Version classiqueVersion mobile

Propos sur l'intraduisible

 | 
Olga Artyushkina
, 
Charles Zaremba

Pas traduit ou intraduisible ?

Les occurrences marquées « zéro » dans la base de données des textes parallèles

Nadejda Buntman

Texte intégral

1Dans les traductions des textes, surtout quand il est question de textes littéraires, le traducteur omet souvent différentes unités linguistiques. Ce phénomène est à la marge des recherches linguistiques et traductologiques et prend un caractère plutôt secondaire par rapport à d’autres universaux de la traduction (simplification, normalisation, transfert discursif, redistribution des éléments lexicaux, explicitation). L’étude des omissions pourrait non seulement préciser l’asymétrie systématique entre les langues, mais aussi éclaircir des problèmes de grammaire et de stylistique comparées sur l’exemple des deux langues.

  • 1 Anna Zalizniak (2015) Russian language-specific words as an object of contrastive corpus analysis, (...)

2Cet article sera consacré aux cas d’omissions de verbes, de formes verbales impersonnelles et d’adverbes russes dans les traductions françaises. Cette étude s’appuie sur les bases de données (des formes verbales et des language-specific words1) conçues par une équipe de linguistes, informaticiens et traducteurs de l’Institut des problèmes de l’informatique de l’Académie des Sciences de Russie.

3Quelques mots d’abord pour placer le problème des omissions dans la langue cible – dans notre cas le français – dans la pensée traductive. Précisons dès le début que l’objet de notre recherche étant le mot, elle s’établit au niveau morphologique. Les caciques de la traductologie dans la plupart des cas comparent les mots des langues différentes dans les contextes concrets de l’original et de la traduction. Ainsi, en tant que matériel pour une analyse comparée sont choisis des mots dont on n’oppose qu’une acception lexicale enrichie par diverses nuances et connotations. Donc, le centre d’intérêt est la réalisation d’une unité de langue dans le langage, sa réalisation usuelle. Que fait le traducteur ? Il mesure le mot, le pèse, l’évalue. Jamais un bon traducteur du texte littéraire ne va se borner à un article du dictionnaire, il va l’actualiser dans les contextes, réfléchir sur son axiologie. Chaque fois, en répétant la phrase de Jean Cocteau, il est obligé de répondre à la question « jusqu’où on peut aller trop loin ? » Qu’est-ce qu’il peut se permettre ? Quelles sont les contraintes systématiques, occasionnelles et « conjoncturelles » des deux langues ? Sous le dernier type de contraintes, nous comprenons les règles de rédaction établies à une certaine période comme l’interdiction de la tautologie dans le texte français, même si dans le texte original la répétition est utilisée à des fins stylistiques.

Types d’omissions : de provenance, systématique, occasionnelle

4Les cas des omissions d’une certaine unité de langue sont nombreux et s’expliquent par des raisons différentes. Essayons d’établir une typologie des cas d’omissions.

5Lors de la formation des corpus des textes parallèles, une question se pose : quel fut l’original avec lequel travaillait le traducteur ? Extrêmement rares sont les précédents quand sont mentionnées les sources d’après lesquelles pourrait être établie la variante exacte de l’original. Quelle était l’édition initiale ? Il existe un nombre considérable des copies de Guerre et Paix de Tolstoï. La tradition d’en indiquer les coordonnées est assez récente et n’est pas respectée par toutes les maisons d’édition. Cette situation oblige les critiques de la traduction à ne pas juger catégoriquement de la qualité de la traduction, mais plutôt à se modérer et ne faire que constater des endroits asymétriques. À ces fins, dans nos bases de données les noms des traducteurs sont chiffrés.

Texte original

Traduction

Захар умер бы вместо барина, считая это своим неизбежным и природным долгом, и даже не считая ничем, а просто бросился бы на смерть, точно так же как собака, которая при встрече с зверем в лесу бросается на него, не рассуждая, отчего должна броситься она, а не ее господин. Но зато, если б понадобилось, например, просидеть всю ночь подле постели барина, не смыкая глаз, и от этого бы зависело здоровье или даже жизнь барина, Захар непременно бы заснул.

Zakhar serait mort pour son maître ; mais s’il eût dû passer une nuit à son chevet, que la santé et même l’existence du maître eussent dépendu de sa vigilance, il se serait endormi, et cela sans aucun remords.

6Dans le fragment d’Oblomov par Ivan Gontcharov, il manque tout un passage que nous avons souligné, mais en l’absence de preuves textologiques, il serait abusif d’accuser le traducteur d’inattention.

7Ces cas d’omissions vont être appelés « omissions de provenance ».

  • 2 Martin Riegel, Jean-Christophe Pellat, René Rioul (1994) Grammaire méthodique du français, PUF, p.  (...)
  • 3 В.Г. Гак (2010) Русский язык в сопоставлении с французским, Книжный дом ЛИБРОКОМ, с. 34.

8Nous n’allons pas non plus nous arrêter sur l’asymétrie systématique comme l’absence de l’article dans la langue russe, bien que souvent le traducteur russe doive chercher des moyens pour ne pas perdre des sèmes importants. Citons un exemple du titre du roman de Guy de Maupassant Une vie qui était traduit en russe comme Жизнь. Dans ce cas-là l’article indéfini singulier et son emploi générique s’expliquent par la présentation du Sujet en tant qu’un spécimen typique d’une classe2 : une vie de la protagoniste ne se distingue aucunement des vies des autres femmes. À notre avis, l’omission – habituellement systématique – d’un élément qui traduirait le sens contextuel particulier est erronée. Dans la langue russe, il existe des possibilités de remplacer l’article indéfini français par один, какой-то, какой-нибудь, некоторый, такой3. Ainsi, l’équivalent plus exact serait Жизнь одной женщины.

9Ces cas d’omissions vont être appelés « omissions systématiques ».

  • 4 В.С. Виноградов (2001) Введение в переводоведение (общие и лексические вопросы), М.: Издательство и (...)

10Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, l’analyse des omissions systématiques se basait sur l’interprétation des exemples trouvés par le critique dans une ou – rarement – plusieurs œuvres littéraires. L’incoïncidence de l’équivalent n’était pas présentée en tant que l’entrecroisement de maints facteurs qui concernent la dénotation et la connotation (incoïncidences stylistiques, émotionnelles, dialectales4). Mais l’essentiel est l’intersection de l’asymétrie constante (de langue) et occasionnelle (de discours). Ainsi, l’omission d’une unité de langue qui n’est pas obligatoire va être nommée « occasionnelle ».

11Quel est donc le corpus sur lequel nous avons effectué la recherche ? Le socle des bases de données dont il sera question plus tard est formé par les textes du sous-corpus parallèle russe-français5 du Corpus national de la langue russe6. Pour constituer un corpus représentatif, plusieurs paramètres sont à prendre en compte7 :

  • la taille ;

  • la période couverte par les textes du corpus ;

  • le registre stylistique.

12La majorité des textes sont des textes littéraires des écrivains russes de la deuxième moitié du xixe et de tout le xxe siècle, pour éviter à éplucher les emplois trop archaïques des unités linguistiques. Les exceptions – pour le moment – sont Pouchkine (La Fille du capitaine), Gogol (Le Nez et Le Manteau) et le livre de la lauréate du prix Nobel Alexiévitch La Fin de l’homme rouge ou le Temps du désenchantement (2013). Pour la littérature du xixe ne sont choisies que des traductions françaises effectuées à partir de la deuxième moitié du xxsiècle, puisque avant il n’existait pratiquement pas de notion de traduction adéquate. L’âge d’or des lettres russes est représenté par Dostoïevski (Crime et Châtiment), Lev Tolstoï (La Mort d’Ivan Ilitch), Gontcharov (Oblomov), Tourgueniev (Le Premier Amour), Tchekhov (Une banale histoire). Les auteurs de l’époque suivante sont Grossman (Vie et Destin), Oulitskaïa (Sonietchka), Boulgakov (Le Maître et Marguerite, La Garde blanche), trois romans de Dovlatov (La Valise, L’Étrangère, Le Domaine Pouchkine). Font partie du sous-corpus deux essais : de Berdiaev (Du suicide) et de Bakhtine (Problèmes de la poétique de Dostoïevski), et une pièce de Tchekhov (Oncle Vania). Quelques œuvres se trouvent dans le sous-corpus en plusieurs traductions : sont à la disposition des chercheurs, critiques, traducteurs et étudiants deux traductions d’Oblomov, quatre du Manteau et quatre du Nez.

  • 8 Н.В. Бунтман, A.А. Зализняк, И.М. Зацман et al. (2014) Информационные технологии корпусных исследов (...)

13Depuis 2012, grâce à l’aide à la recherche du Fonds des recherches fondamentales et du Fonds des recherches en sciences humaines, ont été élaborées des bases de données fondées sur ce sous-corpus avec de multiples possibilités de requêtes. Trois grands projets ont été réalisés depuis avec ce même instrument : « Recherches contrastives des catégories verbales du russe et du français dans le corpus des textes parallèles à plusieurs variantes » sous la direction de Dimitri Sitchinava, « Particularités du système sémantique de la langue russe : analyse contrastive avec le français » et « Étude contrastive des constructions verbales russes, sémantique, grammaire, tournures idiomatiques » sous la direction d’Anna Zaliszniak8.

14La définition de l’omission présente des écueils. Pour certains traducteurs littéraires, ce n’est pas un phénomène linguistique observé dans la comparaison des deux langues, mais l’attitude du traducteur qui bâcle : « l’omission : c’est un refus de traduire face à la difficulté. Il faut toujours essayer de combler le vide en fonction du sens général du passage. Dans l’esprit de la traduction, un contresens est moins grave qu’une omission9 ». Dans le glossaire des termes de la traduction qui s’inspire des ouvrages Stylistique comparée du français et de l’anglais de J.-P. Vinay et J. Darbelnet et La traduction raisonnée de Jean Delisle, l’omission est considérée « comme une faute de traduction qui consiste à ne pas rendre dans le texte d’arrivée un élément de sens du texte de départ sans raison valable10 ». Chaque cas concret met en doute la pertinence de cette définition. Faut-il envisager comme omission la traduction quand deux verbes sont fusionnés dans un seul qui rallie les sèmes nécessaires ? Le changement de la structure syntaxique ou une transposition morphologique peuvent-ils se rapporter à une omission ?

15Dans les deux exemples qui suivent, tirés du roman Oblomov de Gontcharov, formellement, un des verbes synonymiques n’est pas traduit, mais en (1) les deux expressions se trouvent réunies en une seule, alors qu’en (2) la sémantique du verbe est rendue par une préposition :

(1)
остальная [кожа] уж пять лет как развалилась в куски и слезла / le reste est parti en morceaux, il y a de cela au moins cinq ans.

(2)
Платье несу к портнихе; послала щеголиха-то моя / Je porte une robe chez la couturière pour ma belle élégante.

16On est loin de vouloir porter des jugements sur la qualité de la traduction, ce qui nous intéresse, c’est le fonctionnement des mécanismes langagiers face à l’asymétrie systématique et occasionnelle et les solutions trouvées par des traducteurs.

17L’unité de traitement dans ces deux bases de données – appelée dans le cadre de cette recherche « monoéquivalence » – est déterminée comme deux fragments des textes (original et traduit) alignés, où sont mis en évidence un lexème, objet d’analyse, et sa traduction. Les fragments de textes peuvent être un syntagme ou une proposition entière. Je m’arrêterai surtout sur l’occurrence « zéro », une caractéristique qui est attribuée aux lexèmes et monoéquivalences dans les bases de données et qui signifie que le lexème analysé n’est pas traduit du tout, donc omis.

Omission des verbes

18D’abord, il sera question des verbes qui sont présents dans le texte russe et absents dans la traduction française. La base de données des formes verbales (direction d’analyse du russe vers le français) compte 10 061 monoéquivalences. La rubrique « zéro » – élément d’une structure de données conçu pour porter une valeur – se chiffre en 349 monoéquivalences. Dans la grande majorité des cas, l’omission s’accompagne de la rubrique de « paraphrase » : 297 monoéquivalences.

19Dans les monoéquivalences de « l’omission pure », sans paraphrase, la majorité des verbes sont les verbes qui introduisent le discours direct. Nous en avons repéré les suivants (les formes verbales sont citées comme elles sont exactement dans le texte russe) :

20Продолжал, говорил, советовал, спросил, сказал, прибавил, добавил, говорят, возразил, перебил, отвечал, огрызался, думал, закричали, начал, заметил, откликнулся, шипел, хрипел, заключил, откликнулся.

