Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos sur l'intraduisible

 | 
Olga Artyushkina
, 
Charles Zaremba

L’intraduisible conte merveilleux : entre exotisme et adaptation

Olga Artyushkina

Texte intégral

Introduction

1La traduction des noms propres dans le monde fantastique s’avère être un problème intéressant à analyser pour un linguiste et une tâche ardue pour le traducteur. En effet, il n’est pas rare que l’univers magique des contes porte l’empreinte de la culture donnée qui se traduit par des moyens linguistiques qui font partie du génie de la langue. Dans l’idéal, le traducteur devra reproduire l’effet esthétique que l’original produit sur le lecteur de la culture source tout en gardant la spécificité culturelle, l’exotisme du conte. Dans le présent article, nous nous intéresserons aux principes de formation des noms propres et communs du monde magique des contes russes et ukrainiens et chercherons à rendre compte des stratégies possibles de traduction et de leurs limites.

1. Les noms « parlants » dans la littérature

2Il existe une grande littérature sur les motivations du nom propre dans la littérature de fiction (cf. Vlaxov, Florin pour la bibliographie). Dans le monde de la fiction et celui de la littérature fantastique, les noms propres possèdent souvent leur étymologie propre, leur forme conceptuelle qu’il convient de déchiffrer et de représenter de la manière la plus complète possible. Le conte merveilleux et certains romans fantastiques sont fortement orientés sur la forme, c’est-à-dire qu’il n’est pas suffisant de rendre le contenu, mais il faut garder le potentiel pragmatique de l’histoire fantastique et trouver les moyens linguistiques les plus adéquats pour reproduire l’effet esthétique de l’œuvre originale, comme le souligne Tatiana Volkodav (2008) dans son analyse de la traduction du roman fantastique Harry Potter.

3Dans le monde fantastique, la fonction du nom propre est double : il sert à dénoter mais aussi connoter ; cela est sans doute à mettre en rapport avec la représentation animiste qui attribue une signification magique et symbolique au nom : chaque chose, chaque être a son nom, et c’est ce qu’on retrouve dans le monde du conte merveilleux. Naturellement, les noms propres connotés ne caractérisent pas uniquement le monde fantastique mais la littérature de fiction dans son ensemble : les exemples sont innombrables, mais songeons, par exemple, aux noms des personnages de Gogol : Sobakevič (de sobaka « chien »), Korobočka (le diminutif de korobka « boîte ») qui sont devenus des noms communs et évoquent dans la conscience nationale une image des personnages et les qualités qui leur sont liées. Les noms de famille « parlants », transparents dans leur forme, se trouvent en abondance chez Tchékhov et contribuent à la création de l’atmosphère particulière de certains récits : par exemple, Podpolkovnik Treb’jen, litt. « lieutenant-colonel Très bien » (en russe, il s’agit de la transcription du français) annonce le style humoristique de la nouvelle.

  • 1 Vlaxov, Florin (1980 : 227) considèrent qu’une telle démarche est inutile et ne fait que distraire (...)

4Le traducteur peut tenter ou non de faire passer dans la traduction ce qu’évoque un nom ; en effet, si le personnage n’est que mentionné dans le récit en question et qu’on n’a aucun moyen de juger du lien entre son nom et ses caractéristiques, le nom « parlant » peut être simplement transcrit. Par exemple, le traducteur du récit Le caméléon en anglais a préféré utiliser les notes de bas de page pour expliquer la signification des noms de famille des personnages comme Xrjukin (du verbe xrjukat’ « grogner » [pour un cochon], Očumelov [de očumet’ « perdre la tête »])1. Ce choix du traducteur peut être justifié par le désir de garder la « russité » du texte. Que l’on soit d’accord ou non avec cette solution traductologique, elle est à écarter dans le cas de la traduction des textes destinés au public jeune.

1.1. La forme conceptuelle des noms propres

  • 2 « В слове мы различаем: внешнюю форму, т.е. членораздельный звук, содержание, объективируемое посре (...)

5La forme conceptuelle est la traduction que nous proposons pour le terme vnutrennjaja forma (« la forme intérieure »), concept qui a été introduit et popularisé par Alexandre Potebnja (1835-1891), lui-même inspiré par les recherches de Wilhelm von Humboldt qui distinguait la forme extérieure, c’est-à-dire le son articulé, le signifié (« le contenu ») et la forme intérieure qui correspond à la signification étymologique qui est le moyen pour exprimer ce signifié2.

  • 3 Il existe de nombreux travaux sur la poétique et les noms propres chez Dostoïevski ; citons sur not (...)

6Le choix des noms dans la littérature est rarement aléatoire, mais les raisons du choix ne sont pas aussi transparentes que dans les textes comiques où le nom doit immédiatement créer une image très claire chez le lecteur. Il y a des cas beaucoup plus nuancés et complexes où l’on sait d’avance que l’on ne pourra les rendre dans la traduction. Prenons le cas du personnage de L’Idiot de Dostoïevski, knjaz’ Myškin qui est dans la traduction, bien entendu, le prince Lev (Léon) Mychkine : le choix du nom est motivé et le mariage du prénom Lev « le lion » en russe avec le nom de famille Myškin qui vient de myška « petite souris » est un oxymore qui ne peut être traduit que si l’on joue sur le mot « la souris » en français, mais on ne peut décidément pas se permettre cette liberté dans la traduction d’un texte « sérieux » ; la critique littéraire3 signale aussi que le choix du prénom est également un clin d’œil de Dostoïevski à son contemporain Léon Tolstoï. Nous voyons donc qu’il s’agit ici d’allusions voilées complexes et intraduisibles.

1.2. Les noms propres des contes

7Si l’on ne peut que renoncer à rendre les allusions multiples et complexes dans la traduction, cette perte ne nuit pas à l’ensemble du roman où le jeu sur la connotation n’est pas au centre de l’histoire, comme L’Idiot que l’on a cité à titre d’exemple. En revanche, la situation est toute autre avec le conte ou un autre genre où le jeu sur la forme du nom est au centre de l’histoire : en effet, le nom du personnage fantastique est sémantiquement motivé et joue un rôle actif dans la composition même du conte et participe à la création de l’univers magique. Marija Vengrenivs’ka (2008 : 205-206) souligne qu’il existe un lien étroit entre la structure sémantique des noms des personnages et la structure de l’histoire, y compris son titre : le nom est à la fois motivé par l’histoire tout en participant de l’écriture de celle-ci. Le personnage du conte est défini, pour ainsi dire, par son nom, c’est un masque qu’il doit porter du début à la fin, car telle est la loi du genre. Ainsi, il est primordial que les traducteurs comprennent la motivation du choix de du nom des personnages de l’univers fantastique, ce qui signifie aussi qu’il faut comprendre l’image que ce nom évoque et ceci est une condition absolue pour pouvoir trouver un équivalent possible dans la langue cible.

2. Traduction du conte merveilleux

8Le traducteur est amené à trancher entre « traduire ou ne pas traduire » en fonction du rôle du nom propre dans le contexte, mais la marge de manœuvre est moindre dans un conte, car il n’y a pas de personnage secondaire, on doit donc compenser la part de l’intraduisible ou limiter les pertes.

2.1. La forme conceptuelle des noms : traduire ou ne pas traduire ?

9La part de l’intraduisible dépend de la structure du nom propre. Ainsi, le nom du personnage comporte souvent une caractéristique et celle-ci peut figurer comme une épithète postposée au nom ou faire partie du nom composé. Le premier cas de figure ne pose aucun problème ; par exemple, Elena Premudraja se traduit par « Eléna la très sage ». Mais les noms comme Milovzora ou Sineglazka sont déjà problématiques : Milovzora est composé de milyj « agréable » et vzor (vieilli) « regard » que l’on peut comprendre comme « agréable à regarder » (mila vzoru) ou « au beau regard » ; Sineglazka vient de sinij « bleu » et glaz « œil », aux yeux bleus ; dans la traduction de Jean Karel, on trouve la transcription de Milovzora, ce qui permet de garder le caractère exotique du conte russe et « passe » facilement en français, mais n’évoque rien chez l’enfant ; dans ce cas-là, une solution possible serait de compenser la perte du sens caché par l’ajout d’un adjectif, par exemple, Milovzora la très belle ou Milovzora les yeux doux. Sineglazka est déjà plus difficile à prononcer et a été traduit par « la Dame aux yeux bleus » ; dans les deux cas, nous ne pouvons pas créer de nom en français par un procédé morphologique de ce type. Un autre exemple de nom propre à la sémantique transparente, car’ « tsar » Zmijulan (zmej [zmij, vieilli]) dans le conte Le renard gourmand et Kouzma Le-Tôt-Riche : dans ce conte, le personnage folklorique Zmijulan est représenté par un dragon à trois têtes, il est donc important que son nom le caractérise ; le procédé de transcription retenu dans ce conte par J. Karel n’est sûrement pas un très bon choix, car la traduction ne fait pas mention des forces magiques que l’on associe au dragon. Ici, la solution aurait pu être Zmiyoulane-le Dragon.

10Regardons à présent les noms à prédication implicite ; ces noms comportent généralement une mention de la force extraordinaire du personnage qui va définir le dénouement de l’histoire, c’est-à-dire qu’il y a un double lien structurel entre le nom et le conte : d’un côté, le nom est dicté par le contenu, d’un autre côté, le nom lui-même fait avancer l’histoire. Dans ce cas-là, il est absolument nécessaire de trouver une solution adéquate dans la traduction. La prédication cachée se retrouve dans les noms du type Verny-gora (de vernuty [ukrainien] « briser, retourner, renverser » et gora « la montagne ») qui se compose de l’impératif à la deuxième personne de singulier et du substantif : il s’agit d’un personnage capable de briser une montagne entière et que l’on traduit par « Brise-montagne » avec le même procédé morphologique qui fait partie du système linguistique français. Vengrenivs’ka (2008 : 214) met en garde contre les erreurs de traduction et montre l’importance de restituer l’étymologie du nom propre : par exemple, le personnage du conte ukrainien Katygoroško (en russe, Pokatigorošek) comporte également l’impératif du verbe katyty « faire rouler » et gorošek (et non gora « la montagne ») « le petit pois » et fait référence à l’origine magique du personnage : sa mère est tombée enceinte en mangeant un petit pois ; la traduction du nom en français, « Le Petit-Pois-qui-roule », explicite cette sémantique mais ne peut pas reproduire le même procédé morphologique en français dans ce cas précis.

11Les surnoms des personnages peuvent se former aussi sur un verbe suivi du suffixe -l et la désinence -o, comme dans le conte La nef volante (Letučij korabl’) : le surnom du personnage Ob’’edalo, l’homme capable de manger vingt chariots de pain, vient du verbe ob’’edat « manger entièrement » et a été traduit par J. Karel par « Mange-Tout », ce qui pose un problème car en français « mange-tout » désigne une sorte de haricot. Pour le personnage Opivalo, l’homme capable de boire un lac entier, le traducteur a proposé « Bois-Tout » ; on pourrait songer à d’autres traductions possibles pour ces surnoms, tels que « Avaltou » et « Boislac ». Le surnom du personnage Streljalo, le tireur hors pair à l’œil de lynx, qui vient du verbe streljat’ « tirer » a été traduit par J. Karel comme « Bon-Œil » qui n’explicite pas en français la passion de la chasse du personnage et nous donne uniquement l’information sur sa vue extraordinaire, or il est important de rendre cette étymologie dans la traduction. En effet, dans La nef volante, Vanjuška demande à ses compagnons de l’aider à réussir une des épreuves inventées par le tsar à l’intention des prétendants à la main de sa fille : Mange-Tout et Bois-Tout l’aident à venir à bout d’un repas gargantuesque qui leur est servi ; le rôle de Bon-Œil dans le conte ne se limite pas à observer, mais à se servir de sa vue perçante pour atteindre la cible minuscule – il tire sur une pomme d’or à mille lieues et permet ainsi au personnage principal de triompher de la dernière épreuve ; la traduction proposée n’est donc pas entièrement satisfaisante et « Tire-au-Loin », « Danlemil » (de l’expression « mettre dans le mille ») ou encore « Faimouche » pourraient être une solution adaptée ici.

2.2. Les réduplications dans le conte

12La langue des contes russes et ukrainiens et, plus généralement, du folklore slave comporte de nombreuses spécificités linguistiques que l’on retrouve dans un modèle particulier de narration oralisée connue sous le terme de skaz, appellation dont l’interprétation varie, comme le montre I. Kor Chahine (2009). Nous nous intéresserons ici à une des spécificités qui caractérise la langue du folklore et des contes en particulier, à savoir la réduplication que l’on retrouve dans la langue de la narration et dans la formation des noms propres.

2.2.1. Réduplications4 verbales

  • 4 Le terme « reduplikacija » n’est pas communément admis dans la littérature linguistique russe consa (...)

13Plungjan et Raxilina (2010) considèrent que la réduplication fait partie des structures grammaticales périphériques du système de la langue et signale toujours une charge expressive. Les réduplications verbales sont largement utilisées dans le folklore slave, et, plus généralement, dans les textes destinés aux enfants – ce que l’on regroupe sous le nom « detskij fol’klor » (le folklore pour enfants) – pour créer une dynamique particulière dans la narration. Voyons quelques exemples de ces réduplications :

(1)
Бежит-бежит заяц, не остановится, а волк его уже за кустом поджидает.
Litt. « court-court le lièvre, [il] ne s’arrêtera pas, et le loup l’attend déjà derrière le buisson. »
Le lièvre court, court, sans s’arrêter, mais le loup l’attend déjà derrière le buisson.

(2)
Бился, бился Финист Ясный сокол, всю грудь изрезал, а Марьюшка спит и не слышит.
Le blanc faucon Finiste essaya en vain d’entrer chez Mariouchka, il cogna en vain du bec contre la vitre : il se déchira la poitrine sur les morceaux de verre, mais Maroussia dormait d’un profond sommeil. (traduction de J. Karel)

14Dans ces exemples, le verbe rédupliqué est employé au présent historique qui décrit les événements avec un effet particulier de « coopération » (Plungjan, Raxilina 2010 : 88), très prisé par le conte, car une histoire racontée sollicite en permanence l’enfant. Les réduplications ont une sémantique complexe et contiennent une composante fortement expressive. Ces structures représentent une action qui dure ou qui se répète sans aboutir à un résultat ; la réduplication du verbe à la même forme crée une certaine attente chez le destinataire et la suite vient en réponse, en général négative, à cette attente : dans (1), malgré l’agilité du lièvre, il ne parviendra pas à échapper au loup ; dans (2), malgré les tentatives désespérées du blanc faucon Finiste pour entrer dans la chambre de sa promise, il n’y parvient pas à cause du verre brisé déposé sur le rebord de la fenêtre par les sœurs jalouses de la situation représentée par les verbes rédupliqués a pour effet de créer un suspens, ce qui correspond souvent à un moment pivot de l’histoire ; par exemple, Finiste n’arrive pas à rejoindre Maroussia qui doit affronter par la suite de nombreux obstacles sur le chemin pour retrouver son bien-aimé. En français, il existe des procédés semblables (voir la traduction du premier exemple) qu’il serait souhaitable d’employer dans la traduction ; ainsi, la réduplication verbale dans l’exemple (2) pourrait être traduite par « Finiste le faucon cogna, cogna à la vitre pour entrer […] », afin de représenter l’attente du dénouement que nous avons dans le texte original.

2.2.2. Réduplications synonymiques nominales et verbales intraduisibles

  • 5 On trouve dans Minlos 2005 la référence vers la monographie de Tkačenko (1979) consacrée à žili-byl (...)

15La langue du conte est riche en réduplications où le premier mot est repris par son synonyme, par exemple : izba-terem « izba-maison », more-okean « mer-océan », put’-doroga « chemin-route », druz’ja-tovarišči « amis-camarades », otec-roditel’ « père-parent » et autres ; spat’-počivat’ (vieilli) « dormir » ; žili-byli « vivre-être »5 ou encore žit’-poživat « vivre », prolongé généralement par dobra naživat’ qui termine le conte et correspond à la fin la plus traditionnelle du conte « ils vécurent longtemps et eurent beaucoup d’enfants ». Filipp Minlos (2005 : 98) précise que dans ces réduplications, le premier mot possède une sémantique plus large par rapport au second élément qui apporte une précision. La forme de ces noms rédupliqués est très souvent intraduisible car ce procédé n’est pas employé en français et on recherchera un équivalent fonctionnel qui peut être une formule consacrée comme « il était une fois » pour žili-byli ou un seul mot pour traduire le redoublement synonymique (par exemple, « le père » pour otec-roditel’).

2.3. Les noms propres et les realia magiques

16Les noms propres et communs de l’univers magique font écho à cette formation avec la réduplication ; le second élément est déterminant car c’est lui qui détermine la nature magique de l’objet et crée une image du personnage folklorique. De nombreux noms composés sont motivés par la création d’une rime : il s’agit d’un trait caractéristique du folklore, comme l’a démontré Minlos (2005). Le problème des réduplications rimées a déjà attiré l’intérêt des linguistes en commençant par Roman Jakobson (1979) ; une étude récente de Vitalij Voinov (2012) comporte une analyse assez complète de la structure morphosémantique et phonologique des noms rédupliqués rimés. Dans les différents modèles que nous considérerons ici, le second élément B est toujours motivé phonétiquement par le premier élément A et présente des phonèmes communs avec lui (en caractères gras dans le texte). Ce procédé morphosémantique a une longue tradition dans la langue russe et l’usage qui en est fait dans la narration folklorique est chronologiquement ancien ; le procédé sera largement utilisé dans la langue parlée à la fin du xixe-début xxe siècles (Krjučkova 2004) ; actuellement, ce n’est pas un procédé productif et il caractérise uniquement les textes du folklore et la littérature pour enfants.

17Pour revenir au problème de l’intraduisible, nous verrons que la traduction des noms rédupliqués est problématique, précisément lorsque le second élément est rimé, alors que si la rime est absente, on retrouve une équivalence fonctionnelle, comme dans le premier modèle gusi-lebedi présenté ci-dessous.

2.3.1. Modèle gusi-lebedi

18Le modèle gusi-lebedi « les oies-cygnes » peut être rapproché de žili-byli car les deux mots existent indépendamment l’un de l’autre. Vengrenivs’ka (2008 : 209-210) décrit le fonctionnement de ce modèle de manière suivante : dans le modèle AB, où A est un substantif et B est un substantif ou une épithète du même rang sémantique que A, A et B ont le même référent. Dans ce cas de figure, A prend quelques caractéristiques de B et inversement. On obtient ainsi un nouveau concept : « les oies-cygnes » ne sont plus les cygnes, ni les oies, mais quelque chose de nouveau qui appartient au monde magique. Ce mot nouveau est porteur d’un double message dans un seul signe ; la situation est donc plus complexe sémantiquement que dans le modèle žili-byli, mais ne pose pas de problème pour la traduction.

2.3.2. Modèle Ivaška belaja rubaška

19On retrouve très souvent le nom propre à trois composantes A-b-B, avec « b » adjectif épithète se rapportant à B :

Ivaška belaja rubaška / Ivachka à la chemise blanche ;
Babka golubaja šapka / Babka (la vieille) à la chapka (au bonnet) bleu(e).
Car’ Andros dlinnyj nos / le tsar Andros au nez long.

20Ce modèle est fondé sur une particularité morphologique du russe et il est impossible, en tout cas difficile de traduire les noms de ce type en français. Dans la littérature de jeunesse en français, on relève également les noms rimés, mais généralement à deux composantes.

21On relève également des cas où le nom propre à deux composantes sans rime intérieure est prolongé par un syntagme nominal où le substantif rime avec la deuxième composante :

  • 6 Sur les patronymes dans les noms, voir plus loin les anthroponymes tautonymes.

Baba Jaga + kostjanaja noga / Baba Yaga + (littéralement) « qui a une jambe en os » ;
Mar’ja Morevna (le patronyme6 formé sur more « la mer ») + Morskaja Tsarevna / Maria des Mers (traduction de J. Karel) + « la princesse des mers » ;
Mar’ja Krasa + Čërnaja Kosa / Maria-la (très) belle + « à la natte noire ».

  • 7 Les animaux dans le folklore ont des noms assignés : par exemple, le renard (en général, la renarde (...)

22La traduction montre bien que l’originalité du procédé n’est pas reproduite dans le sens qui est ici assez secondaire : les surnoms d’Ivaška ou de Babka ne s’expliquent pas par quelques pouvoirs surnaturels de la chemise blanche et du bonnet bleu, mais sont accessoires (au sens propre et figuré !) et sont motivés uniquement par l’euphonie et le style du conte où tout le monde a un surnom, généralement rimé. Les syntagmes sont souvent rajoutés lorsqu’on s’adresse au personnage, par exemple Petja7-petušok + zolotoj grebešok / Le petit coq Petja + à la crête d’or. Le même procédé de reprise du substantif avec suffixe diminutif s’observe dans les genres mineurs du folklore nommés poteška (de potešat’ « distraire, amuser ») et pribautka, de courtes poésies avec une histoire amusante destinée aux enfants en bas âge.

23Il est important de noter que ce type de nom à deux ou trois composantes dans les contes sollicite le jeune public à trouver une rime, jeu auquel les enfants se prêtent volontiers et mémorisent progressivement l’histoire.

2.3.3. Anthroponyme tautonyme : Voron Voronovič

24Il s’agit de noms où le premier élément est un nom commun et le second un patronyme formé sur le premier élément à l’aide du suffixe -ovič pour le nom masculin et -ovna pour le féminin ; le nom envisagé ici personnifie le corbeau : Voron Voronovič signifie « Corbeau fils du corbeau », c’est-à-dire que ce n’est pas un corbeau, mais le corbeau en tant que représentant de tous les corbeaux, autrement dit « Voron, le Roi des corbeaux », ou « Voron le Corbeau » qui pourraient être des traductions possibles.

25Notons que dans les fables de La Fontaine, par exemple, on utilise souvent les titres comme « maître » pour nommer les animaux (maître Corbeau, Renard, etc.). Vengrenivs’ka (2004 : 214-215) propose quelques solutions de traduction des noms propres de ce modèle en tenant compte de cette tradition française :

Misjac’ Misjacovyč, litt. « Lune “de Lune” » peut être « le gentilhomme La Lune » ;
Morozko Morozovyč, de moroz « le gel » peut être traduit par « Morozko-le-gel » ; on pourrait proposer aussi « Monsieur de la Froidure », mais on perd, évidemment, la « slavité » du nom.

26En revanche, les noms des personnages du folklore ukrainien comme Gor Gorovyk (de gora « la montagne »), Dub Dubovyk (de dub « le chêne ») qui se présentent aussi comme des tautonymes ne peuvent pas être traduits comme « le Roi Montagne » et « le Roi chêne » car le deuxième élément ne dénote pas un lien de parenté avec un chêne ou une montagne, mais un pouvoir magique lié à ces noms : les personnages sont capables de pousser une montagne et déraciner un chêne, d’où les traductions « Pousse-Montagne » et « Déracine-Chêne » proposées par Vengrenivs’ka.

2.3.4. Modèle koza-dereza

  • 8 Pour être plus précis, dereza est un nom de plante dont le nom populaire est volč’ja jagoda (« la b (...)

27Dans ce modèle, le mot B n’existe pas indépendamment8 et sa forme est motivée phonétiquement par la forme de A, car il crée une rime avec lui. Cette structure morphosémantique est intraduisible car il s’agit d’une forme qui caractérise le folklore national qui n’a pas d’équivalent en français. L’élément B peut occasionnellement créer certaines associations : dereza fait penser à derzkij / insolent ; dans jajce-rajce (ukrainien) « l’œuf-rajce », rajce crée une association immédiate avec raj « le paradis », mais il n’est évidemment pas question de traduire « rajce » par « paradisiaque », tout comme il n’est pas question de traduire koza-dereza par « la chèvre insolente ». Que fait donc le traducteur face à cet intraduisible ? Les notes de bas de page ne sont évidemment pas envisageables. Nous constatons deux choix du traducteur : « la biquette malicieuse » (Vengrenivs’ka 2008 : 210) qui donne une caractéristique principale qui définit le personnage et « la chèvre Déréza » (traduction d’Igor Mekhtiev) qui laisse une touche exotique slave au conte mais fait croire qu’il s’agit du nom de la chèvre, or on ne l’écrit jamais avec une majuscule ; pour jajce-rajce, on ne trouve pas de meilleure solution (ce qui ne veut pas dire que celle-ci n’existe pas !) que d’indiquer la nature magique de l’œuf par un adjectif « magique » ou « enchanté ». La traduction des noms varie en fonction du caractère animé et inanimé, ce qui s’applique également au modèle suivant.

2.3.5. Modèle paločka-vyručaločka et ljaguška-kvakuška

28Voinov (2012) décrit ce modèle (nommé « related R stem ») de manière suivante : le substantif B peut être un mot créé à partir du radical du mot en relation sémantique avec A. Dans paločka-vyručaločka « la baguette-vyručaločka », B est formé sur le verbe vyručat’ « dépanner, tirer d’affaire ». Notons que B peut être une caractéristique qui n’est pas véritablement magique à première vue, comme dans mel’nica-vertel’nica « le moulin-vertel’nica » où B vient de vertet’ « tourner » : en effet, un moulin ne peut pas fonctionner si la roue ne tourne pas, mais le fait que cette propriété du moulin est explicitée indique son caractère magique (dans le conte, le moulin transforme très généreusement les graines directement en pains et gâteaux de toutes sortes). En français, on opte pour la même solution dans le cas de jajce-rajce en ajoutant l’adjectif « magique » au nom de l’objet.

29Pour les noms ou les surnoms des personnages, le problème se pose différemment. Dans les surnoms comme ljaguška-kvakuška « grenouille-kvakuška », kaban-klykan « sanglier-klykan », on ne peut pas laisser le mot B sémantiquement et phonétiquement motivé sans traduction, car la perte serait double, voire triple : premièrement, le mot sémantiquement plein (kvakuška vient de kvakat’ « coasser », klykan est formé sur klyk « le croc ») deviendrait vide en français (comme dereza) ; deuxièmement, la rime, qui fait partie de la structure morphosémantique du mot, se perdrait et, troisièmement, le nom ne remplirait pas sa fonction dans le texte. Nous allons voir plus en détail comment fonctionnent les noms des personnages dans le conte.

Les noms qui écrivent l’histoire et l’histoire qui écrit les noms

30La forme du surnom peut être motivée phonétiquement et/ou sémantiquement (il indique une caractéristique particulière), mais aussi structurellement, c’est-à-dire que le (sur)nom du personnage lui permet d’accomplir un rôle particulier dans l’histoire, la construire (comme dans La nef volante).

  • 9 Traduction en français de Geneviève Koffmann.

31Prenons l’exemple du conte Rukavička (La mitaine) que l’on retrouve dans le folklore des langues slaves orientales dans ses différentes variantes. L’histoire est simple : la souris trouve dans la forêt une mitaine et s’y installe ; ensuite, la grenouille, le lièvre, le renard (dans les contes slaves orientaux, le renard est une renarde lisa), le sanglier et l’ours la rejoignent avant d’être chassés par le chien qui rapporte la mitaine à son maître. Les surnoms des animaux ne sont pas donnés au hasard : ils correspondent au dernier modèle décrit et le suffixe diminutif commun à tous les personnages (sauf le sanglier et l’ours) permet de réunir les animaux et de leur faire accomplir des choses qu’ils ne peuvent pas faire normalement, comme, par exemple, entrer dans une mitaine ou tout simplement s’entendre ensemble. Regardons une des traductions de ce conte9 :

Ukrainien

Russe

Français

Myška-škrjabotuška

žabka-skrekotuška

zajčik-pobigajčik

lysyčka-sestryčka

vovčyk-bratyk

kaban-iklan

vedmid’-nabrid’

Myška-noruška (poskrebuška)

Ljaguška-kvakuška

zajčik-pobegajčik

lysyčka-sestryčka

volčiška-bratiška

kaban-zuban (klykan)

medved’-toptyga

medveduška-batjuška

souris-grignotis

crapaud-lourdaud

lapin-trottin

renardette-sœurette

loup-garou

cochon-grognon

ours-nounours

32Nous voyons que dans l’ensemble, la traductrice a réussi à reproduire le principe de formation du nom avec une rime, même si certains animaux se sont transformés (le lièvre devient un lapin, la grenouille, un crapaud) et sont définis différemment ; par exemple, le cochon (sanglier dans l’original), qui était défini par ses crocs (klykan de klyk), devient grognon en français, le loup n’est plus un frérot (bratyk, bratiška), mais un loup-garou qui active dans l’imagination la légende du loup-garou, inexistante dans le conte russe et ukrainien, où il n’est pas rare qu’un loup vienne en aide au personnage principal ou peut être décrit comme assez naïf et stupide lorsqu’il figure dans le conte avec le renard (« renarde ») rusé ; l’imaginaire lié à tel ou tel animal varie selon la culture. On peut dire que certaines images qu’évoquent les traductions ne sont pas toujours heureuses et trahissent l’esprit du conte où tous les animaux sont présentés comme égaux ; par exemple, il n’est pas souhaitable de créer une image de l’effrayant loup-garou, alors que, dans le conte ukrainien et russe, le loup est un animal sympathique.

33D’autres détails se perdent aussi inévitablement dans la traduction, car ils sont littéralement intraduisibles ; par exemple, le dernier surnom de l’ours dans la variante ukrainienne du conte est trouvé comme une réponse à la réplique des habitants de la mitaine (cf. souligné dans le texte ukrainien) :

Хро-хро-хро! А я кабан-іклан. Пустіть і мене!
– Groin, groin ! Et moi, je suis le cochon-grognon. Puis-je entrer moi aussi ?
Оце лихо! Хто не набреде та все в рукавичку! Куди ж ти тут улізеш?
[…]
– Quel malheur ! Tous ceux qui trouvent sur leur chemin la mitaine veulent rentrer dedans !
А хто-хто в цій рукавичці живе?
– Qui donc vit dans cette mitaine ?
[…] А ти хто?
– [énumération des noms des personnages] Et toi, qui es-tu ?
Як вас багато! А я ведмідь-набрідь. Пустіть і мене!
– Comme vous êtes nombreux ! Et moi, je suis ours-nounours. Puis-je entrer moi aussi ?

La Mitaine (conte ukrainien)

34Évidemment, on peut reproduire ici le contenu de cet échange, mais cette orientation du surnom sur le dialogue se perd. Il y a également une autre différence : le surnom ukrainien nabrid’ active immédiatement le mot existant nabrid (en russe, sbrod) qui peut se traduire comme « la canaille ». Dans certaines variantes, l’ours-nabrid’ du conte met fin à l’abri improvisé des personnages car la mitaine (ou la maisonnée dans la variante russe de ce conte Teremok [La maisonnée]) finit par éclater ; une des variantes du surnom de l’ours en russe est toptyga qui évoque une idée de lourdeur et de maladresse qui cadre bien avec le dénouement de l’histoire où l’ours démolit tout. Notons que c’est le seul surnom du conte qui ne rime pas avec le nom de l’animal et crée une rupture dans l’histoire : ce surnom possède donc lui aussi un lien structurel avec le conte. Pour résumer, la traduction des noms ci-dessus reproduit le lien phonétique et sémantique (même si celui-ci est modifié), mais le lien structurel, le dialogue des noms dans l’histoire est rompu.

3. Conclusions

35Notre analyse des noms magiques des contes montre que leur structure morphosémantique est source d’une véritable difficulté. En effet, la particularité nationale du conte et son effet esthétique sont liés à cette structure linguistique spécifique souvent intraduisible en français, car il est rarement possible de trouver un nom équivalent qui garderait les mêmes liens avec le texte, l’imaginaire populaire et la langue elle-même. Dans le conte merveilleux, il arrive très souvent que la spécificité nationale du texte se perde ne réussit pas l’épreuve de la traduction et il ne reste que la transcription de quelques Ivan et Vassilissa pour marquer la « slavité » de l’univers ; or cette « slavité » se manifeste justement dans l’ensemble du nom du personnage, le nom et sa caractéristique sous forme rimée. L’explicitation d’une ou de plusieurs composantes du nom les « déslavise » pour ainsi dire, faisant perdre toute la saveur de la langue du folklore et c’est alors l’illustration qui joue un rôle de premier plan pour la construction de l’univers exotique et attirant pour l’enfant. Les particularités linguistiques du conte, telles que les réduplications des différents lexèmes et les noms magiques basés sur le principe de réduplication, contribuent à créer un style intraduisible dans son ensemble. Les possibilités morphologiques des langues slaves diffèrent de celles du français, or ce sont elles qui sont à l’origine de la création créativité des noms propres et de la créativité langagière des langues slaves que l’on découvre et assimile en lisant et écoutant les contes. Si les langues slaves jouent sur la musicalité des noms, en formant les noms à deux, trois ou quatre composantes, le français, lui, procède souvent par la juxtaposition non rimée. Ces procédés de création des noms sont propres aux langues slaves et ne sont pas reproductibles en français et sont donc intraduisibles.

Bibliographie

ВЕНГРЕНІВСЬКА, Марія (2008) Казкові имена та їх переклад: слов’яно-неслов’янський контекст, Слов’янський світ, no 6, с. 203-220.

ВЛАХОВ, Сергей, ФЛОРИН, Сидер (1980) Непереводимое в переводе, Москва, Международные отношения, c. 207-227.

ВОЛКОДАВ, Tатьяна (2006) Структурно-типологические и лексико-семантические параметры литературной сказки Дж. Роулинг и ресурсы их передачи на русский и немецкий языки, Автореферат диссертации на соискание ученой степени кандидата филологических наук, Краснодар.

ДМИТРИЕВ П., САФРОНОВ Г.И. (1962) Передача славянских имен при переводах, Теория и критика перевода, Ленинград, Изд-во ЛГУ, с. 148-157.

КРЮЧКОВА, Ольга (2004) Вопросы лингвистической трактовки лексической редупликации в русском языке, Русский язык в научном освещении, vol. 2, no 8, Москва, Языки Славянской Культуры, с. 63-85.

МИНЛОС, Ф. (2005) Рифмованные сочетания в русском фольклоре. Редупликации и парные слова, Русский язык в научном освещении, vol. 9, no 1, с. 96-115.

ПЛУНГЯН, Владимир, РАХИЛИНА, Екатерина (2010) ‘Тушат-тушат ― не потушат’: о грамматике одной глагольной конструкции, Лингвистика конструкций, Москва, Азбуковник, с. 83-94.

ПОТЕБНЯ А. (1976) Эстетика и поэтика, Москва.

JAKOBSON, Roman (1979) Новейшая русская поэзия, Selected Writings, vol. 5, The Hague, p. 299-354.

KOR CHAHINE, Irina (2009) Une chose et son contraire : à propos de l’emploi du terme ‘skaz’, Sémantique du style, Modernités russes 9, Université Jean Moulin Lyon 3.

PROPP, Vladimir (1965) Morphologie du conte, Paris, Seuil, « Poétique ».

VOINOV, Vitaly (2012) Rhyming reduplications in Russian paired words, Russian Linguistics, vol. 36, no 2, p. 175-191.

Corpus

Русские народные сказки (1958) Москва.

АФАНАСЬЕВ А.Н. (2013) Народные русские сказки, Москва, Олма Медиа Групп.

Українські народні казки (1953) Київ.

Contes russes (1975) traduction de Jean Karel, Paris, Gründ.

Contes russes et ukrainiens (1999) d’après Alexandre Afanassiev, Marko Vovtchok et Ivan Tourguéniev ; traduits du russe et présentés par Michel Cadot, Paris, Hachette Littératures.

La chèvre Dereza (2012) conte bilingue russe-français d’Igor Mekhtiev, Paris, L’Harmattan, coll. « Contes des quatre vents ».

Sites

www.ru-skazki.ru/nominative-glossary&personage.

http://moreskazok.ru/multfilm/1342-chudo-melnitsa.html.

Document audiovisuel

Entretien avec Jean-François Ménard, traducteur des aventures d’Harry Potter en français.

Notes

1 Vlaxov, Florin (1980 : 227) considèrent qu’une telle démarche est inutile et ne fait que distraire l’attention du lecteur, étant donné que ces noms ne sont pas explicitement liés dans le récit aux caractéristiques des personnages.

2 « В слове мы различаем: внешнюю форму, т.е. членораздельный звук, содержание, объективируемое посредством звука, и внутреннюю форму, или ближайшее этимологическое значение слова, тот способ, каким выражается содержание. » (А. ПОТЕБНЯ, Мысль и язык, 1862)

3 Il existe de nombreux travaux sur la poétique et les noms propres chez Dostoïevski ; citons sur notre question : Л.В. ДЕРБЕНЁВА (2012) Антропоним как текстообразующий элемент поэтики Ф. М. Достоевского, сб. И слово ваше отзовётся, Киев ; С. БЕЛОВ (1976) Имена и фамилии у Ф. М. Достоевского.

4 Le terme « reduplikacija » n’est pas communément admis dans la littérature linguistique russe consacrée au problème de la répétition des mots et certains chercheurs l’emploient uniquement pour les procédés morphologiques et morphophonologiques réservant le terme « sintaksičeskij povtor » aux mots répétés tout en reconnaissant que la frontière entre ces procédés n’est pas toujours claire (Minlos 2005). Pour la discussion sur la terminologie, on peut consulter Krjučkova (2004).

5 On trouve dans Minlos 2005 la référence vers la monographie de Tkačenko (1979) consacrée à žili-byli.

6 Sur les patronymes dans les noms, voir plus loin les anthroponymes tautonymes.

7 Les animaux dans le folklore ont des noms assignés : par exemple, le renard (en général, la renarde) s’appelle Lisa « la renarde » + patronyme Patrikeevna ; le coq se dit en russe « petux », d’où son nom Petja.

8 Pour être plus précis, dereza est un nom de plante dont le nom populaire est volč’ja jagoda (« la baie du loup ») mais on n’associe pas le surnom de la chèvre à cette plante.

9 Traduction en français de Geneviève Koffmann.

Auteur

© Presses universitaires de Provence, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter