Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos sur l'intraduisible

 | 
Olga Artyushkina
, 
Charles Zaremba

Traduction des titres de films : entre erreurs et créativité

Natalia Bernitskaïa

Texte intégral

1Au cours de la première moitié du xxe siècle, le cinéma, le septième art selon l’expression de l’écrivain italien Ricciotto Canudo, a pris une place très importante dans notre vie. Aujourd’hui, lorsque l’homme s’exprime, défend ses idées, il fait aisément référence à des films, à des acteurs, à des réalisateurs.

2Le titre est une passerelle que le réalisateur jette entre lui et le spectateur. (Aujourd’hui, les producteurs se mêlent de plus en plus du choix des titres, mais nous ne parlerons pas ici de cet aspect commercial.) Nous parlerons plutôt des titres comme d’un moyen dont dispose le réalisateur pour éclairer son œuvre sous l’angle qui lui semble approprié. « Le titre est le point de vue où l’on met le public pour juger l’œuvre », disait Émile Fabre à propos des pièces de théâtre. Ce bon mot convient parfaitement aux titres de films, même si, d’un autre côté, il est difficile de ne pas être d’accord avec Tristan Bernard pour qui « un bon titre n’a jamais sauvé une mauvaise pièce ».

3Le titre transmet donc l’intention de son créateur de communiquer un regard, un point de vue sur son œuvre cinématographique. Pour bien traduire le titre, il faut traduire cette intention. La bonne traduction est une traduction pertinente, la plus pertinente étant celle qui produira les mêmes effets contextuels sur le spectateur que le titre original. Le traducteur, dans cette quête de pertinence, peut rencontrer de nombreux obstacles, linguistiques (phonétiques, sémantiques, syntaxiques) et extralinguistiques (différentes manifestations de « couleur locale », de realia, différences de cultures, censure, problèmes techniques). Notre petite étude présente quelques exemples de difficultés pouvant induire le traducteur en erreur, mais aussi quelques exemples où le traducteur s’en sort avec brio.

Les Quatre Cents Coups, un cas d’école

4Le premier pas vers une bonne traduction est la bonne compréhension du titre original. Cependant, le traducteur, étant un être humain comme les autres, n’est pas à l’abri d’une erreur.

5L’un des cas des plus curieux de traduction de titres est pour nous Les Quatre Cents Coups de François Truffaut. Ce titre a été traduit en russe mot à mot : Четыреста ударов. Pour quelle raison le traducteur a-t-il calqué sa traduction sur cette expression figée française qui, en russe, n’existe pas ? Est-ce une erreur ou un choix délibéré ?

6Les Quatre Cents Coups, premier long-métrage de François Truffaut, triomphe en 1959 au Festival de Cannes. Considéré comme un film repère de la Nouvelle Vague, enraciné dans l’histoire du cinéma, c’est ce qu’on appellerait familièrement aujourd’hui un film culte. Un cas d’école pour les cinéastes, Les Quatre Cents Coups pourrait également l’être pour les traducteurs.

7Les 95 minutes du film racontent un engrenage d’événements menant Antoine Doinel, un garçon de 12-13 ans, qui vit à Paris dans les années 1950, à la délinquance. Sa mère et son beau-père ne l’aiment pas et ne s’intéressent pas à lui, mais il a un bon copain, un camarade de classe, René ; à l’école, Antoine est malmené par son professeur de français, autoritaire et injuste. En mal d’amour et en perte de repères, Antoine passe de l’école buissonnière, de la débrouille et des mensonges à une fugue et au vol d’une machine à écrire. Arrêté, il passe une nuit dans une cellule au commissariat, puis il est envoyé dans un centre pour mineurs délinquants en province. Profitant d’une sortie sportive, Antoine s’évade. Il court très longtemps et se retrouve au bord de la mer. C’est la dernière séquence du film.

