Version classiqueVersion mobile

Al Magnifico Agostino Chigi

 | 
Amélie Ferrigno

Agostino Chigi, protecteur des Lettres

La dédicace d’Egidio Gallo

Texte intégral

1Si de nombreux hommages sont rendus à Agostino Chigi dans plusieurs œuvres éditées au début du Cinquecento où le riche et célèbre Siennois est loué pour ses qualités d’homme d’affaires, il représente également, de par sa fortune et son influence, un protecteur idéal pour les écrivains.

2La première dédicace connue adressée à Agostino Chigi figure en tête de deux comédies d’Egidio Gallo, publiées en un seul volume le 8 avril 1505 à Rome par J. Besicken : Bophilaria et Annularia.

3D’une longueur relativement courte, cette dédicace permet néanmoins d’observer la figure d’Agostino Chigi dans le paysage littéraire romain de l’époque : il incarne un mécène passionné par la culture antique et apparaît au poète comme le protecteur idéal de son œuvre.

  • 1 Treccani, Dizionario Biografico degli Italiani, Volume 51, 1998. « In uno degli esemplari del De vi (...)
  • 2 Federico Doglio, « Il teatro latino nel Cinquecento », in Il teatro classico italiano nel ‘500. Att (...)

4On sait peu de choses d’Egidio Gallo1, homme de lettres né à Rome vers 1450. Les rares sources nous apprennent qu’il est issu d’une noble famille romaine dont certains membres exerçaient la profession de banquier2. Il fait alors partie du cercle des poètes de la cour pontificale de Léon X avec, entre autres, Antonio Lelio, B. Capella, S. Lancellotti, qui constituent l’environnement littéraire romain de l’époque. Il est également l’ami de Pietro Bembo et enseigne la rhétorique à l’Archiginnasio romano vers 1514.

  • 3 Antonio Stäuble, op. cit., p. 123 : « [Nel Bophilaria] l’azione si svolge intorno all’amore di Occo (...)

5Les deux comédies, Bophilaria et Annularia3, avaient pour objectif de faire revivre le théâtre latin de Plaute et de Térence. On possède aujourd’hui très peu d’exemplaires de cette édition rare. C’est celui de la Bibliothèque nationale de France qui a servi à la retranscription de la dédicace.

Retranscription de la dédicace4

Galli Egidii Romani. Comœdiæ

Ad lectorem

Romano nisi, lector, inuidebis,
quicunque, eloquio facetiisque,
tu nostras animo lege obsequenti;
quæ, si non ueteres sales reponunt,
sat est si sapiunt nouum leporem.

Epistula

Gallus Egidius Romanus Augustino Ghigio
Patritio Senensi Salutem Dat.
« Iniquum profecto arbitrabar, mi Augustine, neque id sine reprehensione, meam pueritiam ac totum id quod superest ætatis spacium ad iuuentutis initia exposuisse in ueterum poetarum recitandis fabulis atque in scenicis ludis memoriæ tenacitatem, elimationem linguæ motusque corporis non importunos obseruasse, nisi aliquam meæ, ut aiunt, uillicationis redderem rationem, si quid elegantiæ ab ueterum eloquentia, si quid ingenii ab ingenio fuerim assecutus.
Applicueram ea causa me ipsum exercitationis animo ad fabulas componendas, e quibus quum has duas non nulli beneuolentes et legerint et inspectauerint, continuo concursu – quibus nullo pacto sufficiebam denegare – meas primitias me in lucem edere coegerunt. Veruntamen quum mecum animo uoluerem multos fore oblatratores qui ne forte ociosi reprehendantur opprimunt uigilantes, cuiusquam in hac re mihi inuocem iudicis presidium uidebatur in quo et rei experientiam et diligentiam atque integritatem una omnes admirarentur. Quo fit ut, quum tu unus inter omnis probos homines extemplo occurreris cuius ab ore pendeant quom ipse aliquid pronunciaueris, tuam implorem fidem solertiamque. Nemo enim est, me hercle, qui uiuant hodie litteratorum te uno obseruantior neque qui illos maiori prosequatur liberalitate, una est apud te uiris.
Probis familiaritas atque antiqua Musarum consuetudo. Ea de re comprime – dii te ament – maliuolorum mordacitatem, præbe familiare mihi negocium, mi Augustine. Suscipe hoc patrocinium, tuere meos quos tibi labores libenter offero. Sciant duce te an præstet uirtute quam fauore inniti. Hanc prouinciam si susceperis, confirmabis de te expectationem atque omnes ad uirtutem capessendam me uero ad altiora quottidie excitabis.
Vale ».

6Galli Egidii Romanus Carmen rithmicum ad librum

Bellae Blandiciae noviquem Flores Inte sunt Liber ac pudica uerba
Blandae delitiae ioci loquaces (Si docti relegant feueriore Vultu)
Dulces illecebrae modi falaces Quae reprimant iocos acerba
Rifus illecebres Amoeni Amores Et si quis rabido refurget ore
Arguti Veneris Deaedecores Ut serpens uiridante pressus herba
Et nutus Veneris magis rapaces Erunt quis placeas ruolepore.
Et nugae Veneris magis procaces
Arque martes Veneris iocoflores

Traduction-adaptation

Comédies d’Egidio Gallo Romain

Au lecteur

  • 5 Autre traduction possible : « ni les plaisanteries de Romanus ».

Lecteur, qui que tu sois, si ne te déplaisent
ni l’éloquence ni les plaisanteries romaines5,
lis les nôtres avec déférence ;
si elles ne remplacent pas le sel de jadis,
il suffit qu’elles aient la saveur d’un nouveau charme.

7LETTRE

8Egidio Gallo Romain salue Agostino Chigi, patricien de Sienne.

9« Assurément il était, je crois, contraire à l’équité, cher Agostino – et ce n’était pas non plus sans attirer la critique – d’avoir consacré mon enfance et tout le temps qui la séparait des débuts de la jeunesse à réciter les pièces des poètes antiques, à conserver dans les jeux scéniques une mémoire solide, une langue châtiée, une gestuelle appropriée, et de ne pas justifier ma fonction, comme on dit, au cas où de l’éloquence des anciens j’aurais gagné quelque élégance, ou de leur talent quelque talent.

10Aussi m’étais-je appliqué moi aussi, à titre d’exercice, à composer des pièces de théâtre. Les deux que voici ont été lues et examinées favorablement par plusieurs personnes qui m’ont contraint, par de constantes pressions – et je ne pouvais leur opposer aucun refus – à publier au grand jour mes premiers essais. Néanmoins, songeant en moi-même que force critiques ne manqueraient pas d’aboyer – ceux qui, pour qu’on n’aille pas leur reprocher leur inactivité, attaquent ceux qui écrivent durant leurs veilles – j’avais décidé de recourir à la protection d’un arbitre qui suscitât l’admiration universelle pour son expérience et son exactitude en ce domaine, et aussi pour son intégrité.

11C’est pourquoi, puisque tu es le seul de tous les honnêtes gens à tenir tes auditeurs suspendus à tes lèvres dès que tu prononces une parole, j’implore ta protection et ta sagacité. Il n’est personne en effet parmi nos contemporains qui, plus que toi, respecte les gens de lettres, et les comble d’une plus grande munificence ; tu entretiens avec les hommes vertueux une exceptionnelle intimité et tu pratiques l’antique amour des Muses. Aussi, réprime – et que les dieux te viennent en aide ! – les morsures des envieux, aie avec moi une relation amicale, cher Agostino. Accepte ce patronage, prends sous ta protection les œuvres que je t’offre volontiers. Qu’on sache que, sous ta conduite, mieux vaut s’appuyer sur la vertu que sur la faveur. Si tu acceptes ce patronage, tu confirmeras chaque jour l’espoir qu’on met en toi, et tu amèneras tout un chacun à embrasser la vertu, et moi, à de plus hauts sommets.

12Porte-toi bien. »

13La dédicace est également suivie d’un poème d’Egidio Gallo, dont voici une traduction proposée par Dolores Pralon :

Les caresses délicates, les fleurs nouvelles,
Les doux délices, les badinages bavards,
Les molles séductions, les rythmes lascifs,
Les rires charmants, les plaisantes amours,

Les parures sonores de la déesse Vénus
Les signes de tête si entraînants de Vénus,
Les petits riens si effrontés de Vénus,
Les artifices si badins de Vénus

Sont en toi, mon livre ; et aussi les paroles pudiques
 - si les doctes les parcourent d’un visage
Sévère - celles qui arrêtent durement les plaisanteries,

Et si quelqu’un venait à ressurgir, l’air furieux,
Comme le serpent sur qui surgit de l’herbe verdoyante
Il y aura des lecteurs pour se plaire à tes charmes.

Commentaire de la dédicace

  • 6 Antonio Arbea, Las fuentes literarias de la comedia humanistica latina « Bophilaria », Onomazein, P (...)
  • 7 Tibor Klaniczay, Eva Kushner, André Stegmann, L’Époque de la Renaissance (1400 1600). Tome I. L’avè (...)

14Ces deux comédies offrent un bel exemple de l’influence des comédies classiques latines sur l’œuvre d’Egidio Gallo6. Dès le début du xve siècle, les comédies humanistes furent très influencées par la tradition classique, dont elles imitent la forme et le contenu (vocabulaire, structures théâtrales, typologie des personnages, trame…). Même si les imitations de Plaute et de Térence s’avèrent « superficielles » et témoignent « d’une connaissance lacunaire des modèles », la diffusion et « l’étude de [leurs œuvres] s’accroissent de plus en plus par la suite7 ».

