Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Israël/Palestine, l'illusion de la séparation

 | 
Stéphanie Latte Abdallah
, 
Cédric Parizot

Économie des mobilités informelles

L’oléiculture palestinienne au pied du Mur

Les acteurs sociaux-économiques face aux dispositifs de séparation israéliens en Cisjordanie (2000-2012)

Arnaud Garcette

Texte intégral

1L’abondante littérature sur les fonctions symboliques et politiques de l’olivier, façonnées par le conflit israélo-palestinien (Pirinoli, 2005 ; Abufarha, 2008 ; Braverman, 2009), révèle le caractère extrêmement sensible de l’oléiculture en Palestine. L’olivier est ainsi très souvent présenté comme un emblème de l’injustice et du déracinement que subit la société palestinienne sous occupation. On ne saurait exagérer les impacts, dramatiques et largement médiatisés, des incidents qui opposent les militaires ou les colons israéliens aux oléiculteurs. Rappelons à titre d’exemple que 1 639 030 arbres ont ainsi été arrachés dans les Territoires palestiniens, dont 547 996 oliviers, entre 2000 et 2008 (PMoA, 2008), pour une perte estimée à 138 millions de dollars par an (Arij, 2011). Pour autant, les transformations plus profondes des dimensions socio-économiques de ce secteur sont trop peu appréhendées. Comme l’expliquent Bernard Botiveau et Édouard Conte, 

on verra quantité d’images de l’arrachage des oliviers mais on n’apprendra rien sur les transformations de l’économie oléicole ou sur celles de la structure des communautés qui l’organisent. (Botiveau et Conte, 2005)

2En effet, en dépit des contraintes sociopolitiques, le secteur oléicole reste l’un des moteurs de l’économie palestinienne. Il génère près d’un quart du PIB agricole et procure des revenus à près de 100 000 familles productrices, essentiellement en Cisjordanie. De plus, ce secteur agricole a parfois recouvert une fonction essentielle d’amortissement lors de chocs économiques. On a pu l’observer avec la « re-ruralisation » de la société palestinienne suite à la première et à la seconde Intifada (1987-1993 ; 2000-2004), ou à l’occasion de la crise budgétaire de l’Autorité palestinienne en 2006-2007 (Farsakh, 2005 ; Mansouri, 2007).

3Ce chapitre traite de la façon dont les acteurs du secteur oléicole palestinien composent avec les restrictions de mobilité. Dans un premier temps, j’étudierai les répercussions des mécanismes de contrôle israéliens sur le développement oléicole en Cisjordanie. Je montrerai que le confinement de la population auquel ils conduisent bouleverse pour les Palestiniens le rapport des Palestiniens à l’espace, au temps, mais aussi à la gestion des plus élémentaires pratiques socio-économiques de leur quotidien. Je montrerai dans un second temps que les acteurs œuvrent pour rétablir des marges de mobilité, pour eux sinon pour leurs marchandises. Pour composer avec les contraintes créées par la politique israélienne de séparation, ils sollicitent l’entremise d’acteurs très divers. Je mettrai l’accent sur les rapports de pouvoir et de dépendance qui en résultent.

  • 1 Voir également la thèse de doctorat dont est issu cet article (Garcette, 2015).
  • 2 « Aussi spectaculaire soit-elle, l’édification de murs n’interrompt pas les mobilités et elle est m (...)

4En dépassant l’actualité événementielle du secteur de l’olivier en Palestine, cet article vise à interroger la capacité de résilience des acteurs palestiniens qui s’efforcent de pallier, contourner, voire exploiter les dispositifs de contrôle et de séparation1. En effet, dans les Territoires palestiniens comme ailleurs, les murs et les dispositifs associés agissent comme un « appel à la transgression »2 qui suscite à la fois une redistribution des rôles entre les acteurs et une informalisation des pratiques et des flux économiques. Si l’occupation confisque aux Palestiniens la maîtrise de leur environnement collectif, elle n’annihile pas leur capacité à réorienter, même de façon précaire, leurs trajectoires socio-économiques personnelles. Partant de l’étude des transformations des pratiques oléicoles sous l’effet de la politique de séparation, ce travail ouvrira plus globalement sur une analyse de « l’économie de la séparation » dans l’espace israélo-palestinien et sur les relations entre les différents acteurs de cet espace. Il montrera que ce qui est en jeu depuis les années 2000 n’est pas une séparation entre deux territoires, mais une hiérarchisation des populations en fonction de leur rapport à l’espace et au temps.

Le confinement des Palestiniens, un obstacle au développement de la filière oléicole

5Les restrictions de mouvement imposées aux Palestiniens sont trop souvent analysées à l’aune du nombre d’obstacles physiques qui obstruent les routes de Cisjordanie, sans en révéler réellement les répercussions profondes, notamment pour le commerce et le mouvement des marchandises. La fragmentation territoriale causée par les obstacles à la mobilité dans les Territoires palestiniens limite pourtant sévèrement l’émergence d’une dynamique entrepreneuriale individuelle ou collective.

Les structures productives et commerciales face au confinement spatial en Cisjordanie

Le Mur de séparation construit depuis 2002 est certainement le plus connu et le plus médiatique des dispositifs de contrôle mis en place par Israël (parmi les colonies, bases militaires, zones industrielles, routes de contournement, checkpoints…). Il matérialise une politique de séparation initiée par Israël dès la première Intifada (1987) et entérinée par les Accords d’Oslo (1993), mais qui se présente sous un jour radicalement différent depuis les années 2000 (Latte Abdallah et Parizot, 2011).

Sur le terrain, ce Mur prévu pour s’étendre sur plus de 700 km transforme profondément et durablement la topographie du territoire. À terme, environ 85 % de son tracé devraient se situer à l’intérieur de la Cisjordanie, séparant ou enclavant près de 12 % des Territoires palestiniens (World Bank, 2007) et, notamment, un grand nombre de puits et d’importantes surfaces de terres agricoles palestiniennes parmi les plus fertiles.

  • 3 Soit près de 10 % des oliviers des Territoires palestiniens.

