Versione classicaVersione mobile

Propos sur l'intraduisible

 | 
Olga Artyushkina
, 
Charles Zaremba

À propos de la particule verbale russe ved’, ou le retour à la réalité

Tatiana Bottineau

Testo integrale

1Classée par les dictionnaires comme « intraduisible », la particule verbale russe ved’ se présente comme une unité langagière singulière qui n’a pas d’équivalent exact dans les langues étrangères. Son identité peut cependant être appréhendée à travers l’expression des procédés mentaux spécifiques, mais réguliers dont ved’ constitue la trace matérielle et que l’on peut rendre par divers moyens langagiers propres à chaque langue, y compris au français.

2La description de chaque valeur « régulière » de ved’ et l’identification des principes de sa variation sémantique devront permettre de dégager en français des correspondances tout aussi régulières au niveau de la traduction de la particule. Pour ce faire, ved’ est envisagé comme appartenant à la classe des marqueurs discursifs (MD), c’est-à-dire des unités langagières possédant une syntaxe et une sémantique particulières qui constituent leur identité singulière.

3La syntaxe du MD ved’ est liée à sa portée énonciative (nommée p) dont le contenu est commenté d’une manière spécifique par la particule. La portée énonciative de ved’ varie selon son point d’incidence dans la proposition et comprend soit tout le contenu propositionnel, soit un de ses composants. Ne seront examinés ici que les cas où ved’ est inséré en position initiale de la proposition et a comme portée p tout le contenu propositionnel.

4La sémantique discursive de ved’ se manifeste en deux étapes : d’abord, avec la construction de l’altérité p/p’, où p’ est une représentation subjective et alternative de p et de la situation existante Z, ensuite, avec la résorption de cette altérité au travers de la valeur lexicale intrinsèque de ved’ liée à la notion « savoir ». C’est ce mécanisme que la traduction de ved’ devrait rendre de différentes manières dont dispose chacune de ces langues.

5La traduction de ved’ en français et de manière plus générale dans les langues étrangères ne peut pas être systématiquement assurée par le recours à un MD précis, mais les sens que véhicule cette particule verbale deviennent accessibles à travers les gloses qui rendent la sémantique discursive de cette particule.

Présentation de ved’ dans les dictionnaires

6Dans l’entrée consacrée à ved’ par le dictionnaire de Ščerba et Matusevič (1988), on lit que ved’ peut être omis lors de sa traduction en français : Ved’ : dans la plupart des cas peut ne pas être traduit (В большинстве случаев может опускаться при переводе). Le dictionnaire propose néanmoins quatre manières de le rendre en français :

  1. « c’est que » : ведь это очень скучно « c’est que c’est bien ennuyeux » ; ведь он доктор « c’est qu’il est médecin » ; мне хочется есть, ведь я еще не обедал « j’ai faim, c’est que je n’ai pas encore déjeuné » ;

  2. mais, pourtant : ведь я этого не говорил « mais (pourtant) je n’ai pas dit cela » ;

  3. en effet : ведь вы были правы « en effet, vous aviez raison » ;

  4. n’est-ce pas ?, une tournure interrogative : ведь это правда? « n’est-ce pas vrai ? » Ведь я же ему сказал? « Ne lui ai-je pas dit ? »

  • 1 Т. Ефремова (2000) Новый словарь русского языка. Толково-словообразовательный, Москва ; C. Ожегов, (...)

7Les dictionnaires unilingues mentionnent la polyfonctionnalité catégorielle de ved’. Ainsi, en tant que conjonction, ved’ se voit attribuer la propriété d’exprimer une relation de cause à conséquence ou celle de concession ; en tant que particule, elle serait employée pour mettre en valeur un contenu, pour le confirmer, l’opposer à un autre contenu ou encore pour en tirer une conclusion1. La frontière entre son classement dans les catégories grammaticales différentes reste floue et, à en juger d’après les dictionnaires, pourrait justifier le foisonnement sémantique de ved’.

Étymologie de ved’

8Étymologiquement, ved’ provient de la forme du vieux russe vědě « pourtant, cependant », elle-même issue de l’ancien parfait de l’indo-européen, que M. Vasmer (Vasmer, 1, 1996 : 284) rapproche de vidi latin, ainsi que de la racine indienne veda « savoir, voir ». D’après Vasmer, c’est à partir de vidĕti « voir » que s’est progressivement développée la valeur « savoir » de vĕdĕti. En slave commun, il existait le substantif ved’ « savoir magique » dont le sémantisme est toujours présent dans les unités formées à partir de la même racine comme vedun « sorcier, celui qui voit, celui qui sait », ved’ma « sorcière », veščat’ « annoncer, faire des prophéties » ou encore radioveščanie « radiodiffusion ».

9Le verbe du vieux russe vĕdĕti est présent aujourd’hui sous la forme de vedat’ « savoir » employée dans les contextes légèrement archaïques (1) ou relevant du registre parlé (2) :

  • 2 Les contextes dont le nom de l’auteur est mentionné sont, à l’exclusion de l’exemple (16), emprunté (...)

(1)
Ты ведаешь, что мы дети одного отца. (Kaрамзин, 1813-1820)2
Tu sais que nous sommes enfants d’un seul père.

(2)
И знать ничего не знаю, и ведать ничего не ведаю! (Булгаков, 1929-1940)
Et je ne sais rien et j’ignore tout !

