Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos sur l'intraduisible

 | 
Olga Artyushkina
, 
Charles Zaremba

L’intraduisible du BCMS

Paul-Louis Thomas

Texte intégral

  • 1 Le BCMS n’a ni perdu l’aoriste et l’imparfait comme les langues slaves de l’est et de l’ouest, ni d (...)
  • 2 La différence emblématique, opposant un emploi préférentiel de l’infinitif en croate (notamment apr (...)
  • 3 Il est bien question ici des standards et non des dialectes, qui diffèrent d’une région à l’autre, (...)
  • 4 Pour une présentation détaillée des (menues) différences entre les standards BCMS, ainsi que des po (...)

1Le BCMS (bosniaque-croate-monténégrin-serbe) est une langue polystandardisée ou à standardisation polycentrique, ce qui signifie qu’en dépit de noms différents, on a affaire à une seule et même langue en tant que système linguistique : mêmes phonèmes et même système accentuel complexe, combinant longueur ou brièveté des voyelles et tons montants ou descendants, morphologie identique (mêmes déclinaisons avec sept cas, même système aspecto-temporel et même inventaire de formes verbales – parmi toutes les langues slaves, le BCMS est la seule à avoir conservé les formes verbales conjuguées du vieux slave1), syntaxe semblable2. Les différences portent essentiellement sur le lexique, relevant de la variation incidente, qui n’affecte que des éléments isolés du système linguistique. Cette situation, avec système linguistique unique et standards3 légèrement différents en Bosnie-Herzégovine, Croatie, Serbie et au Monténégro, est semblable à celle des autres langues polystandardisées, telles que l’anglais (avec les variantes du Royaume-Uni, des États-Unis, du Canada, d’Australie…), l’espagnol (dans la péninsule ibérique et en Amérique du Sud), le portugais (au Portugal, au Brésil…), l’allemand (en Allemagne, en Autriche…), le français (les « aménagistes » promeuvent au Canada un standard différent de celui de France), le flamand et le néerlandais (avec des lingonymes, comme dans le cas du BCMS)… Ainsi que pour toutes ces langues, il est donc possible et naturel d’écrire une grammaire unique décrivant le système linguistique (voir Thomas et Osipov 2012, Thomas 2013b). L’intercompréhension est quasi parfaite entre locuteurs des quatre standards, et il ne s’agit nullement d’une intelligibilité approximative comme entre locuteurs des différentes langues slaves, des diverses langues romanes ou des langues scandinaves. Les écarts entre les standards, présentés souvent abusivement comme résultant de la dislocation de l’ex-Yougoslavie qui aurait entraîné un « éclatement » du serbo-croate, n’ont en fait rien de nouveau et ont toujours permis de reconnaître, à l’écrit comme à l’oral, l’origine géographique (et non ethnique) des scripteurs et des locuteurs ; on parlait, à l’époque de la Yougoslavie communiste, de variantes occidentale et orientale, et même déjà de « pratiques linguistiques standard » bosno-herzégovinienne et monténégrine ; dans un contexte différent tel celui de la France, on évoquerait simplement des usages régionaux. Des politiques linguistiques de « restandardisation », mettant en avant la fonction symbolique de la langue au détriment de sa fonction communicative, ont été mises en œuvre dans les années 1990 en Croatie (visant à accentuer les différences avec le serbe), puis en Bosnie-Herzégovine (différenciation vis-à-vis du serbe et du croate pour le bosniaque, rapprochement du serbe des Serbes de Bosnie avec le standard serbe de Serbie…) et davantage encore dans les années 2000 au Monténégro (le monténégrin devant s’éloigner du serbe)4.

1. L’intraduisible « interne »

2Dès lors, peut-on parler d’altérité linguistique entre bosniaque, croate, monténégrin et serbe ? Un locuteur de l’un des standards est-il polyglotte, quadrilingue ? Peut-on traduire de l’un des standards vers un autre ?

  • 5 La connaissance du cyrillique est indispensable pour tout apprenant de croate qui ne veut pas se co (...)

3À ces trois questions, la réponse est selon nous négative. Prenons à titre d’exemple les mises en garde figurant sur les paquets de cigarettes en Bosnie-Herzégovine, dans les trois langues officielles de ce pays (bosniaque, croate, serbe). On y retrouve le plus souvent la même phrase répétée trois fois à l’identique, sur plusieurs lignes superposées, ainsi Pušenje ubija « Fumer tue », Pušenje može uzrokovati impotenciju « Fumer peut causer l’impuissance », deux fois en alphabet latin et une fois en cyrillique, dans un ordre différent (le cyrillique tantôt en haut, tantôt en bas, tantôt au milieu, pour maintenir une rigoureuse égalité). On est censé supposer qu’il s’agirait respectivement des standards croate (qui n’utilise désormais que l’alphabet latin, bien que l’alphabet cyrillique ait été employé en Croatie dès le Moyen Âge5), bosniaque (bien que le standard bosniaque recoure, au moins déclarativement, aux deux alphabets) et serbe (qui, contrairement à une idée reçue tenace, utilise aussi bien l’alphabet latin que le cyrillique, tout en donnant la priorité à ce dernier dans les actes officiels). Il ne s’agit évidemment pas, sur ces emballages, de recourir à la fonction communicative de la langue et de marteler la même injonction trois fois de suite pour persuader les fumeurs de la nocivité du tabac, mais de mettre en avant la fonction symbolique de la langue, pour que chacun puisse reconnaître (?) « sa » variante et ne se sente pas linguistiquement lésé. Il est aussi intéressant, sinon instructif, de se pencher sur les modes d’emploi des appareils, les composants des produits alimentaires ou pharmaceutiques, lorsque les fabricants ont jugé utile de faire rédiger les notices dans deux, trois ou quatre des standards concernés, et d’apprécier les efforts des rédacteurs pour fournir des variantes aux différences (plus ou moins et pas toujours) justifiées.

