Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos sur l'intraduisible

 | 
Olga Artyushkina
, 
Charles Zaremba

La traduction de la conjonction как à l’intérieur des conjonctives1

Robert Roudet

Texte intégral

  • 1 Les exemples russes sont, sauf indication contraire, tirés de Nacional’nyj Korpus Russkogo Jazyka, (...)

1Nous exposerons ici les problèmes qui se posent lors de traductions de la conjonction как dans les conjonctives ; aussi bien pour la notion de conjonction как (très différente de l’interrogatif как) que pour la notion de proposition conjonctive, nous renvoyons le lecteur à la présentation que nous en avons faite dans le tome II de la grammaire de l’IES (partie Syntaxe) (Roudet 2016 : 307 et 327-328). Pour résumer très brièvement les principes que nous y avons adoptés, une proposition conjonctive est une proposition introduite par une conjonction qui ne joue aucun rôle, ni sémantique ni syntaxique dans la proposition qu’elle introduit ; on trouve comme conjonction что, как ou Ø, et lorsque l’on a un interrogatif как, ceci correspond à une structure [conjonction Ø + как]. Nous traiterons donc de la traduction de phrases telles que :

И опять я представляю, как дедушка топает по дороге и все, кто вышел перегонять скот, остаются позади (Фазиль Искандер, Дедушка [1966])

2Comme on le sait, la traduction d’une seule et même phrase peut se faire de façons souvent multiples. Il convient ici de donner une précision sur le type de traduction que nous prendrons en compte. Nous nous intéresserons, non pas bien sûr aux traductions dites « mot à mot », c’est-à-dire souvent tout simplement fautives du point de vue du français, mais aux traductions qui font correspondre à une structure russe une autre structure française, et qui ne font pas tout simplement abstraction du problème. Considérons par exemple la traduction suivante :

Там он узнал, что предчувствие его не обмануло. Беда случилась. Левий был в толпе и слышал, как прокуратор объявил приговор. (М.А Булгаков)

Là, il apprit que son pressentiment ne l’avait pas trompé : le malheur était arrivé. Lévi se trouvait dans la foule quand le procurateur annonça la sentence. (Mikhaïl Boulgakov [Claude Ligny, 1968])

3Cette traduction, en soi parfaitement acceptable, ne retiendra pas notre attention, car la structure russe n’a aucun correspondant en français et ce n’est qu’en tenant compte de facteurs situationnels que le lecteur français comprendra que Lévi a entendu la sentence du procurateur, chose dite en toutes lettres dans le texte russe. Nous écartons donc ce type de solution.

4Si l’on raisonne au départ sur une phrase primitive créée ad hoc, telle que :

Я слышал, как Вовочка орал на улице,

5on peut envisager quatre types de correspondants à la conjonction kak :

  1. tout d’abord on peut avoir recours à une tournure infinitive : j’entendais Vovočka hurler dans la rue ; c’est là l’une des solutions les plus traditionnelles ;

  2. on peut envisager d’avoir recours à une tournure participiale : j’entendais Vovočka hurlant dans la rue ; cette tournure participiale pose souvent quelques problèmes, et est plus ou moins acceptable suivant les phrases envisagées ; notre impression est que plus il y aura de compléments, plus cette tournure deviendra acceptable : en effet, si à côté de j’entendais hurler Vovočka, on ne peut guère avoir *j’entendais Vovočka hurlant, on observe que le complément dans la rue rend cette tournure déjà meilleure, même si ?j’entendais Vovočka hurlant dans la rue peut ne pas sembler ce qu’il y a de plus naturel ; et si l’on ajoute un complément supplémentaire, on obtient un énoncé à notre sens tout à fait possible : j’entendais Vovočka hurlant des gros mots dans la rue ;

  3. on peut faire appel à une relative : j’entendais Vovočka qui hurlait dans la rue ; il est à noter que le français peut avoir recours à ce type de relative, dite parfois « prédicative » (Riegel et al. 2014 / 1994 : 818-821), dans des cas où le russe ne l’acceptera absolument pas, lorsque l’antécédent sera un pronom en particulier (je l’entendais qui hurlait dans la rue) ;

  4. enfin on peut envisager une nominalisation : j’entendais les hurlements de Vovočka dans la rue ; cette solution est souvent la plus délicate à manipuler, mais elle est une bonne solution « de secours » lorsque toutes les autres ne peuvent pas fonctionner.

6Le problème de la traduction de la conjonction как sera examiné dans les lignes qui suivent en établissant tout d’abord différents groupes de verbes français (correspondant aux verbes russes susceptibles d’introduire une conjonctive avec как). Le critère retenu pour constituer ces groupes est la capacité d’avoir dans leur dépendance une construction infinitive. On obtient ici les groupes de verbes français suivants :

  1. les verbes de perception physique tels que « écouter », « voir », « sentir »… Ceux-ci, correspondant à слушать, видеть, чувствовать…, sont susceptibles d’introduire une construction infinitive. On trouve ici un petit sous-groupe, des synonymes plus ou moins proches des verbes mentionnés, pour lesquels la situation n’est pas tout à fait claire ;

  2. les verbes de perception intellectuelle : « se représenter », « se souvenir », « se remémorer » et quelques autres pour lesquels la possibilité de subordonner un infinitif est, si ce n’est inexistante, en tout cas très limitée ;

  3. un dernier groupe est constitué de verbes de parole : « raconter », « décrire », pour lesquels la construction infinitive subordonnée n’est pas envisageable du tout.

7Pour chacun de ces groupes, on examinera quelles sont les différentes possibilités de traduction et les avantages des unes et des autres. Analysons tout d’abord les possibilités qui se présentent avec les verbes de perception physique.

Avec les verbes de perception physique

8On a ici un groupe constitué tout d’abord des verbes видеть, смотреть, слушать, слышать et des prédicatifs видно, слышно : ce sont là les cas les moins problématiques et, d’ailleurs, les plus fréquents, si on leur fait correspondre les équivalents français « voir », « regarder », « entendre ». Il faudra ajouter à ce groupe les verbes russes наблюдать, следить, любоваться, различать ; leurs correspondants français relativement les plus exacts (« observer », « admirer », « distinguer ») répugnent à introduire un infinitif. Il en va d’ailleurs de même pour un verbe par lequel on traduit parfois видеть, c’est-à-dire le verbe « apercevoir ».

9Si l’on prend l’un des prédicats les plus typiques de la première catégorie, comme dans la phrase suivante :

Из окна слышно, как в столовой повара смеются. (Андрей Геласимов)

10on constate que les quatre possibilités évoquées au début sont envisageables :

On entend par la fenêtre rire les cuisiniers dans la salle à manger.
On entend par la fenêtre les cuisiniers qui rient dans la salle à manger.
On entend par la fenêtre les cuisiniers riant dans la salle à manger.
On entend par la fenêtre le rire des cuisiniers dans la salle à manger.

11Sur une phrase de ce type, il n’y a pas de raison de considérer a priori une traduction meilleure qu’une autre. On peut dire la même chose de l’exemple suivant :

Слушал, как в углу пещеры мерно капает вода. (Евгений Водолазкин)

J’écoutais l’eau tomber régulièrement goutte à goutte dans un coin de la grotte.
J’écoutais l’eau qui tombait régulièrement goutte à goutte dans un coin de la grotte.
J’écoutais l’eau tombant régulièrement goutte à goutte dans un coin de la grotte.
J’écoutais le bruit des gouttes d’eau dans un coin de la grotte.

12Les quatre solutions ne sont pas toujours possibles. Si l’on prend la phrase :

Я видела, как люди заходили в метро, взявшись за руки. (Светлана Алексиевич)

13la solution la plus naturelle est celle avec l’infinitif choisie par le traducteur :

Je voyais les gens descendre dans le métro en se tenant par la main. (Sophie Benech, 2013)

14On pourrait également admettre la traduction par une tournure participiale ou par une relative :

Je voyais les gens descendant dans le métro en se tenant par la main.
Je voyais les gens qui descendaient dans le métro en se tenant par la main.

