Version classiqueVersion mobile

“Mon énigme éternel”

 | 
Nicole Cadène

Métamorphoses

Texte intégral

« Mais vous étiez, cela est sûr, quelque chose de meilleur qu’une innocente. »
Swinburne

« Le monde aime à noircir ce qui rayonne et à traîner le sublime dans la poussière. »
Schiller

Portrait de Marie-Edmée (Sellier ?), frontispice de H. Calhiat, Une plume, un pinceau, une croix, Cattier, 1886.

  • 1  Société des Amis des arts de Nancy, Exposition de 1882. Catalogue des ouvrages de peinture, sculpt (...)
  • 2  Des demandes de renseignements ont été adressées au musée des Beaux-arts, au Musée lorrain et au m (...)
  • 3  Plusieurs indices incitent à le penser : Une Plume, un pinceau, une croix…, dédié par l’abbé Calhi (...)
  • 4  C. Debize, « L’École de Nancy. Art décoratif et “documentation naturelle” », dans l’École de Nancy (...)
  • 5  R. Armellino, op. cit., p. 97.
  • 6  C’est le seul élément descriptif trouvé dans une critique publiée dans le Journal de la Meurthe et (...)

1En 1882, les visiteurs du Salon de la Société lorraine des Amis des arts purent contempler un portrait de Marie-Edmée par Sellier1. La localisation de ce tableau est inconnue. On n’en trouve pas trace dans la documentation des musées nancéiens ni dans le récent catalogue raisonné de l’œuvre2. Mais la gravure placée en frontispice de la biographie signée par l’abbé Calhiat a sans doute été réalisée d’après un dessin préparatoire3. On y voit, assise de trois quarts dans un nid de verdure, une jeune fille mince, la tête légèrement inclinée sur la droite, les mains posées sur les genoux. Elle est vêtue d’une chaste robe unie de couleur claire dont seules émergent les parties nobles du corps, un fin visage auréolé d’une chevelure brune vaporeuse et de longues mains aux doigts fuselés. Des gerbes de lys, emblèmes de pureté, et des buissons de roses l’entourent, comme en hommage à une artiste qui, quelques années avant l’éclosion de l’école de Nancy4, parsema son œuvre de fleurs. Ce portrait oublié symbolise le mystère du souvenir et la fragilité de ses traces : lorsqu’il le dessina, onze ans après la disparition de Marie-Edmée, Sellier honorait-il une commande ou suivait-il une inspiration personnelle ? Il était alors gravement malade et se savait condamné à brève échéance. Selon son biographe, ses dernières œuvres sont traversées par une méditation sereine sur la mort5. Le portrait « translucide6 » de la défunte pourrait être inscrit dans ce contexte : à l’approche des fins dernières, le peintre a pu convoquer le souvenir de son amie prématurément disparue.

2Roger Marx, qui, dans l’enfance, avait été l’élève de dessin de Marie-Edmée, évoquaitainsice tableau dansson feuilleton duCourrier de laMeurthe-et-Moselle :

  • 7  23 mai 1882. Le texte cité est celui de l’article légèrement remanié paru dans L’Art à Nancy en 18 (...)

Que de tristes souvenirs nous viennent à l’esprit en regardant le portrait de Mlle Edmée Pau ! On se rappelle de la belle conduite de la malheureuse jeune fille pendant la guerre ; on la revoit suivant l’armée, courant les hôpitaux, soignant nos soldats blessés et succombant au milieu d’eux victime du mal qu’elle voulait guérir ! Comment faire un reproche au peintre d’avoir vu cette belle figure à travers le prisme de l’idéal et de nous la montrer plus grande que nature et de lui avoir donné l’étoile du martyre7 !

3Il entendait ainsi se démarquer de la légende patriotique dont il se faisait l’écho, la démystifier. Cependant, il en était aussi prisonnier puisque sa narration occupe tout l’espace de la critique, au détriment de la description : déjà, Marie-Edmée s’efface derrière sa légende, d’abord véhiculée par ceux qui l’ont connue.

  • 8  R. de Toulouse-Lautrec, « Rapport sur le concours », Recueil de l’Académie des jeux floraux, 1883, (...)

4Mais sa notoriété dépassait alors largement le cercle de ses relations et de ses concitoyens : dans la France de la Belle Époque, le prénom de Marie-Edmée était suffisamment connu pour que, dans son rapport sur les jeux floraux de 1883, le comte de Toulouse-Lautrec pût faire référence à « cette douce Marie-Edmée »8 qu’il associait à Jeanne d’Arc sans éprouver le besoin de préciser davantage. Comment cette notoriété a-t-elle été construite, quels en sont les aspects et les temps forts ? Afin de saisir au plus près le processus de construction de la mémoire, nous suivrons ses linéaments à travers la destinée de ceux et celles qui l’ont prise en charge.

  • 9  Un exemplaire du JME conservé au château des Ravatys, dédicacé par Mme Pau à Mathilde Courbe en ju (...)
  • 10  N. Cadène, « Le Journal de Marie-Edmée…, créer, recréer la jeune fille idéale (France, xixe siècle (...)

5Mme Pau demeura, par-delà la mort de sa fille tant aimée, « la mère de Marie-Edmée », c’est ainsi qu’elle s’autodésignait volontiers9. Elle entreprit bientôt de cultiver et de diffuser le souvenir de la défunte, déployant dans cette entreprise autant de soins patients, inlassables et discrets qu’elle en avait mis à l’élever10. Néanmoins, la douleur de la perte la laissa tout d’abord muette, et c’est au Locle, dans la demeure de l’horloger où s’étaient égrenées les dernières heures de la vie de la jeune fille, que naquit sa légende patriotique.

6Dès 1871, Jurgensen composa un poème de cent vers dédié à la mémoire de « Marie-Edmée*** de Nancy », librement inspiré de son épopée. La guerre terminée, un franc-tireur de seize ans pleurait la mort de sa sœur Louise après une expédition dans les montagnes du Jura où celle-ci l’avait vainement cherché dans les hôpitaux et sur les champs de bataille. Mais, pas plus que la perte de l’Alsace-Lorraine, cette mort ne pouvait rester impunie :

  • 11  J. Jurgensen, « À la Revanche, récit d’un franc-tireur de 16 ans », dans Pendant la guerre, trois (...)

Aussi vrai que ce soir nous revient l’hirondelle,
Le pays mutilé reprendra ses enfants
Malgré les canons Krupp et les tons menaçants11

  • 12  Née Siona Lévy en 1834 à Mutzig (Bas-Rhin), élève de Mlle Mars au Conservatoire, actrice au Théâtr (...)
  • 13  Elle déclama notamment « Dans le cirque » et « Sedan ». Revue artistique, commerciale, littéraire (...)

7Ces vers publiés en Suisse, jamais réédités, eurent certainement une diffusion confidentielle, mais Jurgensen contribua à populariser l’histoire de la fin tragique de la jeune fille en l’évoquant en présence de la célèbre diseuse alsacienne Amélie Ernst12 qui se produisait alors à Genève. L’année suivante, lors d’une tournée en Avignon, celle-ci composa un poème épique probablement sous l’influence de l’Année terrible de Victor Hugo dont elle déclamait alors des extraits13. Peut-être livra-t-elle aussi au public quelques-unes de ses propres compositions sur la guerre, parmi lesquelles ces « Scènes de l’ambulance en Suisse » :

  • 14  A. Ernst, « Scènes d’ambulance en Suisse. À Berne et au Locle », poésie dédiée à Mr. le Professeur (...)

Plus loin c’était la sœur voulant trouver son frère :
De Nancy jusqu’en Suisse elle cherche, elle espère,
Et, d’hospice en hospice, elle arrive au Jura.
Le typhus seul l’attend, … et seule elle expira.
Pauvre fille ! elle était toute frêle et charmante,
Elle semblait, plutôt qu’une sœur, une amante.
J’appris pourtant plus tard qu’un tout jeune amputé
Était venu là-haut, qu’il s’était arrêté,
Demandant cette sœur dont il suivait la trace…
Et sa tombe était là sous la neige et la glace !
« Je saurais te venger, dit-il, je suis Lorrain !
Prussiens, je n’ai qu’un bras, mais il sera d’airain14 »

  • 15  La France devait acquitter à l’Allemagne une indemnité de 5,684 milliards de francs or. F. Roth, L (...)
  • 16  « Scènes d’ambulance en Suisse » figurait au programme de cette soirée. Journal de la Meurthe et d (...)
  • 17  A. Ernst, op. cit., p. 152.

8Ni Marie-Edmée ni Gérald n’étaient ici nommés. La jeune fille, dont la tombe solitaire était expatriée « sous la neige et sous la glace », semble une nouvelle Antigone ; le jeune homme symbolise, en l’incarnant, la patrie amputée et la volonté de Revanche. Tout en précisant leur lien de parenté, la poétesse se plaisait à en imaginer un autre (« Elle semblait, plutôt qu’une sœur, une amante »). Tout cela confère à leur histoire une dimension mythique et universelle, mais un mythe géographiquement situé entre Suisse et Lorraine, un universel enraciné dans le sol de la patrie. Amélie Ernst, qui parcourait alors la France afin de récolter des fonds pour la libération du territoire15, colporta cette histoire de ville en ville, et l’émotion atteignait son comble lorsque la reconnaissance se produisait. Cela advint une première fois le 22 décembre 1873 à Nancy16, dans la salle du palais Stanislas où Mme Pau se trouvait dans le public, « ne sachant pas que je parlerais de sa fille17 ».

  • 18  La Voix des Ardennes, art. cit., dans Rimes françaises d’une Alsacienne, Paris, Librairie des bibl (...)

9Un scénario analogue se reproduisit en novembre 1879 au théâtre de Sedan. La diseuse avait interrompu sa rhapsodie pour narrer l’histoire qui l’avait inspirée. « Or l’émotion […] s’était produite dans un groupe d’officiers parmi lesquels se trouvait justement le héros de cet épisode, le capitaine Pau. Il ne s’attendait pas plus à être nommé que Mme Ernst ne soupçonnait sa présence dans la garnison18. »

  • 19  Cette conférence publiée dans les Mémoires de la Société d’émulation du Doubs fit l’objet d’un tir (...)
  • 20  Ibid., p. 6.
  • 21  Ibid., p. 3.

10Dans une réédition des Rimes françaises, Amélie Ernst apportait de nouveaux détails sur Marie-Edmée en se fondant sur le texte d’une conférence de Jurgensen prononcée à Besançon le 18 décembre 187319. Jurgensen y retraçait la biographie de la jeune fille à partir de documents inédits : poèmes, extraits de lettres et du journal et détaillait son « épopée20 » dans la guerre dont il avait été en partie le témoin. À travers cette « simple histoire21 », il entendait réveiller ses contemporains « engourdis » dans une époque hantée par le spectre de la décadence. Héroïne sacrificielle, Marie-Edmée, qui offrit sa vie « pour la patrie et pour les siens » incarnait la capacité de la nation à se ressaisir après la défaite, puisque ses qualités avaient germé dans le terreau d’une famille française, militaire et catholique. Les singularités de cette histoire (le protestantisme du père, par exemple) et les aspérités du caractère de son héroïne (ses aspirations personnelles à la gloire militaire et artistique) étaient gommées.

  • 22  Ibid., p. 7.

11Tout ce qui n’entrait pas dans le cadre famille/patrie/religion (l’amitié passionnée pour Mary) était passé sous silence. « S’il est, en nos temps agités, un spectacle propre à fortifier les cœurs, c’est celui de la famille du soldat, alors que, privée de son chef, elle demeure comme pénétrée des vertus qu’il représentait et fait revivre en elle. » Simple réceptacle des vertus paternelles, Marie-Edmée les avait transmises à son jeune frère avant de les employer pour œuvrer à sa libération, lui permettant de reprendre le combat. Le véritable héros d’« Une Française de la décadence » était ainsi Gérald, dont les résolutions viriles étaient exprimées au style direct : « Moi aussi, je serai soldat, et je me donne à la France, comme mon père », ou encore : « Pour moi qui ai été prisonnier une fois, je ne me rendrai pas même aux Suisses, nos amis. Essayons de descendre sur Lyon22. » Ainsi Jurgensen replaçait-il l’héroïsme du côté masculin, avant de terminer son récit par cette anecdote : impressionnés par la foule qui suivait son cortège funèbre, les Prussiens auraient interrogé :

  • 23  Ibid., p. 12.

– Est-ce une princesse que vous pleurez ?
– Non, dit une enfant, c’est une sœur de Jeanne d’Arc23.

  • 24  Cette anecdote ne figure pas dans la lettre de Mme Pau à Féart et n’est pas mentionnée dans les so (...)

12Aucune source ne permet de confirmer l’historicité de ce court dialogue24, sans doute trop efficace pour être vrai. À la question posée par l’ennemi victorieux, répond la voix d’une enfant anonyme, humble héraut de la défunte, s’élevant tel un murmure dans le silence des funérailles ; bientôt les biographes de Marie-Edmée le reprendront en chœur. Il assigne une place à la vaillante jeune fille dans l’ombre de la guerrière médiévale. Il signifie l’anachronisme de l’héroïsme féminin.

13La mort de Marie-Edmée coïncide avec la publication de Middlemarch, roman dans lequel George Eliot s’efforçait d’imaginer l’épopée d’une Thérèse d’Avila au xixe siècle. Loin d’accomplir sa destinée héroïque, privée « de l’appui d’une foi, d’un ordre social cohérent qui pût tenir lieu de science au zèle d’une âme ardente », elle aurait connu

  • 25  G. Eliot, Middlemarch, Paris, Omnibus, 1995, p. 673-674.

... une vie pleine d’erreurs témoignant d’une certaine grandeur spirituelle mal assortie à la médiocrité des circonstances […] ça et là, concluait-elle, naît une sainte Thérèse qui ne peut rien fonder, dont le cœur ardent aspire vainement à un bien qui lui est refusé, dont la passion frémissante s’épuise à lutter contre de petits obstacles au lieu de prendre forme en quelque création mémorable25.

  • 26  Michelet cité par Pierre Marot, « De la réhabilitation à la glorification de Jeanne d’Arc, essai s (...)
  • 27  Exilée en France, Ponstovoïto épousa le docteur Lewenhardt. En 1870, elle participa à la défense d (...)
  • 28  « On vient d’inaugurer la millième statue de la Pucelle » ironisait Rémy de Gourmont en 1896, cité (...)

14En remplaçant le nom de Thérèse par celui de Jeanne d’Arc, le propos pourrait s’appliquer à Marie-Edmée. En dépit de son courage et contrairement au modèle qu’elle admirait, celle-ci n’avait pas su briser « les cadres où l’on s’efforçait de la tenir enfermée26 ». Elle avait franchi les lignes ennemies non en guerrière, mais comme ange du foyer. Si elle avait mené une vie plus conforme à ses ambitions, son héroïsation aurait-elle eu plus de chances d’aboutir ? Lorsqu’on sonde l’oubli dans lequel tombèrent une Henriette Ponstovoïto27 ou une Antoinette Lix, il est permis d’en douter. Après la défaite, les places publiques se couvrirent de monuments à la gloire de la libératrice d’Orléans28, symbole de la réconciliation nationale et de la résistance à l’envahisseur. Seule entre toutes les héroïnes, la vierge guerrière éclipsait les héroïnes contemporaines que l’époque était si peu encline à reconnaître. Ainsi, rien, dans l’espace public nancéien, n’évoque la vaillante capitaine de la Compagnie de Jeanne d’Arc. Mais si aucune plaque commémorative ne fut apposée, aucune statue érigée pour immortaliser Marie-Edmée, sa mémoire fut charriée à travers les décennies suivantes par des « torrents de papier » qui l’exemplifient en jeune fille modèle.

