Version classiqueVersion mobile

Ouvertures mélopoétiques

 | 
Jean-Louis Cupers

Définitions et points de vue sur la recherche mélopoétique

4. Entre Combarieu et Souriau

Texte intégral

Il est aussi difficile de définir thème et variations sur un thème dans l’art des vers qu’en musique.
A. W. de Groot, Introduction à la linguistique générale

La sémiologie musicale démontre que, pas plus que la littérature, la musique n’est un domaine à propos duquel on peut dire n’importe quoi.
Jean-Jacques Nattiez, Fondements d’une sémiologie de la musique

  • 1 Jules Combarieu, Les rapports de la musique et de la poésie considérées au point de vue de l’expans (...)
  • 2 Étienne Souriau, La correspondance des arts, Paris, Flammarion, 1947.

1Les recherches musico-littéraires ont pris aujourd’hui un essor inusité. Entre la thèse de Combarieu1 à la fin du xixe siècle et l’ouvrage de Souriau en 19472, les travaux mélopoétiques en langue française sont en quelque sorte « enchâssés » dans un double appel à la recherche. De celle-là, le pionnier note :

  • 3 Calvin S. Brown, « The Relations between Music and Literature As a Field of Study », XXII, 1970, 2, (...)

(a) C’est alors qu’en 1894 Jules Combarieu publie Les Rapports de la musique et de la poésie, considérées au point de vue de l’expression. Ceci fut, à dire vrai, le premier des importants traités modernes critiques, et il reste l’un des meilleurs. À partir de Combarieu, on constate une augmentation régulière dans l’étude scientifique des relations entre la musique et la littérature, et l’activité en est désormais bien répandue.3.

2Et, du second, tout en rappelant, à mi-chemin des deux, le Système des Beaux-Arts d’Alain (1926), et une œuvre antérieure de Souriau, L’Avenir de l’esthétique (1929), Munro dira :

  • 4 Thomas Munro, Les arts et leurs relations mutuelles, trad. Jean-Marie Dufrenne, Paris, PUF, p. 182. (...)

(b) Il est curieux, quand on songe à la position éminente de la France dans les arts, qu’on y ait si peu traité systématiquement la question de leurs relations mutuelles. La correspondance des arts, d’Etienne Souriau, est une des rares exceptions : c’est aussi le premier ouvrage important paru sur le sujet depuis la deuxième guerre mondiale4.

3Les cinq conseils ou avertissements méthodologiques donnés par Eric Prieto dans les récents Essays in Honour of Steven P. Scher publiés par la société internationale « Word and Music Studies », fondée à Graz en Autriche en 1997, devraient avoir une place de choix :

  1. accepter l’omniprésence du mouvement métaphorique ;
  2. accepter la dissonance cognitive : chercher le contre-exemple ravageur plutôt que les chemins battus ou les clichés usés ;
  3. rechercher les structures profondes plutôt que les descriptions de surface point par point ;
  4. accepter la réalité de la perméabilité des réseaux de l’art (ce que Prieto appelle « de-essentializing the arts ») : au-delà des études d’influence stricto sensu, les analogies interartielles et interartistiques peuvent et doivent approfondir notre connaissance des arts et de l’art ;
  5. mettre l’accent sur la signifiance profonde de l’art5.
  • 6 Voir mon article « Music and Literature. A Chinese Puzzle ? » Revue belge de musicologie, LVIII, 20 (...)

4Mais ces cinq avertissements ne seront salutaires que s’il s’y ajoute la seule et impérieuse condition de toujours partir du préalable spécifique des études musico-littéraires, à savoir les aspects musicaux du langage, qui font précisément de l’étude musico-littéraire un objet de recherche unique tant en complexité qu’en importance. Les études musico-littéraires seront donc toujours sous-tendues d’études musico-linguistiques, et les lois de la phonologie suprasegmentale feront donc partie des prérequis du domaine. C’est bien là le paradoxe décrit par Lalo, par analogie avec l’étude philosophique elle-même, dans une de ses ultimes contributions à l’étude de l’esthétique musicale : « En adaptant à la musique un mot célèbre que Locke et Leibniz ont écrit pour la sensation et l’intelligence, on pourrait dire qu’il n’y a rien dans la musique qui n’ait été d’abord dans le langage, le rythme, la magie et la religion, si ce n’est la musique même6 ».

5En d’autres termes, la musique peut se passer du langage, mais, précisément parce qu’elle est nécessairement et aussi musique, une langue ne se conçoit pas sans la musique.

6 Aussi bien la reconnaissance quasi immédiate de l’enfant dès sa naissance, via les phénomènes de l’intonation, de la voix de sa mère, et ce presque en deçà, pourrait-on dire, de son apprentissage du langage articulé des mots, est-elle première. On comprend la fascination de l’écrivain en cette première décennie du xxie siècle :

  • 7 Pascal Quignard, Boutès, Paris, Galilée, 2008, p. 85.

Parce que dès l’origine, dans l’ontogenèse, à l’intérieur du ventre maternel, il est inévitable que le fœtus entende. Il entend quoi qu’il en ait, malgré qu’il en ait, au loin, très loin, derrière la peau et l’eau, l’étrange sonate de ce qui sera sa langue maternelle7.

7Ou comme l’écrivait Combarieu :

  • 8 Jules Combarieu, Histoire de la musique, Paris, Colin, 1946, t. II, p. 656. Voir le chapitre 14 («  (...)

La dernière vibration d’un quatuor de Beethoven, si on la rattache à l’ensemble mélodique dont elle est la fin, a des causes qui seraient plus difficiles à saisir que celles du mouvement qui fait mourir une vague sur le rivage de l’océan : car elle suppose, en plus des lois du cosmos, tout le monde moral et toute son histoire8.

8J’aimerais terminer ce chapitre préparatoire par le beau mot d’Alain sur Goethe parlant du Clavier bien tempéré, dans la Revue musicale de 1932 (nous y reviendrons, en particulier dans les chapitres 13 et 14 de ce volume) :

  • 9 Cité en épigraphe de son livre par Paule Du Bouchet, Magnificat : Jean-Sébastien Bach, le cantor, P (...)

Je ne crois pas que même un beau poème soit plus près de nos pensées que ne l’est une des quarante-huit célèbres fugues du Clavecin. Plus près de notre pensée, je veux dire de notre loi toute blanche, telle qu’elle est avant qu’il ne soit écrit un mot. Je ne puis oublier cette parole de Goethe, la plus étonnante qui ait été dite sur Bach : « Entretiens de Dieu avec lui-même, juste avant la Création ». Et certes la fiction du paradis terrestre signifie quelque moment de notre existence où, l’irrévocable commencement de quelque chose étant ajourné, nos purs pouvoirs jouent avec eux-mêmes, selon la grâce de l’enfant9.

Notes

1 Jules Combarieu, Les rapports de la musique et de la poésie considérées au point de vue de l’expansion, Paris, Alcan, 1894.

2 Étienne Souriau, La correspondance des arts, Paris, Flammarion, 1947.

3 Calvin S. Brown, « The Relations between Music and Literature As a Field of Study », XXII, 1970, 2, p. 100, numéro spécial sur les relations entre la musique et la littérature (« Then, in 1894, Jules Combarieu published Les Rapports de la musique et de la poésie, considérées au point de vue de l’expression. This was really the first of the important modern critical treatises, and it remains one of the best. From Combarieu on there has been a fairly steady increase in the scholarly study of the interrelations of music and literature, and this activity has now become widespread »).

4 Thomas Munro, Les arts et leurs relations mutuelles, trad. Jean-Marie Dufrenne, Paris, PUF, p. 182. Le texte original est plus incisif : « the first important book on the subject in any language, after World War II » (The Arts and their Interrelations, New York, The Liberal Arts Press, 1951, p. 202, 1ère éd., 1949).

5 Eric Prieto, « Metaphor and Methodology in Word and Music Studies », in Walter Bernhart et al. (dir.), Essays in Honour of Steven Paul Scher, New York/Amsterdam, Rodopi, 2002, p. 51.

6 Voir mon article « Music and Literature. A Chinese Puzzle ? » Revue belge de musicologie, LVIII, 2004, p. 308. Voir le chapitre 5, ci-après dans ce volume, p. 67 et suivantes.

7 Pascal Quignard, Boutès, Paris, Galilée, 2008, p. 85.

8 Jules Combarieu, Histoire de la musique, Paris, Colin, 1946, t. II, p. 656. Voir le chapitre 14 (« À la croisée des chemins »), p. 245 et suivantes.

9 Cité en épigraphe de son livre par Paule Du Bouchet, Magnificat : Jean-Sébastien Bach, le cantor, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard », 1991. Voir aussi le chapitre 13 (« Calvin S. Brown in Oxford »), p. 225 et suivantes.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search