Version classiqueVersion mobile

La rivalité d’honneur ou la fabrique de l’altérité

 | 
Mohammed Bakhouch

Traduction

Huitième joute

Texte intégral

Poème d’al-Aḫṭal (p. 177-178)

Mètre : al-kāmil

  • 1  Voir supra la note relative à ce groupe dans la troisième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 4).
  • 2  D’après l’article de l’E.I. qui lui est consacré, ce nom désigne « […] deux groupes tribaux d’Arab (...)

11- Lorsque se croisent les lances, Muḥārib1 et Salūl2, pareils à des ânes, sont de piètres cavaliers !

22- Poussés qu’ils sont par un naturel médiocre, lors du combat de lances, leur secours est insignifiant.

  • 3  Voir supra la sixième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 9).
  • 4  Il s’agit du père de Muḥārib et Salūl.

33- Ma‘add3 se multipliait et croissait remplissant toutes les vallées autour d’eux, alors que leur père4, entravé, ne pouvait approcher leur mère.

44- Ses jambes avaient faibli, et dans l’égarement, il s’était penché alors vers son derrière ; Muḥārib est indubitablement dans l’erreur.

55- La sordide avarice ne quittera jamais leurs demeures ni leurs cours ; jamais elle ne les abandonnera.

66- Lorsque les tribus se portent mutuellement secours, les lances aux mains, les Muḥārib sont défaits lors de la mêlée.

77- Parmi eux, il y a le prisonnier au corps amaigri et dont l’entrave en fer enserre la jambe.

88- Comme il se doit pour un [être] aussi vil, celui qui le tourmente le fait, alors que l’autre a les chaînes aux bras.

99- J’ai définitivement châtré les Muḥārib, ils geignent alors qu’ils se soumettent au mépris.

  • 5  Voir supra la note relative à ce nom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 31) et l’annexe  (...)
  • 6  Nom d’un marché que possède la tribu de Huḏayl près de ‘Arafa.

1010- Les Arāqim5 s’avancèrent vers al-Maǧāz6 pour s’y abreuver, [ils étaient] comme un torrent dans les lits duquel coulent d’autres torrents.

1111- Les chevaux au poil fin et très robustes qui les portaient, courent, comme voltigeaint des oiseaux le jour du combat.

Poème de Ǧarīr (p. 178-189)

Mètre : al-kāmil

  • 7  Prénom de la bien-aimée du poète.

121- Fais tes adieux à Umāma7, le moment de ton départ est arrivé ; les adieux à l’être cher sont [toujours] courts.

132- Ces cœurs-là altérés de soif nous ont changé en esclaves, tu penses à la guérison, mais tu ne peux y parvenir.

143- J’aurais eu des excuses à vouloir obtenir vos faveurs, si celui qui détenait les faveurs en faisait don.

154- Les censeurs dirent : « ton amour pour elle a fait de toi un insensé » ; au contraire ! C’est celui qui blâme ta tyrannie qui est profondément ignare.

  • 8  Diminutif à valeur affective de Umāma.

165- S’il est dans tes habitudes de faire des coquetteries, les tiennes, ô Umayma8 sont bonnes et belles.

176- Elle est comme un monticule de sable, dont les bords se répandent ; le vent remet son milieu en état, puis il s’épanche de nouveau.

  • 9  Nous lisons dans la note « g » [Naqāʼiḍ, p. 179] et dans le commentaire qui suit ce vers [Naqāʼiḍ, (...)
  • 10  Il s’agit du Salvadora persica, dont le nom en français est : arbre brosse à dent. Voir dans la de (...)

187- Quant au cœur, il n’oubliera pas votre souvenir, tant qu’une colombe9 continue à roucouler dans l’arāk10.

198- Ô Umāma malgré l’altération, les vestiges [de ta demeure] ne sont pas dans le même état que d’autres vestiges.

209- Les vents du sud et du nord ont fait disparaître leurs traces, tout comme un prompt vent d’est qui fait retentir des nuages aux nuances changeantes.

  • 11  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 1 et 9).
    Pour (...)

2110- Puisse Dieu ne point éloigner des habitants, après le départ desquels, les vestiges d’un an à Burqat Rāmatān11 ont changé.

  • 12 Le commentaire qui suit immédiatement le vers, nous apprend que c’est le nom d’une montagne, sans d (...)
  • 13  Terrain élevé et inégal (ḥazn) appartenant aux Banū Fuqaym b. Ǧarīr b. Dārim. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam a (...)
  • 14  Montagne des Banū Fuqaym b. Ǧarīr b. Dārim et des Sa‘d b. Zayd Manāt b. Tamīm. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam (...)

2211- Ta famille séjournerait-elle à al-Sitār12, alors que la nôtre séjourne entre al-Warī‘a13 et al-Maqād14 ?

2312- Les lieux de notre séjour et notre vie agréable, nous auraient convenu si cela avait duré autant que nous le souhaitions.

2413- Qu’un nuage grondant, tonitruant et d’autres blancs [donnant] une pluie abondante, arrosent ta demeure où qu’elle soit.

2514- [Jamais] un regard n’aurait fait changer d’avis quelqu’un comme toi, le jour où, pour une séparation lointaine, les montures furent sellées.

2615- Parce que je pense à l’amour, on dirait que mes nuits sont sans fin.

  • 15  Prénom de la bien-aimée du poète.

2716- Est-ce que tu dors la nuit, ô Umām15, alors que les montures ne dorment pas et marchent rapidement ?

2817- Il te suffit, lorsque les soucis surviennent, et que de jeunes chamelles pleines et d’autres qui, tout en ayant reçu le mâle, ne conçoivent pas, pareilles à des arcs, ne dorment point.

  • 16  Šadqam et Ǧadīl sont deux chameaux étalons célèbres. Les commentaires divergent au sujet de leurs (...)

2918- [Des chamelles] nobles d’une race excellente, Šadqam et Ǧadīl16 les ont hissées au-dessus de leurs meilleures congénères.

3019- Elles marchent vite [d’un pas semblable à celui de l’autruche], lorsque, pris dans les mirages, les [formes des] repères dans le désert, te paraissent tantôt courtes, tantôt allongées.

3120- Leurs garrots dépassent leurs bosses de hauteur, après que les restes d’eau et de nourriture dans leurs estomacs sont totalement épuisés.

  • 17  Ce mot désigne l’outil en bois qui permet de redresser les lances.

3221- [Elles sont] comme des lances dont la partie principale est courbée par le ṯiqāf17, qui vibrent, et qui sont à la fois souples et minces.

3322- Elles s’élancent rapidement et passent, lorsque, pris dans les mirages, les [formes des] repères dans le désert, te paraissent tantôt courtes, tantôt allongées.

3423- Et lorsque l’ombre raccourcit, elles pressent le pas, courant comme des autruches, alors que les sangles de cuir tressées qui raffermissent leurs selles sont devenues bien lâches.

3524- Des chamelles véloces, semblables à des vaisseaux rapides aux voiles hissées.

3625- Combien d’interminables déserts, aux haltes arides, où il n’y a pas de nourriture pour les montures, j’ai traversé pour me rendre auprès de toi.

3726- Leurs aiguades étaient éloignées les unes des autres ; et, masqués et détériorés, les repères sur leurs chemins manquaient disparaître.

3827- Dieu t’a mis en état d’assumer le califat et de suivre la voie droite, or les décrets de Dieu ne peuvent être changés.

3928- Tu es au-dessus des hommes, lorsqu’une affaire grave et angoissante fait crier ceux qui [d’habitude] se chuchotent des confidences aux oreilles.

4029- Il pourvut de qualités nobles et généreuses et investit du califat ceux qui en sont dignes, alors [ton] pouvoir est vaste et [tes] dons sont considérables.

4130- Al-Uḫayṭil mentit, un étalon qui n’a pas de bosse et dont le garrot est endommagé ne surpassera pas en gloire notre étalon.

  • 18  C’est l’un des trois fils de Tamīm ; les deux autres étant ‘Amr et al-Ḥāriṯ. Chacun d’eux est l’ép (...)

4231- Un étalon de Zayd Manāt18, blanc, indocile ; Zayd Manāt attaque avec fureur, lorsqu’il se jette avec impétuosité [contre l’ennemi].

4332- Tu ne peux présenter des cavaliers semblables aux nôtres ni des actions nobles aussi éminentes et nombreuses.

4433- Tu es redevable de la capitation [dont doit s’acquitter] une communauté qui n’a point attesté à Dieu que Muḥammad est son Envoyé.

4534- Ils choisirent l’égarement et s’écartèrent du droit chemin ; le Taġlibite ignore le Coran.

4635- Le Livre a condamné la croix et les Chrétiens et chaque verset a une interprétation.

  • 19  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10). Voir éga (...)

4736- La prophétie, le califat et le Coran sont [sources] de contrariété pour Taġlib19, leur vie durant.

4837- Vous vous êtes écartés des chemins [tracés par] la prophétie, alors soumettez-vous aux capitations du calife. Celui qui est vil le restera toujours.

  • 20  Dans la note « j » des Naqāʼiḍ [p. 184], Ṣālḥānī cite un commentaire de ce vers qui figure dans le (...)

4938- Qu’as-tu raconté à propos d’al-Huḏayl20, alors qu’il avait passé l’hiver chez nous les fers aux pieds ?

  • 21  Voir supra la note relative à ce groupe dans la quatrième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).
  • 22  Selon Yāqūt, c’est le nom d’une localité proche d’al-Bišr dans al-Ǧazīra. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-bu (...)

5039- Les Hawāzin21 sont venus avec des armées et vous avez été mis en déroute entre al-Salawṭaḥ22 et l’Euphrate.

  • 23  Il s’agit d’al-Huḏayl b. Zufar b. al-Ḥāriṯ al-Kilābī. Voir supra la note relative à ce personnage (...)
  • 24  Il s’agit de Mālik b. ‘Ubayda b. Mu‘āḏ b. Yazīd de Banū Kilāb.
  • 25  Il s’agit de ‘Aqīl b. Yazīd Abū al-Muḫtār b. Yazīd b. ‘Amr b. al-Ṣa‘iq de Banū Kilāb. Les trois ho (...)

5140- La cavalerie de Qays a assouvi ma vengeance contre vous, on y comptait al-Huḏayl23, Mālik24 et ‘Aqīl25.

5241- [Or] lorsque la cavalerie de Qays te soumet à l’épreuve de [sa rigueur], tu gardes à jamais une marque de la guerre qu’elle t’a déclarée.

5342- Quels champions excellents, lorsque les sabres sont dégainés, les casques en fer sonnent au contact de leurs lames !

  • 26  C’est le nom d’une montagne près d’al-Bišr [voir supra], c’est également l’autre nom du yawm [la b (...)
  • 27  Nom d’une montagne dans le Naǧd. Voir les Naqāʼiḍ, p. 185-186. Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt cite a (...)

5443- Si leur troupe le matin de Muḫāšin26, avait été lancée contre Ḥaḍan27, il aurait manqué de disparaître.

  • 28  Le poète fait allusion à l’intervention de ‘Abd al-Malik après la bataille d’al-Bišr. Voir les Naq (...)
  • 29  Voir supra la note relative à ce fleuve dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 17).

5544- Ô Uḫayṭil, sans le [secours du] calife28, les restes de ton corps dévoré n’auraient pas été épargnés, lors des combats au bord du Tigre29.

  • 30  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10).

5645- Al-Uḫayṭil ment, les femmes de Taġlib30 n’ont point de défenseur, ni de mari jaloux.

5746- Car il prenait toute chose noire qu’il apercevait au loin pour un cavalier, et il voyait son ombre et s’enfuyait.

  • 31  Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt cite Ibn al-A‘rābī qui explique que la‘āǧina d’un lieu est son milieu (...)
  • 32  Pour dire que leurs jambes étaient nues et qu’elles avaient perdu leur superbe.

5847- Vos femmes fuirent [vite] à ‘Āǧinat al-Raḥūb31, comme fuient les autruchons, [on vit] alors qu’elles ne faisaient pas traîner les queues de leurs robes32 !

  • 33  Voir supra la note relative à ce nom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 31) et l’annexe  (...)
  • 34  Voir supra la note relative à ce groupe dans la troisième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 4).
  • 35  Voir supra la note relative à ce groupe dans la huitième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 1).
  • 36  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 21).

5948- Où étaient al-Arāqim33, lorsque Muḥārib34 et Salūl35 traînaient leurs femmes lors de la journée d’al-Raḥūb36,

6049- [Des femmes qui] manquent totalement de jugement. Et lorsqu’ils sont pris d’ivresse, leurs enfants sont ceux qui ont le moins de respect pour tout ce qui est sacré. 50-Il y avait tant à faire pour brûler les charognes au bord du Tigre et celles d’al-Raḥūb.

  • 37  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la huitième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 10).

6151- On aurait dit que les aigles qui s’en repaissaient étaient des pèlerins qui avaient fait halte au bas de Ḏū al-Maǧāz37.

6252- Tu fis périr les tiens lorsque tu avais excité [l’ennemi] contre eux, puis tu t’abstins, alors que vengeance aurait dû être réclamée.

  • 38  Ch. Pellat écrit dans l’article qu’il consacre à cette ville dans l’E.I. : « al-Ḥaḍr, nom arabe de (...)

6353- Quel homme indigne tu fais, quand tu ne venges pas les tiens et quand tu réclames vengeance ! Tantôt tu bois à al-Ḥaḍr38 et tantôt tu y pisses.

  • 39  Nous n’avons pas d’information sur ces deux personnages. La note 7 de la page 104 du dīwān de Ǧarī (...)

6454- Et tu bus après Abū Ẓuhayr et son fils39 le vin des jarres, [au point qu’] on aurait dit que tu avais une verge de chameau à la place du nez.

6555- Dis à al-Uḫayṭil : « De toutes les mères, ta vieille est celle qui n’a pas un enfant noble et ton père n’est pas un homme viril ».

  • 40  Qaṣurat yadāka : litt. « tes mains sont courtes ».

6656- Tu n’as pas le pouvoir40 d’accomplir de grands desseins et il y a bien longtemps qu’une mort misérable a [irrémédiablement] éloigné ton père des bonnes actions.

6757- Les troupes de voyageurs arrivent et les Taġlib sont bannis derrière les bêtes de somme, les épaules ployées.

Notes

1  Voir supra la note relative à ce groupe dans la troisième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 4).

2  D’après l’article de l’E.I. qui lui est consacré, ce nom désigne « […] deux groupes tribaux d’Arabie du Nord : une branche des Khuzā‘a [q.v.] et une branche de la fédération Nord-arabique dite des Ḳays ‘Aylān [q.v.], plus précisément, les Hawāzin [q.v.]. » ; le contexte dans lequel il figure et les indications de la note « d » (p. 177) des Naqāʼiḍ nous amènent à penser qu’il s’agit dans ce vers de la branche de Qays ‘Aylān. M. Lecker précise dans son article que : « Les Salūl ne comptaient pas parmi les tribus les plus prestigieuses (al-Tha‘ālibī, Thimār al-ḳulūb fī l-muḍāf wa-l-mansūb, éd. Ibrāhīm, Caire 1384/1965, 352 ; al-Dhahabī, Siyar a‘lām al-nubalāʼ, éd. al-Arnawūṭ et al., Beyrouth 1401-9 /1981- 8, IV, 411 ; al-Djāḥiẓ, Bayān, éd. Hārūn, Caire 1395/1975, IV, 36). », M. Lecker, « Salūl », Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome VIII, 1995, p. 1037 et 1039 [p. 1037-1040]. C’est nous qui soulignons.

3  Voir supra la sixième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 9).

4  Il s’agit du père de Muḥārib et Salūl.

5  Voir supra la note relative à ce nom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 31) et l’annexe 4.

6  Nom d’un marché que possède la tribu de Huḏayl près de ‘Arafa.

7  Prénom de la bien-aimée du poète.

8  Diminutif à valeur affective de Umāma.

9  Nous lisons dans la note « g » [Naqāʼiḍ, p. 179] et dans le commentaire qui suit ce vers [Naqāʼiḍ, p. 180] que les Arabes emploient également le mot hadīl pour désigner un petit de pigeon de l’arche de Noé, enlevé par un oiseau de proie et pleuré depuis par les pigeons.

10  Il s’agit du Salvadora persica, dont le nom en français est : arbre brosse à dent. Voir dans la deuxième joute la note relative à ce mot au vers 40 du poème de Ǧarīr.

11  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 1 et 9).
Pour le mot burqa, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 7).

12 Le commentaire qui suit immédiatement le vers, nous apprend que c’est le nom d’une montagne, sans davantage de précision. D’après la note « d » (p. 180) des Naqāʼiḍ, al-Sitār est le nom d’une montagne dans al-Ḥimā*. Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt signale qu’al-Aṣma‘ī fait état de deux toponymes composés avec le mot Ḥimā ; lui-même en connaît quatre autres. Il mentionne les six et affirme que le plus célèbre de tous et le plus fréquemment cité d’entre eux est Ḥimā Ḍariyya. Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 307-309.
Ḍariyya est un village et un point d’eau du Naǧd, sur la route entre al-Baṣra et la Mecque. Voir Ph. Marr, « Ḍariyya », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 164 [p. 164-165].
* Ce mot qui signifie « lieu protégé, défendu » désigne une « étendue de terrain, contenant une végétation, dont l’accès et l’usage sont déclarés interdits par celui ou ceux qui s’en sont arrogé la jouissance. L’institution, qui remonte à l’Arabie antéislamique, semble avoir une origine laïque. », J. Chelhod, « Ḥimā » EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome III, 1971, p. 405 [p. 405-406].
D’autre part, dans Mu‘ǧam al-buldān, al-Sitār, qui désigne de nombreuses localités dans la péninsule Arabique, est aussi le nom d’une bataille, Yawm al-Sitār, entre Bakr b. Wāʼil et Banū Tamīm. Au cours de cette bataille, Qays b. ‘Āṣim al-Tamīmī aurait tué Qatāda b. Salama al-Ḥanafī de Bakr b. Wāʼil. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. III, p. 187-188 ; et M.J. Kister, « Ḳays b. ‘Āṣim », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome IV, 1978, p. 865-866.

13  Terrain élevé et inégal (ḥazn) appartenant aux Banū Fuqaym b. Ǧarīr b. Dārim. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. V, p. 374-375. La même indication est donnée dans les Naqāʼiḍ, p. 180, note « d ». Deux autres sont rapportées par Ṣālḥānī : selon la première al-Warī‘a serait une vallée dans le territoire des Banū Yarbū‘ ; et d’après la seconde al-Warī‘a serait une vallée connue où il y a beaucoup d’arbres.

14  Montagne des Banū Fuqaym b. Ǧarīr b. Dārim et des Sa‘d b. Zayd Manāt b. Tamīm. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. V, p. 164. Voir également les Naqāʼiḍ, p. 180, note « d » où il est question de ra‘n [partie saillante d’une montagne], entre [bayna] Fuqaym et Sa‘d b. Zayd Manāt.
N. B. : Dans les trois notices consacrées à al-Sitār, al-Warī‘a et al-Maqād, Yāqūt cite le vers de Ǧarīr avec deux variantes « wa-aṣ‘adat » au lieu de « wa-ahlinā » ; et « ḥumūlu » au lieu de « ḥulūlu ».

15  Prénom de la bien-aimée du poète.

16  Šadqam et Ǧadīl sont deux chameaux étalons célèbres. Les commentaires divergent au sujet de leurs propriétaires. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers et ceux de la note « i ».

17  Ce mot désigne l’outil en bois qui permet de redresser les lances.

18  C’est l’un des trois fils de Tamīm ; les deux autres étant ‘Amr et al-Ḥāriṯ. Chacun d’eux est l’éponyme de l’une des trois branches de Tamīm.

19  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10). Voir également l’annexe 1.

20  Dans la note « j » des Naqāʼiḍ [p. 184], Ṣālḥānī cite un commentaire de ce vers qui figure dans le manuscrit du dīwān de Ǧarīr (E). Selon ce commentaire, il s’agit d’al-Huḏayl b. Hubayra al-Taġlibī qui a été emprisonné avec quatre de ses fils par Yazīd b. Ḥuḏayfa al-Sa‘dī, lors de la journée [la bataille] de Ḏī Bahadā, dans le pays de Ḍabba. Voir également supra les notes relatives à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30 et poème de Ǧarīr, v. 44).

21  Voir supra la note relative à ce groupe dans la quatrième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

22  Selon Yāqūt, c’est le nom d’une localité proche d’al-Bišr dans al-Ǧazīra. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. III, p. 242. Yāqūt cite ce vers de Ǧarīr, avec un premier hémistiche différent : « ǧarra l-ḫalīfatu bi-l-ǧunūdi wa-antumu », au lieu de : « wa-ġadat Hawāzinu bi-l-ǧuyūši [wa-antumu] ».

23  Il s’agit d’al-Huḏayl b. Zufar b. al-Ḥāriṯ al-Kilābī. Voir supra la note relative à ce personnage dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 23).

24  Il s’agit de Mālik b. ‘Ubayda b. Mu‘āḏ b. Yazīd de Banū Kilāb.

25  Il s’agit de ‘Aqīl b. Yazīd Abū al-Muḫtār b. Yazīd b. ‘Amr b. al-Ṣa‘iq de Banū Kilāb. Les trois hommes appartiennent aux Banū Kilāb b. Rabī‘a b. ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a b. Hawāzin b. Qays ‘Aylān b. Muḍar. Dans les Naqāʼiḍ, un commentaire (p. 185, note « b ») signale que le poète fait allusion ici à Yawm al-Kuḥayl. Al-Kuḥayl est une localité sur les bords du Tigre, dans al-Ǧazīra. Zufar b. al-Ḥāriṯ al-Kilābī et ses contribules y ont défait les Taġlib.

26  C’est le nom d’une montagne près d’al-Bišr [voir supra], c’est également l’autre nom du yawm [la bataille] qui porte ce nom. Yawm al-Bišr est en effet appelé yawm Muḫāšin et yawm al-Raḥūb. Voir les Naqāʼiḍ, p. 185-186.

27  Nom d’une montagne dans le Naǧd. Voir les Naqāʼiḍ, p. 185-186. Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt cite al-Sukkarī qui dans son commentaire de ce vers de Ǧarīr indique que Ḥaḍan est une montagne dans al-‘Āliya et Muḫāšin une montagne dans al-Ǧazīra. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 271-272.

28  Le poète fait allusion à l’intervention de ‘Abd al-Malik après la bataille d’al-Bišr. Voir les Naqāʼiḍ, p. 186.

29  Voir supra la note relative à ce fleuve dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 17).

30  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10).

31  Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt cite Ibn al-A‘rābī qui explique que la‘āǧina d’un lieu est son milieu ; et il donne comme exemple un vers d’al-Aḫṭal dans lequel il mentionne ‘āǧinat al-Raḥūb. Yāqūt ajoute que l’on dit que ‘Āǧinat al-Raḥūb est un lieu dans al-Ǧazīra. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. IV, p. 65. Pour al-Raḥūb voir supra la première joute (poème de Ǧarīr, v. 21).

32  Pour dire que leurs jambes étaient nues et qu’elles avaient perdu leur superbe.

33  Voir supra la note relative à ce nom dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 31) et l’annexe 4.

34  Voir supra la note relative à ce groupe dans la troisième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 4).

35  Voir supra la note relative à ce groupe dans la huitième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 1).

36  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 21).

37  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la huitième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 10).

38  Ch. Pellat écrit dans l’article qu’il consacre à cette ville dans l’E.I. : « al-Ḥaḍr, nom arabe de l’ancienne Hatra (Atra, ῎A τραι), située dans le désert, à l’Ouest du Tharthār et à trois petites journées de marche au Sud-ouest d’al-Mawṣil. Les géographes arabes, qui ne connaissent plus exactement l’emplacement de cet ancien centre caravanier et commercial, fournissent quelques détails légendaires sur son antique grandeur. […]. », Ch. Pellat, « al-Ḥaḍr », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome III, 1971, p. 52 [p. 52-53]. Voir également Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 267-269.

39  Nous n’avons pas d’information sur ces deux personnages. La note 7 de la page 104 du dīwān de Ǧarīr renvoie le lecteur aux Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq (vol. I, no 28, p. 78-80), où il est question d’un personnage nommé Ẓuhayr, un bakrite, qui fut accusé de meurtre, mais qui n’a pas été inquiété et il n’est pas question dans le texte de son fils. Voir Dīwān Ǧarīr, Le Caire, Dār al-Ma‘ārif, 1986, 3e édition ; et Kitāb al-naqāʼiḍ, naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Farazdaq, Leiden, E.J. Brill, 1905.

40  Qaṣurat yadāka : litt. « tes mains sont courtes ».

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search