  • 29  A. de Latour, « À Jeanne d’Arc à Domremy », ADV, 14 t 5, p. 66-68.
  • 30  A. Cuvillier-Fleury, « Antoine de Latour », notice lue le 11 mai 1882 devant l’Académie. Journal d (...)
  • 31  A. de Latour, op. cit.
  • 32  Il était notamment le traducteur de Silvio Pellico et de Calderon.
  • 33  Il publia en 1873 Pèlerinage au pays de Jeanne d’Arc, Paris, Douniol et Jeanne d’Arc à Montmorency(...)

15Le 29 août 1872, le « front chargé de la honte commune29 », Antoine de Latour, un homme de lettres catholique ancien élève de Michelet30, alla se recueillir à Domremy en « pèlerin désolé de la patrie en deuil31 ». Ce pèlerinage marque un tournant dans la carrière de ce spécialiste des littératures italienne et espagnole32 qui, désormais, consacrerait toute son énergie à la glorification de la sainte de la patrie33. Dans un long poème qu’il inscrivit ce jour-là dans le registre des visiteurs, il interrogeait celle-ci sur sa désaffection,

... où donc étais-tu que de huit mois sans pitié,
l’étranger a foulé cette terre chérie
et qu’en s’en retournant dans sa froide patrie,
Il a de ta Lorraine emporté la moitié ?

16Il incriminait l’impiété de ses contemporains,

... ton image est partout, ta foi n’est nulle part, et plus bas chaque jour notre fortune penche.

17avant de conclure :

  • 34  « À Jeanne d’Arc à Domremy », op. cit.

Elle ne viendra pas ; on ne voit plus chez nous,
depuis longtemps déjà les anges redescendre ;
Mais Dieu peut envoyer, s’il ne veut nous la rendre,
Son génie à nos chefs et son âme à nous tous34.

  • 35  A. de Latour, « Variétés. Jeanne d’Arc enfant », Journal de la Meurthe et des Vosges, 27 et 28 déc (...)
  • 36  Ibid., 27 décembre 1873.

18Dans ces circonstances, sœur Amélie, la religieuse gardienne de la maison de Jeanne, lui parla d’« une belle jeune fille qui avait nom Marie-Edmée35 » ayant séjourné ici trois ans plus tôt afin de terminer une histoire illustrée de Jeanne d’Arc. Elle lui montra des dessins originaux ainsi qu’un exemplaire de l’Histoire de notre petite sœur ou L’enfance de Jeanne d’Arc dédiée aux enfants de la Lorraine. Latour admira la façon dont l’artiste avait su marier le récit à l’illustration et les « détails précieux36 » que recelait celle-ci ; « Elle eut surtout l’idée d’emprunter aux blondes têtes de l’école le type des jeunes filles dont elle voulut faire les compagnes de Jeanne d’Arc. » Mais sa principale réussite était d’avoir laissé entrevoir, en retraçant le quotidien d’une bergère, que cette bergère était Jeanne d’Arc.

  • 37  « Autour du berceau », Le Magasin pittoresque, t. XLI, août 1873, p. 265 ; « Saint Michel et Jeann (...)
  • 38  « Portrait de Mlle MEP », médaillon, bronze, dans Explication des ouvrages de peinture […] exposés (...)

19Est-ce lui qui sollicita alors la mère de Marie-Edmée ou le contraire ? Toujours est-il que celle-ci lui envoya la même lettre que celle adressée à Féart, ce qui révèle l’existence d’une activité épistolaire de sa part durant cette période, visant à glorifier sa fille. Féart grava deux illustrations de l’histoire de Jeanne d’Arc pour le Magasin pittoresque37 puis une médaille commémorative exposée au Salon des Champs-Élysées en 187438. Quant à Latour, parallèlement à son œuvre johannique, il fit publier l’histoire illustrée de Jeanne d’Arc puis le Journal. L’article du Français nous renseigne sur la genèse et les finalités de son entreprise.

  • 39  A. de Latour, art. cit., 27 décembre 1872.

20Latour présentait Marie-Edmée comme une jeune fille exemplaire, pur produit de l’éducation maternelle, quand Jurgensen, qui insistait sur l’influence du père, voyait en elle « une héroïne de la patrie ». Selon lui, elle travaillait déjà à son chef-d’œuvre, reflet de sa foi et son patriotisme, lorsque les difficultés matérielles consécutives au décès de son père la forcèrent à « sortir de cette ombre presque mystique où elle aimait à s’enfermer39 », pour gagner son pain, sans se détourner de ses autres devoirs : « Elle trouvait encore des heures, dit la lettre où je ne me lasse pas de puiser, pour l’instruction gratuite donnée à de pauvres enfants, et pour cette aumône du temps et du cœur dont elle était prodigue pour tous. »

  • 40  Ibid., 28 décembre 1872.

21« La guerre tomba comme la foudre au milieu de cette vie heureuse, heureuse surtout parce qu’elle était noblement et saintement occupée40 », reprenait-il. « Et de cette jeune fille qui, dans Jeanne d’Arc, son idole, n’avait jamais su regarder l’héroïne en face, le patriotisme, la charité, l’amour fraternel allaient tout d’un coup faire une autre héroïne, de celles que l’on peut être en restant une femme. » Quel était cet alter héroïsme inspiré de celui de la Pucelle mais conforme à l’idéal contemporain de la féminité ? Dans le récit de Latour, le courage et la valeur de Marie-Edmée étaient éclipsés par son dévouement : les soins prodigués à son frère blessé, la charité de sa Compagnie de Jeanne d’Arc, son ingéniosité à renouer des liens que la guerre avait brisés étaient mis en exergue :

  • 41  Ibid. Ce passage est une citation de la lettre à Féart, op. cit., p. 22.

À bout de ressources, après avoir distribué ses provisions, vidé sa bourse, elle se munit d’un carnet, de crayons et de feuilles de papier. Elle montait dans les wagons, prenait les noms des soldats, l’adresse de leur famille, leur faisait écrire quelques lignes qu’elle se chargeait de faire parvenir41.

22Les soins funèbres rendus au franc-tireur Jean Contat étaient ensuite évoqués : « Elle copia cette belle tête où se trouvaient encore empreintes la fierté et le courage français. Elle pria longuement aussi près de ce corps inanimé, et lui coupa une mèche de cheveux, seule relique du martyr à envoyer à sa mère… ». Ainsi la jeune fille avait-elle servi la renommée des héros, vivants ou morts, accomplissant dans la guerre les devoirs immuables de la chrétienne : prier, soigner, se dévouer, et, finalement, se sacrifier. Le périple en Suisse et en Franche-Comté était très brièvement évoqué. « Neuf jours après son retour », atteinte « d’une maladie affreuse », Marie-Edmée succombait dans les bras maternels, « le 7 mai ». Cette date résulte sans doute d’une coquille, puisque la date exacte, le 7 mars, fut rétablie dans l’introduction de L’Histoire de notre petite sœur Jeanne d’Arc.

  • 42  Introduction au JME, p. XXX.
  • 43  C. Dubois, « Deux anniversaires », L’Espérance, 5 mai 1883.

23Mais dans l’introduction du Journal, Latour revint délibérément au 7 mai, supprimant de son récit la précision temporelle « neuf jours après son retour » qui en aurait perturbé la cohérence42. Que dit ce passage sans transition des champs de bataille enneigés du Jura au printemps, ce glissement du mois de Mars au mois de Marie ? Il fait mourir la jeune fille en son printemps, sous les auspices de la Vierge. Il suggère la langueur d’une agonie romantique, éloignée de sa cause héroïque. Enfin le 7 mai coïncide presque avec la fête de Jeanne d’Arc et la signature du traité de Francfort. Il s’imposa dès lors comme la date officielle du décès de Marie-Edmée. Ainsi, dans un article publié dans L’Espérance en 1883, Charles Dubois, homme de lettres catholique originaire d’Orléans installé depuis peu à Nancy, relevait la concordance de « deux anniversaires », celui de la mort de Marie-Edmée et celui de la libération de sa ville natale par la Pucelle. « L’une et l’autre sont tombées victimes de leur dévouement, et par une rencontre que je crois providentielle, l’humble amie, la petite sœur de la grande Lorraine est partie le 7 mai, la veille du jour qui rappelle le plus beau triomphe de sa sœur aînée43. » La jeune fille devenait ainsi la Jeanne d’Arc du xixe siècle, emblématique d’une France vaincue.

  • 44  A. de Latour, art. cit., 28 décembre 1872.
  • 45  Entre 1870 et 1900, cent une biographies lui sont dédiées. J. Deramond, art. cit.
  • 46  Marie-Edmée, op. cit.

24Revenons à « L’enfance de Jeanne d’Arc ». Latour concluait son article en déplorant que le livre de Marie-Edmée, auquel il attribuait la qualité de « relique44 », figurât seulement dans quelques « bibliothèques privilégiées » d’amis ou de souscripteurs ; il fallait le diffuser « partout », non pour servir la notoriété de l’artiste mais pour apporter à sa mère une « suprême consolation ». Il en appelait aux éditeurs, « je ne comprendrais pas qu’[…] il ne s’en trouvant pas un, il ne s’en trouvât pas dix qui fussent tenter eux-mêmes d’ajouter ce chef d’œuvre à leur collection », allant jusqu’à suggérer des solutions techniques pour la reproduction des images. Le sujet était porteur45, et, en cet âge d’or de l’édition pour la jeunesse, son appel fut entendu. À l’orée de 1874, L’Histoire de notre petite sœur Lorraine réintitulée Histoire de notre petite sœur Jeanne d’Arc fut publiée chez Plon en livre d’étrennes, ornée d’une photographie de l’autoportrait de son auteure46.

Frontispice d’Histoire de notre petite sœur Jeanne d’Arc, op. cit.

  • 47  « Extrait du rapport de M. Patin secrétaire perpétuel de l’Académie française dans la séance publi (...)
  • 48  A. de Latour, art. cit.
  • 49  A. de Latour, « Marie-Edmée Pau », dans Marie-Edmée, op. cit., n., p. XXIV.

25L’article remanié du Français lui servit d’introduction. En août, l’ouvrage fut couronné par le prix Montyon de l’Académie française, comme une « offrande funèbre à déposer sur [la] tombe » de cette « victime de son dévouement domestique47 ». Une édition populaire suivit, qui le plaça, selon le souhait de Latour, « à la portée de toutes les petites mains et des petites bourses48 », préfacé par l’évêque de Saint-Dié. Dans l’introduction, Latour renforçait encore le lien unissant Marie-Edmée à Jeanne d’Arc, affirmant l’existence d’un lien de parenté entre elles, attesté par une « vague et involontaire ressemblance49 ».

26Que se fût-il passé « si Dieu avait permis que cette noble jeune fille vécût » ? interrogeait-il ailleurs.

  • 50  A. de Latour, « Le livre de Marie-Edmée », art. cit.

Elle eût peut-être trouvé dans les épreuves de sa forte et héroïque jeunesse ce qu’il eût fallu de force, de hardiesse, de maturité, d’expérience, pour raconter aussi la vie de la guerrière et le martyre de Jeanne d’Arc. Les qualités viriles qui ont pu paraître absentes de son premier récit, et que nul ne songe à y regretter, elle les avait certainement acquises à son insu, et Dieu sait à quel prix, dans cette terrible école de 1870. […] elle se fût sentie capable de suivre Jeanne d’Arc de Vaucouleurs à Chinon, et partout50.

27Armée d’un crayon en guise d’épée, elle eût suivi son épopée guerrière,

… et peut-être aurions-nous aujourd’hui une histoire complète de Jeanne d’Arc […] qui nous eût montré dans la vierge soldat et martyre la première et vivante personnification de la patrie. Cette passion naïve de la jeune fille […] se fût, avec les années, convertie en un culte mélancolique dont l’objet se fût toujours appelé Jeanne d’Arc, eût gardé ses traits, sa grâce, sa candeur railleuse, sa sympathique figure, mais se fût aussi appelé la France, la France rachetée du quinzième siècle, la France du dix-neuvième, espérant encore et priant, pour se préparer à combattre !

  • 51  A. de Latour, art. cit., dans Marie-Edmée, op. cit., p. XXIV.

28Ce passage confirme le caractère passif de l’héroïsme féminin selon le XIXe siècle, qui, de Jeanne d’Arc à Marie-Edmée, tombe en quenouille. L’héroïne se voyait reconnaître des qualités « viriles », mais acquises « à son insu ». Un simple geste commémoratif venait prolonger la geste guerrière, expression d’un « culte » empreint de mélancolie. Voilà sans doute pourquoi Marie-Edmée incarnait mieux morte que vive « l’indestructible espoir de la patrie51 ». Elle était une Belle au bois dormant de la Revanche.

Portrait de Marie-Edmée par Flameng, frontispice du Journal de Marie-Edmée, Plon, 1876.

  • 52  Lettres d’Antoine de Latour à Mgr Dupanloup, BNF, ms, Naf 24694.

29Mgr Dupanloup, auquel Latour adressa l’article du Français puis un exemplaire de l’Histoire de notre petite sœur Jeanne d’Arc — cet ouvrage qu’il avait jadis refusé de patronner — reconnut en Marie-Edmée « une admirable jeune fille52 ». Et pour cause : elle apparaissait en tout point conforme au modèle qu’il avait lui-même tracé de la femme chrétienne dans ses écrits sur l’éducation. L’entreprise de modélisation pouvait se poursuivre.

30Le succès de L’Histoire de notre petite sœur Jeanne d’Arc encouragea son éditeur à publier Le Journal de Marie-Edmée, orné d’un portrait gravé à l’eau-forte par Flameng. Latour en rédigea l’introduction, mais c’est Mme Pau qui en établit le texte, probablement avec son concours.

  • 53  Annuaire […] du département de Meurthe-et-Moselle, op. cit., 1871-72, p. 66.
  • 54  Six lettres datées de Gaillon du 19 juillet au 19 août 1886 copiées dans le 8e carnet, CGP.

31Depuis la mort de sa fille, celle-ci vivait dans l’intimité du journal qui devint le support d’un long travail de deuil. Elle le compléta, rassemblant ses derniers feuillets épars qu’elle copia dans le huitième carnet, comme pour prolonger par l’écriture la vie de la diariste dont elle réitérait les phrases. Le passage de la plume de la fille à la mère est presque imperceptible tant leurs graphies se ressemblent. Lorsqu’elle eut terminé, Mme Pau copia encore une prière à Jeanne d’Arc et des fragments de poésies composées par Marie-Edmée, les notes du calepin de voyage, enfin, sur la dernière page du carnet, comme pour le clore définitivement, la nécrologie de Marie-Edmée publiée dans l’Annuaire de la Meurthe-et-Moselle53. Quinze ans plus tard, elle employa des pages vierges du huitième carnet pour y copier des lettres envoyées par sa bru54. L’irruption dans le journal de cette nouvelle fille semble indiquer que le travail de deuil était alors terminé.

  • 55  Lettre datée du 27 juin 1905 annexée au JME, CGP.
  • 56  Pseudonyme de Céline Renard (1834-1887). Marie Pesnel retrace l’histoire de ses relations avec Mme(...)

32Elle signale aussi une appropriation du journal par la mère de Marie-Edmée. Celui-ci porte l’empreinte de ses relectures matérialisées par de brèves annotations. Çà et là, Mme Pau a glissé une remarque, évoqué un souvenir, apporté une précision factuelle, identifié une personne que la diariste avait seulement désignée par une initiale, indiqué le devenir, notamment matrimonial, de telle élève ou amie de sa fille. En 1905, elle détacha la première page du premier carnet pour l’envoyer, avec d’autres « précieuses reliques de [son] enfant55 » à un ami. Mais il est exclu qu’elle ait censuré le journal, précisément parce que celui-ci revêtait pour elle une valeur sacrée, et qu’à travers lui, elle retrouvait sa fille, comme en témoigne l’histoire de son amitié avec Marie Jenna56.

  • 57  « Madame Voïard [sic] m’a dit qu’elle parlerait de moi à Marie Jenna ; je pense qu’elle lui dira a (...)
  • 58  M. Pesnel, op. cit., p. 59.
  • 59  Ibid., p. 66.
  • 60  Ibid., p. 56-58.
  • 61  Ibid., p. 68.
  • 62  M. Jenna, « Lettre à un ami. Marie-Edmée », Revue de la Suisse catholique, vol. 15, 1883, p. 465.

33Elle se lia avec la poétesse catholique que Marie-Edmée avait naguère manifesté le désir de connaître57 pour se faire la médiatrice d’une amitié « d’outre-tombe58 ». Une correspondance fut d’abord établie : « Et dire que j’ai pu lire autrefois le nom de Marie-Edmée sans deviner que c’était une sœur ! », s’exclamait Marie Jenna. « Eh bien, cela devait être ainsi, peut-être pour que notre souvenir fût de la terre et du Ciel en même temps. Cette fleur que je cueille sur une tombe n’en exhale qu’un parfum plus pénétrant.59 » De santé délicate, elle n’avait pu fonder une famille, mais elle comblait ce manque affectif en se tournant vers des « âmes » sublimes révélées par ses lectures, celle d’une Eugénie de Guérin ou d’une Alexandrine de la Ferronays60. Pour elle, la mort ne représentait pas un obstacle au déploiement de l’amitié. En 1877, Mme Pau l’accueillit dans son ermitage61 et lui donna à lire le journal. Marie Jenna connut le secret de la diariste, et l’admira d’avoir renoncé « à la joie d’être aimée » plutôt que de « consentir à descendre62 ».

  • 63  Ainsi désigne-t-elle Mme Pau dans ses lettres du 27 juillet 1879 à A. de Latour et du 1er octobre (...)
  • 64  Citée par Marie Pesnel, op. cit., p. 68-69.

34Bientôt, elle chérit en Emma « la mère de Marie-Edmée63 ». « Que nous l’aurions volontiers recommencée cette petite soirée où votre invisible nous était si présente ! », s’écriait-elle peu après, dans une lettre de remerciements. La correspondance reprit, centrée sur l’absente, dont l’âme parfois semblait saturer l’atmosphère. Ainsi, face à un paysage : « Oh ! je vous assure que l’âme de Marie-Edmée se fût épanouie à l’aise, en face de ces belles collines, et sans doute, elle y eût évoqué quelqu’une de ces poétiques apparitions que son crayon savait fixer avec tant de bonheur64. » Grâce au journal, Marie Jenna parlait de la défunte comme si elle l’avait connue. Elle était devenue la médiatrice, qui ressuscitait Marie-Edmée pour sa mère.

  • 65  « Les journaux publiés ont tous été recomposés ou réécrits, du moins stylisés » indique Philippe L (...)
  • 66  JME, 14 août 1866, p. 332 ; 25 août 1867, p. 375.
  • 67  Ibid., 16 juillet 1863, p. 189.

35Le journal cependant, ne pouvait être livré tel quel au public. Il fallait l’abréger pour satisfaire aux exigences éditoriales, par souci de discrétion à l’égard de personnes toujours vivantes et pour des raisons esthétiques65. Mme Pau se mit à la tâche. Elle le copia dans un cahier, procédant à des modifications stylistiques mineures et surtout à d’importantes coupures : les 2600 pages se trouvèrent ramenées à 527, auxquelles sont adjoints des documents annexes. Les coupures concernent surtout le cercle intime : la famille, à commencer par Mme Pau elle-même (on évalue mal, à la lecture du journal publié, la profondeur de l’influence qu’elle exerçait sur sa fille) et les proches, notamment les Courbe. Mary est rarement mentionnée66, jamais nommée et toute trace de son amitié avec Marie-Edmée a été effacée, certainement pour prévenir la résurgence des ragots que cette amitié avait fait naître à Nancy. Les coupures bouleversent l’économie du journal car elles aboutissent à une surreprésentation de la vie spirituelle de la diariste au détriment de sa vie affective et sociale. Toutefois le journal publié offre une image assez fidèle de sa personnalité, si ce n’est que Mme Pau a accentué l’expression de sa modestie. Ainsi, quand l’artiste écrivait : « y aura-t-il jamais un souvenir pour mon nom ? », elle rectifiait : « y aura-t-il jamais un souvenir pour mon âme67 ? » En cela, elle rejoignait Latour, l’introducteur de Marie-Edmée dans la vie littéraire.

  • 68  On désigne ainsi les préfaces écrites par un tiers à la demande d’un éditeur, par opposition aux p (...)
  • 69  Antonio Gomez-Moriana, cité par Rachel Sauvé, Ibid., p. 9.
  • 70  Ibid.

36Les préfaces allographes68 sont destinées à permettre la réception des œuvres qu’elles introduisent. Elles doivent être lues comme « jeux réglés du langage incarné, social, qui sont le meilleur moyen par lequel chaque société met en évidence tant ses aspirations que les censures et les tabous qu’elle s’impose à elle-même69 ». À travers elles, on perçoit « les idéaux, les us, les (ab) us et les contradictions, tout comme les tensions qui existent à l’intérieur de toute société70 ». Minimiser la portée des textes qu’ils étaient censés mettre en valeur pour les rendre recevables : tel est, selon Rachel Sauvé, le paradoxe dans lequel s’inscrivent les préfaciers des femmes auteurs au xixe siècle pour contester leur capacité à créer. Sans doute parce qu’il introduisait l’œuvre d’une jeune fille, en raison aussi de la puissance singulière de cette œuvre, Latour procéda à son égard avec les précautions infinies d’un démineur, recourant à un impressionnant arsenal argumentaire et discursif pour la désamorcer.

  • 71  Introduction au JME, p. V.
  • 72  Ibid., p. V-VI.
  • 73  L. Klejman, F. Rochefort, L’Égalité en marche, le féminisme sous la Troisième République, Paris, P (...)
  • 74  Introduction au JME, p. V.
  • 75  L’oralité tient lieu d’alibi au préfacier qui « justifie l’écriture en la vouant à une fin extrali (...)
  • 76  Introduction au JME, p. V.
  • 77  Ibid., p. VI.
  • 78  Ibid., p. IX.
  • 79  Ibid., p. XIX.
  • 80  Ibid., p. XI.

37Ce journal, commençait-il, Marie-Edmée l’avait écrit « pour elle seule71 » : elle ne songeait pas à faire œuvre. Il était aujourd’hui publié comme une offrande avec « la permission de sa mère : vivante, elle ne faisait jamais rien sans la demander » et l’approbation de l’évêque d’Orléans, « parce que sa parole et sa pensée n’ont pas cessé une seule fois d’être la pensée et la parole de la fille, de l’épouse, de la mère chrétienne72 ». Sa visée était ainsi morale, la diariste étant présentée comme un modèle. Elle était aussi politique : les débuts de la iiie République avaient vu la résurgence de revendications pour le droit des femmes, annonciatrices du féminisme de la première vague73 (le terme « féministe » sera employé pour la première fois par Hubertine Auclerc pour désigner son combat pour l’égalité des sexes en 1882). En présentant Marie-Edmée comme soumise à l’ordre de genre, Latour souhaitait « protester contre le rôle bruyant et prétentieux que, de nos jours, quelques rêveurs ont réclamé pour la femme74. » Il limitait la portée du journal à cette double vocation. Jamais il ne posait la question de sa valeur littéraire. Il éludait cet aspect essentiel en présentant l’écriture comme une parole75. C’était « une voix bénie76 » d’outre-tombe qu’il allait donner à entendre : « aujourd’hui c’est Marie Edmée qui va nous parler d’elle-même77 » ; « Écoutez-la plutôt78 » ; « écoutez79 ». De même, il donnait à voir le spectacle de sa vertu : « Voyez la grâce touchante80 ». Mais la « voix » de la diariste était couverte par le fracas des dithyrambes de son commentateur.

38L’introduction au Journal est plus étoffée que celle de L’Histoire de notre petite sœur Jeanne d’Arc, mais elle est truffée d’inexactitudes et d’anachronismes qui se traduisent sur le plan stylistique par des divagations temporelles, comme si les faits étaient dépourvus d’importance, l’ordre de leur enchaînement indifférent. Latour s’adressait au lecteur pris à témoin de la vertu de Marie-Edmée, objet inerte de ses éloges. La composition se résume à une juxtaposition d’extraits non datés du journal, entrecoupés de commentaires. « “Un journal”, disait-elle gaiement, “ce n’est pas pour montrer à l’Académie”, et elle ajoutait plus sérieusement : “voyant mes défauts écrits, je pourrai mieux m’en corriger” ». Écoutez… dans un rire cristallin vite réprimé, la fillette tournait en dérision toute prétention à la publicité, tandis que son commentateur poursuivait sa glose :

Dans cette apparente préoccupation de soi-même, rien qui ressemble à de l’orgueil, encore moins à de la vanité. Le sentiment de l’humilité chrétienne avait été, de très-bonne heure, introduit dans ce jeune cœur par le culte de la Vierge, qui se confondait avec ses premières pensées.

  • 81  Ibid., p. VII.
  • 82  Ibid., p. IX.
  • 83  R. Sauvé, op. cit., p. 85.
  • 84  Introduction au JME, p. X.
  • 85  Ibid. Il s’agit là d’une vision édulcorée d’Eugénie de Guérin, forgée par Trébutien, préfacier de (...)

39Pour décrire la perfection morale de la jeune fille, il recourait au procédé de passivation déjà employé pour nier son action héroïque. Il jugeait « naturel » le développement du culte de Jeanne d’Arc chez une « fille de Lorraine81 », avant de lui attribuer cette signification : « Marie-Edmée demandait surtout à son sublime modèle le secret d’ennoblir, par le sacrifice sous toutes ses formes, les liens qui retiennent la femme dans la sphère étroite des devoirs ordinaires82. » Certes, brûlant d’imprimer sa trace dans l’histoire, elle « pouvait éprouver quelque impatience de sentir son aile se heurter aux entraves nécessaires de son humble vie », mais cela ne faisait qu’accroître son mérite. Ici, le préfacier introduisait un parallèle avec une autre diariste. Comparer des œuvres de femmes contribue à une définition ontologique de ces œuvres et les prive du même coup d’une véritable originalité83. Dans le cas présent, la comparaison est subliminale, puisqu’elle porte sur la personnalité et non sur les écrits des deux diaristes placées en regard : « Ah ! ce n’est pas que nous voudrions détacher le plus humble fleuron de la couronne virginale d’Eugénie de Guérin84 », mais « cette solitude où elle vivait, elle l’aimait, n’ayant pas besoin d’en sortir pour trouver le secret du dévouement85 » alors que Marie-Edmée « mettra quelque temps à s’apercevoir que l’action peut se déployer et non sans grandeur dans la plus étroite sphère ».

  • 86  Ibid., p. XI.
  • 87  Ibid., p. XIII.
  • 88  Ibid., p. XIV.

40Survient l’insurrection polonaise à laquelle elle voudrait participer : « soyez tranquille, une voix sainte l’avertira bientôt que l’épée de Jeanne n’appartient qu’à la France86 ». En compensation, elle enseignera aux filles du peuple. Cette entreprise la confronte à son ignorance et la détermine à suivre les cours de l’université : « elle aussi va s’asseoir sur les bancs87. » De même, « le jour où elle s’apercevra que l’art est sa vraie vocation, elle sentira tout ce qui lui manque, en se disant que pour être artiste il faut le devenir, elle reprendra d’elle-même les cours, quelque temps quittés, de son maître ». Par ce jeu dialectique, Latour reprenait à Marie-Edmée ce qu’il venait de lui concéder. « Mais pourquoi devenir artiste ? », interrogeait-il. « D’où lui était venue cette révélation de ce qui, au fond, était sa vraie vocation ? De la piété filiale. » La nécessité de travailler pour subvenir aux besoins de sa famille posait le caractère fortuit de la carrière artistique. Celle-ci demeura longtemps indéfinie, puisque Marie-Edmée aurait d’abord hésité entre la poésie et le dessin. « La poésie, elle prit possession de son âme par le nom et les vers de Mme Tastu88. » Latour reconnaissait un certain mérite à ses vers, estimant que « l’étude lui eût aisément donné le reste. » Pour sa part, il s’y refusait : « Mais serait-elle jamais arrivée à la véritable originalité ? On nous pardonnera d’en douter. » Aussi l’approuvait-il d’avoir opté pour le dessin, mieux adapté à sa « nature prime-sautière [sic] ». Cependant, il ne prenait pas davantage au sérieux l’artiste que la poétesse.

  • 89  Ibid., p. XIX.
  • 90  Ibid., p. VIII.

41Pourquoi rapprocher une illustratrice lorraine du xixe siècle d’une sculptrice Sévillane du xviie siècle si ce n’est pour exclure la possibilité d’une inspiration personnelle chez les femmes artistes ? « Pour Marie-Edmée comme pour la Roldana, l’art était une inspiration de la foi89. » Ainsi son sujet de prédilection était Jeanne d’Arc, « héroïne martyre90 » de la patrie. Latour ignorait l’ambivalence de cette muse. Il présentait le processus créatif comme une procréation : « Pendant que le livre se formait au cœur même de Marie-Edmée, et avant qu’il s’écrivît par la plume, par le crayon et par le burin, toute pensée prenait cette couleur et s’animait du nom et du souvenir de Jeanne d’Arc dans l’imagination de la jeune fille. » L’artiste reléguée en situation d’objet de son œuvre apparaît ici comme un simple réceptacle.

  • 91  Ibid., p. XIII.
  • 92  Ibid., p. XVII.
  • 93  Ibid., p. XXIV.
  • 94  Ibid., p. XXX.