  • 6 Fink Arsovski 2006. Dix ans plus tard cet ouvrage a été complété par un Dictionnaire croato-romano- (...)

4À cet exemple in praesentia de trois standards, on pourra ajouter (et non pas opposer) l’exemple suivant in absentia. En Croatie est paru en 2006 un Dictionnaire croato-slave des phrasèmes de comparaison6 (du type « fort comme un taureau », « rapide comme une flèche », etc.), qui propose les équivalents ou traductions de tels syntagmes croates dans un nombre important de langues slaves : slovène, macédonien, bulgare, ukrainien, russe, polonais, tchèque, slovaque. Ne figurent (évidemment) pas dans cette liste le serbe, le bosniaque ni le monténégrin, pour lesquels les syntagmes auraient été (presque toujours) rigoureusement les mêmes.

5Il n’y a pas plus lieu, il n’est pas plus nécessaire de traduire entre les différentes variantes du BCMS qu’entre celles d’autres langues polystandardisées telles que l’anglais, l’espagnol… Les « marqueurs », c’est-à-dire les particularités régionales qui différencient chaque standard des autres étant bien connues et aisément repérables, il est toutefois possible de « croatiser » ou « bosniaquiser » un texte serbe, « serbiser » un texte croate, etc. Donnons-en quelques exemples.

  • 7 On trouve en Croatie trois grands groupes de dialectes, čakavien, kajkavien et štokavien, présentan (...)
  • 8 La seconde est plus proche du texte serbe d’origine, car entre-temps des linguistes croates ont pro (...)
  • 9 Poncije Pilat devient en serbe Pontije Pilat.
  • 10 Les changements portent principalement sur le lexique : ainsi jumper, matron, biscuits… deviennent- (...)
  • 11 Prix Meša Selimović, du nom d’un écrivain célèbre de l’ex-Yougoslavie (originaire de Bosnie et ayan (...)

6La Bible avait connu plusieurs traductions croates, fragmentaires ou intégrales, avant 1850, mais qui n’avaient pas été publiées ou bien étaient rédigées dans une langue autre que celle choisie comme langue littéraire au xixe siècle, à savoir le štokavien jekavien7. Les intellectuels et philologues serbes et croates considérant alors avoir une langue commune, la traduction réalisée par le grand réformateur de la langue serbe Vuk Karadžić va être diffusée en Croatie, où elle reçoit un accueil mitigé, dû moins aux différences lexicales qu’à une tradition parfois différente pour les anthroponymes et toponymes ; par exemple, les emprunts au grec ont pour 𝛽 la prononciation du grec ancien [b] en croate comme en français, mais celle du grec moderne [v] en serbe, d’où Job / Jov, Babilon / Vavilon… De ce fait, des linguistes vont être sollicités pour réaliser des versions croatisées, Bogoslav Šulek pour celle publiée en 1877 et Milan Rešetar pour celle de 18958. C’est toujours en raison de ces différences qu’on a vu à l’inverse une serbisation d’ouvrages croates d’un auteur à succès, Miro Gavran, consacrés à des personnages bibliques : ses romans Judita (2001) et Poncije Pilat (2004) ont été publiés en 2006 dans des versions serbisées et en cyrillique9. De telles adaptations, de l’une des variantes dans une autre variante d’une langue polystandardisée, existent par exemple pour l’anglais ; ainsi les versions originales, britanniques, des aventures de Harry Potter, sont-elles publiées aux États-Unis en version américanisée10. Pour le BCMS de telles transpositions, qui visaient à ménager la susceptibilité religieuse des catholiques croates et des orthodoxes serbes, restent toutefois fort rares, les lecteurs de l’une des variantes étant parfaitement à même de lire sans aucune retouche les textes littéraires d’une autre variante. Il existe du reste à nouveau depuis 2001 un prix littéraire commun aux quatre pays et standard, décerné par un jury composé d’hommes et femmes de lettres et critiques également originaires des quatre États concernés11.

  • 12 Gospođa ministarka (1929) de Branislav Nušić (1864-1938).

7Une loi croate imposant de sous-titrer les films étrangers, des films serbes ont été sous-titrés, ce qui a déclenché l’hilarité des spectateurs croates, les jurons et mots grossiers des dialogues, parfaitement compréhensibles de tout locuteur de BCMS étant « passés à la trappe » au cours de cette opération. Pour démontrer l’inanité de telles « traductions », le metteur en scène Oliver Frljić, Croate de Bosnie très connu dans les Balkans pour ses dénonciations virulentes de tous les nationalismes, a mis en scène à Zagreb une comédie célèbre du répertoire serbe classique, Madame la Ministre12, en la faisant jouer dans le texte original non modifié (standard serbe ekavien) par des acteurs croates, avec des surtitres croatisés.

  • 13 Ainsi Šamija i Lukačić 1991, Brodnjak 1992. Une nette amélioration a été apportée par Samrdžija 201 (...)

8Réaliser des dictionnaires bilingues est mission impossible et inutile entre les standards d’une langue polystandardisée, et l’on doit se contenter de dictionnaires de différences. Il s’agit d’une entreprise difficile qui nécessiterait sans doute un travail d’équipe. Les ouvrages parus, surtout en Croatie au moment de son indépendance, sont plus normatifs que descriptifs, et entachés de nombreuses erreurs et approximations : ils indiquent souvent comme « serbes » des mots rares, dialectaux ou archaïques, qui ne sont pas plus en usage en Serbie qu’en Croatie, tandis que les équivalents présentés comme « croates » s’emploient en fait tout autant en Serbie13.

2. L’intraduisible « interne » et « externe »

  • 14 Consacrée au personnage biblique de Judith.
  • 15 On observera que les philologues zagrébois renoncèrent dans les années 1830 à faire de leur parler (...)

9Nous évoquerons ici la question des dialectes. Si, tout en étant de la même « famille » que la langue standard, ils en sont éloignés au point de constituer des systèmes linguistiques différents, avec une intercompréhension limitée entre locuteurs pratiquant le dialecte et locuteurs du standard ne connaissant pas ce dialecte, on peut envisager une nécessité de traduction « interne » (au pays concerné). C’est le cas en Croatie, avec les dialectes čakavien, kajkavien et štokavien (voir note 6). Si le troisième est à la base de la langue standard actuelle, les deux premiers ont été par le passé de véritables langues littéraires, dans lesquelles ont été composés certains chefs-d’œuvre de la littérature croate. Le čakavien, sur la côte Adriatique, fut langue littéraire à Split, Zadar, Hvar… de la fin du Moyen Âge au xviie siècle : la première grande œuvre d’auteur de la littérature croate est Judita14 (1501), poème épique en čakavien de Marko Marulić – surnommé le « père de la littérature croate » –, qui a été traduit en standard štokavien. C’est aussi le cas de certains textes littéraires kajkaviens (idiome du nord-ouest de la Croatie et notamment de Zagreb15, et langue littéraire du xvie au xixe siècle), comme Matijaš grabancijaš dijak « Matijaš l’étudiant nécromancien » (1804) de Tito Brezovački (1757-1805). En revanche, lorsque apparaissent dans des textes croates modernes des dialogues en čakavien ou kajkavien, ils ne sont pas traduits en standard, les auteurs jouant des différences dialectales et de la diglossie de certains locuteurs pour créer des effets linguistico-littéraires.

  • 16 Marko Marulić (2002) Judith, traduit du croate par Charles Béné, Zagreb, Most.

10Pour ce qui est de la traduction « externe » des dialectes en question, par exemple en français, la question devrait en principe se poser différemment pour les cas où le dialecte avait le statut de langue littéraire (il convient alors de traduire en français standard, ce qui a été le cas pour Judita16) et ceux où il n’est plus « que » dialecte à proprement parler. Mais on se heurte alors au statut différent des dialectes croates pour la Croatie et des dialectes du français en France : les passages dialogués en čakavien ou kajkavien, à l’intérieur de textes littéraires en štokavien, seront traduits en français non dialectal, avec recours éventuel à du français familier ou populaire pour (tenter de) garder les effets stylistiques.

3. L’intraduisible « externe »

11Il est ici question de différents éléments qui ne peuvent être traduits de langue source en langue cible, la traduction du BCMS en français n’offrant généralement que des cas particuliers de phénomènes généraux et bien connus des traducteurs ; on devrait souvent parler plutôt de « difficilement traduisible » que d’« intraduisible » à proprement parler.

A. Les alphabets

  • 17 Le défi a été relevé (en laissant bien sûr de côté l’emploi alterné des alphabets) et Hammam Balkan (...)

12Comme on l’a vu précédemment, les standards serbe, bosniaque (et aussi monténégrin) utilisent les alphabets latin et cyrillique, ce qui représente un cas rare de digraphie synchronique, à savoir l’emploi simultané de deux alphabets pour une même langue standard. Jouant sur cette digraphie, un auteur serbe contemporain, Vladislav Bajac, a eu (apparemment le premier) l’idée d’écrire un livre Hamam Balkanija, dont les chapitres sont alternativement en cyrillique et en alphabet latin (correspondant à deux plans temporels différents, cyrillique pour l’époque contemporaine et latin pour le xviie siècle), chaque chapitre étant de plus nommé du nom d’une lettre de l’alphabet (alternativement cyrillique et latin) en suivant l’ordre (différent) de ces deux alphabets : A, A, Б, B, В, C, Г, Č, Д, Ć, Ђ, D, Е, DŽ, Ж, Đ, З, E, И, F… (avec soixante chapitres pour les trente graphèmes des deux alphabets). On est bien ici, semble-t-il, dans le domaine de l’intraduisible17.

B. La poésie

13Le BCMS étant une langue synthétique (avec des cas et des déclinaisons, des comparatifs de supériorité formés par suffixation) sans article et le français une langue analytique (devant recourir davantage aux prépositions, et où le comparatif utilise l’adverbe plus) à article, un texte BCMS sera presque toujours plus long (jusqu’à 20 %, voire davantage) dans sa traduction française. Le vers le plus fréquent dans la tradition littéraire BCMS est par ailleurs le décasyllabe, alors que c’est plutôt l’alexandrin en français. Convient-il dès lors de rendre le décasyllabe BCMS par des dodécasyllabes français ? Cette solution ne semble pas avoir été retenue par les traducteurs, qui ont en fait souvent renoncé à garder la versification d’origine pour passer purement et simplement à la prose. C’est qu’en effet ils ne pouvaient de toute façon préserver le rythme de l’original : le BCMS étant une langue à accent libre, la versification classique y est syllabo-tonique, jouant d’une alternance régulière (binaire ou ternaire) des syllabes accentuées et des syllabes atones, ce que ne peut rendre le français, langue à accent fixe. Rendons ici hommage au tour de force des traducteurs Vladimir André Cejović et Anne Renoue, qui ont réussi à traduire intégralement La Couronne de la montagne, chef-d’œuvre (1847) du prince-évêque du Monténégro, Petar Petrović Njegoš (1813-1851), gardant les décasyllabes en français, tout en rendant presque vers à vers le sens de l’original. En voici un bref échantillon :

A ja što ću, ali sa kime ću ?
Malo rukah, malena i snaga,
jedna slamka među vihorove

Et que ferai-je, moi, et avec qui ?
Si peu de bras, encore moins de force
fétu de paille au cœur des ouragans

C. Les proverbes

14Ces témoins de la « sagesse des nations » peuvent se rencontrer à l’identique en langue source et en langue cible, mais nombreux sont ceux dont la traduction littérale n’est guère (ou pas) explicite et qui nécessitent des explications plus ou moins laborieuses ou des équivalents approximatifs. Voici deux exemples :

Dva loša ubiše Miloša, mot à mot « Deux misérables tuèrent Miloš » (on remarquera la rime interne – le verbe est à l’aoriste).

