Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Israël/Palestine, l'illusion de la séparation

 | 
Stéphanie Latte Abdallah
, 
Cédric Parizot

Occupation et architectures du mouvement

La « civilisation » des checkpoints

Consensus néolibéral et poursuite de la guerre par d’autres moyens

Shira Havkin

Texte intégral

  • 1 Le mot hébreu izruakh est un mot composé dont la racine signifie à la fois « civil » et « citoyen » (...)

1En 2003, quelques mois après le début de la construction du Mur de séparation, le parlement israélien a voté une réforme concernant la gestion des checkpoints situés le long de cet édifice. Cette réforme a été intitulée la « civilianisation1 des passages », izruakh ha’ma’avarim. C’est ainsi qu’entre 2006 et 2013, la majorité des quelques 36 checkpoints situés le long des limites de la Cisjordanie et de la bande de Gaza ont été entièrement réaménagés et leur gestion, jusqu’alors assurée par l’armée, a été déléguée à des entreprises de sécurité privées. Cette démarche fut présentée par ses initiateurs comme une réforme humanitaire et rationnelle tant du point de vue économique qu’organisationnel.

  • 2 Pour une analyse du rôle des checkpoints privatisés dans la matérialisation de la séparation unilat (...)
  • 3 Voir le « consensus rationnel » de Habermas (Habermas, 1975).

2Contrairement à la construction du Mur, dont les images ont circulé dans le monde entier et qui a soulevé des débats politiques et juridiques en Israël et dans d’autres pays, le réaménagement et la sous-traitance des checkpoints sont passés quasiment sous silence. Ils constituent pourtant le dispositif principal de contrôle des populations et, en cela, matérialisent la politique contestée de la séparation unilatérale2. Ce système de filtrage, qui hiérarchise les populations en fonction de leur droit à la mobilité, met en œuvre une séparation particulière, qui ne distingue pas deux entités souveraines, mais qui, au contraire, maintient le contrôle israélien sur la totalité du territoire (Benvenisti, 1998 ; Gordon, 2008 ; Azoulay et Ophir, 2008 ; Ophir, Givoni et Hanafi, 2009 ; Latte Abdallah et Parizot, 2011). Comment expliquer le silence dans lequel cette réforme a eu lieu ? L’hypothèse que je voudrais développer ici fait appel au concept de construction de consensus. J’entends par là, non pas un accord général dépassant les divergences politiques par la raison3, mais plutôt une technique permettant, au nom d’objectifs extrêmement généraux et imprécis, d’éliminer les contestations, de gommer les désaccords et de rendre les voix dissonantes inaudibles, bref, de clore le débat par la construction d’une alliance pacificatrice. En cela, je me place dans le sillage d’auteurs tels que Jacques Rancière (2004 [1990]), Béatrice Hibou (2011, 2012 et 2013), Michel Feher (2010) et Bruno Lautier (2009 et 2010), pour lesquels la construction de consensus est une stratégie de gouvernement caractéristique du néolibéralisme. L’histoire de cette pratique, comme nous le rappelle Bruno Lautier, renvoie aux promoteurs de la résolution des conflits dans les années 1980, et surtout au Consensus Building Institute du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Les méthodes développées par les experts de la construction de consensus ont été vendues depuis lors avec succès aux organisations internationales : au FMI, à la Banque mondiale, à l’OCDE, aux différentes agences des Nations Unies mais aussi aux grandes ONG et à des agences gouvernementales (Lautier, 2010 ; Hibou, 2011 et 2013). Au-delà de cette diffusion, certains principes de la construction de consensus se sont répandus et figurent aujourd’hui parmi les modalités de prise de décision et de mise en place de nombreuses politiques publiques.

3La réforme de la gestion des checkpoints a été présentée comme un projet profondément consensuel. Son titre officiel, la « civilianisation des passages », est révélateur de cette tendance à effacer toute polémique en faisant référence à des concepts généraux dont la connotation positive est manifeste, tout en étant flous et polysémiques. L’objectif déclaré par les promoteurs de ce projet est également révélateur des efforts mobilisés pour le rendre indolore :

  • 4 Toutes les traductions de l’hébreu et de l’anglais figurant dans cet article ont été effectuées par (...)

Réduire la friction qui existe aujourd’hui dans les checkpoints et améliorer la qualité du service en maintenant la qualité du contrôle. Ces points de passage seront considérés comme des points de passages frontaliers au plein sens du terme et ressembleront à des terminaux, comme dans tous les pays du monde. (Unité d’information et de recherche de la Knesset, 2006, p. 54)

4Cet article ne prétend pas être une étude exhaustive de la transformation des modalités de gestion des checkpoints, de ses causes ou de ses effets. Certains aspects peu développés ici l’ont été d’avantage ailleurs, tel le contexte historique dans lequel s’inscrit cette réforme, marqué simultanément par la mise en place du projet de la séparation unilatérale et par la diffusion de la doxa néolibérale dans la société israélienne (Havkin, 2011b). De même, on peut trouver ailleurs une analyse plus approfondie de l’économie politique de la réforme en termes de redéploiement de l’État et de restructuration du marché de la sécurité (Havkin, 2011a). Dans cet article, la recomposition des relations entre économie et société sera abordée à travers l’analyse de la forme consensuelle du projet de la « civilianisation des passages » et de la légitimité que ses promoteurs espèrent conférer au dispositif frontalier et, plus généralement, aux nouvelles modalités de l’occupation. Cette approche permet d’appréhender, à travers l’analyse des discours et des pratiques concrètes de la réforme, les enchevêtrements entre modalités de pouvoir néolibérales et logique sécuritaire.

5M’appuyant sur un long travail de terrain mené en Israël depuis 2003 ainsi que sur la lecture de documents officiels concernant cette sous-traitance, je m’intéresserai ici d’abord aux objectifs de la réforme, définis de sorte à en faire une base consensuelle. J’aborderai notamment la « civilianisation » et la « réduction de la friction ». Ces deux objectifs révèlent l’apparition d’un nouveau discours que je qualifierai d’« humanitaro-managérial », qui participe à l’euphémisation des relations de domination. Ensuite, je m’intéresserai à la démarche de construction du consensus et notamment à la mise en place d’alliances, de coopérations et de complicités. Enfin, je proposerai un lien entre cette réforme et l’idée d’une pacification par l’économie.

Des modalités de pouvoir consensuelles

« Civilianiser » pour démilitariser

  • 5 Le terme « civilianisation » est progressivement entré dans le vocabulaire militaire depuis la fin (...)

6Le terme hébreu izruakh (« civilianisation »), mérite d’être analysé. Il s’agit d’une construction linguistique relativement récente qui n’apparaît pas dans le dictionnaire et dont la racine vient du mot « civil » ou « citoyen ». Ce terme, tout comme d’autres termes de la novo-langue managériale, n’a pas d’histoire et ne renvoie pas à des polémiques historiques comme les vocables « privatisation » ou « externalisation ». Il s’agit d’un mot-valise qui cache autant que ce qu’il révèle. Il souligne le processus de démilitarisation, c’est-à-dire le transfert des checkpoints du militaire vers le civil, tout en occultant le fait qu’il s’agit aussi d’un transfert vers le secteur privé. Ainsi, ce terme n’évoque pas explicitement la privatisation5, mais plutôt un transfert vers une « sphère civile », perçue simultanément comme plus neutre au niveau politique que les acteurs militaires, et plus crédible et efficace que la bureaucratie étatique et ses institutions.

  • 6 La Direction des passages est une Direction spéciale établie en 2005 sous la responsabilité du mini (...)
  • 7 Protocole 495, 2005.
  • 8 Entretien avec E., ancien vigile puis chef de service de l’entreprise Mikud, Tel Aviv, avril 2011.
  • 9 Observation d’une journée au checkpoint de Sha’ar Efrayim (Taybe), échange avec un vigile engagé pa (...)

Remplacer les soldats qui géraient les checkpoints militaires par des agents civils a été un des motifs principaux avancés pour justifier cette réforme. Betzalel Traiber, ancien directeur de la Direction des passages6, l’a expliqué dans un discours devant la commission parlementaire: « D’abord, c’est une tâche pour des civils et pas pour des soldats. Et c’est extrêmement important que ce soient des civils qui l’assurent, surtout parce qu’il s’agit d’un contact avec des civils et pas avec un ennemi7. » Les paroles d’un ancien chef de service de l’entreprise Mikud soulignent également l’importance de ce remplacement des opérateurs : « Un citoyen ne représente pas l’État de la même manière, ce n’est pas la même chose au niveau symbolique. En soi, cela permet de réduire la friction8 ». Les cadres engagés par le ministère de la Défense pour encadrer le travail des employés privés et assurer la responsabilité globale sur la gestion des checkpoints préconisent la neutralité politique des opérateurs privés. « On nous répète tous les jours qu’on doit laisser nos positions politiques à la maison, ici on est au travail et on doit être professionnels », m’a raconté un vigile au checkpoint de Shaar Efrayim (Taybe)9.

  • 10 Entretien avec E., ancien vigile puis chef de service de l’entreprise Mikud, Tel Aviv, avril 2011.

Moi-même je suis passé par ce processus, au début, les premières semaines, je ne m’y faisais pas. Je viens de l’unité militaire Duvdevan [unité des forces spéciales qui opère dans les Territoires occupés] et j’étais habitué aux activités combattantes. Tout d’un coup, tu te rends compte que ce sont des gens ordinaires. Un soldat perçoit les Palestiniens différemment d’un civil qui s’est détaché du dispositif militaire.10

  • 11 Entretien avec A., ancien vigile engagé par l’entreprise Sheleg Lavan au checkpoint Meitar, Be’er T (...)

Pourtant un autre vigile explique qu’il ne s’agit pas de remplacer une perspective sécuritaire par une perspective civile, mais d’articuler les deux : « Il y a une tension entre voir devant toi des clients et voir des terroristes potentiels qui viennent faire un attentat suicide. On est censé voir les deux choses à la fois11. »

  • 12 Une annonce d’emploi publiée par l’entreprise Modi’in Ezrahi met également en avant l’ambiance « je (...)

La délégation de la gestion des checkpoints à des opérateurs privés permet donc de maintenir l’approche sécuritaire concernant la gestion des lieux, tout en les « neutralisant ». Cette « neutralisation » passe par la manière dont les employés des entreprises privées expliquent les motivations qui les ont amenés à exercer ce travail. Le plus souvent, ils évoquent simplement le fait qu’il s’agit d’un travail : « C’est juste un travail, comme n’importe quel autre », qui leur permet d’économiser les fonds nécessaires pour un voyage ou pour poursuivre des études secondaires, relativement chères en Israël. Dans d’autres cas, ils se réfèrent à l’ambiance de travail « jeune et dynamique12 ». Cette « neutralisation » du lieu est reflétée également dans la façon dont le vigile de Sha’ar Efrayim m’a décrit comment il perçoit le checkpoint : « Ce sont des civils qui entrent pour gagner leur vie, ils entrent le matin puis ils sortent le soir. »

Le contexte politique de ces checkpoints, l’occupation et le caractère particulier de cette frontière qui n’en est pas une, sont souvent absents de ces descriptions. Il s’agit d’une dépolitisation par le consensus. Cette dépolitisation est évidemment très politique, précisément par son double mouvement. D’une part, elle reproduit les relations de pouvoir entre l’unité nationale hégémonique qui exclut, qui impose unilatéralement des limites, des restrictions et des identités – Israël –, et ceux qui sont exclus – les Palestiniens. D’autre part, elle masque le conflit d’intérêt par l’individualisation et la fragmentation (Rancière, 2004 [1990]). En omettant la dimension politique conflictuelle des relations israélo-palestiniennes, Israéliens et Palestiniens ne sont plus que des individus, des « civils », les uns travaillant dans la gestion du checkpoint, les autres devant le traverser pour travailler de l’autre côté. Rien de plus consensuel que la nécessité de travailler pour se nourrir, en somme.

Réduire les frictions

Un autre concept intéressant renvoie à la finalité officielle de la réforme, la « réduction de la friction ». À l’instar de celui de « civilianisation », ce terme n’est ni historiquement ni politiquement chargé. Il n’évoque pas les causes de la « friction » ni en quoi elle consiste, il n’évoque pas non plus la violence, ni celle du projet de contrôle et de domination de la population palestinienne, ni celle des Palestiniens, qu’elle soit considérée comme résistance ou comme terrorisme. Il n’évoque pas non plus les formes de confrontations qui apparaissent au checkpoint, et dont toute description exigera une prise de position sur la nature du projet et sa légitimité.

Contrairement à la violence exercée par le bourreau sur sa victime, la friction est un phénomène physique naturel. Comme tout objet physique, le checkpoint crée une friction, sans que cela implique l’exercice de pouvoir et de domination d’un corps sur un autre, encore moins l’identification d’une victime et d’un bourreau. Encore mieux, la finalité du projet n’est pas de faire disparaître cette friction ni de résoudre un conflit, ce qui exigerait de nommer et d’identifier les causes du conflit et ses effets. Le projet de réforme est uniquement de réduire cette friction, de faire en sorte qu’elle soit moins intense et moins destructrice. C’est donc un projet qui ne peut être que consensuel, d’autant plus qu’il reste abstrait et imprécis.

  • 13 Entretien avec E., ancien vigile puis chef de service de l’entreprise Mikud, Tel Aviv, avril 2011.

Sur le terrain, ce projet se décline de deux manières : la réduction du contact direct entre Israéliens et Palestiniens, et l’introduction de nouvelles modalités de contrôle. En effet, la « réduction de la friction » est tout d’abord un principe d’organisation spatiale des checkpoints. L’organigramme des « terminaux » publié dans l’appel d’offres pour leur sous-traitance montre bien la distinction, à l’intérieur du checkpoint, entre les espaces réservés aux Palestiniens et les espaces réservés aux Israéliens (Appel d’offre officiel pour la gestion des points de contrôle, 2005). « À chaque individu sa place, à chaque emplacement un individu », selon la formule de Foucault à propos du quadrillage de l’espace et de la répartition des individus dans le dispositif disciplinaire (Foucault, 1975, p. 166-170). « Dans le passage piéton, il n’y a pas de contact direct. Un Palestinien et un contrôleur sont toujours séparés par au moins une porte verrouillée. C’est le règlement », précise l’ancien chef de service E.13. La plateforme technologique vise également à réduire les contacts directs : tourniquets électroniques, haut-parleurs, caméras de télésurveillance et scanners, sont autant d’instruments permettant le contrôle à distance. Cette plateforme est un moyen pour mieux protéger les opérateurs des checkpoints et, en cela, est caractéristique des modalités contemporaines de la guerre high-tech (Ben Eliezer, 2004 ; Gordon, 2009 ; Levy, 2010).

L’objectif, dans ce contexte, n’est pas seulement d’éloigner les opérateurs du danger, mais progressivement de les remplacer par des dispositifs entièrement automatisés. Cette « utopie » technologique, qui brouille les limites entre la guerre et la paix, le militaire et le civil, apparaît, par exemple, dans la description du PDG de l’entreprise Comsec qui a développé un système d’identification biométrique pour les checkpoints : « Le terminal biométrique israélien sera le plus grand dans le monde et va permettre le passage de 45 000 Palestiniens par jour, et ceci sans aucune intervention humaine » (Marom, 1999). La réduction de l’intervention humaine amoindrit également la possibilité d’interaction directe entre les opérateurs du checkpoint et les Palestiniens qui le traversent, de même qu’elle renforce le caractère asymétrique de cette interaction : les haut-parleurs permettent aux opérateurs de distribuer des ordres, mais pas d’entendre les réactions, les demandes ou les explications (Braverman, 2011 ; Kotef et Amir, 2007 et 2011 ; Mansbach, 2007 ; Handel, 2006).

La réduction de la « friction » représente donc une transformation significative des modalités de domination. Puisque la « friction » renvoie aux espaces souvent tendus et violents de la négociation entre force occupante et population occupée, réduire la friction signifie une pacification dans un sens très restreint : limiter les occasions dans lesquelles la tension risquerait d’exploser par la réduction a minima du contact direct et par l’adoption de stratégies d’éloignement et de mise à distance appliquées à une population perçue comme un danger. En cela, cet objectif ne se limite pas à l’aménagement des checkpoints « frontaliers », mais correspond au projet plus général de la séparation unilatérale et du contrôle de la mobilité des Palestiniens. Sans omettre la particularité du contexte politique et territorial du cas israélo-palestinien, ce thème renvoie également à l’un des phénomènes largement débattus du néolibéralisme global – à savoir la cohabitation d’une ouverture globale et d’un durcissement des dispositifs de contrôle avec la multiplication des dispositifs déployés à l’échelle mondiale pour « enfermer dehors » les indésirables (Andreas et Snyder, 2000 ; Bigo et Guild, 2005, Agier, 2008 ; Brown, 2009 ; Ritaine, 2009).

La pacification par la « bonne gouvernance » sécuritaire constitue une autre modalité pour « réduire la friction ». La « bonne gouvernance » des checkpoints renvoie à un dispositif de gouvernementalité « économique » dans un sens foucaldien, c’est-à-dire qui n’intervient ni plus ni moins que le strict nécessaire, qui régule les circulations en triant les bonnes et les mauvaises, qui utilise et expose ses armes avec modération, qui s’appuie, et dès que cela est possible, sur l’auto-contrôle et l’auto-régulation plutôt que sur l’intervention directe (Foucault, 2004 a et b).

  • 14 Sur ce point voir aussi Mansbach, 2007.
  • 15 Entretien avec E, chef de service de l’entreprise Mikud, mené par Eilat Maoz, Tel Aviv, février 200 (...)

L’adoption des modalités de la « bonne gouvernance » est visible dans le réaménagement des « terminaux » plus institutionnalisés qui, de par leur architecture, imposent une nouvelle discipline aux Palestiniens. La plateforme technologique sophistiquée qui réduit les interactions et les négociations, le formalisme bureaucratique de la procédure de contrôle, l’adoption du terme « terminaux » et de tout un vocabulaire qui articule logique sécuritaire et service aux passagers : tels sont les éléments qui montrent que les modalités des nouveaux checkpoints se rapprochent de celles que l’on trouve dans les aéroports et les passages frontaliers internationaux. Ce brouillage de limites qui laisse croire qu’il s’agit de passages frontaliers officiels est intentionnel et revendiqué : «  Les points de passage seront considérés comme des points de passage frontaliers à tous les niveaux et ressembleront à des terminaux, comme dans tous les pays du monde », a indiqué l’Unité d’information et de recherche de la Knesset (2006) en décrivant les objectifs du projet14. Les modalités de la « bonne gouvernance » renvoient également à la réduction des signes et des symboles du pouvoir souverain, de ses expressions explicites, sans modifier pour autant le rapport de forces. Ainsi, les armes exposées ne disparaissent pas, mais changent de taille, et la « bonne gouvernance » signifie « le fait que, il y a seulement un an, on trouvait là-bas des soldats armés et que, aujourd’hui, ce sont des civils munis d’un pistolet qui peut aussi bien être caché sous leur veste.15 »

  • 16 Entretien avec P., Rosh Ha’ain, avril 2011.

La « pacification » renvoie, selon cette analyse, à un redéploiement du militaire plutôt qu’à une démilitarisation. Elle renvoie à l’inscription des modalités de la domination dans des lieux « comme les autres » ; dans des procédures qui bureaucratisent et formalisent l’arbitraire et dans des discours qui décrivent cette réforme comme une solution « gagnant-gagnant » : plus de sécurité pour les Israéliens et un meilleur service pour les Palestiniens, tout en assurant l’équilibre entre les deux. Un haut fonctionnaire de la Direction des passages a souligné l’importance de cet équilibre : « Pour nous, l’équilibre est sacré, c’est notre devise. L’illustration qui nous guide depuis le début de ce projet est une balance qui pèse la sécurité et le service16. » La recherche de solutions décrites comme des situations de « gagnant-gagnant » est caractéristique des stratégies de construction de consensus, censées permettre la prise en compte des intérêts de tous les participants et être bénéfiques pour tous.

Une fois de plus, le changement que l’on vient de décrire ne concerne pas seulement les checkpoints mais aussi la réorganisation territoriale de l’occupation par le projet de la séparation unilatérale. Là encore, la « bonne gouvernance » signifie l’adoption de modalités plus « économiques » de gestion du territoire. Le principe de cette réorganisation est d’augmenter le contrôle sur la zone frontalière en permettant une diminution progressive (selon une décision israélienne unilatérale) du contrôle en vigueur plus loin à l’intérieur de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. Baruch Spiegel, capitaine de réserve et conseiller auprès du ministère de la Défense, a évoqué cet objectif lors d’une conférence tenue en 2006 : « aujourd’hui 20-25 % de la présence militaire est concentrée dans la zone de suture, tandis que 75-80 % est située à l’intérieur des territoires palestiniens. L’objectif est de renverser ce rapport » (Spiegel, 2006). Dans une autre conférence, Spiegel affirme que

c’est la première fois, grâce au désengagement et à l’efficacité de la barrière de sécurité, qu’Israël va changer d’approche et adopter une approche de « normalement ouvert » [...] L’approche des terminaux sera fondée sur l’ouverture, ce qui signifie que les personnes et les marchandises vont pouvoir traverser avec dignité ; faire sortir l’armée des checkpoints représente un grand pas en avant, puisqu’il y a toujours une friction négative entre l’armée et des civils. (Spiegel, 2005)

Mais il faut souligner les limites de cette analyse qui appréhende le changement comme réduction progressive de l’intervention directe. D’abord, même si actuellement le contrôle israélien sous forme de checkpoints est progressivement transféré vers la zone frontalière, pour les nombreux Palestiniens qui habitent dans ces régions frontalières (Jérusalem-Est, la vallée du Jourdain et les enclaves créées à l’ouest du Mur), ainsi que pour tous ceux et celles qui ont leurs familles, leurs amis, leurs terres ou leur travail dans ces régions, l’intervention directe n’a pas été réduite, au contraire, elle a été plutôt intensifiée. Par ailleurs, tant que les décisions sont prises de façon entièrement unilatérale, tout allègement du contrôle reste aléatoire, précaire et incertain puisqu’il peut être annulé par une décision tout aussi unilatérale.

Le projet de la « réduction de la friction » participe donc surtout des stratégies de contrôle à distance au sein des checkpoints et, plus généralement, de la politique de séparation, de restriction de la circulation des Palestiniens qui éloigne, confine et contient la masse de la « population dangereuse ».

Nouvelles coalitions, nouvelles formes de complicité

7Le consensus n’est pas seulement un accord pacifique concernant un contenu, c’est aussi un outil, une stratégie de gestion, qui procède par la création d’alliances, par l’établissement de réseaux, par l’élaboration d’un langage commun et de modalités de collaboration. La construction d’un consensus englobe donc deux dimensions : la définition d’objectifs, souvent généraux et imprécis, et l’établissement de coalitions pour les promouvoir.