21Même cette liste permet d’observer une asymétrie systématique et de constater qu’en français les verbes introducteurs de discours direct sont beaucoup plus rares qu’en russe. Pourtant, les verbes introducteurs russes sont d’une grande richesse sémantique, et ne se restreignent pas aux verbes de parole comme dire, parler, aux verbes qui structurent le discours comme continuerajouter, contredire, répondre, remarquer, conclure, mais ceux qui se rapportent au métalangage, c’est-à-dire qui caractérisent le discours, et donc le personnage. Dans ce cas-là, l’omission est une erreur, puisque dans le texte dramaturgique cela équivaudrait à une omission d’une didascalie, d’un fragment important du texte. Dans les exemples qui suivent on voit deux variantes de traduction (polyéquivalence), une omission dans la première et la traduction exacte dans la deuxième.

Texte original

Traduction

– Да как же, батюшка, Илья Ильич, я распоряжусь? – начал мягким сипеньем Захар. – Дом-то не мой: как же из чужого дома не переезжать, коли гонят?

– Marranger comment, mon bon maître, Ilia Ilitch ? La maison ne m’appartient pas tout de même. Quand on n’est pas chez soi, comment ne pas partir si on vous chasse ? – fit Zakhar dans un doux ronflement.

22Si nous prenons le verbe хрипеть, le dictionnaire AbbeyLinguo à la base du Dictionnaire de Gak, Ganchina va proposer râler, être enroué, avoir la voix enrouée ; avoir un chat dans la gorge. Dans Oblomov c’est une particularité de Zakhar, le valet du protagoniste. Dans les deux traductions du roman sont relevés les verbes suivants : fit d’une voix rauque, répondit dans un râle, fit-il/disait-il de sa voix éraillée, grogna, cria, hurla, siffla, dit. L’omission ici est une erreur, surtout quand le verbe est accompagné de deux adverbes explicatifs.

Texte original

Traduction

– Мой-то повадился вон все к той вдове ходить, – хрипел он тихо, по доверенности, – вчера писал записку к ней.

– Mon maître à moi, il va tout le temps chez cette veuveHier encore, il lui a écrit un petit billet

  • 11 В.Г. Гак (2009) Беседы о французском слове. Из сравнительной лексикологии французского и русского я (...)

23Un autre groupe de verbes où s’observe une asymétrie systématique entre le russe et le français est formé des verbes de position dans l’espace. Gak compare ces verbes en français et en russe et arrive à la conclusion qu’en russe « la position de l’objet dans l’espace s’exprime plus en détail11 ». Ainsi se manifeste une asymétrie systématique. En observant la rubrique « zéro », on peut remarquer de nombreux cas de l’omission des verbes de position :

Texte original

Traduction

Она женщина благородная, вдова, с двумя детьми; с ней живет холостой брат: голова, не то что вот эта, что тут в углу сидит, – сказал он, указывая на Алексеева, – нас с тобой за пояс заткнет!

C’est une femme très noble, une veuve avec deux enfants ; et son frère, célibataire, demeure là aussi. Et je t’assure qu’il a une tout autre physionomie que celui-là, fit-il en désignant Alexeïev. Il nous en remontrerait même à tous les deux.

24Or, dans le roman de Gontcharov les verbes de ce groupe lexical revêtent un sens particulier. Le protagoniste Ilia Ilitch Oblomov ne bouge pratiquement pas de son divan, il lui est difficile même de s’asseoir, sans parler d’autres mouvements brusques. Il lui est impensable de s’imaginer être debout, marcher ou courir. Le verbe лежать « être couché / allongé » devient dans le texte un mot-clé et peut se rapporter aux êtres humains aussi bien qu’aux objets inanimés. L’omission systématique n’est plus possible, sinon la répétition stylistique du mot-clé n’est pas respectée.

Texte original

Traduction

Верстах в пяти от Сосновки лежало сельцо Верхлёво, тоже принадлежавшее некогда фамилии Обломовых и давно перешедшее в другие руки, и еще несколько причисленных к этому же селу кое-где разбросанных изб.

