Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Israël/Palestine, l'illusion de la séparation

 | 
Stéphanie Latte Abdallah
, 
Cédric Parizot

Être(s) frontaliers

Les couples palestiniens
à l’épreuve de la politique de séparation

Sarah Memmi

Texte intégral

1La matérialisation de la politique israélienne de séparation a confiné les Palestiniens dans un espace fragmenté. En outre, les différentes formes de restrictions de mouvements imposées dans les Territoires occupés ont contribué à instaurer de nouvelles hiérarchies et donc de nouvelles divisions entre les Palestiniens résidents en Cisjordanie, à Jérusalem et dans la Bande de Gaza (Latte Abdallah et Parizot, 2011). L’étude des relations conjugales entre des Palestiniens n’ayant pas le même statut administratif ni la même capacité de mobilité permet de bien mettre en lumière cette nouvelle forme de hiérarchisation. Cette question demeure peu étudiée (Blanc, Chagnollaud et al., 2007) alors que la politique de séparation et, plus précisément celle du regroupement familial sous-jacente, affecte en profondeur les unions matrimoniales des Palestiniens et agit comme un facteur de déstructuration de la sphère conjugale et familiale. À partir de l’examen de trois cas soumis à cette politique et ses répercussions sur les trajectoires individuelles et conjugales, cet article propose d’évaluer les pratiques d’adaptation ainsi que les modalités de réorganisation des Palestiniens qui y sont directement confrontés.

2Depuis son annexion de Jérusalem-Est en 1967, Israël exerce un pouvoir exclusif sur le registre de la population palestinienne ainsi que sur la délivrance de carte d’identité aux Palestiniens. À cette époque, le gouvernement israélien a remis aux Palestiniens habitants de Jérusalem-Est une carte dite de « résident permanent » de Jérusalem, de couleur bleue, à l’instar de la carte d’identité israélienne. Ceux qui n’étaient pas présents à Jérusalem-Est au moment où ces cartes ont été délivrées, ainsi que ceux qui vivaient dans d’autres parties du territoire (Cisjordanie et Bande de Gaza), ont reçu des cartes d’identité de couleur verte (Tawil-Souri, 2012). Jusqu’à la fin des années 1980, la couleur des cartes et, plus précisément, le statut qui y est associé, n’ont pas posé de réel problème puisque les Palestiniens pouvaient se déplacer librement. À partir des années 1990, les autorités israéliennes imposent les premières restrictions de mouvement aux Palestiniens des Territoires occupés, par la mise en place de bouclages répétés, de checkpoints et de permis de circulation (Hass, 2002 ; Hanieh, 2006 ; Handel, 2009). L’armée instaure alors un système de filtrage des Palestiniens entrant en Israël (Parizot, 2010), et peut, grâce à cela, déterminer à partir d’une simple carte d’identité le régime de mobilité à accorder à son détenteur (Tawil-Souri, 2012). Ces mesures sécuritaires ad hoc se structurent progressivement autour d’une politique systématique de séparation (Parizot, 2009). Depuis, ce processus de séparation et de restriction à la mobilité a encore été renforcé, notamment avec la construction du Mur en 2002 et l’imposition d’un blocus sur la Bande de Gaza en 2006.

  • 1 Le cas très spécifique des modalités résidentielles de la zone tampon (ou Seam zone en anglais) ne (...)

3Cette politique a de nombreuses conséquences sociales (Latte Abdallah et Parizot, 2011) notamment en ce qui concerne le regroupement familial des Palestiniens d’Israël ou de Jérusalem qui souhaitent faire venir leur époux/se en Cisjordanie1. En effet, les restrictions à la mobilité d’une part et l’obligation pour les résidents des Territoires palestiniens (hors Jérusalem-Est) de demander un permis de séjour auprès des autorités israéliennes, d’autre part, ont raréfié les possibilités de rencontre pour ceux qui cherchent à se marier et empêchent ceux qui se sont déjà mariés par-delà le mur de vivre ensemble (Conte, 2005). Ainsi, les Palestiniens qui n’ont pas la même carte de résident ont des difficultés pour se rencontrer et surtout pour vivre ensemble où ils le désirent.

4Les recherches portant sur ces unions « ultra-muros », pour reprendre le terme d’Edouard Conte (Conte, 2005), se sont surtout concentrées sur les aspects juridiques et administratifs de la politique du regroupement familial ainsi que sur les arguments avancés pour la mettre en œuvre (Stein, 2004 ; Conte, 2005 ; Khalil, 2009 ; Tawil-Souri, 2011). Quelques travaux élargissent cette approche en étudiant également, de manière ponctuelle, ses effets sociaux. Certains ont par exemple étudié l’impact de la privation de l’accès aux services de santé et d’éducation sur la violence familiale (Abdel Majeed, 2010) ou encore la vulnérabilité des Palestiniennes qui accouchent à Jérusalem-Est (Bourmaud, 2013).

5Cet article s’inscrit dans la continuité de ces travaux et propose de questionner les effets de la politique de séparation sur les parcours individuels et les relations conjugales. Il entend ainsi analyser la manière dont le réagencement de l’organisation familiale affecte les positions et rôles respectifs des Palestinien(ne)s qui y sont directement confronté(e)s. Ce travail part du postulat défendu par la sociologue Danièle Kergoat (2012), selon lequel les rapports sociaux de classe, de genre et de race, s’entrecroisent de façon complexe et dynamique et se façonnent les uns les autres. Chaque personne peut se situer en position de subordination au sein d’une relation et de domination dans une autre. Dans le contexte israélo-palestinien, l’entrecroisement des rapports sociaux dépend également de la hiérarchisation induite par les différents statuts civils des conjoints. En ce sens, le régime de mobilité des individus en constitue un élément d’analyse supplémentaire.

  • 2 J’ai choisi pour cet article trois trajectoires au sein d’un corpus d’entretiens réalisés entre jan (...)

6Tout d’abord, je retracerai brièvement le contexte historico-politique qui a conduit à la politique de regroupement familial et je présenterai le cadre juridique dans lequel les unions matrimoniales entre conjoints ayant des cartes de résident différentes se nouent. Puis, je m’appuierai spécifiquement sur les trajectoires de trois Palestinien(ne)s2 : une Palestinienne née en Israël qui réside avec son mari en Cisjordanie ; une Palestinienne qui vit à Jérusalem-Est avec son mari de Cisjordanie et un Palestinien vivant en Cisjordanie alors que sa femme réside dans la Bande de Gaza. En apparence distinctes, ces trajectoires partagent des contraintes résidentielles et soulignent la complexité avec laquelle cette contrainte est pratiquée et négociée quels que soient leurs lieux de résidence. Cette observation par le prisme des relations conjugales, permet d’interroger une dimension éclairante mais peu documentée de la politique de séparation israélienne.

Cadre juridique du regroupement familial

Une politique kafkaïenne

  • 3 Voir la loi sur la nationalité et l’entrée en Israël (suspension temporaire), 5763-2003, adoptée le (...)
  • 4 Elle interdit aux citoyens israéliens n’ayant pas déposé de demande de regroupement familial avant (...)
  • 5 Dès juin 1997, le ministère de l’Intérieur annonça qu’il ne délivrerait plus de permis permettant à (...)

7Le Parlement israélien (la Knesset) a adopté en juillet 2003 une loi, en principe temporaire mais reconductible, interdisant le regroupement familial aux citoyen(ne)s israélien(ne)s marié(e)s à des Palestinien(ne)s des Territoires occupés3 (Cisjordanie et Bande de Gaza, mais hors Jérusalem-Est). Cette loi, rétroactive4, a institutionnalisé une pratique déjà observée de facto depuis le début de 20025 (Amnesty International, 2005). La Knesset interdit ainsi aux Palestinien(ne)s des Territoires occupés (hormis Jérusalem-Est) qui épousent un(e) Israélien(ne) d’origine palestinienne ou un(e) résident(e) permanent(e) de Jérusalem-Est, non seulement d’acquérir la citoyenneté israélienne, mais également d’élire domicile dans cet État (ou à Jérusalem-Est) à titre permanent. Ainsi, les citoyens de l’État d’Israël ou les résidents Palestiniens de Jérusalem-Est, n’ont pas le droit de vivre avec l’époux de leur choix dans leur propre pays. S’ils n’abandonnent pas tout simplement leur projet de mariage, les Palestiniens concernés sont contraints soit de vivre séparés, soit de déménager vers les Territoires occupés (hors Jérusalem-Est) pour pouvoir vivre ensemble. Or, si celui qui détient une carte d’identité de Jérusalem-Est déménage pour vivre en Cisjordanie auprès de son époux, il risque d’y perdre son statut de résident permanent et, ainsi, la plupart des droits civiques et sociaux qui y sont associés (Jabr, 2004 ; Khuttab, 2007).

  • 6 D’après HaMoked, une ONG israélienne de Défense des droits de l’Homme.

8À partir de 2007, Israël a exigé que les Palestiniens résidents de la Bande de Gaza demandent un permis de séjour pour se rendre en Cisjordanie (Ashkar, 2006). En 2008, seul un tiers des 50 000 demandes de regroupement familial a été accepté, à la condition que le conjoint gazawi réside déjà en Cisjordanie avec un permis de séjour temporaire6. Depuis l’arrivée de Benyamin Netanyahou à la tête du gouvernement israélien en 2009, la situation a été complètement bloquée : toute procédure de regroupement familial entre la Bande de Gaza et la Cisjordanie est gelée. Enfin, en janvier 2012, la loi temporaire sur le regroupement familial, adoptée en 2003 a été promulguée de manière permanente.

9L’octroi des permis est ainsi défini sur la base d’un profil social de plus en plus restrictif (Abu Zahra, 2007). La reconfiguration du régime de séparation israélien depuis Oslo a directement affecté le statut matrimonial des individus : en plus de hiérarchiser les populations sur la base de leur statut juridique, il a introduit une profonde imprévisibilité quant à leur possibilité de vivre ensemble.

Entre arguments sécuritaires et démographiques

10Afin de légitimer la politique de séparation, les dirigeants israéliens avancent des arguments tantôt démographiques, tantôt sécuritaires. De nombreux débats, conduits au sein des commissions israéliennes ou dans la presse, pointent l’augmentation de la population arabe permise par les regroupements familiaux. Selon Eli Yishai, qui a occupé différents portefeuilles ministériels en Israël depuis 1996, ces règles matrimoniales « menacent le caractère juif de l’État d’Israël » (Stein, 2004). Par ailleurs, le regroupement familial augmenterait le risque d’attentats contre Israël. Selon le ministère israélien des Affaires étrangères :

  • 7 Selon Yuri Shtern, alors président de la commission des affaires intérieures de la Knesset (de 1996 (...)
  • 8 Cité par Conte, 2005. Voir aussi le texte de loi, disponible dans sa version anglaise sur le site d (...)

Le conflit armé persistant entre Israéliens et Palestiniens, qui dure depuis septembre 2000, a conduit, entre autres, à des attentats-suicides en Israël. On a noté une implication croissante dans le conflit de la part de Palestiniens originaires des Territoires, mais porteurs de cartes d’identité israéliennes accordées au terme de procédures de regroupement familial avec des citoyens ou résidents d’Israël7. Ce faisant, les Palestiniens abusent de leur statut légal en Israël, qui autorise la libre circulation entre les territoires de l’Autorité palestinienne et Israël […] Afin de prévenir un tel danger, le gouvernement a décidé, en mars 2002, de suspendre temporairement l’octroi de statut légal en Israël, y compris par regroupement familial8.

11Cet argument sécuritaire se base davantage sur des motifs idéologiques que sur un examen réel des faits. La procédure de regroupement familial avait été gelée après un attentat-suicide perpétré à Haïfa en 2002 par un Palestinien de citoyenneté israélienne. L’auteur de l’attentat en question avait pourtant obtenu la citoyenneté israélienne à la naissance et non suite à un regroupement familial. En réalité, seules six personnes parmi les 130 000 qui ont obtenu des documents israéliens à la suite d’un regroupement familial (soit 0,005%) sont réellement impliquées dans la préparation ou la conduite d’attentats perpétrés en Israël (Stein, 2004).

12Quelles que soient les raisons avancées pour en restreindre la portée, la politique du regroupement familial israélien bafoue le droit de se marier et de vivre en famille. Ce droit fondamental est pourtant garanti aussi bien par la Constitution israélienne elle-même, que par plusieurs conventions internationales ratifiées par Israël, relatives au droit international humanitaire ou à la protection des droits (Khalil, 2009).