10Aujourd’hui, la particule ved’ a perdu tout lien grammatical avec son étymon, mais elle a incontestablement a gardé un lien sémantique avec le verbe d’origine.

Ved’ et la notion de « savoir »

11Le sémantisme de ved’ n’est pas un critère suffisant en soi pour justifier à lui seul de la variation catégorielle et sémantique de cette unité, ni de celle de son point d’incidence dans la proposition. On le constate en comparant l’emploi de ved’ avec les expressions formées avec le verbe znat’ « savoir » ([ty] znaeš’ / [vy] znaete « tu sais / vous savez »). Proches de ved’ par le sens, elles n’ont pas le même fonctionnement ni la même utilité :

(3)
Вдруг Невядомский фыркнул : − Знаете, вы напомнили мне глупейшую историю! Когда я был студентом, у меня умер отец. (Tрифонов, 1969)
Tout à coup, Neviadomski gloussa : − Vous savez, vous mavez rappelé une histoire des plus stupides.

(4)
 Знаете, Володя, − сказал Мышкин. − Давайте сядем, и я вам кое-что расскажу. (Белоусова, 2000)
Vous savez, Volodia, dit Mychkine, on va s’asseoir et je vais vous raconter quelque chose.

12La permutation de znat’ par ved’ dans ces contextes n’est pas aisée :

(3a)
Вдруг Невядомский фыркнул : ?Ведь, вы напомнили мне глупейшую историю!

(4a)
*
Ведь, Володя, − сказал Мышкин − давайте сядем, и я вам кое-что расскажу.

13Contrairement à ved’, les expressions avec znat’ ne s’emploient qu’en dialogue ; elles peuvent être placées au début d’un contexte sans lien avec le contenu antérieur ; fréquemment employées en incise, elles sont détachées par les virgules et annoncent une information nouvelle à laquelle seul le locuteur est initié (aveu, confidence, début d’une argumentation).

14Ved’, en revanche, est présent aussi bien en dialogue qu’en narration ; on constate des variations de son point d’incidence dans une proposition et lorsqu’il est employé en position initiale, il n’est jamais détaché par les virgules ; il ne s’emploie pas dans les incipit, mais toujours en lien direct avec l’environnement contextuel. La proposition ved’ p n’apporte pas une information nouvelle, mais se réfère à un savoir préexistant auquel est associé au moins l’un des protagonistes ou à tous les deux à la fois.

15Znat’ et ved’ se combinent aisément car leur emploi correspond à deux démarches distinctes, l’une relevant d’un savoir subjectif dont la source est le locuteur (znat’), l’autre se référant à un « savoir » objectif puisé dans la réalité effective Z (ved’) :

(3b)
Вдруг Невядомский фыркнул : − Знаете, ведь вы напомнили мне глупейшую историю!
Tout à coup Neviadomski gloussa : − Vous savez, sans faire exprès (figurez-vous que, sans le savoir peut-être) vous m’avez rappelé une histoire il n’y a pas plus bête.

(5)
− Знаете, ведь в жизни женщины не так уж много возможностей: либо ты жена, либо ты любовница, либо живёшь одна. (Е. Чижов, 2012)
− Vous l’ignorez peut-être, mais dans la vie d’une femme, il n’y a pas tant que ça de possibilités : soit tu es l’épouse, soit tu es une maîtresse, soit tu vis toute seule.

16Dans le cas de znaeš’ / znaete « (tu) sais / (vous) savez », l’origine du « savoir » est le locuteur qui vise à transmettre ce « savoir » à son interlocuteur. Dans le cas de ved’, il s’agit d’une position « objective » sur l’état de choses Z dont l’existence est indépendante des protagonistes de l’échange.

Ved’ et les connecteurs

17Malgré les définitions que données à ved’ par les dictionnaires russe-français et leurs propositions de recourir à des conjonctions pour le traduire, le fonctionnement de cette particule verbale ne peut être y pleinement assimilé aux connecteurs logiques. La fonction de ved’ serait dans ce cas celle d’un connecteur interphrastique dont le rôle consisterait à construire un lien logique et argumentatif entre différents éléments contextuels. Son fonctionnement serait apparenté à celui d’une conjonction de subordination, ce qui aurait un effet réducteur et effacerait la dimension dialogique qui lui est propre en tant que marqueur discursif. Ved’ diffère des conjonctions sur plusieurs points, ces différences étant observées aussi bien sur le plan strictement formel que sur le plan énonciatif que les conjonctions n’affectent pas.

18À la différence de certaines conjonctions, ved’ ne peut être employé en réponse à une question, il ne peut non plus être suivi de points de suspension. Toujours soudé au contenu de sa portée p constituée de tout le contenu propositionnel, ved’ n’en est jamais séparé par une pause prosodique. Contrairement aux conjonctions placées à l’interface entre les deux propositions qu’elles lient, le point d’incidence de ved’ est variable la particule pouvant être insérée en position initiale, médiane ou finale.

19Cependant le lien entre le contenu du contexte gauche q et la portée de ved’ p ne peut pas être nié et dans un certain nombre de contextes, son remplacement par une conjonction reste possible (ex. 6/6a et 7/7a) :

(6)
Oн придёт, ведь он понимает, что это необходимо.
Il viendra, ved’ il se rend compte que c’est indispensable.

