Version classiqueVersion mobile

Al Magnifico Agostino Chigi

 | 
Amélie Ferrigno

Le banquier et la course du temps

La dédicace de Thomas Ram

Texte intégral

1La dernière dédicace que nous examinons figure dans l’Almanach novo da ritrovare la luna et li feste mobile con li dadi de Thomas Ram, imprimé à Rome par Andrea Antico en 1515. Si la documentation offrait peu d’information sur Juan de Ortega, elle en offre encore moins sur Thomas Ram, dont on ne sait rien en dehors de ce que nous dit la dédicace. L’Almanach novo est un document relativement bref, in-folio de 32 pages. Comme l’indique le titre, il permet de suivre la course de la lune et de calculer la date des fêtes mobiles.

  • 1 Elide Casali, Le spie del cielo. Oroscopi, lunari e almanacchi nell’Italia moderna, Torino, Einaudi (...)
  • 2 Deux exemplaires seulement ont été trouvés de cette édition : un à la Bibliothèque Apostolique Vati (...)

2Il est assez difficile de rassembler des données sur la diffusion de l’almanach au début du Cinquecento en Italie. Les historiens situent ce genre populaire1 vers le milieu du xvie siècle, mais les études se sont plutôt concentrées sur la production italienne des xviie et xviiie siècles, plus abondante, en particulier sur les éditions du nord de l’Italie. L’almanach de Thomas Ram paraît relativement tôt. Il s’agit d’un ouvrage rare2 dont la méthode proposée mêle calculs astronomiques, fêtes religieuses et jeu de hasard. Une analyse des caractéristiques de l’ouvrage de Ram dans l’historiographie de la littérature de colportage et de la littérature populaire au début du xvie siècle n’entre pas dans nos compétences. Ce document permet néanmoins d’ajouter à notre corpus une dédicace inédite adressée à Agostino Chigi, d’observer une nouvelle sollicitation du banquier et de poursuive l’analyse du rôle de l’homme d’affaires dans la diffusion et la marchandisation des savoirs.

L’almanach de Thomas Ram : trouver la date des fêtes mobiles grâce à un jeu de dés ?

3Comme cela a été évoqué précédemment, les théologiens ne furent pas les seuls à s’emparer du problème lié à la mesure du temps et à la fixation des fêtes mobiles. Le début du Cinquecento offre aux savoirs des voies de diffusion plus larges - notamment grâce à l’imprimerie - et la mesure du temps devient une question à laquelle les érudits, les scientifiques confirmés ou contestables (voire douteux) veulent également se confronter.

4Après la solution - incorrecte mais élaborée avec le plus grand « soin »- proposée par le théologien Salviati, c’est une méthode de calcul pour le moins originale et ludique qui est proposée par Thomas Ram, qui ne revendique jamais avoir produit sa méthode pour répondre au débat de la réforme du calendrier. Pour venir à bout de ce problème de datation des fêtes mobiles, l’auteur offre une approche basée sur l’étude des phénomènes astronomiques liée à un jeu de hasard. La découverte de ce document offre l’occasion de distinguer les différentes figures de savants qui se sont emparés du problème. Thomas Ram n’est pas un savant des universités. L’almanach élaboré par cet ancien militaire converti à l’étude des sciences astrales a pour vocation de permettre à « quiconque » de trouver la course de la lune et des fêtes mobiles. Il atteste ainsi que la préoccupation de la maîtrise du temps, directement liée au fonctionnement civil et quotidien des cités, avait dépassé les hautes sphères ecclésiastiques et savantes, et s’était introduite dans les genres littéraires les plus populaires, témoignant du processus de laïcisation dans lequel entrent la science et la société moderne.

  • 3 Lodovica Braida, op. cit., p. 184-185 : Du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle, il existe plusieurs sor (...)

5Durant cette époque, plusieurs types de guides calendaires cohabitent (calendrier ecclésiastique, calendrier lunaire, almanach) entre lesquels il est parfois difficile de distinguer des nuances3. Le genre du calendrier et de l’almanach sont assez proches. La différence réside essentiellement dans l’utilisation de ces deux systèmes de mesure et dans le type des utilisateurs.

6Le calendrier avait été conçu pour donner un rythme et une mesure de temps communs à une société, une civilisation. Il reposait sur des calculs complexes et des observations astronomiques du mouvement des luminaires (utilisés depuis toujours comme instruments de mesure du temps) qui délimitent les années, les saisons, les jours… Il était élaboré à partir de calculs astronomiques, de l’étude des mouvements du soleil et de la lune, mais insérait également les rites religieux qui rythment le cours de l’année avec les fêtes mobiles et fixes à célébrer. Il réunissait donc les deux cycles, théologique et naturel.

  • 4 Il « opère la fusion du calendrier lunaire et du calendrier des saints avec le pronostic sur le cou (...)
  • 5 L’origine étymologique du mot demeure obscure : « manàh » de l’hébreu « compter » et « man » nom or (...)
  • 6 Calendrier lunaire ou almanach ? La préoccupation commune aux deux genres est de prévoir l’avenir. (...)

7L’almanach apparaît, quant à lui, comme une version plus ancienne du calendrier ecclésiastique4. Le mot « ’al manàh », originaire du Proche-Orient5, signifie « calendrier », ou « climat » en arabe. À l’origine, il servait à prendre connaissance du « temps » à la fois climatique et temporel (durée). Son utilisation était étroitement associée aux pronostics météorologiques qui réglaient le travail dans les champs. C’était un système de mesure principalement lié au cycle de la nature, très proche des besoins du paysan et de la vie agricole. Il faisait figurer les pleines lunes, permettait de faire des pronostics sur les périodes favorables aux semences, aux récoltes... et des pronostics astrologiques. Ce genre appartenait à la littérature populaire et eut beaucoup de succès sous l’Ancien Régime. Comme le calendrier lunaire6, c’était un genre assez répandu au xvie siècle, qui constituait un document plus simple que les calendriers, majoritairement utilisés par les érudits. Moins précis dans l’explication des mouvements des astres et des conjonctions, il vulgarisait les pratiques astronomiques/astrologiques dont il simplifiait le propos et était utilisé par un plus large public.

8Le but principal du calendrier ecclésiastique était, hormis celui de donner un rythme et une mesure du temps harmonieuse, de déterminer la date de célébration des fêtes religieuses. La fixation de la date de Pâques était alors l’objet principal du comput à la Renaissance. Rédigé en latin, c’était un ouvrage de l’élite ecclésiastique dont les calculs et l’élaboration étaient très compliqués et exclusivement réservés aux computistes.

  • 7 Les pronostics de nature météorologique s’étendent à des pronostics de nature astrologique, délivra (...)

9Mais avec l’avènement de l’imprimerie, les almanachs se multiplient en même temps que leurs fonctions. On les emploie désormais aussi bien pour établir les différents types de pronostic que pour se repérer dans l’écoulement du temps d’une année, grâce aux repères astronomiques - éclipses, équinoxes, solstices - et même théologiques, puisque certains font figurer les saints. Ainsi, l’almanach est un instrument de mesure, permettant d’établir des pronostics à partir de l’étude des astres. Il permet une prévision du temps, d’abord climatique, puis, par extension, du temps existentiel, le temps de la destinée (puisque les astres exercent leur influence aussi bien sur l’agriculture, que sur les êtres7). L’astrologie judiciaire se rapproche naturellement de ce genre, car l’utilisation du manuel amène elle aussi à la formulation interprétative des données. En outre, à la différence du calendrier ecclésiastique, les almanachs contenaient généralement une partie pédagogique qui expliquait à l’utilisateur le « découpage temporel », une caractéristique qui témoigne de la visée démocratique de l’ouvrage dans la perspective d’une plus large consommation.

10Ancien militaire converti à l’étude des sciences astrales, Thomas Ram rédige son propre almanach - à moins qu’il ne s’agisse d’un jeu déguisé en almanach - et s’essaie aux prévisions, aux pronostics, offrant une méthode de calcul pour prévoir la date des fêtes mobiles à l’aide de tableaux et d’un jeu de dés. C’est vraisemblablement dans cette combinaison que réside la « nouveauté » de la méthode qu’il propose. Bien qu’il en revendique le caractère exclusif et inédit, il est difficile de savoir s’il en est réellement l’inventeur, ou si d’autres publications du même genre sont parues auparavant. L’auteur propose une méthode de calcul pour le moins hasardeuse employée à une fin religieuse, puisqu’il s’agit de « trovare con la luna e gli dadi le feste mobile » et plus particulièrement la fête de Pâques.

11L’étude de la dédicace adressée à Agostino Chigi fait appel à une double analyse. La première cible les stratégies d’approche d’un auteur envers son mécène et les raisons qui ont poussé Ram à solliciter la protection d’Agostino Chigi (il s’agit encore de calculs). La seconde est liée au genre même de l’œuvre et met en lumière la volonté d’une démocratisation des savoirs - synonyme de gain - par les efforts d’une approche pédagogique (étudiée en particulier à travers le commentaire du mode d’emploi de l’almanach) afin de rendre l’ouvrage accessible au plus grand nombre, et ainsi d’encourager à sa consommation.

Analyse du paratexte éditorial

  • 8 Le cardinal Flavio Chigi junior (1711-1771), parent du pape Alexandre VII, possédait également des (...)

12L’exemplaire de la Bibliothèque Apostolique Vaticane est pourvu d’une reliure de vélin doré garnie de deux doubles filets d’encadrement et présentant sur le plat l’écusson d’Agostino Chigi, posé au-dessus d’un astre (un soleil ou une étoile) et surmonté de la marque distinctive des armoiries de cardinaux, le chapeau cardinalice. Au début du Cinquecento, Agostino Chigi ne compte pas de cardinal parmi les membres de sa famille. La reliure de l’exemplaire date donc vraisemblablement du temps où le pape Chigi, Alexandre VII, est cardinal (Fabio Chigi). L’écusson d’Agostino Chigi (qui est ensuite devenu celui de la famille) présente les symboles déjà décrits plus haut : les six monts surmontés d’une étoile et le chêne8.

  • 9 Cf. Annexe VII.
  • 10 Dans la dédicace adressée à Giovanni Francesco Stella dans Rote perpetue de Girolamo Cataneo, l’aut (...)

13La page de titre est ornée d’un beau frontispice9 : la lune (dotée d’un visage humain) dans toutes ses phases (le croissant, la demi-lune et la pleine lune représentant la course de l’astre dans le temps) de manière concentrique et auréolée de rayons. La représentation de cet astre est en cohérence avec le sujet traité par Thomas Ram, puisque le calcul des dates des fêtes mobiles s’effectue à partir de l’observation de la lune. On remarque que l’auteur insère déjà un argument de vente dès le titre, en insistant sur le fait qu’il s’agit d’un almanach « novo » (nouveau), présentant donc une particularité inédite10. Le titre de l’ouvrage apparaît au-dessus de l’illustration, sous laquelle figure le privilège assurant le droit exclusif de l’impression à l’éditeur pour une durée de cinq ans :

« Lautum concessione et decreto S.D.N.D. Leonis divina providentia Pape. X. ne quis librù hunc intra quinquenium imprimere aut impressum venundare usquà possit. »

« En vertu de la concession et du décret S.D.N.D. de sa sainteté le pape Léon X par la divine providence, personne ne pourra imprimer ou vendre après impression ce brillant livre en nul endroit pendant une période de cinq ans ».

  • 11 Cf. Annexe VIII.

14Au bas du dernier folio11 figurent les notes typographiques renseignant sur le lieu d’édition, la date et l’identité de l’éditeur :

  • 12 Ville d’Istrie en Croatie dont le nom actuel est Montovun, autrefois Montona.

« Impressum Rome Per Andream Antiquum de Montona12 Anno domini M ccccc xv Die xxiii Mensis Novembris. »

« Imprimé à Rome par Andrea Antico de Montona, en l’an du Seigneur 1515, le vingt-troisième jour du mois de novembre ».

  • 13 La marque typographique d’Andrea Antico représente deux « A » entrelacés. Marco Menato, Dizionario (...)

15Miniaturiste et imprimeur, Andrea Antico imprime donc l’almanach le 23 novembre 1515 à Rome (la marque du typographe n’apparaît nulle part dans l’ouvrage13). C’est la seconde fois que nous rencontrons le nom de cet éditeur - plus connu en tant que compositeur et éditeur spécialisé dans l’impression de musique. Nous l’avons évoqué lors de la reconstitution du parcours d’Ottaviano Petrucci de Fossombrone, l’autre imprimeur de musique exerçant sur les territoires pontificaux, à qui Chigi aurait vraisemblablement offert son soutien et à qui le pape avait retiré le permis d’imprimer de la musique en faveur d’Andrea Antico. Il semble que les deux hommes se soient croisés plusieurs fois au cours de leur carrière et se soient concurrencés afin d’obtenir le droit d’imprimer de la musique, leur champ de prédilection à tous deux. On ignore la date de naissance de cet éditeur de Montona (probablement entre 1470 et 1480). On le rencontre à Venise vers le début du Cinquecento, où il est vraisemblablement chanteur et organiste dans une église. Quatorze de ses compositions furent d’ailleurs imprimées par Ottaviano Petrucci à Venise entre 1505 et 1509. En 1510, il mène une activité éditoriale à Rome qui rompt l’hégémonie et l’exclusivité d’Ottaviano Petrucci dans le domaine de l’édition musicale. Il s’intéresse à divers genres musicaux en vogue, anticipant sur les changements de tendances et de goûts, une aptitude que lui permettent certainement ses qualités de musicien et de chanteur. Il apporte ainsi des innovations dans l’impression des partitions musicales et devient le grand rival d’Ottaviano Petrucci.

  • 14 Emmanuel Rodocanachi, op. cit., p. 265.
  • 15 D. Augusto Vernarecci, Ottaviano de’ Petrucci da Fossombrone, inventore dei tipi mobili metallici f (...)

16Le 27 janvier 1516, Antico obtint en effet du pape Léon X le droit d’imprimer la musique, un privilège qui était attribué à Petrucci depuis 1511. Certains historiens le mettent en relation avec les musiciens de chambre du pape Léon X et le cercle de Pietro Bembo, personnage récurrent de l’entourage d’Agostino Chigi. Ce changement d’attribution de privilège semble avoir mis en grande difficulté Ottaviano Petrucci. Pourtant, les travaux d’Emmanuel Rodocanachi, nous apprennent que les deux hommes ont très probablement collaboré, puisqu’en mai 1516 ils signent un contrat relatif à la vente d’un certain nombre d’exemplaires de livres de chants14. Il s’agirait du Liber quindecim missarum electarum quae per excellentissimos musicos compositae fuerunt... dans lequel figurent les plus grands auteurs de musique de l’époque. Vernarecci s’interroge sur ce qui a pu se produire durant ces années où l’on retrouve à Rome des éditions des deux typographes concurrents15. Il pose la question de la nature de leurs rapports (tantôt concurrents, tantôt associés) et des différents appuis qu’ils ont reçus au sein même de la cour pontificale (entre autres du pape et de Chigi).

17La biographie d’Andrea Antico reste très imprécise, on sait seulement qu’il poursuivit son activité dans l’édition musicale au moins jusqu’en 1537.

  • 16 On sait qu’Ottaviano Petrucci, éditeur de musique, publia également quelques ouvrages astrologiques (...)

18La dédicace à Agostino Chigi confirme la présence de l’éditeur de musique dans le réseau du banquier (déjà en rapport avec les musiciens du pape) et crédibilise par ailleurs la thèse d’une proximité entre le banquier et Ottaviano Petrucci dans le secteur de l’édition musicale. L’ouvrage de Thomas Ram n’est mentionné nulle part dans la documentation consacrée à Andrea Antico. Cette impression est une œuvre à part dans l’édition du typographe de partitions musicales, mais relève de techniques voisines du point de vue éditorial et typographique (les lignes de partitions et la transposition de notes ou les lignes d’un tableau et la transposition de chiffres répondant aux mêmes exigences techniques). Il n’apparaît donc pas surprenant qu’un éditeur de musique puisse publier un tableau de données numériques16, d’autant plus s’il présente une dédicace à Agostino Chigi.

Retranscription de la dédicace17

  • 17 Cf. La dédicace en annexe IX. La retranscription de la dédicace de Thomas Ram reste fidèle au texte (...)

19La dédicace de Thomas Ram se compose de trois parties. La dédicace elle-même, adressée au mécène, est rédigée intégralement en latin. Elle est suivie du mode d’emploi de l’almanach, également rédigé en latin, puis de sa traduction en italien qui, dans les dernières lignes, diffère légèrement de la version latine.

« D[omino ?] Augustino Chisio Thomas Ram · Salutem ·Plurimam ·Dicit ·

  • 18 L’année « MDXV » apparaît manuscrite après le terme « Vale » dans l’exemplaire de la BAV.

20Quoniam vita hec, qua fruimur (ut scite Crispus inquit) brevis est, decet nos vir humanissime summa ope niti, ut has horas rapidissimas honestissimi studiis, quo ad licet, interpellemus · Ego · enim · cui a natura insitum semper fuit, ut otium ipsum odissem, abhorremque, nedum fugerem, cum dudum iure quasi optimo donatus rude militaribus me studiis, quibus tenebar, subtraxissem, non passus sum pariter animum cum corpore diu languescere · Longa itaque animi indagationem quo · pacto cursus, rationesque, Lune facile a quovis dignosci, colligique possent, comperimus · Quibus enim noscendis tanta inest facilitas et voluptas, ut iam aleator ipse mensem, horas, puncta, quibus Lunae cursus cònficit ex amussim tenere possit · Ordo igitur ac modus infra in lemmate opusculi fatis abunde explicabitur, ut scilicet tribus iactis taxillis ipsius Lunae cursum et ordinem usque ad annum unum de viginti, Identidem et solemnia, quae festa mobilia nuncupant ad annos · XXXIII · certissima quadam lege queas cognoscere · Id quod cum adhuc illibatum intactumque est, tumque non utilitatis minus quam iocunditatis habet, spero non ingratum amplitudini tuae fore munusculum, qua re, ut uir es humanissimus, quodcunque hoc muneris non aspernaberis, quod malim largientis animi magnitudine quam date rei parvitate metiaris. Vale18.

21Ordo ac modus ad inveniendum ·

22In primis notandum est litteram · « p » · significare plenilunium, Caeteras uero anni menses in unamquamque mensem incipientem ab ipsa · Praeterea advertendum, tribus numeris, qui in quadratis continentur significari primo diem, secundo horas, tertio puncta, Dies uero ipse incipit a meridie · Cum igitur Lunae coninctionem cupies cognoscere, iacito tres taxillos, quorum si dispar erit numerus, tunc a littera mensis propositi gradatim per singulas litteras tam mensium quam plenilunii numerando ascendas, donec numerum taxillis designitatum finiueris, et ab ea littera, ubi dictus numerus finitus fuerit, rursum ex transuerso singula quadrata computabis, donec eundem numerum terminaueris, ibi ergo diem horas et puncta coniunctionis cognosces, sub qua coniunctione plenilunium inuenies, eadem hec ratio et via si par erit numerus taxillor descendendo tamen seruanda eri · Sed si in ea facie in qua est mensis propositus, taxillorum numerus plene non absoluitur, tunc folium uertendum est, nam in singulis foliis duo anni continentur cum fuis pleniluniis et festis mobilibus ·

23Preterea notandum est in festis mobilibus eadum rationem et uiam feruari que feruatur in lunario · Item aduertendum quod littera · « F » · mensem notat Februarium · « M » · uero Martium et Maium et · « A » · Aprile · « I » · Iunium ·

24In primis /e/ da notare la littera P · come significa il plenilunio et tutte le altre li mesi de lanno cioe ciascuna il mese cominciante da essa · Preterea /e/ dauertire che li tre numeri liquali se contengono in quelle casette quadrate, significano cioe il primo el mese, il secondo lhore, il terzo ipuncti · et il giorno comincia da mezo di · Quando adunca vorrai sapere la coniunctione della Luna, tira tre dadi de quali se il numero sera disparo, allhora dalla littera del mese proposito gradualmente per ogni litterasi delli mesi come del plenilunio ascendendo numera, finche haverai compito il numero designato dalli dadi, et dalla littera dove il dicto numero serra finito, de novo per il transverso contarai tutte le casette quadrate, finche il medesmo numero haverai terminato, li adunca il giorno, lhora, et li pùcti della coniunctione potrai cognoscere, sotto la qual coniunctione trovarai il plenilunio · Questa medesma ragione, et uia servarai, si el numero de dadi sera paro descendendo pero ma se in quella faciata, dove e / il mese proposto, il numero de dadi non se contene ad pieno, allhora voltarai il foglio, perche una faciata all’altra corresponde, et ogni foglio contiene dui anni. Item sapi che la ultima charta quale /è/ una faciata sola al modo delle prime e non contiene tutto il numero de dadi allhora se ritorna al capo della medesma charta.

25Preterea aduertirai che nelle feste mobile se serva il medesmo modo che /e/ dicto de sopra nel lunario et notarai che la littera · M · significa il mese di Marzo et Maio et le · F · Februario et li ·I · Iunio et la · A · Aprile, et sappi che del · M ·D ·XLVI sera il giorno de santo Ioàne et il corpo de xpò i un medesmo di · »

Libre traduction

« À Agostino Chisio, Thomas Ram fait mille compliments

26Puisque la vie dont nous jouissons (comme le dit finement Crispus) est brève, il nous sied, Ô homme si cultivé, de faire le plus grand effort pour suspendre, autant qu’il est possible, nos heures trop fugaces par des études très honorables. Moi, en effet, dont la nature a depuis toujours inculqué de haïr le loisir lui-même, de m’en détourner avec horreur, et même de le fuir, quand récemment, en vertu d’un droit pour ainsi dire excellent, ayant été gratifié de mon bâton de retraite, je me suis retiré des occupations militaires qui me retenaient, je n’ai pas souffert que mon esprit en même temps que mon corps devienne nonchalant longtemps. C’est pourquoi, au prix d’une longue recherche de l’esprit, nous avons appris comment la course de la lune et ses phases peuvent être reconnues et rassemblées par n’importe qui. En effet, dans la connaissance de ces matières, il y a une si grande facilité et un si grand plaisir que désormais même un joueur de dés peut vraiment retenir le mois, les heures, les instants dans lesquels s’accomplit la course de la lune. Ce mode d’emploi sera donc bien assez expliqué dans le chapitre liminaire de mon opuscule ci-dessous de sorte qu’en jetant trois dés, tu puisses connaître par une règle absolument sûre l’ordre de la course de la lune jusqu’à l’année dix-neuf et en même temps les solennités qu’on appelle fêtes mobiles sur trente-trois ans.

27Ce sujet qui, d’une part, à ce jour n’a été ni traité, ni défloré et qui, d’autre part, a autant d’utilité que d’agrément, sera, je l’espère, par ta Grandeur, un petit cadeau non dénué de charme. Pour cette raison, en homme plein d’humilité que tu es, tu ne mépriseras pas mon cadeau quel qu’il soit, je préférerais que tu le mesures d’après la grandeur du cœur qui te l’offre plutôt que d’après la petitesse de ce qui t’est donné.

28Porte-toi bien.

29L’ordre et la mesure

  • 19 Autre traduction possible : « si leur nombre est inégal ».

30Tout d’abord il faut noter que la lettre P indique la pleine lune, et toutes les autres [lettres] les mois de l’année, c’est-à-dire, le mois qui commence par cette même lettre. En outre, il faut remarquer que les trois nombres qui sont contenus dans les carrés indiquent en premier le jour, en deuxième les heures, en troisième les instants, et que le jour lui-même commence à partir de midi. Donc quand tu désireras connaître la conjonction de la lune, jette trois dés : si le nombre obtenu est impair19 alors tu devras remonter en comptant autant de mois que de pleines lunes graduellement lettre par lettre à partir de la lettre du mois proposé jusqu’à ce que tu aies atteint le nombre désigné par les dés et, à partir de la lettre où le dit nombre aura été atteint, à nouveau transversalement tu calculeras chaque carré jusqu’à ce que tu aies obtenu le même nombre : là donc tu connaîtras le jour, les heures et les instants de la conjonction sous laquelle tu trouveras la pleine lune ; ce même calcul et cette même méthode devront être observés si le nombre des petits dés est pair mais en descendant ; et si sur la page sur laquelle est proposé le mois, le nombre obtenu avec les dés n’est pas pleinement atteint, alors il faut tourner la feuille car dans chaque folio sont contenues deux années avec leurs pleines lunes et leurs fêtes mobiles.

31En outre, il faut remarquer que, pour les fêtes mobiles, le moyen et la même méthode sont observés que ceux que l’on observe pour la lunaison.

32De même, il faut remarquer que la lettre F note le mois de février, M, Mars et Mai, A, Avril, I, Juin. »

33Tout d’abord il faut noter que la lettre P indique la pleine lune, et toutes les autres [lettres] les mois de l’année, c’est-à-dire, le mois qui commence par cette même lettre. En outre, il faut remarquer que les trois nombres qui sont contenus dans les carrés indiquent en premier le jour, en deuxième les heures, en troisième les instants, et que le jour lui-même commence à partir de midi. Donc quand tu désireras connaître la conjonction de la lune, jette trois dés : si le nombre obtenu est impair alors tu devras remonter en comptant autant de mois que de pleines lunes graduellement lettre par lettre à partir de la lettre du mois proposé jusqu’à ce que tu aies atteint le nombre désigné par les dés et, à partir de la lettre où le dit nombre aura été atteint, à nouveau transversalement tu calculeras chaque carré jusqu’à ce que tu aies obtenu le même nombre : là donc tu connaîtras le jour, les heures et les instants de la conjonction sous laquelle tu trouveras la pleine lune ; ce même calcul et cette même méthode devront être observés si le nombre des petits dés est pair mais en descendant ; et si sur la page sur laquelle est proposé le mois, le nombre obtenu avec les dés n’est pas pleinement atteint, alors il faudra tourner la feuille. La dernière feuille qui ne présente qu’une seule face [un seul recto] de la même manière que les premières feuilles, ne contient pas tous les numéros pour les dés, tu devras alors te reporter au début de la même feuille.

34De même, tu remarqueras que pour les fêtes mobiles, on utilise la même méthode que pour la lunaison et tu noteras que la lettre M désigne le mois de Mars et le mois de Mai, et F le mois de Février, et I le mois de Juin et la lettre A Avril, et sache qu’en 1546 la Saint-Jean et la Fête-Dieu auront lieu le même jour. »

Commentaire de la dédicace

Le dédicataire : objet publicitaire

  • 20 Brian Richardson, op. cit., p. 68 : « Elemento strutturale della dedica : il nome del patrono compo (...)

35Thomas Ram débute sa dédicace par une formule d’hommage traditionnelle, « À Agostino Chisio, Thomas Ram fait mille compliments », avec la présence des initiales latines « S ·P ·D » (Salutem Plurimam Dicit) pour s’adresser à son protecteur ; une amorce révérencieuse par laquelle l’auteur salue le mécène et lui exprime sa gratitude et son respect. L’apparition des noms du mécène et de l’auteur en lettres capitales, en tête de la dédicace, présente un argument de vente, et place l’auteur et le dédicataire sur le même plan (comme s’ils offraient tous deux le texte au lecteur). Le nom du mécène, qui apparaît avant celui de l’auteur, premiers mots de l’ouvrage, est mis en valeur et garantit la promotion de l’œuvre20.

  • 21 On ne sait pas comment ni quand Thomas Ram entre en contact avec Chigi et Antico. Par ailleurs, l’o (...)

36On ne sait rien des relations entre Ram et Chigi21, ni à quel entourage appartenait cet auteur. Son identité, son parcours et ses rapports avec le banquier posent bien des questions. Ram était un ancien militaire. Une information qui suscite nombre d’interrogations sur sa formation et son réseau de connaissances. Par quelle voie a-t-il pu se rapprocher de Chigi ? Converti aux sciences astronomiques, faisait-il partie de l’entourage savant qui fréquentait la villa du Tibre ? Comme la plupart des auteurs, Thomas Ram doit lui aussi recourir à l’appui d’un mécène généreux et puissant afin d’assurer la vente de son ouvrage. Nous l’avons vu avec l’étude des dédicaces précédentes, le choix du dédicataire doit être réfléchi. Il faut d’abord que l’œuvre intéresse le mécène, puis que les lecteurs puissent facilement faire un lien entre le sujet traité et le dédicataire. Par ailleurs, c’est de la position sociale du mécène que va dépendre la diffusion de l’œuvre auprès du milieu susceptible de présenter de potentiels acheteurs. Plus le réseau du mécène est large, plus sa notoriété est grande et plus la diffusion de l’œuvre sera étendue. Thomas Ram adresse la dédicace de son almanach novo à Agostino Chigi. En effet, il s’agit une fois encore de calculs, ici de calculs astronomiques (alliés à une méthode ludique), qui confirment l’intérêt du mécène pour les sciences mathématiques et astrales, laissant percevoir que l’attrait du banquier pour ces matières était connu de tous.

37Destinant son almanach à la vente et comptant, comme tout auteur, sur de bonnes retombées, Thomas Ram doit trouver le moyen de le promouvoir. Agostino Chigi sert donc une nouvelle fois d’argument publicitaire. Alors que Juan de Ortega vantait les mérites d’un manuel de comptabilité commerciale en exploitant l’image du puissant banquier, Thomas Ram va utiliser l’image d’Agostino comme représentant des utilisateurs de son almanach. En offrant une dédicace au célèbre banquier, il demande sa protection, espère profiter de sa notoriété et garantit la qualité de son œuvre auprès du lectorat.

Le lieu de comparaison et la thématique principale

38Ram débute sa dédicace par une réflexion sur la vie et la fugacité du temps passé sur terre, soulignée par les termes « brève », « suspendre », « heures trop fugaces ». Il estime que la meilleure façon d’employer son temps est de se consacrer à l’« étude » de disciplines méritantes, en l’occurrence celle des sciences astronomiques, qu’il qualifie de « très honorables ». Il affirme implicitement la supériorité de cette discipline (superlatif absolu) et privilégie ce domaine dans la gamme des disciplines à étudier. Avec l’emploi de la conjonction « puisque », Ram commence sa dédicace en annonçant la raison motivant ces études : la brièveté du temps et la nécessité de ne pas le gâcher. L’étude de ces matières est ainsi présentée comme essentielle et indispensable parmi les activités que peuvent mener les hommes dans le temps qui leur est imparti sur terre.

  • 22 Flavius Iulius Crispus Caesar (vers 305-326) est le fils aîné de l’empereur romain Constantin et de (...)

39Il cite Crispus22, fils de l’empereur Constantin, qui fit une brillante mais très brève carrière militaire. Cette référence à un personnage de l’Antiquité fait partie des stratégies rhétoriques employées par les auteurs afin d’insérer leur œuvre dans la lignée de grands auteurs. La connotation philosophique démontre une certaine instruction et sous-entend également qu’il s’adresse à un lectorat qui pourra saisir les thématiques sous-jacentes à cette allusion : la brièveté du temps, la référence militaire... Ainsi, la citation du personnage antique est-elle une manière de donner à l’œuvre une patine intellectuelle et de l’insérer dans un lignage de réflexions qui garantit sa qualité. L’évocation de Crispus lui permet d’aborder une question existentielle, le temps imparti à l’homme sur terre, et, à travers cette question, de livrer les premiers arguments légitimant la vente de son almanach. Il annonce donc d’emblée le thème central de son ouvrage : la fuite du temps et la nécessité de comprendre sa course, qui détermine la fugacité de l’existence de l’homme sur terre.

40Ram s’adresse à Agostino Chigi en le flattant et en le qualifiant d’homme « cultivé », et même d’homme d’exception. Il l’inclut dans la communauté des hommes de science et de savoirs, et l’intègre au groupe de savants qui se consacrent à l’étude de sa discipline. Le banquier apparaît donc une fois encore comme la figure idéale pour promouvoir l’œuvre auprès du public.

41Publié en 1515, l’ouvrage de Thomas Ram s’inscrit lui aussi dans le débat de société qui anime les esprits de l’époque : la réforme du calendrier et l’élaboration d’une mesure plus précise du temps. Ainsi, Thomas Ram s’appuie sur le constat fait par Crispus - « la vie est brève »- pour formuler une métaphore à travers laquelle il exprime l’importance de bien employer son temps. Les études « très honorables » sont pour lui le moyen de maîtriser un instant cette fuite du temps. L’auteur dessine ainsi en arrière-plan la problématique de fond, qui est la compréhension de la course du temps, en faisant prendre conscience à son lecteur de cette fuite en avant qu’est l’existence sur terre. Ne pouvant la maîtriser, ni la ralentir, ni l’arrêter, il peut néanmoins essayer de maîtriser son temps au mieux, de le comprendre et de l’employer à une cause valable. Le calcul du temps par l’observation astronomique apparaît alors comme le moyen le plus approprié pour composer avec cette force. Il sous-entend donc que l’almanach permet de maîtriser cette fuite en prévoyant la course de la lune.

42Les « études très honorables » font également apparaître la thématique de la diffusion des savoirs auprès d’un public plus large, un nouveau public en quête de connaissances. Si chacun veut employer son temps de façon optimale, il peut le faire par l’étude des sciences astronomiques qui permettront de mieux s’approprier le temps, et donc de mieux le « retenir ». Le genre de l’almanach apparaît comme un support par lequel l’auteur véhicule le savoir auprès d’un plus grand nombre. Ainsi, Ram propose un genre « novo » et, en faisant cette référence à un personnage antique, inscrit en même temps son ouvrage dans une tradition scientifique. On note également que la dédicace est écrite en latin, la langue des sciences. Il s’agit donc bien, dans un premier temps, de revendiquer la légitimité scientifique de l’ouvrage, puis de viser une large diffusion. La version du mode d’emploi en langue courante témoigne d’ailleurs de l’effort de pédagogie et de démocratisation.

L’auteur

43La dédicace contient souvent des informations sur la genèse et les circonstances de publication de l’œuvre. C’est ce à quoi Juan de Ortega faisait allusion lorsqu’il parlait de ceux qui avaient « blâmé » son ouvrage et l’avaient poussé à se tourner vers d’autres mécènes.

44Thomas Ram se présente succinctement et livre quelques bribes biographiques en informant le lecteur de ses anciennes occupations militaires (était-il ingénieur, soldat ?). Le lecteur comprend désormais le choix de la référence à Crispus, brillant militaire de l’Antiquité auquel l’auteur s’identifie. La consonance de son nom de famille (Ram ou Ramus) révèle certainement des origines germaniques, mais l’absence totale de documentation à son sujet nous autorise seulement à formuler des hypothèses. Les quelques lignes de présentation permettent également de percevoir son parcours de formation. Nous ne sommes pas en présence d’une œuvre rédigée par un savant des universités, ni un astronome, encore moins un homme d’Église. Il s’agit d’un ancien militaire (?) qui a récemment pris sa retraite et souhaite consacrer son temps à l’étude des disciplines astronomiques. Thomas Ram est donc probablement un homme d’un âge avancé, instruit, passionné par ces questions. On sent son enthousiasme à l’idée de pouvoir (enfin) se consacrer à ces études, libéré des « occupations militaires qui [le] retenaient ».

45Ces quelques lignes reflètent également le décloisonnement du savoir à cette époque, où les disciplines quelles qu’elles soient convergeaient, se nourrissaient les unes des autres. L’art militaire faisait en effet, fréquemment appel à l’astrologie et à l’astronomie, notamment sur les champs de batailles.

Les arguments de vente : « facilité », fiabilité, « plaisir » pour « n’importe qui »

46Ram poursuit son argumentaire de vente en annonçant les raisons qui inciteront les lecteurs à se procurer son almanach : La « grande facilité » et le « grand plaisir » d’utilisation de son ouvrage doivent séduire les acheteurs. Le genre de l’almanach répond à un désir de vulgarisation, puisqu’il met à la portée de quiconque des savoirs complexes. Le développement de l’imprimerie contribue à la diffusion de ce genre de documents qui se répand progressivement durant la Renaissance, donnant accès à un savoir auparavant réservé aux érudits des universités ou de l’Église. L’almanach de Thomas Ram propose de comprendre la course de la lune et de calculer le jour où seront célébrées les fêtes religieuses mobiles sur plusieurs années. L’auteur présente un manuel pédagogique muni d’un mode d’emploi permettant à « n’importe qui » d’effectuer ce calcul à l’aide d’un jeu de dés. Ram dit avoir lui-même élaboré cette méthode après de « longues » études, une « longue recherche » qui lui a permis de comprendre ce mécanisme astral. Il souhaite désormais le transmettre au plus grand nombre par la vente de son ouvrage.

  • 23 C’est en effet ce que confirme Lodovica Braida pour le public des xviie et xviiie siècles (op. cit.(...)

47Le but de l’almanach rejoint donc bien la préoccupation commune aux savants qui s’attachent au problème de la réforme du calendrier et à celle de Giorgio Benigno Salviati. L’approche de ce dernier ne favorisait pas l’élargissement de la connaissance à tous, car pour l’évêque la science n’appartient qu’à Dieu et son entendement sur terre ne peut se faire que par l’inspiration divine, réservée aux prophètes et aux membres désignés dans le clergé. Le souhait de Ram, en revanche, est d’offrir une méthode de calcul à la portée de « n’importe qui ». Il propose donc une méthode facile et amusante qui se substitue au calendrier ecclésiastique, compliqué et élitiste, pour calculer la date des fêtes mobiles. C’est une des raisons pour lesquelles il intitule son ouvrage almanach « novo » (une méthode populaire pour déterminer la date des fêtes mobiles, accessible à tous et à l’aide d’un jeu de dés !). Grâce à cet ouvrage, la course de la lune et ses phases, ainsi que le calcul des fêtes mobiles, seront accessibles à un plus grand nombre, et non plus seulement aux computistes. Toutefois, Ram cherche à atteindre un plus large public, certes, mais en choisissant la figure d’Agostino Chigi pour promouvoir son œuvre le public visé est celui de l’élite romaine, de la bourgeoisie marchande qui compose l’entourage du banquier et qui représente le lectorat en demande de ce genre d’ouvrages. Ce public (nouvelle catégorie sociale qui n’appartient ni à l’Église, ni à la noblesse et sur laquelle se fonde un nouveau système économique) ne doit donc pas être confondu avec une grande partie de la population analphabète (paysans23,…). Le public urbain ciblé (qui représente un lectorat en expansion) n’est pas étranger au développement de l’imprimerie et des nouvelles possibilités d’acquisition des connaissances qu’elle apporte. La démocratisation des savoirs par l’imprimerie (et les gains potentiels qu’elle représente du fait d’une consommation élargie et diversifiée) est vraisemblablement une caractéristique récurrente dans le mécénat éditorial et littéraire d’Agostino Chigi. Remarquons de nouveau que la dédicace et le mode d’emploi sont rédigés en latin avec, cependant, une version du mode d’emploi en italien. L’emploi du latin montre que l’auteur souhaite que son œuvre s’inscrive dans la tradition d’œuvres érudites. La traduction du mode d’emploi en italien montre, quant à elle, une volonté de rendre la méthode accessible. Ce détail permet donc de définir la clientèle visée : un public non érudit, mais assez cultivé pour comprendre le latin, plutôt bourgeois, d’où provient précisément la demande d’une vulgarisation des savoirs.

48L’évocation de « la longue recherche » menée par l’auteur lui permet de s’inscrire dans la tradition des humanistes et des savants et de certifier la légitimité de son œuvre. L’adjectif « longue » cherche à démontrer la scientificité de la méthode et atteste de sa qualité. En outre, on peut supposer qu’il apporte cette précision afin de répondre aux éventuels détracteurs et aux lecteurs sceptiques.

49Il présente donc ces calculs astronomiques comme un jeu. Et c’est en effet à l’aide de dés qu’il élabore sa méthode. On perçoit ici les limites scientifiques de l’ouvrage de Ram, qui se prétend pourtant fondé sur une longue recherche. Il est, en effet, peu probable que le hasard puisse fournir des résultats fiables sur la mesure du temps et l’observation des différentes phases de la lune. Nous y reviendrons plus amplement. Le lecteur du xxie siècle se délecte ici de la conciliation entre sciences, hasard, religion, tout à fait caractéristique de la Renaissance. Quoi qu’il en soit, la méthode de Ram a été conçue pour prévoir « le mois, les heures, les instants dans lesquels s’accomplit la course de la lune », c’est-à-dire pour prédire la course du temps avant qu’elle ne se déroule. C’est ce qu’il entend par le mot « retenir ». « Tenir le temps » signifie en prendre possession. Ainsi, le prévoir, le programmer à l’avance, permet de mieux le dompter. Le découpage du temps qu’effectue Ram en mois, heures et instants révèle comment la rationalité marchande et le calcul de plus en plus précis ont influé sur les mentalités et sur la nécessité, désormais commune à tous les citoyens, d’une mesure plus rigoureuse, concrète, d’un temps minuté, fractionné.

50Comme nous l’avons déjà dit, le genre de l’almanach répond à un désir de vulgarisation puisqu’il met à la portée de tous des savoirs scientifiques complexes. Il s’agit donc, pour Ram, de présenter un « almanach scientifique », autrement dit un genre populaire par lequel il transmet des données savantes appliquées à une question d’ordre socioreligieux : celles des fêtes mobiles. Il réhabilite donc un usage à l’origine pratiqué par les paysans et lié à l’astrologie judiciaire (puisqu’il est basé sur des déductions et interprétations) pour permettre à « n’importe qui » de prédire la course de la lune.

Thomas Ram pédagogue

51Ram annonce que l’almanach est précédé d’un mode d’emploi « expliqu[ant] » la manière de procéder aux différents calculs permettant de trouver les fameuses dates des fêtes mobiles. Il assure la faisabilité de ces opérations dès la dédicace afin que l’approche du lecteur envers sa méthode soit immédiate. Le lecteur pourra ainsi se rendre compte rapidement de la facilité annoncée quelques lignes plus haut. L’effort pédagogique est souligné par la présence d’une version du mode d’emploi en langue courante. Il multiplie ainsi le nombre potentiel de ventes.

52Enfin, il certifie la fiabilité de sa méthode par l’application d’une « règle » permettant de retrouver « l’ordre » de la course de la lune. L’adverbe « absolument » vient ainsi renforcer l’adjectif « sûre », démontrant l’efficacité de sa méthode (ou de son jeu). La facilité avec laquelle le lecteur-acheteur pourra s’emparer du problème et l’effort de pédagogie fourni par l’auteur sont les arguments de vente infaillibles. Thomas Ram respecte la forme traditionnelle de l’almanach qui présentait un passage pédagogique avec une explication. Il annonce que les utilisateurs de l’almanach pourront prédire la course de la lune jusqu’en 1519 et connaître la datation des fêtes mobiles sur une période de 33 ans. Il précise ainsi la double fonction de l’almanach : prévoir les lunaisons et connaître la date des fêtes mobiles. Il propose donc un manuel pédagogique pourvu d’un mode d’emploi permettant d’accéder à un savoir scientifique, (même si l’analyse du mode d’emploi montrera plutôt les faiblesses scientifiques de sa méthode et, en revanche, la force de son caractère ludique). Il en amorce déjà une présentation : elle se pratique à l’aide de trois dés. Ainsi, il s’apprête à dévoiler une règle « absolument sûre » par laquelle le lecteur pourra prévoir les cycles lunaires.

La fin de la dédicace : la rhétorique de l’adulation

53Dans ce passage, l’auteur précise que son sujet n’a jamais été « traité » et affirme le caractère inédit de sa méthode : parvenir à un calcul des dates des fêtes religieuses grâce à un jeu de dés. En plus d’attirer la curiosité de l’homme d’affaires, l’ouvrage de Ram présente la particularité de concilier deux systèmes apparemment contradictoires, hasard et calcul scientifique. Il s’agit, en effet, vraisemblablement, du premier ouvrage de ce genre paru dans l’édition italienne du xvie siècle. Les publications scientifiques (relatives à l’astrologie, l’astronomie) sont en effet plus nombreuses dans la seconde moitié du Cinquecento. Un almanach destiné à un large public pour des calculs habituellement réservés aux savants ou aux érudits ecclésiastiques à l’aide d’un jeu de dés est effectivement « novo », comme l’annonce le titre de l’ouvrage. La nouveauté, facteur déterminant des motivations de l’homme d’affaires, est une particularité qui a probablement éveillé la curiosité du banquier, toujours en quête d’inédit, de méthodes innovantes, et devient un argument de vente.

54Il souligne l’« utilité » de cet ouvrage à son dédicataire. Non seulement il est en phase avec la préoccupation concernant une réforme du temps, mais il est surtout en phase avec un homme d’affaires qui a besoin d’avoir à sa disposition des outils innovants lui permettant de maîtriser le temps, de le calculer, de le prévoir. On avait déjà compris l’importance d’une mesure des risques que permettait l’astrologie pour un homme tel qu’Agostino Chigi. On comprend désormais l’importance de la mesure du temps pour le marchand-banquier, acteur des transformations économiques et civiques qui génèrent ces changements calendaires.

55L’idée exposée n’a a priori rien de grotesque, si ce n’est qu’elle ne démontre pas la rigueur que requiert ce genre de calcul, puisqu’elle a recours aux jeux de dés. La dédicace de Thomas Ram nous laisse donc perplexe. S’agit-il réellement d’un almanach ? Ou d’un jeu dont le fonctionnement serait calqué sur celui de l’almanach ? Certes, science, théologie, astrologie judiciaire s’opposent et s’accordent tour à tour à cette époque. Ce document rend ainsi tout à fait compte de l’oscillation et des fluctuations de la pensée intellectuelle de cette période. Mêler la rigueur scientifique préconisée par les calculs astronomiques, l’interprétation intuitive et hasardeuse du jeu de dés et le domaine religieux est en cohérence avec l’esprit bouillonnant et fécond de la Renaissance, qui avance dans sa quête de savoir en conciliant tous les domaines de la connaissance. En outre, il rend également compte des préoccupations et des usages de l’époque, où il est possible de pratiquer l’astrologie judiciaire et d’établir des pronostics, tout en vivant selon la religion officielle.

56Enfin, Ram termine sa dédicace en employant les lieux communs traditionnels du système dédicatoire. Il évoque la « Grandeur » du mécène, mise davantage en valeur par l’humble présent qui lui est offert, l’almanach qualifié de « petit » cadeau. Les deux notions antonymes sont des images habituelles des dédicaces où l’auteur fait toujours preuve d’humilité en présentant son œuvre, démontrant d’autant plus la nécessité de trouver une protection auprès d’un mécène qui, lui, est représenté comme puissant et généreux. Par l’emploi d’une litote, Ram espère séduire son mécène et souligne qu’il s’agit d’une œuvre « non dénué[e] de charme ». Il poursuit ensuite l’éloge et utilise la rhétorique de persuasion en vantant les qualités du dédicataire. Agostino Chigi apparaît ainsi comme un « homme plein d’humilité », valorisé face à d’autres mécènes qui auraient fait preuve d’arrogance et de dédain vis-à-vis de l’auteur et de son œuvre. Toujours dans le but d’un effet de persuasion, il affirme qu’il sait que Chigi « ne mépris[era] pas [son] cadeau ». Une affirmation qui convaincra le mécène d’accepter la demande de protection de l’auteur et qui est en même temps une formule souvent rencontrée dans les dédicaces afin de s’excuser à l’avance de la petitesse de l’œuvre. Il s’agit d’une façon d’anticiper la réaction du lecteur et de susciter sa satisfaction.

57Il réitère le contraste entre « la grandeur » du cœur de Chigi (en faisant implicitement appel à sa générosité, sa noblesse d’âme) et la « petitesse » du cadeau offert, qui renforce l’humilité de l’auteur face à la puissance du mécène. On retrouve ainsi la codification traditionnelle du système dédicatoire, où le mécène est loué. Enfin, Ram finit avec la formule habituelle, « vale », souhaitant une bonne santé à son protecteur.

58La dédicace se poursuit avec le mode d’emploi.

Commentaire du mode d’emploi : trouver « L’ordre et la mesure »

59Juan de Ortega avait choisi de s’exprimer en italien courant dans sa dédicace et dans son manuel. Thomas Ram, quant à lui, rédige sa dédicace en latin et fournit une traduction du mode d’emploi de son Almanach en italien, afin de transmettre sa méthode au plus grand nombre.

  • 24 Cf. Dédicace en annexe IX et tableau en annexe X.

60Après la dédicace, Thomas Ram présente les deux tableaux de l’almanach. Un premier tableau (de la page 2 à la page 20) où chaque page correspond à une année (de 1515 à 1533) et qui sert à calculer les lunaisons. Puis, un second tableau où il fait figurer six fêtes mobiles (« Quadragesima, Pasqua, Assensione, Penticoste, la Trinità, Corpus Christi ») qui donnent, pour chaque année, les prévisions des fêtes mobiles de 1515 à l’année 1546. Il décrit ainsi le contenu de l’almanach et la façon dont il faut l’utiliser24.

61Le titre donné au mode d’emploi : « l’ordre et la mesure », sous-entendu du temps (afin d’établir la course de la Lune et de trouver les dates des fêtes mobiles), évoque clairement un découpage précis et structuré du temps. Une fois que le lecteur aura fait l’apprentissage de cet ordre et de cette mesure, il sera capable de prévoir la date des fêtes mobiles.

62L’auteur explique ensuite la manière dont est construit l’almanach en donnant la transcription des abréviations qui apparaissent dans le tableau. Ainsi, la lette /P/ signifie pleine lune et les autres lettres, les mois de l’année, /F/ février, /M/ mars et mai, /A/ avril… Il explique ensuite que les trois nombres qui sont reportés dans les cases du premier tableau correspondent au « jour », aux « heures » et aux « instants », c’est-à-dire aux minutes (précisant que pour lui le jour commence à midi).

63Puis, vient le mode d’emploi permettant de connaître « la conjonction de la Lune », c’est-à-dire de déterminer les phases de lunaison. Pour cela, il suffit de jeter trois dés. Il donne ensuite une explication pour arriver au résultat escompté. Ainsi, la prévision de la date de la pleine lune dépendra du nombre qui apparaîtra sur chacun des trois dés. Selon qu’ils sont pairs ou impairs, la technique de compte ne sera pas la même. Ram ajoute enfin qu’il faut employer la même méthode pour trouver les phases de lunaison et pour procéder au calcul des fêtes mobiles (dans le second tableau).

64Il donne ensuite une version du mode d’emploi en italien qui, vers la fin, diffère légèrement de la version latine, puisqu’il ajoute une dernière indication qui ne figure pas dans la première version : « et sache qu’en 1546 la Saint-Jean et la Fête-Dieu auront lieu le même jour ». Ram parle de la fête de la Saint-Jean, célébrée à partir de l’observation des astres puisqu’elle correspond au solstice d’été, et affirme que cette fête tombera le même jour que la Fête-Dieu, c’est-à-dire la Fête du Saint-Sacrement (Corpus Christi), qui est une autre fête mobile, célébrée soixante jours après la fête de Pâques.

65L’almanach de Thomas Ram apparaît difficilement utilisable en tant que tel. D’après le mode d’emploi qui est censé apporter une explication claire et pédagogique sur la façon dont il faut l’utiliser afin de trouver les dates des fêtes mobiles, le fonctionnement est le suivant : on peut trouver les dates des fêtes mobiles à partir de deux jets de trois dés. Le premier jet (de trois dés) - correspondant au premier tableau - sert à trouver la pleine lune, le second jet (de trois dés) - correspondant au second tableau - la date des fêtes mobiles en fonction de la première indication. Le mode d’emploi et son explication sont, de prime abord, quasi incompréhensibles (outre les difficultés dues à la langue du xvie siècle, les tournures de phrases de l’auteur étant de surcroît très compliquées). De fait, cet ouvrage destiné à une démocratisation des savoirs et à une pratique à la portée de « n’importe qui » apparaît déjà suspect. L’examen du mode d’emploi confirme - bien entendu - que calculer la course de la Lune, puis la date des fêtes mobiles à partir d’un jet de dés est impossible. Utiliser un moyen hasardeux pour procéder à un calcul des plus rigoureux dans le but de recevoir des données fiables sur les différentes phases de la Lune est bien évidemment contraire au calcul astronomique scientifique. L’almanach de Thomas Ram s’avère donc impraticable, à moins qu’il ne s’agisse que d’un jeu, ou, plus justement, d’un jeu s’appuyant sur la structure du guide calendaire.

  • 25 À propos du rapport entre le jeu (le jeu de dés), la religion et la divination voir Jean Céard, « J (...)
  • 26 Cf. Exposition virtuelle : Libri italiani/lecteurs français, Bibliothèque Mazarine. https://www.bib (...)

66La difficulté à définir clairement le genre de méthode élaborée par Thomas Ram tient sans doute à l’évolution de notre façon de voir les choses. Ce qui paraît surprenant au lecteur du xxie siècle est la conciliation du jeu de dés, ludique, au calcul rigoureux que requiert l’observation des astres. Mais à cette époque, le jeu, en l’occurrence le jeu de dés, peut être perçu d’une manière différente et n’est pas automatiquement opposé à une opération sérieuse. Les jeux (jeu de hasard, de divination astrologique, de prédiction…), connaissent un grand développement avec l’imprimerie et peuvent être considérés selon leur nature et leur usage tout autant comme un divertissement que comme une pratique des plus sérieuses25. Les Libri di sorte, par exemple, qui interrogent la Fortune, jouent avec les étoiles, les planètes et leurs influences sur les hommes, sont les grands succès de l’édition vénitienne du Cinquecento26. Ils impliquent jeux de cartes ou jeux de dés et servent aussi bien aux joueurs pour tenter le sort, qu’aux astrologues pour prédire l’avenir. Le procédé de ces jeux de hasard répond par ailleurs également à un mécanisme et à une logique mathématique (tout aussi rigoureuse que ludique) dans les comptes et les interprétations des diverses combinaisons qui se créent au fil du jeu.

67On repère donc plusieurs similitudes entre la méthode proposée par Ram et les livres de jeu. Tout d’abord, l’édition italienne du Cinquencento montre que des éditeurs de musique publiaient quelquefois des guides calendaires ou des livres de jeux. Ces livres étaient également tous accompagnés, au début de l’ouvrage, d’un mode d’emploi (Proemio) qui exposait au lecteur la façon dont il fallait procéder pour jouer et calculer/interpréter les différentes combinaisons. Il s’agissait également d’un genre controversé. Les jeux de dés, de hasard, ou de cartes étaient formellement condamnés par l’Église et les savants, et étaient attribués aux hommes oisifs et fainéants. Il semble d’ailleurs que c’est à ce genre de critiques que Ram se prépare quand il affirme que sa « nature a depuis toujours inculqué de haïr le loisir lui-même, de [s]’en détourner avec horreur ». La possible confusion de son almanach avec un livre de jeu était donc implicitement admise par l’auteur.

  • 27 Par ailleurs, l’art militaire fait également fréquemment appel à l’astrologie, notamment pour prédi (...)

68Les notions de hasard, de chance - comprise comme sorte d’intervention divine - relèvent donc aussi de la sphère céleste. On ne peut donc pas juger si absurde de la part de Thomas Ram27 de vouloir concilier calculs astronomiques et jeu de hasard pour élaborer sa méthode, ni remettre en cause sa sincérité dans son élaboration. Thomas Ram a très certainement dû consacrer, comme il le dit lui-même dans la dédicace, de « longues heures » d’études et de recherches afin d’établir cette « théorie ». Il apparaît véritablement enthousiasmé par la perspective d’apporter de nouveaux moyens de trouver la course du temps, de la Lune. À moins qu’il ne s’agisse, là encore, que de stratégies de vente afin d’appâter le lecteur-acheteur. Car son travail n’a, en effet, absolument rien de scientifique. Savants et astronomes du xvie siècle auraient facilement pu démontrer que la méthode n’était pas crédible. La démarche de Thomas Ram est, néanmoins, en parfaite cohérence avec le contexte culturel et scientifique de la Renaissance, où l’obsession de la quête de savoirs et de découvertes laisse la possibilité à « n’importe qui » de s’essayer à une théorie scientifique ou pseudo-scientifique. Les grandes découvertes sur la Terre, sa rotation, les constellations, le Soleil (Galilée, Copernic, Kepler) n’étant pas encore diffusées (ou tout simplement réalisées), une multitude d’autres théories, même fausses, subsistaient. Thomas Ram profite donc certainement de ce contexte et du récent développement de l’imprimerie pour diffuser sa "trouvaille" auprès d’un plus large public par la vente (espérant profiter des bonnes retombées économiques que la notoriété de son mécène lui apporterait).

69Ancien militaire, ingénieur, savant médiocre, auteur d’un livre de jeu… le statut de Thomas Ram est tout aussi difficile à définir que le genre de son ouvrage. On ne peut cependant affirmer que Thomas Ram était un charlatan, comme l’aurait sans doute qualifié Giorgio Benigno Salviati. Voyons plutôt en lui un homme qui avait le désir de partager sa passion des astres et voulait probablement profiter des nouvelles conjonctures économiques nées du développement de l’imprimerie et de l’ascension du marchand-banquier.

70Quant à Agostino Chigi, le soutien qu’il offre au militaire retraité et passionné des astres montre qu’il était intéressé par de nouvelles méthodes, de nouveaux genres éditoriaux, qu’il était capable d’encourager (par un soutien économique) ce genre de démarches intellectuelles, et qu’il était favorable à de telles initiatives. L’œuvre de Thomas Ram se situe dans un marché éditorial en expansion, entre le livre de jeu et le guide calendaire, et destiné à un lectorat familier des notions auxquelles il fait référence (combinaisons mathématiques, interprétation/calcul astronomique et volonté humaine), tout à fait en phase avec la culture marchande, et tout à fait dans l’air du temps en lien avec le problème des dates des fêtes mobiles. Toutes ces caractéristiques suscitent certainement l’intérêt d’Agostino Chigi, qui a probablement été ébloui par la personnalité de Thomas Ram et a certainement été influencé par une présentation orale de cette « nouvelle » méthode. On peut difficilement envisager que Chigi ne se soit pas intéressé au contenu de l’œuvre, puisqu’il accepte la dédicace ! Or, il suffisait qu’il présente l’almanach à l’entourage d’érudits et de savants qui fréquentaient sa villa pour se rendre compte des failles qu’il comportait. Ainsi, le puissant banquier et mécène s’est certainement laissé séduire par l’aspect ludique de cet ouvrage dont il s’est probablement amusé. L’analyse de l’ouvrage permet d’affiner les motivations du mécène. C’est probablement l’argument du caractère novateur (« novo ») de l’ouvrage et donc prometteur sur le plan commercial, uni à l’intérêt que portait Chigi à l’art de la prédiction, à l’astrologie et à la question du temps, qui a convaincu le banquier d’apporter son soutien à Thomas Ram. Agostino Chigi est donc un mécène-homme d’affaires irrémédiablement (et irrésistiblement) attiré par la nouveauté, en laquelle il voit un moyen d’assouvir son désir d’avoir toujours une « mesure » d’avance sur le reste du monde. Et si saugrenue soit-elle, la méthode de Ram présentait une originalité en parfaite adéquation avec l’air du temps.

71L’almanach de Ram détourne donc le genre du guide calendaire pour en faire un jeu et favorise une vulgarisation des savoirs en permettant à « n’importe qui » de s’intéresser au problème de la course du temps. Exclusivement réservé au comput de l’Église, le calcul des dates des fêtes mobiles pouvait désormais, grâce à cet ouvrage, être pratiqué par « n’importe qui » avec « plaisir » à l’aide d’un outil populaire. De quoi enthousiasmer l’homme d’affaires. La laïcisation et la démocratisation des sciences permettaient le développement des marchés du savoir, de l’instruction : des secteurs pour lesquels le banquier a plusieurs fois manifesté son intérêt, notamment pour le gain potentiel qu’elles pouvaient rapporter par une divulgation plus massive. La vulgarisation des savoirs est également motivée par un véritable enjeu commercial : l’accroissement des ventes, grâce à l’activité des imprimeries. Elle devient donc synonyme de gain pour les éditeurs et pour les auteurs qui augmentent leur clientèle. Le marché des savoirs en pleine expansion offre de nouvelles opportunités aux auteurs d’ouvrages pédagogiques, scolaires. En dédiant son ouvrage à Agostino Chigi, Thomas Ram cible donc le représentant de la nouvelle catégorie sociale en demande de savoirs. Il choisit Agostino comme protecteur, probablement d’abord pour sa passion des sciences, du calcul et des chiffres (et parce qu’il représente le nouveau « maître du temps », comme nous l’avons évoqué plus haut), mais également parce que le mécène-banquier représente les lecteurs et acheteurs potentiels. Utilisé, encore une fois, comme objet publicitaire, il lui assurera la diffusion (et le succès) de son ouvrage.

Conclusion : vaincre le déterminisme

72Ces deux dernières dédicaces adressées à Chigi, rédigées par deux auteurs aux démarches et convictions opposées, confirment la notoriété et l’influence du mécène dans le secteur de l’édition, ainsi que son intérêt pour la question de la mesure du temps et des sciences astrales. Le rayonnement du riche et puissant homme d’affaires attire toutes les figures, quelle que soit leur légitimité scientifique. L’almanach de Thomas Ram témoigne de l’effervescence intellectuelle du xvie siècle, où même la plus farfelue des méthodes pouvait prétendre à un auditoire, et illustre la synergie des pratiques et des savoirs qui, à une époque où les disciplines n’étaient pas encore cloisonnées, convergeaient toutes vers une même quête de vérité.

73Pour un homme d’affaires tel qu’Agostino Chigi, le recours aux sciences astrales, et par extension à l’astrologie, était courant et représentait un réel besoin. Parfaitement conscient qu’il ne maîtrise pas tous les paramètres de son existence, l’homme de la Renaissance cherche à connaître les différentes forces qui le dominent et déterminent son destin. Pris dans les tourments qu’engendre l’évolution de la société et des mentalités, assujetti à des forces plus grandes que lui (domination astrale, puissance divine, climat), qu’il connaît mal et ne peut gouverner, il semblait démuni et soumis à un déterminisme qu’il essaie de vaincre.

74Agostino Chigi évolue dans une époque où l’homme est conscient qu’il est déterminé par des forces plus grandes que lui, mais où il s’efforce d’acquérir les moyens lui permettant d’agir, car la capacité d’action est bien au cœur des problématiques de l’homme du début du xvie siècle, et plus encore de l’homme d’affaires, qui doit prendre des décisions, des initiatives, commercer, investir, voyager… Or, étant lui-même placé sous l’emprise d’un déterminisme astral ou providentiel, il doit trouver les moyens de conduire sa destinée s’il veut poursuivre ses affaires comme il l’entend. Selon les principes astrologiques, le destin d’un homme correspond au déterminisme établi par les étoiles. Croire, pratiquer l’astrologie est alors le moyen de connaître et d’apprivoiser ce déterminisme, pour mieux le déjouer et rendre prévisibles les différents obstacles. Le déterminisme astral ou la Providence laissent l’homme dans un état d’impuissance où il ne peut qu’accepter la situation à laquelle il fait face. Se contenter de les accepter sous-entend qu’il n’a pas de marge de manœuvre, ni de possibilité d’agir face aux obstacles qui barrent sa route. Mais par le recours à l’astrologie, qui décrypte ces signes et permet d’anticiper, il retrouve sa liberté individuelle et s’émancipe.

75Le parcours d’Agostino Chigi, redoutable homme d’affaires à qui rien ne semble résister, qui écarte la concurrence et sait s’imposer dans les plus hautes sphères, est celui d’un homme plein d’ambition et d’assurance, qui a su exercer son influence auprès des plus puissants - le pape, le doge - et commercer avec les rois et les princes du monde entier. Parvenu à une ascension sociale et professionnelle fulgurante, il ressent cependant le besoin de faire appel aux prédictions astrologiques afin d’agir avec plus de sûreté, de disposer d’une plus grande maîtrise dans la manœuvre de ses affaires, et de saisir les enjeux des plus subtiles conjonctures. Des « indications » qui lui sont nécessaires. Il fait preuve d’une grande intelligence tout au long de son parcours, sachant s’infiltrer dans les milieux les plus fermés. Il est arrivé à ses fins en alternant astucieusement prudence et prise de risques, mais il est également soumis au questionnement, à l’incertitude, à l’angoisse de la perte de gain, à la peur d’un mauvais discernement. Malgré le pouvoir qu’il acquiert au fil des ans, Chigi a besoin de trouver le moyen de vaincre l’angoisse du hasard, de la Fortune, du déterminisme des astres pour mener à bien ses entreprises. La marchandise du marchand-banquier est exposée à divers dangers (catastrophes climatiques, tempêtes, piraterie…) et son évolution dans l’administration pontificale est jonchée d’obstacles (ennemis, rivaux, manigances, concurrences…). Les raisons qui le poussent à vouloir se protéger de tous les aléas de la vie sont nombreuses, car pour le banquier à la logique implacable, qui fait du calcul une règle de vie, prévoir les risques, les calculer à l’avance de façon rationnelle est indispensable. Et ce sont les sciences (sur un plan technique et pratique) et l’astrologie (sur le plan de la destinée) qui permettent cela, conjuguées à sa capacité d’action.

  • 28 Raison et Prudence sont les maîtres mots des entrepreneurs et doivent faire face à la « Fortune », (...)

76Les prédictions astrologiques deviennent alors des informations à prendre en compte. On se souvient de son intérêt pour la quête du renseignement par courrier, les échanges avec ses agents… de façon à prendre les décisions à distance, de prévoir l’évolution de la situation et d’agir en conséquence. Ainsi, pour le marchand-banquier, jauger les risques futurs, flairer les occasions à saisir..., en somme, « faire des prédictions » sur l’avenir sont des pratiques ordinaires qui entrent dans un procédé rationnel. Les prévisions astrologiques ne sont qu’un prolongement de ces premiers renseignements, des signes à interpréter à l’échelle de sa destinée, et qui s’entendent avec les mêmes exigences qu’un calcul logique et rationnel. Une rigueur qui est l’essence même de la culture marchande, gouvernée par la Raison et la Prudence (contre les aléas de la Fortune28). C’est donc dans cette même optique qu’est pratiquée la science de la prédiction. Ainsi, ce qui apparaît à nos yeux aujourd’hui comme irrationnel, pouvait trouver un fondement tout à fait scientifique et raisonnable au xvie siècle. Malgré le déterminisme astral qu’elle révèle, l’astrologie donne les moyens à l’homme d’agir, grâce à la connaissance qu’elle lui livre de sa destinée. Il s’agit alors pour le sujet en question d’interpréter les signes et d’agir selon sa propre nature. En outre, la société dans laquelle évolue Agostino Chigi devient de plus en plus organisée, grâce aux instruments de mesures dont le marchand-banquier est un des premiers utilisateurs : mesure du temps (horloge), mesure des distances, mesure de la monnaie… Ces instruments calculent et déterminent avec précision la projection de l’homme dans le temps et l’espace. À l’instar de ces instruments qui permettent de mesurer les risques, et donc de les réduire, l’astrologie permet, elle aussi, de voir à l’avance, de prévoir les risques et de « mesurer » les différents obstacles ou évènements qui vont se présenter à lui. Le marchand fait donc appel à l’astrologie dans une démarche rationnelle et dans le prolongement des autres progrès scientifiques permettant d’affiner son discernement.

77La quête ardente des humanistes de la Renaissance, qui alimentent un enthousiasme profond pour la recherche des savoirs, fait émerger un nouvel homme, qui trouve peu à peu sa place dans l’environnement. Ce dernier change alors sa perception du monde jusqu’à en devenir le centre. Il n’est plus le jouet de forces divines. Sa quête de savoirs lui permet de découvrir le monde, de l’apprivoiser, de le comprendre et peu à peu de le maîtriser. Comme les différentes évolutions (technologiques, économiques) sur lesquelles se construit la société d’Agostino Chigi, la science intéresse le banquier, car elle lui permet de devenir maître de son existence grâce à une meilleure compréhension de son environnement naturel et en complétant la connaissance du monde dans lequel il mène ses affaires. Le milieu des grands marchands banquiers est marqué par une envie d’explorer, de conquérir (le monde, le pouvoir, les marchés...). Ces derniers veulent aller toujours plus loin, plus vite, défiant les éléments, bravant les distances. Toutefois, afin de satisfaire leur envie d’entreprendre, de manœuvrer habilement dans le système économique, de protéger leur capital, il leur faut nécessairement connaitre les obstacles, prévoir et calculer les risques auxquels ils sont confrontés. Les sciences représentent donc une nouvelle possibilité de dominer la destinée et de ne plus subir les aléas de la vie : maladies, climat, catastrophes naturelles... Savoir signifie prévoir, et donc pouvoir.

  • 29 Fritz Saxl, La fede astrologica di Agostino Chigi : interpretazione dei dipinti di Baldassare Peruz (...)
  • 30 Cf. Annexe XII.

78Ainsi, toutes les sciences sont à l’honneur dans le mécénat d’Agostino Chigi, mathématiques, botanique et, bien sûr, la science de la prédiction : l’astrologie. Les prédictions et l’interprétation de l’influence des astres le guidaient dans ses choix, ses projets, et lui permettaient de déchiffrer sa destinée. Le banquier vouait une véritable obsession pour l’astrologie, comme le démontrent plusieurs de ses commandes. Les fresques qui ornent la voûte de la Loge de Galatée (à la villa Farnésine) dans une représentation iconographique de la carte du ciel au moment de sa naissance, ainsi que la coupole de sa chapelle funéraire en l’église Sainte-Marie-du-Peuple sont des commandes directement liées au déterminisme des astres et à la puissance de la volonté divine29. Les deux voûtes mettent ainsi la destinée du riche banquier tantôt entre les mains de forces astrales, tantôt entre les mains de la force divine et donnent l’occasion d’observer l’attitude de l’homme de la Renaissance, qui oscille sans cesse entre les différentes pratiques et croyances de son temps. À côté de son horoscope iconographique, Agostino Chigi commande également un thème astral écrit, La Sorte del Nato30, prédisant les évènements forts de son existence. L’astrologie comme moyen de calculer les risques (encore la notion de calcul) et les moments favorables ou défavorables à ses actions est un outil permettant de servir aux mieux ses ambitions professionnelles et de gouverner son destin.

  • 31 À Rome, les maîtres d’astrologie sont nombreux, notamment sous les pontificats de Jules II et Léon (...)

79Dans la Rome du Cinquecento, capitale de la modernité, capitale de la Chrétienté, l’astrologie - réservée à l’élite, et moins à la culture populaire de nature plus prophétique - connaît son apogée. Elle interfère dans tous les domaines (philosophie, mathématiques, musique, médecine, architecture, agriculture, politique, jeu…). Elle cherche à appréhender l’individu dans sa globalité, en tentant de révéler son tempérament, son caractère, son destin, ses maladies... Elle bénéficie en ces temps troublés (guerres, épidémies, perturbations climatiques, innovations déroutantes) d’une plus forte confiance de la part des puissants qui s’entourent des astrologues les plus reconnus31. Les papes y font régulièrement appel, ainsi que les grands financiers. La prévision du futur, permet de déceler les intentions dissimulées des concurrents ou les stratégies des politiques. Le savoir que délivrent la science et l’astrologie, concilié au libre-arbitre (prôné par l’Église chrétienne) et au pouvoir d’action lui offrent ainsi la possibilité de découvrir ses marges d’action. Les prédictions rythment le quotidien des hommes du début du Cinquecento et sont considérées, encore pour quelques années, comme une véritable science, permettant de mieux appréhender ce à quoi l’homme et sa destinée sont soumis dans le temps qui lui est imparti sur terre.

80Ce n’est donc pas un hasard si Thomas Ram choisit Agostino Chigi comme dédicataire. Un tel ouvrage ne pouvait que susciter l’intérêt du banquier qui accorde une grande importance à ces questions (astrologie, hasard, calcul, temps…).

81Le temps, si difficile à définir et à déterminer, est l’objet de préoccupations majeures vers lesquelles convergent tous les esprits. L’homme de la Renaissance veut s’approprier son temps, le temps dans lequel il vit et celui qui lui est imparti, car c’est indéniablement un temps qui lui échappe, qui change, traversé par de multiples bouleversements, par de nombreuses crises (économique, spirituelle, religieuse et politique) qui viennent ébranler ses repères. Il n’est donc pas facile de retrouver « l’ordre et la mesure » et on comprend la nécessité d’évaluer et de prévoir le temps (climat et durée) par tous les moyens à disposition, de l’astrologie judiciaire aux prédications théologiques en passant par le tâtonnement scientifique, car tous les moyens sont alors égaux dans la quête de la compréhension. Face à de nombreux changements, à des situations risquées (économiques, climatiques, maladies…) le désir de prévoir, de s’approprier le cours des évènements et de les rendre visibles, pré-visibles, est donc vital. Ce souhait, qui anime les hommes de la Renaissance, est également celui d’Agostino Chigi. L’homme de la Renaissance se considère désormais comme la « mesure » des choses, le centre d’un monde moderne, nouveau, qu’il est en train de créer. Il découvre ce dont il est capable et apprend à maîtriser son environnement. Ainsi, le marchand-banquier devient effectivement l’homme par lequel se mettent en place de nouvelles mesures, dont celle du temps, adaptée aux codes d’un nouveau monde qui se laïcise à mesure que la marchandisation des savoirs s’étend auprès d’un public diversifié. Nul doute qu’Agostino Chigi ait voulu soutenir toutes ces formes de tentatives, d’innovations pour se faire maître de son existence, démontrant une nouvelle fois que les motivations du mécène sont intrinsèquement rattachées à celles de l’homme d’affaires.

Notes

1 Elide Casali, Le spie del cielo. Oroscopi, lunari e almanacchi nell’Italia moderna, Torino, Einaudi, 2003. Lodovica Braida, Les Almanachs italiens : évolution et stéréotypes d’un genre - xvie-xviie siècles, in Robert Chartier, Hans-Jürgen Lüsebrink, Colportage et lecture populaire : imprimés de large circulation en Europe - xvie-xixe siècles, Paris, IMEC éditions, 1996. Comme le souligne Roger Chartier « […] il n’est pas facile d’identifier dans les textes de la Bibliothèque bleue un niveau spécifique de culture populaire puisque l’on y rencontre des éléments d’origines diverses qu’il n’est pas aisé de dissocier, étant donné que leur coexistence apparaît comme le fruit d’une appropriation culturelle doté d’un caractère propre. La même réflexion peut s’appliquer aux almanachs italiens : leurs textes sont souvent le résultat de copies, de résumés ou d’adaptations d’ouvrages à succès. Il est évident qu’il peut s’avérer utile non pas tant de distinguer ce qui est “populaire” de ce qui ne l’est pas, mais plutôt, à travers l’analyse des éditions, de repérer l’utilisation et les emprunts d’éléments provenant de diverses cultures afin d’identifier, non un niveau spécifique de culture populaire, mais bien plutôt des corpus mixtes, émanant de traditions différentes et indissolublement liées » (Ibid., p. 183).

2 Deux exemplaires seulement ont été trouvés de cette édition : un à la Bibliothèque Apostolique Vaticane (Stamp. Chig. II. 775), l’autre à Palerme à la Biblioteca centrale della regione siciliana (Rari 885). Seulement deux autres ouvrages servant à établir la course de la lune à l’aide d’un jeu de dés nous sont connus dans l’édition italienne du xvie siècle. Le premier est l’ouvrage de Girolamo Cataneo, Rote perpetue, per le quali si puo con qual numero di due dadi si voglia, overo con due dadi secondo l’horologio d’Italia ; ritrovar quando si fà la luna ; le feste mobili ; la patta ; l’aureo numero ; l’indittione ; la lettera domenicale col bisesto, et in che giorno entra il principio d’ogni mese, Di M. Girolamo Cataneo Novarese delle arti matematiche professore, Brescia, Francesco Marchetti all’insegna dell’ancora, 1562, per Lodovico De Sabbio. Cet ouvrage, dédié au calcul du cycle lunaire, des fêtes mobiles… des années 1562 à 1580, présente une méthode similaire à celle de Ram pour établir la date des fêtes mobiles, au moyen de deux dés et de 58 roues. Le profil de Cataneo est également à rapprocher de Ram, puisqu’il était mathématicien, architecte, et fut également ingénieur militaire (il est d’ailleurs surtout connu pour ses ouvrages sur les fortifications). Cf. Bibliothèque Mazarine 2° 2652 U-3/3. Le second ouvrage est celui de son fils, l’astronome Giovanni Battista Cattaneo, qui est l’auteur de Tauole nuoue a modo di almanaco, per trouare con il giuoco di tre dadi perpetuamente il far della luna, le feste mobili, la lettera dominicale, l’aureo numero, il ciclo solare, l’indittione, et l’epatta con molt’altre cose utili, e necessarie alla giornata, come nella tauola si vede. Opera degna, et talmente capace che ogni persona se ne potrà comodamente seruire, in Brescia, appresso Vincenzo di Sabbio, a instanza di Tomaso Bozzola, 1566 (http://edit16.iccu.sbn.it/web_iccu/imain.htm).

3 Lodovica Braida, op. cit., p. 184-185 : Du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle, il existe plusieurs sortes de manuels calendaires : le prognosticon, le iudicium, établis par les savants, astronomes de l’université et relevant de l’astrologie judiciaire, le kalendarium rédigé en latin, qui indique principalement les fêtes religieuses, le calendrier lunaire, et enfin, l’almanach qui récupère la structure du kalendarium en y insérant des données astronomiques et astrologiques et qui est accessible à un public plus vaste. - Le prognosticon ou iudicium est une table des éphémérides et avis astrologiques. De culture savante, il est fait par des professeurs d’université. Sa publication est annuelle, il ne contient pas la liste des saints et n’indique pas toujours les lunaisons et l’horaire du coucher du soleil. Il donne des indications astronomiques sur la planète dominante, la conjonction des astres durant les saisons et leur conditionnement. La partie la plus importante de l’ouvrage est consacrée à l’astrologie judiciaire (concernant les guerres, les grandes calamités naturelles, et l’horoscope personnel du pape, de l’empereur, du roi de France, de ceux qui gouvernent les villes italiennes les plus importantes…). Rédigé en latin, il a un public restreint, mais à partir du xve siècle des éditions en langue vulgaire sont mises en circulation.
 - Le kalendarium est un indicateur des fêtes religieuses rédigé en latin à l’usage du diocèse. Il s’agit d’un livret de 30 à 50 pages qui contient la liste des fêtes mobiles, la mention des jours dans lesquels on ne peut célébrer les mariages, le calendrier des saints accompagné des textes liturgiques et l’indication des couleurs des ornements propres à chaque célébration, soit tout un ensemble de renseignements que l’on peut encore lire aujourd’hui dans le calendrier liturgique.
 - Le calendrier lunaire est distribué sur les marchés vers le début et jusqu’au milieu du xvie siècle. Il s’agit d’un texte court avec des symboles facilement déchiffrables. Il reproduit le calendrier et les lunaisons sans pronostic astrologique (très peu d’exemplaires sont conservés aujourd’hui).
 - L’almanach opère la fusion du calendrier lunaire et du calendrier des saints avec le pronostic sur le cours général de l’année calculé à partir de l’équinoxe de printemps. Il récupère la structure du prognosticon dont il imite le discours initial sur l’année et les différentes saisons et sur « les affaires du monde », mais sans la précision de ce dernier. L’almanach est donc plus complexe que le calendrier lunaire, mais beaucoup plus simple que le iudicium érudit, qui est de loin plus précis dans l’explication de tous les mouvements des astres, des conjonctions et dans la lecture des maisons. Un tel affaiblissement de l’astrologie rendait l’almanach accessible à un public plus vaste (au temps de Christophe Colomb, les almanachs indiquent tous les jours pendant quatre ans les coordonnées astronomiques des principaux astres du système solaire et les phases de la lune, établissant les correspondances entre calendriers juif, arabe et chrétien et mentionnant les dates des fêtes de l’Église). « Leur fonction de guide du temps leur confère un rôle important dans la société de l’Ancien Régime. On peut en effet supposer que les paysans, artisans et tous ceux qui possédaient ces livrets les ont consultés durant l’année pour y contrôler la date d’une foire, l’alternance des lunaisons ou pour connaître l’adresse des autorités administratives ou judiciaires de la ville ».

4 Il « opère la fusion du calendrier lunaire et du calendrier des saints avec le pronostic sur le cours général de l’année calculé à partir de l’équinoxe de printemps ». Lodovica Braida, op. cit., p. 186.

5 L’origine étymologique du mot demeure obscure : « manàh » de l’hébreu « compter » et « man » nom oriental de la lune. Eugenio Garin, Lo zodiaco della vita. La polemica sull’astrologia dal Trecento al Cinquecento, Bari, Editori Laterza, 2007, p. 101. Jacqueline De Bourgoing, op. cit., p. 75. Lodovica Braida, op. cit., p. 184-185.

6 Calendrier lunaire ou almanach ? La préoccupation commune aux deux genres est de prévoir l’avenir. Anticiper, savoir à l’avance comment évoluera le temps, le climat, et être capable de le mesurer avec plus de précision pour fournir les prévisions les plus justes devient un besoin élémentaire. Ainsi s’adressent-ils à « un public cultivé, soucieux de connaître l’avenir, [qui] acquiert ces ouvrages et se familiarise avec le système calendaire ». Lodovica Braida, op. cit., p 186. « Les milieux populaires préféraient des publications au texte plus court et pourvues de symboles facilement déchiffrables : les calendriers lunaires. Distribués sur le marché vers le milieu du xvie siècle, ces livrets de médiocre facture se limitaient, au début, à reproduire le calendrier et les lunaisons, toutefois sans pronostics astrologiques. Les calendriers lunaires du xvie siècle, consultables dans les bibliothèques italiennes, sont fort peu nombreux ».

7 Les pronostics de nature météorologique s’étendent à des pronostics de nature astrologique, délivrant prédictions, recommandations, conseils... et font progressivement de l’almanach un instrument de l’astrologie judiciaire. Ainsi, les pronostics de l’almanach, qui étaient à l’origine centrés sur les besoins agricoles, se sont élargis à d’autres champs de disciplines comme la médecine, avec les diagnostics de guérison ou d’évolution de la maladie qui tiennent compte, eux aussi, de l’influence des astres sur la terre et sur l’individu. Les médecins (souvent astrologues) s’essaient alors aux prévisions, en faisant des pronostics. La science délivrée par l’almanach se complète donc par l’astrologie judiciaire qui interprète l’influence des astres sur le corps et permet de prévoir l’évolution de la maladie ou de la convalescence (chaque élément sur terre étant exposé à une influence astrale qui exerce son influence sur chaque membre du corps).

8 Le cardinal Flavio Chigi junior (1711-1771), parent du pape Alexandre VII, possédait également des armoiries semblables. Par ailleurs, l’ouvrage porte deux marques filigranes différentes (l’une figurant sur le papier de la reliure, l’autre sur le papier de l’ouvrage lui-même), confirmant que l’impression et la reliure ne datent pas de la même époque. Le papier qui a servi à la reliure est, lui aussi, marqué d’un chapeau cardinalice sous lequel apparaît une couronne surmontée d’une croix et, en dessous, un écusson présentant deux épées (ou deux clés) qui s’entrecroisent. Au bas du dessin figurent les initiales C.G.L. Le papier qui a servi à l’impression du document lui-même (les tableaux et la dédicace) présente, quant à lui, un cercle avec un arc à l’intérieur.

9 Cf. Annexe VII.

10 Dans la dédicace adressée à Giovanni Francesco Stella dans Rote perpetue de Girolamo Cataneo, l’auteur présente également son œuvre comme une « nova et bella inventione ».

11 Cf. Annexe VIII.

12 Ville d’Istrie en Croatie dont le nom actuel est Montovun, autrefois Montona.

13 La marque typographique d’Andrea Antico représente deux « A » entrelacés. Marco Menato, Dizionario dei tipografi e degli editori italiani : il Cinquecento, vol. I. A-F, Milano, Editrice bibliografica, 1997, p. 33.

14 Emmanuel Rodocanachi, op. cit., p. 265.

15 D. Augusto Vernarecci, Ottaviano de’ Petrucci da Fossombrone, inventore dei tipi mobili metallici fusi della musica nel secolo xv, 2a edizione, migliorata ed accresciuta, Bologna, Gaetano Romagnoli, 1882, p. 185.

16 On sait qu’Ottaviano Petrucci, éditeur de musique, publia également quelques ouvrages astrologiques/ astronomiques de l’évêque de Fossombrone, Paul de Middelburg (un des principaux mécènes de l’éditeur). Ainsi, en 1513, il publie Paulina de recta paschae celebratione et, le 20 novembre 1516, Parabola Christi de correctione Kalendarii, ouvrages consacrés à la réforme du calendrier. Massimo Danzi, La biblioteca del cardinal Pietro Bembo, Genève, Droz, 2005, p. 194-198. Plus tard dans l’édition du Cinquencento, il n’est pas rare de voir un éditeur de musique éditer des guides calendaires ou des livres de jeux : par exemple, Francesco Marcolini, Le Sorti (Venezia, 1540). Paolo Procaccioli, Studi per le “Sorti” : gioco, immagini, poesia oracolare a Venezia nel Cinquecento, Roma, Viella, 2007.

17 Cf. La dédicace en annexe IX. La retranscription de la dédicace de Thomas Ram reste fidèle au texte original et respecte la ponctuation et l’orthographe employées par l’auteur.

18 L’année « MDXV » apparaît manuscrite après le terme « Vale » dans l’exemplaire de la BAV.

19 Autre traduction possible : « si leur nombre est inégal ».

20 Brian Richardson, op. cit., p. 68 : « Elemento strutturale della dedica : il nome del patrono composto a chiare lettere in testa all’epistola e spesso anche sul frontespizio. Con il nome del mecenate [l’editore e l’autore] assicura[no] l’opera da promuovere. Dedicare l’edizione a stampa significa far circolare in un pubblico potenzialmente illimitato il nome del patrono rendendolo quindi noto ed ipoteticamente “immortale” ».

21 On ne sait pas comment ni quand Thomas Ram entre en contact avec Chigi et Antico. Par ailleurs, l’ouvrage de Thomas Ram est probablement un des rares documents traitant d’astrologie judiciaire publiés durant les deux premières décennies du xvie siècle.

22 Flavius Iulius Crispus Caesar (vers 305-326) est le fils aîné de l’empereur romain Constantin et de Minervina. Il est trois fois consul, en 318, 321 et 324. Habile militaire, il est chargé de la défense de la frontière du Rhin, il bat les Francs en 320 et les Alamans en 324. Il remporte en 323, dans l’Hellespont, une victoire navale sur Licinius et contribue à la victoire de son père. En 326, il est exécuté sur ordre de son père Constantin. On ignore s’il a laissé des écrits.

23 C’est en effet ce que confirme Lodovica Braida pour le public des xviie et xviiie siècles (op. cit., p. 191) : « […] les almanachs italiens semblent adressés plutôt à un public urbain moyen. […] À part les calendriers et les modèles les plus simples des almanachs astrologiques, les autres publications semblent viser plutôt un public qui comprend une classe moyenne récemment alphabétisée (artisans, petits commerçants), un monde citadin en expansion, différencié par la culture, les relations sociales et les intérêts (commerçants, professions libérales, militaires, clergé) et les classes sociales les plus élevées : nobles, fonctionnaires royaux, haut clergé et officiers de haut rang auxquels sont dédiés les almanachs de cour ».

24 Cf. Dédicace en annexe IX et tableau en annexe X.

25 À propos du rapport entre le jeu (le jeu de dés), la religion et la divination voir Jean Céard, « Jeu et divination à la Renaissance », in Les Jeux à la Renaissance, Paris, Vrin, 1982, p. 405 : « Il peut, de prime abord, paraître surprenant de postuler quelque rapport direct entre le jeu et la divination. Les études classiques sur le jeu sont presque muettes sur la question. Si, analysant la fonction sociale du jeu, Huizinga observe que “de nombreux peuples rangent les jeux de dés au nombre des pratiques religieuses” et que “les notions de chance et de sort sont toujours proches de la sphère religieuse”, pour l’esprit humain néanmoins il n’aborde pas directement le problème de savoir si certaines pratiques ne sont pas tout à la fois ludiques et divinatoires et, contre Held qui tend à conclure, “de la signification sacrée du jeu de dés, que les jeux primitifs ne sont pas des jeux au plein sens du terme”, il soutient que leur place dans le culte est “motivée par leur caractère ludique” ».

26 Cf. Exposition virtuelle : Libri italiani/lecteurs français, Bibliothèque Mazarine. https://www.bibliotheque-mazarine.fr/fr/bibliotheque-numerique/expositions-virtuelles. Par exemple : Il Libro delle sorti de Lorenzo Spirito Gualtieri (Perugia, 1482) et l’ouvrage de Sigismondo Fanti Triompho di fortuna (Venise : Agostino da Portese ad istantia di Iacomo Giunta, 1526) font appel à un jeu de dés. Ce dernier, conçu comme un jeu (sans doute pour favoriser la vente), était au contraire une œuvre « piena di gravissime sententie », qui entendait offrir au lecteur la possibilité de contrôler sa destinée au moyen d’un parcours labyrinthique composé de roues, sphères, prophètes et sibylles… Le sorti, ou Giardino di pensieri de Francesco Marcolino (Venise, 1540) requiert quant à lui un jeu de cartes. Le lecteur a la possibilité de prédire la Fortune tout en se divertissant, au moyen d’une cinquantaine de questions…

27 Par ailleurs, l’art militaire fait également fréquemment appel à l’astrologie, notamment pour prédire les victoires lors de batailles.

28 Raison et Prudence sont les maîtres mots des entrepreneurs et doivent faire face à la « Fortune », le hasard, qui distribue tour à tour le meilleur comme le pire sans distinction. La double signification de cette notion revêt encore plus de sens, pour un personnage tel qu’Agostino Chigi, désignant aussi bien la chance sur laquelle l’homme d’affaires compte et l’argent qu’il capitalise. La connaissance apparaît alors comme un moyen fiable de conduire sa route et de manœuvrer sa destinée en bravant les risques. Découvrir, apprendre de nouvelles techniques, comprendre l’environnement naturel et son fonctionnement rendent les risques « calculables » et l’homme moins dépendant de l’inconstante et instable Fortune ou de la toute-puissance divine. Pour cela, il fait appel à tous les moyens (progrès techniques, sciences, prédictions…), recourt à la rationalité (haute caractéristique de la culture marchande) et à la prudence – comme l’illustre le revers du médaillon d’Agostino Chigi. Cf. Annexe XI.

29 Fritz Saxl, La fede astrologica di Agostino Chigi : interpretazione dei dipinti di Baldassare Peruzzi nella sala di Galatea della Farnesina, Roma, Reale Accademia d’Italia, 1934 ; Luciana Cassanelli, Sergio Rossi, I luoghi di Raffaello a Roma : la Farnesina, Sant’Eligio degli Orefici, Santa Maria del Popolo, Santa Maria della Pace, Sant’Agostino, Roma, Multigrafica Editrice, 1983 ; Enzo Bentivoglio, Simonetta Valtieri, Santa Maria del Popolo a Roma, Roma, Bardi, 1976, p. 107.

30 Cf. Annexe XII.

31 À Rome, les maîtres d’astrologie sont nombreux, notamment sous les pontificats de Jules II et Léon X. Le pape Jules II inaugure ainsi les premiers cours d’astrologie à l’université de la Sapienza. Les astrologues ou maîtres d’astrologie sont pour la plupart des médecins – Luca Gaurico, Agostino Nifo, Gerolamo Accorambi, Archangelo Piccolomini – qui utilisent les sciences astrologiques afin d’établir un meilleur diagnostic. Ils sont sollicités par la cour pontificale pour des questions d’ordre à la fois médical ou diplomatique. Ainsi, plusieurs d’entre eux accèdent à un rang important. Pierre d’Arezzo est fait comte palatin par Léon X. Luca Gaurico est évêque. Rome est ainsi un des centres les plus importants de l’histoire de l’astrologie du fait même qu’elle soit la capitale spirituelle de la chrétienté, car durant cette période les deux formes de croyances cohabitent et s’accordent.

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search