Trois trajectoires à l’épreuve du regroupement familial

Dana : de Tyreh à Ramallah

13Dana est une femme musulmane de 39 ans, née dans un village arabe situé en Israël (Tyreh). Elle dispose par conséquent d’une carte d’identité israélienne. À 25 ans, peu de temps avant la seconde Intifada, elle commence à travailler comme journaliste à Jaffa. Du fait de sa double identité, qu’elle qualifie elle-même d’« arabe-israélienne » et de son droit à circuler librement entre Israël et la Cisjordanie, elle est envoyée en reportage pour couvrir les Territoires palestiniens. C’est justement grâce à sa liberté de mouvement que s’établissent à l’époque les liens entre Dana et son futur mari, Ibrahim, originaire et résident de Ramallah (Cisjordanie). C’est ce qu’elle révèle en évoquant leur rencontre :

  • 9 Entretien Ramallah, le 11 avril 2011.

Le journal m’envoyait souvent en reportage pour couvrir les Territoires palestiniens. Donc, c’est moi qui suis venue ici et, au cours d’un de mes déplacements, je l’ai rencontré. En fait, c’est parce que je peux venir ici qu’on s’est rencontrés. C’est grâce à moi ! [rires]9.

14Après cette première rencontre, Dana et Ibrahim ont pris le temps de se connaître lors des venues de Dana à Ramallah et se sont finalement installés ensemble sans même être mariés, un fait relativement rare en Palestine.

15À la suite du déclenchement de la seconde Intifada, le couple récemment marié ne pouvait plus prétendre au regroupement familial en Israël. Dana s’est donc définitivement installée à Ramallah, où elle a eu deux filles avec Ibrahim. Malgré les années, elle ne se sent pas chez elle dans ce qu’elle nomme « l’autre côté » et se décrit comme une « réfugiée dans son propre pays ». La séparation territoriale entre Israël et la fragmentation entre les différentes enclaves palestiniennes en Cisjordanie semblent avoir transformé sa vie quotidienne en un parcours semé d’obstacles qu’elle a physiquement intériorisés :

  • 10 Au cours des négociations d’Oslo (1993-1997), la Cisjordanie et la Bande de Gaza ont été divisées e (...)
  • 11 Entretien, Ramallah le 26 mai 2011.

La séparation, je la sens aussi dans mon corps. Ce n’est pas seulement une répartition en zones A, B, C10 ou Jérusalem, Gaza, Ramallah. À l’intérieur de toi-même, tu te sens complètement brisée, éparpillée en mille pièces […], je ressens beaucoup de stress et de violence. Je fais bien attention au moment où je dois plutôt me faire passer pour une Arabe, ou quand je dois être plutôt israélienne et comment me comporter selon les situations […], la moitié de ma mentalité est arabe, pas palestinienne, mais arabe et l’autre moitié est israélienne11.

16Dana décrit ici une ambiguïté qui est constitutive de la situation des Palestiniens ayant grandi en Israël (Sibany, 2007). Si elle a accepté de vivre à Ramallah, elle va très fréquemment en Israël que ce soit pour emmener ses deux filles à la plage ou pour se rendre quotidiennement à son travail. Ce dernier point implique néanmoins de passer beaucoup de temps chaque jour dans les transports, en raison des barrages israéliens. Aussi, c’est son mari qui prend en charge une grande partie des responsabilités familiales en emmenant leurs filles à l’école, en allant les chercher, en préparant le repas et en rangeant la maison lorsque Dana ne parvient pas à rentrer de bonne heure. Ce mode de fonctionnement était l’une des principales conditions pour que Dana reste vivre à Ramallah avec son mari, loin de son village d’origine.

Shérine ou la volonté de rester à Jérusalem

17Shérine est une secrétaire d’une quarantaine d’années qui est née, réside et travaille à Jérusalem-Est. Le cas des personnes résidentes de la Ville Sainte en couple avec une personne des Territoires occupés est plus difficile à documenter. Certaines sont contraintes de vivre dans l’illégalité et craignent les soupçons portés à leur encontre par l’administration israélienne (Loewenstein, 2006).

  • 12 United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees, l’organisme des Nations-Unies ayant (...)

18Shérine et son mari Faris se sont rencontrés dans les années 1990 alors qu’ils étaient tous les deux employés de l’UNRWA12 à Jérusalem-Est. À cette époque, l’accès à la Ville Sainte était autorisé à Faris, résident de Cisjordanie, grâce à un permis de travail. Lorsqu’ils décidèrent d’aborder la question du mariage avec leur famille, la mère de Faris s’est fermement opposée à cette union. Shérine explique :

  • 13 Entretien, Jérusalem-Est, 5 octobre 2011.

Sa famille ne voulait pas de moi. Ils voulaient quelqu’un d’autre, quelqu’un de leur entourage, pas forcément quelqu’un de la famille, mais en tout cas quelqu’un de Cisjordanie […]. Sa mère disait qu’elle avait peur de ne plus le voir si on partait vivre à Jérusalem, qu’il y avait souvent des problèmes pour aller et venir et qu’elle ne pourrait pas le voir comme elle voulait […] et puis ici, avant de se marier, il faut se renseigner sur la famille de la fille. Si la fille vient d’une famille qui vit pas loin, on peut obtenir plus facilement des informations sur elle avant le mariage13.

19Shérine et Faris se sont malgré tout mariés, avant d’entamer immédiatement une procédure de regroupement familial. Pour elle, il était inenvisageable de quitter Jérusalem et de risquer de perdre sa carte de résidente :

  • 14 Idem.

Je lui ai dit : “Écoute Faris, ça fait 30 ans que je vis à Jérusalem, d’une famille de Jérusalem, que je paye toutes mes taxes et là c’est hors de question que je laisse les Israéliens me prendre ma carte”14.

20Cette préoccupation évoquée par Shérine est partagée par la majorité des Palestiniens qui bénéficient du statut de résident permanent à Jérusalem-Est. En dépit des discriminations auxquelles ils sont confrontés (Sibany, 2007), les conditions socioéconomiques sont plus favorables que dans les Territoires occupés (Dembik et Marteu, 2009). Par ailleurs, ils bénéficient d’un certain nombre d’aides sociales (Jabr, 2004 ; Khuttab, 2007) et leur statut leur confère une liberté de mouvement leur permettant de se rendre à la fois en Israël et en Palestine.

21La demande de regroupement familial du couple s’est accompagnée de complications administratives : Faris ne pouvait alors plus se rendre à Jérusalem en attendant la décision du juge. Après quelques mois de mariage, ils ont eu successivement deux garçons. Shérine les a élevés seule à Jérusalem pendant plusieurs années, en plus de s’occuper de la gestion du foyer et d’assurer l’ensemble des dépenses. Elle rendait également fréquemment visite à son mari, demeuré seul à Ramallah après le décès de sa mère.

  • 15 Idem.

Je passais le voir pour lui apporter à manger, ramener le linge, les lessives et tout ça ; et je faisais plusieurs allers-retours par semaine. Lui, il n’avait plus personne à Ramallah. Donc je lui ramenais des repas chauds et tout ça. Et je lui prenais ses vêtements sales et les lui redéposais la fois suivante, après avoir fait la lessive à Jérusalem15.

22Quatre ans plus tard, Faris a finalement obtenu un permis de séjour temporaire au titre du regroupement familial, à renouveler chaque année. Cela lui a permis de vivre à Jérusalem-Est avec sa famille. Shérine raconte que les premiers temps n’ont pas été faciles pour elles et ses enfants, car ils avaient appris à vivre sans lui :

  • 16 Idem.

On a eu de vrais moments difficiles avec les petits quand il a eu son regroupement familial. Il fallait qu’il prenne sa place. […] Quand il est arrivé, c’était le roi qui ne s’occupait de rien. Ni les bains, ni rien, ni les préparer pour le repas, pour lui …c’était nouveau. Et moi j’étais énervée parce que j’avais attendu qu’il soit là. Quand il habitait à Ramallah, la vie de famille ce n’était que les week-ends, un jour et demi pas plus16.

23Comme elle l’explique, Faris manifeste toujours assez peu d’initiatives en tant que père. Son travail et les allers-retours qu’il fait maintenant tous les jours entre Ramallah et Jérusalem occupent une place fondamentale dans sa vie. Par ailleurs, il exprime une certaine nostalgie de sa vie sociale et affective qu’il voudrait « comme avant », c’est-à-dire avant de vivre à Jérusalem auprès de sa femme et ses enfants, et de devoir assumer son rôle de père, mari et chef de famille au quotidien.

Ala : une conjugalité à distance entre la Cisjordanie et la bande de Gaza

24Ala est un homme de trente-deux ans, originaire d’un village proche de Bethléem (Cisjordanie). Il est militant du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et travaille dans le service de communication de l’université de Birzeit. C’est justement à l’université qu’il rencontre en 1997 sa future femme, Zeina, originaire de la Bande de Gaza. Dès leur rencontre, les deux jeunes s’installent ensemble. Il explique :

  • 17 Entretien, Ramallah le 24 novembre 2011.

À cette époque, on a vécu ensemble dans le village de Birzeit sans être mariés. En tant qu’activistes, on aimait le risque. Et on avait besoin de cette relation, on prenait soin l’un de l’autre et ça c’était très important pendant l’Intifada [….] Ses parents vivaient à Gaza, donc ils ne savaient même pas qu’on vivait ensemble. Par contre, avec les gens autour, ça n’a pas été facile mais c’est vite passé […]. Ils parlaient beaucoup, la traitait de ‘pute’ et tout ça, mais après ils ont compris que c’était sérieux entre nous17.

25Après quelques années de vie commune à Birzeit, en 2005, Zeina est allée à Gaza pour rendre visite à ses parents qu’elle n’avait pas vus depuis longtemps. Lorsqu’elle désire retourner en Cisjordanie quelques mois plus tard, le franchissement du checkpoint d’Erez – qui contrôle le passage entre la Bande de Gaza et Israël – lui est refusé. Le couple, alors séparé géographiquement, décide de se marier afin d’entamer une procédure de regroupement familial.

  • 18 Idem.

26En raison de son militantisme, Ala est souvent en opposition avec sa famille. Aussi, avant d’évoquer son projet de mariage, il cherche à apaiser ses relations avec ses parents en leur expliquant vouloir se marier « selon les règles » : « j’ai trouvé Dieu, j’ai un bon travail, je veux me marier »18, dit-il pour les rassurer. Mais lorsqu’il annonce l’origine de sa future femme, ses parents la rejettent catégoriquement, lui préférant une fille de son village ou au moins de la région. Après plusieurs semaines de disputes familiales, Ala finit par épouser Zeina sans le consentement de ses parents en envoyant directement les documents du mariage au père de la future épouse favorable, pour sa part, à leur union.

  • 19 Sur cette notion voir les travaux de Youssef Courbage (Courbage et Todd, 2007) et Philippe Fargues (...)

27En dépit de leur acte de mariage et des nombreuses demandes de regroupement familial adressées à l’administration israélienne, Zeina n’a toujours pas obtenu à ce jour l’autorisation, même temporaire, de se rendre auprès de son mari en Cisjordanie. Depuis lors, les conjoints n’ont pu se voir que quelques semaines en Égypte ou à Dubaï. Zeina a donc fini par « s’installer » dans la Bande de Gaza où elle travaille pour une ONG. Sans enfant, elle vit au sein de sa famille qui surveille son comportement et sa « bonne conduite » : contrôle continu de ses allées et venues, fréquentations, tenues vestimentaires, etc. De son côté, Ala souhaiterait avoir de nombreux enfants avec Zeina. Il se dit partisan d’une « guerre des berceaux »19 et considère que chacun doit s’atteler à « peupler la Palestine ». Par ailleurs, sa grand-mère l’incite continuellement à fonder une famille malgré les obstacles.

  • 20 Entretien, Ramallah le 24 novembre 2011.

Je sais qu’elle regarde autour de moi pour voir s’il n’y aurait pas quelqu’un… elle m’a proposé de prendre une autre femme. Pas de quitter Zeina, mais de prendre une seconde femme ici pour fonder une famille et être heureux20.

28Agés aujourd’hui d’une trentaine d’années, Ala et Zeina ne communiquent que par téléphone ou Internet. Souffrant de cette situation, il explique :

  • 21 Idem.

Au début, c’était une histoire d’amour romantique. Maintenant, c’est politique. C’est une relation amoureuse politique. C’est notre choix d’être ici en Palestine et on sait que c’est difficile. C’est beaucoup d’efforts pour nous mais on doit rester ici. Ici c’est notre pays […] Si on part, ils (les dirigeants israéliens) auront gagné. On ne veut pas être ensemble à l’étranger, on veut être ensemble chez nous21.

La politique de séparation au prisme des relations conjugales

29Les trois trajectoires évoquées permettent d’illustrer l’impact de la politique de séparation au sein des parcours personnels et de la cellule conjugale et familiale. Elles éclairent de quelles manières les restrictions de mouvement sont vécues et négociées au sein des couples palestiniens ne disposant pas d’une même carte d’identité.

Politique de séparation et entrée en union

30La question du choix du conjoint et de l’entrée en union est centrale dans les trajectoires présentées. Pour les couples formés au cours de la période située entre les deux Intifadas, c’est le plus souvent le choix individuel qui prévaut (Johnson et al., 2009 ; Mitchell, 2010 ; Latte Abdallah, 2011). Cependant, ils sont confrontés à deux types de contraintes avec lesquelles ils doivent composer : les normes communautaires et les contraintes liées à la mobilité. Au sein des couples ultra muros, cette tension entre les normes socialement prescrites et les aspirations intimes se lit à travers deux types de pratiques.

31Le premier type concerne le fait de vivre ensemble avant d’être légalement mariés, comme c’est le cas dans les couples de Dana ou d’Ala. Ces modes de résidence et de conjugalité demeurent peu répandus : parmi l’ensemble des personnes rencontrées lors de mes entretiens, seuls les conjoints ayant des statuts résidentiels différents avaient vécu ensemble avant leur union religieuse. Ce faisant, ils passent outre certaines normes sociales qui imposent aux jeunes filles de préserver leur honneur en garantissant leur chasteté jusqu’au mariage. Il semblerait que ce soit « l’éloignement contraint » d’avec la région d’origine de la fille, qui permette de déplacer les limites des normes établies. En effet, comme le souligne Stéphanie Latte Abdallah (2011), ce sont fréquemment les intrusions familiales qui empêchent les couples de vivre leur relation comme ils la conçoivent. L’absence de promiscuité familiale serait alors une condition pour que les conjoints puissent négocier ensemble leur conception de l’honneur et du couple. Ainsi, l’honneur est une valeur qui évolue au cours du temps et se modifie selon les contextes de vie et les expériences migratoires (Latte Abdallah, 2006). Finalement, l’honneur repose moins sur les actes que sur les commentaires qu’ils suscitent au sein de l’entourage (Latte Abdallah, 2004).

32Le second type de pratique concerne ceux qui, comme Faris et Ala, épousent la personne de leur choix contre l’avis de leurs parents. Le renforcement du lien amoureux et conjugal comme fondement des choix individuels est un processus qui a été plus largement observé dans le monde arabe (Latte Abdallah, 2011 ; Inhorn, 2012). Le couple émerge alors comme une entité indépendante capable de s’opposer au pouvoir exercé par la famille d’origine. Dans le cas des couples ultra muros, les désaccords sur le choix du conjoint peuvent entraîner des crises familiales durables : Ala a rompu les relations avec sa famille qui n’acceptait pas Zeina, tandis que la mère de Faris a refusé d’assister à son mariage avec Shérine. De surcroît, ces désaccords entre parents et enfants heurtent les normes sociales. En effet, les objections des parents ne peuvent être considérées que comme des refus de principe. Premièrement, il existe une longue tradition de mariages préférentiels au sein de l’entourage en Palestine ou chez les Palestiniens (Tucker, 1993 ; Johnson, 2006 ; Jarallah, 2008 ; Johnson et al., 2009). En second lieu, les mères sont particulièrement investies dans le choix de la future épouse car elles sont souvent amenées à partager leur quotidien après le mariage (Abu Nahleh, 2002). En outre, des travaux ont montré que le confinement spatial causé par la politique de séparation a des conséquences importantes sur le choix du conjoint : la proximité géographique devient notamment un critère primordial (Khuttab, 2007 ; Ma’an, 2010). Les mariages consanguins ont d’ailleurs augmenté dans le gouvernorat de Jérusalem (Sayej, 2008). Comme l’expriment Bernard Botiveau et Edouard Conte, le mariage dans les Territoires palestiniens se traduit par une « sédentarité largement contrainte par le confinement spatial dû à l’occupation » (Botiveau et Conte, 2005). Cette adaptation des pratiques matrimoniales au contexte socio-politique est un phénomène récurrent. Il a déjà été mis en évidence en Palestine (Johnson, 2006) ou chez les réfugiés palestiniens (Peteet, 1991 ; Latte Abdallah, 2006).

Quand la conjugalité ne peut se vivre au quotidien

33La politique de séparation a également des effets sur la réorganisation des responsabilités familiales – domestiques et parentales. La trajectoire conjugale de Shérine est marquée par des tensions autour des questions résidentielles, mais aussi financières et parentales. Pour y faire face, elle a été contrainte de construire son indépendance économique et d’assumer l’intégralité des charges de son foyer. Le fait qu’elle exerce une activité rémunératrice et pourvoie aux besoins du ménage lui confère donc des prérogatives habituellement attribuées aux hommes (Hammami, 2002). Pourtant, elle continue de faire le ménage même dans la maison où son mari habite seul. La distribution des rôles semble alors unidirectionnelle. Si Shérine admet être en charge de fonctions assumées par les hommes, l’inverse n’est pas vrai. De même, Ibrahim effectue ponctuellement les tâches réservées aux femmes lorsque Dana rentre tard du travail, mais il s’abstient de le faire dès lors qu’elle est de retour à la maison. Cette redistribution des rôles n’est donc envisagée que de façon partielle, ponctuelle et provisoire. Lorsque Faris a obtenu le droit de vivre auprès de sa famille, Shérine a souhaité que « chacun reprenne sa place ». Elle explique :

  • 22 Entretien, Jérusalem-Est, 5 octobre 2011.

Maintenant que leur papa est là, je lui ai dit que c’est mieux si on a chacun un rôle à jouer avec les petits. Il faut qu’ils aient peur de l’un des deux. Le papa, c’est l’autorité […] La maman doit être douce, c’est vers elle que les enfants vont se confier si quelque chose ne va pas22.

34Son discours ne témoigne pas de nouvelles représentations ni de la féminité ni de la parentalité. Ces situations soulignent une intériorisation des injonctions à se conformer à un partage des tâches ; aussi, elles ne font pas disparaître les inégalités, mais les déplacent. En effet, si la politique de séparation peut susciter un nouveau modèle d’organisation des responsabilités familiales, elle ne remet pas en cause le modèle « traditionnel » qui semble, lui, profondément assimilé. C’est également ce que montre l’anthropologue Aitemad Muhanna, dans le contexte du blocus imposé par Israël sur Gaza depuis 2006. Quand bien même les hommes se retrouvent sans emploi et les femmes pourvoient aux besoins du ménage, tous récusent un changement durable des rapports de genre, arguant d’une situation qui n’est envisagée que comme provisoire (Muhanna, 2010). Il apparait en filigrane que les changements dans le statut social prescrit et acquis ne viennent pas d’une volonté de modifier les rapports de genre mais dépendent d’une réorganisation familiale contrainte par l’environnement socio-politique.

35Enfin, plusieurs types de pressions pèsent sur les conjoints qui ne peuvent pas vivre ensemble, aussi bien sur l’homme que sur la femme. Premièrement, la famille et l’entourage contrôlent le comportement des femmes dès lors que leurs maris sont absents, comme cela a été documenté chez les Palestiniennes qui endossent le rôle de « chefs de ménage » (Jad, 1999 ; Latte Abdallah, 2006 ; Ferial, 2010). C’est le cas pour Zeina, constamment surveillée par sa propre famille. Shérine rapporte également que son frère lui rendait quotidiennement visite lorsque son mari n’avait pas encore le droit de résidence :

  • 23 Idem.

Une femme seule avec ses enfants, c’est mal vu ici. Les gens vont commencer à surveiller ce qu’elle fait, qui elle voit, comment elle s’habille… Donc, c’était important que mon frère soit là, comme pour montrer qu’un homme était là pour moi23.

36Deuxièmement, les proches peuvent également inciter les hommes à se remarier avec une femme qui dispose du même statut résidentiel, en dépit des engagements conjugaux contractés. En Palestine, la masculinité est entre autres évaluée par la capacité d’assurer la descendance d’un lignage (Kanaaneh, 2002). C’est ce qui pousse la grand-mère d’Ala à lui chercher une seconde femme pour qu’il puisse avoir des enfants. Cette question du remariage est récurrente dans le cas des couples ultra muros : d’après une étude statistique, un tiers des hommes sont prêts à envisager cette solution si la procédure de regroupement familial n’aboutit pas (Abdel Majeed, 2010). On voit donc, d’une part, que l’émergence des choix individuels et conjugaux demeure tributaire de tensions sociales et familiales fortes. Ce phénomène a été préalablement mis en évidence chez les réfugiés palestiniens en Jordanie dans des situations où l’amour conjugal est perçu comme une menace au pouvoir familial (Latte Abdallah, 2011). D’autre part, ces exemples montrent que l’ordre genré persiste en dépit de la redistribution des rôles et peut même se renforcer lorsque les conjoints vivent séparément.

Usage de l’espace et nouvelles hiérarchies

37L’exemple des couples ultra muros nous montre qu’il est essentiel de prendre en considération le statut des individus et leur liberté de circulation pour comprendre les rapports qui s’articulent entre les conjoints. En effet, au sein de ces couples à l’épreuve de la politique de regroupement familial, celui qui a le rôle d’« actif » – rôle attribué traditionnellement à l’homme – est celui qui détient une carte de résident lui permettant de circuler plus aisément dans le territoire. Inversement, celui qui a le moins de liberté de mouvement peut se retrouver en position de subordination. Bien que résident temporaire de Jérusalem, Faris n’a pas le droit de conduire ni en Israël ni à Jérusalem-Est. De ce fait, il dépend de sa femme Shérine pour l’ensemble de ses déplacements en ville. En revanche, celui qui peut se déplacer peut décider de partir sans que l’autre puisse le suivre ; il peut également avoir une double vie de « l’autre côté ». Cela pourrait être le cas d’Ala s’il se remariait comme le souhaite sa grand-mère.

38Par ailleurs, celui qui peut se rendre à Jérusalem-Est ou en Israël augmente ses opportunités d’emploi et dispose souvent d’un revenu plus élevé que son conjoint. Il peut également bénéficier de plus de droits sociaux. Dana et Shérine préfèrent travailler à Jérusalem-Est en dépit des difficultés logistiques que cela représente. Elles jouissent par exemple de revenus supérieurs à ceux de leurs époux employés en Cisjordanie. Cette situation vient remettre en cause, au moins partiellement, l’un des attributs centraux de la masculinité, à savoir d’être le principal pourvoyeur financier du foyer (Hammami, 2002). Cela leur confère en outre un pouvoir décisionnel concernant les aspects financiers du ménage, pouvoir habituellement réservé aux hommes. Globalement, l’accès à l’emploi féminin au sein des couples ultra muros est particulièrement élevé : 40 % des femmes ont un emploi salarié (Abdel Majeed, 2010) contre 16 % dans l’ensemble de la population (PCBS, 2010).

39Enfin, la capacité de mobilité peut affecter la répartition des tâches domestiques au sein du couple. Chacun s’investit dans la gestion du foyer, non pas en fonction du rôle qui lui est « traditionnellement » attribué, mais en fonction de son statut administratif et des disponibilités qui en découlent. C’est ce qui se passe pour Dana et Ibrahim. Pour Dana, l’implication de son mari dans les responsabilités domestiques et parentales lorsqu’elle est absente constitue une condition sine qua non pour rester vivre avec lui en Cisjordanie.

40Aussi, la politique de séparation implique tantôt un renforcement tantôt une remise en question de dépendance entre les individus. Elle crée de nouvelles hiérarchies entre les populations. En Palestine, l’articulation des rapports entre conjoints ne s’établit pas uniquement sur le statut socio-économique et les rapports sociaux de sexe, mais repose aussi sur les différentiels de mobilité.

Conclusion

41La politique de (non) regroupement familial va à l’encontre des libertés fondamentales des populations palestiniennes occupées, parmi lesquelles celles de vivre ensemble en famille. Pour autant, en dépit de ces dispositifs, les Israéliens n’ont pas la possibilité d’empêcher complètement ni les rencontres ni les mariages entre Palestiniens domiciliés de part et d’autre des délimitations territoriales. Les individus qui s’engagent dans des unions ultra-muros s’exposent donc aux conséquences d’une politique menée délibérément à leur encontre. Ils tentent néanmoins de composer avec elle, en contournant les obstacles ou plutôt en réajustant leur quotidien en fonction d’eux. Chacun opère des choix spécifiques, d’ordre individuel, conjugal ou social, selon qu’il est homme ou femme, père ou mère de famille, proche ou éloigné de sa propre famille. Il agit aussi selon l’évolution de son statut personnel et de son régime de mobilité. Les sacrifices de ces couples optant malgré tout pour le « vivre ensemble » là où ils le désirent et non là où la politique de séparation les contraindrait à vivre, montre les entrelacs complexes entre les postures privées et politiques.

Bibliographie

ABDEL MAJEED Ayman, 2010, Impacts and Challenges Facing Palestinian Families Regarding Residency in the Palestinian Territory: An Exploratory Study with a Gender Perspective, Social and Health Studies Series, Birzeit, Palestinian Territories, Center for Development Studies, 92.

ABU NAHLEH Lamis, 2002, Preference for male and female children in marriage: who should girls and boys marry and why? Inside Palestinian Households: Initial Analysis of a Community-based Household Survey, Birzeit, Palestinian Territories, Institute of Women’s Studies in cooperation with the ICPH, 1, p. 111-122.

ABU ZAHRA Nadia, 2007, Legal Geographies in Palestine: Identity Documentation, Dispossession, Repression and Resistance Ph. D. thesis, University of Oxford.

AMNESTY INTERNATIONAL, 2005, Conflict, occupation and patriarchy: Women carry the burden, Amnesty International: 61.

ASHKAR Antigona, 2006, Perpetual Limbo. Israel’s Freeze on Unification of Palestinian Families in the Occupied Territories, Jerusalem, B’Tselem – The Israeli Information Center for Human Rights in the Occupied Territories: 65.

BOTIVEAU Bernard et CONTE Edouard, 2005, « Après Gaza ? Introduction », Études rurales, 1-2, p. 11-38.

BLANC Pierre, CHAGNOLLAUD Jean-Paul et SOUIAH Sid-Ahmed, 2007, Palestine, la dépossession d’un territoire, Paris, l’Harmattan, coll. Comprendre le Moyen-Orient.

BOURMAUD Philippe, 2013, Famille ou nationalité ? Naître palestinien à Jérusalem-Est aujourd’hui, Familles et politiques publiques dans le monde arabe. Journée d’études, avril 2013, IISMM/CEFAS, Paris.

CONTE Edouard, 2005, « L’autre mur : Mariages bannis et citoyennetés fragmentées en Israël-Palestine », Études rurales, 173/174, p. 127-152.

COURBAGE Youssef et TODD Emmanuel, 2007, Le rendez-vous des civilisations, Paris, Seuil et La république des idées.

DEMBIK Christopher et MARTEU Élisabeth, 2009, « La communauté arabe d’Israël, entre intégration et reconnaissance », Revue Averroès, 1, p. 79-87.

FARGUES Philippe, 2000, « Protracted national conflict and fertility: Palestinians and Israel in the XXth century », Population and Development Review, 26, 3, p. 441-482.

FERIAL Khalifa, 2010, Female Headed Households in the West Bank and Gaza Strip: An Inside Perspective into their Socioeconomic Conditions and Their Experience of Being Female Heads, Ramallah, Palestine, Palestinian Women Research Development Center, 44.

HAMMAMI Rema, 2002, Divisions of Labor Inside the Palestinian Households: Initial Analysis of a Community-based Household Survey, Birzeit, Palestine, Institute of Women’s Studies in cooperation with the ICPH, 1, p. 163-172.

HANDEL Ariel, 2009, Where, Where to and When in the Occupied Territories? An Introduction to Geography of Disaster, in Michal GIVONI, Sari HANAFI, Adi OPHIR (dir.), The Power of Exclusive Inclusion, New York, Zone Books, p. 179‑222.

HANIEH Adam, 2006, « The Politics of Curfew in the Occupied Territories », in Joel Beinin et Rebecca L. Stein (dir.), The Struggle for Sovereignty: Palestine and Israel 1993-2004, Stanford California, Stanford University Press, p. 324‑337.

HASS Amira, 2002, « Israel’s Closure Policy: An Ineffective Strategy of Containment and Repression », Journal of Palestine Studies, Vol. 31, 3, p. 5‑20.

INHORN Marcia Claire, 2012, The New Arab Man: Emergent Masculinities, Technologies, and Islam in the Middle East, Princeton University Press.

JABR Samah, 2004, « What Does Israel’s “Demographic Balancing Act” Hold in Store for Palestinians? », Middle East Affairs, Washington, p. 19-20.

JAD Islah, 1999, Female-Headed Households: The Global Debate and the Palestinian Context, Ramallah, Palestinian Economic Policy Research Institute, MAS.

JARALLAH Yara, 2008, Marriage Pattern in Palestine, MENA Working paper series, Population Reference Bureau.

JOHNSON Penny, 2006, « Living Together in a Nation in Fragments », in Lisa Taraki, Living Palestine: Family survival, Resistance and Mobility under Occupation, New York, Syracuse University Press.

JOHNSON Penny, ABU NAHLEH Lamis et MOORS Annelies, 2009, « Weddings and War: Marriage Arrangements and Celebrations in Two Palestinian Intifadas », Journal of Middle East Women’s Studies, 5(3), p. 11-35.

KANAANEH Rhoda Ann, 2002, Birthing the Nation: Strategies of Palestinian Women in Israel, California Serie, Public Anthropology.

KERGOAT Danièle, 2012, Se battre, disent-elles..., Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde ».

KHALIL Asem, 2009, Family Unification of Residents in the Occupied Palestinian Territory Analytic and Syntetic Notes, San Domenico di Fiesole, Euro-Mediterranean Consortium for Applied Research on International Migration, p. 19: 22.

KHUTTAB Eileen, 2007, Social and Economic Situation of Palestinian women 2000-2006, New York, United-Nations.

LATTE ABDALLAH Stéphanie et Cédric PARIZOT (dir.), 2011, À l’ombre du mur : Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes Sud/MMSH.

LATTE ABDALLAH Stéphanie, 2011, Des intimités fragiles. Les liens amoureux dans les camps palestiniens de Jordanie, 1948-2001, in Jocelyne DAKHALIA, Arlette FARGES, Christiane KLAPISCH-ZUBER et Alessandro STELLA, Histoires de l’amour : Fragilités et interdits, du Kâmasûtra à nos jours, Paris, Bayard.

LATTE ABDALLAH Stéphanie, 2006, Femmes réfugiées palestiniennes, Paris, PUF et le Monde.

LATTE ABDALLAH Stéphanie, 2004, « Le débat sur la criminalité liée à l’honneur en Jordanie : le genre comme enjeu politique et question sociale », Monde arabe Maghreb-Machrek, n°179, avril-juin, p. 29-45.

LOEWENSTEIN Jennifer, 2006, « Identity and movement control in the OPT. Palestinian displacement: a case apart? », in COULDREY et MORRIS (dir.), Refugee Studies Centre Forced Migration Review, n°26, p. 24-26.