(6a)
O
н придёт, (потому что, поскольку) понимает, что это необходимо.
Il viendra, parce que (étant donné que) il se rend compte que c’est indispensable.

(7)
Ты опять пришёл поздно! Ведь я просил не задерживаться!
− Tu es encore rentré tard ! Ved’ je t’avais demandé de ne pas tarder !

(7a)
Ты опять пришёл поздно, хотя (несмотря на то, что) я просил не задерживаться!
Tu es encore rentré tard, alors que je t’avais (bien que je t’eusse) demandé de ne pas tarder !

20La possibilité de réaliser ces permutations ne signifie pas pour autant que les conjonctions et ved’ ont le même mode opératoire. La présentation de ved’ en tant que simple connecteur logique assignerait la particule à la verbalisation d’un lien de nature argumentative entre deux propositions indépendantes. Or le fonctionnement de ved’ et des connecteurs logiques relèvent de deux plans distincts. 

21Dans les exemples sous (a), les conjonctions mettent en place la continuité entre q et p (6a) ou la rupture de cette continuité (7a) en le verbalisant sur le plan syntaxique (relation de cause à effet [6a] ou de concession en [7a]). Le locuteur rapporte le comportement de l’interlocuteur, mais ne dit ni ne suggère l’attitude ou le point de vue de ce dernier sur la situation existante Z. La position du locuteur est placée au centre du propos, les propositions (6a) et (7a) étant orientées sur l’instance de l’énonciateur et sa vision du monde, l’instance de co-énonciateur n’y est pas construite. Les conjonctions utilisées en tant que connecteurs assurent la cohésion textuelle entre les éléments verbalisés q et p qui sont déjà attestés dans la situation dénotée.

22Ved’ remplit cette même fonction mais la dépasse, puisqu’il possède une sémantique propre et qu’il a la vocation de marqueur discursif (MD). Son champ d’action est plus large : ved’ introduit un commentaire sur l’attitude de l’interlocuteur et pose le contenu p comme la réaction du locuteur à une position prédiquée ou suggérée dans le contexte gauche q (не понимает / не знает / не хочет знать р « ne comprend pas / ne sait pas / ne veut pas savoir p »). Ved’ marque ainsi une rupture énonciative entre deux points de vue réels ou virtuels sur l’état de choses Z. La nature de cette rupture n’est pas argumentative, mais discursive et se manifeste à travers une altérité de points de vue p/p’ pris en charge par deux supports énonciatifs distincts.

23Un certain nombre de configurations qui présentent l’impossibilité de remplacer ved’ par une conjonction vont de ce sens. La contrainte se manifeste notamment en l’absence de contexte gauche q et lorsque p exprime une prise de conscience de la situation (8), comporte une question spécifique (9) ou un impératif dit rhétorique (10)3 :

(8)
Ведь как кричит!
C’est inimaginable, comment crie !
(mais qu’est-ce qu’il crie !)

(9)
Ведь где был подписан договор о перемирии?
Mais souvenez-vous, il a été signé où cet armistice ?
(alors c’est où qu’on a signé cet armistice ?)

(10)
Ведь ты подумай!
Non, mais c’est pas possible, ça !
(mais qui l’aurait cru !)

24Le retrait de ved’ reste possible, mais en son absence, les énoncés deviendraient de simples exclamations ou des questions à part entière. 

25Dans ces exemples, le recours à la traduction de ved’ par les connecteurs d’opposition (mais, alors) n’est pas anodin. Mais si le rôle des conjonctions consiste à mettre en place une rupture dans l’enchaînement des faits et la marquer sur le plan syntaxique, ved’ opère sur deux plans, celui de la syntaxe et celui de l’énonciation. Il confère à la proposition p, miroir de la réalité objective, une dimension discursive et ce, par le biais de l’actualisation d’un point de vue subjectif p’ sur cette même réalité qui peut s’interpréter comme l’ignorance ou le rejet de p. En (8) et en (10), le locuteur partait de p’ avant de découvrir p et d’exprimer sa surprise au constat de la situation existante : je n’imaginais pas qu’il puisse crier ainsi ; je ne pensais pas que cela puisse se produire. En (9), le locuteur découvre l’attitude p’ de l’interlocuteur, mais il partait d’un présupposé implicite que l’interlocuteur était associé p et qu’il s’agit d’un oubli, d’un savoir perdu : souviens-toi de cet armistice, tu sais bien où il a été signé.

26Ainsi, en tant que MD, ved’ opère sur le plan énonciatif et qualifie le contenu p comme un savoir relevant d’une réalité objective (qu’il souligne, disent les dictionnaires) que ved’ fait intervenir dans un objectif argumentatif face à un point de vue ou une attitude subjectifs p’ sur cette réalité (construit une opposition, disent les dictionnaires).

27L’actualisation des valeurs implicites incombe à la présence du MD ved’ et elle est absente lorsque le lien entre q et p est rendu avec un connecteur logique dont la fonction est relève de l’argumentation à partir des contenus explicitement verbalisés. Le locuteur vise dans ce cas la structuration logique et argumentative de son propos et ne tient pas compte de sa dimension polémique qui oppose deux points de vue divergents sur le même état de choses Z, comme c’est le cas avec ved’.

28Au travers de son sémantisme, ved’ confère à l’assertion p le statut d’un savoir préexistant mais non pris en compte ou rejeté en q. Le caractère indiscutable de ce savoir permet de déstabiliser le point de vue concurrent p’ comme erroné et affirmer le contenu de la portée p comme correspondant à la réalité objective Z.

29Le terme savoir n’est pas utilisé ici comme synonyme d’une science acquise dont jouirait une instance avertie, de même que ignorance ne signifie pas l’exclusion de cette science pour une instance non avertie. Il s’agit de deux positions énonciatives abstraites, l’une indexée à la réalité objective (p) et l’autre, extérieure à celle-ci (p’).

30La prise en compte de l’identité de ved’ en tant que MD permet d’affiner et de varier les moyens de sa traduction en français en prenant en considération à la fois sa sémantique et le double statut, à la fois assertif et discursif, de sa portée p.

Sémantique discursive de ved’

31En conformité avec son sémantisme et en tant que marqueur discursif, ved’ véhicule une double interprétation du contenu p. Présenté comme un « savoir objectif », par définition neutre et conforme à la situation Z validée p échappe à toute forme de subjectivité et de contestation ; il peut ne pas être partagé, mais ne peut être contesté. La valeur concurrente p’, en revanche, n’a pas d’autonomie n’étant qu’une composante de la sémantique de ved’ qui l’actualise implicitement à partir du contenu : la valeur p est première, la valeur concurrente p’ est seconde.

32Ved’ construit l’altérité p/p’, constitutive de sa sémantique, et déstabilise la représentation subjective et tronquée p’ de la situation Z (doute, remise en cause, ignorance de p) : il est à la fois garant de la construction de l’opposition p/p’ et de sa résorption de cette altérité au travers du recours à « p savoir » incontestable.

  • 4 La dualité « ignorance » / « savoir » est pertinente pour décrire la sémantique évoquée ci-dessus.

33Suivant les contextes, la caractérisation de p comme « p savoir » ne signifie pas que p’ puisse systématiquement être interprété comme « ignorance de p ». Sur ce point essentiel, notre analyse diverge de celle de D. Markowicz et D. Paillard qui caractérisaient la sémantique de ved’ par la dualité « ignorance » / « savoir »4. L’existence du point de vue p’ n’est que virtuelle, elle incombe au locuteur qui l’actualise lorsqu’il est confronté à l’état de choses existant et qu’il asserte le contenu p comme une évidence, puisque p est conforme à la réalité. La valeur actualisée p’ est donnée ainsi comme un point de vue subjectif et erroné que le locuteur rejette à la suite du constat de p et de Z. C’est l’opposition « objectif » vs « subjectif » qui est au cœur de la sémantique de ved’.

34La variation régulière de ved’ peut être définie sur la base de trois critères :

  1. découverte inopinée de p et de Z ;

  2. préconstruction dans le contexte gauche q d’une première représentation de p’ de ;

  3. rapport polémique entre le locuteur et l’interlocuteur sur l’attitude de l’interlocuteur par rapport à p’ et à Z.

35La combinaison de ces trois critères permet de décrire les valeurs de ved’ qui seront illustrés avec des exemples dont la traduction est suivie de gloses. Les gloses explicitent ou commentent les choix des moyens de traduction faits et ont vocation à rendre l’existence d’un acte discursif. Elles ont l’avantage de rendre explicite à la fois la démarche argumentative nécessitant le recours à un connecteur logique et la démarche énonciative inhérente à la prise de parole. Quant aux traductions proposées, il est inévitable que dans certains contextes elles puissent être accompagnées de pertes de significations véhiculées par ved’, constructeur de rupture énonciative et trace des opérations mentales.

36Cinq grands cas de l’emploi de ved’ en position initiale et les moyens de sa traduction en français sont envisagés dans la suite de l’article :

  1. découverte de la situation existante Z par le locuteur ;

  2. explicitation du contenu du contexte gauche q par le recours à « savoir p » ;

  3. légitimation du contenu du contexte gauche q par le recours à « savoir p » ;

  4. disqualification de l’« ignorance p’ » revendiquée par l’interlocuteur ;

  5. emploi de ved’ dans les interrogatives.

Expression de la surprise au constat de la situation Z

37Dans les contextes avec ved’ où le locuteur découvre la situation Z, rien dans le contexte gauche q ne peut s’interpréter comme annonçant : le locuteur prend brutalement conscience de p et de Z qu’il ignorait juste avant. Sa surprise est explicitement signifiée par les interjections Bože moj! (« mon Dieu ! ») en (11), qui marque la réaction embarrassée du locuteur, et Hum! en (12), qui rend sa perplexité, ou encore avec la conjonction a marquant une rupture par rapport au q :

(11)
− Боже мой! ведь я не … скажи … проси сюда и скажи, что я сию же минуту выйду! (M. Булгаков, 1932)
− Mon Dieu ! mais je ne suis pas habillé… dis-lui… fais-le entrer et dis-lui que j’arrive tout de suite !
(« c’est que je ne suis pas habillé »)

(12)
« Хм! − подумал Oслик, разглядывая кусочек бересты. − A ведь это − письмо! » И принялся читать. (С. Козлов, 1969-1981)
« Hum ! pensa Oslik en examinant le bout d’écorce. Mais on dirait que c’est une lettre ! » Et il se mit à la lire.
(« mais c’est que c’est une lettre »)

38L’emploi de ved’ redéfinit Z comme une situation nouvelle qui s’impose au locuteur et dont le comportement doit désormais se conformer à ce qui a surgi comme un fait incontournable et indéniable parce qu’objectif.

39Il ne s’agit pas d’une découverte au sens propre du terme, mais davantage d’une prise de conscience de la situation « ignorée » avant le moment de l’énonciation. Cependant l’expression de la surprise ne relève pas de ved’, elle est du fait de la présence des interjections et resterait notifiée après la suppression de la particule. Quelles significations rajoute donc ved’ au contenu exprimé ?

40Le contenu p n’est marqué d’aucune subjectivité, cependant ved’ y ajoute un élément informatif important en relation avec le sémantisme de la particule : avant le moment de la parole, le locuteur ignorait p ; au moment de la parole, il en prend conscience, mais l’existence de p ne dépend nullement de la volonté du locuteur et fait partie de la réalité objective incontestable. En conférant à sa portée p le statut de « p savoir » préexistant, ved’ lui apporte une surcharge modale : le locuteur aurait dû ou aurait pu tenir compte de p.

41La découverte de p ne donne pas lieu à la construction d’une altérité intersubjective, elle marque d’abord une rupture temporelle, puisque seul le locuteur est concerné par les événements. Mais ved’ construit une opposition entre deux attitudes du locuteur avant et pendant le temps de la parole, ce qui permet l’expression de la surprise du locuteur. La proposition reçoit la glose « je n’ai pas remarqué, j’ai oublié, je n’ai pas fait attention, mais c’est que c’est bien p et j’aurais dû le savoir ».

42La prise de conscience de p est le fait du locuteur, mais elle peut également concerner l’interlocuteur en tant qu’impliqué directement dans la situation nouvelle définie par ved’ p :

(11a)
Боже мой! ведь ты не одет!
− Mon Dieu, mais tu n’es pas habillé !
(« c’est que tu n’es pas habillé »)

437. Clarification du contenu du contexte gauche q

44Le contexte gauche q introduit une information qui pourrait ne pas être comprise ou donner lieu à une représentation erronée (p’) de la situation Z. Le recours à « p savoir » construit par ved’ permet d’écarter tout malentendu et de désamorcer une mauvaise représentation de la situation existante :

(13)
Брат Серёжи не успел стать никем – ведь он умер в десятилетнем возрасте. (E. Eвтушенко, 1982)
Le frère de Serioja n’a pas eu le temps de devenir quelqu’un, c’est qu’il est mort à l’âge de dix ans.
(« rien d’étonnant à cela lorsque l’on sait [et je te le dis] qu’il est mort à l’âge de dix ans »)

(14)
Денег парни не жалели, ведь они их печатали сами. (Н. Oлейников, 2003)
Les gars n’étaient pas avares de leur argent, c’est normal, puisqu’ils le fabriquaient eux-mêmes.
(« ce n’est pas étonnant lorsqu’on sait qu’ils les fabriquaient eux-mêmes »)

45La séquence q (le frère de Serioja n’a pas eu le temps de devenir quelqu’un ; les gars dépensaient beaucoup d’argent) donne une information partielle sur Z d’où le besoin de lui apporter une clarification dans la proposition ved’ p.

46À la première lecture, en (13) et (14), les événements sont donnés rétrospectivement et les contenus respectifs q et p sont liés par une relation de cause à conséquence : « p parce que q ». En effet, le remplacement de ved’ par une conjonction de subordination (potomu čto « parce que ») reste possible, ce qui serait rendu en français avec la conjonction « parce que ». Mais la conjonction utilisée dans les deux langues n’appartiendrait ni au contenu du contexte gauche q ni au contenu de la proposition p : étant extérieure aux deux constituants propositionnels, elle ne servirait qu’à les mettre en relation. Ce n’est pas le cas du MD ved’ qui fait partie intégrante du contenu de sa portée p (Nikolaeva 2000 : 93) dont la signification serait modifiée si la particule en était retirée.

  • 5 Toute représentation p’ s’entend ici comme une valeur « autre-que-p » dont le fondement réside dans (...)

47La structure de l’énoncé pris dans sa totalité atteste d’une certaine autonomie des assertions q et p l’une par rapport à l’autre ; celle-ci est matérialisée avec un tiret attestant de l’existence d’une pause prosodique qui correspond à une rupture discursive. La pause crée un temps d’arrêt qui favorise l’actualisation d’un éventail de représentations subjectives p’ possibles : en (13), le temps a manqué au sujet parce qu’il s’est trop amusé, s’est consacré aux autres, etc. ; en (14), on pourrait imaginer que les protagonistes étaient généreux ou simplement dépensiers, qu’ils avaient reçu un héritage, etc.5. L’effet de suspens construit ainsi crée l’attente d’un complément d’information dans la suite p, favorise l’orientation du contenu q à celui de la portée p en les inscrivant dans un enchaînement qui obéit à la logique de l’explicitation.

48Cependant la construction de la relation causative et de la cohérence du passage ne relèvent pas de la présence de ved’, elles seraient toujours exprimées après la suppression de la particule. Ved’ n’opère pas tant sur le plan syntaxique que sur le plan discursif et son travail consiste à renverser le repérage chronologique de q à p rendu sur le plan syntaxique avec des conjonctions.