15La dernière solution présente toutefois un inconvénient : si on l’interprète comme une relative déterminative (selon la terminologie française), on peut comprendre que je ne voyais que les gens qui descendaient dans le métro, mais pas ceux qui en sortaient (encore que la précision qui suit rend cette interprétation peu probable). Quant à la traduction par une nominalisation, elle n’est guère possible (*je voyais la descente des gens dans le métro), probablement pour des questions de sémantique lexicale. Dautres problèmes peuvent encore se poser. Prenons la phrase :

Видела, как его не пускают на сцену, отчуждают от музыки, от оркестра, начинают травить. (Сати Спивакова)

16On pourra toujours avoir recours à la construction infinitive à condition d’adapter la traduction du verbe de la conjonctive :

Je lui ai vu interdire la scène, ai vu le mettre à l’écart de la musique, de l’orchestre, le persécuter.

17Mais, du fait que l’on a un sujet indéterminé dans la conjonctive qui ne pourra fonctionner comme objet du verbe principal, on ne pourra en aucun cas avoir une relative ou une tournure participiale ; quant à la nominalisation, on ne voit pas quelle pourrait-elle être.

18Cependant, même dans le cadre de verbes qui posent aussi peu de problèmes que видеть, on peut se heurter à des difficultés, si l’on choisit par exemple, pour des raisons que nous n’analyserons pas, de traduire ce verbe par « apercevoir ». Si lon prend la phrase :

Я видел, как его шляпа двигалась вдоль забора: он вошел к Засекиным. (И.С. Тургенев)

19on saperçoit que le traducteur a choisi d’éviter l’infinitif en recourant à une relative :

J’aperçus son chapeau qui se déplaçait le long de la palissade. Il entra chez les Zassekine. (Michel-Rostislav Hofmann, 1974)

20Dans d’autres cas, très probablement toujours dans le but d’éviter l’infinitif, il a choisi une solution malheureuse, qui est celle de la traduction par « que » :

Я видел, как она провожала его глазами. (И.С. Тургенев)

Je m’aperçus qu’elle suivait mon père du regard. (Michel-Rostislav Hofmann, 1974)

21Or, cette phrase est légèrement différente par son sens de la phrase russe qui correspond plutôt à « Je la vis le suivre du regard ». La phrase « Je m’aperçus qu’elle suivait mon père du regard » est focalisée sur le fait que le narrateur (je) s’est rendu compte de quelque chose ; l’équilibre est autre dans la traduction avec « voir + infinitif » qui rejette moins au second plan le regard dont est suivi le héros en question.

22Il faut cependant relativiser l’impossibilité d’un infinitif régi par le verbe apercevoir, même si la phrase « je l’aperçus le suivre du regard » ne semble guère recommandable à première vue. En effet on trouve, cité par Grevisse :

Les bateaux, malmenés, menaçaient de s’enfuir. On les apercevait sauter, balloter, sur les vagues. (H. Queffélec, Un recteur de l’île de Sein)

23Ou bien :

On apercevait de loin les angles vifs rutiler au soleil. (J. de Pesquidoux, Sur la glèbe)

24Nous retrouverons cette question quelques lignes plus bas. Passons maintenant à un groupe de verbes de perception physique qui posent précisément ce type de problème, c’est-à-dire наблюдать, следить « observer », любоваться « admirer » et различать « distinguer ». Prenons par exemple une phrase avec le verbe различать :

И я различал, как паук кидался, хватал то личинку, то жука и пожирал добычу тут же на месте. (Владимир Брагин)

25Une solution très simple est de traduire различать par « voir », ce qui n’induit pas, semble-t-il, de modification de sens notable ; on obtient alors :

Je voyais l’araignée se précipiter, attrapant tantôt une larve, tantôt un hanneton et dévorer sa proie sur place.

26Si l’on tient cependant à traduire par « distinguer », l’infinitif sera difficile à admettre et l’on aura donc recours aux autres solutions possibles, la relative étant ici la plus facile à appliquer :

Je distinguais l’araignée qui se précipitait attrapant tantôt une larve, tantôt un hanneton pour dévorer sa proie sur place.