8Le titre du film vient de l’expression idiomatique française faire les quatre cents coups. Cette expression, attestée dans de nombreux dictionnaires, signifie : « commettre des actes dangereux, se livrer à des excès » (Le Robert 1993 : 228) ; « enchaîner les bêtises, les contraventions, voire les délits » (Wiktionnaire) ; « mener une vie désordonnée, sans respect des us et coutumes » (L’Internaute).

9Il n’y a pas d’unanimité sur l’origine de l’expression française faire les quatre cents coups. L’hypothèse soutenue par la plupart des historiens et des linguistes fait remonter cette expression au siège de Montauban par l’armée de Louis XIII en 1621. Après l’assassinat d’Henri IV en 1610, la France de Louis XIII mène la guerre contre les protestants. La ville de Montauban, dont la population est entièrement huguenote, est assiégée. Les quatre mois que durera le siège, d’août à novembre 1621, se termineront par la capitulation de l’armée royale, décimée par une épidémie de fièvre pourpre. L’expression faire les quatre cents coups rappelle la violence des canonnades. Elle est évoquée par le maréchal de Bassompierre dans ses Mémoires où il écrit : le roi « m’envoya quérir, le dimanche 20 septembre faire tirer les 400 coups de canon ; comme je fis ». Au total, on compte plus de 16 000 tirs en deux mois et demi (Garrisson, Duchin 2002).

10En consultant la fiche du film sur Wikipédia, on constate que son titre est traduit mot à mot non seulement en russe, mais également dans la plupart des langues :

Bulgare : 400-теудара
Polonais : 400 batów
Anglais : The 400 Blows
Espagnol : Los 400 golpes
Italien : I 400 colpi
Portugais (Portugal) : Os 400 golpes
Suomi : 400 kepposta
Suédois : De 400 slagen
Turc : 400 darbe

11Seuls deux pays, l’Allemagne et le Brésil, ont traduit ce titre d’une façon non littérale : respectivement, Sie küßten und sie schlugen ihn – « On l’embrassait et le frappait » – et Os incompreendidos – « Les Incompris ». Ces traductions non littérales sont tout de même assez éloignées du sens de l’expression française. On peut aussi dire au passage que les Pays-Bas et le Danemark ont tout simplement gardé le titre français sans le traduire. (Aujourd’hui cette pratique qui consiste à ne pas traduire les titres des films, surtout, les titres de films américains, se répand de plus en plus dans de nombreux pays, notamment en France.)

12Faut-il penser que la plupart des traducteurs, et donc non pas seulement le traducteur russe, n’ont pas compris l’expression française ? Difficile de répondre à cette question avec certitude, surtout pour l’ensemble des langues. Nous nous sommes proposé de regarder de près seulement le cas de la traduction russe.

13François Truffaut a envisagé plusieurs titres avant de choisir Les Quatre Cents Coups : « Les Quatre Jeudis », « L’Âge ingrat », « Les Enfants oubliés », « Le Vagabondage », « Les Vagabonds », « Les Enfants vagabonds », « Les Mauvais Génies », « À bas la rentrée », « Les Canards sauvages », « Les Petits Soldats » (Les Quatre Cents Coups, dossier). Notons ici que sur l’affiche du film le chiffre 400 est écrit en toutes lettres, c’est pour cette raison que nous aussi choisissons ce graphisme en parlant du film.

14Faire les quatre cents coups est une expression populaire. Truffaut disait, dans une interview, qu’il avait choisi ce titre pour sa banalité, car il voulait que son film soit au plus près de la vie ordinaire par tous ses aspects. Banale et courante dans la langue parlée, l’expression (faire) les quatre cents coups n’est pas monnaie courante dans les belles lettres. Par contre, on la trouve dans des romans policiers, des romans d’aventures, des témoignages, des correspondances ou dans l’art populaire :

Ce qui est sûr, c’est que maintenant que tu as mis le Chourineur sous tes pieds, tu peux faire les quatre cents coups dans la Cité. (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1842, cité par Langue française 2)

