Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos sur l'intraduisible

 | 
Olga Artyushkina
, 
Charles Zaremba

Inexprimable, indicible, intraduisible

Charles Zaremba

Texte intégral

1Alors que le monde devient de plus en plus bavard ; que la « communication » est devenue une obligation quasi religieuse marquant le silence du sceau de la culpabilité ; que la production d’écrits en tous genres est démultipliée par Internet et que la mondialisation met en présence un nombre sans cesse croissant d’acteurs, qu’il s’agisse d’individus ou de langues ; que la production littéraire connaît une croissante sans commune mesure avec la croissance démographique, entraînant un accroissement de l’activité de traduction ; que l’activité de traduction veut s’anoblir en se dotant d’une science nommée parfois traductologie ; bref, à cette heure de bavardage généralisé, il est intéressant, voire rassurant, de noter le nombre croissant de colloques, d’articles et d’ouvrages consacrés non à la traduction, mais à l’intraduisible.

2Avant d’examiner l’intraduisible, il convient de donner une définition élémentaire de la traduction : il s’agit de la formulation dans une langue quelconque (fois dite langue B ou langue cible, langue d’accueil) ce qui a été précédemment formulé dans une autre langue quelconque (parfois dite langue A ou langue source). C’est donc une écriture seconde, contrainte, dont la part de créativité est déterminée par les spécificités formelles des langues A et B.

3Dans cette optique, l’intraduisible est inexprimable en langue B ou, si l’on préfère, spécifique à la langue A, ou encore, si on est amateur d’abstractions séduisantes mais peu signifiantes, suspendu entre A et B. L’effet de l’intraduisible est en toute logique le non traduit (terme préférable à intraduit, qui peut être déduit du terme technique intraduction opposé à extraduction). Or, s’il n’y a pas de textes lacunaires en langue B, avec des blancs marquant le non traduit, il y a parfois des équivalents de blanc sous la forme de mots non traduits, et donc en langue A : par exemple, les traductions françaises des philosophes allemands regorgent de termes non traduits – et de ce fait incompréhensibles en principe pour le lecteur en langue B non censé connaître la langue A – et souvent glosés, expliqués, explicités dans le texte B. Ce procédé est une variante de la note de bas de page (par ex. « jeu de mots intraduisible ») qui, comme l’explication dans le texte, signifie qu’un mot ou une expression n’a pas d’équivalent en langue B.

4Le terme d’intraduisible employé au singulier est évidemment un hyperonyme recouvrant diverses négativités : l’incommensurable, l’incomparable, l’inexplicable, mais aussi l’inexprimable, l’indicible, l’ineffable, etc. – négativités relevant tantôt de l’extralinguistique, tantôt du linguistique. Néanmoins, cette multitude aboutit toujours à un seul et unique problème : celui de formuler dans la langue B un texte de la langue A. On peut donc distinguer plusieurs types l’intraduisibilité sous la forme d’une série de négativités allant de l’incomparable (un élément de l’univers A n’a pas d’équivalent dans l’univers B) à l’inexprimable (un élément de la langue A est linguistiquement inexistant ou impensable dans la langue B) en passant par l’indicible (un élément de la culture A est impensable ou inacceptable dans la culture B). La pratique professionnelle de la traduction contourne, évite voire passe sous silence ces non-traduits, ces inexprimables, ces indicibles que la langue B ne trouve pas nécessairement pertinents.

51. Les incomparables relèvent généralement du lexique et font l’objet de la plupart des études sur l’intraduisible. Les études pionnières de Roman Jakobson (1963) et de Georges Mounin (1963) ont bien mis en évidence le caractère non bi-univoque des langues, ou plus précisément des univers-langues, ensembles flous englobant les idiomes, leurs usages, les groupes humains qui les emploient, ce qu’on regroupe parfois sous le nom de culture.

6Les premières observations concernent le lexique dans sa fonction dénominative : les Inuits ont, plusieurs mots pour désigner diverses qualités de neige, les Bédouins pour désigner les divers états du dromadaire, le polonais distingue l’oncle paternel (stryj) et l’oncle maternel (wuj), etc., mais dans ces cas, une description ou une explicitation sont possibles dans la langue B.

7La difficulté peut s’accroître dans le cas des incomparables conventionnels qu’on trouve essentiellement dans le discours politique ou juridique. Il s’agit de termes dont la traduction linguistique ne pose pas de problème apparent, mais dont les référents peuvent être assez différents. On se limitera ici à deux comparaisons avec des termes polonais : les expressions prezydent Rzeczypospolitej et président de la République, les expressions procureur général et prokurator generalny : les prérogatives, fonctions et pouvoirs varient d’un pays à l’autre, il s’agit de réalités référentielles différentes : le président polonais a beaucoup moins de pouvoir que le président français ; le procureur général est en France un magistrat et le mot peut être mis au pluriel, en Pologne il s’agit du ministre de la Justice, et donc le terme n’a pas de pluriel référentiel. Ces termes sont parfois qualifiés de « faux amis » : la traduction linguistique semble aller de soi, mais les fonctions que désignent ces termes sont si différentes qu’il peut être nécessaire d’apporter des explications d’ordre encyclopédique pour ne pas induire en erreur le lecteur de langue B.

8Les exemples cités ne relèvent pas de l’intraduisible, mais plutôt du difficile à traduire. La formulation en langue B, si elle veut correspondre précisément à un lexème de la langue A, doit être explicative, ce qui, notamment en traduction littéraire, est souvent synonyme de maladresse ou de lourdeur, l’explicitation d’un lexème risquant d’allonger une période, de rompre un rythme, à moins de recourir à la note explicite en bas de page. Le difficile à traduire est courant et relève de différences culturelles. Cela permet de remarquer que la traduction, sauf exercice scolaire ou travail de lexicologie et lexicographie est toujours celle d’un texte dont les principes de fonctionnement (notamment de genre) joue un rôle important dans l’établissement du texte B.

9L’incomparable se laissant finalement ramener à du comparable, notamment grâce aux explicitations, l’intraduisible réside plutôt dans l’inexprimable, c’est-à-dire dans une impossibilité d’ordre linguistique, lexicale ou autre. Les différences culturelles correspondent souvent à un autre découpage linguistique de la réalité, comme le montrent les études de typologie lexicale. Un grand nombre de lexèmes résistent à la description ou à une explication du type « wuj = oncle maternel ». Par exemple les termes qui désignent les sentiments, les états d’âme, etc. ont des connotations difficiles voire impossibles à décrire précisément dans une autre langue : c’est le cas du mot allemand Sehnsucht qui correspond en partie, mais en partie seulement, à des termes comme nostalgie ou au polonais tęsknota (voir l’article de Béatrice Gonzalés-Vangell dans le présent volume). Un problème similaire se pose avec patrie / Heimat, Vaterland ou avec język / langue, langage, notamment quand la langue A ne possède qu’un lexème : il n’est pas toujours aisé de choisir entre langue et langage pour traduire język. Le problème s’est posé très concrètement dans un texte d’Imre Kertész, la langue hongroise ne disposant aussi que d’un seul mot, nyelv (cf. Zaremba 2017). De la difficulté à exprimer (mettre en langage) l’expérience concentrationnaire l’auteur déduit l’insuffisance de la langue hongroise ; ce glissement sémantique est autorisé par l’unicité du mot nyelv. Relèvent également de l’inexprimable les connotations qui varient d’une langue (d’une culture) à l’autre. Cette question est abordée dans le présent recueil par Yulia Yurchenko.

102. L’inexprimable renvoie à une impossibilité formelle, comme l’inexistence d’une catégorie grammaticale ou d’un type de lexème (par ex. l’absence de genre en hongrois [cf. Zaremba 2010] ou de verbes de position en français). Certains lexèmes ou expressions figées posent des difficultés particulières, comme le montrent également les articles de Tatiana Bottineau et Robert Roudet dans le présent volume. Ainsi, l’expression polonaise à valeur métalinguistique tak zwany (régulièrement notée tzw.) qui correspond à l’allemand so gennant ou à l’anglais so called, qu’on peut traduire dans certains contextes par dit (tzw. wielcy poeci – en toutes lettres tak zwani poeci « les poètes dits grands ») ou par « ceux qu’on appelle » (tzw. Demokraci « ceux qu’on appelle les démocrates »). La lourdeur de cette formulation française en limite l’emploi. Une solution, valable uniquement à l’écrit (ou à l’oral avec la mimique appropriée, empruntée à la gestuelle américaine), peut consister à employer des guillemets (les « grands poètes », les « démocrates »). Cette expression est parfois traduite par « soi-disant », ce qui est une erreur puisque l’entité est « dite » et ne « se dit » pas elle-même.

11La particule polonaise przecież ainsi que le suffixe dit d’insistance -ż(e) qu’on trouve déjà dans ce mot, mais qui peut s’agglutiner à divers pronoms et particules des mots à fonction intratextuelle difficiles à traduire. La traduction de przecież (donnée comme « pourtant » dans les dictionnaires bilingues) varie en fonction du contexte : przecież wiesz, że « tu sais bien que », Pana przecież obowiązuje jakaś etyka zawodowa « Vous vous devez d’avoir une certaine éthique professionnelle », où la particule en question souligne, amplifie le sens du verbe.

  • 1 Witold Gombrowicz, Ferdydurke, Paris, Institut littéraire, 1986, p. 77.
  • 2 Paris, Christian Bourgois, coll. « 10/18 », 1973, p. 81.

12Les emplois pronominalisés des verbes (on parle parfois de voie pronominale ou moyenne), dont certains sont identiques dans les deux langues : Ta książka dobrze się sprzedaje « Ce livre se vend bien ». Mais la difficulté survient (ou encore : l’inexprimable surgit) quand on précise un « expérient » ou un « bénéficiaire » au datif : Ta książka dobrze mi się sprzedaje (mi étant la forme du datif du pronom de la 1re personne du singulier) qu’on peut traduire comme « Ce livre se vend bien chez moi » (à supposer que le locuteur soit un libraire) ou « Je vends bien ce livre », bien que cette dernière version ait un effet de sens « agentif » absent dans la phrase polonaise. Le sujet des phrases à bénéficiaire ou expérient au datif ne renvoie jamais à un agent, le procès n’est pas l’effet d’une volonté. L’utilisation consciente de cette possibilité est illustrée dans le roman de Witold Gombrowicz, Ferdydurke : « To co napisałeś, dyktuje ci sens dalsszy, dzieło rodzi się nie z ciebie, chciałeś napisać to, a napisało ci się coś zupełnie odmiennego1 », ce qui donne dans la version française de Georges Sédir2 « Ce que vous avez écrit vous dicte la suite, l’œuvre ne naît pas de vous, vous vouliez écrire une chose et vous en avez écrit une autre tout à fait différente » − or, il s’agit justement de souligner le fait que l’auteur n’est en quelque sorte pour rien dans l’écriture de son roman, qu’il en est le bénéficiaire passif et non l’agent. Mais comment le dire en français sans faire une longue glose ?

133. De même qu’il est difficile de s’orienter dans la nuit, il n’est pas commode d’établir une typologie des négativités : l’indicible (social) peut correspondre à un inexprimable (linguistique). C’est le cas de l’expression de la politesse en polonais et en français, domaine culturel s’il en est, aux importantes répercussions linguistiques. Pour être bref et se limiter à la situation canonique de deux interlocuteurs : le français distingue le vouvoiement et le tutoiement (la différence n’étant pas toujours du domaine de la familiarité, comme en témoigne le tutoiement devenu quasi obligatoire encore membres d’un même parti ou syndicat), seul le premier autorisant l’emploi des lexèmes monsieur, madame. Le polonais propose un éventail plus détaillé, mais non moins contraignant : à l’emploi de la 2e personne du singulier, s’oppose essentiellement l’emploi des substantifs pan, pani « monsieur, madame » suivis de la 3e personne du singulier : widzę cię « je te vois » ; widzę pana / panią « je vous vois », mais aussi, suivant le contexte « je vois madame / monsieur » ou « je vous la dame / le monsieur ». L’emploi d’un substantif et de la 3e personne pour s’adresser à quelqu’un est d’ailleurs plus vaste, mais marque toujours le respect : on peut s’adresser ainsi à ses parents, par ex. (widzi mama, jaka piękna pogoda « litt. maman voit comme il fait beau » = « tu vois [maman] comme il fait beau »). Un problème particulier se pose lorsqu’on s’adresse à quelqu’un avec familiarité respectueuse excluant le tutoiement ; dans ce cas on fait suivre le substantif pan/pani du prénom de l’allocutaire, le tout étant au vocatif : panie Tomku / pani Anno. Or, en français, des expressions du type monsieur Thomas ou madame Anne peuvent avoir des connotations absentes en polonais. L’expression de la politesse est le reflet dans la langue de conventions qui varient d’une société à l’autre : c’est une composante importante de l’univers-langue dont la difficulté de traduction est confine à l’impossible, comme ces cas très marqués stylistiquement où l’emploi de pan/pani s’accompagne de la 2e personne du singulier (renvoyant à des formulations archaïques, mais dépourvus de l’effet de sens ancien), ou bien les lexèmes hongrois bácsi et néni, littéralement « oncle » et « tante », placés devant un nom de personne et employés par les enfants en marque de respect pour les adultes : Juli néni ne correspond pas à « tante Julie », réservé en français à un membre de la famille, ni à « madame Julie », ni à…, ni à…

14Les trois négativités que sont l’incomparable extralinguistique, indicible social et inexprimable linguistique se recoupent et se recouvrent dans le continuum qui va du traduisible à l’intraduisible, de la communication à l’isolement. Ainsi, réfléchir à l’intraduisible revient en fin de compte, à s’interroger sur une lacune, un vide, un silence.

Bibliographie

JAKOBSON, Roman (1963) Aspects linguistiques de la traduction, in Essais de linguistique générale (trad. Nicolas Ruwet), Paris, Éditions de Minuit, p. 71-86.

MOUNIN, Georges (1963) Les problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard.

ZAREMBA, Charles (2010) Quand les faits de langues deviennent des faits de récit : genre grammatical et traduction, in ZAREMBA, C., DUTRAIT, N., dir., Traduire. Un art de la contrainte, Aix-en-Provence, PUP, p. 289-299.

ZAREMBA, Charles (2017) La « langue exilée » d’Imre Kertész, in NOUSS, A., PINÇONNAT, C., RINNER, F., dir., Littératures migrantes et traduction, Aix-en-Provence, PUP, p. 165-174.

Notes

1 Witold Gombrowicz, Ferdydurke, Paris, Institut littéraire, 1986, p. 77.

2 Paris, Christian Bourgois, coll. « 10/18 », 1973, p. 81.

Auteur

Aix-Marseille Université, ÉCHANGES EA 4236

© Presses universitaires de Provence, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter