Version classiqueVersion mobile

La rivalité d’honneur ou la fabrique de l’altérité

 | 
Mohammed Bakhouch

Traduction

Septième joute

Texte intégral

Poème d’al-Aḫṭal (p. 148-165)

Mètre : al-basīṭ

11- Tes voisins partirent précipitamment, ils s’en allèrent le soir ou de grand matin ; un voyage les arracha violemment [de chez eux] ; ce revirement du sort changea tout.

  • 1  Ville de Syrie, entre Damas au sud et Alep au nord.
  • 2  Ǧadar est un village [Syrie] situé entre Ḥimṣ et Salamiyya, célèbre pour son vin. Voir Yāqūt, Mu‘ǧ (...)

22- Le jour où ils [me] furent ravis, j’étais comme celui qui avait bu un vin de Ḥimṣ1 ou de Ǧadar2 qui provoque des frissons.

33- [Un vin] généreusement versé d’une jarre remplie à ras bord, enduite de goudron et de couleur fauve ; l’argile de son bouchon s’effrite sur son goulot.

44- Délicieux, son feu atteignit ses points vitaux, les tourments de son cœur n’avaient pas manqué de se dissiper.

55- C’est comme si j’étais cet homme-là, ou bien [un homme] pris d’une violente passion ; victime d’un enchantement qui avait estropié ses membres et atteint son cœur.

  • 3  Le commentaire qui suit immédiatement le vers indique que c’est une colline sur les bords d’al-Hāb (...)

66- Par désir et par amour ardent pour eux, le jour où je les suivais du regard, alors que par groupes, certains d’entre eux, se trouvaient près de la colline Kawkab3.

  • 4  Des femmes qui étaient comme des images de… femmes reproduites par la peinture ou le dessin.

77- Ils excitèrent les montures qui nous tournèrent le dos, quand tu leur parlais d’une voix douce et agréable. [Elles s’éloignèrent transportant] des images4 dans les litières.

88- Elles aguichent tant et si bien les hommes qu’elles les rendent fous, [or] leur discernement est faible, lorsqu’il est éprouvé.

  • 5  Pour al-ġāniyāt. Voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal v. 3) et la quatrième joute (poème (...)

99- Ah ! Fréquenter les belles femmes5, lorsqu’elles savent avec certitude que tu es de ceux que la vieillesse amoindrit.

  • 6  Litt. Celui qui mit une corde [à mon arc].

1010- Elles se détournèrent de moi lorsque Dieu6 fit recourber mon dos et qu’après avoir été noires les mèches de [mes] cheveux sont devenues blanches.

1111- Elles ne sont guère bienveillantes envers celui qui plaide sa cause auprès d’elles, et ne veulent plus de celui dont les cheveux sont blancs.

  • 7  La note (1) du dīwān indique : « والبارحُ الريح الباردة », Ši‘r al-Aḫṭal, éd. Ṣālḥānī, p. 100. La (...)

1212- Elles se dirigèrent vers l’est, lorsque le vent chaud7 rendit secs bois et végétation, hormis [l’herbe] dans les sillons.

1313- L’œil ne fait que verser des larmes abondantes à cause de la volonté [de partir] de ceux qu’il aura du mal à revoir !

  • 8  Le commentaire qui suit le vers précise qu’al-Šaqīq désigne une montagne [wa-l-Šaqīq ǧabal]. Dans (...)
  • 9  Dans le commentaire qui suit le vers il s’agit de « ‘Ayn al-Muqsim » [variante de « bayn al-Muqsim (...)

1414- Coupés de nous comme peut l’être une corde ; le regard les suivait entre al-Šaqīq8 et al-Muqsim9.

  • 10  Voir les Naqāʼiḍ, p. 151 où le mot ġaḍba est glosé par nāḥiya.
  • 11  Tribu appartenant aux Bakr b. Wāʼil.
  • 12  Ġubar est un groupe des Banū Yaškur b. Bakr b. Wāʼil.

1515- Jusqu’à ce qu’elles descendissent le versant de la vallée, où nous étions10, pour rejoindre un territoire où séjournaient Šaybān11 ou Ġubar12.

  • 13  Al-Qaṣīm est un territoire dans le Naǧd, dans lequel nomadisaient les Tamīm, ainsi que d’autres tr (...)
  • 14  La note qui suit immédiatement le vers (p. 151) indique qu’al-Handaq [le fossé défensif] a été cre (...)

1616- [Et] quand je me dis qu’elles avaient dépassé al-Qaṣīm13 et qu’elles s’approchaient d’al-Ḫandaq14 ou alors qu’elles disaient : « nous y voici arrivées ! »,

1717- Elles firent halte au crépuscule et nous fîmes bifurquer nos excellentes chamelles ; il était temps pour celui qui avait une requête de prendre la route.

  • 15  Il s’agit du calife umayyade ‘Abd al-Malik b. Marwān [m. 705].

1818- Vers un chef de guerre15 dont les dons nous parviennent de grand matin ; Dieu l’a fait triompher, qu’il jouisse de ses succès !

1919- Il se jette dans la mêlée, il est favorisé par le sort, c’est le lieutenant de Dieu ; on l’invoque dans les prières pour la pluie.

2020- Grâce à lui le sort de tous est bien meilleur ; l’engagement qui le lie n’est soumis à aucun aléa.

2121- Lorsque les soucis l’assaillent, après avoir délibéré en son for intérieur, il entreprend avec résolution, prudence et un cœur ardent.

  • 16  L’Euphrate prend naissance dans les hautes montagnes d’Anatolie (Turquie), pénètre en Syrie, avant (...)

2222- L’Euphrate16, lorsque ses vagues s’élèvent bien haut, [lorsque] les pommiers de Sodome échouent sur ses rives et qu’il les charrie en son milieu,

2323- [Lorsque] les vents de l’été l’agitent avec force et qu’à cause de ses vagues, des étangs ballottent les proues des bateaux,

  • 17  Le poète parle dans ce vers des montagnes anatoliennes où l’Euphrate prend source. L’emploi de Rūm (...)

2424- Le rapide [Euphrate], [qui coule tout droit] des montagnes des Rūm17, protégé par leurs contreforts sur lui inclinés,

2525- N’est pas plus généreux que lui, lorsque tu le sollicites, ni plus beau que lui, lorsqu’au grand jour il apparaît.

2626- Il ne goûte au sommeil que le temps que le lui permettent les préoccupations des rois et une grandeur que redoutent les pairs.

  • 18  Le commentaire qui figure juste après ce vers indique que les calomnies et les tromperies se sont (...)

2727- Ils t’avaient tant et si bien calomnié et trompé que, sans s’en rendre compte, ils avaient découpé et distribué la chair de ceux qu’ils avaient égorgé18.

2828- [Que] ceux qui nous refusent leurs conseils et se montrent avares des biens d’ici-bas

2929- Servent de rançon au Prince des croyants, le jour de grand malheur.

3030- Il se fait précéder par deux cent mille soldats à sa halte, ni les djinns ni les hommes n’en ont vu de semblables.

3131- Tel un lion [qui s’apprête à attaquer sa proie], il étend son poitrail au sol, pour un assaut qui lui procurera sa pâture.