Le Mur bouleverse l’accès des agriculteurs aux terres qui se situent dans la seam zone –comprise entre le Mur et la Ligne verte – au sein de laquelle sont plantés près d’un million d’oliviers3. Pour accéder à ces parcelles, les fermiers doivent obtenir un « permis visiteur » – valable de quelques jours à plusieurs mois – auprès des autorités militaires israéliennes. Ce permis est refusé en moyenne une fois sur quatre (Braverman, 2009), et certaines régions sont plus affectées que d’autres : par exemple à peine 45 % des demandes sont satisfaites à Jénine et Tubas (OCHA, 2011). En effet, l’obtention d’un permis est particulièrement contraignante et impose de satisfaire les critères de sécurité imposés par Israël (OXFAM, 2010). Ces critères sont peu explicités et les refus rarement justifiés. Comme il est impératif de présenter un titre nominatif de propriété, les bénéficiaires des permis accordés sont souvent des propriétaires très âgés, qui ne sont plus en capacité d’exploiter eux-mêmes leurs terres. Les fermiers se voient également contraints de moduler leur façon de produire en se contentant des rares machines agricoles autorisées à franchir les portes agricoles. Beaucoup d’agriculteurs renoncent à déposer une demande de « permis visiteur », soit par principe, soit par découragement. Finalement, 60 % des familles propriétaires dans la seam zone n’y ont plus accès depuis la construction du Mur (World Bank, 2008). On peut dès lors considérer avec Ariel Handel que les checkpoints et autres dispositifs de contrôle visent moins à réguler les mouvements qu’à les minimiser et à les circonscrire (Handel, 2010). Cette politique « spaciocide » (Hanafi, 2005) s’apparente au principe du jeu de Go, dans lequel l’objectif est non pas d’éliminer l’adversaire mais de l’immobiliser, en bloquant les points clés de la matrice des accès (Fouet, 2002, p. 25).

  • 4 Par exemple, certains checkpoints utilisent des chiens renifleurs pour détecter des traces éventuel (...)

Les dispositifs de contrôle ont également un impact direct sur les pratiques commerciales. Ils entravent les échanges vers et via le marché israélien, privant par exemple les producteurs d’huile d’olive d’importants marchés de consommation historiques, comme ceux des Palestiniens d’Israël ou de Gaza. Ils nuisent également à la compétitivité de la filière palestinienne. D’une part, ils réduisent les économies d’échelle possibles. Le développement agricole est condamné à une rentabilité médiocre car circonscrit au sein d’espaces non extensibles (World Bank, 2008). De plus, les espaces de commercialisation sont segmentés (FAO, 2009) : ainsi durant la seconde Intifada, des centres régionaux de commercialisation (Beita, Qabatia…) se sont peu à peu substitués aux grands centres nationaux de vente et de distribution des produits (Naplouse, Hébron, Jéricho) pour faire face à la fragmentation des territoires. Malgré une amélioration relative de la situation depuis 2009, plusieurs centaines de kilomètres de routes sont toujours inaccessibles aux Palestiniens en Cisjordanie, car réservées aux Israéliens. D’autre part, ces dispositifs génèrent un surcoût. Seuls six points de passage ont été prévus le long du tracé du Mur pour le transport des marchandises vers Israël, régis par une procédure complexe et coûteuse (Garb, 2011). Le poids du transport interne et des logistiques d’exportation pèse anormalement dans le coût de revient : détour des voies d’approvisionnement pour transiter par un point de passage imposé, contraintes « sécuritaires » imposées par Israël pour l’emmagasinement et le chargement des camions4, attente avant et pendant les inspections de sécurité, etc. Les opérations aux points d’exportation ne peuvent être assurées que par les seules entreprises israéliennes, qui facturent leurs services aux sociétés palestiniennes. Ces surcoûts sont estimés par la société oléicole palestinienne Canaan Fair Trade à environ 800-1 000 dollars par chargement exporté, en sus des frais inhérents à un processus d’exportation habituel.

Confinement temporel des Palestiniens

Le confinement des Palestiniens n’est pas uniquement spatial, il est aussi temporel. Toutes les sphères du cycle de l’olivier sont affectées par ce phénomène car les restrictions de mouvement peuvent imposer un nouveau rythme voire suspendre les activités oléicoles de manière ponctuelle. Les permis d’accès à la seam zone, au-delà du Mur de séparation, rythment la vie des fermiers palestiniens : heure de réveil, plage horaire accordée à la journée de travail, nombre de jours autorisés pour la récolte, etc. Rappelons qu’il est interdit de passer la nuit sur place, même si le terrain est éloigné du domicile du fermier. Par ailleurs, la cueillette est à tout moment susceptible d’être perturbée par les interventions de colons (arrachage, incendie, coupe, vol), dont la récurrence a encore significativement augmenté durant les dernières saisons (OCHA, 2011). Enfin, les bouclages complets des Territoires, régulièrement proclamés par les autorités israéliennes à l’occasion de fêtes juives ou en cas de « menaces sécuritaires », affectent l’organisation de la production comme de l’exportation.

  • 5 Caroline Abu Sada explique ainsi que l’ONG agricole PARC s’est convertie durant la seconde Intifada (...)

Selon Véronique Bontemps, « l’imposition d’un principe d’incertitude et d’une attente forcée est perçue par les Palestiniens comme aliénante et humiliante, reflétant la maîtrise d’une temporalité dominante sur leur temps dominé ou ‘exproprié’ » (Bontemps, 2012a, p. 3). Le temps devient en effet une nouvelle commodité dont les Palestiniens sont privés (Peteet, 2008), condamnés qu’ils sont à évoluer dans une perspective de court terme, rythmée par le seul agenda israélien5 (Abu Sada, 2007). Collins se réfère à la notion de dromocratie – du terme grec ancien dromos qui signifie la course ou la vitesse – pour illustrer ce phénomène : la maîtrise du temps apparaît comme un des moyens d’expression du pouvoir et de la supériorité des Israéliens sur les Palestiniens (Collins, 2008). L’horizon temporel de la production oléicole est bouleversé, sans respect pour les exigences des saisons ou les pratiques culturales et culturelles des agriculteurs (Meneley, 2008). Le terme biologique d’« hétérochronie », signifiant la modification de la durée et de la vitesse du développement d’un organisme, peut caractériser ici la capacité des dispositifs israéliens à circonscrire l’évolution des structures sociales et économiques palestiniennes.

La société de commercialisation Mount of Green Olive offre une bonne illustration des ajustements des pratiques commerciales palestiniennes aux contraintes d’exportation. Ainsi, ses camions sont chargés de 2 à 6 palettes d’huile et acheminés à proximité des points de passage la veille de leur franchissement. Par exemple, les checkpoints commerciaux rouvrent le dimanche matin après une journée de fermeture pour la célébration du Shabbat. Le chauffeur de la société dort sur place et se réveille vers 5h30 du matin pour arriver parmi les premiers aux contrôles de sécurité et éviter les fortes affluences consécutives aux fermetures temporaires ou prolongées des points de passage. Il s’assure ainsi que malgré les retards prévisibles, la marchandise destinée à l’Europe ou aux États-Unis passera le checkpoint avant sa fermeture et atteindra le port d’Ashdod avant 15 h, sans quoi son stockage pour la nuit sera facturé au prix fort à la compagnie. De plus, la société organise la planification annuelle de ses exportations pour qu’elles aient lieu en dehors des périodes marquées par de nombreuses fêtes religieuses juives, notamment aux mois d’avril, septembre et octobre.

Le ralentissement qu’imposent les dispositifs de contrôle israéliens affecte la filière oléicole, à la fois en termes de qualité et de compétitivité. Tout d’abord, la filière peine à atteindre un niveau de production extra-vierge, car celui-ci est extrêmement sensible au temps (rapidité d’accès aux presses, respect minutieux de la maturité des olives…). Certaines marchandises agricoles, à commencer par l’huile d’olive, sont particulièrement vulnérables à des temps d’attente dans des conditions inadaptées (en plein air, non protégées du soleil et des intempéries, etc.). Un tiers des exportateurs palestiniens a déjà déploré un endommagement de sa marchandise au cours de la phase de transfert (Haj Khalil, 2008). Par ailleurs, le ralentissement diminue la réactivité du producteur et donc sa capacité à intégrer la dynamique soutenue imposée par la globalisation du marché :

Alors que toutes les entreprises acceptent et tiennent compte d’une certaine mesure du risque, l’incertitude peut paralyser une industrie à l’export qui peine déjà à atteindre et concurrencer les marchés mondiaux. (PALTRADE, 2010, p. 7)

Les producteurs palestiniens ne sont pas en mesure de garantir les délais de livraison, pour lesquels les clients se montrent de plus en plus exigeants. C’est un handicap supplémentaire au sein d’une forte concurrence internationale oléicole, portée par la vigueur des marchés historiques (Espagne, Italie, Maghreb) et l’apparition de nouveaux marchés (Chine, Australie, Amérique latine…).

L’impossible routinisation des activités quotidiennes

6Les Palestiniens sont soumis quotidiennement à une superposition complexe de réglementations juridiques différentes, issues des systèmes ottoman, mandataire britannique, jordanien, israélien ou encore palestinien (World Bank, 2008). Cette juxtaposition des cadres légaux laisse certes apparaître plusieurs marges de manœuvre, mais accentue aussi le contexte d’incertitude en générant des injonctions contradictoires. L’absence de règles écrites et stables est non seulement perçue par les Palestiniens comme un moyen de contrôle, mais elle est également utilisée comme telle par les Israéliens (Petti, 2008a, 2008b ; Parizot, 2009 ; Handel, 2010). Ces derniers se servent de cet arbitraire comme d’un moyen de confiner l’organisation personnelle et collective dans un processus de tâtonnement précaire et de réajustements permanents. Les Palestiniens évoluent ainsi dans une forme élevée d’hétéronomie (Bontemps, 2012b), cette incapacité à se donner ses propres lois et à se régir d’après elles. Ils ne sont plus complètement maîtres de leurs trajectoires socio-économiques, mais restent au contraire à la merci de l’évolution exogène et erratique de la situation façonnée par les Israéliens sur le terrain.

7Azmi Bishara souligne dans un roman sur le « pays des check-points » qu’en Palestine, la seule routine possible est faite de changements permanents (Bishara, 2004), nécessitant de réorienter sans cesse l’organisation des rendez-vous, des mobilités pendulaires ou des loisirs, en fonction des derniers obstacles rencontrés sur le terrain. Ainsi, « la seule certitude mise en avant par les acteurs est paradoxalement celle de l’incertitude » (Romani, 2005, p. 259). L’imprévisibilité des déplacements bouleverse en effet l’appropriation d’un rapport espace/temps. Si l’on admet avec Michel de Certeau (De Certeau, 1990) que la routine permet de stabiliser un espace quotidien, alors l’absence ou la confiscation de cette routine viennent insécuriser les pratiques économiques et sociales les plus élémentaires. Riccardo Bocco parle d’ailleurs de processus multiformes d’« insécurisation » des conditions de vie de la population palestinienne (Bocco, 2005). Ces dispositifs conduisent in fine les Palestiniens à organiser leur propre auto-confinement : ils renoncent à entreprendre quelle que soit la situation, celle-ci pouvant à tout moment se dégrader.

8En témoignent ces taxis qui continuent d’échanger leurs passagers de part et d’autre d’un check-point, même après sa réouverture aux voitures, car ils craignent que celui-ci ne soit refermé à nouveau (Handel, 2010, p. 270). De même, certains paysans restent chez eux malgré la fin d’un couvre-feu, de peur de rencontrer des soldats ou colons, mais aussi par crainte qu’un autre couvre-feu ne soit déclaré de façon impromptue (OXFAM, 2002). Enfin, on observe un repli géographique du champ d’activité des fermiers de Qalqilya ou Tulkarem, au nord de la Cisjordanie. Ces derniers ne s’aventurent guère sur les marchés du sud (Hébron, Bethléem) par réticence à développer des liens commerciaux qui peuvent péricliter au moindre blocage, la distance accentuant le risque de séparation d’avec ces régions éloignées (Mas, 2005).

9On pourrait considérer qu’à l’échelle de la population palestinienne, le risque d’une confiscation ou d’une attaque de colons encouru par un fermier est relativement faible, et donc penser que l’impact sur ses pratiques doit être négligeable. Mais, comme le rappelle Benoît Lallau (Lallau, 2008, p. 179), il ne suffit pas aux chercheurs ou aux décideurs de connaître l’intensité ou la probabilité d’occurrence d’un risque pour en anticiper l’effet sur la prise de décision d’un individu. Il faut prendre en compte la façon dont ce risque est vécu et amplifié par l’individu qui y est exposé, et qui agit donc en conséquence comme s’il s’agissait pour lui d’une menace permanente.

10Ce puissant frein à l’activité économique s’illustre particulièrement dans le secteur oléicole. D’ambitieux programmes ministériels et associatifs encouragent depuis quelques années une « révolution » oléicole nationale, basée sur un triple objectif de promotion de la quantité, de la qualité, et de la commercialisation. Cela nécessite peu d’investissements, mais une forte mobilisation des fermiers dans la durée, comme l’explique Thomas Cazalis, directeur du programme oléicole au Palestinian Farmers Union (PFU) :

  • 6 Entretien avec Thomas Cazalis, directeur du programme oléicole au Palestinian Farmers Union, 25 avr (...)

Le message du PFU, c’est : avec peu d’investissement, on peut révolutionner le secteur oléicole palestinien, en s’alignant sur une production d’excellence qui ouvrirait l’accès aux marchés extérieurs. C’est juste que ça prend du temps. Or le temps, les Palestiniens ne l’ont pas. Il faut environ 5 à 6 années pour que les changements culturels s’opèrent et que l’adoption des bonnes pratiques produise ses effets. Mais la Palestine ne bénéficie jamais de 5 années de stabilité successives ! Le fermier rechigne donc à initier les investissements nécessaires6.

