Version classiqueVersion mobile

Propos sur l'intraduisible

 | 
Olga Artyushkina
, 
Charles Zaremba

Pri ètom : connecteur intraduisible ? Réflexions sur la notion d’intraduisibilité

Olga Inkova

Texte intégral

1. Remarques introductives

  • 1 Projet de recherche du FNS no IZLRZ1_164059 et du RFBR no 16-06-00070.

1Dans ma contribution je me pencherai sur la traduisibilité des marqueurs des relations logico-sémantiques, en prenant comme exemple le marqueur russe pri ètom. Mon investigation, en continuité avec mes recherches précédentes sur la question (cf. notamment Inkova 2010 et 2011), sera menée à partir du corpus d’exemples tirés de la base de données des marqueurs des relations logico-sémantiques russe-français (élaborée dans le cadre du projet de recherche suisse-russe Corpus-based contrastive study of connectors in Russian1) qui comporte des textes en russe et leurs traductions en français, souvent plusieurs pour le même texte, alignés et annotés selon les critères établis en rapport avec nos objectifs de recherche. Les unités d’analyse sont des monoéquivalences, c’est-à-dire des fragments de textes russes et leurs traductions en français qui comportent le connecteur analysé et son équivalent fonctionnel. Si plusieurs traductions existent pour un texte original, la base de données génère automatiquement des polyéquivalences (cf. plus en détail Zatsman et al. 2016 et les exemples de mono- et polyéquivalences ci-dessous).

2Le connecteur russe pri ètom, choisi pour cette investigation, se compose de la préposition pri « lat. prae, all. bei » et du pronom anaphorique résomptif èto « ceci ». Ce marqueur n’a pas été choisi par hasard : il n’a pas d’équivalent systémique en français et ne figure pas du reste dans la grande majorité des dictionnaires russe-français. Il a néanmoins des équivalents, par exemple en allemand : le connecteur dabei qui exprime la relation de concomitance (Kortmann 1997, Breindl et al. 2014) ; cf. l’exemple de Gogol et sa traduction en allemand :

(1)
– А будьте ласковы, панове, возьмите и меня с собою! […]
– Нет, не можно. – При этом на лице его выразилась значительная мина.
„Seid doch so freundlich, meine Herren, nehmt mich mit! […]“
„Nein, es geht nicht.“
Dabei nahm er eine wichtige Miene an.

3Le français, comme d’autres langues romanes, doit en revanche recourir à d’autres moyens linguistiques, comme le montre , une des traductions possibles :

  • 2 La traduction est de nous.

(2)
– S’il vous plaît, Monsieur, prenez-moi aussi avec vous !
– Non, c’est impossible, dit-il, et son visage prit un air important2 !

4Les trois phrases des exemples - – en russe, en allemand et en français – nous font comprendre que l’action de répondre d’un des « Messieurs » s’accompagne d’une autre action, mais qui est toujours la sienne : son visage prend un air important. Et si le russe et l’allemand expriment cette relation entre deux actions par les connecteurs pri ètom et dabei, ce qui permet, grâce à leur caractère anaphorique résomptif, de ne pas expliciter la première action, celle de dire quelque chose, le français doit passer par son explicitation et peut utiliser en outre, pour lier les deux situations, un connecteur. En l’occurrence, c’est le connecteur le plus abstrait et.

5Le connecteur russe pri ètom signale donc, comme son équivalent allemand, que la situation qu’il introduit accompagne celle qui se trouve dans son contexte de gauche. Pour que cette relation entre deux situations puisse être établie, deux conditions sémantiques doivent être remplies :

  1. les deux situations ont lieu simultanément ;

  2. l’une d’elles est perçue comme principale, centrale du point de vue communicatif, et la deuxième, introduite par le connecteur, comme secondaire, participant à la réalisation de la première ou comme spécifiant l’un de ses aspects.

6À ces deux contraintes sémantiques il faut ajouter la coïncidence des actants des situations mises en relation et de leur lieu de réalisation. Ainsi, en  :

(3)
На уроках истории они открывали учебник и на портретах маршалов Тухачевского, Блюхера рисовали тюремную решетку. Директор школы командовала. При этом что-то пели, смеялись.
Pendant les cours d’histoire, ils ouvraient leurs manuels et ils dessinaient des barreaux de prison sur les portraits du maréchal Toukhatchevski, de Blücher. Sur l’ordre de la directrice. Tout cela en chantant et en riant.

7ce cadre spatio-temporel commun aux deux séries d’actions est défini par le complément de temps, qui assure également l’identité du lieu de leur déroulement : na urokax istorii « pendant les cours d’histoire ».

8Le connecteur russe connaît un autre emploi où il établit la relation de concomitance au niveau des actes linguistiques : c’est donc une cooccurrence de deux actes énonciatifs dont l’un est communicativement central et l’autre secondaire. Le fragment de texte introduit par le connecteur, d’une part, complète l’information donnée dans le contexte de gauche, en l’utilisant comme point de départ, et de l’autre, doit être interprété à la lumière de ce qui vient d’être dit :

(4)
– Я и за живого Матюшина рубля не дал бы. А за мертвого и пятака не дам. Пускай КГБ хоронит своих осведомителей… При этом Шлиппенбах без конца занимал деньги у сослуживцев и возвращал их неохотно.
– Pour Matiouchine vivant, je n’aurais pas donné un rouble. Pour Matiouchine mort, vous n’aurez même pas un kopeck. Le KGB n’a qu’à enterrer lui-même ses informateurs… Cela étant, Schlippenbach empruntait sans cesse de l’argent à ses collègues et ne le rendait pas volontiers.

9Le connecteur russe, de même que son équivalent français cela étant choisi par le traducteur, signale que l’information qui précède doit être prise en considération, en positif ou en négatif, pour interpréter l’énoncé qu’il introduit.

10Cette relation de concomitance énonciative peut être explicitée à l’aide de verbes appropriés, notamment de la classe des verba dicendi, comme en où, en plus, dans la traduction française la relation est comprise comme concessive :

(5)
Лернер еще месяца три пролежал без движения. При этом следует отметить, что его финансовые дела шли неплохо.
Lerner demeura encore quelque trois mois sans rien faire. Il convient toutefois de noter que sa situation financière était loin d’être préoccupante.

11Dans le cas de la concomitance énonciative, les contraintes sur les contenus propositionnels des deux situations mises en relation sont moins fortes : la coïncidence de temps, de lieu et des actants n’est plus requise de manière obligatoire. En outre, comme on a pu le voir notamment en , la relation de la concomitance énonciative peut donner lieu à des interprétations sémantiquement plus riches : oppositive, concessive, consécutive, etc. J’y reviendrai.

12Notons enfin que le connecteur pri ètom dans ses deux emplois – propositionnel et énonciatif – peut se combiner avec des conjonctions : i « et » , no « mais » et xotja « bien que » .

(6)
Ему прокуратор приказал сдать преступника начальнику тайной службы и при этом передать ему распоряжение прокуратора о том, чтобы Иешуа Га-Ноцри был отделен от других осужденных.
Le procurateur lui ordonna de remettre le criminel entre les mains du chef du service secret et de transmettre à celui-ci, en même temps, l’ordre du procurateur de tenir Yeshoua Ha-Nozri à l’écart des autres condamnés.

(7)
Он добивался женщин, но при этом всячески их унижал.
Il essayait de conquérir les femmes, mais dans le même temps il les humiliait de mille façons.

(8)
И мир барыни – её квартира, обстановка, близкие с их переживаниями, врачи и т. п. – изображён с авторской точки зрения, а не так, как его видит и переживает сама барыня (хотя при этом, читая рассказ, мы отлично понимаем и её субъективный аспект этого мира).
Le monde de la propriétaire (son appartement, ses proches avec leurs sentiments, les médecins, etc.) est représenté dans l’optique de l’auteur, et non pas tel qu’elle le voit et le ressent elle-même (bien qu’en lisant le récit nous comprenions parfaitement son point de vue objectif sur ce monde).

13Les exemples cités montrent que le français, malgré l’absence d’un équivalent systémique du connecteur russe, parvient à traduire, tant bien que mal, les énoncés qui le comportent. Dans les lignes qui suivent, j’essayerai de proposer des réponses aux questions suivantes :

  1. Quelles sont les stratégies choisies par les traducteurs professionnels pour rendre en français le sens du marqueur russe pri ètom ?

  2. Dans quels contextes apparaît-il dans les traductions du français en russe ?

  3. Quels sont les critères qui permettent de parler de l’intraduisibilité et de « spécificité linguistique » (cf. le terme de Wierzbicka language-specific word-meaning) d’une unité linguistique, en particulier d’un connecteur ?

  4. L’intraduisibilité étant relative, peut-on mesurer le degré d’intraduisibilité d’une unité linguistique, par exemple, grâce aux données de corpus ?

2. Les stratégies choisies par les traducteurs professionnels du russe en français

14Notre base de données comporte à l’heure actuelle 124 occurrences annotées de pri ètom (y compris en combinaison avec d’autres marqueurs) dans les traductions du russe en français. Je commencerai par l’analyse de la première acception du connecteur : la concomitance « propositionnelle ».

2.1. La relation de concomitance établie au niveau propositionnel

15La concomitance propositionnelle présente la situation introduite par le connecteur comme une sorte de circonstance qui accompagne la réalisation de la situation principale. La construction morphosyntaxique qui rend cette relation en français, comme dans beaucoup d’autres langues, est une proposition gérondive ou participiale. C’est en effet l’un des moyens utilisés par les traducteurs pour rendre la valeur du connecteur russe pri ètom (17 occurrences). Nous l’avons déjà vu en  : deux gérondifs présents précédés d’une anaphore résomptive ; cf. également , toujours avec un gérondif et avec un participe présent :

(9)
– Да три полсотни с лишком надо будет приложить, – сказал Петрович и сжал при этом значительно губы
– Trois billets de cinquante roubles au bas mot, dit Pétrovitch en se pinçant les lèvres.