  • 17 Porte-parole du ministère de la Défense, 2006.
  • 18 Protocole de la commission des Affaires intérieures et de l’Environnement, le 16 novembre 2005.

Le projet de la sous-traitance de la gestion des « checkpoints frontaliers » a été décrit par le porte-parole du ministère de la Défense comme une « réforme humanitaire.17 » Cette définition a permis la récupération et l’intégration de certaines critiques, émises par des commissions parlementaires et des associations israéliennes et internationales, concernant les violations des droits de l’Homme dans les checkpoints militaires (Kotef et Amir, 2007). Cela s’est traduit par une transformation révélatrice du vocabulaire utilisé par les politiciens et les cadres de l’appareil sécuritaire, un vocabulaire qui désormais articule préoccupation humanitaire et management. C’est ainsi que B. Traiber, ancien directeur de la Direction des passages, a parlé d’une « nouvelle phase dans le service offert aux passagers : les terminaux disposent de toilettes, de fontaines d’eau, de l’air conditionné, ainsi que d’un équipement de surveillance et d’une plateforme technologique18. »

Ce discours humanitaro-managérial intègre certaines critiques concernant la gestion des checkpoints tout en évacuant les revendications structurelles. Ce n’est pas la restriction du droit au mouvement qui pose problème, ni l’imposition unilatérale d’un point de contrôle situé au sein d’un territoire occupé, ni le fait que les restrictions concernent uniquement la population palestinienne tandis que les Israéliens peuvent circuler librement. Ce discours fait abstraction du contexte et évite toute prise de position concernant les checkpoints et la manière dont ils s’inscrivent dans une réalité historique, géographique, politique et économique. Il reste donc uniquement des problèmes pragmatiques à traiter : le manque de toilettes et de fontaines d’eau, l’attitude des soldats qui ne sont pas formés au service et des événements (toujours marginaux) de violence explicite.

Ce discours humanitaro-managérial est un discours unidimensionnel dans le sens marcusien (1999 [1964]), c’est-à-dire un discours clos et fonctionnel qui réconcilie les opposés en les unissant dans une structure solide et familière. C’est un discours pragmatique de l’amélioration constante qui ne connaît pas d’opposition mais des « défis ». C’est précisément pour cela qu’il est extrêmement efficace pour construire des coalitions et des alliances. Celles-ci ont comme base commune non pas une vision partagée mais une entente pragmatique concernant le « meilleur des pires » (Weizman, 2008 et 2011).

Un des principes de la construction de consensus est qu’un accord ne doit pas répondre à tous les besoins des participants. Selon les promoteurs de cette stratégie, un accord est satisfaisant à partir du moment où il est plus bénéfique pour chacun des participants que la situation sans accord et qu’il propose une solution avec laquelle « tous les participants peuvent vivre » (Susskind et Cruikshank, 2006). Ce raisonnement, fondé sur la théorie du choix rationnel et envisageant les participants comme des individus cherchant à maximiser leurs profits, permet de rassembler des acteurs hétérogènes en évitant toute prise en compte des relations de pouvoir entre les groupes. L’ambition modeste de l’accord, qui n’est pas censé représenter une solution idéale mais un compromis viable qui pourra être perfectionné au fur et à mesure, participe également à la force de cette stratégie.

C’est ainsi que Spiegel décrit la réorganisation de la zone de suture :

Ce n’est pas une solution intégrale, ce n’est pas la meilleure solution, mais c’est une solution temporaire raisonnable et si l’on continue à travailler et à progresser, je suis certain que l’on va réussir, des deux côtés, à minimiser les problèmes humanitaires et socio-économiques à des dégâts admissibles. C’est notre objectif et ce n’est pas facile. On rencontre des obstacles, mais on travaille concrètement avec tout un ensemble de personnes qui se sont engagées pour aider à limiter les dégâts. (Spiegel, 2005)

Les coalitions et les alliances élaborées pour le projet d’établissement des « terminaux » sont larges parce qu’elles ne sont pas idéologiques et parce qu’elles se sont constituées pour promouvoir des objectifs abstraits et imprécis. Il suffit de soutenir l’amélioration, de vouloir résoudre les problèmes humanitaires, d’être pour la bonne gestion et contre la mauvaise. L’enjeu est défini de telle façon qu’il laisse peu de marge pour une opposition : peut-on vraiment être contre le meilleur des pires ? Renoncer à l’amélioration ? La critique contre l’occupation est absorbée par ce discours et les voix qui continuent à la porter sont facilement marginalisées.

  • 19 Israel / Palestine Center for Research and Information.
  • 20 http://www.usaid.gov/west-bank-and-gaza/economic-growth-and-trade (consulté le 20 décembre 2014).

J’ai ainsi pu constater lors de mes enquêtes de terrain que des ONG et des organisations israéliennes ou israélo-palestiniennes participent souvent, de près ou de loin, à ce projet de restructuration des « points de passage ». Déjà en 1997, l’IPCRI19, une institution israélo-palestinienne de recherche et d’information, a présenté un modèle de réaménagement et de privatisation des « points de passages » et a plaidé pour son application auprès du gouvernement israélien et des cadres du dispositif de la Défense (IPCRI, 1997). Le centre de Peres pour la paix (Peres Center for Peace) a mis en place, en 2007, un projet intitulé Through-trafic, en coopération avec l’ONG palestinienne Palestinian Trade, pour élaborer un programme d’amélioration de la circulation basé, entre autres, sur la réforme managériale des passages (Peres Center for Peace & Paltrade, 2007). Des bailleurs de fonds internationaux ont été impliqués dans l’élaboration, la mise en place, le financement et le suivi de cette réforme et surtout, l’agence des États-Unis pour le développement international USAID20 ainsi que la Banque mondiale (World Bank, 2008).

Kelly Seibold, responsable du Trade Facilitation Project (TFP) de l’USAID, m’a présenté l’approche pragmatique et apolitique de ce projet :

  • 21 Entretien avec Kelly Seibold, responsable du projet TFP – USAID, mené à Jérusalem-Est, décembre 201 (...)

Notre focus n’est pas les restrictions sur la circulation, mais comment, dans la situation actuelle, sous les restrictions existantes, on peut améliorer les choses. On ne veut pas intervenir au niveau de la sécurité ou des relations diplomatiques, on cherche plutôt à agir à d’autres niveaux21.

À travers différents exemples, il m’a décrit la tendance du TFP à favoriser un travail sur les détails en mettant de côté les problèmes structurels : 

  • 22 Entretien avec Kelly Seibold, responsable du projet TFP – USAID, mené à Jérusalem-Est, décembre 201 (...)

Il y a des obstacles au niveau de la frontière, comme le fait que la procédure de contrôle dure des heures, mais parfois on peut trouver des solutions simples pour faciliter les choses. Prenons par exemple un produit, disons un robinet, dont un élément pose à chaque fois problème lors de la procédure de contrôle. Alors on propose d’emballer l’élément problématique séparément, pour faciliter le passage. Pareil pour des produits qui sont régulièrement endommagés pendant le déchargement et rechargement lors de la procédure back-to-back. Le problème est peut-être le manque d’attention des opérateurs lors du déchargement des marchandises, mais on peut apporter des solutions à un autre niveau, par exemple un emballage qui protège mieux le produit. (…) Nous cherchons à proposer des solutions pragmatiques et à développer un dialogue entre les différentes parties, par exemple entre le secteur privé palestinien et l’établissement israélien22.

La mise à l’écart de toute question politique, présentée par Seibold comme positionnement dépourvu de prétention idéologique semble, dans ce contexte, plutôt constituer une idéologie en soi.