Sur mon chemin, j’ai trouvé que des gars prêts aux quatre cents coups et qui, se prétendant réguliers, me faisaient toutes les misères. (Robert Tachet, Alors pommadé, tu jactes ?, 1953, cité par Langue française 2)

[…] l’évêque Talaru […] y venait faire les quatre cents coups avec les seigneurs des environs ! (Barbey d’Aurevilly, dans Revue de Paris [Bruxelles], 1852, cité par Langue française 2)

J’ai fait les quatre cents coups, c’est vrai, j’ai volé, j’ai escroqué, je me suis battu, j’ai tué, plusieurs fois c’est vrai mais bon faut bien aussi gagner sa vie. (Blog Mesrine50, 2005)

« Les quatre cents coups de Gradur et Franck Ribéry dans la métropole lilloise » (titre d’article).
En attendant le match des Bleus contre l’Islande, Franck Ribéry, retraité de l’équipe de France, prend ses vacances dans la région. Il était avec le rappeur Gradur à Lille ce vendredi pour une étrange virée, avec excès de vitesse à la clé, dans la métropole lilloise. (La Voix du Nord, 30 juin 2016)

15On peut supposer que, dans les années 1950-1960, les traducteurs russes n’étaient pas familiers du milieu populaire et n’étaient pas plongés dans la vie française au quotidien. L’expression faire les quatre cents coups a pu leur échapper. Tout en étant le titre du film, cette locution n’est jamais prononcée par aucun des personnages. Ainsi, il est tout à fait probable que le traducteur russe ne connaissait pas l’expression faire les quatre cents coups et que la traduction mot à mot lui a paru légitime.

16Effectivement, la traduction littérale – четыреста ударов – n’est pas dénuée de sens : d’une part, elle renvoie au mot удар « coup » qui est riche sémantiquement en français comme en russe ; en russe, on dit удар судьбы « un coup du destin », удар сердца « une pulsion cardiaque », удар в сердце, удар по сердцу « un coup au cœur » ; d’autre part, le chiffre 400 peut être compris par un Russe comme une grande quantité, un grand nombre. Ce phénomène sémantique où un chiffre indique une grande (ou une petite quantité) est assez répandu dans nombre de langues. On peut remarquer une tendance générale d’employer des chiffres à deux, à trois ou à quatre éléments pour désigner une grande quantité, cf. en russe : Я тебе уже двадцать раз повторила…; Он сто раз повторил…; Он мне двести раз прокрутил этот фильм; Мы тысячу лет не виделись, etc. À côté des chiffres connotés dans la conscience collective (7, 12, 13, 40, 100, etc., cf. Семеро одного не ждут. // Семь раз отмерь, один раз отрежь. // У семи нянек дитя без глазу. // Сорок сороков [pour désigner une période très longue]. // За тридевять земель. // В тридесятом царстве [pour désigner un endroit très éloigné]), on trouve régulièrement des chiffres non connotés. On constate une attirance de l’homme pour la magie des chiffres de même que la présence des chiffres dans différentes œuvres culturelles ou dans des objets commerciaux : le parfum Chanel no 5, le roman de Georges Orwell 1984, le roman d’Ilf et Pétrov Les Douze Chaises, le téléfilm soviétique Семнадцать мгновений весны (Les Dix-Sept Instants du printemps). À ce propos, on peut citer le linguiste russe Maksim Krongauz qui a consacré quelques articles à la mode des chiffres qui règne dans la littérature et dans la vie culturelle russe d’aujourd’hui (Krongauz 2015).

17Dans l’expression faire les 400 coups, le chiffre 400 ne désigne évidemment pas le nombre exact de bêtises qu’on fait dans la vie. Étant arbitraire, désignant tout simplement une grande quantité de bêtises, le chiffre 400 peut parfois être remplacé par d’autres chiffres : 4, 99, 100, 119, 419, 500, 519 (Langue française 2).

[…] à la porte des Jacobins, il faut avoir mauvaise mine, être sans-culottes, ressembler à un brigand, et à un scélérat, capable de faire les quatre coups. (Le Père Duchêne de la rue Pavée, Le Père Duchêne nommé président du club des Jacobins, 1792, p. 2)

[…] l’on voit l’écume de tous les bandits de Paris, tant d’hommes connus pour avoir fait les quatre coups, fameux par leur bassesse et leur jeanfoutrerie […]. (Id., Grande revue des Jacoquins, 1792, p. 1)

[…] l’évêque Talaru […] y venait faire les quatre coups avec les seigneurs des environs ! (Barbey d’Aurevilly, dans Revue de Paris [Bruxelles], 1852, nouvelle série, t. I, p. 170)

QUATRE-VINGT-DIX-NEUF COUPS (avoir fait les), avoir mené une vie aventureuse et déréglée. (Decorde, Dictionnaire du patois du pays de Bray, 1993 [1852], p. 114)

Faire les cent coups. Donner dans de grands écarts, faire des fredaines impardonnables, se porter à toutes sortes d’extravagances, mener une vie crapuleuse et débauchée […]. (D’Hautel, Dictionnaire du bas-langage, 1972 [1807], t. I, p. 244)

Dans c’te pièce gn’az’un père Qui d’abord, d’un air en d’sous, Vient nous dire qu’à la guerre Son garçon fait les cent coups. (Désaugiers, Chansons et poésies diverses, 1808, t. I, p. 167)

Je veux faire les cent dix-neuf coups ; et vous ne reculez pas, n’est-ce pas, quand il s’agit de faire des farces ? (Mérimée, dans Revue de Paris [Bruxelles], 1830, t. XII, p. 254)

C’est encore un tour de ce brigand de loup-garou ; il a mis nos malheureux adjoints dans l’état où vous les voyez. […] Il leur faisait les cent dix-neuf coups. Heureusement que je suis arrivé, sans ça ils étaient dévorés. (Vanderburch, Leuven et Forges, Les Baigneuses, 1833, p. 33)

MARIE. La v’là partie !… SAINT-GERMAIN. Amour de baronne !… elle va gigoter jusqu’à l’aurore… nous avons le temps de faire les quatre cent dix-neuf coups !… (Labiche, La Fille bien gardée, in Théâtre, 1979 [1850], t. II, p. 38)

Mais je crois que Villemain va faire les cinq cents coups. C’est comme la bataille de Marengo. (Flaubert, 16 avril 1853, Correspondance, t. II, p. 306)

Mais rien n’est plus du caractère du peuple parisien que d’outrer ses propres métaphores, même les meilleures, et ainsi de les énerver. Déjà même faire les cinq cents coups ne lui suffit plus aujourd’hui ; il dit faire les cinq cent dix-neuf coups. Demain il y ajoutera une fraction. (Nisard, De quelques parisianismes populaires, 1980 [1876], p. 64)

18Compte tenu de toutes les observations que nous avons faites, la traduction mot à mot Четыреста ударов en russe s’avère paradoxalement être une solution qui n’est pas fondamentalement mauvaise. Четыреста ударов est un titre métaphorique qui peut être interprété comme de nombreux coups du destin ou comme un rythme cardiaque élevé.

19Le film Les Quatre Cents Coups et ses traductions littérales sont entrés dans l’histoire du cinéma. Il n’est pas question de changer la traduction russe. Cependant, on peut s’amuser à chercher quelles autres variantes le traducteur aurait pu trouver. Sur plusieurs sites russes consacrés au film de Truffaut, les amateurs de cinéma constatent l’inexactitude de la traduction officielle ; on propose le plus souvent les deux variantes suivantes : Тридцать три несчастья ou Огонь, вода и медные трубы.

20L’expression russe, gentiment moqueuse, тридцать три несчастья caractérise une personne qui attire tout le temps des malheurs (Ožegov 1996 : 405). Ce titre n’aurait pas convenu au film qui est, dans le fond, assez grave. François Truffaut soulignait, dans ses interviews, qu’il ne voulait pas montrer Antoine Doinel comme une victime du mauvais sort mais comme quelqu’un qui a une part de responsabilité dans ce qui lui arrivait.

21L’expression пройти огонь, воду и медные трубы désigne le fait d’être passé par plusieurs épreuves dans la vie, et se dit de quelqu’un qui n’a peut-être pas un passé irréprochable (Ožegov 1996 : 435). Le titre « Огонь, вода и медные трубы » correspondrait, nous semble-t-il, au contenu des Quatre Cents Coups. Mais aujourd’hui la place est déjà prise, car il existe déjà un film russe figurant sous ce titre, sorti en 1968 et tourné par Aleksandre Rou (Александр Роу). Le titre « Двойка по поведению » correspondrait également, selon nous, au contenu du film Les Quatre Cents Coups, mais là aussi se pose le problème de l’existence d’un autre film, celui de Jean Vigo, Zéro de conduite, sorti en 1933. On voit surgir ici une autre difficulté pour le traducteur : celui-ci doit s’assurer, dans la mesure du possible, qu’il n’y a pas déjà un autre film avec le même titre. Cependant les traducteurs ne réussissent pas toujours à éviter cet écueil. Ainsi, le drame Gueule d’amour de 1937 réalisé par Jean Grémillon et la comédie romantique de Pascal Chaumeil Arnacœur sortie en 2010 ont été traduits tous les deux en russe par Сердцеед.

« Un état bien dangereux : croire comprendre » (Paul Valéry)

22Si la traduction russe des Quatre Cents Coups n’est pas insensée, elle ne correspond quand même pas à l’idée de François Truffaut. Il y a, naturellement, d’autres exemples de traductions problématiques dans l’histoire du cinéma pour lesquels on peut se demander si le traducteur a bien saisi le titre original. Considérons, par exemple, le cas de la traduction en russe de deux films de Claude Chabrol, une autre figure phare de la Nouvelle Vague : Docteur Popaul (1972) et Une partie de plaisir (1975). Dans ces deux films, Chabrol, comme souvent, traque avec dérision des cadavres dans les placards de la bourgeoisie française.

23Le film Docteur Popaul, tiré du roman d’Hubert Monteilhet Meurtre à loisir, raconte l’histoire d’un jeune médecin Paul Simay. Coureur de jupons, ce personnage a une théorie assez cynique sur les femmes : il préfère les femmes laides parce qu’elles sont conciliantes et prêtes à tout. Il épouse une femme pas très jolie, héritant ainsi de la clinique de son père. Ce mariage ne l’empêche pas d’avoir une aventure avec la sœur de son épouse, qui est, elle, une très belle femme. Le titre français Docteur Popaul renvoie au prénom du personnage principal et, en même temps, fait clairement allusion au mot popol, qui est, dans le langage familier, synonyme du sexe masculin (DS 1993 : 638).

24La traduction russe Доктор Пополь ne véhicule pas du tout cette connotation sexuelle : on comprend évidemment le lien avec le prénom, quant à la réduplication de la syllabe « po » dans le prénom, elle génère un diminutif ressenti en russe comme condescendant. On peut se demander quelles raisons ont poussé le traducteur à traduire le titre mot à mot. Peut-être n’a-t-il pas compris le jeu de mots, mais il est aussi probable qu’il s’agit ici de censure ou d’autocensure, car l’univers de libertinage et de mœurs dissolues, montré dans ce film, était étranger à la société soviétique. Un titre faisant allusion au sexe aurait surpris voire choqué le spectateur peu habitué à la libre circulation des ouvrages érotiques.

25Le film de Chabrol Une partie de plaisir touche également à la problématique du libertinage. Philippe, un écrivain à succès mène une vie en apparence heureuse avec sa femme Esther et leur fille Élise. Cette vie paisible ne plaît pas à Philippe qui décide que sa femme et lui doivent avoir des aventures extra-conjugales et se les raconter. Cette décision mènera à un drame. L’expression française une partie de plaisir signifie « un moment agréable à passer », par extension cette expression peut signifier « un plaisir sexuel ». La traduction russe Вечеринка удовольствий laisse perplexe. On peut se demander si le traducteur ne fait pas une confusion avec l’anglais où party peut signifier une « soirée ». Dans le film, il ne s’agit pas de soirée mais d’un choix de vie. De surcroît, le titre russe semble assez artificiel, peu naturel, car, contrairement au titre français, la combinaison des mots en russe « вечеринка удовольствий » n’est pas une collocation habituelle.

Savoir c’est pouvoir ?

26Il arrive aussi que le traducteur comprenne le sens mais ne trouve pas de solution pertinente. Pour rester toujours dans l’ambiance de la Nouvelle Vague, citons ici la traduction russe de deux films de Truffaut : La Sirène du Mississippi (1969) – Сирена с Миссиссипи – et La Femme d’à côté (1981) – Соседка.

27Le film La Sirène du Mississippi raconte l’histoire d’une séduisante aventurière qui escroque un homme d’affaires. La sirène c’est elle. Le Mississippi est le nom du bateau duquel la belle débarque à la Réunion où vit son futur mari qui deviendra sa victime. L’une des définitions du mot sirène en français est « une femme douée d’un dangereux pouvoir de séduction » (Le Robert : 948). Cette signification dérive, évidemment, de la mythologie grecque où une sirène est un « être fabuleux, à tête et torse de femme et à queue de poisson, qui passait pour attirer, par la douceur de son chant, les navigateurs sur les écueils » (ibid.) ; nous trouvons, en français moderne, la locution écouter le chant des sirènes, qui signifie « se laisser charmer, séduire » (ibid.). À côté de ces significations, le mot sirène désigne aussi, bien évidemment, un appareil qui produit un signal d’alarme (ibid.). Cette signification existe depuis 1819, le physicien français Cagniard de la Tour ayant nommé ainsi son appareil lors de ses études de la propagation du son dans l’eau (DHLF 2016 : 2237). En russe, le mot сирена a deux significations : un appareil produisant un signal d’alarme et un être fabuleux de la mythologie grecque. Cependant, le russe moderne n’a pas développé de sens métaphorique du mot сирена pour désigner une femme dangereusement séduisante, laissant strictement ce substantif au monde des légendes de l’Antiquité. Le monde slave a son propre mot pour désigner un être imaginaire, mi-femme, mi-poisson : русалка. Ce substantif n’a normalement pas de connotation négative et ne désigne pas une femme séduisante et dangereuse, et il peut être employé en russe moderne, à la limite, pour parler d’une femme aux cheveux longs. Pour cette raison, on ne pourrait pas traduire le titre comme *« Русалка с Миссиссипи ». Mais Сирена с Миссиссипи est saugrenu, car en entendant le mot сирена, les Russes ne pensent pas, en premier lieu, à une femme mais à une sirène d’alarme.

28La Femme d’à côté raconte l’histoire d’une passion amoureuse tragique. Deux anciens amants, Bernard et Mathilde, qui ne se sont pas vus depuis des années, deviennent voisins par le plus grand des hasards. Mariés chacun de leur côté, ils ne parviennent pas à maîtriser leur passion, revenue de plus belle.

29Il y a donc deux personnages principaux dans ce film, toutefois Truffaut choisit le titre dans lequel il ne mentionne que la femme du couple amoureux. Ce choix est lié à la trame narrative, qui nous place, au début du film, aux côtés de Bernard. Dans les premières scènes, nous voyons Bernard, heureux père de famille, menant une vie tranquille dans un village près de Grenoble. La maison d’en face est à vendre. Le jour où arrivent les nouveaux propriétaires de cette maison, le spectateur découvre Mathilde, la nouvelle voisine de Bernard, en même temps que ce dernier, avec les yeux de ce dernier. Mathilde et Bernard n’avouent à personne qu’ils se connaissent mais leurs regards, la musique de cette scène font comprendre au spectateur qu’il y a un secret entre eux et que, à partir de cette rencontre, la vie de Bernard bascule.

30Le titre russe Соседка respecte la focalisation de la trame narrative sur Mathilde. Cependant, cette traduction ne nous semble pas tout à fait appropriée (Truffaut n’a pas appelé son film « La Voisine » !). La connotation du mot sosedka « voisine » est plutôt positive. Le titre russe laisse croire qu’il peut s’agir d’une comédie alors que le film raconte un drame passionnel.

Ne tirez pas sur le traducteur !

31Nos remarques ne sont pas destinées à porter sur le travail du traducteur un regard dubitatif. Faisant partie du processus de création, les erreurs ne sont pas un lot réservé systématiquement au traducteur. Quelques exemples où les traductions littérales ne sont pas possibles mais pour lesquels les traducteurs ont réussi à trouver des transformations formelles et sémantiques pertinentes doivent maintenant nous convaincre que les traducteurs sont parfois capables de véritables tours de magie.

32Les Infidèles, un film à sketches français, sorti en 2012, raconte l’infidélité masculine vue par sept réalisateurs. La traduction russe, Право налево, est, à notre avis, meilleure que le titre original. Les personnages du film revendiquent le besoin naturel de l’homme d’être infidèle. Le titre russe reflète avec humour cette position, introduisant un calembour, basé, d’un côté, sur l’expression xodit’ nalevo (littéralement : « aller à gauche » qui signifie « tromper sa femme ») ; mais d’un autre côté, le substantif russe pravo « le droit », est lié, comme bien de ses traductions en langues européennes (angl. the right, all. das Recht) à une notion spatiale de « droite » (angl. at right, all. rechts), ce qui provoque une espèce de carambolage sémantique avec le terme de nalevo. La combinaison des deux termes, aboutissant ainsi à un jeu de mots à la fois transparent et spirituel, représente donc une réussite exceptionnelle.

33Un autre exemple d’une jolie trouvaille est la traduction du titre Mince alors !. Cette comédie de 2012, réalisée par Charlotte de Turckheim, parle avec humour de la pression qu’exerce la société sur les femmes, en imposant la minceur comme l’un des critères indispensables de beauté. Le titre français contient un jeu de superposition de sens du mot mince, impossible à traduire en russe. Le traducteur crée alors en russe un jeu de mots, capable de concurrencer le titre original : Особа крупных размеров. Le traducteur joue avec l’homonymie du substantif osoba « une personne » et l’adverbe osobo qui apparaît dans l’expression juridique mošenničestvo v osobo krupnyx razmerax « escroquerie à grande échelle ».

34Ces deux exemples de traduction nous montrent que quand le traducteur se met à rechercher des correspondances formelles, sémantiques, culturelles, il découvre souvent dans la langue cible des ressources insoupçonnées. Le calembour est l’un des moyens de mettre en interaction des composants de plusieurs niveaux, linguistiques et non linguistiques. On pourrait définir ce procédé comme « glissement de sens » (blending, dans la tradition américaine). Dans la tradition russe, le concept le plus proche est celui de sovmeščenie značenija (amalgame) (Plungian, Raxilina 2008 : 236-237 ; Plungian, Raxilina 2010 : 138-139).

Petite conclusion optimiste

35Les erreurs dont nous avons parlé sont liées, dans la majorité des cas, à une mauvaise compréhension du texte source ou à des interférences. D’une part, ces erreurs sont surmontables, d’autre part elles ne nuisent pas outre mesure à la bonne compréhension de l’œuvre, car la perception d’un film est liée, avant tout, à l’image et non à son titre. La condition sine qua non d’une bonne traduction est la bonne connaissance de la langue source et de la langue cible. Cette connaissance s’étend naturellement au contexte culturel. Si cette condition est respectée, le traducteur réfléchit à l’étape suivante : recréer les effets contextuels du titre original dans sa traduction. Cette étape est subjective et dépend pour beaucoup des capacités créatives du traducteur. La correspondance parfaite entre le texte source et la traduction n’est pratiquement jamais atteinte, mais « il serait présomptueux de nier toute possibilité de traduction de la forme au seul motif que nous n’en ayons pas encore effectué une qui soit impeccable à tous égards » (Bellos 2012 : 158).

Bibliographie

BASSOMPIERRE, F. de (1665 / 2009) Journal de ma vie. Mémoires du maréchal de Bassompierre, BiblioBazaar.

BELLOS, D. (2012) Le Poisson et le Bananier. L’histoire fabuleuse de la traduction, Flammarion.

DHLF (2016) Dictionnaire historique de la langue française (sous la direction d’Alain Rey), Le Robert, 4e édition.

DS (1993) Dictionnaire des synonymes (par Henri Bertaud du Chazaud), France Loisirs.

GARRISSON, J., DUCHEIN, P. (2002) Louis XIII et les 400 coups, Toulouse, Privat, coll. « Mémoire vive ».

HARAI, D. (éd.) (2013) Journal d’un officier de Louis XIII sur le siège de Montauban (1621). Dans l’enfer de la « Seconde Rochelle », Paris, L’Harmattan.

KRONGAUZ, M.A. (2015) « Novaja numerologija, ili moda na čisla », in KRONGAUZ, M.A., Slovozaslovo. O jazyke i ne tol’ko, Moscou, Izdatel’skij dom « Delo » RANXiGS, p. 152-161.

Le Robert (1993) Le Robert, dictionnaire d’aujourd’hui, Paris, France Loisirs.

OZEGOV (1996) Ožegov S.I, Švedova N. Ju., Tolkovyjslovar’ russkogojazyka, Moscou, Az’’ (3e éd.).

PLUNGIAN, V.A., RAXILINA, E.V. (2008) « La construction des anecdotes du point de vue de la grammaire des constructions », in Questions de linguistique slave. Études offertes à Marguerite Guiraud-Weber (réunies par R. Roudet et Ch. Zaremba), PUP, p. 235-248.

PLUNGIAN, V.A., RAXILINA, E.V. (2010) « Anekdot kak konstrukcija », in Lingvistika konstrukcij (pod red. E.V. Raxilinoj), Moscou, Azbukovnik, p. 138-155.

VINOGRADOVA, V. (2015) La traduction des titres de films étrangers en russe et en français : aspects linguistiques et culturels, travail du master 2 (sous la direction de M. Stéphane Viellard), Études slaves, Université de Paris-Sorbonne.

Romans

TACHET, R. (1953) Alors pommadé, tu jactes ?, Paris, Le Condor, cité sur http://www.languefrancaise.net/Bob/28734.

Ressources électroniques

Blog Mesrine50 (2005) Mesrine, François, Charly, JP et tous ceux de QHS, http://www.languefrancaise.net/Source/2869.

Langue française 1, http://www.languefrancaise.net/Bob/28734.

Langue française 2, http://www.languefrancaise.net/forum/viewtopic.php?id=7559.

La Voix du Nord (2016) http://www.lavoixdunord.fr/region/les-quatre-cents-coups-de-gradur-et-franck-ribery-dans-la-ia0b0n3605243#.

Les Quatre Cents Coups, dossier, https://www.ac-caen.fr/dsden61/ress/culture/cinema/college_cinema/ressources/dossiers-films-colleges/Dossier-400coups-corrige.pdf.

L’Internaute, http://www.linternaute.com/expression/langue-francaise/68/faire-les-400-coups.

Wiktionnaire, https://fr.wiktionary.org/wiki/faire_les_quatre_cents_coups#fr.

Auteur

Université Paris-Sorbonne, Paris IV

© Presses universitaires de Provence, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter