Version classiqueVersion mobile

La rivalité d’honneur ou la fabrique de l’altérité

 | 
Mohammed Bakhouch

Traduction

Sixième joute

Texte intégral

Poème d’al-Aḫṭal (p. 134-139)

Mètre : al-basīṭ

  • 1  Dans le Lisān, op. cit., vol. V, p. 302 :
     » ويقال : لفالن رباطٌمن الخيل كما تقول تِالدٌ، وهو أَصلُ (...)
  • 2  Dans le vers il est fait mention de Tamīm, mais dans le commentaire du vers il est question de Kul (...)

11- Les chevaux continuent à se reproduire chez nous1, ils portent des signes distinctifs à la guerre ; alors que chez les Tamīm2 avilissement et ignominie se reproduisent continûment,

  • 3  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16).

22- Eux qui séjournent, s’ils font halte, dans la demeure de l’opprobre. Oui, les Kulayb3 se permettent de violer les droits sacrés du protégé.

  • 4  Ce mot est glosé ainsi dans les lignes qui suivent immédiatement le vers « leurs femmes se livrent (...)

33- Ils voyagent selon le désir4 de leurs femmes et n’ont point de gloire ancienne, si ce n’est leurs ânes.

  • 5  Dans le commentaire qui suit immédiatement le vers, il est indiqué que Mu‘riḍ et Mu‘ayd étaient de (...)
  • 6  Voir la note précédente.

44- Est-ce avec Mu‘riḍ ou Mu‘ayd5 ou encore les fils d’al-Ḫaṭafā6 que tu espères, ô Ǧarīr, rivaliser de gloire ou être mon égal en rang ?

55- Arrière Ǧarīr, tu as sur ton chemin une montagne difficile d’accès et tu abordes une mer pleine, intarissable.

  • 7  Dans le Lisān (vol. II, p. 616), Ibn Maẓūr signale que la quatrième et la dixième formes « anbaḥa  (...)

66- Des gens qui disent à leur mère d’uriner sur le feu, lorsqu’ imitant l’aboiement des chiens, les hôtes font aboyer le leur7 !

77- Ils ne vengent point leurs morts ; et ils ne reviennent pas à la charge contre l’ennemi, lorsqu’on leur donne la chasse et qu’on les force à se terrer dans un trou.

88- Ils sont disséminés dans leur territoire, ils courent [de partout] ; les uns gémissent, affligés, les autres fuient le combat.

  • 8  Ce nom désigne l’ensemble des tribus du Nord de l’Arabie. Voir les généalogies des tribus de nos p (...)
  • 9  L’article de l’E.I. sur Ḏū Qār indique qu’il s’agit du nom d’une aiguade entre al-Kūfa et Wāsiṭ, « (...)

99- Pourquoi n’aviez-vous pas évité à Ma‘add8 un jour de malheur, comme nous avions su le lui éviter lors de la bataille de Ḏū Qār9 ?

  • 10  Parwīz, Ḵẖusraw (II) empereur sāsānide [m. 628]. Pour en savoir plus sur ce souverain, lire C.E. B (...)
  • 11  Pour wa-hiya mulimatun, dans le commentaire et dans le dīwān nous avons la variante wa-hiya muġḍa (...)

1010- Les escadrons de Chosroès10 vinrent portant des signes distinctifs11 ; ils les exterminèrent et précipitèrent dans la ruine tout tyran.

  • 12  Šuraḥbīl b. al-Ḥāriṯ b. ‘Amr al-Maqṣūr b. Ḥuǧr Ākil al-Murār, prince kindite. Les dissensions entr (...)
  • 13  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42).

1111- Pourquoi n’aviez-vous protégé Šuraḥbīl12 ? Les Tamīm13 avaient été bienveillants envers lui, [en le protégeant] avec une troupe d’incapables !

  • 14  Il s’agit de la 1re bataille d’al-Kulāb. Voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 17-18)

1212- Le jour d’al-Kulāb14, alors que vos femmes, vierges et femmes mariées, furent conduites, comme l’on conduit au marché des femmes esclaves pour les vendre,

  • 15  Riyāḥ est un sous-groupe des Yarbū‘, groupe tribal de tamīmite. Voir G. Levi Della Vida, « Yarbū‘  (...)
  • 16  Selon le commentaire qui suit le vers (Naqāʼiḍ, p. 137), il s’agit du poète Marrār b. Munqiḏ, appe (...)

1313- Grâce aux lances, elles étaient à nous, montées en croupe, elles appelaient [à l’aide] Riyāḥ15 et le clan de Marrār16.

  • 17  Il s’agit du meurtrier de Šuraḥbīl, voir supra la note relative à ce personnage au vers 11 de ce p (...)
  • 18  Le verbe ara signifie ici, selon le commentaire, revêtir quelqu’un du vêtement šiār ; un vêtem (...)

1414- Abū Ḥanaš17 fondit sur lui, lui porta des coups de lance lui infligeant18 une blessure béante qu’aucune sonde ne peut sonder.

  • 19  Al-Ward est le nom du cheval de ‘Uṣum Abū Ḥanaš.
  • 20  Il s’agit du meurtrier de Šuraḥbīl, voir supra, v. 11 et v. 14.

1515- Al-Ward19, avec‘Uṣm20 sur son dos, sautillait parmi vos fuyards, comme un joueur qui évolue une crosse à la main.

  • 21  Nous lisons dans le commentaire de ce vers que Taġlib comptait six groupes : les Arāqim, les Qamāq (...)

1616- Il fit appel à des cavaliers de Lahāzim21 bien fermes à cheval, portant toutes leurs armes ; [des guerriers] aux cheveux blancs, qui n’étaient point inexpérimentés.

  • 22  Littéralement : lorsque ceux qui s’en viennent se mêlent à ceux qui s’en vont.