15Ce proverbe serbe fait allusion à Miloš Obilić, héros légendaire de la bataille de Kosovo (1389), qui tua le sultan Murat au sacrifice de sa vie ; le proverbe signifie que si deux complices médiocres et sans envergure, animés de mauvaises intentions, se mettent d’accord, ils peuvent venir à bout même du plus grand héros.

  • 18 Voir Thomas 2012.

Zapanulo Ciganina carstvo pa obesio svog oca, mot à mot « L’empire échut à un Tsigane et il fit pendre son père » (les verbes sont ici au parfait tronqué – c’est-à-dire sans verbe auxiliaire exprimé –, caractéristique des récits populaires ; les proverbes BCMS utilisent une plus large palette de formes verbales que les proverbes français18).

16Le « politiquement correct » de notre époque est absent, et les Tsiganes ont souvent un rôle peu reluisant dans les proverbes BCMS. Ce qui semble, au premier abord, le fragment d’un récit exprime en fait une vérité présentée comme générale, à savoir qu’une personne de basse extraction qui s’est élevée socialement, voire est parvenue au pouvoir, cherche à se débarrasser, même physiquement, de ses proches qui pourraient témoigner de ses origines. Un équivalent français, bien plus doux, pourrait être « Vilain enrichi ne connaît ni parent ni ami ».

D. Le lexique

1. Les connotations

17Une traduction littérale, qui s’en tient aux dénotations et ignore les connotations, peut égarer le lecteur de la langue cible. Ainsi, les animaux peuvent véhiculer des connotations différentes en BCMS et en français, que leur nom soit employé métaphoriquement ou littéralement.

Konju jedan! mot à mot « cheval – un » (au vocatif)

18Alors que les connotations du cheval sont prestigieuses en français, ce n’est pas nécessairement le cas en BCMS, où le cheval peut se trouver rabaissé au rang de l’âne, au sens ici d’« espèce d’empoté ! ».

Ždral putuje k toplom jugu – u jeseni

  • 19 Kolja Mićević (2002) Les saluts slaves. Une anthologie poétique, Paris, Belleville, Éditions « Kolj (...)
  • 20 Slavko V. Mihalić et Ivan Kušan (1972) La poésie croate des origines à nos jours, Paris, Seghers, p (...)

19Ce premier vers d’un poème célèbre de l’écrivain Stanko Vraz (1810-1851), d’origine slovène mais qui choisit d’écrire en croate, a été traduit mot à mot par Kolja Mičević, pourtant traducteur talentueux, par « La grue voyage vers le chaud sud – en automne »19. Janine Matillon, traductrice expérimentée qui a été de plus professeure de serbo-croate à l’Inalco, a également choisi de garder « grue » : « La grue prend le chemin du sud – quand vient l’automne20 ». Or « grue » a des connotations négatives en français (« prostituée », « faire le pied de grue ») alors qu’elle bénéficie d’une connotation positive en BCMS. Dès lors faut-il garder le nom exact de l’oiseau désigné ou lui préférer un autre, désignant un oiseau quelque peu ressemblant associé à des connotations positives. Pensons au titre du célèbre film russe Летят журавли, mot à mot « Volent les grues », traduit en français par Quand passent les cigognes. Cette solution semble meilleure, bien qu’on puisse objecter que les cigognes sont liées en français à d’autres connotations (elles apportent les nouveau-nés, par exemple).

2. Les realia

  • 21 Ce « mot-voyageur » serait entré en BCMS à partir du turc ottoman, et en français à partir du hongr (...)

20Les termes relatifs à la civilisation, à la culture d’un peuple peuvent poser des problèmes de traduction vers les langues de peuples ignorant les réalités désignées. Les locuteurs des langues source et cible peuvent partager un savoir commun, si le nom venant d’une langue tierce – en l’occurrence le turc ottoman – est connu des deux (paša « pacha ») ou est attesté dans les dictionnaires de la langue cible, où il est entré grâce à des récits de voyage ou autres (hajduk « haïdouk21, insurgé, bandit de grand chemin, bandit d’honneur », ban « ban, gouverneur d’une province »). C’est grâce à Mérimée et à son recueil de pastiches de chants populaires serbes ou dalmates La Guzla que l’instrument de musique à une corde dont s’accompagnent les bardes des Balkans, gusle (grammaticalement plurale tantum au féminin pluriel en BCMS) est devenu « guzla ». Le roman de George Sand L’Uscoque ne semble pas avoir réussi à imposer ce nom en français, avec sa transcription empirique bâtarde qui ne reflète ni la prononciation de l’original « ouscoque » ni son orthographe uskok (littéralement « saut dans ») ; ce nom désignait des réfugiés chrétiens ayant fui l’avancée de l’Empire ottoman pour gagner l’empire d’Autriche, puis les paysans en armes jouissant d’un statut spécial – liberté individuelle et de culte – car protégeant des incursions turques les frontières de l’Autriche dites « Confins militaires ». Les traducteurs se résolvent souvent à garder tels quels des termes de la langue source, quitte à recourir à des notes de bas de page, pour éviter des gloses ou périphrases dans le corps du texte.