49En effet, la clarification du contenu gauche q par la proposition ved’ p induit l’éventualité que q ne soit pas compris par l’interlocuteur, réel ou virtuel, ce qui lui confère une dimension discursive. Ved’ renverse ainsi le mode de repérage entre les composants phrastiques et indique la primauté de p par rapport à : ce n’est pas parce que q que l’on peut penser p’, mais c’est la réalité objective de p qui conditionne q.

50En actualisant implicitement une valeur concurrente p’, ved’ construit l’altérité p/p’ entre une vision subjective erronée des faits et la réalité effective validée. Le recours à « p savoir » rendu possible grâce au sémantisme de ved’ permet au locuteur de désamorcer l’altérité construite au profit de p et de Z. Cette démarche discursive peut être glosée « quoi que tu en penses (p’), je te fais savoir que p ». La présence de ved’ permet la réinterprétation du contenu q comme source d’une représentation subjective et erronée p’ de Z qui ne correspond pas à l’état des choses objectif. En actualisant p’, ved’ induit simultanément sa réfutation et l’affirmation de p.

51La traduction en français de ce type de contextes implique la combinaison des moyens lexicaux et syntaxiques permettant de souligner le caractère objectif et irréfutable de p et de déstabiliser toute possibilité de spéculation p’.

Justification du contenu du contexte gauche q

52La justification du contenu du contexte gauche q par la proposition ved’ p constitue une variante du cas exposé dans la section précédente qui traitait de l’explicitation de q préalablement exprimé. Ici, il ne s’agit pas de l’actualisation d’une représentation erronée p’, mais d’un jugement subjectif sur la pertinence de ce qui est dit en q.

53Dans les exemples qui suivent, le contenu de q pourrait faire objet d’un doute, d’un rejet ou encore d’une mise en cause de sa pertinence (p’). L’emploi de ved’ correspond à la fois à l’actualisation de p’ et de sa neutralisation : le point de vue critique p’ sur Z s’interprète comme le résultat de la non prise en compte ou comme l’ignorance de p et perd sa légitimité dès lors que p est introduit par le locuteur :

(15)
Может быть, я говорила с Лёвой слишком прямо и рeзко. Но я имею на это право. Ведь я решила посвятить ему всю свою жизнь. (А. Алексин, 1968)
Peut-être que ma manière de parler avec Liova était trop directe et brutale. Mais j’en ai le droit. Il faut savoir (le fait est) que j’avais décidé de lui consacrer toute ma vie.

(16)
Плюньте в меня, некрасивые и несчастные люди : ведь я задумала убийство. (T. Toлстая, 2015)
Crachez sur moi, affreuses et misérables gens : sachez que j’ai prévu de commettre un meurtre.
(rien d’étonnant, de scandaleux, de révoltant à q si l’on sait que p)

54Dans (15), la locutrice affirme dans la proposition q son droit de se comporter avec dureté avec son frère (la locutrice veut du mal à son frère, ne l’aime pas, a un caractère dur, etc.). Et l’affirmation de la locutrice pourrait susciter un désaccord ou un jugement critique de son comportement (p’). Le point de vue exposé en q trouve sa justification dans p qui fournit un argument objectif que la locutrice porte à la connaissance d’une instance énonciative virtuelle, extérieure à ce savoir et susceptible de prendre en charge une vision erronée des faits.

55Dans (16), l’injonction плюньте в меня « crachez sur moi » implique directement l’instance de l’interlocuteur qui, en fonction des normes sociales de comportement, pourrait être indigné par le contenu et le caractère violent de l’injonction (p’ « cela ne se fait pas de cracher sur les gens »). Celle-ci prend pourtant une tout autre signification avec l’aveu fait dans p qui justifie le propos donné en q. Le point de vue p’ est neutralisé, la proposition ved’ p désamorce l’altérité et légitime le premier dire q en s’appuyant sur le « p savoir » dont seul dispose le locuteur « vous ne le savez pas, mais je mérite bien votre opprobre ».

56Là encore, le lien entre q et p n’est pas réductible à l’expression d’une relation causale, bien qu’elle soit nettement présente. Ved’ opère en deux étapes, réalisées simultanément : en actualisant le point de vue critique p’, il construit une alternative possible, mais la déstabilise en tant qu’un point de vue subjectif qui ne peut se maintenir lorsqu’on sait que p. Les traductions proposées visent à expliciter la dimension discursive introduite par ved’ que l’emploi des connecteurs ne pourrait pas rendre dans toute son étendue.

Construction de l’altérité intersubjective. Expression d’un désaccord

57Dans les deux cas précédents, le caractère effectif de q n’est pas remis en cause, mais la proposition ved’ p le présente rétroactivement comme susceptible de faire l’objet d’incompréhension ou de contestation. Il s’agit dans cette configuration de la mise en place d’une altérité intersubjective qui oppose la vision de la situation Z par ses protagonistes. Le désaccord est donc explicite et porte sur la pertinence du comportement ou du point de vue adopté par l’interlocuteur et exposé dans le contexte gauche q.

58Le recours au « p savoir » objectif y vise à disqualifier q à charge d’un interlocuteur et à le ramener au statut d’une attitude p’ subjective et contestable : la pertinence de l’attitude de l’interlocuteur préconstruite en q est ouvertement mise en doute à partir de la situation objective Z et de p.

59On distingue différentes interprétations possibles en fonction de la nature du désaccord qui peut être partiel (17) ou total (18).

(17)
− Зачем ты сюда нанялся? Ведь ты окончил школу с золотой медалью. Ты мог бы поступить в университет. − Я влюбился, − признался Август.  Она ни за что не уедет отсюда, поэтому я остаюсь здесь. (Буйдa, 2003)
− Pourquoi t’es-tu fait embaucher ici ? Alors que tu es sorti du lycée avec une médaille d’or. Tu aurais pu entrer à l’université. − Je suis tombé amoureux, avoua Avgust. Elle ne voudra jamais partir d’ici, voilà pourquoi je reste là.
(« Tu t’es comporté comme si tu n’étais pas sorti du lycée avec une médaille d’or »)

60Dans (17), le locuteur critique l’attitude de son interlocuteur et lui reproche de ne pas avoir choisi la bonne voie. Ved’ p signifie que le jeune homme se comporte comme s’il ignorait un fait bien établi (compte tenu de ses succès scolaires [p], il aurait pu prétendre à un autre destin) et cherche à le déstabiliser en évoquant p qu’il tient pour un argument de taille qui échappe à toute polémique. La question rhétorique du locuteur exprime une relation de concession « q bien que p » et s’inscrit dans un mouvement de contre-orientation par rapport à la proposition ved’ p. Mais la démarche s’avère vaine et l’argument p tombe à plat dans la mesure où les deux instances n’ont pas la même connaissance de : pour le locuteur, le contenu p est un argument objectif suffisant ; pour l’interlocuteur, il ne l’est pas et c’est un paramètre subjectif ignoré du locuteur mais déterminant pour l’interlocuteur (я влюбился « je suis tombé amoureux ») qui intervient dans son choix de vie.

61Au fait, les instances énonciatives se réfèrent dans ce contexte à deux « savoirs » distincts : le locuteur est le support de la réalité objective p connue des deux protagonistes, alors que l’interlocuteur renonce à p et prend en charge une réalité subjective qu’il est le seul à connaître. Les points de vue exprimés ne sont pas opposés, mais simplement différents.

62Le désaccord entre les positions respectives des protagonistes de la scène énonciative fait que la polémique initiée par ved’ p pourrait avoir deux issues, la désolidarisation définitive de du locuteur de la position d’Avgust avec le blocage du conflit ou son adhésion à la position de l’interlocuteur avec la résorption de l’altérité intersubjective. La traduction proposée vise à montrer le rappel de l’interlocuteur par le locuteur à la réalité objective dont il semble ignorer l’importance. Le recours à la conjonction « puisque » serait possible, mais effacerait la dimension polémique et soulignerait uniquement la logique incontestable des faits. L’orientation de la proposition p serait renversée : le propos du locuteur ne serait plus repéré au contexte gauche et à q (tu sais bien qu’avec ta médaille d’or tu n’aurais pas dû arrêter tes études), mais au contexte droit (puisque tu as reçu la médaille d’or, tu aurais pu continuer tes études à l’université).

63Dans (18), le locuteur juge indécente la réaction violente de l’occupante de la cabine n° 8 suite au décès d’un passager de la croisière : ved’ p asserte à la fois la cause objective du décès et en appelle à la conscience de l’interlocutrice qui ne pouvait pas l’ignorer. Une telle présentation des faits opérée par la présence de ved’ rend inacceptable le comportement de l’interlocutrice dans le contexte gauche :

(18)
Я требую, чтоб была произведена дезинфекция! – надрывалась пожилая дама из кабины N° 8.
Да помилуйте, ведь она умерла от разрыва сердца. (M. Шагинян, 1924)
− J’exige qu’on procède à la désinfection des lieux ! – hurlait la vieille dame de la cabine n8.
– De grâce, Madame, vous savez très bien qu’elle est décédée d’une crise cardiaque.
(« Vous ne pouvez pas ignorer le fait qu’elle est décédée d’un infarctus »)

64L’interlocutrice se comporte comme si elle ignorait les faits (mort d’une passagère suite à une crise cardiaque) et réclame dans la séquence q la désinfection du bâtiment ; son exigence est rejetée par le locuteur dans la proposition ved’ p. L’altérité des points de vue ne porte pas sur la revendication en tant que telle, mais sur la relation de l’interlocutrice à la réalité dont elle donne en q une représentation p’ volontairement tronquée (décès dû à une maladie infectieuse).

65La présence de l’incise da pomilujte dans la réponse du locuteur n’est pas anodine. Elle confirme l’existence de l’altérité p/p’ préassertée par le MD da, mais annonce en même temps une tentative de la résorber. La combinaison de da et de pomilujte dans l’incise se présente comme une démarche énonciative que l’on glose « vous faites une erreur de jugement, avouez-le et n’en parlons plus ».

66Ved’ s’insère dans le dispositif discursif à teneur polémique déjà mis en place, mais le renforce en éliminant toute velléité de contestation de la part de l’interlocutrice. Réinterprété comme « p savoir », la proposition ved’ p interdit le maintien du point de vue p’ de l’interlocutrice en lui conférant le statut d’un dire subjectif et non pertinent. Si l’incise da pomilujte suggère la possibilité d’interpréter la réplique de l’interlocutrice dans le contexte gauche q comme une simple erreur de jugement, ved’ induit sa réinterprétation comme déni de p consciemment construit par une instance pourtant avertie des faits et de Z. Le mode opératoire de ved’ dépasse ici un simple renvoi à Z, mais consiste à rappeler à l’interlocutrice à l’ordre et à la mettre devant sa contradiction que l’on peut gloser par « épargnez-moi vos propos fallacieux, vous savez très bien que p ».