27Il faut cependant à nouveau être prudent sur l’impossibilité de l’infinitif dans cette position ; en effet, toujours cité par Grevisse, on trouve des exemples tels que :

Il distingue s’avancer sur le perron sa mère. (Gide, Le Retour de l’Enfant prodigue)

28Nous ne recommanderions néanmoins pas ce genre de formulation pour les traductions que nous envisageons.

29La difficulté est la même pour la phrase suivante, dans la mesure où l’infinitif est problématique en français après observer :

Обломов следил, как ворочались локти, как спина нагибалась и выпрямлялась опять. (И.А. Гончаров)

30Le corpus parallèle de Ruscorpora mentionne deux traductions pour ceci (il y a manifestement un problème de références ici) ; la première traduction proposée se fait par une tournure infinitive :

Oblomov observait ses coudes remuer, son dos se courber puis se redresser de nouveau. (Ivan Gontcharov, Oblomov [Arthur Adamov (1), Luba Jurgenson (2), 1959 (1), 1988 (2)])

31À ceci nous préférons l’utilisation de la nominalisation, utilisée dans la variante suivante :

Oblomov observait le mouvement des coudes, le dos qui tour à tour se ployait et se redressait. (Ivan Gontcharov, Oblomov [Arthur Adamov (1), Luba Jurgenson (2), 1959 (1), 1988 (2)])

32Le problème est exactement le même pour la phrase suivante avec любоваться, où nous trouvons à nouveau deux variantes des mêmes traducteurs :

Он целые дни, лежа у себя на диване, любовался, как обнаженные локти ее двигались взад и вперед, вслед за иглой и ниткой. (И.А. Гончаров)

Et lui, couché sur son divan, admirait une fois de plus le mouvement des coudes d’Agafia Matveïevna… (Ivan Gontcharov, Oblomov [Arthur Adamov (1), Luba Jurgenson (2), 1959 (1), 1988 (2)])

Celui-ci, couché sur son divan, admirait pendant des journées entières les coudes nus d’Agafia Matvéevna aller et venir en suivant le mouvement de l’aiguille et du fil. (Ivan Gontcharov, Oblomov [Arthur Adamov (1), Luba Jurgenson (2), 1959 (1), 1988 (2)])

33Il serait très simple ici d’avoir recours à une traduction par une relative :

Celui-ci, couché sur son divan, admirait pendant des journées entières les coudes nus d’Agafia Matvéevna qui allaient et venaient en suivant le mouvement de l’aiguille et du fil.

34Il existe parfois encore un autre type de traduction pour ces verbes suivis de как, type que nous n’avons pas mentionné pour l’instant et qui est tout à fait intéressant : la traduction par un modèle juxtaposé, comme nous l’observons dans l’extrait suivant :

Один раз я наблюдал, как она хотела что-то сказать своей дочери – не смогла: м-ма… м-му… (Светлана Алексиевич)

Une fois, je l’ai observée, elle voulait dire quelque chose à sa fille mais elle n’y arrivait pas. Mmm… (Sophie Benech)

35Il est clair que cette solution, occasionnellement parfaitement adaptée, n’a aucune généralité ; il n’est pas pensable d’y avoir recours pour traduire une phrase telle que la suivante, où la seule solution envisageable est la relative ou éventuellement une nominalisation :

Это позволяет наблюдать, как во время химической реакции атомы приближаются друг к другу и как разваливаются молекулы. («Известия»)

Cela permet d’observer les atomes qui se rapprochent les uns des autres pendant une réaction chimique et les molécules qui se désagrègent.
Cela permet d’observer le rapprochement des atomes pendant une réaction chimique et la désagrégation des molécules.

