Version classiqueVersion mobile

Les restes humains

 | 
Yann Ardagna
, 
Anne Chaillou

I. Diversité, apport et intérêt

1. Introduction

Pascal Adalian

Texte intégral

1La question de l’intérêt des collections anthropologiques a longtemps été débattue, et soulève encore de vifs débats, qu’ils soient éthiques, juridiques ou scientifiques.

2Si les deux premiers points ont fait l’objet de réflexions spécifiques, on a moins tendance à discuter de l’aspect fondateur et fondamental des collections pour la construction temporelle de la connaissance.

3Les collections sont à la fois le matériau de base, indispensable à la construction de méthodes scientifiques, et le produit de l’avancée de la connaissance qui en découle. Car une collection non associée aux données qu’elle a contribué à générer ne serait qu’une sorte d’archive morte, de stockage stérile (cf. infra III chap. 2), et ne présenterait de ce fait aucun réel intérêt.

4Une collection doit avoir une « vie scientifique », une « actualité » pour pouvoir auto-entretenir un mouvement perpétuel de recherche, relançant par-là l’intérêt d’une problématique, fermant par ailleurs une piste de recherche qui semblait pourtant prometteuse… et c’est en ce sens qu’elle s’inscrit dans une dimension temporelle : son « état » dépend du cycle de recherches en cours, et lui-même dépend de l’avancée de l’état des connaissances scientifiques, prises en considération selon l’espace et le temps.

5Par analogie au concept de pathocénose, proposé par Grmek (Grmek 1994) en s’inspirant de la biocénose, on pourrait ici considérer que le « matériau » stocké dans la collection est le « biotope » (littéralement « milieu de vie »), et qu’il héberge un ensemble de formes de vies composant sa « biocénose », les entités vivantes étant ici les informations scientifiques, les avancées méthodologiques, les publications et autres productions qui s’y rattachent. Tout comme Grmek, nous pourrions créer le néologisme de « collectiocénose »…

6On peut alors considérer les choses sous un aspect dynamique, car le biotope peut s’agrandir (la collection accueille de nouveaux spécimens), et la biocénose présente un aspect fluctuant, avec des stases, des émergences et des ré-émergences d’entités dont la fréquence dépend du temps (stases : thématique désuète et temporairement délaissée par la communauté scientifique ; émergence : thématique nouvelle, souvent lancée par une avancée technique ou méthodologique qui rend possible un nouveau volet d’exploration ; ré-émergence : effets de modes dans les thématiques et/ou avancée significative d’une technologie qui remet en perspective une thématique jusque-là en période de stase).

7Les collections anthropologiques, pour être des supports de recherche utiles, doivent avant toute autre chose être correctement décrites. Les chercheurs en quête de supports de référence ou de supports de comparaison ont besoin de savoir exactement ce à quoi ils peuvent accéder, et ce qu’ils pourront bâtir en terme de protocole d’étude. Dans cette optique, la typologie des collections proposée par Yann Ardagna est indéniablement un apport majeur, et les huit critères de différenciation des collections sont un excellent moyen de connaître leur potentiel scientifique.

8Au sein des différents types de collections anthropologiques, les collections médicales sont d’un intérêt tout particulier, car si elles sont singulières, et peuvent être contraignantes dans leur mode de constitution, en raison de la protection juridique de l’objet collecté et de la collection elle-même, elles demeurent parmi les seules à offrir toutes les conditions nécessaires à la création de méthodes de référence. Dans l’histoire de nos disciplines, par manque de connaissance du mode de constitution de leur documentation associée, beaucoup trop de collections sont ou ont malheureusement été considérées à tort comme des sources de données pertinentes dans la construction de nouvelles méthodes. Certaines de celles proposées pour l’estimation de l’âge au décès des individus en sont un bon exemple, puisqu’elles ont la prétention de fournir des équations de prédiction fiables, alors même qu’elles se basent sur des sujets dont l’âge réel n’était pas connu, mais seulement lui-même estimé préalablement à l’aide d’une autre méthode, elle-même non validée…

9Pour autant qu’elles soient difficiles à constituer, une fois les typologies des collections établies et leur cadre juridique correctement posé, les collections peuvent entrer dans une phase active. Il est intéressant de remarquer que même une collection dite « fermée » (c’est-à-dire dont le biotope ne s’agrandit plus), comme la collection du musée de l’Homme évoquée par A. Fort et Y. Ardagna (cf. infra I chap. 3), peut continuer à voir sa biocénose évoluer. Les échanges scientifiques continuent d’être assurés par la collection, et le système tend à maintenir une sorte d’homéostasie, équilibrant les productions scientifiques sortantes par les retours de documentation qui seront associés à la collection pour mieux la renseigner.

10Même les collections considérées comme « anciennes », et pour lesquelles on pourrait s’attendre à ce que les taux d’échanges « entrées/sorties » scientifiques diminuent, voire se tarissent avec le temps, gardent un intérêt évident parfois même crucial. Le scenario « d’ADN-fiction » proposé par S. Mazières et J. Chiaroni, (cf. infra I chap. 4) nous en offre une exceptionnelle démonstration. Une fois encore, nous pouvons revenir à notre notion de « collectiocénose ». Si dans le paysage scientifique antérieur à 1984, les collections anthropologiques ne représentaient en aucun cas un milieu de vie (biotope) pouvant servir de support de développement aux recherches scientifiques sur l’ADN (entités vivantes), il est incontestable que les choses sont toutes autres aujourd’hui ! Alors même que le biotope n’a pas changé, la biocénose a considérablement évolué, et on peut même en anticiper les futures mutations…

11Pour revenir sur la question générale de l’intérêt des collections anthropologiques, on peut également choisir de questionner par l’exemple, via une spécialité appliquée de la discipline « anthropologie biologique », leur degré d’importance.

12En l’espèce, l’anthropologie médico-légale s’est formée récemment sur la base d’une expertise conjointe des sciences médico-légales et anthropologiques, appliquée à la recherche et à l’identification d’individus victimes de crimes ou de catastrophes (Crossland, Joyce 2015). De par son contexte d’application judiciaire, elle impose la construction de méthodes qui se doivent d’être aussi précises que possible, sans toutefois ne jamais faire de concession à leur degré de fiabilité. Il est donc parfaitement indispensable de pouvoir s’appuyer sur des collections anthropologiques dites « de référence », parfaitement documentées, pour construire les méthodes de prédiction d’un profil biologique par exemple (âge, sexe, stature). Mais nous savons pertinemment que les variations phénotypiques populationnelles entraînent des risques d’erreurs dans les estimations de profils proposées, et ce d’autant plus que l’on ne connaît pas forcément la population d’origine du squelette à identifier. Il nous faut alors tester les méthodes sur des populations différentes que celles ayant servi à les établir, et si cela s’avère nécessaire, essayer d’inclure un grand nombre de populations très différentes pour proposer une méthode plus globale, « méta-populationnelle ». Ceci n’a évidemment de sens que si l’on peut inclure des collections avec des documentations aussi complètes que possible, des typologies comparables et qui soient juridiquement exploitables.

13La triste actualité de la question des migrants (Cattaneo et al. 2015) illustre cette absolue nécessité de connaissance méta-populationnelle, alors même que nous sommes confrontés à l’identification de personnes en provenance de pays où les informations ne sont pas disponibles. L’accès à des collections anthropologiques prend alors tout son sens, et typiquement, une évolution du paysage de la recherche relance la dynamique…, des problématiques jusque-là en stase vont ré-émerger, et des collections vont voir leur vie scientifique prendre un nouvel essor…

Auteur

Aix Marseille Université, UMR 7268 Adès-CNRS-EFS, Marseille, France

Professeur des universités en anthropologie biologique à la faculté des Sciences Médicales et Paramédicales de Marseille. Membre de l’UMR 7268-ADÉS et responsable de l’Axe d’Anthropologie médico-légale. Il co-dirige le master « Humanités en Santé » et codirige le parcours-type « Anthropologie médico-légale et bioarchéologie ».

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search