67L’altérité forte entre les positions des interlocuteurs signifie ici la dénégation délibérée de la réalité objective. La proposition ved’ p apparaît comme un appel à la raison adressé à l’interlocutrice qui n’est pas en mesure de combattre un savoir qu’elle fait semblant d’ignorer.

Conclusion

68Dans notre étude de la particule ved’, nous avons cherché à rendre compte de sa singularité et les difficultés de la rendre en français. Nous pensons que la traduction de ved’ ne doit pas obéir à l’utilisation systématique des conjonctions et que son omission, solution radicale, n’est pas justifiée. La recherche d’une traduction de ved’ qui rendrait sa signification avec le minimum de pertes des significations de ce marqueur discursif doit, à notre sens, tenir compte de paramètres énonciatifs et contextuels.

69L’impact de la présence de ved’ ne relève pas d’une progression linéaire des événements, bien au contraire, l’énoncé avec ved’ engage leur lecture rétrospective associée à la résorption de l’altérité p/p’, mise en place par le marqueur discursif ved’. Construite depuis la réalité effective validée Z et p, cette altérité oppose une vision subjective des faits qui s’avère erronée face à la connaissance de la réalité objective. Le mode opératoire de ved’ se décompose en deux démarches énonciatives qui devraient être rendues dans la traduction de cette particule en langues étrangères. L’actualisation par ved’ de la valeur subjective concurrente p’ en constitue la première étape de ce mode opératoire, la deuxième étape étant la résorption de cette altérité par le recours à la notion de savoir consubstantielle au sémantisme de cette particule verbale. Ces opérations sont réalisées sur le mode implicite et révèlent une démarche énonciative récurrente qui accompagne l’emploi de ce MD.

70À partir du moment où l’explicitation des opérations mentales opérées par ved’ est possible à travers des gloses, il ne semble pas justifié de considérer ved’ comme une unité langagière spécifique au russe et par conséquent intraduisible. Son omission pure et simple apparaît comme un procédé qui déforme le caractère dialogique du texte d’origine et qui appauvrit le texte de la traduction.

71Le recours aux seules conjonctions reste, certes, possible, mais il engendre une perte de significations qui relèvent de la dimension polémique explicitement ou implicitement introduite par le marqueur discursif ved’.

72La traduction de ved’ en français demande une combinaison de plusieurs moyens choisis en fonction de chaque contexte et en prenant en considération la situation d’énonciation construite avec le jeu de positions discursives qui la caractérisent.

Bibliografia

Bolona = Бонола, A. (2010) Текстуальные и прагматические функции русских частиц: сопоставительный анализ русского и итальянского языков, in L’analisi linguistica e letteraria, XVIII, Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano, p. 173-185.

Bonneaux & kodzarov = Бонно, К. & Koдзасов, С. (1998) Семантическое варьирование дискурсивных слов и его влияние на линеарищацию и интонирование (на примере частиц же и ведь), in Kиселева К. & Пайяр Д., Дискурсивные слова русского языка: опыт контекстно-семантического описания, Москва, Metatekst, p. 428-443.

Bottineau, T. (2017) À propos de la particule russe ved’, Langages, vol. 3, no 207, p. 105-117.

levotina = Левонтина И. (2003) Об одной загадке частицы ведь, www.dialog-21.ru/media/2398/levontinai.pdf.

nikolaieva = Николаева T., Oт звука к тексту, Языки русской культуры, Москва, p. 92-105.

Paillard, D., Markowicz, D. (1986) Le partage du savoir ou l’ignorance n’est pas un argument. À propos de la particule ved’, in Les particules énonciatives en russe contemporain (1), coll. « ERA 642 », Laboratoire de Linguistique Formelle, Université Paris 7, p. 89-122.

Dictionnaires consultés

EFREMOVA = Ефремова, Т. (2000) Новый словарь русского языка. Толково-словообразовательный, Москва.

OŽEGOV = Ожегов, С., Шведова, Н. (1992) Толковый словарь русского языка (ozhegov.info).

ŠČERB & MATUSEVI = Щерба, Л., Матусевич, М. (1988) Русско-французский словарь, Русский язык, Москва.

UŠAKOV = Ушаков, Д., Толковый словарь Ушакова (ushakovdictionary.ru).

VASMER = Фасмер, М. (1996) Этимологический словарь русского языка, т. 1, Азбука, Санкт Петербург.

Note

1 Т. Ефремова (2000) Новый словарь русского языка. Толково-словообразовательный, Москва ; C. Ожегов, H. Шведова (1992) Толковый словарь русского языка (ozhegov.info).

2 Les contextes dont le nom de l’auteur est mentionné sont, à l’exclusion de l’exemple (16), empruntés au Corpus national de la langue russe (Национальный корпус русского языка, ruscorpora), dont je remercie les auteurs.

3 И. Левонтина (2003) « Об одной загадке частицы ведь » (www.dialog-21.ru/media/2398/levontinai.pdf).

4 La dualité « ignorance » / « savoir » est pertinente pour décrire la sémantique évoquée ci-dessus.

5 Toute représentation p’ s’entend ici comme une valeur « autre-que-p » dont le fondement réside dans son extériorité à Z et dans le caractère partiel de l’information donnée en q.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search