36Mentionnons ici une possibilité supplémentaire, que nous n’avons pas incluse dans les quatre schémas de base, car elle ne fonctionne apparemment qu’avec les verbes de perception volontaire (observer, regarder…) : cette solution consiste à traduire la conjonction russe par une conjonction temporelle presque complètement désémantisée dans certaines conditions, « tandis que ». On obtiendrait donc pour l’exemple ci-dessus :

Une fois, je l’ai observée, tandis qu’elle voulait dire quelque chose à sa fille mais elle n’y arrivait pas. Mmm…

37On voit cependant que ceci ne sera déjà plus possible dans l’exemple plus technique qui suit.

Avec les verbes de perception intellectuelle

38Voyons maintenant quelles sont les possibilités avec les verbes de perception intellectuelle, essentiellement le verbe помнить et ses dérivés (вспоминать, припоминать, запоминать…) et представлять. On a ici en gros les mêmes traductions que précédemment, à l’exception toutefois de la construction infinitive, qui ne semble guère usuelle dans ces cas :

Ирина вспомнила, как он рыдал на школьном крыльце. (Токарева Виктория)

Irina se représenta ses sanglots sur le parvis de l’école. / Irina se le représenta sanglotant sur le parvis de l’école. / Irina se le représenta qui sanglotait sur le parvis de l’école.

39Nous n’admettrions guère : « ??Irina se le représenta sangloter sur le parvis de l’école ». La phrase suivante pose un problème particulier : la traduction de как par une relative n’est pas ici souhaitable, car elle mettrait sur le même plan deux éléments distincts en russe, la complétive introduite par как et la relative qui suit ; on n’a donc pratiquement qu’une solution :

И опять я представляю, как дедушка топает по дороге и все, кто вышел перегонять скот, остаются позади (Фазиль Искандер, Дедушка [1966])

Et je me représente à nouveau le grand-père marchant vaillamment sur la route, et tous ceux qui mènent le bétail restant en arrière.

40On peut noter ici qu’avec les verbes de position, la traduction ne se fera pas bien sûr par un participe présent, mais par un participe passé, chose évidente puisque les verbes de position russes correspondent à « être assis, couché, debout » :

Я представляю, как дедушка сидит в лесу над костром, зажаривает куски буйволятины и ест. (Фазиль Искандер, Дедушка [1966])

Je me représente le grand-père assis dans la forêt à côté du feu, rôtissant des morceaux de viande de bison et les mangeant.

41Ceci est vrai pour tout verbe principal susceptible d’introduire une conjonctive construite avec un verbe (стоять, сидеть, лежать).

Le cas des verbes de parole

42Ceux-ci posent quelques problèmes spécifiques ; en particulier, la traduction de la conjonction как par « que » est encore moins souhaitable qu’avec un verbe tel que « voir » ; en effet, avec ce dernier, la différence entre je voyais qu’il jouait au ballon dehors et je le voyais jouer au ballon dehors n’est pas forcément immense, alors que la traduction suivante peut donner lieu à des interprétations proches du contresens :

Мне дед рассказывал, как он вместе с узбеками под Сталинградом воевал. (Светлана Алексиевич)

Mon grand-père m’a raconté qu’il s’était battu avec des Ouzbeks à la bataille de Stalingrad. (Sophie Benech)

43On peut en effet penser que le récit fait par le grand-père est faux, mensonger, alors que la phrase russe exclut totalement cette possibilité. D’autre part, les possibilités fréquemment utilisées avec les verbes de perception, c’est-à-dire une tournure participiale ou relative, ne sont pas envisageables ici. Il ne reste donc guère que la nominalisation pour éviter l’ambiguïté que nous venons de signaler ; on pourrait proposer par exemple : « Mon grand-père m’a raconté son combat aux côtés des Ouzbeks à la bataille de Stalingrad. » D’autres solutions, revenant à une nominalisation, mais de façon moins directe que ce que nous venons de proposer, seront évoquées un peu plus loin. La phrase suivante pose le même problème et la solution est toujours une nominalisation :

Рассказывают, как дед Аллабирды с сыновьями в одно холодное зимнее утро поехал за дровами. [НКРЯ]

On raconte l’expédition du vieil Allabirdy et de ses fils pour aller chercher du bois par un froid matin d’hiver.

