Version classiqueVersion mobile

Ouvertures mélopoétiques

 | 
Jean-Louis Cupers

Avant-propos

Texte intégral

« ces prolégomènes trop succincts à une fabuleuse épopée ».
Marcel Beaufils, Musique du son musique du verbe

  • 1 Jean-Louis Cupers, Euterpe et Harpocrate, Bruxelles, Publications des Facultés Universitaires Saint (...)

1J’ai rassemblé ici un certain nombre de textes écrits de 1963 à février 2017. Leur dispersion originelle ou leur appartenance à des publications qui, depuis, n’existent plus, ou n’existent plus comme telles, les rendaient peu accessibles. Le but premier, faut-il le dire ? est d’attirer les chercheurs à ce monde nouveau et fascinant des études mélopoétiques. L’étude comparative de la littérature et de la musique constitue un domaine difficile, certes, mais sa difficulté intrinsèque, les exigences patentes de la recherche réservent au chercheur de splendides découvertes. Aussi bien ces exigences révéleront-elles, au-delà des difficultés, d’insoupçonnables merveilles. Un premier ouvrage1 privilégiait l’approche méthodologique et théorique, celui-ci multiplie à dessein les exemples.

2Pour la clarté du propos, certains titres originaux n’ont pas été retenus ni la chronologie primitive des parutions. Mais les articles eux-mêmes ont été maintenus dans leur intégralité. Je n’ai pas supprimé l’une ou l’autre répétition qui attirait tout naturellement l’attention sur les points importants. Les partitions musicales initialement prévues ont été réintroduites. Les deux premières contributions ont été à dessein refondues en une seule et même présentation. Plusieurs nouveaux chapitres s’ajoutent à l’ensemble, notamment une conférence donnée en septembre 2013 à l’Université d’Oxford sur le séjour oxfordien (1930-1933) de Calvin S. Brown.

3S’il semble chaque jour plus urgent de rapprocher les points de vue des divers registres du savoir, la recherche musico-littéraire vient à son heure apporter à l’édifice sa contribution, irremplaçable à certains égards. Ne faudrait-il pas présenter la musicologie, désormais, comme le complément indispensable de la linguistique naguère ?

4 Je voudrais remercier ici en particulier Mademoiselle Marie Delaissé, Professeur au Centre Pédagogique Saint-Hubert (Boitsfort, 1170 Bruxelles), et Monsieur Renaud Van Hooland, professeur au Centre Pédagogique Saint-Michel (Etterbeek, 1040 Bruxelles), pour avoir mis leurs compétences au service du volume en mettant par écrit un certain nombre des textes qui le composent. Qu’ils veuillent bien recevoir ici l’expression de ma reconnaissance.

5Un mot tout particulier de reconnaissance à Dom Jacques-Emmanuel (Abbaye Saint-Remy, Rochefort, Belgique), grand mathématicien sous l’Éternel, qui fut tour à tour jésuite, cistercien, père hôtelier, père abbé, père abbé émérite. Il accompagna les rescapés de Tibhirine au Maroc, présida aux destinées d’Aiguebelle, connut la pauvreté et les richesses du Congo, du Burundi et des Indes, et tant d’autres encore. Son exemple, son humour, son efficacité et ses encouragements resteront à jamais irremplaçables. Merci au frère Pierre d’avoir été le go-between efficace et compréhensif.

6Je souhaite également remercier tout spécialement Madame Anne Dessaintes, collaboratrice à l’Académie royale de langue et littérature française de Belgique, attachée principale à la Communauté française, pour sa précieuse aide à de nombreux moments de l’élaboration du texte.

7Je souhaite enfin exprimer mes très vifs remerciements à la Société Internationale Aldous Huxley (Université de Münster), et à son Président, Monsieur le Professeur Bernfried Nugel, pour l’aide financière qu’elle voulut bien apporter à la publication de ce volume.

8Je le dédie à la pieuse mémoire de Monsieur le Professeur Tony Hackens, qui accueillit favorablement mes premiers travaux.

9S’il m’est permis de parodier – un peu irrévérencieusement – Agatha Christie, dans ses belles variations sur les Noëls de son enfance (« The Adventure of the Christmas Pudding »), le plat principal du volume consiste en un article paru à Paris en 1979, relu et complété à diverses reprises, terminé le 7 février 2017. Mais s’il le souhaite le lecteur pourra aussi, à son gré, varier les plaisirs en goûtant d’abord aux différentes mises en bouche que constituent les premiers chapitres ou prendre plaisir aux multiples sorbets qui suivent et illustrent quelques-unes des relations qui peuvent exister entre la littérature et la musique.

Notes

1 Jean-Louis Cupers, Euterpe et Harpocrate, Bruxelles, Publications des Facultés Universitaires Saint-Louis, 1988.

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search