  • 19  Région désertique de l’Irak dans laquelle se trouve Karbalāʼ, localité où mourut al-Ḥusayn (petit- (...)
  • 20  Nom d’un lieu proche d’al-Kūfa ou à al-Kūfa même. Selon Yāqūt, al-Ṯawiyya désignerait les vestiges (...)

3232- Jusqu’à ce qu’il se trouve à mener des combats au corps à corps à al-Ṭaff19 et à al-Ṯawiyya20.

3333- Et que des gens voient [alors] leur égarement, et que d’autres se remettent dans le droit chemin.

3434- Il traverse les ponts, les construit et les détruit, il porte un signe distinctif, les étendards et la poussière flottent au-dessus de lui.

  • 21  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 50).

3535- Puis il prit sur ses épaules les fardeaux de l’Irak ; les Umayyades21 [avaient comblé] ses habitants de leurs bienfaits et [ne les avaient point privés] de leurs faveurs.

  • 22  Nom d’unité de nab‘. Dans son dictionnaire Kazimirski en donne cette définition : « Sorte d’arbre (...)
  • 23  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 65).

3636- Il est d’une nab‘a22 de Qurayš23, [un arbre] autour duquel ils se rassemblent ; nul autre arbre ne peut égaler sa hauteur.

  • 24  Pour l’expression « ahlu l-rayāʼ », nous suivons ici l’interprétation donnée par Ṣālḥānī dans le d (...)

3737- Il croît au sommet des collines, ils en sont la racine, ils font le bien24, et ne manquent pas de gloire quand ils s’enorgueillissent.

3838- Ils se mobilisent pour [faire triompher] le droit, ne tiennent pas de propos obscènes et lorsqu’un malheur les frappe, ils font preuve de patience.

3939- Ceux qui les haïssent sont incapables de les combattre ; le bois dont ils sont faits est d’une solidité à toute épreuve.

4040- Et si les horizons s’assombrissent, ils trouvent une issue et un refuge.

4141- Ils sont intraitables dans l’hostilité, jusqu’à ce qu’on leur obéisse, et ils sont les plus longanimes lorsque [ceux qu’ils combattent] sont en leur pouvoir.

4242- Ce sont eux qui rivalisent avec les vents, lorsque la nourriture vient à manquer aux solliciteurs ou lorsqu’ils vivent de peu.

  • 25  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 50).

4343- Fils de Umayya25 vos bienfaits s’étendent à tous, ils sont parfaits, ils ne suscitent point de reproches et le plaisir qu’ils procurent n’est point troublé.

4444- Dieu leur a donné une fortune qui les a aidés, toute autre fortune à côté de la leur est petite, méprisable.

4545- Être doté de cette fortune ne leur fit point perdre la tête ; d’autres qu’eux se seraient laissés griser.

  • 26  Pour ce personnage, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 31).

4646- Fils de Umayya, je vous le conseille, que Zufar26 ne soit pas en sûreté parmi vous.

4747- Considérez-le comme un ennemi, car sa nature, pour ce qui en est visible comme pour ce qui en est caché, est ignoble !

4848- La haine, même ancienne, est comme la gale, elle est latente un certain temps, puis elle se propage.

4949- Fils de Umayya, j’ai lutté, pour vous, contre des gens qui ont recueilli et soutenu [le Prophète]

5050- Jusqu’à ce que, contre leur gré, ils reconnaissent [leurs errements] ; les paroles pénètrent là où les aiguilles ne pénètrent pas.

  • 27  Voir supra la sixième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 9).
  • 28  Les Banū l-Naǧǧār sont une fraction de la tribu médinoise d’al-Ḫazraǧ. Voir supra.
    Le poète fait a (...)

5151- Les tribus nobles de Ma‘add27 savent que, pour vous, j’ai réduit les Banū l-Naǧǧār28 au silence ; or ils ont blatéré pendant longtemps.

  • 29  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

5252- Et les Qays29 ‘Aylān sont venus en galopant et t’ont fait allégeance publiquement, après avoir été ingrats.

5353- Ils crièrent de douleur, lorsque la guerre mordit leurs garrots, [mais] il est dans la nature des Qays ‘Aylān de beugler.

  • 30  Les Banū Ḏakwān sont une fraction des Sulaym b. Manṣūr b. ‘Ikrima b. Haṣafa, une branche de Qays ‘ (...)

5454- Que Dieu ne guide point les Qays sur le droit chemin et qu’Il ne relève point les Banū Ḏakwān30 lorsqu’ils trébuchent.

5555- Chaque fois que l’un d’eux cherche à nous rattraper, il n’est pas de force de le faire et il est à court de souffle.

  • 31  Voir supra la note relative à cette tribu dans la troisième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 7).

5656- Les Sulaym31 sont toujours sous l’empire de leur [chef] insensé, ils sont désemparés.

5757- Au point qu’ils furent frappés, en raison de notre inimitié, d’une calamité crainte, prévisible.

5858- Ils [jouissaient] de bienfaits jusqu’à ce qu’ils fussent pris dans les rets de Satan et qu’ils calomnièrent.

5959- Ils furent portés sur une vieille chamelle, difficile à monter, ses poils étaient rares, sur le corps comme sur sa queue.

  • 32  Ville dans al-Ǧazīra, à trois jours de Mossoul. Voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. III, (...)
  • 33  Dans Mu‘ǧam al-buldān : al-Maḥlabiyyāt. Yāqūt cite, dans l’ordre inverse, les vers 60 et 61 du poè (...)
  • 34  Voir supra la sixième joute (poème de Ǧarīr, v. 39).
  • 35  Pour situer le lieu désigné par ce toponyme, Yāqūt cite deux auteurs, le premier affirme que c’est (...)

6060- Il n’y a nulle trace d’eux à Sinǧār32, ni à al-Muḥlibiyyāt33, ni à al-Ḫābūr34, ni à al-Surar35.

  • 36  La note qui suit ce vers précise que la ḥarra [au singulier] des Banū Sulaym s’appelle Umm Ṣabbār (...)

6161- Ils retournèrent habiter al-Ḥarratān36, comme les vaches retournent dans leur enclos.

  • 37  Voir supra la septième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 22).

6262- Ils retournèrent vers l’Euphrate37, en cueillant leur coloquinte, nous dîmes : « ce qu’ils convoitent est hors de leur portée ! ».

  • 38  Farrāṣ b. Ma‘n b. Mālik b. A‘ṣur serait un taġlibite. En effet, dans la note « f » (p. 160) des Na (...)

6363- On ne trouvera point un Farrāṣ38 dans leur lignée, tant que l’un des gardes de la petite Ourse n’aura pas rencontré la lune.

  • 39  Les Ḍibāb est un groupe qui appartient aux Kilāb b. Rabī‘a b. ‘Āmir, une confédération de tribus e (...)
  • 40  Banū Suwāʼa est un groupe qui fait partie des ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a.

6464- Ni aucun lien avec al-Ḍibāb39, lorsque leurs yeux deviennent noirs, ni avec Suwāʼa40, sauf que ce sont des êtres humains.

  • 41  Selon le commentaire quit suit le vers, al-Ḥāriṯ b. Abī ‘Awf b. Ḥāriṯa b. Murra b. Nušba b. Ġayẓ b (...)
  • 42  Les ‘iqbān (pl. de ‘uqāb) [aigles] et le subar [aigle botté] sont rendus par aigles.

6565- Ils [les chevaux] jouèrent avec [le corps] d’al-Ḥāriṯ b. Abī ‘Awf41, jusqu’à ce que les aigles42 se le disputassent.

  • 43  Il s’agit de la Ġūṭa de Damas. Dans l’article de l’E.I. qui lui est consacré, N. Elisséeff indique (...)

6666- Ô Prince des croyants, tu as été victorieux grâce à nous, lorsque dans la Ġūṭa43 tu appris la nouvelle.

  • 44  Voir supra la note relative à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 36).

6767- Ils te font reconnaître la tête d’Ibn al-Ḥubāb44, alors que les cartilages du haut de son nez portent les traces de sabre.

6868- Il n’entend plus rien, les canaux de son ouïe sont bouchés et il ne parlera pas tant que les pierres n’auront pas parlé.

  • 45  Selon Mu‘ǧam al-buldān, al-Ḥaššāk est le nom d’une rivière ou d’un fleuve dans al-Ǧazīra, entre le (...)
  • 46  Nom d’une montagne noire dans le territoire d’al-Ḍibāb. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vo (...)
  • 47  Dans Mu‘ǧam al-buldān : al-Ṣuwwar et al-Ṣuwar. 1. « al-Ṣuwwar » est un village au bord d’al-Ḫābūr, (...)

6969- Son cadavre gît près d’al-Ḥaššāk45 et sa tête est en-deçà d’al-Yaḥmūm46 et d’al-Ṣiwar47.

  • 48  Groupe ġassanide. Les Banū Ġassān sont une « branche du grand groupe tribal des Azd qui émigra de (...)
  • 49  Groupe ġassanide, voir supra.
  • 50  Dans le dīwān A. Ṣālḥānī rapporte (note « j », p. 106-107) que ‘Umayr b. al-Ḥubāb disait que les T (...)

7070- Présents, les Ṣubr48 et les Ḥazn de Ġassān49 l’interrogent : « Comment tu as été reçu par les hommes de peine qui, jour et nuit, gardent leurs troupeaux50 ? ».

7171- Le conflit qui nous oppose s’est aggravé ; [or] il n’y a entre nous ni liens de parenté, ni excuses.

  • 51  Voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16 ; poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’a (...)

7272- Lorsqu’il s’agit d’accomplir des actions nobles et généreuses, les Kulayb b. Yarbū‘51 restent les bras ballants.

7373- Laissés derrière [les autres], alors que les gens font leurs affaires, ils ne sont au fait de rien, ignorent tout.

7474- Souffletés devant l’abreuvoir, ils ont constamment [sur le corps] des traces de coups donnés par un dārimite.

7575- Ce sont de mauvaises gens à jeun et les buveurs parmi eux ont le vin mauvais, lorsqu’en eux circulent le vin acidulé et toute boisson enivrante.

  • 52  Voir supra le nom de ce groupe de tribus dans la troisième joute, poème de Ǧarīr, v. 16.

7676- Toute ignominie et toute turpitude qu’on reproche à Muḍar52 sont de leur fait.

  • 53  Ville du nord du Yémen.
  • 54  Aucune information n’est donnée sur Haǧar dans Naqāʼiḍ. Par contre, dans le dīwān une note indique (...)

7777- Ils voyagent sur des ânes qui marchent d’un pas tremblant, leurs infamies sont parvenues à Naǧrān53 ou Haǧar54.

7878- Ils mangent seuls le répugnant viatique et absents [de toutes les assemblées] ils demandent : « qu’est-il arrivé ? ».

  • 55  C’est le nom d’une fraction de Banū Yarbū‘, groupe tribal tamīmite.
  • 56  Ou : « aux oreilles fendues ».

7979- N’oublie pas de faire mention des Ġudāna55, des jeunes boucs aux caroncules qui pendent sous le cou56, des cabris autour desquels, on construit des bercails.

8080- Ils urinent sur le devant de leurs pattes lorsqu’ils ont chaud et ils cessent de le faire lorsqu’ils sont mouillés par la pluie.

8181- Les Ġudāna ne sont pas d’un rang élevé, [au moment de] faire boire leurs brebis ils les retiennent jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que des restes.

8282- Ils ont un lien [de parenté] avec les Yarbū‘ ; et leur soutien, lorsqu’on rivalise de gloire, est obscur, méprisable.

8383- Ils ont les barbes jaunes à cause des fumées, lorsque le seau à traire et les mains de celui qui trait reviennent vides à cause du froid.

8484- Puis ils sont de retour auprès de femmes noires, souillées qui n’ont pas honte lorsqu’elles se grattent les parties naturelles.

8585- La gloire a fait le serment de ne pas être leur alliée, tant que les poils n’auront pas poussé sur la paume de la main.

Poème de Ǧarīr (p. 166-177)

Mètre : al-basīṭ

861- Dis aux demeures : « Que la pluie arrose vos vestiges, vous êtes agitées par le désir ; or vains sont les souvenirs ! ».

872- Qu’un [nuage] gorgé d’eau, dont la pluie est forte et abondante, ou un autre dont la pluie continue tombe à verse, vous arrose.

883- C’était un temps bien meilleur que le nôtre ! Les animaux sauvages y étaient faciles à tromper.

  • 57  Vêtement, voir supra.
  • 58  Al-Mawṣil [Mossoul], ville d’Irak, sur la rive occidentale du Tigre.

894- Aviez-vous aperçu les litières des femmes de la tribu, lorsqu’on les hissait [sur les montures] ? Une tribu qui n’utilisait pas les ‘abāʼ57 d’al-Mawṣil58 en guise de rideaux !

905- Ils répondirent : « Nous voyons les mirages agiter des palmiers nains ou des litières dans lesquelles voyagent des femmes » ; que leur regard portait bien loin !

916- Lorsque le vent du sud s’était levé et avait fait dessécher les pâturages ; ils firent revenir les chameaux pour partir vers des terres plus élevées et ne descendirent point vers les pays plus bas.

927- De [jeunes] chameaux roux qui avaient bien engraissé grâce à la riche végétation des lieux, au point qu’ils perdirent leur premier pelage.

938- Des chameaux à qui poussait leur première dent, on aurait dit qu’ils étaient enduits d’une poix noire, là où se rejoignent l’épaule et le cou.

949- Je fus certain que [les végétations] des parties élevées du sol furent desséchées et jaunies [par le vent] et que l’herbe verte avait disparu, hormis celle qui se trouvait au milieu de la vallée.

  • 59  Ḏū Ṭulūḥ est situé par Yāqūt dans la vallée d’al-Ḥazn, dans le territoire de Banū Yarbū‘, entre al (...)

9510- Le cœur est avec les femmes des litières qui quittèrent Ḏū Ṭulūḥ59 et dont [nous] sépare le sommet de la montagne.