MA’AN, 2010, Means of Displacement: Charting Israel’s colonization of East Jerusalem, Jerusalem, MA’AN Development Center.

MITCHELL Laura, 2010, Coping, Closures and Gendered life transitions: Palestinian’s Response to the Erosion of Male Breadwinning Work, Norway, FAFO, 34 p.

MUHANNA Aitemad, 2010, « Changing Family and Gender Dynamics During the Siege against Gaza: Spousal Relations and Domestic Violence », Review of Women’s Studies, n° 6, p. 40-52.

PARIZOT Cédric, 2009, « Temporalités et perceptions de la séparation entre Israéliens et Palestiniens », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, mis en ligne le 10 mars 2010, consulté le 12 février 2012. En ligne : [http://bcrfj.revues.org/index6291.html].

PARIZOT Cédric, 2010, « Séparation et régime de mobilité entre Israël et la Cisjordanie (2000-2009) : Réglementations, pratiques et acteurs », in Esther BENBASSA (dir.), Israël‑Palestine : les enjeux d’un conflit, Paris, CNRS Éditions, p. 129-146.

PCBS, 2010, Palestinian Family Survey: Preliminary Report, Ramallah, Palestine, Palestinian Central Bureau of Statistics.

PETEET Julie M, 1991, Gender in Crisis: Women and the Palestinian Resistance Movement, New York, Columbia University Press.

SAYEJ Sumaya, 2008, Baseline Survey on Impact of Separation Wall on Youth and Parent’s Perception and Practices Toward SRH and Gender relations in Jerusalem Governorate, Institution Planned Parenthood Federation Palestinian Territories, 58 p.

STEIN Yael, 2004, Forbidden Families: Family Unification and Child Registration in East Jerusalem, Hamoked et B’Tselem.

SIBANY Suha, 2007, « Les Arabes d’Israël : une minorité nationale palestinienne ? », Hérodote 1, 124, p. 79-92, en ligne : [www.cairn.info/revue-herodote-2007-1-page-79.htm].

TAWIL-SOURI Helga, 2011, « Colored Identity: The Politics and Materiality of ID Cards in Palestine/Israel », Social Text, 29(2), p. 67-97.

TAWIL-SOURI Helga, 2012, « Uneven Borders, Coloured (Im)mobilities: ID cards in Palestine/Israel », Geopolitics, 17(2), p. 1-24.

TUCKER Judith E., 1993, « The Arab Family in History: “Otherness” and the Study of the Family », in J. E. TUCKER. Blommington, Arab Women Old Boundaries New Frontiers, Indianapolis, Indiana Univ. Press, p. 195-207.

Notes

1 Le cas très spécifique des modalités résidentielles de la zone tampon (ou Seam zone en anglais) ne sera pas traité ici. Il s’agit de territoires situés entre le Mur de séparation et la Ligne Verte, déclarés « zone militaire fermée », où résidaient environ 50 000 Palestiniens en 2006.

2 J’ai choisi pour cet article trois trajectoires au sein d’un corpus d’entretiens réalisés entre janvier 2010 et décembre 2011 à Jérusalem-Est et en Cisjordanie auprès de quarante Palestiniens mariés (hommes et femmes) dont les conjoints disposaient ou non d’une carte d’identité identique – permettant ainsi de mettre en exergue la spécificité des couples n’ayant pas la même carte de résident. Aucun entretien n’a pu être conduit dans la Bande de Gaza où seuls les journalistes, les diplomates et travailleurs humanitaires sont habilités à solliciter une autorisation auprès des autorités israéliennes.

3 Voir la loi sur la nationalité et l’entrée en Israël (suspension temporaire), 5763-2003, adoptée le 31 juillet 2003.

4 Elle interdit aux citoyens israéliens n’ayant pas déposé de demande de regroupement familial avant le 12 mai 2002 et ayant épousé ou devant épouser un résident des Territoires occupés (hormis Jérusalem-Est) de résider légalement en Israël (y compris à Jérusalem-Est annexée) avec leur conjoint.

5 Dès juin 1997, le ministère de l’Intérieur annonça qu’il ne délivrerait plus de permis permettant à l’époux non résident, homme ou femme, de demeurer en Israël ou Jérusalem-Est pendant toute la période de traitement de la demande de regroupement familial. En mai 2002, les pouvoirs publics israéliens ont décidé de geler toutes les procédures de regroupement familial.

6 D’après HaMoked, une ONG israélienne de Défense des droits de l’Homme.

7 Selon Yuri Shtern, alors président de la commission des affaires intérieures de la Knesset (de 1996 à 2007), quelque 130 000 Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza sont devenus citoyens ou résidents d’Israël par regroupement familial depuis 1993.

8 Cité par Conte, 2005. Voir aussi le texte de loi, disponible dans sa version anglaise sur le site du ministère israélien des Affaires étrangères : « Israeli Legislation Regarding Citizenship and Residence Rights for Palestinian Residents of the Territories », dernier accès le 1/12/11. http://www.mfa.gov.il/MFA/Government/Law/Legal+Issues+and+Rulings/Israeli+Legislation+regarding+Citiznship+and+Resi.htm.

9 Entretien Ramallah, le 11 avril 2011.

10 Au cours des négociations d’Oslo (1993-1997), la Cisjordanie et la Bande de Gaza ont été divisées en trois types de zones appelées A, B, C. Dans les zones A, le contrôle sécuritaire et civil a été délégué à l’Autorité palestinienne ; dans les zones B, celle-ci a été chargée de l’ordre public et de la sécurité interne des Palestiniens tandis qu’Israël a conservé une capacité d’intervention pour la sécurité externe ; enfin les zones C sont restées sous contrôle israélien.

11 Entretien, Ramallah le 26 mai 2011.

12 United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees, l’organisme des Nations-Unies ayant pris en charge les réfugiés palestiniens depuis 1949.

13 Entretien, Jérusalem-Est, 5 octobre 2011.

14 Idem.

15 Idem.

16 Idem.

17 Entretien, Ramallah le 24 novembre 2011.

18 Idem.

19 Sur cette notion voir les travaux de Youssef Courbage (Courbage et Todd, 2007) et Philippe Fargues (Fargues, 2000).

20 Entretien, Ramallah le 24 novembre 2011.

21 Idem.

22 Entretien, Jérusalem-Est, 5 octobre 2011.

23 Idem.

Auteur

Centre population et développement (CEPED), Université Paris Descartes, IRD, Paris

© Presses universitaires de Provence, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540