21Ainsi de slava « slava, fête du saint patron d’une maison, d’une famille, qui se transmet de père en fils chez les Serbes et les Monténégrins »

22džeferdar « fusil à la crosse ornée de nacre et de pierres précieuses », laissé tel quel « džeferdar » ou transcrit « djeferdar »

23opanak « sandale de peau des paysans », que les dictionnaires bilingues rendent volontiers par une francisation « opanque »

  • 22 Généralement, la personne qui a été témoin de mariage d’un couple est ensuite parrain des enfants d (...)

24kum « kum » [sic], en BCMS aussi bien « témoin de mariage » puis « parrain »22 que « compère »

25svat, souvent laissé tel quel en français par les traducteurs du xixe siècle alors qu’on peut le rendre simplement par « convive, invité d’une noce »…

3. Les doublets

26Le BCMS offre un nombre important de doublets, soit deux signifiants pour un même signifié, avec parfois – mais pas toujours – une différence stylistique, là où le français n’a qu’un seul terme. Donnons quelques exemples :

  1. Mot d’origine latine / mot slave

27literatura / književnost : pas de différence au sens de « littérature, belles lettres », mais le premier s’emploie aussi au sens de « textes à lire, bibliographie »

  1. Mot d’origine grecque / mot slave

28ad (voir Hadès) / pakao « enfer », le premier est livresque et recherché, d’où des effets stylistiques si les deux (ou un adjectif dérivé pour le second) sont employés concomitamment. Citons à nouveau deux vers de La Couronne de la montagne de Njegoš :

U ad mi se svijet pretvorio,
a svi ljudi
pakleni duhovi

Le monde pour moi s’est mué en enfer,
et tous les hommes en esprits du démon

  1. Turcisme ou « orientalisme » (puisqu’il peut s’agir de mots venant en fait de l’arabe ou du persan par l’intermédiaire du turc ottoman) / mot slave (l’orientalisme étant souvent senti comme archaïque et/ou poétique)

29đul / ruža « rose » (lors des premières notations de chants populaires, les transcripteurs cherchaient à éviter les turcismes, mais se heurtaient ici au nombre de syllabes, ce qui les conduisait à remplacer la rose par smilj « l’immortelle », et à perdre à la fois dénotation et connotation)

30ćuprija / most « pont »

  • 23 Andrić 1994.
  • 24 Andritch 1956.

31Le titre du plus célèbre roman d’Ivo Andrić, seul prix Nobel à ce jour pour la langue BCMS, est Na Drini ćuprija, mot à mot « sur la Drina un / le pont ». Une nouvelle et deuxième traduction a pris comme titre en français Le Pont sur la Drina23, littéralement juste mais qui n’évoque pas le côté exotique et archaïsant de ćuprija, mieux rendu par le titre poétique de la première traduction « Il est un pont sur la Drina24 ».

E. La grammaire

32Il n’est bien sûr pas question d’évoquer ici toutes les difficultés d’ordre grammatical auxquelles se heurte le traducteur du BCMS vers le français, ou d’ailleurs du français vers le BCMS. Nous n’évoquerons que deux cas où il y a déperdition en passant d’une langue à l’autre.

1. Les formes verbales : les temps du passé

  • 25 Voir Thomas 2005.
  • 26 Voir Thomas 2006.

33Nous avons vu dans l’introduction que le BCMS a gardé les formes verbales conjuguées du vieux slave, entre autres les temps du passé, parfait, plus-que-parfait, aoriste et imparfait. Les trois derniers reculent toutefois au fil du temps au profit du parfait, à des degrés divers25 : l’imparfait est désormais rare et archaïsant (seul l’imparfait du verbe « être » reste davantage employé, tout en étant recherché), l’aoriste se maintient davantage, donnant des effets stylistiques en énonciation de récit (focalisation, accélération du rythme), le plus-que-parfait reste courant, tout au moins dans sa variante utilisant comme auxiliaire le parfait du verbe « être » (ja sam bio napisao « j’avais écrit »), alors que la variante qui recourt à l’imparfait (ja bejah napisao) concourt à une stylisation recherchée et archaïsante. Les valeurs originelles de ces formes de prétérit (description et/ou répétition pour l’imparfait, détachement du moment de l’énonciation pour l’aoriste, antériorité et accomplissement pour le plus-que-parfait) s’effacent souvent au profit d’une « réaffectation » à des mises en relief stylistiques, une « focalisation » plus ou moins prononcée26, que le français ne peut guère rendre.

34– L’imparfait, toujours d’aspect imperfectif en langue moderne, est généralement remplacé par le parfait imperfectif. Lorsqu’il se rencontre, la traduction française, où l’imparfait est très courant, ne pourra que chercher à le rendre par un style élevé, recherché, à d’autres endroits du texte, y compris lorsque apparaît l’imparfait du verbe biti « être », plus courant et néanmoins stylistiquement marqué. Dans les deux exemples suivants, les imparfaits ne produisent pas en français le même effet recherché (avec une sorte d’« arrêt sur image » en BCMS) :

Vesna bijaše simpatična osoba. (Pavao Pavličić) « Vesna était une personne sympathique. »

Gomilahu se teški, bijeli oblaci. (Miroslav Krleža) « Des nuages blancs, lourds, s’amoncelaient. »

  • 27 Voir Thomas 1998a.

35– L’aoriste, très majoritairement d’aspect perfectif, tend à être remplacé par le parfait perfectif dans la langue courante, mais reste fréquent dans les textes littéraires27. L’alternance, à l’intérieur d’un même texte, de parfaits perfectifs, d’aoristes, voire de présents perfectifs (en valeur de « présent historique ») crée des effets que le français ne saurait rendre. Il est intéressant de constater que des traducteurs du français vers le BCMS recourent parfois à cette alternance, même lorsqu’elle n’apparaît pas dans le texte français. Ainsi, si plusieurs traducteurs de L’Étranger d’Albert Camus optent systématiquement pour le parfait, respectant par là même l’« écriture blanche » de l’auteur, d’autres vont recourir çà et là à l’aoriste, mettant de la sorte en relief les actions les plus dramatiques.