(10)
– Вот из Гаги пишут, – скажет он, – что его величество король изволил благополучно возвратиться из кратковременного путешествия во дворец, – и при этом поглядит через очки на всех слушателей.
– On écrit de La Haye, disait-il scrutant l’assemblée à travers ses lunettes, que le roi de La Haye est heureusement rentré d’un court voyage au palais.

16Il est à noter que la structure syntaxique choisie dans la traduction fait disparaître la conjonction de coordination avec laquelle se combine pri ètom.

17Comme je l’ai déjà mentionné, pour certains textes notre base de données dispose de plusieurs traductions. La phrase russe contenant un connecteur et ses traductions en français sont réunies dans des polyéquivalences.

Dessin 1. La polyvalence no 384 de la base de données des connecteurs.

Dessin 1. La polyvalence no 384 de la base de données des connecteurs.

18Le Dessin 1 montre que la proposition gérondive n’est pas la seule solution possible dans ce cas, même si majoritaire (ici, deux sur quatre traductions). L’un des traducteurs choisit une subordonnée qui qualifie l’agent de l’action principale et qui maintient l’idée que l’agent des deux actions est le même. Ce procédé est relativement rare (2 occurrences sur 124) et n’est de toute évidence possible que dans certaines configurations sémantico-syntaxiques. Cf.  ci-dessus où cette solution, de même que le gérondif, ne sont pas acceptables.

19Si la phrase russe avec le connecteur comporte déjà un gérondif, les traducteurs optent tout simplement pour son omission, éventuellement en renforçant l’idée de concomitance par le pronom tout :

(11)
Он кинулся к комоду, с грохотом вытащил ящик, а из него портфель, бессвязно при этом выкрикивая […].
Il se rua vers une commode, ouvrit un tiroir à grand bruit, et en sortit sa serviette, tout en poussant des exclamations sans suite […].

20On voit également sur le Dessin 1 que dans la monoéquivalence 344 le traducteur garde la structure syntaxique de la phrase, mais des deux connecteurs qui introduisent la deuxième action « faire une moue grave » – la conjonction i « et » et pri ètom – ne traduit que la première. Ce modèle de traduction est répandu (12 occurrences sur 47 avec des combinaisons de marqueurs).

21La traduction du connecteur russe par un connecteur est la solution privilégiée dans les cas où les deux situations mises en relation, et surtout la première, sont complexes et, surtout, n’ont pas les mêmes sujets :

(12)
В Ярославле, как раз в обеденную пору, в ресторан явился гражданин с примусом в руках, который он только что взял из починки. Двое швейцаров, лишь только увидели его, бросили свои посты в раздевалке и бежали, а за ними бежали из ресторана все посетители и служащие. При этом у кассирши непонятным образом пропала вся выручка.
À Iaroslav, en pleine heure du déjeuner, un citoyen entra dans un restaurant en portant sous son bras un réchaud à pétrole, qu’il venait de reprendre chez le réparateur. Dès qu’ils le virent, les deux portiers abandonnèrent leur poste au vestiaire et s’enfuirent. Derrière eux s’enfuirent tous les clients, ainsi que le personnel de service. Par la même occasion – mais on n’a jamais su comment –, toute la recette disparut de la caisse.

22Ici la première situation se compose de plusieurs situations avec des actants différents, et l’actant de la situation secondaire introduite par le connecteur est lié à la situation principale par une relation anaphorique associative : le restaurant – sa caissière et la recette de cette dernière. Pour assurer la cohérence du texte, le traducteur choisit comme équivalent de pri ètom le groupe prépositionnel par la même occasion qui permet d’exprimer la simultanéité des deux situations.

23L’une des configurations sémantiques dans lesquelles apparaît souvent le connecteur russe est celle où le marqueur introduit un énoncé qui suit immédiatement le discours direct : la situation introduite par le connecteur décrit le locuteur (ses gestes, sa pose, l’expression de son visage, le ton de sa voix, etc.) au moment où il prononce ses propos. Nous avons déjà vu un exemple de ce type sous , mais il est loin d’être isolé ; cf.  où le traducteur, après avoir explicité l’acte de dire, choisit la proposition gérondive au présent comme équivalent fonctionnel de notre marqueur :

(13)
Вы посудите сами… я не знаю, милостивый государь. (При этом майор Ковалев пожал плечами.)
Jugez vous-même… Je ne sais pas, Monsieur, fit le major Kovaliov, en haussant les épaules.

24Cette stratégie n’est toutefois pas la seule ; cf. les propositions de traduction réunies dans la polyéquivalence présentée sur le Dessin 2.

Dessin 2. La polyvalence no 324 de la base de données des connecteurs.

Dessin 2. La polyvalence no 324 de la base de données des connecteurs.