42Le choix des pronoms vise à exclure qu’elle soit seulement l’exécutante du livre (même pas « son » livre), une simple « demoiselle à copier » sous la dictée divine, puisque celui-ci « s’écrivit » par le truchement de « la » plume, du crayon et du burin rendus autonomes. Son œuvre échappait ainsi à Marie-Edmée, comme lui échappait une destinée tracée par avance, ponctuellement dévoilée à elle par une série de « révélations91 » et de « pressentiments92 » jusqu’au « coup de tonnerre de 1870 » qui l’arracha brutalement à « son rêve93 » : avait-elle seulement vécu ? Comme artiste, comme écrivaine et comme chrétienne, elle était dépossédée de sa subjectivité, de son inspiration, de son intelligence, de son talent, de son libre-arbitre, de son humilité même. Seule son agonie résiste à cette pulvérisation. La comparaison de la mourante avec « un bel adolescent » sublimée par une référence à la passion du Christ semble une reconnaissance tardive du désir de Marie-Edmée, de son « regret de ne pas être un homme94 ». Mais précisément parce qu’elle était incompréhensible, elle ne rencontra pas d’écho.

  • 95  R. Sauvé, op. cit., p. 27.
  • 96  J. Claretie, La Canne de M. Michelet, promenades et souvenirs (1886), Paris, L. Conquet, 1892, p.  (...)

43Rachel Sauvé distingue trois niveaux dans la réception d’une œuvre : réussite commerciale, renommée, canonisation95. La préface de Latour en limitait la portée au premier et à un lectorat restreint. « Peu de personnes connaissent – malheureusement – un livre publié il y a huit ans et qui porte ce simple titre : Le Journal de Marie-Edmée », déplorait Jules Claretie au milieu des années 188096.

  • 97  Ibid., p. 94.
  • 98  On retrouve cette comparaison dans de nombreuses critiques, tantôt à l’avantage d’Eugénie de Guéri (...)

44La qualité littéraire du journal fut rarement mise en exergue. Claretie soutenait qu’il valait « cent fois mieux […] que celui d’Eugénie de Guérin97 », mais il bornait son analyse à cette comparaison obligée98. Charles Dubois qui considère Marie-Edmée comme « un grand écrivain » fait figure d’exception :

Grand écrivain, elle l’est, quelque sujet qu’elle traite. Cet art de bien dire est d’autant plus admirable qu’elle ne se borne pas à parler des choses en rapport avec sa condition et son âge. Cette jeune fille, cette enfant aborde tous les grands problèmes qui peuvent préoccuper l’âme d’un homme, et elle en parle avec une profondeur de pensées, une force de style que l’on ne peut trop louer.

45Il soulignait la beauté, la vigueur et l’originalité de ce style, l’adéquation entre la forme et le contenu :

  • 99  C. Dubois, Contes d’Auteuil, Paris, Auteuil, imprimerie des apprentis catholiques, 1878, p. 162-16 (...)

Il [le style] est ferme, il est imagé, il est saisissant, comme cela arrive toujours à ceux qui pensent par eux-mêmes et n’empruntent que d’eux la forme aussi bien que le fond. Peut-être cette langue vigoureuse et simple ne plaira-t-elle pas à tout le monde. Peut-être se trouvera-t-il des gens qui regretteront de ne pas rencontrer chez Marie-Edmée les expressions vaporeuses et tout le verbiage sentimental des écrivains à la mode. À leur guise ! Quant à nous, nous ne saurions trop admirer un auteur dont la diction toujours pure, souvent éloquente, se plie à tous les sujets, et, sans apprêts, sans longueurs, énonce supérieurement tout ce qu’elle veut dire99.

46Mais cet obscur littérateur n’était pas à même d’assurer la renommée de l’œuvre qui s’égara bientôt sur la route de la dissémination. Par ailleurs, la portée morale du journal ne fit pas l’unanimité.

C’est une douce et attachante figure, que celle de Marie-Edmée : tempérament d’artiste et de sainte ; passionnée pour toutes les beautés et tous les dévouements ; affamée d’idéal et de sacrifice ; ayant à la fois toutes les virginales délicatesses et toutes les mâles énergies.

  • 100  M. de la Rocheterie, « Le Journal de Marie-Edmée », Polybiblion, 2e série, t. IV, 2e semestre 1876 (...)

47… écrivait Maxime de la Rocheterie dans le Polybiblion qui félicitait Latour d’avoir livré au public « ces pages si pleines d’aspirations idéales et en même temps de leçons pratiques »100. Mais dans la Voix de Notre-Dame de Chartres, un autre critique suggérait l’inopportunité de la publication :

  • 101  C. de C., « Marie-Edmée », La Voix de Notre-Dame de Chartes, n° 7, juillet 1877, p. 149.

Marie-Edmée avait à peine 14 ans quand elle commença ce journal qu’elle destinait à devenir le confident discret de ses actions et de ses sentiments. Elle l’a donc écrit pour elle seule dans tout l’épanouissement de la jeunesse, abandonnant sa plume au courant de son imagination et de son cœur : de là ce mouvement rapide, cette spontanéité de la pensée, cette mobilité, cette vivacité d’impressions, qui donnent à ces pages émues un charme indéfinissable ; mais de là aussi cette exaltation et cet enthousiasme qui se rencontrent parfois dans les jugements qu’elle porte des personnes et des choses. Le lecteur sérieux, sourit en les lisant […] Nous croyons d’ailleurs que s’il eût été donné à Marie-Edmée de relire, dans la maturité de l’âge les quelques lignes écrites, presque au sortir de l’adolescence sur Charlotte Corday et la courageuse veuve de Béthulie, elle aurait modifié un parallèle qui manque de justesse et que nous engageons à faire disparaître dans la prochaine édition101.

48Il ne pouvait, dans les colonnes d’une revue catholique, blâmer davantage l’œuvre d’une parfaite chrétienne patronnée par un éminent évêque. Dans la Revue politique et littéraire, Maxime Gaucher donnait libre cours à sa réprobation, dénigrant, à travers Marie-Edmée, l’éducation catholique des filles. Il introduisait sa critique par des considérations sur le journal de demoiselle, pratique jugée prétentieuse (« Demandez-vous si le journal ne fera pas parfois des précieuses de la piété et de la vertu ») et dérisoire, vue l’insignifiance supposée de toute existence féminine (« consigner sur un cahier cousu d’un ruban bleu-ciel […] la lessive faite les yeux tournés vers le ciel et le raccommodage offert à Dieu. Les gelées d’abricot confectionnées dans un esprit de soumission et d’humilité. »). Cependant, il s’accommodait fort bien de cette insignifiance, puisqu’il refusait d’envisager pour les filles toute autre perspective. Ne pouvant attaquer Marie-Edmée sur le terrain du patriotisme, il jugeait son « beau modèle » non pertinent :

  • 102  M. Gaucher, « Causerie littéraire », Revue politique et littéraire, 20 juillet 1876, p. 113-114.

Dans la vie ordinaire l’héroïsme demeure le plus souvent sans emploi ; il fait bien plutôt la petite monnaie des petites vertus. Voilà pourquoi je me demande si la lecture de ce journal ne présenterait pas quelque danger pour certaines imaginations ardentes102.

49Soucieux de décourager chez les filles toute velléité d’affirmation personnelle, il dépeignait la diariste sous les traits d’une Bovary nancéienne accablée par l’ennui. Quant au journal,

J’y pourrais relever bien des incohérences, bien des exagérations, bien des souvenirs de lectures mystiques qui se fondent mal dans un tissu tramé d’une main inexpérimentée. Mais la valeur littéraire est ici d’importance secondaire ; c’est surtout l’effet moral qui me préoccupe et que j’ai cru devoir spécialement considérer.

  • 103  A. Maugue, L’Identité masculine en crise, au tournant du siècle, 1871-1814, Paris, Marseille, Riva (...)

50La virulence de sa misogynie peut-être interprétée comme une réaction aux progrès de l’émancipation des femmes déjà dénoncés par Latour. Elle reflète certainement aussi la crise de l’identité masculine au xixe siècle, accentuée par la défaite103. Ainsi, en dépit des patients travaux de déminage du journal par Latour, le modèle de Marie-Edmée semblait encore trop audacieux à certains.

  • 104  J. Chantrel, « Bulletin bibliographique. Le Journal de Marie-Edmée », Annales catholiques, 15 juil (...)
  • 105  J. C. M., « Marie-Edmée fille de Lorraine », s.l., s.d., CGP.
  • 106  La Vie après le pensionnat. Complément de la vie au pensionnat, Avignon, Aubanel, 1902. Précisons (...)
  • 107  M. Lenéru, op. cit ; R. de Saint-Pern, Journal, Angers, Sirodeau éditeur, 1906 ; A. Nin, Journal d (...)

51Les appréciations élogieuses l’emportèrent néanmoins104. À la Belle Époque, divers pédagogues incitèrent régulièrement les jeunes filles à lire le journal et à s’inspirer de l’exemple de Marie-Edmée : Charles Dubois (1878), l’abbé Calhiat (1886), Marie Pesnel (1896, 1911) et, au xxe siècle, l’abbé Maire (1926, 1947), enfin l’auteur anonyme d’une bande dessinée105. Ce modèle était surtout destiné aux demoiselles catholiques. À l’orée du xxe siècle, l’auteur anonyme de La Vie après le pensionnat préconisait la tenue d’un journal : « Voyez comme modèle, le journal d’Eugénie de Guérin, – celui de Marie-Edmée, – celui de Rosa Ferucci [sic] publié par sa mère – un gracieux volume106. » Mais on ne trouve pas trace de la lecture du journal dans ceux des jeunes Marie Lenéru, Renée de Saint-Pern ou Anaïs Nin107. Combien de jeunes filles le lurent, et surtout, comment ?

52Selon Claretie,

  • 108  J. Claretie, op. cit., p. 93.

... c’est parce qu’une autre jeune fille […] a ouvert le journal de Marie-Edmée, qu’elle s’est éprise de Gérald en s’attendrissant sur la morte […] elle a, l’ayant connu, voulu partager sa vie. C’est Marie-Edmée, morte, qui a fait le mariage de son frère. Je ne connais pas de roman plus touchant que ce roman d’amour qui semble avoir pour bénédiction le sourire d’une martyre et a pour auréole la lumière qui sort d’une tombe108.

  • 109  Gérald Pau épousa Marie Henriette Guntz le 7 août 1884 à Marolles en Hurepoix. Merci à Gilles Picq (...)

53Qu’elle soit véridique ou non, cette histoire possède une double fonction mythique : conte de fées moderne à l’usage des jeunes filles, elle présente le mariage comme une fin heureuse. Épisode du roman familial, elle attribue à la défunte un rôle dans le monde des vivants et symbolise l’achèvement, treize ans après sa mort109, du travail de deuil. Le fait que Mme Pau ait utilisé des pages vierges du journal pour transcrire les lettres de sa bru conforte cette hypothèse.

  • 110  BNF, ms, Naf 16983.
  • 111  APVR cartons 62 et 63, lettres de Camille Vallery-Radot.
  • 112  APVR, carton 63, carnet de notes de lectures, s.d.

54Dans le dossier « Marie-Edmée Pau » conservé dans la correspondance d’Hetzel, on lit cette mention au crayon : « Mlle René Vallery Radot enthousiaste de M. Pau recueille tous les souvenirs qu’elle peut réunir de son héroïne110. » Camille Vallery-Radot (1880-1927), désignée ici par le prénom de son père, était la petite-fille de Pasteur. Un rapide survol de sa correspondance révèle de nombreuses affinités entre elle et « son héroïne » : une foi et un patriotisme vibrants, le culte de l’armée, de Jeanne d’Arc et des héroïnes, des sympathies pour la Pologne, une relation fusionnelle avec son jeune frère, le regret de ne pas être homme111. On relève par ailleurs dans sa correspondance ou dans son carnet de lectures (équivalent du « cahier mosaïque » de Marie-Edmée) des références culturelles présentes dans le journal : Dante, Lamartine, Lamennais, Lacordaire, la comtesse de Dash, Milton, et surtout Chateaubriand112. Influence de Marie-Edmée ?

  • 113  Le Tintamarre, hebdomadaire satirique et financier, 19 décembre 1875 ; Le Gaulois, 14 décembre 187 (...)
  • 114  F. Godefroy, Livre d’or français, la mission de Jeanne d’Arc, Paris, Librairie centrale de Philipp (...)
  • 115  La bibliothèque du séminaire de Nice conserve ainsi un exemplaire qui avait été distribué comme pr (...)
  • 116  Autour du berceau, Le Magasin pittoresque, t. XLI, août 1873, p. 265 ; Saint Michel et Jeanne d’Ar (...)
  • 117  Anonyme, « Causerie du docteur. Les étrennes. Paris, le 1er janvier 1876 », La jeune mère ou l’édu (...)
  • 118  Anonyme, « Bibliothèques scolaires. Le Journal de Marie-Edmée », Journal des instituteurs et des b (...)

55L’Histoire de notre petite sœur Jeanne d’Arc, dont la parution avait été signalée par des encarts publicitaires dans la presse nationale113, présentée par le critique littéraire Eugène Godefroy comme « la plus charmante » des histoires de la Pucelle « embellies par l’imagination114 », se vit reconnaître une valeur artistique, littéraire et patriotique plus universelle. L’ouvrage connut quatre éditions et fut distribué comme livre de prix115. Ses gravures, popularisées par des reproductions dans la presse illustrée116, le rendaient exploitable dès le plus jeune âge : « En montrant ces dessins à leurs enfants, les jeunes femmes leur donneront des leçons de patriotisme car elles prononceront à chaque instant les trois mots que Jeanne d’Arc avait toujours sur les lèvres : Dieu, Famille, Patrie117. » Le Journal des instituteurs en recommandait l’acquisition pour les bibliothèques scolaires118.

  • 119  J. Frollo, « Une Française », Petit Parisien, 12 août 1884, p. 1. Jean Frollo est le pseudonyme de (...)
  • 120  M. Darrow, « In the Land of Joan of Arc : the Civic Education of Girls and the Prospect of War in (...)

56Marie-Edmée elle-même fut érigée en modèle patriotique : « En rappelant les actes des braves femmes comme Marie-Edmée, notre patriotisme ne saurait s’engourdir », estimait en 1884 le républicain radical Jean Dupuy à la une du Petit Parisien. Il la présentait ainsi comme exemplaire pour tous et plus spécifiquement pour les Françaises : « Telle était Marie-Edmée, une bonne petite femme calme et tranquille, assise au foyer de sa mère, mais se transformant tout à coup en héroïne aux jours du danger119 ! ». Il la louait, tant pour avoir respecté les normes de genre pendant la paix que d’avoir su les outrepasser dans les circonstances de la guerre. Son histoire permettait ainsi de résoudre le paradoxe de l’éducation des filles à la Belle Époque ainsi posé par Margaret Darrow : comment concilier un enseignement civique universel (dans cette discipline, les programmes scolaires n’établissaient pas de distinction entre les sexes) et la réalité genrée de la citoyenneté, le service militaire concernant les seuls garçons120 ?

