Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Israël/Palestine, l'illusion de la séparation

 | 
Stéphanie Latte Abdallah
, 
Cédric Parizot

Entre-deux militants

Israël-Palestine, et retour

À la rencontre des militants israéliens contre l’occupation

Karine Lamarche

Volltext

  • 1 La littérature sur le sujet privilégie également ce terme, qu’elle date de la période d’Oslo (Bar-O (...)
  • 2 Certains militants sont ainsi favorables à l’établissement d’un État binational, où Juifs et Palest (...)
  • 3 Je parle de « Mur » lorsque la structure destinée à séparer Israël des Territoires palestiniens se (...)
  • 4 Par exemple le blocage de routes, le déplacement de blocs de bétons destinés à empêcher la libre ci (...)
  • 5 Nathalie Tenenbaum définit la désobéissance civile comme l’« accomplissement délibéré d’une action (...)

1La presse internationale et les divers observateurs de la situation au Proche-Orient ont souvent tendance à qualifier de « pacifistes1 » les Israéliens qui s’opposent à la politique de leur gouvernement et prônent le dialogue avec les Palestiniens. Toutefois, parmi les quelques milliers d’Israéliens engagés ces dernières années, la plupart ne se reconnaissent plus sous cette étiquette, lui préférant celles de « militants contre l’occupation », « militant de gauche » ou encore « militant pour les droits de l’Homme ». Le « camp anti-occupation », successeur du « camp de la paix », compte des effectifs restreints et fait l’objet d’une hostilité extrême en Israël. Les positionnements idéologiques qui s’y côtoient2 et les modalités d’action mis en œuvre par les acteurs et les groupes qui le composent sont par ailleurs très variés. En plus des traditionnelles protestations en Israël et aux abords des colonies juives de Cisjordanie, déjà pratiquées par les militants « pour la paix » dans les années 1980 et 1990, on trouve aujourd’hui de nombreuses manifestations – notamment contre le Mur3 –, actions directes non violentes4, activités de solidarité (aide aux travaux agricoles, reconstruction de maisons démolies par l’armée, etc.) et de désobéissance civile5, organisées dans les Territoires occupés, auxquelles participent des Israéliens, des Palestiniens et des volontaires internationaux. Celles-ci sont fréquemment réprimées par les forces de l’ordre israéliennes.

  • 6 Depuis les accords d’Oslo, la Cisjordanie a été divisée en trois zones. La zone A comprend les prin (...)

2Jusqu’au début des années 2000, la majorité des Israéliens qui franchissaient la Ligne verte pour participer à des activités militantes dans les Territoires occupés restaient à proximité des zones contrôlées par l’armée et ne pénétraient pas dans les villages palestiniens. Or, ces dernières années, un nouveau rapport à l’espace et à ses limites semble s’être développé chez certains militants, qui ont pris l’habitude de se fondre dans le paysage palestinien. La présence d’Israéliens étant interdite dans certaines zones de l’espace palestinien6, leur franchissement de la Ligne verte implique souvent la maîtrise de techniques d’évitement voire de dissimulation, ainsi que l’adoption de postures spécifiques, en raison notamment des liens de coopération inédits qu’ils développent avec des Palestiniens. Ces militants « passeurs de frontières », comme on pourrait les appeler, ont en effet noué des liens de coopération inédits avec leurs partenaires palestiniens.

  • 7 J’écris ici « la Palestine » en italique car je fais référence à une catégorie ad hoc, désignant l’ (...)
  • 8 À la différence des entretiens biographiques, ces entretiens ont été réalisés avec des militants is (...)

3La première partie de cet article s’intéressera au développement des pratiques protestataires qui ont contribué à produire ce nouveau rapport à l’espace, dans un contexte marqué par le renforcement de la séparation entre Israël et les Territoires palestiniens. La seconde partie traitera plus précisément des militants eux-mêmes : que font-ils côté palestinien et comment le font-ils ? En quoi cela modifie-t-il leurs perceptions de la situation ainsi que leurs représentations de la Palestine7 et des Palestiniens, mais aussi celles de leur propre société ? Je me baserai, pour cela, sur les données recueillies au cours de la dizaine de mois passés sur le terrain entre 2006 et 2010 dans le cadre d’une thèse de sciences sociales portant sur les Israéliens engagés contre l’occupation depuis la seconde Intifada (Lamarche, 2011). Le matériau recueilli pendant cette période comprend des observations effectuées, lors d’activités militantes entre autres, en Cisjordanie (et plus particulièrement à Bil‘in et Ne‘alin, ainsi que dans les collines du sud d’Hébron) et en Israël, une soixantaine d’entretiens biographiques avec des militants israéliens, ainsi qu’une quinzaine d’entretiens informatifs8.

Une nouvelle manière de lutter en Israël/Palestine ?

  • 9 Parti créé par Ariel Sharon en 2005 suite à l’opposition du Likoud au désengagement de Gaza.
  • 10 Parti sioniste et socialiste, situé à gauche du parti travailliste sur l’échiquier politique israél (...)
  • 11 Ce morcellement a été entamé bien avant le déclenchement de la seconde Intifada mais s’est accéléré (...)
  • 12 Cela malgré la rhétorique selon laquelle la Judée-Samarie serait une partie intégrante de l’État is (...)

4Le soulèvement populaire palestinien qui débute à l’automne 2000 est vécu par de très nombreux Israéliens comme une trahison. La gauche n’est pas épargnée par cette tendance et la déception des « colombes » d’hier vis-à-vis des Palestiniens semble d’autant plus forte que leurs espoirs de parvenir à la paix avaient été grands, situation qui conduit à un virage au centre d’une grande partie de l’électorat travailliste, dont une frange rejoindra d’ailleurs Kadima9 en 2006, et contribuera à un affaiblissement du Meretz10. Cette période marque par ailleurs la fin de Shalom Achshav (« La Paix Maintenant ») comme mouvement pacifiste de masse. En effet, si elle continue d’exister par le biais de timides prises de positions et grâce à son travail d’observation des colonies, l’organisation perd à cette période l’importante capacité de mobilisation qui l’avait caractérisée depuis la fin des années 1970. Dans ses rangs comme dans l’ensemble de la gauche, seule une infime minorité de militants est convaincue qu’il faut continuer la lutte et que celle-ci doit être menée aux côtés des Palestiniens, alors même que la politique de séparation mise en place par le gouvernement israélien atteint son paroxysme. Cette politique comprend une double dimension physique et légale avec, d’une part, le morcellement de la Cisjordanie11 au moyen de checkpoints, de routes de contournements, ou encore du Mur de séparation et, d’autre part, tout un appareil juridique faisant des Territoires palestiniens des espaces séparés12. Si cette politique de séparation ne vise pas explicitement à réduire les contacts entre militants des deux bords – déjà peu nombreux lorsqu’éclate la seconde Intifada – l’une de ses conséquences est néanmoins de les rendre de plus en plus difficiles et soumis à une surveillance accrue. Lors d’un entretien, réalisé en 2007, l’avocat Michael Sfard, spécialisé dans la défense des militants et organisations anti-occupation, m’expliquait :

  • 13 Entretien avec Michael Sfard, réalisé en avril 2007 à Tel-Aviv.

Le principal objectif de la politique de séparation est de séparer des Israéliens qui ne veulent pas être ensemble, mais son résultat est aussi de séparer des Israéliens qui veulent être ensemble. Le meilleur exemple est Bil‘in bien entendu parce que cette coopération est bien plus forte que toutes celles qui existaient jusqu’alors. Israéliens et Palestiniens luttent ensemble et deviennent amis. Et c’est exactement le type de phénomène qui fait peur au gouvernement israélien13.

5Paradoxalement, c’est dans ce contexte de réémergence de la frontière entre Israël et la Palestine et d’antagonisme ethnique et national très fort que se développe une nouvelle manière d’envisager le rapport à l’autre côté, faite de passages répétés et parfois transgressifs.

  • 14 Pour un aperçu des activités de Ta’ayush au début des années 2000, on peut se référer au livre-témo (...)
  • 15 On peut en ce sens reprendre l’idée de Gene Sharp, qui parle de « Jiu-jitsu politique » pour évoque (...)

6Deux périodes peuvent être identifiées dans les mobilisations contre l’occupation des années 2000. La première démarre quelques semaines après le déclenchement de la seconde Intifada, à l’automne 2000. La situation humanitaire dans les Territoires palestiniens est alors catastrophique. De nombreux villages sont placés sous couvre-feu, subissent des bouclages répétés, sont privés des denrées les plus élémentaires et font l’objet d’incursions incessantes de Tsahal. C’est dans cette situation d’urgence que le groupe Ta’ayush est créé. Il rassemble des Juifs et des Arabes israéliens dans des actions de protestation et de solidarité avec les Palestiniens des Territoires : manifestations, convois de nourriture, d’habits, de couvertures ou de médicaments, aide aux travaux agricoles, reconstruction de maisons démolies par l’armée, etc.14 Ces activités, humanitaires dans la mesure où elles cherchent à répondre à des besoins concrets, contiennent une forte dimension politique en ce sens qu’elles visent à dénoncer la brutalité et l’iniquité engendrées par l’occupation, par le biais d’une confrontation quasi systématique avec les forces de l’ordre israéliennes15. Grâce à Ta’ayush, ce sont plusieurs milliers d’Israéliens qui découvrent la réalité de l’occupation et de la répression militaire dans les Territoires palestiniens entre le début et le milieu des années 2000.

  • 16 Des militants de Jérusalem principalement actifs dans les collines du sud d’Hébron continuent de se (...)

7Si le mouvement n’a aujourd’hui pas formellement disparu, la fréquence et la fréquentation de ses activités ont fortement décliné depuis quelques années et les militants admettent eux-mêmes que ce qui en subsiste aujourd’hui n’a plus rien de commun avec ce qui existait durant les premières années de l’Intifada16. Au-delà des explications classiques sur le désengagement et sur le cycle de vie des mouvements sociaux, comme la fatigue et la lassitude des militants, les divisions internes aux groupes ou encore l’apparition de nouveaux collectifs (Fillieule, 2005), un changement de dynamique dans le rapport entre Ta’ayush et les forces de l’ordre israéliennes semblent aussi être à l’origine de la transformation du groupe. Alors que l’armée empêchait généralement les convois d’arriver à destination des villages palestiniens, obligeant les militants israéliens à trouver des routes alternatives, à se confronter aux soldats et à risquer d’être arrêtés, elle a progressivement pris le parti d’autoriser les passages, ôtant du même coup toute dimension conflictuelle à ces activités humanitaires. Cela a eu pour conséquence d’inciter Ta’ayush à se détourner de ce mode d’action au profit d’autres, plus explicitement politiques, comme les manifestations. Mais le groupe a, par la même occasion, perdu une part importante de ses effectifs militants.

8La période qui débute vers 2003-2004 correspond à un second stade des mobilisations contre l’occupation de la période post-Oslo. Après plusieurs années marquées par la prégnance de Ta’ayush, ce mouvement laisse la place à un ensemble de micro-mobilisations dirigées vers des zones géographiques et/ou des causes bien précises : les villages en lutte contre la barrière de séparation, les collines du sud d’Hébron, la ville d’Hébron elle-même ou encore Jérusalem-Est. En combinant habilement les dimensions politique et humanitaire, Ta’ayush a ainsi permis l’ouverture de brèches vers la Palestine dans lesquelles se faufileront par la suite les quelques centaines d’Israéliens engagés contre l’occupation, alors même que le « camp de la paix » qui existait avant la période d’Oslo a, lui, disparu pour de bon. Notons qu’avec Ta’ayush, les passages côté palestinien se faisaient intentionnellement au grand jour, c’est-à-dire sans tentative de contournement ou de furtivité. Des bus entiers transportaient les militants sur les lieux de leurs activités, qui elles-mêmes nécessitaient des semaines de préparation et de discussions avec les responsables politiques locaux. À partir de 2003, un nouveau rapport au territoire et aux acteurs palestiniens s’observe chez les Israéliens engagés.

  • 17 Ceux-ci appartiennent à différents groupes de solidarité avec les Palestiniens, notamment l’Interna (...)
  • 18 Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenre.
  • 19 En 2004, Gil Naamati, un Israélien qui participait à une protestation contre le Mur, est grièvement (...)
  • 20 Tous les Israéliens participant aux activités de ce groupe ne se reconnaissent pas dans la pensée a (...)

9Le changement de répertoires et de perspectives des groupes engagés peut s’expliquer par la réduction du niveau de violence et par la « normalisation » du conflit au fil des années 2000. En effet, bien que la situation dans les Territoires occupés soit loin d’être devenue acceptable pour la population palestinienne, les bouclages et couvre-feux se sont faits plus rares, de même que les incursions de l’armée dans les villes et villages. Par ailleurs, la construction du mur de séparation, qui débute en 2003, inaugure un nouveau théâtre d’affrontement. Une grande partie de la population israélienne se déclare favorable à cette séparation physique censée diminuer les attentats-suicides qui se sont multipliés depuis plusieurs années (Parizot, 2009). De leur côté, les militants israéliens vont rapidement se mobiliser face à cette nouvelle urgence. C’est ainsi que se constitue en 2003 le groupe des « Anarchistes contre le Mur » autour du village de Mash’a, dont les terres ont été confisquées et qui devient un lieu de rassemblement pour les Palestiniens, les internationaux17 et les Israéliens cherchant des moyens de lutter ensemble. Certains des « Anarchistes contre le mur » ont fait partie de Ta’ayush. D’autres viennent de la sphère militante alternative de Tel-Aviv qui comprend des punks, des militants LGBT18, des antispécistes défendant la cause animale, etc. Les premières manifestations conjointes, qui sont organisées la même année à Mash’a, donnent lieu à une importante répression19. Après lui, d’autres villages s’organisent pour lutter contre la barrière comme Budrus, Biddu, Beit Likkya, Bil‘in ou encore Na’lin. Chaque semaine, une demi-douzaine à quelques dizaines d’« Anarchistes »20 rejoignent ces manifestations. Ils participent aussi à des actions directes aux côtés des Palestiniens (blocage de routes, démontages de checkpoints, ouverture de passages dans la barrière, etc.) et en Israël.

  • 21 À l’heure où cet article s’apprête à être publié, Bnei Avraham a cessé de fonctionner depuis plusie (...)

10Si les « Anarchistes contre le Mur » forment sans conteste le groupe le plus caractéristique du nouveau type d’engagement évoqué dans cet article, d’autres militants se distinguent également par leur tentative de créer des ponts avec l’autre côté, par leurs passages discrets, voire clandestins, de la Ligne verte et des différents marqueurs de la séparation entre Juifs et Palestiniens, par leurs pratiques de coopération, etc. On peut ainsi évoquer le mouvement des « Combattants pour la paix », constitué en 2005 à l’initiative de réservistes de l’armée israélienne et de Palestiniens ayant pris part à la lutte pour leur propre indépendance ou Bnei Avraham (« Les fils d’Abraham »), un petit groupe rassemblant des militants principalement issus du milieu religieux de Jérusalem, qui organise des activités de solidarité et de protestation avec les Palestiniens d’Hébron et des collines du sud d’Hébron21.

  • 22 Le terme grassroots renvoie à des activités partant de la base, organisées par des militants engagé (...)

11Ces différents groupes se distinguent d’autres mouvements passés ou présents par leur volonté de rupture avec le « paternalisme », qui a longtemps marqué les initiatives à destination des Palestiniens. Ils s’en distinguent également par leur aspect informel : non déclarés comme associations à but non lucratif (Amutot en hébreu), ils ne disposent pas de systèmes d’adhésion permettant de dire qui en fait ou n’en fait pas partie. Même si les Israéliens engagés s’identifient généralement plus à un groupe qu’à un autre, ils peuvent ainsi choisir, en fonction de l’offre militante, les activités les plus à même de répondre à leurs attentes et à leurs disponibilités du moment. Enfin, ces groupes valorisent les activités dites grassroots22 et leur répertoire d’actions s’articule principalement autour de la désobéissance civile et de l’action directe non violente. Ces registres protestataires ne requièrent pas d’effectifs importants et peuvent être mis en place en un minimum de temps et de moyens, ce qui peut expliquer qu’ils soient privilégiés par des personnes dont le potentiel de ressources mobilisables est devenu de plus en plus faible au fur et à mesure des années.

12Il faudrait préciser, plus qu’il n’est malheureusement possible de le faire ici, le lien qui existe entre les acteurs dont il est question et la scène altermondialiste, particulièrement active au cours de la décennie 2000. Plusieurs membres des « Anarchistes contre le Mur » ont, par exemple, été engagés dans des luttes sociales et politiques en Europe et en Amérique du Nord, d’où ils ont importé, à leur retour en Israël/Palestine, un capital militant spécifique (Matonti et Poupeau, 2004, p. 8). De même, les volontaires internationaux qui viennent prêter main forte aux Palestiniens amènent avec eux, à leur arrivée sur le terrain de la lutte contre l’occupation, des savoirs et des savoir-faire acquis dans le cours d’une socialisation politique préalable.

Pratiques militantes et représentations

13Dans un entretien réalisé en 2008, dont un extrait a été reproduit ci-dessous, Michel Warschawski, président du Centre d’information alternative (AIC) et ancien militant du Matzpen, souligne l’extrême nouveauté du rapport entretenu depuis quelques années par certains militants israéliens avec les Palestiniens, et avec les frontières caractérisant l’espace dans lequel ils évoluent.

  • 23 Salarié de l’AIC, membre des « Anarchistes contre le Mur ».

Je t’ai déjà parlé de l’histoire du petit Yossi23 ? Je raconte souvent cette anecdote parce qu’elle est très symptomatique… On revient d’une réunion. On est au tout début de Bil‘in. Je reviens avec Yossi en bagnole d’une réunion à Tel-Aviv et puis tout d’un coup Yossi me dit :

« Ça te dérange de me déposer à Bil‘in ? »
« C’est où ça Bil‘in ? » – Il m’explique parce qu’à l’époque je savais même pas où c’était et là, j’hallucine : « Tu es fou ?! Au milieu de la nuit, en bagnole, en Cisjordanie, non ! »
« Ah bon, c’est pas grave, tu me déposes sur la route alors… ».
« Mais tu es doublement fou ! Tu veux que je te dépose comme ça sur la route en plein cœur de la Cisjordanie à minuit ?! »
« Pourquoi, ça pose un problème ? »
« Mais on n’est pas à Manhattan ! »
« Alors tu sais quoi, tu fais un tout petit détour par Na’lin… – c’est là que j’ai commencé à connaître ces noms, Na’lin, Bil‘in – et tu me déposes à l’épicerie ».
« L’épicerie, à Na’lin, à minuit ? Mais après 5 h c’est le couvre-feu, tout le monde va dormir ! »
« Non non, les copains m’attendent ».
Et là je l’entends parler au téléphone dans la bagnole, moitié arabe, moitié hébreu, moitié anglais, avec Mohammad K. – ça je l’ai su plus tard – Voilà un type de relation qui m’était totalement étranger. Tout à fait cool, tout à fait facile. Alors je dis :
« Bon allez ça va, je te dépose à l’épicerie. Mais ce Mohammad, est-ce qu’il est communiste ? FPLP ? Fatah ? Hamas ? »
« Pff… J’en sais rien ! »
« Quoi t’en sais rien ? Mais sur quelle base vous collaborez ?! »
« Ben, on est contre le Mur ! »
« Mais sur quelle base ?! Vous avez bien un document ? »

Et là, il me regarde comme si je lui parlais chinois et moi, je me dis : « Qu’est-ce que c’est que ce truc-là ? » Évidemment, j’étais très curieux donc j’ai suivi tout ça de très près et je suis vite allé à Bil‘in. Mais j’ai découvert une nouvelle base. Dans ma génération, si on faisait pas vingt réunions sur un document, jamais un Palestinien n’acceptait de travailler avec un Israélien, de faire une action politique. Il fallait être nickel ! Et sur le droit au retour, et sur le machin… Et si t’écrivais pas : « Le retrait de tous les Territoires occupés, y compris Jérusalem-Est et le droit au retour… », ils se faisaient massacrer par leur propre communauté, ceux qui étaient en compétition politique avec eux. On les attendait au tournant là-dessus. « Ah, vous collaborez avec des Juifs ? » -- « Non, mais ils sont pour le droit au retour, ils sont pour ci et pour ça » Il fallait avoir des garanties et pouvoir les montrer. Alors que là, ça se faisait comme ça ! Et là, j’ai compris qu’il y avait… Je pense que c’est un phénomène qui est pas simplement local, qui se fait dans une coopération, dans l’action commune plus que dans une position politique. La position s’exprime dans l’action : « Si ces gens sont prêts à se friter avec l’armée et à se faire casser la gueule, c’est des gens bien. On peut travailler avec eux ». Point. Ça, c’est un grand changement avec le pré-seconde Intifada. Pour moi, c’est très révélateur du tournant politique et surtout de ce que cela implique dans les relations israélo-palestiniennes. Les quelques centaines de Yossi et les quelques centaines de Mohammad n’ont plus besoin de consacrer l’essentiel de leur temps pour coopérer ensemble à un travail de préparation collectif. […]

Ce que j’ai compris dans la voiture avec Yossi, c’est que, pour lui, aller à Na’lin ou à Bil‘in, ce n’est pas tellement différent que d’aller à Nazareth, qui n’est pas tellement différent que d’aller dans les quartiers nord de Tel-Aviv. Alors que, nous on avait un sentiment très net, qui n’était pas seulement un sentiment mais une réalité, qu’on traversait une frontière : une frontière sécuritaire, une frontière spatiale, une frontière politique.

  • 24 La normalisation (tadbiyeh en arabe) doit être entendue ici comme le fait de collaborer avec des in (...)

14Trois éléments importants pour la suite de notre propos ressortent de cet extrait d’entretien. Tout d’abord, l’idée suggérée par Michel Warchawski de la primauté de l’action pragmatique – censée exprimer à elle seule la position des membres du groupe – sur les discours idéologiques. Deuxièmement, le fait que des Israéliens soient prêts à s’exposer aux dangers physiques et légaux liés à la répression de l’armée. S’ils ne prennent pas les mêmes risques que les Palestiniens, les militants israéliens payent néanmoins un prix élevé pour leur participation aux activités de résistance. Ils se démarquent ainsi de la position qui a longtemps caractérisé la gauche israélienne, très enthousiaste à l’idée de parler de paix et de coexistence à Tel-Aviv ou à Jérusalem, mais beaucoup moins prompte à résister physiquement aux côtés des Palestiniens, ce qui a rendu ces derniers méfiants à l’égard de ce qu’ils qualifient d’entreprises de « normalisation24 ». Accepter de prendre des risques aux côtés des Palestiniens permet ainsi la mise en place d’une coopération inédite avec ces derniers. Enfin, le troisième élément important souligné par Michel Warschawski concerne la facilité avec laquelle les militants actuels, notamment les « Anarchistes », se rendent dans les villages palestiniens, facilité qui témoigne d’un rapport décomplexé aux frontières et limites territoriales. Mes nombreuses observations sur le terrain ont d’ailleurs confirmé que ces militants connaissent particulièrement bien le territoire dans lequel ils évoluent et n’hésitent pas à emprunter routes et transports palestiniens pour se rendre dans des villages reculés ou même dans des villes qui, étant situées en zone A, leur sont théoriquement interdites d’accès.

  • 25 Des militants israéliens que j’avais accompagnés à Ramallah suite à une manifestation contre la bar (...)

15Ils se distinguent ainsi par leurs pratiques de bornage du territoire et par les représentations que celles-ci contribuent à forger chez eux. Le passage et la présence en Palestine deviennent en quelque sorte des enjeux en eux-mêmes, l’engagement étant, quant à lui, synonyme d’un certain type de relations avec la population et l’espace palestiniens. À la différence des militants pacifistes, à qui il arrivait de se rendre dans les Territoires occupés mais jamais en Palestine, ceux dont il est question pénètrent en effet dans des zones éloignées du contrôle de l’armée israélienne, empruntent pour cela les routes des Palestiniens et parfois leurs transports en commun, nouent avec eux des relations de confiance voire de camaraderie, apprennent à jouer au chat et à la souris avec les forces de l’ordre de leur pays, mais aussi parfois avec la police palestinienne qui ne voit pas nécessairement d’un bon œil leur présence dans les villes25.

16Ce type particulier d’engagement nécessite ainsi l’acquisition de savoirs et de savoir-faire, ainsi que l’adoption d’un ensemble de sens et de significations, qui contribuent à forger un habitus militant spécifique. Karel Yon précise, en reprenant une distinction faite par Anthony Giddens, que

la notion d’habitus militant permet de tenir ensemble ce qui constitue la conscience pratique des militants, l’impensé de leurs comportements, les réflexes incorporés dans la socialisation à l’institution, et leur conscience discursive, entendue comme la capacité à s’expliquer et exprimer leurs actes et leurs objectifs à l’aide d’une culture partisane. (Yon, 2005, p. 142)

17Certains de ces militants ont été socialisés politiquement par le biais de Ta’ayush et ont commencé par se rendre côté palestinien lors des grandes activités organisées par le groupe. Ce n’est que par la suite, après avoir établi des contacts avec certains Palestiniens des Territoires occupés et avoir été invités à revenir seuls leur rendre visite, qu’ils ont renouvelé différemment l’expérience, ont appris à se repérer au moyen d’une carte, à contourner les checkpoints, à emprunter les transports locaux, etc. D’autres ont commencé à se rendre dans les villages à l’occasion des manifestations contre le Mur. Si, à certaines périodes, les voitures et mini-bus parvenaient à les y déposer, à d’autres moments, il leur a fallu marcher plusieurs kilomètres, emprunter des taxis palestiniens, parfois même arriver la veille sur le lieu de la manifestation et y passer la nuit car l’armée bloquait les accès. Ces expériences reviennent souvent dans les récits des militants lorsqu’ils racontent le processus par lequel ils se sont progressivement sentis à l’aise en Palestine, de même que celles mettant en scène l’antagonisme très fort ressenti vis-à-vis des colons, qui relativise dès lors celui qu’ils ont, un temps, pu ressentir à l’égard des Palestiniens. Ainsi, Alon, un Israélien d’une trentaine d’années engagé dans les collines du sud d’Hébron, m’expliquait :

