Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos sur l'intraduisible

 | 
Olga Artyushkina
, 
Charles Zaremba

Peut-on traduire le mot allemand Sehnsucht ?

Béatrice Gonzalés-Vangell

Texte intégral

  • 1 Ce terme ne sera pas traduit afin de ne pas céder à la tentation de sacrifier une de ses acceptions (...)

1Le terme Sehnsucht1, qu’il soit aspiration spirituelle, élan amoureux, désir d’échapper à la finitude, qu’il soit langueur, espérance ou passion, désigne un sentiment lancinant éprouvé dans la solitude. C’est une sorte de nostalgie tournée vers l’avenir, surgie du choc de deux pulsions contradictoires et complémentaires : la manifestation irrépressible d’un désir ardent et l’intuition que son accomplissement est tout à fait improbable. La complexité du terme rend sa traduction peu aisée. C’est la raison pour laquelle il ne sera pas traduit dans ce qui suit. On s’emploiera ici à explorer plusieurs de ses occurrences afin de définir plus avant ses contours. Ce terme apparaît dès les premiers écrits en allemand chez les poètes baroques du xviie siècle, par exemple chez Andreas Gryphius, puis il réapparaît chez les grands poètes du Sturm und Drang (Goethe, Hölderlin, Eichendorff), plus tard chez les romantiques comme Novalis, son occurrence se répète au tournant du siècle et les modernes s’en saisissent, comme Stefan Georg, Richard Dehmel, Rainer Maria Rilke puis Stefan Zweig, Walter Benjamin, Joseph Roth, Sigmund Freud, Edgar Hilsenrath ou Elfriede Jelinek. Le terme de Sehnsucht se décline selon les époques, mais qu’est-ce que la Sehnsucht ?

  • 2 « Er hat vielleicht zuerst gewußt, daß die Sehnsucht eine mit unserm Wesen überhaupt verbundene Fun (...)
  • 3 Barbara Cassin (2012) Plus d’une langue, Paris, Bayard, p. 23.

2« Peut-être savait-il d’abord que la Sehnsucht est une fonction intimement liée à notre être dont nous ne pouvons “désormais pas nous débarrasser” et […] contre laquelle, à la fin de sa vie, il tenta de combattre2. » C’est ainsi que Georg Simmel évoque Goethe et souligne combien l’écrivain est habité par la Sehnsucht, à laquelle il va réserver une grande part dans son œuvre. Est-elle propre à Goethe ? Celle-ci serait-elle inhérente à la vision du monde et à la culture dans lesquelles l’écrivain évolue ? Qu’est-ce que cette Sehnsucht dont on ne peut se débarrasser ? À n’en pas douter, la Sehnsucht est à la fois subjective, individuelle et collective. C’est à cet égard que l’étude de son occurrence dans la littérature se justifie pleinement. Le terme de Sehnsucht exprime l’idée d’une nostalgie qui serait non pas tournée vers le passé dont elle tenterait de ranimer la flamme, mais qui se tournerait aussi vers l’avenir, c’est-à-dire vers l’inaccompli à venir, tout en gardant la conscience du caractère impossible de cette entreprise. Le terme résiste à la traduction immédiate et semble incarner à lui tout seul le caractère non servile d’une langue puisque la tentative de le traduire présente les « symptômes de la différence des langues », selon l’expression de Barbara Cassin3.

  • 4 La première période, qui commence à peu près en 1050 et s’étend jusqu’en 1350 est celle à laquelle (...)
  • 5 Voici la définition que Jakob et Wilhelm Grimm donnent au terme dans leur dictionnaire, Deutsches W (...)
  • 6 « den quälenden Stachel der Sehnsucht », in Friedrich Schlegel, Lucinde, Berlin, Frölich Verlag, 17 (...)
  • 7 Voir dictionnaire de la langue allemande Duden.
  • 8 Clive Staples Lewis (1955) Surprised by Joy, Londres, Geoffrey Bles ed., 252 p. ; id. (1933) Pilgri (...)
  • 9 Suzanne Scheibe, Alexandra M. Freund (2008) « Approaching Sehnsucht (Life longings) form a Life-spa (...)
  • 10 ‪William Cooney (2015) The Wild Longing of the Human Heart: the Search for Happiness and Something (...)

3Voici les alternatives traditionnelles auxquelles le français a recours pour l’exprimer et leurs incongruences respectives : avec « nostalgie », la langue française insiste sur le manque et la perte, dans un sens originel synonyme de « mal du pays ». La nostalgie est associée au regret qui, comme nous le verrons plus loin, reste un emploi marginal de la Sehnsucht. La tradition veut que l’on traduise en français Sehnsucht, quand celle-ci se tourne vers demain, par « désir » ou « aspiration ». On relève le premier sens de Sehnsucht dans les écrits les plus anciens rédigés en langue allemande4, Sehnsucht5 désigne alors une « souffrance maladive ». Au xviiie siècle, Friedrich Schlegel parlera dans son roman Lucinde du « dard lancinant de la Sehnsucht6 ». Cette acception, encore présente dans l’emploi moderne du terme7, est occultée en français certes de façon moins sensible si on choisit pour le traduire par « nostalgie », mais de façon accrue si on opte pour « désir » ou « aspiration ». Il est alors coutume de parler de « désir ardent » ou de « soif » au sens figuré. Les termes français ne décrivent pas le même espace-temps que le terme allemand : illimité, puisque ardent et immodéré, ce dernier décrit dans un arc embrassant tout autant le passé que l’avenir. Il n’existe pas d’équivalent en français qui engloberait la totalité de ses occurrences. L’absence de traduction ici permet de préserver, dans un premier temps, le champ des possibles contenu dans l’étrangeté du lexème étranger. On pourrait supposer que la difficulté de traduction réside dans une certaine incompatibilité entre le français et l’allemand. Ce n’est pas le cas. L’écrivain britannique Clive Staples Lewis, qui consacra deux ouvrages bâtis autour de la Sehnsucht8, a recours à la paraphrase suivante pour tenter de cerner ce qu’elle est, terme habituellement traduit par yearning, craving for, wishfulness. Pour la désigner, il utilise la périphrase suivante : « inconsolable longing in the human heart for we know not what ». L’auteur peine à trouver une formule brève qui pointe sans détour la nature de la Sehnsucht à qui il octroie, comme cela se passe dans certains cas en français, un sens proche de la nostalgie et de la langueur. D’une part, Lewis livre ici une interprétation qui l’amène à assimiler la Sehnsucht au mythe de l’unité perdue, un paradis dont on se souvient dans la nostalgie. D’autre part, son étude révèle que l’anglais comme le français instaure une scission entre passé, présent et futur et essaie de préciser en utilisant Life longings9 ; enfin, il arrive que Sehnsucht soit utilisé en anglais10 dans sa forme originale sans traduction (comme cela est le cas en français pour certains termes psychanalytiques allemands), pour désigner, par exemple, le mouvement romantique inauguré par John Keats. De l’examen de l’anglais résulte une aporie. À ce stade, il est légitime de se demander s’il existe un équivalent à Sehnsucht dans d’autres langues. Le terme suédois längtan, lui, se rapproche de l’anglais longing. L’espagnol est confronté à la même aporie que le français et propose des termes peu appropriés : nostalgia, anhelo « aspiration », añoranza « regret », « mal du pays » et ansia « angoisse, anxiété ». Le russe, lui, offre de nombreuses possibilités de traduction : тоска, associée à la mélancolie, la dépression et l’ennui. Le terme souvent évoqué, en raison de sa proximité supposée avec l’allemand, est saudade en portugais. Pourtant ils ne sont pas équivalents. Alors que l’allemand insiste sur l’intensité de la souffrance pouvant aller jusqu’à devenir maladive, le portugais exprime la mélancolie et une certaine tristesse. Quelques exemples suffisent d’ores et déjà pour pouvoir avancer que Sehnsucht est un terme si marqué culturellement qu’il refuse une équivalence immédiate et adéquate dans d’autres langues. Ici le mot culture se comprend dans le sens allemand de Kultur, c’est-à-dire à la croisée des chemins entre civilisation, religion et société. Vu ainsi, le champ d’exploration qui s’ouvre à nous s’élargit considérablement. Force est de constater que Sehnsucht demande un traitement particulier qui attise, aujourd’hui, l’intérêt de nombreux auteurs.