25Dans la première et la troisième traduction, c’est l’adverbe ici qui est choisi pour rendre le connecteur russe : il traduit la composante spatio-temporelle (identité du lieu et du temps des deux situations) de la relation de concomitance, alors que son caractère anaphorique permet de ne pas expliciter l’acte de dire qui constitue l’action principale. Autrement cette explicitation est obligatoire : soit par un verbe dicendi (dire ou faire dans ce sens) ; soit par un syntagme qui contient un substantif de la même classe sémantique (mot, propos, etc.) ; soit la combinaison des deux, comme en  :

(14)
– Так это ты подговаривал народ разрушить ершалаимский храм? Прокуратор при этом сидел как каменный, и только губы его шевелились чуть-чуть при произнесении слов.
– Ainsi, c’est toi qui incitais le peuple à détruire le temple de Jérusalem ? En prononçant ces mots, le procurateur demeura aussi immobile qu’une statue. Seules ses lèvres remuèrent faiblement.

26En outre, la simultanéité des deux situations peut être exprimée en français également par les locutions dans le même temps et en même temps ; cf. pour la première ci-dessus, pour la deuxième et où pri ètom se combine avec la conjonction no « mais » :

(15)
Я усаживаю его в кресло, а он усаживает меня; при этом мы осторожно поглаживаем друг друга по талиям, касаемся пуговиц, и похоже на то, как будто мы ощупываем друг друга и боимся обжечься.
Je lui offre un fauteuil et il attend, pour s’asseoir, que je sois assis ; en même temps nous nous passons délicatement l’un à l’autre la main sur la taille, nous touchons nos boutons comme si nous nous tâtions mutuellement et craignions de nous brûler.

(16)
Разрушение, которое она производила, доставляла ей жгучее наслаждение, но при этом ей все время казалось, что результаты получаются какие-то мизерные.
La destruction à laquelle se livrait Marguerite lui procurait une ardente jouissance mais, en même temps, l’impression persistait en elle que les résultats obtenus demeuraient, somme toute, dérisoires.

27Il faut toutefois noter que le choix de loin le plus fréquent pour traduire pri ètom est de ne pas le traduire : 16 occurrences sur 75, soit 21,5 %. À titre de comparaison, pour naprimer « par exemple », le taux d’équivalent-zéro descend à 11 % et pour vpročem « du reste, d’ailleurs » il est de 3,1 %. Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de cette situation :

  1. l’absence de l’équivalent systémique ;

  2. le caractère sémantiquement pauvre de la relation de concomitance qui peut être déduite à partir des contenus propositionnels des énoncés mis en relation et qui rend la présence de ses marqueurs facultative ; ainsi, en  :

(17)
Пришла, и прямо к Катерине Ивановне, и на стол перед ней тридцать целковых молча выложила. Ни словечка при этом не вымолвила, хоть бы взглянула, […]
Elle est entrée, est allée tout droit vers Catherine Ivanovna et, en silence, a mis sur la table devant elle trente pièces d’un rouble. Elle n’a pas prononcé une seule parole, ne l’a même pas regardée ; […]

28le traducteur choisit de garder la structure syntaxique du texte original, ce qui rend impossible de donner la forme du gérondif ou du participe au prédicat de la deuxième proposition. Difficile également de trouver un connecteur français plus ou moins équivalent. D’où le choix de ne pas traduire le connecteur russe. Mais cela ne casse pas la cohérence du texte ni n’altère son sens ;

  1. le double marquage de la relation de concomitance en russe ; ce sont, par exemple, les cas où l’action accompagnant la première est décrite à l’aide d’un gérondif présent (cf.  ci-dessus) ;

  2. le choix du traducteur, indépendamment de la possibilité ou non de traduire le marqueur. Ainsi, en  :

(18)
Я спорил, приводил какие-то доводы. Выдвигал какие-то нравственные, духовные, психологические аргументы. Пытался что-то доказать. Но при этом я знал, что все мои соображения – лживы.
Immanquablement, je polémiquais, j’avançais des raisons d’ordre moral, spirituel ou psychologique. J’essayais d’argumenter mon point de vue. Ø Je savais parfaitement que tous mes raisonnements étaient fallacieux.

29le traducteur choisit l’asyndète, alors que no russe a comme équivalent mais et que plusieurs variantes de traduction sont possibles : mais, mais en même temps, toutefois, avec la modification de la structure syntaxique tout en sachant, etc.

30Néanmoins, l’équivalence-zéro pour pri ètom fait incontestablement perdre au texte de la traduction certains éléments de sens véhiculés par le connecteur russe, principalement l’idée de simultanéité des deux situations. En , par exemple :

(19)
Иная вещь, подсвечник, лампа, транспарант, пресс-папье, стоит года три, четыре на месте – ничего; чуть он возьмет ее, смотришь – сломалась. – Ах, – скажет он иногда при этом Обломову с удивлением. – Посмотрите-ка, сударь, какая диковина: взял только в руки вот эту штучку, а она и развалилась!
Certains objets – un bougeoir, une lampe, un transparent – pouvaient rester à leur place trois ou quatre ans sans que rien leur arrivât. À peine les touchait-il qu’ils se cassaient. – Ah, disait-il quelquefois Ø à Oblomov avec surprise. Regardez, Monsieur, comme c’est curieux : à peine j’ai pris ce machin entre les mains qu’il est tombé en morceaux.