1717- Ils défendent [les leurs] sans la moindre répugnance, le matin du combat, lors de la mêlée22.

1818- Et ils nourrissent [les indigents] avec le gras des bosses de chamelles bien grasses, fécondées au printemps, lorsque souffle le vent du nord apportant des nuages qui ne donneront plus de pluie.

  • 23  Ce nom désigne un lieu dans le territoire des Tamīm, proche d’al-Nibāǧ, une localité qui appartien (...)
  • 24  Ibn al-marāġa. Voir supra la note relative à ce surnom de Ǧarīr dans la deuxième joute (poème d’al (...)
  • 25  Al-Aḫṭal fait allusion ici au fait qu’un homme qui était sous la protection des Banū Yarbū‘, le cl (...)

1919- Lorsque tu te terrais dans ton trou à al-Marrūt23, de ton plein gré, fils de traînée24, ô enceinte25.

2020- Elle le mit au monde prématurément, [elle l’expulsa] au septième mois, d’un vagin large comme les vastes déserts, le visage renfrogné, [noir] comme de la poix liquide.

2121- Une mère de sang mêlé [qui, à longueur de nuits] entend ronfler un étalon-mari, dont le fils est ignoble.

Poème de Ǧarīr (p. 140-148)

Mètre : al-basīṭ

221- Saluez le lieu de séjour et saluez ceux qui y séjournèrent. Tu eus beaucoup de mal à le reconnaître.

232- Lorsque les vestiges du campement tribal deviennent très anciens, m’agite [alors] l’apparition de celle dont les bouts des manches sentaient bon et qui se parfumait abondamment.

243- L’[homme] fort n’est pas à l’abri de l’anéantissement de sa force ; j’ai constaté que le temps-destin tresse et dénoue.

254- Il m’arrive de quérir une chose lointaine et de l’obtenir, mais je ne rends visite à la proche voisine

265- Qu’avec de lourdes écuelles en noyer couronnées [de graisse], sur lesquelles coule le gras des bosses de chamelles bien grasses fécondées au printemps.

  • 26  Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt indique que ce nom est celui d’un lieu situé entre Ǧabala et Ṭiḫfa ; (...)
  • 27  Yāqūt ne situe pas avec précision le lieu mentionné ici parle poète. Selon lui, ce nom peut désign (...)

276- Si je [me] dis : « finies les balivernes ! », m’agitent alors les vestiges de Ḏū l-Bayḍ26 ou d’autres à Duwwār27.

  • 28  Le baww est la peau de chamelon rembourrée d’herbe ou de paille ou autre, qu’on présente à la cham (...)

287- Les vents y gémissent le soir [comme gémissent] des chamelles qui ont perdu leurs chers petits et qui flairent une peau de chamelon rembourrée28, au milieu d’autres chamelles qui, par affection allaitent des petits qui ne sont pas les leurs.

  • 29  C’est un champ où pousse des arbres, entre le territoire des Banū Salīṭ [un sous-groupe de Banū Ya (...)
  • 30  Le jujubier sauvage. Nom scientifique : Ziziphus lotus.
  • 31  Selon Muǧam al-buldān [op. cit., vol. I, p. 223], ce toponyme désigne deux endroits : 1. des coll (...)

298- Est-ce qu’il y a quelqu’un à al-Naqī‘a29 où pousse le lotus des anciens30 ou dans les jardins d’A‘yār31, là où croît l’armoise ?

309- N’était la pudeur, le désir aurait soulevé de son foyer une cendre semblable à la colombe.

  • 32  Les deux étoiles ne sont pas identifiables. Elles font partie d’un groupe de dix étoiles dont le n (...)

3110- Puisse Dieu vous faire arroser par un nuage chargé d’eau, dont la pluie forte tombe drue ; et par toute étoile32 qui donne une pluie très abondante.

3211- Vivement ému par la séparation avec la tribu, je faillis oublier ma patience et dévoiler mes secrets.

3312- Lorsqu’elle me séduisit d’un œil de gazelle blanche et qu’elle me fit perdre la raison, c’est en fait d’un œil de rapace féroce qu’elle m’atteignit.

3413- Extrêmement belle, la douce mélodie de sa voix, ni forte ni faible, m’enchantait.

  • 33  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également l’annexe 1.
  • 34  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10). Voir éga (...)

3514- Tamīm33 est ma tribu, ce sont eux qui bannirent Taġlib34 des meilleurs de leurs territoires.

3615- Les Tamīm séjournent dans un territoire dont l’accès est interdit aux autres, que jamais personne n’a fait paître à ses troupeaux ; et ils le défendent, sans [le secours] d’un allié ni d’un protecteur.

  • 35  Le poète emploie le mot al-ašrāf qui est glosé dans le dīwān comme dans les Naqāʼiḍ (voir la note (...)

3716- Des chevaux portant des signes distinctifs t’ont chassé des hauteurs de Naǧd35, jusqu’à ce que tu séjournes éloigné, séparé des autres, contre ton gré.

  • 36  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 37).

3817- Tu ne peux rien lorsque, montagnes massives, et haute mer écumante et intarissable, ma Ḫindif36 s’agite.

  • 37  L’auteur de l’article « Rabī‘a et Muḍar » dans l’E.I. écrit : « D’après la table généalogique, Muḍ (...)
  • 38  Il s’agit de Murr b. Udd b. Ṭābik̲h̲a b. Ilyās b. Muḍar b. Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān, le père de T (...)

3918- Ḫuzayma37 frappe celui que je frappe ; et les fils de Murr38, – fils d’une [femme] illustre par ses vertus, qui enfanta des mâles –, se mettent en colère contre mes ennemis.

  • 39  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 65).

4019- Oui, c’est mon Qurayš39 qui, pour sa gloire et pour son action noble et généreuse a été choisie ; et ceux qui ont aidé le Prophète [les Anṣār] sont mes soutiens.

4120- La tribu de Qays est au sommet de la gloire, leur noblesse provient de branches dont le briquet fait jaillir le feu.

4221- Ce sont les miens, leur origine est la mienne, leurs branches sont les miennes, leurs pactes m’engagent, [je veille à] les consolider.

  • 40  Voir supra le nom de ce groupe de tribus dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 16).

4322- Je suis un homme de Muḍar40, elle est mon origine, tu ne peux rivaliser de gloire avec moi ou être mon égal en rang.

  • 41  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 44).
  • 42  D’après Muǧam al-buldān, ce nom désigne : 1. le lieu où eut une bataille entre les Banū Yarbū‘ et (...)
  • 43  C’est un acte de bravoure par lequel le combattant se signale à l’ennemi.
  • 44  Le commentaire qui suit immédiatement le vers signale qu’il ne s’agit pas de la bataille dont il e (...)

4423- Les cavaliers de Ḏū Bahdā41 et Ḏū Naǧab42 étaient les nôtres, ainsi que ceux qui, le matin, prirent des marques distinctives43, lors de la bataille de Ḏū Qār44.

  • 45  Ǧazʼ b. Sa‘d b. ‘Adī b. Zayd b. Riyāḥ, était le chef des Banū Yarbū‘. Voir dans Naqāʼiḍ la note qu (...)
  • 46 D’après la note qui suit immédiatement le vers (p. 144), il s’agit de Qa‘nab b. ‘Iṣma b. Qays b.‘Ā (...)

4524- [Nos chevaux] devancent les autres portant en première ligne Ǧazʼ45 et Qa‘nab46 et des défenseurs qui ne sont pas sans expérience.

  • 47  Le poète fait allusion au fait que Bisṭām fut fait prisonnier par ‘Utayba b. al-Ḥāriṯ. Voir la not (...)
  • 48  D’après la note « c » des Naqāiḍ, le poète fait allusion ici à Abǧar b. Ǧābir al-‘Iǧlī qui fut fa (...)

4625- Nos cavaliers ont mis le carcan au cou de Bisṭām47 et le clan de Ḥaǧǧār48 leur est redevable d’un bienfait.

  • 49  Famille appartenant aux Fazāra, une tribu qui faisait partie Ḏubyān, une branche des Ġaṭafān. Badr (...)
  • 50  D’après le commentaire des Naqāʼiḍ (note « d », p. 144), il s’agit de Manẓūr b. Sayyār b. ‘Amr b. (...)

4726- Cite-moi [parmi les tiens], des gens comme les Banū Badr49, dans leur tribu, ou comme la famille de Manẓūr b. Sayyār50.

  • 51  ‘Āmir b. al-Ṭufayl [m. v. 635], poète et sayyid antéislamique des Mālik b. Ǧa‘far b. Kilāb, sous-g (...)
  • 52  Al-Ḥāriṯ b. Ẓālim al-Murrī est, selon E. Landau-Tasseron, l’un « […] des plus célèbres héros murri (...)
  • 53  Forme apocopée d’al-Ḥāriṯ.

4827- Ou quelqu’un d’un naturel semblable à celui de ‘Āmir b. Ṭufayl51, ou comme Ḥāriṯ52, le jour où les gens avaient appelé ô Ḥāri53.

  • 54  Le poète évoque dans ce vers le clan de Zuhayr b. Ǧaḏīma b. Rawāḥa b. Rabī‘a b. al-Ḥāriṯ b. Māzin (...)

4928- Ou comme le clan de Zuhayr54, alors que les bois des lances étaient cassés et qu’à cause d’elles les chevaux étaient [pris] dans un tumulte et un ouragan.

  • 55  Ḥuṣayn b. Ḍamḍam al-Murrī, le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 145) indique qu’il s’ (...)

5029- Ou quelqu’un qui fonde sur l’ennemi comme le fait Ḥuṣayn55, porté par un [cheval] aux flancs pleins, [accourant pour] défendre le territoire sans défense, habité par le protégé.

  • 56  Le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 145-146) indique qu’il s’agit de Hāšim b. Ḥarmal (...)

5130- Ou comme Hāšim56, le jour où il avait conduit les chevaux portant des signes distinctifs, dans une armée nombreuse semblable à l’obscurité de la nuit.

5231- Il avait fait périr les rois ; ils gisaient morts autour de lui, tués avec un sabre d’Inde très tranchant.

  • 57  Les Banū Šamḫ sont un sous-groupe des Fazāra.

5332- Ou alors [comme] le clan de Šamḫ57 ; tu ne peux en citer de semblables à ceux qui demandent une faveur ainsi qu’à ceux qui réclament vengeance.

  • 58  Il s’agit ici d’une métaphore qui exprime l’étendue de la puissance des rois en question. C’est, p (...)
  • 59  Le mot iḍmār signifie littéralement « amaigir et dresser les chevaux », voir Naqāʼiḍ (le commentai (...)

5433- Nous éprouvons des sabres anciens sur tout tyran porteur des deux couronnes58. 34- Je suis le premier à tendre vers des buts et à les atteindre, lorsque j’y travaille longuement et assidûment59.

5535- Ô vous les Taġlibites au regard hostile, je vous ai fait une marque indélébile sur le nez.

5636- Ne vous enorgueillissez pas, car Dieu vous fait séjourner, ô vous les Taġlibites au regard hostile, dans la demeure de l’avilissement et de l’ignominie.

5737- Il n’y a parmi vous ni arbitre dont le jugement soit satisfaisant pour les musulmans, ni martyr qui achète [par son geste la vie au-delà].

  • 60  Ou « sans que Dieu ne favorise leur pèlerinage et accueille leurs vœux ».

5838- Des gens qui, lorsqu’ils se rassemblent pour leur pèlerinage, mettent leur argent dans une bourse et la nouent ; et l’accomplissent sans piété60.

  • 61  Le Hābūr est un affluent de l’Euphrate. Pour plus de détails, voir Réd., « Ḵẖābūr », EI2, Leiden, (...)

5939- J’ai appris que tu étais à al-Ḫābūr61 inaccessible, puis tu en as été définitivement éloigné, après avoir reconnu [ta défaite].

6040- Tu aurais pu prendre du feu à d’autres foyers, mais tu as ruiné les Taġlib en allumant ton feu au mien.

6141- La mère d’al-Uḫayṭil n’est point une mère d’un fils distingué, elle a donné au porc un porc.

6242- C’est comme si des orifices de son corps nu coassaient les ombres de deux corbeaux attachés dans un trou.

6343- J’ai comparé le bas de ses joues, lorsqu’elle était ivre, aux testicules d’un âne qui pendent chez un vétérinaire.

6444- Ta mère ne sait rien du jugement qu’elle a prononcé, car elle était ivre [ayant bu] de sa jarre qui coule continuellement.

6545- Les cochons de lait et les fèves de marais qu’elle a mangés bouillonnent dans les intestins de celle qui pète la nuit et défèque sans arrêt.

Notes

1  Dans le Lisān, op. cit., vol. V, p. 302 :
 » ويقال : لفالن رباطٌمن الخيل كما تقول تِالدٌ، وهو أَصلُخيلِه. « [Lorsqu’on dit qu’une personne a un ribāṭ de chevaux, cela revient à dire que ceux-ci sont nés dans sa maison et qu’ils sont à l’origine de ses chevaux].

2  Dans le vers il est fait mention de Tamīm, mais dans le commentaire du vers il est question de Kulayb, la fraction des Tamīm à laquelle appartient Ǧarīr [voir p. 134]. Dans le dīwān [dans l’édition de Ṣalḥānī (p. 224), comme dans l’édition Qabāwa (p. 419)] nous avons Kulayb.
Pour Tamīm, voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également les annexes 2 et 5. Pour Kulayb, voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16). Voir également l’annexe 2.

3  Voir supra la note relative à ce groupe dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 16).

4  Ce mot est glosé ainsi dans les lignes qui suivent immédiatement le vers « leurs femmes se livrent à la fornication et aiment les étrangers, alors elles ordonnent à leurs maris de se déplacer à la recherche de pâturage » :
 » يقول نساؤهم فواجر يهوين الغرباء فيأمرن أزواجهن باالنتجاع « Voir Naqāʼiḍ, p. 134.

5  Dans le commentaire qui suit immédiatement le vers, il est indiqué que Mu‘riḍ et Mu‘ayd étaient deux oncles maternels de Ǧarīr et qu’al-Ḫaṭafā était le grand-père de Ǧarīr. Dans Ši‘r al-Aḫṭal, (éd. Qabāwa), il est précisé dans la note 3 (p. 420) que Mu‘ayd était le grand-père maternel de Ǧarīr. La mère du poète s’appelait Umm Qays b. Mu‘ayd (de Kulayb). Mu‘riḍ était son frère et était célèbre pour sa sottise.

6  Voir la note précédente.

7  Dans le Lisān (vol. II, p. 616), Ibn Maẓūr signale que la quatrième et la dixième formes « anbaḥa » et « istanbaḥa » signifient toutes les deux qu’une personne égarée imite l’aboiement du chien pour faire aboyer les chiens des gens qui habitent les environs et retrouver ainsi son chemin.
 » وأنبحت الكلب واستنبحته بمعنى، واستنبح الكلب إذا كان في مَضِلَّة فأخرج صوته على مثل نباح الكلب، ليسمعه الكلب فيتوهمه كلبا فينبح فيستدل بِنُباحِهِفيهتدي ]...[. «

8  Ce nom désigne l’ensemble des tribus du Nord de l’Arabie. Voir les généalogies des tribus de nos poètes dans les annexes 1, 2 et 3.

9  L’article de l’E.I. sur Ḏū Qār indique qu’il s’agit du nom d’une aiguade entre al-Kūfa et Wāsiṭ, « où eut lieu un des plus fameux ayyām [q.v.] des Arabes. Ce combat, à la différence de tant d’autres entre tribus d’Arabie, a une importance historique parce que les Bakr b. Wāʼil (toutes leurs branches coalisées sauf les Banū Ḥanīfa) y mirent en déroute d’autres Arabes (Taghlib, Iyād, etc.) et, ce qui compte le plus, des troupes régulières persanes.
Cette bataille eut lieu suite « à l’emprisonnement du dernier des Laḵẖmides, al-Nu‘mān b. al-Mundhir, par Khusraw Parwīz (Abarwīz des sources arabes). »
L’auteur de l’article ajoute que « Les Arabes firent grand cas de ce succès militaire, ainsi qu’en témoigne un célèbre ḥadīth ; le Prophète aurait dit : « Ce jour est le premier où les Arabes ont eu raison des Persans et c’est grâce à moi qu’ils ont été aidés par Dieu (nuṣirū) ». […]. ». Voir L. Veccia Vaglieri, « Dhū Ḳār », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 247-248.
Enfin, M. Lecker écrit dans l’article « Taġlib » de l’E.I. : « À la bataille de Dhū Ḳār [q.v.] vers 605, les Taghlib et les Namir (sous al-Nu‘mān b. Zur‘a, un descendant d’al-Saffāḥ) combattirent aux côtés des Sāsānides. », M. Lecker, « Taghlib », EI2, op. cit., p. 98 [p. 97-100]. Voir également Abū l-Faḍl Muḥmmad Ibrāhīm et ‘Alī Muḥmmad al-Baǧāwī‘, Ayyām al-Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 13-38.
Comme nous pouvons le constater, al-Aḫṭal, en tant que Taġlibite, ne pouvait pas, en toute logique, tirer gloire de Yawm Ḏū Qār. En effet, ses contribules, comme l’attestent ces trois articles, étaient aux côtés des Sāssānides. Si malgré cela, le poète revendique cette victoire, c’est qu’il le fait en tant que membre d’un groupe qui descend de Wāʼil, car, comme on le sait, Taġlib et Bakr sont toutes les deux issues de Wāʼil.