  • 28 Les plus-que-parfaits du texte français s’expliquent par la « concordance des temps » en discours i (...)

Il avait laissé28 sa femme et son enfant dans un autre établissement, était allé chez sa mère qui ne l’avait pas reconnu quand il était entré. Il avait montré son argent. Dans la nuit, sa mère et sa sœur l’avaient assassiné à coups de marteau pour le voler et avaient jeté son corps dans la rivière. Le matin, la femme était venue, avait révélé sans le savoir l’identité du voyageur.

Ostavio je ženu i dijete u nekom drugom svratištu i otišao majci, koja ga nije prepoznala kad je došao. Pokazao im je svoje novce. U noći ga majka i sestra ubiše batom da ga opljačkaju, i baciše mu tijelo u rijeku. Ujutru je došla žena i nehotice otkrila tko je bio onaj putnik.

(trad. Zlatko Crnković)

  • 29 Voir Thomas 2001.

36– Le plus-que-parfait ayant pour auxiliaire le verbe « être » au parfait, obligatoire dans certains cas, est ailleurs stylistiquement marqué29, ce qui est toujours le cas du plus-que-parfait utilisant comme auxiliaire le verbe « être » à l’imparfait. Miloš Crnjanski, le plus grand écrivain du xxe siècle, a fait du plus-que-parfait, qu’il emploie abondamment, l’un des éléments majeurs de son style, mais il recourt presque exclusivement au premier dans son ouvrage Le Roman de Londres, et toujours au second dans son roman historique Migrations. Lorsqu’un auteur utilise tantôt l’une, tantôt l’autre de ces formes, il joue d’effets stylistiques que le français, où la forme unique de plus-que-parfait est plus fréquente que ses équivalents BCMS, est inapte à rendre.

37Exemples tirés de Za crnom devojkom (La Jeune Fille brune) d’Aleksandar Tišma (1924-2003), où la traduction en français ne peut utiliser que son unique plus-que-parfait, sans rendre la nuance stylistique entre les deux formes du BCMS :

Iz opštine sam otišao na groblje, kako bejah majci obećao.

De la mairie j’allai au cimetière, comme je l’avais promis à ma mère.

Devojčica me je bila opazila i gledala je u mene uplašenim velikim očima.

La petite fille m’avait aperçu et elle me regardait de ses grands yeux apeurés.

2. La syntaxe des numéraux

  • 30 Pour d’autres exemples avec ou sans préposition à d’autres cas (génitif, instrumental, locatif), vo (...)

38La disparition ou la régression des déclinaisons des numéraux en BCMS moderne entraîne l’impossibilité de traduire (en tout cas mot à mot) certaines phrases françaises. C’est notamment le cas pour des constructions qui requerraient le datif sans préposition en BCMS30.

39Exemples :

« Il a téléphoné à ses cinq amies. »

Telefonirao je || svojih pet prijateljica. ???

40Les deux barres verticales marquent l’impossibilité de joindre les deux éléments, pet exigeant le génitif pluriel et étant lui-même indéclinable, alors que le syntagme « ses cinq amies » devrait être au datif. Les points d’interrogation marquent l’insolubilité (apparente) du problème. Si l’on tient à garder l’information portant sur le nombre d’amies à ce niveau du récit ou du discours, il faudra gloser par exemple :

Pozvao je telefonom svojih pet prijateljica. « Il a appelé par téléphone ses cinq amies. »

« Elle a donné de l’argent à ses trois enfants. »

Dala je novaca || svoje troje dece. ???

41Le substantif collectif deca « enfants » requiert l’usage du numéral collectif troje, accompagné du génitif. Là encore il y a incompatibilité avec la construction de la phrase, où « ses trois enfants » devrait être au datif. On pourrait utiliser une périphrase comme :

Dala je novaca svojoj deci, kojih ima troje. « Elle a donné de l’argent à ses enfants, qui sont trois. » (mot à mot « desquels il y a trois »)

42Dans ce second exemple comme dans le précédent, l’« intraduisible » ne repose en fait que sur une conception étriquée de la traduction, qui voudrait que toute l’information fournie par la phrase française se retrouve intégralement dans la phrase correspondante BCMS. Aucun locuteur BCMS ne formulera spontanément les gloses proposées, il donnera (s’il le juge nécessaire) l’information sur le nombre d’amies ou d’enfants en amont ou en aval de l’énoncé proposé ici.

43On sait d’ailleurs qu’à l’intérieur même d’un énoncé, chaque langue peut donner la même information au moyen d’une autre partie du discours. Ainsi du titre du roman d’Ernest Hemingway For Whom the Bell Tolls. Le fait qu’il s’agit de la cloche des morts apparaît en anglais grâce au verbe, alors qu’en français Pour qui sonne le glas c’est par le nom, et qu’en BCMS Za kim zvono zvoni c’est au niveau de la préposition, tout comme en russe (avec une autre préposition) По ком звонит колокол.

44Les différents types d’intraduisibilité « interne » et « externe » que nous avons abordés à travers le cas du BCMS, langue à standardisation polycentrique, et du français, nous semblent représentatifs de problèmes que l’on pourrait appliquer et transposer à de nombreuses langues. Il n’y a en fait jamais intraduisibilité au sens strict d’impossibilité de traduire. L’« intraduisibilité interne » est plutôt une absence de nécessité, une inutilité de traduire, sauf dans certains cas entre dialecte et standard (mais est-on encore dans l’« interne » dès lors que les systèmes linguistiques s’avèrent différents), tandis que l’« intraduisibilité externe » correspond à des difficultés de traduction, au bout du compte surmontables, à l’aide de procédés divers et malgré des déperditions plus ou moins importantes, dans le passage de la langue source à la langue cible.