  • 11 Wolfgang Hantel-Quitmann (2011) Sehnsucht: das unstillbare Gefühl, Stuttgart, Klett Cotta, 220 p.
  • 12 Hans Dieter Gelfert (2005) Was ist Deutsch?, München, C.H. Beck, 210 p.
  • 13 Dans son étude, Gelfert analyse les formes qui ont imprégné la mentalité allemande et qui ont eu un (...)
  • 14 H.D. Gelfert, Was ist Deutsch?, op. cit., p. 61.

4On en veut pour preuve la parution de nombreux ouvrages ces dernières années, comme celui du psychologue Wolfgang Hantel-Quitman11 qui affirme que la Sehnsucht est un sentiment insatiable auquel la psychologie s’intéresse plus intensément ces dernières années. D’autres observent ce terme dans un questionnement sur ce qui constitue ce qui est allemand et relèvent des traits caractéristiques chez leurs contemporains et dans la société, livrant ainsi une sorte de mode d’emploi de la vision du monde de l’Allemagne : par exemple Die deutsche Seele [L’âme allemande] de Thea Dorn et Richard Wagner ou Was ist Deutsch? Wie die Deutschen wurden, was sie sind? [Qu’est-ce qui est allemand ? Comment les Allemands sont-ils devenus ce qu’ils sont ?] de Hans-Dieter Gelfert12. Les auteurs du premier ouvrage se livrent à l’analyse de termes13 ou de traits supposés être typiquement « allemands » comme Abendbrot, Grundgesetz, Heimat, Kitsch et Ordnungsliebe – littéralement « le pain du soir », « la loi fondamentale », « la patrie », « le kitsch » et « l’amour de l’ordre ». La démarche de Gelfert est similaire, il rassemble entre autres : Sauberkeit, Sparsamkeit, Pflicht, Treue – « propreté », « épargne », « devoir », « fidélité ». Ces termes désignent à ses yeux des réalités façonnées et marquées par le sceau de la culture allemande. Ainsi, ces ouvrages tentent de repérer les soubassements de l’identité allemande. Le lexème Sehnsucht y est significatif, comme l’affirme en conclusion de son essai Hans-Dieter Gelfert14 qui voit dans la Sehnsucht le pendant positif du sentiment de peur. Celle-ci rétablirait, d’après l’auteur, l’équilibre sur le balancier de l’identité. Dans cette perspective, se pourrait-il qu’il faille considérer la Sehnsucht comme produit de l’inconscient allemand qui sous-tend toute autodéfinition ?

  • 15 Antoine Berman (1984) L’épreuve de l’étranger, culture et traduction dans l’Allemagne romantique, P (...)

5La périphrase proposée par Clive Lewis, quand bien même contribuerait-elle à cerner de plus près ce que veut dire Sehnsucht, est formulée par défaut, faute de traduction et, en tout état de cause, s’avère insuffisante pour en embrasser la signification. Le terme de Sehnsucht serait-il intraduisible ? L’impossibilité de rendre ce que Sehnsucht signifie en allemand dans les langues qui lui sont proches, le français, l’anglais et le suédois, met en évidence le lien intime qui se tisse entre langue et culture. Et « toute culture résiste à la traduction », écrivait Antoine Berman15, pleine d’elle-même, cherchant à se transmettre tout en refusant une quelconque réduction.

6Le caractère intraduisible d’un mot provient de faits métalinguistiques. Cependant, d’aucuns y voient l’expression d’un sentiment. La Sehnsucht serait-elle un sentiment, une émotion, un affect ? Seuls les Allemands ressentiraient-ils celui-ci ? Quel serait alors l’appareil critique adéquat pour entreprendre une étude sur la Sehnsucht ? Le directeur de l’Institut de recherche Max-Planck à Berlin, Paul Baltes, a initié depuis une dizaine d’années un programme dédié à la recherche sur la Sehnsucht et définissait son projet au début en affirmant « Sehnsucht dient der Bewertung der eigenen Entwicklung16 » [la Sehnsucht sert à évaluer l’évolution de chacun]. Ce projet scientifique témoigne de l’importance apportée à l’objet de nos questionnements pour les Allemands eux-mêmes.  

  • 17 Il fallut attendre le xxe siècle pour voir s’élargir le champ historique vers la sociologie : Lucie (...)
  • 18 Emotionsgeschichte.
  • 19 Simone Winko (2003) Kodierte Gefühle: zu einer Poetik der Emotionen in lyrischen und poetologische (...)
  • 20 Pour l’état des recherches, consulter l’article de Bettina Hitzer (2011) : Emotionsgeschichte – ein (...)
  • 21 Hans Gumbrecht (2011) Stimmungen lesen, über eine verdeckte Wirklichkeit der Literatur, München, Ak (...)
  • 22 Immanuel Kant établit une équivalence entre des désirs vides et des « Sehnsüchte » dans « was auf l (...)

7Les parutions touchant à l’histoire des sentiments17 se multiplient et leur nombre croissant témoigne de l’intérêt provoqué par ceux qui voudraient y voir l’émergence de nouveaux champs de recherche : « Emotionsgeschichte18 » [histoire des émotions], « Poetik der Affekte19 » [poétique des affects] ou bien « Poetik der Emotionen » [poétique des émotions] qui connaissent plus ou moins de succès20. Dans Stimmungen lesen21, le romaniste allemand Hans Ulrich Gumbrecht va jusqu’à exiger une nouvelle orientation de la recherche en littérature vers la « lecture des sentiments ». Ces études s’intéressent aux termes appartenant au champ sémantique du sentiment et se proposent d’en étudier diverses manifestations. La Sehnsucht, en tant qu’« affect ou sentiment », relèverait donc de ce qui échappe à la raison, selon une conception kantienne22. Frôlant les pathologies de l’âme humaine, névroses et perversions, la Sehnsucht en tant que telle fut et reste certainement un objet d’étude pour la psychologie et la psychanalyse. En revanche, il serait naïf de croire que son sens dans la littérature recouvre exclusivement le champ des dérives névrotiques. Trouvant son origine dans les premiers écrits en allemand, apparaissant en abondance dans la poésie et dans la prose à des périodes précises, son occurrence relève alors davantage d’une convention, et son évocation fonctionne comme un code dont les règles peuvent varier selon le contexte.

8Cette étude ne se propose pas de se livrer à une analyse de l’émotion particulière que l’on nommerait Sehnsucht. Il s’agit davantage de saisir le concept dans son ensemble et d’observer l’évolution de la Sehnsucht et de sa représentation dans la littérature. À ce titre, il serait erroné de vouloir placer cette étude dans le cadre de l’anthropologie des émotions. En effet, le texte poétique ou littéraire n’a pas d’émotions, le narrateur, figure de la représentativité, s’avance offrant au lecteur une possibilité d’identification. Le texte s’illustre par sa surface lisse. Les abîmes de l’humeur, l’émergence de l’émotion ne se produisent que chez le lecteur. À n’en pas douter, user de signifiants appartenant au lexique de l’émotion tend à vouloir susciter des réactions chez le lecteur, le transporter. En ce qui concerne la Sehnsucht, il s’agit d’une construction qui répond à certaines conditions socioculturelles, il remplit dans le discours une fonction pragmatique ou poétique. S’agit-il d’un code culturel, et si oui, quelle en est sa teneur ? En outre, il sera utile d’observer l’interaction entre l’expression d’un ressenti et sa représentation dans des textes où affleure une dimension autobiographique évidente.

9L’usage de Sehnsucht dans la littérature parcourt les grandes époques littéraires : baroque, Sturm und Drang, romantisme, modernité, entre-deux-guerres, après 45, après 89.

10La Sehnsucht, un sentiment éprouvé à diverses époques et présent au cours des siècles dans la poésie et dans la prose littéraire, reste-t-il fidèle à lui-même ? Un fait s’impose : la constance avec laquelle la Sehnsucht est exprimée au cours des siècles contraste avec la versatilité des sens qui lui sont donnés. Comment l’identifier ? Un texte peut en parler sans la nommer et un autre peut la nommer sans véritablement en parler. Comment se manifeste-t-elle ? Parfois elle peut apparaître sous une forme de ponctuation, une exclamation. On se souvient par exemple du sonnet, composé par Andreas Gryphius en 1637, « Menschliches Elend » [Misère de l’homme] et du vers inaugural : « Was sind wir Menschen doch! ein Wonhauß grimmer Schmertzen? »

  • 23 Andreas Gryphius (2012) « Menschliches Elend », in Sonette, Andreas Gryphius Gedichte, Stuttgart, R (...)

Que sommes-nous donc, hommes ?
Demeures d’âpres maux,
Balle de chance fausse, feu-follet de l’instant […]
Neige bientôt fondue et chandelle brûlée.
Cette vie fuit comme un bavardage badin23.

  • 24 Expression empruntée à Marie-Thérèse Mourey in « Réforme et poésie en Allemagne », Revue de l’histo (...)

11Cette plainte, fil rouge du poème, dénonce la vanité, souligne le caractère éphémère de l’orgueil et appelle les hommes à se détourner des tentations de la vie terrestre pour ne se concentrer que sur la rédemption de la vie de l’au-delà. La poésie de Gryphius voit le jour au milieu des flammes de la guerre de Trente Ans en Silésie, province ébranlée par l’antagonisme « entre Germania et Romania24 ». Les persécutions, les épidémies et les destructions poussent des milliers de personnes dans la misère. La téléologie seule semble offrir un refuge. L’aspiration vers l’au-delà, récurrente chez Gryphius, s’exprime par exemple dans ses sonnets les plus connus « Abend » ou, en français, « Les Larmes de la Patrie ». Les trois vers suivants clôturent ce poème : « Cependant je ne dirai rien de ce qui est pire que la mort, de ce qui est plus terrible que la peste, la violence, la famine et qui est que tant de gens soient privés des rêves et des trésors de l’âme. » La Sehnsucht, le désir de voir triompher la paix et le recueillement propice à la prière luthérienne s’expriment par un euphémisme. Il serait faux de voir ici l’expression d’une émotion, ces vers pourraient bien davantage s’apparenter à une prise de position politique puisqu’il s’agit de défendre les droits du peuple protestant persécuté. Même dans ses poèmes les plus sombres, la poésie de Gryphius, telle l’incarnation de la confession luthérienne menacée par l’hégémonie catholique, sert un propos complexe, aussi politique que théologique : l’affirmation d’une identité allemande, le souci de voir vaincre la liberté de culte et la paix. De ce point de vue, la langue allemande, à cette époque, est en effet investie d’une double mission : porteuse d’un message unificateur devant contribuer à la fois à fédérer la nation et à délivrer les croyants chrétiens du joug imposé par le pape. L’émergence récente d’une codification de la langue allemande faisait d’elle une langue non corrompue susceptible de devenir celle d’une nouvelle foi. Chez Gryphius, l’expression de la Sehnsucht répond donc à une nécessité spirituelle et politique, l’un et l’autre domaine étant liés. Elle n’est donc pas l’expression d’un sentiment mais celle d’une conviction.

12La Sehnsucht n’a pas besoin d’être désignée, comme ici où elle est tue, elle peut se manifester entre les lignes, par des points de suspension, sous forme verbale par un conditionnel exprimant l’irréalisable, le peu probable, l’invraisemblable, par l’usage de verbes exprimant le regret, le souhait, ou contenant une information sur l’improbabilité voire l’impossibilité de la réalisation. Le poème de Schiller en est un bon exemple : annoncée par le « Ach », expression de la lamentation faisant écho à l’expiration de Faust dans le premier vers de la tragédie de Goethe (habe nun, ach! philosophie – ainsi donc ô philosophie), la Sehnsucht, le désir d’un autre monde est formulé grâce au mode conjonctif que l’on pourrait traduire ici par « Ah, si… » :

Ach, aus dieses Tales Gründen,
Die der kalte Nebel drückt,
Könnt ich doch den Ausgang finden,
Ach, wie fühlt ich mich beglückt!

  • 25 Friedrich Schiller (1854) Désir, traduction de Xavier Marmier, in Poésies de Schiller, Paris, Charp (...)

Ah ! si je pouvais trouver une issue
à cette vallée profonde,
sur laquelle pèse un froid nuage,
oh ! que je serais heureux25 !