  • 121  C. Juranville, Manuel d’éducation morale et d’instruction civique à l’usage des jeunes filles, Par (...)
  • 122  Id., 7e édition, Paris, Hachette, 1911, p. 245.
  • 123  C. Juranville, P. Berger, Troisième livre de lecture à l’usage des jeunes filles, Paris, Larousse, (...)
  • 124  P. Cabanel, Le Tour de la nation par des enfants, romans scolaires et espaces nationaux, xixe-xxe  (...)
  • 125  C. Juranville, P. Berger, op. cit., p. 161.
  • 126  Ibid., p. 160.
  • 127  M. Darrow, art. cit., p. 277.

57Dans le Manuel d’éducation morale et d’instruction civique à l’usage des jeunes filles, l’institutrice Clarisse Juranville clôturait une liste d’héroïnes de tous les temps et de tous les pays par le nom de Marie-Edmée. Elle relatait son épopée dans la guerre pour illustrer cette idée générale : « La femme doit donner l’exemple du sacrifice noblement accepté121. » Sur une gravure, on voyait la jeune artiste assise dans une salle d’hôpital au chevet du franc-tireur Jean Contat, traçant son portrait dans son album (« Elle copia cette belle tête122 »). Dans le Troisième livre de lecture à l’usage des jeunes filles123 version féminine du Tour de France par deux enfants124, Marie-Edmée figurait dans un panthéon de femmes illustres. Ici, Juranville retraçait plus complètement son histoire mais parée d’éléments légendaires (« C’est sans doute une grande dame lorraine qu’on enterre ? […] Non, c’est une sœur de Jeanne d’Arc125. ») Une gravure la représentait debout, scrutant le champ de bataille jonché de soldats à la lueur d’une lanterne (« … elle le cherche à travers les blessés126. ») Son histoire illustrait cette idée : s’il n’appartenait pas aux femmes de combattre, il eût été étrange que, « dans le pays de Jeanne d’Arc127 », l’héroïsme leur fût totalement proscrit.

« Elle copia cette belle tête »

(Gravure, anonyme, Manuel d’éducation morale et d’instruction civique à l’usage des jeunes filles, 7e édition, Hachette, 1911).

« ... elle le cherche à travers les blessés... »

(Gravure anonyme, Troisième livre de lecture à l’usage des jeunes filles, Larousse, 1891).

  • 128  C. Juranville, op. cit. 15e édition, s.d., Bibliothèque municipale de Nice.

58La bibliothèque municipale de Nice possède un exemplaire du Manuel d’éducation civique ayant appartenu à une enfant, Raymonde Blanchard, qui y a inscrit, d’une écriture ronde et soignée, cette dédicace en forme d’énigme, indice d’appropriation : « Ce livre est à moi comme Paris est au roi. J’aime mon livre comme le roi aime sa ville. Si vous voulez savoir mon nom, regardez dans ce petit rond : R. B.128 ». La fillette s’appropria-t-elle aussi son contenu ? S’identifia-t-elle à la « sœur de Jeanne d’Arc » ? Le précédent de Marie-Edmée a sans doute contribué à définir le rôle des Françaises dans la Grande Guerre : à l’arrière et au front, pour y secourir les blessés.

  • 129  A. Bessières, La Croisade des enfants, ligue eucharistique des enfants pour la victoire de la Fran (...)
  • 130  S. Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants, 1914-1918, essai d’histoire culturelle, Paris, A. Colin, (...)
  • 131  A. Bessières, op. cit., p. 14-15.

59En décembre 1914, dix-neuf fillettes âgées de treize à quatorze ans, pensionnaires au cours Saint-Seurin à Bordeaux organisées en « un petit bataillon de Jeanne d’Arc129 », écrivirent au général Pau pour lui offrir leurs prières et leurs sacrifices. Leur initiative est à l’origine de la croisade des enfants animée par le père Bessières qui appela les enfants de France à s’enrôler dans une armée de combattants placée sous l’insigne du Sacré-Cœur. Chacun était responsable d’une portion du front qu’il soutenait la prière130. Pour favoriser la propagation de l’œuvre, l’ecclésiastique en publia l’histoire en 1917. Un extrait de la réponse du général est reproduit dans cet ouvrage : « C’est la femme française qui crée les héros ; c’est elle aussi qui les soutient », affirmait celui-ci, avant de conclure par une devise proche de celle qu’il avait autrefois fait figurer à la fin des lettres adressées à sa mère et à sa sœur « Courage, Espoir, Confiance131 ! ». Les pensionnaires ont pu choisir de s’adresser général Pau par référence à sa sœur.

60Car entre-temps, la géographie céleste s’était reconfigurée. Polarisé par l’étoile montante de Gérald, entré au Conseil de la Guerre en 1909, le météore de Marie-Edmée avait été distancié par l’astre rayonnant de Jeanne d’Arc, béatifiée la même année. En 1913, le général défendit devant le Sénat la loi prolongeant le service militaire à trois ans pour préparer la France à une éventuelle guerre contre l’Allemagne. Dans un contexte de tensions et de nationalisme exacerbés, la réaction de Marie-Edmée à la décision de son frère de rallier l’armée Bourbaki avant la fin de sa convalescence, en octobre 1870, était ainsi récrite :

  • 132  BNF, Est., coll. Laruelle, t. 123, D 040622. « Une héroïne française », s.l., s.d. L’article, rédi (...)

Non seulement Mlle Pau ne fit rien pour retenir son frère, amputé de la main droite, lorsqu’il voulut rejoindre l’armée, mais elle l’engagea à partir. Elle disait : « Quand on a encore une tête et un bras, on peut toujours servir la France132. »

61La « douce Marie-Edmée » s’était muée en égérie de la Revanche. La « sœur de Jeanne d’Arc » était désormais surtout connue comme celle du général.

  • 133  Acte de décès communiqué par la Mairie de Nancy.
  • 134  « Dons faits au Musée Lorrain », Journal de la Société archéologique et du Musée historique lorrai (...)
  • 135  Dans l’album 1, on lit par exemple cette mention au crayon : « page détachée pour être offerte. » (...)
  • 136  Pastel réalisé en 1866, un don de Guerrier Dumast au ML. « Dons », Bulletin mensuel de la Société (...)

62Elle n’était pas seulement devenue le satellite de la gloire de son frère. Depuis le décès de leur mère, le 7 avril 1908133, son souvenir dépendait de lui, d’autant plus étroitement qu’il s’estompait dans les ténèbres du passé. Les rangs de ceux qui l’avaient connue s’étaient clairsemés. Ses œuvres avaient été disséminées, car dans l’entreprise mémorielle orchestrée autour d’elle, l’artiste, autant que l’écrivain, avait été sacrifiée à la jeune fille exemplaire. Contrairement à Mme Bashkirtseff, Mme Pau n’avait pas cherché à faire reconnaître sa fille comme telle et si l’on excepte un bel album donné au Musée lorrain en 1888134, elle avait dispersé ses dessins, distribués à des proches ou à des relations comme autant de reliques135. Parmi les portraits de notables nancéiens signés par Marie-Edmée…, seul un pastel représentant Élise Voïart, copie d’une œuvre de Constance Mayer, est conservé dans une collection publique136.

  • 137  N. Cadène, « Marie-Edmée… une artiste lorraine oubliée », art. cit.
  • 138  Ainsi, au département des Estampes de la BNF un dossier d’œuvres est référencé à la lettre E : SNR (...)

63Les autres furent éparpillées au gré des héritages, certainement endommagés, fragilité du pastel, voire détruits par leurs nouveaux propriétaires : ils n’appartenaient pas à la modernité picturale, et au fil des ans, l’identité du modèle devenait incertaine. On ne leur attribuait donc plus aucune valeur esthétique ni affective, pas de valeur marchande non plus, car le nom de leur auteure ne figurait pas dans la première édition du Dictionnaire des peintres de Bénézit (1911) qui allait s’imposer comme un ouvrage de référence, véritable « lieu de mémoire » des artistes137. En signant ses œuvres de son seul prénom, ce qui les rend difficilement repérables138, Marie-Edmée avait contribué à son propre effacement. Parallèlement, ses valeurs morales se trouvèrent dépassées ou marginalisées par une série de bouleversements historiques qui rendirent son modèle caduc. Avec la séparation de l’Église et de l’État en 1905, la France cessa d’être « fille aînée de l’Église ». La béatification (1909), puis la canonisation de Jeanne d’Arc (1920) au lendemain de la victoire frappèrent d’obsolescence l’Histoire de notre petite sœur Jeanne d’Arc, jamais rééditée au xxe siècle.

  • 139  Dans La Guerre des enfants, Stéphane Audoin-Rouzeau évoque une « dictature du présent » qui affect (...)
  • 140  J. M. Binot, Héroïnes de la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2008.
  • 141  Un monument à Louise de Bettignies à Lille, des statues à la mémoire d’Édith Cavell à Paris (détru (...)
  • 142  C. de Woznicki, « Un livre à lire et à relire. Le Journal de Marie-Edmée », Polonia, n° 19, 12 mai (...)
  • 143  R. Rogers, F. Thébaud, La Fabrique des filles de Jules Ferry à la pilule, Paris, Textuel, 2010, p. (...)
  • 144  I. Grellet, C. Kruse, Des jeunes filles exemplaires, Dolto, Zaza, Beauvoir, Paris, Hachette littér (...)

64Entre-temps, la Grande Guerre aurait pu raviver le souvenir de la patriote si la totalisation du conflit n’avait entraîné le triomphe du présentisme dans la propagande139 presque exclusivement centrée sur les héroïnes contemporaines (Édith Cavell, Louise de Bettignies, Gabrielle Petit, etc.140), dont plusieurs furent statufiées après guerre141, éclipsant à jamais leurs aînées de 1870-71. Il n’y avait que dans la diaspora polonaise où l’on se souvînt encore de Marie-Edmée Pau142. Les mutations sociales de l’après-guerre qui se traduisirent par l’ouverture de l’enseignement laïque, du baccalauréat et des études supérieures à un nombre croissant de demoiselles143 rendirent anachronique le modèle de Marie-Edmée, émule de Frederika Bremer et de Mgr Dupanloup. Imagine-t-on les « jeunes filles exemplaires144 » de l’entre-deux-guerres, une Simone de Beauvoir ou une Françoise Dolto cherchant des leçons de vie dans le Journal de Marie-Edmée ?

  • 145  M. Perrot, « Introduction », t. IV de Histoire de la vie privée, De la Révolution à la Grande Guer (...)
  • 146  Maire indique s’être appuyé sur le « témoignage » de la générale Pau. Op. cit., p. 5.
  • 147  Questions féminines et questions féministes, 1924, n° 3. Revue mensuelle fondée en 1924 par Marie (...)
  • 148  L. Klejman, F. Rochefort, op. cit., p. 110-112.
  • 149  L’analyse repose sur un corpus d’une cinquantaine d’images trouvées dans la presse illustrée (L’Il (...)

65Dans ce contexte défavorable, le général Pau laissa s’étioler la mémoire de sa sœur. Cela ne doit pas être interprété comme un signe d’ingratitude, plutôt comme l’indice d’un caractère discret, taciturne même, et comme le reflet de sa position dans le monde. Un homme public, « héros et acteur de la seule histoire qui vaille d’être contée : la grande histoire145 », a longtemps répugné à la divulgation de sa vie privée. La sphère de l’intime relève du féminin, du secret. C’est probablement pour cela que les Lettres inédites annoncées dans la première édition de Marie-Edmée intime ne sont jamais parues. Et si, dans les années vingt, le grand homme autorisa une nouvelle biographie de sa sœur, il abandonna à son épouse, qui ne l’avait pas connue, le soin d’informer le biographe146. Tandis que dans le sillage de Latour, Calhiat et Pesnel, l’abbé Maire achevait de réduire, avec le concours de la générale Pau, Marie-Edmée à l’insignifiance, le grand homme était accaparé par ses obligations publiques. Il présidait la Croix-Rouge et siégeait au comité d’honneur de la revue de la fédération et des congrès Jeanne d’Arc, organe d’un féminisme chrétien147, désireux de concilier le monde catholique, généralement hostile à l’émancipation des femmes, et le féminisme, majoritairement anticlérical148. Ces deux institutions auraient représenté des niches idéales pour la prise en charge de la mémoire de Marie-Edmée pour peu que son frère l’eût souhaité. Mais l’édification de sa statue en héros de la Grande Guerre passait par l’effacement de sa sœur comme le suggère l’évolution de son image publique analysée ici à travers ses représentations figurées, de la veille du conflit à sa mort149.

  • 150  P. Marot, op. cit., p. 44.
  • 151  A.
  • 152  « La fermeture de la chasse à Rambouillet : le général Pau », couverture de L’Illustration, n° 359 (...)
  • 153  B.
  • 154  « Général Pau », photo H. Manuel, s.d. [v. 1910], http: //www.military-photos.com/pau.htm[page con (...)
  • 155  « Au 20e corps », 7 avril 1907 ; « Marie-Edmée Pau », 21 avril 1907, dans l’Écho de Nancy, notice (...)
  • 156  n° 1.

66Avant guerre, ces représentations mettaient en exergue le bras mutilé qui symbolisait « l’amputation » de la France au traité de Francfort pour jouer le rôle d’un mythe mobilisateur (« Allez chercher le bras que j’ai laissé en Alsace150 ! », aurait lancé le général à ses soldats à l’été 1914). Ce bras manquant néanmoins, n’empêchait rien : le général était photographié passant des troupes en revue151, tirant à la carabine152 ou en cavalier, la bride de sa monture maintenue dans le repli du coude153 : sa combativité et sa détermination étaient intactes. L’esprit revanchard de cette iconographie est perceptible sur un célèbre portrait par Henri Manuel. Photographié en légère contre-plongée, le général fixe l’objectif d’un air bravache, le regard ombragé par la visière du képi. La bouche disparaît entre une moustache poivre et sel, taillée plus court à droite qu’à gauche, et un bouc. Le torse est orné de la croix de la Légion d’honneur. Le pouce de sa main gauche est glissé dans la poignée de l’épée : il est prêt à combattre. Mais le regard est attiré par un vide sur sa droite, surligné par l’épaulette dorée de l’uniforme : l’angle de prise de vue, de trois-quarts gauche, suggère une amputation totale du bras154. Les circonstances de cette amputation, souvent relatées dans la presse155, étaient connues, et la mémoire de Marie-Edmée, sauveteuse de son frère, en bénéficiait. Une carte postale patriotique sur laquelle est reproduit son autoportrait (« Marie-Edmée Pau, sœur du général, héroïne du patriotisme en 1870156 ») pourrait faire pendant au portrait de son frère par Manuel.

  • 157  n° 2.
  • 158  Écusson en soie d’après la photo Manuel, s.d., CNC ; boite ronde en fer-blanc à l’effigie du génér (...)
  • 159  D. Cette photographie recadrée fut diffusée en CP (n° 4) et servit de modèle à une estampe couleur (...)

67En 1914, Pau se vit confier par Joffre le commandement de l’armée d’Alsace avant d’être envoyé à travers l’Europe pour des missions diplomatiques. La photo Manuel fut massivement diffusée en carte postale157 pour servir de support aux correspondances de guerre et reproduite sur des objets158 ainsi que le portrait équestre de 1913 recadré en plan poitrine159. Parallèlement, de nouvelles images furent mises en circulation qui visaient à donner une impression d’invincibilité. Elles mettaient l’accent sur l’autorité du général, son grand âge (qui n’excluait pas la verdeur) les emblèmes de sa dignité. Un portrait équestre publié dans l’Illustration se retrouve sur une carte postale, encadré par deux drapeaux tricolores, légendé par les vers d’Amélie Ernst :

  • 160  « Le général Pau », L’Illustration n° 3731, 29 août 1914, p. 161. Portrait équestre. CP n° 5.