À cinq verstes de là, le village de Verkhlevo appartenait, lui aussi, à la famille Oblomov, mais depuis assez longtemps déjà il était passé en d’autres mains, ainsi que quelques chaumières dispersées dans la campagne.

Texte original

Traduction

Потом, недели через три, велено было Андрюшке, Петрушке, Ваське обрушившиеся доски и перила оттащить к сараям, чтоб они не лежали на дороге.

Trois semaines plus tard environ, afin de dégager le passage, on avait chargé Andriouchka, Petrouchka et Vaska de tirer la balustrade et les planches tombées vers les remises.

Texte original

Traduction

– Отчего я не встаю-то так долго? Ведь я вот тут лежал все да думал, как мне выпутаться из беды.

– Pourquoi croyez-vous donc que je n’arrive pas à me lever ? C’est tout simplement que je réfléchis à la manière dont je puis sortir d’embarras…

Texte original

Traduction

И говорят только о том, как бы починить мостик, что ли, через канаву или огородить в одном месте сад, чтоб скотина не портила деревьев, потому что часть плетня в одном месте совсем лежала на земле.

Et que l’on ne vienne pas dire qu’il suffirait de jeter un petit pont sur le fossé, ou de clôturer le jardin à tel ou tel endroit pour que le bétail n’abîme pas les arbres.

25Une omission se voit dans les constructions verbales avec le verbe commencer qui indique une phase initiale d’une action mais qui dans ce contexte s’avère presque tautologique. Dans l’exemple ci-dessous, ce verbe passe dans l’implicite que le traducteur présuppose logique et évident. Or, compte tenu du caractère d’Oblomov, il est important que pratiquement tout ce qu’il fait se termine juste après le commencement.

Texte original

Traduction

Да и ничего не сделал, – прошептал он. – Хотел изложить план на бумагу и не изложил, к исправнику не написал, к губернатору тоже, к домовому хозяину начал письмо и не кончил, счетов не поверил и денег не выдал – утро так и пропало!

Et je n’ai rien fait, chuchota-t-il. Je voulais coucher mon plan sur papier, et je ne l’ai pas fait, je n’ai pas écrit au chef de la police, ni au gouverneur, je n’ai pas fini ma lettre au propriétaire, je n’ai pas vérifié les comptes et je ne les ai pas payés, en un mot j’ai perdu ma matinée !

26Le même phénomène est présent dans l’omission du verbe commencer. Oblomov ne se prépare pas à la vie, il est assez honnête pour comprendre qu’au mieux il pourra se préparer à commencer une autre vie.

Texte original

Traduction

Но он все собирался и готовился начать жизнь, все рисовал в уме узор своей будущности; но с каждым мелькавшим над головой его годом должен был что-нибудь изменять и отбрасывать в этом узоре.

Mais il n’en finissait pas de se préparer à la vie. L’image de son avenir se dessinait toujours dans son esprit, mais chaque année qui filait devait changer et enlever quelque chose à cette image.

Omission des language-specific words

27La deuxième occurrence de l’omission (zéro) fut pour nous une certaine révélation. Nous avons décidé de vérifier une hypothèse assez hardie : que le lexème « вдруг » se rapporte à la catégorie des language-specific words, bien qu’il ne semble pas être un obstacle pour un traducteur et que ses variantes en français soient évidentes. Dans notre corpus le calcul était facile à faire puisque le nombre de monoéquivalences avec « вдруг » se chiffrait à 102. Le tri statistique montre que le nombre de zéro dépasse le tiers de la totalité, étant inférieur seulement au nombre de zéro pour l’adverbe « как-нибудь ».

Language-specific words

Nombre de monoéquivalences

Nombre de zéro

% zéro

как-нибудь

62

23

37,10 %

вдруг

35

34,31 %

родной

97

15

15,46 %

удобный

40

4

10 %

воля

145

14

9,66 %

радость

108

10

9,26 %

28En ce qui concerne les synonymes français pour cette expression, nous en avons aperçu beaucoup plus que dans le dictionnaire – ce qui à l’avenir pourrait enrichir le dictionnaire par les variantes contextuelles trouvées par les traducteurs.