13Le bonheur du moi lyrique serait satisfait et comblé si seulement il pouvait trouver une issue pour sortir du brouillard qui s’engouffre dans les profondeurs de la vallée. L’intensité, quant à elle, prend forme grâce à la ponctuation. Contrairement au Weltschmerz, en vogue pendant le Biedermeier, qui réinvestit sans les remettre en question ou les renouveler d’anciennes formes et pousse au repli sur soi, la Sehnsucht s’ouvre vers le paysage. Le moi lyrique y lit ses états d’âme, se tournant vers l’extérieur, vers une certaine altérité en se projetant dans l’avenir dont on espère un meilleur sort. Porteuse d’un espoir individuel ou collectif de retrouver un état de félicité antérieur ou d’en trouver un dans le futur, la Sehnsucht qui ne connaît pas d’accomplissement peut prendre la forme d’un appel. La variété des sens qu’elle produit prend des formes multiples et le passage suivant devrait permettre d’en repérer certaines.

14La position adoptée par les poètes au début du romantisme s’opposait à l’hégémonie de la raison qui avait connu son apogée pendant les Lumières. La culture se définissait alors uniquement sur les valeurs que défendait la raison et déjà on se tournait vers le besoin de redonner toute sa place à l’affect. Le mouvement qui accomplit ce changement d’orientation fut le Sturm und Drang (1730-1788) instaurant une véritable césure après laquelle se profile un nouvel homme et une nouvelle vision du monde. Après la découverte de Homère, s’ouvre sur un pan inconnu de la poésie grecque. Le Sturm und Drang accorde un rôle prédominant à l’affect, souligne l’importance de l’intuition et privilégie l’admiration muette devant le mystère de la création ; ces traits distinctifs du Sturm und Drang annoncent le romantisme qui en exagérera les formes jusqu’à ce qu’elles en perdent leur contour.

  • 26 Johann Wolfgang von Goethe, « Mignon und Harfner singend », in Wilhelm Meisters Lehrjahre, 1795-179 (...)

15Pour Johann Wolfgang von Goethe, la Sehnsucht afflige celui qui la ressent mais elle le fait vivre : « Seul celui qui connaît le désir, sait ce que je souffre ! Seule et séparée de toute joie, je regarde le firmament vers le lointain. Ah ! celui qui m’aime et me connaît est au loin. J’ai le vertige, elles me brûlent les entrailles. Seul celui qui connaît le désir sait ce que je souffre26 ! » Le terme de Sehnsucht est traduit ici par « désir », mais sa description révèle une intensité exceptionnelle loin du plaisir, le désir devient souffrance. « Gefühl ist alles » [tout est sentiment], fil rouge du Sturm und Drang. Johann Georg Hamann, l’instigateur de ce mouvement littéraire, érigea Socrate en modèle parce que, comme il l’expliquait, le philosophe grec se méfiait des jeux de l’esprit et se faisait le porte-parole du Daimon, génie intérieur. Pour les poètes allemands, la voix intérieure, la pureté du sentiment devaient guider l’œuvre créatrice.

  • 27 Cité in Eduard Engel (2014) Geschichte der deutschen Literatur, Band I, Nachdruck des Originals 191 (...)

16Aux yeux de Werther, le protagoniste goethéen, le sentiment est la fin en soi, mais la Sehnsucht reste inassouvie. Son âme ne fait qu’une avec le rythme changeant de la nature. La langue employée semble suivre les inflexions des humeurs changeantes du protagoniste. Dans une lettre écrite l’année de la parution de son roman épistolaire, Les Souffrances du jeune Werther, en 1774, Goethe évoque son personnage : « Je représente un jeune homme doté d’une profonde sensibilité et qui se perd dans des rêves et s’enterre à force de spéculations jusqu’à ce qu’il soit ébranlé par un amour infini auquel s’ajoutent quelques malheurs et finit par se tirer une balle dans la tête27. »

17Peut-être s’agit-il là d’une autre définition de la Sehnsucht. Non pas seulement Werther mais aussi Mignon pourrait être l’incarnation de la Sehnsucht ou peut-être ces personnages montrent ses différents visages. Le personnage de Mignon dans le roman Wilhelm Meisters Lehrjahre [Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister] incarne l’accomplissement de l’être en Italie. La Sehnsucht n’est plus un désir insatiable, elle trouve sa réalisation. Apparemment l’Italie, dans l’imagination allemande, incarne l’âme romantique : les ruines de châteaux envahies par le lierre, les allées de cyprès et les vestiges des monuments antiques, par exemple. Goethe y trouve, cependant, l’échappatoire à sa Sehnsucht, son aspiration vers l’au-delà, vers l’absolu. Ainsi, loin de se défaire de la lancinante Sehnsucht, il la fixe sur l’Italie : Mignon s’exprime de la façon suivante :

Connais-tu le pays où fleurit l’oranger,
Le pays des fruits d’or et des roses vermeilles,
Où la brise est plus douce et l’oiseau plus léger,
Où dans toute saison butinent les abeilles,
Où rayonne et sourit, comme un bienfait de Dieu,
Un éternel printemps sous un ciel toujours bleu ?
Hélas ! Que ne puis-je te suivre
Vers ce rivage heureux d’où le sort m’exila !
C’est là, c’est là que je voudrais vivre,
Aimer, aimer et mourir !
C’est là que je voudrais vivre, c’est là
Oui, c’est là !

18Le pays où s’assouvit un désir insatiable se trouve dans un lieu indéfini. Le conditionnel exprime l’impossible extinguibilité. Goethe, suivant le mouvement de la Sehnsucht, ne s’arrête pas en Italie, il poursuit sa quête en Orient. Cette quête semble corroborer l’hypothèse de la psychologue suisse Alexandra Freund28 qui déclare que la Sehnsucht n’a pas de destination finale. L’admiration que Goethe nourrit à l’égard d’Hafiz, poète perse, le mène plus loin et le poète allemand donne toute l’expression de sa quête dans le Divan occidental-oriental. La Sehnsucht est assurément l’attrait d’un ailleurs dont les frontières sont sans cesse repoussées. Comme le suggère Georg Simmel, cependant, le sujet en proie à la Sehnsucht se retrouve toujours au début de sa course, peu importe combien de chemin il a déjà parcouru, l’ailleurs auquel il aspire se trouve toujours dans des sphères inatteignables ; c’est ce que dépeint Goethe dans Dichtung et Wahrheit [Poésie et vérité] : « Personne, posséderait-il des richesses, ne peut vivre sans désir ; mais la véritable “Sehnsucht” doit affronter ce que l’on ne peut atteindre, la mienne était un combat contre les Beaux-Arts29. » Simmel décrit l’effort de Goethe pour surmonter l’idéalisme auquel il tendait. Dans le romantisme, Goethe vit une évolution du terme Sehnsucht qui désignait désormais un mouvement circulaire de repli sur soi30.

19Le romantisme modifie l’objet du désir, le sujet se replie désormais sur lui-même. Pour Schlegel, la Sehnsucht reste le « ressort originel et principal de l’âme humaine » (« die erste stärkste und reinste Triebfeder des inneren Menschen ») et trouve sa figuration dans l’art pictural de David Caspar Friedrich31. La Sehnsucht devient la « fleur bleue » (« die blaue Blume ») chez Novalis, sorte d’étoile au firmament, en réalité un irréel, inatteignable idéal. Cette cristallisation supprime le mouvement qui la caractérisait chez Goethe et le poussait à l’exploration de nouveaux paysages et domaines de la pensée. Au tournant du siècle, Richard Dehmel (1863-1920) associe certes la Sehnsucht à l’idéal mais également au voyage :

  • 32 Richard Dehmel (1893) « Das Ideal », in Aber die Liebe, München, Dr. E. Albert & Co., p. 16 (ma tra (...)

Pourtant je n’ai jamais désappris la Sehnsucht
Parti en quête de l’amour sur tous les chemins
Où brillait à mes yeux toujours une nouvelle bénédiction
Je ne me suis jamais défait de la Sehnsucht32.

  • 33 Walter Benjamin, Stadt des Flaneurs, be. Bra Verlag.

20Chez son contemporain Max Dauthendey (1867-1918), elle devient le mal inguérissable du pays, alors que Walter Benjamin associe la Sehnsucht et le fait de rentrer à la maison dans un essai biographique intitulé Kaiserpanorama, écrit alors qu’il se trouve dans le sud de la France, dans la région d’Aix-en-Provence : « Car ce qui était curieux pendant mes voyages était de constater que le monde étranger le restait toujours et que la Sehnsucht qu’il éveillait en moi n’était pas un appel vers l’inconnu mais bien plus un désir de rentrer dans un chez-soi33. » Il attribue ce sentiment à la pluie qui tombe et à la panne d’un lampadaire à gaz qui assombrit le ciel. Ce qui frappe ici est le flou de l’expression « zuhause », un chez-soi le situant par là même dans une zone géographique indéterminée.

21Chez Stefan Zweig, l’écriture autobiographique à laquelle il s’applique dans son Monde d’hier dégage, à n’en pas douter, la nostalgie d’un passé à jamais révolu, mais elle est aussi l’expression d’un deuil de l’idée d’Europe telle qu’il l’avait formulée avec ses amis, écrivains et intellectuels. La Sehnsucht exprimée est donc le bilan de l’échec politique et idéologique qui devait apporter la paix en Europe. Le Monde d’hier fut écrit en exil alors que l’espoir de pouvoir rentrer chez soi s’amenuisait de jour en jour. La fuite et la perte vécues en 1933 font écho à la perte ressentie lors de l’effondrement de l’Empire austro-hongrois. La Sehnsucht permet de mesurer la tension qui favorise le détachement et l’éloignement et celle qui pousse à l’attirance et au rapprochement. Elle convient si bien à l’exil où le sujet n’habite pas un lieu proprement dit mais subit le balancement entre le ou les lieux qu’il a quittés, ceux qu’il a perdus et celui vers lequel il se dirige. En 1844, Heinrich Heine écrit un long poème à l’Allemagne intitulé « Allemagne, un conte d’hiver » (« Deutschland, ein Wintermärchen ») et donne libre cours à la nostalgie qu’il a ressentie pendant dix années passées à Paris :

  • 34 Heinrich Heine, Deutschland, ein Wintermärchen, traduction en français : Allemagne, conte d’hiver, (...)

Je rentrai chez moi et dormis comme si
les anges m’avaient bercé.
On repose si moelleusement dans les lits d’Allemagne :
car ce sont des lits de plume.
Combien de fois n’ai-je pas regretté la douceur
du duvet natal,
quand je me couchais sur de durs matelas
dans les nuits sans sommeil de l’exil34 !

22Pourtant, ce que décrit Heine n’est pas purement nostalgie, ni le mal du pays, car ce qui caractérise la Sehnsucht de Heine, c’est véritablement le déchirement entre deux lieux qu’il va exprimer en personnifiant le Rhin, fleuve frontalier, symbole de l’appartenance aux deux rives, et lui donner la parole :

  • 35 Ibid., Caput V.

Car quand un jour les Français reviendront,
il me faudra rougir de honte devant eux,
moi qui tant de fois, pour leur retour,
ai prié le ciel avec des larmes.
Je les ai toujours tant aimés,
ces gentils petits Français.
Chantent-ils, dansent-ils encore comme autrefois ?
Portent-ils encore des pantalons blancs35 ? »

23Il s’agit bien de Sehnsucht dans le sens insufflé par Goethe puisqu’il n’y a aucune issue à ce déchirement qu’accompagne tout exil. Plus loin dans le même texte, Heine livre peut-être une des clés de compréhension du caractère insaisissable de la Sehnsucht. La clairvoyance sur ce mal qui le lancine ne l’en libère pourtant jamais :

On dort très bien et on rêve encore mieux dans nos lits de plume.
C’est là que l’âme allemande se sent libre de toute chaîne terrestre.
Elle se sent libre et plane dans les espaces les plus reculés du ciel.
Âme allemande, esprit émancipé, que ton essor est audacieux dans tes rêves nocturnes !

24La Sehnsucht passe les frontières et se défait de tout attachement terrestre, esprit qui n’aspire qu’à la liberté, et dont les rêves toujours plus ambitieux viendront intensifier l’impossibilité de les réaliser. En 1851, Heinrich Heine, en exil à Paris, affaibli et alité, lutte contre les affres de la maladie pour écrire un long poème dédié à Yehuda ben Ha-Levi, penseur et poète sépharade du xiie siècle qui quitta l’Espagne pour la Terre promise. Heine semble le rejoindre dans son poème par la pensée et l’accompagner dans son ultime voyage exprimant ici le désir de retrouver son identité plurielle : Juif allemand en France.

  • 36 Frankfurter Allgemeine Zeitung vom 17. April 1932, in David Bronsen (1974) Joseph Roth, eine Biogra (...)

25Cette pluralité d’identités et l’aspiration à pouvoir les vivre restent un thème prépondérant dans l’œuvre de Joseph Roth. Certains insistent sur la nostalgie qu’il nourrissait de retrouver sa patrie depuis l’effondrement de l’Empire austro-hongrois en 1918, par exemple dans le roman La Marche de Radetzky, publié en 1932, dans le récit Le Buste de l’empereur en 1934, ou encore dans le roman La Crypte des Capucins, en 1938. Dans un article du journal, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, Roth présente son roman de 1932 de la façon suivante : « une cruelle volonté de l’histoire a détruit ma patrie. Je l’ai aimée, cette patrie qui me permettait d’être à la fois patriote et citoyen du monde, autrichien et allemand parmi tous les autres peuples autrichiens. J’ai aimé les vertus et les qualités de cette patrie et je les aime encore aujourd’hui puisque tout est mort et perdu, y compris ses fautes et ses faiblesses36. » Cependant, il s’avère que la nostalgie chez Roth est récurrente et peut s’appliquer à divers objets toujours renouvelés ; ce nonobstant, il s’agit bien de Sehnsucht que Roth décèle chez les Juifs d’Europe centrale au centre de ses récits Le Léviathan, Job ainsi que dans des nouvelles à caractère autobiographique comme « Erdbeeren » [Fraises]. Aucun lexème plus adéquat que « Sehnsucht » ne trouve d’emploi dans l’expression de la nostalgie d’un pays, d’une culture à jamais perdue comme le sont ceux des Juifs d’Europe centrale. Le monde du Yiddishland a disparu deux fois : lors des persécutions et de l’expulsion et de la déportation.