10  Parwīz, Ḵẖusraw (II) empereur sāsānide [m. 628]. Pour en savoir plus sur ce souverain, lire C.E. Bosworth, « Parwīz, Ḵh̲usraw (II) », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome VIII, 1995, p. 285-286.

11  Pour wa-hiya mulimatun, dans le commentaire et dans le dīwān nous avons la variante wa-hiya muġḍabatun [en étant en colère].

12  Šuraḥbīl b. al-Ḥāriṯ b. ‘Amr al-Maqṣūr b. Ḥuǧr Ākil al-Murār, prince kindite. Les dissensions entre les tribus arabes nizarites ont amené leurs dignitaires à demander au père de Šuraḥbīl de désigner chacun de ses fils comme roi de leurs différentes tribus. Šuraḥbīl devint ainsi le roi des Bakr b. Wāʼil et des Banū Ḥanẓala. À la mort du père, les frères se disputèrent sa succession. Dans ce cadre, une bataille yawm al-Kulāb al-awwal [la 1re bataille d’al-Kulāb (époque antéislamique)] opposa Šuraḥbīl à son frère Salama qui était le roi de Qays ‘Aylān. Šuraḥbīl fut tué par un Taġlibite, ‘Uṣum b. Mālik al-Ǧušamī surnommé Abū Ḥanaš. Voir supra et voir Abū l-Faḍl Muḥammad Ibrāhīm et ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 43-45.
Signalons que, dans ce dernier ouvrage, le nom et le prénom de l’assassin de Šuraḥbīl, ‘Aṣīm b. Mālik al-Ǧušamī, diffèrent de ceux qui lui sont attribués dans le commentaire du vers 16 du poème d’al-Aḫṭal, dans la deuxième joute : ‘Uṣ (u) m b. al-Nu‘mān.
Pour Yawm al-Kulāb, voir les notes des vers 17 et 18 du poème d’al-Aḫṭal (deuxième joute). Et pour comprendre cet épisode de la relation entre Taġlib et Bakr et leur rapport avec le royaume des Kinda, voir I. Shahîd ; A. F. L. Beeston, « Kinda », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, Tome V, 1986, p. 121-123 ; M. Lecker, « Taghlib », EI2, op. cit., p. 97-100 ; et H. Kindermann, « Rabī‘a et Muḍar », EI2, op. cit., p. 365-367.

13  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42).

14  Il s’agit de la 1re bataille d’al-Kulāb. Voir supra la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 17-18).

15  Riyāḥ est un sous-groupe des Yarbū‘, groupe tribal de tamīmite. Voir G. Levi Della Vida, « Yarbū‘ », EI2, op. cit., p. 308-309. Voir également l’annexe 2.

16  Selon le commentaire qui suit le vers (Naqāʼiḍ, p. 137), il s’agit du poète Marrār b. Munqiḏ, appelé aussi al-Marrār al-‘Adawī. Dans la notice qu’il lui consacre dans al-Šir wa-l-šuarāʼ, Ibn Qutayba écrit que ce poète appartenait à Ṣudayy b. Mālik b. Ḥanẓala. La mère de Ṣudayy était issue de Ǧall b. ‘Adī, alors on appelait Ṣudayy et ses descendants fils d’al-‘Adawiyya. Voir Ibn Qutayba, al-Ši‘r wa-l-šu‘arāʼ, op. cit., p. 369-370.
Les Banū Ḥanẓala est un groupe tamīmite. Les Yarbū‘, groupe de Ǧarīr et les Dārim, groupe d’al-Farazdaq en étaient deux des plus importantes fractions. Ils combattirent aux côtés de Šuraḥbīl à la bataille d’al-Kulāb, au cours de laquelle ce prince kindite fut tué par son frère Salama. Voir W. Watt Montgomery, « Banū Ḥanẓala », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, S.A., tome III, 1971, p. 172. Voir également les annexes 2 et 5.

17  Il s’agit du meurtrier de Šuraḥbīl, voir supra la note relative à ce personnage au vers 11 de ce poème.

18  Le verbe ara signifie ici, selon le commentaire, revêtir quelqu’un du vêtement šiār ; un vêtement de dessous qui se met immédiatement sur le corps nu.

19  Al-Ward est le nom du cheval de ‘Uṣum Abū Ḥanaš.

20  Il s’agit du meurtrier de Šuraḥbīl, voir supra, v. 11 et v. 14.

21  Nous lisons dans le commentaire de ce vers que Taġlib comptait six groupes : les Arāqim, les Qamāqim, les Lahāzim, les Abnāʼ, les Qu‘ūr et Rīš al-Ḥubārā. Voir Naqāʼiḍ Ǧarīr wa-l-Aḫṭal, p. 138. Voir également M. Lecker, « Taghlib », EI2, op. cit., 2002, p. 97-100.

22  Littéralement : lorsque ceux qui s’en viennent se mêlent à ceux qui s’en vont.

23  Ce nom désigne un lieu dans le territoire des Tamīm, proche d’al-Nibāǧ, une localité qui appartient aux Bakr b. Wāʼil et qui est à quatre jours de marche d’al-Yamāma. Al-Marrūt fut le théâtre d’une bataille, Yawm al-Marrūt, au cours de laquelle les Tamīm avaient défait les Qušayr, un sous-groupe des Banū ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 111 pour al-Marrūt et p. 255-256 pour al-Nibāǧ. Voir également Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 284-285 ; et G. Levi Della Vida, « Ḳushayr », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome V, 1986, p. 529-530.

