Version classiqueVersion mobile

Bouquetins et Pyrénées

 | 
Aline Averbouh
, 
Valérie Feruglio
, 
Frédéric Plassard
, 
et al.

Le bouquetin dans les Pyrénées

De l’ADN à la morphologie

Évelyne Crégut-Bonnoure et Irène Ureña

Texte intégral

1Plusieurs analyses de séquences partielles de l’ADN mitochondrial*, s’appuyant sur l’étude de la région codant pour le cytochrome b*, et de la région de contrôle, ont été effectuées afin de dégager les parentés entre les divers bouquetins (Hassanin et al. 2009, 2012, Manceau et al. 1999a, 1999b.). Elles débouchent sur des groupements dits « monophylétiques » de certaines espèces qui se trouvent associées dans un même clade. D’autres études se sont intéressées au chromosome Y (Pidancier et al. 2006) et à l’analyse des allozymes* (Hartl et al. 1992). Dans le cas du bouquetin alpin et du bouquetin des Pyrénées, toutes concluent à une probable origine commune.

2L’examen de la morphologie des crânes et des chevilles osseuses aboutit à d’autres conclusions et propositions. En effet, les caractéristiques crâniennes rapprochent le bouquetin de la chaîne pyrénéenne et le bouquetin du centre du Caucase. L’exploitation des données métriques (méthode des distances) associe le premier avec le bouquetin alpin chez le mâle alors que les femelles des Pyrénées ont un fort taux de similarité avec le bouquetin du Caucase (Crégut-Bonnoure 2002, 2009, 2020). Pour compliquer les choses, l’aspect de la robe et le cornage des bouquetins de la chaîne des Pyrénées et du Caucase ont des similitudes (Couturier 1962).

3Comment une telle divergence de résultats est-elle possible ? Les analyses moléculaires concernent quelques individus des espèces actuelles qui, dans le cas des bouquetins alpins et ibériques, ont connu un resserrement important de la taille de la population (goulot d’étranglement ou goulot démographique). Elles pourraient ne pas refléter le polymorphisme génétique initial. Il conviendrait d’élargir les analyses avec plus de représentants actuels.

4Une récente analyse s’est intéressée aux fossiles de ces deux espèces (Ureña et al. 2017). Trois entités (haplogroupes*) sont mises en évidence : celle du bouquetin alpin, celle du bouquetin des Pyrénées et celle du bouquetin ibérique qui groupe les formes de Castille et d’Andalousie. La monophylie du bouquetin alpin et du bouquetin ibérique est à nouveau confirmée. La divergence entre les deux espèces se situe plus ou moins au tout début du Pléistocène supérieur (fin du stade isotopique 5, début du stade isotopique 4), entre 57 774-92 240 BP. Le bouquetin de la chaîne pyrénéenne, Capra pyrenaica pyrenaica, se serait séparé des bouquetins ibériques entre 50 137-75 833 BP. Malheureusement, les échantillons français les plus anciens du stade isotopique 5e (Baume Moula-Guercy) et du stade isotopique 4 (Adaouste, bau de l’Aubesier) attribués à du bouquetin du Caucase (Crégut-Bonnoure 2002, 2020 ; Capra caucasica praepyrenaica) n’ont pu fournir d’ADN. D’autres analyses sont donc nécessaires pour mieux identifier la diversité des différentes espèces de bouquetins, notamment les fossiles du Caucase, et tester aussi une possible hybridation interspécifique. Les données paléontologiques apporteront-elles d’autres informations ?

Auteurs

Dr, Biologiste, Titulaire supérieure en activités techniques et professionnelles (Titulada Superior de Actividades Técnicas y Profesionales), Département de Mejora Genética Animal, Instituto Nacional de Investigación en Tecnología Agraria y Alimentaria, 28040, Madrid, Espagne – irene.u.h[at]gmail.com

© Presses universitaires de Provence, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search