallah depuis 1996, il ne peut ni revenir au Liban ni faire venir sa femme et sa fille :

  • 47 Entretien effectué à Saïda en 18 mars 2010.

Ses enfants et moi avons tenté de le faire venir il y a trois mois de cela : on a rempli un formulaire à l’ambassade de Palestine. Vous savez, les gens qui ont des connexions à l’ambassade peuvent venir, …mais nous on ne connaît aucun haut fonctionnaire. Ensuite, c’est la Sûreté libanaise qui a statué et qui a refusé de le laisser revenir. Alors, on communique par téléphone…47

45Enfin, un troisième type de récurrence souligne une certaine ambivalence entre mythe et réalité : il s’agit de la notion de « rêve » terme dont les acteurs se servent pour décrire leur expérience de la Palestine, afin de traduire leur ressenti lors du voyage. Cette Palestine ne se découvre pas sans susciter des sentiments contradictoires, au-delà des émotions fortes que suscitent généralement les retrouvailles avec la terre d’origine. C’est une Palestine dont la « réalité » est sans cesse questionnée, au moins implicitement, notamment par le trouble d’irréalité qu’elle semble avoir parfois suscitée, surtout chez les moins militants parmi les visiteurs. C’est une Palestine rêvée, enfin, qui s’adosse à une autre perception récurrente, celle d’un paradis perdu également observée auprès d’autres réfugiés palestiniens, ceux vivant hors du Liban, (Lindholm Schulz, Hammer, 2003, p. 108‑110).

46Mauro Van Aken (2003) souligne dans son travail l’émotion avec laquelle les Palestiniens vivant dans la partie jordanienne de la vallée du Jourdain contemplaient les lumières des maisons de Cisjordanie, situées de l’autre côté du fleuve et de la frontière tant ils avaient le sentiment d’être proches et pourtant si loin de leur terre du fait de son inaccessibilité. Cette référence à la terre perdue (lost home) met l’accent sur le rôle de la parenté et des liens familiaux dans la construction de liens émotionnels (emotional bounds), de sentiments cérémoniels et de pratiques de la culture palestinienne (musique, danse).

47Oumm Alia, une femme âgée originaire de Tetaba, un village du nord de la Palestine qu’elle a dû quitter enfant, parle précisément de ce sentiment vécu au cours du seul voyage qu’elle effectue en Israël en 1984 :

  • 48 Entretien effectué au camp de Ain el-Héloué, 6 octobre 2009.

En somme ce voyage, c’était comme un rêve, j’aurais voulu mourir sur place et je voudrais être enterrée là-bas auprès de ma famille. Je n’ai pas de regret. C’était si soudain, on devait juste profiter, on était presque inconscient d’être là, on réalisait à peine. Ce voyage a rempli mon rêve mais aujourd’hui ce rêve est intact et toujours présent car c’est comme si c’était un mensonge, un rêve nocturne comme si rien n’était arrivé et que je m’étais réveillée le lendemain. Mon rêve sera accompli si je peux retourner de façon permanente en Palestine48.

  • 49 Entretien effectué à Saïda, 18 septembre 2009.

48Amal, une militante49 fait part de ses sensations lorsqu’elle est arrivée dans les TPO :

Je me suis sentie renaître car j’ai passé toute ma vie à penser à ce pays et à me battre pour le retour. En fait, je n’avais pas vraiment cru que j’y viendrais un jour […] c’était un mélange de souffrance, de perte d’un rêve, d’une image et un grand bonheur mélangé, c’était… inexplicable.

  • 50 Entretien effectué à Beyrouth, 4 avril 2010.

49Hoda, une autre militante50 qui a également accompagné le groupe des représentants du Fatah dans les TPO lui fait écho :

[…] Après le choc initial et la prise de conscience que je voyais mon pays natal pour la première fois, j’ai senti que je ne pouvais pas être proche de la Palestine, qu’il y avait des entraves, que c’était comme un rêve que l’on nous a transmis.

50Un habitant de Chatila me confie le trouble qu’il a ressenti lorsqu’il a pu se rendre à la frontière et voir au loin son village natal dans lequel il n’a jamais pu retourner :

C’était quand on pouvait se rendre sur la frontière, tu sais, en 2000, après le retrait de l’armée israélienne. Vers Maroun al-Ras tu vois mon village à 3 km à vol d’oiseau…. (long silence).

  • 51 Entretien effectué au camp de Chatila, 10 juin 2010.

