Version classiqueVersion mobile

Les Bagnoles à L’Isle-sur-la-Sorgue

 | 
Samuel van Willigen
, 
Maxence Bailly
, 
Brigitte Röder
, 
et al.

Préface

Xavier Delestre

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif présente le bilan d’une exploration archéologique initiée en 2006 et achevée sur le terrain en 2015.

2Au-delà de ses apports à la connaissance, en particulier sur les rites funéraires à l’époque néolithique, thématique importante pour la recherche régionale et, par ailleurs, les données sur l’habitat à l’âge du Bronze dont on sait combien elles sont encore peu nombreuses pour le territoire régional, ce travail, fruit d’une équipe internationale doit retenir toute notre attention.

3Je suis certain que cette opération s’inscrira dans l’histoire de l’archéologie provençale comme un exemple à suivre.

4D’emblée, il me semble important de rappeler que le point de départ de cette enquête archéologique est intimement lié aux résultats d’une opération de diagnostic d’archéologie préventive prescrite par le service régional de l’archéologie et réalisée par les archéologues de l’INRAP. Les découvertes faites dans le cadre de cette opération de reconnaissance ont montré immédiatement le potentiel exceptionnel de ce site archéologique. Ces premières observations ont conduit de manière évidente à la nécessité de poursuivre les investigations par l’intermédiaire d’une fouille préventive rendue nécessaire par le projet d’aménagement. Mais, pour des différentes raisons, ce projet fut abandonné. Les choses auraient pu alors en rester là sur le plan archéologique mais c’était sans compter sur l’intérêt porté à ces premières découvertes par Samuel van Willigen et l’équipe du LAMPEA. Informé de cette intention, j’ai immédiatement confirmé à l’équipe en voie de constitution mon soutien pour la réalisation d’une opération programmée. Cette poursuite de l’étude m’apparaissant tout à fait opportune et une belle illustration de ce que l’on souhaiterait voir se développer plus souvent, c’est-à-dire une interaction entre ces deux aspects de l’archéologie nationale, l’archéologie préventive et la recherche programmée.

5De mon point de vue, il restait à régler d’abord une question méthodologique majeure, l’approche de terrain. Je ne souhaitais pas que ces investigations s’étalent sur un temps long avec une succession de campagnes de fouilles estivales, dont on sait qu’elles livrent au final chaque saison qu’une quantité limitée de données. J’ai donc, et le terme je crois est juste, imposé non sans une certaine crainte de la part du responsable pressenti de la fouille d’entreprendre une exploration extensive à la faveur de grands décapages mécaniques. Une pratique qui est encore marginale pour la recherche archéologique programmée de ces périodes en Provence.

6Les compétences étant réunies, cette phase mécanisée a été menée rapidement et de manière très positive. Les résultats exposés dans cette publication en apportent aujourd’hui le témoignage.

7Au-delà des nombreux apports scientifiques, il convient de souligner le caractère positif du travail pédagogique conduit tout au long des campagnes de fouilles. Les différents ateliers installés en plein air ont permis aux étudiants d’approfondir leurs savoirs en travaillant sur le matériel archéologique mis au jour, de se familiariser aux travaux urgents de conservation préventive et aux analyses paléoenvironnementales.

8Enfin, si les résultats scientifiques sont au rendez-vous c’est aussi parce que les institutions administratives et scientifiques ont su apporter tout au long de la fouille un soutien financier pour garantir le bon fonctionnement du chantier.

9C’est donc au final avec une grande satisfaction que l’on voit aboutir cette enquête dont les données réunies serviront à d’autres recherches. Beaucoup d’éléments ont été rassemblés en un temps très court. D’autres informations viendront s’ajouter encore par la conclusion des travaux en cours. Ils consolideront ce viatique, inscrivant par là même de nouveaux rendez-vous en attendant peut-être une reprise des recherches sur place pour mettre au jour les vestiges d’un habitat que l’on place dans un proche environnement.

10Au moment de conclure, je voudrais adresser à l’ensemble de l’équipe mes chaleureux remerciements pour la conduite de cette recherche fructueuse menée avec rigueur, compétence et un enthousiasme qui marque positivement cet engagement collectif à la conquête de notre histoire.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search