Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Du monde et des hommes

 | 
Jacques Paul

Préface

Claude Carozzi und Huguette Taviani-Carozzi

Volltext

1Rassembler les articles d’un auteur est un hommage qui s’adresse à l’homme et à l’œuvre. Jacques Paul a enseigné pendant plus de trente années à l’Université de Provence. Le choix qu’il a lui-même fait pour cette publication reflète sa démarche intellectuelle et l’écho qu’elle a eu dans son enseignement. Il a en effet influencé profondément non seulement beaucoup d’étudiants mais aussi ses amis — plus que des collègues — avec lesquels il collabore toujours dans le cadre de l’équipe « Sociétés, Idéologies et Croyances au Moyen Âge ».

2Dans la postface qui clôt ce volume, Jacques Paul éclaire lui-même un aspect essentiel de sa démarche intellectuelle : « L’intérêt... porté soudain à une chronique, à des récits de miracles ou à une fresque relève de deux réactions simples : l’étonnement et la question posée ». Rien de plus banal en apparence, mais, on le sait, ces deux facultés — s’étonner et déceler les bonnes questions — ne sont pas données à tout le monde. Elles concernent autant l’homme que l’œuvre et tous les historiens n’en sont pas dotés au même point. Ces qualités sont communes à ceux qui savent observer le monde dans lequel ils vivent et qui n’hésitent pas pour cela à se dépayser. Or Jacques Paul est un grand voyageur dans le présent comme dans le passé. Deux de ses livres, L’Église et la culture en Occident et Histoire intellectuelle de l’Occident médiéval montrent qu’il sait parcourir de vastes espaces. Mais la sensibilité du voyageur, sa capacité à s’étonner et à découvrir les détails qui forcent la question, s’expriment aussi bien suivant des parcours d’apparence plus modeste, pour le cabotage autant que le long cours.

3Ces onze articles, où chaque document est pris comme un monde en soi, témoignent d’un univers intellectuel étranger, où il faut pénétrer, dans lequel il faut s’engager, comme le voyageur sur une route nouvelle. Les détails décelés — étrangetés, illogismes apparents, fausses perspectives mentales supposées —, désorientent l’observateur, tant qu’il n’a pas su s’en faire des repères d’orientation. A ce jeu, à cette méthode, Jacques Paul est passé maître. Il s’agit bien en effet d’une méthode, fondée sur un doute méthodique, allant jusqu’à la méfiance — on ne se méfie jamais assez des artistes et des écrivains de l’ancien temps ! Qui pourrait soupçonner un personnage aussi prestigieux que Guillaume de Saint-Thierry, non de fraude, mais d’une sorte de mensonge pieux sur les origines de Clairvaux ? Pourtant dans ce cas comme dans bien d’autres « l’idéologie l’emporte sur l’histoire ». Il existe aussi des « schémas imaginatifs », qui habitent l’esprit d’un moine aussi perspicace que Guibert de Nogent et qui lui font reconnaître le diable sans le voir. Ces schémas sont en étroite relation avec le symbolisme ; celui-ci permet non seulement de représenter Rome dans un espace réduit, mais aussi de figurer synthétiquement la Création du monde au prix d’une distorsion discrètement hétérodoxe. De la même façon, l’empereur rex et sacerdos se drape légitimement, sans doute au moment de son sacre, dans un manteau symbolisant la voûte céleste. Tous ces faits témoignent « d’attitudes mentales » et de perceptions particulières du monde. Les foules qui se pressent autour de Pierre de Morrone (Célestin V) voient en lui le Christ, image de leur salut dans toute l’acception du terme. Sur la tombe de saint Louis d’Anjou, d’autres foules crient, invoquent, pleurent, supplient jusqu’à l’incantation, témoignant d’une étonnante « superstition de la parole », destinée à provoquer la guérison attendue. Mais, on le pressent et Jacques Paul le fait bien comprendre, ces faits de mentalités, qui dilatent la perception de ces hommes, savants ou illettrés, au delà des frontières du réel tel que nous le concevons, ont aussi leurs limites. Ainsi ceux qui témoignent des miracles du même saint Louis d’Anjou sont incapables de dater au moyen du calendrier les phénomènes auxquels ils ont assisté ou dont ils ont été les bénéficiaires. Alcuin lui-même n’a aucune conscience géographique, il ne connaît que des peuples avec leur patrie et, dans un cadre plus large, un peuple chrétien opposé à des païens. De même, concernant le son et sa propagation, les intellectuels des XIIe et XIIIe siècles n’arrivent pas à unifier les données de l’experience dans le cadre de la philosophie aristotélicienne.

4L’usage des sens, la perception, de la part des hommes du Moyen Âge, sujet essentiel de la recherche de Jacques Paul, devient ainsi sous sa plume objet d’étonnement et de question. Lettrés ou illettrés, ceux qu’il observe sont déconcertants. Cela tient aux fondements même de leur psychologie, c’est-à-dire aux « schémas imaginatifs », aux « attitudes mentales » qui la façonnent. Il est remarquable à ce propos que l’acquisition d’une culture intellectuelle ne dégage pas les esprits de cet univers. Alcuin, Guibert de Nogent ou Guillaume de Saint-Thierry ne perçoivent pas le réel d’une manière fondamentalement différente de celle des illettrés. S’y ajoute aussi que beaucoup dépend de l’orientation initiale d’une culture, comme le montre aussi Jacques Paul à propos du contraste entre le Nord et le Midi. Mettre au premier plan les arts libéraux et la théologie, comme à Paris, fait naître des habitudes intellectuelles différentes de celles que l’on peut percevoir à Montpellier, par exemple, où le droit et la médecine sont prépondérants.

5Rassembler onze articles d’un même auteur c’est donner aux spécialistes une occasion de relecture. C’est aussi, en les regroupant suivant une cohérence, les faire échapper à la dispersion. Mais l’hommage ainsi réalisé serait sans signification, si aucun fil conducteur ne reliait entre elles ces œuvres. La curiosité, l’étonnement, le questionnement ne peuvent en tenir lieu que s’ils révèlent une méthode qui transparaît à la lecture. D’abord l’homogénéité des sources. Jacques Paul, à chaque fois, choisit non pas de rassembler des documents ou des fragments de documents autour d’un thème préconçu, mais de fouiller un terrain délimité, qu’il s’agisse d’une œuvre littéraire ou artistique. Cela élimine les fausses perspectives, qui peuvent résulter de points d’observation trop écartes. Comme en archéologie, la comparaison n’intervient qu’après l’analyse. Celle-ci se fonde sur une série de détails qui renvoient à une logique sous jacente. Pour quelle raison vient-on en foule contempler la « face glorieuse » de Pierre de Morrone, recevoir sa bénédiction... Tout le vocabulaire des relations entre le saint et la foule, une fois analysé, permet de comprendre pourquoi (et pas seulement comment) il en est ainsi. Jacques Paul prend soin de préciser sa méthode d’approche, celle qui résulte de ses étonnements et des questions qu’ils suscitent. Ainsi à propos de Pierre de Morrone : « Chacune des expressions qui définissent ainsi ses rapports avec la foule a fait l’objet d’une étude minutieuse. Ce que recouvrent les mots n’est pas toujours dit de manière explicite. Il reste des imprécisions et des incertitudes qui tiennent peut-être au caractère polyvalent des gestes et des paroles. Il semble toutefois que présence, consolation, bénédiction se complètent et définissent ensemble une action ». Cette action se résume ainsi : « La foule veut voir et être sanctifiée ou sauvée ». Or il s’agit là d’une « réaction déconcertante... La récupération chrétienne d’une pulsion qui ne l’est pas par ses fondements est toujours une entreprise extraordinaire ». On le comprend, en mettant en lumière derrière une banalité apparente ce qu’il y a d’étonnant dans cette « insistance sur le voir », Jacques Paul aboutit à déconcerter aussi le lecteur, à lui faire partager son étonnement et son questionnement. On peut renouveler l’expérience avec les dix autres articles du recueil, chacun constitue en définitive une approche phénoménologique d’une partie du vécu des hommes et de leur perception du monde. Un extrait de la conclusion de l’article sur « le démoniaque et l’imaginaire dans le De vita sua de Guibert de Nogent » en dit beaucoup à cet égard : « Les hommes du Moyen Âge sont plus crédules devant les récits que devant les faits. Le chroniqueur n’échappe pas à cette règle. Il faut en conclure que ces auteurs ignorent les puissances de l’imagination, pour ne rien dire de la fabulation pure et simple ».

6Si l’équipe « Sociétés, Idéologies et Croyances au Moyen Age » a voulu faire hommage de ce recueil à Jacques Paul, c’est, au delà de l’amitié, en raison de la certitude que la banalité et le convenu en sont exclus L’injonction de Marc Bloch, demandant aux historiens d’imiter « l’ogre de la légende » à la recherche de l’homme, trouve chez lui une de ses meilleures illustrations. Pour ses élèves et ses amis, c’est un modèle et un encouragement à poursuivre leur tâche d’historien. Pour les autres ce sera certainement l’occasion de faire, dans ces onze articles, davantage de découvertes que dans beaucoup de gros livres.

Autoren

Université de Provence

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540