51Assis dans son bureau du camp de Chatila, il me montra une photo prise à la frontière à cette époque et sur laquelle il regarde, au loin, un relief d’habitations qu’il présente comme étant son village. Et lui d’avouer avec dépit : « En réalité, on ne peut pas le voir mon village, nda car il a été détruit51. »

52La question du retour en Palestine, question d’appartenance autant que de perceptions et de vécus émotionnels pour les réfugiés palestiniens, convoque dans le cas d’espèce – celui des retours provisoires – non seulement une image déjà répandue parmi les réfugiés en général, celle du rêve, mais y ajoute une seconde couche de douleur résultant tant de ce qu’ils y ont vu que de l’impuissance ressentie face à l’occupation, une impuissance qui les renvoie à leur statut de réfugiés sans droit de retour. Tout se passe comme si, au contact fugitif de cette Palestine tant désirée, une importante frustration se faisait jour chez nos interlocuteurs à la fois en raison de l’absence de droit leur permettant d’y rester alors qu’ils sont issus de cette terre mais aussi du fait d’une forme pudique de déception lorsqu’ils découvrent la face cachée du mythe, cette réalité d’oppression quotidienne d’un côté et de l’autre cette transformation de la Palestine en une entité politique autre, celle d’Israël, qui l’a comme recouverte.

Conclusion

53Cette recherche a voulu montrer le rôle de la traversée de la frontière dans la construction/déconstruction de la Palestine au travers de témoignages d’acteurs aux profils variés ayant pu voyager dans les TPO, ou dans le territoire de la Palestine devenu Israël. Ce faisant, il s’est agi, de cerner la nature des relations qui lient les réfugiés du Liban avec la Palestine. En suivant Foucher (1990), trois dimensions de la frontière (le réel, le symbolique et l’imaginaire) peuvent nous permettre de passer en revue ces relations qui constituent des rapports identitaires variés.

54À un premier niveau, à savoir celui de l’impact du dispositif frontalier sur les pratiques des acteurs, on peut noter que face au durcissement du dispositif frontalier, les acteurs palestiniens trouvent des modes d’adaptation et tendent à contourner la frontière par le sud (Jordanie) quand bien même il y existe des restrictions d’accès économiques (dépôt de garantie) ou statutaires (les militants palestiniens de Septembre Noir).

55À un second niveau, plus symbolique, celui de l’évolution des appartenances, force est de noter que la quête de la Palestine s’effectue à partir du Liban, parce que c’est dans ce pays que s’est formée et développée une société palestinienne propre, confrontée à des difficultés propres et structurées par son histoire et ses représentations. Non seulement une identité palestinienne « du Liban » s’est donc forgée, comme ailleurs dans les autres pays régionaux concentrant des diasporas significatives (Dorai, 2006 ; Husseini, Signoles, 2009), alimentée par la lutte militaire durant les années soixante-dix (Sayigh, 1997), mais elle s’en trouve renforcée, comme le montrent les propos des acteurs rencontrés, à la faveur de l’expérience du retour provisoire ou de la rencontre avec ceux qui y vivent.

56À un troisième niveau, celui des représentations, l’effet de la frontière dissociant la terre de Palestine du lieu de vie des acteurs libanais crée les conditions du mythe. La mobilisation politique ayant largement utilisé ce registre, une Palestine mythique qui a vu le jour, alimentée par les récits de ceux qui l’avaient connue avant la nakba. Les voyages en Palestine ont alors contribué à alimenter cette mythologie de la terre de Palestine, magnifiée et affublée de qualités supérieures. Toutefois, comme nous l’avons noté, des réalités autrement démystifiantes apparaissent, venant contrebalancer cette vision idéalisée. Entre réalités et mythe, la Palestine se donne à penser dans le souvenir comme un rêve inachevé, une quête perpétuelle.

57En somme, le « retour en visite » des visiting returnees du Liban, loin de tisser de nouveau des liens, produit une réaffirmation de l’appartenance palestinienne et vient souligner la logique de séparation qui prévaut entre les Palestiniens et leur terre, avec, pour le cas des réfugiés du Liban, un renforcement de cette distance en raison de la difficulté de l’accès, renforcement qui peut expliquer le choix de l’émigration que certains font.

Qu’est-ce que la Palestine ? […] pour nous, toi et moi, c’est simplement quelque chose qu’on cherche dans la poussière de la mémoire. Et vois ce que nous avons trouvé sous cette poussière…, une autre couche de poussière ! (Kanafani, 1997, p. 125)

Bibliographie

AOURAGH Miriyam, 2012, Palestine Online. Transnationalism, the Internet and the Construction of Identity, New York, I.B. Tauris.