Tandis que certaines des personnes avec lesquelles j’ai pu parler croyaient profondément aux améliorations que cette réforme allait apporter, pour beaucoup d’autres, cet accord n’avait rien d’évident et était fondé sur une alliance fragile ayant comme objectif le meilleur des pires ou la minimisation les dégâts. L’implication de tout un ensemble d’organismes dans la réforme de la gestion des checkpoints renvoie à de nouvelles formes d’alliance et de complicité, mais elle renvoie également à des processus plus subtils de restructuration du champ politique, de délégation de certains rôles de l’État et de multiplication de différents types d’organisations qui brouillent les limites entre ONG, organisme étatique et entreprise (Hibou, 2011 ; Kemp, 2013).

Mes conversations avec les femmes du mouvement Machsom Watch (Surveillance des checkpoints) ont été particulièrement intéressantes sur ce sujet. Tandis que certaines d’entre elles m’ont fait part de leurs réticences et de leurs critiques concernant cette évolution, d’autres ont affirmé que « le checkpoint n’a jamais été aussi calme », et que « le directeur actuel est très à l’écoute concernant les problèmes humanitaires et entretient un vrai dialogue ». M., militante de Machsom Watch depuis cinq ans, m’a raconté la proposition qu’elle a faite au directeur du checkpoint :

J’ai proposé de remplacer ces horribles tourniquets en métal dans lesquels les gens risquent de se coincer pendant les heures d’affluence, par de plus petits, comme ceux utilisés à la gare, où l’on insère la carte électronique d’un côté et si c’est bon on peut passer. Sh., le directeur, m’a fait comprendre qu’il aurait soutenu une telle initiative mais que le Shabak (Services de renseignement) a une conception très sécuritaire et qu’il a un droit de véto sur les propositions d’amélioration.

  • 23 La cooptation d’une certaine élite économique et politique palestinienne à travers des projets de c (...)

La question posée par la coopération des institutions palestiniennes à la gestion des checkpoints est évidemment, la plus sensible. Bien que l’Autorité palestinienne ne reconnaisse pas officiellement les « terminaux » qui ont été imposés unilatéralement, les modalités de gestion sont telles que ce refus devient difficile à maintenir. Dans la plupart des grands « terminaux », même quand ils sont situés entièrement à l’est de la ligne verte, il y a une distinction formelle entre le côté « israélien » et le côté « palestinien » comme s’il s’agissait réellement d’un point de passage frontalier entre deux entités souveraines. Les autorités israéliennes n’interviennent pas dans la gestion du côté « palestinien », une délimitation absurde dès lors que, dans la plupart des checkpoints, il est situé dans la zone C, entièrement sous contrôle israélien. Ainsi, le côté « palestinien » n’est souvent pas aménagé, manque de toilettes, d’eau courante ainsi que de places de parking dans le cas des checkpoints destinés au transfert de marchandises. Puisque les Palestiniens attendent du côté « palestinien » et que la queue pendant les heures d’affluence est souvent longue et l’ambiance tendue, ce manque de prise en charge constitue un vrai problème. Mohamad Amar, le dirigeant du syndicat des ouvriers de Qalqilya, a décrit les problèmes rencontrés dans le checkpoint « Eyal » (Irtah), ainsi que les initiatives palestiniennes pour les résoudre. Selon sa description, la municipalité de Qalqilya a construit, avec la participation du syndicat, un toit, des bancs et des toilettes. L’Union générale des ouvriers a procédé à l’organisation de la queue par la distribution de numéros afin de résoudre les problèmes d’entassement et de tension accrue pendant les heures d’affluence. La police palestinienne, en coordination avec le syndicat, assure la sécurité du lieu. Le syndicat des ouvriers a donc publié un appel aux autorités palestiniennes les invitant à améliorer la prise en charge et à établir une coordination palestinienne officielle avec les autorités israéliennes du checkpoint (Amar, 2010). On voit donc que le refus de coopération formelle de la part de l’Autorité palestinienne est fragilisé face aux problèmes concrets et pragmatiques de la gestion des lieux. Dans certains cas, ce vide laissé par l’Autorité a été rempli par d’autres acteurs, comme la municipalité ou le syndicat. Dans d’autres cas, ce sont des acteurs de la sphère privée palestinienne qui remplissent ce vide, ou qui essayent de promouvoir leurs intérêts en négociant des conditions de circulation particulières23.

Pourtant, concernant la mise en place et la gestion des nouveaux checkpoints, la coopération palestinienne ne renvoie pas à une construction de consensus à proprement parler. Le consensus ne repose pas sur les Palestiniens mais sur leur exclusion. Il repose précisément sur « l’annulation des sujets excédentaires… ceux qui ne comptent pas et qui ne sont pas comptés » (Rancière, 2004 (1990), p. 252). Le dispositif du Mur et des checkpoints, unilatéralement imposé par le gouvernement israélien, contraint les Palestiniens à s’assujettir à de nouveaux modes de passage et leur impose également des modalités spécifiques de coopération. L’Autorité palestinienne ne reconnaît pas politiquement et symboliquement la nouvelle Direction des passages, mais les commerçants palestiniens n’ont pas le choix face au dispositif des checkpoints, de même que les personnes dont les revenus dépendent d’un travail en Israël. C’est donc à partir de la contrainte fondamentale et de la dépendance palestinienne pour ce qui relève de la circulation des personnes et des biens depuis et vers Israël que les Palestiniens sont poussés à accepter une coopération pragmatique qui permet au moins de limiter les dégâts.

Pacification par l’économie politique

  • 24 Entretien avec P., cadre de la Direction des passages, Rosh Ha’ain, avril 2011.

Les checkpoints « frontaliers » contrôlent tous les passages légaux des personnes palestiniennes et des marchandises importées ou exportées depuis ou vers les territoires occupés. Entre 1 500 et 2 000 camions et plus de 20 000 piétons palestiniens traversent ces checkpoints quotidiennement24. Il s’agit donc d’un dispositif de régulation situé à l’interface entre l’économie palestinienne et l’économie israélienne. Son impact est d’autant plus important dans un contexte de dépendance structurelle de l’économie palestinienne à l’égard de l’économie israélienne, largement tributaire des importations et des exportations vers et depuis Israël ainsi que des salaires de ceux et celles qui travaillent en Israël ou dans les colonies. La régulation de la circulation à travers les checkpoints affecte directement les conditions de fonctionnement de l’économie palestinienne et son développement. Les longues périodes de bouclages, la réduction brutale du nombre de permis distribués en Cisjordanie depuis la seconde Intifada, ainsi que le blocus continu de la bande de Gaza depuis 2006, ont révélé l’impact de l’interruption des flux de biens et de personnes sur l’économie palestinienne. On comprend mieux l’intérêt éminent que suscitent les modalités de gestion de ces checkpoints : l’ouverture du « terminal » Gilboa (Jalame) en 2009 a été accompagnée, par exemple, d’une cérémonie d’inauguration à laquelle ont participé non seulement des délégations israélienne et palestinienne, mais aussi des représentants des États-Unis et le représentant du Quartet, Tony Blair (USAID, 2009).

  • 25 Les publications de USAID évoquent des projets destinés à renforcer la capacité des entreprises d’i (...)

Tous les projets de développement, les investissements étrangers, les initiatives de coopération israélo-palestiniennes et même les programmes privés de multinationales qui cherchent à utiliser le marché du travail palestinien25 dépendent de cette « bonne gestion » de la circulation. Le projet d’améliorer la gestion des passages est donc situé à l’interface d’intérêts et de programmes économiques et politiques, publics et privés, locaux et internationaux et induit le soutien et la participation de tout un réseau d’acteurs.

  • 26 Yaakov Garb analyse l’élaboration de savoirs sur la circulation par ce réseau d’acteurs ainsi que l (...)

Les différents acteurs créent également un réseau international d’échanges et d’élaboration de savoirs économique, statistique et managérial concernant la gestion, la régulation et le contrôle de la circulation dans les checkpoints26. Ils font appel à des experts, à des économistes et à des institutions d’analyses stratégiques de renommée internationale pour produire des données, élaborer des analyses et conduire sur cette base des actions de plaidoyer. La crédibilité des savoirs qu’ils produisent s’appuie sur le principe de l’expertise et sur la fiabilité accordée aux savoirs économiques et managériaux (Michell, 2002). Le caractère technique, opérationnel et pragmatique de ces savoirs participe à la dépolitisation des checkpoints. Là encore, la rationalité opérationnelle de la bonne gestion permet de souligner l’importance de la circulation tout en oblitérant l’occupation et le contexte historique, politique et géographique qui mène à sa restriction. Tout se passe comme si les checkpoints et les mesures de restriction de la mobilité des Palestiniens étaient des phénomènes naturels et non des instruments de domination mis en œuvre par les autorités occupantes. Ainsi les publications de USAID désignent les restrictions de la circulation comme des « contraintes à la compétitivité et au développement économique », sans évoquer l’occupation (USAID, 2011). Rand Objective Analysis présente ces mêmes restrictions comme un « défi ». D’ailleurs, ces documents préfèrent proposer des solutions plutôt que d’analyser les problèmes. Les objectifs des projets de USAID visent ainsi une amélioration de la circulation depuis et vers la Cisjordanie, une meilleure gestion des échanges commerciaux ainsi qu’à renforcer le « capacity building » (« construction de capacité ») de l’Autorité palestinienne. Le Peres Center for Peace se fixe comme objectif l’élaboration d’un nouveau régime de mobilité qui serait « business friendly » (Ashkenazi et Greenapple, 2009). La Rand Cooperation propose, quant à elle, un plan stratégique pour améliorer les infrastructures qui relient les différentes villes palestiniennes entre elles (2009).

  • 27 Entretien avec Baruch Spiegel, Tel Aviv, avril 2011.

Mais l’économie n’est pas seulement un champ de savoirs qui jouit d’une forte légitimité, elle est également perçue comme un instrument qui peut servir à pacifier les relations israélo-palestiniennes. Baruch Spiegel, engagé dans la Fondation de la coopération économique (ECF) et capitaine de réserve, affirme qu’il s’agit d’une des motivations principales pour la « civilianisation » des checkpoints : « Une des motivations principales était que la civilianisation permettrait une croissance économique ‘bottom-up’ dans les territoires. On veut que les Palestiniens vivent confortablement, une paix économique diminuera les attaques terroristes »27. C’est aussi un des postulats du projet Israeli Palestinian Business Forum (IPBF) de l’Israel/Palestine Center for Research and Information (IPCRI), qui affirme que « le développement économique des territoires palestiniens ainsi que les coopérations économiques israélo-palestiniennes sont des facteurs essentiels pour le renforcement des relations pacifiques », et qu’à travers ces coopérations, « la promotion de la prospérité et l’espoir d’un avenir meilleur vont se propager des deux côtés de la frontière » (IPCRI, 1997).

  • 28 Pour une analyse critique de l’économie politique des programmes de « peacebuilding » (consolidatio (...)
  • 29 Discours de Netanyahu à la conférence annuelle de Herzlyia, 2008 : Herzlyia Conference, résumés des (...)

Ces initiatives reposent fondamentalement sur la construction d’une distinction entre un champ politique conflictuel, animé par des convictions nationales et des fanatismes religieux, et le champ économique consensuel, pacifique et rationnel. Pour ces acteurs institutionnels, les échanges commerciaux pacifiques et les projets de coopération économique permettront à la rationalité du marché de l’emporter sur les divergences politiques. Or, on le sait depuis Polanyi ou même Weber, la sphère économique est tout sauf distincte et indépendante, elle est profondément encastrée dans les dimensions sociales, culturelles et surtout politiques de nos sociétés28. La dépendance palestinienne face aux décisions israéliennes unilatérales concernant la circulation des biens et des personnes est par essence politique. L’économie telle qu’elle apparaît à travers la circulation des marchandises, les échanges commerciaux et les projets de coopération, n’est pas une sphère neutre et autonome, mais une manifestation des rapports politiques de pouvoir et de domination. En cela, la rationalité des acteurs institutionnels rejoint celle de la « paix des marchés » prônée par Netanyahu : une paix établie sur deux fondements « la sécurité israélienne et les forces du marché »29.

  • 30 Comme l’avait formulé le ministre du Travail de l’époque Moshe Katzav : « Les Arabes des Territoire (...)

Rien dans l’idée d’une pacification via l’économie n’est nouveau – la dépendance économique palestinienne via le travail des immigrants de travail journaliers en Israël avait déjà été perçue comme un instrument de contrôle et de pacification dans les années 1970-199030. Néanmoins, le modèle de la pacification par l’économie a changé. Dans les années 1970-1990, ce modèle renvoyait à une intégration particulière – l’intégration de la population palestinienne dans le marché du travail israélien, mais une intégration sous contrainte, toujours limitée et incertaine. Celle-ci pouvait être supprimée comme mesure de « punition » et était accompagnée de l’exclusion des Palestiniens de la communauté politique et civique et donc des protections et des droits. Aujourd’hui, la « paix économique » repose sur un autre modèle, celui d’une séparation particulière. Cette séparation, qui permet de maintenir un contrôle israélien sur l’intégralité du territoire, est accompagnée par une nouvelle tentative de pacification à travers l’économie.

La « paix économique » ou la « paix des marchés », terme devenu à la mode, est la dimension économique du projet de la séparation unilatérale. Elle permet une pseudo-autonomie et une pseudo-souveraineté palestiniennes mais selon des conditions toujours imposées par l’État d’Israël. Ce qui conduit à se poser la question de la postérité inhérente aux checkpoints frontaliers : Vont-ils devenir un jour de « vrais » points de contrôle frontaliers « comme dans les autres pays du monde » ? Cette possibilité n’est pas à exclure. Néanmoins, fondée sur le maintien du contrôle israélien sur les circulations et, par là, sur l’économie palestinienne et utilisée comme instrument de pacification, la gouvernementalité néolibérale n’a jamais autant ressemblé à la continuation de la guerre par d’autres moyens.

Bibliographie

AGIER Michel, 2008, Gérer les indésirables, Paris, Flammarion.

AMAR Mahmud, 2010, « Le checkpoint israélien Eyal : des querelles entre les ouvriers pour leur place dans la file d’attente et un contrôle de sécurité rigide », Kav LaOved - Worker’s Hotline, 4 février 2010 (en hébreu).

ANDREAS Peter, SNYDER Timothy (dir.), 2000, The Wall Around the West. State Borders and Immigrations Control in North America and Europe, Oxford, Rowman & Littlefield Publishers.

AZOULAY Ariella, OPHIR Adi, 2008, Ce régime qui n’en est pas un : occupation et démocratie entre la mer et la rivière, Tel Aviv, Resling (en hébreu).

BEN ELIZIER Uri, 2004, « Post-Modern Armies and the Question of Peace and War: The Israeli Defense Forces in the « New Times », International Journal of Middle East Studies, Vol. 36, no. 1, Février, p. 49-70.

BAHOUR Sam, 2010, « Economic Prison Zones », Middle East Report (http://www.merip.org/mero/ mero111910).

BENVENISTI Meron, 1988, Le lance-pierre et la matraque, Tel Aviv, Keter, en hébreu.

BIGO Didier, GUILD Elspeth, 2005, Controlling Frontiers: Free Movement Into and Within Europe, Burlington, Ashgate.

BREVERMAN Irus, 2011, « Civilized Borders: A Study of Israel’s New Crossing Administration », Antipode: A Radical Journal of Geography, 43(2), p. 264‑295.

BROWN Wendy, 2009, Murs. Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique, Paris, Les prairies ordinaires.

CHELLY Luc, CAPDEVIELE Jacques, LEBRET, Marc, 2000, La civilianisation des régiments de l’Armée de terre : une coexistence pacifique plus qu’une intégration réussie, Paris, Centre d’études en sciences sociales de la défense.

FEHE Michel, 2010, « Retour vers le futur proche », Vacarme, 51, URL : http://www.vacarme.org/article1888.html (mis en ligne le 9 avril 2010, consulté le 20 décembre 2014).

FOUCAULT Michel, 1975, Surveiller et punir, Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

FOUCAULT Michel, 2004a, Sécurité, territoire, population, Paris, Gallimard.

FOUCAULT Michel, 2004b, Naissance de la Biopolitique, Paris, Gallimard.

GARB Yaakov, 2011, « Porosité, fragmentation et méconnaissance », in Stéphanie LATTE ABDALLAH, Cédric PARIZOT (dir.), À l’ombre du mur, Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes Sud.

GORDON Neve, 2008, Israel’s Occupation, California, University of California press.

GORDON Neve, 2009, The Political Economy of Israel’s Homeland Security/Surveillance Industry, The New Transparency.

HANDEL Ariel, 2006, « Ceci identifie et détruit ! » Commentaires sur les sens et leurs rôles dans les Territoires occupés », Théorie et critique n°28, Jérusalem, Institut Van-Leer, p.157-172 (en hébreu).

HAVKIN Shira, 2011a, La réforme des checkpoints israéliens : externalisalisation, marchandisation et redéploiement de l’État, 
Les études du CERI, no 174, avril.

HAVKIN Shira, 2011b, « La privatisation des checkpoints, quand l’occupation militaire rencontre le néolibéralisme », in Stéphanie LATTE ABDALLAH, Cédric PARIZOT (dir.), À l’ombre du mur, Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes-Sud.

HIBOU Béatrice, 2011, De la domination politique, Paris, La Découverte.

HIBOU Béatrice, 2012, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte.

HIBOU Béatrice, 2013, La bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte.

KEMP Adriana et RAIJMAN Rebecca, 2008, Immigrants et travailleurs, l’économie politique de l’immigration de travail en Israël, Tel Aviv, Edition Val Leer-Hakibutz Hameuhad (en hébreu).

KOTEF Hagar, MERAV Amir, 2007, « (En)Gendering Checkpoints: Checkpoint Watch and the Repercussions of Intervention », Signs, p. 973-996.

KOTEF Hagar, MERAV Amir, 2011, « Between Imaginary Lines: Violence and its Justifications at the Military Checkpoints in Occupied Palestine », Theory, Culture & Society, 28 (1), Sage, p. 55-80.

LATTE ABDALLAH Stéphanie, PARIZOT Cédric (dir.), 2011, À l’ombre du mur, Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes-Sud.

LAUTIER Bruno, 2010, « Qui ne dit mot consent - qui consent ne dit mot ». L’usage du mot « consensus » dans le vocabulaire du développement », Économie et Institutions, 14, p. 41-67.

LAUTIER Bruno, 2009, « La bureaucratie du consensus building », intervention aux deuxièmes rencontres européennes du FASOPO (http://www.fasopo.org/rencontre?page=5) du 6 février 2009 (consulté le 20 décembre 2014).

LEVY Yagil, 2010, Qui gouverne l’armée ? Entre gouvernement par la sphère militaire et contrôle du militarisme, Jerusalem, Eshkolot et Magnes presse universitaire (en hébreu).

MANSBACH Daniela, 2007, « Contestation à la frontière : la force de la dualité dans les pratiques de contestation du mouvement Machsom-Watch », Théorie et Critique, vol. 31, hiver, Jérusalem, Édition de l’institution Van Leer, p. 77-99 (en hébreu).

MARCUSE Herbert, 1999 (1964), One Dimensional Man, London, Routledge.

MAROM Dror, 1999, « L’entreprise Comsec va gérer un système d’identification biométrique pour les passagers du checkpoint Erez, entre Gaza et Israël », Globes,11 février (en hébreu).

MITCHELL Thimoty, 2002, Rule of Experts : Egypt, Techno-politics, Modernity, California, University of California Press.

OPHIR Adi, GIVONI Michal, HANAFI Sari (dir.), 2009, The Power of Inclusive Exclusion, New-York, Zone Books.

PUGH Michael, COOPER Neel, TURNER Mandy (dir.), 2008, Whose Peace ? Critical Perspectives on the Political Economy of Peacebuilding, Hampshire, Palgrave Macmillan.

RANCIERE Jacques, 2004 (1990), Aux bords du politique, Paris, Gallimard.

RITAINE Evelyne, 2009, « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie », Cultures & Conflits, 73, p. 13-33.

SPIEGEL Baruch, 2005, « Balancing Rights » Discours de Baruch Spiegel, tenu le 18 mars 2005 à l’ambassade israélienne à Londres, http://www.ngo-monitor.org/article.php?id=1019 (consulté le 20 décembre 2014).

SILL Édourad, 2010, « Les externalisations du ministère de la Defense », in Bonelli, Laurent et Pelletier, Willy (dir.), L’État démantelé, enquête sur une révolution silencieuse, Paris, La Découverte, p. 266-273.

SUSSKIND Laurence, CRUIKSHANK Jeffrey, 2006, Breaking Robert’s Rules, Oxford, Oxford University Press.

TARIQ Dana, 2014, « The Palestinian Capitalists That Have Gone Too Far», Al‑Shabaka, 14 janvier 2014, http://al-shabaka.org/node/708 (consulté le 20 décembre 2014).

TARTIR Alaa, 2013, « PA Industrial Zones : Cementing Statehood or Occupation ? », Al-Shabaka, 7/2/2013, http://al-shabaka.org/pa-industrial-zones-cementing-statehood-or-occupat?page=2 (consulté le 20 décembre 2014).

TURNER Mandy, 2011, « Creating ‘Partners for Peace’: The Palestinian Authority and the International Statebuilding Agenda», Journal of Intervention and Statebuilding, 4, 1, p. 1-21.

TURNER Mandy, 2012, « Completing the Circle: Peacebuilding as Colonial Practice in the Occupied Palestinian Territory », International Peacekeeping, 19, 4, novembre, p. 492-507.

VALCARCE Federico Lorenc, 2011, La sécurité privée en Argentine, entre surveillance et marché, Paris, Karthala.

WEIZMAN Eyal, 2008, « 665/The Lesser Evil », Roundtable: Research Architecture, Goldsmith University of London, http://roundtable.kein.org/node/802 (consulté le 20 décembre 2014).

WEIZMAN Eyal, 2011, The Least of All Possible Evils, London, Verso.

Annexes

Documents officiels

Appel d’offre officiel pour la gestion des points de contrôle, éléments non confidentiels, publié par l’État d’Israël, le ministère de la Défense, 15 mai 2005.

Porte-parole du ministère de la Défense, « Des scanneurs mobiles pour la Direction des passages », le 26 décembre 2006.

Protocole n° 495 de la réunion de la Commission des Affaires intérieures et de l’Environnement concernant la proposition de loi sur le mandat pour les services de sécurité et de vigilance, 27 juillet 2005

Protocole de la commission des Affaires intérieures et de l’Environnement concernant les points de passage frontières avec Gaza et la Cisjordanie, mercredi 16 novembre 2005.