15Les latinistes décèlent dans les deux comédies de nombreuses traces d’intertextualité. Gallo imite la forme et la structure des œuvres de l’Antiquité en insérant un prologue et un « argument », et particulièrement celles de Térence, reprenant plusieurs caractéristiques propres à l’auteur. La métrique (le sénaire iambique), les figures de styles et même la formulation des titres rappellent, quant à elles, la manière de Plaute.

16Cette forte influence des comédies latines chez un auteur de la Renaissance est en parfaite cohérence avec la volonté des contemporains d’Agostino Chigi dont le désir était d’égaler, voire de surpasser les auteurs tant admirés de l’Antiquité. C’est d’ailleurs ce qu’exprime lui-même Egidio Gallo lorsqu’il espère avoir démontré autant de « talent » que les « anciens » en s’inspirant de leurs œuvres : la symbiose entre les artistes, les savants, les auteurs de l’Antiquité et ceux de la Renaissance était une image récurrente à l’époque.

17La dédicace, intégralement rédigée en latin (puisque l’œuvre rend hommage aux grands auteurs classiques et s’adresse à un public d’amateurs de ce genre de littérature), commence par une attention envers les lecteurs anonymes. Elle dévoile la volonté de l’auteur de faire revivre l’Antiquité et de proposer une œuvre écrite selon la tradition latine classique, ou du moins - si elle ne parvient pas à égaler les œuvres antiques - de rappeler les vertus qui en faisaient le « charme ».

  • 8 Treccani, Dizionario Biografico degli Italiani. Volume 51, 1998.
  • 9 Fabrizio Cruciani, op. cit., p. 30 : « Quelli di Giulio II sono gli anni del progetto di Bramante p (...)
  • 10 Fabrizio Cruciani, op. cit., p. 30 : « La tradizione rinascimentale sulla scenografia prospettica, (...)
  • 11 Francesco Barberi, op. cit., p. 35. Giuseppe Cugnoni, op. cit., p. 65 : Dans son poème en hommage a (...)

18Le contenu de la dédicace laisse supposer que les deux comédies n’étaient pas seulement destinées à être lues, mais également à être jouées et que l’auteur figurait probablement lui-même parmi les acteurs8. On sait que les réceptions du banquier étaient souvent animées de pièces de théâtre et on imagine aisément que les deux pièces de Gallo purent être jouées dans le jardin de la villa, décoré à l’antique, ou sur la terrasse de la Loge de Psyché qui faisait alors office de scène. Ces créations littéraires d’inspiration classique naissaient, en effet, parallèlement à de nombreux projets architecturaux reflétant l’intérêt pour l’étude de la scénographie, les recherches de perspectives, les vues... que connaît la Rome de Jules II durant ces années, comme le démontrent les travaux de Fabrizio Cruciani9. Baldassare Peruzzi, architecte de la villa d’Agostino Chigi, est d’ailleurs l’un des meilleurs représentants de cette génération10. Quelques années après la parution des deux comédies, Egidio Gallo, dans un poème entièrement consacré à la villa Trastevere d’Agostino Chigi et à son jardin (De Viridario Augustini Chisii11, publié en 1511 à Rome par Stefano Guillery et Ercole Nani, deux éditeurs en fréquents rapports avec la Curie et faisant partie de l’entourage de Chigi), décrit la façade nord de la villa, celle de la Loge de Psyché, comme une « scaena pro comoediis ».

19Dans la dédicace qui ouvre Bophilaria et Annularia, Gallo attribue à Agostino Chigi une passion telle pour l’Antiquité qu’elle suscite « l’admiration universelle » et qu’elle est reconnue unanimement par son entourage. Ce passage confirme, en effet, l’inclination d’Agostino Chigi pour la culture classique, comme en attestent ses commandes artistiques. L’architecture de sa villa, édifiée selon les principes de Vitruve, les fresques relatant divers épisodes de légendes mythologiques et le jardin où trônaient des groupes statuaires antiques démontrent que les goûts du banquier étaient en parfaite harmonie avec le courant culturel de l’époque, prônant un retour aux codes artistiques de l’Antiquité.

20L’appel à Agostino Chigi est, comme toujours, suivi de la mention de sa citoyenneté : « patricien de Sienne ». Le nom de l’auteur précède et introduit celui du mécène à qui il présente ses salutations, une formule traditionnelle de respect. L’auteur et le dédicataire, respectivement producteur et protecteur du texte, apparaissent tous deux sur un même niveau d’importance – les deux noms bénéficient de la même typographie.

21Les deux comédies ne sont pas écrites à la demande de Chigi. Il ne s’agit pas d’une commande, mais l’auteur s’adresse à lui afin d’« implorer » sa protection et lui demande d’être son mécène à travers cette dédicace qu’il lui offre. Gallo présente donc à son protecteur deux œuvres qu’il a produites en s’inspirant de « l’éloquence des anciens », espérant avoir su égaler et réutiliser les leçons reçues de ses pairs. Faisant preuve de modestie et d’humilité, il dit avoir composé ces deux comédies « à titre d’exercice » et avoir subi de « constantes pressions » de personnes qui l’ont « contraint » à les publier. Le lecteur décèle ici les techniques traditionnelles de la rhétorique dédicatoire, où l’auteur emploie des litotes consistant à atténuer les qualités de sa production afin de les mettre davantage en valeur. Ainsi, les deux comédies ne sont pas présentées comme des « œuvres », mais comme un « exercice », des « essais ».

  • 12 Gallo le qualifie également de « gentiluomo fra gentiluomini coltissimi ». Carla Benocci, I giardin (...)
  • 13 En outre, les travaux d’Ingrid Rowland montrent que la pratique et l’usage du latin étaient indispe (...)
  • 14 Toutefois, les bouleversements liés à l’ascension des marchands-banquiers dans la vie économique et (...)

22Craignant toutefois les critiques négatives, Gallo décide de « recourir à la protection d’un arbitre qui suscitât l’admiration universelle pour son expérience et son exactitude en ce domaine, mais aussi pour son intégrité » : Agostino Chigi. Le banquier est ainsi désigné comme le protecteur idéal, celui dont le discernement est le plus juste et le plus fiable pour estimer et protéger son œuvre. En faisant l’éloge de l’« expérience » et de l’« exactitude » d’Agostino Chigi en ce « domaine », c’est-à-dire en louant son haut niveau de connaissance des textes classiques, Gallo fait apparaître le banquier comme un mécène cultivé et raffiné12. Agostino Chigi est décrit comme un homme instruit, lettré, passionné par l’Antiquité et capable de formuler le jugement le plus juste d’une œuvre. Or, ce que nous savons de la formation d’Agostino Chigi et de l’éducation qu’il reçut laisse penser que le marchand-banquier n’a pas reçu d’instruction littéraire classique (à la manière d’un Laurent de Médicis). L’arrière petit-neveu d’Agostino Chigi, Fabio Chigi (le pape Alexandre VII), présente le banquier dans ses Familiae Chisiae commentarii comme « un’illetterato ma dotato da naturali rerum cognitione13 », « un illettré [n’ayant pas fait d’études], doté cependant de naturelles facultés de connaissances ». Le sens du terme « illetterato » mérite un commentaire. Fabio Chigi ne qualifie pas son aïeul d’analphabète. Il signifie sans doute qu’Agostino Chigi n’a pas reçu les enseignements littéraires d’une université. Le jeune Agostino n’a certainement pas reçu l’instruction réservée d’ordinaire aux hommes politiques, hommes de loi ou humanistes, mais il fut en revanche parfaitement préparé au monde du négoce par une solide formation associant aux connaissances du système économique la culture indispensable à un homme du monde. On ne sait pas avec exactitude comment se déroula son éducation, s’il étudia avec des précepteurs ou s’il fréquenta des écoles. À la fin du xve siècle, il n’existe pas d’institution où l’on enseigne les matières économiques ou commerciales. Les universités dispensent des cours de droit, de théologie, de philosophie ou de médecine. L’homme d’affaires, tout comme le peintre ou l’architecte, apprennent donc leur métier au sein même du milieu professionnel spécialisé, par apprentissage. Agostino Chigi s’inscrivit dans cette tradition et prit ses premières leçons du monde de la finance au sein de la banque familiale14.

  • 15 Luciana Cassanelli, Sergio Rossi, I luoghi di Raffaello a Roma : la Farnesina, Sant’Eligio degli Or (...)

23On peut donc déduire qu’il reçut une éducation de bon niveau constituée de deux volets : un apprentissage des connaissances pratiques au sein de la banque familiale et l’instruction dans les matières dignes d’être enseignées. Arithmétique, calcul, géographie, latin, écriture et connaissance des différentes langues parlées sont les bases de sa formation et les matières indispensables à l’homme d’affaires. Son éducation fut probablement ponctuée de nombreux voyages dans toute l’Europe qu’il effectua auprès de son père comme il était d’usage pour les apprentis hommes d’affaires. La culture marchande nécessitait une haute connaissance du monde et des conjonctures économiques des villes avec lesquelles on traitait. La première formation fut donc celle que lui offrait son propre cadre familial et urbain, exclusivement centrée sur les exigences économiques. Néanmoins, malgré le terme dépréciatif employé par Fabio Chigi, Agostino ne semble pas avoir été privé d’une éducation susceptible de lui donner le goût des arts et de la culture. Fabio Chigi lui-même précise que son aïeul consacrait la moitié de ses journées à des activités culturelles15. Il aimait discuter de littérature, lire des poésies, écouter de la musique, admirer des œuvres d’art, et s’entourait de nombreux hommes de lettres et érudits. Il ne s’est pas contenté de l’apprentissage des seules disciplines liées à ses futures obligations professionnelles. Les commentaires de Fabio Chigi rendent compte d’un intérêt certain pour l’art et les lettres. Car l’ambitieux homme d’affaires a tout à fait saisi la nécessité de s’intéresser aux mêmes choses que les clients qu’il voulait séduire et de savoir parler de ce qui pouvait susciter leur intérêt. Il devint fin connaisseur en art, en littérature et en musique, en un mot, un homme cultivé. En adoptant les signes de reconnaissance de l’aristocratie – raffinement et culture – il s’insère dans les plus hautes sociétés de Rome. Ses relations avec ses clients dépassent ainsi le seul stade professionnel. Agostino ne leur apparaît pas simplement comme leur banquier, il fera également partie de leurs amis, de leur cercle. C’est manifestement l’un des critères qui permet à l’entreprise Chigi de se hisser au plus haut rang.

  • 16 Pietro Bembo fait partie du cercle d’humanistes qui fréquentent Chigi. Entre 1513 et 1521, il est « (...)

24Par ailleurs, les humanistes qui participent au développement culturel de la cité et de leurs dirigeants font partie du même entourage que ceux qui participent au développement économique de cette même cité. La sphère des finances et celle de la culture sont ainsi souvent amenées à être très proches l’une de l’autre et trouvent des intérêts mutuels. Pour accéder au haut niveau du monde de la finance, de la haute bureaucratie, une solide éducation, tant sur le plan professionnel que culturel, était donc primordiale. Les nombreux témoignages de l’édition romaine cités plus haut et les festivités de la villa Trastevere confirment la présence et la fréquentation de nombreux auteurs, humanistes, érudits dans l’entourage du banquier. Agostino est ainsi l’ami de nombreux écrivains. Il entretient une étroite amitié avec Pietro Bembo16, qui portait un grand intérêt à l’étude des civilisations antiques et était lui-même l’ami de Cornelio Benigno (le secrétaire de Chigi). Il compte également parmi ses amis les plus proches l’Ubisso, poète, Serafino de’ Ciminelli dit l’Aquilano, musicien, poète et improvisateur (à qui le banquier offre une sépulture en l’église Sainte-Marie-du-Peuple en 1500). Tout comme le pape Léon X et les grands seigneurs, il se plaisait à faire venir lors de ses banquets, afin d’amuser ses convives, le poète burlesque Niccolò Campani dit « lo Strascino » – le guenilleux, du titre de l’une de ses pièces.

25La dédicace d’Egidio Gallo se poursuit par une série de louanges vantant les nombreuses qualités du puissant protecteur (son intégrité, son honnêteté, sa vertu, sa déférence envers les auteurs…), par lesquelles il se distingue des autres mécènes. Une technique destinée à valoriser le mécène et à faire en sorte qu’il accepte d’accorder sa protection. Gallo présente donc Chigi comme un personnage d’exception. Il est « le seul » parmi ses semblables à avoir autant d’influence et « personne » d’autre que lui n’est capable d’autant de respect pour « les gens de lettres ». Les vertus et le discernement du mécène mis en valeur par l’auteur font d’Agostino Chigi un personnage unique qui singularise le banquier au sein de l’élite romaine.

26La dédicace d’Egidio Gallo à Agostino Chigi est, à ce jour, la première dédicace offerte au banquier. Elle est caractéristique des dédicaces des hommes de lettres démontrant leur savoir-faire dans ce véritable exercice de style. L’auteur invoque, en aparté, « les dieux », afin qu’ils soutiennent le mécène, une manière t’intégrer le lecteur, dès la dédicace, au genre de l’œuvre (théâtral). La dédicace souligne la sollicitude de Chigi envers le cercle des hommes de lettres de la Rome du début du Cinquecento et la reconnaissance de la communauté littéraire à l’égard de ce puissant protecteur. L’intention de l’écrivain est de trouver une protection suffisamment forte et respectée qui garantisse à son œuvre un large rayonnement, une grande renommée. Gallo choisit donc le mécène qui, selon lui, estime et apprécie le mieux le travail des hommes de lettres, celui qui « entretient avec les hommes vertueux une exceptionnelle intimité », mais qui est surtout le plus influent, car un des plus riches et des plus puissants mécènes.

27Gallo brosse ainsi de Chigi l’image d’un homme de goût, d’un « arbitre du goût », sensible à la littérature. Une description qui complète les compétences liées au monde des affaires et des finances qui caractérisent le banquier et auxquelles il n’est fait ici aucune allusion. Cette dédicace souligne donc le fait qu’Agostino Chigi ait été également reconnu pour sa passion de l’Antiquité, et qu’il apparaissait comme un fervent protecteur des Lettres et des écrivains. Cette sensibilité à la culture et à la littérature d’inspiration antique se vérifie par ailleurs avec le soutien qu’offre Agostino Chigi, quelques années plus tard, à la fondation de l’imprimerie grecque de Zacharias Calliergis.

28L’imprimerie et le commerce des livres représentent plusieurs bénéfices pour Agostino Chigi qui y trouve de nombreux avantages pouvant servir son activité professionnelle. La dédicace de Gallo montre que le banquier prend part à la vie intellectuelle de Rome en tant que membre de l’élite. Les témoignages élogieux qui lui sont adressés dans l’édition romaine de cette période, imprimés en série et diffusés auprès d’un plus large public, lui permettent de faire rayonner sa notoriété tant pour son statut de banquier que celui de mécène. Le livre, imprimé et vendu comme n’importe quelle autre marchandise, devient un nouvel outil de communication qui contribue à faire rayonner l’image de sa réussite professionnelle, et donc à faire fructifier ses affaires.

29Homme d’affaires et puissant banquier, Agostino Chigi apparaît également aux yeux du public et des lecteurs comme un mécène influent. La communauté littéraire, aussi bien que les nouveaux acteurs du secteur de l’édition, imprimeurs-typographes, voient en lui « le » mécène idéal auprès duquel se rapprocher. S’opère donc, entre Chigi et les hommes de lettres, un échange semblable à celui qu’il entretenait avec les artistes peintres. L’écrivain, comme le peintre, contribue à la gloire du mécène, mais tire également profit de cette alliance : car à travers la renommée du mécène, c’est également la renommée de l’écrivain qui s’accroît. En devenant leur protecteur, Agostino Chigi trouve auprès de cet entourage d’écrivains et de typographes de nouveaux faire-valoir de son succès, de ses aptitudes…, et en retour, les écrivains et éditeurs trouvent auprès de lui une garantie de travail ou financière – par le réseau dont il les fait bénéficier – ainsi qu’une notoriété indispensable à l’évolution de leur carrière.

  • 17 Les princes peuvent parfois choisir de gratifier « leurs » écrivains en les anoblissant. Agostino C (...)

30Faisant office de centre culturel, de « cour princière », la villa du Tibre rassemblait les artistes, écrivains, savants, érudits, en un foyer d’intellectuels. Ainsi, comme les cours princières avaient leurs écrivains officiels, il est permis de se demander si Agostino Chigi avait, lui aussi, désigné un écrivain (Egidio Gallo ?), un poète (Serafino de’ Ciminelli17 ?) favori. Les auteurs étaient en effet, pour la cour du prince, des personnages aussi importants, voire plus importants que les artistes peintres, car le maniement de la plume, conjugué au nouvel outil de diffusion qu’est l’imprimerie, s’avérait être un instrument de pouvoir efficace. Comme les commandes artistiques, la production littéraire est un instrument puissant promouvant la renommée du banquier-mécène, non plus par la diffusion de l’image, mais par celle des mots.

Notes

1 Treccani, Dizionario Biografico degli Italiani, Volume 51, 1998. « In uno degli esemplari del De viridario Augustini Chigii, conservato alla Biblioteca Apostolica Vaticana (Chigi III. 59), è presente una lettera manoscritta di F. Ubaldini, la quale contiene alcune notizie sul Gallo, definito “Romanus civis”, sulla sua produzione poetica, teatrale e oratoria. Partecipò alla Coryciana come membro dell’Accademia omonima : infatti il nome del poeta si trova nella lista dei letterati iscritti all’Accademia durante il pontificato di Leone X, lista contenuta nelle Carte Strozziane Fanelli, p. 114 s.). L’Ubaldini, inoltre, suppone che il Gallo fosse stato insignito della laurea poetica, titolo di cui si fregia nell’intestazione del De viridario, negli stessi giardini della villa di Agostino Chigi. La notizia relativa alle circostanze dell’incoronazione poetica non trova conferma nelle altre fonti di cui si dispone, mentre sia il Marini sia il Renazzi riferiscono che il Gallo appartenne alla schiera dei poeti laureati ». Antonio Stäuble, La commedia umanistica del Quattrocento, Firenze, Istituto nazionale di studi sul Rinascimento, 1968, p. 121 : « Galli fece probabilmente parte di un gruppo di poeti gravitante intorno a Francesco Arsilli che lo elogiò in un distico del suo De poetis urbanis libellus (vv. 85-86) ».

2 Federico Doglio, « Il teatro latino nel Cinquecento », in Il teatro classico italiano nel ‘500. Atti del Convegno 1969, Roma, Accademia nazionale dei Lincei, 1971, p. 166 ; Francesco Barberi, op. cit., p. 23, 26, 35, 42, 49 ; Fabrizio Cruciani, Teatro nel Rinascimento. Roma 1450-1550, Roma, Bulzoni, 1983, p. 309, p. 349 ; Ingrid D. Rowland, « Some panegyrics to Agostino Chigi », in Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, XLVII, 1984, p. 194-199.

3 Antonio Stäuble, op. cit., p. 123 : « [Nel Bophilaria] l’azione si svolge intorno all’amore di Occosalus e Philogymnastica, il padre di questa ultima, Strabonides, l’ha affidata durante un’assenza al suo contadino Bophilax, dopo alcune scene secondarie nello stile della commedia classica con il solito contorno di parassiti e cuochi, Occosalus riesce ad ubriacare Bophilax e ad avvicinare Philogymnastica, cui dichiara il suo amore. La fanciulla, che già in sogno aveva avuto una visione di Occosalus, corrisponde volentieri. La commedia si conclude con le reciproche dichiarazioni d’amore dei due protagonisti e con le parole finali pronunciate da un “puer”, personaggio che prima non appare in scena. Nell’Annularia ritroviamo il classico procedimento dell’agnizione : questa volta però non si tratta di una fanciulla, ma di uno schiavo, Duleuterus, che alla fine si scopre essere di origine libera grazie a un anello (che dà appunto il nome alla commedia) ; come nella Bophilaria lo scioglimento era stato preannunciato in un sogno avuto da una delle eroine, Philadelphis, in cui era appunto questione di un anello d’oro. Comunque il riconoscimento di Duleuterus giunge quanto mai opportuno perché egli si è inamorato di una fanciulla libera, Pasicompsa, ed il padre di quest’ultima intende consegnarlo ai lorarii perché lo puniscano di questa sua relazione. Prima del riconoscimento, egli apparteneva a Neanerastes, che coadiuvava nelle sue avventure amorose e cui procurava denaro secondo lo schema tradizionale dei servi delle commedie romane ».

4 Cf. Annexe II. Le document de l’annexe ne présente que le texte de la dédicace, sans la partie adressée aux lecteurs, qui précède la dédicace et figure dans l’ouvrage de Gallo. (http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=egidio+gallo).

5 Autre traduction possible : « ni les plaisanteries de Romanus ».

6 Antonio Arbea, Las fuentes literarias de la comedia humanistica latina « Bophilaria », Onomazein, Pontificia Universidad Catòlica de Chile, 2008, p. 153-171 (http://www.redalyc.org/articulo.oa?id=134513177007). Fabrizio Cruciani, op. cit., p. 349. Antonio Stäuble, op. cit.

7 Tibor Klaniczay, Eva Kushner, André Stegmann, L’Époque de la Renaissance (1400 1600). Tome I. L’avènement de l’esprit, Budapest, Akadémiai Kiado, 1988, p. 512. Antonio Stäuble, op. cit., p. 125 : « I personaggi del Galli non riprendono, a parte qualche eccezione, i nomi classici della commedia romana, bensì come sovente avviene nel teatro umanistico, portano nomi “parlanti” che si riferiscono alla loro situazione od a loro tratti caratteristici » ; p. 145 : « I tentativi degli umanisti non rientrano in una consapevole attività teatrale nel senso completo del termine, ma richiamano piuttosto a fonti e modelli letterari a ricordi di letture, si trattta quindi essenzialmente di una “commedia erudita” in senso ancor più exclusivo che nel Cinquecento, secolo per il quale tale espressione viene generalmente adoperata ».

8 Treccani, Dizionario Biografico degli Italiani. Volume 51, 1998.

9 Fabrizio Cruciani, op. cit., p. 30 : « Quelli di Giulio II sono gli anni del progetto di Bramante per il giardino del Belvedere, del “teatro” peruzziano della Farnesina [l’auteur désigne ici la Loge de Psychée et son balcon], dell’edizione vitruviana di Fra Giocondo, della Scuola di Atene di Raffaello con la sua classica architettura, della polemica sul ciceronianismo ». « La facciata nord della Farnesina (la villa per Agostino Chigi fu costruita fra il 1505 e il 1511) era stata progettata, come ci attestano i contemporanei come “scaena pro comoediis” (Egidio Galli De viridario Augustini Chigii…, Roma, 1511 ; Blosio Palladio, Suburbanum A. Chigii…, Roma, 1512). « E certo le ali aggettanti, le cinque arcate della loggia, i fregi dipinti e la piattaforma sopraelevata tra le due ali (oggi scomparsa) sono elementi che la legano alla restituzione dell’antica scena ; e la facciata puo esser vista come consapevole ipotesi critica di teatro e di scaenae frons. »

10 Fabrizio Cruciani, op. cit., p. 30 : « La tradizione rinascimentale sulla scenografia prospettica, nei suoi momenti piu ufficiali (in primis Vasari e Serlio) indica Baldassare Peruzzi come l’artista centrale (colui che “aprì la via” scrive Vasari) della scena a veduta prospettica di città ».

11 Francesco Barberi, op. cit., p. 35. Giuseppe Cugnoni, op. cit., p. 65 : Dans son poème en hommage au banquier et à sa villa, Gallo écrit : « Tu mi Augustine qui ociosos hoies despicis, foues negociosos […] verum inter cunctos primos Augustinus honore dignu, cuique etiam primi praestantur honores Chigia nobilus quem misit in aerea senis romanum soboles, quem Roma inuitat in altos Ire Magistratus, quem claro Astrea recondit sydere virtutis rigidos conscendere montes ». Treccani, Dizionario Biografico degli Italiani. Volume 51, 1998. « L’opera si apre con una dedica, in cui il poeta esprime la riconoscenza dei letterati romani per il ritorno del Chigi, e si conclude con un saluto al cancelliere del potente uomo d’affari senese, Cornelio Benigno da Viterbo, del quale invoca la benevolenza giocando sul suo cognome ». « Il poemetto, diviso in cinque libri, si proponeva di celebrare le delizie della nuova villa suburbana del Chigi nei pressi di Porta Settimiana, progettata ed edificata fra il 1505 e il 1511, e in particolar modo il giardino, che, in stretto rapporto con l’edificio, ospitava piante rare, statue e fontane antiche, e vestigia dell’antichità classica adattandosi alla morfologia del luogo e suddividendosi in aiuole geometriche nella parte pianeggiante e invece mantenendosi selvaggio lungo la riva scoscesa del Tevere ».

12 Gallo le qualifie également de « gentiluomo fra gentiluomini coltissimi ». Carla Benocci, I giardini Chigi tra Siena e Roma : dal Cinquecento agli inizi dell’Ottocento, Siena, Fondazione Monte dei Paschi/Protagon, 2005, p. 7.

13 En outre, les travaux d’Ingrid Rowland montrent que la pratique et l’usage du latin étaient indispensables à la formation d’un marchand-banquier. L’enseignement de cette discipline présentait un double intérêt : un apprentissage de la morale, nécessaire à la vie citadine, et un apprentissage de la culture, indispensable à la vie mondaine. Ingrid D. Rowland, op. cit., p. 74.

14 Toutefois, les bouleversements liés à l’ascension des marchands-banquiers dans la vie économique et politique de la cité confrontent la bourgeoisie à un nouveau problème : l’éducation de ses enfants. La complexité et le développement des échanges commerciaux ont pour effet le besoin d’un apprentissage des savoirs, des techniques de finances et du monde des affaires plus poussé. Il ne suffit plus de savoir compter, il s’agit désormais de calculer : calculer les taux d’intérêts, convertir les monnaies, passer de la monnaie réelle en monnaie de compte, tenir à jour les registres commerciaux... L’écriture et le chiffrage des ventes et des achats nécessitent donc de nouvelles compétences. L’enseignement des mathématiques est très important, d’où la publication croissante de manuels de mathématiques et d’arithmétiques dès le début du Cinquecento. La bourgeoisie marchande contribue ainsi à créer un nouveau système d’enseignement et d’éducation basé sur les nouvelles exigences de la réalité économique des marchés. Les banquiers investissent donc dans l’éducation de leurs enfants afin de les préparer au mieux à la gestion de l’entreprise familiale, dans l’espoir de les voir accéder aux postes les plus prestigieux de la haute finance. Philippe Desan, L’Imaginaire économique de la Renaissance, Fasano, Schena, 2002, p. 58. Ingrid D. Rowland, The Culture of High Renaissance, Ancients and Moderns in Sixteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 71.

15 Luciana Cassanelli, Sergio Rossi, I luoghi di Raffaello a Roma : la Farnesina, Sant’Eligio degli Orefici, Santa Maria del Popolo, Santa Maria della Pace, Sant’Agostino, Roma, Multigrafica Editrice, 1983, p. 26.

16 Pietro Bembo fait partie du cercle d’humanistes qui fréquentent Chigi. Entre 1513 et 1521, il est « segretario dei brevi » de Léon X. On sait également qu’il possédait plusieurs ouvrages édités par Zaccaria Calliergis, notamment sur l’astronomie (Horologium) et un exemplaire du Pindare. Il est même probable qu’il connaissait déjà Calliergis avant son arrivée à Rome, puisqu’ils sont tous deux originaires de Venise. Il pourrait, lui aussi, avoir encouragé son départ de la Sérénissime. Massimo Danzi, La biblioteca del Cardinal Pietro Bembo, Genève, Droz, 2005, p. 470.

17 Les princes peuvent parfois choisir de gratifier « leurs » écrivains en les anoblissant. Agostino Chigi, quant à lui, offre une sépulture à l’un de ses poètes et musiciens favoris, Serafino l’Aquilano.

© Presses universitaires de Provence, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search