31le choix de ne pas traduire pri ètom dissocie les situations dans le temps, notamment à cause de l’indéfini quelquefois qui détermine le cadre temporel de la deuxième situation. Par contre, dans le texte original, les propos de Zakhar, le serveur d’Oblomov, sont prononcés – quelquefois – au moment même où il casse un objet.

32En seule la conjonction i « et » est traduite :

(20)
– Одним словом, – настойчиво и громко сказал он, вставая и немного оттолкнув при этом Порфирия, – одним словом, я хочу знать: признаете ли вы меня окончательно свободным от подозрений или нет?
– En un mot, dit-il d’une voix forte et avec insistance, en se levant et repoussant légèrement Ø Porphyre, en un mot, je veux savoir : me reconnaissez-vous ou non comme définitivement libre de tout soupçon ?

33Mais par conséquent, les actions se lever et repousser sont présentées comme deux actions parallèles qui se passent en même temps et qui accompagnent celle de dire, alors que pri ètom présente l’action de repousser comme la modalité de la réalisation de l’action de se lever : il se leva en repoussant Porphyre.

2.2. La concomitance énonciative

34La relation de concomitance est établie au niveau des actes linguistiques qui doivent être interprétés l’un en fonction de l’autre. Les contraintes sur les contenus propositionnels des fragments de textes mis en relation sont moins rigides que dans le cas de la concomitance propositionnelle. Il ne s’agit pas de deux actions ponctuelles dont l’une accompagne l’autre, mais de généralisations, de comportement habituel ou traits typiques, etc. Cf.  ci-dessus, où l’interprétation du deuxième énoncé doit, pour être correcte, se faire à la lumière de ce qui est dit dans le premier, ainsi que où le deuxième énoncé fournit des détails supplémentaires à ce qui est dit avant. Les équivalents fonctionnels sont souvent « puisés » dans le paradigme des marqueurs de l’ajout énonciatif :

(21)
Но мы в чужой стране. Языка практически не знаем. В законах ориентируемся слабо. К оружию не привыкли. А тут у каждого второго – пистолет. Если не бомба… При этом латиноамериканцы, говорят, еще страшнее негров.
Mais nous sommes dans un pays étranger. Nous ne connaissons pratiquement pas la langue. Nous n’entendons pas grand-chose aux lois. Nous ne sommes pas habitués aux armes. Et ici un type sur deux a une arme. Quand ce n’est pas une bombe… En plus les Latino-Américains sont, paraît-il, encore plus terribles que les Noirs.

35L’interprétation de la suite d’énoncés liés par la relation de concomitance énonciative est hautement tributaire des contenus propositionnels mis en relation qui peuvent donner lieu à des interprétations adversative, concessive, consécutive, conditionnelle. Le français ne possédant pas de marqueur avec un sémantisme pareil, les traducteurs explicitent la relation à l’aide d’un connecteur plus au moins sémantiquement proche, mais souvent donc surinterprétant le texte original. Ainsi, en  :

(22)
Она была мужественной, решительной, целеустремленной. При этом холодной, заносчивой и аристократически наивной. Например, она считала деньги тяжким бременем.
Elle était courageuse, décidée, persévérante. En même temps froide, arrogante et aristocratiquement naïve. Par exemple, elle trouvait que l’argent était un fardeau bien ennuyeux.

36les contenus propositionnels permettent d’établir une relation d’opposition entre les deux énoncés, et le traducteur choisit le marqueur en même temps qui exprime une opposition faible. Dans la traduction de avec et avec tout ça, la relation de concomitance bascule vers la concession (cf. également avec toutefois) :

(23)
Я до сих пор помню этот великолепный треск. Крутили бесконечные романы. Влюблялись, разводились. И многие при этом чувствовали себя совестью нации, считали, что вправе поучать свой народ.
Je me souviens encore de ces délicieux grésillements. On était tout le temps embringué dans des histoires d’amour sans fin. On tombait amoureux, on se séparait. Et avec tout ça, beaucoup avaient l’impression d’être la conscience de la nation, ils s’estimaient en droit de donner des leçons à leur peuple.

37Dans les exemples suivants, les traducteurs choisissent les marqueurs des relations de conséquence , alors même que la place du marqueur fait plutôt penser à la concomitance propositionnelle (cf. également ci-dessous), et de condition  :

(24)
Это не столкновение двух последних смысловых инстанций, а объектное (сюжетное) столкновение двух изображённых позиций, всецело подчинённое высшей, последней инстанции автора. Монологический контекст при этом не размыкается и не ослабляется.
Il ne s’agit pas là d’affrontement entre deux dernières instances de signification, mais de la rencontre objectivée (thématique) de deux positions représentées, rencontre entièrement soumise à l’instance suprême et dernière de l’auteur. Le contexte monologique n’est par conséquent ni rompu ni affaibli.

(25)
Президент Российской Федерации прекращает исполнение полномочий досрочно в случае его отставки, стойкой неспособности по состоянию здоровья осуществлять принадлежащие ему полномочия или отрешения от должности. При этом выборы Президента Российской Федерации должны состояться не позднее трех месяцев с момента досрочного прекращения исполнения полномочий.
Le président de la Fédération de Russie cesse d’exercer ses attributions avant terme en cas de démission, d’incapacité permanente pour raison de santé d’exercer les attributions qui lui incombent, ou de destitution. Dans ce cas, l’élection du président doit avoir lieu au plus tard trois mois à compter de la cessation anticipée de son mandat.

38Le sens du connecteur pri ètom dans les suites d’énoncés avec la relation de concomitance énonciative reste cependant sémantiquement pauvre et permet différentes interprétations. De ce fait, le choix de l’équivalent français, qui rend cette relation moins abstraite, se révèle être une opération délicate. Ainsi, dans l’exemple suivant :

(26)
Жора был веселый, разбитной и откровенный. А Балиев – по контрасту – хмурый, строгий и неразговорчивый. При этом между ними ощущалась согласованность, как в цирке.
Jora était gai, déluré, ouvert. Baliev, au contraire, se montrait sombre, sévère, taciturne. On sentait, en outre, qu’il y avait entre les deux une sorte de complicité, comme au cirque.

39le traducteur a opté pour un connecteur d’ajout énonciatif en outre, qui embrouille l’interprétation, la relation entre les fragments de texte liés par les connecteurs étant oppositive, voire concessive. Le marqueur plus adapté serait cependant ou malgré cela.

40Au bout de l’analyse des modèles de traductions, on peut observer que les deux emplois du connecteur pri ètom – concomitance propositionnelle et énonciative – ne posent pas les mêmes problèmes aux traducteurs. L’emploi propositionnel semble être moins problématique. Si les deux actions concomitantes ont le même sujet syntaxique, les traducteurs optent pour les moyens morphosyntaxiques (propositions participiale ou gérondive au présent) ; si ce n’est pas le cas, c’est la simultanéité des actions qui est mise en évidence grâce à des marqueurs temporels. En revanche, pour la concomitance énonciative le choix des marqueurs se situe dans le paradigme des marqueurs sémantiquement plus riches et requiert donc, pour que la traduction soit adéquate, l’analyse des contenus propositionnels mis en relation.

3. Les choix des traducteurs professionnels du français en russe

41Le nombre d’occurrences de pri ètom dans les traductions du français en russe dont dispose notre base de données est réduit : il s’élève à 27 occurrences. Mais les tendances décelées dans la traduction de ce marqueur du russe en français se voient confirmées. Ainsi, les propositions gérondives, avec ou sans tout, de l’original sont soit complétées par pri ètom dans la traduction (3 occurrences), soit transformées en prédications, mais également avec l’ajout du connecteur (2 occurrences) :

(27)
Ils passent leur temps à mesurer l’éclairage en s’échangeant des chiffres cabalistiques […].
Они весь день маются с наладкой освещения, обмениваясь при этом каббалистическими цифрами […].

(28)
[…] des Chippendales à poil qui glosent sur la nudité en tant que libération corporelle et négation de l’aliénation post-moderne, tout en montrant leur musculature, etc.
[…] двое голых чипендейлов трактуют наготу как телесную свободу и отрицание постмодернистского отчуждения и при этом демонстрируют накачанные мускулы и т.д.

42L’équivalence fonctionnelle de pri ètom et de (et) en même temps se confirme dans les traductions du français en russe :

(29)
En ce moment, l’un d’eux s’approcha de lui, après avoir vigoureusement repoussé les fellahs qui l’assaillaient de leurs offres de service, et il lui demanda fort poliment s’il pouvait lui indiquer les bureaux de l’agent consulaire anglais. Et en même temps ce passager présentait un passeport sur lequel il désirait sans doute faire apposer le visa britannique.
В эту минуту один из пассажиров, решительно расталкивая феллахов, пристававших к нему с предложением услуг, приблизился к сыщику и вежливо попросил указать местонахождение британского консульства. При этом он показал паспорт, на котором, без сомнения, хотел поставить британскую визу.

43Le connecteur pri ètom est ajouté à une conjonction de coordination dans le texte original quand la situation décrite dans la proposition qu’elle introduit peut être considérée comme accompagnant celle de la situation décrite dans le contexte de gauche : mais (3 occurrences) ou et (5 occurrences), soit dans presque 30 % des cas :

(30)
Vivre et entendre un cadavre qui vous parle : c’est pratique, Internet !
Жить и при этом слушать покойника, который обращается к вам, – до чего же удобная штука Интернет!

(31)
Il avait imité la voix d’un steward de compagnie aérienne, mais son visage était empreint d’une expression de tristesse qui me surprit.
Он произнес эту фразу голосом стюарда, но лицо его сохраняло при этом удивившее меня печальное выражение.

