Version classiqueVersion mobile

Al Magnifico Agostino Chigi

 | 
Amélie Ferrigno

Conclusion

Texte intégral

1La dédicace est un exercice de style codifié révélateur du talent et de la personnalité de l’auteur. Chacune des dédicaces adressées à Agostino Chigi contribue à dépeindre le paysage littéraire et éditorial de la Rome du début du Xvie siècle (1505-1515). Elles ont également fait apparaître les thématiques liées à la condition de l’auteur, à la recherche de protection, et aux nombreux changements produits par l’imprimerie dans le marché du livre. Les stratagèmes d’écriture communs à chacune d’entre elles ont été relevés et commentés. Leur analyse a ainsi démontré la personnalité de chaque auteur à travers une série d’éléments récurrents adaptés à leur sujet respectif. Elles ont également démontré des liens étroits entre éditeurs et auteurs dans l’édition romaine, un secteur et un réseau en pleine expansion au cœur duquel le mécène, comme l’homme d’affaires, trouve sa place et un intérêt.

2Les quatre dédicaces que nous avons analysées donnent chacune un exemple de la façon dont Agostino Chigi a été sollicité par les auteurs pour encourager et favoriser la diffusion de leur œuvre : en tant qu’amateur de littérature et de culture classiques par Egidio Gallo, en tant qu’expert des techniques de comptabilité par Juan de Ortega. Giorgio Benigno Salviati le sollicite pour le statut qu’il occupe au sein du Vatican et de la société moderne du début du xvie siècle, et Thomas Ram voit sans doute en lui le mécène idéal qui pouvait le mieux soutenir l’originalité de son projet éditorial.

3Nouvel archétype de la Renaissance, le marchand-banquier est en effet au cœur des préoccupations et transformations sociétales de cette époque. Chacun des auteurs se rapproche donc du mécène « ricco » et « generoso », mais voit surtout un intérêt à demander la protection de l’homme d’affaires. Les dédicaces de Juan de Ortega et de Thomas Ram, plus particulièrement, montrent le rôle d’Agostino Chigi dans la marchandisation des savoirs et offrent au lecteur du xxie siècle le témoignage des bouleversements culturels et économiques liés à leur démocratisation. Les nouvelles méthodes éducatives qui naissent du développement de l’imprimerie mettent désormais à la disposition de nouveaux lecteurs une éducation vendable et démocratisée, également synonyme de gain pour ceux qui ont investi dans la réalisation du projet éditorial. Le manuel d’apprentissage des techniques d’arithmétique de Juan de Ortega et l’almanach de Thomas Ram sont deux ouvrages didactiques adressés à un plus large lectorat et consacrés à la vulgarisation des savoirs et des techniques. L’image d’Agostino Chigi favorise ainsi la vente du livre auprès du public qu’il représente et auprès duquel circulent désormais les savoirs.

4Les auteurs adressent leur dédicace à Chigi afin de bénéficier de la protection et du soutien d’un puissant mécène, mais de par sa position professionnelle et sociale, le marchand-banquier n’est pas à considérer comme n’importe quel mécène. À travers ses commandes, son soutien économique et sa notoriété, Agostino Chigi propulse son statut de bourgeois au même rang que celui des princes. Son ambition à vouloir égaler la richesse et la renommée de ces derniers l’engage dans un mécénat aussi fastueux, mais sans doute marqué par la caractéristique supplémentaire d’une conscience ancrée dans les nouvelles réalités économiques de la société qu’il contribue lui-même à mettre en place.

5Le mécénat littéraire et éditorial d’Agostino Chigi, qui s’illustre à travers son investissement dans la fondation d’imprimeries, ou avec le soutien accordé aux auteurs et aux éditeurs (même si on ne sait pas précisément quels avantages et protection Chigi a octroyé aux auteurs qui lui ont adressé leur dédicace), ne doit pas être considéré comme secondaire, ou en marge de son mécénat artistique, car il reflète véritablement la nature du mécène-homme d’affaires, qui dans ce secteur s’exprime plus clairement. Il doit donc être intégré à l’ensemble de son mécénat. Un mécénat moderne et en parfaite adéquation avec son temps.