Au début, c’était quelque chose de très spirituel pour moi de rencontrer des Palestiniens parce que tu sais, avant, j’avais peur d’eux. Il n’y a qu’à l’armée que j’avais rencontré des Palestiniens. Je n’avais jamais été en Palestine. Et donc il a fallu que je travaille sur ma peur profonde du peuple arabe […]. Ça a été un long processus et finalement, quand j’ai fait mon premier voyage en Palestine, ça s’est bien passé. C’était : « Wahou, c’est tellement beau » et puis aussi parler avec des gens : « Salam Aleikoum – Aleikoum Salam »… une culture différente… la sensation d’être à l’étranger, qui est agréable. J’aimais ça parce que c’était vraiment l’étranger pour moi. [Q : Et aujourd’hui, tu te sens toujours à l’étranger ?] Aujourd’hui ? Dans les villages moins parce que c’était déjà comme… Je me sens chez moi […]. Tu sais, dès la seconde ou troisième fois que je suis allé dans les collines du sud d’Hébron, j’ai dit à ma copine : « Si on me lâchait ici au milieu de la nuit et que je devais chercher un endroit où me réfugier, je n’irais jamais dans une colonie. J’irais dans un village palestinien, même si je ne connais personne ».

18Souvent, le moment où les militants se retrouvent dans ce qu’ils identifient comme la Palestine joue un rôle majeur. C’est une chose d’aller manifester à Tel-Aviv ou surveiller un checkpoint à l’entrée de Jérusalem ; c’en est une autre de se trouver dans un village palestinien envahi par l’armée et de courir pour échapper aux tirs des soldats. À ce moment-là, ce qui peut subsister d’oppositions binaires entre un nous israélien et un eux palestinien s’effondre. L’identification ne se fait plus selon les mêmes critères que ceux qui prévalaient jusqu’alors. Le danger change de camp. Ce n’est plus le Palestinien qui représente une menace mais le soldat qui bloque l’accès, tire des gaz lacrymogènes sur la foule, arrête les manifestants, ou le colon avec sa mitraillette en bandoulière. Les militants sont ainsi transformés dans le cours de ces expériences : il y a souvent un avant et un après dans les représentations et les lectures qu’ils se font du monde qui les entoure et d’eux-mêmes.

  • 26 Petit personnage né sous la plume du caricaturiste palestinien Naji al-Ali, devenu une icône de la (...)

19Il n’est pas rare, enfin, que les Israéliens engagés nouent, avec les Palestiniens des villages dans lesquels ils vont le plus souvent et avec leurs familles, des liens allant au-delà de la simple coopération militante. Ils leur rendent visite, partagent régulièrement leurs repas à la fin des activités, prennent de leurs nouvelles par téléphone et se chargent parfois de leur trouver les denrées, médicaments, appareils divers qu’ils ne peuvent se procurer ou à un coût trop élevés, devenant alors des sortes de « contrebandiers solidaires ». L’apprentissage de l’arabe, même s’il reste souvent limité, est l’une des étapes vécues comme indispensable par tout Israélien désireux de nouer des liens avec l’autre côté, pas tant par nécessité – puisque beaucoup de Palestiniens parlent très bien hébreu – que pour marquer une volonté de rompre avec le rapport jugé colonialiste de la plupart des Israéliens au peuple que leur pays occupe. L’appropriation de la culture politique palestinienne – par le biais des symboles comme le Handala26, le drapeau palestinien, l’adoption de slogans en arabe ou les références à la Naqbah – peut également être appréhendée comme une autre marque de ce processus qui amène certaines personnes engagées à se fondre de plus en plus dans le paysage palestinien tant sur le plan physique que cognitif.

  • 27 Par le passé, les coopérations militantes se faisaient plutôt avec des Palestiniens appartenant aux (...)
  • 28 Dans certains villages en effet, les Palestiniens ont demandé aux Israéliens de ne pas « amener de (...)
  • 29 Aujourd’hui, les participants aux manifestations contre la barrière sont invités par email à « pren (...)
  • 30 Même si bien peu mangent effectivement de la viande tous les jours, celle-ci restant réservée aux g (...)

20L’une des conséquences les plus marquantes de ce processus est la socialisation à un sentiment d’adversité, qui implique souvent une forme de distanciation, voire de confrontation avec le reste des Israéliens, alors même que les Palestiniens restent, pour ceux-ci toujours perçus comme appartenant à un autre monde. Ainsi, même s’ils se rapprochent de ces derniers tant physiquement que mentalement, les militants israéliens ont généralement bien conscience de la distance qui les en sépare, et du fait que celle-ci ne peut en aucun cas être réduite par leur opposition commune à l’occupation. Nombreuses sont en effet les différences sociales et idéologiques qui éloignent les militants israéliens de leurs partenaires de lutte. Au-delà du classique critère religieux distinguant Musulmans et Juifs, les Palestiniens avec lesquels coopèrent aujourd’hui les Israéliens sont principalement des villageois27 attachés aux traditions rurales et à une forte division sexuelle des tâches. De nombreuses discussions ont été menées entre militants au sujet de l’approche souvent jugée sexiste des Palestiniens, qui ont parfois tenté d’éviter que les femmes ne participent à certaines activités28 et qui sont en tout cas parvenus à leur imposer une certaine pudeur vestimentaire29. Le traitement réservé aux animaux est un autre des points d’antagonisme entre militants israéliens et Palestiniens. Alors que beaucoup, parmi les premiers, sont végétariens, voire végétaliens, et anti-spécistes, la consommation de viande et l’« exploitation animale » font partie du quotidien des seconds30. Dans les villages où sont organisées des manifestations, il est ainsi fréquent de voir des carcasses et des têtes de bœufs pendre au bout d’un crochet. Ailleurs, dans les campements plus reculés du sud d’Hébron, les ânes ou les chameaux font l’objet d’un traitement susceptible de choquer les partisans de la libération animale.

