Versión clásicaVersión móvil

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Troisième partie : 1380 – 1482. L'ultime principauté de Provence ou la seconde maison d'Anjou

Introduction de la troisième partie

Noël Coulet

Texto completo

1Une nouvelle maison princière accède au pouvoir en 1380 pour un siècle. Elle aussi détient le comté d’Anjou, attribué à Louis Ier en apanage par Jean le Bon avant qu’il n’hérite de la Provence et du trône de Sicile. Elle aussi est du sang de France, le chef de cette lignée « ayant été », comme l’écrit le Religieux de Saint-Denis, « successivement fils, frère et oncle des sérénissimes rois de France ». Elle aussi poursuit, mais vainement, le rêve napolitain et méditerranéen de la dynastie précédente, qui lui échappe finalement sous le règne de René.

2La disparition de la reine Jeanne ne met pas un terme aux malheurs des temps, dont l’impact s’est accéléré avec son règne. La paix et la sécurité seront lentes à revenir, la reprise démographique moins rapide encore à se dessiner et la renaissance de la vie économique ne s’affirmeront guère qu’après le milieu du XVe siècle.

3C’est alors que, stimulé par les nécessités de la reconstruction, le patrimoine bâti civil et religieux s’enrichit et se renouvelle tandis que, soutenue par la demande du mécénat bourgeois et du mécénat princier, la création artistique connaît une remarquable floraison.

Fig. 27 – Généalogie de la seconde maison d’Anjou

© Presses universitaires de Provence, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search