24  Ibn al-marāġa. Voir supra la note relative à ce surnom de Ǧarīr dans la deuxième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 47).

25  Al-Aḫṭal fait allusion ici au fait qu’un homme qui était sous la protection des Banū Yarbū‘, le clan de Ǧarīr, et qui avait eu des démêlés, d’ordre financier et conjugal avec l’un des membres de ce clan, avait fait boire à Ǧarīr, par vengeance, le sperme de l’un de ses esclaves. Dans le dīwān al-Aḫṭal dit [mètre : al-wāfir] : تُــعـيرني شراب الشيخ كسرى ويشرَب قومك العجب العجيبا
مــنيَّالــعبـد عـبـد أبي ســواج أحـق مـن الـمدامـة أن تعــيبـا
« Tu flétris le vin, alors qu’il est la boisson du cheikh Chosroès, tes contribules boivent des boissons plus étranges.
Le sperme d’un esclave, l’esclave des Banū Suwāǧ est plus digne de flétrissure. »
Ši‘r al-Aḫṭal, édition Ṣālḥānī, p. 155.

26  Dans Mu‘ǧam al-buldān, Yāqūt indique que ce nom est celui d’un lieu situé entre Ǧabala et Ṭiḫfa ; puis il cite al-Sukkarī qui affirme que Ḏū l-Bayḍ désigne une dépression dans la partie inférieure d’al-Dahnāʼ et cite deux vers de Ǧarīr, dans lesquels le poète mentionne les mêmes toponymes que ceux mentionnés dans cette naqīḍa : Ḏū l-Bayḍ et Duwwār. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. I, p. 531. Ǧabala est le nom d’une montagne dans le Naǧd, à cinq journées de Ḥaǧr, dans la Yamāma et où eut lieu une bataille importante à l’époque antéislamique et qui a vu Banū ‘Āmīr b. Ṣa‘ṣa‘a, soutenus par les ‘Abs, défaire les Tamīm ; voir F. Buhl, ; R.L. Headley, « Djabala », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 363 [p. 363-364]. Pour Ṭiḫfa, voir la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 11). Enfin, pour al-Dahnāʼ, voir C.D., Matthews, « al-Dahnāʼ », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 93-95. Pour ce dernier toponyme voir la note relative à al-Maǧāza, dans première joute (poème de Ǧarīr, v. 5).

27  Yāqūt ne situe pas avec précision le lieu mentionné ici parle poète. Selon lui, ce nom peut désigner une vallée ou une montagne. Il indique que le mot Dawwār (avec une fatḥa sur le dāl désigne une prison. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 479.
Dans Mu‘ǧam mā ista‘ǧam, al-Bakrī signale que Duwwār est la prison d’al-Yamāma et cite un vers de Ǧarīr qui l’atteste. Le même auteur indique que Duwwār est un point d’eau (une aiguade) qui appartenait à Usayd ou Usayyid b. ‘Amr b. Tamīm à Ǧurād. Selon Yāqūt, ce dernier toponyme désigne une aiguade dans le territoire des Banū Tamīm, près d’al-Marrūt, et où eut lieu la bataille de Yawm al-Kulāb al-ṯānī [la deuxième bataille d’al-Kulāb]. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. II, p. 118.

28  Le baww est la peau de chamelon rembourrée d’herbe ou de paille ou autre, qu’on présente à la chamelle pour lui faire croire que c’est son petit, afin de pouvoir la traire.

29  C’est un champ où pousse des arbres, entre le territoire des Banū Salīṭ [un sous-groupe de Banū Yarbū‘] et celui des Ḍabba [groupe qui fait partie d’al-Ribāb, confédération alliée aux Sa‘d b. Zayd Manāt, la fraction la plus importante des Tamīm]. Voir Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 302-303. Pour Ḍabba, voir la deuxième joute (poème d’al-Aḫṯal, v. 26) ; et pour al-Ribāb, voir la deuxième joute (poème d’al-Aḫṯal, v. 24).

30  Le jujubier sauvage. Nom scientifique : Ziziphus lotus.

31  Selon Muǧam al-buldān [op. cit., vol. I, p. 223], ce toponyme désigne deux endroits : 1. des collines [haḍabāt] dans le territoire des Ḍabba [voir supra] ; 2. une montagne dans celui de Ġaṭafān [groupe tribal de l’Arabie du Nord qui fait partie de Qays ‘Aylān, « Leur territoire s’étendait entre le Ḥidjāz et les monts Shammar, dans cette partie du Nadjd qui est draînée par le Wādī l-Rumma. », J. W. Fück, « Ghaṭafān », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome II, 1965, p. 1046 [p. 1046-1048]. Yāqūt pense que cette montagne se trouve entre Médine et Fayd [une localité située dans le Naǧd].

32  Les deux étoiles ne sont pas identifiables. Elles font partie d’un groupe de dix étoiles dont le nom composé commence par sad. Voir Ibn Manẓūr, Lisān al-‘Arab, op. cit., vol. III, p. 213.

33  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 42). Voir également l’annexe 1.

34  Voir supra la note relative à cette tribu dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 10). Voir également les annexes 2 et 5.

35  Le poète emploie le mot al-ašrāf qui est glosé dans le dīwān comme dans les Naqāʼiḍ (voir la note « e », p. 142) par les hauteurs de Naǧd. A. Grohmann écrit dans l’article consacré à cette région : « Nadjd (a. « haut plateau »), territoire conventionnellement défini comme étant la région de plateaux de la péninsule Arabique s’étendant à l’Est des basses terres de la mer Rouge (al-Tihāma [q.v.]) et sur la barrière montagneuse qui traverse la partie occidentale de la péninsule, al-Ḥidjāz [q.v.]. », A. Grohmann ; K.S. McLachlan, « Nadjd », EI2, Leiden-New York, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VII, 1993, p. 865 [p. 865-868].

