Version classiqueVersion mobile

La rivalité d’honneur ou la fabrique de l’altérité

 | 
Mohammed Bakhouch

Traduction

Neuvième joute

Texte intégral

Poème d’al-Aḫṭal (p. 189-190)

Mètre : al-wāfir

  • 1  Voir supra la note relative à ce nom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 24).
  • 2  Le mot ‘aḏūm signifie « qui mord », « qui a l’habitude de mordre ».

11- Ô fils d’Abū Ǧarīr1, tu rivalises avec [un homme] virulent2 qui ne t’accordera aucun répit.

  • 3  Le mot « niḍāl » a deux variantes dans les deux éditions du dīwān que nous avons consultées. Dans (...)

22- Tu me décochas tes traits de loin, allons ! Ce n’est pas le moment d’éviter la lutte3.

33- Non ! Par ton père ! Les gens ne peuvent rien s’ils ne scellent pas un pacte avec nous.

44- Notre rang est élevé, même s’ils sont nombreux et puissants ; et ils ne [peuvent] repousser notre pouvoir.

  • 4  Pour Yarbū‘, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.
  • 5  Al-Ḫaṭafā est l’aïeul de Ǧarīr.
  • 6  Il se peut que le poète veuille laisser entendre que les contribules de Ǧarīr étaient orgueilleux (...)

55- Ce n’est pas le Yarbū‘4, les bras serrés contre sa poitrine, qui va dispenser les fils d’al-Ḫaṭafā5 d’avoir les courroies des sandales entre les doigts des pieds6.

66- On ferme le trou sur lui jusqu’à ce qu’il sorte d’un autre ou qu’il y meure de faim et de fatigue.

  • 7  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16).

77- N’entre jamais dans les demeures de Banū Kulayb7 et n’approche jamais leurs campements.

88- Tu y vois des libertines, les visages maquillés ; elles manquent faire l’amour aux hommes avec les yeux.

99- Elles marchent à petits pas vers le Bien et courent éperdument vers les turpitudes, par groupes entiers.

Poème de Ǧarīr (p. 191-197)

Mètre : al-wāfir

  • 8  Dans Mu‘ǧam al-buldān plusieurs endroits sont désignés par ce toponyme, dont un qui est une vallée (...)

101- Aujourd’hui tes voisins se dépêchent de lever le camp, nous n’aimons point la séparation à Ḏū l-‘Ušar8.

  • 9  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 5).

112- Faites un détour et arrêtez-vous sur des vestiges à Rahbā9, afin que nous saluions les demeures, même si elles sont inhabitées depuis un an.

  • 10  Dans Mu‘ǧam al-buldān ce nom désigne : 1. une halte sur la route entre al-Baṣra et Médine. 2. un c (...)
  • 11  Dans Mu‘ǧam al-buldān Uwāl. C’est une île luxuriante au large de Bahreïn. Yāqūt signale qu’Uwāl es (...)

123- J’avais comparé les litières des femmes, le matin à Qaww10, à des navires indiens quittant Awāl11 le soir.

  • 12  Dans les Naqāʼiḍ, Ṣālḥānī cite, dans la note « e » (p. 191), al-Bakrī qui indique que Šaṭib est un (...)
  • 13  Selon al-Bakrī, cité par Ṣālḥānī dans Naqāʼiḍ, (note « e », p. 191), Ḏū Baqar est un village dans (...)

134- Elles s’orientèrent [vers leur destination] en laissant Šaṭib12 à droite et le sol dur et élevé de Ḏū Baqar13 à gauche.

145- Des jeunes filles d’un caractère doux, qui n’avaient pas vécu dans la misère ; elles alternaient rendez-vous et atermoiements.

156- Chaque jour elles te faisaient périr avec des promesses non tenues, même si elles ne devaient te récompenser que d’une courroie de sandale.

167- Et si elles avaient aimé cela, elles auraient servi à boire une eau douce, limpide, au goût suave, et ce parfois malgré les faux-fuyants.

178- Mais les défenseurs t’en interdirent l’accès ; et malgré ta soif, on ne te donna point de quoi te rafraîchir.

189- Allons ! Récompense l’amour que j’ai éprouvé pour toi durant des nuits que j’ai prolongées par des journées sans fin.

  • 14  Voir supra la note relative à ce toponyme mentionné par le poète au vers 3 de ce poème.

1910- J’aime ceux qui voyagèrent le matin de Qaww14, mais je n’ai aucune affection pour ceux qui y résident encore.

2011- Tes larmes coulèrent le jour où, pour la séparation de la tribu, ils firent revenir les chameaux du pâturage et les chargèrent.

  • 15  Dans Mu‘ǧam al-buldān : Rimāḥ et Ḏāt Rimāḥ est une localité proche de Tabāla, voir Yāqūt, Mu‘ǧam a (...)

2112- Dans les litières, [il y avait des femmes] semblables aux antilopes de Rumāḥ15, qui nous tendaient pièges et rets.

2213- Elles ne ratèrent point leur cible, lorsque, visant mon cœur, elles décochèrent des flèches non garnies de plumes.

2314- Mais [elles la touchèrent] avec les yeux et des joues qu’on dirait polies tant elles étaient belles.

  • 16  Prénom de la bien-aimée du poète.

2415- Par ta vie, t’approcher de Hind16, lorsque tu lui rends visite, ne fera que précipiter ta perte.

2516- Les intrigants avaient dit [des choses] qui nous avaient effrayé, or il nous répugne que certains propos soient tenus.

2617- J’avais vu que tu étais faible, ô Uḫayṭil, lorsque nous nous défiâmes et que la sagacité fut mise à l’épreuve.

  • 17  Voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

2718- Al-Farazdaq17 faiblit, après des efforts ; il jeta l’arc lorsque la lutte l’écœura.

  • 18  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

2819- Yarbū‘18 occupe les sommets des collines, et élève sur leurs faîtes de longs piliers.

2920- Nous sommes les plus distingués ; quel jour donc dis-tu que le Taġlibite souhaite rivaliser de mérite [avec nous] ?

  • 19  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également les annexes 2 et 5.

3021- Ne vois-tu pas que la puissance des Banū Tamīm19 fut établie par Dieu le jour où Il créa les montagnes ?

3122- Il créa pour eux de hautes montagnes immobiles et Il éleva le sommet de leur puissance, alors elle domine [toutes les autres].

3223- Il combla de ce bienfait chaque noble Ḫindifite, qui sous le dais de sa tente, rivalise avec le vent du nord.

3324- Les êtres créés sont à son service, il est au-dessus des autres, il prend les gens en charge.

3425- Les seigneurs se font humbles devant le Ḫindifite ; il se met en colère et se jette [sur eux] avec fureur, quand nous le voulons.

  • 20  Littéralement : « et il attend la nouvelle lune ».

3526- Lorsque nous percevons la capitation, le Taġlabite se met au labeur et attend de payer de nouveau ce tribut20.

  • 21  Voir supra la note relative à cette région dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 26).
  • 22  Voir supra la note relative à saint Sergius dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 32).

3627- Vous rencontrâtes les chevaux des Qays à al-Ǧazīra21 et vous dîtes : « saint Sergius22 ! faites qu’il n’y ait pas de combat ! ».

3728- Je ne vis pas vos chevaux résister aux miens et vos combattants à pied ne furent d’aucun secours aux autres !

  • 23  Dans la note qui suit immédiatement le vers (p. 195) le commentateur écrit que Šu‘ayṯ [des] Banū M (...)

3829- Vous avez livré Šu‘ayṯ [des] Banū Mulayl23, le sabre frappa son cou qui s’inclina.

  • 24  Ġuwayṯ est le diminutif de Ġawṯ. Dans le commentaire qui suit immédiatement le vers [voir p. 195], (...)

3930- Tu bus du vin après [la mort d’] Abū Ġuwayṯ24, mais l’ivresse ne procura aucun bienfait à ton esprit.

4031- Alors qu’elle était ivre, la mère d’al-Uḫayṭil avait sauté sur un cochon qu’elle avait pris pour une gazelle.

4132- Le vin ne cesse de s’agiter dans les veines de son cou et elle se plaint d’engourdissement dans ses pieds.

4233- Elle est de ces femmes qui fréquentent des [personnes] étourdies par le vin et elle n’a jamais mis les pieds dans une maison ni dans une chambre nuptiale.

  • 25  Pour l’expression « fals ummik », voir la joute 1 (poème de Ǧarīr, v. 7).

4334- Est-ce que tu crois que l’empreinte du cachet de plomb25 sur le cou de ta mère et la tonte de moutons rabougris sont des titres de gloire ?

  • 26  Vêtement, voir supra.

4435- Si sa ‘abāya26 se fend et tombe, ceux qui la regardent voient une calamité incommensurable !

4536- Prends ce que te lègue ton père [en matière de gloire] ; quant au Ḫindifite tu ne peux l’atteindre !

4637- Le père d’al-Uḫayṭil n’est-il pas Taġlibite ? Or il n’y a pas pire que le Taġlibite comme père et comme oncle maternel !

4738- Si ton oncle maternel est Taġlibite, remplace-le, si [tant est que] tu trouves avec qui l’échanger !

4839- Le jour où al-Uḫayṭil rencontra les chevaux de Qays fut douloureux et long pour lui.

4940- N’as-tu point vu, ô Uḫayṭil que la guerre des Qays est amère, [alors] quand tu le veux, il y en aura d’autres pareilles !

5041- Si vous n’êtes pas dégrisés de votre ivresse, alors goûtez aux sabres en acier d’Inde et aux longues lances.

5142- Ô époux de la Taġlibite ne cohabite pas avec elle, tu n’as obtenu ni les biens de ce monde ni la beauté !

Notes

1  Voir supra la note relative à ce nom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 24).

2  Le mot ‘aḏūm signifie « qui mord », « qui a l’habitude de mordre ».

3  Le mot « niḍāl » a deux variantes dans les deux éditions du dīwān que nous avons consultées. Dans l’édition de Ṣalḥānī (p. 163, v. 2), le mot rime est « al-nibālā » [les flèches], dans celle de Qabāwa (p. 105, v. 2), le mot rime est « niṣālā » (les pointes en fer des flèches).

4  Pour Yarbū‘, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

5  Al-Ḫaṭafā est l’aïeul de Ǧarīr.

6  Il se peut que le poète veuille laisser entendre que les contribules de Ǧarīr étaient orgueilleux et arrogants.

7  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16).

8  Dans Mu‘ǧam al-buldān plusieurs endroits sont désignés par ce toponyme, dont un qui est une vallée entre al-Baṣra et la Mecque dans le territoire des Banū Tamīm. Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. IV, p. 125-126. Voir également Naqāʼiḍ (note « b », p. 191) où la notice de Yāqūt est citée.

9  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 5).

10  Dans Mu‘ǧam al-buldān ce nom désigne : 1. une halte sur la route entre al-Baṣra et Médine. 2. un cours d’eau qui coupe la route et sur lequel on a jeté un pont. 3. un lieu qui se trouve entre Fayd et al-Nibāǧ. 4. une vallée entre al-Yamāma et Haǧar. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. IV, p. 415 ; voir également Naqāʼiḍ, p. 191, note « d ».

11  Dans Mu‘ǧam al-buldān Uwāl. C’est une île luxuriante au large de Bahreïn. Yāqūt signale qu’Uwāl est le nom d’une idole adorée par Bakr b. Wāʼil et Taġlib b. Wāʼil. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. I, p. 274.

12  Dans les Naqāʼiḍ, Ṣālḥānī cite, dans la note « e » (p. 191), al-Bakrī qui indique que Šaṭib est une montagne dans le territoire des Banū Tamīm. Dans Mu‘ǧam al-buldān, également cité par Ṣālḥānī, Šaṭib est le nom d’une montagne qui se trouve : 1. dans le territoire des Banū Asad ; 2. dans le Yémen ; 3. dans le territoire des Namīr.

13  Selon al-Bakrī, cité par Ṣālḥānī dans Naqāʼiḍ, (note « e », p. 191), Ḏū Baqar est un village dans le territoire des Banū Asad ; et al-Bakrī cite Abū Ḥātim qui indique, d’après al-Aṣma‘ī, que c’est un terrain bas et encaissé où l’eau stagne.

14  Voir supra la note relative à ce toponyme mentionné par le poète au vers 3 de ce poème.

15  Dans Mu‘ǧam al-buldān : Rimāḥ et Ḏāt Rimāḥ est une localité proche de Tabāla, voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. III, p. 65. Al-Bakrī, cité par Ṣālḥānī dans Naqāʼiḍ, (note « a », p. 193), indique que Rumāḥ se trouve dans le territoire de Banū Rabī‘a b. Mālik b. Zayd Manāt b. Tamīm. Il signale plus loin que ce nom désigne également un terrain sablonneux, accidenté par de petits monticules de sable [naqā] qui se trouve dans le territoire des Rabī‘a b. ‘Abd Allāh b. Kilāb.

16  Prénom de la bien-aimée du poète.

17  Voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

18  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

19  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également les annexes 2 et 5.

20  Littéralement : « et il attend la nouvelle lune ».

21  Voir supra la note relative à cette région dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 26).

22  Voir supra la note relative à saint Sergius dans la deuxième joute, (poème de Ǧarīr, v. 32).

23  Dans la note qui suit immédiatement le vers (p. 195) le commentateur écrit que Šu‘ayṯ [des] Banū Mulayl fut tué lors de Yawm al-Ṯarṯār. Voir ce que nous écrivons dans la note relative à ce personnage dans la quatrième joute (poème de Ǧarīr, v. 34).

24  Ġuwayṯ est le diminutif de Ġawṯ. Dans le commentaire qui suit immédiatement le vers [voir p. 195], il est indiqué qu’Abū Ġuwayṯ est le père d’al-Aḫṭal.

25  Pour l’expression « fals ummik », voir la joute 1 (poème de Ǧarīr, v. 7).

26  Vêtement, voir supra.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search