Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en société au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Daniel Le Blévec
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Différences : intégration, exclusion

Coacta ac periculosa societas. La difficile intégration des réguliers à l’Université de Paris au XIIIe siècle

Jacques Verger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La querelle des séculiers et des réguliers dans les années 1250 est la première crise interne sérieuse traversée par l’université de Paris au Moyen Âge, d’autant plus frappante pour les contemporains qu’elle a surgi au terme d’un demi-siècle de croissance continue de la jeune institution. L’épisode lui-même est bien connu, car il a laissé une documentation relativement abondante et a fait l’objet d’importants travaux historiques, couronnés en 1972 par la grande thèse de Michel-Marie Dufeil1. Mais si les faits sont à peu près établis, leur interprétation reste sujette à discussion. Certains, dont M.-M. Dufeil lui-même, ont surtout mis l’accent sur le rôle de quelques individualités, en particulier Guillaume de Saint-Amour, tête de file du parti séculier, et Thomas d’Aquin, principal porte-parole des réguliers ; et derrière les querelles de personnes, ils ont cru discerner un affrontement entre conservatisme et modernité dont séculiers et réguliers auraient été les champions respectif...

Auteur

Université Paris IV-Sorbonne

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540