36  Voir supra la note relative aux Ḫindif dans la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 37).

37  L’auteur de l’article « Rabī‘a et Muḍar » dans l’E.I. écrit : « D’après la table généalogique, Muḍar eut deux fils : al-Yās (ou Ilyās, Alyās) et ‘Aylān al-Nās, […]. Al-Yās eut de sa femme, Laylā bint Ḥulwān surnommée Khindif […] trois fils : Mudrika, Ṭābiḵh̲a et Ḳama‘a (Ibn ‘Abd al-Barr, al-Inbāh, 72 sqq.) ; par suite de ce surnom toute sa descendance porte le nom de Banū Khindif. » H. Kindermann, « Rabī‘a et Muḍar », EI2, op. cit., p. 365 [p. 365-367].

38  Il s’agit de Murr b. Udd b. Ṭābik̲h̲a b. Ilyās b. Muḍar b. Nizār b. Ma‘add b. ‘Adnān, le père de Tamīm.

39  Voir supra la première joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 65).

40  Voir supra le nom de ce groupe de tribus dans la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 16).

41  Voir supra la deuxième joute (poème de Ǧarīr, v. 44).

42  D’après Muǧam al-buldān, ce nom désigne : 1. le lieu où eut une bataille entre les Banū Yarbū‘ et les Banū ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a, conduits par le kindite Ḥassān b. Mu‘āwiya b. Ākil al-Murār. 2. Une vallée près de Māwān [une localité proche de Médine], dans le territoire des Banū Muḥārib, [un sous-groupe de Qays ‘Aylān (Muḥārib b. Haṣafa b. Qays ‘Aylān)]. Voir Yāqūt, Muǧam al-buldān, op. cit., vol. V, p. 261.
Lors de cette journée, les Banū Yarbū‘ avaient défait leurs assaillants et avaient tué Ḥassān b. Mu‘āwiya b. Ākil al-Murār. Voir Naqāʼiḍ, p. 143. Voir également Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-‘Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 278-279.

43  C’est un acte de bravoure par lequel le combattant se signale à l’ennemi.

44  Le commentaire qui suit immédiatement le vers signale qu’il ne s’agit pas de la bataille dont il est question dans le poème d’al-Aḫṭal dans cette joute [voir supra]. Ǧarīr, ajoute le commentateur, ne pouvait pas se prévaloir de la participation des siens à cette bataille alors que les Bakr les avait défaits avant d’affronter les Perses. Voir Naqāʼiḍ, p. 144.
Lors de ce yawm, Bisṭām b. Qays b. Mas‘ūd b. Qays, Abū l-Ṣahbā’ ou Abū Zīq, le chef des Banū Šaybān attaqua un campement d’al-Rubay‘ b. ‘Utayba b. al-Ḥārith des Banū Yarbū‘, le fit prisonnier et prit ses chameaux. Al-Rubay‘ réussit à prendre la fuite et son père surprit les contribules de Bisṭām à Ḏū Qār, prit leurs chameaux et les donna à son fils, en compensation de ceux que le chef des Šaybān avait ravis. Voir Naqāʼiḍ, p. 143-144.
L’article de l’E.I. consacré à ce chef de tribu nous apprend que ses attaques contre ses voisins, les Tamīm en général, et les Yarbū‘ en particulier, furent nombreuses. Sa dernière bataille eut lieu à « Naḳā al-Ḥasan. Il fut tué par un Ḍabbī à demi-fou, ‘Āṣim ḅ. Khalīfa, qui se serait vanté de son acte à la cour de ‘Uthmān. La date de sa mort peut être fixée vers 615 de J.-C. », M.J. Kister, « Bisṭām b. Ḳays », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 1285-1286. Voir supra la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 11).

45  Ǧazʼ b. Sa‘d b. ‘Adī b. Zayd b. Riyāḥ, était le chef des Banū Yarbū‘. Voir dans Naqāʼiḍ la note qui suit immédiatement le vers et la note « b », p. 144.

46 D’après la note qui suit immédiatement le vers (p. 144), il s’agit de Qa‘nab b. ‘Iṣma b. Qays b.‘Āṣim b. ‘Ubayd b. Ṯa‘laba. La note « b », de la même page, fait état de deux Qa‘nab et indique qu’ils étaient tous les deux des contribules du poète.

47  Le poète fait allusion au fait que Bisṭām fut fait prisonnier par ‘Utayba b. al-Ḥāriṯ. Voir la note relative à Ḏū Qār mentionné dans le vers 23 de ce poème et voir supra la troisième joute (poème de Ǧarīr, v. 11). Lire également la notice sur Yawm al-Ġabīṭ dans l’ouvrage de Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm, ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 158-161.

48  D’après la note « c » des Naqāiḍ, le poète fait allusion ici à Abǧar b. Ǧābir al-‘Iǧlī qui fut fait prisonnier à la bataille de Yawm Ḏī Ṭuluḥ par ‘Amīra b. Ṭāriq b. Daysaq al-Yarbū‘ī. Voir Naqāiḍ, note « c », p. 144.

49  Famille appartenant aux Fazāra, une tribu qui faisait partie Ḏubyān, une branche des Ġaṭafān. Badr b. ‘Amr b. Ǧuwayya b. Lūḏān b. Ṯa‘laba b. ‘Adī b. Fazāra b. Ḏubyān commandait les troupes des Fazāra et celles d’autres groupes appartenant aux Ġaṭafān. Voir M. Lecker, « ‘Uyayna b. Ḥiṣn », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome X, 2002, p. 1037.