44Le russe tend donc à expliciter ou même à imposer cette relation de concomitance propositionnelle. Rappelons que dans les traductions en français pri ètom est souvent absent, seule la conjonction de coordination est traduite.

45Pour ce qui est de la concomitance énonciative, le connecteur russe est utilisé pour traduire d’ailleurs et en plus, aussi en combinaison avec la conjonction et :

(32)
En effet, le Pereire, de la Compagnie transatlantique française – dont les admirables bâtiments égalent en vitesse et surpassent en confortable tous ceux des autres lignes, sans exception –, ne partait que le surlendemain, 14 décembre. Et d’ailleurs, de même que ceux de la Compagnie hambourgeoise, il n’allait pas directement à Liverpool ou à Londres, mais au Havre, et cette traversée supplémentaire du Havre à Southampton, en retardant Phileas Fogg, eût annulé ses derniers efforts.
В самом деле, пароход «Перейр» французской Трансатлантической компании, великолепные суда которой не уступают по быстроходности судам всех других линий, а по удобствам даже превосходят их, отходил лишь через два дня – 14 декабря. При этом, как и корабли Гамбургской компании, он следовал не прямо в Ливерпуль или Лондон, а заходил в Гавр, и этот добавочный переезд от Гавра до Саутгемптона задержал бы Филеаса Фогга и окончательно свел бы на нет все его последние усилия.

(33)
Le Maître du Monde, il a un peignoir minable, une maison nulle, une perruque bleue, un bandana dans la glotte, et en plus il ne sait même pas qu’il est le Maître du Monde !
Как ни смешно, Повелитель Мира носит мятый халатик и голубой парик, владеет безвкусной виллой, лежит тут с шарфом в глотке и при этом знать не знает, что он-то и есть тот самый Повелитель Мира.

46Il s’agit donc des connecteurs qui signalent le retour sur le discours ou un ajout énonciatif, les deux significations étant compatibles avec celle de pri ètom. Notons que dans les traductions du russe en français, d’ailleurs et par ailleurs traduisent pri ètom quatre fois, en plus cinq.

47On peut donc constater une homogénéité de moyens linguistiques utilisés dans les traductions du russe en français et du français en russe.

4. Mesurer le degré de spécificité linguistique

48Le connecteur russe pri ètom a, on l’a vu, une certaine spécificité sémantique pour le couple de langues russe-français : l’absence d’équivalent systémique l’atteste. Mais on sait aussi que rares sont les mots, à l’exception peut-être de certains termes, qui ont les mêmes propriétés sémantiques et les mêmes capacités combinatoires dans les deux langues. La spécificité linguistique est donc forcément relative. Mais comment la mesurer ? Comme le montre Anna Zalizniak (2016), l’équivalence-zéro ne peut pas être le seul critère, surtout pour les connecteurs, car elle peut résulter tout simplement du fait que les langues comparées ne font pas le même usage des connecteurs, une différence typologique importante consistant à rendre les relations logico-sémantiques explicites, par exemple, en russe, alors qu’elles restent implicites (ou exprimées par d’autres moyens) en français. Nous l’avons vu du reste dans le cas de pri ètom. Les données sur la traduction du russe en français doivent être complétées par les données de la traduction dans le sens inverse et confrontées en outre avec celles pour d’autres connecteurs et, plus généralement, d’autres unités linguistiques. Nous avons vu également que l’équivalence-zéro peut être dictée par le choix du traducteur qui n’atteste donc en rien ni la spécificité linguistique d’un connecteur ni la difficulté de sa traduction. Sur 16 équivalences-zéro, quatre seulement (25 %) le sont par l’impossibilité de traduire le marqueur russe dans ce contexte précis.

49Un autre critère possible, mais qui découle en partie du précédent, est le nombre de traductions dites divergentes (le terme est emprunté à Johansson 2007), ce qui signifie dans notre cas qu’un connecteur n’est pas traduit par un connecteur, mais par un autre moyen linguistique : structure syntaxique, unité linguistique appartenant à une autre classe grammaticale ou fonctionnelle, etc. Pour pri ètom le nombre de traductions divergentes s’élève à 36 % (27 occurrences).

50Enfin, on peut proposer un troisième critère : le nombre de modèles de traduction, autrement dit le nombre d’équivalents fonctionnels du connecteur analysé. Pour pri ètom le nombre est de 34 pour 75 occurrences, soit 45,5 %. Cf. le Tableau 1 avec les statistiques pour toutes les occurrences du connecteur pri ètom, employé seul ou en combinaison avec des conjonctions, enregistrées dans notre base de données.

Tableau 1. Degré de spécificité linguistique du connecteur pri ètom.

Tableau 1. Degré de spécificité linguistique du connecteur pri ètom.