26Si les poètes et écrivains de langue allemande ayant survécu à la Shoah réinventent une langue allemande qui tend à se l’approprier, à défier la sentence de mort à laquelle ils ont échappé, le concept de Sehnsucht semble subsister, par exemple chez Edgar Hilsenrath qui, soixante-dix ans plus tard, suit les traces de Roth lors de l’évocation de la disparition du Schtetl. Comme chez Roth, tout, chez Hilsenrath, débute par la nostalgie : dans les Aventures de Ruben Jablonski, le récit de la vie à Sereth débute par ces mots :

  • 37 E. Hilsenrath, Die Abenteuer des Ruben Jablonski, p. 21.

Les premiers mois passés à Sereth, durant la fin de l’été et l’automne 1938, furent les plus beaux de mon enfance. Ici, en Bucovine, à cet endroit de l’Europe orientale, je me sentais pour la première fois libéré de la menace quotidienne que représentaient les nazis37.

27Cependant, la nostalgie n’est plus en mesure d’exprimer la perte incommensurable d’un univers à jamais perdu :

  • 38 Id., Jossel Wassermanns Heimkehr, p. 20.

Peut-être repartirons-nous dans quelques heures. D’abord vers l’est puis vers le nord car dans ce nouveau monde devenu fou, l’est pourrait aussi se trouver au nord. Nous partirons alors vers notre dernière destination. Ou pas38.

  • 39 Id., Die Abenteuer des Ruben Jablonski, p. 89.

28La nostalgie fait place à la désorientation et au découragement : « Sereth était une ville morte. Les Juifs n’étaient plus là. […] C’était comme si la petite ville avait perdu son âme39. »

  • 40 Ibid., p. 91.

29Puis au désespoir : un peu plus loin dans le récit, le protagoniste, à l’image du lieu de son enfance, est devenu étranger à lui-même : « Ils nous ont pris notre âme40. » Chez Roth, la fuite vers l’ouest consécutive à la perte de la patrie s’exprime ainsi : l’exil n’est pas un simple déplacement géographique, il métamorphose l’image de soi et le rapport à l’autre. Malgré le progrès et la promesse de liberté, l’exil à l’ouest n’apparaît pas comme une possibilité de libération et d’épanouissement. La perception de soi se décline à la forme négative, dans la nouvelle de Roth « Heute früh kam ein Brief » :

  • 41 Joseph Roth, Heute früh kam ein Brief, p. 201.

Désormais je ne suis né nulle part et ne suis nulle part chez moi. C’est étrange et terrible et j’ai le sentiment d’être moi-même un rêve sans racine ni destination, sans début ni fin, d’aller et de venir et de ne pas savoir moi-même d’où je viens et où je vais. Comme tous mes compatriotes. Ils vivent dispersés dans le monde si vaste, ils s’accrochent aux racines ténues qui les relient à une terre étrangère, sont enterrés dans un sol étranger, font des enfants qui ne savent pas où leurs pères sont nés et pour qui leur grand-père est déjà une fable41.

  • 42 E. Hilsenrath, Die Abenteuer des Ruben Jablonski, p. 128.

30De l’exil ne résultent pas seulement la misère et la solitude. Entre Orient et Occident, de nouvelles parentés, comme celle entre Arméniens et Juifs, se tissent dans le croisement de leurs tragédies respectives : « En fait, les Arméniens étaient les Juifs de la Turquie42. »

  • 43 Joseph Roth (2006) Juden auf Wanderschaft, dtv, München, p. 54.
  • 44 Id. (2002) Hiob, dtv, München, p. 107.
  • 45 Ibid., p. 268.

31Les liens établis entre les personnes et les cultures prennent de nouvelles tournures. Dans Les Aventures de Ruben Jablonski, le rescapé des camps qui se rend en 1945 en Palestine découvre des parfums d’Orient de Bucarest à Istanbul. Quand l’exil sur la terre américaine ne semble offrir que le choix de se défaire de son identité propre ou de sombrer dans la nostalgie et que le rêve américain ne suffit plus, l’Amérique n’est pas un nouveau monde. Puisque l’ouest ne remplit pas ses promesses, les prières des Juifs de l’Est les poussent plus loin encore : l’ouest devient Orient, l’Amérique devient la terre biblique dans Job de Joseph Roth : « En Amérique où coulent le lait et le miel43 » et « On lui avait dit que l’Amérique c’était le God’s own country comme ce qu’avait été jadis la Palestine »44. Finalement, Jossel Wassermann, protagoniste du roman de Edgar Hilsenrath, retrouve la terre promise lorsqu’il pense au Schtetl où il espère être enterré : « La fenêtre est située sur la paroi est, pensa l’avocat. Tout Juif connaît un mur oriental. C’est là qu’on prie car, derrière le mur oriental, quelque part, très loin, là-bas il y a Jérusalem, oui Pohodna est en Orient, pensa-t-il45. » C’est là que la nostalgie s’est transformée en Sehnsucht, insatiable soif d’ailleurs dans la quête d’un lieu où s’installer à laquelle s’ajoute l’espoir de rédemption.

32Dans son essai Juifs en errance, Joseph Roth se consacrait en 1939 au destin des Juifs d’Europe centrale et tentait de défendre leur cause. Pour ce faire, il parcourt les grandes villes européennes comme Paris, Vienne et Berlin. Dans cette dernière, il rapporte l’anecdote d’un marchand ambulant qui transportait avec lui la reproduction en pin, papier mâché et couleur dorée du Temple de Salomon d’après les indications trouvées dans la Bible. Roth termine l’anecdote de la façon suivante :

  • 46 Joseph Roth (2006) Juden auf Wanderschaft, dtv, München, p. 69 (ma traduction).

Et Frohmann va de ghetto en ghetto, de Juif en Juif et leur montre son œuvre d’art. Frohmann, gardien de la tradition et de la seule œuvre architecturale que les Juifs aient édifiée et qu’ils n’oublieront donc jamais. Je crois que Frohmann incarne cette « Sehnsucht », celle de tout un peuple. J’ai vu un vieux Juif devant la maquette miniature du temple. Il ressemblait à ses frères qui pleurent et prient devant le seul mur qui soit resté debout du temple détruit de Jérusalem46.

33Le symbole qui provoque les larmes chez le « vieux Juif » est attaché à la fois au temple, à sa destruction et à l’exil qui en découla. La Sehnsucht est éprouvée suite à l’exil que les Juifs d’Europe centrale viennent de vivre en fuyant les pogroms et à l’aspiration de retrouver Jérusalem. Mémoire et espoir messianique se dialectisent par le concept consacré par le romantisme allemand.