50  D’après le commentaire des Naqāʼiḍ (note « d », p. 144), il s’agit de Manẓūr b. Sayyār b. ‘Amr b. Ǧābir, surnommé al-‘Ušarāʼ, un homme des Banū Māzin b. Fazāra. Poète et seigneur de son groupe [m. v. 645]. Voir al-Ziriklī, al-Alām, op. cit., vol. VII, p. 308.

51  ‘Āmir b. al-Ṭufayl [m. v. 635], poète et sayyid antéislamique des Mālik b. Ǧa‘far b. Kilāb, sous-groupe de ‘Āmir b. Ṣa‘ṣa‘a. Voir R. Blachère, Histoire de la littérature arabe des origines à la fin du xve siècle de J.-C., vol. II, p. 374 ; et W. Caskel, « ‘Āmir b. al-Ṭufayl », EI2, Leyde, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve, Max Besson succ., tome I, 1960, p. 455.

52  Al-Ḥāriṯ b. Ẓālim al-Murrī est, selon E. Landau-Tasseron, l’un « […] des plus célèbres héros murrites de la Djāhiliyya […] qui, du fait de ses actions, entra en conflit, ainsi que son clan, même avec le roi d’al-Ḥīra. », voir E. Landau-Tasseron, « Murra », EI2, Leiden-New York, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome VII, 1993, p. 628 [p. 628-630]. Al-Ḥāriṯ b. Ẓālim fut tué par Ibn Ḫims al-Taġlibī. Voir le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 145) ; et voir supra la troisième joute (poème d’al-Aḫṭal, v. 46).

53  Forme apocopée d’al-Ḥāriṯ.

54  Le poète évoque dans ce vers le clan de Zuhayr b. Ǧaḏīma b. Rawāḥa b. Rabī‘a b. al-Ḥāriṯ b. Māzin b. Qaṭī‘a b. ‘Abs b. Baġīḍ, un ‘Absite, et l’un des principaux acteurs de la guerre de Dāḥis wa-l-Ġabrāʼ qui opposa sa tribu, les ‘Abs, aux Ḏubyān [deux tribus qaysites] et qui eut pour motif une course de chevaux, lesquels ont donné son nom à cette guerre qui dura une quarantaine d’années. Voir Abū l-Faḍl Muḥmmad Ibrāhīm et ‘Alī Muḥammad al-Biǧāwī, Ayyām al-Arab fī l-ǧāhiliyya, p. 194-218 ; et J. A. Bellamy, « Dāḥis wa-l-Ghabrāʼ », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., supplément (livraison 3-4), 1981, p. 178-180.

55  Ḥuṣayn b. Ḍamḍam al-Murrī, le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 145) indique qu’il s’agit de l’homme qui paya le prix du sang pour mettre fin à la guerre de Dāḥis wa-l-Ġabrāʼ entre les ‘Abs et les Ḏubyān. La note « cc » (p. 145) rectifie l’erreur et précise qu’au contraire, ce personnage avait tué un ‘Absite, et par cet acte, il avait prolongé les hostilités entre les belligérants. Ce que confirme un passage de l’article de l’E.I. consacré à Zuhayr b. Abī Sulmā : « La mu‘allaḳa de Zuhayr, à la différence d’autres mu‘allaḳāt, est liée à un épisode historique précis, qu’elle évoque : les agissements personnels d’un individu des Banū Murra, Ḥuṣayn b. Ḍamḍam, lequel, n’ayant pas accepté les accords de paix entre les deux clans, tua un homme des ‘Abs. Les deux chefs des Banū Murra* se chargèrent du paiement du prix du sang, et la paix fut enfin conclue (Agh. IX, 148-50). », L. Bettini, « Zuhayr b. Abī Sulmā », EI2, Leiden, E.J. Brill, tome XI, 2005, p. 602 [p. 601-603].
* Il s’agit de Harim b. Sinān et al-Ḥārith b. ‘Awf.

56  Le commentaire qui suit immédiatement le vers (p. 145-146) indique qu’il s’agit de Hāšim b. Ḥarmala b. al-As‘ar b. Iyās b. Murayṭa b. Ṣirma b. Murra ; et que ce personnage et son frère Durayd avaient tué Mu‘āwiya b. ‘Amr, le frère de la poète al-Hansāʼ.
Dans la note « f » (p. 145), Ṣālḥānī précise que ce vers n’existe pas dans le dīwān ; et la note « g », Naqāʼiḍ (p. 145) nous apprend qu’Abū ‘Ubayda attribue « ces vers » à ‘Āmir al-Haṣafī Haṣafa b. Qays ‘Alyān.

57  Les Banū Šamḫ sont un sous-groupe des Fazāra.

58  Il s’agit ici d’une métaphore qui exprime l’étendue de la puissance des rois en question. C’est, par exemple, la titulature du premier pharaon de la première dynastie, Mina, ṣāḥib al-tāǧayn, qui unifia la basse Égypte et la haute Égypte. Cette métaphore peut signifier également la possession d’une qualité morale (le courage, par exemple) et d’une qualité physique (la beauté, par exemple).

59  Le mot iḍmār signifie littéralement « amaigir et dresser les chevaux », voir Naqāʼiḍ (le commentaire qui suit le vers et la note « b », p. 147.

60  Ou « sans que Dieu ne favorise leur pèlerinage et accueille leurs vœux ».

61  Le Hābūr est un affluent de l’Euphrate. Pour plus de détails, voir Réd., « Ḵẖābūr », EI2, Leiden, E.J. Brill, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose S.A., tome IV, 1978, p. 930 [p. 930-931]. Voir également la quatrième joute (le poème de Ǧarīr, v. 31, la note relative à Aḥmar et Ibn Umm Muḥarriq).

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search