9611- Ils me dirent : « Peut-être es-tu triste ? » ; je leur dis alors : « Trêve de reproche ; et point de plainte, ni d’excuse ! ».

  • 60  Localité dans le territoire des Banū Tamīm. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 425-426. Voi (...)

9712- Les voisins s’éloignèrent promptement le jour où ils quittèrent de grand matin Dārat al-Ǧaʼb60, une fois leurs litières regroupées.

9813- Nous en séparaient, [désormais], les nombreux sommets de lointains déserts, sans repères, qui manquaient rompre le regard.

9914- Nous nous sommes installés aux sources de la gloire avant vous, or la gloire est à la portée des nobles ; mais elle est inaccessible aux ignobles.

10015- Nobles et illustres sont nos dignitaires, alors que les gens ne le sont pas.

10116- Je remercie Dieu l’Unique, grâce auquel, aucune de ses créatures ne nous égale.

  • 61  Voir supra la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 11).
  • 62  Voir supra la sixième joute (poème de Ǧarīr, v. 23).

10217- À Ṭiḫfa61 et lors des batailles de Ḏū Naǧab62, quels excellents cavaliers nous étions, lorsque les toupets furent emmêlés !

  • 63  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

10318- Sans les cavaliers de Yarbū‘63 à Ḏū Naǧab, le chemin [menant à la victoire] aurait été difficile et les combattants auraient été désemparés !

10419- S’ils frappaient de leurs lances les chevaux, ils ne rataient pas les points vitaux de leurs cavaliers ; et s’ils chargeaient l’ennemi, ils prenaient les champions à bras le corps et les broyaient.

10520- Par ta mère ! Personne ne se risque à être injuste envers nous, lorsque nous défendons notre honneur ; notre os est exempt de faiblesse.

  • 64  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également les annexes 2 et 5.

10621- Quand vos chefs appréhendent d’affronter les difficultés et craignent de s’engager dans la mêlée ; les Tamīm64, eux, osent le faire.

  • 65  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10). Voir éga (...)

10722- Lorsque Taġlib65 finissent de débattre de leurs affaires, je fais le vœu que ce dont ils délibèrent ne soit pas béni.

10823- Certes, les gens rivalisent à la course vers la gloire ; or les fils de Taġlib furent dépités, quand leur éclaireur manqua la source des actions nobles et généreuses !

  • 66  Voir supra la note relative à al-Huḏayl dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 44).
  • 67  Voir supra les notes relatives à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30 et (...)

10924- Avez-vous reconnu nos cavaliers à Ḏū Bahdā66, le jour où, prisonnier, al-Huḏayl67 était entre les mains de l’ennemi ?

11025- Oui, à Ḏū Bahdā, al-Huḏayl fut rattrapé par un lion qui, lorsqu’il court, a l’habitude de gagner.

  • 68  Le poète compare les Taġlib aux ‘Ād, un peuple anéanti, voir la sourate 46 [al-Aḥqāf], versets 21- (...)

11126- Les Banū Taġlib, – dont l’ancêtre ne fut jamais illustre ! –, étaient comme ceux qui périrent à Ḏū l-Aḥqāf68, lorsqu’ils furent anéantis.

  • 69  Le poète continue sa comparaison entre les Taġlib et les ‘Ād et fait allusion au vent qui détruisi (...)

11227- Un vent dévastateur fut envoyé contre eux69, il continua à souffler jusqu’à ce que, contre eux, les cailloux qu’il dispersait aient accompli les arrêts de Dieu.

11328- Chez eux la bassesse est une seconde peau, ils furent ainsi créés, leur caractère ignoble leur sert de vêtement et de pagne.

11429- Leurs prières sont une abomination, les sons des simandres leur servent d’appel et ils ne connaissent pas les chapitres du Coran.

11530- S’ils voyagent c’est sans but précis ; et absents [de toutes les assemblées] ils demandent : « qu’est-il arrivé ? »

11631- Ils mangent seuls le répugnant viatique et ils séjournent là où ils se dérobent aux regards.

  • 70  L’article de l’E.I. consacré à ce groupe indique que le groupe Bakr b. Wāʼil est une « ancienne co (...)

11732- Ils insultent les Banū Bakr70 lorsqu’ils ont le ventre plein et ils se précipitent chez eux lorsqu’ils sont dans le besoin.

  • 71  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

11833- Ô fils de celle dont les odeurs sont nauséabondes, qui désignes-tu comme notre égal ? Ou qui mettras-tu face aux Qays71, lorsqu’ils se glorifient.

  • 72  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute, poème de Ǧarīr, v. 37.

11934- Qays et Ḫindif72 sont des gens illustres bien avant vous, vous n’êtes pas de leur acabit et vous ne pouvez les égaler.

  • 73  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).
  • 74  Voir supra le nom de ce groupe de tribus dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 16).

12035- Mourez de colère et d’inquiétude dans votre Ǧazīra73, vous ne pouvez traverser un fleuve au-delà duquel se trouve Muḍar74.

  • 75  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la sixième joute (poème de Ǧarīr, v. 16).
    Les propo (...)

12136- Je t’ai chassé de Naǧd75 ; Naǧd n’est pas à vous et tu n’as pas une pierre à toi dans ses vallées.

  • 76  Le poète parle ici de Qurayš. En effet, le mot baṭḥāʼ (pl.) biṭāḥ qui désigne le lit d’un torrent (...)

12237- Mes actions méritoires protègent ceux qui résident dans les nobles territoires de Minā76, ce sont leurs visages qui intercèdent auprès de Dieu dans les prières pour la pluie.

  • 77  Ḫuzayma b. Mudrika b. al-Yās b. Muḍar est l’ancêtre des Asad et des Kināna d’où sont issus les Qur (...)

12338- Ils donnèrent leur pouvoir aux Ḫuzayma77 et aux Anṣārs et Dieu conforta avec les Anṣārs celui qu’ils ont soutenu.

  • 78  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10). Voir éga (...)

12439- Si l’on compte leurs actions nobles et généreuses, [on constate que] les Taġlib78 n’ont [parmi eux] ni étoile qui brille, ni soleil ni lune.

  • 79  Abū Bakr [m. 634 J.-C.] et ‘Umar [m. 644 J.-C.], respectivement le premier et le deuxième des cali (...)

12540- L’Envoyé de Dieu n’était pas satisfait de leur religion, ni les bienveillants Abū Bakr et ‘Umar79.

12641- L’Envoyé de Dieu apporta la vraie religion, [mais] ils s’en écartèrent, or qu’ils fussent infidèles ne nuisit en rien au messager de Dieu.

  • 80  Chef sulamite qui conduisit l’assaut d’al-Bišr contre les Taġlib, la tribu d’al-Aḫṭal. Voir supra (...)
  • 81  Pour ce personnage, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 31).

12742- Certes, seule la vérité fâche, et je vois que vous rougissez de honte, si l’on mentionne al-Ǧaḥḥāf80 et Zufar81.

12843- Il conduisit vers vous les meilleurs des chevaux, portant des signes distinctifs, ils se jettent dans le combat [de lances], les flancs retroussés.

12944- Après ces combats nous nous dîmes qu’on ne verrait plus jamais trace des taġlibites.

13045- Jusqu’à ce que j’entende dire qu’un porc criait de frayeur, je me dis alors : « Voici que les morts ressuscitent ! ».

13146- Pourquoi ne vous taisez-vous pas, ainsi une partie de vos turpitudes restera cachée, car [se plaindre] ne change en rien l’état de vos morts.

  • 82  Voir supra la note relative à Yawm al-Bišr dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 64).

13247- Vous n’avez pas défendu vos femmes le matin [de la journée] d’al-Bišr82 et vous n’avez pas persévéré contre les Qays comme ils l’ont fait contre vous.

  • 83  Vêtement, voir supra.

13348- Vous avez livré les hommes vêtus de ‘abāya83 et vos femmes aux flancs noirs ont été éventrées.

  • 84  Nom d’une faction des Taġlib. Aws est l’un des trois fils de Taġlib. Les deux autres étant Ġanam e (...)
  • 85  Il s’agit des Namir b. Qāsiṭ, un groupe qui a des liens de parenté avec les Taġlib.

13449- Vous satirisez les Qays alors qu’ils vous ont exterminé jusqu’au dernier, au point que les Aws84 et les Namir85 sont plus nombreux que vous.

  • 86  « al-Zāb, nom de deux affluents de la rive gauche du Tigre [voir Didjla], dans le Nord du ‘Irāḳ, t (...)
  • 87  Pour Yāqūt ‘Ayn al-warda désigne la célèbre ville d’al-Ǧazīra, appellée aussi Raʼs ‘Ayn. Voir Yāqū (...)

13550- Vous avez été jetés dans le malheur et dans l’avilissement lorsque les gens s’étaient approprié vos femmes aux deux Zāb86 et au fleuve ‘Ayn al-warda87.

13651- Al-Uḫayṭil est un porc qui a été frappé d’une calamité crainte, prévisible.

13752- Le taġlibite est vil lorsque tu le regardes au grand jour et il est vil lorsqu’on le met à l’épreuve.

13853- Quand le taġlibite est au comble de la virilité, il est loué comme esclave pour conduire des montures.

  • 88  Vêtement, voir supra.

13954- La taġlibite a dans les plis de sa ‘abāya88 un long clitoris ; son fils est réduit à l’impuissance !

14055- Elle a les canines noires, la viande de porcelet au-dessus de laquelle bout le vin, la fait saliver !

  • 89  Idem.

14156- Tu trouves al-Uḫayṭil dans une troupe de cavaliers leurs robes sont des ‘abāya-s89 bigarrées ; ils n’ont accompli ni le petit ni le grand pèlerinage !

14257- Ils rient au cochon [car] ils en ont envie ; quelles bouches hideuses ils ont lorsqu’ils découvrent leurs dents !

  • 90  Jeu de hasard [jeu de flèches] ; voir supra la note relative à ce jeu dans la deuxième joute (poèm (...)

14358- Ils jouent leurs cochons au maysir90, quelle affreuse bête ils tuent et quels mauvais hommes ils sont, lorsqu’ils l’égorgent !

14459- Leurs tribus sont les plus méchantes et les plus viles entre toutes ; et la terre rejette leurs morts lorsqu’ils sont enterrés.

  • 91  Nous lisons dans l’article de l’E.I. consacré à cette cité : « Mārdīn (écrit en arabe Māridīn, en (...)

14560- Ô vous les Taġlibites au regard hostile, la sordide avarice ne vous quittera pas tant qu’on continuera à presser de l’huile à Māridīn91 !

Notes

1  Ville de Syrie, entre Damas au sud et Alep au nord.

2  Ǧadar est un village [Syrie] situé entre Ḥimṣ et Salamiyya, célèbre pour son vin. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 113-114, qui signale l’existence d’un village en Jordanie qui porte le même nom.

3  Le commentaire qui suit immédiatement le vers indique que c’est une colline sur les bords d’al-Hābūr.
Pour Yāqūt, ce nom désigne une place forte sur la montagne qui domine la ville de Tibériade et donne sur la Jordanie. Voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 494. Voir également N. Elisséeff, « Kawkab », EI2, Leiden-New York, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VII, 1993, p. 810.
Dans Mu‘ǧam al-buldān, le toponyme qui suit « Kawkab » est « Kawkabā ». Dans la très courte notice qu’il lui consacre, l’auteur signale que c’est un lieu qu’al-Aḫṭal mentionne dans sa poésie et cite le vers 6 de cette naqīḍa avec la variante Kawkabā.

4  Des femmes qui étaient comme des images de… femmes reproduites par la peinture ou le dessin.

5  Pour al-ġāniyāt. Voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal v. 3) et la quatrième joute (poème de Ǧarīr, v. 9).

6  Litt. Celui qui mit une corde [à mon arc].

7  La note (1) du dīwān indique : « والبارحُ الريح الباردة », Ši‘r al-Aḫṭal, éd. Ṣālḥānī, p. 100. La même définition est donnée dans l’édition de Qabāwa, note 1, p. 146. Dans les Naqāʼiḍ, il s’agit d’un vent chaud, voir p. 150, note « f » : . « البارح أي الريح الحارّة »

8  Le commentaire qui suit le vers précise qu’al-Šaqīq désigne une montagne [wa-l-Šaqīq ǧabal]. Dans Muǧam al-buldān, Yāqūt indique qu’al-Šaqīq est : 1. Une aiguade dans le territoire des Banū Usayd b. ‘Amr b. Tamīm. 2. Ce mot est le pluriel de Šaqīqa, c’est-à-dire, un terrain dur, inégal et raboteux entre deux terrains sablonneux [al-šaqīq ǧamšaqīqa, wa-huwa kull ġalbayn ramlayn]. Voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 356. Enfin, dans l’article « Nafūd » de l’E.I., il fait mention d’al-Šaqīq : « Dans le nord du Nafūd, il y a des puits à al-Shaḳīḳ et, dans le sud, à l’oasis de Djubba, qui abrite un petit village. », G.R.D. King, « Nafūd », EI2, Leiden-New York, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VII, 1993, p. 892 [p. 891-892].

9  Dans le commentaire qui suit le vers il s’agit de « ‘Ayn al-Muqsim » [variante de « bayn al-Muqsim »], qui serait un puits dans al-Ǧazīra [wa-‘Ayn al-Muqsim bīr bi-l-Ǧazīra]. Voir Naqāʼiḍ, p. 151. Voir dans le même, la note « h » qui donne les variantes pour ce vers.

10  Voir les Naqāʼiḍ, p. 151 où le mot ġaḍba est glosé par nāḥiya.

11  Tribu appartenant aux Bakr b. Wāʼil.

12  Ġubar est un groupe des Banū Yaškur b. Bakr b. Wāʼil.

13  Al-Qaṣīm est un territoire dans le Naǧd, dans lequel nomadisaient les Tamīm, ainsi que d’autres tribus. Voir G. Rentz, « al-Ḳaṣīm », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome IV, 1978, p. 745-746.

14  La note qui suit immédiatement le vers (p. 151) indique qu’al-Handaq [le fossé défensif] a été creusé par Kisrā [Husraw ; Kisrā désigne les rois sāsānides. Voir M. Morony, « Kisrā », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome V, 1986, p. 182]. Dans la notice consacrée à al-Handaq, Yāqūt signale « Handaq Sābūr ». [Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. 2, p. 392]. Il s’agit certainement de l’empereur Shāpūr II. Voir C.E. Bosworth, « Shāpūr », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome IX, 1996, p. 319.

15  Il s’agit du calife umayyade ‘Abd al-Malik b. Marwān [m. 705].

16  L’Euphrate prend naissance dans les hautes montagnes d’Anatolie (Turquie), pénètre en Syrie, avant de rejoindre le Tigre en Irak, il se jette avec ce dernier dans le Golfe persique, après un parcours de 2 780 kilomètres.

17  Le poète parle dans ce vers des montagnes anatoliennes où l’Euphrate prend source. L’emploi de Rūm se réfère à l’Empire romain d’Orient (Empire bysantin).

18  Le commentaire qui figure juste après ce vers indique que les calomnies et les tromperies se sont retournées contre leurs auteurs. De même, « bi-ġaybin « est glosé par « lam yaš‘urū ».
Dans le dīwān, A. Ṣālḥānī commente ce vers dans ces termes (Ši‘r al-Aḫṭal, page 102, note « d ») :
 » ]...[ أراد أن أعداء تغلب كانوا يمكرون بهم عند عبد الملك ويغتابونهم « .
« Les ennemis des Taġlib trompaient ‘Abd al-Malik à leur sujet et les desservaient auprès de lui ».
Et effectivement, le deuxième hémistiche n’est pas sans rappeler le verset 12 de la sourate 49 « al-ḥuǧurāt » :
« 12. Ô vous, les croyants !
Évitez de trop conjecturer sur autrui :
certaines conjectures sont des péchés.
N’espionnez pas !
Ne dites pas du mal les uns des autres.
Un de vous aimerait-il
manger la chair de son frère mort ? »
Le Coran, Introduction, traduction et notes par D. Masson, op. cit., p. 641.

19  Région désertique de l’Irak dans laquelle se trouve Karbalāʼ, localité où mourut al-Ḥusayn (petit-fils du Prophète et fils de ‘Alī). Voir J.H. Kramers, « al-Ṭaff », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome X, 2002, p. 85-86. Voir également Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. IV, p. 35-36.

20  Nom d’un lieu proche d’al-Kūfa ou à al-Kūfa même. Selon Yāqūt, al-Ṯawiyya désignerait les vestiges d’une prison près d’al-Ḥīra, dans laquelle al-Nu‘mān b. al-Munḏir faisait emprisonner ceux qu’il voulait mettre à mort. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 87-88.

21  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 50).

22  Nom d’unité de nab‘. Dans son dictionnaire Kazimirski en donne cette définition : « Sorte d’arbre (chadara tenax) qui croît au sommet de la montagne, et dont le bois, qui est jaune, sert à faire des flèches et des arcs (ses derniers appelés صفرا) […] ». A. de B. Kazimirski, Dictionnaire arabe/ français, op. cit., vol. II, p. 1186]

23  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 65).

24  Pour l’expression « ahlu l-rayāʼ », nous suivons ici l’interprétation donnée par Ṣālḥānī dans le dīwān. Voir Šir al-Aḫṭal, p. 104, note « e ».

25  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 50).

26  Pour ce personnage, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 31).

27  Voir supra la sixième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 9).

28  Les Banū l-Naǧǧār sont une fraction de la tribu médinoise d’al-Ḫazraǧ. Voir supra.
Le poète fait allusion ici à sa satire contre les Anṣār qu’il avait composée à la demande de Yazīd b. Mu‘āwiya [m. 683 J.-C.]. Ce dernier n’avait pas apprécié que le poète médinois ‘Abd al-Raḥmān b. Ḥassān [m. 722 J.-C.] eût composé un poème dans lequel il nomme, décrit et dit être amoureux de l’une des sœurs du futur deuxième calife umayyade.

29  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

30  Les Banū Ḏakwān sont une fraction des Sulaym b. Manṣūr b. ‘Ikrima b. Haṣafa, une branche de Qays ‘Aylān.

31  Voir supra la note relative à cette tribu dans la troisième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 7).

32  Ville dans al-Ǧazīra, à trois jours de Mossoul. Voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 262-263.

33  Dans Mu‘ǧam al-buldān : al-Maḥlabiyyāt. Yāqūt cite, dans l’ordre inverse, les vers 60 et 61 du poème d’al-Aḫṭal ; et indique qu’al-Maḥlabiyyāt désigne le même lieu qu’al-Maḥlabiyya, qui est une petite localité entre Mossoul et Sinǧār. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 62.

34  Voir supra la sixième joute (poème de Ǧarīr, v. 39).

35  Pour situer le lieu désigné par ce toponyme, Yāqūt cite deux auteurs, le premier affirme que c’est le nom d’une contrée dans al-Ǧazīra ; et le second indique qu’il s’agit d’une vallée à quatre miles de la Mecque. Voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 211.

36  La note qui suit ce vers précise que la ḥarra [au singulier] des Banū Sulaym s’appelle Umm Ṣabbār et qu’elle est le plus mauvais endroit du désert. Voir la note relative à cette tribu dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 7).

37  Voir supra la septième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 22).

38  Farrāṣ b. Ma‘n b. Mālik b. A‘ṣur serait un taġlibite. En effet, dans la note « f » (p. 160) des Naqāʼiḍ et dans le dīwān [Šir al-Aḫṭal, éd. Ṣālḥānī, note « j » (p. 109) et éd. Qabāwa, dans le commentaire qui suit le vers, (p. 153)] on peut lire que l’on avance que les Banū Farrāṣ était un groupe qui faisait partie des Taġlib [wa-kāna yuqāl inna Banī Farrāṣ min Banī Taġlib].

39  Les Ḍibāb est un groupe qui appartient aux Kilāb b. Rabī‘a b. ‘Āmir, une confédération de tribus en Arabie du centre-ouest. Voir W. Caskel, « ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 453-454.

40  Banū Suwāʼa est un groupe qui fait partie des ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a.

41  Selon le commentaire quit suit le vers, al-Ḥāriṯ b. Abī ‘Awf b. Ḥāriṯa b. Murra b. Nušba b. Ġayẓ b. Murra b. ‘Awf b. Sa‘d b. Ḏubyān b. Baġīḍ. L’auteur du commentaire ajoute qu’il s’agit de l’un des deux chefs murrites qui prirent en charge le prix du sang [diya, ḥamāla], pour mettre fin à la guerre de Dāḥis wa-l-Ġabrāʼ. Signalons cependant que le nom du chef murrite en question est al-Ḥāriṯ b. ‘Awf et non al-Ḥāriṯ b. Abī ‘Awf. D’aillleurs, la note « c » donne la variante « al-Ḥāriṯ b. ‘Awf b. Abī Ḥāriṯa » et le commentateur ajoute que l’on dit que l’homme dont il est question dans ce vers d’al-Aḫṭal est un autre Murrite.

42  Les ‘iqbān (pl. de ‘uqāb) [aigles] et le subar [aigle botté] sont rendus par aigles.

43  Il s’agit de la Ġūṭa de Damas. Dans l’article de l’E.I. qui lui est consacré, N. Elisséeff indique que « La Ghūṭa de Dimashḳ [q.v.] est la zone de jardins et de vergers qui, en aval des gorges de Rabwa, font un écrin de frondaisons à l’ancienne capitale umayyade et que fertilise un dense réseau de canaux d’irrigation alimentés par le Baradā [q.v.]. La Ghuṭa s’étend des pentes orientales du mont Ḳāsiyūn [q.v.] aussi loin que les eaux courantes et les eaux d’infiltration du Baradā permettent d’entretenir une végétation arbustive. Au delà, vers l’Est, c’est le Mardj, la région des pâturages et de la culture extensive. Ces prairies, verdoyantes de décembre à juin et grillées à partir de juillet, s’arrêtent à la lagune de ‘Utayba [q.v.], ou « lac de Damas ». Plus à l’Est encore, c’est la steppe brûlée que le travail acharné de l’homme a repoussée à une vingtaine de km du Ḳāsiyūn.
Le charme de ce site, considéré par la tradition musulmane comme un des quatre paradis terrestres, a été chanté par maints poètes arabes (cf. Kurd ‘Alī, Ghūṭa. 68-107) et décrit par plus d’un voyageur occidental. », N. Elisséeff, « Ghūṭa », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 1131 [p. 1131-1132].

44  Voir supra la note relative à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 36).

45  Selon Mu‘ǧam al-buldān, al-Ḥaššāk est le nom d’une rivière ou d’un fleuve dans al-Ǧazīra, entre le Tigre et l’Euphrate, il a pour affluent le Hirmās, le fleuve de Naṣībīn [qui naît dans le Ṭūr ‘Abdīn] et se jette dans le Tigre. L’auteur cite ensuite ce vers d’al-Aḫṭal, avant d’ajouter que certains avancent qu’al-Ḥaššāk et Tall ‘Abda sont près d’al-Ṯarṯār, où les Taġlib avaient défait les Qays. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 262 [yaʼḫuḏ mina l-Hirmās nahr Naṣībīn] ; et voir les Naqāʼiḍ (note « a », p. 162) où il est indiqué qu’al-Ḥaššāk est une colline [tall] proche d’al-Šar‘abiyya.

46  Nom d’une montagne noire dans le territoire d’al-Ḍibāb. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 432. [Pour d’al-Ḍibāb, voir le vers 64 de cette naqīḍa].

47  Dans Mu‘ǧam al-buldān : al-Ṣuwwar et al-Ṣuwar. 1. « al-Ṣuwwar » est un village au bord d’al-Ḫābūr, séparé d’al-Fudayn par une distance de quatre parasanges environ. Yāqūt cite le vers d’al-Aḫṭal avec la variante « aḍḥat » au lieu de « amsat ». 2. « al-Ṣuwar », dans la colonne de gauche, de la même page, Yāqūt, qui cite de nouveau le vers d’al-Aḫṭal en utilisant le verbe « amsat » cette fois-ci, signale qu’il s’agit d’une montagne, sans aucune autre précision. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. III, p. 434.

48  Groupe ġassanide. Les Banū Ġassān sont une « branche du grand groupe tribal des Azd qui émigra de l’Arabie du Sud, erra dans la Péninsule et s’établit finalement à l’intérieur du limes romain vers 490 de J.-C, après avoir adopté le Christianisme et accepté de payer tribut. », I. Shahîd, « Ghassān », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 1044 [p. 1044-1045].

49  Groupe ġassanide, voir supra.

50  Dans le dīwān A. Ṣālḥānī rapporte (note « j », p. 106-107) que ‘Umayr b. al-Ḥubāb disait que les Taġlib étaient ses hommes de peine et qu’il pouvait les faire trimer pour lui à sa guise. Lorsque les Ṣubr et les Ḥazn, deux fractions des Banū Ġassān, virent passer sa tête portée en trophée par les vainqueurs, par moquerie, ils lui auraient demandé comment il a été accueilli par ses serviteurs.

51  Voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16 ; poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

52  Voir supra le nom de ce groupe de tribus dans la troisième joute, poème de Ǧarīr, v. 16.

53  Ville du nord du Yémen.

54  Aucune information n’est donnée sur Haǧar dans Naqāʼiḍ. Par contre, dans le dīwān une note indique que c’est un lieu [mawḍi‘] dans al-Baḥrayn. Voir Šir al-Aḫṭal, éd. Qabāwa, p. 154, note 8. Dans Mu‘ǧam al-buldān ce toponyme désigne plusieurs endroits. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. V, p. 393.

55  C’est le nom d’une fraction de Banū Yarbū‘, groupe tribal tamīmite.

56  Ou : « aux oreilles fendues ».

57  Vêtement, voir supra.

58  Al-Mawṣil [Mossoul], ville d’Irak, sur la rive occidentale du Tigre.

59  Ḏū Ṭulūḥ est situé par Yāqūt dans la vallée d’al-Ḥazn, dans le territoire de Banū Yarbū‘, entre al-Kūfa et Fayd. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. IV, p. 39.

60  Localité dans le territoire des Banū Tamīm. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. II, p. 425-426. Voir également la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 1) ; et la note « e » de la page 109 dans Naqāʼiḍ…

61  Voir supra la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 11).

62  Voir supra la sixième joute (poème de Ǧarīr, v. 23).

63  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 47). Voir également l’annexe 2.

64  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également les annexes 2 et 5.

65  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10). Voir également les annexes 1 et 3.

66  Voir supra la note relative à al-Huḏayl dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 44).

67  Voir supra les notes relatives à ce personnage dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 30 et poème de Ǧarīr, v. 44).

68  Le poète compare les Taġlib aux ‘Ād, un peuple anéanti, voir la sourate 46 [al-Aḥqāf], versets 21-28. D’après Yāqūt, al-Aḥqāf seraient des terres sablonneuses habitées par les ‘Ād, dans le Yémen. Voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, vol. I, p. 115-116.

69  Le poète continue sa comparaison entre les Taġlib et les ‘Ād et fait allusion au vent qui détruisit ce peuple : ṣubbatalayhimaqīm. Voir la sourate 51 [al-Ḏāriyāt, Ceux qui se déplacent rapidement], verset 41 : « Wa-fī ‘Ādin iḏ arsalnā ‘alayhimu l-rīḥa l-‘aqīma ». Denise Masson traduit l’ensemble du verset 41 ainsi :
« Il en fut ainsi pour les ‘Ad
lorsque nous avons envoyé contre eux
un vent dévastateur
qui ne laissait rien sur son passage
sans l’avoir réduit en cendres. »,
Le Coran, Introduction, traduction et notes par D. Masson, op. cit., p. 649.
Lire également l’article « al-Aḥḳāf » dand l’E.I. : G. Rentz, « al-Aḥḳāf », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 265.

70  L’article de l’E.I. consacré à ce groupe indique que le groupe Bakr b. Wāʼil est une « ancienne confédération de tribus arabes du Centre, de l’Est, et, plus tard, du Nord de l’Arabie. Les Bakr appartenaient au même groupe, appelé par la suite Rabī‘a, que les ‘Abd al-Ḳays [q.v.]. Dans la généalogie du groupe, leur branche se situe trois degrés plus bas que celle des ‘Abd al-Ḳays. », W. Caskel, « Bakr b. Wāʼil », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 992 [p. 992-994]. Voir supra la note relative à la bataille de Ḏū Qār dans la sixième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 9. Voir également l’annexe 1.

71  Voir supra la note relative à cette tribu dans la première joute (poème de Ǧarīr, v. 12).

72  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute, poème de Ǧarīr, v. 37.

73  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 26).

74  Voir supra le nom de ce groupe de tribus dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 16).

75  Voir supra la note relative à ce toponyme dans la sixième joute (poème de Ǧarīr, v. 16).
Les propos du poète sont corroborés par ce qu’écrit W. Caskel dans l’article « Bakr b. Wāʼil » de l’E.I. : « Une nouvelle période s’ouvrit devant les Bakr nomades lorsque les Taghlib émigrèrent des steppes du bas-Euphrate pour remonter le long du fleuve, après que leur chef ‘Amr b. Kulthūm eut tué le roi d’al-Ḥīra, ‘Amr b. Hind, en 569-70. Vers 580, un poète composa les vers suivants : « Et les Bakr, toute la large plaine du ‘Irāḳ est à eux : mais, si telle est leur volonté, c’est un bouclier qui vient des vallées élevées de la Yamāma pour protéger leurs foyers ». Quelque dix années plus tard, les Tamīm, et surtout les Yarbū‘, se mirent à brûler les étapes pour aller au printemps dresser leurs tentes dans al-Ḥazn, ce qui provoqua des razzias des deux parties, dont certaines (entre 605 et 615) ont été décrites par Bräunlich […]. », W. Caskel, « Bakr b. Wāʼil », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 993 [p. 992-994]. Voir également l’annexe 1.

76  Le poète parle ici de Qurayš. En effet, le mot baṭḥāʼ (pl.) biṭāḥ qui désigne le lit d’un torrent à sec rempli de cailloux, est selon la formule de J. Chabbi, « un espace en creux » ; [voir J. Chabbi, Le Seigneur des tribus. L’Islam de Mahomet, Paris, Noêsis, 1997, p. 33]. Les différents clans qui habitent ce site sont considérés comme les plus nobles ; Ibn Manẓūr écrit dans le Lisān :
 » وقريش البطاح : الذين ينزلون أباطح مكة وبطحاءها، وقريش الظواهر : الذين ينزلون ما حول مكة ]...[. األزهري ابن األعرابي : قريش البطاح هم الذين ينزلون الشِّعْب بين أخْشَبَيْ مكّة، وقريش الظواهر الذين ينزلون خارج الشِّعْب، وأكرمها قريش البطاح. «
 Ibn Manẓūr, Lisān al-Arab, op. cit., vol. II, p. 413.
Pour Minā, voir supra la note relative à ce mot dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 40).
La distance entre la Mecque et Minā est de 8 km.

77  Ḫuzayma b. Mudrika b. al-Yās b. Muḍar est l’ancêtre des Asad et des Kināna d’où sont issus les Qurayš.

78  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10). Voir également les annexes 1 et 3.

79  Abū Bakr [m. 634 J.-C.] et ‘Umar [m. 644 J.-C.], respectivement le premier et le deuxième des califes bien guidés [al-ḫulafāʼ al-rāšidūn].

80  Chef sulamite qui conduisit l’assaut d’al-Bišr contre les Taġlib, la tribu d’al-Aḫṭal. Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 63-64).

81  Pour ce personnage, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 31).

82  Voir supra la note relative à Yawm al-Bišr dans la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 64).

83  Vêtement, voir supra.

84  Nom d’une faction des Taġlib. Aws est l’un des trois fils de Taġlib. Les deux autres étant Ġanam et ‘Imrān. Voir les annexes 1 et 3.

85  Il s’agit des Namir b. Qāsiṭ, un groupe qui a des liens de parenté avec les Taġlib.

86  « al-Zāb, nom de deux affluents de la rive gauche du Tigre [voir Didjla], dans le Nord du ‘Irāḳ, tous deux prenant leur source dans la chaîne de montagne du Zagros au Kurdistān. », C.E. Bosworth, « al-Zāb », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome XI, 2005, p. 397 [p. 397-398].

87  Pour Yāqūt ‘Ayn al-warda désigne la célèbre ville d’al-Ǧazīra, appellée aussi Raʼs ‘Ayn. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, vol. IV, p. 180. E. Honigmann écrit dans l’E.I. : « Raʼs al-‘Ayn ou ‘Ayn warda, syriaque Rēsh ‘Aynā, ville de la Djazīra à l’époque classique et au Moyen Âge islamique, dont le nom (= tête de la source) vient des célèbres sources que possède la localité (voir ci-dessous). Elle est située sur le Grand Khābūr [q.v.], affluent de l’Euphrate, à 36°50´ de lat. N. et 40°02´ de long. E. C’est aujourd’hui à peine plus qu’un village à cheval sur la frontière actuelle entre la Syrie et la Turquie ; la partie syrienne porte toujours le nom de Raʼs al-‘Ayn, et la turque, celui de Resülayn ou Ceylânpmar. ». L’auteur ajoute plus loin : « Parmi les révoltés qui s’insurgèrent vers 700 contre le calife ‘Abd al-Malik, se trouvait également ‘Umayr b. Ḥubāb de Raʼs al-‘Ayn (Aghānī, XX, 127 ; Ibn al-Athīr, IV, 254-5 ; Michel le Syrien, II, 469 ; Barhebraeus, Chron. syr., éd. Bedjan, 111). », E. Honigmann, « Raʼs al-‘Ayn », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VIII, 1993, p. 448 [p. 448-449].

88  Vêtement, voir supra.

89  Idem.

90  Jeu de hasard [jeu de flèches] ; voir supra la note relative à ce jeu dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 34).

91  Nous lisons dans l’article de l’E.I. consacré à cette cité : « Mārdīn (écrit en arabe Māridīn, en grec Μάρδης, Μάργδις, en syriaque Mārdē et en turc moderne Mardin) ville située à l’intérieur de ce qui était, au moyen âge islamique, la Haute-Mésopotamie ou al-Djazīra, dans la région des Diyār Rabī‘a [q.v.], sur une pente s’élevant à une altitude de 1152 m (lat. 37° 18′ N., long. 40° 44′ E.). La ville actuelle, dans le Sud-est de la Turquie, près de la frontière syrienne, est le chef-lieu de l’il (autrefois vilayet) du même nom. », V. Minorsky, -[C. E. Bosworth], « Mārdīn », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VI, 1991, p. 524 [p. 524-527].
Voir également Yāqūt, Muǧam al-buldān, vol. V, p. 39.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search