21Les différences culturelles entre Palestiniens et Israéliens ne s’observent pas uniquement dans ce qui a trait aux rapports sociaux. Les manières d’agir et d’interagir peuvent parfois provoquer des incompréhensions de part et d’autre. En hébreu, on désigne par le terme chutzpa la rudesse mêlée d’impertinence considérée par beaucoup comme typiquement israélienne. Or, celle-ci contraste de manière flagrante avec les codes de politesse palestiniens. Dafna, qui a milité pendant plusieurs années au sein de Ta’ayush et garde aujourd’hui des liens privilégiés avec les habitants du petit village de Nu‘aman où elle se rend régulièrement seule, explique ainsi :

Il y a aussi quelque chose qu’à la fois j’aime et je n’aime pas ; c’est le fait que les Palestiniens ne diront jamais “Non” même si c’est ce qu’ils pensent. Il faut toujours réfléchir à ce qu’on te dit parce que ça ne correspond pas forcément à ce qui vient de t’être dit grammaticalement… Et une particularité israélienne est justement que nous sommes tellement directs : quand on dit quelque chose, c’est qu’on le pense ! Et ça, c’est un vrai fossé… Certaines fois, j’ai eu honte de moi-même parce que je disais des choses trop directement et que les Palestiniens étaient mal à l’aise. Il y a des questions par exemple qu’il ne faut jamais poser.

  • 31 Certains, anarchistes, préféreraient un Proche-Orient sans État, mais cela ne les empêche pas de so (...)

22Enfin, bien qu’hostiles à l’occupation et favorables à la création d’un État palestinien ou binational31, les militants israéliens ne sont pas nécessairement à l’aise avec l’expression du nationalisme palestinien. Ainsi, alors que les volontaires internationaux sont particulièrement prompts à scander « Palestine vivra ; Palestine vaincra » ou « Free Free Palestine » dans les manifestations, à agiter le drapeau aux couleurs panarabes et à se vêtir du traditionnel keffieh ou d’autres attributs visibles de leur soutien à leurs hôtes, peu de militants israéliens adoptent de tels signes et comportements, leur préférant ceux essentiellement axés sur l’opposition à l’occupation, aux colons et à l’armée. Doron, qui n’est pas anarchiste mais participe régulièrement aux manifestations de Bil‘in, précise ainsi :

Je ne brandis jamais de drapeau palestinien. Je ne crie jamais de slogans nationalistes palestiniens. J’y fais très attention. Il arrive que je crie : “Leave Palestine” ou des trucs comme ça, mais je n’aime pas trop ça et je fais attention de ne pas crier des choses qui pourraient faire de moi un nationaliste palestinien parce que je n’aime pas le nationalisme, un point c’est tout.

23Ces paroles reflètent la position de nombreux militants rencontrés qui, pour solidaires qu’ils soient avec la lutte pour l’indépendance palestinienne, n’entendent pas se muer en défenseurs d’un nationalisme. D’ailleurs, si certains Israéliens opposés à l’occupation s’auto-qualifient publiquement de « Palestiniens d’origine juive », de « Juifs palestiniens » ou encore de « résidents de Palestine occupée », montrant ainsi leur volonté de remettre en question les catégories institutionnelles, ils le font généralement à l’étranger et non en Palestine où ce renversement semblerait grotesque. Les militants israéliens dont il est question sont donc loin de se fondre dans le paysage palestinien au point d’en adopter tous les codes et ils gardent généralement une conscience aiguë de leur altérité à ce monde.

  • 32 « Nouveau Profil » en hébreu. Ce mouvement dénonce la militarisation de la société israélienne et s (...)
  • 33 « Observatoire des barrages » en hébreu/anglais. Ce groupe, composé exclusivement de femmes, survei (...)

24Mais, parallèlement, le sentiment de faire partie d’une minorité à l’intérieur même de leur propre pays semble grandir à mesure qu’ils se rapprochent des Palestiniens, rendant de plus en plus difficiles les interactions avec ceux qui, dans leur entourage, ne partagent pas leurs opinions. Tal, qui a aujourd’hui une soixantaine d’années, a grandi dans une famille très nationaliste. Ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’elle a « ouvert les yeux », comme elle le dit elle-même, sur la situation politique et s’est engagée dans différents groupes militants : Profil Hadash32, tout d’abord, puis Ta’ayush et Machsom Watch33. Elle explique la difficulté qu’elle a eue, alors, à maintenir ses relations sociales passées :

Aujourd’hui, je me sens très mal à l’aise en dehors du milieu [militant]. Je ne supporte plus de parler avec des gens qui ne pensent pas comme nous. Ça me fait mal. Et je n’ai pas la patience d’écouter ce qu’ils ont à dire sur la situation. […] Avant, j’étais parfois invitée chez des amis le vendredi soir pour discuter autour d’un bon dîner, mais on finissait toujours par parler politique… Et alors, tout le racisme refaisait surface, et je devais me mordre la langue toute la soirée pour ne pas dire ce que je pensais au fond de moi. Et ça, je l’ai fait suffisamment toute ma vie. Je ne le supporte plus. Je ne vais pas changer les gens. Si je dis ce que je pense vraiment, cela va juste les mettre en colère… Et je ne vais pas chez les gens pour les mettre en colère. Donc il n’y a plus de place pour moi là-bas.

25Dans le cas de Matan, qui avait reçu une balle dans l’œil quelques semaines avant notre rencontre et ne savait pas encore s’il en recouvrerait l’usage, le sentiment d’altérité à l’égard des autres Israéliens va jusqu’à voir en chacun d’entre eux son potentiel agresseur :

Quand je marche dans la rue et que je vois des jeunes d’environ 20 ans, je me dis : “Peut-être que c’est le soldat qui m’a tiré dessus !” […] Donc, soit tu as suffisamment de force pour dire : “Ok, tu m’as tiré dessus il y a une heure et demie mais maintenant, ça va, je peux vivre avec toi”, soit d’une certaine manière, tu te sépares de ta société.

26Ces paroles semblent révélatrices de l’une des caractéristiques les plus significatives de l’engagement des militants dont il est question : celui-ci dépasse le strict cadre politique pour déteindre sur l’ensemble des activités sociales, des relations aux autres, des représentations, des manières d’être et de penser. Il contribue ainsi à forger un habitus dont la spécificité réside en partie dans une inscription intermédiaire entre des univers sociaux étrangers les uns aux autres. D’un côté l’extrême-gauche israélienne, peuplée d’acteurs ayant un haut niveau de capital culturel, et de l’autre, la Palestine rurale, marquée par la prégnance des traditions et par le peu de capitaux dont sont dotés ceux qui participent aux protestations.

27À mesure que se multiplient leurs expériences côté palestinien, les traces que laisse chacune d’elles s’intériorisent et se transforment progressivement en dispositions générales à agir, parler, sentir, penser qui diffèrent de celles acquises initialement, au cours de la socialisation. Qu’il s’agisse de contourner un barrage militaire, d’emprunter les transports palestiniens, de se sentir en sécurité dans des zones éloignées du contrôle de l’armée, ou de partager des moments de vie avec une famille vivant sous occupation, ces différentes situations façonnent, définissent et consolident des horizons pratiques et des frontières mentales qui, à leur tour, orientent une certaine représentation du monde. Dans ce type d’engagement, le passage en lui-même devient l’affirmation d’une position idéologique et le processus qui amène à rendre familiers des espaces et des situations jusque-là perçus comme dangereux s’accompagne généralement d’une remise en question très profonde des différents schèmes narratifs sur lesquels repose le sentiment d’appartenance à la communauté nationale judéo-israélienne.