Publications d’associations

Israel/Palestine Center for Research and Information (IPCRI) : http://www.ipcri.org/, Economics and Development – Recommendation on Steps to be Taken with Regard to Palestinian Economic Development Needs in Relationship to Israeli Security Needs, 1997.

Peres Center for Peace : http://peres-center.org/​

Ashkenazi Adi, Greenapple, Barak, Economic Peace? Political Peace with Economic Prosperity, Peres Center for Peace Business and Economics Department, 2009.

Peres Center for Peace & Paltrade, Through Traffic: A Border Crossing Approach to Secure and Prosperous Trade, février 2007 : http://old.paltrade.org/​en/​publications/​other/​Through%20Traffic_PalTrade-PPC_2007.pdf (consulté le 20 décembre 2014)

USAID : www.usaid.gov/wbg : Résumé des succès (achievements) de l’agence USAID, 2009.

West Bank & Gaza, Fact Sheet, Private Enterprise Program: Trade Facilitation Project, juin 2010.

West Bank & Gaza, Fact Sheet, Private Enterprise Program: Trade Facilitation Project, janvier 2011.

Rand Corporation : The Arc Project : http://www.rand.org/​pubs/​research_briefs/​RB9119/​index1.html

« Three Proposed Initiatives for Improving Mobility, Quality of Life, and Economic Growth in the West Bank », 2010.

World Bank, West Bank and Gaza Palestinian Trade: West Bank Routes, Report No. 46807 – GZ, décembre 2008.

Notes

1 Le mot hébreu izruakh est un mot composé dont la racine signifie à la fois « civil » et « citoyen ». Le terme anglais « civilianization » qdans le langage courant en français, mais est néanmoins utilisé par les auteurs institutionnels (voir, par exemple, l’ouvrage intitulé La civilianisation des régiments de l’Armée de terre, publié par le Centre d’études en sciences sociales de la défense, Chelly L. et al., 2000), ainsi que par des sociologues et des politistes (voir Valcarce, 2011 ; Sill, 2010).

2 Pour une analyse du rôle des checkpoints privatisés dans la matérialisation de la séparation unilatérale voir Havkin, 2011.

3 Voir le « consensus rationnel » de Habermas (Habermas, 1975).

4 Toutes les traductions de l’hébreu et de l’anglais figurant dans cet article ont été effectuées par mes soins.

5 Le terme « civilianisation » est progressivement entré dans le vocabulaire militaire depuis la fin des années 1990 et l’application progressive des conclusions de la commission Sadan concernant la « redistribution des rôles entre l’armée et la sphère privée », i.e. la privatisation des domaines militaires. En 2003, une équipe de travail a été nommée par le Chef d’État-major pour étudier les « civilianisations » en cours, les domaines qui devraient être « civilianisés » ainsi que le modèle selon lequel l’utilité des « civilianisations » serait examinée.

6 La Direction des passages est une Direction spéciale établie en 2005 sous la responsabilité du ministère de la Défense afin de centraliser le projet de la « civilianisation des passages » et gérer les checkpoints « civilianisés ».

7 Protocole 495, 2005.

8 Entretien avec E., ancien vigile puis chef de service de l’entreprise Mikud, Tel Aviv, avril 2011.

9 Observation d’une journée au checkpoint de Sha’ar Efrayim (Taybe), échange avec un vigile engagé par l’entreprise Modi’in Ezrahi, avril 2010.

10 Entretien avec E., ancien vigile puis chef de service de l’entreprise Mikud, Tel Aviv, avril 2011.

11 Entretien avec A., ancien vigile engagé par l’entreprise Sheleg Lavan au checkpoint Meitar, Be’er Tuvia, Avril 2010.

12 Une annonce d’emploi publiée par l’entreprise Modi’in Ezrahi met également en avant l’ambiance « jeune et dynamique », explicitement, mais aussi par le ton choisi : « Tu as terminé ton service militaire ?! Tu veux économiser pour un voyage ?! Ta place est avec nous !!! Un projet prestigieux des passages terrestres du ministère de la Défense a besoin de contrôleurs / contrôleuses sécuritaires pour un travail intéressant dans une ambiance jeune et dynamique !!! », site internet Drushim, offres d’emploi en ligne, annonce publiée par Modi’in Ezrahi, le 3 décembre 2013 : http://www.drushim.co.il/ (consulté le 15 décembre 2013).

13 Entretien avec E., ancien vigile puis chef de service de l’entreprise Mikud, Tel Aviv, avril 2011.

14 Sur ce point voir aussi Mansbach, 2007.

15 Entretien avec E, chef de service de l’entreprise Mikud, mené par Eilat Maoz, Tel Aviv, février 2008.

16 Entretien avec P., Rosh Ha’ain, avril 2011.

17 Porte-parole du ministère de la Défense, 2006.

18 Protocole de la commission des Affaires intérieures et de l’Environnement, le 16 novembre 2005.

19 Israel / Palestine Center for Research and Information.

20 http://www.usaid.gov/west-bank-and-gaza/economic-growth-and-trade (consulté le 20 décembre 2014).

21 Entretien avec Kelly Seibold, responsable du projet TFP – USAID, mené à Jérusalem-Est, décembre 2011.

22 Entretien avec Kelly Seibold, responsable du projet TFP – USAID, mené à Jérusalem-Est, décembre 2011.

23 La cooptation d’une certaine élite économique et politique palestinienne à travers des projets de coopération est analysée par exemple par Bahour, Turner, 2012 ; 2010 ; Tartir, 2013 ; et Tariq, 2014. On peut évoquer également la déclaration du Hamas concernant le projet de déléguer la gestion du côté palestinien des checkpoints de la bande de Gaza au secteur privé palestinien. Ce projet de privatisation palestinien est censé résoudre les problèmes liés à l’impossibilité de coopérer entre le gouvernement du Hamas et les autorités israéliennes en favorisant le remplacement des acteurs politiques par des acteurs issus de la sphère privée. AFP Gaza, « Hamas says to privatize Gaza crossing », Alarabiya, 23/2/2014

24 Entretien avec P., cadre de la Direction des passages, Rosh Ha’ain, avril 2011.

25 Les publications de USAID évoquent des projets destinés à renforcer la capacité des entreprises d’informatique, de communication et de technologie palestiniennes selon les exigences du marché de la sous-traitance globale. Dans ces projets sont impliqués, entre autres, Google, HP et Microsoft (USAID West Bank & Gaza, Fact Sheet, juin 2010).

26 Yaakov Garb analyse l’élaboration de savoirs sur la circulation par ce réseau d’acteurs ainsi que les limites de ces savoirs, en examinant une étude qu’il a menée sur le transport de marchandises via le « terminal » Tarqumiya. Garb, 2011.

27 Entretien avec Baruch Spiegel, Tel Aviv, avril 2011.

28 Pour une analyse critique de l’économie politique des programmes de « peacebuilding » (consolidation de la paix), voir Pugh, Cooper, et Turner, 2008 ainsi que Turner, 2011.

29 Discours de Netanyahu à la conférence annuelle de Herzlyia, 2008 : Herzlyia Conference, résumés des communications, 2008, http://www.herzliyaconference.org/?ArticleID=2693&CategoryID=325 (consulté le 20 décembre 2014, en Hébreu).

30 Comme l’avait formulé le ministre du Travail de l’époque Moshe Katzav : « Les Arabes des Territoires de la Cisjordanie et de la bande de Gaza doivent comprendre que s’ils nous attaquent sur leurs lieux de travail, demain, on ne leur proposera plus de travail. Et nous ne manquons pas d’alternatives ». Discours prononcé à la Knesset le 25 janvier 1988, cité par Kemp et Raijman, 2008, p. 57.

Auteur

Centre d’études et de recherches internationales (CERI), Sciences Po, Paris

© Presses universitaires de Provence, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540