11Les Palestiniens sont confrontés à une forme d’instabilité ontologique, et par conséquent ne sont guère encouragés à entreprendre une transformation de leurs pratiques agricoles. C’est également le constat établi par la Banque Mondiale face aux incertitudes permanentes qui caractérisent les Territoires palestiniens :

Si les producteurs ne sont pas sûrs de pouvoir disposer librement de leurs olives, ils ne seront pas disposés à faire les investissements nécessaires et continueront une stratégie à faible risque de production d’huile en vrac et de faible qualité. (World Bank, 2006, p. 4)

12Si les mécanismes de contrôle israéliens génèrent des formes spécifiques d’usage de l’espace et du temps, ils conduisent également les Palestiniens à des formes spécifiques de pratiques économiques qui doivent tenir compte de cette instabilité. Ainsi, certains agriculteurs changent de production au profit de cultures parfois moins rentables mais plus résistantes aux blocages des territoires et allongement des délais de transport. Dans la seam zone, les producteurs délaissent par exemple les nectarines et les raisins, qui demandent trop d’entretien, pour d’autres productions moins exigeantes mais moins rentables (OCHA, 2011). Enfin, de nombreux oléiculteurs préfèrent vendre à bas prix à des négociants privés immédiatement après la presse, plutôt que d’attendre les commandes plus rémunératrices mais aussi plus tardives passées par les circuits du commerce équitable en fin d’année.

13Les dispositifs israéliens en Cisjordanie génèrent donc des effets directs et indirects qui constituent autant de puissants facteurs limitant le développement oléicole. Ils tendent surtout à déstabiliser les pratiques économiques en privant les Palestiniens d’une appropriation de leur espace, de leur temps et de leur routine. Pour autant, considérer ces dispositifs comme des obstacles infranchissables et définitifs, ce serait sous-estimer la capacité des Palestiniens à s’adapter, en contournant ou en exploitant ces dispositifs de séparation. En effet, une analyse à l’échelle micro-économique révèle des phénomènes qui questionnent l’efficacité des dispositifs de contrôle et en soulignent la complexité. Les Palestiniens tentent d’intégrer cette déstabilisation dans l’organisation de leurs activités productives et commerciales. Ils cherchent à pallier les obstacles aux mouvements dont ils sont eux-mêmes l’objet, en assurant à leurs marchandises une mobilité plus grande. Ces ajustements entraînent des reconfigurations des relations entre les acteurs, au sein de la Cisjordanie et à l’extérieur.

Nouvelles pratiques économiques, nouvelles relations sociales et politiques

14Certains Palestiniens ont développé de nouvelles pratiques socio-économiques pour exploiter les marges de négociation et d’adaptation qu’ouvre la mise en œuvre de la politique de séparation. Ceux qui possèdent les contacts clés, la maîtrise des langues ou l’« expérience du passage » parviennent à s’ajuster et, ainsi, se démarquent des autres, pourtant confrontés au même dispositif de contrôle. Ce phénomène suscite de nouvelles inégalités, une nouvelle hiérarchisation des statuts, mais, in fine, il renforce globalement le lien de dépendance à Israël.

  • 7 On distingue ainsi une multitude de statuts et donc de régimes de mobilité différents selon qu’il s (...)

15En effet, en cherchant à poursuivre leurs activités économiques et sociales, les Palestiniens sont contraints de faire appel à des acteurs divers, à mobiliser ce que j’appellerai des « entremetteurs ». Ces derniers sont soit des Israéliens, soit des acteurs bénéficiant d’une position privilégiée au sein de la pyramide de statuts issus de la matrice de contrôle israélienne7. Ces différentiels ont permis l’apparition d’une forme de « marché d’intermédiaires », articulé autour de relations de solidarité, mais aussi d’intérêts, de clientélisme et de patronage. De là émerge une nouvelle économie des relations restructurant les rapports de pouvoirs entre ces acteurs, qu’ils soient Palestiniens, Israéliens ou internationaux.

Entre acteurs palestiniens

Avec l’accroissement des dispositifs de séparation depuis le début des années 2000 sont apparues de nombreuses formes d’intermédiation entre Palestiniens, aussi bien dans les domaines productifs ou commerciaux qu’institutionnels de l’économie.

  • 8 2 shekels équivalent environ à 50 centimes d’euro. Les noms propres ont été modifiés.
  • 9 Pour une autre illustration de ce phénomène, voir l’analyse du nouveau rôle joué par les petits tra (...)

Le processus d’intermédiation renvoie tout d’abord au champ de la production, comme l’illustrent les fermiers privés d’accès à leurs terres. Ils en confient l’entretien et la récolte à des métayers disposant d’un permis de mobilité, en échange du partage des revenus de l’exploitation. La fragmentation des circuits productifs s’ajoute alors à celle des différentes étapes des circuits de distribution. En matière de transport des marchandises, il arrive fréquemment qu’un producteur ait recours à un Palestinien de Jérusalem ou à un autre détenteur de permis adéquat, pour acheminer sa production jusqu’aux marchés de la Ville Sainte ou d’Israël. Parfois, un simple réseau de contacts peut suffire pour exercer la fonction d’intermédiaire. À Qarawa Beni Zeid, un des membres de la coopérative oléicole ne possède ni permis de mobilité, ni même oliviers. Il gagne en revanche sa vie en prélevant deux shekels8 sur chaque kilo d’huile d’olive du village qu’il revend à des contacts à Haïfa ou Nazareth. Les bonnes années, il fait transiter près de 10 tonnes d’huile en Israël, grâce à des relations qu’il y a conservées depuis son travail d’ouvrier dans les années 1990. Il tire ainsi profit des réseaux commerciaux informels qu’il a mis en place et que les autres producteurs ne sont plus en mesure d’établir eux-mêmes en raison de la séparation. Par ailleurs, les fermiers reposent de plus en plus sur leurs transporteurs – qui sont les seuls à rencontrer le client –, pour négocier les prix et établir les contrats en leur nom, en échange d’une commission prélevée sur chaque transaction. Cette position d’intermédiaire permet aux transporteurs d’exercer un pouvoir croissant au sein de la chaîne de commercialisation des produits (FAO, 2009). Tout le monde est potentiellement concerné par cette redistribution des rôles, en fonction du moment donné, de la nature de l’action envisagée ou du statut des acteurs impliqués9.

  • 10 Elles ne représentent pas moins de 60 % du territoire de la Cisjordanie.
  • 11 Anciennement le Parti communiste palestinien, jusqu’en 1982.

Enfin, le champ institutionnel est également concerné. La dislocation des espaces de souveraineté implique une fragmentation des politiques publiques et des acteurs qui les conduisent. Les zones B ou C, notamment, ont été placées depuis les accords d’Oslo sous contrôle partiel ou total des Israéliens, et la présence de l’Autorité palestinienne n’y est pas toujours tolérée10. Elle doit alors confier la réalisation de projets agricoles qui lui incombent à des ONG locales, telles PARC ou UAWC, qui disposent d’une marge de manœuvre plus importante. Celles-ci assurent également des programmes conjoints entre la Cisjordanie et la Bande de Gaza, grâce à leurs nombreux relais implantés sur place, tandis que l’Autorité palestinienne se retrouve tiraillée entre son rejet par le Hamas et les rares permis d’accès accordés par Israël aux membres de ses ministères. Ces ONG font donc converger une grande partie des fonds des bailleurs ou du gouvernement pour assurer elles-mêmes la mise en place de routes agricoles, d’aides sociales aux fermiers ou des réseaux de canalisations. Ces acteurs privés se transforment en une sorte de relais de l’action publique. Ils en retirent un certain statut social et politique synonyme de pouvoir sur la scène palestinienne. Ce « capital sympathie » peut être mis au service des partis politiques respectifs auxquels ces organisations sont associées (Abu Sada, 2007). À titre d’exemple, l’ancien ministre de l’Agriculture, Ismail Deik, était auparavant directeur du Palestinian Agricutural Relief Comitee (PARC), la plus grosse ONG agricole des Territoires palestiniens, adossée au Parti du Peuple Palestinien11.