34Le propos n’est naturellement pas de vouloir rassembler ici toutes les apparitions du terme analysé. Cependant, la technique permet de repérer les périodes au cours desquelles il est utilisé. L’occurrence visiblement la plus fréquente du terme revient à la fin du xxe siècle, et son sens d’inépuisable source de désir semble inaltéré même chez le prix Nobel de littérature Elfriede Jelinek, écrivaine autrichienne, qui a systématiquement déconstruit les mythes. Elle reprend dans son roman In den Alpen le vocabulaire des romantiques et affirme :

  • 47 Elfriede Jelinek (2004) In den Alpen, Berlin Verlag, p. 62-63 (ma traduction).

Merci. Au fond de nous, nous savons que toutes les pérégrinations sont vaines car même si chacune d’elles parvient à un but, alors que nous l’aurons atteint, celui-ci ne sera plus que l’autel sur lequel s’enflammera une nouvelle Sehnsucht47.

35Il faut distinguer dans cet extrait deux niveaux de lecture : il s’agit d’une définition et aussi d’une critique de l’asservissement de la pensée à un geste inachevé et pourtant toujours recommencé. Cette critique de la rigidité des fondements de l’identité allemande est fondatrice de l’œuvre de Jelinek.

36Revenons sur l’ébauche de définition proposée au début afin de souligner le trait qui se dégage de la Sehnsucht, nostalgie qui serait non pas tournée vers le passé dont elle tenterait de ranimer la flamme, mais qui se tournerait aussi vers l’avenir, c’est-à-dire vers l’inaccompli à venir, tout en gardant la conscience du caractère impossible de cette entreprise.

37La Sehnsucht tend vers un avenir qui, s’il semble irréalisable, l’imagine possible ; on peut donc affirmer que la Sehnsucht rend l’impossible possible. Elle se différencie du rêve qui est un état et comme la Sehnsucht un élan vers l’impossible inaccessible. La position statique du rêve place la réalisation de celui-ci dans un espace hors réalité, à en croire par exemple l’expression prendre ses rêves pour la réalité ; la Sehnsucht, elle, tisse un lien entre passé, présent et avenir en faisant fi des limites temporelles.

38En allemand, la Sehnsucht, champ de prédilection et de projection des artistes, peintres, musiciens, poètes et écrivains, est toujours nouvellement revisitée, explorée, explicitée, imagée et déclinée. Ce nonobstant, loin d’être vidée de son sens en subissant le processus de construction artistique et d’être réduite à un Containerbegriff [mot-valise], elle ne peut être comprise que dans son historicité, remodelée, démultipliée. L’idée qu’elle véhicule sera toujours à redéfinir, obligeant à chaque fois le traducteur, quelle que soit la langue, à réinventer et ensuite à suivre lui aussi un long chemin d’élaboration afin de parvenir à saisir ce qu’est la Sehnsucht. En réalité, Sehnsucht a la force d’un concept qui ne peut être transposé que par une traduction philosophique ou poétique.

Notes

1 Ce terme ne sera pas traduit afin de ne pas céder à la tentation de sacrifier une de ses acceptions, l’étude suivante se consacre en effet à l’analyse de la diversité de ses sens.

2 « Er hat vielleicht zuerst gewußt, daß die Sehnsucht eine mit unserm Wesen überhaupt verbundene Funktion ist, die wir “nun einmal nicht”. » Georg Simmel, « Sehnsucht und ihre Bestimmung », in Goethe, Leipzig, Verlag von Klinkhardt & Biermann, 1913, p. 184.

3 Barbara Cassin (2012) Plus d’une langue, Paris, Bayard, p. 23.

4 La première période, qui commence à peu près en 1050 et s’étend jusqu’en 1350 est celle à laquelle apparaît le mot Sehnsucht. On trouve pendant cette période, appelée Mittelhochdeutsch, de multiples formes anciennes de différentes langues germaniques, ancêtres de la langue allemande: non normalisées, caractérisées par la variabilité de la prononciation et de l’orthographe et par l’inconstance du lexique et l’absence de toute standardisation.

5 Voici la définition que Jakob et Wilhelm Grimm donnent au terme dans leur dictionnaire, Deutsches Wörterbuch: f. schmachtendes verlangen; mhd. sensuht, krankheit des schmerzlichen verlangens, liebeskrankheit, liebesbegierde. mhd. wb. 2, 2, 359b. Lexer mhd. handwb. 2, 886: der den siechtum hat von der sensuchte, der sol reden mit den, die im lieb sint, und schol horen schoneu mære, die in geluste ze horen. quelle bei Schm. 2, 289; cupedia, die sehnsucht nach solchen (guten) biszlein. Corvinus fons lat. (1660) 225a, vgl. Stieler nachschusz 26a; sehn-sucht, desiderium quo quis quasi morbo laborat. Frisch 2, 258a; mit sehnsucht auf etwas hoffen. Adelung; 'ein hoher grad eines heftigen und oft schmerzlichen verlangens nach etwas, besonders wenn man keine hoffnung hat das verlangte zu erlangen, oder wenn die erlangung ungewisz, noch entfernt ist'. mit sehnsucht wünsche ich mich zu dir. Campe; der leere wunsch, die zeit zwischen dem begehren und erwerben des begehrten vernichten zu können ist sehnsucht. Kant 10, 276; diese erklärung faszt nur etwas, das in dem wort begriffen werden kann, die unbestimmtheit des gemütszustandes (vergl. DWB sehnen zu anfang). in anderen fällen kann die richtung auf ein bestimmtes object sehr scharf hervortreten. schilderung der sehnsucht als liebeskrankheit s. in den fastn. sp. 1283. sehnsucht, verlangen, mit abhängigem genitiv: komm mit in meine kammer – ich glühe vor sehnsucht. Schiller räuber 3, 1; in dem: dahin! dahin! lag eine unwiderstehliche sehnsucht. Göthe 18, 235; er verfiel in eine träumende sehnsucht. 19, 66; ungewöhnlich ist der plural: was auf leere wünsche und sehnsuchten nach unersteiglicher vollkommenheit hinausläuft. Kant 4, 279; allerlei sehnsuchten, liebschaftliche seufzer und landschaftliche effecte sind das höchste, was die empfindsame welt an den mond knüpft. Brentano ges. schr. 4, 406; ich bin also überzeugt, dasz ihre drei sehnsuchten meinem miethpferde magische schlingen um die füsze legten. Immermann.

6 « den quälenden Stachel der Sehnsucht », in Friedrich Schlegel, Lucinde, Berlin, Frölich Verlag, 1799.

7 Voir dictionnaire de la langue allemande Duden.

8 Clive Staples Lewis (1955) Surprised by Joy, Londres, Geoffrey Bles ed., 252 p. ; id. (1933) Pilgrim’s Regress, Bent ed., Darlington, 250 p.

