Version classiqueVersion mobile

La rivalité d’honneur ou la fabrique de l’altérité

 | 
Mohammed Bakhouch

Traduction

Dixième joute

Texte intégral

Poème de Ǧarīr (p. 213-197)1

Mètre : al-kāmil

  • 2  Pour le mot burqa, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 7). Burqat al-Rawḥān est un li (...)

11- À qui sont les demeures à Burqat al-Rawḥān2 ? [Souvenez-vous du temps] où nous n’aurions pas échangé notre époque pour une autre.

22- Si je rendais visite à ta famille, tu ne te souciais guère de mes requêtes et si je te quittais, je souffrais de la rupture.

  • 3  Le mot ǧaww désigne une large vallée ; voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 190.
  • 4  En fait Ǧaww Suwayqa. Dans ce vers le poète utilise le duel pour des raisons prosodiques. Ǧaww Suw (...)
  • 5  Al-Burdān sont deux étangs dans le Naǧd, séparés par une digue et dans lesquels l’eau reste deux à (...)

33- La vallée [Ǧaww3] de Suwayqatān4 est-elle telle que nous l’avions laissée, ou bien est-ce que d’autres séjournent à al-Burdān5, là où nous séjournions ?

44- Après les avoir oubliées, je m’en suis épris de nouveau et j’ai reconnu les traces de demeures qui m’ont fait pleurer.

55- La vieillesse supplanta la jeunesse et me surprit ; je reconnus sa présence chez ceux de mon âge.

66- Après la jeunesse, époque où ma chevelure fut abondante, calvitie et canitie totale m’alarmèrent.

  • 6  C’est une localité dans le territoire des Banū ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol (...)

77- [Des femmes] telles des gazelles dans les monticules de sable d’al-Ḥawmān6 se sont emparées des cœurs, sans se donner.

88- Lorsqu’elles marchent, elles le font lentement, comme [quand] le vent du sud fait onduler les grands palmiers.

99- Elles promettent et ne tiennent pas promesse ; et si tu te passes d’elles, elles en font autant.

1010- Ton cœur est-il enfin guéri ? Ou bien est-ce que le départ des voisins ne t’a point ébranlé ?

  • 7  Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt cite Abū ‘Ubayda qui indique qu’al-A‘zalān sont deux rivières qui tra (...)
  • 8  Selon le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 199), Dayr [monastère d’] Arwā se trouve e (...)

1111- Est-ce que vous apercevez les premières litières à al-A‘zalān7, alors que nous en sépare Dayr Arwā8 ?

1212- Les litières lui brisèrent le cœur le jour où elles s’éloignèrent comme on briserait du verre, or le verre brisé ne peut se recoller.

1313- Je stimulais à la marche [une chamelle] dont les flancs s’agitaient ; et qui n’avait plus goût au voyage, à cause des longues courses avec des pieds endoloris.

1414- Une chamelle grande et maigre, le voyage l’affaiblit, elle était semblable à un fourreau sur lequel était roulé le ceinturon d’un sabre du Yémen.

  • 9  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).
  • 10  Voir supra le nom de ce groupe dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56). Voir également l’an (...)

1515- Al-Zubayr9 périt et l’on dit que Muǧāši‘10 assistèrent [à sa fin] avec une assemblée [d’hommes] grands et gros, désarmés.

  • 11  Yāqūt écrit dans la notice relative à ce toponyme que Zarūd est une localité faite de dunes de sab (...)

1616- Si tu rencontres Muǧāši‘ à Zarūd11, [sache qu’] ils la quitteront en ayant pollué les alentours de ses abreuvoirs.

  • 12  Littéralement, chacun d’eux a la veine jugulaire gonflée.

1717- Chacun d’eux a le cou épais12 comme s’il était un mulet qui marche lentement, avec un bissac sur le dos.

  • 13  Le poète utilise le duel ici pour la rime.

1818- Tu trouveras le Muǧāš‘ite bien en chair et portant barbe, [mais] lorsqu’il enlève son pagne [on voit qu’] il a le sexe d’une femme13.

  • 14  Dans les Naqāʼiḍ, Ṣālḥānī cite la note relative à Ibn Ši‘ra dans le dīwān de Ǧarīr, qui indique qu (...)
  • 15  Sa‘d b. Zayd Manāt est le groupe le plus important des Tamīm.

1919- Ô fils de Ši‘ra14, Sa‘d15 n’a pas mis au monde un forgeron dont le cou porte les traces de fumée.

  • 16  Voir supra le nom de ce groupe dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).
  • 17  Il s’agit de Sinān b. Ḫālid b. Minqar b. ‘Ubayd b. Muqā‘is. Les Banū Muqā‘is sont les descendants (...)

2020- Est-ce les fils de péteuses, les Muǧāši‘16, que tu considères comme nos égaux ? Et tu considères ton oncle maternel comme l’égal de Sinān le puissant17.

  • 18  Raḥraḥān est le nom d’une montagne proche de ‘Ukāẓ, après ‘Arafāt, Yāqūt signale que l’on dit que (...)

2121- Le soir de Raḥraḥān18, Muǧāši‘ vint au combat avec des gloutons ventrus qui [engloutissaient] d’énormes bouchées de viande hachée cuite, mélangée à de la farine.

  • 19  Il s’agit du Zygophyllum simplex ou encore le Tetraena simplex.
  • 20  Plante du désert le Moltkiopsis ciliata.

2222- Vous avez rempli les matelas de selle de m..., comme si vous étiez des chamelles qui avaient mangé [des branches de] carmal19 et de d’afānī20.

2323- Tu n’es pas sans savoir que les Muǧāši‘ sont les descendants de femmes chargées de chairs, ventrues.

  • 21  Voir la note relaive à Ǧi‘ṯin dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).
  • 22  Dans Mu‘ǧam al-buldān, al-Sīdān est une localité qui se trouve après Kāẓima, entre al-Baṣra et Haǧ (...)

2424- As-tu oublié, malheur à ton père, la trahison de Muǧāši‘ et le déshonneur dû à Ǧi‘ṯin21 la nuit d’al-Sīdān22 ?

  • 23  A‘yan b. Ḍubay‘a al-Muǧāš‘ī fut envoyé par ‘Alī b. Abī Ṭālib à al-Baṣra pour empêcher Mu‘āwiya d’e (...)
  • 24  Selon le commentaire de la note « d » (Naqāʼiḍ, p. 202) il s’agit d’une femme des Banū Ṭuhayya, qu (...)
  • 25  Il s’agit ici d’al-Zubayr b. al-‘Awwām, Ǧarīr accuse les contribules d’al-Farazdaq d’avoir laissé (...)
  • 26  C’est l’épouse d’al-Farazdaq et selon le commentaire qui suit immédiatement le vers, la fille de A (...)

2525- Et as-tu oublié A‘yan23, al-Rabāb24, votre protégé25 et Nawār26, là où cliquetaient les anneaux d’entrave ?

  • 27  Nous n’avons aucune information sur ce personnage. A. A. Bevan écrit dans l’index des noms propres (...)
  • 28  D’après Mu‘ǧam al-buldān, Ḥalabān est une localité près de Naǧrān dans le Yémen. Yāqūt cite le ver (...)

2626- Quel excellent homme fut Yazīd27, le jour où il fit appel à vous, alors que les chevaux fuyaient Ḥalabān28 !

  • 29  Voir supra la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).
  • 30  D’après le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 203), ‘Abd Allāh b. Ḥakīm b. Ziyād b. Ḥu (...)
  • 31  Ḍawṭar désigne Ḫidāš b. Bišr al-Muǧāš‘ī surnommé al-Ba‘īṯ [l’émissaire]. Il appartenait au même gr (...)

2727- Il n’y a pas pires cavaliers qu’al-Farazdaq29, al-Qarīn30 et Ḍawṭar31 la nuit du revirement du sort !

2828- Le matin de ta défaite, un brave parmi les nôtres protégea les frontières, lorsque par lâcheté [tu ne l’as pas fait] !

  • 32  Āl ‘Uṭārid vise ici le clan de Muḥammad b. ‘Umayr b. ‘Uṭārid b. Ḥāǧib b. Zurāra b. ‘Udus b. Zayd b (...)

2929- Remettez-moi vos armes clan des ‘Uṭārid32 et lancez-vous dans un concours de pets sur les bancs en pierre [devant vos maisons].

  • 33  Voir supra la note relative à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 43).
  • 34  Dans le commentaire qui suit immédiatement le vers, Banū Duhmān est un groupe de Ašǧ‘, une branche (...)

3030- Nous savons que Ḥāǧib33 n’est pas ton père, alors va rejoindre les Banū Duhmān34, [ta tribu d’] origine.

  • 35  Les Banū Usayda sont : Mālik, surnommé Ḏū l-Ruqayba et son frère ‘Amr. Usayda était leur mère. Māl (...)
  • 36  Voir supra la note relative à cette montagne dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 17).
  • 37  Abān est le nom de deux montagnes : Abān al-Abyaḍ et Abān al-aswad. Dans l’article que l’E.I. cons (...)

3131- Ô esclave des Banū Usayda35, si tu désires ardemment être aussi puissant que nous, alors déplace donc les montagnes Yaḏbul36 et Abān37.

  • 38  Šabaṯ b. Rib‘ī b. al-Ḥuṣayn b. ‘Uṯaym b. Rabī‘a b. Zayd b. Riyāḥ b. Yarbū‘ Abū ‘Abd al-Quddūs. Il (...)
  • 39  Ma‘qil b. Qays était issu des Banū Riyāḥ b. Yarbū‘ b. Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm. Il (...)
  • 40  Dans l’article de l’E.I. consacré à ce personnage, E. Landau Tasseron écrit que « Mālik b. Nuwayra (...)
  • 41  ‘Abd Allāh b. al-Ḥāriṯ b. ‘Āṣim b. ‘Ubayd b. Ṯa‘laba b. Yarbū‘ Abū Mulayl. D’après le commentaire (...)

3232- Je suis fier de Šabaṯ38, de Ma‘qil39, de Mālik40 et du cavalier qui monte al-‘Alahān41.

  • 42  Voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).
  • 43  Sur l’événement évoqué dans ce vers, voir supra la note relative à Ṭiḫfa dans la 3e joute (poème d (...)

3333- Al-Farazdaq42 ment, avant les siens, les cavaliers de ma tribu avaient opprimé al-Nu‘mān43.

  • 44  ‘Utayba b. al-Ḥāriṯ fit prisonnier Bisṭām b. Qays. Voir supra la note relative à Yawm Ḏū Qār dans (...)
  • 45  Le commentaire de la note « e » (p. 204) indique qu’il s’agit d’al-Muḥill b. Qudāma b. Aswad b. Ub (...)
  • 46  Ṭāriq b. Ḥaṣaba b. Aznam b. ‘Ubayd b. Ṯa‘laba b. Yarbū‘ serait celui qui aurait fait prisonnier Qā (...)
  • 47  Il s’agit de deux frères yarbū‘ites, fils de Aws b. Ihāb b. Ḥimyarī b. Riyāḥ b. Yarbū‘, appelés al (...)
  • 48  Ridfān, duel de ridf, vice-roi. La ridāfa est une institution de vice-roi, que le roi d’al-Ḥīra ac (...)

3434- Il y avait parmi eux ‘Utayba44, al-Muḥill45, Ṭāriq46 et al-Ḥantafān47ainsi qu’al-Ridfān48.

  • 49  Fils d’al-Nu‘mān III b. al-Munḏir, il fut fait prisonnier par les Banū Yarbū‘ lors de Yawm Ṭiḫfa ; (...)
  • 50  À la page 205 (note « d »), le commentaire de Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, cité par Ṣālḥānī affirm (...)

3535- Nous arrachons violemment leurs âmes aux rois, Qābūs49 sait cela, ainsi que Ǧawnān50.

3636- Dis à celui qui se tient lui-même en haute estime et se pavane : quiconque le souhaite [peut] rivaliser de mérite avec moi.

  • 51  Voir supra le nom de ce groupe dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56). Voir également l’an (...)

3737- J’ai marqué au fer rouge les Muǧāši‘51 et avec les Taġlib j’ai des disputes et de longs affrontements.

  • 52  Le poète fait allusion dans ce vers à al-Farazdaq et à son clan. En effet, dans ses satires contre (...)

3838- C’est tout exprès que j’ai coupé les nez des Taġlib, après que les fers rouges eurent marqué les nez des forgerons52.

  • 53  Le mot arsān [(pl.) de rasan], signifie muserolles.

3939- Reconnais-le, ô Uḫayṭil, les poèmes te sont parvenus par des voies libres53.

  • 54  Les trois dont il est questions ici sont les trois autres poètes que Ǧarīr avait satirisés. Il s’a (...)

4040- Tu es le quatrième à être pris [dans mes rets] ; tu viens rejoindre les trois [autres] comme les jeunes chamelles qui rendent des excréments sur les cordes [qui les entravent54].

  • 55  Ou al-Namir, groupe Rabī‘a b. Nizār « oncles paternels » des Taġlib. Voir la note relative à cette (...)

4141- Al-Nimr55 est une tribu dont le passé [glorieux] ne peut être atteint, ils te devancèrent lorsque les deux tribus rivalisèrent de gloire.

  • 56  Voir supra la note relative à ce groupe tribal dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 52).
  • 57  Dans l’article de l’E.I. consacré aux Namir, nous lisons au sujet de ce personnage : « Le chef sem (...)

4242- Tous les cavaliers de Rabī‘a56 seraient satisfaits s’ils avaient accompli ce qu’al-Ḍaḥyān57 avait accompli.

4343- Le Taġlibite est vaincu, ses efforts le firent asseoir ; partout c’est un esclave.

  • 58  Voir supra le nom de ce groupe dans la septième joute (poème de Ǧarīr, v. 32). Voir également l’an (...)

4444- Les Bakr58 sont plus aptes à satisfaire les gens par leur jugement, ou à respecter le droit des protégés.

  • 59  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16). Voir éga (...)

4545- Ils tuèrent votre Kulayb59 à cause d’une chamelle à lait de leur protégé ; ô vous les Taġlibites au regard hostile, vous n’êtes pas des gens nobles.

4646- Le Taġlibite sur un cheval est un butin et la Taġlibite a deux oboles pour dot.

4747- Ils dessinèrent la croix au-dessus de l’orifice de son périnée, or la Taġlibite n’est pas très chaste.

  • 60  Vêtement, voir supra.
  • 61  Bišr b. Marwān b. al-Ḥakam, frère du calife ‘Abd al-Malik b. Marwān et gouverneur d’al-Baṣra et d’ (...)

4848- Ô toi qui portes la ‘abāya60, Bišr61 a décidé que le jugement de celui que le vin étourdit était nul.

  • 62  Voir supra la note relative à cette tribu dans la septième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 15).
  • 63  Le poète fait allusion ici au jugement d’al-Aḫṭal dans lequel celui-ci avait affirmé qu’al-Farazda (...)

4949- Renoncez à prononcer des sentences, vous n’en êtes pas dignes, seuls les Banū Šaybān62 sont aptes à juger63.

5050- Dieu déteste celui dont la divinité est la croix, ainsi que ceux qui s’habillent de robes de moine.

  • 64  Voir supra la note relative à saint Sergius dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 32).

5151- Et qui suivent le petit Sergius64 et son fils, et délaissent les mosquées du Miséricordieux.

5252- Et qui immolent, lorsque leur pâque arrive, des cochons [achetés] à vil prix.

5353- Un animal au regard placide et dont la canine est courbe, chacun de ses pieds a une corne fendue.

5454- Les anges de Dieu viennent sur nos tombes et le mort des Taġlib est dévolu à Satan.

5555- On lui mettra le livre de ses comptes dans sa main gauche et nous aurons le nôtre dans nos mains droites.

5656- Si tu mets dans la balance la gloire des Qays et celle des Taġlib, elle penchera de leur côté et ton plateau montera.

5757- Ils connaissent le Livre et croient en Muḥammad et vous avez choisi l’adoration des idoles.

5858- Qays suit une voie clairement tracée et vous, vous errez comme le feraient des aveugles.

5959- Le fils de l’adoratrice de la croix ne finira pas [ses jours] sans goûter au verre que je sers à ceux qui me satirisent.

6060- Les sabots des chevaux de Qays foulèrent des morts de votre tribu ; les deux anges [de la mort] trouvèrent leurs âmes détestables.

  • 65  Le Fraxinus syriaca المُرّان السوري.

6161- Leurs cavaliers agitèrent les lances comme le vent du sud agite les hautes branches du frêne de Syrie65 puis ils transpercèrent vos corps.

6262- Vous fûtes abandonnés sur le champ de bataille en pâture aux bêtes féroces et vos soldats défaits tombèrent comme tombent les petits raisins.

  • 66  Groupe tribal. Pour en savoir plus au sujet du débat sur son origine ; sur sa place dans le jeu de (...)
  • 67  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute, poème de Ǧarīr, v. 37.

6363- Accroche-toi à ton pacte avec Quḍā‘a66, car Qays et Ḫindif67 sont frères contre toi.

6464- Les montagnes du Ġawr de Tihāma s’aplatirent sur toi et tu te noyas au confluent des deux mers.

  • 68  Le ḍamrān (le traganum nudatum) est un arbuste du désert.

6565- Conduisez vos tout petits moutons rabougris [ailleurs], car il ne sera pas permis à Taġlib [de séjourner dans] les plaines du pays, ni là où pousse le ḍamrān68.

6666- Ô esclave de Taġlib tu seras toujours vaincu, alors terre-toi dans la demeure de l’avilissement et du mépris.

6767- Lorsque ma Ḫindif marche fièrement derrière moi, les menaces ne font pas palpiter mon cœur.

6868- Tu ne peux te rendre aux aiguades qui se trouvent entre l’Égypte et les montagnes d’Oman, ils t’en interdisent l’accès !

6969- On connaît notre précellence chez les rois, ainsi que chaque fois que l’on rivalise de gloire.

  • 69  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16). Voir éga (...)

7070- Les fourrés des Banū Kulayb69 sont dans des territoires défendus ; ils sont touffus et entrelacés, c’est là que poussent les arbres [des autres] fourrés.

7171- Lorsque [les hommes] couverts d’armes descendent de leurs chameaux et montent les chevaux pour le combat, Banū Kulayb les frappent d’une manière telle qu’ils mettent en pièces les vieilles cuirasses.

  • 70  Selon la note qui suit immédiatement le vers 74 (p. 210), le poète parle (dans le vers 72) de Iyās (...)

7272- Pourquoi n’as-tu pas percé les chevaux de ta lance, le jour où tu les as rencontrés, comme le font les cavaliers de Banū ‘Uqfān70 ?

7373- Des gens dont tu as rencontré les lances ferrées se sont trouvés face à ta lance sans fer !

7474- Ils rencontrèrent des cavaliers et transpercèrent leurs dos de leurs lances ; puis ils les arrachèrent comme les oiseaux de proie arrachent [les chairs] de jeunes outardes mâles.

  • 71  Il s’agit d’une fraction de Banū Yarbū‘, un groupe de Tamīm.

7575- Les cavaliers de Ġudāna71 sont des nôtres ; quels excellents défenseurs ils sont, le soir où l’on appelle [au combat] !

  • 72  D’après le commentaire qui suit immédiatement le vers, il s’agit de ‘Amr l’un des trois fils de Ta (...)
  • 73  Il s’agit de Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm.
  • 74  Les deux Sa‘d [al-Sa‘dān] sont, dans le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 212), Sa‘d (...)

7676- Ni mon ‘Amr72, ni mon Ḥanẓala73 ni les deux Sa‘d74 ne m’abandonneront, lorsque survient un revirement du sort !

  • 75  Les Banū Asad sont les descendants de Ḫuzayma b. Mudrika b. al-Yās b. Muḍar.

7777- Et lorsque les Banū Asad75 prennent ma défense, ils déclarent la guerre à mon ennemi.

  • 76  Kināna b. Ḫuzayma b. Mudrika b. al-Yās b. Muḍar est une tribu sœur des Asad. C’est de cette tribu (...)

7878- Et les nobles parmi les descendants des deux aïeux de Kināna76, les plus fiers des rois, leur pouvoir est puissant.

  • 77  Branche de Qays ‘Aylān. Les Sulaym sont les descendants de Manṣūr b. ‘Ikrima b. Ḫaṣafa b. Ḳays ‘Ay (...)
  • 78  Selon le commentaire des Naqāʼiḍ (note « g », p. 212), il s’agit de ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a et de ‘Āmir b (...)
  • 79  Confédération de tribus de l’Arabie du Nord, elle fait partie de Ḳays ‘Aylān.

7979- Alors arrière ! Vous n’atteignez [en gloire] ni Sulaym77 ni les deux ‘Āmir78 ni Ġaṭafān79 dans son apogée.

8080- Tu as rencontré l’étendard de Qays et derrière lui [des hommes en armes] on dirait des chameaux enduits de goudron.

8181- Notre demeure est encore bien haute pour les Taġlib ; et Dieu a honoré au-dessus d’eux mon édifice.

8282- Alors retire tes mains, car je suis dans [une position] élevée, ses cimes sont difficiles et ses contreforts inaccessibles.

Poème d’al-Farazdaq (p. 213-218)

Mètre : al-kāmil

  • 80  Ibn al-marāġa. Voir supra la note relative à ce surnom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v (...)

831- Fils de traînée80 ! Lorsque les meilleures satires se répondent et que les deux adversaires se querellent ;

  • 81  Voir supra la note relative à ce nom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 10). Voir égalem (...)

842- Peu importe à Taġlib de Wāʼil81 que tu les satirises ou que tu pisses au confluent des mers.

853- Fils de traînée ! Les Taġlib de Wāʼil ont hissé mon honneur au-dessus de tous les autres.

  • 82  Voir supra la note relative à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30).
  • 83  Muqrab [fém.] muqraba : monture (cheval, chameau ou jument) que son maître garde près de lui pour (...)

864- Al-Huḏayl82 conduisait des juments de race83, noires, généreuses, et des chevaux.

875- Muselés, ils traversèrent un vaste et lointain espace du désert où l’on périt facilement, en marchant rapidement comme des bêtes féroces.

  • 84  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30).

886- Ils arrivèrent à Irāb84 avec une armée nombreuse de Taġlib, produisant une clameur le soir, ses flancs étaient imposants.

897- À cause de la peur, s’était réfugié, la nuit, auprès d’elle, un millier de combattants portant casques et cuirasses courtes.

  • 85  Il s’agit d’al-Ḥāriṯ b. Šarīk de Banū ‘Iǧl, un groupe qui appartient à Taym Allāh b. Ṯa‘laba, une (...)
  • 86  Pour l’expression « ḍāribun bi-ǧirān » [qui se tape la poitrine]. Dans les Naqāʼiḍ, il est noté, j (...)

908- Leur chef al-Ḥawfazān85 se fit humble et tout petit dans les troupes de Taġlib86.

919- Lorsqu’ils virent les lances des Taġlib à Irāb, ils leur abandonnèrent des femmes viles et sales.

9210- Les pierres en silex font saigner leurs pieds, alors que les Taġlib protègent leurs filles.

  • 87  Voir supra la note relative à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30).

9311- Tantôt elles marchent derrière al-Huḏayl87, tantôt elles montent en croupe avec les derniers cavaliers.

9412- Elles aimèrent les Taġlib, lorsqu’elles arrivèrent dans leur pays, et elles grossirent, alors qu’[avant] elles n’étaient pas bien en chair.

9513- Elles marchaient entre leurs selles servant le vin et se dirigeaient vers les chants forts [des hommes] et vers les effluves des mets.

9614- Sans leur patience et le bienfait de leur magnanimité, ils auraient vendu ton père à un vil prix.

  • 88  Nous lisons dans le Dictionnaire arabe/français de Kazimirski : « […]. – الخميس Armée (en tant qu’ (...)

9715- Lorsqu’ils sont hissés au-dessus d’une armée complète88, les étendards d’al-Huḏayl sont semblables aux ailes ployées d’aigles [qui fondent sur leurs proies].

9816- Cherche à savoir ce qu’il en était du passé des Taġlib et de l’histoire des tiens au temps jadis.

9917- Sans les cavaliers de Taġlib, fille de Wāʼil, l’ennemi t’aurait attaqué de partout !

  • 89  Il s’agit de la première bataille d’al-Kulāb. Voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 1 (...)

10018- Ils empêchèrent le fils de César d’arriver jusqu’à vous ; et avec leurs lances ils édifièrent, le jour d’al-Kulāb89, le meilleur des édifices.

  • 90  Ce roi lakhmide fut tué par le poète taġlibite ‘Amr b. Kulṯūm [m. v. 600 J.-C.] ; l’un des poètes (...)
  • 91  Les commentaires, ceux des dīwān-s, comme ceux des Naqāʼiḍ (celles opposant al-Aḫṭal à Ǧarīr), ain (...)

10119- Des gens qui tuèrent par force ‘Amr ibn Hind90 et qui opprimèrent al-Nu‘mān91.

  • 92  Selon les commentaires [Naqāʼiḍ, p. 218], le poète rappelle, dans ce vers, un épisode de Yawm Ḫazā (...)

10220- Ils tuèrent les gardes, ainsi que les rois et ils allumèrent deux feux qui surpassèrent en hauteur tous les autres feux92.

  • 93  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.
  • 94  Al-Farazdaq parle ici de lui-même.

10321- J’ai su que votre Yarbū‘93 a rendu ses excréments à cause de celui94 qui brise les adversaires.

  • 95  Kalb [chien] allusion à Kulayb, le nom de la fraction tamimite à laquelle appartient le groupe de (...)
  • 96  Voir la note relative à ce nom dans la deuxième joute, poème d’al-Aḫṭal, v. 31 et l’annexe 4.

10422- Un chien95 édenté qui hurle n’atteindra jamais la gloire des Arāqim96.

10523- Des gens qui, si on les mettait sur la balance, pèseraient deux fois le poids de ceux qui rivaliseraient de gloire avec eux.

Poème d’al-Aḫṭal (p. 219-225)

Mètre : al-kāmil

1061- De grand matin les censeurs, et [d’autres] gens encore, se ruèrent sur moi pour me faire des reproches. Tous me blâmèrent,

1072- Pour avoir bu une gorgée [d’un vin] filtré, pur, puis mélangé à une eau froide, que l’on m’a servie.

1083- De sa fraîcheur, je continuais à servir délibérément mon ami, pour le désaltérer comme il m’avait désaltéré.

  • 97  Prénom de la bien-aimée du poète.
  • 98  Kunya [teknonyme] de la bien-aimée du poète [teknonyme qui signifie « mère de Abān »]

1094- Je me suis souvenu de Rayyā97 et d’Umm Abān98, lorsque le vent du nord avait soufflé et avait excité notre désir.

  • 99  Nisba [ethnique] de la bien-aimée du poète

1105- À la Ḥāriṯiyya99 je dédie des éloges qui embraseront tous les lieux [où on les déclamera].

1116- Je les avais rencontrées dans une assemblée et elles étaient telles des représentations d’antilopes dans des décorations murales.

1127- Blanches, les hauts du corps sveltes, les fesses leur ayant ravi [les rondeurs], leurs flancs sont gracieux.

1138- Leurs gorges sont des plats en argent et leurs seins sont comme de tendres grenades.

1149- Devenu très rouge, le henné qui teignait les paumes et les doigts, était comme le sang [d’une bête] égorgée.

11510- Elles regardaient par les fentes des rideaux avec de grands et beaux yeux, qui font périr les amoureux.

11611- Elles observaient en cachette, alors qu’elles étaient des chasseresses avec leurs joues et les plus belles des couleurs.

  • 100  Voir supra la note relative au mot ġawānī dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 3) et dans (...)

11712- Si elles voyaient des cheveux blancs elles ne s’en approchaient pas ; les belles femmes100 se passent de l’homme âgé.

11813- Ignorantes ! Elles mettent fin aux liens d’affection avec lui ; et elles n’ont d’yeux que pour les jeunes.

11914- Je garde mon affection à celui qui est d’une amitié sincère ; et s’il change, je change aussi.

12015- Par noblesse d’âme, je renonce un moment à rompre avec l’ami, et je n’ai point pour habitude de le mépriser.

12116- Je me sépare des amis sans haine et je tue le secret en moi par le silence.

12217- Je pars à la chasse de grand matin sur une grande jument charnue et belle, [qui] au début de la course, va, avec douceur, à très vive allure.

12318- Elle fond sur le gibier, comme fondrait un aigle qui ploie ses ailes sur sa proie.

12419- Elle souffle par de vastes naseaux qui, lorsqu’elle se lance dans la course, sont semblables à des antres d’hyènes.

12520- Qu’arrive-t-il à certaines gens ? Le mal [qu’ils font] ne s’interrompt jamais, ils ont le dos rentré et le ventre très saillant comme une outre pleine de lait.

12621- Ils m’incitent à leur faire la guerre, or si je les avais affrontés au combat, ils auraient été incapables de me combattre.

12722- [Je leur livrerai] le combat d’un homme dont les armes ne sont jamais usées et qui ne se laisse pas surprendre par les revirements du sort.

  • 101  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16). Voir éga (...)

12823- Que Dieu maudisse les Banū Kulayb101, car ils ne défendent pas les droits sacrés des protégés.

  • 102  Littéralement : « Les versets qawāri‘ du Coran ». Le mot qawāri‘ désigne les versets « dont les mo (...)

12924- Des gens qui, lorsque le lait gonfle dans leur ventre, n’agonisent pas en récitant les versets102 du Coran.

13025- Lorsqu’on appelle à des actions nobles et généreuses et qu’on appelle à la grandeur, on ne les invite pas à prendre part à l’entraide solidaire.

13126- Ô Ǧarīr, tu es, dans ce à quoi tu aspires, comme une esclave qui se glorifie de la litière de sa chaste maîtresse.

13227- Une fois que celle-ci y est hissée, elle se dépêche de courir à côté des montures.

13328- Comment peux-tu t’attribuer une action d’éclat, dont la gloire et la grandeur reviennent à un autre dans le passé ?

  • 103  Voir supra la note relative à cette branche de Tamīm dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. (...)
  • 104  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

13429- La couronne des rois et leur allié par les femmes sont dans Dārim103 quand Yarbū‘104 était avec les bergers.

  • 105  Burda ḥanafiyya. Variante : burda ḥabaqiyya [voir les Naqāʼiḍ, p. 223, note « a »]. Les sens de l’ (...)

13530- Enveloppé dans un manteau sale105, dans la cour de la demeure de la bassesse et du mépris.

13631- Il nourrit ses enfants d’un troupeau de moutons digne de mépris et son plus grand souci [est de trouver] deux cordes pourvues de nœuds coulants [pour attacher ses moutons].

  • 106  Ṣālḥānī met ce vers entre crochets et lui attribue le même numéro que celui qui le précède. Il ind (...)

13731 bis106- Ils devancèrent ton père par la gloire, dans toute assemblée [où il est question] de grandeur, lorsque s’arrêtent les cavaliers.

  • 107  Voir supra le nom de ce groupe dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56). Voir également l’an (...)
  • 108  Les Banū Nahšal sont un groupe de Dārim b. Mālik b. Ḥanẓala.

13832- Arrière Kulayb ! Muǧāši‘107 et Nahšal108, le père des cavaliers, sont deux frères.

13933- Des gens qui, si leurs étalons agitent leurs queues sur toi, te jettent [au sol] [et t’écrasent] entre leurs poitrails et le bas de leurs encolures.

14034- Si tu les mets avec ton père dans une balance, elle penchera de leur côté et le plateau de ton père montera.

14135- Vous avez comparé vos mérites propres et vous avez pris le prince comme arbitre.

  • 109  Nom d’une montagne. Voir dans les Naqāʼiḍ le commentaire qui sui immédiatement le vers (p. 224). D (...)
  • 110  Voir supra la note relative à ce nom dans la dixième joute (poème de Ǧarīr, v. 31).

14236- On vit alors que Kulayb n’égalera Dārim que le jour où Karḏam109 égalera en hauteur Abān110.

14337- Si tu entends dire que les Dārim arrivent, alors va-t’en, et crains-les, comme tu crains le déluge !

14438- Et si tu vas à l’eau, [sache que] les Dārim en auront la meilleure et qu’ils auront les meilleurs endroits autour de l’abreuvoir pour faire reposer leurs troupeaux.

  • 111  Il s’agit de la première bataille d’al-Kulāb. Voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 1 (...)
  • 112  Dans les Naqāʼiḍ, le commentaire de la note « e », qui reprend deux sources importantes, indique q (...)
  • 113  Voir supra la note relative à ce toponyme dans ce poème (v. 1).

14539- As-tu oublié des morts à al-Kulāb111 et à Ḥābis112 et tu pleures, malheur à toi, Burqat al-Rawḥān113 ?

  • 114  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également les annexes 2 et 5.

14640- À al-Kulāb, Tamīm114 aurait voulu échanger là-bas son époque contre une autre.

14741- Portant les braves, le jour d’al-Kulāb, les chevaux couraient ; on aurait dit des aigles qui ploient leurs ailes pour fondre sur leurs proies.

  • 115  Dans les Naqāʼiḍ (note « b », p. 225), Ṣālḥānī reprend le commentaire de l’édition yéménite du dīw (...)
  • 116  Voir supra la note relative à cette tribu dans la septième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 15).

14842- Avec les hommes de Taġlib [qui étaient] comme des lions et un groupe d’hommes qui avaient tué Ṭarīf115 de Banū Šaybān116.

Notes

1  Les deux premiers poèmes de cette joute figurent dans Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, c’est ce dernier qui est l’auteur du premier poème, Ǧarīr lui répond. Voir Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, op. cit., p. 879-907. Signalons que dans cet ouvrage le poème d’al-Farazdaq compte 24 vers ; et celui de Ǧarīr 92.

2  Pour le mot burqa, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 7). Burqat al-Rawḥān est un lieu où pousse le Haloxylon scoparium Pomel [al-rimṯ] dans al-Yamāma. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. I, p. 395.

3  Le mot ǧaww désigne une large vallée ; voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 190.

4  En fait Ǧaww Suwayqa. Dans ce vers le poète utilise le duel pour des raisons prosodiques. Ǧaww Suwayqa est l’une des larges vallées d’al-Ṣammān, on y trouve un seul puits. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. III, p. 286.

5  Al-Burdān sont deux étangs dans le Naǧd, séparés par une digue et dans lesquels l’eau reste deux à trois mois. Ce nom désigne également deux bandes de sable. Enfin, Yawm al-Burdayn (appelé aussi Yawm al-Ġabīṭ) est une bataille au cours de laquelle les Banū Yarbū‘ avaient défait les Banū Šaybān. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. I, p. 376.

6  C’est une localité dans le territoire des Banū ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 325.

7  Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt cite Abū ‘Ubayda qui indique qu’al-A‘zalān sont deux rivières qui traversent al-Marrūt dans le territoire des Banū Ḥanẓala b. Mālik ; et il cite le vers de Ǧarīr, avec une variante « hal tūnisāni » au lieu de « hal tubṣirāni ». Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. I, p. 221.

8  Selon le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 199), Dayr [monastère d’] Arwā se trouve en Syrie. Yāqūt indique, quant à lui, qu’à part dans ce poème de Ǧarīr, il n’a jamais entendu parler de Dayr Arwā ; il pense toutefois qu’il est situé dans le désert. Yāqūt cite ensuite le vers de Ǧarīr, avec la variante signalée supra et une deuxième « baynanā », au lieu de « dūnanā ». Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 497.

9  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).

10  Voir supra le nom de ce groupe dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56). Voir également l’annexe 5.

11  Yāqūt écrit dans la notice relative à ce toponyme que Zarūd est une localité faite de dunes de sable située entre al-Ṯa‘labiyya* et al-Ḫuzaymiyya**, sur la route du pèlerinage depuis al-Kūfa, on y trouve une citerne, un château et un bassin. Cette localité fut le théâtre d’une bataille, Yawm Zarūd, entre Banū Taġlib et Banū Yarbū‘. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. III, p. 139.
* Al-Ṯa‘labiyya est une « étape sur la route du Pèlerinage de Kūfa à la Mecque, appelée Darb Zubayda [q.v. in Suppl.]. Elle est située dans le Nadjd, dans ce qui est aujourd’hui le coin nord-est de l’Arabie Sa‘ūdite, du côté de la frontière avec l’‘Irāḳ, […]. », Réd., « al-Tha‘labiyya », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome X, 2002, p. 466.
** Al-Ḫuzaymiyya est un gîte d’étape pour les pèlerins sur la route menant d’al-Kūfa à la Mecque, il est situé après al-Ṯa‘labiyya et en est distant de trente-deux miles [51 km, environ]. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 370.
Dans Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq (vol. I, p. 127), le commentaire d’un vers d’al-Farazdaq dans lequel ce poète mentionne Zarūd, indique que cette localité appartenait aux Banū Muǧāši‘, qu’elle était située entre al-Ṯa‘labiyya et al-Aǧfur*.
* Al-Aǧfur est est une localité qui se trouve à trente-six parasanges de Fayd [en partant d’al-Kūfa, en direction de la Mecque]. Fayd est « à peu près à mi-chemin sur la route du pèlerinage de Kūfa à La Mekke et Médine, qui reçut par la suite le nom de Darb Zubayda », C. E. Bosworth, « Fayd », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., supplément (livraison 5-6), 1982, p. 304 [p. 304-305]. Voir la note 245.

12  Littéralement, chacun d’eux a la veine jugulaire gonflée.

13  Le poète utilise le duel ici pour la rime.

14  Dans les Naqāʼiḍ, Ṣālḥānī cite la note relative à Ibn Ši‘ra dans le dīwān de Ǧarīr, qui indique qu’il s’agit de Muḥammad b. ‘Umayr b. ‘Uṭārid b. Ḥāǧib b. Zurāra.
L’aïeul de ce personnage, Ḥāǧib b. Zurāra, était un imporant chef des Dārim à l’époque antéislamique. Il était le descendant de ‘Udus b. Zayd b. ‘Abd Allāh b. Dārim b. Mālik b. Ḥanhẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm. D’autre part, dans le dīwān de Ǧarīr, un commentaire signale (p. 941, note 31) que l’on appelle Ibn Ši‘ra un homme qu’on méprise et qu’on blâme.

15  Sa‘d b. Zayd Manāt est le groupe le plus important des Tamīm.

16  Voir supra le nom de ce groupe dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).

17  Il s’agit de Sinān b. Ḫālid b. Minqar b. ‘Ubayd b. Muqā‘is. Les Banū Muqā‘is sont les descendants de Ka‘b b. Sa‘d b. Zayd Manāt b. Tamīm. Sinān était surnommé al-Ašadd.

18  Raḥraḥān est le nom d’une montagne proche de ‘Ukāẓ, après ‘Arafāt, Yāqūt signale que l’on dit que cette montagne était dans le territoire des Ġaṭafān. Raḥraḥān fut le théâtre d’une bataille entre les ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a (groupe qaysite) et les Dārim (de Tamīm). Ces derniers furent défaits à cette bataille. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. III, p. 36 ; voir également Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, op. cit., p. 263-266.

19  Il s’agit du Zygophyllum simplex ou encore le Tetraena simplex.

20  Plante du désert le Moltkiopsis ciliata.

21  Voir la note relaive à Ǧi‘ṯin dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).

22  Dans Mu‘ǧam al-buldān, al-Sīdān est une localité qui se trouve après Kāẓima, entre al-Baṣra et Haǧar ; c’est un point d’eau dans le territoire des Tamīm. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. III, p. 293. Avec l’évocation d’al-Sīdān, Ǧarīr fait allusion à l’histoire de Ǧi‘ṯin, la sœur d’al-Farazdaq. Voir la note relative à Ǧi‘ṯin dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).

23  A‘yan b. Ḍubay‘a al-Muǧāš‘ī fut envoyé par ‘Alī b. Abī Ṭālib à al-Baṣra pour empêcher Mu‘āwiya d’en prendre possession. Il fut tué par des Ḫāriǧites ; même si M.J. Kister n’écarte pas l’hypothèse de la participation de l’agent de Mu‘āwiya, ‘Abd Allāh b. al-Ḥaḍramī, à son assassinat. Voir M.J. Kister, « Djāriya b. Ḳudāma », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 493 [p. 492-493] ; et Ch. Pellat, , « Ibn al-Ḥaḍramī », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome III, 1971, p. 805. Dans les Naqāʼiḍ, le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 202) signale que A‘yan b. Ḍubay‘a était le père d’al-Nawār et l’oncle d’al-Farazdaq et qu’il fut tué par un groupe de Sufyanides à Kāẓima. Dans la note « d » (p. 202), Ṣālḥānī cite Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq où il est précisé qu’A‘yan b. Ḍubay‘a fut tué par un homme des Banū Ḥuwayy b. ‘Awf b. Sufyān b. Muǧāši‘.

24  Selon le commentaire de la note « d » (Naqāʼiḍ, p. 202) il s’agit d’une femme des Banū Ṭuhayya, qui sont les descendants de Mālik b. Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm. Les commentaires cités dans la note « d » indiquent que Ġurāb al-bayn (appelé certainement ainsi à cause de la couleur de sa peau) était collecteur de l’aumone légale [zakāt]). Il aurait déclaré sa flamme à al-Rabāb et aurait mentionné son nom et l’aurait décrite, dans un (ou des) poème(s). Ils avancent même qu’il aurait eu des rapports sexuels avec cette femme. Dans Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq (vol. I, p. 439-440), le commentaire d’un vers dans lequel al-Rabāb est mentionnée, indique que celle-ci avait eu un enfant illégitime de sa relation avec Ġurāb al-bayn. Dans l’article de l’E.I. consacré à Tamīm b. Murr [M. Lecker, « Tamīm b. Murr », EI2, op. cit., p. 185-189. Voir supra], nous lisons : « Les Banū Ṭuhayya et les Banū l-‘Adawiyya formèrent le groupe des djimār et “étaient avec les Yarbū‘”. », cela n’a pas empêché Ǧarīr de les satiriser.

25  Il s’agit ici d’al-Zubayr b. al-‘Awwām, Ǧarīr accuse les contribules d’al-Farazdaq d’avoir laissé ses assassins agir alors qu’il était sous leur protection. Voir supra la note relative à cette accusation dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56).

26  C’est l’épouse d’al-Farazdaq et selon le commentaire qui suit immédiatement le vers, la fille de A‘yan b. Ḍubay‘a al-Muǧāš‘ī qui est mentionnée par le poète dans le même vers.

27  Nous n’avons aucune information sur ce personnage. A. A. Bevan écrit dans l’index des noms propres de personnes de Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq (vol. III, p. 247) : « يزيد (?) mentioned in a verse of Jarīr as having distinguished himself in a battle at Ḥalabān […]. »

28  D’après Mu‘ǧam al-buldān, Ḥalabān est une localité près de Naǧrān dans le Yémen. Yāqūt cite le vers de Ǧarīr [avec la variante « muḥliba », au lieu de « muǧliba »]. Il indique ensuite que Ḥalabān désigne un point d’eau appartenant à Banū Mu‘āwiya b. Qušayr. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 281-282.

29  Voir supra la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

30  D’après le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 203), ‘Abd Allāh b. Ḥakīm b. Ziyād b. Ḥuwayy b. Sufyān b. Muǧāši‘ b. Dārim ; appelé al-Qarīn, dit-on, parce qu’il était le compagnon inséparable d’un homme qui appartenait aux Banū Ḍabba. Voir Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, op. cit., vol. II, p. 790. Dans le même ouvrage, le commentaire d’un vers d’al-Farazdaq où il était question d’un « ḥāmil », c’est-à-dire d’un homme qui prend à sa charge le paiement du prix du sang, indique que ce personnage était « ‘Abd Allāh b. Ḥakīm b. Nāfiḏ de Banū Ḥuwayy b. Sufyān b. Muǧāši‘ [il paya le prix du sang de Yawm al-Mirbad, lorsque Mas‘ūd b. ‘Amr al-‘Atakī [dans un autre passage (p. 730) al-Ma‘nī] fut tué (…)] ». Ce dernier était le chef des Azd. Voir Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, op. cit., vol. II, p. 696-697. La filiation de ce personnage est légèrement différente « b. Nāfiḏ » au lieu de « b. Ziyād » [p. 720] et « b. Nāqid » [p. 790].
Dans un autre vers, al-Farazdaq célèbre l’un de ses contribules (qui serait ‘Abd Allāh b. Ḥakīm) qui s’est constitué otage « wa-minnā al-laḏī a‘ṭā yadayhi rahīnatan », pour permettre aux négociations de paix d’aboutir après le conflit qui opposa les Rabī‘a aux Muḍarites, lors de Yawm al-Mirbad. Voir Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, vol. II, op. cit., p. 720 ; voir également le long récit qui narre les péripéties de ce conflit ; il court de la p. 721 à la p. 744.
Cependant, sa présence dans la naqīḏa de Ǧarīr n’a rien à avoir avec cette louable initiative. La mention d’al-Qarīn dans ce vers 27 est lié à un élément de déshonneur, qui entache la réputation de ce personnage et celle de son groupe. En effet, le commentaire d’un vers de Ǧarīr, où il n’est pas question d’al-Qarīn d’ailleurs, nous apprend que l’on avait trouvé Ġurāb al-bayn chez Hind, la fille de ‘Abd Allāh b. Ḥakīm al-Qarīn et qu’on avait coupé les jarrets de sa chamelle. Voir Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, op. cit., vol. I, p. 439-440.

31  Ḍawṭar désigne Ḫidāš b. Bišr al-Muǧāš‘ī surnommé al-Ba‘īṯ [l’émissaire]. Il appartenait au même groupe qu’al-Farazdaq, les Muǧāši‘. On le considère que le meilleur orateur des Tamīm. Contemporain d’al-Aḫṭal, d’al-Farazdaq et de Ǧarīr, avec lequel il échangea des invectives, la date de sa mort n’est pas connue avec exactitude.

32  Āl ‘Uṭārid vise ici le clan de Muḥammad b. ‘Umayr b. ‘Uṭārid b. Ḥāǧib b. Zurāra b. ‘Udus b. Zayd b. ‘Abd Allāh b. Dārim b. Mālik b. Ḥanhẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm. Il fut gouverneur de l’Āḏarbayǧān, pour al-Muḫtār [m. 687]. C’est Muḥammad b. ‘Umayr qui soudouya al-Aḫṭal afin qu’il prenne fait et cause pour al-Farazdaq contre Ǧarīr.

33  Voir supra la note relative à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 43).

34  Dans le commentaire qui suit immédiatement le vers, Banū Duhmān est un groupe de Ašǧ‘, une branche des Ġaṭafān b. Sa‘d b. Ḳays b. ‘Aylān. Dans la note « g » (p. 203), le commentaire indique que Banū Duhmān sont de Banū Naṣr b. Mu‘āwiya. Signalons que cette dernière filiation les rattache également aux Qays ‘Aylān, Mu‘āwiya étant le fils de Bakr b. Hawāzin b. Manṣūr b. ‘Ikrima b. Ḫaṣafa b. Ḳays b. ‘Aylān. Voir Naqāʼiḍ, p. 203-204.

35  Les Banū Usayda sont : Mālik, surnommé Ḏū l-Ruqayba et son frère ‘Amr. Usayda était leur mère. Mālik était parmi ceux qui firent prisonnier Ḥāǧib b. Zurāra lors de Yawm Ši‘b Ǧabala, l’une des batailles entre ‘Abs et Tamīm à l’époque antéislamique. Dans le commentaire qui suit immédiatement le vers (Naqāʼiḍ, p. 204), Ḏū l-Ruqayba était en compagnie de son frère ‘Amr et des deux fils de ‘Āmir b. Salama b. Qušayr b. Ka‘b b. Rabī‘a. Dans la notice consacrée au Yawm Ši‘b Ǧabala par les auteurs de Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, ce sont al-Zahdamān, Zahdam et Qays, deux ‘Absites, qui tentèrent de capturer Ḥāǧib b. Zurāra, mais celui-ci refusa de se constituer prisonnier, parce que les Zahdamān étaient des Mawlā-s ; et accepta d’être le prisonnier de Ḏū l-Ruqayba. Il paya une rançon très élevée pour sa libération : 1 000 chameaux pour Ḏū l-Ruqayba et 100 pour les Zahdamān. Voir Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 266-277 ; et voir M. J. Kister, « Ḥādjib b. Zurāra », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris,G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome III, 1971, p. 51.

36  Voir supra la note relative à cette montagne dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 17).

37  Abān est le nom de deux montagnes : Abān al-Abyaḍ et Abān al-aswad. Dans l’article que l’E.I. consacre au Wādī Rumma, G.R.D. King écrit : « Yāḳūt (I, 75) qui cite al-Aṣma‘ī ; lui aussi précise que le Wādī Rumma coule entre deux montagnes, l’Abān noir et l’Abān blanc. Musil (Northern Neğd, New York 1928, 224, et 130) connut l’existence des deux monts Abān entre lesquels le Wādī al-Rumma suivait son cours. Ces chaînes typiques de coteaux rocheux s’étendant à l’Ouest d’al-Ḳaṣīm, près de la route moderne de Médine, portent le nom d’Abān al-Asmar (du côté nord du canal al-Rumma) et Abān al-Aḥmar (sur la rive Sud) (R. A. Bramkamp, L. F. Ramirez, G. F. Brown and A. E. Pocock, Geology of the Wadi ar Rimah quadrangle, Kingdom of Saudi Arabia, Miscellaneous Géologie Investigations, carte 1-206 A [1963/1383]. », G.R.D. King, « Rumma, Wādī », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome VIII, 1993, p. 632 [p. 632-633]. Dans la notice consacrée à Abān, Yāqūt indique dans un premier temps qu’Abān al-Abyaḍ était aux Banū Fazāra et aux ‘Abs et Abān al-Aswad était exclusivement aux Banū Fazāra. Puis il cite Abū Bakr b. Mūsā qui affirme que les deux montagnes étaient aux Banū Manāf b. Dārim b. Tamīm b. Murr. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. I, p. 62.

38  Šabaṯ b. Rib‘ī b. al-Ḥuṣayn b. ‘Uṯaym b. Rabī‘a b. Zayd b. Riyāḥ b. Yarbū‘ Abū ‘Abd al-Quddūs. Il fut parmi les partisans de la prophétesse Saǧāḥ lors de la ridda [apostasie]. Voir supra, p. 19, note 64. Il embrassa de nouveau l’islam ; et fut un partisan de ‘Alī dans son conflit avec Mu‘āwiya.
En 657, il devint le chef militaire des Ḫariǧites, à Ḥarūrāʼ. Voir L. Veccia Vaglieri, « Ḥarūrāʼ », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome III, 1971, p. 242 [p. 242-243].
En 680, il était le chef des fantassins de l’armée qui massacra le petit-fils du Prophète, al-Ḥusayn, à la bataille de Karbalāʼ/al-Ṭaff. L’auteur de l’article « (al-) Ḥusayn b. ‘Alī b. Abī Ṭālib » de l’E.I., qui cite al-Ṭabarī, note toutefois que lorsque Šabaṯ reçut l’ordre d’attaquer, il « montre clairement qu’il n’en a aucune envie ». Voir L. Veccia Vaglieri, « (al-) Ḥusayn b. ‘Alī b. Abī Ṭālib », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome III, 1971, p. 631 [p. 628-636].
En 685-6, il fut l’un des chefs militaires du gouverneur d’al-Kūfa pour ‘Abd Allāh b. al-Zubayr, ‘Abd Allāh b. Muṭī‘, qui tenta de mettre fin à la révolte d’al-Muḫtār en Irak. Voir G.R. Hawting, « al-Muk̲ẖtār b. Abī ‘Ubayd », EI2, Leiden-New York, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VII, 1993, p. 523 [p. 521-524].

39  Ma‘qil b. Qays était issu des Banū Riyāḥ b. Yarbū‘ b. Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm. Il fut un partisan de ‘Alī et le chef de sa police.

40  Dans l’article de l’E.I. consacré à ce personnage, E. Landau Tasseron écrit que « Mālik b. Nuwayra b. Djamra b. Shaddād b. ‘Ubayd b. Tha‘laba b. Yarbū‘, Abū l-Mighwār, frère du poète Mutammim [q.v.] et lui-même poète, […] était considéré comme le chef des Banū Yarbū‘ à l’époque de Muḥammad. » Elle indique que « la ridāfa – sorte de vice-royauté à la cour d’al-Ḥīra – qui était traditionnellement exercée par des Yarbû‘ites, le fut notamment par Mālik b. Nuwayra (bien qu’on dise aussi qu’il refusa cette fonction ; voir Djarīr. Dīwān, 261-2) ». L’auteur ajoute que Mālikb. Nuwayra « est généralement présenté comme un noble, ambitieux et brave guerrier, un héros dont se glorifie le poète yarbū‘ite Djarīr en l’appelant « le cavalier (fāris) de Dhū l-Khimār » (les héros sont souvent nommés d’après leur cheval). L’expression « [c’est] un homme, mais pas comme Mālik » (fatā wa-lā ka-Mālik) ferait écho à sa bravoure. En dépit de tous ces éloges, les détails concrets sur ses exploits héroïques sont rares, sinon totalement absents, et, dans les traditions abondantes et détaillées qui concernent les ayyām des Yarbū‘, il n’est guère cité ». Enfin, l’auteur signale que Mālik b. Nuwayra fut tué lors des guerres de la ridda [apostasie]. Voir E. Landau-Tasseron, « Mālik b. Nuwayra », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VI, 1991, p. 251-252 [p. 251-253].

41  ‘Abd Allāh b. al-Ḥāriṯ b. ‘Āṣim b. ‘Ubayd b. Ṯa‘laba b. Yarbū‘ Abū Mulayl. D’après le commentaire qui suit le vers, il fut surnommé al-‘Alahān parce qu’il fut très affecté par la mort de son frère ‘Alqama. Le vers et le commentaire de la note « c » indiquent qu’al-‘Alahān est le nom du cheval de ‘Abd Allāh b. al-Ḥāriṯ, voir les Naqāʼiḍ, p. 204,.

42  Voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

43  Sur l’événement évoqué dans ce vers, voir supra la note relative à Ṭiḫfa dans la 3e joute (poème de Ǧarīr, v. 11).

44  ‘Utayba b. al-Ḥāriṯ fit prisonnier Bisṭām b. Qays. Voir supra la note relative à Yawm Ḏū Qār dans la sixième joute (poème de Ǧarīr, v. 23).
‘Utayba est cité dans l’article « Fāris » de l’E.I. parmi les meilleurs cavaliers et guerriers arabes : « Les ouvrages d’adab et d’histoire énumèrent les fursān des diverses tribus, dont quelques-uns sont devenus proverbiaux ; on dit notamment : afras min Summ al-fursān « meilleur fāris que Summ al-fursān » [= ‘Utayba b. al-Ḥārith, des Tamīm], […]. » ; Réd.. « Fāris », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 819 [p. 818-819].
Lire également le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 205) et celui de la note « e » (p. 204).

45  Le commentaire de la note « e » (p. 204) indique qu’il s’agit d’al-Muḥill b. Qudāma b. Aswad b. Ubayy b. al-Ḥummara b. Ǧa‘far b. Ṯa‘laba b. Yarbū‘. Dans le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 205), il s’agit d’al-Muḥill b. Ǧamra b. Ǧa‘far b. Ṯa‘laba b. Yarbū‘. Le poète Mutammim b. Nuwayra stigmatise le comportement d’al-Muḥill dans un thrène de son frère Mālik b. Nuwayra ; al-Muḥill se serait réjoui de la mort de son contribule Mālik ; Mutammim parle de la šamāta [le fait de se réjouir du malheur qui frappe l’autre] d’al-Muḥill [mètre : al-ṭawīl] :
أَلَمْتَأْتِأَخْبارُ المُحِلِّسَرَاتَكُمْ بِمَشْمَتِهِإِذْصَادَفَ الْحَتْفَ مَالِكَا
« Vos seigneurs n’ont-ils pas appris qu’al-Muḥill se réjouissait de [notre] malheur,
lorsque Mālik trouva la mort. »

46  Ṭāriq b. Ḥaṣaba b. Aznam b. ‘Ubayd b. Ṯa‘laba b. Yarbū‘ serait celui qui aurait fait prisonnier Qābūs b. al-Nu‘mān III b. al-Munḏir [pour la filiation de Qābūs, nous suivons l’article de l’E.I., cité supra. Voir la note relative à Ṭiḫfa dans la IIIe joute (poème de Ǧarīr, v. 11]. Dans la note « e » de la page 204 des Naqāʼiḍ, il est indiqué que Ṭāriq avait fait prisonnier Qābūs b. al-Munḏir. D’autre part, pour les auteurs de Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, le prisonnier est également Qābūs [fils d’al-Munḏir b. Qays et dont la mère est Māʼ al-Samāʼ], mais le père de Ṭāriq se prénomme Daysaq. Ce qui nous donne le nom suivant : Ṭāriq b. Daysaq b. Ḥaṣaba b. Aznam b. ‘Ubayd b. Ṯa‘laba b. Yarbū‘. Voir Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-Arab fī l-ǧāhiliyya, op. cit., p. 79 (note 2) et p. 80 ; et voir les Naqāʼiḍ, note « d », p. 205.

47  Il s’agit de deux frères yarbū‘ites, fils de Aws b. Ihāb b. Ḥimyarī b. Riyāḥ b. Yarbū‘, appelés al-Ḥantafān du nom de l’un d’eux, al-Ḥantaf. [L’autre fils de Aws s’appelait Sayf ou al-Ḥāriṯ]. Il existe deux autres frères appelés al-Ḥantafān, ils appartenaient à un autre groupe yarbū‘ite, les Ṯa‘laba. Voir les Naqāʼiḍ, note « e », p. 204. Dans le dīwān de Ǧarīr ces deux personnages sont mentionnés dans deux autres poèmes, le no 161, p. 567, vers 11 et le n° 37, p. 957, vers 18. Dans le long commentaire du vers 19 de la pièce 52 (voir p. 326-328), deux vers de Ǧarīr sont cités, dans le second le poète parle d’al-Ḥantafān. Ce commentaire indique que les deux frères avaient participé au Yawm Ḏāt al-Ǧarf, (appelé aussi Yawm al-Ṣarāʼim et Yawm Banī Ǧaḏīma), une bataille qui opposa les Yarbū‘ aux ‘Abs. Voir Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, op. cit., p. 279-281.

48  Ridfān, duel de ridf, vice-roi. La ridāfa est une institution de vice-roi, que le roi d’al-Ḥīra accordait aux Yarbū‘ites. Elle fut exercée par ‘Attāb b. Harmī b. Riyyāḥ dans la cour d’al-Munḏir b. Māʼ al-Samāʼ, puis par son fils ‘Awf qui lui succéda dans cette fonction auprès du même souverain (voir Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, op. cit., vol. III, p. 161 et p. 180 ; sur la ridāfa, voir le vol. I, p. 398-399 du même ouvrage).
L’octroi de cette charge fut à l’origine de Yawm Ṭiḫfa ; voir supra la note relative à cette journée dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 11).
Dans Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Aḫṭal (note « e », p. 204) Ṣālḥānī reprend le commentaire confus de Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq qui indique : « al-ridfān ‘Attāb b. Harmī b. Riyyāḥ wa-bnuhu ‘Awf b. ‘Attāb wa-Qays b. ‘Attāb bnā ‘Attāb b. Harmī » [al-ridfān sont Attāb b. Haramī b. Riyāḥ et ses deux fils ‘Awf et Qays].

49  Fils d’al-Nu‘mān III b. al-Munḏir, il fut fait prisonnier par les Banū Yarbū‘ lors de Yawm Ṭiḫfa ; voir supra la note relative à cette journée dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 11). Voir également les Naqāʼiḍ (p. 205, note « d ») où, contrairement à l’article de l’E.I. cité supra dans la troisième joute, il est indiqué que Qābūs était le fils d’al-Munḏir b. Māʼ al-Samāʼ.

50  À la page 205 (note « d »), le commentaire de Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, cité par Ṣālḥānī affirme que le surnom al-Ǧawnān désigne ‘Amr et Mu‘āwiya, fils de Šuraḥbīl b. ‘Amr b. al-Ǧawn. Al-Ǧawn est le surnom de Mu‘āwiya b. Ḥuǧr b. Ākil al-Murār b. ‘Amr b. Mu‘āwiya b. Ṯawr. Ṯawr étant Kinda, l’ancêtre éponyme de la tribu yéménite. Le commentaire ajoute que ‘Amr et Mu‘āwiya furent faits prisonniers lors de la bataille de Yawm al-Ši‘b (appelé aussi Yawm Ǧabala [ou Yawm Ši‘b Ǧabala]). Signalons ici que cette bataille qui opposa les Banū ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a [de Qays ‘Aylān] et leurs alliés ‘Absites aux Tamīm et à leurs alliés parmi les Ḏubyān et les Asad et d’autres, s’était soldée par une terrible défaite pour les contribules de Ǧarīr et leurs alliés. Voir Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, op. cit., p. 266-277.
Dans la même note, Ṣālḥānī cite un autre commentaire de Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq qui indique qu’al-Ǧawnān désigne deux Kindites Ḥassān et Mu‘āwiya.

51  Voir supra le nom de ce groupe dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56). Voir également l’annexe 5.

52  Le poète fait allusion dans ce vers à al-Farazdaq et à son clan. En effet, dans ses satires contre al-Farazdaq, Ǧarīr le traite de forgeron, fils et petit-fils de forgeron, parce que son grand-père avait un esclave qui exerçait ce métier, qui était considéré comme vil. C’est l’une des insultes récurrentes de Ǧarīr contre son adversaire.

53  Le mot arsān [(pl.) de rasan], signifie muserolles.

54  Les trois dont il est questions ici sont les trois autres poètes que Ǧarīr avait satirisés. Il s’agirait d’al-Farazdaq, d’al-Ba‘īṯ et de ‘Umar b. Laǧaʼ. Dans une autre version (voir. Note « d », p. 206) ce dernier poète est remplacé par Muḥammad b. ‘Umayr.

55  Ou al-Namir, groupe Rabī‘a b. Nizār « oncles paternels » des Taġlib. Voir la note relative à cette tribu dans la septième joute (poème de Ǧarīr, v. 49). Voir également M. Lecker, « Taghlib », EI2, op. cit., p. 97 [p. 97-100].

56  Voir supra la note relative à ce groupe tribal dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 52).

57  Dans l’article de l’E.I. consacré aux Namir, nous lisons au sujet de ce personnage : « Le chef semi légendaire des Namir, ‘Āmir al-Ḍaḥyān, tenait séance pour juger, en fin de matinée, d’où son surnom al-Ḍaḥyān, ou « celui qui s’expose au soleil ». Ibn al-Kalbī rapporta que la chefferie des Rabī‘a se déplaçait parmi les tribus Rabī‘a. Chefferie signifiait commandement sur le champ de bataille, arbitrage, droit de désigner le porteur de drapeau et droit au quart du butin. Quand la direction des Rabī‘a échut aux Namir, elle fut assurée par ‘Āmir al-Ḍaḥyān. Après avoir exercé pendant longtemps ce rôle, il fut tué par un homme de ‘Abd al-Ḳays [q.v.]. Après avoir reçu la moitié de la rançon versée pour lui, les Namir assassinèrent les otages des ‘Abd al-Ḳays qu’ils détenaient comme garantie de la remise de l’autre moitié. Dans la guerre intestine qui suivit, les Namir se joignirent aux forces du reste des Rabī‘a contre les ‘Abd al-Ḳays. », M. Lecker, « al-Namir b. Ḳāsiṭ », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., supplément (livraison 9-10), 2007, p. 679-680.

58  Voir supra le nom de ce groupe dans la septième joute (poème de Ǧarīr, v. 32). Voir également l’annexe 1.

59  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16). Voir également l’annexe 2.

60  Vêtement, voir supra.

61  Bišr b. Marwān b. al-Ḥakam, frère du calife ‘Abd al-Malik b. Marwān et gouverneur d’al-Baṣra et d’al-Kūfa, il aimait la compagnie des poètes et attisait les rivalités entre eux ; il mourut en 693-94 J.-C. Al-Farazdaq, qui était son ami, composa un beau thrène à sa mort et, comme il était de coutume à l’époque antéislamique, il laissa mourir son cheval sur sa tombe.

62  Voir supra la note relative à cette tribu dans la septième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 15).

63  Le poète fait allusion ici au jugement d’al-Aḫṭal dans lequel celui-ci avait affirmé qu’al-Farazdaq était meilleur poète que Ǧarīr.

64  Voir supra la note relative à saint Sergius dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 32).

65  Le Fraxinus syriaca المُرّان السوري.

66  Groupe tribal. Pour en savoir plus au sujet du débat sur son origine ; sur sa place dans le jeu des alliances politico-tribales à l’époque umayyade, et sur son évocation dans la poésie de Ǧarīr et al-Farazdaq, voir M.J. Kister, « Ḳuḍā‘a », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome V, 1986, p. 314-315 [p. 314-318] ; et G. Levi Della Vida, « Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome VIII, 1993, p. 84-85. Op. cit.

67  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute, poème de Ǧarīr, v. 37.

68  Le ḍamrān (le traganum nudatum) est un arbuste du désert.

69  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16). Voir également l’annexe 2.

70  Selon la note qui suit immédiatement le vers 74 (p. 210), le poète parle (dans le vers 72) de Iyās b. Ḥiṣn [ou Ḥuṣayn (voir la note « f »] b. Ziyād b. ‘Uqfān b. Suwayd [un Yarbū‘ite] et de son clan, les Banū ‘Uqfān, qui à l’époque d’al-Ḥaǧǧāǧ [m. 714], avaient repoussé un groupe ḫariǧite qui cherchait à s’emparer d’al-Kūfa. Voir également Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, op. cit., vol. II, p. 896-897.

71  Il s’agit d’une fraction de Banū Yarbū‘, un groupe de Tamīm.

72  D’après le commentaire qui suit immédiatement le vers, il s’agit de ‘Amr l’un des trois fils de Tamīm b. Murr ; les deux autres étant Zayd Manāt et al-Ḥāriṯ. Ǧarīr parle dans ce vers, comme dans les vers suivants, des tribus éponymes.

73  Il s’agit de Ḥanẓala b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm.

74  Les deux Sa‘d [al-Sa‘dān] sont, dans le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 212), Sa‘d b. Zayd Manāt et Sa‘d b. Ḍabba. Dans la note « d » (p. 212) qui reprend le commentaire de Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, les deux Sa‘d sont Sa‘d b. Zayd Manāt b. Tamīm et Sa‘d b. Mālik b. Zayd Manāt. Le commentateur ajoute que certains avancent qu’il s’agit de Sa‘d b. Ḍabba b. Udd. [b. Ṭābiḵh̲a b. al-Yās (Ḵh̲indif) b. Muḍar b. Nizār b. Ma‘add]. Ḍabba était une tribu alliée des Tamīm.

75  Les Banū Asad sont les descendants de Ḫuzayma b. Mudrika b. al-Yās b. Muḍar.

76  Kināna b. Ḫuzayma b. Mudrika b. al-Yās b. Muḍar est une tribu sœur des Asad. C’est de cette tribu que sont issus les Qurayš. Le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 212) indique que l’expression « wa-l-ġurru min salafay Kināna » désigne l’un des ancêtres de Qurayš : al-Naḍr b. Kināna [b. Ḫuzayma b. Mudrika b. Ilyās b. Muḍar b. Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān] et se frères.

77  Branche de Qays ‘Aylān. Les Sulaym sont les descendants de Manṣūr b. ‘Ikrima b. Ḫaṣafa b. Ḳays ‘Aylān.

78  Selon le commentaire des Naqāʼiḍ (note « g », p. 212), il s’agit de ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a et de ‘Āmir b. Rabī‘a b. ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a.

79  Confédération de tribus de l’Arabie du Nord, elle fait partie de Ḳays ‘Aylān.

80  Ibn al-marāġa. Voir supra la note relative à ce surnom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 47).

81  Voir supra la note relative à ce nom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 10). Voir également l’annexe 1.

82  Voir supra la note relative à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30).

83  Muqrab [fém.] muqraba : monture (cheval, chameau ou jument) que son maître garde près de lui pour fuir ou pour poursuivre les assaillants. Voir les Naqāʼiḍ, p. 214, note « d ».
Signalons ici une autre explication que nous avons relevée dans le Dictionnaire arabe/français de Kazimirski et selon laquelle ce terme désigne un animal « De race (se dit d’un cheval, d’un chameau ou d’une jument que l’on garde à l’écurie, de crainte qu’elle ne soit couverte par un mauvais étalon. », A. de B. Kazimirski, Dictionnaire arabe/français, op. cit., vol. I, p. 706.

84  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30).

85  Il s’agit d’al-Ḥāriṯ b. Šarīk de Banū ‘Iǧl, un groupe qui appartient à Taym Allāh b. Ṯa‘laba, une branche de Bakr b. Wāʼil. L’auteur de l’article « Taym Allāh b. Ṯa‘laba » de l’E.I. écrit au sujet de l’activité guerrière de cette tribu : « Les Taym Allāh prirent part avec leurs alliés aux combats opposant Wāʼil à Tamīm et ils furent particulièrement engagés dans les batailles de Zubāla, Nibādj, Taythal, Djadūd et al-Waḳīṭ (les deux dernières ayant lieu durant la période islamique). Il ne semble pas, cependant, qu’elles se soient distinguées par un exploit particulier ou qu’elles aient compté parmi leurs chefs aucune personnalité remarquable. », G. Levi Della Vida, « Taym Allāh b. Tha‘laba », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome X, 2002, p. 429 [p. 429-430].

86  Pour l’expression « ḍāribun bi-ǧirān » [qui se tape la poitrine]. Dans les Naqāʼiḍ, il est noté, juste après le vers 8 (page 216), le commentaire suivant :
« يُـقَالُفالن ضارب بجرانه لفالن أي ذليل « [on dit qu’untel se frappe la poitrine pour untel pour dire qu’il est vil].
Signalons que dans son dictionnaire, Kazimirski traduit l’expression « عاش عيشاًضاربا بِجٍران », par « Il mène une vie commode et exempte de peines (probablement parce que celui qui mène une telle vie a l’habitude de se taper légèrement sur le devant du corps). », A. de B. Kazimirski, Dictionnaire arabe/français, op. cit., vol. I, p. 283.

87  Voir supra la note relative à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30).

88  Nous lisons dans le Dictionnaire arabe/français de Kazimirski : « […]. – الخميس Armée (en tant qu’elle est complète dans ses parties, et composée de l’avant-garde (مُـقدّمـة), de l’arrière-garde (ساقة), du centre (قلب), de l’aile droite (ميمنة), et de l’aile gauche (ميسرة). », voir A. de B. Kazimirski, Dictionnaire arabe/français, op. cit., vol. I, p. 633.

89  Il s’agit de la première bataille d’al-Kulāb. Voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 17 et v. 18).

90  Ce roi lakhmide fut tué par le poète taġlibite ‘Amr b. Kulṯūm [m. v. 600 J.-C.] ; l’un des poètes antéislamiques auteurs d’une muallaqa [(pl.) mu‘allaqāt]. Selon la légende, les muallaqāt sont des poèmes (leur nombre varie entre 7 et 10) qui ont été écrits en lettres d’or et suspendus aux murs de la Kaaba à la Mecque.

91  Les commentaires, ceux des dīwān-s, comme ceux des Naqāʼiḍ (celles opposant al-Aḫṭal à Ǧarīr), ainsi que celles qui opposent ce dernier à al-Farazdaq, ne nous livrent rien sur le conflit entre les Taġlib et al-Nu‘mān. Dans l’article de l’E.I. consacré à al-Nu‘mān III b. al-Munḏir, l’auteur évoque une « friction » entre ce roi et les Taġlib. Voir supra la note relative à al-Nu‘mān III b. al-Munḏir dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 33).

92  Selon les commentaires [Naqāʼiḍ, p. 218], le poète rappelle, dans ce vers, un épisode de Yawm Ḫazāzā [Ḫazāzā est le nom d’une montagne]. Un roi yéménite avait gardé en otage des membres d’une délégation des Rabī‘a. Pour les délivrer, Kulayb b. Rabī‘a rassembla des combattants et partit à leur tête libérer les siens. L’avant-garde était conduite par un chef des Taġlib, al-Saffāḥ al-Taġlibī. Les deux feux dont il est question ici sont ceux allumés par ce dernier pour informer le gros de la troupe qu’il avait été attaqué par l’ennemi.

93  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

94  Al-Farazdaq parle ici de lui-même.

95  Kalb [chien] allusion à Kulayb, le nom de la fraction tamimite à laquelle appartient le groupe de Ǧarīr, les Banū Yarbū‘.

96  Voir la note relative à ce nom dans la deuxième joute, poème d’al-Aḫṭal, v. 31 et l’annexe 4.

97  Prénom de la bien-aimée du poète.

98  Kunya [teknonyme] de la bien-aimée du poète [teknonyme qui signifie « mère de Abān »]

99  Nisba [ethnique] de la bien-aimée du poète

100  Voir supra la note relative au mot ġawānī dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 3) et dans la quatrième joute (poème de Ǧarīr, v. 9).

101  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16). Voir également l’annexe 2.

102  Littéralement : « Les versets qawāri‘ du Coran ». Le mot qawāri‘ désigne les versets « dont les mots renferment une malédiction contre Satan, et qui prononcés ou portés sur le corps servent à éloigner le danger ». A. de B. Kazimirski, Dictionnaire arabe/français, op. cit., vol. II, p. 718.

103  Voir supra la note relative à cette branche de Tamīm dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 43). Voir également l’annexe 5.

104  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

105  Burda ḥanafiyya. Variante : burda ḥabaqiyya [voir les Naqāʼiḍ, p. 223, note « a »]. Les sens de l’adjectif ḥanafī attestés par les dictionnaires ne correspondent pas au contexte de ce vers. Nous avons donc opté dans notre traduction pour la variante.

106  Ṣālḥānī met ce vers entre crochets et lui attribue le même numéro que celui qui le précède. Il indique que ce vers d’al-Aḫṭal figure dans les dīwān-s des deux poètes, mais pas dans les Naqāʼiḍ. Voir la note « c » de la page 223.

107  Voir supra le nom de ce groupe dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 56). Voir également l’annexe 5.

108  Les Banū Nahšal sont un groupe de Dārim b. Mālik b. Ḥanẓala.

109  Nom d’une montagne. Voir dans les Naqāʼiḍ le commentaire qui sui immédiatement le vers (p. 224). Dans le dīwān (éd. Ṣālḥānī, p. 274 ; et éd. Qabāwa, p. 172) Ḥarzam au lieu de Karḏam.

110  Voir supra la note relative à ce nom dans la dixième joute (poème de Ǧarīr, v. 31).

111  Il s’agit de la première bataille d’al-Kulāb. Voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 17 et v. 18).

112  Dans les Naqāʼiḍ, le commentaire de la note « e », qui reprend deux sources importantes, indique que Ḥābis est : 1. le nom d’un lieu où se déroula une bataille remportée par les Taġlib [Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān] ; 2. une localité proche d’al-Kulāb [al-Bakrī, Mu‘ǧam mā sta‘ǧam].

113  Voir supra la note relative à ce toponyme dans ce poème (v. 1).

114  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également les annexes 2 et 5.

115  Dans les Naqāʼiḍ (note « b », p. 225), Ṣālḥānī reprend le commentaire de l’édition yéménite du dīwān qui propose une variante « fī Banī », au lieu de « min Banī » ; ensuite le commentateur émet l’hypothèse qu’il s’agirait ici peut être de Ṭarīf b. Tamīm al-‘Anbarī qui fut tué par Ḥumayṣa b. Ǧandal al-Šaybānī ou un certain Ḥamaṣīṣa. Rappelons ici que Banū Šaybān est une fraction importante de Bakr b. Wāʼil. Ceci rend plausible et la variante et l’hypothèse proposées dans ce commentaire. Le meurtre de Ṭarīf b. Tamīm al-‘Anbarī eut lieu lors de Yawm Mubāyiḍ. Sur cette journée, voir Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, op. cit., p. 165-168.

116  Voir supra la note relative à cette tribu dans la septième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 15).

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search