Prussiens je n’ai qu’un bras, mais il sera d’airain160 !

Carte postale patriotique du général Pau par Manuel.

Carte postale patriotique « Marie-Edmée Pau, sœur du général, héroïne du patriotisme en 1870. »

  • 161  n° 6, 7.
  • 162  S. Audoin-Rouzeau, Combattre, op. cit., p. 295.

68Sur une autre représentation très populaire, détail d’une photo sur laquelle il figurait aux côtés de Joffre et Castelnau, Pau est cadré en plan taille161. Il se dégage de ce portrait un mélange de bonhomie et de férocité : regard souriant mais perçant, ombragé par la visière ; expression indéchiffrable du bas du visage, barré par l’épaisse moustache blanche asymétrique. La plaque de chevalier de Grand croix de la Légion d’honneur rayonne sur le dolman noir. Les bras sont croisés. La mutilation reste visible, mais elle est relativisée. « La main, seule partie dénudée de notre corps que nous pouvons apercevoir en permanence » est « constitutive de notre humanité162 ». Cuirassée dans un gant comme dans une armure, la main gauche semble invulnérable. Elle repose sur le bras droit qu’elle semble protéger. Par des effets de contraste, de la pose, du cadrage ou de l’angle de prise de vue, la mutilation se trouva progressivement escamotée jusqu’à devenir insoupçonnable. Dans une série de lithographies en couleur de militaires publiée dans le supplément illustré du Petit Journal, Pau est cadré en gros plan, dans un médaillon ovale. Un texte explicatif fait fugitivement référence à l’amputation désormais invisible :

  • 163  Le Petit Journal, supplément illustré, 12 août 1917.

Le général Pau est, pourrait-on dire, une des figures légendaires de notre armée. Tout jeune officier en 1870, il perdit, à Frœschwiller, une main au service du pays. Il n’en poursuivit pas moins sa carrière militaire et gagna les plus hauts grades en même temps que la confiance des soldats163.

  • 164  CP d’après une photographie de J. Schoepflin, Neufchâtel, 1917, dédicacée par le général Pau à Cam (...)

69Plus de place, dans la « légende » de Gérald, pour l’histoire de son sauvetage, qui renverrait à sa fragilité. Dans le monde viril de la guerre, le héros a conquis son autonomie. Le « gain » de la renommée militaire et de la confiance de ses hommes compense amplement la « perte », presque incidente, d’« une » main. Ailleurs, le général était campé en pied, de profil gauche, botté, éperonné, sa longue épée attachée au côté, la main gauche ramenée dans le dos, le visage fermé par la moustache164.

  • 165  E. Photo reproduite dans Le Petit journal, 7 août 1920.
  • 166  Loc. inc. Ce portrait est connu par une reproduction photographique de François Vizzavona, Paris, (...)
  • 167  F, G, H.
  • 168  I.

70Après le traité de Versailles, l’outrage du traité de Francfort réparé, la représentation de la blessure de 1870 n’était plus pertinente, sauf dans le cadre des commémorations du cinquantenaire de la bataille de Reichshoffen165. On la devinait encore, partiellement dissimulée dans les replis de la cape d’un uniforme d’apparat, sur un portrait en pied, œuvre du peintre post-impressionniste Paul Dupuy exposée au Salon de 1920166, mais ici, contrairement à la photographie d’avant-guerre par Henri Manuel, le regard est polarisé par le chatoiement des médailles qui ornent le poitrail du vainqueur. Sur les photos prises lors de cérémonies officielles, on voit la plupart du temps le général de profil gauche167 ou de face, son moignon glissé derrière le dos168. La « gueule cassée » de 1870 avait cédé le pas au héros de la Grande Guerre. Et si, dans le discours, il était toujours désigné comme le « glorieux mutilé », c’était devenu une simple formule rhétorique, puisque sa mutilation n’était plus représentée. Par ce jeu de dissimulation il incarnait aujourd’hui la France victorieuse, comme il l’avait naguère incarnée « amputée », par l’exhibition de sa blessure. Nul besoin de ressusciter la « Belle au bois dormant de la Revanche » puisque le corps glorieux de son frère symbolisait à lui seul la victoire.

  • 169  « Le général Pau mort le 2 janvier », couverture de l’Illustration, n° 4646, 9 janvier 1932.
  • 170  L’action héroïque de Marie-Edmée est mentionnée par le colonel A. Grasset dans l’Illustration, id.(...)

71Le général Pau décéda le 2 janvier 1932. On lui fit des obsèques nationales. Il fut inhumé en grande pompe aux Invalides. L’Illustration lui rendit un dernier hommage en publiant à la une son portrait en gros plan, le visage encadré par le képi et les médailles169. Seule l’asymétrie de la moustache trahit quelque chose de sa vulnérabilité. Dans les nécrologies, sa vie était relatée sans que le rôle salvateur Marie-Edmée fût mentionné170. Sans elle pourtant, la carrière du héros eût tourné court.

72Gérald avait aussi hérité des carnets. Ces biffures noires, épaisses et anguleuses tracées d’une main maladroite, peuvent être attribuées avec certitude au général manchot, car elles visaient à effacer du journal la trace des conflits avec sa mère et sa sœur en 1867, qui, en trahissant son irrésolution à entrer dans la carrière militaire, écornaient son image. Si cela le disculpe d’avoir procédé aux fins caviardages qui affectent notamment les sixième et septième carnets et désignent comme coupables et honteuses, selon la norme familiale, l’amitié qui unissait Marie-Edmée à Mary, c’est lui qui ouvrit le feu dans l’entreprise de destruction, autorisant de la sorte qu’on la poursuivît.

73L’identité du ou des autre(s) censeur(s) est impossible à établir, et la question serait d’importance secondaire s’il ne s’agissait de comprendre comment, à un moment donné, après l’avatar des biographies édifiantes qui l’ont figée en une image pieuse, terne reflet d’une personnalité saillante et exceptionnelle : « Avec des éloges, ils tournent en dérision votre nom », Marie-Edmée a pu être diffamée, sa mémoire salie, subissant le second avatar si souvent attaché à la mémoire des femmes.

  • 171  C. Bard, Les Garçonnes. Modes et fantasmes des années folles, Paris, Flammarion, 1998, p. 57.
  • 172  Abbé Bethléhem, « Les femmes catholiques et le théâtre », Questions féminines et questions féminis (...)

74Est-ce la générale Pau, l’informatrice d’Élie Maire ? Dans les années folles, marquée par une libéralisation des mœurs, une nouvelle perception des amitiés féminines, plus visibles que par le passé, entourées de scandale, s’imposa. La générale ne pouvait, par exemple, rester indifférente au scandale provoqué par la publication de La Garçonne (1922) qui coûta à Victor Marguerite sa Légion d’honneur171 : « Les femmes catholiques n’ont pas le droit d’ignorer les turpitudes de l’heure actuelle » clamait à la même époque l’abbé Bethléhem dans Questions féminines et questions féministes (la revue patronnée par le général Pau) avant de les engager à « les connaître parce qu’elles ont le devoir de les combattre par une action concertée et persévérante172. » Elle a pu lire le journal au prisme de ces représentations anachroniques et se livrer à son échelle à la croisade prônée par l’ecclésiastique.

  • 173  P. Borel, op. cit.
  • 174  G. Picq, « Pillard d’Arkaï, bandit des terres », dans Léo d’Arkaï, Il***, Châlons-en-Champagne, Cy (...)

75À moins que la censure ne soit consécutive à la publication, en 1944, de Maupassant et l’androgyne173. Ce livre détestable ne mériterait pas seulement d’être mentionné s’il ne contenait des extraits de documents originaux aujourd’hui disparus, parmi lesquels figurent des lettres Marie-Edmée à Marie-Paule Courbe. Au début des années 1880, cette dernière s’était mêlée aux milieux décadents, et lorsqu’elle décéda à Nice, le 8 mai 1894, son compagnon Pillard d’Arkaï, un journaliste sans foi ni loi174, récupéra ses papiers. En 1928, il les vendit à Pierre Borel. La confrontation des lettres avec le journal inédit, sur le fond comme sur le plan stylistique, permet de postuler leur authenticité. Mais Borel les présenta faussement comme des extraits du journal inédit et en tira des interprétations mensongères. Les lettres de Marie-Edmée n’auraient pu tomber en plus mauvaises mains.

  • 175  Frédéric Viborel (la Colle-sur-Loup, 13 novembre 1885 – Nice, 21 septembre 1963) était rédacteur à (...)
  • 176  Borel a sombré dans un oubli mérité. Mais il était alors honoré (chevalier de la Légion d’honneur (...)

76Pierre Borel (pseudonyme de Frédéric Viborel) était un littérateur originaire de l’arrière-pays niçois qui, parallèlement à sa carrière journalistique, s’était spécialisé dans des biographies intimes d’artistes ou d’écrivains175. Par sa façon à la fois psychologisante et littéraire d’aborder ses sujets, il pourrait être rapproché de son contemporain Stefan Zweig, le talent et la conscience en moins. Pour ce pseudo-érudit, la Côte d’Azur, lieu de villégiature des élites européennes, représentait un affût idéal pour capter maints ragots et confidences, voire se procurer des archives privées176. Ainsi, avant d’acquérir les papiers de Marie-Paule Courbe, il avait su convaincre Mme Bashkirtseff de lui communiquer le journal de sa fille qu’il avait dépecé pour en faire la matière première d’une série de publications. Ce commentaire de Colette Cosnier sur l’une d’entre elles offre un bon aperçu de sa « méthode » :

  • 177  C. Cosnier, Marie Bashkirtseff…, op. cit., p. 324-326, à propos de Marie Bashkirtseff peinte par e (...)

... un ahurissant salmigondis des fragments d’un premier cahier perdu, des phrases écrites en 1873, 1875 et 1876, les lettres à Maupassant expurgées et une version romancée de son « idylle mélancolique avec Bastien-Lepage », idylle qui n’a existé que dans l’imagination de ce peu scrupuleux polygraphe177.

77On pourrait écrire quelque chose d’approchant à propos de Maupassant et l’androgyne, où l’imposteur s’érige en narrateur omniscient pour conférer à ses affabulations les apparences de la véracité.

  • 178  G. Picq, « On destocke Gisèle… », art. cit.
  • 179  C’est notamment le cas de Jacques-Louis Douchin qui, dans « l’androgyne et le faune », introductio (...)
  • 180  A. Artinian, « Maupassant and Gisèle d’Estoc, a Warning », Modern Language notes, vol. 76, n° 4, a (...)

78Comment Borel fut-il conduit à s’intéresser à Marie-Edmée ? Peut-être justement à partir de Bashkirtseff qui le mena jusqu’à Maupassant, puis Maupassant à l’une ses relations oubliées, Marie-Paule Courbe. C’est donc par ricochet que la mémoire Marie-Edmée se trouva éclaboussée par les spéculations du « peu scrupuleux polygraphe ». En 1939, celui-ci avait publié dans les Œuvres libres, (un recueil périodique de textes inédits édité chez Fayard), sous le titre de Cahier d’amour, une série de notations non datées comportant des passages érotiques, attribuées à une mystérieuse maîtresse de Maupassant, « Mlle X », dont il livrait seulement le pseudonyme : Gisèle d’Estoc. L’authenticité du cahier fut aussitôt contestée. Un débat s’engagea, que Gilles Picq, le premier à avoir véritablement abordé cette énigme selon une approche historienne, a retracé178. Tout en réaffirmant l’authenticité du cahier, Borel refusa de révéler l’identité de l’inconnue (qu’il ignorait), ce qui entraîna ses contradicteurs dans une conclusion erronée : puisque le texte était manifestement apocryphe, son auteure n’existait pas. Lorsque l’existence de Marie-Paule Courbe sera établie, certains critiques en déduiront par un raisonnement inverse que le Cahier d’amour était bien son œuvre179, ce que rien ne prouve180. De même, ils accorderont foi aux sous-entendus du journaliste à propos des relations de « Gisèle » avec Marie-Edmée.

  • 181  P. Borel, op. cit., p. 46.
  • 182  M. Dottin-Orsini, Cette femme qu’ils disent fatale, textes et images de la misogynie fin-de-siècle(...)
  • 183  Association Symbolique Mossa, Gustav Adolf Mossa. Catalogue raisonné des œuvres « symbolistes », P (...)

79« Ceux qui la serrent dans leurs bras croient étreindre l’amour, en réalité ils n’étreignent que leur propre désir, le rêve fugace181 », écrit Borel à propos de son androgyne. Sa phrase résonne comme un aveu. Elle nous livre la clé du personnage : sur la silhouette indéfinie de l’inconnue, Borel projette à loisir ses fantasmes. L’amante dévoratrice et infidèle qu’il décrit se confond en effet avec la femme fin-de-siècle, goule née de l’imagination tourmentée de « “petits décadents”, symbolistes oubliés, réalistes tardifs182 », reflet de leurs peurs. Elle est sœur des sphinges sanguinaires ou des sirènes repues imaginées au début du siècle par le peintre niçois Gustav-Adof Mossa183, que Borel connaissait. Confrontée au stéréotype de la séductrice perverse et nymphomane, Marie-Edmée ne pouvait qu’être réduite à un autre stéréotype, celui de l’oie blanche séduite et abandonnée.

  • 184  A. Lanoux, Maupassant le « Bel-ami », Paris, Fayard, 1967, p. 376-401 ; J. L. Douchin, art. cit.
  • 185  Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal, cités dans « Trouble-genre », préface à l’édition française de (...)

80L’absence de rigueur de Borel et sa malhonnêteté intellectuelle n’ont cessé d’être dénoncées depuis. Mais, ses successeurs se sont empêtrés dans l’inextricable réseau de ses mensonges, leur donnant ainsi consistance184. Cela n’a pu que blesser les descendants de Gérald au point peut-être de les conduire à censurer les passages du journal qui leur semblaient accréditer ces élucubrations. Déjà enveloppée dans le linceul de l’oubli, Marie-Edmée se trouva désormais ensevelie dans le silence de la honte. Ce silence devait être brisé, son histoire réécrite : « Nous pouvons faire dévier la trajectoire injurieuse des mots185. »

Notes

1  Société des Amis des arts de Nancy, Exposition de 1882. Catalogue des ouvrages de peinture, sculpture, gravure et lithographie d’artistes, Nancy, Crépin-Leblond, 1882, p. 75, n° 377. La technique n’est pas précisée. Selon une critique publiée dans le Journal de la Meurthe et des Vosges le 15 juin 1882, il s’agit d’une huile sur toile.

2  Des demandes de renseignements ont été adressées au musée des Beaux-arts, au Musée lorrain et au musée de l’École Nancy ainsi qu’à René Armellino.

3  Plusieurs indices incitent à le penser : Une Plume, un pinceau, une croix…, dédié par l’abbé Calhiat à Mme Pau qui lui avait ouvert ses archives fut publié en 1886, quatre ans après l’exposition de ce portrait. Un bordereau de prêt pour l’exposition rétrospective de la SLAA en 1933 atteste que la famille possédait un dessin de Sellier intitulé « Marie-Edmée Pau », H : 39 ; L : 55 cm. (AMN, SLAA, 18 Z 7 (1)). Le rapport entre la hauteur et la largeur du dessin original connues grâce à ce bordereau est analogue à celui de la gravure du frontispice : H : 5, 2 ; L : 6,7.

4  C. Debize, « L’École de Nancy. Art décoratif et “documentation naturelle” », dans l’École de Nancy, conversation avec la nature, exposition Tokyo, Nancy, Ville de Nancy, 2001, p. 21-24.

5  R. Armellino, op. cit., p. 97.

6  C’est le seul élément descriptif trouvé dans une critique publiée dans le Journal de la Meurthe et des Vosges, 15 juin 1882, art. cit.

7  23 mai 1882. Le texte cité est celui de l’article légèrement remanié paru dans L’Art à Nancy en 1882, Nancy, René Wiener, 1883, p. 10-11.

8  R. de Toulouse-Lautrec, « Rapport sur le concours », Recueil de l’Académie des jeux floraux, 1883, p. 554.

9  Un exemplaire du JME conservé au château des Ravatys, dédicacé par Mme Pau à Mathilde Courbe en juin 1876 est signé : « la mère de Marie-Edmée… ». Mme Pau signa également ainsi le registre des visiteurs de la maison de Jeanne d’Arc le 1er septembre 1880. ADV 14 t 7, p. 120.

10  N. Cadène, « Le Journal de Marie-Edmée…, créer, recréer la jeune fille idéale (France, xixe siècle »), dans G. Dermenjian, J. Guilhaumou, K. Lambert, dir., La Place des femmes dans la cité, Aix-en-Provence, PUP, 2012, p. 57-70.

11  J. Jurgensen, « À la Revanche, récit d’un franc-tireur de 16 ans », dans Pendant la guerre, trois poèmes, Genève, F. Richard, 1871, p. 51.

12  Née Siona Lévy en 1834 à Mutzig (Bas-Rhin), élève de Mlle Mars au Conservatoire, actrice au Théâtre français où elle donna la réplique à Rachel, convertie au catholicisme, elle avait interrompu sa carrière peu avant son mariage avec le violoniste et compositeur allemand Wilhem Ernst. Après la mort de celui-ci, elle se lança dans une carrière de conférencière internationale. Vers la fin du Second Empire, Duruy lui ouvrit les portes de la Sorbonne où ses séances de déclamation obtinrent un grand succès. M. Bloch, Femmes d’Alsace, Strasbourg, Librairie Fischbacher, 1923, p. 185-196 ; F. Hervé, op. cit., p. 98.

13  Elle déclama notamment « Dans le cirque » et « Sedan ». Revue artistique, commerciale, littéraire et d’annonces, 16 juin 1872, n° 84.

14  A. Ernst, « Scènes d’ambulance en Suisse. À Berne et au Locle », poésie dédiée à Mr. le Professeur et Mme Dor, à Mr. et Mme Jurgensen, dans Rimes françaises d’une Alsacienne (anciennes et nouvelles), Paris, Sandoz et Fishbacher, 1873, p. 152.

15  La France devait acquitter à l’Allemagne une indemnité de 5,684 milliards de francs or. F. Roth, La Guerre de 70, op. cit., p. 515. Le Petit journal du 2 avril 1872 fait référence à un concert à Marseille au cours duquel Ernst récita des stances au profit de l’œuvre de libération ; quelques mois plus tard à Lyon, elle donna des séances au profit des Alsaciens. Le Petit journal, 1er février 1873.

16  « Scènes d’ambulance en Suisse » figurait au programme de cette soirée. Journal de la Meurthe et des Vosges, 21 décembre 1873.

17  A. Ernst, op. cit., p. 152.

18  La Voix des Ardennes, art. cit., dans Rimes françaises d’une Alsacienne, Paris, Librairie des bibliophiles, 1883, 2e édition, p. 61-62.

19  Cette conférence publiée dans les Mémoires de la Société d’émulation du Doubs fit l’objet d’un tiré à part à partir duquel les références suivantes sont indiquées. J. Jurgensen, Une Française de la décadence, op. cit.

20  Ibid., p. 6.

21  Ibid., p. 3.

22  Ibid., p. 7.

23  Ibid., p. 12.

24  Cette anecdote ne figure pas dans la lettre de Mme Pau à Féart et n’est pas mentionnée dans les souvenirs d’Aline Boutroux. Latour n’y fait pas référence dans « l’Enfance de Jeanne d’Arc », seule notice biographique antérieure à Une Française de la décadence. Mais il la cite dans l’introduction au JME, op. cit., p. xxxi.

25  G. Eliot, Middlemarch, Paris, Omnibus, 1995, p. 673-674.

26  Michelet cité par Pierre Marot, « De la réhabilitation à la glorification de Jeanne d’Arc, essai sur l’historiographie et le culte de l’héroïne en France pendant cinq siècles », dans Mémorial du Ve centenaire de la réhabilitation de Jeanne d’Arc, Paris, J. Foret, 1958, p. 128.

27  Exilée en France, Ponstovoïto épousa le docteur Lewenhardt. En 1870, elle participa à la défense de Paris assiégé comme surveillante à l’ambulance de Charenton. Elle mourut le 2 mai 1881. « Nécrologie », dans Bulletin littéraire, scientifique et artistique polonais publié par l’Association des anciens élèves de l’école polonaise à Paris, n° 13, août 1881, p. 46.

28  « On vient d’inaugurer la millième statue de la Pucelle » ironisait Rémy de Gourmont en 1896, cité par Julie Deramond dans « Jeanne d’Arc tout contre la vie parisienne, ou quand une Jeanne d’Arc “fin de siècle” côtoie la Belle Époque. » http: //etudes-romantiques.ishlyon.cnrs.fr/cariboost_ files/Deramond.pdf [article consulté le 11 novembre 2010]. À Paris, une statue équestre en bronze, œuvre d’Emmanuel Frémiet, fut érigée en 1874 place des Pyramides, près de l’endroit où Jeanne d’Arc avait été blessée. C. Sniter, « La guerre des statues. La statuaire publique, un enjeu de violence symbolique : l’exemple des statues de Jeanne d’Arc à Paris entre 1870 et 1914 », Sociétés et représentations, 2001, n° 11, p. 265. À Nancy, une réplique de la statue de la place des Pyramides fut érigée le 28 juin 1890, place Lafayette, cérémonie qui donna lieu à des fêtes populaires. B. Mugnier, La Statuaire johannique du xvie au xxe siècle, chez l’auteur, 2008, p. 207.

29  A. de Latour, « À Jeanne d’Arc à Domremy », ADV, 14 t 5, p. 66-68.

30  A. Cuvillier-Fleury, « Antoine de Latour », notice lue le 11 mai 1882 devant l’Académie. Journal des Débats, 19 mai 1882.

31  A. de Latour, op. cit.

32  Il était notamment le traducteur de Silvio Pellico et de Calderon.

33  Il publia en 1873 Pèlerinage au pays de Jeanne d’Arc, Paris, Douniol et Jeanne d’Arc à Montmorency, Paris, au bureau de la Revue britannique, en 1874 Jeanne d’Arc sur la scène espagnole, s.l., et une traduction de La Vierge guerrière Jeanne de France d’Antonio Artesano, Orléans, Herluison ; en 1875 Jeanne d’Arc et les historiens espagnols, Paris, au bureau de la Revue britannique ; en 1880 une traduction de Jeanne d’Arc de Nicolas de Vernulz, Orléans, Herluison. Il envoya des vers (20 juillet 1873, p. 80, poésie copiée dans le registre des visiteurs de la maison de Jeanne d’Arc par les « sages petites filles de l’école de Domremy » et « Le rêve de Jacques d’Arc », copié le 8 mai 1874 par Mme Pau, p. 100). Ancien précepteur du duc de Montpensier, il servit d’intermédiaire entre la famille d’Orléans et le musée de Jeanne d’Arc pour le don d’une bibliothèque-armoire (17 septembre 1873, p. 94) et d’un tableau (p. 136). Il fit personnellement don de médailles et de livres (28 juillet 1875). ADV, 14 t 5.

34  « À Jeanne d’Arc à Domremy », op. cit.

35  A. de Latour, « Variétés. Jeanne d’Arc enfant », Journal de la Meurthe et des Vosges, 27 et 28 décembre 1873. Cet article fut d’abord publié le 6 octobre 1873 dans le Français, un quotidien conservateur libéral (loc. inc.) selon une coupure de presse de ce quotidien (s. d.) collée dans l’exemplaire de l’Histoire de notre petite sœur..., op. cit.

36  Ibid., 27 décembre 1873.

37  « Autour du berceau », Le Magasin pittoresque, t. XLI, août 1873, p. 265 ; « Saint Michel et Jeanne d’Arc », t. XLII, mars 1874, p. 97.

38  « Portrait de Mlle MEP », médaillon, bronze, dans Explication des ouvrages de peinture […] exposés au palais des Champs-Élysées le 1er mai 1874, Paris, Imprimerie nationale, 1874, n° 3216, loc. inc.

39  A. de Latour, art. cit., 27 décembre 1872.

40  Ibid., 28 décembre 1872.

41  Ibid. Ce passage est une citation de la lettre à Féart, op. cit., p. 22.

42  Introduction au JME, p. XXX.

43  C. Dubois, « Deux anniversaires », L’Espérance, 5 mai 1883.

44  A. de Latour, art. cit., 28 décembre 1872.

45  Entre 1870 et 1900, cent une biographies lui sont dédiées. J. Deramond, art. cit.

46  Marie-Edmée, op. cit.

47  « Extrait du rapport de M. Patin secrétaire perpétuel de l’Académie française dans la séance publique du 13 août 1874 », ibid., p. X.

48  A. de Latour, art. cit.

49  A. de Latour, « Marie-Edmée Pau », dans Marie-Edmée, op. cit., n., p. XXIV.

50  A. de Latour, « Le livre de Marie-Edmée », art. cit.

51  A. de Latour, art. cit., dans Marie-Edmée, op. cit., p. XXIV.

52  Lettres d’Antoine de Latour à Mgr Dupanloup, BNF, ms, Naf 24694.

53  Annuaire […] du département de Meurthe-et-Moselle, op. cit., 1871-72, p. 66.

54  Six lettres datées de Gaillon du 19 juillet au 19 août 1886 copiées dans le 8e carnet, CGP.

55  Lettre datée du 27 juin 1905 annexée au JME, CGP.

56  Pseudonyme de Céline Renard (1834-1887). Marie Pesnel retrace l’histoire de ses relations avec Mme Pau dans Marie Jenna intime, Paris, Béduchaud, 1911, chap. IV.

57  « Madame Voïard [sic] m’a dit qu’elle parlerait de moi à Marie Jenna ; je pense qu’elle lui dira aussi combien elle m’est déjà sympathique par ses œuvres, puis que je la verrai, et qu’elle aussi m’aimera peut-être un peu », notait Marie-Edmée le 13 juillet 1864.

58  M. Pesnel, op. cit., p. 59.

59  Ibid., p. 66.

60  Ibid., p. 56-58.

61  Ibid., p. 68.

62  M. Jenna, « Lettre à un ami. Marie-Edmée », Revue de la Suisse catholique, vol. 15, 1883, p. 465.

63  Ainsi désigne-t-elle Mme Pau dans ses lettres du 27 juillet 1879 à A. de Latour et du 1er octobre 1881 à Mr Roumanville, citées par Jules Lacointa, Marie Jenna, sa vie et ses œuvres, étude suivie de lettres de Marie Jenna, Paris, Poussielgue, 1905, p. 329 et p. 343.

64  Citée par Marie Pesnel, op. cit., p. 68-69.

65  « Les journaux publiés ont tous été recomposés ou réécrits, du moins stylisés » indique Philippe Lejeune. Op. cit., p. 22.

66  JME, 14 août 1866, p. 332 ; 25 août 1867, p. 375.

67  Ibid., 16 juillet 1863, p. 189.

68  On désigne ainsi les préfaces écrites par un tiers à la demande d’un éditeur, par opposition aux préfaces auctoriales. R. Sauvé, De l’éloge à l’exclusion, les femmes auteurs et leurs préfaciers au xixe siècle, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2008, p. 8.

69  Antonio Gomez-Moriana, cité par Rachel Sauvé, Ibid., p. 9.

70  Ibid.

71  Introduction au JME, p. V.

72  Ibid., p. V-VI.

73  L. Klejman, F. Rochefort, L’Égalité en marche, le féminisme sous la Troisième République, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Éditions des femmes, 1989, chap. I.

74  Introduction au JME, p. V.

75  L’oralité tient lieu d’alibi au préfacier qui « justifie l’écriture en la vouant à une fin extralittéraire » écrit Monique Saint-Martin, citée par Rachel Sauvé, op. cit., p. 63.

76  Introduction au JME, p. V.

77  Ibid., p. VI.

78  Ibid., p. IX.

79  Ibid., p. XIX.

80  Ibid., p. XI.

81  Ibid., p. VII.

82  Ibid., p. IX.

83  R. Sauvé, op. cit., p. 85.

84  Introduction au JME, p. X.

85  Ibid. Il s’agit là d’une vision édulcorée d’Eugénie de Guérin, forgée par Trébutien, préfacier de son journal.

86  Ibid., p. XI.

87  Ibid., p. XIII.

88  Ibid., p. XIV.

89  Ibid., p. XIX.

90  Ibid., p. VIII.

91  Ibid., p. XIII.

92  Ibid., p. XVII.

93  Ibid., p. XXIV.

94  Ibid., p. XXX.

95  R. Sauvé, op. cit., p. 27.

96  J. Claretie, La Canne de M. Michelet, promenades et souvenirs (1886), Paris, L. Conquet, 1892, p. 93.

97  Ibid., p. 94.

98  On retrouve cette comparaison dans de nombreuses critiques, tantôt à l’avantage d’Eugénie de Guérin, tantôt de Marie-Edmée.

99  C. Dubois, Contes d’Auteuil, Paris, Auteuil, imprimerie des apprentis catholiques, 1878, p. 162-165.

100  M. de la Rocheterie, « Le Journal de Marie-Edmée », Polybiblion, 2e série, t. IV, 2e semestre 1876, p. 421.

101  C. de C., « Marie-Edmée », La Voix de Notre-Dame de Chartes, n° 7, juillet 1877, p. 149.

102  M. Gaucher, « Causerie littéraire », Revue politique et littéraire, 20 juillet 1876, p. 113-114.

103  A. Maugue, L’Identité masculine en crise, au tournant du siècle, 1871-1814, Paris, Marseille, Rivages, 1987 ; A. Rauch, Le Premier sexe. Mutations et crise de l’identité masculine, Paris, Hachette littératures, 2000.