Entre acteurs palestiniens et citoyens israéliens

16L’adaptation économique des Palestiniens au renforcement des dispositifs de contrôle nécessite de plus en plus de recourir à des pratiques d’intermédiation faisant appel à des citoyens israéliens, du fait de la dépendance forcée qui leur est imposée. Ainsi, de nouvelles pratiques de partenariat économique « transfrontalier » viennent questionner ou nuancer le processus de séparation annoncé par Israël. On a vu que l’entremise peut relever de la sphère formelle, avec le système de back-to-back. Plusieurs milliers d’exportateurs potentiels sont contraints de décharger leurs marchandises à l’un des six points de passage commerciaux à la sortie de la Cisjordanie. Ils doivent alors les confier après contrôle à des transitaires israéliens – qu’ils soient juifs ou arabes –, rémunérés pour assurer leur transport final avec un deuxième camion jusqu’aux marchés de consommation extérieurs d’Israël et du reste du monde.

17L’intermédiation renvoie également à une dimension informelle. Les Palestiniens d’Israël jouent notamment un rôle prépondérant dans le transit de l’huile depuis les moulins palestiniens vers ou via les marchés israéliens, en dehors de tout système de comptabilité ou de traçabilité israélienne comme palestinienne. Ainsi, la réouverture en 2009 aux Palestiniens d’Israël du checkpoint de Jalameh a coïncidé avec un fort regain d’activité du marché oléicole dans la région de Jénine au nord de la Cisjordanie. Sur les 1 200 véhicules privés qui passent désormais quotidiennement ce point de passage (PALTRADE, 2010), nombreux sont ceux qui, durant la saison des récoltes, vont s’approvisionner en huile directement aux moulins. La minorité samaritaine est également mobilisée pour diverses activités de sous-traitance. Cette petite communauté répartie entre les hauteurs de Naplouse en Cisjordanie et Holon en Israël, peut obtenir de plein droit la citoyenneté israélienne et dispose ainsi d’une totale liberté de mouvement de part et d’autre de la Ligne verte. Leurs services d’approvisionnement ou d’acheminement de produits sont donc très recherchés par les habitants de Cisjordanie coupés d’accès en Israël (Bontemps, 2012b). Les Samaritains bénéficient ainsi d’un statut assez confortable du fait de cette véritable rente de situation, très lucrative. Enfin, les chauffeurs de taxi hiérosolymites, relativement moins contrôlés aux checkpoints, assurent le transport régulier de petites quantités de marchandises (bidons d’huile, objets pieux en bois d’olivier…), depuis la ville de Bethléem jusqu’aux marchés de la Ville Sainte. En tout, lors des bonnes saisons, ce sont plusieurs milliers de tonnes qui sont écoulés en Israël en grande partie grâce à ces canaux informels qui ne font l’objet d’aucun recensement statistique.

18D’autre part, les procédures d’exportation ou les passages de check-points, qui s’avèrent incertains, longs ou coûteux, incitent parfois un producteur palestinien à recourir aux services payants de colons israéliens. Ces derniers monnayent de temps à autre leur rôle de transporteurs ou de simples prête-noms, en permettant le transit discret et sans complications de la marchandise entre les différents territoires. Ces entremises se font tantôt de manière improvisée et ponctuelle, tantôt au contraire s’inscrivent dans des réseaux de passeurs extrêmement organisés, sous la tutelle d’« entrepreneurs de la frontière ». Ces derniers deviennent alors en quelque sorte des « autorités régulantes », en mesure d’autoriser ou de faciliter le passage de telle personne ou de tel bien (Parizot, 2006, 2010a ; Natsheh et Parizot, 2011). Ces passeurs exercent un pouvoir évident à l’égard de ceux qui ont recours à leurs services, en octroyant ou en rétablissant une marge de mobilité individuelle, si précieuse dans les Territoires palestiniens.

Recours aux acteurs internationaux

19L’ajustement des Palestiniens aux contraintes locales implique aussi la sollicitation d’acteurs étrangers. En se posant comme des facilitateurs externes au conflit, ces derniers internationalisent les processus d’adaptation aux restrictions de mouvement.

20Les fidèles et membres étrangers du clergé jouent un rôle non négligeable en termes d’acheminement local ou international des produits palestiniens. Sur le Mont des Oliviers à Jérusalem, c’est un prêtre espagnol qui apporte chaque année la récolte des célèbres arbres millénaires depuis les jardins de Gethsémani jusqu’à une presse de Ramallah, réputée meilleure et moins chère que celles de Jérusalem. Son double statut de prêtre et d’étranger en « Terre Sainte » lui assure un passage des check-points plus facile que pour les ouvriers palestiniens employés sur place. Les vastes réseaux de fidèles constituent également des relais d’acheminement ou de débouchés commerciaux, comme l’illustrent ces paroisses françaises qui servent régulièrement de points de vente pour l’huile d’olive de Palestine. Elles en commandent parfois par conteneurs entiers, à la suite d’un pèlerinage ou dans le cadre d’une coopération engagée sur le long terme.

  • 12 Les noms propres ont été modifiés.

21Dans un village palestinien près de Jérusalem situé à l’est du Mur de séparation, des volontaires français sont envoyés par la Coopération Catholique pour le Développement, au service de la paroisse latine et de sa société oléicole Olive Tree Company12. À leur arrivée, on leur confie souvent la charge du transfert local des marchandises, huiles d’olive, encens, bougies… C’est ce que m’expliquait l’un d’entre eux à l’été 2011 :

Pour ne pas être inquiété aux checkpoints, il faut passer en plusieurs fois mais avec un nombre limité de colis, dans une voiture banalisée pas trop chargée. C’est un boulot pour moi car je passe plus facilement : j’ai une gueule de Russe, donc les soldats me prennent pour un colon et ne m’arrêtent pas. Je dois ensuite décharger, repasser avec la jeep et recommencer. Je livre aussi parfois à des paroisses de Bethléem en coupant directement à travers Jérusalem, ce que les Palestiniens ne peuvent pas faire. En fait, le volontaire français, il est là pour mettre de l’huile dans les rouages, par le fait même d’être étranger. Je permets de passer pas des voies plus faciles, de contourner l’obstacle. Au final, j’aide à composer avec la légalité israélienne.

22Au niveau institutionnel, les bailleurs et les représentations diplomatiques étrangères intercèdent régulièrement auprès des autorités israéliennes en faveur des Palestiniens. Ils interfèrent tout d’abord pour obtenir les garanties nécessaires à la mise en œuvre de projets de développement tributaires du bon vouloir de l’administration militaire. Les bailleurs sont également sollicités ex post pour faire pression en cas d’incidents constatés avec des forces israéliennes au sujet de projets agricoles qu’ils ont financés (destruction de serres, de citernes ou de puits). L’intermédiation relève alors davantage du champ politique. Enfin, les consulats ou ambassades permettent chaque année à des producteurs palestiniens d’obtenir un permis pour participer à une formation en Israël ou pour venir vendre leur huile sur les marchés de Noël de Jérusalem. 

  • 13 Voir, entre autres, Association France-Palestine Solidarité (AFPS), Campagne civile internationale (...)

23La solidarité internationale est également mise à contribution. Elle s’exprime notamment à travers un nombre croissant d’étrangers venus assister les fermiers tout au long de l’année. Plusieurs centaines de personnes rejoignent chaque année les programmes de plantation ou de cueillette menés par des organisations palestiniennes ou internationales13. Elles minimisent ainsi le coût de la cueillette – étape la plus coûteuse du cycle de production – et garantissent son bon déroulement, en dissuadant notamment les attaques de colons.

24Les étrangers agissent d’autre part par le biais du soutien au commerce équitable, qui constitue souvent la seule option économique pour l’exportation de l’huile palestinienne. Cette filière du commerce équitable a commencé à se structurer au début des années 2000 sous l’impulsion de quelques mouvements militants pro-palestiniens. L’objectif était double. Il s’agissait, d’une part, de soutenir la population en revitalisant une filière agricole en grande difficulté. Celle-ci était affaiblie par la fermeture successive depuis les années 1990 des anciens marchés d’exportation palestiniens (Pays du Golfe, Jordanie, Israël…) pour des raisons politiques et/ou protectionnistes ; elle était également ébranlée par le contexte de la deuxième Intifada (difficultés d’accès aux champs, aux marchés…). Il s’agissait, d’autre part, de véhiculer auprès des consommateurs étrangers un message de sensibilisation aux conditions de vie et de travail des producteurs palestiniens. Les marchés visés sont ceux des pays d’origine des principaux mouvements militants, comme la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis, et dans une moindre mesure, Israël. Si les quantités ainsi exportées sont relativement faibles (quelques centaines de tonnes d’huile exportées pour une production annuelle qui varie entre 5 000 et 30 000 tonnes, essentiellement consommées en Cisjordanie), elles permettent néanmoins de tirer la filière « vers le haut ».

  • 14 Il leur est par ailleurs interdit par les Autorités israéliennes de se rendre dans la Bande de Gaza

Ces nouvelles opportunités commerciales du commerce équitable s’accompagnent de nouveaux défis pour les producteurs : stabilisation de la production, augmentation de la qualité, impératifs marketing, etc. Les acteurs étrangers jouent là encore un rôle essentiel de soutien à la structuration de cette filière, en termes de financement, de formation ou d’équipement. Ils assurent également une prise en charge partielle ou totale du coût et de la logistique des procédures d’exportation. Cela permet aux producteurs palestiniens de minimiser les effets des dispositifs israéliens : d’une part en transférant le surcoût de l’occupation sur le consommateur étranger, et d’autre part en réduisant le nombre de courtiers israéliens dans les circuits de distribution. Le partenariat commercial n’est pas uniquement motivé par une incertaine rentabilité économique, mais également par une relation de solidarité. Cela permet aux producteurs de faire valoir une « valeur ajoutée symbolique », l’huile pouvant être vendue plus cher aux militants, parce que produite en Palestine « sous occupation ». Cette dimension solidaire permet aussi de motiver un travail de prospection commerciale difficile à mener en Palestine, « en raison des difficultés pour les Palestiniens de voyager à l’étranger et pour les acheteurs étrangers de voyager en Cisjordanie14 » (Benhayoun et Lazzeri, 2007, p. 112). Michel Besson, directeur d’Andines, l’un des plus anciens partenaires de commerce équitable de la Palestine en matière d’huile d’olive, a ainsi été placé en cellule de rétention puis refoulé à l’aéroport de Tel-Aviv en septembre 2011 alors qu’il venait pour une mission de renouvellement de contrats. En définitive, si ces intermédiaires permettent d’alléger les contraintes des dispositifs de contrôle imposés par Israël, ils n’autorisent pas à s’en affranchir complètement.

Les dispositifs de contrôle et de séparation façonnent en profondeur les sphères socio-économiques palestiniennes. Directement, en restreignant la mobilité des personnes et des biens, et, indirectement, en décourageant l’initiative entrepreneuriale ou en suscitant de nouvelles pratiques de production et de distribution. Pourtant, en dépit de ces dispositifs, on remarque que persistent et se développent des espaces d’adaptation et de contournement que les Palestiniens apprennent à exploiter. Des espaces d’opportunités également, dans la mesure où certains acteurs parviennent à tirer avantage du confinement et de la vulnérabilité des autres en leur proposant leur entremise. Ces phénomènes d’adaptation font également apparaître une étonnante redistribution des rôles, au travers de laquelle chacun est potentiellement incité à devenir passeur, informateur, distributeur… Ces réajustements socio-économiques s’apparentent à de la « débrouille » : ils ne sont ni prévus ni planifiés, mais se construisent au contraire par tâtonnements et s’improvisent au gré des rencontres, des opportunités ou des contraintes. Ils varient selon les acteurs dans leur forme, dans leur coût, dans le temps et dans l’espace, en se réajustant en permanence face aux évolutions d’un environnement arbitraire et mouvant. Les individus apprennent à adapter leurs choix, leurs discours et leurs trajectoires aux différentiels de régime de droits et de mobilité auxquels ils sont soumis. Derrière cette apparente diversité de formes se cache en réalité une même tentative de réappropriation, progressive, de son espace de vie et de travail.

Si certains de ces réseaux sont anciens, la plupart se sont construits à partir de 2000, parallèlement au renforcement de la politique de séparation israélienne (Latte Abdallah et Parizot, 2011). Durant les années précédentes, il était relativement plus facile d’échanger et de circuler, et la mobilisation d’intermédiaires était inutile. Les pratiques d’intermédiation font apparaître des liens de solidarité, de complémentarité ou simplement de dépendance entre les courtiers et ceux qui font appel à eux. Ces entremises induisent une redevabilité morale, sinon monétaire, selon un principe de don et contre-don cher à Marcel Mauss. Elles suscitent de nouvelles formes de partenariat, « par le bas », structurées autour de rapports d’ordre financier, social ou politique, entre les acteurs que j’ai évoqués ici sous le terme commun d’« intermédiaires ». Il en découle une nouvelle économie des relations renforçant in fine la dépendance des Palestiniens entre eux, mais aussi à l’égard de citoyens israéliens – juifs et surtout arabes – ou d’étrangers. Celle-ci suscite de nouveaux réseaux internes ou internationaux qui traversent les frontières sociales et spatiales établies par la séparation.