Bibliographie

ANDRITCH, Ivo (1956) Il est un pont sur la Drina, trad. Georges Luciani, Paris, Plon.

ANDRIĆ, Ivo (1994) Le Pont sur la Drina, trad. Pascale Delpech, Paris, Belfond.

BAJAC, Vladislav (2008) Хамам Балканија / Hamam Balkanija, Beograd, Arhipelag.

BRODNJAK, Vladimir (1992) Razlikovni rječnik srpskog i hrvatskog jezika, Zagreb, Školske novine.

CAMUS, Albert (1980) Stranac, trad. Zlatko Crnković, Zagreb, Znanje.

ĆIRILOV, Jovan (1989) Hrvatsko-srpski rječnik inačica / Српско-хрватски речник варијанти, Beograd, Stilos.

FINK ARSOVSKI, Željka, dir. (2006) Hrvatsko-slavenski rječnik poredbenih frazema, Zagreb, Knjigra.

— (2016) Hrvatsko-romansko-germanski rječnik poredbenih frazema, Zagreb, Knjigra.

GAVRAN, Miro (2001) Judita, Zagreb, Mozaik knjiga.

— (2004) Poncije Pilat, Zagreb, Mozaik knjiga.

— (2006a) Јудита, Zemun, Mostart.

— (2006b) Понтије Пилат, Zemun, Mostart.

NJEGOŠ, Petar II Petrović (2011) La Couronne de la montagne / Gorski vijenac (édition bilingue), trad. Vladimir André Cejovic et Anne Renoue, Lausanne, L’Âge d’Homme.

SAMARDŽIJA, Marko (2015) Srpsko-hrvatski objasnidbeni rječnik, Zagreb, Matica hrvatska.

ŠAMIJA, Ivan Branko et LUKAČIĆ, Dražen (1991) Razlike između hrvatskoga i srpskoga jezika, Zagreb, Maxprint.

THOMAS, Paul-Louis (1994) Serbo-croate, serbe, croate…, bosniaque, monténégrin : une, deux…, trois, quatre langues ?, Revue des Études slaves, vol. 66, no 1, p. 237-259.

— (1998a) Aoriste, aoristique et systèmes d’énonciation : le cas du serbo-croate (bosniaque, croate, serbe), vol. 33, no 1, « Le langage et l’homme », mars 1998, p. 21-38.

— (1998b) Fonction communicative et fonction symbolique de la langue (sur l’exemple du serbo-croate : bosniaque, croate, serbe), Revue des Études slaves, vol. 70, no 1, p. 27-37.

— (2001) Conditions d’emploi du plus-que-parfait en serbo-croate (ou serbo-croate : bosniaque, croate, serbe), Revue des Études slaves, vol. 73, no 1, p. 25-46.

— (2003) Le serbo-croate (bosniaque, croate, monténégrin, serbe) : de l’étude d’une langue à l’identité des langues, Revue des Études slaves, vol. 74, no 2-3, p. 311-325.

— (2005) Recomposition du système aspecto-temporel en serbo-croate (bosniaque, croate, monténégrin, serbe), in MOLENDIJK, Arie et VET, Co, dir., Cahiers Chronos, no 12, « Structuration du discours et expression de la modalité », Amsterdam, New York, Rodopi, p. 187-202.

— (2006) Formes du prétérit et focalisation en serbo-croate (bosniaque, croate, monténégrin, serbe), in WLODARCZYK, Hélène et André, dir., La focalisation dans les langues, Paris, L’Harmattan, p. 229-242.

— (2011) Les numéraux en BCMS (bosniaque-croate-monténégrin-serbe) : norme et usage, formes concurrentes et stratégies des locuteurs, Revue des Études slaves, vol. 82, no 4, p. 645-662.

— (2012) Temps, mode, aspect et système d’énonciation des proverbes BCMS, Revue des Études slaves, vol. 83, no 2-3, « La lettre et l’esprit : entre langue et culture. Études à la mémoire de Jean Breuillard », p. 557-577.

— (2013a) Le cas du BCMS (bosniaque-croate-monténégrin-serbe) : système linguistique et standard, intercompréhension et attitudes des locuteurs, in ELOY, Jean-Michel et OUZOUNOVA-MASPERO, Janeta, dir., Langues collatérales en domaine slave, Paris, L’Harmattan, p. 85-103.

— (2013b) Pour une grammaire commune du BCMS (bosniaque-croate-monténégrin-serbe), Revue des Études slaves, vol. 84, no 1-2, p. 235-251.

—, OSIPOV, Vladimir (2012) Grammaire du BCMS (bosniaque-croate-monténégrin-serbe), Paris, Institut d’Études slaves.

TIŠMA, Aleksandar (1992), La Jeune Fille brune, trad. Madeleine Stevanov, Lausanne, L’Âge d’Homme.

Notes

1 Le BCMS n’a ni perdu l’aoriste et l’imparfait comme les langues slaves de l’est et de l’ouest, ni développé de système complexe avec le médiatif comme le bulgare ou le macédonien.

2 La différence emblématique, opposant un emploi préférentiel de l’infinitif en croate (notamment après les verbes modaux « pouvoir », « vouloir », « devoir », etc.) et de la conjonction da « que » suivie du présent en serbe (ex. Ne mogu spavati / Ne mogu da spavam « Je ne peux pas dormir »), est liée à la fonction symbolique de ces constructions, l’infinitif étant réputé plus « occidental » (comme dans les langues d’Europe de l’Ouest) et la construction avec conjonction plus « balkanique » (on la retrouve dans les autres langues des Balkans, slaves telles que le bulgare et le macédonien, mais aussi en roumain, grec, albanais).