104  J. Chantrel, « Bulletin bibliographique. Le Journal de Marie-Edmée », Annales catholiques, 15 juillet 1876, p. 162-163 ; anonyme, « Le Journal de Marie-Edmée », Études religieuses, historiques et littéraires, décembre 1876 ; E. de Gournerie, « Marie-Edmée », Revue de Bretagne et de Vendée, t. 45, 1878, p. 181-194 ; Général Ambert, « Variétés. Marie-Edmée », L’Écho de Fourvière, 17 août 1878, p. 410-412 ; L. Roehrich, « Une sœur de Jeanne d’Arc », Revue chrétienne de Saint-Cloud, 1878, p. 487-501 ; La Mère de famille, « Causerie. Marie-Edmée », La Revue des familles, n° 29, s.d., p. 475-478.

105  J. C. M., « Marie-Edmée fille de Lorraine », s.l., s.d., CGP.

106  La Vie après le pensionnat. Complément de la vie au pensionnat, Avignon, Aubanel, 1902. Précisons que c’est les lettres de sa fille et non son journal que Mme Ferrucci publia.

107  M. Lenéru, op. cit ; R. de Saint-Pern, Journal, Angers, Sirodeau éditeur, 1906 ; A. Nin, Journal d’enfance, Paris, Stock, 1979, 2 vol.

108  J. Claretie, op. cit., p. 93.

109  Gérald Pau épousa Marie Henriette Guntz le 7 août 1884 à Marolles en Hurepoix. Merci à Gilles Picq de m’avoir communiqué une copie de leur acte de mariage.

110  BNF, ms, Naf 16983.

111  APVR cartons 62 et 63, lettres de Camille Vallery-Radot.

112  APVR, carton 63, carnet de notes de lectures, s.d.

113  Le Tintamarre, hebdomadaire satirique et financier, 19 décembre 1875 ; Le Gaulois, 14 décembre 1878.

114  F. Godefroy, Livre d’or français, la mission de Jeanne d’Arc, Paris, Librairie centrale de Philippe Reichel, 1878, p. 285. Cet auteur mentionne l’Histoire de notre petite sœur Jeanne d’Arc dans son Histoire de la littérature française depuis le xvie siècle jusqu’à nos jours, Paris, Gaume et Cie, 2e édition, 1879, t. I, p. 478. Pierre Lanéry ne partage pas son enthousiasme. Op. cit., n° 294.

115  La bibliothèque du séminaire de Nice conserve ainsi un exemplaire qui avait été distribué comme prix d’Histoire en 1892 au pensionnat des religieuses du Sacré Cœur de Montfleury.

116  Autour du berceau, Le Magasin pittoresque, t. XLI, août 1873, p. 265 ; Saint Michel et Jeanne d’Arc, Id., t. XLII, mars 1874, p. 97 ; Autour du berceau, La Jeune mère ou l’éducation du premier âge, janvier 1876, p. 36 ; Maison de Jeanne d’Arc, page de titre de l’Almanach Jeanne d’Arc, Nancy, Thomas, Pierron & Hozé, 1888, 2e année.

117  Anonyme, « Causerie du docteur. Les étrennes. Paris, le 1er janvier 1876 », La jeune mère ou l’éducation du premier âge, n° 3, janvier 1876, p. 35.

118  Anonyme, « Bibliothèques scolaires. Le Journal de Marie-Edmée », Journal des instituteurs et des bibliothèques scolaires, n° 19, 10 mai 1874, p. 301.

119  J. Frollo, « Une Française », Petit Parisien, 12 août 1884, p. 1. Jean Frollo est le pseudonyme de Jean Dupuy (1844-1919) qui présidait alors le conseil de surveillance du Petit parisien avant d’en devenir le propriétaire-gérant. Il fut sénateur des Pyrénées à partir de 1891 et occupa sous la République radicale plusieurs postes ministériels. Jean Jolly, dir., Dictionnaire des parlementaires français, Paris, PUF, 1966, t. IV, p. 1574-1576.

120  M. Darrow, « In the Land of Joan of Arc : the Civic Education of Girls and the Prospect of War in France, 1871-1914 », French Historical Studies, vol. 31, spring 2008, p. 265.

121  C. Juranville, Manuel d’éducation morale et d’instruction civique à l’usage des jeunes filles, Paris, Boyer, 1883, p. 237. Sur Marie-Edmée, voir p. 240-242. Cette première édition n’est pas illustrée.

122  Id., 7e édition, Paris, Hachette, 1911, p. 245.

123  C. Juranville, P. Berger, Troisième livre de lecture à l’usage des jeunes filles, Paris, Larousse, 1891, p. 160-161.

124  P. Cabanel, Le Tour de la nation par des enfants, romans scolaires et espaces nationaux, xixe-xxe siècle, Paris, Belin, 2007, p. 367.

125  C. Juranville, P. Berger, op. cit., p. 161.

126  Ibid., p. 160.

127  M. Darrow, art. cit., p. 277.

128  C. Juranville, op. cit. 15e édition, s.d., Bibliothèque municipale de Nice.

129  A. Bessières, La Croisade des enfants, ligue eucharistique des enfants pour la victoire de la France, le salut des mourants, la pacification et la restauration chrétienne des patries, Paris, Beauchesne, 1917, p. 13.

130  S. Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants, 1914-1918, essai d’histoire culturelle, Paris, A. Colin, 1993, p. 40-41.

131  A. Bessières, op. cit., p. 14-15.

132  BNF, Est., coll. Laruelle, t. 123, D 040622. « Une héroïne française », s.l., s.d. L’article, rédigé d’après le témoignage d’Aline Boutroux « femme de l’académicien » est donc postérieur à 1912, année d’élection d’Émile Boutroux à l’Académie française.

133  Acte de décès communiqué par la Mairie de Nancy.

134  « Dons faits au Musée Lorrain », Journal de la Société archéologique et du Musée historique lorrain, juillet 1888, p. 152.

135  Dans l’album 1, on lit par exemple cette mention au crayon : « page détachée pour être offerte. » Dans un autre album : « composition offerte à une amie pour le jour de son mariage. » Dans les deux cas, l’écriture d’Emma Pau est identifiable. Le catalogue de vente de la bibliothèque de Jules Claretie révèle que cet auteur était en possession d’un exemplaire du JME auquel étaient annexés une lettre autographe de Mme Pau et « un très joli dessin original au crayon et une esquisse de Mlle Marie-Edmée Pau ». Catalogue de la bibliothèque de feu M. Jules Claretie, 5e partie, Paris, H. Leclerc, Em. Paul, n° 4511.

136  Pastel réalisé en 1866, un don de Guerrier Dumast au ML. « Dons », Bulletin mensuel de la Société d’archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, mai 1909, p. 120. Voir supra, p. 99.

137  N. Cadène, « Marie-Edmée… une artiste lorraine oubliée », art. cit.

138  Ainsi, au département des Estampes de la BNF un dossier d’œuvres est référencé à la lettre E : SNR 3 « Edmée Marie. »

139  Dans La Guerre des enfants, Stéphane Audoin-Rouzeau évoque une « dictature du présent » qui affectait aussi l’enseignement de l’histoire. Op. cit., p. 33.

140  J. M. Binot, Héroïnes de la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2008.

141  Un monument à Louise de Bettignies à Lille, des statues à la mémoire d’Édith Cavell à Paris (détruite par les Allemands en 1940), Londres et Bruxelles, de Gabrielle Petit à Bruxelles.

142  C. de Woznicki, « Un livre à lire et à relire. Le Journal de Marie-Edmée », Polonia, n° 19, 12 mai 1917.

143  R. Rogers, F. Thébaud, La Fabrique des filles de Jules Ferry à la pilule, Paris, Textuel, 2010, p. 73.

144  I. Grellet, C. Kruse, Des jeunes filles exemplaires, Dolto, Zaza, Beauvoir, Paris, Hachette littératures, 2004.

145  M. Perrot, « Introduction », t. IV de Histoire de la vie privée, De la Révolution à la Grande Guerre, op. cit. p. 9.

146  Maire indique s’être appuyé sur le « témoignage » de la générale Pau. Op. cit., p. 5.

147  Questions féminines et questions féministes, 1924, n° 3. Revue mensuelle fondée en 1924 par Marie Maugeret. J’y ai relevé une seule occurrence à Marie-Edmée, à propos de la biographie signée par Maire, 1927, n° 5, p. 159.

148  L. Klejman, F. Rochefort, op. cit., p. 110-112.

149  L’analyse repose sur un corpus d’une cinquantaine d’images trouvées dans la presse illustrée (L’Illustration, le Petit Journal), dans les bibliothèques numériques Europeana et Gallica, la base Joconde et la base de l’agence photographique de la RMN, [recherches effectuées en avril 2011]. Pour alléger les notes infrapaginales, les photos en ligne sont référencées par des lettres qui renvoient au fonds de la BNF (Est) les CP par des chiffres (CNC).

150  P. Marot, op. cit., p. 44.

151  A.

152  « La fermeture de la chasse à Rambouillet : le général Pau », couverture de L’Illustration, n° 3597, samedi 3 février 1912.

153  B.

154  « Général Pau », photo H. Manuel, s.d. [v. 1910], http: //www.military-photos.com/pau.htm[page consultée le 15 avril 2011].

155  « Au 20e corps », 7 avril 1907 ; « Marie-Edmée Pau », 21 avril 1907, dans l’Écho de Nancy, notice biographique publiée après la nomination du général Pau à la tête du 20e à Nancy ; « Bloc-notes parisien. Le général Pau « raconté » par sa sœur Marie-Edmée », Le Gaulois, 25 juillet 1911, p. 1 ; J. Claretie, « Un héros. La véridique histoire du Général Pau et de sa sœur », Les Annales, n° 1589, 7 décembre 1913, p. 521. « Une héroïne française », art. cit.

156  n° 1.

157  n° 2.

158  Écusson en soie d’après la photo Manuel, s.d., CNC ; boite ronde en fer-blanc à l’effigie du général Pau, s.d. [v. 1915], INRP.

159  D. Cette photographie recadrée fut diffusée en CP (n° 4) et servit de modèle à une estampe couleur parue dans L’Illustration du 17 avril 1915, n.p.

160  « Le général Pau », L’Illustration n° 3731, 29 août 1914, p. 161. Portrait équestre. CP n° 5.

161  n° 6, 7.

162  S. Audoin-Rouzeau, Combattre, op. cit., p. 295.

163  Le Petit Journal, supplément illustré, 12 août 1917.

164  CP d’après une photographie de J. Schoepflin, Neufchâtel, 1917, dédicacée par le général Pau à Camille Vallery-Radot. MD, APVR, B 8.

165  E. Photo reproduite dans Le Petit journal, 7 août 1920.

166  Loc. inc. Ce portrait est connu par une reproduction photographique de François Vizzavona, Paris, RMN, fonds Druet-Vizzanona, inv. VZD2723.

167  F, G, H.

168  I.

169  « Le général Pau mort le 2 janvier », couverture de l’Illustration, n° 4646, 9 janvier 1932.

170  L’action héroïque de Marie-Edmée est mentionnée par le colonel A. Grasset dans l’Illustration, id., p. 38, mais pas dans le Petit Journal, Le Temps, Le Petit Niçois du 3 janvier 1932 ni dans « Le Général Pau », Ric et Rac, 9 janvier 1932.

171  C. Bard, Les Garçonnes. Modes et fantasmes des années folles, Paris, Flammarion, 1998, p. 57.

172  Abbé Bethléhem, « Les femmes catholiques et le théâtre », Questions féminines et questions féministes, 15 août 1926, p. 10.

173  P. Borel, op. cit.

174  G. Picq, « Pillard d’Arkaï, bandit des terres », dans Léo d’Arkaï, Il***, Châlons-en-Champagne, Cynthia 3000, 2006, p. 45-55.

175  Frédéric Viborel (la Colle-sur-Loup, 13 novembre 1885 – Nice, 21 septembre 1963) était rédacteur à l’Éclaireur de Nice. Outre une série d’ouvrages sur Marie Bashkirtseff, il a écrit Le Roman de Gustave Courbet d’après une correspondance originale du grand peintre, Paris, R. Chiberre éditeur, 1922 ; Le Destin tragique de Maupassant d’après des documents originaux, Paris, Éditions de France, 1927.

176  Borel a sombré dans un oubli mérité. Mais il était alors honoré (chevalier de la Légion d’honneur en 1932) et soutenu par de nombreux confrères. Dans la préface au t. II des Cahiers intimes inédits de Marie Bashkirsteff, Paris, Éditeurs associés, 1925, C. R. Manset le présente comme un érudit. J. J. Brousson souligne son omniprésence : « Où que vous alliez, à Nice, vous trouverez Pierre Borel […] Rien de ce qui s’est passé par là, et de ce qui s’y passe, ne lui est étranger. » Préface de Cahiers intimes inédits de Marie Bashkirseff, Paris, Rombaldi, 1926, t. III, p. X.

177  C. Cosnier, Marie Bashkirtseff…, op. cit., p. 324-326, à propos de Marie Bashkirtseff peinte par elle-même.

178  G. Picq, « On destocke Gisèle… », art. cit.

179  C’est notamment le cas de Jacques-Louis Douchin qui, dans « l’androgyne et le faune », introduction au Cahier d’amour, Arles, Arléa, 1992, fait preuve d’une stupéfiante absence de rigueur.

180  A. Artinian, « Maupassant and Gisèle d’Estoc, a Warning », Modern Language notes, vol. 76, n° 4, april 1952, p. 251-253.

181  P. Borel, op. cit., p. 46.

182  M. Dottin-Orsini, Cette femme qu’ils disent fatale, textes et images de la misogynie fin-de-siècle, Paris, Grasset, 1993, p. 20.

183  Association Symbolique Mossa, Gustav Adolf Mossa. Catalogue raisonné des œuvres « symbolistes », Paris, Somogy, 2010. Le rapprochement n’est pas seulement chronologique et géographique. Mossa a illustré la couverture d’un guide cosigné par Borel et Pierre Devoluy, Au gai royaume de l’Azur, Grenoble, Rey, 1924.

184  A. Lanoux, Maupassant le « Bel-ami », Paris, Fayard, 1967, p. 376-401 ; J. L. Douchin, art. cit.

185  Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal, cités dans « Trouble-genre », préface à l’édition française de J. Butler, op. cit., p. 15.

Table des illustrations

Légende Portrait de Marie-Edmée (Sellier ?), frontispice de H. Calhiat, Une plume, un pinceau, une croix, Cattier, 1886.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/55847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Frontispice d’Histoire de notre petite sœur Jeanne d’Arc, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/55847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Portrait de Marie-Edmée par Flameng, frontispice du Journal de Marie-Edmée, Plon, 1876.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/55847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende « Elle copia cette belle tête »
Crédits (Gravure, anonyme, Manuel d’éducation morale et d’instruction civique à l’usage des jeunes filles, 7e édition, Hachette, 1911).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/55847/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende « ... elle le cherche à travers les blessés... »
Crédits (Gravure anonyme, Troisième livre de lecture à l’usage des jeunes filles, Larousse, 1891).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/55847/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Carte postale patriotique du général Pau par Manuel.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/55847/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Carte postale patriotique « Marie-Edmée Pau, sœur du général, héroïne du patriotisme en 1870. »
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/55847/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/55847/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© Presses universitaires de Provence, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search