6Le mécénat d’Agostino Chigi est donc, une fois de plus, lié à ses préoccupations d’homme d’affaires, son statut de mécène et celui de banquier étant indissociables. Il demeure une source de glorification, de médiatisation, de prestige et de reconnaissance sociale. La circulation des livres élargit ainsi sa notoriété et l’impression des œuvres par les typographes lui permet d’inscrire durablement sa magnificence et de faire rayonner sa réussite. Les particularités de son implication dans l’imprimerie et le secteur éditorial mettent par ailleurs en lumière les caractéristiques du mécénat d’un homme d’affaires concentré sur le profit. Il s’agit d’un mécénat en parfaite cohérence avec ce qu’il est foncièrement, un banquier, un marchand dont les principales activités sont l’argent, la vente, le profit. Agostino Chigi pratique un mécénat qui s’adapte à toutes les nouveautés, artistiques, technologiques et scientifiques de son temps. La rationalité caractéristique de l’emblématique figure du marchand-banquier, les avancées de la science, l’obsession de la prévision des évènements et de la mesure du temps, traduisent les intérêts du mécène homme d’affaires et transparaissent désormais dans les diverses voies de son mécénat.

71515 est une année particulièrement riche pour Agostino Chigi dans le secteur de l’édition romaine. C’est l’année de la première édition de Pindare, publiée par l’imprimerie financée par le banquier. C’est également l’année où Juan de Ortega et Thomas Ram lui consacrent une dédicace en sollicitant sa protection. On a pu constater combien il était présent dans les divers témoignages et hommages que lui rendent les auteurs dans l’édition romaine de cette époque, soit en faisant allusion à sa grande richesse, soit en vantant ses compétences de financier, ou en faisant l’éloge de ses plus belles commandes. L’imprimerie permet alors à Agostino Chigi d’expérimenter une nouvelle façon de « mécéner ». Il ne s’agit plus de passer des commandes, comme il le faisait auprès des architectes et des peintres qui ont collaboré à la valorisation de son image à travers leurs œuvres, mais de soutenir, de financer, d’investir.

  • 1 On ne sait pas où se trouvait la bibliothèque personnelle d’Agostino Chigi. La demeure du banquier (...)

8La recherche de dédicaces adressées à Agostino Chigi reste néanmoins à poursuivre. Cette étude, exclusivement concentrée sur l’édition romaine comprise entre 1500 (période qui marque le début d’une forte ascension professionnelle d’Agostino Chigi à Rome) et 1520 (année de sa mort), constitue une première étape de l’enquête. La période et le territoire explorés (l’édition romaine) sont apparus comme le socle de base le plus évident pour démarrer cette recherche. L’activité professionnelle d’Agostino Chigi, comme son mécénat, se déroulent presque exclusivement à Rome durant ces années et jusqu’à sa mort (à l’exception de l’église Santa Maria della Sughera qu’il fit construire à Tolfa et de la commande de La Madonna della Sughera, exposée dans une petite chapelle près des mines). Les origines siennoises du banquier, la position de la famille Chigi à Sienne, ainsi que son séjour à Venise, sont autant d’éléments qui invitent à poursuivre l’enquête auprès d’autres auteurs, siennois par exemple, ou à exploiter la piste d’une reconstitution de sa bibliothèque personnelle1.

Notes

1 On ne sait pas où se trouvait la bibliothèque personnelle d’Agostino Chigi. La demeure du banquier dans le quartier Trastevere, construite pour le loisir et le divertissement, fréquentée par les érudits, les auteurs et possible siège de l’imprimerie grecque de Calliergis, devait inévitablement comprendre une pièce réservée aux livres. Il semble peu probable que le banquier n’ait pas été propriétaire d’une bibliothèque. Par ailleurs, on sait que l’origine de la Biblioteca chigiana (historiquement constituée par Fabio Chigi, le pape Alexandre VII) remonte à Agostino Chigi, qui rassembla la collection des divers membres de sa famille, ainsi que celle de la famille Aldobrandini et collectionna les manuscrits et les imprimés. Francesco D’Aiuto, Paolo Vian, Guida ai Fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca Vaticana, Vol. I : Dipartimento Manoscritti ; Vol. II : Dipartimento Stampati-Dipartimento del Gabinetto Numismatico - Ufficio della Prefettura, Città del Vaticano, Archivio, Biblioteca Apostolica Vaticana, 2011.

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search