44On peut noter au passage que la traduction par « comment », qui n’est en général pas recommandable car elle confond conjonction как et interrogatif как, peut parfois aboutir à un résultat relativement acceptable :

Рассказывал, как их везли по сибирским рекам. (Светлана Алексиевич)

Il racontait comment on les avait trimbalés sur les fleuves de Sibérie. (Sophie Benech)

45Ceci tient à notre avis au fait que si on peut séparer théoriquement conjonction как et interrogatif как, il n’en reste pas moins que la conjonction n’est rien d’autre que l’interrogatif désémantisé : par conséquent, il n’est pas très surprenant de trouver quelques cas intermédiaires, où la désémantisation n’est que partielle, ce qui crée des phrases dans lesquelles как peut être interprété comme l’un ou l’autre ; à partir de ce moment, on peut traduire par « comment ».

Les problèmes de la nominalisation

46Il convient maintenant de donner quelques précisions sur la traduction par nominalisation, qui est souvent la solution la plus difficile à appliquer. En effet, la transformation du verbe de la conjonctive en substantif devenant l’objet du verbe principal n’est pas toujours aisée ; elle est même souvent complètement impossible, entre autres lorsque le verbe de la conjonctive est le verbe être, comme dans l’exemple suivant :

И вдруг Олег вспомнил, как однажды он был на торжественном ужине, устроенном в честь приезда английского принца Чарльза.

47Or, nous sommes ici dans un schéma où ni la traduction par une relative, ni celle par une tournure participiale ne sont envisageables. Une façon d’aboutir à une traduction plus ou moins satisfaisante est de prendre un complément de la conjonctive pour en faire l’objet du verbe principal. Pour la phrase ci-dessus, la solution peut donc être la suivante :

Et tout à coup Oleg se remémora le dîner organisé en l’honneur de la visite du prince anglais Charles et auquel il avait assisté une fois.

48Ceci n’est toutefois pas toujours aisé, et on peut parfois songer à introduire un substantif intermédiaire qui produit les mêmes effets que la nominalisation ; ce substantif doit être du type de « la fois où », « le jour où », etc. Ce procédé est applicable au cas suivant :

Помнишь, как они спрятались на чердаке на целую ночь, а их папа потом гонялся за ними с ремнём по всей улице? (Андрей Геласимов)

Te souviens-tu de la fois où ils se sont cachés pour toute une nuit au grenier et où papa les a ensuite poursuivis à travers toute la rue le ceinturon à la main ?

49Il arrive que les deux solutions soient applicables :

Он вспоминал, как входил по воскресеньям в её парижскую квартиру. («Звезда»)

Il se remémorait les fois où il entrait le dimanche dans son appartement parisien.
Il se remémorait les dimanches o
ù il entrait dans son appartement parisien.

Conclusion

50En conclusion, rappelons simplement que la traduction d’un texte ne peut pas se faire de façon mécanique (sauf, peut-être, s’il s’agit d’un texte purement technique, et encore). Les solutions que nous avons proposées dans ces lignes ne sont que des possibilités qu’il convient d’examiner tour à tour soigneusement en fonction, en particulier, du contexte avant d’en retenir une. De nombreux facteurs peuvent toujours interférer pour rendre inapplicables certaines potentialités en principe envisageables. En matière de traduction, aucune règle ne remplacera jamais le sens de la langue.

Bibliographie

GREVISSE, M. (1980) Le Bon Usage, Duculot.

RIEGEL, M., PELLAT, J.-C., RIOUL, R. (2014 / 1994) Grammaire méthodique du français, PUF.

ROUDET, R. (2016) Grammaire russe, t. II, Syntaxe, Institut d’Études slaves.

Notes

1 Les exemples russes sont, sauf indication contraire, tirés de Nacional’nyj Korpus Russkogo Jazyka, les traductions données sans indication de traducteur sont les nôtres propres, celles où le traducteur est indiqué proviennent du corpus parallèle de NKRJa.

Auteur

Lyon 3

© Presses universitaires de Provence, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540