9 Suzanne Scheibe, Alexandra M. Freund (2008) « Approaching Sehnsucht (Life longings) form a Life-span perspective: the role of personal utopia », in Development Research in Human Development, p. 121-133.

10 ‪William Cooney (2015) The Wild Longing of the Human Heart: the Search for Happiness and Something More, Rowman & Littlefield, 96 p. ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

11 Wolfgang Hantel-Quitmann (2011) Sehnsucht: das unstillbare Gefühl, Stuttgart, Klett Cotta, 220 p.

12 Hans Dieter Gelfert (2005) Was ist Deutsch?, München, C.H. Beck, 210 p.

13 Dans son étude, Gelfert analyse les formes qui ont imprégné la mentalité allemande et qui ont eu une répercussion sur l’évolution de la langue allemande et de la tradition culturelle. Dans cette liste de termes, Gelfert rassemble entre autres : Gemütlichkeit, Geborgenheit, Sauberkeit, Sparsamkeit, Pflicht, Treu, Redlichkeit, deutsche Mythen, deutsche Frauen et Sehnsucht.

14 H.D. Gelfert, Was ist Deutsch?, op. cit., p. 61.

15 Antoine Berman (1984) L’épreuve de l’étranger, culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, Gallimard, p. 16. Cette idée à propos de l’« incommensurable résistance » de l’œuvre à la traduction est reprise plus loin : cf. Ebd., p. 202-203.

16 https://www.mpg.de/908422/W004_Kultur-Gesellschaft_066_072.pdf, octobre 2016.

17 Il fallut attendre le xxe siècle pour voir s’élargir le champ historique vers la sociologie : Lucien Febvre et Marc Bloch avec La sensibilité de l’histoire, sujet neuf devinrent les précurseurs de cette nouvelle orientation. À l’époque, ils ne trouvèrent pas l’écho escompté. Lorsque Foucault, dans Surveiller et punir, plaça l’étude de la douleur et du supplice au centre de la réflexion, il inaugura une ère à l’aube de laquelle la science s’octroyait le droit de s’emparer de manifestations subjectives et de les analyser comme phénomènes. En Allemagne, les travaux précurseurs des ethnologues Michelle Z. Rosaldo, Catherine Lutz et Lila Abu-Lughod et de la sociologue Arlie Hochschild ont marqué un nouveau départ. Des recherches intitulées « Geschichte der Gefühle » sont menées depuis 2008 au sein du département de la recherche de l’Institut Max Planck à Berlin par Ute Frevert. Il existe un groupe de recherches au Centre for British Studies de la Humboldt-Universität à Berlin sur le thème « Émotion ».

18 Emotionsgeschichte.

19 Simone Winko (2003) Kodierte Gefühle: zu einer Poetik der Emotionen in lyrischen und poetologischen Texten um 1900, Band 7, Allgemeine Literaturwissenschaft – Wuppertaler Schriften, Erich Schmidt Verlag, 456 p.‬‬‬

20 Pour l’état des recherches, consulter l’article de Bettina Hitzer (2011) : Emotionsgeschichte – ein Anfang mit Folgen, H-Soz-Kult, http://www.hsozkult.de/literaturereview/id/forschungsberichte-1221.

21 Hans Gumbrecht (2011) Stimmungen lesen, über eine verdeckte Wirklichkeit der Literatur, München, Akzente / Carl Hanser Verlag, 184 p.

22 Immanuel Kant établit une équivalence entre des désirs vides et des « Sehnsüchte » dans « was auf leere wünsche und sehnsuchten nach unersteiglicher vollkommenheit hinausläuft », in Die Kritik der praktischen Vernunft, p. 154-155.

23 Andreas Gryphius (2012) « Menschliches Elend », in Sonette, Andreas Gryphius Gedichte, Stuttgart, Reclam, p. 14 (ma traduction).

24 Expression empruntée à Marie-Thérèse Mourey in « Réforme et poésie en Allemagne », Revue de l’histoire des religions, no 1, 2009. En ligne (consulté le 18 janvier 2013) : http://rhr.revues.org/7113.

25 Friedrich Schiller (1854) Désir, traduction de Xavier Marmier, in Poésies de Schiller, Paris, Charpentier éd., p. 248 (ma traduction).

26 Johann Wolfgang von Goethe, « Mignon und Harfner singend », in Wilhelm Meisters Lehrjahre, 1795-1796, 4. Buch, 11. Kap., p. 5-396.

27 Cité in Eduard Engel (2014) Geschichte der deutschen Literatur, Band I, Nachdruck des Originals 1913, Paderborn, Salzwasser Verlag, p. 461.

28 Alexandra Freund, https://www.domradio.de/themen/soziales/2017-03-22/die-psychologische-seite-der-sehnsucht (1er septembre 2016).

29 « Niemand, wenn er auch so viel besitzt, kann ohne Sehnsucht bestehen; die wahre Sehnsucht aber muss gegen ein Unerreichbares gerichtet sein, die meinige war es gegen die Bildende Kunst. » Dichtung und Wahrheit (1913) in Goethe von G. Simmel, Leipzig, Verlag von Klinkhardt & Biermann, Druck von Ernst Hedrich Nachf., G.m.b.H., p. 184.

30 Ibid., p. 187.

31 Friedrich Schlegel, https://www.welt.de/print-wams/article99112/Sehnsucht-nach-dem-Unendlichen.html (3 octobre 2016).

32 Richard Dehmel (1893) « Das Ideal », in Aber die Liebe, München, Dr. E. Albert & Co., p. 16 (ma traduction).

33 Walter Benjamin, Stadt des Flaneurs, be. Bra Verlag.

34 Heinrich Heine, Deutschland, ein Wintermärchen, traduction en français : Allemagne, conte d’hiver, Caput VII, https://www.oeuvresouvertes.net/IMG/pdf/HEINE_allemagne.pdf.

35 Ibid., Caput V.

36 Frankfurter Allgemeine Zeitung vom 17. April 1932, in David Bronsen (1974) Joseph Roth, eine Biographie, Köln, Kiepenheuer & Witsch, p. 400.

37 E. Hilsenrath, Die Abenteuer des Ruben Jablonski, p. 21.

38 Id., Jossel Wassermanns Heimkehr, p. 20.

39 Id., Die Abenteuer des Ruben Jablonski, p. 89.

40 Ibid., p. 91.

41 Joseph Roth, Heute früh kam ein Brief, p. 201.

42 E. Hilsenrath, Die Abenteuer des Ruben Jablonski, p. 128.

43 Joseph Roth (2006) Juden auf Wanderschaft, dtv, München, p. 54.

44 Id. (2002) Hiob, dtv, München, p. 107.

45 Ibid., p. 268.

46 Joseph Roth (2006) Juden auf Wanderschaft, dtv, München, p. 69 (ma traduction).

47 Elfriede Jelinek (2004) In den Alpen, Berlin Verlag, p. 62-63 (ma traduction).

Auteur

Aix-Marseille Université, CIELAM

© Presses universitaires de Provence, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter