Version classiqueVersion mobile

L’Affaire Girard-Cadière

 | 
Stéphane Lamotte

Avant-propos

Texte intégral

1Ce département a fourni deux criminels d’un autre genre. Girard, l’assassin de Guillaume d’Orange, et Girard, l’assassin de la vertu de la fameuse Cadière. Girard, moine Jésuite, doué d’un tempérament bouillant, prompt à s’enflammer à la vue des infortunées dont la dévotion fanatique et mal entendue, venoit étaler, dans un confessionnal, les charmes que la nature leur donna pour appeler la maternité dans leur sein, Girard trouva plus commode pour ses desseins, de faire servir le ciel au succès des plaisirs que ses semblables annoncent sortir des enfers. Cadière, d’un esprit romanesque, belle comme les anges, éprise du paradis, comme les femmes le sont d’un bal ou d’un spectacle, ne rêvant que sainteté et que vertu, fut facilement la dupe des extases que lui prodiguoit son infatigable directeur. Il est des plaisirs que l’on est bien prêt de prendre pour des plaisirs célestes, quand l’âme est totalement terrestre. Mais, tôt ou tard le réveil vient, et l’on reconnoît avec douleur, que l’on n’est que matière. Ce réveil vint, et Cadière, déchue de la sainteté, en conçut tout le déplaisir d’une mortelle. L’affaire fut portée devant les tribunaux. Toute l’Europe en retentit. Mais alors l’honneur des corps l’emportoit toujours sur la vertu outragée. Girard sortit blanc comme neige de cette lutte indécente, et Cadière fut sacrifiée. À ce comble d’iniquité, les Jésuites joignirent le comble du mensonge. Ils prétendirent qu’il étoit mort en odeur de sainteté à Dole, sa patrie ; tandis que les monstres, enchérissant sur la loi qui l’avoit absous, loi injuste qu’ils avoient acheté, mais qui l’avoit pas moins innocenté, le faisoient périr de misère et de douleur, dans la maison de force des Bons-Fils de Saint-Venant, où il mourut enfin, après une carrière de vingt années de chagrin et de captivité : exemple mémorable des faiblesses humaines, de la conduite inquisitoriale d’un ministère de tyrans, de la corruption de la justice, et du mensonge odieux, éternel arc-boutant de la conduite monacale.

2J. La Vallée, L. Brion, Voyage dans les départemens de la France. Enrichi de Tableaux géographiques et d’Estampes, t. V, Paris, Brion, 1792, l’An premier de la République française, p. 30-31, article « Jura ».

3Pour les citations du xviiie siècle, l’orthographe de l’époque a été conservée.

4Les accents et la ponctuation ont été actualisés afin de faciliter la lecture.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search