AL-HUSSEINI Jalal, SIGNOLES Aude, 2009, « Construction nationale, territorialité et diasporisation : le cas palestinien », Maghreb-Machrek, 199, p. 23-42.

AL-HUSSEINI Jalal, SIGNOLES Aude (dir.), 2011, Les Palestiniens, entre État et diaspora. Le temps des incertitudes, Paris, Karthala-IISMM.

AUB-UNRWA, 2010, « Socio-Econmic Survey of Palestinian Refugees in Lebanon », en ligne : [http://fafsweb.aub.edu.lb/aub-unrwa/files/AUB_UNRWA_report_final_draft.pdf], consulté le 9 juin 2013.

BAROUD Ramzy, 2013, « Le blocus de Gaza s’intensifie », 16 avril 2013, en ligne : [http://www.info-palestine.net/spip.php?article13440], consulté le 18 décembre 2014.

BARTH Fredrik, 1969, Ethnic Groups and Boundaries, Londres, Allen & Unwin.

BEYDOUN Ahmad, 1992, « La zone frontalière du Sud-Liban », Revue d’études palestiniennes, 44, p. 65-84.

BIDOU Patrice, 1991, « Nature du mythe », in BONTE Pierre et IZARD Michel (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF.

BOCCO Riccardo, AL HUSSEINI Jalal, 2010, « The Status of the Palestinian refugees in the Near East: The Right of Return and UNRWA in Perspective », Refugee Survey Quarterly, 28, 2-3, p. 260‑285

BONTEMPS Véronique, 2012, « Le temps de traverser le pont. Pratiques et perceptions des temporalités dans les Territoires palestiniens occupés », Temporalités, 15, en ligne : [http://temporalites.revues.org/1995], consulté le 13 juin 2013.

BRYNEN Rex, 1994, « Palestinian-Lebanese relations: a political analysis », in COLLINGS Deirdre (dir.), Peace for Lebanon? From War to Reconstruction, Boulder, Lynne Rienner Publishers.

CHATELARD Géraldine, 2009, « Palestiniens de Jordanie » disponible sur Archives ouvertes halshs, en ligne : [http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/35/68/76/PDF/H-Palestiniens.pdf], consulté le 12 juin 2013.

COURBAGE Youssef, 2002, « La démographie des Palestiniens : l’invraisemblable légèreté des chiffres », in MARDAM-BEY Farouk et SANBAR Elias (dir.), Le Droit au retour, Paris, Actes Sud, p. 177-206.

DORAI Mohammed Kamel, 2006, Les réfugiés palestiniens du Liban. Une géographie de l’exil, Paris, CNRS Éditions.

EL-EZZI Ghassan, 1990, L’invasion israélienne du Liban (1982). Origines, finalités et effets pervers, Paris, L’Harmattan.

FADHEL Khadija, 2011, « Recomposition socio-spatiale d’un camp de réfugiés palestiniens à Damas. Le cas d’al-Yarmûk », in AL-HUSSEINI Jalal, SIGNOLES Aude (dir.), Les Palestiniens, entre État et diaspora. Le temps des incertitudes, Paris, Karthala-IISMM, p. 311-334.

FOUCHER Michel, 1990, Fronts et frontières. Un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard.

HANAFI Sari, 2003, « L’impact du capital social sur le processus de rapatriement des réfugiés palestiniens », Revue européenne des migrations internationales, 19, 3, URL : http://remi.revues.org/468

HOF Frederic C., 1984, Galilee Divided. The Israeli–Lebanon Frontiers 1916-1948, Boulder (Co), Westview Press.

HOF Frederic C., 2001, « A Practical Line: The Line of Withdrawal from Lebanon and its Potential Applicability to the Golan Heights », The Middle East Journal, 55, 1.

HOF Frederic C., 1984, Galilee Divided. The Israeli-Lebanon Frontiers 1916-1948, Boulder (Co), Westview Press.

JABER Suleiman, 2006, Marginalised Community: The Case of Palestinian Refugees in Lebanon, Brighton, University of Sussex.

KANAFANI Ghassan, 1997, Retour à Haïfa, Paris, Sindbad-Actes Sud.

KELLER Alexis, 2004, L’Accord de Genève. Un pari réaliste, Genève, Labor & Fidès.

KHALIDI Rashid, 2002, « Le Plan Daldt et la guerre d’expulsion des Palestiniens », in MARDAM-BEY Farouk, SANBAR Elias (dir.), Le Droit au retour, Paris, Actes Sud, p. 61-83.

LATTE ABDALLAH Stéphanie, 2006, Femmes réfugiées palestiniennes, Paris, PUF.

LINDHOLM SCHULZ Helena et HAMMER Juliane, 2003, The Palestinian Diaspora: Formation of Identities and Politics of Homeland, Londres, Routledge.

LODDO Stéphanie, 2008, Trajectoires en exil : formation et dynamiques des champs sociaux transnationaux palestiniens au Royaume-Uni, Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

MARDAM-BEY Farouk et SANBAR Elias (dir.), 2002, Le Droit au retour, Paris, Actes Sud.

MEIER Daniel, 2008, Mariages et identité nationale au Liban. Les relations libano-palestinienne dans le Liban de Taëf (1989-2005), Paris, Karthala.

MEIER Daniel, 2009, « ‘L’implantation’ comme construction de la présence palestinienne au Liban durant la tutelle syrienne (1989-2005) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 126, p. 223-242, en ligne : [http://journals.openedition.org/remmm/6497], consulté le 15 juillet 2019.

MEIER Daniel, 2013, « The Palestinian Fida’i as an Icon of Transnational Struggle: the South Lebanese Experience », British Journal of Middle Eastern Studies, 41, 1, p. 322-334.

MEIER Daniel, 2016, Shaping Lebanon’s Borderlands. Armed Resistance and International Interventions in South Lebanon, Londres, I.B. Tauris.

PCPSR - Palestinian Center for Policy and Survey Research, 2003, « Results of PSR refugees’ polls in the West bank/Gaza strip, Jordan and Lebanon on refugees’ preferences and behavior in a palestinian-israeli permanent refugee agreement », en ligne : [http://www.pcpsr.org/en/node/493].

PICARD Elizabeth, 1988, Liban. État de discorde, Paris, Flammarion.

PICAUDOU Nadine, 2003, Les Palestiniens, un siècle d’histoire, Bruxelles, Complexe.

PICAUDOU Nadine, RIVOAL Isabelle (dir.), 2006, Territoires palestiniens de mémoire, Paris, Karthala-IFPO.

PUIG Nicolas, 2006, « Shi filastini, quelque chose de palestinien », Tumultes, No 27, p. 109-134.

ROUGIER Bernard, PICARD Elizabeth (dir.), 2000, Maghreb-Machrek,, 169, (Numéro Spécial : « Le Liban dix ans après la guerre »).

SALINGE Julien, 2009, « Congrès de Bethléem : la seconde mort du Fatah », (consulté le 10 juin 2013), URL : http://www.juliensalingue.fr/article-34966149.html

SAYIGH Rosemary, 1979, Palestinians: From Peasants to Revolutionaries, Londres, Zed Press.

SAYIGH Rosemary, 2004, Too Many Enemies, Londres, Zed Book.

SAYIGH, Yezid, 1997, Armed Struggle and the Search for State. The Palestinian National Movement, 1949-1993, Oxford, Clarendon Press.

SFEIR Jihane, 2008, L’exil palestinien au Liban. Le temps des origines (1947-1952), Paris, Karthala.

SOUEID Mahmoud, 2000, Israël au Liban. La fin de 30 ans d’occupation ?, Paris, Revue d’Études palestiniennes.

TRILNICK Ital, BAR-ELI Avi, 2013, « Turkish Company lobyying Israel for Gas Export to Turkey », Ha’aretz, 14 février.

VALADOU Simon, 2012, La Jordanie et la paix avec Israël, Paris, L’Harmattan.

VAN AKEN Mauro, 2003, Facing Home: Palestinian Belonging in a Valley of Doubt, Maastricht, Shaker Publishing.

Notes

1 Le Liban et Israël sont toujours officiellement en état de guerre, le traité d’armistice (1949) ayant été unilatéralement contesté par Israël après ses conquêtes territoriales à la suite de la guerre des Six-Jours en juin 1967, cf. Soueid, 2000.

2 Voir par exemple Lindholm Schulz, Hammer, 2003

3 Selon une étude de la fondation de recherche norvégienne FAFO en 2005, 10% des réfugiés du Liban auraient un ou plusieurs parents – en ligne directe – en Israël et 8 % dans les Territoires palestiniens occupés (TPO). En se basant sur le nombre de réfugiés palestiniens enregistrés au Liban par l’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East) au 1er janvier 2013, soit 474 053, le nombre de Palestiniens concernés par ces liens familiaux avec la Palestine reste donc significatif. En outre, il faut pondérer ce chiffre avec les départs et naturalisations qui se sont produits depuis 1948 (Courbage, 2002). Dans une récente étude, l’Université américaine de Beyrouth (AUB) table sur le chiffre de 260 000 à 280 000 individus (AUB-UNRWA, 2010).

4 En confinant ainsi les femmes à un rôle traditionnel duquel elles se sont progressivement autonomisées (Latte Abdallah, 2006).

5 Au terme de nombreux accrochages entre l’armée libanaise et la résistance palestinienne, ces accords signés au Caire sous l’égide du Président Nasser entre le chef de l’Armée libanaise, le général Boustany et le chef de l’OLP, Yasser Arafat, octroyaient aux fédayyins le droit de mener des opérations armée à partir du territoire libanais contre Israël à condition de se coordonner avec l’armée libanaise, Cf. Picaudou, 2003, p. 182.

6 Fournis par les autorités israéliennes à partir d’une demande déposée par le CICR.

7 Entretien effectué dans le camp de Chatila, 22 juillet 2008.

8 Il faut rappeler son caractère unilatéral puisque seules les marchandises israéliennes pouvaient passer la frontière et inonder le marché libanais (en pratiquant un dumping sur les prix).

9 L’accord du 17 mai 1983 aussi appelé accord de Khaldé fut signé entre Israël et le gouvernement de Amine Gemayel comme traité de paix. Jamais ratifié par le parlement libanais il resta inappliqué au grand dam des autorités israéliennes qui en avait fait la pierre angulaire de leur invasion du Liban de 1982 (Picard, 1988).

10 Entretien avec Monzer Jaber, Beyrouth, mai 2010.

11 Revendication par ailleurs légitime du gouvernement libanais de ne pas permettre à Israël et la communauté internationale de se défausser de leurs responsabilités à l’égard des réfugiés palestiniens en les laissant s’implanter au Liban au détriment de leurs droits légitimes au retour sur leur terre. Ce discours a toutefois servi de rempart contre toute amélioration de leurs conditions de vies. Cf. Meier, 2009.

12 Le retrait israélien, entériné par l’ONU, fut contesté par le gouvernement libanais sur plusieurs portions notamment la zone des Fermes de Chebaa. Dès lors, afin de ne pas cautionner ce retrait jugé incomplet, Émile Lahoud, alors Président de la République, refusa de déployer l’armée à la frontière. Cf. Rougier, Picard, 2000.

13 Il s’agit du nom officiel donné par l’ONU à la ligne séparant le Liban d’Israël et également dénommée « ligne de retrait de 2000 » des troupes israéliennes. Cette taxinomie permet d’éviter de ratifier le fait accompli israélien et désigne l’emprise onusienne sur la géographie politique frontalière. Cf. Hof, 2001.

14 En vertu de la politique de défense de la cause palestinienne que le parti de Dieu a inscrit au principe de son action militante.

15 Le processus de marquage vise à consolider la ligne bleue en confrontant les mesures de sa localisation entre les armées libanaises et israéliennes sous la supervision de la FINUL. C’est l’occasion pour les parties en conflit de faire valoir leurs revendications territoriales. C’est ainsi que le Liban a contesté le tracé de la ligne bleue en 13 points, outre le désaccord sur l’appartenance de la zone des fermes de Chebaa. Cf. Meier, 2016.

16 Lors de l’édification de cette section murée de la frontière en 2012, l’armée libanaise a contribué à sécuriser la zone en empêchant toute inflitration d’éléments armés depuis le Liban lorsque la barrière grillagée a été démontée, segments après segments, sur une distance de 1,2 kilomètre et durant une période de plusieurs semaines.

17 Il s’agit d’un décret de naturalisation 5247 présenté par le ministre de l’Intérieur de l’époque Michel el-Murr sous la pression de Damas et qui a concerné plusieurs dizaines de milliers de personnes palestiniennes mais aussi syriennes, majoritairement musulmanes. Ce décret à été attaqué par la Ligue Maronite par un recours en annulation qui conduisit à une réouverture de certains dossiers par la Sûreté libanaise et le retrait de la nationalité à plusieurs familles palestiniennes (Meier, 2008).