51L’ensemble de ces trois paramètres pour tel ou tel connecteur, en comparaison avec les mêmes données pour d’autres connecteurs, peut, à mon avis, donner une idée plus précise sur le degré de spécificité de l’unité linguistique analysée (cf. Tableau 2). Pri ètom se situe de ce point de vue du côté de la conjonction a, qui n’a pas non plus d’équivalent systémique en français, pour le taux d’équivalence-zéro, de voobšče, marqueur de généralisation, pour l’ensemble des paramètres. Sur le pôle opposé de l’échelle on trouvera odnim slovom « en un mot » et ne tol’ko… no i « non seulement… mais », les deux avec un équivalent consacré par les dictionnaires, avec le taux d’équivalences-zéro qui ne dépasse pas 5 % et le taux de traductions divergentes relativement bas : pour ne tol’ko… no de 2,5 %. Pour ce dernier connecteur, il est intéressant de noter que le nombre de modèles de traduction est assez élevé (presque 30 %), ce qui nous renseigne sur le fonctionnement assez différent du marqueur russe et de son équivalent français, qui ont pourtant la forme interne presque identique.

Tableau 2. Degré de spécificité linguistique de certains marqueurs discursifs russes.

Tableau 2. Degré de spécificité linguistique de certains marqueurs discursifs russes.

5. Conclusions

52L’analyse proposée permet de répondre plutôt négativement à la question posée dans le titre de cette étude, sans toutefois nier les difficultés que le connecteur russe pri ètom pose pour la traduction. Les raisons de ces difficultés résident avant tout dans sa sémantique. Il exprime une relation sémantiquement élémentaire, une sorte de dépendance de deux situations ou de deux actes énonciatifs. Dans son emploi propositionnel, il signale que la situation décrite dans le contexte de droite accompagne celle qui est décrite dans son contexte de gauche ; dans son emploi énonciatif, il indique que deux énoncés ou séries d’énoncés qu’il lie doivent être interprétés l’un(e) en fonction de l’autre. Malgré ce sémantisme assez abstrait, la présence du marqueur permet de structurer le texte en blocs sémantiques, en en assurant la cohérence. En plus, l’interprétation de l’ensemble, notamment au niveau énonciatif, dépend en grande partie des contenus propositionnels mis en relation, qui peuvent donner lieu à des lectures adversative, concessive, consécutive ou conditionnelle. Comme le français ne possède pas de marqueur équivalent, les traducteurs sont obligés de choisir un marqueur à sémantisme plus spécifique, ce qui aboutit parfois à des résultats peu satisfaisants et perturbe la cohérence du texte. Mais même si le texte original est souvent surinterprété, les cas d’intraduisibilité du marqueur russe restent rares.

53Enfin, si, pour le couple de langue russe-français, on peut parler, en reprenant le terme d’A. Wierzbicka, d’un caractère language-specific du marqueur russe, cette spécificité linguistique peut être mesurée à l’aide de critères tels que le taux d’équivalences-zéro, celui de traductions divergentes et celui de modèles de traductions, les trois étant élevés pour pri ètom, par rapport à d’autres marqueurs discursifs russes. Les données statistiques confirment donc les données descriptives et permettent de classer pri ètom parmi les connecteurs à haut degré de spécificité linguistique pour le couple de langues en question.

Bibliographie

BREINDL, Eva, VOLODINA, Anna, WASSNER, Ulrich H. (2014) Handbuch der deutschen Konnektoren 2, Berlin, De Gruyter.

INKOVA, Olga (2010) Les intraduisibles : question de langue ou de culture, Hermès, vol. 2, no 56, p. 139-147.

INKOVA, Olga (2011) Kol’ et tol’ et leurs dérivés en russe d’aujourd’hui : une traduction laborieuse, in BIRKS, Annie, dir., Cahiers du CIRHiLL, no 34, « Étymologie et traduction », p. 255-286.

JOHANSSON, Stig (2007) Seeing through Multilingual Corpora. On the Use of Corpora in Contrastive Studies, Amsterdam, John Benjamins.

KORTMANN, Bernd (1997) Adverbial Subordination. A Typology and History of Adverbial Subordinators Based on European Languages, Berlin, New York, Mouton de Gruyter.

WIERZBICKA, Anna (1992) Semantics, Culture, and Cognition. Universal Human Concepts in Culture-Specific Configurations, New York, Oxford, Oxford University Press.

ZALIZNIAK, Anna (2016) A database of cross-linguistic equivalences as an instrument of linguistic analysis, in Komp’uternaja lingvistika i intellektual’nye tekhnologii: Po materialam ežegodnoj Meždunarodnoj konferencii “Dialogue”, vol. 15, no 21, Moscou, RGGU, p. 854-866.

Notes

1 Projet de recherche du FNS no IZLRZ1_164059 et du RFBR no 16-06-00070.

2 La traduction est de nous.

Table des illustrations

Titre Dessin 1. La polyvalence no 384 de la base de données des connecteurs.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7859/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Titre Dessin 2. La polyvalence no 324 de la base de données des connecteurs.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7859/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Tableau 1. Degré de spécificité linguistique du connecteur pri ètom.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7859/img-3.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 2. Degré de spécificité linguistique de certains marqueurs discursifs russes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7859/img-4.png
Fichier image/png, 28k

© Presses universitaires de Provence, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search