On observe ainsi que les dispositifs de contrôle n’ont pas véritablement généré de séparation économique entre les espaces israéliens et palestiniens qui demeurent étroitement imbriqués. Les réseaux d’acteurs mettent en lien des groupes de populations qui sont souvent considérés comme étant séparés. Pourtant, ces réseaux ne remettent pas en cause les dispositifs de séparation. En effet, la politique israélienne vise moins à séparer deux espaces qu’à hiérarchiser les populations en fonction de leur usage possible d’un même espace (Handel, 2009, 2010 ; Parizot, 2010b). L’essor d’une économie de la séparation depuis les années 2000, telle qu’elle a été décrite dans ce chapitre, ne fait donc qu’acter les effets hiérarchisant de cette politique.

Bibliographie

ABU SADA Caroline, 2007, ONG palestiniennes et construction étatique. L’expérience de Palestinian Agricultural Relief Committees (PARC) dans les Territoires occupés palestiniens, 1983-2005, Beyrouth, Presses de l’IFPO.

ABU-SHAMMALA Nabil, 2009, L’intérêt et l’efficacité d’une approche territoriale de l’agriculture en Palestine. Grenoble, Département de sciences économiques, CREPPEM, Université Pierre Mendes France.

ABUFARHA Nasser 2008, « Land of Symboles: Cactus, Poppies, Orange and Olive Trees in Palestine », Identities: Global Studies in Power and Culture 15(3), p. 342-238.

ARIJ, 2011, The Economic Costs of the Israeli Occupation for the Occupied Palestinian Territory, Jérusalem.

BENHAYOUN Gilbert et LAZZERI Yvette, 2007, L’olivier en Méditerranée : du symbole à l’économie, Paris, L’Harmattan.

BENNAFLA Karine et PERALDI Michel, 2008, « Introduction. Frontières et logiques de passage : l’ordinaire des transgressions », Cultures et conflits, 72, p. 7-12.

BISHARA Azmi, 2004, Checkpoint, récit traduit de l’arabe (Palestine) par Rashid Akel, Arles, Actes Sud.

BOCCO Ricardo, 2005, « Les Palestiniens des territoires occupés face aux politiques israéliennes d’insécurisation », Alternatives Sud, p. 135-162.

BONTEMPS Véronique, 2012a, « Le temps de traverser le pont », Temporalités, 15, mis en ligne le 5 juin 2012, consulté le 13 juin 2013, en ligne : [http://temporalites.revues.org/1995].

BONTEMPS Véronique, 2012b, Ville et patrimoine en Palestine. Une ethnographie des savonneries de Naplouse, Paris, Karthala, Coll. Terre et gens d’Islam.

BOTIVEAU Bernard, CONTE Edouard, 2005, « Après Gaza ? Introduction », Études rurales 1 (173-174), p. 11-38.

BRAVERMAN Irus, 2009, Planted Flags: Trees, Land and Law in Israel/Palestine, Cambridge, Cambridge University Press.

COLLINS John, 2008, Dromocratic Palestine. The Politics of Time in Palestine, Middle East Research and Information Project, 248, p. 8-13.

DE CERTEAU Michel, 1990, L’invention du quotidien. Arts de faire, Paris, Folio.

FAO, 2009, The Impact of Closure and High Food Prices on Performance of Imported Staple Foods and Vegetable and Fruits Market in the oPt.

FARSAKH Leïla, 2005, Palestinian Labour Migration to Israel: Labor, Land and Occupation, New York, Routledge Political Economy of the Middle East and North Africa.

FOUET Sylvie, 2002, « L’étouffement des Palestiniens confinés dans des cantons », Confluences Méditerranée 4/2002 (n°43), p. 23-32.

GARB Yaakov, 2011, « Porosité, fragmentation et méconnaissance ; acteurs et dispositifs de contrôle du fret entre la Cisjordanie et Israël », in Stéphanie Latte Abdallah, Cédric Parizot (dir.), À l’ombre du mur : Israéliens et Palestiniens entre occupation et séparation, Arles, Actes Sud, p. 125-152.

GARCETTE Arnaud, 2015, La filière oléicole au pied du Mur : adaptations et contournements socio-économiques palestiniens sous occupation israélienne, thèse de doctorat en Mondes arabe, musulman et sémitique, sous la direction de Cédric Parizot et Annie Lamanthe, Aix-Marseille Université.

HAJ KHALIL Majdi, 2008, Trade Security, PSC Newsletter, Palestinian Shipper’s Council.

HAMMAMI Reema, 2006, « De l’importance des voyous. L’éthique économique d’un checkpoint », Revue d’études palestiniennes, 98, p. 64-73.

HANAFI Sari, 2005, « Le projet colonial israélien : “spatiocide” et “biopolitique” », Palestine : mémoire et perspectives (XII 2005/1), Paris, Centre Tricontinental et Syllepse, p. 71-78.

HANDEL Ariel 2009, « Where, Where to, and When in the Occupied Territories: an Introduction to Geography of Disaster », in Adi Ophir, Michal Givoni, et Sari Hanafi (eds.), The Power of Inclusive Exclusion: Anatomy of Israeli Rule in the Occupied Palestinian Territories, N.Y., Zone Books, p. 179-222.

HANDEL Ariel, 2010, « Exclusionary surveillance and spatial uncertainty in the occupied Palestinian territories », in Elia Zureik, David Lyon, Yasmeen Abu-Laban (dir.), Surveillance and Control in Israel/Palestine. Population, Territory and Power, New York, Routledge, p. 259-296.

LALLAU Benoît, 2008, « Les agriculteurs africains entre vulnérabilité et résilience. Pour une approche par les capabilités de la gestion des risques », Revue française de socio-économie, 1, p. 177-198.

LATTE ABDALLAH Stéphanie, PARIZOT Cédric, 2011, « À l’ombre du Mur : comprendre le régime d’ocupation israélien », in Stéphanie Latte Abdallah, Cédric Parizot (dir.), À l’ombre du mur : Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes Sud, p. 15-48.

MANSOURI Wassila, 2007, « Les fonctionnaires de l’Autorité palestinienne et la suspension de l’aide internationale : notes d’enquête à Jenin (2006-2007) », A contrario 5(2), p. 174-183.

MAS, 2005, The Economics of griculture in the Tulkarem and Qalqilya Districts: Improving the Profitability of Farmers Affected by the Separation Wall, Ramallah

MENELEY Anne, 2008b, “Time in a Bottle. The Uneasy Circulation of Palestinian Olive Oil, The Politics of Time in Palestine, MERIP, 38.

NATSHEH Bassel et PARIZOT Cédric, 2011, « Du Kit-Kat au 4x4, Séparation et trafic de marchandises dans l’espace israélo-palestinien (2005-2010) », in Stéphanie Latte Abdallah, Cédric Parizot (dir.), À l’ombre du mur : Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes Sud, p. 153-185.

OCHA, 2011, The Humanitarian Report décembre 2010, janvier 2011, East Jerusalem, Office for the Coordination of Humanitarian Affairs occupied Palestinian territory.

OCHA, 2011, East Jerusalem, key humanitarian concerns, mars.

OXFAM, 2002, Forgotten Villages. Struggling to Survive under Closure in the West Bank, Oxfam Briefing Papers, Oxford, OXFAM, septembre.

OXFAM, 2010, The Road to Olive Farming - Challenges to Developing the Economy of Olive Oil in the West Bank, Oxfam briefing paper, Oxford, OXFAM.

PALTRADE, 2010, Opening the Jalameh Crossing point to Passage of Containeurs. An Economic Evaluation Facts and Potentials, Ramallah.

PARIZOT Cédric, 2006, Entrepreneurs without Borders: Policies of Closure and Border Economy between the Southern, West Bank and Northern Negev, 2000‑2005, Europe and the Mediterranean Convergence, Conflicts and Crisis, European Studies Centre, University of Oxford, RAMSES Working Paper, 5 (6).

PARIZOT Cédric, 2009, « Après le mur : les représentations israéliennes de la séparation avec les Palestiniens », Cultures & Conflits, 73, p. 53-72.

PARIZOT Cédric, 2010a, « Séparation et régime de mobilité entre Israël et la Cisjordanie (2000-2009) : Réglementations, pratiques et acteurs », in Esther Benbassa, Israël-Palestine. État des lieux, Paris, CNRS Editions.

PARIZOT Cédric, 2010b, « Temporalités et perceptions de la séparation entre Israéliens et Palestiniens », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 20|2009, en ligne depuis le 10 mars 2010 : [http://bcrfj.revues.org/6291].

PETEET Julie, 2008, Stealing Times. The Politics of Time in Palestine. MERIP, Middle East Research and Information Project, 248, p. 14-17.

PETTI Alessandro, 2008a, « Asymmetries », in Alex Farquharson (dir.), The Impossible Prison, Nottingham, Centre for Contemporary Art.

PETTI Alessandro, 2008b, « Asymmetries in Globalised Space: The Road Network in Palestine-Israël », Henry Moore Institute - Online Papers & Proceedings, en ligne : [http://www.henry-moore.org/hmi-journal/homepage/view-by-conference/still-life/alessandro-petti/page-2].

PIRINOLI Christine, 2002, « Entre la terre et le territoire : enracinement de l’identité palestinienne », Études rurales, Terre, territoire, appartenances, 163‑164 (3-4), p. 91‑108.

PIRINOLI Christine, 2005, « Effacer la Palestine pour construire Israël. Transformation du paysage et enracinement des identités nationales », Études rurales, 173-174 (1-2), p. 67‑85.

Palestinian Ministry of Agriculture, 2008, Monthly Report for Agricultural Losses during the Intifada, from 28/09/2000- 2008/11/31, Ramallah, General directorate of policy and planning.

ROMANI Vincent, 2005, « Quelques réflexions à propos des processus coercitifs dans les Territoires palestiniens », Études rurales, EHESS, 173-174, p. 50-70.

WORLD BANK, 2006, Brief Overview of the Olive and the Olive Oil Sector in the Palestinian Territories, World Bank.

WORLD BANK, 2007, Movement and Access Restrictions in the West Bank: Uncertainty and Inefficiency in the Palestinian Economy.

WORLD BANK, 2008, The Economic Effects of Restricted Access to Land in the West Bank. Comprehensive Report, World Bank.

Notes

1 Voir également la thèse de doctorat dont est issu cet article (Garcette, 2015).

2 « Aussi spectaculaire soit-elle, l’édification de murs n’interrompt pas les mobilités et elle est même, en soi, comme tout défi, un appel à transgression (…). Dans tous les domaines, les entraves instaurées par la frontière génèrent des stratégies de contournement et de résistance, poussent à l’inventivité et agissent au niveau commercial et économique comme un véritable aiguillon. (…). Avec les économies frontalières, fleurissent des collaborations et des échanges culturels et sociaux dans leur grande majorité placés sous le signe de l’informalité, de la débrouille, voire de la clandestinité. » (Bennafla et Peraldi, 2008, p. 75).

3 Soit près de 10 % des oliviers des Territoires palestiniens.

4 Par exemple, certains checkpoints utilisent des chiens renifleurs pour détecter des traces éventuelles d’explosifs dans les marchandises. Les autorités israéliennes ont donc imposé de réduire la hauteur des palettes à 1,6 mètre, contre 1,8 mètre ou plus auparavant, pour que l’ensemble de la marchandise soit accessible pour le contrôle canin.

5 Caroline Abu Sada explique ainsi que l’ONG agricole PARC s’est convertie durant la seconde Intifada dans les programmes de sécurité alimentaire, délaissant complètement les projets de plus long terme, consacrés au développement des terres agricoles par exemple.

6 Entretien avec Thomas Cazalis, directeur du programme oléicole au Palestinian Farmers Union, 25 avril 2010 à Ramallah.

7 On distingue ainsi une multitude de statuts et donc de régimes de mobilité différents selon qu’il s’agit d’un Israélien juif, Palestinien d’Israël, Palestinien résident permanent de Jérusalem, Cisjordanien, Gazawi, titulaire d’un passeport étranger, etc. Voir à ce propos les travaux de Cédric Parizot (Parizot, 2010).

8 2 shekels équivalent environ à 50 centimes d’euro. Les noms propres ont été modifiés.

9 Pour une autre illustration de ce phénomène, voir l’analyse du nouveau rôle joué par les petits transporteurs dans le franchissement d’un checkpoint durant la deuxième Intifada (Remma Hammami, 2006).

10 Elles ne représentent pas moins de 60 % du territoire de la Cisjordanie.

11 Anciennement le Parti communiste palestinien, jusqu’en 1982.

12 Les noms propres ont été modifiés.

13 Voir, entre autres, Association France-Palestine Solidarité (AFPS), Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien (CCIPPP), International Solidarity Movement (ISM), Joint Advocacy Initiative (JAI), etc. Les participants, essentiellement d’origine occidentale, manifestent des motivations politiques, religieuses, ou viennent pour « comprendre ». Toutes les classes d’âge sont représentées, de 18 à 80 ans.

14 Il leur est par ailleurs interdit par les Autorités israéliennes de se rendre dans la Bande de Gaza.

Auteur

Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), Aix Marseille Université/Cnrs, Aix-en-Provence, France et Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST-UMR 7317)

© Presses universitaires de Provence, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540