18 À l’exception de la période de 1995-1999 où un visa de re-entrée au Liban fut demandé à ceux des réfugiés palestiniens qui partaient travailler à l’étranger. Cette mesure intervint à un moment spécifique de tensions avec la Libye qui décida d’expulser les travailleurs palestiniens du Liban comme mesure de rétorsion. En retour les autorités libanaises introduisirent cette contrainte administrative tout en faisant opportunément traîner les dossiers de demandes au consulat du Liban.

19 Mandat marqué par une orientation étatiste connue sous le terme de « chéhabisme » dont une des dimensions fut l’accroissement de l’appareil sécuritaire et le resserrement du contrôle sur les réfugiés palestiniens.

20 Les services de renseignements de l’armée ont ainsi exercé durant cette période une autorité sans partage sur les individus et sur les camps palestiniens (quadrillage, brutalité des contrôles, humiliations) et ce sont les accords du Caire qui y ont mis fin en 1969.

21 Cf. par exemple Jaber, 2006.

22 À moins que ce ne soient surtout les femmes qui osent parler de leurs expériences. Si l’on ne peut trancher cette question, on doit relever que le voyage en Palestine possède une dimension ambiguë puisqu’il subsiste un soupçon de collaboration envers ceux qui ont été capables de s’y rendre.

23 Entretien effectué à Saïda le 24 octobre 2009.

24 Entretien effectué à Beyrouth, 1 juin 2010.

25 Entretien effectué à Beyrouth, 24 juillet 2008.

26 Entretien avec un professeur, enseignant à l’AUB, Beyrouth, 25 août 2004.

27 Il s’agit d’un dépôt de garantie attesté sur un compte bancaire.

28 Ce dépôt de garantie a été introduit en 1982 à la suite du départ des fédayins du Liban et dont un grand nombre tenta de revenir en Jordanie. La Sûreté jordanienne, profitant de l’affaiblissement militaire de l’OLP, introduisit cette caution pour limiter les retours, les négocier avec Arafat et opérer une discrimination parmi les réfugiés palestiniens (en fonction de leur activisme antérieur dans la Résistance en Jordanie).

29 Accords diplomatiques de février 2010.

30 Après un débat interne notamment quant à la participation des Palestiniens de l’extérieur au scrutin. Cf. Salinge, 2009.

31 Selon un militant du FDLP, un des participants n’aurait pas reçu le feu vert des autorités jordaniennes pour des motifs sécuritaires alors qu’Israël avait donné son autorisation à sa venue dans les TPO.

32 Entretien effectué au camp de Mar Elias, 13 octobre 2009.

33 Entretien effectué à Saida, 15 septembre 2009.

34 Entretien effectué a Saida, 3 septembre 2009.

35 Entretien effectué à Beyrouth, 5 mars 2010.

36 Entretien effectué à Saida avec Amneh, 28 septembre 2009.

37 Sur cette double dimension liant statut de réfugiés palestiniens et arbitraire, cf. Bontemps, 2012 et sur le rapport entre perception et passage, cf. Puig, 2013.

38 Près de 450 villages ont ainsi détruits ou rasés durant la période de la Nakba suite au plan Dalet (Khalidi, 2002). 52 villages situés en Israël ont été rasés depuis lors et actuellement une dizaine de villages bédouins du Néguev sont menacés de démolition.

39 Ils ont trait tant à l’identité jordanienne qu’à celle des réfugiés palestiniens. Cf. Chatelard, 2009.

40 Caractéristique d’autres expériences de « visiting returnees ». Cf. Lindholm Schulz, Hammer, 2003, p. 214-218.

41 Nous utilisons ce terme dans une acception de croyance se rapportant à des éléments concrets exprimés de façon symbolique et partagés par une collectivité.

42 Entretien effectué à Saïda, 18 mars 2010.

43 Entretien effectué à Saïda, 28 septembre 2009.

44 Entretien effectué à Beyrouth, 14 août 2009.

45 Marwan fait allusion à l’affrontement qui a opposé trois mois durant la milice de Fatah al-Islam à l’armée libanaise et qui a provoqué la destruction d’une large partie du camp palestinien de Nahr el-Bared.

46 Entretien effectué au camp de Mar Elias, 24 mars 2010.

47 Entretien effectué à Saïda en 18 mars 2010.

48 Entretien effectué au camp de Ain el-Héloué, 6 octobre 2009.

49 Entretien effectué à Saïda, 18 septembre 2009.

50 Entretien effectué à Beyrouth, 4 avril 2010.

51 Entretien effectué au camp de Chatila, 10 juin 2010.

Auteur

Laboratoire PACTE, Grenoble

© Presses universitaires de Provence, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540