Conclusion

  • 34 On pourra se référer pour cela au livre tiré de notre thèse, consacré aux Israéliens engagés contre (...)
  • 35 Cette formule était notamment employée pour parler des militants de « La Paix Maintenant » qui effe (...)

28S’il serait nécessaire d’analyser plus profondément les différents parcours pouvant amener des Israéliens à devenir des militants « passeurs de frontières34 », il ressort toutefois que les situations vécues dans le cours de ce processus contribuent à définir et/ou à consolider une certaine représentation du monde. À mesure qu’ils apprennent à connaître l’autre côté et ceux qu’on leur a longtemps présentés comme l’ennemi, ils redessinent les lignes de fracture et s’éloignent progressivement de leur propre tribu, celle des Israéliens juifs ashkénazes. Ils sont en effet poussés à remettre en question leur loyauté passée envers le sionisme et leur regard sur la situation, ce qui affecte souvent leur sentiment d’appartenance à la société dans laquelle ils ont grandi. On touche ici à l’une des différences fondamentales entre l’engagement dont il est question et celui des pacifistes qui, dans les années 1980-1990, manifestaient à Tel-Aviv ou à Jérusalem pour que cessent la guerre au Liban et la colonisation de la Cisjordanie : alors qu’à cette époque, il était possible (et même fréquent) d’être à la fois un militant de gauche et un sioniste convaincu, les deux étiquettes semblent aujourd’hui quasiment contradictoires. Certes, de nombreux Israéliens engagés revendiquent un fort attachement à leur pays, témoignant en cela d’une forme de patriotisme que d’aucuns qualifieraient de sioniste. Mais ils le font généralement en prenant de la distance avec l’ethos israélien, caractérisé par un sionisme judéo-centré et militariste. Ils sont ainsi peu nombreux aujourd’hui à défendre l’idée que leur État puisse être juif et démocratique, l’armée une force d’occupation morale et la séparation une solution nécessaire pour « divorcer » des Palestiniens. D’ailleurs, si par le passé, une grande majorité de pacifistes effectuaient loyalement leur service militaire et leurs périodes de réserve quitte à « tirer puis pleurer »35, aujourd’hui la plupart des Israéliens engagés contre l’occupation s’arrangent pour contourner les appels, voire refusent officiellement de servir.

29De plus, tandis que les pacifistes d’hier jouissaient d’une certaine audience au sein de la société israélienne, une rupture très nette est apparue entre ceux qui s’engagent aujourd’hui et le reste de la population juive, qui les accuse souvent de mettre en danger la sécurité d’Israël et d’attiser l’antisémitisme en propageant, à l’extérieur du pays, un discours antipatriotique. Avigdor Lieberman, fondateur du parti d’extrême-droite Israel Beytenou (« Israël, notre foyer ») avait marqué les esprits avec le slogan : « Sans loyauté, pas de citoyenneté ». Plusieurs lois ont récemment été votées, à l’initiative de ce parti mais aussi du Likoud, pour condamner les appels au boycott d’Israël ou des produits venant des colonies, le soutien à l’objection de conscience ou encore les références à la Naqba.

30Le processus qui amène des militants à passer de l’autre côté se nourrit ainsi à la fois de leurs allers-retours répétés avec la Palestine, de leur découverte d’un autre monde, mais aussi des réactions provoquées, aux niveaux institutionnel et social, par leur prise de distance avec les pratiques et le discours israéliens dominants sur la séparation. Être marqués comme des outsiders par leurs concitoyens et porter le poids de la transgression les rend en effet d’autant plus enclins à adopter les schèmes narratifs, discursifs et cognitifs alternatifs auxquels leur donne accès leur engagement.

Literaturverzeichnis

BAR-ON Mordechai, 1996, In Pursuit of Peace: a History of the Israeli Peace Movement, Washington, United States Institute of Peace Press.

FILLIEULE Olivier (dir.), 2005, Le désengagement militant, Paris, Belin.

HAYES Graeme et OLLITRAULT Sylvie, 2012, La désobéissance civile, Paris, Presses de Sciences Po.

HERMANN Tamar, 2009, The Israeli Peace Movement. A Shattered Dream, New York, Cambridge University Press.

KAMINER Reuven, 1996, The Politics of Protest. The Israeli Peace Movement and the Palestinian Intifada, Brighton, Sussex Academic Press.

LAMARCHE Karine, 2011, « De l’autre côté du mur. Ethnographie des engagements de militants israéliens contre l’occupation pendant la seconde Intifada (2000-2010) », Thèse de sciences sociales sous la direction de Michel Offerlé, soutenue le 7 décembre 2011 à l’EHESS.

LAMARCHE Karine, 2013, Militer contre son camp ? Des Israéliens engagés aux côtés des Palestiniens, Paris, PUF.

MATONTI Frédérique et POUPEAU Franck, 2004, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, 5 (155), p. 4-11.

PARIZOT Cédric, 2009, « Après le mur : les représentations israéliennes de la séparation avec les Palestiniens », Cultures & Conflits, 73, p. 53-72.

POUZOL Valérie, 2008, Clandestines de la paix. Israéliennes et Palestiniennes contre la guerre, Paris, Complexe.

SHARP Gene, 1973, The Politics of Nonviolent Action, Boston, Porter Sargent.

SHULMAN David, 2006, Ta’ayush. Journal d’un combat pour la paix. Israël Palestine 2002-2005, Paris, Le Seuil.

TENENBAUM Nathalie, 2005, « Désobéissance non-violente et nouvelles formes de militantisme dans le mouvement altermondialisation. Enquête au sein du collectif ‘Vamos !’ », Cahiers des doctorants du Centre de Sociologie Européenne, 2.

YON Karel, 2005, « Modes de sociabilité et entretien de l’habitus militant. Militer en bandes à l’AJS-OCI dans les années 1970 », Politix, 18, 70, p. 137-167.

Anmerkungen

1 La littérature sur le sujet privilégie également ce terme, qu’elle date de la période d’Oslo (Bar-On, 1996 ; Kaminer, 1996) ou de celle succédant au déclenchement de la seconde Intifada (Hermann, 2009 ; Pouzol, 2008).

2 Certains militants sont ainsi favorables à l’établissement d’un État binational, où Juifs et Palestiniens jouiraient des mêmes droits. D’autres, plus nombreux, défendent le projet de deux États séparés par la Ligne verte. Leurs positions vis-à-vis du sionisme diffèrent également, certains étant ouvertement anti-sionistes, tandis que d’autres se « contentent » d’avoir pris leur distance avec la version officielle du sionisme.