3 Il est bien question ici des standards et non des dialectes, qui diffèrent d’une région à l’autre, avec notamment une grande variété en Croatie : l’intercompréhension est ainsi bien moindre entre locuteurs des dialectes des régions de Zagreb, Split, Osijek… qu’entre locuteurs utilisant les standards croate, serbe, bosniaque et monténégrin.

4 Pour une présentation détaillée des (menues) différences entre les standards BCMS, ainsi que des politiques linguistiques de restandardisation, voir Thomas 1994, 1998b, 2003, 2013a et Thomas et Osipov 2012 : 25-48.

5 La connaissance du cyrillique est indispensable pour tout apprenant de croate qui ne veut pas se contenter d’un apprentissage basique, de nombreux ouvrages ayant été publiés en Croatie même en cyrillique ; ainsi de l’un des textes les plus importants du BCMS sur l’aspect verbal, Aspektna značenja (1953) de Đuro Grubor.

6 Fink Arsovski 2006. Dix ans plus tard cet ouvrage a été complété par un Dictionnaire croato-romano-germanique des phrasèmes de comparaison, où sont représentées les langues suivantes : croate, français, portugais, espagnol, italien, anglais, néerlandais, allemand et suédois (Fink Arsovski 2016).

7 On trouve en Croatie trois grands groupes de dialectes, čakavien, kajkavien et štokavien, présentant des différences bien plus importantes qu’entre les standards BCMS actuels (et avec une intercompréhension limitée), dont celle, emblématique et qui leur donne leur nom, pour exprimer la question « quoi ? » (ča? kaj? što?). Le dernier groupe se subdivise en parlers ikaviens, jekaviens et ekaviens, selon l’évolution de l’ancienne voyelle slave jat en i, je (ou ije) et e. Les standards BCMS actuels sont tous jekaviens, le serbe pouvant de plus être ekavien (le serbe est ekavien en Serbie, jekavien en dehors de la Serbie).

8 La seconde est plus proche du texte serbe d’origine, car entre-temps des linguistes croates ont procédé à une nouvelle réforme du štokavien jekavien croate pour suivre la norme préconisée par Vuk Karadžić. Autres temps…

9 Poncije Pilat devient en serbe Pontije Pilat.

10 Les changements portent principalement sur le lexique : ainsi jumper, matron, biscuits… deviennent-ils respectivement sweater, nurse, cookies… Le titre même du premier livre Harry Potter and the Philosopher’s Stone a été « adapté » aux États-Unis en Harry Potter and the Sorcerer’s Stone.

11 Prix Meša Selimović, du nom d’un écrivain célèbre de l’ex-Yougoslavie (originaire de Bosnie et ayant vécu une grande partie de sa vie à Belgrade), dont plusieurs romans ont été traduits en français.

12 Gospođa ministarka (1929) de Branislav Nušić (1864-1938).

13 Ainsi Šamija i Lukačić 1991, Brodnjak 1992. Une nette amélioration a été apportée par Samrdžija 2015, qui se veut précisément davantage descriptif que normatif. Voir aussi en Serbie un ouvrage de dimensions beaucoup plus modestes, à visée plutôt informative, qui a connu plusieurs rééditions : Ćirilov 1989.

14 Consacrée au personnage biblique de Judith.

15 On observera que les philologues zagrébois renoncèrent dans les années 1830 à faire de leur parler kajkavien la langue littéraire, pour lui préférer le štokavien, au nom de l’union linguistique qu’ils jugeaient alors nécessaire et « naturelle » avec les Serbes.

16 Marko Marulić (2002) Judith, traduit du croate par Charles Béné, Zagreb, Most.

17 Le défi a été relevé (en laissant bien sûr de côté l’emploi alterné des alphabets) et Hammam Balkania est paru en français en novembre 2016 (traduit du serbe par Gojko Lukic, aux éditions Galaade), après la tenue en octobre à Aix-en-Provence du colloque L’altérité linguistique et l’intraduisible.

18 Voir Thomas 2012.

19 Kolja Mićević (2002) Les saluts slaves. Une anthologie poétique, Paris, Belleville, Éditions « Kolja Mićević », p. 45.

20 Slavko V. Mihalić et Ivan Kušan (1972) La poésie croate des origines à nos jours, Paris, Seghers, p. 94.

21 Ce « mot-voyageur » serait entré en BCMS à partir du turc ottoman, et en français à partir du hongrois, qui l’aurait emprunté au turc ottoman où il est en fait d’origine arabe (rappelons que le turc ottoman comportait de nombreux lexèmes venus de l’arabe et du persan, éliminés par le turc moderne dans les années 1920 au profit de termes « purement » turcs).

22 Généralement, la personne qui a été témoin de mariage d’un couple est ensuite parrain des enfants du couple. L’importance du kum dans les relations familiales est attestée par l’expression Bog pa kum « Dieu, puis [juste après] le kum ».

23 Andrić 1994.

24 Andritch 1956.

25 Voir Thomas 2005.

26 Voir Thomas 2006.

27 Voir Thomas 1998a.

28 Les plus-que-parfaits du texte français s’expliquent par la « concordance des temps » en discours indirect libre, par rapport au passé du narrateur qui a trouvé dans sa cellule un journal, dont il lit un passage. Le BCMS, n’ayant pas la concordance des temps, recourt simplement au parfait ; le traducteur a en quelque sorte « surtraduit » en focalisant au moyen de l’aoriste sur les deux actions qui représentent le point culminant du récit (« avaient assassiné », « avaient jeté »).

29 Voir Thomas 2001.

30 Pour d’autres exemples avec ou sans préposition à d’autres cas (génitif, instrumental, locatif), voir Thomas 2011.

Auteur

Université Paris-Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540