вдруг

102

ФЭФ французского языка

Кол-во МЭ

% в группе

ФЭФ французского языка

Кол-во МЭ

% в группе

soudain

41

40,20 %

comme ça

1

0,98 %

ZÉRO

35

34,31 %

tout en même temps

1

0,98 %

tout d’un coup

6

5,88 %

sans faire exprès

1

0,98 %

d’un seul coup

4

3,92 %

simplement

1

0,98 %

tout à coup

2

1,96 %

et paf !

1

0,98 %

tout de suite

2

1,96 %

et hop !

1

0,98 %

brusquement

2

1,96 %

d’un bond

1

0,98 %

à l’instant même

1

0,98 %

d’un coup

1

0,98 %

  • 12 М.Л. Гаспаров (2000) Размышления о переводах. Записи и выписки, Издательство Новое Литературное Обо (...)

29Mikhail Gasparov disserte sur une possibilité d’évaluer l’exactitude de la traduction avec un « coefficient d’exactitude » et un « coefficient de désinvolture », le premier se chiffrant en nombre de mots de l’original gardés dans la traduction, et le deuxième en nombre de mots ajoutés sans aucun rapport à l’original. Il remarque qu’habituellement les traducteurs gardent les substantifs mais se sentent libres de manier comme bon leur semble d’autres parties de discours, puisqu’ils considèrent qu’il est plus important de faire attention à « ce qui dit » qu’au « comment »12. Après avoir appliqué ce principe, les traductions les plus exactes se sont révélées illisibles. Donc, la qualité du texte traduit ne peut pas être calculée en exactitude.

30Néanmoins, compte tenu du contexte, certaines omissions nuisent au style de l’œuvre. L’adverbe вдруг qui caractérise l’action brusque, subite, inattendue dans le roman de Gontcharov revêt un sens particulier. Il surgit dans l’entourage des verbes désignant surtout les états qui durent, quelle que soit la sémantique du verbe concret. Et chaque fois que вдруг se rencontre dans le texte, il produit un effet d’une bombe éclatée, c’est un événement, une explosion, une grosse pierre dans l’eau. Si « вдруг » est omis, la tonalité ironique disparaît. Dans les exemples qui suivent, le premier fait souligner l’absurdité de la réplique de Zakhar, digne des pièces de Ionesco, car son maître lui pose une question proprement rhétorique et la réponse est déplacée. Dans le deuxième exemple, l’auteur accentue le fait que la réflexion en tant que processus est extrêmement rare chez Oblomov.

Texte original

Traduction

Отчего ж у других чисто? – возразил Обломов. – Посмотри напротив, у настройщика: любо взглянуть, а всего одна девка… – А где немцы сору возьмут, – вдруг возразил Захар. – Вы поглядите-ко, как они живут!

Et pourquoi c’est propre chez les autres ? répliqua Oblomov. Regarde en face, chez l’accordeur ! ça fait plaisir de les voir ; pourtant, ils n’ont qu’une fille pour les servir ! – Et où vous voulez que ces Allemands prennent de la saleté ? Regardez-les vivre un peu !

Texte original

Traduction

Случается и то, что он исполнится презрением к людскому пороку, ко лжи, к клевете, к разлитому в мире злу и разгорится желанием указать человеку на его язвы, и вдруг загораются в нем мысли, ходят и гуляют в голове, как волны в море

Il lui arrivait aussi d’être plein de mépris pour le vice humain, le mensonge, la calomnie, le mal répandu dans le monde ; il brûlait alors de pouvoir montrer ses plaies à l’homme, des pensées s’enflammaient en lui, s’agitaient et se promenaient dans sa tête comme les vagues sur la mer.

  • 13 M. Гиро-Вебер (1990) Вид и семантика русского глагола // Вопросы языкознания, М., no 2, c. 102-112.

31Les verbes adynamiques ou stataux (être couché, être assis) qui ne sont pas orientés sur un changement quelconque ne prévoient aucun développement de l’action. Ils ne sont pas censés décrire le résultat connu à l’avance13. Le changement brusque, l’imprévisible dans la sémantique de вдруг tranche avec les verbes adynamiques et la situation de la narration. Dans l’exemple ci-dessous, non seulement il s’agit d’un malheur imprévu qui s’oppose au calme de la vie quotidienne, mais le sème de l’inaccoutumé est répété quatre fois de suite : dans l’adverbe, le verbe et dans une expression pléonastique нежданно-негаданно. Dans la traduction française, tous ces quatre éléments sont omis.

