Version classiqueVersion mobile

Al Magnifico Agostino Chigi

 | 
Amélie Ferrigno

Agostino Chigi et la marchandisation des savoirs

La dédicace de Juan de Ortega

Texte intégral

1Dès le début du Cinquecento, l’augmentation du taux d’alphabétisation, les nouvelles méthodes d’apprentissage et l’accroissement de la demande en ouvrages font naître un nouveau marché, celui du savoir.

  • 1 L’édition lyonnaise de 1512 est le premier livre d’apprentissage de techniques commerciales imprimé (...)

2L’œuvre de Juan de Ortega, Suma de aritmetica, publiée à Rome par Étienne Guillery en 1515, est un manuel in-folio de 114 pages présentant les diverses techniques de comptabilité utilisées à la Renaissance. Il s’agit de la première édition italienne de la méthode d’arithmétique commerciale de Juan de Ortega. Seul le titre est en latin. L’auteur présente une traduction de l’ouvrage paru en castillan trois ans auparavant (Barcelone, 1512) et la même année à Lyon1. Après l’œuvre majeure de Luca Pacioli, Summa di arithmetica (Venise, 1494), c’est l’un des premiers ouvrages de ce genre à rencontrer un tel succès en Italie, mais également en France et en Espagne. Le manuel est réédité plusieurs fois dans les trois langues jusqu’en 1563. Il se démarque par sa démarche pédagogique en s’adressant directement aux professionnels des métiers du négoce, de la comptabilité et de l’argent, comme en témoignent les nombreux exercices inspirés de situations réelles auxquels les apprentis pouvaient se référer, et où chaque problème est accompagné de sa solution.

3L’édition romaine d’Étienne Guillery présente une dédicace à Agostino Chigi, une des plus belles adressées au banquier, qui offre un témoignage de la culture scolaire moderne de tradition marchande et des maîtres écrivains arithméticiens, ainsi qu’un exemple de la mise en place des premiers mécanismes de stratégie commerciale éditoriale. Cette dédicace n’a encore jamais fait l’objet d’une étude rattachée au mécénat du banquier. En plus des stratégies habituelles de la rhétorique dédicatoire, elle fournit plusieurs informations sur la condition de l’auteur et l’indispensable nécessité de rechercher la protection d’un puissant mécène. Elle illustre également l’enjeu médiatique de la dédicace qui rapporte aussi bien à l’auteur, qu’au dédicataire en offrant une publicité égale aux deux personnages. Ortega sollicite ici Agostino Chigi dans sa double compétence et notoriété, confirmant l’image d’un personnage à l’interface du monde de la culture (en tant que mécène) et du monde des affaires (en tant que financier de renom).

Analyse du paratexte éditorial2

  • 2 Gérard Genette emploie également le terme de « péritexte » éditorial. Gérard Genette, op. cit., p.  (...)

4La dédicace fait partie des nouvelles stratégies de commercialisation du livre, mais d’autres éléments apparaissent également comme des stratagèmes de vente.

  • 3 Les deux exemplaires examinés lors des recherches présentaient des reliures différentes. Celle de l (...)

5La page de titre3 donne le nom de l’auteur, « Suma de aritmetica : geometria, practica utillissima : ordinata per Johane de Ortega Spagnolo Palentino », suivi de la mention « Cum privilegio » qui atteste que la publication de cet ouvrage fut (à Rome) exclusivement réservée à Étienne Guillery.

  • 4 Jacopo Mazzocchi, associé à Étienne Guillery, se spécialise dans l’édition universitaire. Les deux (...)
  • 5 Francesco Barberi, op. cit., p. 13-21. Étienne Guillery (dont l’orthographe du prénom et du nom var (...)

6Né à Lunéville en Lorraine vers 1480, Étienne Guillery est un éditeur actif à Rome dès 1494, et surtout de 1506 à 1524. C’est l’unique éditeur francophone actif dans la typographie romaine de cette époque. Son activité correspond chronologiquement à celle du typographe Giacomo Mazzocchi, elle est essentiellement axée sur l’impression d’ouvrages scolaires, universitaires ou relevant de l’administration pontificale4. Ensemble, les deux éditeurs sont les « librai dell’università di Roma5 ». En 1511, Guillery publie (en association avec Ercole Nani) le De viridario Augustini Chigii d’Egidio Gallo. En 1512, il publie également l’œuvre d’Aurelio Sereni, Aurelij Sereni Monopolitani opuscula, consacrée aux monuments de Rome parmi lesquels figurent les jardins de la villa d’Agostino Chigi. On ne sait pas exactement comment Juan de Ortega entra en contact avec Guillery, ni dans quelle mesure le banquier, à qui il adresse sa dédicace (et qui l’accepte), put faciliter la réalisation de son projet d’édition. Les données documentaires nous permettent néanmoins de remarquer que les trois hommes fréquentent les mêmes cercles gravitant autour de l’imprimerie et de l’entourage pontifical.

  • 6 Le style du cadre présent dans l’édition de Mirabiliae Romae paru le 20 mars 1494 et édité par Guil (...)

7Le lecteur remarque également que la page de titre est garnie d’un très beau cadre où sont représentés des animaux parmi des anges et des décorations végétales sur fond noir. Sur le côté droit, un ange soulève un médaillon dans lequel est dessiné un cerf ou une biche. Sur le côté gauche, plusieurs casques et boucliers sont suspendus à un ruban. En bas au centre du cadre, deux anges soutiennent un autre médaillon représentant la tête d’un empereur et portant une inscription en grec (élément classique redondant dans les éditions du typographe qui, ici, contraste avec le reste de l’encadrement d’inspiration exotique) ; en haut est représentée une scène de chasse. Les éditions publiées par Étienne Guillery sont, effet, reconnaissables à la qualité et aux particularités de l’encadrement. Le style de l’encadrement du titre, puis, à la page suivante, de l’écusson de Chigi, est très représentatif du style français et constitue la marque d’Étienne Guillery6 à Rome. On y voit une décoration végétale très raffinée avec la présence d’animaux sauvages évoquant la thématique de la chasse parmi les anges et les feuillages qui garnissent tout l’espace. L’encadrement de Suma de aritmetica rappelle la décoration des libraires français du xve siècle. On retrouve des variantes de ce même style dans certaines éditions de Silber.

  • 7 Cf. Annexe III.
  • 8 Marco Paoli, op. cit., p. 109.
  • 9 Le choix de graver l’écusson du dédicataire peut appartenir à l’éditeur.
  • 10 Sous l’écusson de Chigi, on retrouve un autre écusson présentant, selon Lamberto Donati, un monogra (...)

8Après la page de titre apparaît l’écusson7 d’Agostino Chigi, précédant la dédicace. Les représentations héraldiques des protecteurs sont assez courantes dans l’édition du début du Cinquecento et proviennent directement de la tradition des manuscrits et des premiers imprimés du Quattrocento8. On les retrouve le plus souvent au bas de la page de titre, sous le frontispice. L’ouvrage d’Ortega accorde une place prééminente à l’écusson d’Agostino Chigi puisqu’une page entière lui est consacrée, une marque d’hommage supplémentaire au mécène dont l’auteur (et l’éditeur)9 demande la protection. L’encadrement de l’écusson reprend les mêmes bois que celui de la page de titre, avec la scène de chasse au-dessus, le portrait d’un empereur au bas du cadre et, sur les côtés latéraux, les armures et boucliers, cette fois-ci à droite, et le style grotesque avec le médaillon d’un animal sauvage à gauche. Néanmoins, Guillery, dessinateur et graveur, semble démontrer ici l’effet d’une certaine influence italienne. À partir de 1510, il a l’occasion d’admirer autour de lui de nombreux exemples de l’art italien de la Renaissance et en introduit des éléments dans ses éditions. Ainsi, deux anges érigent triomphalement les armes d’Agostino Chigi : deux chênes et deux représentations des six monts surmontés d’une étoile, emblème de la famille Chigi, placés de façon asymétrique. Ces éléments, de dimensions relativement grandes, occupent tout l’espace central10. Tout autour, figure une inscription en latin :

Sub Iulio, sub Ghiso, quercus, sub ut[…] oq[…] libelli,
Quam bene sub Ghiso pagina nostra iacet :
Ut quondam priscos iuuerunt sidera reges :
Innumeras gentes sic tua stella iuuat.

Sous le chêne de Jules et de Chigi les livres trouvent protection
Ainsi cette page se trouve bien placée sous la protection de Chigi :
De même qu’autrefois les rois furent guidés par les astres,
De même ton étoile aide[ra] nombre de personnes.

9L’écusson d’Agostino Chigi placé au début de l’ouvrage annonce la dédicace. L’auteur évoque la protection du chêne, symbole de la famille Della Rovere, dont Jules ii avait autorisé la représentation sur l’écusson de Chigi. Il compare ensuite l’étoile de Chigi (qui figure sur son écusson) à celle que suivirent les Rois mages, pour trouver le Sauveur. Ainsi, l’étoile de Chigi (autrement dit, la bienveillance du mécène) guidera tous les lecteurs qui se procureront le manuel d’arithmétique d’Ortega dans leur quête d’apprentissage des techniques de comptabilité.

10Le dernier folio du manuel présente les notes typographiques (la marque typographique de Stéphane Guillery et le colophon). L’« impressum », la déclaration présentée en fin d’ouvrage, recense le lieu, la date d’impression ainsi que le nom de l’éditeur. Elle est suivie d’un registre des lettres utilisées lors de l’impression.

Impresso in Roma per Mastro Stephano Guilleri de Lorena anno del nostro Signore 1515 adi 10 de novembre regnante Leone Papa decimo in suo anno tertio.
REGISTRUM ABCDEFGHIKLMNOPQST Tucti sono terni excepto T chi e quaterno.

Imprimé à Rome par Maître Stéphane Guillery de Lorraine en l’an 1515 de notre Seigneur, le dixième jour de novembre, le Pape Léon X régnant dans sa troisième année.

REGISTRUM ABCDEFGHIJKLMNOPQST Toutes les lettres sont de calibre trois sauf le T qui est de calibre quatre.

11Les historiens ont remarqué, dans la phrase qui suit le registre des lettres utilisées, que les mots « excepto » et « chi » révèlent l’origine française de l’imprimeur. Leur présence confirme que Guillery n’était pas seulement éditeur, mais technicien typographe, et plaçait lui-même les caractères sur la presse. La page se termine avec la marque typographique de Guillery où apparaissent ses initiales « g. S. » de part et d’autre de la croix de Lorraine. Au-dessous on peut voir un lion dressé, tourné vers la gauche et, sur la partie droite, une fleur de lys, représentant la France, ainsi qu’une étoile.

Retranscription de la dédicace de Juan de Ortega11

  • 11 Cf. La dédicace en annexe IV. La retranscription de la dédicace de Juan de Ortega reste fidèle au t (...)

12« A lo Magnifico Signore Augustino Ghisi : Johanne de Ortega Spagnolo Palentino humile servitore.

13SE consideramo de tutte le arte et scientie da lo intelecto nostro ritrovate Magnifico Signore : la utilita laquale a noi e data per cognitione e luso de quelle fra tutte ritroveremo le mathematice discipline et de epse specialmente la arithmetica et geometria como summamente necesarie. Non picolo adiuto dare anci grandissimo fructo parturire al vinere nostro mortale : et questo sia assai manifesto discorrendo per le cose naturale : loquale : o da numero : o da mesurare se conteneno : et in vero : ne cita : ne populi : ne qual si voglia congregatione de homini senza la intelligentia et uso de queste con facilita dirictamente se puono regere et gubernare pero che per ignorantia et disprecio de tale Doctrine senza dubio alcuno ne la vita humana nasceria non poca confusione · per que sto homo essendo rationale et politico se e forziato con bellissimo ordine regulare el vivere suo et con la exquisitione de lo intelecto ultra laltre scientie le due supradicte a noi utilissime ha ritrovato : et benche queste scientie come l’altre picoli principii habiamo havuto nientedimeno crescendo apoco apoco per il studio assiduo de homini doctissimi diffusamente sono ampliate : et cossi da li antiqui philosophi como di nostri tempi de epse : pieni sono stati lassati li libri : tra liquali Io : benche a rispecto loro rozo et mancho docto sia : pur mi sono sforzato in parte de le forze mie : per havere speso li anni mei in tale discipline ultra laltre opere che sopra de questo ho composte per il passato mentre faceva depse professione in Spagna et in Francia : al presente essendo a Roma con questa mia nova opera como : spero a tutta Italia : ho almancho a qualunche si dilectera rivedere queste nostre fatiche : dare alcuna utilita :et alcuno lume. Lequale credo siano in parte accepte : se da animo dal tutto ingrato con iudicio invidioso non serano biasmato. Ma perche ogni opere se sole da suoi auctori dedicarse : o ad amici : o benefactori : o maiori soi. Io recercando diligentemente ad chi questo mio piccolo dono : dovessi adrizare nesuno : mi e parso di vostra Magnificentia : piu degno : pero che risguardando el seculo nostro : mancho quasi de ogni virtu. Et in loco de quella carco de somnolenta pigritia et rapace avaritia. Solo voi fra pochi mi sete parso : el quale como chiarissima luce sia ala nostra etate ne voglio al presente parlare quanto risplenda in voi ogni virtu : et fra tutte : la grandissima humanita : la magnanimita del generoso animo la excellente liberalita : con la quale havete la nobilita del vostro antiquo sangue ornato ne alcuno seria tanto temerario che queste cose · como false potessi negare le opere illustre apertamente si vedeno tanto ne li sacri tempii : quanto ne palatii sumptuosissimamente da voi con richissimi et articiosissimi ornamenti : cossi quelli ali giorni soi :como questi ad li homini habitanti con belleza maravigliosa fabricati e convenienti · ma non mi extendero per adesso piu ultra. Solamente prego la vostra solita humanita se degni racceptare questa mia operutio laquale li dedico con sincero et fidele animo. Et fra li soi servitore connumerarme et cognoscendo questa mia debile opera esserli grata. Spero uscirano in publico sotto lombra et nome vostro facte secure altre mie opere meglie limate.

14Valete ».

15La dédicace est suivie d’un sommaire présentant chaque technique de comptabilité traitée et le numéro de la page où se reporter au sein de l’ouvrage.

16« Tabula de li capituli che se conteneno in questo libro :

  1. sumare per integro a foglie 5
  2. la prova del sumare a foglie 9
  3. subtrahere per integro a foglie 10
  4. la prova de subtrahere a foglie 15
  5. la tabula del multiplicare a foglie 17
  6. multiplicare per integro a foglie 21
  7. la prova de multiplicare et partire a foglie 25
  8. como se a de diminuire ogni numero a foglie 28
  9. regula generale per sapere che vale ogni rocto a foglie 29
  10. summare del rocto a foglie 30
  11. subtrahere del rocto a foglie 33
  12. multiplicare del rocto a foglie 36
  13. partire del rocto a foglie 39
  14. la prova de lo multiplicare et partire de rocto a foglie 41
  15. reductione de moneta a foglie 42
  16. regula de fodrare a foglie 44
  17. regula de tre per integro a foglie 46
  18. regula de tre per rocto a foglie 48
  19. regula generale de tre per rocto a foglie 51
  20. regula de centenare a foglie 51
  21. regule de tara a foglie 53
  22. regule de cambio a foglie 54
  23. regule de lucro simplice et doppio a foglie 55
  24. regule de quatro parte a foglie 59
  25. regule de cinque parte a foglie 61
  26. regule de compagnie senza tempo a foglie 69
  27. regule de compagnie con tempo a foglie 73
  28. regule de baracto foglie 79
  29. regule de la fineza de lo argento et auro a foglie 80
  30. regule de viagi a foglie 93
  31. regule de radice quadrata discreta o indiscreta a foglie 97
  32. regule de geometriae a foglie 100 ».
  • 12 Cf. Annexe V : série d’exemples de problèmes traités au sein du manuel.

17Chaque technique de comptabilité est expliquée par l’auteur, puis mise en pratique à l’aide d’un exemple concret. Ortega les qualifie ainsi : « quilli exempli che sono necessarie ala arte mercantile12 […] ». L’auteur s’adresse directement aux marchands et banquiers en apprentissage. Les situations choisies font référence aux problèmes auxquels ils sont confrontés et révèlent en l’auteur les compétences d’un excellent pédagogue projetant directement les apprentis dans leur futur contexte professionnel. On trouve ainsi, par exemple, un problème traitant de la conversion des monnaies, ou encore une situation où un groupe d’hommes créent une compagnie et doivent chacun verser des capitaux, puis souhaitent savoir à combien de bénéfices chacun aura droit proportionnellement…

Libre traduction13

  • 13 L’auteur, d’origine espagnole, choisit de rédiger son ouvrage et sa dédicace en italien, ce qui ind (...)

18« Au Magnifique Seigneur Agostino Chigi : Juan de Ortega Espagnol habitant de Palencia, humble serviteur.

19Si nous considérons, Magnifique Seigneur, l’utilité et l’usage de tous les arts et de toutes les sciences cultivées par notre esprit, nous conviendrons que les disciplines mathématiques, et plus spécialement l’arithmétique et la géométrie, sont les plus nécessaires. L’aide qu’elles ont apportée à notre vie mortelle est loin d’être mince, elles ont même donné naissance à de très beaux fruits. Ce sont les deux sciences les plus utiles à l’homme car, pour comprendre et dominer la nature, il faut savoir la compter et en mesurer les éléments.

20En vérité, aucune cité, aucun peuple, aucun rassemblement d’hommes quel qu’il soit, ne peuvent se régir et se gouverner aisément et correctement sans la connaissance et l’usage de celles-ci, parce que de l’ignorance et du mépris de telles sciences naîtrait une grande confusion dans la vie humaine. En effet, l’homme étant un être rationnel et politique, il est forcé de régler sa vie selon un très bel ordre et en exerçant son intelligence, si bien que parmi toutes les autres sciences il a trouvé que les plus utiles sont celles-ci.

21Bien que ces sciences, comme les autres, aient eu des débuts très modestes, elles se sont ensuite largement développées grâce aux études assidues d’hommes très savants. Et de même que les philosophes de l’Antiquité et les nombreux philosophes de notre temps ont écrit des livres, moi-même, bien que par rapport à eux je sois grossier et peu docte, j’ai écrit un livre à la mesure de mes capacités. Ayant passé des années à étudier cette discipline, j’ai composé par le passé des livres, alors que je me trouvais en Espagne et en France. À présent, je me trouve à Rome avec ce nouvel ouvrage que j’espère pouvoir diffuser dans toute l’Italie auprès de quiconque aura plaisir à voir nos efforts apporter un peu d’utilité et quelque savoir.

22Ces efforts, ce me semble, devraient être en partie reconnus s’ils ne sont pas blâmés par une âme ingrate et envieuse.

23Mais comme il est d’usage que toute œuvre soit dédicacée par son auteur soit à l’un de ses amis, soit à l’un de ses bienfaiteurs, soit à l’un de ses supérieurs, j’ai recherché soigneusement à qui je devais adresser mon petit présent, et aucune personne ne m’est apparue plus digne que votre Magnificence.

24Dans notre siècle dépourvu de presque toute vertu et gagné par la somnolente paresse et l’avarice rapace, vous seul parmi peu d’autres personnes m’êtes apparu aujourd’hui comme une brillante lumière dans notre époque, c’est pourquoi je veux à présent dire à quel point en vous toutes les vertus resplendissent. Et parmi ces vertus, votre très grande humanité, la magnanimité de votre âme généreuse, l’excellente libéralité dont est ornée votre noble et antique lignée. Cela, personne ne serait assez téméraire pour le nier, car comment nier les chefs-d’œuvre illustres que l’on voit au grand jour aussi bien dans les églises que dans les palais somptueusement décorés de très riches et très artistiques ornements, qui sont là grâce à vous et où il est agréable de vivre. Mais je ne m’étendrai pas davantage sur ce sujet.

25Je prie seulement votre humanité coutumière de daigner recevoir cet humble ouvrage que je vous dédie avec toute la sincérité et la fidélité de mon âme. Et je vous saurai gré, quand vous aurez pris connaissance de ma modeste œuvre, de lui être favorable et de me compter parmi vos serviteurs. J’espère que d’autres de mes œuvres mieux limées pourront être publiées sous votre protection et votre nom.

26Portez-vous bien ».

Commentaire

  • 14 Frédéric Métin, « L’arithmétique de Juan de Ortega : des équations sans algèbre », in Évelyne Barbi (...)
  • 15 Ibid., p. 54-55.

27Quoi de plus logique que de s’adresser à un expert des finances et des techniques de comptabilité, à l’un des plus fameux banquiers de Rome pour vanter les mérites d’un manuel d’arithmétique ? Suma de aritmetica est un ouvrage pédagogique, qui demeure d’ailleurs toujours un support d’intérêt pour les historiens des mathématiques pratiques qui étudient l’évolution de l’apprentissage de cette discipline au fil des siècles14. C’est en effet un manuel d’arithmétique destiné à l’apprentissage des mathématiques et des techniques de comptabilités commerciales au xvie siècle. Il s’agit « de savoir résoudre efficacement les questions qui se posent au quotidien à tous ceux qui utilisent les nombres en pratique ». L’œuvre d’Ortega est donc un des premiers ouvrages de ce type « et reste un témoignage fondamental de ce qui pouvait se pratiquer au tout début du xvie siècle en termes de numérotation, opérations, méthodes arithmétiques et résolutions de problèmes15 ». La dédicace à Agostino Chigi est le témoignage des préoccupations d’un professeur de mathématiques soucieux de vendre son œuvre. La méthode de Juan de Ortega fait, en effet, doublement référence à l’économie : d’une part, par le sujet qu’elle traite puisqu’il s’agit d’un manuel des techniques de comptabilité pratiquées dans le commerce au xvie siècle, et, d’autre part, parce qu’elle s’insère dans le nouveau marché éditorial de l’époque, celui des savoirs. Son étude livre ainsi des informations sur la fonction économique que pouvait endosser un mécène et permet de définir le rôle d’Agostino Chigi dans la diffusion et la marchandisation des savoirs.

L’auteur, « Juan de Ortega espagnol »

  • 16 Cf. http://www-history.mcs.st-andrews.ac.uk/Biographies/Ortega.html. Grand nombre de prêcheurs ense (...)
  • 17 Luciano Patetta, in Luisa Secchi Tarugi, op. cit., p. 25. Ce témoignage prouve qu’Agostino Chigi ét (...)

28On sait peu de choses de l’auteur de cette méthode d’apprentissage. Certaines sources16 affirment qu’il faisait partie de l’ordre des dominicains, particulièrement actif dans les universités. L’auteur se présente de manière succincte en indiquant uniquement son origine, sans préciser en quelle qualité il écrit ce manuel. À l’inverse d’Egidio Gallo, Ortega choisit de faire apparaître le nom de son mécène en premier, précédé du terme « Magnifico », qui comme nous l’avons évoqué, pouvait prendre le sens de mécène17.

  • 18 Juan de Ortega est également l’auteur d’un autre ouvrage, Cursus quattuor mathematicarum artium lib (...)
  • 19 Le premier ouvrage connu de techniques mathématiques est le Liber abaci de Leonardo Fibonacci, écri (...)
  • 20 Philippe Desan, op. cit., p. 58-59.
  • 21 Pierre Jeannin, « Les manuels de comptabilité », in Simonetta Cavaciocchi, op. cit., p. 243 : « Au (...)
  • 22 Francesco Barberi, op. cit., p. 24, p. 35. « Si fece prestare da un certo Andrea della Pace la somm (...)

29Suma de aritmetica18 est présentée par Ortega comme le premier livre consacré aux techniques de comptabilité et à une pratique commerciale des mathématiques. Après celui de Luca Pacioli (Summa di arithmetica, 1494), l’ouvrage d’Ortega est en effet l’un des premiers de ce genre à rencontrer un tel succès en Italie19. Pacioli proposait un ouvrage synthétique où il « récapitul[ait] toute la connaissance de la fin du Moyen Âge en matière de mathématiques » pour un usage pratique. « La neuvième partie de son in-folio trait[ait] par exemple de l’application de l’arithmétique aux affaires », avec une série de problèmes concrets sous formes d’exercices et leurs solutions. « Chaque chapitre comport[ait] également une brève réflexion théorique sur différents points concernant les ventes, les achats, les échanges, la tenue des comptes à partie double, les contrats relatifs aux associations de marchands... Cet ouvrage connut un succès considérable et devint rapidement le modèle pour tous les traités de la Renaissance destinés à l’éducation des marchands. Dès ce moment, les arithméticiens constitu[èrent] une profession qui se mit principalement au service des marchands20 ». L’ouvrage d’Ortega suit donc le modèle proposé par Pacioli quelques années auparavant, en développant plus particulièrement la caractéristique pédagogique du manuel d’apprentissage21. Ce genre connaît en effet un succès auprès de la bourgeoisie marchande pour la formation de leurs futurs héritiers, mais reste assez rare dans l’édition du xvie siècle. Par ailleurs, nous n’avons aucune indication portant sur le tirage de l’ouvrage d’Ortega, le nombre d’exemplaires vendus…, pas plus que ceux des autres manuels du même genre. On sait qu’Ortega se fit prêter par un certain Andrea della Pace la somme de vingt ducats afin de contribuer à l’impression22. Son édition à Rome, en langue italienne, par Stéphane Guillery en 1515, assortie d’une dédicace à Agostino Chigi, démontre l’espoir d’une bonne diffusion à Rome et en Italie et respecte en ce sens la règle selon laquelle l’auteur doit offrir un ouvrage inédit à son dédicataire (puisqu’il s’agit bien de la première édition en langue italienne). Le livre connut un véritable succès dans la péninsule et fut publié la même année à Lyon, puis en 1522 à Messine et en 1552 à Séville.

30Ortega demande donc la protection d’un mécène puissant, de grande renommée, afin d’acquérir la notoriété et le soutien nécessaires à la réalisation de ses projets, sans doute dans l’espoir de cibler à travers le banquier une plus large clientèle.

31La première ligne de la dédicace évoque un mécénat de type traditionnel (conforme aux anciens codes) où l’auteur, exprimant sa gratitude envers son mécène, s’adresse à lui de façon à lui démontrer son respect. Juan de Ortega se présente comme un « humble serviteur » face au « Magnifique Seigneur », son puissant et généreux protecteur qu’il nomme en premier. Dès les premiers mots, il adopte la rhétorique de l’adulation, de la gratitude, de la servitude. Il s’applique ensuite à exposer les raisons qui l’ont poussé à écrire cette œuvre et présente son argumentaire de vente.

Un manuel utile à l’éducation du marchand

32Juan de Ortega souligne d’emblée l’importance de son sujet. Il fournit un premier argument de vente en déterminant l’« utilité » d’un tel ouvrage afin d’inciter le lecteur à sa consommation. La dédicace est utilisée par l’auteur afin de cibler le public, de séduire les lecteurs-acheteurs auxquels il s’adresse à travers le dédicataire. Il s’agit donc pour lui de se démarquer des autres, de distinguer son œuvre parmi la concurrence. La rationalité de la culture marchande avait déjà poussé à la création d’un genre littéraire nouveau, celui du manuel de marchands, où étaient transcrits les renseignements, les chiffres de vente, les achats, les anecdotes de vente… Le manuel de comptabilité vient donc perfectionner leurs techniques d’apprentissage.

  • 23 Certains problèmes du manuel abordent les liens existant entre l’astronomie et les mathématiques, o (...)

33Cet ouvrage traite de matières scientifiques et plus particulièrement « [des] plus nécessaires » : « l’arithmétique et la géométrie ». En utilisant un superlatif relatif, Ortega valorise son ouvrage et démontre l’intérêt supérieur qu’il présente parmi tous ceux qu’offre le marché des savoirs. L’arithmétique et la géométrie sont les disciplines les plus importantes car elles sont les plus « utiles ». Dans ce passage, l’auteur se réfère implicitement au système d’éducation du studia humanitatis, composés du Trivium (grammaire, logique et rhétorique) et du Quadrivium (arithmétique, musique, géométrie et astronomie), et met à l’honneur l’arithmétique, la matière fondamentale du Quadrivium, puisque les trois autres dépendent de celle-ci23. La matière choisie par Ortega est donc la plus « nécessaire » et le dédicataire ne pourra que confirmer ces propos puisque le marchand-banquier pratique au quotidien les différentes techniques de comptabilité. Numérotation, opérations, multiplications, divisions, fractions sont les outils indispensables à l’homme d’affaires. Cet ouvrage, tout autant que la matière qu’il présente, est donc capital pour la formation et la pratique professionnelle du marchand-banquier personnifié par Agostino Chigi. Rappelons que le marchand-banquier n’effectue pas sa formation à l’université (réservée à l’enseignement des matières dites nobles : littérature, philosophie, théologie, médecine…) et se forme essentiellement par apprentissage au sein de la société familiale. L’économie, l’algèbre, les techniques de comptes… sont pratiquées en atelier, sur le terrain. Un manuel tel que celui-ci, qui compile toutes ces techniques, est donc d’autant plus utile et indispensable à la formation des jeunes marchands-banquiers qu’ils ne peuvent recevoir ces enseignements nulle part ailleurs et sont en demande de manuels pédagogiques. L’imprimerie, qui permet désormais la diffusion des savoirs par leur marchandisation, offre donc l’opportunité d’une formation optimisée par ce type d’ouvrages et fait naître d’autres formes de méthodes d’apprentissage.

34Ainsi, Agostino Chigi apparaît comme le meilleur représentant des marchands-banquiers auxquels pourront s’identifier les potentiels acheteurs de cette méthode. Le « Magnifique Seigneur » (remarquons un renforcement de l’image du mécène avec la redondance de cette formule de courtoisie) auquel s’adresse Ortega va donc lui permettre de cibler cette clientèle.

Les arguments de vente

35Agostino Chigi n’est pas à l’origine de la production de ce manuel, il lui est seulement offert en échange de son soutien. Il s’agit donc pour Juan de Ortega de mettre le plus en valeur possible son œuvre en fournissant une série d’arguments qui vont à la fois vanter la supériorité de son sujet, séduire le dédicataire - l’incitant à prendre l’auteur et son œuvre sous sa protection - et susciter l’intérêt des lecteurs afin qu’ils achètent l’ouvrage.

  • 24 On peut envisager que le terme « fructo » soit également assimilé à la notion de « présent », de «  (...)

36Le deuxième argument exposé est donc la précieuse « aide » que les mathématiques apportent dans la vie de tout un chacun. La métaphore du « fruit » désigne tout ce qu’elles permettent d’accomplir, de produire, et exprime les profits24 que l’homme retire de sa pratique. Selon Ortega, les sciences mathématiques permettent à l’homme de « dominer » ce qui l’entoure en comptant et en mesurant chaque chose présente dans la nature. En d’autres termes, elles permettent à l’homme de maîtriser son environnement et de le mesurer. Elles offrent la possibilité d’ordonner le monde (ne serait-ce que par le besoin élémentaire de « compter » les éléments de la « nature »). Elles donnent alors une juste proportion à chaque élément et rationnalisent l’environnement. Cette discipline est donc une science primordiale pour la mesure et la connaissance du milieu naturel et permet à l’homme d’en devenir le maître. Les mathématiques apparaissent donc comme un outil améliorant les capacités de l’homme, le rendant supérieur à sa condition originelle et lui permettant de mieux « se gouverner ».

37En effet, « le bel ordre » instauré par la pratique des mathématiques dans l’environnement naturel est également profitable à la cité, au progrès civique et social. Ortega expose ainsi son troisième argument. C’est désormais à l’homme civilisé, l’homme de la cité, qu’il s’adresse. Une figure en laquelle la bourgeoisie marchande, au cœur des profonds bouleversements économiques et culturels de la cité ne pourra que se reconnaître. La bourgeoisie marchande a provoqué de profondes mutations dans le développement des différentes structures de la cité, aux niveaux politique, économique et artistique. Dans l’histoire du haut Moyen Âge, les profits commerciaux auxquels souhaitaient parvenir les marchands-banquiers les ont conduits à chercher à instaurer une stabilité politique et économique dans la cité, afin de mieux la « gouverner » et en devenir les principaux dirigeants. Présenter l’usage des mathématiques comme un moyen d’améliorer le gouvernement de la cité et d’accroître les profits économiques ne pourra donc que susciter l’acquiescement des lecteurs ciblés et les conforter dans leur achat. Vouloir faire des bénéfices commerciaux, accroître les capitaux financiers, implique obligatoirement savoir pratiquer les différentes règles et techniques de comptabilité. Ortega démontre ainsi comment les chiffres et les techniques de calculs ont permis ce progrès social, civique et économique. Grâce au calcul, la cité évolue, devient plus riche, plus raffinée, plus belle, bref, plus ordonnée. L’auteur utilise donc une forte référence historique et sociétale qui va séduire son lecteur. Il assimile ainsi l’homme pratiquant les mathématiques à un homme « rationnel », un homme « politique »- étymologiquement « de la cité ». Une identification qui flatte le lecteur et qui l’intègre à un groupe d’hommes supérieurs, voulant naturellement fuir devant « l’ignorance » et la « confusion », qui engendrent le chaos, le désordre et la ruine de la cité. La pratique des mathématiques est donc un outil indispensable à l’homme civilisé.

38Dans ce passage, Ortega rappelle aux lecteurs comment les hommes ont su utiliser ces techniques pour construire la réalité économique dans laquelle ils vivent en 1515. Rappel historique qui se transforme en un véritable argument de vente. Il témoigne de l’importance du commerce dans les profonds bouleversements qui ont traversé le territoire italien, dans l’évolution de la cité, désormais « régie » par les règles d’un système économique commercial. Le calcul est au cœur de ce système de société créé par les marchands-banquiers eux-mêmes. L’auteur revient donc sur un phénomène dont la catégorie sociale à laquelle appartient Agostino Chigi est à l’origine. Autrement dit, les mathématiques sont la discipline par laquelle les hommes créent le progrès civique et l’essor économique. Un bon gouvernement (image qui rappelle le Bon gouvernement d’Ambrogio Lorenzetti symbolisant l’évolution de la cité ordonnée et sûre) repose donc entièrement, selon Ortega, sur la notion d’« ordre » et sur le bon usage de l’arithmétique et du calcul, fondement d’une cité stable et prospère.

39Ainsi Ortega trouve-t-il les moyens de se rapprocher d’Agostino Chigi (et de son lectorat) en faisant référence à des images communes et à des notions ancrées dans les mentalités des marchands-banquiers. Le parcours d’Agostino Chigi, riche marchand-banquier s’il en est, représente parfaitement ces hommes nouveaux qui ont contribué à faire évoluer la cité.

Lieux de comparaison et évolution des méthodes d’éducation

40Parmi les stratégies de vente, la comparaison avec d’autres œuvres ou la référence à des œuvres d’autorités plus anciennes est une pratique courante dans les dédicaces, afin d’insérer la nouvelle œuvre au sein d’un mouvement de pensée… Ici Ortega situe son ouvrage dans le sillage de ceux des mathématiciens et philosophes de l’Antiquité et de la Renaissance, puisqu’il affirme avoir voulu faire « de même que les philosophes de l’Antiquité et les nombreux philosophes de [son] temps ». La conciliation des codes culturels et scientifiques de l’Antiquité avec ceux des xve et xvie siècles trouve dans ce passage une belle illustration, où le mathématicien espagnol montre comment les scientifiques du Cinquecento désirent s’inscrire dans la continuité des travaux de l’Antiquité. Ainsi, comme Raphaël dans sa fresque L’École d’Athènes, où le peintre représentait une assemblée de savants et de philosophes de l’Antiquité et de la Renaissance réunis dans une seule et même discussion, Ortega réunit dans une seule et même référence les œuvres des anciens et de ses contemporains. Conformément à l’usage habituel des dédicaces, il fait preuve d’une grande humilité face aux œuvres de ses illustres prédécesseurs et de ses contemporains. Peut-être fait-il ici référence aux ouvrages de Pacioli et des autres mathématiciens, qu’il préfère sans doute ne pas nommer (pour éviter la concurrence ?), et s’inscrit ainsi dans la lignée des grands traités de l’Antiquité auxquels il fait référence.

41La comparaison qu’il effectue entre son œuvre et celles déjà reconnues définit son ouvrage comme étant d’une qualité inférieure, puisqu’il affirme être « grossier » et « peu docte »« par rapport à eux ». Mais cette dépréciation est en réalité une technique de valorisation, car le simple fait d’émettre une comparaison est déjà valorisant. Par ce procédé, il inscrit de nouveau son manuel dans la continuité de ceux des savants de l’Antiquité et de ses contemporains. Cette technique vise donc à anticiper la réaction des lecteurs et leur satisfaction à la lecture de l’œuvre. En réalité, Ortega établit sa réputation et son autorité en tant que mathématicien, en s’incluant dans la lignée de ces savants.

42L’auteur se positionne donc en expert des mathématiques, puisqu’il dit avoir étudié pendant des années cette discipline qu’il a déjà enseignée en Espagne et en France. En outre, il affirme également avoir déjà cumulé plusieurs expériences dans l’élaboration d’ouvrages pédagogiques et méthodologiques. À travers ces arguments de surenchère quant à la qualité de composition du manuel - rédigé par un expert de l’arithmétique ayant de l’expérience - c’est la thématique de l’éducation des marchands-banquiers qui apparaît.

  • 25 Philippe Desan, op. cit., p. 58.
  • 26 À cette époque, les marchands-banquiers écrivent beaucoup. Leurs écritures concernent essentielleme (...)
  • 27 Pierre Jeannin, in Simonetta Cavaciocchi, op. cit., p. 244- 245.

43Le parcours de formation d’Agostino Chigi montre que l’éducation des futurs marchands-banquiers se faisait essentiellement par apprentissage au sein d’une compagnie et auprès de professionnels qui leur transmettaient les techniques commerciales, les règles de finances... L’économie et les finances ne faisant pas encore partie des disciplines enseignées à l’université, les manuels d’arithmétique tels que celui d’Ortega sont des ouvrages précieux pour l’éducation des héritiers des chefs d’entreprise. Suma de aritmetica est donc un manuel scolaire (utilisé pour la formation), un genre qui correspond parfaitement aux nouvelles exigences de la bourgeoise marchande - dont Agostino Chigi est le plus fier représentant. Vers la fin du Quattrocento la complexité des échanges économiques confronte les marchands-banquiers aux exigences de nouvelles méthodes d’éducation pour leurs héritiers. Ils développent alors un nouveau système d’enseignement basé sur les nécessités d’un commerce en pleine évolution et expansion. L’éducation des fils des marchands25 et des banquiers était alors déterminante et devait suivre l’évolution du métier et des nouvelles réalités économiques. Il ne suffit plus de savoir compter, il s’agit désormais d’effectuer des opérations plus complexes : calculer les taux d’intérêts, convertir les monnaies, passer de la monnaie réelle en monnaie de compte, résoudre des problèmes de proportionnalités, des équations... Le développement du commerce et l’évolution des professions liées aux finances nécessitent de nouvelles compétences et des apprentissages plus poussés26. L’enseignement des mathématiques apparaît donc comme l’une des disciplines les plus importantes et les manuels de techniques de comptes deviennent indispensables. Au début du Cinquecento, les initiations aux techniques comptables se font de moins en moins au comptoir27. Désormais, les banquiers, qui ont eux-mêmes développé la complexité de leur profession, vont également contribuer à la création d’un système éducatif plus élaboré pour leurs héritiers. La nécessité de manuels scolaires devient alors impérative. C’est pourquoi, la profession d’arithméticien se met principalement au service des marchands. Juan de Ortega offre donc ici ses services à Agostino Chigi, un des plus puissants banquiers de Rome.

44Grâce à l’imprimerie, le manuel pédagogique (de mathématiques, mais aussi de grammaire, ou les dictionnaires…) est un genre qui se répand progressivement. Le format du manuel d’Ortega, in-folio, est assez peu répandu pour un usage pratique, sur le terrain, et correspond plutôt à un apprentissage scolaire. Les qualités didactiques et pédagogiques qui transparaissent au fil des cas et des exemples traités par l’auteur laissent supposer que le manuel provient d’un cours que l’auteur lui-même aurait donné (puisqu’il a exercé la profession d’enseignant). Le contenu oral du cours aurait ensuite servi de support à la rédaction du manuel imprimé, vendu comme un ouvrage de base indispensable aux apprentis banquiers, à consulter en fonction des situations rencontrées. Il présente, en effet, une série de problèmes (accompagnés de leurs solutions), des exercices types inspirés de situations réelles confrontant les élèves à des problèmes concrets et correspondant à la réalité des professionnels du commerce.

  • 28 L’évocation de sa profession d’enseignant est sans doute une façon pour Ortega de demander un poste (...)

45Ortega souligne le fait qu’il a exercé sa « professione » (d’enseignant mathématicien) en Espagne et en France. Les savants cosmopolites voyageaient de cour en cour à la recherche d’un mécène généreux afin de « diffuser » leur œuvre et acquérir un poste. Ici Ortega offre ses services de mathématicien et d’enseignant à Agostino Chigi28. Le choix du dédicataire apparaît évident. Il est tout à fait légitime de s’adresser au banquier le plus puissant de l’époque et incarnant cette clientèle. Agostino Chigi représente la meilleure publicité pour promouvoir un manuel d’apprentissage des techniques de comptabilité auprès des banquiers qui désireront former leurs futurs héritiers.

Agostino Chigi vedette et argument de vente

46La dédicace d’Ortega témoigne également de l’indispensable nécessité pour un auteur de recevoir le soutien et la protection d’un mécène généreux. Il mentionne la difficulté d’obtenir une telle protection, déterminante pour « diffuser » son œuvre. En faisant référence aux adversaires qui ont entravé la publication du manuel, il introduit ainsi un autre lieu commun de la dédicace. Le terme « biasiman » apparaît au sein des dédicaces pour signifier les obstacles ou les refus auxquels sont souvent confrontés les auteurs. Peut-être Ortega fait-il ici allusion à de précédents échecs commerciaux. L’évocation de ces obstacles, adversaires ou mécènes qui ont « blâmé » ou méprisé son ouvrage, est une nouvelle façon de réitérer sa demande de protection et de signifier au mécène combien son aide est précieuse et généreuse. En opposant Chigi aux autres mécènes (avares tels des rapaces) qui n’ont pas retenu sa requête, il valorise le banquier, le soutien qu’il lui accorde, et le décrit comme une figure d’exception parmi les « âme[s] ingrate[s] et envieuse[s] ».

47Il souligne ensuite l’importance du choix du dédicataire à qui adresser son œuvre, qu’il dit avoir « recherché soigneusement ». La figure d’Agostino Chigi apparaît effectivement comme l’équivalent d’un véritable choix publicitaire. Ici, pour promouvoir son manuel de techniques de comptabilité, Juan de Ortega fait appel au meilleur manieur de chiffres. Quel autre personnage, admiré pour sa réussite et son ascension professionnelle, et dont le patrimoine financier était une légende de son vivant, pouvait mieux stimuler les jeunes apprentis banquiers et susciter en eux l’envie d’utiliser un manuel de comptabilité dans l’espoir de faire une carrière semblable à la sienne ? Aussi, « aucun » autre personnage, aucun mécène, mais surtout, aucun autre homme d’affaires n’est-il « apparu plus digne » pour promouvoir son œuvre.

  • 29 Gérard Genette, op. cit., p. 139. « Le dédicataire est toujours de quelque manière responsable de l (...)

48Le mécène qui accepte la dédicace offre également une marque de confiance en associant son nom à cette œuvre29. En contrepartie, si l’œuvre a du succès, elle contribuera également à la gloire d’Agostino Chigi, à son image d’homme d’affaires, à sa réussite et à sa propre publicité. Juan de Ortega explique ensuite les raisons de ce choix par une série de figures rhétoriques traditionnelles de l’éloge au mécène. Il sollicite en effet à la fois l’homme d’affaires, qui va promouvoir et constituer la meilleure publicité pour son œuvre, et le mécène puissant et généreux qui va permettre la diffusion de l’œuvre auprès de son réseau. Il emploie donc le vocabulaire de l’adulation en faisant d’Agostino Chigi un homme d’exception, non seulement dans sa profession, mais également dans son « siècle » dont l’auteur fait une description assez sombre (« dépourvu de presque toute vertu », « somnolente paresse », « avarice rapace ») afin de faire ressortir l’éclatante personnalité de son mécène. Ainsi, « seul » Chigi lui est apparu, parmi un cercle restreint de personnes, comme « une brillante lumière ». C’est là encore un des lieux communs de la dédicace. Le mécène apparaît tel un astre solaire, chez qui « les vertus resplendissent », accompagnées d’adjectifs valorisants et de superlatifs absolus : générosité, « très grande humanité », « magnanimité » et « excellente libéralité ». Plusieurs termes appartiennent au champ lexical de la lumière : « resplendissent », « brillante », « lumière ». Agostino est ainsi présenté comme une figure rassurante, qui va guider l’œuvre et son auteur dans ce siècle obscur et dépourvu de vertus.

  • 30 Marco Paoli, op. cit., p. 43.

49Enfin, dernière forme d’adulation, les vertus morales, intellectuelles et humaines du mécène confèrent une énième qualité à Agostino Chigi : la noblesse. Juan de Ortega évoque la « noble et antique lignée » du dédicataire, une manière de renforcer l’image de son protecteur. Marco Paoli30 explique que le système des dédicaces prévoyait, pour un protecteur mineur, la confirmation de sa position sociale, voire d’une parenté avec la haute aristocratie. Agostino Chigi n’étant pas de lignée aristocratique, ce sont ses vertus elles-mêmes qui l’anoblissent et légitiment sa splendeur. Ortega anoblit ainsi les origines de son protecteur par lesquelles il lui donne la possibilité d’égaler les nobles lignées. Des vertus qui lui permettent d’atteindre, une fois encore, le prestige princier confirmé par son mécénat artistique. « Les chefs-d’œuvre illustres » font bien évidemment référence aux commandes architecturales et picturales du banquier. Le lecteur peut sans doute reconnaître, dans les « églises » et les « palais somptueusement décorés », la villa du Tibre, les chapelles Chigi ainsi que d’autres édifices aujourd’hui disparus comme permet de le supposer l’emploi du pluriel. La noblesse du dédicataire est reconnue à travers son mécénat et, indirectement, sa puissance économique. En acceptant la dédicace et en accordant sa protection, Agostino Chigi s’insère une fois encore dans les pratiques d’un mécénat de type princier. Ortega présente dans sa dédicace un témoignage du mécénat artistique de Chigi qu’il qualifie d’une beauté merveilleuse et sollicite aussi bien le puissant banquier, pour le pouvoir économique qu’il représente, que le puissant mécène. Le dédicataire apparaît donc comme celui qui se démarque dans la société par sa puissance et sa supériorité intellectuelle et morale.

50Ainsi, par l’impression en série de ce texte, l’image d’Agostino Chigi mécène contribuera à sa propre publicité. Les vertus énumérées lui confèrent un statut exceptionnel, unique. En contrepartie, la dédicace élogieuse et l’image d’Agostino confèrent au manuel d’Ortega un label de qualité. La dédicace est donc bien un espace publicitaire de choix.

L’humilité de l’auteur face à l’anonymat du lectorat

51Recherchant la considération du mécène (et du lecteur), l’auteur termine sa dédicace en soulignant, une nouvelle fois, l’humilité avec laquelle il a rédigé son œuvre. Il s’agit d’une façon de s’excuser par avance, de se décharger des éléments qui pourraient déplaire au lecteur. Comme nous l’avons évoqué, l’anonymat du lecteur est une source d’angoisse pour l’auteur qui ne connaît pas son public, mais qui espère de bonnes retombées économiques de la diffusion de son ouvrage. C’est ce qu’il exprime en espérant que « d’autres de [s]es œuvres mieux limées pourront être publiées » sous la protection et le nom de Chigi. Ortega espère donc que le succès remporté par Suma lui permettra de produire d’autres œuvres et formule le souhait de pouvoir publier ces futures productions en bénéficiant encore de la protection du banquier.

  • 31 On évoque souvent, dans les dédicaces de cette époque, le patronage du mécène avec ces termes (« sc (...)

52La dédicace se termine avec les formules habituelles de la rhétorique de l’adulation, portée ici à son paroxysme avec l’image de « l’ombra » (terme traduit par « protection »), métaphore du puissant protecteur et un des lieux communs les plus utilisés dans les dédicaces31. Le terme « ombra » fait référence à l’ombre du puissant mécène protecteur sous laquelle vient s’abriter l’auteur. La dédicace se clôt sur la formule habituelle, « vale », un souhait de bonne santé au mécène.

Remarque sur la langue employée

53Aussi bien dans la dédicace que dans le contenu du manuel, le latin est tout à fait écarté. Bien que voulant s’inscrire dans le sillage d’œuvres rédigées par des maîtres de l’Antiquité, Ortega n’insère pas de pièces liminaires en latin, comme on en rencontre souvent dans les dédicaces, certifiant la scientificité de l’œuvre.

  • 32 Le lecteur notera également que tout le manuel est en chiffres arabes (les neufs chiffres et le zér (...)

54Le contexte culturel et économique dans lequel a lieu l’édition, le type même d’ouvrage et le public auquel il s’adresse invitent l’auteur à s’exprimer en italien courant du xvie siècle. Il s’agit d’une œuvre d’apprentissage de techniques d’arithmétique essentiellement destinées aux marchands-banquiers, pour un usage pratique et quotidien, et non d’une matière enseignée en université32. L’italien courant était donc le mieux indiqué pour un ouvrage destiné à un public de bourgeois souhaitant parfaire l’éducation de leurs futurs héritiers et permettait de s’adresser à un maximum de personnes. Certes, les marchands-banquiers qui prétendaient à une grande carrière recevaient, durant leur formation, un apprentissage en latin. La langue latine utilisée pour la rédaction de documents administratifs officiels était indispensable aux jeunes apprentis dont les projets professionnels visaient à faire des affaires dans les plus hautes sphères du monde des finances. Langue des savants, langue internationale, langue des hautes administrations, de l’Église et des universités, le latin ne pouvait être négligé. Mais les marchands-banquiers n’étaient pas formés dans les universités, les disciplines liées au commerce et aux finances n’y étant pas enseignées. L’utilisation du latin présentait donc peu d’intérêt pour un manuel de techniques d’arithmétique. Juan de Ortega met donc au point un manuel scolaire remédiant au manque d’enseignement des marchands-banquiers et répondant à la nouvelle demande de cette catégorie sociale en ouvrages pédagogiques.

55En outre, depuis la fin du Quattrocento, on assiste à une ouverture de l’accès à la connaissance qui n’est plus seulement destinée à une élite. L’avènement de l’imprimerie permet une démocratisation des savoirs par la diffusion des livres, qui doivent désormais répondre aux exigences de la vente. Cette démocratisation favorise la production d’ouvrages en langue courante, accessibles à un plus large public. Désirant « diffuser [son œuvre] dans toute l’Italie », Ortega s’exprime donc dans la langue des potentiels acheteurs, celle qui correspond le mieux à leurs attentes et à leur réalité.

  • 33 À la Renaissance, l’auteur doit lui-même trouver le moyen d’assurer la vente de son livre et donc d (...)

56La dédicace, texte hautement codifié, est soumise à de nombreuses règles rhétoriques visant à séduire le dédicataire et, à travers lui, le lecteur. Juan de Ortega vante l’utilité des mathématiques dans l’évolution des sociétés et la supériorité de cette discipline sur les autres : elles sont indispensables au progrès de toute civilisation, conduisent l’homme vers un monde rationalisé et deviennent une sorte d’instrument utile au perfectionnement d’autres matières (musique, astronomie, peinture…) et à l’étude de la nature. Cette dédicace montre également que le choix du dédicataire, un personnage de relief dans la société, doit être réfléchi, car il est décisif pour la diffusion de l’œuvre. L’auteur emploie ainsi différentes stratégies de la rhétorique dédicatoire afin d’obtenir la protection du mécène. Agostino Chigi est alors implicitement désigné comme un expert en mathématiques, un virtuose des finances, un maître des techniques de comptabilité, et apparaît comme un argument publicitaire idéal. L’œuvre d’Ortega cible une clientèle parmi les professions du commerce et des finances. L’image d’Agostino Chigi, en laquelle se cristallise cette clientèle, va favoriser la diffusion du manuel d’arithmétique auprès des banquiers, des marchands, des financiers et de son entourage professionnel. En somme, Ortega espère bénéficier du réseau du célèbre banquier33.

57En véhiculant l’image d’Agostino Chigi, l’auteur s’assure donc un public, mais il permet également à Chigi de contribuer à la diffusion d’un manuel d’apprentissage scolaire. Le banquier participe de cette façon à la marchandisation des savoirs, en l’occurrence des techniques de comptabilité, en faisant bénéficier l’œuvre de sa large notoriété. On ne connait pas la nature exacte du soutien offert par Chigi (participation financière à l’impression du manuel ?), mais le seul emploi de son image le désigne comme un vecteur de commercialisation. La dédicace d’Ortega présente donc une illustration du rapprochement entre exigences économiques (la vente des livres) et culture (une nouvelle clientèle en demande d’ouvrages pédagogiques) et permet de comprendre la nécessité pour l’auteur de solliciter un mécène-homme d’affaires.

Notes

1 L’édition lyonnaise de 1512 est le premier livre d’apprentissage de techniques commerciales imprimé en France. Cf. Alain Schärlig, Du zéro à la virgule : les chiffres arabes à la conquête de l’Europe 1143-1585, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2010, p. 205.

2 Gérard Genette emploie également le terme de « péritexte » éditorial. Gérard Genette, op. cit., p. 21.

3 Les deux exemplaires examinés lors des recherches présentaient des reliures différentes. Celle de l’exemplaire de la BAV est ornée, aux quatre angles, de fers dorés aux armes d’Agostino Chigi. En haut à gauche et en bas à droite sont représentés les six monts surmontés de l’étoile des Chigi, et aux angles opposés le chêne, symbole de la famille Della Rovere (on retrouvera ces mêmes éléments sur l’exemplaire de Thomas Ram). L’exemplaire de la Biblioteca Angelica présente une reliure de parchemin plus simple, sans ornement.

4 Jacopo Mazzocchi, associé à Étienne Guillery, se spécialise dans l’édition universitaire. Les deux éditeurs sont désignés comme « Romanae Academiae bibliopola », libraires et éditeurs officiels de l’université, et se partagent la publication des ouvrages recommandés à la Sapienza. Pour une étude des éditions de Guillery voir : Francesco Barberi, op. cit., p. 9-55.

5 Francesco Barberi, op. cit., p. 13-21. Étienne Guillery (dont l’orthographe du prénom et du nom varie selon les éditions et les documents, Stéphane, Stefano…) commence son activité en tant que technicien, soutenu par les capitaux de généreux mécènes. Fin 1510, il s’associe au Bolonais Ercole Nani. L’association entre Guillery et Nani dura jusqu’en 1514, avec une quinzaine d’éditions et plusieurs « bolle papali ». En plus de son activité de libraire de l’université, Guillery est, comme beaucoup d’autres typographes romains, en rapport de dépendance avec la Curie et la cour pontificale, dont il obtint plusieurs commandes dès 1510. On sait également qu’il entretenait des rapports étroits avec les populations napolitaines et espagnoles de Rome, comme le montre la publication de Juan de Ortega, mais aussi celles de Benet, Fonseca, Gibraleon, Hernandez, Valdevieso, Villanova, le roi du Portugal Manuel et Damiano da Odemira. On sait également qu’il publia plusieurs textes scientifiques dont trois opuscules sur la réforme du calendrier entre 1515 et 1516.

6 Le style du cadre présent dans l’édition de Mirabiliae Romae paru le 20 mars 1494 et édité par Guillery est très similaire, surtout dans l’emploi d’une décoration végétale de tradition française.

7 Cf. Annexe III.

8 Marco Paoli, op. cit., p. 109.

9 Le choix de graver l’écusson du dédicataire peut appartenir à l’éditeur.

10 Sous l’écusson de Chigi, on retrouve un autre écusson présentant, selon Lamberto Donati, un monogramme de Giovanni Martino avec qui Guillery semble avoir travaillé durant ces mêmes années. Lamberto Donati, « Stampe quattrocentine di Stefano Guillireto », in Essays in Honour of Victor Scholderer, Mainz, K. Pressler, 1970, p. 144-156.

11 Cf. La dédicace en annexe IV. La retranscription de la dédicace de Juan de Ortega reste fidèle au texte original et respecte la ponctuation et l’orthographe employées par l’auteur. Les éléments de ponctuation étant peu utilisés durant la Renaissance, le texte présente une syntaxe lacunaire, très rarement un point final et une absence totale de virgules (les deux points étant souvent utilisés en guise de virgule). Les abréviations ont été retranscrites en toutes lettres.

12 Cf. Annexe V : série d’exemples de problèmes traités au sein du manuel.

13 L’auteur, d’origine espagnole, choisit de rédiger son ouvrage et sa dédicace en italien, ce qui induit la présence de plusieurs hispanismes qui sont un obstacle de plus à une traduction correcte – outre les latinismes, très courants à cette époque, et le manque de syntaxe rigoureuse. Il s’agit donc, plus que d’une véritable traduction, d’une adaptation qui, sans dénaturer le sens global du texte, offre un meilleur confort de lecture. Une ponctuation en harmonie avec les règles grammaticales actuelles a par ailleurs été rétablie de même que, pour plus de clarté, ont été introduits des alinéas éclairant la structure du texte.

14 Frédéric Métin, « L’arithmétique de Juan de Ortega : des équations sans algèbre », in Évelyne Barbin, Les Mathématiques éclairés par l’Histoire, des arpenteurs aux ingénieurs, Paris, Vuibert-Adapt, 2012, p. 51-70. L’auteur a étudié le livre pour « ce qu’il révèle de l’aspect moral des pratiques commerciales (les valeurs maximales de taux d’intérêt, le pourcentage de bénéfices admissibles…), mais [il s’est] rendu compte que les contenus mathématiques étaient à la fois abordables par les élèves de seconde et suffisamment “cachés” pour nécessiter une interprétation » (p. 52). Il fait donc étudier le texte d’Ortega à ses élèves de lycée.

15 Ibid., p. 54-55.

16 Cf. http://www-history.mcs.st-andrews.ac.uk/Biographies/Ortega.html. Grand nombre de prêcheurs enseignaient en effet au sein des universités.

17 Luciano Patetta, in Luisa Secchi Tarugi, op. cit., p. 25. Ce témoignage prouve qu’Agostino Chigi était déjà appelé « Magnifique » par ses contemporains.

18 Juan de Ortega est également l’auteur d’un autre ouvrage, Cursus quattuor mathematicarum artium liberalium, publié à Paris en 1516, ce qui démontre la volonté de l’arithméticien de diffuser des ouvrages pédagogiques en Europe.

19 Le premier ouvrage connu de techniques mathématiques est le Liber abaci de Leonardo Fibonacci, écrit en 1202, une compilation des techniques de comptabilité sous forme de manuel pédagogique destiné aux pratiques commerciales et mercantiles. Plusieurs mathématiciens publient ensuite leurs travaux sur l’usage des mathématiques. Pietro Borghi est un des premiers. La première édition de son Libro de abacho, parue sous le titre aritmetica mercantile, date de 1484 (Venise). Il s’agit du second livre d’arithmétique imprimé en italien, quatre ans seulement après un livre d’abaque, d’auteur anonyme et sans titre, connu sous le nom d’Aritmetica di Treviso (Trévise, 1478), et avant celui de Luca Pacioli (1494). Plus élaboré que l’Aritmetica di Treviso, il montre une volonté d’adapter la pratique de l’arithmétique commerciale aux nouveaux besoins des marchands, dont le métier évolue, notamment en n’utilisant plus aucun chiffre romain et en éliminant toutes les théories médiévales. Pour une chronologie des premiers manuels d’arithmétique et de comptabilité imprimés, voir Carlo Antinori, « I manuali di computisteria e di ragioneria dal secolo xiii al xviii », in Simonetta Cavaciocchi, op. cit., p. 353-364.

20 Philippe Desan, op. cit., p. 58-59.

21 Pierre Jeannin, « Les manuels de comptabilité », in Simonetta Cavaciocchi, op. cit., p. 243 : « Au cours du siècle qui a suivi la publication de la Summa de Pacioli, le nombre de manuels imprimés est resté modeste [10 titres imprimés en Italie dans la première moitié du xvie siècle – Cf. tableau du nombre d’éditions de manuels de comptabilités par pays] », p. 259.

22 Francesco Barberi, op. cit., p. 24, p. 35. « Si fece prestare da un certo Andrea della Pace la somma di venti ducati, garantita dal tipografo con gli esemplari stessi dell’opera da stampare ».

23 Certains problèmes du manuel abordent les liens existant entre l’astronomie et les mathématiques, ou la musique et les mathématiques, et montrent la nécessité de l’arithmétique pour pratiquer ces autres disciplines.

24 On peut envisager que le terme « fructo » soit également assimilé à la notion de « présent », de « cadeau ». La métaphore du beau fruit pour désigner l’œuvre offerte est une formule courante utilisée dans les dédicaces. Par ailleurs, le mot peut également être traduit par « profit » au sens économique du terme, une notion bien familière à Agostino Chigi, qui s’insère directement dans un contexte économique.

25 Philippe Desan, op. cit., p. 58.

26 À cette époque, les marchands-banquiers écrivent beaucoup. Leurs écritures concernent essentiellement les affaires, les lettres commerciales, les correspondances et les traces des transactions effectuées. Ils utilisent également une sorte de manuel ou de guide dans lequel ils notent tous les renseignements utiles au développement d’une activité économique, mais les manuels d’apprentissage sont encore rares.

27 Pierre Jeannin, in Simonetta Cavaciocchi, op. cit., p. 244- 245.

28 L’évocation de sa profession d’enseignant est sans doute une façon pour Ortega de demander un poste (une place de précepteur ?) à Agostino Chigi. Obtenir un engagement en tant que professeur était une façon de s’assurer la protection de puissants mécènes. Un des stratagèmes était, comme ici, de présenter une dédicace élogieuse. Giovanni Ponte, « Una maniera di ottenere il favore dei potenti nel secolo xv : Antonio Astesano e i nobili di Genova », in Luisa Secchi Tarugi, op. cit.

29 Gérard Genette, op. cit., p. 139. « Le dédicataire est toujours de quelque manière responsable de l’œuvre qui lui est dédiée ».

30 Marco Paoli, op. cit., p. 43.

31 On évoque souvent, dans les dédicaces de cette époque, le patronage du mécène avec ces termes (« scudo, ombra… »).

32 Le lecteur notera également que tout le manuel est en chiffres arabes (les neufs chiffres et le zéro rendant le calcul plus facile qu’avec les chiffres romains), déjà utilisés depuis plusieurs années par les marchands italiens qui commerçaient avec l’Orient.

33 À la Renaissance, l’auteur doit lui-même trouver le moyen d’assurer la vente de son livre et donc d’en faire la publicité.

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search