3 Je parle de « Mur » lorsque la structure destinée à séparer Israël des Territoires palestiniens se compose de blocs de bétons, comme dans les zones urbaines, et lorsqu’il s’agit de désigner le projet d’ensemble. Le reste du temps, j’utilise le terme « barrière ».

4 Par exemple le blocage de routes, le déplacement de blocs de bétons destinés à empêcher la libre circulation des Palestiniens ou encore l’ouverture de la barrière au moyen de pinces.

5 Nathalie Tenenbaum définit la désobéissance civile comme l’« accomplissement délibéré d’une action prohibée par une loi ou par un règlement en vigueur ». (2005, p. 6). Voir aussi : Hayes et Ollitrault, 2012.

6 Depuis les accords d’Oslo, la Cisjordanie a été divisée en trois zones. La zone A comprend les principales villes palestiniennes et son accès est théoriquement interdit aux Israéliens.

7 J’écris ici « la Palestine » en italique car je fais référence à une catégorie ad hoc, désignant l’espace que les acteurs identifient mentalement comme tel. Cet espace ne correspond donc pas nécessairement à l’acception que peuvent (ou qu’ont pu) en donner d’autres acteurs ou les instances internationales.

8 À la différence des entretiens biographiques, ces entretiens ont été réalisés avec des militants israéliens interrogés en qualité de représentants d’un groupe et non sur leur propre parcours, ainsi qu’avec d’autres acteurs du terrain, notamment des Palestiniens.

9 Parti créé par Ariel Sharon en 2005 suite à l’opposition du Likoud au désengagement de Gaza.

10 Parti sioniste et socialiste, situé à gauche du parti travailliste sur l’échiquier politique israélien.

11 Ce morcellement a été entamé bien avant le déclenchement de la seconde Intifada mais s’est accéléré avec elle.

12 Cela malgré la rhétorique selon laquelle la Judée-Samarie serait une partie intégrante de l’État israélien.

13 Entretien avec Michael Sfard, réalisé en avril 2007 à Tel-Aviv.

14 Pour un aperçu des activités de Ta’ayush au début des années 2000, on peut se référer au livre-témoignage de David Shulman (2006).

15 On peut en ce sens reprendre l’idée de Gene Sharp, qui parle de « Jiu-jitsu politique » pour évoquer l’usage de la force de l’adversaire dans le but de le déséquilibrer (Sharp, 1973, p. 657).

16 Des militants de Jérusalem principalement actifs dans les collines du sud d’Hébron continuent de se revendiquer de Ta’ayush.

17 Ceux-ci appartiennent à différents groupes de solidarité avec les Palestiniens, notamment l’International solidarity movement (ISM), qui forme à la résistance non-violente des volontaires venant principalement d’Amérique du Nord et d’Europe.

18 Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenre.

19 En 2004, Gil Naamati, un Israélien qui participait à une protestation contre le Mur, est grièvement blessé à Mash’a. L’armée avait ouvert le feu à balles réelles. Par la suite, en présence d’Israéliens, elle emploiera le plus souvent des munitions non-létales. Plus d’une vingtaine de Palestiniens seront néanmoins tués au cours des années suivantes dans d’autres villages et de nombreux manifestants israéliens et internationaux blessés, parfois grièvement, par les balles en caoutchouc et les grenades lacrymogènes utilisés contre eux.

20 Tous les Israéliens participant aux activités de ce groupe ne se reconnaissent pas dans la pensée anarchiste. Ce sont les médias qui, les premiers, ont désigné sous le label d’« Anarchistes contre le mur » les Israéliens participant aux protestations conjointes.

21 À l’heure où cet article s’apprête à être publié, Bnei Avraham a cessé de fonctionner depuis plusieurs années.

22 Le terme grassroots renvoie à des activités partant de la base, organisées par des militants engagés localement et sans l’intervention de partis ou de mouvements politiques institutionnalisés.

23 Salarié de l’AIC, membre des « Anarchistes contre le Mur ».

24 La normalisation (tadbiyeh en arabe) doit être entendue ici comme le fait de collaborer avec des institutions, des entreprises, des organisations ou des individus israéliens, en créant une impression de normalité, alors que l’occupation israélienne persiste.

25 Des militants israéliens que j’avais accompagnés à Ramallah suite à une manifestation contre la barrière avaient ainsi été arrêtés par la police palestinienne, amenés au poste pour un bref interrogatoire suivi d’un long sermon, puis reconduits en zone B.

26 Petit personnage né sous la plume du caricaturiste palestinien Naji al-Ali, devenu une icône de la résistance palestinienne. Des figurines le représentant sont souvent portées en pendentif par les militants anti-occupation.

27 Par le passé, les coopérations militantes se faisaient plutôt avec des Palestiniens appartenant aux couches supérieures et urbaines de la société. Les militants israéliens, quant à eux, font – comme leurs prédécesseurs pacifistes – souvent partie de l’élite ashkénaze et laïque, ils ont fait des études supérieures et vivent dans des conditions relativement privilégiées.

28 Dans certains villages en effet, les Palestiniens ont demandé aux Israéliens de ne pas « amener de femmes » lors des manifestations ou autres actions de protestation. Ces derniers ont refusé de se plier à cette demande et ont annoncé que si les femmes n’étaient pas les bienvenues, les hommes non plus ne viendraient pas.

29 Aujourd’hui, les participants aux manifestations contre la barrière sont invités par email à « prendre en considération les différences culturelles dans le choix des vêtements ». On attend notamment des femmes qu’elles ne portent pas de haut découvrant leurs épaules ou leur décolleté.

30 Même si bien peu mangent effectivement de la viande tous les jours, celle-ci restant réservée aux grandes occasions.

31 Certains, anarchistes, préféreraient un Proche-Orient sans État, mais cela ne les empêche pas de soutenir les revendications palestiniennes.

32 « Nouveau Profil » en hébreu. Ce mouvement dénonce la militarisation de la société israélienne et soutient l’objection de conscience.

33 « Observatoire des barrages » en hébreu/anglais. Ce groupe, composé exclusivement de femmes, surveille les checkpoints de Cisjordanie et de Jérusalem-Est depuis le début de la seconde Intifada.

34 On pourra se référer pour cela au livre tiré de notre thèse, consacré aux Israéliens engagés contre l’occupation (Lamarche, 2013).

35 Cette formule était notamment employée pour parler des militants de « La Paix Maintenant » qui effectuaient loyalement leurs périodes de réserve et manifestaient ensuite pour dénoncer l’occupation.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540