Texte original

Traduction

Что вы, господь с вами, такое несете! Ах ты, мать пресвятая богородица! Какая беда вдруг стряслась нежданно-негаданно

Pour l’amour de Dieu, qu’est-ce que vous dites! Ah la très Sainte Vierge ! Est-ce que je ne suis pas assez malheureux comme ça ?

Phrases impersonnelles

32Quant aux formes impersonnelles qui expriment le plus souvent la modalité du prédicat ou de toute la phrase et qui semblent évidentes à traduire, dans la base de données des formes impersonnelles sont observées les omissions de кажется, может быть, помнится, спрашивается, приходится, как говорится.

Texte original

Traduction

Может быть, это происходило частью и оттого, что, кроме самого Обломова, прочие все путали и названия месяцев и порядок чисел.

Et du reste, tous, excepté le vieil Oblomov, brouillaient et les noms des mois, et l’ordre des jours.

Texte original

Traduction

– Тебе бы следовало уважать в нем моего приятеля и осторожнее отзываться о нем – вот все, чего я требую!

– Tout ce que je te demande, c’est de respecter en lui mon ami et de t’exprimer à son sujet avec plus de prudence.

Conclusion

33Le phénomène de l’omission exige, à notre avis, plus d’attention. Dans le cadre de cet article, il ne fut possible que d’amorcer quelques pistes de recherche dans cette direction. D’autres unités linguistiques telles que les connecteurs logiques omis dans différentes situations discursives pourraient servir de matériel pour des études ultérieures. Aussi, une corrélation entre omission systématique et occasionnelle pourrait concrétiser le phénomène en question et établir une typologie des changements sémantiques en cas d’omission.

34L’étude comparée des textes littéraires russes traduits en français sur le matériel de la base de données permettant le tri ciblé d’un phénomène linguistique concret rend possible une analyse pertinente des objets comparés.

Notes

1 Anna Zalizniak (2015) Russian language-specific words as an object of contrastive corpus analysis, in Komp’uternaja lingvistika i intellektual’nye texnologii: Po materialam ežegodnoj Meždunarodnoj konferencii “Dialogue” (Moscou, 27-30 mai 2015), vol. 14, no 21, Moscou, RGGU, p. 683-694, http://www.dialog21.ru/digests/dialog2015/materials/pdf/ZalizniakAnnaA.pdf.

2 Martin Riegel, Jean-Christophe Pellat, René Rioul (1994) Grammaire méthodique du français, PUF, p. 160.

3 В.Г. Гак (2010) Русский язык в сопоставлении с французским, Книжный дом ЛИБРОКОМ, с. 34.

4 В.С. Виноградов (2001) Введение в переводоведение (общие и лексические вопросы), М.: Издательство института общего среднего образования, РАО, 224, с. 80.

5 http://www.ruscorpora.ru/search-main.html.

6 http://ruscorpora.ru/search-para.html.

7 Д.О. Добровольский (2012) Корпусы параллельных текстов в исследовании литературного перевода (на материале русского, немецкого и английского языков // Логический анализ языка. Перевод художественных текстов в разные эпохи, Индрик, Москва, c. 153-162.

8 Н.В. Бунтман, A.А. Зализняк, И.М. Зацман et al. (2014) Информационные технологии корпусных исследований: принципы построения кросс-лингвистических баз данных // Информатика и еe применения, t. 8, Вып. 2, c. 98-110.

9 http://www.lipsie.com/fr/traduction-litteraire.htm.

10 https://quizlet.com/24516922/glossaire-des-termes-de-traduction-flash-cards.

11 В.Г. Гак (2009) Беседы о французском слове. Из сравнительной лексикологии французского и русского языков, КомКнига, с. 169-173.

12 М.Л. Гаспаров (2000) Размышления о переводах. Записи и выписки, Издательство Новое Литературное Обозрение, с. 319-326.

13 M. Гиро-Вебер (1990) Вид и семантика русского глагола // Вопросы языкознания, М., no 2, c. 102-112.

Auteur

Université Lomonossov de Moscou

© Presses universitaires de Provence, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search